Par Habib Ayeb* Un discours culpabilisateur bien rodé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par Habib Ayeb* Un discours culpabilisateur bien rodé"

Transcription

1 Après Mexico et Istanbul, Marseille accueille du 12 au 17 mars, le Forum Mondial de l Eau. Un événement qui mériterait mieux l appellation plus juste de Foire Mondiale de l Eau, tellement loin d être un véritable Forum d échange d idées. Par Habib Ayeb* Cette rencontre internationale n est en réalité pas autre chose qu un gigantesque supermarché où tout est à vendre : savoir-faire et technologie de l eau, sciences hydrauliques et ingénierie de l eau, modèles de gestion de l eau, rationalisation et efficience de l eau, politiques de l eau... rareté et pollution de l eau et discours catastrophistes sur l eau... Un discours culpabilisateur bien rodé Venez, entrez, servez-vous et surtout-surtout mettez vous bien ça dans la tête : si l eau manque et est de plus en plus polluée et difficile d accès, c est à cause de vous. Vous gaspillez trop d eau ; vous n utilisez pas les nouvelles technologies ; vous irriguez trop pour produire des aliments que vous pourriez acheter à moindres coûts sur le marché national ou international ; vous tirez trop de fois par jour la chasse d eau ; vous vous servez trop souvent de votre baignoire... et vous laissez même le robinet couler pendant que vous vous brossez les dents... Vous voyez bien que vous êtes à l origine de la crise hydraulique qui nous guette... Alors, arrêtez de parler du prix de l eau et de refuser le principe de la tarification. Reconnaissez que l eau a un prix que chaque consommateur doit payer indépendamment de sa couleur, de son âge, de son sexe, de sa religion et surtout de son statut social... Un discours bien rodé avec les formules et les mots qu il faut, juste pour réduire la question de l eau à une histoire de comportements individuels et pour faire de cette ressource vitale un simple produit de marché... cela s appelle injustice, exclusion sociale, dépossession et déni des droits humains fondamentaux...

2 Une ressource rare, très rare en Tunisie Et si l on remettait à plat l ensemble de ces affirmations, discours, fausses évidences et réalités supposées? Si l on discutait des vraies problématiques de l eau et surtout de celles liées aux conditions d accès à l eau et des injustices insupportables face à l eau? Alors

3 parlons-en. L eau est un droit humain fondamental Il n y a pas besoin d être un grand scientifique pour savoir que rien de vivant ne peut résister longtemps à la soif. De l infiniment petit à l infiniment grand, rien ne pourrait survivre à un manque réel d eau. Par conséquent, boire, manger (eau pour produire) et demeurer propre sont des conditions biologiques pour survivre physiquement. Juste pour vous convaincre, un chiffre dramatique : 3,6 millions de personnes meurent annuellement dans le monde à cause d un manque d accès à une eau réellement potable et quantitativement suffisante. Avouez que c est un drame humain insupportable... Mais au-delà de ce chiffre choquant et dramatique qui rappelle que l absence d accès à l eau est la première cause de mortalité dans le monde avant les guerres, les famines, les maladies, il faut aussi rappeler que les 2/3 de la population mondiale manquent d un accès sécurisé à l eau et sont donc directement ou indirectement exposés aux mêmes risques. En attendant, partout dans le monde mais aussi en Tunisie, des millions de personnes, qui nous bassinent tous les jours avec des discours culpabilisant sur les gaspillages de l eau, sa rareté, l obligation morale de la «protéger», la nécessité environnementale et économique de sa tarification..., ne boivent que de l eau en bouteille même là où l eau de robinet est réellement potable et parfois même très bonne. Certains le font par goût et «confort», mais la grande majorité le fait d abord pour se protéger contre les différentes maladies d origines bactériologiques ou chimiques que la consommation de l eau de robinet peut provoquer. C est donc l instinct de protection et de survie qui pousse ces derniers (il m arrive d en faire autant) à payer très cher l eau qu ils boivent.

4 Barrage de Laâroussia Le problème vient du fait que tout le monde n a pas cette possibilité financière de ne consommer que l eau en bouteille pour se protéger. Les autres sont donc obligés de se limiter à l eau accessible qui ne sort pas toujours des robinets et, dans tous les cas, pas toujours potable. L absence totale d eau tue en quelques heures, mais la consommation d une eau de qualité moyenne peut vous laisser un peu de temps, à moins que vous n ayez vraiment pas de chances... Alors que le groupe à l eau en bouteille utilise le vocabulaire des experts comme rareté, manque, rationalité, efficience, coût... pour justifier la tarification et parfois même la privatisation (c est connu, le privé est plus efficace que le public) et exiger que tout usage et toute consommation de l eau soient payés et ce indépendamment des conditions sociales et économiques du consommateur. Souvent la tarification de l eau défendue par presque tout le monde, y compris les écologistes et les militants de gauche, est donnée au mieux comme incitation à protéger une ressource rare et au pire pour sanctionner les gaspillages. Le gaspillage, ce mot magique qui permet de dire tout et n importe quoi, est l un des problèmes les plus présents dans les discours culpabilisants qui dominent les débats. Les exemples avancés sont désormais bien connus : le robinet qui coule pendant qu on se brosse les dents, les chasses d eau qui fuient, le lavage des sols à grande eau (les femmes responsables...)... Sur un plan moins domestique, l irrigation traditionnelle est souvent mise en avant pour signifier l ignorance des paysans et les forcer à en payer le prix cher (toujours la sanction...). Ces discours fonctionnent, parce que techniquement ils sont indiscutables. Mais, en réalité, ils permettent de cacher les vrais gaspillages et empêchent les vrais débats sur l eau. Comment débattre quand on se sent coupable?

5 Les vrais et faux gaspillages Pourtant, si les gaspillages existent, ils ne sont pas là où on veut le faire croire et les gaspilleurs (volumes) ne sont pas ceux qu on croit. Il suffit de voir ce qu il y a derrière les images et les clichés pour mieux comprendre. Oui dans les familles tunisiennes, relativement modestes, les plombiers ne passent pas tous les jours et il n est pas rare de voir des robinets (quand il y en a) qui fuient. Il n est pas rare non plus de voir les femmes nettoyer leur maison à grande eau... Mais si les pratiques comptent, ce sont les volumes consommés qui importent le plus en termes de «protection» de la ressource mais aussi en terme de privation. Ces familles modestes utilisent en fait très peu d eau... jamais ou très rarement une douche par jour mais une à trois fois par semaine. A Saida Manoubia, quartier situé à moins d une demi heure du centre ville de la capitale, une mère de famille, qui partage sa maison avec deux enfants mariés et leurs enfants, a tout simplement supprimé la douche et l a remplacée par un simple tuyau pour décourager la surconsommation d eau et réduire ainsi sa facture. Pendant l hiver quand les douches froides deviennent plus difficiles, le nombre de douches et les volumes d eau utilisés dans ces familles baissent automatiquement puisqu il faut faire chauffer de l eau dans une casserole pour pallier à l absence de chauffe-eau. Même les brosses à dents ne servent pas tous les jours par manque d habitude souvent. Mais ce genre d habitudes est aussi une question sociale et économique. Barrage de Tamerza, sud-ouest de la Tunisie

6 Le manque de douche qu aucune personne de la classe moyenne ne pourrait supporter devient chez les familles modestes une économie d eau forcée et une privation à la fois injuste et dangereuse en termes de santé publique et d hygiène ; chez les familles plus aisées, la consommation d eau est forcément plus élevée et parfois le gaspillage est plus que prouvé : les nombreuses douches, les bains, le jardin, la piscine, sans compter la chasse d eau de plusieurs litres qu on vide pour le moindre petit pipi... et ce pour ne considérer que les consommations directes. Je précise que même dans ces familles les plombiers ne passent pas toujours. J en sais quelque chose pour en faire partie par mes revenus, mes fonctions, mon statut social et mes pratiques. Par ailleurs, il y a aussi les consommations indirectes d eau sous forme de produits alimentaires, et là aussi les comparaisons sont signifiantes. Quelques chiffres, qui permettent de montrer que les gaspillages ne sont pas forcément là où on veut le faire croire. Il faut litres d eau pour produire un kilo de blé, entre 10 et litres pour produire un kilo de viande rouge, pour un kg de viande de mouton ou de chèvre, pour les volailles, et de 500 à pour les légumes. Ces chiffres ne doivent choquer et, encore moins, culpabiliser personne. Mais l on sait ce que consomment les riches et ce que consomment les plus modestes... et ces chiffres montrent où se situent les vrais gaspillages. Enfin, dernière source de gaspillage décriée par les experts, les politiques, les «élites» et, malheureusement, une large partie de la société civile : l irrigation traditionnelle. Alors parlons-en aussi. Il serait trop long et trop technique de dresser ici un comparatif entre l irrigation traditionnelle et l irrigation dite moderne, celle du paysan et celle de l ingénieur. Disons seulement que là aussi on se trompe de coupables. Les paysans, qui ont notamment maintenu et entretenu les oasis pendant des centaines d années, n irriguaient jamais au-delà de leurs besoins alimentaires. Ils avaient développé une science de l irrigation et un savoir-faire en termes de gestion de la ressource extrêmement riches et diversifiés et dont témoignent les archives, les récits et les «réalisations» dont certaines fonctionnent encore aujourd hui, quoique en disparition rapide. Une preuve? Les sources «naturelles» d eau qui fournissaient l eau d irrigation des oasis du sud tunisien ne sont taries que depuis une vingtaine d années ce qui coïncide avec le développement de l irrigation «moderne» dans les marges arides ou steppiques. Soumis à un stress hydraulique de plus en plus fort, ces oasis millénaires sont en train de mourir lentement mais sûrement. Il nous en restera quelques belles cartes postales et quelques éléments de musées. Paradoxalement, et alors que ces espaces oasiens, véritables

7 réservoirs de biodiversité, disparaissent sous nos yeux, jamais l'irrigation n'a été aussi importante. Toute la science moderne, les politiques économiques, l investissement publique et privé, le modernisme des experts et des écolo-modernistes y participent. Dans le monde, les surfaces irriguées ont augmenté à un rythme de 2 à 3% par an entre les années 1970 et maintenant. Ainsi, la surface totale est passée d environ 0,8 millions d hectares en 1970 à environ 270 millions d hectares aujourd hui. Alors que l irrigation ne consommait qu environ 40% de l eau disponible dans les années 1970, elle en accapare aujourd hui plus de 70%. Entre-temps, si la production agricole totale a fortement augmenté pendant la même période, la production alimentaire n a pas suivi la même courbe n enregistrant qu une croissance inférieure à 2% par an. On voit ainsi que l extension extraordinaire de l irrigation grâce à de grands investissements publiques et privés n a pas été uniquement au profit de la production alimentaire. En Tunisie, les surfaces agricoles irriguées sont passées d environ hectares au lendemain de l indépendance à environ hectares aujourd hui. Soit une multiplication par environ 8 en moins de 50 ans. A ce rythme, la crainte d une véritable crise hydraulique risque de devenir une triste réalité. Une étude très sérieuse réalisée par le Commissariat régional du développement agricole (Crda) assure qu au rythme de la consommation actuelle les nappes profondes du sud-est du pays (la Djeffara) seront totalement épuisées aux alentours de Une information complémentaire : alors que dans les oasis traditionnelles, les paysans paient l eau d irrigation, sous des appellations et des déguisements divers, les investisseurs-irriguants dans la steppe, grâce à des sondages profonds, ne paient pas un millime et ne subissent aucun contrôle sur les volumes d'eau «pompés». Faut-il préciser aussi que le développement de l irrigation en Tunisie comme ailleurs, n est que partiellement destiné à augmenter la production alimentaire mais à cultiver prioritairement des produits agricoles destinés à l export dont les primeurs, les fleurs et des plantes d agréments. Alors où se situent les gaspillages et qui doit en payer le prix? L eau pour lutter contre la pauvreté et l invisibilité sociale On a vu plus haut que l eau est un besoin vital dans le sens biologique du terme. Heureusement, rares dans notre pays sont ceux qui se trouvent directement exposés au risque de mourir de soif. Mais sachons que ceci est le cas dans beaucoup de pays dans le monde. Le vrai problème dans notre pays est la difficulté d accès à une eau suffisante en quantité comme en qualité. Encore aujourd hui beaucoup

8 de nos concitoyens ne disposent pas d un accès direct à l eau (un robinet à domicile) et doivent donc soit aller la chercher, parfois loin, ou l acheter à des prix incomparables à ceux du réseau public d eau potable, soit consommer les eaux de pluies, traditionnellement récupérées et stockées dans des citernes qu'on appelle «majel» ou «fasqia», ou exploiter des puits plus ou moins profonds. Ainsi, les difficultés d accès à l eau potable par le prix, la distance ou l absence, pénalisent une partie non négligeable de la population et particulièrement des familles vivants dans les régions marginales ou marginalisées et les quartiers populaires et pauvres des grands villes. La situation de ces familles est d autant plus injuste et dangereuse qu elles subissent avec encore plus de dureté les manques d infrastructures et d accès à l assainissement. L addition du manque d accès à l eau et de celui d accès à l assainissement est incontestablement un facteur de développement des problèmes de santé individuelle et publique et de la marginalisation sociale. Si vous vous cherchez un travail, un logement ou juste une existence sociale normale (pouvoir sortir dans l espace public sans être ignoré, évité et stigmatisé, rencontrer des compagnes et des compagnons...), il vaut mieux être bien portant, propre et correctement habillé. Autrement vous êtes tout simplement invisible, vous n existez pas, vous ne comptez pas ou si peu et vous êtes ainsi condamné à rester éternellement dans la pauvreté et la marginalité sociale et économique. Si la tarification de l eau n est certainement pas à l origine de cette forme d exclusion qui commence par l absence de propreté et aboutit à la marginalisation et vice-versa, elle ne peut que l aggraver et l enraciner. Même symboliques, la tarification et le conditionnement de l accès à l eau et à l assainissement ne peuvent que nourrir et favoriser le sentiment destructeur d exclusion sociale. Pour une politique sociale et écologique de l eau Alors faut-il adopter la gratuité totale, quitte à favoriser les gaspillages et accélérer les processus d épuisement et de détérioration de la ressource? Non. Cela serait non seulement irrationnel et dangereux mais réellement criminel. Pour une politique sociale et écologique de l eau il faut respecter deux principes fondamentaux : le principe des droits humains, dont celui d accéder inconditionnellement à une eau suffisante et potable et le principe de conserver rigoureusement les ressources hydrauliques

9 (volumes et qualités) pour les générations futures. Le premier principe suppose un accès total, continu, sécurisé et gratuit à l eau potable pour toute personne vivant dans le pays et à hauteur de ses besoins biologiques et sociaux (boire, manger, être sain et propre...). Ces besoins sont généralement situés entre 50 et 100 litres d eau par personne et par jour et il ne sera pas trop difficile de convenir d une moyenne réaliste. En même temps, ce principe exige aussi un accès inconditionnel et adéquat à l assainissement. Le second principe suppose une limitation draconienne de toutes les formes de gaspillage en fixant des tarifs très élevés et en surtaxant toute consommation qui dépasse les besoins vitaux moyens qui doivent être convenus et fixés par la loi. L argent ainsi collecté sur la surconsommation permettra non seulement de limiter les gaspillages mais aussi de couvrir les frais d acheminement et de fourniture de la «tranche» gratuite et les frais de l assainissement. Justice, lutte contre la pauvreté et protection de la ressource. Ce même principe suppose aussi la limitation des gaspillages dans l irrigation. Trois conditions s'imposent pour y arriver: a) soutenir l irrigation paysanne pour maintenir la biodiversité et éviter que des milliers de familles ne se trouvent brutalement dépossédées de leurs outils premiers de travail et de leurs sources principales de revenues ; b) Interdire toute nouvelle extension des superficies actuellement irriguées ; c) surtaxer toute production agricole non alimentaire et en interdire l'exportation. Qu il s agisse de l eau potable ou de l eau d irrigation, ces choix de politiques hydrauliques sont non seulement immédiatement applicables et justifiables mais ils sont, à mon sens, les seuls choix qui peuvent assurer à la fois la justice sociale, le respect des droits humains, la protection des ressources et le développement durable. J entends déjà les grognements que ne manquera pas de provoquer le principe de la gratuité que je propose et que je défends ici. Je ne tiens pas à polémiquer. Puis-je juste répondre en avance que nous ne serions pas les premiers? Déjà plusieurs Etats indiens, l Afrique du Sud post apartheid, la Bolivie et le Népal l appliquent depuis plusieurs années déjà. De l avis de tous, les résultats sont impressionnants. Mais que les commerçants de l eau et de la soif continuent à organiser les foires et les sommets mondiaux sur l eau et qu ils continuent à nous imposer leurs choix technologiques, politiques et économiques. Qu ils continuent à dominer le monde par les règles de marché qu ils développent et défendent à longueur de communications savantes et de discours «rationnels». Qu ils soient rassurés, le discours et les options que je défends sont malheureusement encore trop minoritaires, mais, attention, plus pour très longtemps encore. En fait, combien

10 Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Actualité Economique en Tunisie coûte l organisation du Forum Mondial de l Eau à Marseille? * Géographe tunisien, Université Paris 8 et Paris 10, France, Université Américaine du Caire Egypte.

Qu est-ce que le respect du vivant?

Qu est-ce que le respect du vivant? Le respect de l environnement Qu est-ce que le respect du vivant? JE DÉCOUVRE QU EST-CE QUI EST VIVANT? Tu sais déjà que les animaux, les végétaux et les champignons sont des êtres vivants. Ils ont tous

Plus en détail

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers?

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Mai 2015 Sondage réalisé par pour et publié samedi 23 mai 2015 dans la presse régionale LEVEE D EMBARGO : SAMEDI 23 MAI A 4H Fiche technique Recueil

Plus en détail

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature.

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature. La planète bleue Exercice Fiche n / Élève A l aide des documents que tu as consultés, réponds aux Où trouve-t-on de l eau dans l Univers? Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015 Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité Mars 2015 Table des matières CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 MÉTHODOLOGIE 4 RÉSULTATS DÉTAILLÉS Section A : Clients D sans puissance

Plus en détail

BM 2 Aufnahmeprüfung 2014

BM 2 Aufnahmeprüfung 2014 BM 2 Aufnahmeprüfung 2014 Kaufmännische Berufsmaturitätsschulen Bern Biel Langenthal Thun FRANZÖSISCH Hinweise Prüfungszeit Hilfsmittel 60 Minuten keine Punkte (max. 100) Visum Experten 1 2 Note 1.5 2

Plus en détail

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser 1 Séance 1 - Recueil des conceptions / connaissances des enfants 1ère phase: Ecoute d une histoire comme introduction

Plus en détail

@ Ontario. Dix façons de conserver l'eau. A la maison. L'eau. Nous polluons et gaspillons l'eau de. Dans la salle de bains : limitez la durée

@ Ontario. Dix façons de conserver l'eau. A la maison. L'eau. Nous polluons et gaspillons l'eau de. Dans la salle de bains : limitez la durée @ Ontario Dix façons de conserver l'eau Nous avons tous un rôle à jouer pour garantir que les eaux de l'ontario soient potables et propices à la baignade et à la pêche. Il incombe aux gouvernements d'établir

Plus en détail

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé SEVES L ASSOCIATION Systèmes Economiquement Viables pour l Eau aux Suds Association loi

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE Avec Domaine général de formation Compétences transversales Compétences disciplinaires Scénario pédagogique

Plus en détail

FICHE 1. Economisons l'eau

FICHE 1. Economisons l'eau FICHE 1 Economisons l'eau La situation de sécheresse exceptionnelle qu'a traversé notre département en 2003 et les craintes qui s'amorcent pour l été 2010 nous conduisent à envisager, dans notre vie quotidienne,

Plus en détail

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour Astuces pour! dépenser moins 2 >>> ÉDITO eau est une ressource précieuse, indispensable dans nos logements, que ce soit pour l alimentation, la préparation des L repas, l hygiène ou tout simplement notre

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino,

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino, Conférence du Réseau des Femmes Parlementaires d Afrique Centrale (RFPAC) «L Accès et le contrôle des ressources par les femmes» Irlande, Dublin, 26 juin 2013 O Callaghan Alexander Hotel Intervention de

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers?

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Mai 2015 Sondage réalisé par pour Fiche technique Recueil Echantillon Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français recrutés par Access Panel

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

PRENDRE CONSCIENCE DE LA VALEUR DE L EAU

PRENDRE CONSCIENCE DE LA VALEUR DE L EAU Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans PRENDRE CONSCIENCE DE A VAEUR DE EAU NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE ACTIVITÉ es élèves prennent conscience de l importance

Plus en détail

Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie»

Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie» Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie» Objet : Le service public de l Energie et l organisation du secteur énergétique se

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

Pourquoi faut-il économiser l eau?

Pourquoi faut-il économiser l eau? 1 Fiche enseignant Type de fiche Pourquoi faut-il économiser l eau? Liliana Ciobanu Roumanie Bożena Borciuch Pologne 1. Présentation Thème L environnement Activités langagières Réception écrite Réception

Plus en détail

sans être un super-héros!

sans être un super-héros! ou comment protéger la planète sans être un super-héros! Dans nos gestes de tous les jours, nous utilisons des ressources naturelles (énergie, eau, bois, matières premières ) pour nous déplacer, nous chauffer,

Plus en détail

TAXE CARBONE. RÄcapitulation du tableau des Änergies: 1. Impacts de la taxe. 2. Solutions.

TAXE CARBONE. RÄcapitulation du tableau des Änergies: 1. Impacts de la taxe. 2. Solutions. RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL TAXE CARBONE Nous sommes parfaitement conscients qu il est nåcessaire de faire quelque chose pour limiter les Åmissions de co2, mais telle qu est pråsentåe la taxe carbone, elle

Plus en détail

Prix de vente : soyez stratégiques!

Prix de vente : soyez stratégiques! PRATICO-PRATIQUE Prix de vente : soyez stratégiques! Stratégies de prix de vente pour les restaurants familiaux et à service rapide Plusieurs restaurateurs se contentent de fixer leurs prix de vente de

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Actu-français: De l eau Niveau préconisé (B.1 ados) Durée de l activité : 40 mn.

Actu-français: De l eau Niveau préconisé (B.1 ados) Durée de l activité : 40 mn. I COMPRENDRE le document Actu-français: De l eau Niveau préconisé (B.1 ados) Durée de l activité : 40 mn. Compréhension orale : fiche individuelle (1 page) 1. Regardez. Visionnez le reportage sans le son

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM,

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Hotel SARAKAWA, Vendredi 22 novembre 2013 ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Représentante

Plus en détail

guide économies d eau Direction de l Eau et de l Assainissement

guide économies d eau Direction de l Eau et de l Assainissement guide économies d eau Direction de l Eau et de l Assainissement L eau est un bien précieux qu il faut économiser La chaleur, la pluviométrie faible, les mauvaises habitudes de consommation doivent nous

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

FAQ pour les employés

FAQ pour les employés FAQ pour les employés Votre régime d assurance médicaments est un nouveau régime factuel qui est propulsé par Reformulary MC. Les changements qu il comporte sont innovateurs et différents des changements

Plus en détail

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement :

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Une étude de cas du bassin minier en Tunisie sur la participation des titulaires

Plus en détail

Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3. et Economies.

Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3. et Economies. Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3 et Economies. Le coût de l Eau Chaude Sanitaire (ECS) est de plus en plus élevé, ceci pour trois raisons : la consommation d eau chaude augmente

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps?

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps? CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES 1- Installation a) Peut-on raccorder une douche au chauffe eau instantané DJS? Oui, à partir du modèle FDCH 70 (7,5 kw). En dessous le débit

Plus en détail

Quels usages des budgets de référence par les bénéficiaires et les professionnels de l intervention sociale?

Quels usages des budgets de référence par les bénéficiaires et les professionnels de l intervention sociale? Quels usages des budgets de référence par les bénéficiaires et les professionnels de l intervention sociale? Synthèse des travaux des membres du 8 e collège en préparation du colloque de l ONPES du 13

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON ÉCLAIRAGE

BIEN CHOISIR SON ÉCLAIRAGE www.arpe-mip.com BIEN CHOISIR SON ÉCLAIRAGE NIVEAU POUR UN ÉQUIVALENT T EMEN D ÉCLAIR 4 ampoules classiques de 100 W = 560 * 1 lampe halogène de 300 W = 400 * 4 lampes basse consommation de 20 W = 128

Plus en détail

La consommation en gaz naturel

La consommation en gaz naturel GAZ Le secteur résidentiel représente 39 % de la consommation nationale de gaz naturel, contre, par exemple, 38 % pour l industrie ou 16 % pour le secteur tertiaire. La part des maisons individuelles chauffées

Plus en détail

Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres. Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois

Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres. Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois BRAVO! Vous arrosez avec l eau de pluie Vous gagnez 100 Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres L équipe suivante joue 2 Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois BRAVO!

Plus en détail

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015 Document à l attention des enseignants LES DÉFIS UNE EXPOSITION TEMPORAIRE DE 800 M 2 PRÉSENTÉE DU 10 AVRIL AU 29 NOVEMBRE 2015 Vers 2050, la population mondiale pourrait atteindre 9 milliards d Hommes

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

INCOHÉRENCES, INIQUITÉS ET PRÉJUGÉS

INCOHÉRENCES, INIQUITÉS ET PRÉJUGÉS Mémoire présenté au ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale Collectif pour un Québec sans pauvreté REPRODUCTION PERMISE AVEC MENTION DE LA SOURCE Collectif pour un Québec sans pauvreté 165, rue

Plus en détail

Simplement précieuse, doublement utile. Utiliser l eau deux fois et récupérer ses calories, une économie intelligente.

Simplement précieuse, doublement utile. Utiliser l eau deux fois et récupérer ses calories, une économie intelligente. Simplement précieuse, doublement utile. Utiliser l eau deux fois et récupérer ses calories, une économie intelligente. L eau se fera-t-elle rare? L EAU sur TERRE en 2025 L eau est aujourd hui considérée

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

brochure énergie 24/10/06 12:47 Page 1

brochure énergie 24/10/06 12:47 Page 1 brochure énergie 24/10/06 12:47 Page 1 brochure énergie 24/10/06 12:47 Page 2 CHOISIR SON ÉCLAIRAGE Pensez aux lampes basse consommation! Elles consomment 5 fois moins que les ampoules ordinaires, elles

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

Discours M. Jacques R. Saadé Baptême du CMA CGM Jules Verne Marseille, le mardi 4 juin 2013

Discours M. Jacques R. Saadé Baptême du CMA CGM Jules Verne Marseille, le mardi 4 juin 2013 Discours M. Jacques R. Saadé Baptême du CMA CGM Jules Verne Marseille, le mardi 4 juin 2013 Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre Salim Jreissati, Ministre du travail au Liban, représentant

Plus en détail

AMBIANCE GÉNÉRALE CARTE ACCROCHE

AMBIANCE GÉNÉRALE CARTE ACCROCHE AMBIANCE GÉNÉRALE Aucun élément contribuant à l ambiance du supermarché n est laissé au hasard. Qu il s agisse des matériaux utilisés, des couleurs choisies ou encore de la musique diffusée, tout est scrupuleusement

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Environnement : Quel est l impact de l homme sur les différentes sources d eau douce disponibles

Environnement : Quel est l impact de l homme sur les différentes sources d eau douce disponibles Les enquêtes D HIVER d EDD Education au Développement Durable L eau Eléments de réponse et compléments D i r e c t i o n d e s S e r v i c e s D é p a r t e m e n t a u x d e l E d u c a t i o n N a t

Plus en détail

La transition énergétique pour tous!

La transition énergétique pour tous! La transition énergétique pour tous! Pour une vraie prise en compte de la question sociale et de la précarité énergétique dans la transition énergétique Document de synthèse des analyses et propositions

Plus en détail

Joubaud Adrien. Rapport de mission environnement et prévention eau, Juillet 2013 à Togbota

Joubaud Adrien. Rapport de mission environnement et prévention eau, Juillet 2013 à Togbota Rapport de mission environnement et prévention eau, Juillet 2013 à Togbota Introduction : J ai effectué cette mission dans le cadre d un stage de fin d année pour mon école d Ingénieur. J ai choisi de

Plus en détail

Comme l eau, l énergie est un bien précieux que nous devons économiser.

Comme l eau, l énergie est un bien précieux que nous devons économiser. économies d énergie Tous les jours, nous consommons de l énergie, pour l éclairage, le chauffage, pour la toilette, pour les déplacements, pour cuire les aliments ou les maintenir au frais, pour travailler

Plus en détail

le Petit Guide des d eau

le Petit Guide des d eau le Petit Guide des ECONOMIES d eau 1 J économise de 30 à 50% d eau potable/an facilement!!! 2 Pourquoi économiser l eau? En Bretagne, l eau utilisée pour la production d eau potable provient à 80% des

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable Le développement durable Les être humains sont au cœur des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer L eau froide Quelques infos pour commencer L eau potable, vitale et précieuse, est une ressource qui se raréfie. Un français consomme environ 137L d eau potable par jour, dont 1% seulement pour la boisson.

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

CHRETIEN FACE A L ARGENT

CHRETIEN FACE A L ARGENT Vendredi 17 janvier 2003 Saint-Philippe du Roule CHRETIEN FACE A L ARGENT François VILLEROY de GALHAU Administrateur des Semaines Sociale de France François Villeroy de Galhau 1 a introduit sa conférence

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

Chapitre 1 : La rareté, les besoins et les biens économiques

Chapitre 1 : La rareté, les besoins et les biens économiques Chapitre 1 : La rareté, les besoins et les biens économiques Dans ce chapitre vous allez : - Comprendre que l économie est la science des choix rationnels - Découvrir le problème de la rareté - Faire le

Plus en détail

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Tous concernés! La lutte contre le gaspillage alimentaire nous concerne tous. On estime qu un quart de la nourriture produite dans le monde est jetée

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

Affichage publicitaire : où sont les politiques?

Affichage publicitaire : où sont les politiques? Affichage publicitaire : où sont les politiques? Collectif des Déboulonneurs 10 avril 2007 Cinq déboulonneurs en lutte contre la prolifération publicitaire svont comparaître devant la justice les 2 mai

Plus en détail

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 1 sur 14 Le Temps 16 octobre 2013 REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 2 sur 14 REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 3 sur 14 Le Matin 17 octobre

Plus en détail

UNITED NATIONS NATIONS UNIES

UNITED NATIONS NATIONS UNIES Programme : 16 Duration : 7 42 Producer : Lisa Andracke UNITED NATIONS NATIONS UNIES 21 st Century GHANA: L EDUCATION EN PLEINE REVOLUTION Partout dans le monde, le nombre d enfants inscrits à l école

Plus en détail

Learning by Ear 2009 Droits des enfants 02 Le travail des enfants

Learning by Ear 2009 Droits des enfants 02 Le travail des enfants Learning by Ear 2009 Droits des enfants 02 Le travail des enfants Thème : Le travail des enfants Rédaction : Yann Durand Traduction : Femmes Hommes Age IN/OUTRO X indifférent Narrateur X Env. 25 ans Abdoulaye

Plus en détail

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 Portrait Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 L accélération de la survie, du développement et de la protection de l enfant à risque Trahantsoa : un

Plus en détail

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin Conf Hôtel de Ville, Grand Salon Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin La Chine est un pays très étendu : 5 000 km du Nord au Sud,

Plus en détail

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation Mur des préjugés Idée reçue Réalité Argumentation 1 Une idée reçue très courante consiste à croire que les gens souffrent de la faim seulement en situation de famine ; or derrière le mot faim se cache

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DES GESTES SIMPLES. pour maîtriser mes dépenses, bien vivre dans mon logement et préserver l environnement

GUIDE PRATIQUE DES GESTES SIMPLES. pour maîtriser mes dépenses, bien vivre dans mon logement et préserver l environnement GUIDE PRATIQUE DES GESTES SIMPLES pour maîtriser mes dépenses, bien vivre dans mon logement et préserver l environnement J ai besoin d énergie dans mon logement pour m éclairer, me chauffer, faire fonctionner

Plus en détail

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE OU COMMENT ESSAYER De LA soigner 1 Patrick VIDAL Au chevet de France Ou comment essayez de la soigner 2 Toute reproduction ou publication partielle, de cet ouvrage est

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Les enquêtes sur le chauffage soulèvent la problématique plus générale de l énergie. Elles renvoient aux trois piliers du développement durable.

Les enquêtes sur le chauffage soulèvent la problématique plus générale de l énergie. Elles renvoient aux trois piliers du développement durable. Les enquêtes de noel d EDD Education au Développement Durable Le chauffage Eléments de réponse et compléments D i r e c t i o n d e s S e r v i c e s D é p a r t e m e n t a u x d e l E d u c a t i o n

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Mission de les Vacances Solidaires

Mission de les Vacances Solidaires Mission de les Vacances Solidaires Les Vacances Solidaires, association nationale, reconnue d intérêt général, lutte contre le renoncement au départ en vacances, premier signe tangible de l exclusion,

Plus en détail

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE a chacun ses Station d eau potable de Kerriou Château d eau de Kerstéphan Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE La collectivité est responsable du service d eau et assainissement. Elle prend

Plus en détail

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public Dossier de Presse Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public HCCI 20 Fevrier 2007 1. Une approche : valoriser les ressources humaines locales 2. Une conviction : l accès à des soins

Plus en détail

Vous souhaitez contribuer à la protection de l'environnement, tout en ayant peu de contrainte, et un réel retour sur investissement?

Vous souhaitez contribuer à la protection de l'environnement, tout en ayant peu de contrainte, et un réel retour sur investissement? Vous souhaitez contribuer à la protection de l'environnement, tout en ayant peu de contrainte, et un réel retour sur investissement? Adoptez les toilettes sèches!!!!! Non non, les toilettes sèches ne sont

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

Stockage ou pas stockage?

Stockage ou pas stockage? Stockage ou pas stockage? Table des matières 1- Stockage chimique?...1 2- Stockage thermique?...3 3- Stockage thermique et chimique!...4 4- Conclusion...5 La question du surplus dans les installations

Plus en détail

PRISE DE CONSCIENCE DE LA QUALITE DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE, A TRAVERS LE CHEMIN D UNE GOUTTE D EAU, A PARTIR DE LA TRAXENNE

PRISE DE CONSCIENCE DE LA QUALITE DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE, A TRAVERS LE CHEMIN D UNE GOUTTE D EAU, A PARTIR DE LA TRAXENNE PRISE DE CONSCIENCE DE LA QUALITE DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE, A TRAVERS LE CHEMIN D UNE GOUTTE D EAU, A PARTIR DE LA TRAXENNE QU EST-CE QUE LE PARLEMENT DES JEUNES POUR L EAU? Le Parlement des

Plus en détail

3. Des hommes et des ressources.

3. Des hommes et des ressources. CLASSE DE 5ème 3. Des hommes et des ressources. Christophe LEON Collège Max Bramerie, La Force (24) Académie de Bordeaux (http://lalettredulundi.fr/ oneclick_uploads/2011/05/terre_citron.jpg) 3.1. La question

Plus en détail

Toilettes sèches. La station possède des toilettes sèches

Toilettes sèches. La station possède des toilettes sèches Toilettes sèches La station possède des toilettes sèches Les toilettes classiques sont une source importante de gaspillage et de pollution de l eau potable. Chaque fois qu une chasse d'eau est tirée c

Plus en détail

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de:

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: ! Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: Trouver des moyens de sensibiliser la popula3on à la situa3on de la pauvreté locale. Offrir un répertoire de ressources. Par3ciper

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE de l enseignant

GUIDE PÉDAGOGIQUE de l enseignant GUIDE PÉDAGOGIQUE de l enseignant FICHE ÉDUCATIVE SUR LE THÈME DE L ACCÈS UNIVERSEL ET LA CONSOMMATION DE L EAU POTABLE NIVEAU : Premier cycle du secondaire (sec. 1 et 2) DISCIPLINE(S) : Écologie, géographie,

Plus en détail