Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 12 5 décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 12 5 décembre 2012"

Transcription

1 Gilly-sur-Isère : 17 ans de tergiversations, 11 ans d errance judiciaire Page 6 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 12 5 décembre Twitter Une nouvelle tête pour le CNR Yves Faure succède à Paul Deffontaine à la présidence du Cercle national du recyclage. Paul Deffontaine l avait annoncé lors du dernier congrès du Cercle national du recyclage (CNR) à Rouen le 27 septembre dernier à Rouen : il ne briguerait pas un nouveau mandat de président. C est donc Yves Faure qui a été désigné pour lui succéder lors du conseil d administration du 13 novembre. Il était seul candidat en lice et a été élu à l unanimité. Adjoint (PS) au maire des Ulis (Essonne) chargé de l urbanisme, Yves Faure, aujourd hui 53 ans, a fait des études d économie et de sciences politiques avant de travailler dans le secteur bancaire puis d être auto-entrepreneur. Depuis 2008, il préside le SIOM de la vallée de Chevreuse (17 communes, habitants). Il est également, depuis octobre 2012, secrétaire de l Ordif (Observatoire régional des déchets d Ile-de-France). Paul Deffontaine, cofondateur du CNR, en aura donc occupé la présidence pendant 17 ans, depuis sa création en Il avait aussi participé à la fondation de l Association des villes et régions pour le recyclage (ACRR, devenue aujourd hui ACR+), basée à Bruxelles. Il demeure trésorier du CNR. Deux nouveaux vice-présidents on été désignés par le CA du CNR : Jean-Patrick Masson, vice-président de l agglomération dijonnaise (Côte-d Or), et Alain Rouault, président du SITOM 93 (Seine- Saint-Denis). Au sommaire Biogaz : le Sydeme prêt pour la triple valorisation Le syndicat de Moselle-Est attend un nouveau texte réglementaire pour à la fois produire de la chaleur et de l électricité et injecter du biométhane épuré. > p. 2 Osilub met de l huile dans la régénération L usine, filiale de Sarp Industries et de Total Lubrifiants, ambitionne de conquérir 50 % du marché français des huiles minérales usagées. > p. 4 Gilly-sur- Isère : Novergie, «prestataire» condamné puis relaxé La cour d appel a jugé que l opérateur n était pas responsable des mises aux normes. > p. 6 Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 1

2 Dans l actualité Biogaz : le Sydeme prêt pour la triple valorisation Le syndicat de Moselle-Est attend un nouveau texte réglementaire pour à la fois produire de l électricité et de la chaleur, et injecter son biogaz épuré. Il a par ailleurs développé un partenariat avec la Sarre pour y faire traiter une partie de ses résiduels et accueillir une partie des biodéchets sarrois. Le Syndicat mixte de transport et de traitement des déchets ménagers de la Moselle-Est et de l Alsace bossue (Sydeme, habitants) a inauguré le 23 octobre dernier l unité de préparation de biométhane de son usine de méthanisation de Morsbach, baptisée Méthavalor. D une capacité de t/an, l usine traite uniquement des biodéchets collectés sélectivement en provenance soit Des biodéchets collectés en multiflux des ménages, soit de gros producteurs (professionnels, restauration collective, métiers de bouche ). Elle utilise le procédé de méthanisation Kompogas, commercialisé en France par Vinci Environnement, avec des digesteurs horizontaux dotés d agitateurs à axe longitudinal, et fonctionnant en mode thermophile (55 C). L usine compte trois digesteurs. Texte en préparation La particularité de Méthavalor est qu elle devrait, à terme, Au Sydeme, les biodéchets des ménages collectés sélectivement le sont par une collecte «multiflux». Chaque ménage dispose de sacs de trois couleurs différentes : bleus pour les résiduels, orange pour les recyclables (emballages hors verre, et papiers) et verts pour les biodéchets. Tous les sacs sont déposés ensemble dans des bacs ordinaires et collectés par les mêmes bennes. Ils sont ensuite séparés selon leur couleur dans des Extrémité d une spirale sans axe qui permet de convoyer les sacs. centres de tri multiflux, par tri optique. Le système, mis au point par la société suédoise Spiral Trans et baptisé Bag Tronic, est grosso modo semblable, dans son principe, à celui de la société Optibag, mais avec quelques différences importantes. D une part, le déplacement des sacs sur les lignes de tri se fait avec des spirales sans axe (ou des vis sans fin sans âme ; voir photo). D autre part, l éjection des sacs se fait par gravitation, avec ouverture d une trappe. Le Sydeme, qui a participé au développement du procédé, est codétenteur de brevets le concernant. Pour l instant, le Sydeme est la seule collectivité à avoir mis en œuvre ce système. Mais des collectivités canadiennes et norvégiennes envisageraient de l adopter, indique le Sydeme. La collecte multiflux permet, comme son nom l indique, de collecter plusieurs flux en même temps, mais dans des sacs de couleur différente. Ici, les sacs verts dédiés aux biodéchets sont moins visibles car plus denses, ils ont tendance à passer sous les autres. Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 2

3 Dans l actualité permettre une triple valorisation du biogaz : d une part sous forme d électricité et de chaleur, via des moteurs à gaz (la chaleur servant à chauffer les locaux administratifs du Sydeme et une ferme expérimentale toute proche), et d autre part par injection dans le réseau de GrDF, après épuration. Actuellement, la réglementation ne permet pas de bénéficier à la fois du tarif d achat de l électricité produite avec les moteurs, et de celui destiné au biogaz injecté dans le réseau. A Morsbach, la valorisation se fait donc pour l instant uniquement via les moteurs à gaz. Mais l installation est prête pour l injection. Cette dernière pourra donc démarrer dès que le nouveau texte réglementaire en préparation sera publié. Le site de Méthavalor dispose aussi d une station de remplissage destinée aux véhicules fonctionnant au gaz naturel pour véhicules (GNV), ouverte au public. Elle alimente en particulier les véhicules de transport et de collecte et les véhicules utilitaires du Sydeme, ainsi que six bus de la régie de transport de l agglomération de Forbach. A terme, l ensemble du parc de bus de la régie (une trentaine) pourra venir y faire le plein. Vue aérienne de l usine de Morsbach. Au centre à gauche, les trois digesteurs Kompogas horizontaux. La station de remplissage de GNV attenante à l usine. Elle est aussi ouverte au public. Echange OMR contre biodéchets, prix intéressant Le Sydeme échange une partie des ses capacités de méthanisation pour l instant excédentaires car toute la population n est pas encore desservie par la collecte multiflux contre une partie des capacités d incinération de la Sarre voisine elles aussi excédentaires (voir Déchets Infos n 7). Le Sydeme valorise ainsi ses déchets résiduels, qui seraient autrement enfouis, tandis que la Sarre peut valoriser ses biodéchets. Un accord de mutualisation des services a été signé en 2011 en ce sens. Il s appuie en particulier sur une jurisprudence de la Cour de justice de l Union européenne (CJUE) qui permet à des collectivités locales de mettre en commun leurs moyens sans passer par une procédure d appel d offres. Coût égal Sur le plan économique, l échange se fait à coût égal à la tonne : une tonne d OMR valant une tonne de biodéchets (environ 70 ). En revanche, compte tenu des gisements et des capacités respectives de chaque partie, le Sydeme devrait envoyer environ 3 tonnes d OMR contre une tonne de biodéchets reçus. Les tonnages traités de part et d autre seront de toute façon adaptés en fonction des capacités disponibles. Pour le Sydeme, cette capacité devrait baisser au fur et à mesure que la collecte multiflux sera étendue, la fin du déploiement étant prévue en septembre Un des points épineux à résoudre a été la question de la caution financière. Une solution a finalement été trouvée via la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 3

4 Dans l actualité Osilub met de l huile dans la régénération L usine de Gonfreville-L Orcher, filiale de Sarp Industries et de Total Lubrifiants, ambitionne de conquérir 50 % du marché français, avec un taux de valorisation matière de 75 %. Il n y avait jusqu à présent qu un seul régénérateur d huiles minérales usagées en France : Eco Huile, filiale d Auréa, elle-même filiale de Financière 97, une holding qui s est développée dans les industries du recyclage ces dernières années. Il y a en désormais deux, voisins sur le plan géographique car tous les deux installés dans la zone portuaire du Havre. Mais sans rapport entre eux sur le plan capitalistique. Osilub, filiale à 65 % de Veolia Propreté (via Sarp Industries) et à 35 % de Total Lubrifiants, a démarré ses activités l été dernier à Gonfreville-L Orcher. L usine traite, selon ses dirigeants, pour l instant environ t en rythme annuel, mais elle est en phase de montée en charge et sa capacité totale est de t/an, soit environ la moitié du gisement français. du VGO («vacuum gas oil»), vendu à Total Lubrifiants pour en faire de l huile de base et, après ajout de divers additifs, de l huile neuve ; et une sorte d asphalte très pâteux, «déchet du déchet», éliminé en installation de traitement de déchets dangereux (actuellement chez Sarp Industries à Limay). Le reste est constitué notamment d un peu d eau, d essence (non recyclable) et de gazole (recyclé). Selon Osilub, son procédé permet de produire 75 litres d huile de base à partir de 100 litres d huile usagée, soit un taux de valorisation matière de 75 %, alors que son concurrent direct n atteindrait que 45 %, et que les régénérateurs européens performants seraient eux aux alentours de 75 %, comme Osilub. Avec cet investissement de 55 M, Osilub espère capter environ la moitié du gisement français. Actuellement, hormis ce qui est régénéré chez le concurrent Eco Huile, une partie du gisement est exportée pour être régénérée, et le reste vendu à des cimentiers, Feuille1 Répartition Répartition de la des destination huiles des minérales huiles usagées usagées collectées collectées en France en France selon leur (septembre destination 2011-août (septembre 2012) août 2012) Traitement de déchets 7% Chaufourniers 11% Fabricants de combustible 6% Régénération France 30% Distillation sous vide Son procédé consiste à distiller les huiles usagées, un peu comme le ferait une raffinerie (les spécialistes parlent d ailleurs de «re-raffinerie»). Plus précisément, il s agit d une «distillation sous vide à films raclés», qui permet d améliorer sensiblement le rendement de régénération. Des deux tours de distillation du site sortent principalement deux produits : Cimenteries 20% Régénération Export 27% La part de la régénération a augmenté ces dernières années et atteint aujourd hui presque 60 %, dont environ la moitié à l exportation. Avec le démarrage l été dernier de l usine Osilub, qui a une capacité nominale égale à la moitié du gisement français, la répartition entre les modes de traitement pourrait fortement changer dans les mois et les années à venir, en particulier au détriment des cimentiers et des chaufourniers. (source du graphique : Ademe, Tableau de bord de la filière huiles usagées ; graphique Déchets Infos) Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 4

5 Dans l actualité des chaufourniers (fabricants de chaux) ou des traiteurs de déchets comme combustible (voir graphique ci-dessous). Osilub vise aussi une partie du gisement de Belgique et de Grande-Bretagne, où les capacités de régénération sont faibles ou inexistantes. Elle mise pour cela sur son positionnement logistique (port maritime et fluvial du Havre, en particulier). L investissement d Osilub arrive à un moment où le prix du pétrole est haut, ce qui rend le recyclage des huiles économiquement plus intéressant. La directive cadre sur les déchets révisée en 2008 a donné la priorité à la valorisation matière avant la valorisation énergétique. Enfin, la technologie s est améliorée, permettant de meilleurs rendements matière, et donc améliorant l équation économique. Une autre usine Osilub est actuellement en construction au Canada. Les deux colonnes de distallation sous vide. L usine a une capacité nominale de t/an. Huiles avant et après régénération. Huiles minérales : une filière auto-portée financièrement Depuis 2011, les collecteurs se payent avec le prix de vente des huiles usagées. La filière des huiles minérales usagées (huiles moteur, huiles de machines ) a été la première filière de responsabilité élargie des producteurs (REP) mise en place en France, en Au départ, les metteurs en marché payaient une taxe parafiscale dédiée, puis la TGAP. L Ademe subventionnait la collecte et le traitement grâce au produit de la taxe parafiscale puis sur son propre budget. Jusqu en 2006, l agence négociait elle-même, dans un «cadre normalisé», les conditions de reprise des huiles avec les repreneurs (cimentiers, régénérateurs ). Et elle indemnisait les collecteurs en fonction des sites où les huiles étaient traitées et des différents prix d achat pratiqués par les installations. A partir de 2007, les capacités de traitement étant excédentaires, les prix des huiles usagées ont augmenté. L Ademe a alors laissé les collecteurs négocier directement avec les repreneurs, en faisant jouer le marché. Elle n intervenait que pour combler «de façon forfaitaire et uniforme» l écart entre un prix de marché moyen et le coût de collecte moyen. Depuis début 2011, la hausse des prix de l huile s étant poursuivie, l Ademe ne finance plus du tout la collecte et la valorisation en Métropole. Seule la collecte d Outremer demeure subventionnée, en raison des coûts générés par le transport maritime jusqu aux centres de traitement, généralement en Métropole. Aujourd hui, la tonne d huile usagée se vend aux alentours de 200. Le VGO («vacuum gas oil»), produit par Osilub à partir des huiles usagées et qui sert à faire de l huile de base, est coté environ 600 /t. Quant à l huile de base qui sert à la fabrication des huiles vendues sur le marché (après ajout d additifs), elle se vend environ 800 /t. Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 5

6 Gilly-sur-Isère : clap de fin Après des années de procédure, l affaire de l incinérateur de Gilly-sur-Isère vient de connaître son dénouement avec l arrêt de la cour d appel de Chambéry. Retour sur un dossier qui a marqué le monde français du déchet pendant une décennie. Novergie, «prestataire» condamné puis relaxé La cour d appel a jugé que le véritable exploitant de l incinérateur était le Simigeda (syndicat de traitement), tandis que Novergie, simple «prestataire», était «privé d un pouvoir autonome de décision» sur la mise aux normes. La cour d appel de Chambéry a rendu le 21 novembre dernier son jugement dans l affaire de l usine d incinération d ordures ménagères (UIOM) de Gilly-sur-Isère (voir Déchets Infos n 7). Il était reproché à la filiale de Sita (groupe Suez Environnement) d avoir exploité sans autorisation cette usine. Selon le jugement de première instance, l arrêté préfectoral d autorisation d exploiter avait été rendu caduc en raison de modifications notables dans les conditions d exploitation : augmentation des quantités incinérées et non-respect de la réglementation, en particulier sur les conditions de post-combustion et les émissions atmosphériques. Et si le Simigeda (Syndicat intercommunal mixte de gestion des déchets du secteur d Albertville) était bien titulaire de l arrêté préfectoral d autorisation d exploiter, Novergie en était, selon le tribunal, «l exploitant juridique et matériel». La cour d appel n a pas retenu ces arguments. D une part, elle a relevé, au vu des cahiers de quart ou de «l état de réception des ordures», qu à aucun moment l UIOM n avait dépassé sa «capacité nominale de fonctionnement annuelle», qui était de t/an. Surtout, la cour a considéré que le véritable exploitant de l usine n était pas Novergie mais le Simigeda, «unique exploitant en droit et en fait de l installation». Pouvoir d engagement «[ ] Le pouvoir d engagement financier de l exploitation de l usine de Gilly-sur-Isère, en particulier concernant sa mise en conformité, reposait bien sur le Simigeda», écrit la cour. A l inverse, le contrat liant Novergie au Simigeda «interdisait à la SAS Novergie Centre Est d interrompre le fonctionnement de l installation en dehors des périodes d entretien et sans avoir obtenu l accord préalable» du syndicat. Et «il lui interdisait d exécuter, sans l accord préalable du Simigeda, des travaux permettant de mettre l usine en conformité avec les règlements techniques et administratifs [ ]». Ainsi, selon la cour d appel, il est «manifeste» que l UIOM «était gérée à la demande, au bénéfice et pour les besoins du Simigeda et que ce dernier avait confié la seule conduite matérielle de l installation à un prestataire [Novergie, ndlr] qui était privé d un pouvoir de décision autonome en la matière». Décision logique Pour Novergie, c est donc une victoire, l entreprise ayant toujours considéré que les mises en conformité ne relevaient pas de sa responsabilité. Chose pas si courante, un des avocats des parties civiles, M e Thierry Billet, a reconnu lui aussi le caractère «logique sur le plan juridique» de la décision de la cour d appel. Selon plusieurs observateurs, l arrêt pourrait faire jurisprudence. A minima, il devrait inciter les collectivités et les opérateurs à clarifier les responsabilités respectives de chacun, dans le cadre de leurs contrats. A télécharger, l arrêt de la cour d appel de Chambéry (réservé aux abonnés) : dechets-infos.com/?p=1131 Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 6

7 L auto-dissolution du Simigeda : une affaire dans l affaire Le syndicat de traitement de Gilly-sur-Isère s est arrangé pour échapper aux poursuites pénales sans que les pouvoirs publics et le Parquet d Albertville y trouvent à redire. Si la cour d appel a relaxé Novergie, elle en a profité aussi pour épingler les élus du Simigeda et les pouvoirs publics. Elle note par exemple que Novergie avait, dès 1998, alerté le Simigeda sur la nonconformité de l installation, ajoutant que la responsabilité du syndicat pouvait être engagée en raison du non-respect des normes d émissions (1). Mais face à cette situation, les responsables du syndicat n ont guère fait que tergiverser, demandant des délais et repoussant les décisions à plus tard, jusqu à l arrêt forcé de l installation le 25 octobre 2001, après la découverte, par les services vétérinaires, d une importante pollution aux dioxines. L arrêt de la cour d appel parle de «réticences des responsables du Simigeda quant à la mise aux normes». Les services préfectoraux en prennent aussi pour leur grade. Ainsi, si un inspecteur de la DRIRE (ancêtre de la DREAL, chargée du suivi des installations classées) a, dès 1999, relevé les non-conformités de l usine, «le dossier de Gilly-sur-Isère n avait jamais été considéré comme prioritaire» par les responsables du service. Surtout, un an avant le procès en première instance, les élus du Simigeda ont décidé de dissoudre le syndicat et d adhérer à une structure plus grande, Savoie Déchets, ce qui entraînait, de fait, l arrêt des 17 ans de tergiversations, 11 ans d errance judiciaire L incinérateur de Gilly-sur- Isère n a jamais respecté certaines prescriptions de son autorisation d exploiter, délivrée en L enquête judiciaire s est, dès l origine, orientée sur un aspect sanitaire. Mais les expertises médicales et épidémiologiques ont relativisé le risque et indiqué qu on ne pouvait pas établir de «relation exclusive et directe de causalité» entre l exposition aux fumées (et notamment aux dioxines) et les cancers des plaignants. Retour sur la chronologie des événements. (1) 1984 : le Simtom (Syndicat intercommunal mixte de traitement des ordures ménagères) d Albertville, ancêtre du Simigeda, obtient un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter pour un incinérateur construit à Gilly-sur-Isère : la conduite de l incinérateur est confiée à la société Triga, qui sera plus tard rachetée par Novergie. 25 janvier 1991 : un arrêté ministériel fixe plusieurs échéances (1992, 1995 et 2000) pour modifier les conditions dans lesquelles doivent fonctionner les incinérateurs, notamment pour la réduction de leurs émissions atmosphériques : Novergie écrit au Simtom pour lui rappeler les prescriptions de l arrêté de 1991 et lui proposer des solutions techniques : le directeur de Novergie Centre Est signale au Simtom que l incinérateur est non conforme, notamment pour ce qui est des rejets dans l atmosphère. Il précise que la responsabilité du syndicat pourrait être engagée : Vincent Ruguet, inspecteur des installations classées à la DRIRE, rédige une note sur les non-conformités de l usine. A l époque, «aucune action significative de ce service [la DRIRE, ndlr] concernant la mise aux normes de l usine de Gillysur-Isère n était réalisée», le dossier n ayant «jamais été considéré comme prio- Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 7

8 poursuites contre le Simigeda. Et cette dissolution a été entérinée par la préfecture. Entrave à la justice Novergie avait alors déposé plainte pour «entrave à la justice» et «organisation frauduleuse d insolvabilité». L ACALP (Association citoyenne active de lutte contre les pollutions), partie civile, avait refusé de s y associer. «Le président du Simigeda avait changé. Or nous voulions que ce soit celui qui était président au moment des faits qui s explique», justifie la co-présidente de l ACALP Dominique Frey. «Par ailleurs, nous ne voulions pas être l allié objectif de Novergie», ajoute-t-elle. La plainte de Novergie a été classée sans suite, l infraction n étant «pas caractérisée» aux yeux du Parquet. Selon M e Saint-Pierre, avocat de Novergie, et M e Billet, avocat des parties civiles, il n y aurait pas eu de véritable enquête sur ce volet de l affaire. «Aucune perquisition n a été réalisée. La sous-préfète d Albertville, qui a entériné l auto-dissolution du Simigeda, a prétendu qu elle n était pas au courant qu une procédure judiciaire était en cours. Et le Parquet a pris cette affirmation pour argent comptant», indique M e Saint-Pierre. Le Simigeda et ses dirigeants ne seront donc jamais jugés. 1. En fait, dans son arrêt de renvoi de 2009 (avant le procès en première instance), la cour d appel notait que dès fin 1995, Novergie avait écrit au Simtom «pour lui rappeler les prescriptions de l arrêté du 25 janvier 1991 et proposer des solutions techniques». ritaire», indique la cour d appel. octobre 2000 : le Simigeda (qui a succédé au Simtom) abandonne le projet de travaux de mise aux normes et recherche «une solution alternative». 27 juillet 2001 : le préfet adresse au Simigeda un arrêté de mise en demeure. Le Simigeda demande «un nouveau délai jusqu au 30 octobre 2001 pour étudier les différentes solutions possibles». 25 octobre 2001 : le préfet ordonne l arrêt de l incinérateur, les services vétérinaires ayant constaté une importante pollution aux dioxines 2002 : une information judiciaire est ouverte, en particulier pour «homicides involontaires et atteintes involontaires à l intégrité de la personne [ ] par violation manifestement délibérée d obligations particulières de sécurité ou de prudence» : une étude montre que le taux de cancers dans la rue Berthet (présentée comme la «rue des cancers») est «significativement plus faible que celui attendu» et 2006 : les experts médicaux constatent que les plaignants atteints de cancers présentent, à une exception près, des taux de dioxines «compatibles avec des résultats de population normale» : une expertise technique montre que l incinérateur n a jamais respecté certaines prescriptions de son arrêté d autorisation d exploiter de 1984, notamment sur la post-combustion. En revanche, les tonnages annuels incinérés étaient conformes à sa capacité maximale : l Institut de veille sanitaire (InVS) met en évidence, sur 2,5 millions d habitants et 16 incinérateurs, une hausse significative mais modérée du risque de certains types de cancers (assez rares) pour les personnes exposées aux fumées dans les années 1970 et Une autre étude ne met pas en évidence, pour Gilly-sur- Isère, de taux anormal de cancers pour les populations exposées aux fumées. L InVS précise toutefois que pour cette étude-là, l échantillon est statistiquement peu significatif. octobre 2007 : la juge d instruction prononce un non-lieu sur le volet sanitaire de l affaire (notamment la mise en danger de la vie d autrui). Novergie et le Simigeda demeurent prévenus d exploitation d une installation classée sans autorisation : la cour d appel valide le non-lieu de la juge sur l aspect sanitaire. fin 2009 : le Simigeda s auto-dissout. La préfecture ne s y oppose pas. fin 2010 : jugement en première instance. Novergie est condamnée, en tant qu exploitant, à d amende. novembre 2012 : Novergie est relaxée en appel. La cour considère que l exploitant «en droit et en fait» était le Simigeda. L avocat des parties civiles indique qu il n ira pas en cassation. 1. Les citations sont extraites de l arrêt de la cour d appel du 21 novembre 2012 et de l arrêt de renvoi de cette même cour de septembre 2009, avant le jugement en première instance. Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 8

9 Non-respect des normes? Pas d urgence, selon un tribunal En 2000, le tribunal administratif de Poitiers avait débouté Novergie qui souhaitait suspendre l exploitation de l incinérateur de l île d Oléron, non conforme aux normes. Pour le juge, l affaire ne présentait pas de caractère d urgence justifiant un référé. Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets Parution quinzomadaire (23 numéros par an) Diffusion par courriel 13, avenue du Dr Antoine Lacroix Le Kremlin-Bicêtre Directeur de la publication et rédacteur en chef : Olivier Guichardaz Devant la cour d appel de Chambéry, Novergie a évoqué un jugement du tribunal administratif (TA) de Poitiers qui ne manque pas de surprendre. L affaire en question remonte à juillet 2000, soit plus d un an avant que n éclate celle de Gilly-sur-Isère. Novergie avait saisi le TA en référé pour demander la suspension de son contrat d exploitation de l incinérateur de l île d Oléron, car l incinérateur ne respectait pas les prescriptions de l arrêté ministériel du 25 janvier 1991, qui fixe en particulier des valeurs limites d émissions atmosphériques. Le juge des référés avait débouté Novergie en expliquant qu une telle question relevait du juge du fond. Attendre quelques mois Si on suit le raisonnement du juge, il aurait donc fallu que Novergie monte un dossier, attende quelques mois que l affaire soit «audiencée» (c est-à-dire programmée pour être jugée), puis attende encore quelques semaines pour que le TA prononce son jugement avant de, peut-être, arrêter de faire fonctionner l incinérateur. Un calendrier qui semble assez peu compatible avec le respect de normes liées à la protection de la santé des riverains et de l environnement Dans l affaire de Gilly-sur- Isère, la cour d appel a bien relevé que le contrat liant Novergie au Simigeda imputait au Simigeda les travaux de mise aux normes, et interdisait à Novergie de les faire elle-même sans l accord du syndicat. Mais la cour note également que le contrat «ne comportait aucune clause interdisant à l exploitant [Novergie, ndlr] de le dénoncer en cas de violation par la collectivité [le Simigeda, ndlr] de ses obligations essentielles». Force majeure Le problème est que le droit des marchés publics est très clair : un prestataire ne peut, de son propre chef, suspendre ou rompre son contrat, sauf cas de force majeure. Et la jurisprudence est très restrictive sur la notion de force majeure. Pour l incinérateur de l île d Oléron, le juge des référés du tribunal administratif avait jugé qu il n y avait pas urgence à statuer. A moins de porter un regard différent sur la force majeure ce qui est probable maintenant que les risques sont mieux connus, pourquoi en aurait-il été différemment, à l époque, à Gillysur-Isère? Olivier Guichardaz est membre du réseau Ad Missions (société de portage salarial, Siret n ). La reproduction de tout ou partie du contenu de Déchets Infos est rigoureusement interdite, sauf accord exprès de l éditeur. La liberté de la presse ne s use que si l on ne s en sert pas. Elle peut aussi, parfois, pâtir d un manque de ressource. Si les articles publiés dans Déchets Infos vous semblent pertinents, le meilleur moyen de le faire savoir est de vous abonner. C est aussi le meilleur moyen de continuer à nous lire. Si vous effectuez régulièrement des copies de numéros ou d articles de Déchets Infos (par exemple pour une revue de presse), merci d en informer le Centre français d exploitation du droit de la copie (CFC ; Abonnement (TVA : 19,6 %) : 1an, 23 numéros : 195 HT (233,22 TTC), 1 an, tarif réduit (ONG, chômeurs ; sur justificatif) : 145 HT (173,42 TTC) 3 mois, 6 numéros, non renouvelable : 45 HT (53,82 TTC). Abonnements groupés : le premier à plein tarif, les suivants à demi-tarif. Vente au numéro : 15 HT (17,94 TTC) Pour s abonner : Déchets Infos Tous droits réservés ISSN : en cours Dépôt légal à parution Déchets Infos n 12 5 décembre 2012 page 9

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Les sous-produits haut PCI : recherche d une valorisation en combustible Le 14 novembre 2013 SYTRAD Zone Industrielle La Motte - 7 rue

Plus en détail

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Zero Waste France a organisé à la fin du mois dernier un voyage d étude en Alsace et Franche- Comté. Ce fut l occasion de visiter des collectivités

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Modifications de l ordre du jour : suite à de récentes informations, des délibérations doivent être inscrites à l ordre du jour, concernant :

Modifications de l ordre du jour : suite à de récentes informations, des délibérations doivent être inscrites à l ordre du jour, concernant : COMPTE-RENDU DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU LUNDI 04 FEVRIERA 18 HEURES 30 Salle Gabrielle d Estrée, à Coucy le Château M. DE FAY est élu secrétaire de séance Modifications de l ordre du jour : suite à de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE

COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 20 mars 2012 Principales décisions du Président et du Bureau Décisions prises dans le cadre des délégations attribuées par le Conseil de communauté. Conventions

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 2 19 juin 2012

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 2 19 juin 2012 Exclusif Guadeloupe Enquête sur l attribution d un marché Le bobard des pouvoirs publics sur une amende Pages 7 et 8 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 2 19 juin

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre 2012

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre 2012 Droit de suite Filières de REP : ce que défendent réellement l AMF et son président Page 3 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre 2012 www.dechets-infos.com

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS Délibération n 3 MISSIONS SPECIALES DU PRESIDENT ET DES VICE PRESIDENTS Vu le code général des collectivités territoriales et en particulier ses articles L2123-17 à L2123-24-1, Monsieur, Président, Messieurs

Plus en détail

Le règlement 1907/2006 CE (REACh)

Le règlement 1907/2006 CE (REACh) Le règlement 1907/2006 CE (REACh) Jérémie VALLET Présentation du 22 octobre 2010 1/34 Présentation REACH - Vendredi 22 octobre 2010 Sommaire de la présentation Le règlement L action de l Inspection des

Plus en détail

La collecte des papiers de bureau

La collecte des papiers de bureau Développement durable La collecte des papiers de bureau 1 LE SIVOM DU BAS-BUGEY Compétences La collecte des ordures ménagères La collecte sélective 3 déchetteries : Belley, Culoz et Virieu le Grand Quai

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux Protection juridique DES MANDATAIRES SOCIAUX CONDITIONS SPECIALES Définition 1. Membre IZEO : Indépendant société qui o a payé pour la 1ère fois la cotisation annuelle au profit d IZEO en vue de faire

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Eco Emballages (1992) et Adelphe (1993) sont des sociétés agréées en charge de la gestion de la fin de vie des emballages ménagers pour le

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2

2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2 Renens Epalinges Gland Froideville Crissier 11 janvier 17 janvier 18 janvier 19 janvier 19 janvier 2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2 tourisme des déchets Lausanne Région (29 communes, ~275 000 habitants) GEDREL

Plus en détail

CONVENTION POUR LA COLLECTE DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUES INFECTIEUX (DASRI)

CONVENTION POUR LA COLLECTE DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUES INFECTIEUX (DASRI) 3, rue Malakoff Immeuble le forum 38031 Grenoble cedex 01 : 04 76 59 59 59 Fax : 04 76 59 57 26 CONVENTION POUR LA COLLECTE DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUES INFECTIEUX (DASRI) Convention pour

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS 19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 255 19.1 LES ORDURES MENAGERES ET EMBALLAGES MENAGERS RECYCLABLES La prestation de collecte des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Les marchés publics à procédure. adaptée

Les marchés publics à procédure. adaptée Les marchés publics à procédure adaptée 1 I. Introduction 2 Les MAPA Définition d un marché public : article 1er du code des marchés publics (CMP) Identification des pouvoirs adjudicateurs, dont «les collectivités

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 9 23 octobre 2012

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 9 23 octobre 2012 Dossier Papiers de bureau : à la recherche du gisement diffus Page 7 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 9 23 octobre 2012 www.dechets-infos.com Twitter : @Dechets_Infos

Plus en détail

Affaire M-680/14, AlfaDečets SA c. Omorfi City, OmorfiDečets et CalorUrbis SA

Affaire M-680/14, AlfaDečets SA c. Omorfi City, OmorfiDečets et CalorUrbis SA Affaire M-680/14, AlfaDečets SA c. Omorfi City, OmorfiDečets et CalorUrbis SA 1. Verdania est un État membre de l Union européenne, dont l adhésion date de 2005. Sur le plan administratif, il comprend

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

Une facturation incitative doit «aider» à obtenir des résultats probants.

Une facturation incitative doit «aider» à obtenir des résultats probants. MISE EN PLACE DE LA REDEVANCE INCITATIVE LES QUESTIONS QUI SE POSENT NOUS SOMMES EN PHASE TEST DURANT UN AN! Il ne sert à rien de tricher, de jeter vos déchets chez le voisin, dans la nature, dans les

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012

RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012 RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par Awiplan SARL Contrat n 1379C0033 Coordination technique : Aude ANDRUP Service

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

LES REPONSES DES CANDIDATS

LES REPONSES DES CANDIDATS Lyon - 22 mars 2007 DECHETS ET ENERGIE LES REPONSES DES CANDIDATS AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES AMORCE, association nationale des collectivités et des professionnels pour la gestion des déchets et de

Plus en détail

DATAPOLE, Innovative Solutions for Smart Cities

DATAPOLE, Innovative Solutions for Smart Cities DATAPOLE, Innovative Solutions for Smart Cities Logo de l entreprise Adresse de l organisme 48 rue René Clair 75018 PARIS SIRET 52228673100024 Date création 14/05/2010 Code APE Site internet Personne Contact

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

Conseil Municipal 21 FEVRIER 2013 Procès Verbal

Conseil Municipal 21 FEVRIER 2013 Procès Verbal Conseil Municipal 21 FEVRIER 2013 Procès Verbal Sous la présidence de : M. Daniel VERDELHAN Présents : DEL CONFETTO COMTE GARD BELLAGAMBA GRAVEZAT GUILLEMET AYMARETTI HLYWA GARCIA MALACHANNE MERLE PERTUS

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE TITRE I. DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE 1 ER : FORMATION ET OBJET DE LA MUTUELLE Article 1 er : Il est créé une Union Nationale de groupements mutualistes

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

Règlement sur les dépens et indemnités alloués devant le Tribunal pénal fédéral

Règlement sur les dépens et indemnités alloués devant le Tribunal pénal fédéral Règlement sur les dépens et indemnités alloués devant le Tribunal pénal fédéral 173.711.31 du 26 septembre 2006 (Etat le 21 novembre 2006) Le Tribunal pénal fédéral, vu l art. 15, al. 1, let. b, de la

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles N du Répertoire Départemental : 2291 Les statuts initiaux de l association

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Sur l enquête publique :

Sur l enquête publique : Parce que le recours contre ce «1er permis de construire» aurait dû être engagé dans un délai de 2 mois (qui nous aurait également permis de demander en référé la suspension des travaux) et que faute d

Plus en détail

Fourniture, installation, reprise de données et maintenance d un logiciel de gestion et de facturation de la Redevance Incitative des déchets

Fourniture, installation, reprise de données et maintenance d un logiciel de gestion et de facturation de la Redevance Incitative des déchets Marché public de prestation de service, passé selon une procédure adaptée en application de l article 28 du code des marchés publics Pouvoir adjudicateur SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

AGENCE DE L'EAU ARTOIS-PICARDIE - N Dossier - N d interlocuteur - Date notification - Montant des opérations - Modalités de la participation - Montant de la participation - Date d atteinte de l objectif

Plus en détail

Environnement. Aménagement & Urbanisme. Énergie. Société d avocats au Barreau de Paris - 250, rue Saint Jacques - 75005 Paris - www.carlenckell.

Environnement. Aménagement & Urbanisme. Énergie. Société d avocats au Barreau de Paris - 250, rue Saint Jacques - 75005 Paris - www.carlenckell. Environnement Aménagement & Urbanisme Énergie Société d avocats au Barreau de Paris - 250, rue Saint Jacques - 75005 Paris - www.carlenckell.com Nos domaines d expertise Environnement Urbanisme Énergie

Plus en détail

ORGANISATION D UN PROGRAMME DE RENDEZ-VOUS B TO B OPERATION PROVENCE PRESTIGE A BRUXELLES

ORGANISATION D UN PROGRAMME DE RENDEZ-VOUS B TO B OPERATION PROVENCE PRESTIGE A BRUXELLES ORGANISATION D UN PROGRAMME DE RENDEZ-VOUS B TO B OPERATION PROVENCE PRESTIGE A BRUXELLES CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT ACTE D ENGAGEMENT Marché passé selon une procédure adaptée (articles 28

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Recensement des flottes de véhicules à motorisation alternative en Rhône-Alpes

Recensement des flottes de véhicules à motorisation alternative en Rhône-Alpes Recensement des flottes de véhicules à motorisation alternative en Rhône-Alpes Estimation du potentiel de développement SYNTHÈSE DES RÉSULTATS 2014 avec le soutien de Enquête 2014 Pour la seconde fois

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

SOLUTION POUR LA GESTION ET L OPTIMISATION DE LA COLLECTE DES DECHETS

SOLUTION POUR LA GESTION ET L OPTIMISATION DE LA COLLECTE DES DECHETS SOLUTION POUR LA GESTION ET L OPTIMISATION DE LA COLLECTE DES DECHETS Pourquoi l optimisation des collectes? Depuis que le service rendu par les collectivités pour la collecte des déchets existe, la question

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

L inspection des installations classées

L inspection des installations classées L inspection des installations classées Une mission de police environnementale auprès des établissements industriels et agricoles Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 Le Code de conduite du label de qualité BeCommerce a pour objectif de poser les principes de base à respecter pour

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS NON MENAGERS

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS NON MENAGERS CONTRAT DE GESTION DES DECHETS NON MENAGERS CONTRAT N : Entre le Syndicat mixte Intercommunal de ramassage et de Traitement des Ordures Ménagères (SIRTOM) de la Région Flers-Condé, dont le siège est situé,

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT Chargé de cours 1 ère chambre AS, 8 avril 2015 RG 14/07853 L article 98 2 du décret du 27 novembre 1991 dispense de la formation théorique et pratique et du certificat d

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION Edition du 27/10/2011 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur

Plus en détail

TOUS SAVOIR POUR CRÉER SON ASSOCIATION

TOUS SAVOIR POUR CRÉER SON ASSOCIATION 1 TOUS SAVOIR POUR CRÉER SON ASSOCIATION Une association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans

Plus en détail