73377 Le Bourget du Lac Cedex,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "73377 Le Bourget du Lac Cedex, arnaud.jay@cea.fr"

Transcription

1 Rafraichissement de panneaux photovoltaïques intégrés en toiture par convection naturelle. Modélisation et comparaison avec des campagnes expérimentales. LEROUX Guilian 1,2, BRUN Adrien 3,1, JAY Arnaud 1, JOUBERT Patrice 2 1 Laboratoire d Energétique du Bâtiment, CEA INES, 50 Avenue du lac Léman, Le Bourget du Lac Cedex, 2 LEPTIAB, La Rochelle 3 LOCIE, Université de Savoie RÉSUMÉ. Cette étude présente des travaux effectués dans le cadre du projet ANR CoolPV, visant à développer des solutions pour limiter la montée en température des panneaux photovoltaïques intégrés en toiture. Dans cet article, on s intéresse à l amélioration des écoulements de convection naturelle en sous face des panneaux. Le cas d étude est une cavité ouverte inclinée et s appuie sur une campagne expérimentale en site réel. Deux approches de modélisation de type nodale et volumes finis ont été comparées sur différentes configurations. Cette étude a permis non seulement de mettre en évidence les limites et les avantages de chaque méthode, mais aussi de valider l approche nodale qui sera utilisée par la suite dans une utilisation plus globale. ABSTRACT. This study has been done in the scope of the project CoolPV. Its goal is to find innovative solutions to improve the integration techniques and thus limit the temperature rise of photovoltaic panels resulting in an increase of the global efficiency, productivity and longevity. This article deals with the improvement of free convection flow under PV panels. The study case, based on a real filed test experimental campaign, is a tilted open cavity. Two numerical approaches, nodal and finite volumes, have been compared for different configurations. This first highlights limits and advantages of each technique and also to validate the nodal approach in order to use it in life cycle analysis. MOTS-CLÉS : modélisation - convection naturelle -cavité inclinée - refroidissement - photovoltaïque, KEY WORDS: modelling Natural convection open cavity free cooling - BIPV Nomenclature CSTB: Centre scientifique et technique de bâtiment OSB: Oriented Strand Board LdV: Laine de Verre RBE: Revêtement basse émissivité GLO: Grandes longueurs d onde CLO: Courtes longueurs d onde CF: Cavité fermée CO: Cavité ouverte ε cav,inf,: Emissivité de la cavité inférieure (-) h: Coefficient d échange convectif (W/(m²K)) Nu: Nombre de Nusselt (-) Ra: Nombre de Rayleigh (-) CFD: Computational Fluid Dynamic : Moyenne des écarts absolus ( C) VF: Volumes Finis AN: Approche nodale i: Pas de temps de simulation n: Nombre de pas de temps de simulation T iexp : Température mesurée au pas de temps i ( C) T imod : Température modélisée au pas de temps i ( C) sext : Surface extérieure de la couverture SUP : Surface supérieure de la cavité INF : Surface inférieure de la cavité sint : Sous-face de la toiture en contact avec l intérieur du bâtiment

2 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin Introduction Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet ANR CoolPV dont l objectif consiste à trouver des solutions permettant de réduire la température de fonctionnement des modules photovoltaïques intégrés au bâti. Cette diminution de température permet non seulement de favoriser un allongement de leur durée de vie, mais également d augmenter leur productivité [NORD 2005]. Au cours du projet deux solutions ont été étudiées, d une part favoriser la convection naturelle en sous face des modules et d autre part coupler le module à du matériau à changement de phase [JAY 2010]. Cet article se focalise sur la partie refroidissement du module photovoltaïque intégré au bâti par convection naturelle en sous-face du panneau. Ce thème a déjà été abordé notamment par [BRINK 1997], [FOS 2008], [WILS 2010]. Dans ce projet une campagne expérimentale en grandeur réelle et de la modélisation ont été menées en parallèle. Dans la première partie de cet article la maquette expérimentale et les résultats obtenus seront présentés. La seconde partie sera consacrée à la modélisation avec pour objectif de comparer deux approches numériques sur un cas de cavité ouverte inclinée en convection naturelle. Différentes configurations numériques plus ou moins complexes seront étudiées et comparées à l expérience dans la dernière partie. 2. Cas d étude Le cas d étude concerne une cavité ouverte à ses extrémités, inclinée de 25 et orienté Sud. Cette cavité est formée par la couverture de la toiture en haut et l isolation du bâtiment en bas. Les différentes couches de la toiture sont illustrées cidessous, de l extérieur vers l intérieur on a une étanchéité en bardeau de Bitume, un OSB, la cavité d une épaisseur de 95mm, un revêtement basse émissivité (ε cav,inf = 0,18), un OSB, une isolation de 90mm en LdV (Laine de Verre) et un pare-vapeur. La cavité mesure 5100mm de longueur et 550mm de largeur. Figure 1. Composition de la toiture du cas d étude Le cas d étude qui vient d être présenté correspond à la toiture d une cellule qui a été mise en place dans le cadre de la thèse de A.Brun [BRUN 2011]. Nous proposons sa description dans la partie suivante.

3 Rafraichissement de panneaux photovoltaïques intégrés en toiture par convection naturelle. Modélisation et comparaison avec des campagnes expérimentales Expérimentation Le cas d étude qui est proposé correspond à la toiture d une cellule expérimentale qui se trouve au CSTB de Saint-Martin d Hères. Au cours du projet, la couverture initialement composée d un panneau OSB revêtue d un bardeau de bitume a été remplacée par des panneaux photovoltaïques. Nous nous focaliserons ici sur la présentation de la première phase d expérimentation (OSB et bardeau bitume) et plus particulièrement sur la comparaison de l évolution de la température des éléments de couvertures selon deux configurations de cavité : ouverte (naturellement ventilée) (cf Figure 2:b) et fermée (cf Figure 2:c). La structure de cette cellule est de type ossature bois préfabriquée. Comme la Figure 2 permet de le remarquer, elle se compose de deux volumes mitoyens séparés d une isolation. Leurs géométries ainsi que leurs compositions sont strictement identiques. Chaque toiture est divisée en 3 cavités de taille identique, la cavité centrale constitue la cavité d essai. La Figure 2:a présente également la cellule et plus particulièrement le positionnement des instruments mesurant les conditions aux limites extérieures. Les principales variables météorologiques sont mesurées : Température, humidité, pression atmosphérique, vitesse et direction du vent ainsi que le rayonnement GLO et CLO. La différence de pression exercée par le vent entre les faces avant et arrière du bâtiment est mesurée à l aide d un transmetteur de pression. Du côté intérieur, les températures d air intérieur et de surfaces sont mesurées. b: Principe de circulation de l air c: Cavité non d: Principales dimensions a: Photo de la cellule ventilé de la cellule Figure 2. Positionnement des mesures de sollicitation, schéma de principe de circulation de l air et dimension de la cellule. L instrumentation est formée de mesure de températures (surface et air), de flux thermique et de vitesse d air. Les mesures de températures sont réalisées par des thermocouples de type T (cuivre/constantan) qui ont été étalonnés par comparaison à un thermomètre étalon. Cette opération a été réalisée avec l ensemble des thermocouples préalablement câblés au système d acquisition (Campbell CR1000 et multiplexeur AM25T). Pour les mesures de flux thermique nous avons utilisé des capteurs Captec d une surface de 50x50mm dont la sensibilité a été déterminée individuellement à l aide d un lambdamètre. Elle est de l ordre de 18 uv/(w/m²).

4 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin Enfin, la mesure de la vitesse d air est faite par un anémomètre à boule chaude (gamme 0,05 2,54 m.s-1) avec une exactitude de +/- 1% de l échelle et +/- 3% de la lecture. La mesure de la vitesse d air est réalisée à titre indicatif. En effet, nous l utiliserons afin de donner des tendances et non dans une démarche de validation/comparaison pour laquelle nous nous sommes tenus aux températures. Nous présentons ici les résultats de mesure obtenus pour les cavités ouvertes et fermées. Nous allons dans un premier temps présenter les sollicitations météorologiques correspondant à la séquence considérée. Figure 3. Sollicitations météorologiques pour la période du 21 au 27 Juin. La Figure 3 présente la séquence météo de six journées que nous avons retenue de par la diversité importante des sollicitations. La journée du 21 est une journée couverte pour laquelle le rayonnement direct est nul et l'éclairement diffus ne dépasse pas 400W/m². La différence des températures extérieures entre la nuit et le jour est réduite. La journée du 22, la couverture nuageuse est partielle, mais l'ensoleillement atteint des valeurs supérieures à celles relevées lors de journées plus dégagées La différence entre la température de l'air extérieur et la température de ciel oscille entre 5 C et 15 C. Les 23, 24, 25 et 26 Juin, le ciel est dégagé et l'ensoleillement global horizontal est proche de 900W/m². Le flux atmosphérique est tel que la différence entre température de ciel et température d'air est constante, proche de 15 C. La température d'air suit une rampe croissante dont la pente est approximativement de 2 C/jour. Figure 4. Températures mesurées à une distance de 290cm du pied de la toiture pour la cavité ouverte (CO) et à 250cm pour la cavité fermée ( CF). Les évolutions des températures mesurées au niveau de la face supérieures sont présentées sur la Figure 4. Ces résultats mettent en évidence la réduction de température par ventilation naturelle de la cavité. Si l on considère la température

5 Rafraichissement de panneaux photovoltaïques intégrés en toiture par convection naturelle. Modélisation et comparaison avec des campagnes expérimentales. 5 maximale journalière, les réductions de température par rapport à la CF pour les six journées considérées sont de 4 C pour la journée nuageuse et de 12 à 15 C pour les journées claires et ensoleillées. Figure 5 : Vitesse de l'air dans la cavité ouverte (CO) en fonction de la vitesse du vent et du rayonnement global pour la période du 16 au 25 Juillet. Par ailleurs nous avons constaté en examinant l évolution de la vitesse à l intérieur de la cavité, qu elle présentait des similitudes avec le profil de la différence de pression entrée/sortie induite par le vent. Afin d'évaluer la sensibilité de la vitesse d'air au rayonnement et à la pression induite par le vent nous avons tracé la vitesse de l'air dans la cavité en fonction de la vitesse du vent ainsi qu en fonction du rayonnement horizontal. Alors qu une relation entre la vitesse de l air et celle du vent apparaît nettement, la corrélation entre la vitesse d air et l ensoleillement est moins évidente. D après ce résultat, la prise en compte de l effet du vent dans les modèles semble être un élément important. Cette constatation sera confirmée par les résultats de simulation présentés dans la dernière partie. 4. Modélisation L objectif de cette étude numérique est de comparer deux approches numériques différentes puis de les confronter aux résultats expérimentaux, les résultats permettront de justifier l utilisation d outils simplifiés pour des simulations annuelles. En s appuyant sur le cas d étude présenté précédemment, plusieurs configurations de complexités croissantes ont été modélisées et sont décrites dans ce paragraphe. Les hypothèses qui demeurent inchangées au cours des différentes étapes sont les caractéristiques thermo-physiques des matériaux (hormis l émissivité de la face supérieure de la cavité, ε cav,sup = 0,9) et la géométrie. Le type de conditions aux limites et leur nature (permanente ou dynamique) varient d une étape à l autre. Etape 1: Dans cette étape on se place dans le cas de conditions aux limites imposées au niveau de la surface supérieure de la cavité. Dans un premier temps la condition est de type flux imposé (100W/m² constant) à l interface supérieure de la cavité. Dans un second calcul, on impose une température de 50 C. Dans les deux cas, une température uniforme de 25 C est imposée en sous-face du pare-vapeur.

6 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin Etape 2: Lors de l étape précédente, les conditions aux limites sont imposées en face supérieure de la cavité. Au cours de la deuxième étape, nous considérons des conditions plus réalistes. Le flux solaire incident ainsi que les échanges convectifs et radiatifs avec le ciel sont intégrés au calcul. Deux hypothèses sont faites au niveau de l écoulement dans la cavité. Un écoulement en convection forcée avec plusieurs débits de ventilation : 100, 150 et 200 m3/h puis dans un second temps un écoulement de type convection naturelle. Pour chaque cas, trois niveaux d éclairement ont été imposés (600, 800 et 1000 W/m²). L influence de l émissivité de la cavité inférieure de la lame d air a également été étudiée en menant des calculs avec ε cav,inf = 0,9 et 0,15. Etape 3 : On considère dans cette étape une configuration identique à celle de l étape 2, mais en imposant les sollicitations météorologiques dynamiques observées lors de la campagne d essais du 16 au 22 juillet Ces dernières sont illustrées sur les figures ci-dessous. Deux variantes sont considérées pour cette configuration. La première concerne la prise en compte de la convection sur la face externe du domaine, en considérant soit un coefficient d échange constant (h=10w/(m²k)) soit un coefficient tenant compte de la vitesse du vent selon la corrélation de Sharples et Charlesworth [SHAR 1998], [PALY 2008] (h= v W/(m²K) avec V en m/s). Dans le deuxième, on s intéresse à l influence de la différence de pression induite par le vent entre l entrée et la sortie de la conduite. Cette différence qui a été mesurée expérimentalement est imposée en entrée du modèle et les résultats sont comparés à ceux obtenus avec des conditions d entrée et de sortie libres. Les résultats de ces trois configurations de calcul seront comparés aux données expérimentales. Figure 6. Sollicitations météorologiques du 16 au 22 juillet 2010 (Température et rayonnement). 5. Description des modèles utilisés Nous avons utilisé deux approches pour chacune de ces configurations : une approche CFD, en utilisant le logiciel commercial ANSYS Fluent et une approche de modélisation nodale intégrée dans l environnement SPARK. Modélisation Volumes Finis à l aide de ANSYS Fluent

7 Rafraichissement de panneaux photovoltaïques intégrés en toiture par convection naturelle. Modélisation et comparaison avec des campagnes expérimentales. 7 ANSYS Fluent est un logiciel de CFD permettant de résoudre les équations de Navier Stokes par la méthode des volumes finis. Plusieurs étapes sont nécessaires pour réaliser une simulation : la discrétisation spatiale du domaine de calcul, le choix des phénomènes physiques à simuler et les modèles numériques associés, enfin la définition des conditions aux limites adéquates. Pour ces simulations les choix suivants ont été faits : le maillage est réalisé sous Gambit 2.4. La géométrie étant particulièrement simple, le maillage est composé exclusivement de mailles rectangulaires. Les quatre zones sont maillées (isolant, OSB, lame d air, OSB), il y a environ mailles. Une attention particulière est portée en proche paroi ou les mailles ont une épaisseur de 0,25mm ce qui correspond à un y + de l ordre de 1. l écoulement étant a priori turbulent, le modèle de turbulence utilisé est le «Reynolds stress model» qui est plus performant que les modèles k-ε mais qui nécessite un temps de calcul plus important [CHEN 1995]. Vu l épaisseur de la lame d air, l air est considéré transparent pour le rayonnement et seuls les échanges surfaciques sont pris en compte (modèle «surface to surface» de Fluent). L approximation de Boussinesq est prise en compte. Modélisation zonale à l aide de SimSpark SIMSPARK est une plateforme de simulation basée sur le solveur d'équations SPARK qui a été développée au sein du LBNL. Son utilisation en France a débuté depuis maintenant plus de quinze ans et de nombreux développements, orientés physique du bâtiment ou systèmes, ont été réalisés avec cet outil [WUR 1995]. L approche qui est utilisée est de type nodale. La toiture est décomposée selon la longueur en un nombre restreint de tronçons sur lesquels les grandeurs thermophysiques sont considérées uniformes. Sur chaque tronçon, les bilans thermiques sont écrits aux interfaces des volumes élémentaires. Les transferts convectifs sont calculés à partir de corrélations issues de la littérature du type Nu=f(Ra). On assimile les surfaces à des corps gris et l on fait l hypothèse que les échanges radiatifs interviennent seulement entre les faces inférieures et supérieures d un même tronçon (pas d échanges radiatifs entre tronçons). Les faces latérales ne sont pas modélisées (géométrie 2D) Les températures de sortie des tronçons sont liées aux températures d entrées des tronçons suivants, ceci en fonction du sens de circulation de l air. Finalement, le calcul des débits d air dans la cavité est issu du couplage entre l équation de conservation de l énergie et du bilan de pression réalisé sur un parcours comprenant l ensemble des tronçons ainsi que le milieu extérieur. Ceci forme un système d équations couplées pour les variables thermiques et aérauliques, qui est résolu par le solveur Spark. 6. Résultats du Benchmark

8 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin Etape 1: A flux imposé, les différents outils donnent des résultats très proches en ce qui concerne les flux aux parois mais de grosses différences pour les débits. On obtient par exemple dans le cas avec rayonnement (ε cav,inf = 0,9), un débit de 114 m3/h avec l approche nodale et de 82 m3/h pour le calcul Volumes Finis (VF). Le faible débit calculé dans ce dernier cas est compensé par une température moyenne de l air en sortie largement supérieure à celle du calcul nodal, et les bilans enthalpiques sont aux finals très proches (253W pour l approche nodale et 249W pour l approche VF). Figure 7. Etape 1, température de la cavité supérieure en fonction de la distance à l'entrée Au niveau des températures, illustrées sur la Figure 7, on remarque que la température de la cavité supérieure calculée par l approche VF met environ 2m à s établir, contrairement à celle calculée par l approche nodale où l on ne distingue pas de zone d établissement de l écoulement. Lorsque l écoulement est établi en VF, les températures obtenues par les deux approches sont assez proches. A température de surface imposée, l approche VF et le modèle nodal donnent des différences importantes sur les flux échangés entre les différentes surfaces. Les plus grands écarts s observent au niveau du flux convectif sur la paroi supérieure de la lame d air, pour lequel on observe des écarts de 30%. On constate que la différence de traitement des échanges convectifs au sein de la lame d air est beaucoup plus visible à température imposé qu à flux imposé. On observe aussi une différence très nette des profils à proximité de l entrée de la cavité. Etape 2 : Dans le cas d un écoulement de convection naturelle, les bilans de flux thermiques entre les deux approches donnent des résultats assez proches. Les principaux écarts se trouvent sur le flux rayonné par la face supérieure. Les débits de masse sont proches entre les deux outils et les températures moyennes de surfaces observées pour les 3 valeurs des flux imposées sont voisines. Comme la température moyenne de la cavité supérieure conditionne le rendement des modules PV, c est une grandeur clef de notre étude et il est intéressant de constater que l approche simplifiée permet une bonne approximation de cette température.

9 Rafraichissement de panneaux photovoltaïques intégrés en toiture par convection naturelle. Modélisation et comparaison avec des campagnes expérimentales. 9 Figure 8. Etape 2b, profils de température de la cavité supérieure. La Figure permet d observer que même si les températures moyennes de surface sont très proches, les profils sont cependant sensiblement différents. La température modélisée par l approche VF est toujours inférieure à celle modélisée par l approche nodale dans les zones proches des extrémités. Cette tendance s inverse dans la partie centrale de la conduite. Etape 3 : Dans cette étape, nous comparerons les résultats des modélisations aux données expérimentales. Pour une raison de lisibilité, nous avons seulement post-traité la température moyenne de la cavité supérieure. Pour quantifier objectivement les écarts entre les températures simulées et observées, on utilisera la moyenne des écarts absolus entre la température expérimentale et celles modélisées à chaque pas d observation i. Le tableau ci-dessous présente les moyennes journalières des écarts absolus de température sur la période du 16 au 22 juillet Les nuits ne sont pas incluses dans les données de ce tableau car les modules photovoltaïques ne produisent pas d électricité la nuit. La moyenne sur les 6 jours est indiquée également. Le modèle simplifié ne permet pas de prendre en compte les pressions induites c est pourquoi les résultats ne sont pas présentés pour cette approche. Cette étape permet d observer la réponse des outils de simulation en régime dynamique et de les comparer avec les relevés expérimentaux (Figure 6). On note que la prise en compte du vent amène une amélioration globale mais peut entrainer ponctuellement une dégradation des résultats. Sur une période de 6 jours, la moyenne des écarts absolus est de 1,3 C pour l approche VF et 2,2 C pour l approche nodale. Même si globalement l approche VF est plus performante que le modèle simplifié, celui-ci permet de représenter plus que qualitativement l évolution des températures. En termes de productivité, la perte de rendement des modules PV utilisés due à la température est de 0,43%/ C. Les écarts de température entre observation et simulations sont en moyenne inférieurs à 2,5 C et ne pourraient donc engendrer des erreurs de prédiction sur la production électrique inférieures à 1%.

10 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin Tableau 1. Moyenne absolue des écarts journaliers ( C) entre l expérimentation / simulations pour les périodes ensoleillée. Approche VF Approche nodale h=cst Corrélation de Sharples Avec prise en compte des pressions induites h=cst Corrélation de Sharples 16/07/2010 1,832 1,718 1,517 1,729 1,511 17/07/2010 0,896 0,412 1,596 2,587 1,606 18/07/2010 5,594 3,063 1,846 8,692 4,957 19/07/2010 1,486 1,036 1,008 3,323 2,826 20/07/2010 1,805 1,441 1,344 1,675 1,670 21/07/2010 1,370 1,422 0,888 0,580 0,424 Moyenne 2,164 1,515 1,366 3,098 2,166 Il faut aussi garder à l esprit que les résultats expérimentaux présentent toujours une certaine incertitude, due à la mesure mais également à la présence d ombrages proches qui ne sont pas intégrés aux modélisations. Il faudrait de plus étendre la période de comparaison pour s assurer que pour les prédictions des modèles sont correctes pour tous types de sollicitations météorologiques. Figure 9. Comparaison des températures en sous-face de la toiture. 7. Conclusion Cette étude, qui s inscrit dans le cadre du projet ANR CoolPV, a permis de comparer, au travers de différentes étapes, deux approches de modélisation sur un cas de cavité ouverte inclinée en convection naturelle. D une part une approche nodale utilisant le solveur d équations Spark, et d autre part le logiciel de CFD Ansys-Fluent. Le cas d étude s appuie sur une configuration réelle d une campagne [BRUN, 2011]. Deux cellules jumelles ont été mises en parallèle, une pour laquelle la cavité est ouverte, l autre pour laquelle la cavité est fermée. Cette campagne a permis de créer une base de données expérimentale utile au benchmark numérique entre les 2 approches de modélisation, ainsi qu à l évaluation du gain apporté par la ventilation en sous-face de la toiture. Les deux modélisations donnent globalement les mêmes moyennes de températures, mais on observe des différences sur les profils de températures des modules en lien avec la finesse de l approche

11 Rafraichissement de panneaux photovoltaïques intégrés en toiture par convection naturelle. Modélisation et comparaison avec des campagnes expérimentales. 11 retenue. Sur la période estivale de 6 jours mesurée en site réel, les résultats sont très satisfaisants. La moyenne des écarts absolus obtenus entre les mesures expérimentales et les simulations est de 1,3 C pour l approche VF et de 2,2 C pour l approche nodale. Ces écarts de température modélisée sur cette période engendreraient des erreurs sur la prédiction de la production électrique inférieures à 1%. L ensemble de cette étude a permis de s assurer de la cohérence des résultats fournis par l approche développée avec l outil SPARK qui sera utilisée par la suite pour quantifier l impact des solutions proposées sur une échelle de temps annuelle et non plus restreinte à quelques jours. Une des nombreuses perspectives de ce travail serait d établir des corrélations permettant de calculer les nombres adimensionnels intervenant dans ce problème de convection naturelle (Ra, Nu) avec la CFD pour alimenter et améliorer le modèle réduit. 8. Bibliographie [ANSYS] ANSYS-Fluent, Fluent User s Guide. [BRINK 1997] Brinkworth, B.J., Cross, B.M., Marshall, R.H., Yang, H., Thermal regulation of photovoltaic cladding. Solar Energy 61 (3), , [CHEN 1995] Chen.Q (1995) Prediction of room air motion Reynolds-stress models. Building and environnement, vol 31 [BRA 2011] Brangeon.B, Bastide.A, Joubert,P (2011). Numerical investigation of natural convection in a cavity using an open geometry. IndoorAir, Austin. [BRUN 2011] Brun, A. Amélioration du confort d'été dans des bâtiments à ossature par ventilation de l'enveloppe et stockage thermique, Thèse de doctorat, Université de la Grenoble, [FOS 2008] M.Fossa, C.Ménézo, E Leonardi, Experimental natural convection on vertical surfaces for building integrated photovoltaic (BIPV) applications. Experimental thermal and fluid science 32, [LAW 2003] Lawrence Berkeley National Laboratory et Atyres Sowell Associates Inc. SPARK 2.0 refernce manual, 188p, (2003). [JAY 2010] Jay.A, Clerc.S, Boillot.B, Bontemps.A, Jay.F Use of phase change material (PCM) in order to maintain the temperature of integrated PV modules at a reasonable level. 25th EU PVSEC, (2010). [NORD 2005] Nordmann, T., Clavadetscher, L. Understanding temperature effects on photovoltaic system performance, [PALY 2008] Palyvos, J. A survey of wind convection coefficient correlations for building envelope energy systems modeling. Applied Thermal Engineering, Volume 28, [SHAR 1998] S. Sharples, P. Full-scale measurements of wind-induced convective heat transfer from a roof-mounted flat plate solar collector.solar Energy, Volume 62, 69-77, [WIL 2010] Wilson J, Manosh C. Paul, Effect of mounting geometry on convection occurring under a photovoltaic panel and the corresponding efficiency using CFD Solar Energy 85, [WUR 1995] Wurtz, E. Modélisation tridimensionnelle des transferts thermiques et aérauliques dans le bâtiment en environnement orienté objet, Thèse de doctorat, Ecole nationale des Ponts et Chaussées, 1995.

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique.

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Rémy GREFFET 1, Ghislain MICHAUX 1, Patrick SALAGNAC 1*, Jean-Baptiste RIDORET 2 1 Laboratoire des Sciences de l'ingénieur pour

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau.

Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau. Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau. Gondre Damien 1, Savoyat Jérôme 1, Johannes Kévyn 1, Virgone Joseph 1 1 CETHIL, UMR 5008, Université

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Si chaib amel #1, Aliane Khaled *2, Sari Hassoun Zakaria #3 # Laboratoire MECACOMP, Université d Aboubekr Bekaid Tlemcen Université

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové

Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové Virginie Renzi 1, Françoise Burgun 1 1 INES RDI / CEA Institut National de l Energie Solaire Savoie Technolac, BP 332,

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

Simulation 06-11-2013

Simulation 06-11-2013 Conception d'un système de ventilation décentralisée : retour d'expérience sur l'intérêt de la simulation thermique dynamique et de la CFD Luc Prieels, Greencom Projet GREEN+ Groupe de REcupération d ENergie

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest Les outils de simulation Myriam HUMBERT CETE Ouest Outils de simulation pour la GPE Objectif Ø Recommandations pour la mise en œuvre des calculs dans le cadre d une GPE ü Analyse qualitative des outils

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Patrick DUPEYRAT 1,2*, Hervé PABIOU 2, Gérald KWIATKOWSKI 3 MENEZO 2,4 et Christophe 1 Fraunhofer-Institut

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : U N E N O U V E L L E P R A T I Q U E D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T Pour les bâtiments et à l'échelle

Plus en détail

GSE AIR SYSTEM V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains

GSE AIR SYSTEM V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains AÉROVOLTAÏQUE V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains Photos non contractuelles www.gseintegration.com L'alliance des économies d'énergie et du confort thermique Édito L énergie solaire est indispensable

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR IX ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 18-20 mai 2009, Lille ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie Basés sur le changement de phase d un matériau à base de

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Quand solaire thermique et photovoltaïque s'unissent... le PV-T. Grand Prix de l Innovation

Quand solaire thermique et photovoltaïque s'unissent... le PV-T. Grand Prix de l Innovation Quand solaire thermique et photovoltaïque s'unissent... le PV-T. Grand Prix de l Innovation Solaire 2G S.A.S. - 28 mai 2013 - Présentation CleanTuesday Paris «Energie Solaire» Vision Technologie Applications

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts)

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts) Mur mitoyen église - BA13 - ITE laine de verre (ép. 10cm) - Mur en pierre ép60cm Toit - BA13 - Laine de verre (ép. 24cm) - OSB+lame d air -Couverture en ardoise Mur MOB - OSB - Fibre de bois HD (ép. 12cm)

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Résumé : Abstract: Mots clefs : thermocouple, caractérisation dynamique, couche mince, transferts de chaleur radiatifs, convectifs.

Résumé : Abstract: Mots clefs : thermocouple, caractérisation dynamique, couche mince, transferts de chaleur radiatifs, convectifs. Caractérisation numérique et expérimentale en phase transitoire d une sonde de température dans une enceinte close sous vide et à la pression atmosphérique Y. OGHMANE, R. GLISES, E.GAVIGNET, F. LANZETTA,

Plus en détail

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de Orange Labs l architecture David Nörtershäuser, Recherche & Développement Stéphane Le Masson,

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 14) : EF-EPF-MGE 2014, 8-10 JUILLET 2014, ENS CACHAN, FRANCE Influence de la géométrie du conducteur sur la dans un poste sous enveloppe métallique Nesrine REBZANI 1,2,3,

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre

Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre Grenelle de l'environnement 9 juillet 2008 Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre En 1974, année du premier choc pétrolier, la France mettait en place une réglementation thermique afin de

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Étude d un système solaire thermique : Effet de l orientation des panneaux solaires

Étude d un système solaire thermique : Effet de l orientation des panneaux solaires Étude d un système solaire thermique : Effet de l orientation des panneaux solaires Saoussen Khalfallaoui, Dominique Seguin, Moulay Ahmed Adelghani-Idrissi LSPC Université de Rouen IUT 8 Rue Lavoisier

Plus en détail

SERVATHIN : Des solutions personnalisées. Caractéristiques techniques. Technical Data VEINE D'AIR AIRFLOW CIRCUIT

SERVATHIN : Des solutions personnalisées. Caractéristiques techniques. Technical Data VEINE D'AIR AIRFLOW CIRCUIT Application Moyens d essais climatiques Banc de caractérisation de face avant véhicule Branche Industrie automobile Industrie de sous-traitance automobile Application L installation est composée d une

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 265 273 Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure D. Medjelekh * Laboratoire de l Architecture Bioclimatique et

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Confort thermique d un local d habitation: Simulation thermoaéraulique pour différents systèmes de chauffage

Confort thermique d un local d habitation: Simulation thermoaéraulique pour différents systèmes de chauffage Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 1 (2012) 91 102 Confort thermique d un local d habitation: Simulation thermoaéraulique pour différents systèmes de chauffage F. Boudali Errebai 1*, L. Derradji

Plus en détail

Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique

Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique Mathieu CREYSSELS, Simon PRIGENT, Yixian ZHOU, Jianjin XIN, Christian NICOT, Philippe CARRIÈRE Laboratoire de Mécanique des Fluides et Acoustique,

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires Rev. Energ. Ren. : Journées de Thermique (2001) 47-52 Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires C. Bouden et N. Ghrab-Morcos Laboratoire d Energie Solaire, Ecole

Plus en détail

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés 12 eme FORUM CADFEM EPFL Lausanne 8 Septembre 2015 Aniko Rakai CERN EN-CV, équipe CFD 9/17/2015 A. Rakai Forum

Plus en détail

Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique

Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique A. BOUHANGUEL, P. DESEVAUX, E. GAVIGNET Institut FEMTO-ST, Département ENISYS, Parc Technologique, 2 Avenue

Plus en détail

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! 09/2013 Multifit 032-15% Déduction fiscale de 30% (épaisseurs : 120, 140 et 160 mm) Pare-vapeur LDS et accessoires -10% Multifit 035-10%

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES TOITS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Validation d un modèle CFD Thermique pour un système de Double Embrayage à Sec.

Validation d un modèle CFD Thermique pour un système de Double Embrayage à Sec. Validation d un modèle CFD Thermique pour un système de Double Embrayage à Sec. Anthony LEVILLAIN 1,3,*, Pascale BRASSART 1, David DEMARE 2, Béatrice PATTE- ROULAND 3 1 VALEO Transmissions, Centre d'etudes

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques Projet GEOSOL Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques date de notification : juin 2003 Qualité énergétique, environnementale et sanitaire Préparer le bâtiment à

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Séminaire Rénovation des toitures plate

Séminaire Rénovation des toitures plate Séminaire Rénovation des toitures plate CCBC 5 décembre 2013 Rénovation et isolation des toitures plates en béton Stéphanie DEMEULEMEESTER FACILITATEUR BATIMENT DURABLE Spécialiste ENVIRONNEMENT 1. Introduction

Plus en détail

Manuel de validation Fascicule v4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques

Manuel de validation Fascicule v4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques Titre : TTLV100 - Choc thermique dans un tuyau avec condit[...] Date : 02/03/2010 Page : 1/10 Manuel de Validation Fascicule V4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques Document : V4.25.100

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Auteur : Bastien GARBAY. Mars 2011

Auteur : Bastien GARBAY. Mars 2011 Notes techniques et réflexions Présentation des différentes méthodes de détermination de l efficacité d un échangeur double flux Traduction d un article de Eberhard Paul (Paul Lüftung) Auteur : Bastien

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

Caractérisation numérique et expérimentale des perturbations engendrées par la présence de tables ostréicoles

Caractérisation numérique et expérimentale des perturbations engendrées par la présence de tables ostréicoles XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.012-K Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Caractérisation

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Silex. Silex. SEAR & Solid Wood Life

Silex. Silex. SEAR & Solid Wood Life SEAR & Solid Wood Life Silex Présentent les panneaux Silex Panneaux de bardage Panneaux frigorifique Panneaux de toiture Leader en fabrication de panneaux sandwich de haute technologie société qui regarde

Plus en détail

Projet CFD sous ANSYS-CFX

Projet CFD sous ANSYS-CFX EN5 Projet CFD sous ANSYS-CFX DURGET Xavier FRESSE - Jérémy GAZZOTTI - Loïc INTRODUCTION : On recherche dans ce projet une solution optimale pour assurer le refroidissement d'une habitation la nuit en

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

Acoustique et thermique

Acoustique et thermique Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule 2. Étude de systèmes constructifs 29 Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule Les bonnes solutions thermiques n améliorent pas forcément l acoustique!

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail