Prédiction des effets des explosions et de réponse des structures pyrotechniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prédiction des effets des explosions et de réponse des structures pyrotechniques"

Transcription

1 Prédiction des effets des explosions et de réponse des structures pyrotechniques Jean-Pierre Languy, TECHNIP 1. INTRODUCTION La prédiction des effets des explosifs intéresse en premier lieu le chimiste qui met aux points de nouveaux explosifs et en aval de celui-ci tous les industriels et militaires qui mettent en œuvre des explosifs. En effet ceux-ci ont toujours cherché à faire de nouveaux explosifs plus puissants (en pression, en impulsion, en gaz ) et/ou plus sûrs d usage. La prédiction des intensités des explosions est donc une de leurs tâches pour mesurer les progrès des nouveaux produits par rapport aux anciens. Certains industriels et les militaires, une fois les intensités connues, chercheront ensuite à prédire les effets des intensités. Cette prédiction intéresse aussi les chargés de sécurité pyrotechniques car il n est pas possible de concevoir des installations fournissant un haut niveau de sécurité au personnel fabriquant ou utilisant des explosifs et aux riverains si on est incapable de prédire les effets d une détonation accidentelle et de dimensionner des ouvrages de protection. Nous pourrions en déduire que la "science de la prédiction des effets" doit donc être très ancienne et très précise vu que celle-ci intéresse de nombreux acteurs pyrotechniques. Ce serait probablement le cas si la prédiction des effets des explosions était simple ou relativement simple à réaliser. En fait le problème est très complexe au niveau de la prédiction des ondes de choc en géométrie 3D puis du calcul de structures car souvent celles-ci sont en béton armé ; un matériau composite très délicat à modéliser lorsque l on souhaite l étudier au-delà de sa limite élastique. En conséquence nous verrons que la science de la prédiction des effets des explosions n a pas plus de 40 ans et qu il reste encore aujourd hui des progrès à accomplir pour qu il soit permis de dire que les prédictions sont "parfaites". Dans la suite de ce document le sujet de la prédiction des effets des explosions et de la réponse des structures est exclusivement abordé sous l aspect Sécurité ; l objectif étant de démontrer comment un chargé de sécurité fera la prédiction pour protéger des personnes des explosions. Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

2 2. METHODOLOGE GENERALE POUR LA PREDICTION DES EFFETS La prédiction des effets des explosions sur des bâtiments et ouvrages divers nécessite que soient traités successivement : un problème détonique pour obtenir les P(t) dans le champ proche, un problème de mécanique des fluides pour prédire les P(t) au-delà du champ proche, un problème de résistance des matériaux sachant que le sujet est "très dynamique" et qu il va généralement falloir modéliser les matériaux au-delà de leur limite élastique vu l intensité des efforts. un problème constructif ; le modélisateur devant s interfacer avec un homme de construction pour ne pas proposer une solution théoriquement bonne mais non réalisable. Ensuite il faudra transformer des notes de calcul souvent complexes en spécifications constructives (armatures en diamètres et écartements dans le béton, ancrage de portes ). Il apparait de suite que ces quatre domaines étant vraiment différents les uns des autres, cela peut conduire à utiliser des sociétés spécialisées dans chaque domaine. Ceci est possible mais il faudra être très vigilant sur les interfaces car certaines sont vraiment "piégeuses". Pour réduire le risque lié aux interfaces, l idéal est bien sûr une équipe dans une même société qui maîtrise les quatre sujets et qui est habituée à travailler sur la problématique. Les quatre problèmes à résoudre et listés ci-avant vont être explicités dans les chapitres suivants. 3. LA PREDICTION DES SOLLICITATIONS Nous entendons par sollicitations : les surpressions, les éclats, les flux thermiques. Dans cette courte présentation nous ne traiterons que le premier sujet sachant que : Le sujet des éclats est très militaire et qu en sécurité industrielle il n est pas développé de méthodologies particulières mais utilisé les modèles classiques de type Mott, Gurney, Taylor pour caractériser les éclats à la source puis des formules semi empiriques calées sur essais (THORR, TM ) pour étudier les pénétrations-perforations. Quand les éclats sont de très grandes tailles et posent plus un problème de tenue globale du receveur qu un problème Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

3 de pénétration, il est utilisé les logiciels numériques tels LS-DYNA (voir le chapitre qui concerne ce type de méthodologie de calcul) pour appréhender le problème. Le sujet des flux thermique n a pas besoin d être pris en considération lors de l étude des effets de détonations puisque les durées de ces flux sont très courtes et donc les flux sans effets réels sur les structures (surtout si on compare ces effets à ceux de l onde de choc aérienne). 3.1 Historique La prédiction du pic de surpression en un point donné à une certaine distance d un explosif est possible probablement depuis le milieu du vingtième siècle. Nous verrons cependant que caractériser complètement et correctement une onde de choc aérienne a nécessité des capteurs de surpression à temps de réponse adapté et que même dans les années beaucoup de travaux comportaient des erreurs (par exemple le TM qui était LA référence pour la prédiction des effets d explosion). Il convient ensuite de noter que : connaître précisément le signal de pression P(t) en un point dans une configuration plane et dépourvue d obstacles est un préalable, mais que ceci est totalement insuffisant si ensuite on ne sait pas prendre en compte les réflexions de tout ordre lorsque l explosion est intérieure à un local et/ou les effets des obstacles entre le donneur et le receveur puis les problèmes d atténuation/amplification dus à la géométrie propre du receveur. Il est évident que faire cette étude de mécanique des fluides pour quantifier précisément les surpressions effectives subies par un receveur n a pas d intérêt si ensuite on ne sait pas calculer le comportement des structures à ce champ de surpression dynamique. En conséquence nous pouvons constater que ces deux sujets furent développés conjointement dans les années 70 afin de créer le premier document "public" complet sur ces sujets : le TM Dans ce document il existe des méthodes pour prédire : les surpressions effectives "en champ proche" c'est-à-dire dans le local où à lieu l explosion, les surpressions effectives "en champ lointain" c'est-à-dire sur un receveur éloigné de l explosif donneur lorsque la géométrie entre donneur et receveur est simple (pas d obstacles ou presque pas d obstacles). Cet ouvrage (le TM5 1300) ne proposait lors de sa publication en 1968 que des méthodes semiempiriques. Sous cette terminologie nous désignons des méthodes qui ne sont pas strictement physiques mais qui combinent des résultats expérimentaux (mesures par capteurs de pression) et des lois d extrapolations physiques, ou "logiques". Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

4 Bien évidemment, entre 1968 et aujourd hui, sont apparues les méthodes CFD (Computational Fluid Dynamic) qui permettent de traiter via les volumes finis la propagation d un champ de surpression au cours du temps. En fait traiter le sujet en CFD a toujours été complexe et le reste car : dans le champ très proche de l explosif le problème à résoudre est de la détonique, dans le champ intermédiaire et lointain, le problème est relativement simple au niveau des gaz puisque non réactif mais souvent très complexe au niveau de la propagation car des obstacles vont rendre le problème très tridimensionnel. En sécurité industrielle il est difficile de dire quand les techniques CFD ont débutées car les premières tentatives étaient "pour voir" plus que pour supplanter les méthodologies semiempiriques explicitées ci-avant. En sécurité il est probable que les premiers calculs CFD de prédiction de surpression aient été réalisés dans les années mais avec des logiciels internes (c'est-à-dire développés par les centres de recherches et non achetables). Il a fallu attendre les années 2000 pour pouvoir utiliser des logiciels publics ; une majorité d entre eux ne traitant pas la partie détonique cependant. En 2009 TECHNIP estime que la majorité des calculs de propagations d onde de choc reste effectuée via des méthodes semi-empiriques mais ceci pour des raisons économiques. En effet les calculs CFD sont fiables et apportent une précision supérieure aux calculs semi-empiriques mais ils restent coûteux par rapport au budget global généralement consacré à une étude de sécurité Les méthodologies de prédiction des surpressions Dans le paragraphe précédent nous avons vu que pour prédire les surpressions d une explosion, nous pouvons utiliser : soit une méthode semi-empirique, soit une méthode numérique (CFD). Il faut noter qu il est aussi possible d avoir recours à une modélisation sur maquette. Cette méthodologie est théoriquement très ancienne puisque elle date des travaux de Hopkinson Sachs qui dès 1918 montraient qu il était possible de faire des mesures sur des maquettes à échelles réduites puis d obtenir les valeurs réelles de pression et impulsion à échelle 1 en utilisant des coefficients correctifs (1 pour la pression et celui de l échelle pour l impulsion). Le recours à des essais reste en 2009 une possibilité intéressante. Il reste cependant souvent des limitations à leur usage qui sont le délai et le coût ; mais aussi le faible nombre de capteurs disponibles dans beaucoup de centres d essais alors que beaucoup de problèmes "très complexes géométriquement" nécessitent l enregistrement de surpression en des dizaines de points. Alors il sera probablement privilégié le CFD. Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

5 Méthodes semi-empiriques Le principe de ces méthodes est simple puisque ce ne sont que des résultats de mesures lors d essais complétés de lois d extrapolation pour pouvoir traiter un nombre important de configurations. Ceci a permis aux auteurs de publier des abaques dans des ouvrages tels le TM Il faut noter que le nombre de paramètres influant sur le résultat : est faible quand c est la propagation d une onde de choc issue d un explosif externe en terrain plan qui est étudié vers un bâtiment receveur (mais ce cas "militaire" n existe pas au sein d une usine lorsque l on fait de la sécurité industrielle), est parfois élevé quand entre le donneur et le receveur il y a un certain nombre d obstacles, et est toujours élevé quand on évalue les surpressions dans un local donneur, les paramètres étant au nombre de 6, ce qui fait que cela conduit à proposer 400 abaques dans un document tel le TM La configuration la plus simple est bien sûr la charge TNT hémisphérique en terrain plan et nu qui a permis de tracer l'abaque "de référence suivante". Figure hemispherical Positive TNT explosion phase shock on the wave surface parameters at sea level for a hemispherical TNT explosion on the surface at sea level Positive phase shock wave parameters for a Pr, psi Pso, psi Ir, psi-ms/lb^(1/3) Is, psi-ms/lb^(1/3) ta, ms/lb^(1/3) to, ms/lb^(1/3) U, ft/ms Lw, ft/lb^(1/3) 10 Avec : Pso = pic de pression incidente PR = pic de pression réfléchie Iso = impulsion incidente Ie = impulsion réfléchie Ta = temps d arrivée de la surpression to = durée de la surpression positive v = vitesse du front d onde Lw = longueur d onde 1 0,1 0,01 0,005 0,1 0, Scaled Distance Z = R/W^(1/3) Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

6 Bien sûr de nos jours les abaques sont devenus des logiciels mais ceux-ci ne font qu interpréter des résultats d essais comme le faisaient les abaques. Il faut noter que lorsque l on cherche les courbes P(t) en différents points Ai des parois d un local donneur, celles-ci ont un profil très différent d un point à un autre Ai car les combinaisons de réflexions sont fonction de la position de l explosif et du point considéré dans le donneur. A l'extérieur du local les propagations d'onde sont aussi très complexes et il existe de grandes différences entre les courbes P(t) des points Pi. Cette "ultra sensibilité" du profil de surpression P(t) à de nombreux paramètres pourrait inquiéter sur la sécurité des calculs dans leur globalité et de la sécurité des bâtiments. En fait nous verrons dans la suite de cette note que les structures donneuses soumises à de fortes surpressions ne sont pas trop sensibles à la forme des courbes P(t) mais principalement aux impulsions qui sont les intégrales des courbes P(t). Ces impulsions dépendant beaucoup moins de la position exacte de l explosif et du point considéré, cela permet de dire que les calculs sont valides même si une certaine incertitude existe sur les positions de l explosif et sur les courbes exactes P(t) au niveau du mur étudié. Méthodologie CFD Les codes CFD, pour Computational Fluid Dynamics (ou Mécanique des fluides numériques en français), sont des outils dédiés à la résolution numérique des problèmes de mécanique des fluides. L ensemble des équations gouvernant le comportement des fluides (Equation de Navier Stokes, Equations d Euler, ) sont alors résolues dans un domaine géométrique préalablement discrétisé en volumes élémentaires (maillage). Leur utilisation est aujourd hui largement répandue dans les domaines de l automobile, l aéronautique, la marine, la défense, l énergie, la thermique ou la sécurité industrielle (liste non exhaustive). L intérêt croissant porté à ce type d outils ces dernières années peut s expliquer d une part par leur complémentarité avec les essais expérimentaux (il est possible avec la CFD de réaliser des mesures non intrusives, de réaliser des études de sensibilité relativement rapidement, ), et d autre part par leur capacité prédictive (indispensable pour les cas qui ne peuvent pas faire l objet d un essai). Il existe des codes CFD généralistes, qui permettent en théorie de gérer tous les types de problèmes, et des codes CFD plus spécialisés dont l utilisation est restreinte à un ou plusieurs Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

7 types de problèmes spécifiques (code CFD pour les problèmes d explosion, code CFD pour les problèmes d incendie, ). Pour ces derniers, les équations de comportement sont généralement résolues en implémentant certaines hypothèses spécifiques au domaine d application (ce qui permet notamment de gagner du temps de calcul). Les performances des outils CFD restent en effet fortement liées aux ressources de calculs à disposition (puissances des ordinateurs, nombre de processeurs, ). Aujourd hui, les calculs CFD ne permettent pas de résoudre les problèmes "en temps réel" (le temps de calcul nécessaire est en général bien supérieur à la durée du phénomène à simuler). De plus ils n ont pas atteints encore un degré de maturité suffisant pour pouvoir s affranchir entièrement de la nécessité de réaliser des essais expérimentaux. La plupart des codes CFD comportent une part d empirisme (constantes de calibration, formules empiriques pour certains phénomènes, ) et les résultats fournis peuvent encore comporter un certain degré d incertitude. Les outils CFD sont à considérer comme des outils d aide à la décision. Dans le domaine de la sécurité industrielle, l usage des outils CFD s est vite révélé intéressant d une part car il n est pas envisageable de réaliser systématiquement des essais à grandes échelles, et d autre part car l utilisation des formules analytiques ou empirique simples s avèrent vite limitée (non prise en compte de la géométrie du domaine notamment). C est notamment dans le domaine de l explosion que les premiers développements ont été réalisés. Dans les problématiques pyrotechniques, la modélisation du terme source par des outils CFD peut vite s avérer problématique. D un point de vue physique, la modélisation de la propagation d une onde de choc dans un solide, ainsi que la chimie de la combustion du solide nécessite des modèles supplémentaires par rapport aux modèles couramment utilisés ceux utilisés pour prédire les écoulements de fluide. De plus les échelles caractéristiques des phénomènes peuvent être différentes de plusieurs ordres de grandeurs. En effet une charge solide classique a un volume très faible (< 1m 3 ) en regard des dimensions du domaine de propagation potentielle des effets de surpressions qu elle engendre (plusieurs centaines de mètres). Au final, la puissance de calcul nécessaire risque de devenir rapidement rédhibitoire. Une approche classique pour simplifier le problème consiste à ramener le phénomène de combustion du solide à une libération rapide d énergie. De cette façon, la chimie, ainsi que la propagation d ondes dans le solide n a plus besoin d être explicitement modélisée. Ce type de modélisation a déjà été utilisé par plusieurs auteurs (A.C van den Berg 2008, Ivings et al 2001) avec des résultats satisfaisants. Avec cette approche, les codes CFD commerciaux dédiés à l étude des phénomènes d explosion de gaz peuvent alors être utilisés pour prédire la propagation de l onde de surpression dans l environnement. Ceux-ci ont été développés au cours des années 90, pour répondre aux problématiques de sécurité posés par les installations pétrolière offshore. Ces codes utilisent généralement deux types de solver, une résolution classique des équations pour la partie réactive (combustion des gaz) et une résolution eulérienne pour calculer la propagation des ondes de surpression dans l environnement (hors de la zone réactive constituée par le nuage inflammable). C est ce solver eulérien qui peut être utilisé pour étudier la propagation des ondes de surpression résultantes d une détonation de solide. Moyennant l ajout de quelques modèles supplémentaires, les résultats obtenus peuvent être très satisfaisants. En dehors de ces codes commerciaux, il est très probable que des codes universitaires, ou des codes internes de grands organismes aient été Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

8 développés spécifiquement pour ces problématiques pyrotechniques. Cependant, TECHNIP n a pas connaissance de ces codes spécifiques (ce qui ne signifie pas qu ils n existent pas). La description et la modélisation de l environnement sont réalisées soit manuellement, soit par l importation d un modèle numérique existant. Cette étape peut parfois être longue et fastidieuse, mais ne constitue pas un point bloquant dans la modélisation. La modélisation de l environnement est un des atouts majeurs des modèles CFD. Elle permet ainsi de prendre en compte les effets de masque des bâtiments, l effet de merlon de protection, ce qui n est pas faisable avec les approches analytiques simplifiées. Figure 1 : effet des obstacles sur la propagation de l onde Le degré de résolution de géométrie à adopter dans le modèle va dépendre des objectifs du calcul, des caractéristiques du maillage, et de l effet potentiel des obstacles sur la propagation d onde. Ces codes restent des outils numériques et peuvent être très sensibles à plusieurs paramètres numériques tels que le maillage utilisé, les conditions aux limites retenues. En ce sens il est indispensable de bien comprendre les phénomènes mis en jeu, ainsi que les caractéristiques propres au code utilisé. Les modèles CFD peuvent être ainsi utilisés pour : Donner des pressions de dimensionnement pour des protections, des abris. Déterminer les distances de sécurité réglementaires à retenir. Figure 2 : explosion dans un bâtiment multi cellulaire Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

9 4. LA PREDICTION DES DOMMAGES La prédiction des dommages doit être faite : lorsque l on conçoit un atelier, car de nos jours la quasi-totalité des ateliers pyrotechniques est conçue pour résister aux explosions internes 1, lorsque l on vérifie que les dommages ne posent pas problème aux ateliers receveurs et bureaux du site, lorsqu on vérifie que l explosion ne créée pas de dommages inacceptables aux riverains (la nouvelle réglementation PPRT créée en 2005 impose ce type d étude dite "de vulnérabilité" autour de tout site SEVESO). La difficulté principale de la prédiction des dommages est qu il va falloir étudier le comportement de très nombreux matériaux de construction ; et même produits de construction (un produit étant souvent un assemblage de divers matériaux). Il s en déduit de suite : que prédire le comportement d une porte en acier sera facile car le matériau est isotrope et la loi de comportement élastique-plastique d un acier standard bien connue, que prédire le comportement d une paroi en béton armé très au-delà de la limite élastique du béton armé va être délicat car la décohésion entre le béton et les armatures va poser un problème à la modélisation. De plus il va falloir décider jusqu'à quelle déformation des armatures, ou du béton, ou du mur, on s autorise, que prédire le comportement d un mur en parpaings va être délicat car un tel matériau n est pas conçu pour supporter des efforts transversaux. Pourtant la majorité des constructions (hors les ateliers pyrotechniques), sont en parpaings puisque ce sont des bureaux, des habitations ou des locaux industriels standards. qu il faudra aussi prédire le comportement de parois en bardage, de toiture en bac acier, de vitres et châssis vitrés... Ces prédictions ne doivent pas être bâclées même si elles sont moins "scientifiquement intéressantes" que d autres sachant par exemple que plus de 80 % des blessés lors des explosions le sont par éclats de verre. Vu la diversité des matériaux il est évident que le choix de la méthodologie de prédiction des dommages dépend : d abord du matériau à étudier, 1 Pour des raisons de coût d'exploitation, il est en effet rare depuis les années 80 de disposer une cellule pyrotechnique à 5Q 1/3 ou 8Q 1/3 de toute autre cellule pyrotechnique. Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

10 puis de la complexité de la géométrie de la structure. Les méthodologies d étude envisageables sont : les essais, les méthodes analytiques "globales 2 ", les méthodes numériques Prédiction des dommages par les expérimentations Etant donné que beaucoup de matériaux de construction paraissent difficiles à modéliser, il est normal d envisager de déterminer leur comportement via des essais. De plus il est bien connu que les essais sans instrumentation (on peut envisager de s en passer pour étudier le comportement de structures) ne sont généralement pas très coûteux, leur coût étant quasiment celui de la structure à tester. En fait cette méthode de prédiction via des essais est souvent impossible à cause des lois de modélisations à échelle réduite ; le problème étant le suivant : soit il est fait une maquette à échelle 1 et alors les résultats de l essai seront probants. La difficulté est que tirer une charge d explosif importante (plusieurs dizaines de kg TNT) est souvent très difficile vu le faible timbrage d une majorité de champs de tirs. Le coût de la structure à tester à échelle 1 peut aussi être une difficulté, soit il est fait une maquette à échelle réduite pour résoudre les deux difficultés citées précédemment. Ceci est justifié pour étudier les ondes de choc puisqu'il existe des lois de modélisations permettant de corriger les valeurs enregistrées pour obtenir les valeurs réelles mais ceci est quasi impossible pour étudier le comportement de structures. En effet ne pas respecter l échelle 1 va obligatoirement "déformer la courbe P(t) que subit la structure". En appliquant les lois de modélisations classiques, bien sûr il pourra être recréé le même pic de surpression mais jamais le même pic de surpression et la même impulsion ; a fortiori le même signal P(t). En fait les essais sur maquettes à échelle réduite ne peuvent servir qu à caler un modèle de calcul, si on en a un. Ceci explique le peu d essais entrepris pour définir le comportement de matériaux et structures aux explosions Prédiction des dommages par les méthodes analytiques "globales" Une explosion créant une surpression dynamique la première "idée"» pour réaliser une prédiction de comportement peut être de définir une pression statique équivalente à la pression dynamique réelle. Ensuite comme les calculs non linéaires sont réputés complexes la "seconde idée" peut être de ne faire que des calculs linéaires (ou pseudo linéaire via un coefficient de comportement comme cela se fait en séisme). 2 Au sens où il n est pas fait de maillage mais considéré qu un mur, ou une porte, ou., n est qu un seul élément équivalent à un ressort Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

11 La courbe contrainte déformation suivante montre de suite que la seconde idée est mauvaise car avec un calcul en linéaire nous n arriverons pas à prendre en compte l énergie interne disponible dans la structure au-delà de la phase élastoplastique (X < Xp). Certes il est non usuel de prendre en compte cette déformation "juste avant ruine" mais compte tenu de l'énorme énergie externe à absorber, ne pas la prendre en compte serait extrêmement coûteux. Typical resistance-deflection function for two-way element La courbe suivante montre le surdimensionnement (donc surcoût) qu entrainerait un calcul en linéaire ou plus en moins en non linéaire (cela conduit sur l exemple à multiplier par trois les épaisseurs de structures nécessaires). Dalle encastrée Longueur = Largeur = 4 m 100 kg TNT à 2 m EPAISSEUR DE LA DALLE (cm) déformation élastique ferraillage spécifique limite pour protection du personnel écran pour éviter transmission et projections 3 COUT (indice) 1 0, FLECHE MAXI AU CENTRE (cm) Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

12 En fait les choix méthodologiques sont représentés sur le logigramme suivant : 1. La première méthode qui consiste à appliquer un DLF de 2 est la plus simple puisqu'elle évite de devoir calculer les périodes de vibration des structures (ce qui cependant n est pas bien difficile dans le domaine élastique de celles-ci). Elle n est cependant pas recommandée pour dimensionner de nouvelles structures puisqu elle conduit à des surdimensionnements systématiques, donc à des surcoûts constructifs. Par contre elle peut être utilisée en vérification de structures car si le résultat est positif la méthode étant conservative, cela aura permis d économiser intelligemment du temps de calcul. 2. La seconde méthode consiste à appliquer un DLF après avoir calculer la première période de la structure grâce à une abaque telle la suivante (ou directement en faisant un calcul dynamique "équivalent"). Courbe de DLF type détonation 2,5 2 DLF 1,5 1 0, t/tn Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

13 Une fois obtenue la pression statique équivalente, il est réalisé un calcul linéaire de structures. Cette méthode ne permet pas d utiliser l énergie interne de la structure au-delà de la limite élastoplastique de la structure donc elle est peu optimale au niveau des coûts de construction. 3. La méthode 3A est identique à la méthode 4A mais n'a aucun intérêt. 4. La méthode 3B n est pas recommandée pour prédire les effets d une explosion accidentelle car il est inutile d utiliser un outil numérique potentiellement performant en le bridant via l utilisation exclusive de lois de comportements linéaires. Cependant si la structure à dimensionner doit rester dans son domaine linéaire après explosion, comme c est le cas d une casemate de tir ou une piscine de tir (ou d autres cas très spécifiques) la méthode est parfaitement bien adaptée. 5. La méthode 4A qui est une méthode analytique dynamique avec prise en compte des déformations non linéaires des structures (acier, béton armé ou autre) est UNE DES DEUX METHODES RECOMMANDEES pour la prédiction des effets ; l autre étant le calcul numérique dynamique en non linéaire. La méthodologie est présentée plus complètement dans la suite de ce chapitre. 6. La méthode 4B est probablement la meilleure des six puisqu'elle est dynamique, en non linéaire et permet contrairement à la méthode 4A de modéliser les géométries complexes. Ses inconvénients sont cependant liés aux incertitudes sur les lois de comportement de certains matériaux tel le bêton armé, et souvent les coûts de calcul. Cette méthodologie sera explicitée dans un chapitre particulier. Il est explicité dans ses grandes lignes la méthode 3A qui est avec la 4A une des deux les plus intéressantes. La méthode 3A est la suivante : comme il est difficile d étudier le comportement réel d une structure au cours du temps (donc en suivant sa déformation au cours du temps) il faut la ramener à un corps simple, un ressort, un ressort est lui facile à étudier sous un chargement dynamique P(t) puisqu il suffit de résoudre par pas de temps les équations. => coefficient de transformation Système réel Ressort équivalent Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

14 Puis résoudre simultanément (par pas de temps). F(t) = Pt.L.be X n + t = X n + t (X n + X n + t) 2. t Xn + t = Xn + t X n + ( ) X n + β(x n + t X n) t 2.. Ft(t) KeX X = KLM.Mτ 2 Pour transformer la structure (le mur ou des murs) en ressort(s) il faut comparer les équations des déformés et des énergies du ressort et de la structure sous chargement statique et ainsi déterminer des coefficients de transformation de l un en l autre. La méthode est ancienne puisque c est Biggs du MIT qui l a publiée le premier en La méthode n était cependant applicable qu à des structures acier (ou autre matériau isotrope bien connu) car elle ne disait pas jusqu'à quelle déformation plastique il était possible d aller. Pour des structures acier cela ne posait pas trop 3 problème car il était possible d évaluer les déformations de rupture à partir des limites de rupture à la traction sur éprouvette (données du fournisseur). Pour le béton armé il subsistait un énorme problème "comment modéliser le béton armé au-delà de sa limite élastique compte tenu qu il se fissure, change d inertie, que les aciers glissent dans le béton et qu au final il peut y avoir séparation totale entre les armatures et le béton?". La réponse a nécessité énormément d analyses et d essais par les armées US entre1956 et La réponse aux questions précédentes a permis aux armées US de publier le TM qui lui permettait de calculer les structures en béton armé vis-à-vis des explosions. Ce document avait l avantage d être "global" c'est-à-dire qu il proposait : une méthode de calculs des surpressions (pas mal d erreurs furent ensuite signalées), une méthode de calcul du bêton armé issue de la théorie de Biggs, et surtout des dispositions constructives précises à respecter pour que le béton armé puisse se déformer au delà de sa limite élastique et absorber une énergie externe maximale. 3 Cependant ce n'est pas simple pour autant car les allongements ne sont pas identiques en toute part d'une structure. Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

15 Typical details at intersection of two continuous laced walls (pour murs supportant de grandes déformations) Depuis ce document a été révisé mais la méthodologie et les dispositions constructives ont peu évolué Prédiction des dommages par les méthodes numériques Une fois définis les champs de surpression sur une structure, il est logique d envisager d étudier le comportement de cette structure avec un logiciel aux éléments finis puisque les logiciels numériques en mécanique des solides sont opérationnels depuis plusieurs dizaines d années. Ils sont donc opérationnels dans de nombreuses sociétés industrielles et de service. Il faut cependant noter que le logiciel doit être capable : de prendre en compte un chargement dynamique, et d étudier les structures très au-delà de leurs déformations élastiques, sachant par ailleurs que le chargement dynamique est extrêmement intense et de très courte durée. Cela conduit à retenir un code de calcul qui permette de prendre en compte la propagation des ondes dans les solides et l endommagement associé (fissuration pour le béton, par exemple). La majorité des logiciels aux éléments sont implicites car ce schéma numérique est le plus approprié pour des calculs statiques ou dynamiques peu rapides. Cependant un certain nombre d entre eux disposent également d un solveur explicite. Cette première sélection étant faite, il apparait que la véritable difficulté va être la prise en compte des grandes non linéarités, aussi bien matériaux (grandes déformations) que géométriques (grandes déplacements) ceci afin : soit d optimiser le coût de construction lorsqu il s agit de dimensionner un bâtiment nouveau, Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

16 soit de ne pas conclure abusivement à la ruine d un bâtiment existant dès que la limite élastique des structures est dépassée (alors qu il aurait fallu juste dire quelle déformation atteint la structure tout en restant stable). De suite nous constatons que le dimensionnement d un ouvrage en pyrotechnie et l étude des crash automobiles ont de très nombreux points communs puisque : l intensité du choc va être intense et de courte durée, et pour étudier le choc il faudra faire une modélisation avec prise en compte du comportement post élastique des structures. Dans les deux cas le critère d acceptabilité ne sera pas une contrainte maximale à ne pas dépasser mais une déformation maximale. Les deux principales différences entre automobile et pyrotechnie (pour l étude de bâtiments) sont : un modèle automobile a beaucoup de plus de mailles qu un modèle de bâtiment, mais l automobile a la chance d utiliser essentiellement des aciers et matériaux isotropes, avec des lois de comportement non linéaire bien connues. A contrario en prédiction des effets d explosion l essentiel des études concerne le béton armé qui est un matériau complexe à appréhender au delà de sa limite élastique compte tenu de son comportement différentié en traction et en compression ainsi que du phénomène d endommagement lié à la fissuration. D autre part il convient d intégrer la présence des armatures. Un des logiciels les plus réputés pour traiter les chocs (dus à une surpression ou au choc d un solide) est probablement LS DYNA. Il a été mis au point au Livermore dans les années 80 puis commercialisé par son créateur lorsqu il quitta le Livermore et créa sa société LSTC dans les années 90. Depuis cette époque certains autres logiciels ont acquis des capacités assez comparables à LS DYNA, en adoptant au besoin un solveur explicite d origine LS DYNA. On notera à ce titre ABAQUS/EXPLICIT. Dans le cas qui nous intéresse "la prédiction des effets des explosions", il apparait de suite que l essentiel des études va concerner des bâtiments non pas en acier, aluminium mais en béton armé. Alors le problème majeur n est pas la qualité du solveur mais la qualité des lois de comportement du béton armé. Il convient de noter que l intérêt d un code tel LS DYNA est de proposer de nombreuses lois de comportement. Ce logiciel en propose en effet environ 150 dont une dizaine pour le béton armé. La difficulté est alors de choisir dans cette dizaine la bonne loi sachant que certaines données constructives vont influer sur la loi de comportement. En effet un ferraillage «classique» frettera mal le béton armé et dès le dépassement de la limite élastique il peut y avoir des fragilités qui empêchent tout développement de capacité de plastification. Ce peut être le cas si un cisaillement brutal survient au niveau des appuis ou si les Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

17 deux nappes d armatures se désolidarisent par manque de ferraillage transversal (épingles, étriers ou laçage). Par ailleurs il faut fixer des critères d acceptabilités, non pas en contrainte puisqu il s agit de calculs en grande non linéarité, mais en déformations. Il serait logique de choisir le taux d allongement des armatures par rapport à leurs limites de rupture. Ce peut être un choix mais TECHNIP privilégie une flèche limite par référence aux recommandations du TM En fait TECHNIP retient la première des deux limites atteinte.. Les calculs numériques de structures vis-à-vis des explosions peuvent donc être considérés comme un excellent moyen d étude mais qui reste assez délicat a cause des lois de comportement. Dans la pratique ils sont utilisés : lorsque la géométrie du bâtiment à calculer est complexe, trop complexe pour des calculs analytiques, lorsque les enjeux sont très forts (alors généralement il est fait des calculs analytiques puis des calculs numériques de vérification). Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

18 4.4. Prédiction des dommages aux "matériaux de second œuvre" Lorsqu il est fait des prédictions de dommages en sécurité industrielle, il ne faut pas négliger de traiter sérieusement le comportement des vitres, des châssis vitrés, des portes, des parpaings, en fait de tous les matériaux qui lors d explosions peuvent être la cause de blessures ou létalité. Dans cette courte présentation nous ne pouvons pas vraiment aborder le sujet mais il faut noter qu en 2009 il est incorrect de faire des prédictions du genre "10 % des vitres cassent pour 10mbars" ou "les parpaings tombent sous 200mbars" car il existe des méthodes de prédiction pour ces deux matériaux et bien d autres. Pour le verre par exemple les méthodes prennent en compte : la nature du verre (recuit, trempé, feuilleté..) car cela conduit à de très grandes différences de tenue pour une même épaisseur, la taille du vitrage bien sûr et son épaisseur, la courbe P(t) et non exclusivement le pic de pression. Les courbes suivantes montrent les résultats de quelques calculs. Tenue du verre recuit de 5,6 mm d'épaisseur Tenue du verre trempé de 4 mm d'épaisseur Pression (mbar) 10 Lxl=0,5x0,5m Lxl=0,75x0,75m Lxl=1x1m Lxl=2x2m Pression (mbar) 100 Lxl=0,5x0,5m Lxl=0,75x0,75m Lxl=1x1m Lxl=2x2m Durée (ms) Durée (ms) Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

19 Pour la tenue de murs en parpaings les méthodes prennent en compte : l épaisseur du mur et le type de parpaings, la portée du mur, la rigidité des appuis, la courbe P(t). La courbe suivante montre les résultats de quelques calculs. Tenue d'un mur en maçonnerie (H=4 m) Pression (mbar) Durée (ms) 5. LA PROBLEMATIQUE DES INCERTITUDES Tous les concepteurs sont confrontés au problème des incertitudes de leurs calculs. Pour une majorité d entre eux le sujet des incertitudes ne nécessitera cependant pas d investigations particulières car ils auront mis en œuvre des règlements (BAEL, règles API.) dans lesquels les incertitudes ont été identifiées et prises en compte par les rédacteurs de ces règles. L incertitude "est alors ce qu elle est" et ne pose pas problème au concepteur sur la qualité de ses calculs prédictifs. Dans le domaine qui nous préoccupe, celui de la prédiction des effets des explosions, le problème des incertitudes est bien différent et il mérite réflexion car nous allons devoir successivement aborder quatre sujets bien différents les uns des autres qui apportent chacun leur part d incertitude dans le résultat final. Les quatre sujets sur lesquels il faut réfléchir successivement aux incertitudes sont : l équivalent TNT du produit considéré et la détonique (ou directement la détonique du produit), la propagation aérienne 3D d une onde de choc, Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

20 les calculs dynamiques non linéaires de structures, les incertitudes de la construction réelle. Si les explosions créaient de faibles efforts et que les structures capables d y résister étaient de faibles épaisseurs, il serait probablement possible d empiler les coefficients de sécurité propre à chacun des quatre sujets précédents et de ne pas trop devoir analyser la problématique. Le cas précédent existe bien sûr mais est peu fréquent (les bâtiments donneurs contenant de très faibles charges et les bâtiments receveurs situés très loin du donneur). Dans une majorité de situation, les structures seront importantes et donc devront être optimisées pour raison de coût. Les coefficients de sécurité devront alors être choisis avec attention et non majorés et empilés à l excès. Une fois cela dit il faut mesurer la difficulté de l exercice! La première incertitude concerne l équivalent TNT car il est usuel de ne pas faire de calcul 3D de détonique sur le produit mis en jeu mais de passer par un équivalent TNT. A cet équivalent TNT sur la matière pyrotechnique il faudra superposer un équivalent sur la forme de l objet pyrotechnique car il est rarement sphérique alors que dans les calculs qui suivront, un équivalent TNT sphérique sera généralement considéré. Ensuite il y aura le coefficient lié à la répartition d énergie dans les éclats et dans l onde de choc aérienne. Il n est pas possible dans ce court article d expliciter les incertitudes sur ces sujets et de toute façon ce ne sont pas les concepteurs de structures résistantes aux explosions qui sont les mieux à même de présenter la partie détonique de la problématique globale. Il convient cependant de noter que des documents comme le TM imposent de majorer la masse d équivalent TNT de 20 % pour tenir compte des incertitudes, sans expliquer le coefficient de 20%. Ce chiffre ne parait pas exagéré au seul examen des courbes d équivalent TNT en pression et impulsion de différents explosifs. La seconde incertitude concerne la propagation de l onde de choc dans l air. Il faut alors différencier les cas où les calculs sont réalisés en CFD de ceux où les calculs sont effectués en analytique (méthodes semi-empiriques). Dans le premier cas il est possible de considérer que l incertitude est faible si le logiciel CFD a été bien calé sur des résultats expérimentaux et que l utilisateur du code est expérimenté. L incertitude qui existe peut alors être négligée comparativement aux autres. Dans le second cas où les calculs sont effectués en analytique, l incertitude n est pas facile à évaluer car ce sont les créateurs des méthodes semi-empiriques issues d essais qui les ont évaluées et prises en compte dans leurs méthodes. Nous pouvons cependant ajouter qu une autre incertitude peut exister quand la situation réelle est très complexe et qu il faut la simplifier pour pouvoir utiliser une méthode analytique (c est par exemple le cas de situations avec beaucoup d obstacles entre donneur et receveur).tout ceci signifie que le concepteur doit être très prudent et doit parfois faire des études de sensibilité complètes (en examinant par exemple les conséquences d écarts sur ce sujet au niveau du résultat final, puis du cumul des écarts possible). La troisième incertitude concerne les calculs dynamiques non linéaires. Là il ne peut pas être certifié que les calculs numériques sont toujours plus exacts que les calculs analytiques puisque en numérique il est parfois difficile de définir une loi de comportement en très grande non linéarité Sixièmes journées scientifiques Paul Vieille, ENSTA, Paris 7-8 octobre

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES

Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES INERIS, 3 Juin 2014, Paris 1 CONTEXTE Objectif des études de vulnérabilité

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

1 Méthodes et principes généraux de renforcement

1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1-1 Introduction La durée d exploitation d un ouvrage en béton armé est à priori comprise entre 50 et 120 ans selon sa composition et sa fonction. Or, de

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées 3 Juin 2014 Vincent LARDIERE Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Chapitre I: Position du problème. Chapitre I: Position du problème

Chapitre I: Position du problème. Chapitre I: Position du problème Chapitre I: Position du problème 21 I.1. GÉNÉRALITÉS SUR LES CHEVILLES... 23 I.1.1. CLASSIFICATION DES CHEVILLES... 23 I.1.2. SOLLICITATIONS... 24 I.1.3. MODES DE RUINES... 24 I.2. MÉTHODES DE RÉSOLUTION...

Plus en détail

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX A- énéralités : I. Introduction: L étude en RDM est une étape parfois nécessaire entre la conception et la réalisation d une pièce. Elle permet : - de justifier son

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

Résistance au feu des bétons

Résistance au feu des bétons Chapitre4 Résistance au feu des bétons 4.1 - Comportement aux températures élevées 4.2 - Conductivité thermique 4.3 - Évolution des résistances du béton et de l acier en fonction de la température 41 Chapitre

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

Les ponts thermiques des enveloppes à ossature bois

Les ponts thermiques des enveloppes à ossature bois Les ponts thermiques des enveloppes à ossature bois Depuis 2012, L institut Technologique FCBA met à disposition des Entreprises et des Bureaux d études thermiques, des données et des justifications mises

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES ÉCOLE D INGÉNIERIE DE TROIS-RIVIÈRES DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-600 PROESSEUR

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

Une protection incendie maximale

Une protection incendie maximale murs coupe-feu 67 P.4.0 Une protection incendie maximale Les dégâts par le feu et la fumée constituent un danger à ne pas sous-estimer pour la subsistance d une entreprise. Malgré tous les soins et toutes

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 Qualité acoustique et inertie thermique : étude d'un compromis Christophe Rougier 1, Catherine Guigou-Carter 1 1 Université Paris-Est, Centre

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET... 3

SOMMAIRE 1. OBJET... 3 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. CALCULS EN ENVIRONNEMENT AGRESSIF... 7 3.1 Généralités... 7 3.2 Vérification des dalles... 12 3.3 Vérification des poutres... 24 3.4 Calculs

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE POUR UNE VANNE DE FOND DE L AMENAGEMENT ROUJANEL Rédacteur : Sylvain THINAT Révision

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,!

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,! 0 $'( 1&) +&&/ ( &+&& &+&))&( -.#- 2& -.#- &) (,' %&,))& &)+&&) &- $ 3.#( %, (&&/ 0 ' Il existe plusieurs types de simulation de flux Statique ou dynamique Stochastique ou déterministe A événements discrets

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

ENTREPÔTS ET MAGASINS

ENTREPÔTS ET MAGASINS Michel Roux ENTREPÔTS ET MAGASINS Tout ce qu il faut savoir pour concevoir une unité de stockage Cinquième édition, 1995, 2001, 2003, 2008, 2011 ISBN : 978-2-212-55189-1 2 LES PHASES DE SIMULATION DE VALIDATION

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Gaillard Olivier Projet Calcul Semestre 5 Morisse Quentin Projet Calcul Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Table des matières I. Rappels sur le système étudié... 3 A. Présentation du système...

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques Prise en compte des phénomènes aggravants dans la conception en fatigue Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques J. Limido, M. Suraratchai, C. Mabru C. Espinosa, M. Salaün, R. Chieragatti,

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes

11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes $+ (% &&) $%&'()')&(% $%&'()')&(% $) 11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes #))*!"# Unité de méthanisation et de compostage Modélisations - Etude de Dangers Département de la Gironde Commune

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

ETUDE DE LA CAPACITE DE DISSIPATION D UNE STRUCTURE DE PROTECTION MULTICOUCHE CONTRE LES CHUTES DE BLOCS ROCHEUX

ETUDE DE LA CAPACITE DE DISSIPATION D UNE STRUCTURE DE PROTECTION MULTICOUCHE CONTRE LES CHUTES DE BLOCS ROCHEUX Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) ETUDE DE LA CAPACITE DE DISSIPATION D UNE STRUCTURE DE PROTECTION MULTICOUCHE CONTRE LES CHUTES DE BLOCS ROCHEUX

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

Vélo électrique MEDIA

Vélo électrique MEDIA Vélo électrique MEDIA Présentation de l épreuve Durée : 4 heures Cette épreuve n est pas une épreuve écrite, il n est donc pas demandé de rédiger de compte rendu. Toutefois, les dessins, les schémas et

Plus en détail

LES LENTILLES MINCES

LES LENTILLES MINCES LES LENTILLES MINCES I. GÉNÉRALITÉS Une lentille est un milieu transparent, homogène et isotrope limité par deux dioptres sphériques ou un dioptre sphérique et un dioptre plan. n distingue deux types de

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Avis DSR/2010-065 26 février 2010 Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Par lettre du 19 février 2009, l Autorité de sûreté

Plus en détail

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides CNST-H-202 à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides 0 1 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 4 février 2007 Motivation Mécanique des milieux continus mécanique du solide ou des structures

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Constructions en béton.

Constructions en béton. Constructions en béton. La stabilité du front et l arrivée d une artillerie lourde extrêmement puissante capable d anéantir les abris conventionnels en terre et en bois a rendu «nécessaire» la construction

Plus en détail

Etalonnage en régime dynamique des capteurs de pression

Etalonnage en régime dynamique des capteurs de pression Etalonnage en régime dynamique des capteurs de pression Les mesures de pression dans les cylindres d un moteur thermique pour étudier les phénomènes de combustion, dans une presse d injection pour étudier

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle!

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! Dalles alvéolées en béton précontraint Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! 1. Généralités Les planchers en béton, appelés hourdis, sont aujourd hui devenus des

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Extrait des Exploitations Pédagogiques

Extrait des Exploitations Pédagogiques Pédagogiques Enseignement transversal 1ére Baccalauréat STID Enseignement Transversal Système retenu : Pont levant Gustave Photo du support Objectifs de formation : O4 Décoder l organisation fonctionnelle,

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

Bâtiment tertiaire en bois-béton collaborant

Bâtiment tertiaire en bois-béton collaborant Bâtiment tertiaire en bois béton collaborant J.-M. Ducret, G. Tschanz 1 Bâtiment tertiaire en bois-béton collaborant Mehrgeschossige Gewerbebauten in Holz-Beton-Verbund Bauweise Dr. Ing. Ducret Jean-Marc

Plus en détail

Journée PPRT CETE de Aix en Provence 09/10/2012. Journée. PPRT - Vulnérabilité des fenêtres dans la. Outils disponibles et REX sur l applicabilité

Journée PPRT CETE de Aix en Provence 09/10/2012. Journée. PPRT - Vulnérabilité des fenêtres dans la. Outils disponibles et REX sur l applicabilité PPRT - Vulnérabilité des fenêtres dans la zone 20-50 mbar Outils disponibles et REX sur l applicabilité Journée de la démarche Journée PPRT CETE de Aix en Provence 09/10/2012 DRA-12 12-125359 125359-10222A

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT 06 GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT information général & applications FR GEOSYNTHETIQUES En appliquant les constructions de soutènement Emoblock avec la géogrille Fortrac, nous créons une solution

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5

1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5 SOMMAIRE 1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5 5. TYPES DE LIVRABLES A REMETTRE PAR LE TITULAIRE 6 6. SAVOIR-FAIRE REQUIS 6 2

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Nœuds constructifs et ponts thermiques

Nœuds constructifs et ponts thermiques Nœuds constructifs et ponts thermiques Une nouvelle notion a été introduite dans le cadre du renforcement des exigences réglementaires relatives à la performance énergétique des bâtiments : la notion de

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Comportement des réparations structurales en béton :

Comportement des réparations structurales en béton : Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques C.R.I.B. Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

Stage IDF 01 : Ingénieur Calcul Mécanique Simulation dynamique de la rupture de céramiques à structure amorphe

Stage IDF 01 : Ingénieur Calcul Mécanique Simulation dynamique de la rupture de céramiques à structure amorphe Stage IDF 01 : Ingénieur Calcul Mécanique Simulation dynamique de la rupture de céramiques à structure amorphe Présentation Descriptif Les travaux qui seront réalisés dans ce stage visent à trouver une

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

Conseils en Ingénierie mécanique

Conseils en Ingénierie mécanique Conseils en Ingénierie mécanique contact@solsi-cad.fr +33 (0)3 87 60 34 49 CONCEVOIR OPTIMISER Metz INNOVER VALIDER Historique 1985 1992 1996 2003 2013 2014 Solsi : Calculs des Structures - FEA Création

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre

VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre l isolation SAINT-GOBAIN GLASS COMFORT SGG STADIP SILENCE La gamme SILENCE : le summum du confort acoustique! Comment? SGG STADIP SILENCE est un vitrage acoustique

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES

Plus en détail