Les services publics locaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services publics locaux"

Transcription

1 Les services publics locaux mars 2004

2 AVANT-PROPOS Le présent fascicule est la synthèse de l enquête sur la gestion des services publics locaux lancée par l Association des Maires de Grandes Villes de France début Cette initiative, mise en œuvre avec le soutien de la Direction des Etudes de Dexia - Crédit Local, a pour objectif de dresser un panorama de la gestion des services publics des grandes villes de France et de leurs groupements. Par souci de concision, deux axes ont été privilégiés. Le contexte actuel est celui d une couverture presque optimale des aires urbaines par le phénomène intercommunal ; il était donc nécessaire de mener un état des lieux des rôles respectifs des villes et de leurs groupements dans la mise en œuvre des services publics locaux. Les modalités de gestion de ces services locaux sont présentées synthétiquement puis analysées selon un axe financier. L objectif est d expliquer, en termes budgétaires, les conséquences, très différentes, de ces choix sur les masses financières des membres de l association. L enquête complète en ce sens les différents annuaires financiers mis à votre disposition en affinant la validité des comparaisons par ratios. Cette année, seuls les principaux services publics locaux que sont l eau, l assainissement, la collecte et le traitement des ordures ménagères, les transports en commun urbains et les cantines scolaires ont été traités. L actualité de l ouverture des marchés à la concurrence nous a poussé à aborder également les services plus atypiques de l électricité et du gaz. Dans un paysage décentralisé mouvant, la pérennisation de cette étude permettrait de suivre, d année en année, l évolution des compétences des collectivités et leurs conséquences sur les budgets locaux. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 2

3 Introduction La note qui suit analyse les résultats de l enquête menée par l Association des Maires des Grandes Villes de France et Dexia Crédit Local sur la gestion des services publics locaux. Le questionnaire envoyé aux 88 membres de l association (47 villes et 41 groupements) concerne les 5 principaux services publics locaux que sont : l eau (production et distribution), l assainissement (collecte et traitement des eaux usées), les déchets (collecte et traitement), les transports en commun urbains et les cantines scolaires. Il répond, pour chacun d entre eux, à deux questions : qui détient la compétence? comment est géré le service? 69 questionnaires ont été reçus et traités : 37 villes et 32 groupements. 21 villes sont traités en même temps que leurs groupements, membres de l association. AMIENS ANGERS CA d'angers ARGENTEUIL AVIGNON BESANCON CA de BESANCON BORDEAUX CU de BORDEAUX BOULOGNE BILLANCOURT BREST CU de BREST CAEN CLERMOND-FERRAND CLERMONT COMMUNAUTE DIJON CA de DIJON DUNKERQUE CU de DUNKERQUE LE HAVRE CA du HAVRE LE MANS CU du MANS LILLE CU de LILLE LIMOGES CA de LIMOGES MARSEILLE METZ CA de METZ MONTPELLIER CA de MONTPELLIER MULHOUSE CA de MULHOUSE NANCY CU de NANCY NANTES CU de NANTES NÎMES ORLEANS CA d'orleans PERPIGNAN CA de PERPIGNAN REIMS RENNES CC de REIMS CA de RENNES ROUBAIX CU de LILLE ROUEN SAINT - ETIENNE ST DENIS STRASBOURG TOULON TOULOUSE CU de STRASBOURG TOURCOING CU de LILLE TOURS VERSAILLES CA du PAYS D'AIX CA de BAYONE-ANGLET CA de CALAIS CU de CHERBOURG CA d'evry GRENOBLE METRO CA du HAUT VAL DE MARNE CA de LORIENT CA de PAU CA de POITIERS SAN de SENART SAN VAL MAUBUEE La présente analyse s attache principalement à l année 2002, afin de permettre une mise en parallèle avec les résultats de l annuaire 2002 des comptes consolidés des grandes villes et des groupements réalisé par Dexia Crédit Local et l Association Des Maires De Grandes Villes De France. L évolution entre 2002 et 2003 est abordée en complément. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 3

4 1 Présentation synthétique des résultats Le présent questionnaire part d un constat : les modes de gestion choisis par les collectivités pour leurs services publics locaux ont des conséquences budgétaires diverses qui atténuent la pertinence des comparaisons financières. Du fait des choix différents opérés par les villes et leurs groupements, la notion de comptes consolidés «budget principal budgets annexes», introduite par l annuaire 2002 des comptes consolidés des grandes villes et des groupements ne recouvre pas les mêmes champs d une collectivité à l autre. L objectif de la première partie de cette note, avant de s attarder sur l analyse détaillée du questionnaire, est de donner une vision synthétique de la manière dont chaque service public «pèse» sur les comptes de la collectivité. Le tableau qui suit retrace les résultats individuels de chacune des collectivités et permet de mieux apprécier les différences observées entre les données financières des collectivités membres de l Association des Maires de Grandes Villes de France. Il présente en colonne les services publics étudiés : - eau (E) - assainissement (A) - collecte des déchets (CD) - traitement des déchets (TD) - transports (T) - cantines scolaires (C) Différents cas ont été distingués pour chacun d entre eux et pour chaque membre de l association. Ils sont classés selon le poids financier que le service fait supporter à la collectivité, via un budget annexe ou le budget principal : - la collectivité n a pas la compétence : aucun impact budgétaire ; - le service public est géré en DSP ou par un établissement public et aucune recette relative au service délégué (TEOM, VT) n a pu être détectée au sein du budget principal ou du budget annexe : aucun impact budgétaire visible ; - le service public est géré en DSP, par un établissement public ou en marché public et un budget annexe retrace certains des flux relatifs au service (TEOM, REOM, versement transport, subventions d équilibre, prix du marché, dépenses d équipements etc ) : impact partiel sur les finances de la collectivité via un budget annexe ; - le service public est géré en gestion directe et l intégralité des dépenses et des recettes sont retracées au sein d un budget annexe : impact sur les finances de la collectivité via un budget annexe ; - le service public est géré en DSP, par un établissement public ou en marché public et le budget principal retrace certains des flux relatifs au service (TEOM, REOM, versement transport etc ) : impact partiel sur le budget principal de la collectivité ; - le service public est géré en régie directe : l intégralité des dépenses et des recettes sont retracées au sein du budget principal : impact sur le budget principal de la collectivité. Le niveau de coloration de chaque ligne est, de par cette méthode, un indicateur du poids des services publics locaux dans les budgets (budget principal budgets annexes) de chaque collectivité. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 4

5 L impact budgétaire du choix des modes de gestion des collectivités Année 2002 E A CD TD T C AMIENS ANGERS ARGENTEUIL AVIGNON BESANCON BORDEAUX BOULOGNE BREST CAEN CLERMOND-FERRAND DIJON DUNKERQUE HAVRE LILLE LE MANS LIMOGES MARSEILLE METZ MONTPELLIER MULHOUSE NANCY NANTES NÎMES ORLEANS PERPIGNAN REIMS RENNES ROUBAIX ROUEN SAINT - ETIENNE SAINT DENIS STRASBOURG TOULON TOULOUSE TOURCOING TOURS VERSAILLES Année 2002 E A CD TD T C CA d'angers CA de BAYONNE-ANGLET CA de BESANCON CA de CALAIS CA de CLERMONT FERRAND CA de DIJON CA de GRENOBLE CA de LIMOGES CA de LORIENT CA de METZ CA de MONTPELLIER CA de MULHOUSE CA de PERPIGNAN CA de POITIERS CA de RENNES CA d'evry CA d'orleans CA du HAUT VAL de MARNE CA du HAVRE CA du PAYS D'AIX CC de REIMS CU de BORDEAUX CU de BREST CU de CHERBOURG CU de DUNKERQUE CU de LILLE CU de NANCY CU de NANTES CU de PAU CU de STRASBOURG CU du MANS SAN de SENART SAN VAL MAUBUEE E : eau A : assainissement CD : collecte des déchets TD : traitement des déchets T : transports C : cantines scolaires impact sur le budget principal impact partiel sur le budget principal impact sur le budget annexe impact partiel sur le budget annexe pas d'impact visible n'a pas la compétence Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 5

6 2- Analyse détaillée du questionnaire Présentation du questionnaire et des services étudiés La première partie du questionnaire étudie les compétences, liées aux 5 services publics étudiés (eau, assainissement, déchets, transports, cantines), détenues par chacune des collectivités membres de l association en distinguant 3 cas : la compétence est détenue par une ville, par un groupement à fiscalité propre (CC, CA, CU ou SAN) ou par un syndicat dédié. On distingue deux types de services publics locaux : les services publics industriels et commerciaux (SPIC) et les services publics administratifs (SPA). A l inverse de ceux des SPA, les comptes des SPIC ont l obligation d être équilibrés en dépenses et en recettes et leur comptabilité doit être retracée au sein d un budget annexe, autonome financièrement du budget principal. La distinction SPIC / SPA est, de fait, nécessaire pour expliquer les modes de gestion choisis par les collectivités. Les services étudiés sont, à l exception des cantines scolaires et de la collecte des déchets ménagers, des services publics industriels et commerciaux. Le service de la collecte des déchets est un cas particulier : il a une double qualification (SPIC ou SPA) selon son mode de financement. La collecte et le traitement des ordures ménagères ont été traités séparément dans le questionnaire. Quatre modes de gestion ont été différenciés : la gestion directe (avec ou sans budget annexe), l établissement public (administratif ou industriel et commercial), le marché public et la délégation de service public. Le mode de gestion du service n est étudié que si la compétence est détenue par la collectivité membre de l association. De même dans le cas où la collectivité ne gère qu une partie du service 1 seule la manière dont cette dernière est gérée par la collectivité est analysée. Les modes de gestion la gestion directe : la collectivité gère le service à l aide de ses services ou par le biais d un établissement public. Au sein de la gestion directe, on distingue, selon leur niveau d autonomie par rapport à la collectivité : o la régie simple : elle n a aucune autonomie (financière ou administrative) par rapport à la collectivité ; ce mode de gestion est, en principe réservé aux seuls SPA. Il ne donne pas lieu à la création d un budget annexe. o La régie dotée d une autonomie financière : elle possède des organes de gestion distincts de la collectivité, cette dernière conservant le pouvoir de décision. Le coût de fonctionnement du service est obligatoirement retracé dans un budget annexe distinct de celui de la collectivité. o La régie dotée de l autonomie financière et de la personnalité morale : c est un établissement public autonome (juridiquement et financièrement) de la collectivité, administré par un Conseil d Administration (désigné par le Conseil Municipal). Son budget est autonome, non annexé à celui de la collectivité et soumis aux règles de la comptabilité publique. La gestion indirecte dont on distingue deux principaux modes de gestion : o Le marché public : c est un contrat de prestation (travaux, fournitures, services) passé entre la collectivité et une entreprise qui porte sur tout ou partie du service public (administratif ou industriel et commercial). L entreprise est rémunérée par un prix. o La délégation de service public : c est un contrat par lequel la collectivité confie à un tiers l exploitation du service, sous son contrôle. Le délégataire est rémunéré pour l exploitation directement par l usager. 1 La collectivité peut, par exemple, gérer la distribution d eau et avoir transféré à un syndicat la production. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 6

7 Exercice de la compétence : Les graphiques ci-dessous donnent une vision synthétique, pour chaque service public étudié, de la répartition des compétences entre chaque type de structure. Eau Assainissement 51% 10% SYNDICATS 12% SYNDICATS 66% 22% 39% Collecte des déchets Traitement des déchets 57% 43% 63% SYNDICATS 27% 10% Transports urbains Cantines scolaires 73% SYNDICATS 23% 4% 100 % Les principaux services publics locaux sont, en 2002, majoritairement gérés par les groupements intercommunaux, à l exception des cantines scolaires, qui sont restées de la compétence des communes. Les services publics dont la compétence est la plus largement transférée aux structures intercommunales sont les transports (gérés à 73% par des groupements), le traitement des déchets (63%) et l assainissement (66%). Le transfert de ces deux derniers services peut s expliquer par les coûts importants des usines de traitement des déchets et des stations d épuration et la nécessité qui en découle d atteindre une taille critique et de parvenir à des économies d échelle, ce que permet l échelon intercommunal. La gestion des services de transports par l intercommunalité naît souvent de la nécessité de gérer les déplacements sur l aire urbaine et non uniquement sur le territoire de la commune. Les communes restent plus souvent compétentes pour l eau (39%) et la collecte des déchets (43%). Les transports en commun urbains et le traitement des déchets sont, dans un quart des cas, gérés par des syndicats intercommunaux. Leurs interventions dans les autres domaines sont plus limitées. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 7

8 Mode de gestion des services Les graphiques ci-dessous présentent les choix des collectivités compétentes en terme de mode de gestion. Les résultats des villes et des groupements ont été traités ensemble. Eau Assainissement MP 8% DSP 47% BA 53% 34% 58% DSP BA Collecte des déchets Traitement des déchets RD MP 41% 42% RD MP 34% 16% 3% BA DSP 2% 15% BA 47% DSP Transports urbains MP 15% Cantines scolaires MP 5% DSP 32% 52% RD 85% DSP EP 8% 3% BA RD régie directe (sans budget annexe) BA gestion directe avec budget annexe EP établissement public DSP délégation de service public MP marché public Le service public de l eau est géré en gestion directe (47% des cas) ou en délégation de service public (53%). Sa qualification en SPIC donne obligation à la collectivité, lorsqu il est géré en régie, de créer un budget annexe dédié. Sur les 17 structures intercommunales compétentes, 5 gèrent ce service par deux modes de gestion différents. Cette situation est due, dans 4 cas sur 5, au fait que la production et la distribution d eau ne sont pas gérées de manière identique. Le dernier cas est une communauté d agglomération qui n a pas encore homogénéisé, sur son territoire, les différents modes de gestion antérieurs de chacune des commues. Le service public de l assainissement a un schéma relativement similaire à celui du service public de l eau. Il est géré en gestion directe, avec autonomie financière (58% des cas), en délégation (34%) et en marché public (8%). Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 8

9 Là encore, 7 structures intercommunales ont un double mode de gestion : - 2 ont conservé le mode de gestion antérieur sur le territoire de chacune des communes, - 3 gèrent le service de collecte en régie et leur station d épuration en délégation ou en marché public 2. Le mode de gestion des services de l eau et de l assainissement explique l importance des budgets annexes eau et assainissement relevés dans l annuaire 2002 des comptes consolidés des grandes villes et des groupements. Ils représentent, pour les villes, respectivement, 21 et 35%, des dépenses totales de leurs budgets annexes. Ces pourcentages sont de 16 et 39% pour les groupements. Le service public de la collecte des déchets est plus complexe à appréhender du fait de sa double qualification possible en SPIC ou en SPA. Il est géré par les collectivités principalement en gestion directe (42% sans autonomie financière et 15% par le biais d un budget annexe), en marché public (41%) ou en délégation (2%). La qualification de la collecte des déchets dépend de son mode de financement : si la collectivité se finance par la TEOM ou le budget principal, le service est un SPA ; si la collectivité se finance par la REOM, le service est un SPIC. La TEOM est le mode de financement prépondérant des collectivités, ce qui explique l importance des régies directes et des marchés publics. Les cas de délégation ou de régie avec autonomie financière concernent plus particulièrement les centres de tri qui, dégageant des recettes commerciales, ont une structure de financement différente de la collecte proprement dite. Cinq collectivités ont deux modes de gestion 3. Le traitement des déchets est géré, par les collectivités compétentes, à 47% en DSP, à 34% en marché public, à 19% en régie directe (dont 16% sans budget annexe). 6 collectivités ont un double mode de gestion. Dans deux cas 4, il est lié à une gestion différente du centre de compostage, de la déchetterie et de l usine d incinération. Les transports en commun urbains sont gérés par les collectivités à 85% en délégation de service public et à 15% en marché public. Une collectivité a un double mode de gestion pour son service des transports (délégation de service public et marché public). En cas de délégation ou de marché public, les collectivités retracent, au sein d un budget annexe, en dépense, la subvention d équilibre (ou le prix) versée à leurs délégataires (ou au prestataire) et, en recette, le versement transport perçu des entreprises. Ceci explique le poids très important des budgets annexes transports relevés dans l annuaire financier consolidé des collectivités membres de l association, malgré l importance de la gestion indirecte. Les transports représentent 37% des dépenses des budgets annexes des groupements intercommunaux en La gestion des cantines scolaires, qui concernent uniquement les communes, sont gérés dans une majorité des cas (55%) en régie directe (dont 52% sans budget 2 2 collectivités ne nous ont pas communiqué de détail sur ce double mode de gestion. 3 Aucune information supplémentaire ne nous a été communiquée sur ces situations. 4 Les autres cas ne sont pas renseignés. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 9

10 annexe). 32% ont délégués le service, 5% ont recours au marché public et 8% à un établissement public. Evolution 2002 / 2003 De 2002 à 2003, on note une accélération du mouvement de transfert des compétences des villes vers leurs groupements. C est pour le service de collecte des déchets, géré dans 43% des cas par des communes en 2002, que ce mouvement est le plus fort, 8 communes transférant ce service à leur groupement. Aucun de ces 8 transferts n est la conséquence de la création d une nouvelle structure intercommunale. Il est à noter qu une communauté d agglomération gère, depuis 2003, les cantines scolaires. Transfert du service. d'une commune à un EPCI d'un syndicat à un EPCI eau 0 0 assainissement 1 1 collecte des déchets 8 0 traitement des déchets 2 0 transports 0 2 cantines scolaires 1 0 Enfin, très peu de modifications sont à observer dans les choix opérés par les collectivités pour leur mode de gestion, y compris en cas de transfert. Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 10

11 3- Les services publics de l électricité et du gaz Législation et organisation des services Les directives européennes du 19 décembre 1996 (électricité) et du 22 juin 1998 (gaz) transposées en droit français ont organisé l ouverture progressive et partielle de la fourniture d énergie à la concurrence en Europe. Dans un premier temps, seuls étaient concernés les consommateurs d énergie les plus importants. La directive européenne du 26 juin 2003 impose de généraliser l éligibilité en deux étapes : - intégralité du marché des clients professionnels au 1er juillet marché des ménages au 1er juillet Ce passage au marché d une activité exercée jusque là en monopole dans le cadre d un service public modifiera le contenu des missions d intérêt général dévolues aux communes et à leurs groupements, collectivités organisatrices de la distribution publique d énergie. Pour évaluer concrètement les conséquences futures de ces directives, il a paru intéressant de photographier, avant l ouverture des marchés, les modes de gestions de des grandes villes et de leurs groupements. En France, la composante «distribution» des services publics de l électricité et du gaz est locale. Certes la distribution est assurée dans la plupart des communes par une entreprise nationale (EDF et GDF), mais l autorité organisatrice est une collectivité locale. 5% des communes de France sont approvisionnées par des régies, des sociétés d économie mixte, des sociétés d intérêt collectif ou par des entreprises analogues. Ces entreprises locales de distribution n ont pas été nationalisées en 1946, comme le furent EDF et GDF. La distribution d électricité et de gaz reste un véritable service public, garant de l égalité de traitement des usagers, d un aménagement équilibré du territoire et de la qualité de l environnement. Les acteurs du système de distribution d énergie en France Activité de production et de fourniture Activité de réseau (acheminement) Transport Distribution Propriété des équipements EDF GDF Collectivités locales - Opérateurs actuels (EDF et GDF) - Nouveaux opérateurs - Distributeurs actuels à l ouverture des (EDF GDF) Gestion des équipements EDF GDF marchés - Entreprises locales de distribution Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 11

12 Analyse du questionnaire Sur les 70 questionnaires qui ont été retournés par les membres de l association, 46 collectivités (20 groupements et 26 villes) ont répondu à la partie concernant les services publics du gaz et de l électricité. Il ressort des réponses envoyées que les villes restent majoritairement compétentes pour la gestion de ces services (62% pour l électricité et 69% pour le gaz). Par ailleurs, près d un service sur cinq est géré par un syndicat. Electricité Gaz 62% 16% 22% SYNDICATS 69% 17% 14% SYNDICATS Une très large majorité des collectivités compétentes (86% pour l électricité et 92% pour le gaz) ont passé des conventions avec EDF ou GDF pour la gestion de ces deux services. Seules 3 ont adopté un mode de gestion différent : - mise en place d une régie autonome pour le service public d électricité, - gestion directe avec budget annexe pour les services de l électricité et du gaz, - autre mode de gestion 5. Electricité Gaz EP - 5% Autre - 5% BA - 5% Concession - 92% BA - 4% Autre - 4% Concession - 86% 5 Pas de renseignement complémentaire Dexia Crédit Local - Association des Maires de Grandes Villes de France 12

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE FÉVRIER 2014 Parité Diversité & Maires & adjoint.e.s ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE AVANT PROPOS À l occasion des élections municipales de mars, République & Diversité et le CRAN ont

Plus en détail

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre 2004 1 Au

Plus en détail

URL analysées. Informations générales

URL analysées. Informations générales 1 sur 13 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació.

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. Sabadell, del 5 al 6 de juliol de 2007 Observatori de la mobilitat. El cas de França. Marie-Odile Gascon, Observation de la mobilité,

Plus en détail

ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES

ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES Etude n 194 SEPTEMBRE 2002 ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES AOUT 2002 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION P.4 2. LA SYNTHESE

Plus en détail

6 741 6 883 7 199 7 194 7 328 2004 2005 2006 2007 2008 î î î BRUXELLES LILLE CAEN ROUEN COURBEVOIE METZ BREST SAINT-BRIEUC QUIMPER RENNES VANNES VERSAILLES PARIS CRÉTEIL STRASBOURG NANTES TOURS DIJON

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014 Sessions 2014 DCG 2014 s de 0 1 Contrôle de Anglais appliqué aux affaires 4 langue vivante Inscrits 5603 9956 9092 9913 5030 5565 8142 5085 8709 10613 9356 8480 2616 1350 Présents 4784 8484 7694 8405 4212

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

Liste des organisations sportives universitaires

Liste des organisations sportives universitaires LISTE DES ORGANISATIONS SPORTIVES UNIVERSITAIRES SIUAPS, SUAPS, DAPSE Classement des universités par académie ACADEMIE D AIX-MARSEILLE - Avignon : http://www.univ-avignon.fr/fr/presentation/organisation/servicescommuns/strservcom/structure/suaps.html

Plus en détail

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison Paris Comment trouver un détective privé? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6 12 55 19 80

Plus en détail

De la ges(on privée à la remunicipalisa(on de l eau et des déchets. CEDIS Toulouse - 2 février 2012 Vincent COMPARAT - Grenoble

De la ges(on privée à la remunicipalisa(on de l eau et des déchets. CEDIS Toulouse - 2 février 2012 Vincent COMPARAT - Grenoble De la ges(on privée à la remunicipalisa(on de l eau et des déchets CEDIS Toulouse - 2 février 2012 Vincent COMPARAT - Grenoble 1 Plan de l exposé introducgf IntroducGon Rappels des fondamentaux des services

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 23 décembre 2013 modifiant l arrêté du 18 avril 2011 portant liste et classification en deux catégories des emplois de greffier

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de Cliquez la pour mobilité modifier urbaine les styles du? texte du masque Les enseignements des Deuxième niveau dernières

Plus en détail

Charges de Personnel GRANDES VILLES de plus de 100.000 habitants

Charges de Personnel GRANDES VILLES de plus de 100.000 habitants Novembre 2015 Avant-propos Charges de Personnel GRANDES VILLES de plus de 100.000 habitants L année 1993 a vu l ouverture des «Podiums des Municipalités» pour l arrondissement de Lille, à l initiative

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

LES IMPOTS LOCAUX EN 2004 DANS LES GRANDES VILLES. Octobre 2004 N 206

LES IMPOTS LOCAUX EN 2004 DANS LES GRANDES VILLES. Octobre 2004 N 206 LES IMPOTS LOCAUX EN 2004 DANS LES GRANDES VILLES Octobre 2004 N 206 Association des Maires de Grandes Villes de France 1 SOMMAIRE - INTRODUCTION Avant-propos L Essentiel Le régime fiscal des grandes villes

Plus en détail

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz La règlementation travaux à proximité des réseaux gaz Le contexte à GrDF Evolution des dommages aux ouvrages 100 000 endommagements par an, tout réseau confondu dont 4% sur les réseaux de distribution

Plus en détail

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT Densité d implantation des divisions NBRE DE DIVISIONS Aca Paris Aca Lyon Aca Versailles Aca Nantes Aca Lille Aca Rennes

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes de France Première édition

atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes de France Première édition atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes Distribution de l eau Assainissement Collecte des déchets Valorisation des déchets Transports urbains Stationnement Réseaux

Plus en détail

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR 18 novembre 2015 Méthodologie Préambule L objectif de cette étude est d analyser les 50 premières communes les plus peuplées de France métropolitaine et de les classer

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

Centre d'études et d'expertise pour les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement CODES MIN 2014

Centre d'études et d'expertise pour les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement CODES MIN 2014 CODES MIN 2014 Bulletins de paie éligibles sans code «MIN» : - Bulletins de paie des militaires, portant la mention «Bulletin de solde» ; - Bulletins de paie des agents de la DILA, portant la mention «Direction

Plus en détail

De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité

De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité Une importante évolution de la société autour de la mobilité et des déplacements? Mobilité : nombre moyen de déplacements par personne

Plus en détail

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD Les dispenses d épreuves du DSCG Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD Type Date limite d obtention CAPET D2 Techniques s CAPET Economie et gestion option A Economie et gestion administrative

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 27 juillet 2012 relatif au classement de postes comptables et d emplois de chef de service comptable

Plus en détail

JORF n 0236 du 11 octobre 2009. Texte n 5

JORF n 0236 du 11 octobre 2009. Texte n 5 JORF n 0236 du 11 octobre 2009 Texte n 5 DECRET Décret n 2009-1205 du 9 octobre 2009 fixant le siè ge et le ressort des juridictions en matière de propriété intellectuelle NOR: JUSB0921871D Le Premier

Plus en détail

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions»

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» «Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» L exemple Sem Charles DESCOURS Président d honneur délégué aux transports, sénateur

Plus en détail

Codes d'activation pour les établissements éligibles

Codes d'activation pour les établissements éligibles Codes d'activation pour les établissements éligibles Les étudiants des institutions suivantes peuvent s inscrire auprès de XXLPIX en utilisant le code d activation. L inscription gratuite est généralement

Plus en détail

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32 Juin 2015 Atelier cas cliniques le patient diabétique, le patient sous anticoagulants ORLEANS 09/06 10/06 session 12 REIMS 09/06 10/06 session 13 PERPIGNAN 16/06 17/06 session 14 Soins infirmiers et différence

Plus en détail

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 15/12/2000 Origine : DDRE Réf. : DAR n 14/2000 n / n / n / MMES et MM les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance

Plus en détail

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1)

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1) Pharmaciens CDC 1.31 / 1.40 Fiche n 05_FR74 septembre 2009 Contexte Dans le cadre de la pandémie de la grippe A, les pharmaciens sont rémunérés spécifiquement pour effectuer la délivrance des kits gratuits

Plus en détail

MARCHES IMMOBILIERS :

MARCHES IMMOBILIERS : MARCHES IMMOBILIERS : CONTRASTE DES TENDANCES ET EVOLUTIONS 4EME TRIMESTRE 2008 1 Carte des évolutions des prix : T42008/T42007 Supérieure à 5% De + 1% à + 5% De - 1% à + 1% De - 5% à - 1% De - 10% à -

Plus en détail

CODES DES BUDGETS OU SECTIONS DE BUDGETS POUR 2015

CODES DES BUDGETS OU SECTIONS DE BUDGETS POUR 2015 CODES DES BUDGETS OU SECTIONS DE BUDGETS POUR 2015 Bulletins de paie éligibles sans code «MIN» : - Bulletins de paie des militaires, portant la mention «Bulletin de solde» ; - Bulletins de paie des agents

Plus en détail

P. BEAUJON Responsable Services Adm. Tel: 03 20 10 14 50 pieter.beaujon@electricite-loos.fr La Régie est une Entreprise Locale de Distribution Article L111-54 Code de l Energie Sont des «entreprises locales

Plus en détail

Répertoire ( / /10)

Répertoire ( / /10) Enseignement supérieur et universités ; Direction générale des enseignements supérieurs et de la recherche ; Direction des enseignements supérieurs ; Sous-direction de la prospective et de l'administration

Plus en détail

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris?

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? SONDAGE NATIONAL DES AVOCATS : JOURNEE DE MOBILISATION DU 10 DECEMBRE Administré aux 31 406 avocats membres du réseau Hub Avocat 10 203 répondants Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? FRANCE ENTIERE

Plus en détail

L espace de la France

L espace de la France L espace de la France Belgique Luxembourg Allemagne Suisse La France a des frontières communes avec six pays. Parfois, les frontières sont constituées par des obstacles naturels : les fleuves et les montagnes.

Plus en détail

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com 1 sur 5 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

URL analysées. Informations générales

URL analysées. Informations générales 1 sur 5 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités mercredi 21 novembre Point effectué par la FSE Paris

Etat de la mobilisation dans les universités mercredi 21 novembre Point effectué par la FSE Paris Etat de la mobilisation dans les universités mercredi 21 novembre Point effectué par la FSE Paris 47 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants (ou fermés administrativement)

Plus en détail

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k )

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k ) DRG 2016 Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE Prestation de base (en k ) Gares ou Segments de Gares montant total dont rémunération de l'actif (WACC) dont rétrocession du résultat

Plus en détail

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP)

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP) Direction Juridique et de la Conformité du Groupe Droit social et Droit de la fonction publique `çåí~åí d~ääçáëm~ëå~ä q äwmnrrqqnsqs c~ñw bjã~áäw aéëíáå~í~áêéë qçìëëéêîáåéë a~íéçéî~äáçáí ^é~êíáêçìotlmnlomnn

Plus en détail

Le diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP)

Le diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP) Le diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP) des écoles supérieures d'art du ministère de la Culture et de la Communication Il existe deux cursus menant à des diplômes nationaux : - le

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MM les Directeurs et Agents Comptables Date : des Caisses Primaires d'assurance Maladie 07/09/87 des

Plus en détail

SUIVI MENSUEL DES PERFORMANCES ECONOMIQUES DE L HOTELLERIE & BENCHMARK CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

SUIVI MENSUEL DES PERFORMANCES ECONOMIQUES DE L HOTELLERIE & BENCHMARK CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SUIVI MENSUEL DES PERFORMANCES ECONOMIQUES DE L HOTELLERIE & BENCHMARK CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Mai 2012 Le Comité Régional du Tourisme d Alsace (CRTA) est une association de droit privé.

Plus en détail

LA RECONFIGURATION DES SERVICES D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT A L'ECHELLE DES AGGLOMERATIONS G. CANNEVA R. DE LAAGE

LA RECONFIGURATION DES SERVICES D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT A L'ECHELLE DES AGGLOMERATIONS G. CANNEVA R. DE LAAGE LA RECONFIGURATION DES SERVICES D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT A L'ECHELLE DES AGGLOMERATIONS G. CANNEVA R. DE LAAGE CONTEXTE NATIONAL DES PRISES DE COMPETENCES INTERCOMMUNALITE ET SERVICES D'EAU La généralisation

Plus en détail

CODES MIN 2016 ACTION SOCIALE INTERMINISTERIELLE DECONCENTREE

CODES MIN 2016 ACTION SOCIALE INTERMINISTERIELLE DECONCENTREE CODES MIN 2016 ACTION SOCIALE INTERMINISTERIELLE DECONCENTREE Réservations de places en crèches et de logements sociaux, logement temporaires, actions SRIAS Bulletins de paie éligibles sans code «MIN»

Plus en détail

Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité!

Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité! Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité! HMI-THIRODE, des services au plus proche de chez vous La puissance d un réseau d installateurs leader en France Plus de 10 000 installations par an Plus de 60

Plus en détail

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo 1 La place du vélo dans la ville : le vélo est très peu utilisé, mais pourrait concurrencer l automobile sur 5 km Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien Dans les

Plus en détail

Enquête CLCV LE PRIX DES PARCS DE STATIONNEMENT

Enquête CLCV LE PRIX DES PARCS DE STATIONNEMENT 17 janvier 2012 Enquête CLCV LE PRIX DES PARCS DE STATIONNEMENT Ces dernières années ont vu le développement de signaux contradictoires : Les politiques à l œuvre ont voulu rendre les centres de nos villes

Plus en détail

UNE NOUVELLE FAÇON DE COMMUNIQUER SUR LE MÉDIA BUS

UNE NOUVELLE FAÇON DE COMMUNIQUER SUR LE MÉDIA BUS UNE NOUVELLE FAÇON DE COMMUNIQUER SUR LE MÉDIA BUS LE BUS, UN MEDIA URBAIN INTÉGRÉ À NOTRE QUOTIDIEN Pour 85% des interviewés, la publicité sur les bus attire le regard. La publicité sur les bus permet

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 26 septembre 2014 relatif au comité technique ministériel de l

Plus en détail

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires GRAS SAVOYE COURTIER EN ASSURANCES Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires Partenariat SFIG / SDS Document confidentiel - ne pas diffuser sans autorisation

Plus en détail

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU 1.Présentation générale L objet des enquêtes ménages déplacements (EMD) est de recueillir les pratiques de déplacements d une population urbaine.

Plus en détail

Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants)

Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants) Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants) Florian Vanco - CERTU Situation 2011 «Au 1 er janvier 2014, les 8 Cete,

Plus en détail

Forfaits à déplorer (10) Résultats des matchs joués

Forfaits à déplorer (10) Résultats des matchs joués La gazette est enrichie au fil des renseignements donnés (résultats - sous réserve de la vérification de la feuille de match, dates prévues ). L historique demeure (en petits caractères noirs, les nouveautés

Plus en détail

Ferrand www.admission-postbac.org

Ferrand www.admission-postbac.org Académie IUT Site Internet Dates inscription Modalités particilières Nantes Poitiers Lille Caen Rouen Strasbourg Clermont Ferrand www.admission-postbac.org Montpellier Du 20 janvier au 25 mars 2008 Corse

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES Etude n 180 Octobre 2001 Table des Matières Avant-Propos p.3 1. L analyse des résultats p.4 2. Quelques exemples p.7 3. Liste des communes

Plus en détail

DISCIPLINES BUREAU GROUPES CNU SECTIONS CNU Lettres et sciences humaines

DISCIPLINES BUREAU GROUPES CNU SECTIONS CNU Lettres et sciences humaines 78 PERSONNELS Ministère de la jeunesse, de l éducation nationale et de la recherche Direction des personnels enseignants Service de gestion des ressources humaines Sous-direction de la gestion des carrières

Plus en détail

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel STATISTIQUES Les Notes Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel dépendant du Ministère de la culture et de la communication Effectifs et diplômes Année scolaire 2002-2003 Ministère

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

Vélostations Jalons d une méthodologie de projet

Vélostations Jalons d une méthodologie de projet Vélostations Jalons d une méthodologie de projet 1 Paris, le 22 mars 2007 Vélostation, Késako??? Pas de définition ou de norme pour préciser ce que recoupe le vocable de «vélostation» (terme déposé par

Plus en détail

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE L esprit village! DOSSIER DE PRESSE Les sites Internet vous tiennent au courant de ce qui se passe au bout du monde. Tous Voisins vous informe de ce qui se passe en bas de chez vous. Contact Clément Gayet

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

ANNEXE N 1 : CODES DES BUDGETS OU SECTIONS DE BUDGETS POUR 2016

ANNEXE N 1 : CODES DES BUDGETS OU SECTIONS DE BUDGETS POUR 2016 NOMENCLATURE DES CODES annexe 1-1 ANNEXE N 1 : CODES DES BUDGETS OU SECTIONS DE BUDGETS POUR 2016 Bulletins de paie éligibles sans code MIN : - Bulletins de paie des militaires, portant la mention «Bulletin

Plus en détail

solutions d assurances

solutions d assurances GENERALI GENERALI, solutions d assurances En Europe, 1 er assureur en assurance de personnes En France, 6 millions de clients particuliers et entreprises Un réseau de spécialistes Un réseau de spécialistes

Plus en détail

BAROMÈTRE CONTRE LE RACISME,

BAROMÈTRE CONTRE LE RACISME, DOSSIER DE PRESSE BAROMÈTRE CONTRE LE RACISME, CLASSEMENT DES VILLES DE FRANCE EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LE RACISME Projet mené par République & Diversité et le CRAN RÉPUBLIQUE & DIVERSITÉ F%

Plus en détail

Les Mobilités dans les Territoires

Les Mobilités dans les Territoires Rencontres Scientifiques & Techniques Territoriales Les Mobilités dans les Territoires La gestion du stationnement et les politiques de mobilités Economie du Stationnement, Maitrise du Stationnement et

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Ludivine Toussaint est présente au CDI de 15h à 20h pour vous

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris

Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris 37 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants : Paris I (site de Tolbiac),

Plus en détail

Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul

Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul Luc SOMLETTE Directeur Assainissement CAV Ex chef de service eau assainissement à la Ville de Vesoul Les points abordés

Plus en détail

Le classement des villes les plus gay-friendly de France

Le classement des villes les plus gay-friendly de France Le classement des villes les plus gay-friendly de France TÊTU publie le classement de 23 grandes agglomérations françaises, de la plus gay-friendly à la plus froide à l égard de ses habitants homos. 6.000

Plus en détail

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE Agence de rattachement BOBIGNY BOBIGNY BOBIGNY CERGY CERGY CERGY CERGY CRETEIL CRETEIL CRETEIL EVRY EVRY EVRY EVRY Agence et point rencontre CSF AGENCE D' CSF LENS CSF CALAIS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL

Plus en détail

7 La formation continue 7

7 La formation continue 7 7 La formation continue 7 7.1 La formation continue : évolution 218 7.2 La formation continue dans les Greta 220 7.3 La formation continue dans l enseignement supérieur 222 217 7 La formation continue

Plus en détail

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I. Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.D et proposition Le contexte Une absence de concurrence «réelle» lors de la procédure

Plus en détail

SÉJOURS LINGUISTIQUES

SÉJOURS LINGUISTIQUES s s n ne 1 a u Je 0 à 2 de FÉVRIER PRINTEMPS 1 Vivons les langues SÉJOURS LINGUISTIQUES TARIFS SPÉCIAUX RÉSERVÉS AUX COMITÉS D ENTREPRISE FÉVRIER 2015 PRINTEMPS 2015 MALTE ALLEMAGNE ESPAGNE 1 01 42 67

Plus en détail

L enquête ménages déplacements standard Certu

L enquête ménages déplacements standard Certu www.certu.fr L enquête ménages déplacements standard Certu Une norme qui évolue Régis de SOLERE Séminaire de l observation urbaine 3 novembre 2010 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

LA SECURITE PAR L ARCHITECTURE. L offre Citrix Patrick ROHRBASSER Directeur des Régions et du Secteur Public

LA SECURITE PAR L ARCHITECTURE. L offre Citrix Patrick ROHRBASSER Directeur des Régions et du Secteur Public LA SECURITE PAR L ARCHITECTURE L offre Citrix Patrick ROHRBASSER Directeur des Régions et du Secteur Public La consommation d informations est incontrôlable 2 L enjeu sécurité dans le SI? Protéger la propriété

Plus en détail

La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz. Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012

La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz. Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012 La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012 1- Constat général é 2 Evolution du nombre de dommages avec fuites de gaz 8000 7000 545 600 550 total de

Plus en détail

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère de l Alimentation, de l

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

L analyse de Roland Tripard, Président du directoire du Groupe SeLoger

L analyse de Roland Tripard, Président du directoire du Groupe SeLoger Prix de l Immobilier constatés à la location en BAROMETRE NATIONAL ET REGIONAL DES PRIX DE L OFFRE IMMOBILIERE L analyse de Roland Tripard, Président du directoire du Groupe SeLoger Hausse généralisée

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

MANQUE A GAGNER. Grandes Villes Hebdo. La DSU des grandes villes. Cette semaine

MANQUE A GAGNER. Grandes Villes Hebdo. La DSU des grandes villes. Cette semaine l a l e t t r e d e s g r a n d e s v i l l e s d e f r a n c e Grandes Villes Hebdo n 521-25 mars 2003 L évènement La DGF et la DSU des grandes villes progressent, ensemble, en 2003 moins vite que les

Plus en détail

S P A N C Service public assainissement non collectif

S P A N C Service public assainissement non collectif S P A N C Service public assainissement non collectif LACHAUX Différence entre Assainissement COLLECTIF et Assainissement NON COLLECTIF Assainissement collectif : c'est le dispositif composé du réseau

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre 28 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants : Paris I (site de Tolbiac), La Sorbonne, Paris VIII Saint

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TAXES FONCIÈRES SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES PÉRIODE

OBSERVATOIRE DES TAXES FONCIÈRES SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES PÉRIODE OBSERVATOIRE DES TAXES FONCIÈRES SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES PÉRIODE 2010-2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 13 OCTOBRE 2016 1 INTRODUCTION CALCUL DE LA TAXE FONCIÈRE VALEUR LOCATIVE NETTE (valeur locative brute

Plus en détail

Le pôle métropolitain

Le pôle métropolitain Le pôle métropolitain Lyon Bourgoin-Jallieu Vienne Saint-Étienne Pourquoi faire un pôle métropolitain? Comment fonctionnera le pôle métropolitain? Pourquoi faire un pôle métropolitain? La loi du 16 décembre

Plus en détail

LES ENQUETES MENAGES ET LA MOBILITE URBAINE

LES ENQUETES MENAGES ET LA MOBILITE URBAINE LES ENQUETES MENAGES ET LA MOBILITE URBAINE ORT PACA Françoise MERMOUD, CETE de LYON Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des

Plus en détail

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Bourg en Bresse, Lyon et Saint Etienne Les charges de l année 2005 L Observatoire National de Charges de Copropriété de la CNAB s est assigné trois

Plus en détail

Enquête nationale de l UNAÏSSE sur les conditions de travail des AVS/EVS

Enquête nationale de l UNAÏSSE sur les conditions de travail des AVS/EVS Tableau de depouillement final Enquête nationale de l sur les conditions de travail des AVS/EVS DOCUMENT 2 Académies Nombre d'enquêtes Départements AIX - 24 04 05 13 84 MARSEILLE AMIENS 38 02 60 80 BESANCON

Plus en détail

Annexe PERSONNELS. G aide logistique université de Picardie 3 G aide technique du bâtiment université de Picardie 2. Académie d Aix-Marseille

Annexe PERSONNELS. G aide logistique université de Picardie 3 G aide technique du bâtiment université de Picardie 2. Académie d Aix-Marseille 1801 RECRUTEMENT NOR : MENA0301785V RLR : 716-0 AVIS DU 20-8- MEN DPMA B7 Recrutements externes d agents des services techniques de recherche et de formation En application de l article 65-2 du décret

Plus en détail