L application de la Psu : premiers éléments de bilan. Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L application de la Psu : premiers éléments de bilan. Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015"

Transcription

1 L application de la Psu : premiers éléments de bilan Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015

2 1. Réaliser un premier constat après un an de mise en œuvre des ajustements de la Psu

3 Un meilleur financement, pour un meilleur service Depuis le 1 er janvier 2014, les montants de la Psu sont modulés en fonction du service rendu. Quatre prix plafonds correspondant à six niveaux de services seront diffusés. Pour le service maximum, le prix plafond sera revalorisé de 5 % par an. Les critères d appréciation sont : La fourniture des repas et des couches L adaptation des contrats d accueil aux besoins des familles (évaluée par le

4 L instantané sur 2014 est un «bilan d étape» Les données sont extraites au printemps 2015, à une date où la liquidation des droits 2014 n est pas totalement achevée ; ceci ne permet pas de mesurer le définitif pour 2014 La politique d accompagnement est programmée sur 4 ans ; en particulier, le fonds d accompagnement à la Psu n a pas encore eu le temps de produire tous ses effets en matière de construction de cuisines ou de locaux adaptés à la fourniture des repas

5 2. Le «bilan d étape» révèle une amélioration du service rendu

6 Une amélioration du service rendu aux familles Une forte amélioration concernant la fourniture des couches (+37 points) Une légère baisse pour la fourniture des repas (-5 points) Une meilleure adéquation entre le réservation des familles et la présence des enfants (à confirmer) évolution % d'eaje fournissant les couches 37% 74% 37% % d'eaje fournissant les couches 87% 82% -5% Taux de moyen 113,1% 112,4% -0,7%

7 Le fourniture des couches progresse de façon homogène En 2014, le fourniture des couches est en moyenne de 74%. Il est le plus élevé : dans les structures implantées dans les villes de plus de habitants (77%) ; ou ayant un fort potentiel financier (84%) ; ou les structures accueillant des familles dont la participation moyenne horaire est supérieure à 1,8 /h (87%) ; mais aussi dans les crèches du secteur marchand (96%) ; ou les crèches de plus de 45 places (79%). Toutes choses égales par ailleurs, les crèches qui fournissent les couches ont un prix de revient 2014 par heure réalisée supérieur de +2,5% en moyenne à celles qui ne fournissent pas les couches.

8 La baisse du fourniture des repas devrait être transitoire Au total en 2014, le fourniture des repas est en moyenne de 82%. Il est le plus élevé : dans les structures implantées dans les villes de plus de habitants (84 à 86%) ; ou ayant un fort potentiel financier (86%) ; ou les structures accueillant des familles dont la participation moyenne horaire est supérieure à 1,8 /h (91%) ; mais aussi dans les crèches du secteur marchand (95%) ; ou les crèches de plus de 45 places (95%).

9 La baisse du fourniture des repas devrait être transitoire Toutes choses égales par ailleurs, les crèches qui fournissent les repas ont un prix de revient 2014 par heure réalisée supérieur de +0,3% en moyenne à celles qui ne fournissent pas les repas (ces dernières coûtent moins chers mais réalisent également moins d heures car elles sont fermées à midi). La baisse de la fourniture des repas (de 87% des Eaje en 2012 à 82% en 2014) est vraisemblablement transitoire pour deux raisons : Montée en charge progressive des travaux d investissement financés par le fonds d accompagnement à la Psu (6,2 M de dépenses en 2014, 22,5 M prévus en 2015, +264%) Accentuation de l incitation financière : l écart de financement par la Psu des coûts de fonctionnement suivant le niveau de service va se creuser dans le futur

10 La proportion de crèche fournissant les couches et les repas passe de 33% à 67% La forte progression du fourniture des couches tient au fait qu une majorité de structures fournissaient déjà les repas et au fait que la fourniture des couches et des repas permet de bénéficier d un meilleur barème (ce qui concernait 33% des Eaje en 2012 en concerne 67% en 2014). Il était donc pertinent d exiger la fourniture conjointe des deux services aux familles couches et repas 33% 67% couches, pas repas 4% 6% pas couches, repas 47% 15% ni couches, ni repas 16% 12% total 100% 100% Le fourniture des couches et des repas est d autant plus élevé que le est élevé : quand une structure a un élevé, fournir ces deux services est alors une façon d accéder à un prix plafond plus élevé. couches oui repas oui <= 107% % 73% <= 117% % 85% > 117% % 89% total 74% 82%

11 3. Les besoins des familles semblent mieux pris en compte mais cela doit se confirmer dans les années à venir

12 Plus le est élevé, plus le prix de revient horaire est élevé 10,80 prix de revient par heure réalisée en fonction du 10,60 10,40 10,20 10,00 9,80 9,60 9,40 9,20 9,00 8,80 <=101,7% <=104,4% <=106,5% <=108,3% <=110,2% <=112,2% <=114,6% <=117,6% <=122,7% >122,7% Une forte variation du prix de revient Une forte variation entre les heures payées par les familles et la présence des enfants Un lien très fort entre ces deux paramètres

13 La ventilation des équipements suivant le niveau de service En 2012 les Eaje se répartissaient de la façon suivante Total Etablissements fournissant les repas et les couches Taux de inférieur ou égal à 107 % (19%) Taux de supérieur à 107% et (24%) inférieur à 117 % Taux de supérieur à 117 % (15%) Total (58%) Etablissements ne fournissant pas les repas et les couches (13%) (17%) (11%) (42%) (33%) (41%) (26%) (100%)

14 En 2014, le meilleur niveau de service représente désormais 20% des Eaje Taux de inférieur ou égal à 107 % Taux de supérieur à 107% et inférieur à 117 % Taux de supérieur à 117 % Total Etablissements fournissant les repas et les couches Etablissements ne fournissant pas les repas et les couches Total % 13% 33% % 13% 45% % 6% 22% % 33% 100%

15 Globalement entre 2012 et 2014, le niveau de service apporté aux familles s est amélioré Une forte baisse du nombre d Eaje au plus faible niveau de service (-6,2%) Une augmentation concentrée sur les niveaux de service intermédiaires : les eaje ayant un compris entre 107% et 117% et fournissant couches et repas ont progressé de +7,8% Etablissements fournissant les repas et les couches Etablissements ne fournissant pas les repas ou les couches Total Taux de inférieur ou égal à 107 % 0,7% 0,4% 1,1% Taux de supérieur à 107% et inférieur à 117 % Taux de supérieur à 117 % 7,8% -3,6% 4,2% 0,8% -6,2% -5,3% Total 9,3% -9,3% 0,0%

16 Les facteurs de variation des Au total en 2014, le est en moyenne de 112,4% (données provisoires sur la base de l extraction de mai 2015). Il est le plus élevé : dans les structures implantées dans les villes moyennes, de à habitants (114,5%) ou de plus de habitants (112,6%) ; ou ayant un fort potentiel financier moyennement élevé, entre 950 et 1200 par habitant (113,9%) ; mais aussi dans les crèches du secteur marchand (114,8%) ; ou les crèches de plus de 45 places (113,7%) ; ou les structures accueillant des familles dont la participation moyenne horaire est soit inférieure à 1,2 /h (112,5%), soit supérieure à 1,8 /h (113,4%).

17 Le plus haut niveau de barème concerne surtout les communes rurales Le plus haut niveau de barème concerne surtout les communes rurales et les petites villes, ainsi que les structures ayant des niveaux de participations familiales intermédiaires. 26,4% des Eaje implanté dans un commune rurale de moins de 1000 habitants offrent le meilleur niveau de service contre seulement 17,7% des Eaje des communes de plus de habitants ou 14,8% des Eaje des communes de à habitants. A l opposé, 9,2% des Eaje des communes de plus de habitants figurent au plus faible niveau de service mais seulement 4% des Eaje des communes rurales de moins de 1000 habitants y figurent. Couches et repas, <=107 % Manque couches ou repas, >117% rural, moins de habitants ,4% 4,0% rural, habitants ou plus ,0% 3,2% urbain, moins de habitants ,8% 4,2% urbain, de à moins de habitants ,8% 6,8% urbain, plus de habitants ,7% 9,2% Moyenne 19,7% 5,8%

18 4. Pour les années à venir les Caf doivent, aux côté de leurs partenaires, contribuer à améliorer le niveau de service

19 Les Caf vont poursuivre leur accompagnement afin que l amélioration déjà constatée perdure Mobiliser le fonds d accompagnement de la Psu (budget de 71 M en 2016) En cas de fort, travailler avec les communes et les personnels afin que les besoins des familles soient mieux pris en compte : Travail autour des familles fragilisés Travail sur le projet d établissement Mobiliser lorsque cela est pertinent, le fonds «publics et territoires» (volet «public en situation de fragilité») (budget de 45 M en 2016)

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

LA CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES

LA CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES LA CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES ACTEUR CENTRAL DE L'ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE OBJECTIF DIAGNOSTIC INTERVENTIONS Rencontre professionnelle de la le 15 juin 2011 1 La Caf, acteur central de l'accueil

Plus en détail

POUR UN PROJET PORTE PAR UNE ASSOCIATION OU UNE ENTREPRISE

POUR UN PROJET PORTE PAR UNE ASSOCIATION OU UNE ENTREPRISE Département de la Seine-Saint-Denis Caisse d allocations familiales de la Seine-Saint-Denis DEMANDE D AIDES FINANCIERES A L INVESTISSEMENT POUR UN PROJET PORTE PAR UNE ASSOCIATION OU UNE ENTREPRISE Relative

Plus en détail

Indications pour la réalisation d un budget prévisionnel de fonctionnement d une micro-crèche

Indications pour la réalisation d un budget prévisionnel de fonctionnement d une micro-crèche ANNEE 2014 Indications pour la réalisation d un budget prévisionnel de fonctionnement d une micro-crèche Préambule : Pour élaborer un budget prévisionnel, il convient de déterminer au préalable : - Le

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES 18ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES présenté par le professeur Michel Mouillart - Mercredi 12 avril 2006-1 Accueil de Monsieur Pierre Cortesse, Président du Conseil Scientifique

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Axe 5 : Agir pour les solidarités

Axe 5 : Agir pour les solidarités N de la mesure : 5.4.1 Axe 5 : Agir pour les solidarités Action 5.4 : Soutenir les familles pour renforcer leur rôle éducatif Pilote : Finalité 1 Permettre aux familles de concilier vie professionnelle

Plus en détail

SECTION 3. I) Propositions visant à une accélération rapide des créations de places en EAJE

SECTION 3. I) Propositions visant à une accélération rapide des créations de places en EAJE SECTION 3 SUIVI DES PROPOSITIONS DU HCF POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ACCUEIL EN CRECHE Les principales propositions du rapport 2014 du HCF pour développer les crèches sont listées ci-dessous. Elles sont

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

L Accueil collectif du Jeune Enfant en France

L Accueil collectif du Jeune Enfant en France L Accueil collectif du Jeune Enfant en France 4,8 Millions d enfants de moins de 6 ans en France, au 1er janvier 2014 La France est toujours, avec l Irlande, le pays le plus fécond d Europe, avec 810 000

Plus en détail

Séance du 9 octobre 2014

Séance du 9 octobre 2014 AVIS DU HAUT CONSEIL DE LA FAMILLE SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS Séance du 9 octobre 2014 Cet avis a été adopté par consensus. La CGT, FO, la CGC, la CFTC et la CSF, tout en souscrivant

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Guide de création d un jardin d éveil dans le Doubs

Guide de création d un jardin d éveil dans le Doubs Guide de création d un jardin d éveil dans le Doubs www.doubs.fr 1 Sommaire Préambule p. 3 Démarche pour la création d un jardin d éveil p. 4 Réglementation Procédure de création d un jardin d éveil Fonctionnement

Plus en détail

EXTRAIT DU COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 Juillet 2015. Nombre de Conseillers : en exercice : 19 présents : 14 Votants : 19

EXTRAIT DU COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 Juillet 2015. Nombre de Conseillers : en exercice : 19 présents : 14 Votants : 19 EXTRAIT DU COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 Juillet 2015 Nombre de Conseillers : en exercice : 19 présents : 14 Votants : 19 1. Création d un poste d agent polyvalent des services espaces verts

Plus en détail

Toutes ces informations doivent correspondre à celles mentionnées sur le règlement de fonctionnement.

Toutes ces informations doivent correspondre à celles mentionnées sur le règlement de fonctionnement. 1. L agrément Le document appelé «agrément» correspond à l autorisation de fonctionnement délivrée par la PMI (Conseil général). Ce document précise les modalités d ouverture, de fermeture de la structure

Plus en détail

La Caf de Seine et Marne. Acteur économique au profit de la petite enfance

La Caf de Seine et Marne. Acteur économique au profit de la petite enfance La Caf de Seine et Marne Acteur économique au profit de la petite enfance La Caf et le contexte socio-économique 1 294 762 habitants 200 800 Allocataires 308 000 enfants Expansion démographique forte :

Plus en détail

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact :

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact : RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «CREATION D UNE EPICERIE SOLIDAIRE INTERCOMMUNALE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté d Agglomération du Pays Voironnais Maîtrise

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l'appui de l arrêté d acceptation du barème cantonal de facturation pour l accueil en crèche et garderie (du 4 novembre 2002) AU CONSEIL GENERAL

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs I- Le système de prélèvements La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne

Plus en détail

Synthèse programme PS / Enseignement

Synthèse programme PS / Enseignement Synthèse programme PS / Enseignement L école reste un des principaux leviers pour assurer le bien-être des citoyens. Elle doit permettre de développer des compétences qui permettront à chacun de s épanouir

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 4.1 : Universitarisation des formations paramédicales et de sages-femmes Dijon, le jeudi 14 mars 2013 Personnes

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE NOUVEAUX ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 VENDREDI 4 JUILLET 2014-14H SALLE HENRI-MARTIN - HÔTEL DE VILLE CAHORS SOMMAIRE Communiqué de presse page 3 Les axes du projet éducatif

Plus en détail

LILLE S SOLUTIONS IMMO

LILLE S SOLUTIONS IMMO 7 novembre 2013 LILLE S SOLUTIONS IMMO L outil unique pour trouver votre implantation ATELIER DES MÉTHODOLOGIES DU FONCIER Le projet Lille s Solutions Immo Un enjeu pour Lille Métropole Optimisation des

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Séance du Vendredi 10 avril 2015

Séance du Vendredi 10 avril 2015 Synthèse des affaires soumises à délibération du Conseil Municipal en application de l'article L 2121-12 du code général des collectivités territoriales Séance du Vendredi 10 avril 2015 20h00 Question

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère de la santé, de la Jeunesse et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Direction de la

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

INGéNIERIE, CRéATION & GESTION DE MODES D'ACCUEIL SOLIDAIRES. www.e2s.coop

INGéNIERIE, CRéATION & GESTION DE MODES D'ACCUEIL SOLIDAIRES. www.e2s.coop INGéNIERIE, CRéATION & GESTION DE MODES D'ACCUEIL SOLIDAIRES LA SCOP E2S Acteur de l économie sociale et solidaire, E2S Développement s inscrit dans une recherche d innovation sociale pour répondre à des

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

Le point sur la prestation de service unique. Un meilleur financement pour un meilleur service

Le point sur la prestation de service unique. Un meilleur financement pour un meilleur service > Le point sur la prestation de service unique Un meilleur financement pour un meilleur service 2 3 Avec plus de 11 millions d allocataires et 31 millions de personnes couvertes, le réseau des 102 Caf

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

FICHE PROJET DE PÔLE

FICHE PROJET DE PÔLE Nom du Pôle / année : Pôle Jeunesse - ALSH 11-14 ans 2014 Référente de Pôle : BADET Brigitte FICHE PROJET DE PÔLE 1. PRESENTATION GENERALE INTENTIONS EDUCATIVES Réunir plus de jeunes dans nos accueils

Plus en détail

Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013

Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013 Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013 Etat des connaissances Loïc AUBREE 1 Les dépenses d énergie des ménages en La précarité énergétique : aspects généraux La précarité énergétique en La

Plus en détail

RENTRÉE 2014-2015 À ÉVRY : UN PROJET ÉDUCATIF À LA POINTE

RENTRÉE 2014-2015 À ÉVRY : UN PROJET ÉDUCATIF À LA POINTE Dossier de presse De Francis CHOUAT Maire d Evry, Président de la Communauté d Agglomération Evry Centre Essonne Evry, le 26 août 2014 RENTRÉE 2014-2015 À ÉVRY : UN PROJET ÉDUCATIF À LA POINTE Contact

Plus en détail

Financement du fonctionnement des équipements d accueil du jeune enfant. La prestation de service unique Mode d emploi

Financement du fonctionnement des équipements d accueil du jeune enfant. La prestation de service unique Mode d emploi Financement du fonctionnement des équipements d accueil du jeune enfant La prestation de service unique Mode d emploi Action sociale - Aides aux partenaires Juin 2011 Mise à jour octobre 2011 2 Sommaire

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

#01 CAMPAGNE PRESTATIONS DE SERVICE 2014-2015 INFORMATIONS POUR LES GESTIONNAIRES NOUVEAU

#01 CAMPAGNE PRESTATIONS DE SERVICE 2014-2015 INFORMATIONS POUR LES GESTIONNAIRES NOUVEAU #01 Nov 2014 NOUVEAU A partir du 24 novembre 2014 vous devrez télécharger les imprimés Données Réelles 2014 (DR 2014) et Données Prévisionnelles (DP ) Sur www.herault.caf.fr Rubrique partenaires Une information

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Analyse du taux moyen de location des films

Analyse du taux moyen de location des films Analyse du taux moyen de location des films octobre 2009 Objectifs et méthodologie Le Centre national du cinéma et de l image animée (CNC) a réalisé une étude sur le taux moyen de location des films. Cette

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Ouest secteur collège Jean Moulin

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Ouest secteur collège Jean Moulin Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Ouest secteur collège Jean Moulin Document 8 : Concertations synthèse des ateliers 1. Perspectives pédagogiques et

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Car à pattes halte garderie itinérante

Car à pattes halte garderie itinérante Car à pattes halte garderie itinérante Une belle aventure au service des usagers! qui ne doit pas pour autant cacher la réalité des difficultés. Genèse et évolution de l aventure Lors des réunions préalables

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

2. Référence : Pièce B-1-Gaz Métro-4, Document 1, pages 2 et 3, section D.

2. Référence : Pièce B-1-Gaz Métro-4, Document 1, pages 2 et 3, section D. Le 5 avril 2007 Page 1 de 8 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) RELATIVE À LA DEMANDE D EXAMEN DU RAPPORT ANNUEL 2006 DE GAZ MÉTRO 1. Références : (i) Pièce B-1-Gaz Métro-1,

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

«collèges numériques et innovation pédagogique»

«collèges numériques et innovation pédagogique» 1 Appel à projets «collèges numériques et innovation pédagogique» Appel à projets 1 opéré dans le cadre de l'action "plan numérique pour l'école" du Programme d'investissement d'avenir 1 Version soumise

Plus en détail

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 Etudes Publication de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi de L activité des services à la personne 10 millions

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

La prestation de service unique (Psu) Un meilleur financement pour un meilleur service

La prestation de service unique (Psu) Un meilleur financement pour un meilleur service La prestation de service unique (Psu) Un meilleur financement pour un meilleur service Les objectifs de la Cog 2013-2017 en matière de petite enfance La Convention d objectifs et de gestion (Cog) 2013-2017

Plus en détail

Appel à projets Création de places de crèches sur la commune de Marseille

Appel à projets Création de places de crèches sur la commune de Marseille Appel à projets Création de places de crèches sur la commune de Marseille 1 - Le Contexte Le Gouvernement a décidé la mise en œuvre d un pacte de sécurité et de cohésion sociale pour Marseille mobilisant

Plus en détail

Synthèse de la présentation de. Gemma PECK

Synthèse de la présentation de. Gemma PECK Les Rencontres FutuRIS vendredi 8 avril 2011 «La réforme de l enseignement supérieur en Angleterre» Gemma PECK Senior Policy Advisor Department for Business, Innovation and Skills Synthèse de la présentation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Ouverture du restaurant citoyen «LA BOUSSOLE» le 16 décembre 2014

DOSSIER DE PRESSE. Ouverture du restaurant citoyen «LA BOUSSOLE» le 16 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Ouverture du restaurant citoyen «LA BOUSSOLE» le 16 décembre 2014 1 esplanade Jean Monnet 59410 ANZIN, sur la grand place à côté de la Mairie Un restaurant citoyen associant la une assiette

Plus en détail

Enquête ADF ELIOR La restauration scolaire au sein des collèges

Enquête ADF ELIOR La restauration scolaire au sein des collèges Enquête ADF ELIOR La restauration scolaire au sein des collèges Enquête ADF ELIOR La restauration des collèges Contexte de l étude Une étude réalisée par l Assemblée des Départements de France, accompagnée

Plus en détail

MODES D ACCUEIL : GARDER OU EDUQUER LES JEUNES ENFANTS?

MODES D ACCUEIL : GARDER OU EDUQUER LES JEUNES ENFANTS? MODES D ACCUEIL : GARDER OU EDUQUER LES JEUNES ENFANTS? Face à des besoins très importants, un gros effort financier reste à fournir pour proposer aux familles des modes d accueil diversifiés, traduisant

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales

L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales Fédération FAMILLES RURALES de Charente-Maritime 21 rue des vendanges 17 100 Saintes Tél : 05 46 93 46 83 Fax : 05 46 74 00 59 Qu est

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 38 Libellé de la

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique

Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique 40 Partie I Données de cadrage Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique Ventilation de la charge d une

Plus en détail

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés L AAH (Allocation aux adultes handicapés) a été créée par la loi du 30 juin 1975, en remplacement de l AHA (ancienne Allocation aux handicapés adultes).

Plus en détail

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires Mai 2013 - direction générale de l enseignement scolaire La loi d orientation, de programmation pour la refondation

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN...

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... 11 2010 R EPÈRES CONSTRUIRE «PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... Que sont devenus les logements locatifs neufs?» UNE EXPLOITATION CONJOINTE DE FILOCOM ET DE LA BASE DE LOYERS DE L OLAP AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI,

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPENSES

POLITIQUE DE DÉPENSES POLITIQUE DE DÉPENSES SYNDICAT DES EMPLOYE(E)S DE L ÉTS SCFP SECTION LOCALE 3187 Modifiée et entérinée par les membres du SEÉTS le 05/06/2014 Approuvée par le Président national du SCFP le XX/XX/2014 En

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL Séance du 4 juin 2015

CONSEIL MUNICIPAL Séance du 4 juin 2015 CONSEIL MUNICIPAL Séance du 4 juin 2015 COMPTE-RENDU PRESSE Résultat de la consultation pour le renouvellement de l installation téléphonique de la mairie Monsieur le Maire indique au Conseil Municipal

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Règlement d'application de la loi sur les structures d'accueil de la petite enfance. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Règlement d'application de la loi sur les structures d'accueil de la petite enfance. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, Règlement d'application de la loi sur les structures d'accueil de la petite enfance Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi sur les structures d accueil de la petite enfance,

Plus en détail

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Relais assistants maternels Juin 2013 1/6 2/6 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation de service

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE AOÛT 9 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Pays de la Loire Tendances régionales Août 9 Page 1 sur 8 Vue d

Plus en détail

Financement du logement social

Financement du logement social RENNES METROPOLE Service Habitat Financement du logement social 1 La politique de l habitat, une approche globale 2 Une approche contractualisée Le PLH : projet communautaire mis en œuvre par chaque commune

Plus en détail

COMPTE-RENDU. Projet d écoquartier de la Gare

COMPTE-RENDU. Projet d écoquartier de la Gare Réunion publique du 24 mai 2013 Projet d écoquartier de la Gare Questions et réponses échangées lors de la réunion publique du 24 mai 2013. Quel est le projet? Aujourd'hui, nous sommes, après les phases

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

CHARTE DES PROMENEURS DU NET DU CHER 21 mai 2014

CHARTE DES PROMENEURS DU NET DU CHER 21 mai 2014 Association pour les Clubs et Equipes de Prévention CHARTE DES PROMENEURS DU NET DU CHER 21 mai 2014 Préambule A l initiative de la Caisse d Allocations Familiales (Caf) du Cher, un appel à projet a été

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail