Par Habib Ayeb* Un discours culpabilisateur bien rodé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par Habib Ayeb* Un discours culpabilisateur bien rodé"

Transcription

1 Après Mexico et Istanbul, Marseille accueille du 12 au 17 mars, le Forum Mondial de l Eau. Un événement qui mériterait mieux l appellation plus juste de Foire Mondiale de l Eau, tellement loin d être un véritable Forum d échange d idées. Par Habib Ayeb* Cette rencontre internationale n est en réalité pas autre chose qu un gigantesque supermarché où tout est à vendre : savoir-faire et technologie de l eau, sciences hydrauliques et ingénierie de l eau, modèles de gestion de l eau, rationalisation et efficience de l eau, politiques de l eau... rareté et pollution de l eau et discours catastrophistes sur l eau... Un discours culpabilisateur bien rodé Venez, entrez, servez-vous et surtout-surtout mettez vous bien ça dans la tête : si l eau manque et est de plus en plus polluée et difficile d accès, c est à cause de vous. Vous gaspillez trop d eau ; vous n utilisez pas les nouvelles technologies ; vous irriguez trop pour produire des aliments que vous pourriez acheter à moindres coûts sur le marché national ou international ; vous tirez trop de fois par jour la chasse d eau ; vous vous servez trop souvent de votre baignoire... et vous laissez même le robinet couler pendant que vous vous brossez les dents... Vous voyez bien que vous êtes à l origine de la crise hydraulique qui nous guette... Alors, arrêtez de parler du prix de l eau et de refuser le principe de la tarification. Reconnaissez que l eau a un prix que chaque consommateur doit payer indépendamment de sa couleur, de son âge, de son sexe, de sa religion et surtout de son statut social... Un discours bien rodé avec les formules et les mots qu il faut, juste pour réduire la question de l eau à une histoire de comportements individuels et pour faire de cette ressource vitale un simple produit de marché... cela s appelle injustice, exclusion sociale, dépossession et déni des droits humains fondamentaux...

2 Une ressource rare, très rare en Tunisie Et si l on remettait à plat l ensemble de ces affirmations, discours, fausses évidences et réalités supposées? Si l on discutait des vraies problématiques de l eau et surtout de celles liées aux conditions d accès à l eau et des injustices insupportables face à l eau? Alors

3 parlons-en. L eau est un droit humain fondamental Il n y a pas besoin d être un grand scientifique pour savoir que rien de vivant ne peut résister longtemps à la soif. De l infiniment petit à l infiniment grand, rien ne pourrait survivre à un manque réel d eau. Par conséquent, boire, manger (eau pour produire) et demeurer propre sont des conditions biologiques pour survivre physiquement. Juste pour vous convaincre, un chiffre dramatique : 3,6 millions de personnes meurent annuellement dans le monde à cause d un manque d accès à une eau réellement potable et quantitativement suffisante. Avouez que c est un drame humain insupportable... Mais au-delà de ce chiffre choquant et dramatique qui rappelle que l absence d accès à l eau est la première cause de mortalité dans le monde avant les guerres, les famines, les maladies, il faut aussi rappeler que les 2/3 de la population mondiale manquent d un accès sécurisé à l eau et sont donc directement ou indirectement exposés aux mêmes risques. En attendant, partout dans le monde mais aussi en Tunisie, des millions de personnes, qui nous bassinent tous les jours avec des discours culpabilisant sur les gaspillages de l eau, sa rareté, l obligation morale de la «protéger», la nécessité environnementale et économique de sa tarification..., ne boivent que de l eau en bouteille même là où l eau de robinet est réellement potable et parfois même très bonne. Certains le font par goût et «confort», mais la grande majorité le fait d abord pour se protéger contre les différentes maladies d origines bactériologiques ou chimiques que la consommation de l eau de robinet peut provoquer. C est donc l instinct de protection et de survie qui pousse ces derniers (il m arrive d en faire autant) à payer très cher l eau qu ils boivent.

4 Barrage de Laâroussia Le problème vient du fait que tout le monde n a pas cette possibilité financière de ne consommer que l eau en bouteille pour se protéger. Les autres sont donc obligés de se limiter à l eau accessible qui ne sort pas toujours des robinets et, dans tous les cas, pas toujours potable. L absence totale d eau tue en quelques heures, mais la consommation d une eau de qualité moyenne peut vous laisser un peu de temps, à moins que vous n ayez vraiment pas de chances... Alors que le groupe à l eau en bouteille utilise le vocabulaire des experts comme rareté, manque, rationalité, efficience, coût... pour justifier la tarification et parfois même la privatisation (c est connu, le privé est plus efficace que le public) et exiger que tout usage et toute consommation de l eau soient payés et ce indépendamment des conditions sociales et économiques du consommateur. Souvent la tarification de l eau défendue par presque tout le monde, y compris les écologistes et les militants de gauche, est donnée au mieux comme incitation à protéger une ressource rare et au pire pour sanctionner les gaspillages. Le gaspillage, ce mot magique qui permet de dire tout et n importe quoi, est l un des problèmes les plus présents dans les discours culpabilisants qui dominent les débats. Les exemples avancés sont désormais bien connus : le robinet qui coule pendant qu on se brosse les dents, les chasses d eau qui fuient, le lavage des sols à grande eau (les femmes responsables...)... Sur un plan moins domestique, l irrigation traditionnelle est souvent mise en avant pour signifier l ignorance des paysans et les forcer à en payer le prix cher (toujours la sanction...). Ces discours fonctionnent, parce que techniquement ils sont indiscutables. Mais, en réalité, ils permettent de cacher les vrais gaspillages et empêchent les vrais débats sur l eau. Comment débattre quand on se sent coupable?

5 Les vrais et faux gaspillages Pourtant, si les gaspillages existent, ils ne sont pas là où on veut le faire croire et les gaspilleurs (volumes) ne sont pas ceux qu on croit. Il suffit de voir ce qu il y a derrière les images et les clichés pour mieux comprendre. Oui dans les familles tunisiennes, relativement modestes, les plombiers ne passent pas tous les jours et il n est pas rare de voir des robinets (quand il y en a) qui fuient. Il n est pas rare non plus de voir les femmes nettoyer leur maison à grande eau... Mais si les pratiques comptent, ce sont les volumes consommés qui importent le plus en termes de «protection» de la ressource mais aussi en terme de privation. Ces familles modestes utilisent en fait très peu d eau... jamais ou très rarement une douche par jour mais une à trois fois par semaine. A Saida Manoubia, quartier situé à moins d une demi heure du centre ville de la capitale, une mère de famille, qui partage sa maison avec deux enfants mariés et leurs enfants, a tout simplement supprimé la douche et l a remplacée par un simple tuyau pour décourager la surconsommation d eau et réduire ainsi sa facture. Pendant l hiver quand les douches froides deviennent plus difficiles, le nombre de douches et les volumes d eau utilisés dans ces familles baissent automatiquement puisqu il faut faire chauffer de l eau dans une casserole pour pallier à l absence de chauffe-eau. Même les brosses à dents ne servent pas tous les jours par manque d habitude souvent. Mais ce genre d habitudes est aussi une question sociale et économique. Barrage de Tamerza, sud-ouest de la Tunisie

6 Le manque de douche qu aucune personne de la classe moyenne ne pourrait supporter devient chez les familles modestes une économie d eau forcée et une privation à la fois injuste et dangereuse en termes de santé publique et d hygiène ; chez les familles plus aisées, la consommation d eau est forcément plus élevée et parfois le gaspillage est plus que prouvé : les nombreuses douches, les bains, le jardin, la piscine, sans compter la chasse d eau de plusieurs litres qu on vide pour le moindre petit pipi... et ce pour ne considérer que les consommations directes. Je précise que même dans ces familles les plombiers ne passent pas toujours. J en sais quelque chose pour en faire partie par mes revenus, mes fonctions, mon statut social et mes pratiques. Par ailleurs, il y a aussi les consommations indirectes d eau sous forme de produits alimentaires, et là aussi les comparaisons sont signifiantes. Quelques chiffres, qui permettent de montrer que les gaspillages ne sont pas forcément là où on veut le faire croire. Il faut litres d eau pour produire un kilo de blé, entre 10 et litres pour produire un kilo de viande rouge, pour un kg de viande de mouton ou de chèvre, pour les volailles, et de 500 à pour les légumes. Ces chiffres ne doivent choquer et, encore moins, culpabiliser personne. Mais l on sait ce que consomment les riches et ce que consomment les plus modestes... et ces chiffres montrent où se situent les vrais gaspillages. Enfin, dernière source de gaspillage décriée par les experts, les politiques, les «élites» et, malheureusement, une large partie de la société civile : l irrigation traditionnelle. Alors parlons-en aussi. Il serait trop long et trop technique de dresser ici un comparatif entre l irrigation traditionnelle et l irrigation dite moderne, celle du paysan et celle de l ingénieur. Disons seulement que là aussi on se trompe de coupables. Les paysans, qui ont notamment maintenu et entretenu les oasis pendant des centaines d années, n irriguaient jamais au-delà de leurs besoins alimentaires. Ils avaient développé une science de l irrigation et un savoir-faire en termes de gestion de la ressource extrêmement riches et diversifiés et dont témoignent les archives, les récits et les «réalisations» dont certaines fonctionnent encore aujourd hui, quoique en disparition rapide. Une preuve? Les sources «naturelles» d eau qui fournissaient l eau d irrigation des oasis du sud tunisien ne sont taries que depuis une vingtaine d années ce qui coïncide avec le développement de l irrigation «moderne» dans les marges arides ou steppiques. Soumis à un stress hydraulique de plus en plus fort, ces oasis millénaires sont en train de mourir lentement mais sûrement. Il nous en restera quelques belles cartes postales et quelques éléments de musées. Paradoxalement, et alors que ces espaces oasiens, véritables

7 réservoirs de biodiversité, disparaissent sous nos yeux, jamais l'irrigation n'a été aussi importante. Toute la science moderne, les politiques économiques, l investissement publique et privé, le modernisme des experts et des écolo-modernistes y participent. Dans le monde, les surfaces irriguées ont augmenté à un rythme de 2 à 3% par an entre les années 1970 et maintenant. Ainsi, la surface totale est passée d environ 0,8 millions d hectares en 1970 à environ 270 millions d hectares aujourd hui. Alors que l irrigation ne consommait qu environ 40% de l eau disponible dans les années 1970, elle en accapare aujourd hui plus de 70%. Entre-temps, si la production agricole totale a fortement augmenté pendant la même période, la production alimentaire n a pas suivi la même courbe n enregistrant qu une croissance inférieure à 2% par an. On voit ainsi que l extension extraordinaire de l irrigation grâce à de grands investissements publiques et privés n a pas été uniquement au profit de la production alimentaire. En Tunisie, les surfaces agricoles irriguées sont passées d environ hectares au lendemain de l indépendance à environ hectares aujourd hui. Soit une multiplication par environ 8 en moins de 50 ans. A ce rythme, la crainte d une véritable crise hydraulique risque de devenir une triste réalité. Une étude très sérieuse réalisée par le Commissariat régional du développement agricole (Crda) assure qu au rythme de la consommation actuelle les nappes profondes du sud-est du pays (la Djeffara) seront totalement épuisées aux alentours de Une information complémentaire : alors que dans les oasis traditionnelles, les paysans paient l eau d irrigation, sous des appellations et des déguisements divers, les investisseurs-irriguants dans la steppe, grâce à des sondages profonds, ne paient pas un millime et ne subissent aucun contrôle sur les volumes d'eau «pompés». Faut-il préciser aussi que le développement de l irrigation en Tunisie comme ailleurs, n est que partiellement destiné à augmenter la production alimentaire mais à cultiver prioritairement des produits agricoles destinés à l export dont les primeurs, les fleurs et des plantes d agréments. Alors où se situent les gaspillages et qui doit en payer le prix? L eau pour lutter contre la pauvreté et l invisibilité sociale On a vu plus haut que l eau est un besoin vital dans le sens biologique du terme. Heureusement, rares dans notre pays sont ceux qui se trouvent directement exposés au risque de mourir de soif. Mais sachons que ceci est le cas dans beaucoup de pays dans le monde. Le vrai problème dans notre pays est la difficulté d accès à une eau suffisante en quantité comme en qualité. Encore aujourd hui beaucoup

8 de nos concitoyens ne disposent pas d un accès direct à l eau (un robinet à domicile) et doivent donc soit aller la chercher, parfois loin, ou l acheter à des prix incomparables à ceux du réseau public d eau potable, soit consommer les eaux de pluies, traditionnellement récupérées et stockées dans des citernes qu'on appelle «majel» ou «fasqia», ou exploiter des puits plus ou moins profonds. Ainsi, les difficultés d accès à l eau potable par le prix, la distance ou l absence, pénalisent une partie non négligeable de la population et particulièrement des familles vivants dans les régions marginales ou marginalisées et les quartiers populaires et pauvres des grands villes. La situation de ces familles est d autant plus injuste et dangereuse qu elles subissent avec encore plus de dureté les manques d infrastructures et d accès à l assainissement. L addition du manque d accès à l eau et de celui d accès à l assainissement est incontestablement un facteur de développement des problèmes de santé individuelle et publique et de la marginalisation sociale. Si vous vous cherchez un travail, un logement ou juste une existence sociale normale (pouvoir sortir dans l espace public sans être ignoré, évité et stigmatisé, rencontrer des compagnes et des compagnons...), il vaut mieux être bien portant, propre et correctement habillé. Autrement vous êtes tout simplement invisible, vous n existez pas, vous ne comptez pas ou si peu et vous êtes ainsi condamné à rester éternellement dans la pauvreté et la marginalité sociale et économique. Si la tarification de l eau n est certainement pas à l origine de cette forme d exclusion qui commence par l absence de propreté et aboutit à la marginalisation et vice-versa, elle ne peut que l aggraver et l enraciner. Même symboliques, la tarification et le conditionnement de l accès à l eau et à l assainissement ne peuvent que nourrir et favoriser le sentiment destructeur d exclusion sociale. Pour une politique sociale et écologique de l eau Alors faut-il adopter la gratuité totale, quitte à favoriser les gaspillages et accélérer les processus d épuisement et de détérioration de la ressource? Non. Cela serait non seulement irrationnel et dangereux mais réellement criminel. Pour une politique sociale et écologique de l eau il faut respecter deux principes fondamentaux : le principe des droits humains, dont celui d accéder inconditionnellement à une eau suffisante et potable et le principe de conserver rigoureusement les ressources hydrauliques

9 (volumes et qualités) pour les générations futures. Le premier principe suppose un accès total, continu, sécurisé et gratuit à l eau potable pour toute personne vivant dans le pays et à hauteur de ses besoins biologiques et sociaux (boire, manger, être sain et propre...). Ces besoins sont généralement situés entre 50 et 100 litres d eau par personne et par jour et il ne sera pas trop difficile de convenir d une moyenne réaliste. En même temps, ce principe exige aussi un accès inconditionnel et adéquat à l assainissement. Le second principe suppose une limitation draconienne de toutes les formes de gaspillage en fixant des tarifs très élevés et en surtaxant toute consommation qui dépasse les besoins vitaux moyens qui doivent être convenus et fixés par la loi. L argent ainsi collecté sur la surconsommation permettra non seulement de limiter les gaspillages mais aussi de couvrir les frais d acheminement et de fourniture de la «tranche» gratuite et les frais de l assainissement. Justice, lutte contre la pauvreté et protection de la ressource. Ce même principe suppose aussi la limitation des gaspillages dans l irrigation. Trois conditions s'imposent pour y arriver: a) soutenir l irrigation paysanne pour maintenir la biodiversité et éviter que des milliers de familles ne se trouvent brutalement dépossédées de leurs outils premiers de travail et de leurs sources principales de revenues ; b) Interdire toute nouvelle extension des superficies actuellement irriguées ; c) surtaxer toute production agricole non alimentaire et en interdire l'exportation. Qu il s agisse de l eau potable ou de l eau d irrigation, ces choix de politiques hydrauliques sont non seulement immédiatement applicables et justifiables mais ils sont, à mon sens, les seuls choix qui peuvent assurer à la fois la justice sociale, le respect des droits humains, la protection des ressources et le développement durable. J entends déjà les grognements que ne manquera pas de provoquer le principe de la gratuité que je propose et que je défends ici. Je ne tiens pas à polémiquer. Puis-je juste répondre en avance que nous ne serions pas les premiers? Déjà plusieurs Etats indiens, l Afrique du Sud post apartheid, la Bolivie et le Népal l appliquent depuis plusieurs années déjà. De l avis de tous, les résultats sont impressionnants. Mais que les commerçants de l eau et de la soif continuent à organiser les foires et les sommets mondiaux sur l eau et qu ils continuent à nous imposer leurs choix technologiques, politiques et économiques. Qu ils continuent à dominer le monde par les règles de marché qu ils développent et défendent à longueur de communications savantes et de discours «rationnels». Qu ils soient rassurés, le discours et les options que je défends sont malheureusement encore trop minoritaires, mais, attention, plus pour très longtemps encore. En fait, combien

10 Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Actualité Economique en Tunisie coûte l organisation du Forum Mondial de l Eau à Marseille? * Géographe tunisien, Université Paris 8 et Paris 10, France, Université Américaine du Caire Egypte.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour Astuces pour! dépenser moins 2 >>> ÉDITO eau est une ressource précieuse, indispensable dans nos logements, que ce soit pour l alimentation, la préparation des L repas, l hygiène ou tout simplement notre

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers?

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Mai 2015 Sondage réalisé par pour Fiche technique Recueil Echantillon Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français recrutés par Access Panel

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr Économisons l eau Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne Des économies faciles à réaliser Á confort égal, économiser 30% d eau avec des petits équipements adaptables, rentabilisés en moins d

Plus en détail

Fiche 7: Privatisation et eau

Fiche 7: Privatisation et eau De nos jours, la sauvegarde et le contrôle de l eau sont des enjeux qui donnent lieu à de multiples débats à l échelle planétaire. Maintenant que la ressource diminue, on se demande à qui elle appartient,

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Stockage ou pas stockage?

Stockage ou pas stockage? Stockage ou pas stockage? Table des matières 1- Stockage chimique?...1 2- Stockage thermique?...3 3- Stockage thermique et chimique!...4 4- Conclusion...5 La question du surplus dans les installations

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Et ça coûte combien? Info

Et ça coûte combien? Info Et ça coûte combien? Info ...une averse fraîche, délassante et économe De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant d une douche incomparable! Vous êtes

Plus en détail

Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux Appel urgent concernant la situation des réfugiés du camp de Choucha

Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux Appel urgent concernant la situation des réfugiés du camp de Choucha Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux Appel urgent concernant la situation des réfugiés du camp de Choucha Depuis le mois de novembre 2012, les réfugiés du camp dont le statut a été rejeté

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou Le Guide de l éco-agent Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou «L'écologie est aussi et surtout un problème culturel. Le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux.»

Plus en détail

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable «Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod «La terre n appartient pas à l homme, c est l homme qui appartient à la terre» Sitting Bull L habitat est le premier

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES Le présent document est établi afin d être présenté lors de 4ème conférence des Pays moins développés des

Plus en détail

Prévenir les dégâts d eau liés à la plomberie

Prévenir les dégâts d eau liés à la plomberie faire profiter de notre expérience Prévenir les dégâts d eau liés à la plomberie Des milliers de réclamations enregistrées chaque année en assurance habitation. Des dommages parfois sérieux, d autres fois

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS!

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS! 2008 50 ANS D INNOVATIONS! WC SALLE DE BAINS CUISINE BUANDERIE CHAUDIÈRE CLIMATISEUR SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX pour créer des sanitaires partout dans la maison SFA c est facile pour

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES SÉRIES ES et L Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. L'usage de la calculatrice est autorisé. Le candidat

Plus en détail

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information 2 mai 2011 2 Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Introduction Sur un

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Compréhension de l oral

Compréhension de l oral 1 DOCUMENT RÉSERVÉ AUX CORRECTEURS CORRIGÉ ET BARÈME Compréhension de l oral 25 points Vous allez entendre trois documents sonores, correspondant à des situations différentes. Pour le premier et le deuxième

Plus en détail

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide.

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. La carie dentaire Halte au grignotage! Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. Cet acide peut ronger et abîmer l émail de tes dents. Si cette attaque par l acide se renouvelle

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

- Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant)

- Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - Réalisation de Cuisines (meubles, carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - VMC (Ventilation

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Thématiques Questions possibles berufsfeld/fach

Thématiques Questions possibles berufsfeld/fach LEARNING FOR THE PLANET Liste des sujets Vous cherchez une inspiration pour votre sujet Vous pouvez lire la liste ci-dessous et voir quel thème éveille votre intérêt. Examinez les questions correspondantes.

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

Urbanisation : des faits et des chiffres

Urbanisation : des faits et des chiffres LE MILLÉNAIREURBAIN N La Session extraordinaire de l Assemblée générale des Nations Unies consacrée à l examen et à l évaluation d ensemble de l application du Programme pour l habitat E W Y O R K, 6 8

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

1 www.agrobiosciences.org

1 www.agrobiosciences.org Intervention. 4èmes Rencontres Alimentation, Agriculture & Société. Déc 2003. «Alimentation et prévention du cancer : quelle vérité?» Par Denis Corpet (1). Directeur de l équipe "Aliment et Cancer" de

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie LES PLAISIRS de L EAU conjuguer confort et économies d énergie Profitez des plaisirs de l eau tout en diminuant votre consommation CONJUGUER CONFORT ET ÉCONOMIES D ÉNERGIE IL EXISTE UN MOYEN TRÈS SIMPLE

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement Une averse fraîche, délassante et économe De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant d

Plus en détail

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 417 By Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Mardi 16 Juin 2015 1 Site tunisien de l investissement Des handicaps qui persistent

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Lutter contre les discriminations économiques

Lutter contre les discriminations économiques NOTE n 127 - Fondation Jean-Jaurès - 10 avril 2012 - page 1 Seybah Dagoma* Frédéric Dalsace** David Ménascé*** Pierre Victoria**** * Adjointe du Maire de Paris chargée de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Energie : mieux comprendre pour mieux maîtriser

Energie : mieux comprendre pour mieux maîtriser Energie : mieux comprendre pour mieux maîtriser PLAN Séquence 1 : comprendre les mots et concepts Séquence 2 : appréhender les enjeux Séquence 3 : maîtriser sa consommation SEQUENCE 1 : où on définit les

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France est

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Peut-on supprimer le travail des enfants?

Peut-on supprimer le travail des enfants? Peut-on supprimer le travail des enfants? Le travail des enfants constitue une part importante de l économie mondiale. Au cours d une marche internationale contre le travail infantile, Michel Bonnet et

Plus en détail

Canicule et business, quand la météo fait l économie!

Canicule et business, quand la météo fait l économie! Canicule et business, quand la météo fait l économie! La canicule actuelle, par conséquent la meteo en général, a de nombreuses conséquences sur le business des entreprises : 70 % environ des entreprises

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et... l environnement!

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et... l environnement! Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et... l environnement! ... une averse fraîche, délassante et économe 3 De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

V isiter systématiquement les prospects était, il y a peu, un impératif

V isiter systématiquement les prospects était, il y a peu, un impératif Introduction V isiter systématiquement les prospects était, il y a peu, un impératif du métier de vendeur. Tous se rendaient sur place et «vogue la galère». Puis les professionnels se sont pris au sérieux.

Plus en détail

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX RECUPERATION D EAUX de PLUIE au JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX A quelques centaines de mètres de l historique «PONT de PIERRE» enjambant

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Sauvons notre planète

Sauvons notre planète présente Economisez l eau Dans des conditions de fosses septiques normales, toute l eau utilisée dans votre maison est alimentée par le biais de trappes àgraisse, de gravières et ensuite gaspillée. Avec

Plus en détail

Institut d Études Politiques de Grenoble. Rapport de fin de séjour

Institut d Études Politiques de Grenoble. Rapport de fin de séjour Julia Lamotte Institut d Études Politiques de Grenoble Année de mobilité : Master 1 Rapport de fin de séjour Stage au Centro de Investigacion y estudios superiores en Anthropologia social (CIESAS) San

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail