Mémoire de fin d étude THEME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire de fin d étude THEME"

Transcription

1 Centre Africain d Etudes Supérieures en Gestion Institut Supérieur de Comptabilité, de Banque et de Finance (ISCBF) Master Professionnel en Comptabilité et Gestion Financière (MPCGF) Promotion 3 ( ) Mémoire de fin d étude THEME ANALYSE DU PROCESSUS DE L OCTROI DE CREDIT AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES AU SENEGAL DANS UN SYSTEME FINANCIER DECENTRALISE: CAS DE L UM- PAMECAS Présenté par : Dirigé par : Mme Gnazale Ela KOUASSI Alexis Responsable de la cellule de contrôle de gestion du CESAG Octobre 2012

2 DEDICACES Nous dédions ce mémoire à: notre père céleste, pour la grâce qu il nous accorde ; notre mère, notre père et toute notre famille, pour les sages conseils et les sacrifices consentis; nos frères et sœurs, pour le soutien sans faille; notre époux et nos enfants, pour la joie qu ils me procurent. GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page i

3 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier : notre Seigneur, pour nous avoir comblé de force et d inspiration pour venir à bout de ce travail; nos parents pour leurs efforts et leur soutien constant; monsieur YAZI Moussa; monsieur CHABI Bertin; le corps professoral de l ISCBF et tout le personnel du CESAG ; le Directeur Général de l UM-PAMECAS et toute son équipe ; la Directrice du CFE de l UM-PAMECAS et son équipe ; tous les stagiaires de la promotion MPTCF ( ) ; tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué moralement ou matériellement à l'aboutissement de ce travail. GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page ii

4 LISTE DES SIGLES ET ABBREVIATIONS ACDI : Agence Canadienne pour le Développement International ADA : Appui au Développement Autonome AFSSEF : Accès des Femmes Sénégalaises aux Services Financiers AGR : Activité Génératrice de Revenus APD : Aide Publique au Développement BCEAO : Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest BNDS : Banque Nationale de Développement du Sénégal BSK : CA : CC : CESAG : CFE : CGAP : CIF : COOPEC : CS : DGA : DID : F CFA : FCBS : FCCS : IMCEC : IMF: KFW: OMD : ONGs : ONU : PAS : PED : PEVD : PFR : PIB : Banque Sénégalo-Kowétienne Conseil d Administration Comité de Crédit Centre Africain d Etudes Supérieures en Gestion Centre Financier aux Entrepreneurs Group Consultatif Aux Pauvres Confédération des Institutions Financières de l Afrique de l Ouest Coopératives d Epargne et de Crédit Conseil de Surveillance Directeur Général Adjoint Développement International Desjardins Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds de Contrepartie Belgo Sénégalais Fonds de Contrepartie Canado-Sénégalais Institutions Mutualistes et Coopératives d Epargne et de Crédit Institutions de Microfinance Kreditanstalt Für Wiederaufbau Objectifs du Millénaire pour le Développement Organisations Non Gouvernementales Organisation des Nations Unies Programmes d Ajustement Structurel Pays En Développement Pays En Voie de Développement Personne à Faible Revenu Produit Intérieur Brut GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page iii

5 PP : Personne Pauvre PPA : Parité du Pouvoir d Achat PVD : Pays en Voie de Développement SEEP: Small Enterprise and Education Promotion SFD : Systèmes Financiers Décentralisés SOFISEDIT : Société Financière pour le Développement de l'industrie SONABANK : Société Nationale de Banque UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine UMOA : Union Monétaire Ouest Africaine UM-PAMECAS : Union des Mutuelles du Partenariat pour la Mobilisation de l Epargne USD: VAD: et le Crédit au Sénégal United States Dollars Visite A Domicile GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page iv

6 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Propositions d analyse de processus d octroi de crédit des différents auteurs dans la microfinance Tableau 2 : La démarche d analyse du processus d octroi de crédits Tableau 3 : Tableau synthétique des ratios de liquidité sur les normes financières des institutions de Microfinance Tableau 4 : Frais de dossiers Tableau 5 : Résultat des grandes étapes du processus Tableau 6 : Identification des points de contrôle interne sur les fonctions Tableau 7 : Analyse et commentaires Tableau 8 : Forces et faiblesses GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page v

7 LISTE DES ANNEXES Annexe 1 : Organigramme de l UM-PAMECAS Annexe 2 : Questionnaire Annexe 3 : Questionnaire de satisfaction des clients / demandeurs GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page vi

8 TABLE DES MATIERES DEDICACES... i REMERCIEMENTS... ii LISTE DES SIGLES ET ABBREVIATIONS... iii LISTE DES TABLEAUX... v LISTE DES ANNEXES... vi TABLE DES MATIERES... vii INTRODUCTION GENERALE... 1 PARTIE I : CADRE THEORIQUE DE L ETUDE... 8 CHAPITRE 1 : LES DIFFERENTS TYPES DE CREDITS PROPOSES PAR LA MICROFINANCE AUX PME Définition de la microfinance Objectif de la microfinance Les acteurs de la microfinance Les activités de la microfinance L épargne Le crédit Les différentes catégories de crédit Généralités sur la Petite et Moyenne Entreprise (PME) Définition de la PME Les caractéristiques des PME L importance des PME dans l économie CHAPITRE 2 : LE PROCESSUS D OCTROI DE CRÉDIT AUX PME PAR UNE MICRO FINANCES Les besoins et les sources de financement des PME Les besoins de financement Les besoins à court terme Les besoins à moyen et long terme Les autres besoins financiers Les sources de financement Le financement interne ou l autofinancement Le financement externe ou l endettement GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page vii

9 2.2. Les acteurs du processus d octroi de crédit L analyse du processus d octroi de crédit Etude du dossier de crédit du client L expression du besoin Le montage et la validation du dossier de crédit L instruction du dossier et la décision d octroi La visite du terrain Etude du dossier de crédit par le comité de crédit Analyse et commentaire du contrôle interne crédit La signature du contrat de prêt et la mise en place du crédit Octroi de crédit et gestion des risques L octroi de crédit La gestion des risques Typologie des risques liés au processus d octroi du crédit Avantages et conséquences de l analyse du processus d octroi de crédit CHAPITRE 3 : LA METHODOLOGIE DE L ETUDE Le modèle d analyse Construction du modèle d analyse La prise de connaissance des dispositifs du contrôle interne L évaluation et l appréciation du processus d octroi de crédits La présentation et analyse des résultats Les outils de collecte de données L entretien Le questionnaire L analyse documentaire Le traitement et l analyse de ces données PARTIE II : CADRE PRATIQUE DE L ETUDE CHAPITRE 4 : PRÉSENTATION DE UM-PAMECAS Historique, mission, objectifs et vision Les produits de services L épargne Le crédit Les services La structure organisationnelle GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page viii

10 Les organes statutaires Les organes de directions Le Centre Financier aux Entrepreneurs (CFE) du PAMECAS CHAPITRE 5 : DESCRIPTION DU PROCESSUS DE L OCTROI DES CRÉDITS AUX PME PAR PAMECAS Les conditions d octroi de crédits en général L adhésion Les apports et les garanties Les commissions et autres frais Le déboursé des prêts La durée et le recouvrement Taux d intérêt,pénalité et déboursement Les différentes étapes du processus d octroi de crédit au niveau du CFE Introduction du membre et prise de rendez vous L analyse de la demande La validation de l information L analyse financière et l instruction du prêt au comité Présentation du dossier au Comité Le comité technique Le comité d acceptation La décision d octroi de crédit Le suivi des prêts Le recouvrement CHAPITRE 6 : RESULTATS ET ANALYSE DU PROCESSUS D OCTROI DE CREDIT DE L UM-PAMECAS ET RECOMMANDATIONS Les résultats Les résultats au niveau des principales phases d octroi de crédit Résultat au niveau des fonctions intervenant dans le processus de crédit L analyse de résultat Forces et faiblesses Recommandations Recommandations pour de meilleures conditions d octroi du crédit Recommandations pour un processus d octroi de crédit performant Recommandations pour la direction de l UM- PAMECAS GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page ix

11 Recommandations pour la Direction d exploitation Recommandations pour la direction du CFE Recommandations pour les analystes du crédit CONCLUSION GENERALE ANNEXES BIBLIOGRAPHIE GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page x

12 INTRODUCTION GENERALE

13 Le fonctionnement du système financier mondial, bouleversé par la succession des crises financières internationales, a entrainé d énormes perturbations dans les économies mondiales, secouant fortement les banques de la zone UEMOA. Les pays en voie de développement, à l instar des pays développés, ont ainsi vu leur économie touchée par ces crises. Les divergences issues des tentatives de résolution de ces crises ont entraîné une baisse de liquidités dans les banques publiques et privées. Pour faire face à cette situation, plusieurs plans ou programmes ont été élaborés par les Etats et les gouvernements. De ce fait, la mise en œuvre des programmes d'ajustement structurel (PAS) des années 1980 a contribué à la baisse considérable des investissements publics dans les pays. La Crise bancaire dans toute la zone UEMOA durant la période était due à la défaillance des systèmes de gestion des risques, à la mauvaise supervision des banques et à l ingérence de l État dans le système bancaire. La période était également marquée par les paniques et l instabilité dans la zone et dans les institutions financières. Au Sénégal, huit (08) banques représentant 20 à 30% des actifs du système financier ont périclité. Il s agissait de : la Banque Nationale de Développement du Sénégal (BNDS) en 1990, la Société Financière pour le Développement de l'industrie (SOFISEDIT) en 1989, la Société Nationale de Banque (SONABANK), l'union Sénégalaise de Banque (USB) en 1989, l Assurbank en 1990, la Banque Sénégalo-Kowétienne (BSK) en 1990, etc. Bien que le système bancaire soit caractérisé par l offre de services financiers à des personnes physiques et /ou morales, nous pouvons noter que c est juste une minorité de la population qui bénéficie de ces services à l exception des personnes pauvres (PP) et des personnes à faible revenu (PFR). En réalité, ces personnes (PP et PFR) n arrivent pas à remplir les conditions exigées (documents d identité, garantie, dépôt minimum etc.) par la banque pour bénéficier d un crédit. Cette inaccessibilité est un facteur qui limite fortement l accès à l investissement, au crédit et à l épargne. Comme palliatif à cette marginalisation des PP et des PFR vivant en milieu rural et urbain et du secteur informel périurbain et urbain, la Microfinance est apparue comme une solution. Elle est perçue comme un outil générateur de revenu permettant l insertion des exclus du système bancaire classique et une stratégie de développement durable pour lutter contre les nombreuses dimensions de la pauvreté (Mosley, 1998, Kevane, 2001 et Morduch, 2003). Par exemple, les revenus générés par une activité financée par la Microfinance permettent non seulement à cette activité de se développer mais contribuent GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 2

14 également au revenu du ménage et par la même occasion à la sécurité alimentaire, à l'éducation des enfants, à la prise en charge des soins de santé etc. Ainsi, permet-elle la promotion du petit entreprenariat par la création d entreprises viables...etc. Le secteur de la Microfinance a maintes fois été considéré comme un enjeu économique et financier de développement pour les autorités monétaires nationales. Il est régulé dans la zone UEMOA par la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO) et se traduit fondamentalement par la mise en place d une réglementation. Elle a édicté aussi des normes prudentielles auxquelles sont soumis les dirigeants des différents Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) pour mesurer leur pérennité et leur viabilité. La BCEAO a engagé un vaste programme de restauration bancaire pour assainir le secteur, mais également améliorer le système d'intermédiation financière dans son ensemble. Les politiques de développement des pays de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) se sont orientées vers une libéralisation de leur économie avec le retrait progressif de l Etat des sphères productives. Se substituant à l Etat dans le secteur de production, le développement du secteur privé s est traduit par l apparition de nombreuses unités de productions qui, pour l essentiel, sont restées au stade d Unités de Production Informelles (UPI), de Micros Entreprises (ME) ou de Petites et Moyennes Entreprises (PME). En tant qu intermédiaire entre les micros et les grandes entreprises, les PME occupent une place de choix dans l activité du secteur privé et participent activement à la contribution à la création d emplois, à la distribution du revenu ou à une meilleure insertion dans une économie de plus en plus ouverte, à la lutte contre la pauvreté. Du fait de leur faible intensité capitalistique, leur développement suppose une ingéniosité et une capacité de création d emploi ce qui leur permet, contrairement aux grandes entreprises, de s adapter rapidement et à faibles coûts à l évolution de l activité économique et d obtenir des avantages compétitifs sur le marché. Les PME contribuant fortement à la formation des PIB des économies de nos pays (20% du PIB au Sénégal), les Etats de l UEMOA ont mis en place des politiques de crédits formalisées afin de fournir aux PME un accès plus facile aux micro-financements dont elles ont besoin. Ces politiques intègrent des processus d octroi de crédit qui décrivent les conditions ou critères qui permettent aux PME de bénéficier d'un service financier en GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 3

15 respectant les conditions d'ouverture d'un compte, d accès au crédit et des informations relatives au fonctionnement. L UM-PAMECAS, un des plus grands réseaux de microfinance au Sénégal, a mis en place un processus d octroi de crédit pour accompagner les PME dans leur activité. Cependant, ce processus connaît des défaillances dans son exécution par le non respect de certains éléments de ses étapes à savoir : - personnalité : la politique ne prend pas en compte la capacité juridique des entreprises; - intégrité du demandeur : les états financiers produits par les PME ne sont pas certifiés et ne comportent aucune signature de l administration fiscale ; - garantie : le nantissement du matériel professionnel n est pas pertinent car un matériel peut se trouver dans une situation inutilisable avant le terme de l emprunt ; - suivi de l activité : la fiche de suivi de l activité financée ne se retrouve pas le plus souvent dans le dossier de l emprunteur; - etc. Le non-respect des éléments cités ci-dessus entraine un suivi difficile des emprunteurs et peut remettre en cause le développement durable de la Microfinance. Dans la pratique, une bonne application de la procédure de contrôle interne serait nécessaire pour résoudre le problème posé. En effet, ceci pourrait consiste en une meilleure prise en compte des éléments du processus dans l octroi du crédit. Selon le TD Canada Trust (2012), le processus d octroi de crédit doit tenir compte de l'évaluation de la capacité de l emprunteur à gérer le fardeau financier que représente le crédit, à un moment donné. Cette capacité se modifie en fonction des fluctuations de la situation financière. Ceci permet de dire que le processus d octroi de crédit variera en fonction des activités et de besoins de financement exprimés. L'analyse du processus d'octroi serait la solution liée au problème posé parce qu'elle permettrait une nette maîtrise : GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 4

16 - des différentes étapes du processus d octroi ; - du temps de réalisation de chaque étape ; - de la pertinence des éléments du processus d octroi de crédit ; - des différents problèmes rencontrés à chaque étape. Dès lors, quelle analyse faire du processus d'octroi de crédit pour une meilleure gestion dudit processus? De cette question principale découlent les questions spécifiques suivantes: - quelles sont les caractéristiques des Petites et Moyennes Entreprises financées par UM-PAMECAS? - quelle est la meilleure démarche pour l'octroi d'un crédit à une PME? - quels sont les critères d éligibilité de financement de l UM-PAMECAS? - quelles sont les modalités de financement de l UM-PAMECAS? - comment se fait l'analyse d'un processus d'octroi de crédit? - la démarche choisie pour l octroi de crédit est-elle conforme aux normes et aux standards? - est-ce que cette démarche choisie protège l UM-PAMECAS? - comment apporter des perspectives d amélioration au financement? - quelle est l'efficacité du processus d'octroi d'un prêt actuel au PAMECAS? La réponse à ces interrogations nous amène à traiter le thème suivant: «Analyse du processus de l octroi de crédit aux des Petites et Moyennes Entreprises au Sénégal dans une institution de micro finance : cas de l UM-PAMECAS». L'objectif de cette étude est de «contribuer à l amélioration du processus d octroi de crédits des Petites et Moyenne Entreprise dans les institutions de micro finance». Les objectifs spécifiques qui en découlent sont : - vérifier la conformité de la démarche choisie pour l octroi de crédit aux normes et aux standards ; - s assurer de la sécurité de l UM-PAMECAS par cette démarche ; - vérifier l'efficacité du processus d'octroi d'un prêt actuel au PAMECAS. - proposer la démarche pour l'octroi d'un crédit à une PME ; GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 5

17 - définir des caractéristiques des Petites et Moyennes Entreprises financées par UM- PAMECAS ; - préciser les critères d éligibilité de financement de l UM-PAMECAS ; - définir les modalités de financement de l UM-PAMECAS ; - apporter des perspectives d amélioration au financement. Les intérêts qui pourraient se dégager de cette étude sont relatifs au PAMECAS, au lecteur et au stagiaire. - pour l UM-PAMECAS : cela lui permettra d être en position de force par rapport aux autres concurrents. En effet, les PME seront plus aptes à faire confiance aux institutions de micro finance et développer un partenariat qui repose sur une expression plus précise de leur besoin et un sens de responsabilité plus élevé susceptible de les sortir de leurs propres limites dans lesquelles elles s encerclent souvent en se situant entre le secteur informel et les grandes entreprises par une gestion hybride. - pour le stagiaire : c est une grande opportunité, car elle lui permettra de mettre en pratique les connaissances théoriques acquises au cours de notre formation. Cette étude permettra à l UM-PAMECAS de corriger le disfonctionnement et la défaillance dans le processus de l octroi aux Petites et Moyennes Entreprises. Enfin, ce mémoire comprend deux (02) parties essentielles à savoir : Une première partie qui expose les éléments conceptuels du «Cadre théorique» de ce mémoire et repose sur trois (03) chapitres, à savoir : - le premier chapitre donnera un aperçu du concept de la microfinance et des PME; - le second chapitre traitera de la question du financement des PME par la microfinance et l analyse du processus d octroi de crédit ; - et le troisième chapitre sera consacré à la description de la méthodologie adoptée pour cette étude. La deuxième partie de ce travail de mémoire, intitulée «Cadre pratique» sera également déclinée en trois (03) chapitres, qui sont : GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 6

18 - le quatrième chapitre qui est le premier chapitre de cette partie portera sur la présentation de l institution cible de notre étude, c est-à-dire PAMECAS ; - le second chapitre qui est le chapitre (5) de l étude va s appesantir sur les descriptions des pratiques de PAMECAS dans l octroi de crédit des membres ; - le troisième chapitre (chapitre 6) enfin sera consacré à l analyse des résultats de notre travail afin de proposer des recommandations. GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 7

19 PARTIE I : CADRE THEORIQUE DE L ETUDE

20 La situation économique mondiale montre que les PME constituent le secteur pourvoyeur de ressources financières, créateurs d emploi et répondant aux besoins importants de la population de base. Cependant, elles parviennent difficilement à faire financer leurs activités par les banques de la place. En effet, ces dernières estiment qu elles ne disposent pas suffisamment de documents comptables, de garanties, d une gestion cohérente. En d autres termes, elles constituent des risques pour la structure de financement. Face à cette situation, chaque Etat essaie de mettre en place différents mécanismes dont la microfinance pour le financement de ces PME. Qu est ce que la micro finance? Dans cette première partie, le cadre théorique sur la microfinance sera présenté. Il sera traité les généralités sur la microfinance et ses opérations dans le chapitre 1. Par ailleurs, après avoir traité le financement des PME par les microfinances et l analyse du processus d octroi de crédit dans le second chapitre, il sera mis en évidence enfin le modèle d analyse à appliquer au PAMECAS dans le dernier chapitre de cette partie. GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 9

21 CHAPITRE 1 : LES DIFFERENTS TYPES DE CREDITS PROPOSES PAR LA MICROFINANCE AUX PME Ce chapitre offre une brève description du secteur de la microfinance, des PME et les différents types de crédits octroyés à ces dernières. Il s agit de donner la définition, l objectif, les acteurs, les différents services ou produits proposés par la microfinance d une part, et d autre part les types de financement des PME. De généralité sur la microfinance Dans cette section, il sera présenté la microfinance, son objectif, ses acteurs et les activités liées Définition de la microfinance La microfinance peut être définie de plusieurs manières. Dans tous les cas, elle part d un constat, celui de la dépendance des populations non bancarisées envers les usuriers et prêteurs sur gage dont le but, sous couvert de respectabilité sociale, n en demeure pas moins l accaparement maximal des biens du débiteur. Avec les siècles se sont développés trois (3) grands types de systèmes financiers populaires : - le système de prêt sur gage pratiquant un taux d intérêt minimal, destiné uniquement à couvrir les frais de gestion de l entreprise a été créé en Italie en Il provient d une inspiration catholique appelé le Mont-de-piété ; - les systèmes de crédit mutuel / coopératives d épargne et de crédit s est développé avec un véritable mouvement de bancarisation de masse, à l initiative de notables et parfois avec le soutien de l Etat ; - dans les années 1970 et au début des années 1980, simultanément au Bangladesh et en Bolivie, puis dans divers pays en développement, de nouveaux systèmes ont été crées pour lutter contre les pratiques des usuriers afin de sortir les plus pauvres de la misère. Basés sur le microcrédit destiné aux activités productives, garantis par un système de caution solidaire, ces nouveaux systèmes ont ensuite développé tous types de services financiers, dont la collecte de l épargne, tout en maintenant la priorité du crédit productif sur la thésaurisation. Les concepts modernes de GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 10

22 «microcrédit» et de «microfinance» étaient nés, de même que celui de l «Institution de microfinance», ou IMF (LHERIAU, 2005 :6). - le micro-crédit a été «initié» par le Professeur Yunus qui a aussi créé la Grameen Bank au Bangladesh. Elle repose sur un constat et un principe très simple : les plus pauvres des pauvres n'ont pas accès aux banques, et donc au crédit, car ils ne peuvent offrir de garanties matérielles ou financières. Grâce à son évolution fulgurante au fil des décennies, la Microfinance est considérée comme un moyen efficace de création de microprojets et donc de création de richesse et un outil de lutte contre la pauvreté. Elle peut aujourd hui recouvrir quatre (4) notions : - dans son acception la plus simple, elle consiste en la mise en place des financements spécifiques, à savoir des microcrédits en faveur de personnes non «bancables» et pour des activités génératrices de revenus ; - le plus souvent, dans les PED, elle vise à l extension de la bancarisation des populations exclues du secteur bancaire, en leur offrant la possibilité de disposer d un compte en banque pour y déposer leurs économies et servir de support à des opérations de crédit ; - en sus des opérations de sécurisation de l épargne et d octroi de (micro)crédits, les Institutions de microfinance ou «IMF» offrent de plus en plus souvent des moyens de paiement et en premier lieu des virements de fonds, nationaux ou internationaux (par exemple au sein de l UEMOA ou de la CEMAC), dont Nord-Sud (rapatriement des fonds des travailleurs migrants); la microfinance peut ainsi contribuer au développement des PED en permettant l acheminement des fonds jusque dans les villages et les quartiers, ce que les banques «classiques» ne font pas ou mal; - enfin, les IMF ont parfois un rôle de fourniture des autres services non bancaires, financiers (micro assurance) ou non (centrale d achat pour les membres et d une manière générale toute société de service filiale et/ou partenaire de l IMF, comme la téléphonie mobile au Bangladesh avec Grameen Phone) (LHERIAU, 2005 :19). Quelle que soit l approche retenue en matière de microfinance, il importe de ne pas perdre de vue son objectif hautement social et humain. A ce titre, LHERIAU (2009 : 38) dans son œuvre fait référence à quelques propos de certains diplomates des nations Unie ci-dessous GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 11

23 pour illustrer parfaitement les enjeux de la microfinance et les possibilités entrouvertes par son développement. - Adechi, Ambassadeur du Bénin auprès des Nations Unies «...La microfinance est une approche participative du développement permettant aux gens de prendre le contrôle sur leurs vies et de devenir autonomes il n est pas nécessaire de disposer de moyens considérables pour avoir des idées créatives en affaires, pour épargner en fonction de ses propres priorités et pour, au final, planifier son avenir». - Annan, Ancien Secrétaire général de l ONU «L accès durable à la microfinance aide à réduire la pauvreté en permettant la génération de revenus et la création d emplois, en donnant la possibilité aux enfants d aller à l école et aux familles d avoir accès à des soins médicaux et en permettant aux gens de faire les choix qui répondent au mieux à leurs besoins. Ensemble, nous pouvons et nous devons construire des secteurs financiers accessibles à tous qui aident les gens à améliorer leurs conditions de vie». - Brown, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement «La microfinance est bien plus qu un simple outil pour la génération de revenus. En renforçant les rapports de force en faveur des pauvres, et en particulier des femmes, elle est devenue un des mécanismes clés pour l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, et plus spécifiquement pour l atteinte de la cible globale de réduction de moitié, de l extrême pauvreté et de la faim, à l horizon 2015». Cet aspect social présenté précédemment a été soutenu également par d autres auteurs dont LELART (2005 :1) en ces termes : «La microfinance repose sur le lien social et s'en sert"..."la microfinance est une finance de proximité, proximité géographique bien sûr, car les personnes se connaissent et se cautionnent parfois mutuellement, mais surtout culturelle. Elle est toujours adaptée aux besoins, c'est pourquoi elle innove en permanence : ce sont des services d'assurance, ce sont aussi les services de transferts de fonds utilisés par les migrants». Par ailleurs, en plus de l aspect social, certains auteurs présentent l importance de l aspect finance et micro. En effet, selon SOULEMANE (2007 : 16), «La microfinance désigne tout au moins dans son acception financière, au sens large, les prestations de services de «petite taille» dans GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 12

24 le domaine de l épargne du crédit et de l assurance. De fait, les institutions de MF offrent effectivement des produits de «petite taille» relativement adaptés aux besoins de la population spécifique : les prêts de campagnes de soudures, d équipement, de services d épargne et d assurance. Généralement cette population est caractérisée par son niveau de pauvreté et l inaccessibilité des prestations des services financiers offertes par le secteur formel. Si l aspect «finance» se prête à une définition plus aisée, il en va autrement pour l aspect «micro». La diversité des définitions telle quelle apparaît à la lumière de la littérature spécialisée peut être regroupé sous quatre (04) catégories : une définition de nature quantitative cherchant à caractériser la microfinance par la taille des transactions, une définition de nature plus institutionnelle qui voit dans la microfinance des modalités d économie d échange fondées sur la solidarité et la proximité, une définition au sens large qui pousse la microfinance au-delà des frontières strictes de la finance et enfin une définition normative qui conçoit les institutions de microfinance comme des alternative aux échecs du marché dans le domaines spécifiques de financement des petites et micro- activités productives. Selon BOUYO (2012 : 32) «la microfinance désigne les dispositifs permettant d offrir de très petits crédits à des familles très pauvres pour les aider à exercer des activités productrices ou génératrices de revenus leur permettant de développer à la longue, de très petites entreprises» Objectif de la microfinance Selon NDONGO (2010 : 157) «la microfinance est un objectif de développement économique. Elle est un support en soi à l économie nation en créant des richesses et en développement l emploi». En effet, elle a pour objectif essentiel d insérer à travers l appui à la création d activités d auto-emploi, les populations pauvres dans le circuit économique de leur pays. A cet effet, elle constitue un moteur de la croissance économique et permet d assurer l équilibre financier du secteur avec des financements répétitifs et progressifs. En d autres termes, la microfinance a un double objectif : GNAZALE Ela, Promotion 3-MPCGF ; ISCBF-CESAG Page 13

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4 Le taux d intérêt en question Sources : Séminaire de Dakar et travaux de l ATP Cirad-Cerise. Fiche Mémento de l Agronome Version Multimédia CNEARC, CIRAD

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID LA MICROFINANCE CLASSIQUE LA MICROFINANCE ISLAMIQUE L IMPACT ECONOMIQUE ET SOCIAL L EXPÉRIENCE DE LA BID 1.La Microfinance? la Grameen Bank

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Les politiques Publiques de Garantie des Crédits aux PME, une étude comparative entre l Algérie et l Italie

Les politiques Publiques de Garantie des Crédits aux PME, une étude comparative entre l Algérie et l Italie Revue des Sciences Humaines Université Mohamed Khider Biskra No :33 Les politiques Publiques de Garantie des Crédits aux PME, une étude comparative entre l Algérie et l Italie Université d Oum El Bouaghi

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

UN BILAN EN DEMI-TEINTE : MICROCRÉDIT OU MICRO-ENDETTEMENT? LA MICRO-FINANCE, UNE PORTE D ENTRÉE À LA PROTECTION SOCIALE

UN BILAN EN DEMI-TEINTE : MICROCRÉDIT OU MICRO-ENDETTEMENT? LA MICRO-FINANCE, UNE PORTE D ENTRÉE À LA PROTECTION SOCIALE 2 ] Sécurité des revenus Le cas du microcrédit CADRE GÉNÉRAL Selon le rapport annuel de la Banque mondiale, l année 2010 compterait quelques 64 millions de personnes de plus en situation d extrême pauvreté.

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge

Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge Le recours a la méthode de calcul des taux fixes pour les produits de microcrédit a été proscrit depuis 2001 au Cambodge. Conformément à l application

Plus en détail

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé Ralph Denizé Montréal, Canada 1. TABLE DES MATIERES Le FOMIN en Bref Le mandat du FOMIN Le FOMIN en chiffres Le FOMIN en Haiti FOMIN Haiti en chiffres FOMIN

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 1 : Le contexte actuel. Financement mixte. Les temps ont changé

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 1 : Le contexte actuel. Financement mixte. Les temps ont changé Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 1 : Le contexte actuel Financement mixte Par MARK EIKELAND, CGA Les temps ont changé Où se trouve l argent? Financement mixte D autres raisons

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank BIM n 114-3 avril 2001 Karin BARLET Le crédit-bail ou leasing est une opération simple, pratiquée depuis longtemps dans de nombreux pays. Aujourd hui

Plus en détail

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Institut de Microfinance Créa-Sol 26 rue Montgrand - 13006 Marseille 04 91 57 72 15

Plus en détail

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% &

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!#$ $% & Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% & '( L enquête 1-2-3 dans les Etats membres de l UEMOA Le Programme régional d'appui statistique à la surveillance multilatérale des pays de l'uemoa

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE Quels modes d interventions pour améliorer la contribution de la microfinance au financement de l agriculture Fida : la problématique du financement de l'agriculture en Afrique de l'est et Australe (4/6)

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Présentation : Banque Régionale de Marchés (BRM) Assemblée Générale Annuelle FANAF Février 2011, Dakar LA BRM EN QUELQUES MOTS Première banque

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES»

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» 15 novembre 2012 Christine Brosseau, CPA, CA, Associée Costandino Muro, CPA, CA, Directeur principal Pourquoi incorporer mon entreprise Au Québec 3 modes d exploitation L

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE Royaume du Maroc DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE 1 Le rapport d un diagnostic stratégique est un rapport d expertise, il représente la synthèse des informations

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Les mutations juridiques et institutionnelles de la microfinance au Sénégal

Les mutations juridiques et institutionnelles de la microfinance au Sénégal ATELIER D ECRITURE SUR LA MICROFINANCE AU SENEGAL " Ecrire pour partager les expériences et innovations dans le secteur de la microfinance au Sénégal" Les mutations juridiques et institutionnelles de la

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE»

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE» Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone Yaoundé, le 06

Plus en détail

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit.

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Annexe 2 : MICROCREDIT Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Les expressions utilisées ci-dessous doivent avoir le même sens que celles utilisées dans l Appel à Manifestation

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Précis de réglementation de la microfinance. Tome I : Le droit financier et la microfinance

Précis de réglementation de la microfinance. Tome I : Le droit financier et la microfinance Précis de réglementation de la microfinance Tome I : Le droit financier et la microfinance AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT, 2005 5 rue Roland Barthes - 75598 Paris cedex 12 Tél : 33 (1) 53 44 31 31 -

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail