RAPPORT FINAL. INTERREG III B «Espace Atlantique» IDENTIFICATION DU PROJET CODE et SIGLE : 092 CastaneaREG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL. INTERREG III B «Espace Atlantique» IDENTIFICATION DU PROJET CODE et SIGLE : 092 CastaneaREG"

Transcription

1 Avec la participation de l Union Européenne Projet cofinancé par le FEDER IDENTIFICATION DU PROJET CODE et SIGLE : 092 CastaneaREG INTERREG III B «Espace Atlantique» RAPPORT FINAL 1

2 SOMMAIRE DU RAPPORT IDENTIFICATION DU PROJET IDENTIFICATION DU CHEF DE FILE EVALUATION DU FONCTIONNEMENT DU PARTENARIAT STRUCTURE DU PILOTAGE DU PROJET PILOTAGE DU PROJET FONCTIONNEMENT DU PARTENARIAT LES OBJECTIFS TRANSNATIONAUX DU PROJET RAPPEL DES RESULTATS ATTENDUS DESCRIPTION DES RESULTATS OBTENUS ASPECTS INNOVANTS LES OBJECTIFS DU PROJET METHODOLOGIE ACTIONS REALISEES A - Inventaire des Ressources Génétiques Châtaignier des régions de l Espace Atlantique (Action N 1) B - Choix, définition, récolte et distribution du matériel végétal à étudier (Action N 3) - 12 C - Etude de la variabilité génétique et phénotypique - analyse des données définition d une collection des principales variétés cultivées dans les régions de l Espace Atlantique (Actions N 4 N 6 et N 7) D - Création d une base de données des variétés fruitières avec données passeport et données de caractérisation (Actions N 2 et N 5) E - Diffusion des résultats (Action N 8) INFORMATION ET COMMUNICATION PERSPECTIVES CONFORMITE AVEC LA LETTRE D OCTROI RESPECT DES POLITIQUES COMMUNAUTAIRES DECLARATION DU CHEF DE FILE ANNEXE 1 : CALENDRIER ET DATES CLES DU PROJET ANNEXE 2 : ARCHIVAGE DES PIECES JUSTIFICATIVES ORIGINALES ANNEXE 3 : ARCHIVAGE DES DOCUMENTS CLES DU PAR LE PROJET ANNEXE 4 : RECAPITULATIF DU FEDER VERSE ANNEXE 5 : INDICATEURS DU PROGRAMME ANNEXE 6 : INDICATEURS DU PROJET

3 IDENTIFICATION DU PROJET NUMERO DU PROJET: 092 SIGLE : CastaneaREG INTITULE : Evaluation, analyse et gestion de la biodiversité au sein de l espèce Castanea sativa (châtaignier européen) dans les régions de l Espace Atlantique PRIORITE : C Promotion de l Environnement, Gestion durable des Activités Economiques et des Ressources Naturelles MESURE : 1 Protection de l Environnement et des Ressources Naturelles NOMBRE DE PARTENAIRES PAR PAYS : ESP: 2 partenaires Universidad de Santiago de Compostela Escola Politécnica Superior, Campus de Lugo, Lugo CIFA LOURIZÁN XUNTA DE GALICIA Carretera de Marin Km 5, Pontevedra FR : 2 Partenaires INRA UMR Biodiversité Gènes Ecosystèmes 71, avenue Edouard Bourlaux Villenave d Ornon INRA Unité de Recherche sur les Espèces Fruitière et la Vigne 71, avenue Edouard Bourlaux Villenave d Ornon PT : 1 partenaire Organisation :Estação Florestal Nacional-INIAP Quinta do Marquês, Nova Oeiras Oeiras Portugal 3

4 IDENTIFICATION DU CHEF DE FILE ORGANISATION DU CHEF DE FILE : INRA NOM DU REPRESENTANT CHEF DE FILE : Frédéric Laigret ADRESSE : INRA Unité de Recherche sur les Espèces Fruitière et la Vigne 71, avenue Edouard Bourlaux Villenave d Ornon PAYS : France COORDONNEES DE LA PERSONNE CHARGEE DE LA REALISATION DE CE RAPPORT ORGANISATION : INRA UREF NOM ET PRENOM : BARRENECHE Teresa ADRESSE : 71 avenue Edouard-Bourleaux, BP81, Villenave d Ornon Cédex PAYS : France NUMERO TELEPHONE: + 33 (0) NUMERO FAX: + 33 (0)

5 EVALUATION DU FONCTIONNEMENT DU PARTENARIAT STRUCTURE DU PILOTAGE DU PROJET : Enumérer les différentes Comités et groupes constitués et définir succinctement leur fonctionnement. Coordination du projet : INRA-UREF Dr. Frédéric LAIGRET Comité de Pilotage : Dr F. Laigret (Chef de File) ou son représentant (Dr T. Barreneche et/ou M. Lafargue (INRA-UREF), Dr A. Kremer et/ou C. Robin (INRA-UMRBiogeco), Dr. S. Pereira (USC), Dr. Josefa Fernández- Lopez (CIFA Lourizan), Dr. Rita Costa (EFN-INIAP) Le Comité de Pilotage met en place et assure le suivi de la réalisation des différentes actions prévues dans le cadre du projet. Le Comité de Pilotage s est réuni à l occasion des réunions annuelles réalisées dans le cadre du suivi du projet. Composition du Comité d orientation : Dr F. Laigret (Chef de File), Dr A. Kremer, Dr. S. Pereira (USC), Dr. J.A. Pardos Carrion (Universidad Politécnica de Madrid), Dr. R. Oliveira e Silva (EFN-INIAP) Orienter le projet et redéfinir certaines actions au vu des résultats obtenus. Le Comité d orientation a été peu sollicité, en effet les actions prévues n ont pas été modifiées. Les solutions aux problèmes techniques rencontrés ont été apportées par le Comité de Pilotage. PILOTAGE DU PROJET CALENDRIER DES REUNIONS ET DES RENCONTRES DES STRUCTURES DE PILOTAGE (Type de communication et périodicité) Réunions Annuelles de Suivi du projet: Réunion de démarrage du projet : «Kick off meeting» (1 ère Réunion), 20 Février Deuxième réunion du projet Oeiras (Portugal), Avril Troisième réunion du projet Pontevedra (Espagne) 4-6 juillet Réunions du Comité de Pilotage couplées aux réunions annuelles 1 ère Réunion 20 Février ème Réunion 20 Avril ème Réunion 6 Juillet Réunions de Travail Réunion de travail (objet : coordination et choix des descripteurs phénotypiques) organisée en marge du 3th International Chestnut Congress Chaves (Portugal), 20 Octobre Communication Permanente par e mail et/ou par téléphone 5

6 FONCTIONNEMENT DU PARTENARIAT ASPECTS POSITIFS, NEGATIFS, A AMELIORER,. Aspects positifs : Le partenariat a permis de réaliser une étude d envergure qui ne peut être envisagée que dans le cadre d une coopération trans-nationale. Bonne entente, communication et solidarité entre partenaires. Au delà des aspects scientifiques et techniques, la coopération européenne nous a enrichi également d un point de vue culturel et humain. Elle a permis une meilleure connaissance des partenaires entre eux, ce qui facilitera de futures collaborations. Elle a également facilité la familiarisation des partenaires aux traditions et coutumes des différents pays impliqués dans le projet. Pour l USC (partenaire N 2) le projet a eu beaucoup d aspects positifs comme le montrent les nombreux résultats obtenus, une partie d entre eux publiés dans des revues scientifiques, congrès ou sur le web et d autres en cours de publication. La base de données créée est un outil précieux qui mérite d être étendu par le biais d autres descripteurs et données en l orientant également vers des objectifs de futurs plans d amélioration du châtaignier. A améliorer : Par l ampleur du projet et les difficultés techniques rencontrées, les réunions d échanges n ont pas été assez fréquentes ceci mériterait d être amélioré à l avenir. Il faudrait prévoir au moins deux réunions de coordination/an, afin de faciliter la communication entre partenaires. De courts séjours (workshops) serait très fructueux pour favoriser le transfert de méthodologies et la gestion de résultats. Aspects négatifs : La bureaucratie, en particulier le processus de justification des dépenses est long et complexe. Une plus grande flexibilité dans les lignes budgétaires serait souhaitable, il faudrait favoriser pendant la réalisation du projet, les échanges entre rubriques dans le budget approuvé selon les besoins. Les procédures pour le remboursement des dépenses ont constitué le plus grand frein au bon déroulement du projet. Dans certains cas la certification des dépenses a pu prendre 9 mois, ce délai n a pas permis à certains partenaires d utiliser le budget alloué dans les délais impartis pour la réalisation des actions du projet.. Suggestion: La principale proposition qui peut être adressée aux projets financés par l UE consiste en la nécessité de faciliter la présentation de propositions compétitives ainsi que leur approbation, et ce d autant plus que la proposition est innovante et qu elle émane d un réseau qui a déjà fonctionné et dont l ensemble des partenaires a su démontrer ses compétences et sa capacité de travailler ensemble. Le nombre important d appels d offres difficiles à élaborer, fait que les chercheurs soient mobilisés par une multitude de réponses à appel d offres face à la difficulté actuelle d obtenir des ressources pour réaliser leurs missions de recherche. LES OBJECTIFS TRANSNATIONAUX DU PROJET Rappel des résultats attendus Les résultats attendus sont : un inventaire des Ressources Génétiques du châtaignier fruitier et forestier dans les principales régions atlantiques de France, Espagne et Portugal, l analyse de la diversité génétique (phénotypique et neutre) de C. sativa dans les trois pays à l échelle trans nationale et à l aide d une méthodologie commune et standardisée, le développement d une première base de données des collections de cultivars comprenant des données «passeport», des descripteurs primaires et secondaires liés à l évaluation agronomique du matériel collecté et des données moléculaires, la diffusion des résultats au moyen de publications scientifiques et de notes d information aux producteurs et/ou sylviculteurs Ces résultats permettront à terme la constitution d une première proposition de liste de variétés fruitières et de populations naturelles de Castanea sativa constituant une base de collection commune des trois pays, une gestion et une conservation rationnelle du patrimoine génétique sur le long terme 6

7 Description des résultats obtenus Identification dans les trois pays des principales régions de production de variétés de châtaignier, identification des principales populations «naturelles» des régions atlantiques. En utilisant la même méthodologie environ 600 accessions des régions atlantiques des trois pays de la Normandie au Sud Ouest de la France et du Nord d Espagne jusqu aux îles Canaries ont été caractérisées (par morphologie et à l aide de microsatellites). Au Portugal, les cultivars des trois principales régions (Nord, Centre et Sud) ainsi que ceux des îles Açores et de Madère ont également été caractérisés. Une grande diversité a été mise en évidence et les relations entre cultivars ont pu être établies. De même la diversité génétique de 40 populations «naturelles» a été décrite, ces populations ont également été étudiées pour certains caractères adaptatifs (résistance au Phytophthora, phénologie et croissance). Les niveaux de diversité sont importants, des populations différenciées ont été mises en évidence (populations basques en France) qui montrent par ailleurs un bon niveau de tolérance au Phytophthora. Trois groupes de diversité ont pu être identifiés en Espagne, la plus grande diversité ainsi que le plus grande variabilité pour les caractères adaptatifs étudiés a été identifiée dans les populations de la zone Nord. Au Portugal, les populations du Nord (région de Trás-os-Montes) révèlent les plus forts indices de diversité génétique et la population des Açores les plus faibles ceci est probablement dû au fait que la population des Açores n est peut-être pas une population «naturelle». Comme dans le cas de certaines populations françaises (notamment la population de Saint Pée sur Nivelle) des allèles originaux (spécifiques des espèces exotiques C. crenata et C. mollissima) ont été trouvés dans les populations «naturelles» portugaises. L occurrence de ces allèles suggère des introgressions de matériel exotique dans les populations de châtaignier européen, d où la nécessite de gérer de manière spécifique ces peuplements «originaux». Par ailleurs, il apparaît essentiel d initier une réflexion sur la stratégie à développer rapidement pour conserver l originalité des populations locales de châtaignier. Les populations «naturelles varient entre elles pour leur comportement vis à vis du Phytophthora, en outre une variabilité intra-populations, avec des valeurs d héritabilité modérés (0,39-0,50) a pu également être mise en évidence dans les populations espagnoles. En ce qui concerne la sensibilité au Cryphonectria, un continuum de sensibilité a pu être révélé, tous les cultivars ne présentent pas la même sensibilité certains notamment certains cultivars français présentent un comportement proche de la variété (CA 125) utilisée comme contrôle de faible sensibilité. La première base de données de Ressources Génétiques fruitières de châtaignier a été réalisée, elle est disponible en ligne. Contribution de la coopération transnationale par rapport à la VALEUR AJOUTEE du projet. Donner un chiffre de 1 (négatif) à 4 (remarquable) et justifier Dès lors que l on s adresse à une espèce comme le châtaignier, dont la distribution ne s arrête pas aux frontières, la dimension trans nationale s avère fondamentale. La réalisation d une étude de cette envergure ne peut être envisagée sans la coopération européenne. D un point de vues scientifique elle est donc fondamentale. Par ailleurs, la coopération européenne a permis également des échanges techniques entre partenaires. 1) Ainsi, les techniciens de l UREF (Chef de file) et de l UMR Biogeco (partenaire n 1) ont pu acquérir les méthodologies et les techniques nécessaires à la multiplication végétative du châtaignier (bouturage) auprès du CIFA de Lourizan (partenaire n 3). 2) De même l INRA-UREF a apporté aux différents partenaires au début du projet, son expérience dans la caractérisation moléculaire et a facilité par la maîtrise et les compétences dont il disposait la réalisation de la base de données CastaneaREG. 3) Les partenaires EFN (partenaire N 4) et le partenaire USC (partenaire N 2) ont échangé des échantillons pour standardiser la lecture des allèles de la péninsule ibérique. 4) Par la suite cette standardisation a été enrichie par les analyses d échantillons représentatifs de chaque pays réalisés dans un seul laboratoire (Chef de File). Le fait d utiliser des marqueurs moléculaires communs a permis de comparer les cultivars de l Espace Atlantique et de résoudre des problèmes de synonymie et d homonymie. Cela a permis également de déterminer le processus de domestication qui a donné lieu à l apparition des principaux cultivars de la Péninsule Ibérique. La coopération transnationale a été très positive pour le groupe de travail constitué dans le cadre de ce projet. Ce groupe continue à travailler ensemble en répondant à de nouveaux appels d offre de recherche profitant de la dynamique surgie de ce premier projet commun finalisé. La base de données CastaneaREG, crée dans le cadre de ce projet est une ressource potentielle qui doit et devra être largement exploitée dans l avenir. Il s agit d un outil de référence de données de ressources génétiques qui peut devenir également fondamental pour des études ultérieures portant sur l amélioration et l évaluation des ressources génétiques. 7

8 ASPECTS INNOVANTS Les aspects Innovants du Projet se situent à trois niveaux : 1-Au niveau des méthodes - la constitution d un premier réseau de coopération et de coordination trans-national et trans-régional de gestion, caractérisation, évaluation et préservation des Ressources Génétiques et de la bio-diversité du châtaignier européen - la standardisation des méthodes scientifiques et techniques, c est-à-dire que l on compare le matériel végétal des trois régions de l Espace Atlantique à l aide d outils harmonisés afin d éviter des manipulations coûteuses et redondantes entre pays. 2-Au niveau des outils - la définition d un ensemble de critères phénotypiques et de marqueurs moléculaires qui sont nécessaires suffisants pour la description des variétés fruitières et des populations forestières - création d une base de données informatique, voire bio-informatique pour les données moléculaires. A plus long terme on pourra même envisager d alimenter cette base de données avec les séquences d ADN de Castanea sativa, - une automatisation (séquenceur automatique) des marqueurs moléculaires microsatellites (SSR). 3- Au niveau des approches Ce projet est une approche «active» de sauvegarde des Ressources Génétiques de l Espace Atlantique. Elle privilégie l utilisation de l espèce de châtaignier indigène dans les reboisements par exemple, plutôt que l introduction de variétés ou/et de génotypes étrangers au milieu européen et considérés comme à priori plus performants sur certains critères. Cette démarche est basée sur une volonté de connaissance et d exploitation de la richesse génétique des variétés locales de châtaigniers cultivés et des populations naturelles. Nombre d emplois crées PREVUS Aucun Nombre d emplois crées REALISES En France 1 CDD en 2004 et 2006 En Espagne 1 chercheur à temps complet Hommes Femmes Hommes Femmes LES OBJECTIFS DU PROJET L objectif principal est la constitution d un réseau trans-national d étude et de sauvegarde des Ressources Génétiques du châtaignier qu il soit fruitier et forestier, en établissant une stratégie commune de conservation, de gestion, d évaluation et d échange de l espèce indigène C. sativa. La coopération entre instituts et organisations de France, Espagne et Portugal permettra : 1) d explorer la diversité génétique du châtaignier dans toute la zone atlantique continentale 2) de partager le travail en fonction des compétences des différents partenaires : sur l ensemble du matériel échantillonné, les études de la diversité à l aide des marqueurs moléculaires seront effectuées par les partenaires utilisant en routine les marqueurs isozymes ou microsatellites, et celles concernant la sensibilité du châtaignier aux maladies fongiques seront réalisées de manière concertée par les partenaires français et espagnols. 3) de constituer une base de données trans-nationale : à l inverse de nombreuses espèces ligneuses, il n existe actuellement pour le châtaignier aucune base de données, nationale ou européenne, des Ressources Génétiques fruitières 4) d établir et de gérer de façon commune une «core-collection» ex situ et in situ, représentative des diverses régions. 8

9 METHODOLOGIE L ensemble des actions concourt à la réalisation des objectifs ci dessus. Pour rendre plus facile la lecture de ce rapport, les résultats sont présentés en cinq parties, pour chaque partie sont indiquées les actions inscrites dans la lettre d octroi A Inventaire des Ressources Génétiques Châtaignier des régions de l Espace Atlantique (Action N 1) A.1 Etude Bibliographique A.2 Analyse d Archives A.3 Entretiens avec différents acteurs de la Filière B Choix, définition, récolte et distribution du matériel végétal à étudier (Action N 3) B.1 Choix du matériel B.2 Récolte B.3 Distribution du matériel C- Etude de la variabilité génétique et phénotypique - analyse des données définition d une «core-collection»des principales variétés cultivées (Actions N 4 N 6 et N 7 C.1 Diversité génétique C.1.1 Choix des outils (SSR) C.1.2 Génotypage C.1.3 Analyse des Données C. 2 Etude de la Variabilité des Populations Naturelles pour les Caractères Adaptatifs C.2.1 Phénologie C.2.2 Croissance C.2.3 Résistance au Phytophthora («maladie de l encre») C.3 Etude de la Variabilité Phénotypique des Variétés Fruitières de Châtaignier C.3.1 Choix des descripteurs phénotypiques C.3.2 Caractérisation des Variétés pour les différents critères agromorphologiques C.3.3 Caractérisation des Variétés pour la résistance au Cryphonectria («chancre») D - Création d une base de données des variétés fruitières avec données passeport et données de caractérisation (Actions N 2 et N 5) D.1 Structure de la base de données D.2 Interface Web D.3 Table descripteurs passeport D.4 Création des tables de descripteurs morphologiques D.5 Préparation des données à intégrer dans la base D.6 Intégration des données D.7 Intégration des photos D.8 Vérification des données et tests D.9 Mise en ligne de la base de données E Diffusion des résultats (Action N 8) 9

10 ACTIONS REALISEES ACTION : 1 NATURE DE L ACTION : A -Inventaire des Ressources Génétiques Châtaignier des régions de l Espace Atlantique Résultats Attendus Liste des régions de l Espace Atlantique concernées par la culture ou l exploitation du châtaignier. Liste des peuplements forestiers et liste des principales variétés traditionnelles de châtaignier des régions atlantiques des trois pays : Espagne, France et Portugal Mise en Œuvre de l action Les méthodologies utilisées pour la réalisation de cette action ont supposé essentiellement des recherches documentaires et bibliographiques. La situation était différente suivant les pays, de ce fait la démarche suivie pour l obtention des informations nécessaires à cette action a varié suivant le cas. En Espagne, les populations naturelles ont été choisies en se basant sur la carte de distribution du châtaignier de l Inventaire Forestier National et sur la base de résultats d une étude préalable portant sur la variation adaptative des populations espagnoles de châtaignier. Pour les variétés cultivées, le matériel à étudier a été défini en se basant sur les résultats de l inventaire des cultivars espagnols. Les variétés ont été localisées dans des vergers privés sur la base des informations fournies par les agriculteurs. En France, en début du projet l inventaire existant était beaucoup plus limité que celui disponible en Espagne. En outre, les démarches poursuivies ont été différentes selon que l on s adressait au châtaignier forestier et aux variétés cultivées : 1) Le Chef de file et le partenaire n 1 (UMR Biogeco) ont choisi avec Mme I. Bilger (responsable de la thématique «Peuplements porte graines» du CEMAGREF) les peuplements de châtaignier représentatifs des régions atlantiques 2) En revanche, pour les variétés cultivées et à la différence de l Espagne par exemple, des inventaires exhaustifs n étaient pas disponibles au début du projet. Des recherches documentaires basées aussi bien sur la bibliographie (Breisch, H ; Bruneton-Governatori A ; Leterme, 1999) que sur des dossiers d archives (archives INRA) ont été nécessaires. En outre, des informations ont été recherchées auprès de nombreux acteurs de la filière: Syndicat des Producteurs de Châtaignes et de Marrons du Périgord (Dordogne), M. Breisch (Ctifl de Lanxade), Mme Bauer du Conservatoire de Rignac (Aveyron), M. Duguet de la Société Pomologique du Berry, M. Le Bouler de la Pépinière Forestière Expérimentale de Guémené (Loire Atlantique). Au Portugal, les populations «naturelles» ont été choisies comme en Espagne sur la carte de distribution du châtaignier de l Inventaire Forestier National. Pour les variétés cultivées les récoltes ont été faites dans les collections de variétés des Services d Agriculture et aussi dans des vergers privés sur la base des informations fournies par ces Services. 10

11 Partenaires impliqués dans la réalisation de l action Nom partenaire Pays Rôle dans la réalisation de l action Lieux d exécution INRA UREF Chef de File France Villenave d Ornon INRA UMR Biogeco Partenaire N 1 Universidade Santiago de Compostela Partenaire N 2 CIFA de Lourizan Partenaire N 3 EFN ISCBN Partenaire N4 France Description des résultats obtenus Participation à l inventaire des peuplements forestiers des régions atlantiques françaises Inventaire des variétés traditionnelles de châtaignier des régions atlantiques françaises Participation à l inventaire des peuplements forestiers des régions atlantiques françaises Espagne Inventaire des variétés traditionnelles de châtaignier des régions atlantiques espagnoles Espagne Inventaire des peuplements forestiers des régions atlantiques espagnoles Portugal Inventaire des peuplements forestiers et des variétés traditionnelles des régions atlantiques du Portugal Cestas Lugo Pontevedra Oeiras Liste des principaux peuplements forestiers de l Espace Atlantique. Identification des principales régions de l Espace Atlantique traditionnellement vouées à la «culture» du châtaignier. En France : Bretagne, Charentes, Centre, Dordogne, Limousin, Aveyron et Pyrénées Atlantiques. Liste des principales variétés cultivées dans ces régions En Espagne, l inventaire national des cultivars de châtaignier a pu être réalisé et les principaux cultivars utilisés par les agriculteurs ont pu être identifiés. Au Portugal, la liste des principales populations et l identification des régions et des variétés à étudier pour les actions présentées dans les parties B, C et D ont été identifiées. Dates clés de l action Mars à Juin 2004 Justification des écarts entre l action prévue et l action réalisée, le cas échéant Pas d écart entre l action prévue et l action réalisée. Coût Total de l action (en euros) TTC :

12 ACTION : 3 NATURE DE L ACTION : B - Définition et Collecte du Matériel Végétal à Etudier Résultats Attendus Liste d échantillons (feuilles, châtaignes, rameaux) des principales populations «naturelles» et des principales variétés cultivées de châtaignier des régions de l Espace Atlantique des trois pays. Mise en Œuvre de l action A la suite de l action 1 les populations «naturelles» et les principales variétés cultivées de châtaignier à intégrer dans les études ont été choisies et collectées dans les trois pays En Espagne : Selon l inventaire national forestier, en Espagne les populations «naturelles» de châtaignier occupent ha, distribuées de manière non continue dans différentes zones. La zone la plus étendue se situe dans le Nord entre la Galice et la Navarre et couvre 70% de la surface totale. Plusieurs tâches discontinues de châtaignier se localisent dans le Centre-Ouest (12% de la surface totale) et le Sud (10.3%). L essai préliminaire portant sur l étude des caractères adaptatifs avait permis d identifier trois régions bien différenciées : peuplements de châtaigniers méditerranéens, peuplements de châtaigniers atlantiques et peuplements de châtaigniers des montagnes septentrionales. L échantillonnage nécessaire au projet a été réalisé en tenant compte de cette régionalisation. Dix sept peuplements «forestiers» distribués en régions ont été étudiés : 5 peuplements correspondent à la zone méditerranéenne (région A), 4 peuplements à la côte atlantique nord-ouest (région B) et 8 populations des montagnes septentrionales (région C) (cf Figure 3 partie C du rapport) En ce qui concerne les variétés fruitières, le matériel à étudier a été défini en se basant sur les résultats de l inventaire des cultivars espagnols. Une grande partie des cultivars inclus dans le projet avait été préalablement étudié à l aide d isozymes ceci a permis de choisir les cultivars qui présentaient des génotypes différents. Dans les zones qui n avaient pas été étudiées jusqu alors, la plupart des accessions identifiées ont été étudiées; elles ont été localisées dans des vergers privés sur la base des informations fournies par les agriculteurs. Dans l ensemble les échantillons ont été récoltés par le partenaire n 2. Celui-ci ayant établi une collaboration ancienne avec le «Cabildo Insular de Tenerife» et le «Cabildo Insular de La Palma» ce sont ces organismes qui ont directement transmis au partenaire n 2 le matériel des îles Canaries. Les zones étudiées correspondent à celles pour lesquels la culture du châtaignier a été prouvée, c'est-à-dire là où les châtaigniers avaient été multipliés végétativement par greffage. En France, La récolte du matériel végétal, feuilles (nécessaires à l étude de la diversité cf. partie C1) et les châtaignes (étude de la variabilité adaptative, notamment sensibilité au Phytophthora cf partie C2) des peuplements naturels a été réalisées par l INRA-UMR Biogeco (partenaire n 1) et l INRA UREF (Chef de file) en collaboration avec le CEMAGREF et les techniciens de la DRAF des régions concernées. Une partie du matériel (châtaignes de 3 populations) a été en outre envoyée au CIFA (partenaire N 3) pour la réalisation des études de variabilité adaptative (phénologie et sécheresse). A l exception des variétés détenues par l INRA UREF dans ses collections, des prospections ont été réalisées pour repérer les variétés et récolter les feuilles (nécessaires à 12

13 l étude de la diversité cf. partie C1) ou les rameaux (étude de la sensibilité au chancre C2). La stratégie utilisée pour obtenir les variétés a été différente suivant les régions, dans certains cas les variétés ont été repérées et les prospections ont été réalisées directement par l INRA UREF auprès des cultivateurs (Charentes, une partie de la Dordogne). Dans d autres cas le matériel a été identifié par l intermédiaire de l interprofession (CIREA, Ctifl), les collectes étant ensuite assurées par l INRA UREF. Parfois, le matériel a été obtenu par le biais d associations de producteurs (Syndicat des Producteurs de Châtaignes et de Marrons du Périgord), de conservatoires (Conservatoire de Rignac, Aveyron), d associations d amateurs (Société Pomologique du Berry) ou de pépiniéristes (Pépinières Lafitte Pays Basque). Le pays de Redon impliqué dans une dynamique de relance de la variété «Marron de Redon» a également fourni par le biais de la Pépinière Forestière Expérimentale de Guémené une partie du matériel de Bretagne. Ainsi, certains des principaux acteurs concernés par le devenir du châtaignier fruitier des régions de l Espace Atlantique ont été régulièrement informés du déroulement du projet. Le nombre de variétés qui ont été récoltées diffère selon les régions; par exemple le nombre de variétés collectées en Dordogne a été très important. En effet, ce département historiquement très impliqué dans la culture du châtaignier (1 er département castaneïcole au XIXème siècle ; Bruneton-Governatori A. 1999) continue à maintenir une production importante de châtaignier. Il a donc été relativement aisé de trouver, un nombre important de variétés du moins en termes de dénominations. En revanche, dans d autres régions, le nombre de variétés retrouvées a été plus limité pour différentes raisons, soit elles ont disparu, décimées par les maladies (Pays Basque), ou bien les informations permettant d avoir accès aux variétés ne sont plus accessibles (Région de Chevanceaux). Au Portugal la récolte du matériel végétal, feuilles (nécessaires à l étude de la diversité cf. partie C1) et les châtaignes (étude de la variabilité adaptative, notamment sensibilité au Phytophthora cf partie C2) des peuplements naturels a été réalisées par l EFN-INIA (partenaire n 4) en collaboration avec les techniciens des Services d Agriculture locales: Direcção Geral de Agricultura de Trás-os-Montes e Alto Douro, Direcção Geral de Agricultura de Entre-Douro e Minho, Direcção Geral de Agricultura da Beira Litoral, Direcção Geral de Agricultura da Beira Interior. Partenaires impliqués dans la réalisation de l action Nom partenaire Pays Rôle dans la réalisation de l action INRA UREF Chef de File INRA UMR Biogeco Partenaire n 1 France France 1) Participation au Choix et à la Collecte des populations naturelles de châtaignier des régions atlantiques françaises. 2) Choix et collecte des principales variétés cultivées des régions atlantiques françaises. 3) Coordination des collectes du matériel des populations naturelles réalisées avec l appui des DDAF (directions départementales de l Agriculture et de la Forêt). 4) Coordination des collectes des variétés cultivées de châtaignier réalisées en collaboration avec certains acteurs de la filière (Conservatoires, pépiniéristes, etc) Participation au Choix et à la Collecte des populations naturelles de châtaignier des régions atlantiques françaises. Lieu/x d exécution 1 et 2) Villenave d Ornon, Dordogne, Poitou Charente, Limousin, Pays Basque 3) Normandie, Bretagne, Centre, Limousin, Dordogne 4) Bretagne, Centre, Aveyron Dordogne et Pays Basque. 13

14 Universidade Santiago de Compostela Partenaire n 2 CIFA de Lourizan Partenaire n 3 EFN ISCBN Partenaire n 4 Espagne Choix et Collecte des principales variétés cultivées dans les régions atlantiques d Espagne Espagne Choix et à la Collecte des populations naturelles de châtaignier des régions atlantiques d Espagne Portugal Choix et à la Collecte des populations naturelles et des principales variétés cultivée du Portugal Galicia, Asturias, El Bierzo, Avila, Extremadura Salamanca, Andalucia, Islas Canarias Coruña, Lugo, Pontevedra, Asturias, León, Alava, Caceres, Malaga Trás-os-Montes, Entre-Douro e Minho, Beira Interior, Beira Litoral, Alto Alentejo, Açores, Madeira. Résultats Obtenus La figure 1 présente la localisation de l ensemble des peuplements échantillonnés (signalés par un point vert) ainsi que les régions dans lesquelles les variétés fruitières ont été collectées (les régions sont signalées par un point rouge) dans le cadre de ce projet. On constate que les populations «naturelles» étudiées ainsi que les régions d origine des variétés fruitières choisies couvrent amplement l aire de distribution et de culture du châtaignier dans l Espace Atlantique. Populations «naturelles» La figure 2 indique l origine géographique des populations «naturelles» choisies et récoltées en France, 15 populations ont été échantillonnées et étudiés couvrant ainsi l ensemble des régions atlantiques françaises où l on trouve du châtaignier. La localisation géographique des populations espagnoles est rapportée dans la figure 3. Le matériel a été récolte à deux périodes de l année: en hiver collecte de bourgeons pour les études de diversité (izosymes et SSR) et en automne récolte de fruits (châtaignes) pour les études portant sur la variation adaptative des populations. Dix sept populations «naturelles» de Castanea sativa ont été choisies, échantillonnées et décrites, couvrant ainsi une partie importante de l aire de distribution de l espèce dans le territoire espagnol. Au Portugal, huit peuplement forestiers ont également été identifiés et récoltés dans le Nord (Serra de Bornes, Donai), dans le Centre (Manteigas, Alcongosta, Gardunha) dans le Sud (Marvão), dans les Açores (une population) et à Madeire (une population) (Figure 4). Les détails des informations concernant l ensemble des populations «naturelles» étudiées sont rapportés dans le tableau 1 14

15 Populations Naturelles Régions de Collecte des variétés fruitières Iles Açores Iles Madeire Iles Canaries Figure 1 Localisation des populations «naturelles» et régions de collecte des variétés fruitières étudiées dans les trois pays 15

16 VIG CR 6 PO R M.A LO U QU E FO R CR 5 CIS MA B fer ars CR 4 MC U R CR 7 CR 8 MR X AN C CR 2 CR 9 CR 3 CR 1 BU R CR 1 TIE CR 1 CR 10 INTERREG III B «Espace Atlantique» Nor mandie Finistèr e Sai nt-mar can Ille et Rance Daumer ay Naintr e Romagne Meller an Li mousin Villef r anche de Pér igor d Saint Cer nin Saint Laur ent Saint-Pée-sur -Nivelle Sar e Haspar r en Bar cus Figure 2 : Localisation des populations «naturelles» étudiées en France CR12 CR4 # # # CR5 # CR13 CR14 CR9 # # CR7 # # # CR15 # CR6 CR8 CR11 # # CR10 CR2 # CR1 # CR2B # CR16 CR3 # Figure 3 : Localisation des populations étudiées en Espagne 16

17 Figure 4 : Localisation des populations étudiées au Portugal 17

18 Tableau 1 Caractéristiques de l ensemble des populations naturelles étudiées dans le cadre du projet Nom de la Population Code de la population Pour étude de la diversité Pour étude de la sensibilité au Phytophthora Commune Région * Pays Nombre d Individus échantillonnés/pop et date de récolte Long (Sexag) Lat (Sexag) Altitud (m) Normandie N F1 Quincampoix Haute-Normandie France 30 (2004) E N Saint-Marcan Ma F4 Saint-Marcan Bretagne France 30 (2004) W N 4-96 Ille et Rance IR F3 Guipel Bretagne France 30 (2004) W N Finistère F F2 Cleder Bretagne France 30 (2004) W N 0-79 Daumeray Dau F5 Daumeray Pays de la Loire France 30 (2004) W N Naintre Na F6 Naintre Poitou Charente France 30 (2004) E N Romagne Ro non étudiée Romagne Poitou Charente France 30 (2004) E N Melleran Me F7 Melleran Poitou Charente France 30 (2004) E N Peyrat-le- France 30 (2004) E N Limousin L F11 Château Limousin Villefranche du Villefranche du France 30 (2005) E N Périgord VP F9 Périgord Aquitaine France 30 (2005) E Saint Cernin SC F10 Saint Cernin Aquitaine N France 30 (2005) E Saint Laurent SL F8 Saint Laurent Aquitaine N Barcus Ba F15 Barcus Aquitaine France 30 (2004) W N Hasparren non étudiée F13 Hasparren Aquitaine France 30 (2004) W N Saint-Pée-sur- Saint-Pée-sur- France 30 (2004) W N Nivelle SP F14 Nivelle Aquitaine Sare Sa F12 Sare Aquitaine France 30 (2004) W N El Tiemblo 1 Ávila (A) Espagne º 31' 57" W 40º 20' 43" N Hervás 2 Cáceres (A) Espagne º 51' 52" W 40º 15' 13" N Hervás 3 Cáceres (A) Espagne º 52' 31" W 40º 15' 21" N Ronda 4 Málaga (A) Espagne º 18' 04" W 36º 32' 14 "N Guadalupe 17 Cáceres (A) Espagne º 20' 00" W 39º 28' 00" N 950 Maniños 5 A Coruña (B) Espagne º 11' 41" W 43º 26' 39" N

19 Sigrás 6 A Coruña (B) Espagne º 21' 47" W 43º 17' 07" N 100 San Cibrán 7 Pontevedra (B) Espagne º 40' 56" W 42º 11' 17" N Eume 13 A Coruña (B) Espagne º 02' 16" W 43º 24' 17" N 214 Chantada 8 Lugo (C) Espagne º 51' 60" W 42º 36' 32" N 680 Mercurín 9 Lugo (C) Espagne º 10' 16" W 42º 37' 51" N Nundiellos 10 Asturias (C) Espagne º 45' 51" W 43º 13' 04" N 400 Antoñana 11 Álava (C) Espagne º 24' 28" W 42º 41' 48" N 735 Etxaguen 12 Álava (C) Espagne º 43' 30" W 42º 59' 30" N 680 Catasós 14 Pontevedra (C) Espagne º 05' 32" W 42º 38' 12" N 580 Mercurín 15 Lugo (C) Espagne º 09' 51" W 42º 38' 18" N 650 Médulas 16 León (C) Espagne º 46' 10'' W 42º 27' 25'' N 850 Serra de Bornes Nord Portugal 30 (2006) W N 977 Estrada de Donai Nord Portugal 31 (2006) W N 724 Manteigas Centre Portugal 33 (2005) W N 744 Alcongosta Centre Portugal 32 (2005) W N 667 Gardunha Centre Portugal 32 (2006) W N 1221 Marvão Sud Portugal 31 (2006) W N 771 Azores Iles des Azores Portugal 20 (2007) W N 51 Madeira Ile de Madeire Portugal 30(2007) W N 75 *Pour les populations espagnoles, la lettre indiquée entre parenthèses correspond à la région à laquelle appartient la population en termes adaptatifs comme défini par Fernández et al (2005) Pour les populations espagnoles, la colonne nombre d individus échantillonnés/population a été subdivisée en 2 sous-colonnes, la première rapporte le nombre d individus échantillonnés pour l étude de diversité avec les marqueurs biochimiques (isozymes) et la deuxième le nombre pour l étude avec les SSR. 19

20 Variétés Cultivées En ce qui concerne les variétés cultivées, un total de 750 accessions a été étudié qui correspondent à plus de 300 cultivars différents. En Espagne un total de 300 accessions greffées ont été récoltées puis étudiées, ces accessions échantillonnées du Nord de l Espagne jusqu aux îles Canaries, pourraient correspondre à 159 cultivars (Tableau 2 et Figure 5). Parmi celles-ci, 41 accessions proviennent d Andalousie (14 cultivars); 61 des Asturies (38 cultivars); 20 accessions sont originaires d El Bierzo (9 cultivars); 88 des Iles Canaries (45 cultivars), les accessions des Iles Canaries se distribuent de la manière suivante : 5 accessions correspondent à un cultivar collectées à El Hierro, 10 correspondant à 7 cultivars de la Gomera, 33 accessions correspondant à 17cultivars on été récoltés à La Palma, et 40accessions (20 cultivars) à Tenerif. En outre 28 accessions (8 cultivars) proviennent du Centre de l Espagne (Ávila, Extremadura et Salamanca); et 62 accessions correspondant à 46 cultivars ont été recoltés en Galice. Chaque arbre a été identifié (longitude, latitude et altitude). Un total de 150 variétés traditionnelles de châtaignier ayant des dénominations différentes provenant de différentes régions atlantiques françaises ont été collectées et étudiées, la figure 6 présente les départements d origine des différentes variétés, la liste des variétés est rapportée dans le tableau 3. Tableau 2 : Origine et nombre d accessions de variétés cultivées échantillonnées en Espagne Iles Canaries Origine des accessions Nombre d Accessions Nombre de cultivars correspondants Andalousie Asturies El Bierzo 20 9 El Hierro 5 1 Gomera 10 7 La Palma Tenerife Centre 28 8 Galice TOTAL

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Réseau rural de Basse-Normandie Groupe de travail thématique : «Bien gérer l'espace en milieu

Plus en détail

Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine

Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine SOMMAIRE Le Code de Conduite a été rédigé par le Comité de pilotage national interprofessionnel plantes

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL : anglais DATE : 21 octobre 2010 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLECULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général Termes de référence pour le recrutement d un(e) consultant(e) Assistant en événementiel juillet 2014 Plan de Communication Lignes budgétaires : 4.2.5 et 4.2.8. du DP3 Plan de Communication O. Contexte

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Fonds FEDER-INTERREG. Julie MENARD. CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation

Fonds FEDER-INTERREG. Julie MENARD. CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation Fonds FEDER-INTERREG Julie MENARD CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation Fonds FEDER - INTERREG Politique de cohésion et fonds européens structurels et d investissement

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007

Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007 Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007 1. IDENTIFICATION Programme Opérationnel Objectif concerné : Compétitivité régionale et emploi Zone éligible concernée

Plus en détail

Création de centre d élevage. et/ou d enclos d acclimatation. de Vison d Europe en France. Février 2010

Création de centre d élevage. et/ou d enclos d acclimatation. de Vison d Europe en France. Février 2010 Deuxième Plan National d Action pour le Vison d Europe 2007-2011 APPEL A PROJETS Création de centre d élevage et/ou d enclos d acclimatation de Vison d Europe en France. CAHIER DES CHARGES Direction Régionale

Plus en détail

Tableaux personnalisés

Tableaux personnalisés Tableaux personnalisés Documentation d aide http://inventaire-forestier.ign.fr/spip/spip.php?rubrique18 2 SOMMAIRE 1. Choix des résultats à calculer...4 Principe général... 4 Étape 1 : choix d un domaine

Plus en détail

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques.

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. La fiche descriptive d un processus d innovation Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. Le projet L origine et description de votre projet Les mots

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf. CED E AO Co mmunaut é Éco no miq u e d es Ét ats d Af r iqu e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econom ic Co mmunit y of W est Af r

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

SECRETARIAT : INTEGRATION DE LOGICIELS BUREAUTIQUES

SECRETARIAT : INTEGRATION DE LOGICIELS BUREAUTIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION SECRETARIAT

Plus en détail

Le Consortium lance un appel d offre pour un remplacement pour le poste de :

Le Consortium lance un appel d offre pour un remplacement pour le poste de : Le Consortium de la Communauté de Travail des Pyrénées (CTP) dont le siège est à Jaca (Huesca) a été désigné Autorité de Gestion du Programme Opérationnel FEDER Coopération transfrontalière Espagne-France,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES LES SOURCES DE CREATION ET DE MISE A JOUR EVALUATION DE LA QUALITE SEMINAIRE DU CEFIL SUR L AVANCEMENT DES TRAVAUX CONCERNANT LA MISE EN PLACE

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

Archives du Conseil de l'europe

Archives du Conseil de l'europe Archives du Conseil de l'europe 21 janvier 2004 Rapport d activités 2003 1 Rôle des archives Un rapport sur "Le rôle des archives centrales" 1 a été élaboré, à la demande de la direction, pour faciliter

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2005-2064 SG/SRH/GESPER/N2005-1248 Date: 20 septembre 2005

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2005-2064 SG/SRH/GESPER/N2005-1248 Date: 20 septembre 2005 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche 1 ter, av. de Lowendal, 75700 Paris 07 SP Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle

Plus en détail

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DRJSCS-MP Janvier 2012 ecdc.europa.eu L UNION EUROPEENNE (UE) et le CONSEIL DE L EUROPE (COE) UNION EUROPEENNE Supranational 27 Etats membres Bruxelles, Luxembourg Strasbourg

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Designer en Résidence. Pôle de Compétitivité ViaMéca

APPEL A CANDIDATURE. Designer en Résidence. Pôle de Compétitivité ViaMéca APPEL A CANDIDATURE Designer en Résidence Pôle de Compétitivité ViaMéca CONTEXTE : Intégration «durable» du Design dans la stratégie du pôle de compétitivité ViaMéca année 2014 Le dossier de candidature

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Dans le cadre de la promotion de la recherche scientifique, l innovation et le développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE 1 CONTEXTE ET JUSTIFICATION Compte tenu de l évolution rapide des techniques dans tous les domaines,

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS GUIDE D ELABORATION DES PROJETS TITRE DU PROJET : A.FICHE D IDENTIFICATION DE PROJET ZONE D EXECUTION TYPE DE RECHERCHE (stratégique ou recherche dite à la demande) : THEMES PRIORITAIRES CIBLES ET ACTIVITES

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

avec Europ Act 2007 / 2013

avec Europ Act 2007 / 2013 avec Europ Act Programme européen d appui et de coordination technique GUIDE DU BENEFICIAIRE 2007 / 2013 Programme opérationnel 2007-2013 Adopté par la Décision n C (2007) 6691 du 17 décembre 2007 de la

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL: anglais DATE: 18 janvier 2007 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F PROJET DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLÉCULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

REDACTION DE CONTENU INTERNET

REDACTION DE CONTENU INTERNET Page 1 Dossier suivi par : Caroline MARIE 04.73.31.85.46 contact@gip-massif-central.org GIP Massif central Hôtel de Région 13/15 av. de Fontmaure 63402 Chamalières cedex CAHIER DES REDACTION DE CONTENU

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

Poste : non permanent durée de la vacation : 30 mois : basé à Bordeaux

Poste : non permanent durée de la vacation : 30 mois : basé à Bordeaux Annexe 2 Fiche de poste Chef de projet WAT Poste : non permanent durée de la vacation : 30 mois : basé à Bordeaux Métier : chargé d'affaire animation Conseil général de la Gironde Direction : Direction

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012 REGION POITOU-CHARENTES GESTION DE LA FUTURE RESERVE NATURELLE REGIONALE DU BOCAGE DES ANTONINS APPEL A MANIFESTATION D'INTERET CAHIER DES CHARGES REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC)

EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC) EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC) RAPPORT Août 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE

Plus en détail

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Rappo. ort de. stage

Rappo. ort de. stage Rappo ort de stage : Bibliothèque du BIT 01 Juillet au 30 septembre 2010 Miriam Petrilli Information documentaire Hautee Ecole de Gestion Directrice de stage : Madame Maryse Ottro Table des matières Le

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET 681 (2007-2008) N 2 681 (2007-2008) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET visant à instaurer un fonds budgétaire en matière de financement du Système intégré de gestion

Plus en détail

HIGH ALTITUDE PHYSIOLOGY AND PHYSIOPATHOLOGY, FROM THE ORGANISM TO THE MOLECULE HAPPOM RAPPORT INTERMEDIAIRE

HIGH ALTITUDE PHYSIOLOGY AND PHYSIOPATHOLOGY, FROM THE ORGANISM TO THE MOLECULE HAPPOM RAPPORT INTERMEDIAIRE HIGH ALTITUDE PHYSIOLOGY AND PHYSIOPATHOLOGY, FROM THE ORGANISM TO THE MOLECULE HAPPOM European Commission Project ALFA n II-0379-FCD RAPPORT INTERMEDIAIRE I. Rappel des objectifs de l action: Développer

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION Direction de la Valorisation Information Scientifique et Technique forma@doc Pôle Formation CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION «Animation de groupe, gestion de projet et communication» pour les animateurs

Plus en détail

Projet Infostat-Seine PRFP

Projet Infostat-Seine PRFP Note de cadrage Projet Infostat-Seine PRFP 27/08/2014 Pôle Observation et Prospective (OREF) Rédactrice : Christèle Rébillon 1) Contexte et besoin La présente demande se situe dans la continuité des travaux

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR:

TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR: TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR: - L ELABORATION ET REALISATION D UN MODULE DE FORMATION DE GESTION ECONOMIQUE POUR LE SECTEUR PRODUCTIF, TRARZA, MAURITANIE Projet:

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET

RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET RÔLE ET MISSIONS D UN COORDINATEUR DE PROJET Christine Guyot-Declerck UCL-Administration de la Recherche Ex-coordinatrice du projet socle WalNut-20 WagrAlim - 25/01/2011 DÉROULEMENT DE L EXPOSÉ 1. Qui

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail