Les services publics locaux

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services publics locaux"

Transcription

1 Les services publics locaux mars 2004

2 AVANT-PROPOS Le présent fascicule est la synthèse de l enquête sur la gestion des services publics locaux lancée par l Association des Maires de Grandes Villes de France début Cette initiative, mise en œuvre avec le soutien de la Direction des Etudes de Dexia - Crédit Local, a pour objectif de dresser un panorama de la gestion des services publics des grandes villes de France et de leurs groupements. Par souci de concision, deux axes ont été privilégiés. Le contexte actuel est celui d une couverture presque optimale des aires urbaines par le phénomène intercommunal ; il était donc nécessaire de mener un état des lieux des rôles respectifs des villes et de leurs groupements dans la mise en œuvre des services publics locaux. Les modalités de gestion de ces services locaux sont présentées synthétiquement puis analysées selon un axe financier. L objectif est d expliquer, en termes budgétaires, les conséquences, très différentes, de ces choix sur les masses financières des membres de l association. L enquête complète en ce sens les différents annuaires financiers mis à votre disposition en affinant la validité des comparaisons par ratios. Cette année, seuls les principaux services publics locaux que sont l eau, l assainissement, la collecte et le traitement des ordures ménagères, les transports en commun urbains et les cantines scolaires ont été traités. L actualité de l ouverture des marchés à la concurrence nous a poussé à aborder également les services plus atypiques de l électricité et du gaz. Dans un paysage décentralisé mouvant, la pérennisation de cette étude permettrait de suivre, d année en année, l évolution des compétences des collectivités et leurs conséquences sur les budgets locaux. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 2

3 Introduction La note qui suit analyse les résultats de l enquête menée par l Association des Maires des Grandes Villes de France et Dexia Crédit Local sur la gestion des services publics locaux. Le questionnaire envoyé aux 88 membres de l association (47 villes et 41 groupements) concerne les 5 principaux services publics locaux que sont : l eau (production et distribution), l assainissement (collecte et traitement des eaux usées), les déchets (collecte et traitement), les transports en commun urbains et les cantines scolaires. Il répond, pour chacun d entre eux, à deux questions : qui détient la compétence? comment est géré le service? 69 questionnaires ont été reçus et traités : 37 villes et 32 groupements. 21 villes sont traités en même temps que leurs groupements, membres de l association. AMIENS ANGERS CA d'angers ARGENTEUIL AVIGNON BESANCON CA de BESANCON BORDEAUX CU de BORDEAUX BOULOGNE BILLANCOURT BREST CU de BREST CAEN CLERMOND-FERRAND CLERMONT COMMUNAUTE DIJON CA de DIJON DUNKERQUE CU de DUNKERQUE LE HAVRE CA du HAVRE LE MANS CU du MANS LILLE CU de LILLE LIMOGES CA de LIMOGES MARSEILLE METZ CA de METZ MONTPELLIER CA de MONTPELLIER MULHOUSE CA de MULHOUSE NANCY CU de NANCY NANTES CU de NANTES NÎMES ORLEANS CA d'orleans PERPIGNAN CA de PERPIGNAN REIMS RENNES CC de REIMS CA de RENNES ROUBAIX CU de LILLE ROUEN SAINT - ETIENNE ST DENIS STRASBOURG TOULON TOULOUSE CU de STRASBOURG TOURCOING CU de LILLE TOURS VERSAILLES CA du PAYS D'AIX CA de BAYONE-ANGLET CA de CALAIS CU de CHERBOURG CA d'evry GRENOBLE METRO CA du HAUT VAL DE MARNE CA de LORIENT CA de PAU CA de POITIERS SAN de SENART SAN VAL MAUBUEE La présente analyse s attache principalement à l année 2002, afin de permettre une mise en parallèle avec les résultats de l annuaire 2002 des comptes consolidés des grandes villes et des groupements réalisé par Dexia Crédit Local et l Association Des Maires De Grandes Villes De France. L évolution entre 2002 et 2003 est abordée en complément. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 3

4 1 Présentation synthétique des résultats Le présent questionnaire part d un constat : les modes de gestion choisis par les collectivités pour leurs services publics locaux ont des conséquences budgétaires diverses qui atténuent la pertinence des comparaisons financières. Du fait des choix différents opérés par les villes et leurs groupements, la notion de comptes consolidés «budget principal budgets annexes», introduite par l annuaire 2002 des comptes consolidés des grandes villes et des groupements ne recouvre pas les mêmes champs d une collectivité à l autre. L objectif de la première partie de cette note, avant de s attarder sur l analyse détaillée du questionnaire, est de donner une vision synthétique de la manière dont chaque service public «pèse» sur les comptes de la collectivité. Le tableau qui suit retrace les résultats individuels de chacune des collectivités et permet de mieux apprécier les différences observées entre les données financières des collectivités membres de l Association des Maires de Grandes Villes de France. Il présente en colonne les services publics étudiés : - eau (E) - assainissement (A) - collecte des déchets (CD) - traitement des déchets (TD) - transports (T) - cantines scolaires (C) Différents cas ont été distingués pour chacun d entre eux et pour chaque membre de l association. Ils sont classés selon le poids financier que le service fait supporter à la collectivité, via un budget annexe ou le budget principal : - la collectivité n a pas la compétence : aucun impact budgétaire ; - le service public est géré en DSP ou par un établissement public et aucune recette relative au service délégué (TEOM, VT) n a pu être détectée au sein du budget principal ou du budget annexe : aucun impact budgétaire visible ; - le service public est géré en DSP, par un établissement public ou en marché public et un budget annexe retrace certains des flux relatifs au service (TEOM, REOM, versement transport, subventions d équilibre, prix du marché, dépenses d équipements etc ) : impact partiel sur les finances de la collectivité via un budget annexe ; - le service public est géré en gestion directe et l intégralité des dépenses et des recettes sont retracées au sein d un budget annexe : impact sur les finances de la collectivité via un budget annexe ; - le service public est géré en DSP, par un établissement public ou en marché public et le budget principal retrace certains des flux relatifs au service (TEOM, REOM, versement transport etc ) : impact partiel sur le budget principal de la collectivité ; - le service public est géré en régie directe : l intégralité des dépenses et des recettes sont retracées au sein du budget principal : impact sur le budget principal de la collectivité. Le niveau de coloration de chaque ligne est, de par cette méthode, un indicateur du poids des services publics locaux dans les budgets (budget principal budgets annexes) de chaque collectivité. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 4

5 L impact budgétaire du choix des modes de gestion des collectivités Année 2002 E A CD TD T C AMIENS ANGERS ARGENTEUIL AVIGNON BESANCON BORDEAUX BOULOGNE BREST CAEN CLERMOND-FERRAND DIJON DUNKERQUE HAVRE LILLE LE MANS LIMOGES MARSEILLE METZ MONTPELLIER MULHOUSE NANCY NANTES NÎMES ORLEANS PERPIGNAN REIMS RENNES ROUBAIX ROUEN SAINT - ETIENNE SAINT DENIS STRASBOURG TOULON TOULOUSE TOURCOING TOURS VERSAILLES Année 2002 E A CD TD T C CA d'angers CA de BAYONNE-ANGLET CA de BESANCON CA de CALAIS CA de CLERMONT FERRAND CA de DIJON CA de GRENOBLE CA de LIMOGES CA de LORIENT CA de METZ CA de MONTPELLIER CA de MULHOUSE CA de PERPIGNAN CA de POITIERS CA de RENNES CA d'evry CA d'orleans CA du HAUT VAL de MARNE CA du HAVRE CA du PAYS D'AIX CC de REIMS CU de BORDEAUX CU de BREST CU de CHERBOURG CU de DUNKERQUE CU de LILLE CU de NANCY CU de NANTES CU de PAU CU de STRASBOURG CU du MANS SAN de SENART SAN VAL MAUBUEE E : eau A : assainissement CD : collecte des déchets TD : traitement des déchets T : transports C : cantines scolaires impact sur le budget principal impact partiel sur le budget principal impact sur le budget annexe impact partiel sur le budget annexe pas d'impact visible n'a pas la compétence Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 5

6 2- Analyse détaillée du questionnaire Présentation du questionnaire et des services étudiés La première partie du questionnaire étudie les compétences, liées aux 5 services publics étudiés (eau, assainissement, déchets, transports, cantines), détenues par chacune des collectivités membres de l association en distinguant 3 cas : la compétence est détenue par une ville, par un groupement à fiscalité propre (CC, CA, CU ou SAN) ou par un syndicat dédié. On distingue deux types de services publics locaux : les services publics industriels et commerciaux (SPIC) et les services publics administratifs (SPA). A l inverse de ceux des SPA, les comptes des SPIC ont l obligation d être équilibrés en dépenses et en recettes et leur comptabilité doit être retracée au sein d un budget annexe, autonome financièrement du budget principal. La distinction SPIC / SPA est, de fait, nécessaire pour expliquer les modes de gestion choisis par les collectivités. Les services étudiés sont, à l exception des cantines scolaires et de la collecte des déchets ménagers, des services publics industriels et commerciaux. Le service de la collecte des déchets est un cas particulier : il a une double qualification (SPIC ou SPA) selon son mode de financement. La collecte et le traitement des ordures ménagères ont été traités séparément dans le questionnaire. Quatre modes de gestion ont été différenciés : la gestion directe (avec ou sans budget annexe), l établissement public (administratif ou industriel et commercial), le marché public et la délégation de service public. Le mode de gestion du service n est étudié que si la compétence est détenue par la collectivité membre de l association. De même dans le cas où la collectivité ne gère qu une partie du service 1 seule la manière dont cette dernière est gérée par la collectivité est analysée. Les modes de gestion la gestion directe : la collectivité gère le service à l aide de ses services ou par le biais d un établissement public. Au sein de la gestion directe, on distingue, selon leur niveau d autonomie par rapport à la collectivité : o la régie simple : elle n a aucune autonomie (financière ou administrative) par rapport à la collectivité ; ce mode de gestion est, en principe réservé aux seuls SPA. Il ne donne pas lieu à la création d un budget annexe. o La régie dotée d une autonomie financière : elle possède des organes de gestion distincts de la collectivité, cette dernière conservant le pouvoir de décision. Le coût de fonctionnement du service est obligatoirement retracé dans un budget annexe distinct de celui de la collectivité. o La régie dotée de l autonomie financière et de la personnalité morale : c est un établissement public autonome (juridiquement et financièrement) de la collectivité, administré par un Conseil d Administration (désigné par le Conseil Municipal). Son budget est autonome, non annexé à celui de la collectivité et soumis aux règles de la comptabilité publique. La gestion indirecte dont on distingue deux principaux modes de gestion : o Le marché public : c est un contrat de prestation (travaux, fournitures, services) passé entre la collectivité et une entreprise qui porte sur tout ou partie du service public (administratif ou industriel et commercial). L entreprise est rémunérée par un prix. o La délégation de service public : c est un contrat par lequel la collectivité confie à un tiers l exploitation du service, sous son contrôle. Le délégataire est rémunéré pour l exploitation directement par l usager. 1 La collectivité peut, par exemple, gérer la distribution d eau et avoir transféré à un syndicat la production. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 6

7 Exercice de la compétence : Les graphiques ci-dessous donnent une vision synthétique, pour chaque service public étudié, de la répartition des compétences entre chaque type de structure. Eau Assainissement 51% 10% SYNDICATS 12% SYNDICATS 66% 22% 39% Collecte des déchets Traitement des déchets 57% 43% 63% SYNDICATS 27% 10% Transports urbains Cantines scolaires 73% SYNDICATS 23% 4% 100 % Les principaux services publics locaux sont, en 2002, majoritairement gérés par les groupements intercommunaux, à l exception des cantines scolaires, qui sont restées de la compétence des communes. Les services publics dont la compétence est la plus largement transférée aux structures intercommunales sont les transports (gérés à 73% par des groupements), le traitement des déchets (63%) et l assainissement (66%). Le transfert de ces deux derniers services peut s expliquer par les coûts importants des usines de traitement des déchets et des stations d épuration et la nécessité qui en découle d atteindre une taille critique et de parvenir à des économies d échelle, ce que permet l échelon intercommunal. La gestion des services de transports par l intercommunalité naît souvent de la nécessité de gérer les déplacements sur l aire urbaine et non uniquement sur le territoire de la commune. Les communes restent plus souvent compétentes pour l eau (39%) et la collecte des déchets (43%). Les transports en commun urbains et le traitement des déchets sont, dans un quart des cas, gérés par des syndicats intercommunaux. Leurs interventions dans les autres domaines sont plus limitées. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 7

8 Mode de gestion des services Les graphiques ci-dessous présentent les choix des collectivités compétentes en terme de mode de gestion. Les résultats des villes et des groupements ont été traités ensemble. Eau Assainissement MP 8% DSP 47% BA 53% 34% 58% DSP BA Collecte des déchets Traitement des déchets RD MP 41% 42% RD MP 34% 16% 3% BA DSP 2% 15% BA 47% DSP Transports urbains MP 15% Cantines scolaires MP 5% DSP 32% 52% RD 85% DSP EP 8% 3% BA RD régie directe (sans budget annexe) BA gestion directe avec budget annexe EP établissement public DSP délégation de service public MP marché public Le service public de l eau est géré en gestion directe (47% des cas) ou en délégation de service public (53%). Sa qualification en SPIC donne obligation à la collectivité, lorsqu il est géré en régie, de créer un budget annexe dédié. Sur les 17 structures intercommunales compétentes, 5 gèrent ce service par deux modes de gestion différents. Cette situation est due, dans 4 cas sur 5, au fait que la production et la distribution d eau ne sont pas gérées de manière identique. Le dernier cas est une communauté d agglomération qui n a pas encore homogénéisé, sur son territoire, les différents modes de gestion antérieurs de chacune des commues. Le service public de l assainissement a un schéma relativement similaire à celui du service public de l eau. Il est géré en gestion directe, avec autonomie financière (58% des cas), en délégation (34%) et en marché public (8%). Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 8

9 Là encore, 7 structures intercommunales ont un double mode de gestion : - 2 ont conservé le mode de gestion antérieur sur le territoire de chacune des communes, - 3 gèrent le service de collecte en régie et leur station d épuration en délégation ou en marché public 2. Le mode de gestion des services de l eau et de l assainissement explique l importance des budgets annexes eau et assainissement relevés dans l annuaire 2002 des comptes consolidés des grandes villes et des groupements. Ils représentent, pour les villes, respectivement, 21 et 35%, des dépenses totales de leurs budgets annexes. Ces pourcentages sont de 16 et 39% pour les groupements. Le service public de la collecte des déchets est plus complexe à appréhender du fait de sa double qualification possible en SPIC ou en SPA. Il est géré par les collectivités principalement en gestion directe (42% sans autonomie financière et 15% par le biais d un budget annexe), en marché public (41%) ou en délégation (2%). La qualification de la collecte des déchets dépend de son mode de financement : si la collectivité se finance par la TEOM ou le budget principal, le service est un SPA ; si la collectivité se finance par la REOM, le service est un SPIC. La TEOM est le mode de financement prépondérant des collectivités, ce qui explique l importance des régies directes et des marchés publics. Les cas de délégation ou de régie avec autonomie financière concernent plus particulièrement les centres de tri qui, dégageant des recettes commerciales, ont une structure de financement différente de la collecte proprement dite. Cinq collectivités ont deux modes de gestion 3. Le traitement des déchets est géré, par les collectivités compétentes, à 47% en DSP, à 34% en marché public, à 19% en régie directe (dont 16% sans budget annexe). 6 collectivités ont un double mode de gestion. Dans deux cas 4, il est lié à une gestion différente du centre de compostage, de la déchetterie et de l usine d incinération. Les transports en commun urbains sont gérés par les collectivités à 85% en délégation de service public et à 15% en marché public. Une collectivité a un double mode de gestion pour son service des transports (délégation de service public et marché public). En cas de délégation ou de marché public, les collectivités retracent, au sein d un budget annexe, en dépense, la subvention d équilibre (ou le prix) versée à leurs délégataires (ou au prestataire) et, en recette, le versement transport perçu des entreprises. Ceci explique le poids très important des budgets annexes transports relevés dans l annuaire financier consolidé des collectivités membres de l association, malgré l importance de la gestion indirecte. Les transports représentent 37% des dépenses des budgets annexes des groupements intercommunaux en La gestion des cantines scolaires, qui concernent uniquement les communes, sont gérés dans une majorité des cas (55%) en régie directe (dont 52% sans budget 2 2 collectivités ne nous ont pas communiqué de détail sur ce double mode de gestion. 3 Aucune information supplémentaire ne nous a été communiquée sur ces situations. 4 Les autres cas ne sont pas renseignés. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 9

10 annexe). 32% ont délégués le service, 5% ont recours au marché public et 8% à un établissement public. Evolution 2002 / 2003 De 2002 à 2003, on note une accélération du mouvement de transfert des compétences des villes vers leurs groupements. C est pour le service de collecte des déchets, géré dans 43% des cas par des communes en 2002, que ce mouvement est le plus fort, 8 communes transférant ce service à leur groupement. Aucun de ces 8 transferts n est la conséquence de la création d une nouvelle structure intercommunale. Il est à noter qu une communauté d agglomération gère, depuis 2003, les cantines scolaires. Transfert du service. d'une commune à un EPCI d'un syndicat à un EPCI eau 0 0 assainissement 1 1 collecte des déchets 8 0 traitement des déchets 2 0 transports 0 2 cantines scolaires 1 0 Enfin, très peu de modifications sont à observer dans les choix opérés par les collectivités pour leur mode de gestion, y compris en cas de transfert. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 10

11 3- Les services publics de l électricité et du gaz Législation et organisation des services Les directives européennes du 19 décembre 1996 (électricité) et du 22 juin 1998 (gaz) transposées en droit français ont organisé l ouverture progressive et partielle de la fourniture d énergie à la concurrence en Europe. Dans un premier temps, seuls étaient concernés les consommateurs d énergie les plus importants. La directive européenne du 26 juin 2003 impose de généraliser l éligibilité en deux étapes : - intégralité du marché des clients professionnels au 1er juillet marché des ménages au 1er juillet Ce passage au marché d une activité exercée jusque là en monopole dans le cadre d un service public modifiera le contenu des missions d intérêt général dévolues aux communes et à leurs groupements, collectivités organisatrices de la distribution publique d énergie. Pour évaluer concrètement les conséquences futures de ces directives, il a paru intéressant de photographier, avant l ouverture des marchés, les modes de gestions de des grandes villes et de leurs groupements. En France, la composante «distribution» des services publics de l électricité et du gaz est locale. Certes la distribution est assurée dans la plupart des communes par une entreprise nationale (EDF et GDF), mais l autorité organisatrice est une collectivité locale. 5% des communes de France sont approvisionnées par des régies, des sociétés d économie mixte, des sociétés d intérêt collectif ou par des entreprises analogues. Ces entreprises locales de distribution n ont pas été nationalisées en 1946, comme le furent EDF et GDF. La distribution d électricité et de gaz reste un véritable service public, garant de l égalité de traitement des usagers, d un aménagement équilibré du territoire et de la qualité de l environnement. Les acteurs du système de distribution d énergie en France Activité de production et de fourniture Activité de réseau (acheminement) Transport Distribution Propriété des équipements EDF GDF Collectivités locales - Opérateurs actuels (EDF et GDF) - Nouveaux opérateurs - Distributeurs actuels à l ouverture des (EDF GDF) Gestion des équipements EDF GDF marchés - Entreprises locales de distribution Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 11

12 Analyse du questionnaire Sur les 70 questionnaires qui ont été retournés par les membres de l association, 46 collectivités (20 groupements et 26 villes) ont répondu à la partie concernant les services publics du gaz et de l électricité. Il ressort des réponses envoyées que les villes restent majoritairement compétentes pour la gestion de ces services (62% pour l électricité et 69% pour le gaz). Par ailleurs, près d un service sur cinq est géré par un syndicat. Electricité Gaz 62% 16% 22% SYNDICATS 69% 17% 14% SYNDICATS Une très large majorité des collectivités compétentes (86% pour l électricité et 92% pour le gaz) ont passé des conventions avec EDF ou GDF pour la gestion de ces deux services. Seules 3 ont adopté un mode de gestion différent : - mise en place d une régie autonome pour le service public d électricité, - gestion directe avec budget annexe pour les services de l électricité et du gaz, - autre mode de gestion 5. Electricité Gaz EP - 5% Autre - 5% BA - 5% Concession - 92% BA - 4% Autre - 4% Concession - 86% 5 Pas de renseignement complémentaire Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 12

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse Décision n 2013-0174 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 février 2013 modifiant l annexe 5 de la décision n 2012-1137 en date du 11 septembre 2012 portant

Plus en détail

Diplôme d expertise comptable (DEC)

Diplôme d expertise comptable (DEC) Futurexpert.com Février 2015 Le Master Comptabilité Contrôle Audit (CCA) Une filière universitaire d excellence pour accéder aux métiers de l expertise comptable, du conseil, de l audit, de la gestion

Plus en détail

Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité!

Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité! Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité! HMI-THIRODE, des services au plus proche de chez vous La puissance d un réseau d installateurs leader en France Plus de 10 000 installations par an Plus de 60

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA)

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) MAJ 05/11/14 ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) AU CIRFA AJACCIO 18 avenue Colonel Colonna d Ornano 20000 AJACCIO Tel : 04.20.00.70.86

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F 2. Liste des diplômes des établissements d'enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre chargé de l Enseignement supérieur et conférant à leurs titulaires le grade de master

Plus en détail

Le classement des villes les plus gay-friendly de France

Le classement des villes les plus gay-friendly de France Le classement des villes les plus gay-friendly de France TÊTU publie le classement de 23 grandes agglomérations françaises, de la plus gay-friendly à la plus froide à l égard de ses habitants homos. 6.000

Plus en détail

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF CREDIT COOPERATIF Délégation Générale du Nord-Est-Centre, à Paris Pascal LUX T/ 01.47.24.96.43 Pascal.lux@credit-cooperatif.coop DUNKERQUE Directeur : Laurent

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Formation préventive et accompagnement psychologique des agents 51 11 46 / 01 53 33 11 46 victimologie@sncf.fr BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Permanence Téléphonique Prise

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 29 mars 2012 fixant au titre de l année 2012 le nombre de postes offerts aux recrutements sans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 13 novembre 2008 autorisant au titre de l année 2008 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20 Key Rates 2011 sections class 1 class 2 class 3 class 4 class 5 AiX-en-PRoVence cannes 13.60 e 20.50 e 30.10 e 42.00 e 7.90 e AIX-EN-PROVENCE LA SAULCE 11.90 e 18.00 e 26.20 e 37.30 e 7.20 e AIX-EN-PROVENCE

Plus en détail

Les masters en langues

Les masters en langues Traduction-Interprétation Études anglophones traduction littéraire : Paris Études européennes et langues étrangères et échanges internationaux traduction économique et juridique : Juriste international

Plus en détail

metal USB PEOPLE tel 01 43 21 47 52 contact@objets-pub-express.com USB people Electronique 03 Objets et Cadeaux Publicitaires

metal USB PEOPLE tel 01 43 21 47 52 contact@objets-pub-express.com USB people Electronique 03 Objets et Cadeaux Publicitaires Electronique USB people USB people Electronique USB PEOPLE USM8010-GU USM8010-GD metal USM8010-SL METAL USB PEOPLE USM8010-SL/GD/GU (S) Clé USB people, édition en métal. Alliage avec une finition brillante.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 14 mars 2012 autorisant au titre de l année 2012 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

SÉJOURS LINGUISTIQUES

SÉJOURS LINGUISTIQUES s s n ne 1 a u Je 0 à 2 de FÉVRIER PRINTEMPS 1 Vivons les langues SÉJOURS LINGUISTIQUES TARIFS SPÉCIAUX RÉSERVÉS AUX COMITÉS D ENTREPRISE FÉVRIER 2015 PRINTEMPS 2015 MALTE ALLEMAGNE ESPAGNE 1 01 42 67

Plus en détail

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF No ÉCOLES HABILITÉES À DÉLIVRER UN TITRE D'INGÉNIEUR DIPLÔMÉ PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille 2 Ingénieur diplômé de l'école polytechnique universitaire

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

Master 2 Juriste d'affaires. Master 2 Juriste d'affaires Internationales Master 2 Droit de l'entreprise spécialité Droit des Affaires et Fiscalité

Master 2 Juriste d'affaires. Master 2 Juriste d'affaires Internationales Master 2 Droit de l'entreprise spécialité Droit des Affaires et Fiscalité Nom de l'établissement UNIVERSITE PAUL CEZANNE UNIVERSITE DE PICARDIE UNIVERSITE D'ANGERS - UFR de Droit UNIVERSITE DE BOURGOGNE UNIVERSITE PIERRE MENDES France UNIVERSITE DE VERSAILLES SAINT QUENTIN EN

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

Groupement d'achat UNI-HA SSI: sécurisation pragmatique, efficiente et homogène des SI de Sante en partenariat avec l'asip Sante et les FSSI

Groupement d'achat UNI-HA SSI: sécurisation pragmatique, efficiente et homogène des SI de Sante en partenariat avec l'asip Sante et les FSSI Groupement d'achat UNI-HA SSI: sécurisation pragmatique, efficiente et homogène des SI de Sante en partenariat avec l'asip Sante et les FSSI Colloque gouvernance sécurité des systèmes d information Marseille

Plus en détail

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES DOSSIER DE PRESSE 17 AOÛT 2015 COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES Cout de la vie étudiante selon les villes universitaires CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 27 mars 205 OURNAL OICIEL DE LA RÉPUBLIQUE RANÇAISE Texte 27 sur 25 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES ÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEINEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté

Plus en détail

PRÉSENTATION Stanley Security France

PRÉSENTATION Stanley Security France PRÉSENTATION Stanley Security France Stanley Security France I Juin 2013 SOMMAIRE 1. PRÉSENTATION DU GROUPE STANLEY BLACK & DECKER Organisation et chiffres clés du Groupe L activité Sécurité du Groupe

Plus en détail

GAIN DE TEMPS + DESTRUCTION & RECYCLAGE

GAIN DE TEMPS + DESTRUCTION & RECYCLAGE Profitez de votre visite dans votre comptoir GAIN DE TEMPS + DESTRUCTION & RECYCLAGE Faites détruire et recycler vos déchets par une entreprise certifiée «Depuis que je suis adhérent à Contrat Vert, tout

Plus en détail

LES DIFFERENTS LICENCES PROPOSEES EN FRANCE ET DISPONIBLE POUR LA DAP BLANCHE

LES DIFFERENTS LICENCES PROPOSEES EN FRANCE ET DISPONIBLE POUR LA DAP BLANCHE LES DIFFERENTS LICENCES PROPOSEES EN FRANCE ET DISPONIBLE POUR LA DAP BLANCHE A - SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES (STAPS) Le programme comporte : un volet scientifique comprenant

Plus en détail

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE 14, rue d Ouessant - 75015 Paris. Tél : 01 78 09 88 00 Mail : fondationechiquierdelareussite@a2consulting.fr Fondation sous l égide de la Fondation de France Pourquoi

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Lundi 11 février (9h-13h30) ENS Cognitique (diplôme d ingénieur CTI, Management des connaissances, Bordeaux) ISTHIA (Université Toulouse

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 19 mars 2013 autorisant au titre de l année 2013 l ouverture de concours externes et internes

Plus en détail

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour LE SEJOUR Référence > SPECTCR2014 Agrément > JEUNESSE ET SPORTS Dates > Du 19/10/2013 au 02/11/2013 Ages > de 12 à 17 ans A partir de > 420,00 Frais de dossier > 19,00 /personne Chanteurs, musiciens ou

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 19 mars 2014 autorisant au titre de l année 2014 l ouverture de recrutements sans concours

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales

VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales VILLE DE REIMS Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) Vivien GROUD Grégoire VINCENOT 6 rue du Général de Larminat 75015

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 22 février 2011 autorisant au titre de l année 2011 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

LE WEBCLASSEUR ORIENTATION UN SERVICE EN LIGNE DISPONIBLE POUR TOUS LES ÉTABLISSEMENTS

LE WEBCLASSEUR ORIENTATION UN SERVICE EN LIGNE DISPONIBLE POUR TOUS LES ÉTABLISSEMENTS LE WEBCLASSEUR ORIENTATION UN SERVICE EN LIGNE DISPONIBLE POUR TOUS LES ÉTABLISSEMENTS IL ACCOMPAGNE LE PARCOURS DU JEUNE DE L ENTRÉE AU COLLÈGE À L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : Il assure la continuité de

Plus en détail

Découvrez l offre Nexity Studéa

Découvrez l offre Nexity Studéa Découvrez l offre Nexity Studéa Des implantations idéales Plus de 17 000 logements dans toute la France, une présence dans 58 villes universitaires. Des appartements bien conçus Des studios ou T2 meublés,

Plus en détail

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau 17 juin 2013 La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau La Banque de France s est fortement mobilisée au service de l économie et de la Nation dans le contexte de la crise financière.

Plus en détail

ECOLES DE COMMERCE. En ce qui concerne le concours, elles se répartissent en trois catégories

ECOLES DE COMMERCE. En ce qui concerne le concours, elles se répartissent en trois catégories Lycée Alfred Kastler ECOLES DE COMMERCE Les écoles de commerce sont nombreuses et de niveaux variés. Elles sont le plus souvent gérées par les chambres de commerce, de ce fait ce ne sont pas des écoles

Plus en détail

l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire

l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire Les études de L emploi cadre n 2015-32 mars 2015 Cadres du privé et zones d emploi : une forte concentration. Les places fortes de l emploi

Plus en détail

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique Valorisation des patrimoines Conseil et accompagnement stratégique Dans un contexte d évolutions continues des règlementations et de recherche d optimisation, loin des grands programmes de constructions

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d Assurance Maladie 12/07/96 des Caisses Régionales

Plus en détail

Annexe 9 : N UAI Etablissements français d enseignement supérieur

Annexe 9 : N UAI Etablissements français d enseignement supérieur Aix Marseille Annexe 9 : N UAI Etablissements français d enseignement supérieur 0133774G 0840985P 0130230E 0130239P 0132396J 0133347T 0130238N 0133393T Ecole Centrale de Marseille Ecole de Gestion et de

Plus en détail

Vente artisanat. Camps

Vente artisanat. Camps Tableau des projets par thème Mai 2007 Thèmes Groupes/projets Partenaires Projet national huile d olive (soutien aux coopératives / ventes) Aide médicale, santé 1 AFPS 04 2 Haut-Rhin 3 - Montpellier 4

Plus en détail

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF (Mise à jour au 4 juin 2013) Attention : Conformément aux articles R.4127-339 et R.4127-340 du code de la santé publique, seuls les titres, diplômes

Plus en détail

SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER!

SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER! SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER! Franfinance votre accélérateur de ventes 30 AGENCES Pour être toujours à vos côtés Le réseau national Franfinance vous assure un véritable service de proximité.

Plus en détail

Fleuriste en boutique GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE

Fleuriste en boutique GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE Fleuriste en boutique GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE ...pour toutes vos assurances la MAPA est à vos côtés! La MAPA connaît bien les fleuristes. Pour vous, nous avons mis au point des garanties sur mesure

Plus en détail

sommaire 1 Rappel du contexte Le micro-portable étudiant, un enjeu pour tous! 2 MIPE 1 un bilan positif

sommaire 1 Rappel du contexte Le micro-portable étudiant, un enjeu pour tous! 2 MIPE 1 un bilan positif sommaire 1 Rappel du contexte Le micro-portable étudiant, un enjeu pour tous! 2 MIPE 1 un bilan positif MIPE 1 le développement du Wi-Fi TM MIPE 1 l enseignement supérieur s ouvre au sans fil 3 L opération

Plus en détail

Masters Banque. des Professionnels. Master : Economie et Finance Internationales. Master : Activités bancaires. entreprises

Masters Banque. des Professionnels. Master : Economie et Finance Internationales. Master : Activités bancaires. entreprises Masters Banque Faculté d économie appliquée 3, avenue Robert Schuman 13628 AIX-EN-PROVENCE Cedex 1 M2 : Analyse Bancaire et Marchés des Professionnels http://www.fea-upcam.fr/categorie_2-13_ Masters.html

Plus en détail

Capital Investissement

Capital Investissement Capital Une marque d engagement Des ressources essentielles au service de votre entreprise Capital Premier cabinet d avocats en France Avec près de 1200 avocats en France et des partenaires dans 150 pays,

Plus en détail

LA RECONFIGURATION DES SERVICES D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT A L'ECHELLE DES AGGLOMERATIONS G. CANNEVA R. DE LAAGE

LA RECONFIGURATION DES SERVICES D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT A L'ECHELLE DES AGGLOMERATIONS G. CANNEVA R. DE LAAGE LA RECONFIGURATION DES SERVICES D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT A L'ECHELLE DES AGGLOMERATIONS G. CANNEVA R. DE LAAGE CONTEXTE NATIONAL DES PRISES DE COMPETENCES INTERCOMMUNALITE ET SERVICES D'EAU La généralisation

Plus en détail

Nous sommes à vos côtés pour valoriser et gérer vos actifs privés et professionnels

Nous sommes à vos côtés pour valoriser et gérer vos actifs privés et professionnels Vous êtes dirigeant d entreprise Nous sommes à vos côtés pour valoriser et gérer vos actifs privés et professionnels oncilier le développement de votre patrimoine Vous détenez tout ou partie du capital

Plus en détail

Nos Services. Un Accueil de Qualité. La Relation Terrain. Un Parc Diversifié. Notre Priorité : Votre Sécurité. Un Transport Maîtrisé

Nos Services. Un Accueil de Qualité. La Relation Terrain. Un Parc Diversifié. Notre Priorité : Votre Sécurité. Un Transport Maîtrisé Nos Services Un Accueil de Qualité Nos assistantes commerciales traitent votre demande efficacement et dans les meilleurs délais. La Relation Terrain Sur le terrain, nos commerciaux sont au contact permanent

Plus en détail

MER DU NORD. Seine. Toulouse. Grande culture (céréales, oléagineux) Cultures maraîchères (fruits, fleurs, légumes)

MER DU NORD. Seine. Toulouse. Grande culture (céréales, oléagineux) Cultures maraîchères (fruits, fleurs, légumes) ROYAUME-UNI MANCHE MER DU NORD BELGIQUE Lille Luxembourg ALLEMAGNE Seine Paris Strasbourg Rhin Loire SUISSE OCÉAN ATLANTIQUE Lyon Bordeaux ITALIE Rhône Garonne Toulouse Marseille ESPAGNE MER MÉDITERRANÉE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 3 PROTOCOLE D'ACCORD portant sur la mise en œuvre d une information générale sur

Plus en détail

Instance Supérieure Indépendante pour les Elections

Instance Supérieure Indépendante pour les Elections الجمهورية التونسية الهيئة العليا المستقلة لالنتخابات Instance Supérieure Indépendante pour les Elections Nom Circonscription Nom Délégation Nom Centre Vote Adresse باريس France 1 C.G Tunisie à Paris (Bur

Plus en détail

Ingénieur Jurisprudences Constantes 2003 2013

Ingénieur Jurisprudences Constantes 2003 2013 Ingénieur Jurisprudences Constantes 2003 2013 Conseil d Etat et Tribunaux Administratifs Les décisions de justice ci-dessous concernent des recours formulés à l encontre de décisions défavorables de la

Plus en détail

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE P a r t e n a i r e d e v o t r e d é v e l o p p e m e n t «immo-locaux est une société de conseil spécialisée dans l'immobilier commercial : locaux commerciaux, location, cession, vente, fonds de commerce

Plus en détail

Clôture des inscriptions 18 JANVIER 2013

Clôture des inscriptions 18 JANVIER 2013 Clôture des inscriptions 18 JANVIER 2013 Règlement et inscriptions sur les sites de vos CROUS et du CNOUS, sur www.culture.cnous.fr et dans les services culturels des CROUS AIX MARSEILLE 31 avenue Jules

Plus en détail

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Un sondage exclusif mené par l Institut Think pour Sondage «Les Français & l esprit d entreprise» mené par l Institut Think pour CER FRANCE et NOVANCIA

Plus en détail

LISTE DES ECOLES PERMETTANT UN RECLASSEMENT DANS LE 3 ème GRADE D INGENIEUR DE LA FILIERE TECHNIQUE

LISTE DES ECOLES PERMETTANT UN RECLASSEMENT DANS LE 3 ème GRADE D INGENIEUR DE LA FILIERE TECHNIQUE Direction générale des services ----- Nouméa, le 22 octobre 2009 Direction des ressources humaines et de la fonction publique de Nouvelle-Calédonie ----- Service des affaires juridiques, des études et

Plus en détail

Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015

Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015 Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015 Table des matières Qu est-ce qu une éclipse partielle de soleil?... 2 Dans la zone de pénombre, l éclipse est partielle pour l observateur 2,

Plus en détail

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\...

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\... Page 1 of 9 Statistiques Sigem Classes prépas HEC bloom6.free.fr Qu'est-ce que le Sigem? Synthèse des résulats Classement Sigem Statistiques Sigem Barres d'admissibilité Fiches Sigem par École HEC Essec

Plus en détail

FORMATIONS 2014. Bienvenue à l Invacademy!

FORMATIONS 2014. Bienvenue à l Invacademy! FORMATIONS 2014 Conscient que les besoins dans le domaine du handicap et les réponses à ces besoins sont en pleine évolution, le centre de formations Invacademy vous propose des formations commerciales

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION PRÉALABLE (2012-2013) NOTICE EXPLICATIVE concernant le dossier à remettre à l université

DEMANDE D ADMISSION PRÉALABLE (2012-2013) NOTICE EXPLICATIVE concernant le dossier à remettre à l université DOSSIER VERT DEMANDE D ADMISSION PRÉALABLE (2012-2013) NOTICE EPLICATIVE concernant le dossier à remettre à l université cerfa N 50676#11 Conservez cette notice après avoir envoyé votre dossier : elle

Plus en détail

Masters en lien avec le management sportif

Masters en lien avec le management sportif Masters en lien avec le management sportif Ce document établit la liste des masters en lien avec le management du sport. Ces masters relèvent de domaines universitaires variés. Toutes les formations présentées

Plus en détail

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances Les marchés de l immobilier à l international Évolutions, structures et performances Séminaire d actualité 22 mai 2015 Montants investis en immobilier d entreprise milliards d euros 50 45 40 35 30 Données

Plus en détail

Un réseau de Professionnels au service de la réfrigération de transport M ITSUBISHI. 05/03/2012 Confidentiel 1

Un réseau de Professionnels au service de la réfrigération de transport M ITSUBISHI. 05/03/2012 Confidentiel 1 Un réseau de Professionnels au de la réfrigération de transport M ITSUBISHI 05/03/2012 Confidentiel 1 Réseau CALAIS Service après vente BOULOGNE LENS AMIENS ROUEN CAEN GOUSSAINVILLE REIMS LANDIVISIAU RUNGIS

Plus en détail

LES BÉNÉFICES DE L AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS pour les étudiants, les enseignants-chercheurs, les personnels, les universités et les partenaires

LES BÉNÉFICES DE L AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS pour les étudiants, les enseignants-chercheurs, les personnels, les universités et les partenaires JANVIER 2011 Service communication Université Paris 8 LES BÉNÉFICES DE L AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS pour les étudiants, les enseignants-chercheurs, les personnels, les universités et les partenaires Ministère

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE L évolution des effectifs intercommunaux NOTE TECHNIQUE Juillet 2012 1. Une augmentation des effectifs dans les collectivités locales La fonction publique territoriale

Plus en détail

PARTICIPATION DES ETABLISSEMENTS AUX RESEAUX STEP ET/OU STAR AU 01/01/2015

PARTICIPATION DES ETABLISSEMENTS AUX RESEAUX STEP ET/OU STAR AU 01/01/2015 PARTICIPATION DES ETABLISSEMENTS AUX RESEAUX ET/OU AU 01/01/2015 AIX-MARSEILLE AIX MARSEILLE UNIVERSITE AIXM ALBI-CARMAUX ECOLE DES MINES D ALBI EMAC AMIENS UNIVERSITE DE PICARDIE AMIE (DEPLOYE) ANGERS

Plus en détail

CampusArt : candidature en ligne aux écoles d art et d architecture

CampusArt : candidature en ligne aux écoles d art et d architecture Campus France Agence française pour la promotion de l enseignement supérieur, l accueil et la mobilité internationale CampusArt : candidature en ligne aux écoles d art et d architecture L Agence Campus

Plus en détail

Dermatoses professionnelles dans la BTP : données issues du rnv3p.

Dermatoses professionnelles dans la BTP : données issues du rnv3p. Dermatoses professionnelles dans la BTP : données issues du rnv3p. Bensefa-Colas L, Crépy MN, Dupas D, Géraut C, Faye S, Luc A, Le Barbier M, Choudat D, Lasfargues G, Paris C et Telle-Lamberton M, et les

Plus en détail

Enquête nationale sur la mise en place des Écoles supérieures du professorat et de l éducation

Enquête nationale sur la mise en place des Écoles supérieures du professorat et de l éducation Enquête nationale sur la mise en place des Écoles supérieures du professorat et de l éducation Enquête menée du 1 er décembre 2013 au 15 janvier 2014 par le Bureau de liaison du Les 30 écoles supérieures

Plus en détail

Propriété intellectuelle : comment valoriser son activité?

Propriété intellectuelle : comment valoriser son activité? Propriété intellectuelle : comment valoriser son activité? Aliénor DAGORY Service Innovation CCI LR 04 67 13 68 00 arist@languedoc-roussillon.cci.fr Michael TOUCHE INPI Délégation régionale Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Rapport financier 2014

Rapport financier 2014 Ville de Rennes Rapport financier 2014 Sommaire Préambule 1 La capacité d autofinancement (épargne) 2 Partie 1 - Le budget principal 3 L investissement 4 Le financement de l investissement 5 L investissement

Plus en détail

2011/12/27. Click to edit Master subtitle style

2011/12/27. Click to edit Master subtitle style 2011/12/27 Click to edit Master subtitle style 1993 Rémy Sax, crée la SARL PATRIMOINE CONSULTANT à Nancy, avec l'ambition de devenir un acteur majeur régional de la gestion de Patrimoine. Il s'adjoint

Plus en détail

Spécialité Etablissement Formation

Spécialité Etablissement Formation Spécialité Etablissement Formation Prix de Lancement de Programme ESA MBA Bancassurance Prix de Lancement de Programme ESC Rouen MS MJCE (Mastère Juriste Conseil d'entreprise) Prix de Lancement de Programme

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

L auto-archivage en maths, quoi de neuf?

L auto-archivage en maths, quoi de neuf? L auto-archivage en maths, quoi de neuf? Anna Wojciechowska Rencontres RNBM : 1-5 Octobre 2007 Questionnaires 1er questionnaire : novembre 2005 : 128 réponses Participants : Besançon, Bordeaux, Clermont

Plus en détail

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public Il n'existe pas de définition légale ou réglementaire explicite des modes de délégation de service public que représentent la concession, l'affermage, la régie intéressée ou la gérance (Circulaire du 7

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 RAPPEL... 4 I. RECENSEMENT DES PRATIQUES DES SEIZE COMMUNAUTES URBAINES EN MATIERE DE GARANTIE D EMPRUNT...

SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 RAPPEL... 4 I. RECENSEMENT DES PRATIQUES DES SEIZE COMMUNAUTES URBAINES EN MATIERE DE GARANTIE D EMPRUNT... SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 RAPPEL... 4 1. DEFINITION DE LA GARANTIE D EMPRUNT ACCORDEE PAR UNE PERSONNE PUBLIQUE 2. CADRE JURIDIQUE DES GARANTIES D EMPRUNT ACCORDEES PAR DES PERSONNES PUBLIQUES 3. PRATIQUES

Plus en détail

Liste des établissements adhérant à Worldcat

Liste des établissements adhérant à Worldcat Liste des établissements adhérant à Worldcat ILN Dénomination 002 Université de Provence Aix-Marseille 1 003/157 Université de la Méditerranée Aix-Marseille 2 004 Université Paul Cézanne Aix-Marseille

Plus en détail

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin Pourquoi "oser la prépa ECE "? La CPGE ECE (classe préparatoire aux grandes écoles économique et commerciale voie économique) appelée aussi prépa HEC voie éco est un tremplin d accès aux grandes écoles

Plus en détail

OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 CALENDRIER SCOLAIRE 2015-2016 2016-2017

OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 CALENDRIER SCOLAIRE 2015-2016 2016-2017 SEPTEMBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

Plus en détail

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com Dossier de presse 2013-2014 Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com 1 Sommaire L Association Passerelle p.3 Le Concours Passerelle p.5 2013 : un concours réussi

Plus en détail

23/01/2015. Les nouvelles structures (IHU et autres) Les petites dernières : les CRC. STRUCTURES de RECHERCHE CLINIQUE RECONNUES

23/01/2015. Les nouvelles structures (IHU et autres) Les petites dernières : les CRC. STRUCTURES de RECHERCHE CLINIQUE RECONNUES Les nouvelles structures (IHU et autres) 6 IHU sont labellisés en 2011 Personnes morales de droit privé, constituées en FCS (CHU). créés dans le cadre des structures labellisées à la suite des appels à

Plus en détail

22 janvier 2010 «Journée franco-allemande» «Points Info OFAJ» et «DFJW-Infotreffs»

22 janvier 2010 «Journée franco-allemande» «Points Info OFAJ» et «DFJW-Infotreffs» 22 janvier 2010 «Journée franco-allemande» «Points Info OFAJ» et «DFJW-Infotreffs» L idée En octobre dernier, tous les Points Info OFAJ et DFJW-Infotreffs ont été invités à signaler les manifestations

Plus en détail

Guide de l année-recherche

Guide de l année-recherche Guide de l année-recherche Destiné aux Internes de Médecine Générale Mars 2011 Mis à jour Octobre 2013 Co signé en octobre 2013 par : Page 2 sur 20 SOMMAIRE I. Introduction 5 II. Définition de l année-recherche

Plus en détail

Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. www.ladapt.net

Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. www.ladapt.net www.ladapt.net Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées L ADAPT - association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées - œuvre au quotidien

Plus en détail

Quel statut? Pour quel office de tourisme?

Quel statut? Pour quel office de tourisme? Quel statut? Pour quel office de tourisme? Pour répondre à cette question, il est proposé de suivre une démarche articulée autour de l exposé de données de droit ou de fait et de réponses à des questions.

Plus en détail

Les élèves nouveaux arrivants non francophones en 2010-2011

Les élèves nouveaux arrivants non francophones en 2010-2011 note d information 12.1 MARS 38 1 nouveaux arrivants non francophones de plus de 6 ans ont été scolarisés au cours de l année scolaire 21-211 : 18 5 dans les écoles élémentaires, 16 2 dans les collèges

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail