Le magazine de la filière électriquemagazine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le magazine de la filière électriquemagazine"

Transcription

1 Le magazine de la filière électriquemagazine N 54 - AOÛT-SEPTEMBRE ISSN Voir page 25 Profession installateur/ prescripteur Regard de l architecte d intérieur sur l installation électrique Profession fabricant Toshiba : un développement global de l éclairage Profession négociant T.S.F. : «le service est l avenir de la distribution de demain» Technologie Éclairage de sécurité : Sauver des vies dans un cadre réglementaire Produits et nouveautés ExZhellent FR-N1 X1G1, le câble sans halogène de Silec Câble

2

3 sommaire n 54 AOÛT / SEPTEMBRE 2012 p. 22 Bernard Beuneiche, gérant du cabinet d architecture d intérieur Beuneiche, président de l UNAID p. 24 Yves Farion, directeur commercial & marketing, Toshiba New Lighting Systems p. 26 Carlos Freitas, directeur marketing de Marechal Electric p. 35 Rachid Ben Ali, responsable formation, CAE p. 36 Thierry Leroy, directeur marketing, Theben France p. 47 Max Musquin, chef produit de Silec Câble Editorial 5 Les actualités de la filière 6 Plein feu sur la sécurité électronique 6 Efficacité énergétique : nouvelle ambition, nouveaux métiers, nouveaux services 7 Nexans affiche un résultat net de 13 M au 1 er semestre 8 Bâtiments BBC et risques de non-qualité 9 Aiphone : vitesse de croisière pour le configurateur en ligne 10 SIB groupe ses activités à Boulay, en Moselle 11 Câble Équipements, toutes les solutions pour manipuler les câbles 12 La parole à 13 Association Promotelec 2 guides pour la sécurité électrique des logements existants 13 2 es Assises Électricité & Habitat : aide L Association Promotelec répond aux grands enjeux de société 14 3 es Journées Nationales de la Domotique : Un événement d envergure pour démocratiser la domotique 16 Récylum : plus de tonnes de lampes collectées 18 Profession installateur/prescripteur 19 Portier GT audio et vidéo d Aiphone en rénovation résidentielle 19 AECR, une entreprise générale d électricité née d une amitié 20 Regard de l architecte d intérieur sur l installation électrique 22 Profession fabricant 24 Toshiba : un développement global de l éclairage 24 Marechal Electric : le Décontacteur une prise industrielle mondiale 26 Nouveaux locaux et évolutions télécom de Fantronic 28 Profession négociant 30 T.S.F. : «le service est l avenir de la distribution de demain» 30 Logistique 32 Éclairage sur la Supply Chain de Philips Lighting 32 Réglementation 34 Détecteurs ioniques : encadrement réglementaire de la fin de vie 34 Formation 35 La formation first de CAE Groupe 35 L efficacité énergétique au cœur des formations Theben 36 Technologie 38 Éclairage de sécurité : Sauver des vies dans un cadre réglementaire 38 Développement durable 42 Les priorités environnement de BLM Distribution 42 Chantier 44 Réseau KNX Wago pour la nouvelle mairie de Noisy-le Grand 44 HellermannTyton - Éclairage public : l identification des candélabres de Bezons 46 Produits et nouveautés 47 ExZhellent FR-N1 X1G1, le câble sans halogène de Silec Câble 47 Nouveaux boîtiers Bachmann 48 LVI : panneaux verticaux Sanbé et Langila et radiateur aluminium Bayo 50 DEHNsecure, pour protéger les circuits DC contre les surtensions 51 La supervision facile des onduleurs Riello 52 Nouveaux onduleurs PV Conext TL de Schneider Electric 54 Adee - Protection foudre : plus de souplesse avec Fusadee 56 Câble Équipements : Kati-Blitz se faufile partout pour tirer les câbles dans les gaines 57 Eaton 9SX et 9PX, «les meilleurs onduleurs de leur catégorie» 58 HellermannTyton lance EVO7 : un nouvel outil de pose manuel catégorie poids plume 59 Gewiss : Street03 et Urban03 60 Aiphone : garder le contact 61 Produits et nouveautés 62 Agenda et index 66 Agenda 66 Index des entreprises et organismes cités n 54 - Août / Septembre

4

5 édito Sauver des vies par l éclairage de sécurité D.R. Saint-Laurent-du-Pont, le 1 er novembre jeunes gens dans un dancing, le Cinq-sept, qui prend feu Le sinistre a fait 146 victimes! Les issues de secours n étaient pas balisées La plus grande catastrophe française depuis 1945, l élément déclencheur qui a permis au législateur de prendre conscience de l exigence d un éclairage de sécurité, et de réglementer. Il fallait éviter la panique, permettre de trouver facilement les issues de secours. Aujourd hui, la nécessité d évacuer les bâtiments concerne de multiples autres circonstances : tremblement de terre, tsunami, terrorisme, soupçon d un risque d explosion. Par ailleurs, la loi «handicap» du 11 février 2005 rappelle les droits fondamentaux des personnes handicapées et réaffirme le principe d accessibilité de «tous à tout». Rendre accessible le cadre bâti, c est un devoir Évacuer, une obligation! Pour les personnes n étant pas en situation de handicap, l accessibilité reste aussi une préoccupation permanente : femmes enceintes, incapacités temporaires suite à un accident du travail ou domestique, difficultés sensorielles liées à l âge, surpoids sont autant de situations où l individu n est pas à proprement parler en situation de handicap, mais tout de même concerné. Cette loi impose que soit traitée l intégralité de la chaîne du déplacement au 1 er février IGNES s y attelle depuis trois ans avec l Afnor dans le cadre de la commission P96A, un groupe de travail rassemblant une trentaine d associations et les pouvoirs publics concernés, de façon à apporter des préconisations concrètes pour aider et faciliter l évacuation des personnes à mobilité réduite : un Dispositif de Balisage Renforcé pour atteindre les espaces d attente sécurisée préconisés pour les bâtiments à étages, et les Diffuseurs Lumineux pour faciliter l alerte des personnes malentendantes en situation isolée, en cas de nécessité d évacuation. Un guide de bonnes pratiques à l attention des maîtres d ouvrage (Ref. BP P ) a été publié par l Afnor en janvier 2012 : il détaille les solutions à mettre en place dans le cadre bâti, principalement les Établissements Recevant du Public (ERP), puis les locaux recevant des travailleurs (ERT). Nos travaux vont continuer pour clarifier et apporter des solutions pour d autres types de handicap, cognitifs ou sensoriels, avec des solutions tactiles, vibratiles ou d autres moyens d alertes. Notre ambition? Améliorer la qualité des produits dans le respect des normes et l impact environnemental de nos solutions ainsi que leur intégration dans la cadre bâti, rechercher les solutions les plus fiables, faciliter la maintenance pour l exploitant, viser les économies d énergie en remplaçant les blocs d éclairage incandescent d ancienne génération fortement énergivores par des blocs à leds, conduisant à un rapide retour sur investissement Luc Sersiron, Président du Comité Métier Éclairage de Sécurité, IGNES - n 54 - Août / Septembre

6 ACTUALITÉS DE LA FILIÈRE Plein feu sur la sécurité électronique Malgré les incertitudes sur 2012, l avenir paraît favorable pour les industriels du syndicat IGNES : la croissance de leur marché s établit entre 3 et 9 % selon les métiers représentés. Voilà ce qui ressort de la conférence de presse d IGNES (14 juin 2012). Focus sur l un de ces métiers : la sécurité électronique (intrusion, contrôle d accès, vidéosurveillance). Pour Jacques Husser, dg d Atral/Daitem, VP du comité «Métier Sécurité Électronique», «le marché 2011 des matériels de détection d intrusion s élève à 130 M en croissance de +7 %». Cette évolution correspond à un fort rebond en volume : centrales d intrusion vendues en 2011, en croissance de +18 %, en raison du développement d offres packagées, l arrivée de nouveaux acteurs (banques et assurances), la poussée de la technologie radio qui permet d installer un système rapidement et la progression des ventes via le canal de la distribution électrique. Qu en est-il du contrôle d accès? L année 2011 s est bien achevée pour les intervenants du marché résidentiel estimé à 150 M avec une croissance de +9,2 %. Pour Pascal Le Roux, dg de CDVI, VP d IGNES, «le contrôle d accès résidentiel bénéficie d une forte embellie liée au décret du handicap». Les systèmes audio cèdent en effet le pas à la vidéo. «Embellie associée aux produits connexes La remise à niveau d un logement existant ou l équipement d un logement neuf vont de pair avec les systèmes de contrôle électronique». Les industriels œuvrent en particulier pour implémenter De gauche à droite : Pascal Le Roux (CDVI), Jacques Husser (Atral/Daitem) et Loïc Heuze (Delta Dore) représentent le «Métier Sécurité Électronique» au sein d IGNES. J-C.F. Vigik après l accès de l immeuble. «Notre objectif est de pouvoir entrer avec un badge électronique dans l appartement, et assurer l interopérabilité : l intrusion, l ouverture des volets roulants, le chauffage». Et demain? La puce NFC permettra aussi de gérer le contrôle d accès. Le marché du contrôle d accès tertiaire est estimé à 125 M en progression de +3 %. «Les sociétés s adaptent avec l évolution de leurs activités», note Pascal Le Roux, «Les systèmes de contrôle d accès apportent des solutions de gestion à distance : nous frôlons les 10 % d installations sur réseau IP». Enfin, une vaste gamme de solutions technologiques est proposée pour la vidéosurveillance, avec la montée de produits interconnectables eux aussi sur IP (pour certains fournisseurs, les caméras sur IP représentent plus de 30 % des ventes), mais l équilibre économique reste ici fragile. Le marché français (230 M ) s est légèrement amélioré d environ 5 %. «Il faut noter, commente Pascal Le Roux, une concurrence plus intense qui conduit à la baisse des prix, et des marchés publics monotones qui ont freiné la demande». BRÈVE Association française de l éclairage : JNL Les prochaines journées nationales de la lumière auront lieu, en partenariat avec la ville, à Besançon, les 1 er et 2 octobre prochains. Les villes de Besançon, Bruxelles, Fribourg et Neuchâtel présenteront leur approche de l éclairage et l incidence, parfois différente, que peuvent avoir les textes européens d une ville à l autre. La rénovation en éclairage intérieur sera également au programme : pourquoi la France accuse-t-elle un tel retard? Le débat sociétal et environnemental sur l éclairage extérieur donnera lieu à une table ronde regroupant, sous l égide de l AFE, tous les acteurs du dossier : l ANPCEN, les fabricants, EDF, la FNCCR, le SERCE, la direction des routes et les usagers. Le rôle et les incidences de la lumière sur la santé et le bien-être seront également abordés, en compagnie d experts médicaux et scientifiques mondialement reconnus. Enfin, la place des LED et des Oled dans l éclairage d aujourd hui et de demain permettra à chacun de se familiariser avec ces nouvelles technologies et d appréhender la révolution technologique en cours, et celle à venir. Le programme détaillé et les conditions tarifaires sont disponibles en ligne : - - ou sur simple demande au AFE

7 Efficacité énergétique : nouvelle ambition, nouveaux métiers, nouveaux services Tel était le thème de la conférence organisée par le SERCE le 13 juin dernier qui a abordé la problématique sous quatre angles. 1. Les enjeux, européen et national, avec un nouveau projet de directive qui va poser de nouvelles exigences aux États membres. La France devra transposer la directive et fixer des objectifs qui devront être ambitieux. Intervenants : Barbara Sellier, responsable du secteur politique de l Unité politique énergétique et analyses économiques de la Direction générale de l Énergie à la Commission européenne ; Ladislas Poniatowski, sénateur de l Eure ; Pascal Dupuis, chef du Service Climat et Efficacité énergétique au MEDDE. 2. Les défis à relever pour les entreprises, que ce soit pour la formation de leurs collaborateurs ou pour le financement des opérations de rénovation énergétique. Des réalisations innovantes reflètent la capacité d innovation des entreprises et la variété des secteurs dans lesquels elles interviennent. Nos entreprises sont prêtes. Elles développent des solutions innovantes et renforcent leurs compétences. Intervenants : Gauthier Louette, président-directeur général de SPIE SA. Retours d expérience et témoignages : Jean Mourey, maire de Vif et Thomas Charreton, responsable du centre de Veyrey- Vorroise d ETDE ; Jonathan Leguil, expert technique au Service Développement durable d Axima Réfrigération ; Jacques Stockel, directeur régional d Eiffage Énergie Val de Loire. 3. Adaptation de la formation initiale aux nouveaux métiers, pour laquelle le SERCE dialogue très régulièrement avec l Éducation Nationale tout en travaillant en parallèle sur la formation continue afin d adapter les compétences au fur et à mesure du développement des technologies ; Intervenants : Jean-Pierre Collignon, inspecteur général de l Éducation nationale ; Michel Foulon et Mounaim Tounzi, UFR de physique et IUT de l Université de Lille 1 ; Marc Laurent, directeur de Formapelec. 4. Le financement, qui représente un défi très important. C est un élément central, notamment pour les collectivités locales. Intervenants : Florence Masson, Dpt Ville, Urbanisme et Habitat de l Association des Maires de France (AMF) ; Mickaël Marie, Association des Régions de France (ARF), conseiller régional Basse-Normandie ; Virginie Schwarz, directrice exécutive des programmes de l ADEME ; Caroline Messin, responsable du Développement Produits Partenariats d Oseo. Le compte rendu détaillé est disponible sur : Serce - n 54 - Août / Septembre

8 ACTUALITÉS DE LA FILIÈRE JCF Nicolas Badré, directeur financier et Frédéric Vincent, PDG de Nexans Nexans affiche un résultat net de 13 M au 1 er semestre Le Conseil d Administration de Nexans, réuni le 24 juillet 2012, a arrêté les comptes consolidés du groupe pour le premier semestre «Nous sommes en ligne avec l indication que nous avions donnée au mois d avril, puisque nous connaissons une croissance organique voisine de zéro (+0,2%) au 1 er semestre avec un chiffre d affaires qui s établit à M», explique le PDG Frédéric Michel ajoutant : «la marge opérationnelle s établit à 87 M, soit 3,6% du chiffre d affaires, contre 5,1 % en Nous observons une stabilisation de nos affaires, pour tous nos métiers». L écart s explique par la dégradation de la rentabilité des activités de Transmission HT ventes en chute de -15 %, dont -24 % pour la transmission sous-marine, contre un calme plat pour le marché de la transmission terrestre tandis que pour les autres métiers, la rentabilité continue à progresser. C est le cas en particulier du métier Distributeurs et Installateurs dont le chiffre d affaires croît de +4,9 % pour atteindre 652 M au 1 er semestre 2012 (40 % en Europe, 35 % dans les Amérique), tandis que la marge opérationnelle augmente de +6,6 %. Bien entendu, une série de mesures sont mises en place pour stabiliser l activité Transmission d ici fin 2012 et restaurer un mode opérationnel normal en Pour l ensemble de ses métiers, les ventes du groupe en Europe (y compris la zone MERA : Moyen-Orient, Russie, Afrique) progressent de +3,6 %, les Amérique connaissent une croissance de +5,8 % (Nexans détient une position forte au Canada), contrairement à la zone Asie-Pacifique qui décroît légèrement (-1,7 %) du fait d une Chine en décroissance significative (résultat environ 30 % inférieur à celui de l an passé), mais d une Corée en forte croissance. «Nous enregistrons une contribution très positive d AmerCable (fabrication de fils et câbles électriques et optiques pour les activités Oil & Gas, et les mines) qui a fait l objet d une opération d acquisition en février 2012 pour 211 M portant l endettement net consolidé du groupe à 678 M au 30 juin Sur les 4 premiers mois de l année, les activités d AmerCable sont en progression de +20 % par rapport aux 4 mois équivalents de 2011, tandis que sa profitabilité est supérieure à celle du segment Industrie» admet Frédéric Michel pour qui «les activités Câbles (hors haute tension) sont en progression de +3,6 %» n 54 - Août / Septembre 2012

9 Bâtiments BBC et risques de non-qualité L Agence Qualité Construction (AQC) a publié en juin dernier un rapport faisant état de retours d expériences dans les bâtiments basse consommation. Ce rapport d une soixantaine de pages distingue les désordres dans le cas de constructions neuves (73 % des opérations) et d opérations de rénovation (27 % des opérations), ayant un impact sur la performance de l enveloppe et celle des équipements et la qualité d usage du bâtiment. La campagne d enquête globale, réalisée sans approche statistique, repose sur plus de 200 opérations et totalise un ensemble de observations. Plusieurs partenaires ont pris part au travail d enquête : l AQC, mais aussi Certivéa, Cerqual, Cequami, la Fédération des Pact, Promotelec, ainsi que l Union Sociale pour l Habitat (USH). Globalement, 88 maisons individuelles et 65 bâtiments collectifs ont été visités, couvrant les 8 zones géographiques définies par la réglementation thermique. Au stade de la conception, ont été relevées des situations de mauvais positionnement des équipements. Conséquences prévisibles : maintenance difficile et rendement non optimisé. Sont concernés les VMC double flux, les panneaux solaires thermiques, les installations photovoltaïques. Choix et dimensionnement sont également en cause. C est le cas par exemple du surdimensionnement de chaudières à bois ou à pellets (granulés). Parmi les points sensibles relevant de l exécution, la présence de ponts thermiques et les défauts d étanchéité à l air font l objet de nombreuses remarques. Il est noté également de nombreuses situations où s opèrent des changements d équipements en cours de chantier pour installer des appareils hors préconisations du bureau d études et non pris en compte dans l étude thermique! En complément, de nombreuses remarques post-réception du bâtiment, concernent l absence d entretien par l exploitant et utilisateur (de VMC double flux par exemple). L enquête met en évidence le manque de passation des équipements entre installateur et mainteneur/ exploitant, l absence de suivi de la programmation dans le temps, ou encore le fait que l utilisateur se trouve démuni face à la complexité du système. L ensemble des points de non-qualité est présenté sous la forme de tableaux rapidement exploitables. La lecture de ce rapport fait prendre conscience de l importance des échanges entre professionnels et voire au sein d une même équipe. Ce qui est loin d être le cas sur tous les chantiers BRÈVE Des financements innovants pour projets innovants Un nouveau groupe de travail devrait voir le jour dans le cadre du Plan Bâtiment Grenelle placé sous la direction de Philippe Peltier. Objectif : favoriser la mise en place d outils innovants afin de financer les travaux de performance énergétique. Dans le but de remettre les premières propositions début 2013, plusieurs sous-groupes ont déjà commencé à se réunir au cours de l été. - n 54 - Août / Septembre

10 ACTUALITÉS DE LA FILIÈRE Aiphone : vitesse de croisière pour le configurateur en ligne En 2007 déjà, Aiphone avait lancé un configurateur en ligne pour sa gamme «collectif». Ce module d assistance à la réalisation de devis permettait au spécialiste de l interphonie de faciliter la réalisation de plusieurs centaines de devis par mois. Mieux! Depuis un an, un nouvel outil en ligne sur le site Internet d Aiphone a permis d étendre le service aux secteurs résidentiel et tertiaire. Plus de 9 mois de développement et de test ont été nécessaires pour donner naissance à un configurateur opérationnel suivant deux approches : - accès libre sans inscription, mais limité à la compilation de références produits sans mention de prix ; - accès avec inscription permettant à l installateur de compiler les tarifs publics, en accédant par ailleurs aux notices de l utilisateur final et à différents documents complémentaires. Ces documents constituent une valeur ajoutée, comme par exemple l attestation de TVA réduite à 7 %, les modèles de courriers d accompagnement de devis et de facture, les relances de facture. Le tout avec la possibilité de gérer les projets en distinguant des lignes «main-d œuvre», «accessoires» voire en permettant à l installateur d insérer son logo. Pour les deux approches, le configurateur offre au choix une entrée par marché, par système ou par gamme. Ce configurateur aide actuellement à la réalisation de devis par mois. Le tout en 4 étapes : choix de la gamme, configuration des platines, configuration des postes, chois des options. BRÈVES Formapelec : stage «Efficacité énergétique en éclairage public» Le centre de formation Formapelec propose une centaine de formations dédiées aux métiers de l électricité et accueille stagiaires par an. Dès 2007, en partenariat avec le Serce, une formation «Efficacité énergétique» a vu le jour. Au cours de plusieurs sessions de 5 jours, ont ainsi été formés plus de 340 stagiaires chargés d affaires au sein d entreprises membres du Serce. En complément, un module dédié à l efficacité énergétique de l éclairage public (dans un premier temps d une durée de 2 jours) s adressera prochainement aux responsables de services d éclairage public. La formation abordera notamment l audit et l expertise des réseaux existants, l optimisation des temps d allumage ou encore les consommations et l efficacité énergétique. Une présentation sera faite des différents types de matériels et de solutions techniques sans oublier l approche du bilan financier et du retour sur investissement. Klauke : de nouveaux investissements Spécialiste de la connexion de puissance en matière de cosses et d outillage, Klauke annonce une croissance constante de ses ventes. L industriel investit alors dans 2 nouveaux centres d usinage à commande numérique de tournage/fraisage pour son site historique de Remscheid(1), siège de Klauke implanté en Allemagne. En complément, l agrandissement du centre d usinage CNC horizontal haute performance, permet à Klauke de se positionner pour sa croissance future. Par ailleurs, un nouveau bâtiment en construction pour la filiale Slovaque devrait entrer en production début Quant à la qualité, le processus de production et les possibilités de contrôle des outils garantissent une précision d usinage à la fois supérieure et régulière, même quand un seul opérateur doit gérer plusieurs machines simultanément. (1) Voir la visite d usine Klauke à Remscheid publiée dans Électro Magazine n 40 (novembre-décembre 2010). À propos de la robotique personnelle et de service La DGCIS (1) et le Pipame (2) viennent de rendre disponible une étude intitulée «Le développement industriel futur de la robotique personnelle et de service en France». Disponible sur le site Internet de la DGCIS, ce rapport très complet de 200 pages s articule en 2 parties : sur l état des lieux de la filière et sur le potentiel de marché de la robotique de service. Trois segments sont concernés : la robotique d assistance à la personne en perte d autonomie ; la robotique personnelle et le robot compagnon ; la robotique de surveillance et de gardiennage. L étude apporte un éclairage avec les forces et les enjeux en présence, sur le marché français mais également international. De quoi alimenter la réflexion stratégique des professionnels actuellement les plus actifs sur le marché de la domotique (1) Direction générale de la compétitivité de l industrie et des services. (2) Pôle interministériel de prospective et d anticipation des mutations économiques. Fibre optique, «fibrotique» et compétences IDFO-Habitat Numérique vient de lancer une nouvelle commission «DRCF» dédiée à l élaboration d une démarche de reconnaissance des compétences «fibrotique». Les premières conclusions seront rendues fin Rappelons la notion de «Fibrotique» introduite par Ramez Fakih, président de l IDFO- Habitat Numérique dans notre édito paru en avril dernier : «Nous avons la conviction qu émerge un métier répondant aux besoins du logement en matière de services triple Play et de services de gestion technique, à proposer simultanément. Une association qui pourrait séduire le client et accélérer le déploiement de la fibre optique. Ce concept fait se rejoindre les technologies fibre optique et domotique dans le cadre de ce nouveau métier que nous baptisons opérateur fibrotique.» n 54 - Août / Septembre 2012

11 SIB groupe ses activités à Boulay, en Moselle SIB SIB - Spécialiste Industrie Bâtiment membre du groupe Schlemmer Industry & Building Parts, nouvelle dénomination de SIB-ADR depuis fin 2011, l un des leaders mondiaux du presseétoupe pour l industrie et des produits du bâtiment, vient d achever la fermeture et le transfert de son site de Laboissière-en-Thelle, près de Beauvais (Oise) pour regrouper l ensemble de ses activités à Boulay, près de Metz, en Moselle. Le site beauvaisien était plus dédié «bâtiment et artisans» (boîtiers de cloisons sèches, d incorporation bêton), tandis que celui de Boulay, d une surface de m 2, était orienté «industrie» (PE, gaines & raccords). Désormais, à Boulay, depuis début septembre, sont regroupés la production, la logistique et l ensemble des salariés de SIB. La moitié du personnel de Laboissière-en-Thelle est en cours de reclassement sur la région, l autre moitié ayant rejoint Boulay qui accueille 120 personnes. «Cette nouvelle organisation permettra d améliorer le service et la gestion des fabrications et des commandes. Avec une logistique unique, nous allons améliorer notre taux de services pour nos clients installateurs, industriels et distributeurs qui de plus en plus distribuent nos gammes industrie et bâtiment. Ils bénéficieront de livraisons plus rapides, provenant d un seul site, ceci évitant les livraisons partielles», explique Gilles Lherbier, président de SIB. Cette évolution s explique par la progression du marché «bâtiment» qu enregistre SIB. Avec l entrée en vigueur de la RT 2012, les boîtiers BBC étanches et leurs accessoires (mamelons, bouchons, etc.), prennent une part grandissante. «Globalement, la demande dans le domaine du bâtiment a été forte en juillet et août, et les installateurs sont assez confiants avec des carnets de commandes remplis jusqu à la fin du 1 er trimestre 2013», souligne Gilles Lherbier.

12 ACTUALITÉS DE LA FILIÈRE Câble Équipements, toutes les solutions pour manipuler les câbles En 2000, la société a acquis une activité de fabrication de protègecâble : petits modèles pour le passage des personnes (en bureautique) et gros modèles pour les câbles jusqu à 135 mm de diamètre, pour le passage des véhicules jusqu à 38 t. «Nous sommes un vrai spécialiste positionné sur des niches de marché très précises, avec de nombreux modèles brevetés», souligne Nathalie Salaün. Son département «Alimentations Électriques» a constitué une gamme de 270 enrouleurs à rappel automatique, réalisés en fonction du nombre de conducteurs, du type et de la section des câbles, de la longueur, de la protection IP, de la matière du carter (plastique, acier, alu) ; ces enrouleurs sont destinés à l alimentation de l outillage (chantier, usines, engins mobiles). Nathalie Salaün, dirigeante de Câble Équipements, entourée de son directeur commercial Alexandre Derupti (à g.) et de son directeur technique Alain Pivain (à d-). Depuis 2009, Câble Équipements est installée dans un bâtiment neuf à Noiseau (94) qui accueille les bureaux, l atelier et un vaste entrepôt de stockage, en rapport avec l accroissement des activités de l entreprise. Celle-ci, dirigée par Nathalie Salaün, emploie 12 personnes, L usinage des composants est en partie confié à l Entreprise Lozérienne d Applications Mécaniques (Elam), située en Aubrac, et dirigée par Jean-Adrien Recoules, le frère de Nathalie Salaün, et fondée, en 1973, par leur père. Câble Équipements propose ainsi, des dérouleurs de touret, des dévidoirs de chantier, des distributeurs de bobines et couronnes, des racks à touret, des métreuses, des enrouleurs manuels et des machines enrouleuses, qui représentent l activité historique de l industriel. «Ces produits sont essentiellement fabriqués en France, afin de maîtriser le R&D, la qualité et les délais ; un choix, parfois difficile, mais qui permet de conserver les emplois», explique Nathalie Salaün. En juin dernier, une nouvelle activité a été créée à partir du brevet d une machine préfileuse. «Cet appareil pour l électricien seul sur son chantier, s amortit rapidement, en termes de gains de temps à la pose et de coûts face aux solutions industrialisées», précise Nathalie Salaün. Enrouleur à rappel automatique en plastique Gamme XF jusqu à 8 conducteurs, vitesse d enroulement : 30 m/mn, avec support mural. BRÈVES Road show : Weidmüller reprend la route avec 2 bus Le spécialiste de la connectique et du raccordement reprend la route pendant tout le mois de septembre dans le cadre de son «Lest s connect tour 2012». Weidmüller, spécialiste de la connectivité industrielle et des systèmes de raccordement électrique, reprend la route et sillonne la France en septembre afin de présenter ses innovations produits et solutions, mais aussi sa nouvelle identité visuelle. Deux bus de démonstration présenteront une offre globale de nouveautés. Les véhicules dédiés, aménagés aux couleurs du fabricant, sont équipés de bancs de démonstration fonctionnels et d écrans plats pour la projection de vidéos. Au programme : Du 3 au 7 septembre : Sud-ouest et Alpes ; Du 10 au 14 septembre : Normandie, Rhône et Centre Auvergne ; Du 17 au 21 septembre : Région Parisienne, Bretagne et PACA ; Du 24 au 28 septembre : Normandie. Une seconde tournée est déjà prévue du 19 novembre au 7 décembre Weidmüller n 54 - Août / Septembre 2012

13 LA PAROLE À... Promotelec Damien Hasbroucq, directeur de Promotelec Association Promotelec 2 guides pour la sécurité électrique des logements existants En cohérence avec la norme XP C dédiée au diagnostic électrique obligatoire en cas de vente, l association Promotelec, Consuel et les organisations professionnelles d installateurs éditent deux guides complémentaires. Ces ouvrages de références sont au service des contrôleurs comme des installateurs, pour élever concrètement le niveau de sécurité des installations électriques dans l habitat individuel et collectif existant. Plus de précisions avec Damien Hasbroucq, directeur de l association Promotelec. La sécurité électrique demeure un socle indispensable à tout logement durable. Ce message, en permanence revisité et porté au goût du jour au rythme des évolutions normatives, fait partie des axes de communication prioritaires de l association Promotelec. Dans le contexte du diagnostic en cas de vente de logement des installations électriques de plus de 15 ans et de la mise en sécurité de celles-ci, l association Promotelec a œuvré en coordination avec la filière électrique, et en particulier avec les organisations professionnelles d installateurs : Capeb, Fedelec, FFIE et Serce. Électro Magazine Comment s est déroulé ce travail commun aboutissant aujourd hui à un message homogène diffusé auprès des installateurs? Damien Hasbroucq Il s agit d un projet mené en synergie avec les organisations professionnelles. La cohérence de cette action aboutit à des outils complémentaires à même d alimenter la réflexion autour du thème de la sécurité. À partir des textes officiels, et grâce à des guides de référence, nous apportons aussi des réponses à des questions concrètes des professionnels qui œuvrent sur le terrain. Il existe deux guides complémentaires en lien avec le diagnostic électrique obligatoire en cas de vente : le Guide «Installations électriques des logements existants prévenir les risques encourus» édité par l association Promotelec et le Guide «Travaux» élaboré par les organisations professionnelles d installateurs. Que contient le Guide édité par Promotelec? Damien Hasbroucq Le Guide «Installations électriques des logements existants prévenir les risques encourus» est en quelque sorte le document «chapeau». Après un rappel des responsabilités des propriétaires et des locataires, il fixe les exigences minimales de OÙ SE PROCURER LES GUIDES? Le Guide «Installations électriques des logements existants prévenir les risques encourus» est en vente en ligne à la rubrique Librairie de notre site Internet. Quant au Guide «Travaux», il est aujourd hui diffusé par les différentes organisations professionnelles d installateurs auprès de leurs adhérents. sécurité des installations électriques existantes des bâtiments d habitation, pour les parties privatives et pour les parties communes des immeubles collectifs. La présente édition est le fruit d une étroite collaboration avec Consuel, qui a adopté ce guide comme référentiel pour les diagnostics et les visites sur site réalisés dans le cadre d installations existantes de locaux à usage d habitation. Pour les dossiers déposés depuis le 1 er juin 2012, le guide Promotelec est le référentiel des prescriptions de sécurité dans le cadre des formulaires d attestation de conformité visées par Consuel pour la mise en sécurité des bâtiments d habitation. Comment s articulent la norme XP C et le guide travaux avec le guide Promotelec? Damien Hasbroucq Sur la base des six exigences minimales de sécurité explicitées dans le guide Promotelec, la norme expérimentale XP C définit le contenu, la méthodologie et les modalités de réalisation du diagnostic électrique obligatoire en cas de vente. Ce diagnostic porte sur l installation électrique intérieure des bâtiments à usage d habitation, qu il s agisse de maisons individuelles ou d appartements en immeubles collectifs. La norme XP C constitue le référentiel officiel des diagnostiqueurs immobiliers certifiés en électricité. Le Guide Travaux a été réalisé par le CNEE (1), dont la FFIE, en collaboration avec l association Promotelec et Consuel. Sa révision fait suite aux évolutions de la norme XP C La nouvelle édition 2012 est à disposition depuis juillet dernier. Le guide travaux constitue le guide pratique de référence pour les installateurs souhaitant réaliser des travaux de mise en sécurité à partir d anomalies constatées dans un rapport : - de diagnostic établi par un diagnostiqueur immobilier, - de diagnostic établi par Consuel, - ou établi suite à une visite sur site de Consuel après réception d un formulaire d attestation de conformité, dans le cadre d une mise en sécurité de l installation électrique. Le Guide Travaux édition 2012 a été rédigé en cohérence avec les dispositions du guide Promotelec «Installations électriques des logements existants prévenir les risques encourus». Propos recueillis par Michel Laurent - n 54 - Août / Septembre

14 LA PAROLE À... 2 es Assises Électricité & Habitat : L Association Promotelec répond aux grands enjeux de société L année de son 50 e anniversaire, l Association Promotelec organise deux événements d envergure et place les usages de l électricité au cœur de l actualité : les 3 es Journées Nationales de la Domotique, du 16 au 30 novembre, et les 2 es Assises Électricité & Habitat, le 16 octobre. À l occasion de ces dernières, elle contribuera à apporter des solutions aux grands enjeux de société auxquels la France doit répondre : le réchauffement climatique, la raréfaction des ressources énergétiques, le vieillissement de la population et le besoin de sécurité. LE PROGRAMME 14 h 00 Accueil des participants. 14 h 30 Ouverture des Assises Patrick Bayle, président de l association Promotelec. La sécurité électrique des logements est un préalable indispensable pour répondre aux nouveaux enjeux de société et rendre notre habitat sûr, adapté à chacun et économe. Les progrès se multiplient, nos modes de vie évoluent. Les grands enjeux de société impliquent désormais de nouvelles attentes et exigences pour rendre notre habitat sûr, adapté à chacun et économe. Les objectifs fixés par le Grenelle de l Environnement imposent une réduction de la consommation énergétique. Un objectif crucial pour le bâtiment, qui, à lui seul, représente 43 % de l énergie consommée et 20 % des émissions de CO 2. La protection de l environnement et la raréfaction des énergies fossiles induisent en l occurrence des comportements et des équipements plus économes en énergie. La France doit également faire face au vieillissement de sa population, alors que 90 % des personnes de plus de 60 ans souhaitent rester à leur domicile plutôt qu intégrer une maison de retraite. Pour répondre à ces besoins, la sécurité de l habitat apparaît comme un prérequis indispensable. Pourtant, plus de 7 millions de logements présentent un danger électrique, et deux sur trois vendus entre 2009 et 2011 n étaient pas en sécurité. Pour les 33 millions de logements de notre pays, ces défis doivent aujourd hui être relevés : comment permettre à leurs occupants, tout à la fois, de vivre dans un habitat sûr, de pouvoir vieillir chez eux, d assurer leur qualité de vie et de moins consommer d énergie? À l occasion des 2 es Assises Électricité & Habitat, organisées le 16 octobre prochain à Paris, l association Promotelec fera la démonstration, exemples à l appui, que l électricité dans son utilisation durable et performante peut contribuer à apporter des solutions à ces enjeux Association Promotelec 14 h des engagements! Aujourd hui des actes Présentation d exemples de réalisations concrètes et duplicables. Témoins : - Stéphane Pavlovic, directeur, Confédération générale du logement (CGL) ; - José Pereira, président, Union nationale artisanale équipement électrique et électronique (UNA3E) Confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) ; - Jean-Yves Robin, vice-président, Fédération française du bâtiment (FFB) ; - ainsi que des parlementaires. 16 h 15 Objectif : 33 millions de logements sûrs, adaptés à chacun et économes, l électricité au service de ce défi! - Prévention des risques : vivre chez soi en toute sérénité. - Accessibilité, autonomie et confort : des solutions concrètes pour notre habitat. - Économie d énergie et respect de l environnement : l électricité au service des économies et de l innovation dans l habitat. Intervenants (noms à confirmer) : ADEME, USH, FIEEC, ainsi que des parlementaires et acteurs de la société civile. 17 h 30 Manifeste Électricité & Habitat : des objectifs, des engagements partagés! Intervenants : - Jean-Claude Guillot, président, Fédération françaises des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE) ; - Patrick Liébus, président, Confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) ; - Thierry Vidor, directeur général, Association Familles de France ; - ainsi que des parlementaires. 18 h 15 Conclusion n 54 - Août / Septembre 2012

15 LES ASSISES en un coup d œil Quand : mardi 16 octobre 2012 de 14 h à 19 h. Où : Cité de l Architecture et du Patrimoine 7 avenue Albert de Mun Paris. Trois temps forts : - Valorisation de réalisations concrètes en ligne directe avec le Manifeste. - Débat autour des usages de l électricité au service d un logement sûr, adapté et économe. - Retour sur les engagements du Manifeste 2011 et les priorités pour Contact : Luce Jolivet Tél. : de société. Pour en débattre, elle réunira ses membres acteurs de la filière électrique et du bâtiment et associations de consommateurs des représentants des pouvoirs publics, des parlementaires et des acteurs-clés de la société civile. Les travaux s articuleront autour de trois temps forts : «2011, des engagements! Aujourd hui, des actes» De l engagement à l action, une dizaine de réalisations seront présentées qui illustrent les décisions prises à l issue des premières Assises, l an dernier, dans le «Manifeste pour un habitat sûr, adapté à chacun et économe» (voir encadré). À la fois concrètes et duplicables, ces réalisations répondent aux principes forts énoncés dans le Manifeste : elles illustrent totalement ou en partie les trois enjeux majeurs de l association Promotelec, un habitat sûr, adapté à chacun et économe. Elles couvrent également le périmètre complet du parc de logements français : le neuf et la rénovation, le logement individuel et collectif, privé et social. «Objectif : 33 millions de logements sûrs, adaptés à chacun et économes, l électricité au service de ce défi!» Ce débat sera articulé autour de trois thèmes : prévention des risques : vivre chez soi en toute sérénité : la prévention des risques intègre à la fois la sécurité électrique, la sécurité incendie, la détection des fuites, la prévention des chutes et la sécurité intrusion ; accessibilité, autonomie et confort : des solutions pour notre habitat : de nombreuses solutions domotiques existent pour permettre l autonomie des personnes âgées à leur domicile, et apporter le confort adéquat lorsqu un événement vient modifier les habitudes de vie des occupants (naissance ou départ d un enfant, maladie, immobilisation passagère, situation de handicap, etc.) ; économies d énergie et respect de l environnement : l électricité au service des économies et de l innovation dans l habitat. L association Promotelec soutient la notion de «logement durable» : elle promeut à la fois les solutions performantes et l éducation des occupants aux bons usages qui entraînent notamment des économies d énergie et d émissions de CO 2. «Manifeste Électricité & Habitat : des objectifs, des engagements partagés» À l occasion des premières Assises, le 11 octobre 2011, plusieurs constats ont été dressés, et trois objectifs fixés : - mettre en sécurité électrique d ici à 2020 chaque logement vendu ou loué ; - faire connaître à chaque Français, pour 2015, les solutions domotique et très haut débit lui correspondant ; - avoir réduit dans le bâtiment les consommations d énergie de 38 % et les émissions de CO 2 de 50 % d ici Cette table ronde permettra de réaliser un état des lieux des actions menées, qui peuvent concerner un grand nombre de logements et apporter des réponses à ces enjeux. LE MANIFESTE pour un habitat sûr, adapté à chacun et économe Signé lors des 1 res Assises Électricité & Habitat, le 11 octobre 2011, il formalise les actions et identifie les engagements de l ensemble des membres de l association Promotelec. Engagements pour un habitat sûr - Renforcer l information et la sensibilisation des Français aux règles essentielles de mise en sécurité électrique. - Valoriser les professionnels qualifiés pour mettre en sécurité électrique les logements. Engagements pour un habitat adapté à chacun - Renforcer l information et la sensibilisation des Français aux bénéfices apportés par la domotique et le très haut débit. - Accroître le nombre d installateurs et de prescripteurs formés sur la domotique et le très haut débit. Engagements pour un habitat économe - Renforcer l information et la sensibilisation des Français sur les solutions performantes et les gestes adaptés pour réduire leurs consommations d énergie et leurs émissions de CO 2. - Accompagner et valoriser les professionnels experts en rénovation énergétique. Marie-Anne Montchamp, alors secrétaire d État auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale a ouvert les premières Assises Électricité & Habitat, le 11 octobre 2011, face à un public nombreux. Association Promotelec Association Promotelec - n 54 - Août / Septembre

16 LA PAROLE À... 3 es Journées Nationales de la Domotique : Un événement d envergure pour démocratiser la domotique Les 3 es Journées Nationales de la Domotique se dérouleront du 16 au 30 novembre L occasion pour le grand public de découvrir un large panel de solutions pour faciliter tous les usages du quotidien : sécurité, assistance à l autonomie, confort, économies d énergie, accès au très haut débit. Pour les professionnels, participer à cet événement constitue une occasion unique d augmenter leur visibilité et d accompagner leurs prospects tout au long de leur projet. leurs clients et prospects, afin de leur présenter les solutions qui peuvent répondre à leurs besoins en matière de confort, de sécurité, d assistance à l autonomie et d économie d énergie. À chaque besoin sa solution! Association Promotelec 90 % des Français se déclarent intéressés par la domotique. C est ce qui ressort d une étude du CSA réalisée pour l association Promotelec fin 2011 (1). Les ménages recherchent en premier lieu des solutions qui leur permettraient de réaliser des économies d énergie (82 %), d améliorer leur confort (79 %) et de simplifier leur quotidien (74 %). L offre domotique se positionne aujourd hui de manière croissante au service du confort. Le logement est devenu un refuge, la domotique contribue à apporter de nouvelles solutions favorisant le bien-être et la sérénité chez soi. Elle a gagné en simplicité et s est développée dans de nombreux domaines, qui répondent à tous les besoins des occupants, et à leur budget, à chaque étape de leur vie. Le rendez-vous annuel de la domotique Pour faire connaître cette offre au plus grand nombre, l association Promotelec organise les 3 es Journées Nationales de la Domotique, du 16 au 30 novembre Cet événement national s adresse à la fois au grand public et aux professionnels : installateurs, constructeurs et promoteurs, architectes et maîtres d œuvre, institutions et collectivités, personnels de santé. Elles ont pour objectif de démocratiser la domotique et de faire connaître au plus grand nombre les bénéfices apportés. À l instar de la dernière édition, qui avait rassemblé plus de visiteurs autour de 372 installations, des logements équipés en solutions d automatisation pourront être visités pour faire la démonstration, en grandeur réelle, des bénéfices concrets de la domotique. Les fabricants et les distributeurs d équipements ouvriront également les portes de leurs showrooms aux professionnels accompagnés de En cela, la domotique apporte une réponse concrète à certains grands enjeux de société, qui ont notamment été identifiés par l association Promotelec et ses membres à l occasion des 1 res Assises Électricité & Habitat (lire pages précédentes). La sécurité, une composante essentielle du bien-être Assurer la sécurité de son logement est une préoccupation majeure de chacun d entre-nous. Qu elle relève de l alarme technique ou de la détection d intrusion, la domotique propose de nombreuses solutions qui permettent d accroître la sécurité. En cas de fuite d eau, de gaz ou de coupure d électricité, une alarme alerte les occupants, au domicile ou à distance sur leur téléphone portable, qui peuvent ainsi réagir au plus vite. Un détecteur de fumées bien placé dans le logement peut sauver des vies. 70 % des incendies mortels débutent en effet la nuit, surprenant les victimes dans leur sommeil. Sécurité des biens, mais aussi des personnes : à tous les âges de la vie, les risques domestiques représentent une cause d accidents relativement élevée. Les seniors en sont particulièrement victimes au-delà de 65 ans. Chaque année, pas moins de personnes âgées décèdent à la suite d une chute, dont plus de 70 % à leur COMMENT PARTICIPER aux Journées Nationales de la Domotique? - Connectez-vous sur - Remplissez votre fiche de participation avant le 25 septembre Laissez-vous guider Contact : association Promotelec - Tél. : n 54 - Août / Septembre 2012

17 Économies d énergie, confort, simplification des gestes du quotidien, sécurité technique, contrôle d accès : la domotique répond aux besoins de chacun dans le logement. domicile (2). Solutions simples à mettre en place, des interrupteurs adaptés et un système d éclairage programmé et piloté depuis la table de chevet pour commander les lampes, par exemple sur le parcours conduisant à la salle de bains, peuvent réduire ces risques de manière drastique. Autres solutions : l alarme anti-intrusion et le vidéophone offrent un contrôle de l accès au logement. La fermeture commandée des volets roulants apporte elle aussi la sérénité. Un enjeu majeur : l assistance à l autonomie La domotique offre également des solutions pour accroître l autonomie des personnes dépendantes, dont le nombre augmente d année en année. Selon des hypothèses de l Insee, il serait multiplié par 1,4 entre 2010 et 2030, soit 1,5 million de personnes en plus. Plus de 92 % des personnes de ans et 71 % des ans vivent à domicile et souhaitent y rester le plus longtemps possible (3). La domotique offre un bouquet de solutions qui permettent aux personnes âgées de vivre chez elles en sécurité, en pilotant leur niveau de confort avec simplicité : bouton d alerte en cas de chute ou de malaise, pilotage de l éclairage, des volets roulants, du téléviseur à partir d une commande universelle, contrôle des accès par vidéophonie, sont quelques-unes des solutions accessibles pour faciliter le bien-être de nos aînés. Pour rompre l isolement et préserver le lien social, l accès au multimédia et au très haut débit leur permet de rester en contact avec leurs proches. Un coffret de communication et des prises universelles offrent une grande souplesse dans l utilisation du réseau de communication. Selon les besoins, un téléviseur, un téléphone ou un ordinateur peuvent être branchés sur une prise universelle, tout en se connectant à Internet à partir de n importe quelle pièce. Agir sur ses habitudes pour réduire sa facture Quant aux économies d énergie, elles sont désormais à la portée de tous, avec des solutions de programmation et de régulation du chauffage, notamment un gestionnaire de chauffage centralisé pour piloter différentes consignes suivant l heure de la journée et les différentes pièces. La fermeture automatique des volets lorsque la nuit est tombée économise l énergie en hiver. La gestion de l éclairage contribue aux facteurs d économie, notamment en variant l intensité lumineuse selon les pièces, l heure ou l activité. Et pour avoir une meilleure connaissance de l impact de son mode de vie sur la facture énergétique, la domotique apporte un éclairage indispensable : véritable tableaux de bord de l installation, les dalles tactiles proposent désormais le suivi des consommations d énergie, aussi bien pour le poste chauffage que la production d eau chaude sanitaire, l éclairage Association Promotelec UNE FORMIDABLE opportunité pour les installateurs En participant aux Journées Nationales de la Domotique, les professionnels, du prescripteur à l installateur, ont une vraie carte à jouer. En invitant leurs clients et prospects à visiter des logements qu ils ont équipés ou le showroom d un distributeur ou d un fabricant, ils les accompagnent dès le début de leur projet, se font de nouveaux contacts et peuvent ainsi élargir leur portefeuille de clients tout en faisant valoir leur savoir-faire. Outre une campagne de publicité nationale, régionale et sur Internet, les participants bénéficient d un accompagnement par l association Promotelec, qui met à leur disposition un panel d outils de communication : - un kit personnalisé à l identité de l entreprise : invitations ou flyers, affiches, signalétique, - des bannières pour leur site Internet, - une mise en avant de leurs réalisations grâce au référencement de leurs logements ou showrooms sur le site de l association, - un suivi personnalisé sur le site - des brochures de l association, - le bilan de l événement après-coup. Pour participer : (Inscriptions avant le 25 septembre). Lors des JND 2011, l entreprise D Ecolighting, basée dans le Bas-Rhin, présentait l installation domotique réalisée dans cet hôtel, à Ottrott. Dans le hall, un système d affichage dynamique informe les clients des dernières actualités. Tous les équipements sont pilotés de manière automatique et centralisée. L éclairage se fait par rubans LEDS incrustés dans les éléments d architecture. et l électroménager. Les systèmes de comptage des consommations par usage et leur affichage en temps réel permettent de connaître les véritables consommations par poste et ainsi de comprendre et d agir en conséquence, pour devenir l acteur de ses consommations. (1) «Enquête sur la connaissance, l intérêt et l équipement en matière de domotique en France», Étude CSA pour l association Promotelec, décembre (2) Programme de mise en sécurité du domicile des personnes âgées, ministère de l Économie, de l Industrie et de l Emploi, septembre (3) Rapport de la mission «Vivre chez soi», Nora Berra, secrétaire d État en charge des Aînés, juin n 54 - Août / Septembre

18 LA PAROLE À... Récylum : plus de tonnes de lampes collectées En 6 ans d existence, l éco-organisme à but non-lucratif en charge de la collecte et du recyclage des lampes usagées, a fait naître un nouveau geste de tri. Le déploiement de plus de points de collecte sur tout le territoire national a permis de dépasser le 14 juillet dernier la barre de tonnes de lampes usagées collectées depuis la création de Récylum. Pour compléter un réseau de points de collecte très dense auprès des professionnels de l électricité et des grandes surfaces, Récylum a développé deux réseaux complémentaires afin de mieux collecter les volumes diffus détenus par les particuliers et les PME. La Lumibox en magasins de proximité Petite sœur du meuble de collecte que Récylum a mis en place dans les hypermarchés, la Lumibox a été conçue spécifiquement pour répondre au problème de place des petites surfaces de vente en centre-ville. Installée bien en vue, facile à repérer, elle permet à chacun de déposer ses lampes usagées (lampes basse consommation, tubes fluorescents et lampes à Led) en toute sécurité, au plus près de chez soi (un outil de géolocalisation est disponible sur Depuis 2010, plus de Lumibox ont trouvé leur place dans les magasins de proximité. Ce grand nombre de Lumibox permet à chaque Français de disposer d un point de collecte sur son trajet quotidien. Les détenteurs de lampes usagées ont donc toutes les cartes en main pour déposer leurs lampes en magasin. Pari gagné donc, puisque déjà 56 % des Français se disent concernés par le recyclage et déclarent rapporter leurs lampes usagées en magasin ou déchèterie. Le Service Lumibox Entreprise Les entreprises sous-estiment souvent leurs volumes de lampes usagées. Elles en génèrent pourtant des quantités non négligeables. C est pourquoi Récylum a mis en place le Service Lumibox Entreprise, solution très simple pour permettre aux TPE et aux PME (notamment du secteur tertiaire) de faire recycler leurs lampes usagées. Facilement accessible, ce service permet aux entreprises de faire collecter leurs lampes usagées par leur vendeur de fournitures de bureau (Fiducial, Lyreco ) ou un collecteur de déchets (plus de 35 collecteurs sur tout le territoire). Par la mise en place de ces nouveaux circuits de collecte, Récylum a amorcé une dynamique qui devrait s intensifier. Récylum Isabelle Arnaud

19 PROFESSION INSTALLATEUR/PRESCRIPTEUR Portier GT audio et vidéo d Aiphone en rénovation résidentielle Pour la rénovation du système de portier de cette copropriété parisienne, Bazot Entreprise a été retenue pour installer la solution collectif d Aiphone : le portier audio et vidéo GT. Il était temps de rénover le système de portier audio, qui, installé depuis une vingtaine d années dans cet immeuble résidentiel du XV e arrondissement à Paris, subissait des pannes intempestives, obligeant les occupants à descendre dans le hall pour ouvrir la porte. Mandaté par le conseil syndical de l immeuble, son président a recherché une solution combinant audio et vidéophonie, pouvant se substituer au simple clavier à codes, système jugé trop vulnérable. Aiphone au salon de la copropriété En se rendant au Salon de la copropriété en 2011, le président du conseil syndical a trouvé sur le stand d Aiphone, une solution répondant à son attente avec, côté rue, le portier audio et vidéo GT «Vigik et verrllage». Côté occupants, différentes solutions étaient proposées : poste audio à combiné téléphonique avec boucle magnétique (GT1D), poste audio mains libres (sans combiné) (GT1A) ou moniteur vidéo mains-libres avec boucle magnétique (GT1CL). «Les dimensions de la platine de rue d Aiphone, approximativement similaires à l ancien équipement, permettaient une installation rapide, sans dégrader les pierres de taille du hall d entrée», explique le président du conseil syndical. Bazot Entreprise retenue Pour les travaux et l étude préalable, Bazot Entreprise est entrée en contact avec la copropriété avec laquelle elle était déjà intervenue sur ce bâtiment en donnant pleine satisfaction. Un appel d offres était tout de même lancé, que Bazot Entreprise devait remporter avec la solution Aiphone, se révélant «plus esthétique et moins chère face à ses concurrents.» Bazot Entreprise a ainsi installé deux platines de rue GTVH, en raison de la disposition des lieux : une installée sur rue, et une autre, semblable, dans le sas du hall. L entreprise a également équipé les 29 appartements, en laissant à chaque propriétaire le choix entre les différents postes intérieurs. «Le système GT est évolutif et permet à chacun de modifier son équipement, en fonction de l évolution des besoins, jusqu à permettre le maintien à domicile, en accord avec la loi d accessibilité», explique Daniel Bazot, dirigeant de Bazot Entreprise. L ancien portier et le nouveau d Aiphone. Daniel Bazot, dirigeant de Bazot Entreprise. Une programmation simple des badges avec la solution Aiphone. Encodage des badges via Internet La platine GTVH installée dans cet immeuble, de type modulaire et dotée d une caméra avec un objectif grand angle 170 horizontal et 100 vertical, des pictogrammes qui s allument à chaque étape de l utilisation doublés de la synthèse vocale, un écran VFD à fort contraste utilisé pour le défilement des noms (hauteur des caractères conforme aux exigences de la loi «Accessibilité») avec touches d appel et d annulation en relief, un clavier à code et un emplacement pour lecteur Vigik. Des badges sont donnés aux occupants, et permettent la mise à jour des noms dans la platine à défilement via la centrale 1 porte UGVBA (gestion multisite à distance via internet). L encodage des badges est assuré par le président du conseil syndical, via Internet, sur le logiciel d Aiphone et sur le profil de Bazot Entreprise. «Bazot Entreprise a créé sur le logiciel UGVLOG+ d Aiphone, le nombre d appartements, qu ensuite je valide. La programmation est très simple, et il est possible d inscrire plusieurs noms pour un même appartement», explique-t-il. R.K. R.K. Facile à câbler et modulaire Quatre jours ont été nécessaires pour changer l installation de cet immeuble : deux jours pour refaire les dérivations d étages (toutes situées au dernier étage) et pour poser les alimentations dans des coffrets à la cave, et deux jours pour l installation des combinés dans les appartements, en utilisant le câblage existant (câblage audio 1 paire plus 1 paire en vidéo). «Le système GT est facile à câbler, et sa modularité permet de répondre à tous les besoins, avec un nombre de références restreint, ce qui permet de stocker à l atelier», souligne Daniel Bazot qui se fournit auprès du distributeur Digi Diffusion (Paris XII e ). Il réalise une dizaine d opérations par an avec Aiphone. Installée dans le XI e arrondissement, employant trois salariés, Bazot Entreprise, spécialisée en courant fort et courant faible, a été créée en 1918 par le grand-père de Daniel Bazot. Ce dernier l a reprise en 1972, et est un utilisateur de longue date des solutions Aiphone. L entreprise évolue dans et autour de Paris, avec une clientèle de copropriétés et du secteur tertiaire. Roland Kuschner D.R. - n 54 - Août / Septembre

20 PROFESSION INSTALLATEUR/PRESCRIPTEUR Avis d installateur AECR, une entreprise générale d électricité née d une amitié De leur amitié, Éric Coindard et Olivier Reguero en ont fait une entreprise d électricité, qui a rapidement trouvé ses marques, auprès de clients de l industrie et du résidentiel. Dans la région de Mâcon, et depuis 5 ans, AECR évolue paisiblement acquérant au fil du temps des compétences dans tous les domaines de l électricité. Travaillant tous deux dans une entreprise de rebobinage de moteurs électriques, Éric Coindard (49 ans) et Olivier Reguero (38 ans) avaient l habitude de se rendre différents services amicaux, jusqu au jour où est née, entre eux, l idée de s associer pour monter leur entreprise. À Mâcon, ils décidaient de créer Assistance électrique Coindard-Reguero (AECR), au service de l industrie et du résidentiel. En octobre 2007, alors qu ils pensaient démarrer leur activité au printemps 2008, il leur était proposé l installation d un réseau informatique (câblage de 150 tables de travail, baies de brassage et certification du réseau) pour une école d ingénieurs de Mâcon. Une technologie qu Olivier Reguero avait déjà expérimentée dans sa propre maison. Ce démarrage a bénéficié du soutien du Comptoir Lyonnais d Électricité (CLE - groupe Sonepar). «Nous avions un petit capital de départ, mais surtout le CLE nous a accordé sa confiance, en nous proposant un étalement exceptionnel des paiements», explique Éric Coindard. Industrie et bâtiment Dans l industrie, AECR s est vite constituée un portefeuille de quatre grands clients intervenants dans les domaines de l agro-alimentaire (lavage et conditionnement de légumes), imprimerie, métallurgie (dépannage, modification de postes de travail, automatismes, maintenance bâtiment, etc.). Parallèlement, l entreprise a développé une clientèle dans le résidentiel, au service d une agence immobilière, de copropriétés et de particuliers (interphonie, éclairage, alarme pour particuliers, motorisation de portail, etc.). Déployant leurs compétences, les deux associés sont intervenus pour raccorder au réseau électrique de cinq sites photovoltaïques agricoles (110 kw - câblage des panneaux et des onduleurs AC/DC). Ouvert aux nouveautés Dans le résidentiel, ils se sont rapidement engagés dans les ENR : VMC avec Atlantic, double flux avec Aldes et une préférence pour le système Akor standard, «simple à installer et rapidement amorti», et toujours en double-flux la solution Ideo d Unelvent très haut rendement, et les chauffe-eau thermodynamiques avec Atlantic. Proche géographiquement du fabricant Courant, ils utilisent ses gaines, ses Olivier Reguero et Éric Coindard, et leur véhicule, à la fois atelier et vitrine d AECR. Installation avec la gaine Flex-a-Ray posée par AECR Plancher-chauffant, avec Olivier Reguero à la pose. D.R. D.R. D.R. solutions bio-électricité (Flex-a-Ray et gaines antirayonnements) et notamment leur dernière nouveauté, la Faciloflex pour respecter les normes BBC. Avec ce fabricant, ils ont réalisé leur première maison BBC. «Le BBC, c est compliqué, difficile à chiffrer, chacun sur le chantier a sa théorie, ce qui pose beaucoup de problèmes pour le passage de gaines sans détériorer l isolation et le pare-vapeur Pour ce type de chantier, il faut une bonne coordination, et le dernier à intervenir doit être celui qui pose l isolation», estime Olivier Reguero. En chauffage, AECR a choisi Atlantic et Fondital, et Deléage pour le plancher chauffant. Pour l automatisme du résidentiel, ils accordent leur préférence aux solutions Delta Dore. Relations de confiance «Nous avons passé le cap des trois ans, et l année 2012 a bien commencé, Nous avons trois chantiers importants programmés. Nous faisons beaucoup de devis, avec un fort taux de réussite», se réjt Éric Coindard. Côté commercial, l entreprise bénéficie du bouche à oreille et des Pages Jaunes. «Nous aimons bien aller chez le client et tout expliquer, afin d établir une relation de confiance». Membres de la Capeb afin de disposer d informations, les deux associés n ont guère le temps de penser à la qualification de l entreprise. Pour l information sur les produits, ils s en remettent aux commerciaux des fabricants et à leur distributeur de référence : le CLE et à quelques autres : Rexel, CEF, etc., notamment celle fournie par Hager (modulaires pour le résidentiel) et par Schneider Electric (modulaires pour l industrie). Prochaine étape La zone de chalandise d AECR couvre un rayon de 25 km autour de Mâcon avec des incursions vers Grenoble. Le bureau de l entreprise est au domicile d Éric Coindard qui gère la part administrative, tandis qu Olivier Reguero s attache à rechercher des composants électroniques sur Internet pour réparer les cartes des portails électroniques. Pour tout local, ils ont leur véhicule utilitaire qui est à la fois leur atelier et leur vitrine. Quant à leur stock, il est réparti entre leurs domiciles respectifs, une solution intermédiaire qui devrait les amener à se doter prochainement d un local. Roland Kuschner n 54 - Août / Septembre 2012

c est simple quand on nous guide!

c est simple quand on nous guide! Pour un habitat adapté à chacun Vivre mieux chez soi, c est simple quand on nous guide! Confort au quotidien Accessible à tous, la domotique s'adapte à vos besoins et à votre mode de vie Des solutions

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Résidences Services Seniors DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Paris, le 11 avril 2014 Le groupe DOMITYS, leader des Résidences Services Seniors Nouvelle Génération, est le premier

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Les solutions électriques

Les solutions électriques Les solutions électriques pour vivre chez soi plus longtemps La technologie au cœur du parcours de vie Vivre chez soi plus longtemps grâce à une installation électrique évolutive Selon l Insee, les plus

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Formations. Transition énergétique

Formations. Transition énergétique Formations Transition énergétique Se former à la transition énergétique Anticipez les mutations de votre métier et les attentes de vos clients et prospects en vous formant dès aujourd hui aux enjeux de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr DOSSIER DE PRESSE Deuxième saison : Service de prêt de matériels de mesures pour les pertes d énergie (chauffage, électricité, eau) à destination des Bisontins : résidents et activités tertiaires Contacts

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

Hager innove pour. l efficacité énergétique

Hager innove pour. l efficacité énergétique Hager innove pour l efficacité énergétique Le groupe Hager développe et commercialise des solutions accompagnées de multiples services pour la distribution sécurisée et intelligente de l énergie électrique

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

«LA DOMOTIQUE : SANTE, ECONOMIE D ENERGIE ET CONFORT» Partenaires

«LA DOMOTIQUE : SANTE, ECONOMIE D ENERGIE ET CONFORT» Partenaires «LA DOMOTIQUE : SANTE, ECONOMIE D ENERGIE ET CONFORT» Partenaires La " DOMOTIQUE " est l'automatisation des fonctions techniques à des fins d'économie d'énergie, d'augmentation du confort, de la sécurité

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

Le Plan Climat Energie de Paris en marche :

Le Plan Climat Energie de Paris en marche : DOSSIER DE PRESSE 05 décembre 2012 Le Plan Climat Energie de Paris en marche : Rénovation énergétique globale d une copropriété parisienne : la Fontaine d Aligre (12 ème arrondissement) Sommaire 1_ La

Plus en détail

le salon de la performance du bâtiment et de la construction durable

le salon de la performance du bâtiment et de la construction durable le salon de la performance du bâtiment et de la construction durable un salon bâtiment bois énergies Eurexpo Lyon France 4>6 mars 2015 Pourquoi exposer? > Une offre large à l heure des marchés porteurs

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Présentation VERTUOZE

Présentation VERTUOZE Permettre aux artisans et entreprises de la FFB qui le souhaitent, d anticiper et de prendre un temps d avance sur ce marché prometteur Réduire la consommation moyenne du parc de 38 % d ici à 2020 Rénover

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude?

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Jeudi 7 novembre 2013 RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Intervenants: Marie-Hélène HUZE, directeur technique adjoint, COSTIC Jérôme MALDONADO, porte-parole

Plus en détail

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr MAISON www.c-3-p.fr VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) MAISON Construire avec C3P MAISON c est choisir la tranquillité et un interlocuteur unique pour mener à bien

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU PRÉSENTATION DU GROUPE Présent depuis plus de 17 ans en région Rhône Alpes où il a acquis une position de leader sur son marché, le Groupe CFI a élaboré, développé et modélisé avec

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités CERC Ile de France 22 novembre 2011 Jérôme Gatier, Directeur Plan Bâtiment Grenelle 1 Le Plan Bâtiment Grenelle : un pilotage inédit Mission d animation

Plus en détail

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR Sommaire CHAUDIÈRES DOMESTIQUES ET POÊLES VOUS SOUHAITEZ INSTALLER UNE CHAUDIÈRE OU UN POÊLE Choisir,

Plus en détail

Formation pratique à la construction & rénovation BBC Anticiper les futures réglementations

Formation pratique à la construction & rénovation BBC Anticiper les futures réglementations www.maison-bioclimatique-passive.com Pour vous aider à maîtriser le BBC voici des modules complémentaires de formation proposée par Bâtir 2050 1- Formation pratique à la construction & rénovation basse

Plus en détail

LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES

LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES un réseau de proximité une culture de l efficacité Rejoignez la 1 ère franchise nationale dans le domaine du contrôle réglementaire et de la prévention des risques professionnels

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

Diagnostic «accessibilité handicapé» des ERP de 5 ème catégorie

Diagnostic «accessibilité handicapé» des ERP de 5 ème catégorie Opération accessibilité de l artisanat de vitrine et du commerce de proximité de Toulouse Opération accessibilité de l artisanat de vitrine et du commerce de proximité de Toulouse Appel à candidature Diagnostic

Plus en détail

Le bâtiment change Comment Hager accompagne les professionnels de l électricité?

Le bâtiment change Comment Hager accompagne les professionnels de l électricité? Le bâtiment change Comment Hager accompagne les professionnels de l électricité? Guidée par des contraintes réglementaires, des faits de société et des avancées technologiques, la mutation du bâtiment

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Système d alarme sans fil. guide SOMFY

Système d alarme sans fil. guide SOMFY Système d alarme sans fil guide SOMFY Le système d alarme sans fil Somfy veille sur votre tranquillité d esprit La motorisation et l automatisation des ouvertures de la maison (volets roulants, porte de

Plus en détail

HPCBIG DATASIMULATION

HPCBIG DATASIMULATION INNOVATION BY SIMULATION SIMULER POUR INNOVER le rendez-vous international The international meeting HPCBIG DATASIMULATION 23 & 24 juin/june 2015 ECOLE POLYTECHNIQUE PALAISEAU - FRANCE www.teratec.eu DOSSIER

Plus en détail

Opération collective 2014 123 M Energie

Opération collective 2014 123 M Energie Opération collective 2014 123 M Energie Candidature pour accompagner en collectif les entreprises du Limousin s engageant dans la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie ISO

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Le contexte et les enjeux du secteur du bâtiment En France Le Bâtiment est en France le plus gros consommateur d énergie parmi tous les secteurs

Plus en détail

BIM Journées de l Ecoconstruction

BIM Journées de l Ecoconstruction BIM Journées de l Ecoconstruction 09 octobre 2015 Lorraine Qualité Environnement Sommaire 1. Présentation du pôle Fibres Energivie 2. Qu est ce que le BIM 3. Les enjeux du BIM et de la transition numérique

Plus en détail

Catalogue de formations. Un programme de

Catalogue de formations. Un programme de Catalogue de formations 2015 Un programme de Présentation des formations d Emmaüs Connect Une expertise capitalisée depuis 5 ans par un travail de terrain Emmaüs Connect est une association du Mouvement

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

RT 2012 L essentiel des solutions Delta Dore

RT 2012 L essentiel des solutions Delta Dore L essentiel des solutions Delta Dore Affichage des s Gestion du chauffage Ce qu il faut retenir un nouveau challenge pour toute la filière du bâtiment La RT (réglementation thermique) 2012 vise à limiter

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012 Dossier de presse Solar Decathlon 2014 à Versailles Paris, le 15 octobre 2012 Contact presse : Marielle Chaumien - marielle.chaumien@developpement-durable.gouv.fr - 01 40 81 15 96 www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

GREENETHE Entreprend et Innove. 16 Octobre 2012

GREENETHE Entreprend et Innove. 16 Octobre 2012 GREENETHE Entreprend et Innove 16 Octobre 2012 Greenethe SAS au capital de 80 k, née durant l été 2011 Basée près de Grenoble, avec sa production au sud de Lyon Conçoit, fabrique et commercialise des solutions

Plus en détail

w w w. e p - p a r i s. f r

w w w. e p - p a r i s. f r www.ep-paris.fr Secteurs d Activités EP s adresse particulièrement au secteur Tertiaire. > Banques et Assurances > Cabinets d Architectes > Foncières d immobilier locatif > Sociétés de services de biens

Plus en détail

AVANT PROPOS RECOMPENSES

AVANT PROPOS RECOMPENSES Association pour la promotion de la domotique dans l habitat et le tertiaire TROPHEES DU BATIMENT INTELLIGENT AVANT PROPOS DOMOLOR est une Association à compétences multiples regroupant des professionnels

Plus en détail

Retours d expérience dans l habitat collectif. Mercredi 20 février 2013

Retours d expérience dans l habitat collectif. Mercredi 20 février 2013 Retours d expérience dans l habitat collectif Mercredi 20 février 2013 INTERVENANTS : 2 Philippe Parnet - Directeur Gestion Patrimoine Patrick Vachez - Directeur du service politique énergétique Gestion

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

ERGDOM. Gestionnaire d énergie auto configurable pour l habitat et le petit tertiaire. Évolution du concept

ERGDOM. Gestionnaire d énergie auto configurable pour l habitat et le petit tertiaire. Évolution du concept ERGDOM Gestionnaire d énergie auto configurable pour l habitat et le petit tertiaire Évolution du concept Lauréat à l appel d offre «Bâtiment 2010» en 2002 1 ERGDOM : Rappel du concept EDF et le LAAS collaborent

Plus en détail

Rénovation énergétique : le Pays des Herbiers territoire pilote

Rénovation énergétique : le Pays des Herbiers territoire pilote D O S S I E R D E P R E S S E D O S S I E R D E P R E S S E Rénovation énergétique : le Pays des Herbiers territoire pilote CC du Pays des Herbiers 43 r du 11 Novembre 85504 LES HERBIERS Tél. 02 51 66

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet Pour un Futur [simple] Téléchargez le rapport complet Entreprise, collectivité : vous souhaitez en savoir plus et rentrer dans la dynamique du véhicule électrique? Retrouvez dans le rapport complet du

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Nicolas BLONDET, Prescripteur habitat ALDES représentant UNICLIMA Qualité de l'air : les enjeux 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique

Plus en détail

L efficacité énergétique dans les bâtiments : la bonne pratique du Groupe SAMSE

L efficacité énergétique dans les bâtiments : la bonne pratique du Groupe SAMSE L efficacité énergétique dans les bâtiments : la bonne pratique du Groupe SAMSE Publication retraçant l intervention de Jérôme Thfoin, directeur marketing et innovation du Groupe SAMSE, lors de la matinée

Plus en détail

Dossier de Presse. Avril 2012. Mars 2012. Le MAT ELECTRIQUE vous emmène en voyage!

Dossier de Presse. Avril 2012. Mars 2012. Le MAT ELECTRIQUE vous emmène en voyage! !!!! Dossier de Presse Mars 2012 Avril 2012 Le MAT ELECTRIQUE vous emmène en voyage! RIQUE ainsi que le jeu vous emmène en voyage! qui se tient du lundi 26 Mars au samedi 30 Juin 2012. texte peuvent ê

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE 72 CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE Guide de choix de vos formations MAÎTRISER LES

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

Un expert mondial. de l énergie bien ancré en France. Votre partenaire immobilier

Un expert mondial. de l énergie bien ancré en France. Votre partenaire immobilier Un expert mondial de l énergie bien ancré en France Votre partenaire immobilier Qui sommes-nous? E.ON dans le monde* Un leader mondial de l énergie, n 1 en Allemagne L un des plus grands importateurs

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

L exploitation-maintenance des centrales d électricité verte. Garantir la performance de vos investissements dans le temps

L exploitation-maintenance des centrales d électricité verte. Garantir la performance de vos investissements dans le temps L exploitation-maintenance des centrales d électricité verte Garantir la performance de vos investissements dans le temps L exploitation-maintenance : assurer un fonctionnement durable de vos parcs la

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffage électrique et eau chaude sanitaire Sommaire Chauffage électrique VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Valoriser les radiateurs intelligents et

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Technicien Logistique CQPM 0121 -

Technicien Logistique CQPM 0121 - Technicien Logistique CQPM 0121 - Public concerné Agent logistique confirmé Méthode et moyens Théorie en salle, Travaux pratiques Exposé, exercices, conduite de projet Validation du CQPM Technicien Logistique

Plus en détail

Steria reçoit GPSO - Grand Paris Seine Ouest

Steria reçoit GPSO - Grand Paris Seine Ouest Steria reçoit GPSO - Grand Paris Seine Ouest Visite GPSO de Green Office Meudon le 22 mars 2012 Copyright Ateliers 115 Architectes Steria GreenOffice Meudon Steria et le Système d Information qui gère

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale L ENERGIE : UN FACTEUR DE COMPETITIVITE MAJEUR POUR LES IAA L agroalimentaire représente 15%

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Roche Diagnostics France Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Le plan Rénovation Energétique des Bâtiments de la Nouvelle France Industrielle en ordre de bataille avec le CERCLE PROMODUL

Le plan Rénovation Energétique des Bâtiments de la Nouvelle France Industrielle en ordre de bataille avec le CERCLE PROMODUL Communiqué de presse 3 décembre 2014 Le plan Rénovation Energétique des Bâtiments de la Nouvelle France Industrielle en ordre de bataille avec le CERCLE PROMODUL Répondant aux enjeux de la transition énergétique,

Plus en détail

REXEL, PARTENAIRE DE VOTRE QUOTIDIEN

REXEL, PARTENAIRE DE VOTRE QUOTIDIEN REXEL, PARTENAIRE DE VOTRE QUOTIDIEN Chaque jour, Rexel accompagne Quel que soit le secteur d activité, habitat, tertiaire ou industrie, Rexel accompagne les professionnels dans toute la France. Rexel

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES Actualisée Décembre 2006 Rédigé par RAEE STRATEGIE DE MARKETING POUR

Plus en détail