Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre 2012"

Transcription

1 Droit de suite Filières de REP : ce que défendent réellement l AMF et son président Page 3 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre Twitter Gilly-sur-Isère : au delà du droit pénal? Le procès en appel de la pollution due à l incinérateur a vu chaque partie camper sur ses positions. L avocat des parties civiles estime que le droit pénal français est inadapté à ce type de dossier. Le procès en appel concernant l incinérateur de Gillysur-Isère (Savoie) s est tenu les 20 et 21 septembre derniers à Chambéry. En première instance, Novergie Centre-Est (NCE) avait été condamnée à euros d amende pour avoir exploité sans autorisation une installation classée pour la protection de l environnement. En fait, l incinérateur avait été autorisé en 1984, mais le tribunal d Albertville avait considéré que cette autorisation était caduque car le fonctionnement de l usine, et notamment le traitement des fumées, n étaient pas conformes aux prescriptions, et ceci dès l origine. Par ailleurs, la capacité maximale de l installation avait été dépassée à plusieurs reprises. NCE avait fait appel, estimant que c était le Simigeda (Syndicat intercommunal mixte pour la gestion des déchets du secteur d Albertville) qui était juridiquement l exploitant, titulaire de l arrêté préfectoral d autorisation d exploiter. Le rôle de NCE se limitait, selon elle, à celui d opérateur. Entrave à la justice NCE avait par ailleurs porté plainte contre le sous-préfet d Albertville pour «entrave à la justice et organisation frauduleuse d insolvabilité» car celui-ci avait autorisé l autodissolution du Simigeda quelques semaines avant le procès en première instance, ce qui avait, de facto, mis fin aux poursuites (suite p. 2) Au sommaire Urbaser : trois de chute Le constructeur subit la troisième résiliation de contrat en quelques mois. Dont deux pour faute. En Guadeloupe, il réclame 43 M d indemnités au Sictom. > p. 5 Incinération : le marché contre le principe de proximité L Allemagne et les Pays-Bas, en surcapacité, importent des déchets, parfois de très loin. Des collectivités françaises ont déjà été démarchées. > p. 6 MYT : le TMB qui passe par l eau Une entreprise publique allemande a mis au point un procédé inédit de tri mécano-biologique par voie humide. Le Symevad l a adopté pour sa future usine, construite par Tiru. > p. 8 Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 1

2 Dans l actualité contre le syndicat. Cette plainte a été classée sans suite par le Parquet d Albertville. Les 20 et 21 septembre derniers comparaissaient donc NCE, mais aussi l ex-président du Simigeda, Albert Gibello, ainsi que le préfet de Savoie de l époque, Pierre-Etienne, Bisch (tous deux absents à l audience mais représentés par leurs avocats). Ces derniers avaient été cités à comparaître par l ACALP (Association citoyenne active de lutte contre les pollutions) qui leur reproche, chacun à son niveau, de n avoir rien fait pour que l incinérateur fonctionne dans les règles. Jurisprudence NCE et son avocat, M e François Saint-Pierre, s en sont tenus à leur ligne de défense : NCE n était, selon eux, juridiquement pas l exploitant et ne peut donc être condamnée. En outre, a plaidé l avocat, l arrêté d autorisation d exploiter n était pas caduc ; il existait bel et bien. Seules des modifications très importantes de l installation telles que l adjonction d un nouveau four ou la mutliplication par 2 ou 3 de la capacité maximale auraient pu le rendre caduc, a estimé François Saint- Impacts sanitaires : ni preuves, ni preuves du contraire L instruction et les expertises ont montré qu il n y avait pas, à la date où elles ont eu lieu, d excès de cas de cancers autour de Gilly. Ce qui ne prouve pas que l incinérateur n ait eu aucun impact sanitaire. En toile de fond du procès de Gilly-sur-Isère, il y avait bien évidemment la pollution massive de la vallée d Albertville par les fumées mal filtrées de l incinérateur, ainsi que le sentiment d une partie de la population que le nombre de cancers dans la région était plus élevé qu ailleurs et que ces cancers étaient dus à l incinérateur. Mais ce volet de l affaire s est dégonflé au cours de l instruction. Une étude épidémiologique de l InVS (Institut de veille sanitaire) n avait pas constaté d excès de cas de cancers autour de l incinérateur de Gilly, pas plus pour tous les cancers que pour ceux généralement associés aux émissions des incinérateurs (sarcome des tissus mous, lymphome ). L InVS avait toutefois précisé que la taille de son échantillon ainsi que le recul temporel relativement faible (les cancers, quelles que soient leurs causes, peuvent mettre plus de 20 ans à se déclarer) ne conféraient pas à cette étude, locale, une robustesse absolue. (1) Pas de «rue des cancers» Une étude statistique menée par Biostatem avait également démontré qu il n y avait pas, comme certains l avaient cru, de «rue des cancers» (la rue Louis-Berthet, à Grignon, près de Gilly), le nombre de cas dans cette rue étant même «significativement plus faible que celui attendu», compte tenu de la structure démographique de la population (âge ). Des expertises médicales avaient par ailleurs constaté que plusieurs personnes imputant leur cancer à l incinérateur de Gilly ne présentaient pas, dans leur organisme, de taux anormaux de dioxines (un marqueur des émissions des incinérateurs). La seule personne qui avait un taux sensiblement supérieur à la moyenne était une femme atteinte d un carcinome «de très petite taille», «avec des chances de guérison supérieures à 90 %» et «qui n apparai[ssai]t pas différent de ce que l on pourrait trouver chez des patients du même âge». Ainsi, aux yeux des experts, suivis par la cour d appel (qui avait, en 2009, débouté certaines parties civiles sur cet aspect du dossier), il n était certes pas possible d exclure tout lien de causalité entre les cancers et l incinérateur, mais il n était surtout pas possible de prouver un tel lien. Or en matière pénale, le lien de causalité est primordial. 1. Au niveau national, une autre étude de l InVS avait, elle, constaté un excès de risque relatif de cancers dans les années 1990 pour les personnes vivant à proximité d un incinérateur dans les années 1970 et 1980, à une époque où les émissions de ces installations étaient plus de 500 fois supérieures à ce qu elles sont aujourd hui. Le risque relatif était, selon le type de cancer et le sexe, de 1,06 à 1,23. A titre de comparaison, pour un fumeur de tabac, le risque relatif de cancer du poumon est de l ordre de 15 à 30 selon les études. Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 2

3 Dans l actualité Pierre en invoquant la jurisprudence du Conseil d Etat. M e Thierry Billet, avocat de l ACALP, reconnaît que «c est bien le Simigeda qui était titulaire de l exploitation». Mais il considère que NCE, qui connaissait les dysfonctionnements de l usine et les infractions à la réglementation, «pouvait quitter le navire et ne pas renouveler les contrats». Surtout, pour Thierry Billet, le droit pénal français est, en l état, «inadapté à ce type de dossier». Selon lui, «il faut des textes sur la pollution» qui permettent de caractériser «une infraction pénale même s il n y a pas de preuve de maladie». Il fait le parallèle avec des affaires dans lesquelles des salariés exposés à l amiante mais n ayant pas développé de maladie en rapport avec cette exposition ont malgré tout été indemnisés au titre du «préjudice d anxiété». En attendant une éventuelle réforme de ce type vu le nombre de pollutions diverses, à commencer par celle due à l automobile, cela ferait beaucoup d anxieux à indemniser, le procureur a requis la confirmation de la peine de NCE, estimant toujours que c était elle l exploitant de fait et que l autorisation d exploiter n était plus valable. Le jugement a été mis en délibéré au 21 novembre. Filières de REP : ce que défend réellement l AMF Le président de l AMF Jacques Pélissard s est toujours prononcé pour le «partage des coûts» entre collectivités locales et producteurs. Or ce partage est contraire aux intérêts financiers des collectivités, et contraire aux objectifs de la REP en matière de prévention des déchets. Le président de l Association des maires de France (AMF), Jacques Pélissard, n a guère apprécié notre article sur les négociations entre les représentants des collectivités et EcoFolio (Déchets Infos n 6, pp. 7 et 8). Nous y faisions état du témoignage de Jean-Marie Darmian, secrétaire général adjoint de l AMF, selon lequel Jacques Pélissard avait, le 17 juillet, devant la ministre de l Ecologie Delphine Batho, «donné son accord» à la proposition de barème d Eco- Folio, alors que le bureau de l AMF avait, lui, émis un «avis plutôt réservé». Jacques Pélissard nous a donc demandé un droit de réponse. Nous le publions d autant plus volontiers (page suivante) que nous avions, avant la publication de notre article, sollicité la présidence de l AMF, via son service de presse, pour qu elle nous donne sa version des faits. En vain. L AMF nous a répondu, mais pas sur ce point, malgré nos relances. Il est donc paradoxal qu elle nous demande aujourd hui un droit de réponse après nous avoir, hier, privé de réponse «Intérêt général du pays» Par ailleurs, notre article s était borné à citer le témoignage, oral puis confirmé par SMS, de Jean-Marie Darmian. Si Jacques Pélissard le conteste, c est plutôt à lui qu il aurait dû/pu le dire ou l écrire Enfin, Jacques Pélissard, dans son droit de réponse et dans le courrier qui l accompagne, souligne qu il est et a toujours été le défenseur scrupuleux et ardent de l intérêt des collectivités locales et de «l intérêt général du pays», notamment pour ce qui est des filières de responsabilité élargie des producteurs (REP). Cela mérite quelques précisions. A sa manière Jacques Pélissard a effectivement toujours défendu les filières de REP, mais à sa manière. En particulier, hormis au tout début des années 1990, il a toujours défendu l idée d un «partage des coûts» entre les producteurs et les collectivités locales. Il expliquait en particulier en substance, il y a quelques années, que l on ne pouvait pas en demander trop aux producteurs et qu il n était pas raisonnable, ni même souhaitable, que le taux de prise en charge des coûts par les producteurs se rapproche trop de 100 %, ni trop vite. Jacques Pélissard a eu l occasion de rappeler, une nouvelle fois, son attachement au «par- Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 3

4 Dans l actualité tage des coût» en 2007, lors des discussions du Grenelle de l environnement. Alors que le président du Cercle national du recyclage (CNR), Paul Deffontaine, et celui d Amorce, Gilles Vincent, demandaient, pour la filière emballages, un objectif de couverture des coûts par les éco-organismes de 100 %, Jacques Pélissard a plaidé pour un taux de 80 %, et a obtenu gain de cause. Contraire à la théorie Opposés au «partage des coûts», des élus demandent depuis des années une prise en charge des coûts à 100 % par les éco-organismes.c est le cas en particulier des représentant du CNR et, depuis le milieu des années 2000, de ceux d Amorce. Et pour cause : le «partage des coûts» n est écrit dans aucun texte réglementaire. Mieux, il est contraire à la théorie de la REP selon laquelle plus les producteurs supportent une part élevée des coûts, plus ils sont incités à réduire les quantités et la nocivité des déchets générés par leurs produits. Les théoriciens de la REP dont l OCDE, qui n est pas exactement un rassemblement d irresponsables peu au fait Centre de tri. Le «partage des coûts» défendu par Jacques Pélissard conduit, de fait, à des frais supplémentaires pour les collectivités. des réalités économiques estiment même que compte tenu des «coûts externes» liés à la gestion des déchets (pollutions, nuisances ), il n y aurait rien d aberrant à faire payer les producteurs au-delà de 100 % des coûts de gestion directe de leurs déchets. Prévention Ainsi, en défendant l idée d un «partage des coûts» contre le principe d un coût pris en charge à 100 % par les producteurs, Jacques Pélissard va à l encontre de l intérêt financier des collectivités locales, car ce que les producteurs ne payent pas, ce sont les collectivités et leurs contribuables qui doivent le payer. Mais il va aussi et surtout à l encontre de la finalité de la REP, qui est la prévention quantitative et qualitative de la production de déchets une finalité d intérêt général. Les négociations en cours actuellement sur la filière des déchets de mobilier le confirment : selon plusieurs témoignages concordants, on y voit l AMF expliquer contre la position des représentants d Amorce et du CNR qu il n est pas possible de demander un soutien à 100 % des coûts supportés par les collectivités, et ceci même pour les déchets allant vers les filières de recyclage. Bien entendu, l AMF a la liberté d adopter cette position. Mais personne n est obligé de croire son président quand il nous dit que c est dans l intérêt des collectivités. Droit de réponse de l Association des maires de France (AMF) «Le Bureau de l AMF du 12 juillet dernier a émis un avis réservé sur la proposition de barème proposée par le ministère de l Ecologie, négociée préalablement par ses services, EcoFolio, l AMF et toutes les autres parties prenantes. Le 17 juillet, une délégation de l AMF a rencontré Madame Batho. Le président Jacques Pélissard lui a fait part des réserves et souhaits de son Bureau, en présence d André Rossinot, Jean-Marie Darmian, Denis Merville, membres du Bureau, Jacques Bucki, maire de Lambesc, et Rollon Mouchel-Blaisot, directeur général des services de l AMF. Jacques Pélissard n a donc jamais exprimé d avis favorable sur le projet en l état à la ministre. Suite à l avis du Bureau, les services de l AMF poursuivent actuellement une discussion étroite avec les services du ministère afin de faire valoir les intérêts des communes et de leurs groupements. Le projet de décret est à l arbritrage de la ministre. L AMF, reconnue d utilité publique depuis 1933, a pour mission fondamentale de défendre les communes et leurs groupements. Le président de l AMF y veille scrupuleusement. Il est d ailleurs l un des fondateurs de la création de filières à «responsabilité élargie du producteur» et ne ménage pas ses efforts pour consolider leur développement dans l intérêt général du pays.» Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 4

5 Dans l actualité Urbaser : trois de chute Le constructeur subit la troisième résiliation de contrat en quelques mois. Dont deux pour faute. Le SEEDR (Syndicat d étude et d élimination des déchets du Roannais) a résilié la délégation de service public (DSP) qui le liait à Urbaser pour la construction et l exploitation d une unité de tri mécanobiologique (TMB), méthanisation et stabilisation avant enfouissement de t par an. Cette résiliation s est faite à l amiable. Certes, Urbaser n arrivait pas à trouver les financements pour la DSP et pouvait donc être considéré comme fautif. Mais le syndicat avait aussi suspendu la DSP entre avril 2009 et juillet 2010 en raison d un recours en annulation formé par une de ses collectivités adhérentes. A l époque, le SEEDR voulait éviter que des frais trop importants ne soient engagés avant que le recours ne soit jugé, au cas où la collectivité aurait obtenu gain de cause. Transiger Du coup, aujourd hui, le syndicat craignait de se voir reprocher cette suspension. Il a donc préféré transiger, sans qu aucun dédommagement ne soit demandé de part et d autre. Pour Urbaser, c est le troisième contrat résilié en quelques mois. En 2011, le Sytrad (Syndicat de traitement des déchets Ardèche-Drôme) a résilié une DSP, estimant qu Urbaser était défaillant pour mener à bien la construction de ses unités de TMB et compostage. Et en juin dernier, le Sictom de Guadeloupe a résilié la DSP pour la construction de son usine de TMB, méthanisation, compostage et incinération de t/an. Le syndicat reprochait à Urbaser des retards importants dans l avancement du projet, le financement de ce dernier n étant toujours pas bouclé plus de 4 ans après la signature du contrat. Démenti formel Par ailleurs, selon plusieurs sources, le Sivom de l Yerres et des Senarts, à qui appartient l usine de TMB, méthanisation et compostage de Varennes- Jarcy, s est vu recommander, il y a quelques mois, par son avocat Christophe Cabanes, de résilier le contrat d exploitation qui le lie à Urbaser. Mais le président du syndicat, Guy Geoffroy, par ailleurs député, président de l association des Eco-Maires et président de Metheor (association de promotion de la méthanisation), aurait refusé. Contacté par Déchets Infos, Guy Geoffroy dément formellement que la résiliation du contrat Deux recours en Guadeloupe Urbaser n a évidemment pas apprécié de voir son marché avec le Sictom de Guadeloupe résilié. Il a donc formé un recours au tribunal administratif demandant l annulation de la résiliation et le paiement de 43 M d indemnités diverses. Plus surprenant, Urbaser a récemment fait un recours contre l attribution, par le Sictom, d un avec Urbaser ait été envisagée. De la même manière qu il soutenait mordicus, en 2009, y compris devant la ministre de l Ecologie et les caméras de télévision, que son usine produisait plus d électricité qu elle n en consommait, alors qu à l époque c était l inverse Mise en demeure On peut également rappeler qu Urbaser est passé très près de la résiliation pour son contrat de Romainville avec le Syctom de l agglomérationi parisienne (conception, construction et exploitation d une usine de TMB, méthanisation et compostage de t/an), le syndicat lui ayant adressé, fin 2011, une mise en demeure. Sur cinq contrats de construction-exploitation qu il détenait, Urbaser n en a donc pour l instant mené à son terme qu un seul (celui de Fos-sur- Mer), trois ont été résiliés et un suit son cours (celui du syndicat basque Bil Ta Garbi, pour une usine de tri-méthanisation), les travaux de construction ayant démarré cet été. marché complémentaire à Séché Eco-Services pour la création de casiers sur la décharge de la Gabarre. Arguments d Urbaser : c est nous les titulaires du marché principal, et donc nous qui aurions dû conclure le marché complémentaire. Sauf que le marché principal avec Urbaser était déjà résilié. Comprenne qui pourra Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 5

6 Analyse Incinération : le marché contre le principe de proximité Le comportement attentiste, puis opportuniste de certains investisseurs a conduit à des surcapacités d incinération en Allemagne et aux Pays-Bas. Ces pays importent donc des déchets, au nom de la valorisation énergétique mais au mépris du principe de proximité et d autosuffisance. Des collectivités françaises ont déjà été démarchées. Le CNIID (Centre national d information indépendante sur les déchets) a mis en ligne sur son site Internet, le 10 septembre dernier, un «rapport interne de Sita UK» qu il «a pu se procurer» et qui porte sur les surcapacités d incinération dans certains pays d Europe du Nord. Le CNIID en tire diverses conclusions dont celle-ci (déjà entendue) : l incinération va à l encontre des objectifs de prévention et de recyclage puisqu il faut «nourrir» les incinérateurs pendant des années. En filigrane, on comprend que puisque qu il y a des surcapacités, il ne faudrait surtout pas construire de nouveaux incinérateurs, en particulier en France. Analyse des causes Selon nos informations, le «rapport interne» est en fait le texte d une intervention publique faite par un cadre de Sita Northern Europe (et non Sita UK) au salon IFAT de 2011, en Allemagne 1. Il décrit bien les surcapacités que tout le monde ou presque connaît depuis quelques années et en analyse les causes et les conséquences. Mais il n est pas certain que cela permette d aboutir aux mêmes conclusions que celles du CNIID. Pour l auteur du rapport, Mathieu Berthoud, les surcapacités en Allemagne sont dues en particulier à l attitude de certains opérateurs vis-àvis de l interdiction de mise en décharge de déchets non traités («landfill ban» ou «Tasi»). Dans un premier temps, ils n ont pas cru (ou pas voulu croire?) que cette interdiction serait effectivement appliquée. Ils n ont donc pas investi dans des installations de traitement des déchets résiduels. Retard Puis, se rendant compte avec retard de leur méprise, ils se seraient, toujours selon l auteur, rués sur la construction d installations, sans concertation et sans régulation des pouvoirs publics. Résultat : compte tenu du temps nécessaire à la construction, il y a d abord eu, après la mise en place de la Tasi, une pénurie de capacités de traitement qui a provoqué une envolée des prix pratiqués, ce qui a aiguisé les appétits financiers des investisseurs. Ensuite, avec la ruée sur les investissements, on est arrivé à la surcapacité. C est donc, entre autres, l absence de régulation du marché par les autorités publiques allemandes qui a abouti à cette surcapacité. A contrario, l auteur de la note de Sita cite l exemple des Flandres belges où les autorités publiques ont «planifié de manière adéquate les capacités disponibles d incinération». Résultat : les incinérateurs tournent à leur pleine capacité et parallèlement, les quantités de déchets résiduels ont fortement baissé alors que celles de déchets recyclés ont fortement augmenté. Preuve, au passage, que l incinération n est pas incompatible avec le recyclage, contrairement à ce que ne cesse de répéter le CNIID Et preuve également que la régulation d un marché peut lui être favorable, alors qu un fonctionnement purement «libéral», sans régulation, peut lui nuire. Importateurs nets Aux Pays-Bas, les surcapacités sont dues notamment à des importations de déchets incinérables néerlandais par l Allemagne. Au total, les surcapacités atteindraient aujourd hui, selon nos sources, 3 Mt en Allemagne (environ 15 % des Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 6

7 Analyse capacités totales du pays) et 1 Mt aux Pays-Bas. La conséquence est que ces pays sont devenus des importateurs nets de déchets à incinérer. Pour ce faire, ils s appuient sur la directive cadre sur les déchets qui permet les transferts transfrontaliers de déchets si ces derniers sont valorisés dans le pays importateur. La même directive a fixé un critère pour dire si les incinérateurs sont des unités de valorisation ou non : le fameux «critère R1». Or en Allemagne et aux Pays- Bas, la quasi-totalité des incinérateurs respectent le R1. Principes peu respectés Le problème est que la directive cadre dit aussi (article 16) que les déchets doivent être traités «dans l une des installations appropriées les plus proches» (principe de proximité) et que les Etats membres doivent «tendre individuellement» vers l objectif consistant à «assurer [eux-mêmes] l élimination de [leurs] déchets» (principe d autosuffisance). En l occurrence, ces deux principes sont manifestement peu respectés. Selon nos informations, plusieurs collectivités françaises, jusque sur la Côte-d Azur, ont été démarchées pour faire Incinérateur du Sigidurs, à Sarcelles. incinérer leurs ordures ménagères résiduelles (OMR) en Allemagne, à des prix défiant toute concurrence (on parle de 70 /t, voire moins, transport compris). Depuis quelques années déjà, des déchets italiens (en particulier de Naples) et d Europe de l Est (par exemple de Pologne) font le voyage jusqu en Suisse (qui n est certes pas dans l UE), en Allemagne ou aux Pays-Bas. D aucuns font remarquer qu un trajet Londres-Rotterdam en bateau (cas rencontré pour des refus de tri) est moins long et probablement moins impactant qu un Pézenas (Hérault)-Clayes-Souilly (Seine-et-Marne) en camion (cas rencontré pour des OMR il y a quelques années). Et que le principe de proximité ne doit pas nécessairement tenir compte des frontières des Etats mais plutôt des distances. Ce qui n est pas faux Logique sous-jacente Il n empêche, cette affaire de surcapacités met en relief une des logiques sous-jacentes de la directive cadre sur les déchets (et du fonctionnement de l UE en général) : l importance accordée au libre marché plutôt qu à sa régulation. En Allemagne, cette logique a conduit à désorganiser sérieusement le secteur des déchets. Selon la note de Sita, des collectivités locales en contrat de longue durée avec un opérateur se retrouvent à payer l incinération de leurs OMR plus cher que des collectivités voisines qui vont dans les mêmes installations mais bénéficient de prix «spot», forcément faibles en raison de la surcapacité. Ce qui aboutit, d une manière ou d une autre, à faire payer aux collectivités prévoyantes une partie de l incinération de celles qui jouent plutôt le court terme. Selon un connaisseur du dossier, en 2016, seulement 30 % des tonnages incinérés en Allemagne le seront dans le cadre de contrats longs, le reste jouant sur le marché «spot» (au coup par coup). On peut également s interroger sur la pertinence d une telle logique de marché si une pandémie (une vraie ) venait à frapper le continent. Continuerait-on de laisser des OMR franchir les frontières et parcourir des centaines de kilomètres? Si non, comment feront alors les pays qui, eux, manquent d exutoires? Hiérarchie des déchets En France, certaines zones géographiques sont en surcapacité d incinération celleci étant renforcée par la crise économique qui réduit les quantités de déchets ménagers (DM) et industriels et commerciaux (DIC). Mais au niveau national il reste encore environ un tiers des déchets ménagers et assimilés qui sont mis en décharge, sans parler des DIC. Et on sait que des progrès importants peuvent être faits pour le recyclage. Preuve que l on a encore de la marge si l on veut appliquer, à l intérieur de nos frontières, un autre principe de la directive cadre : la hiérarchie des déchets, qui place le recyclage avant la valorisation énergétique, et cette dernière avant l enfouissement. 1. Pour télécharger la note complète : wp-content/uploads/2012/09/ Rapport-Sita.pdf Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 7

8 Reportage MYT : le TMB qui passe par l eau, adopté au Symevad Une collectivité allemande a mis au point une méthode inédite permettant de méthaniser la fraction fermentescible des OMR et de produire des CSR. Le Symevad (syndicat de traitement de la région de Douai) l a adoptée pour sa future usine, qui sera construite par Tiru. L entreprise publique allemande ZAK, chargée de traiter les déchets ménagers de la région de Kahlenberg (à environ 60 km de Strasbourg), a mis au point une méthode inédite de TMB. En particulier, elle n utilise pas de tube bioréacteur (ou «BRS») comme c est généralement le cas en France. Mais elle sépare une partie de la fraction organique par voie aqueuse dans une sorte de percolateur. Et elle permet la production de combustibles solides de récupération (CSR) de haute qualité, ce qui améliore nettement le bilan énergétique par rapport à un TMB classique. D où le nom du procédé : MYT, pour «maximum yeld technology» (technologie à rendement maximum). Le traitement se fait en cinq étapes. Les déchets réceptionnés sont déposés sur une dalle où une pelle à grappin effectue un premier tri pour extraire les gros objets indésirables (pneus, gros morceaux d inertes, «monstres» ). Tri classique Le reste est introduit dans une trémie d alimentation pour être conduit à la deuxième étape : un tri mécanique «classique» au moyen de trommels et de cribles balistiques et densimétriques (tables à rebond, etc.). A ce stade sont extraits les métaux ferreux et non ferreux, qui seront recyclés, et les inertes (morceaux de verre, pierres ), qui seront enfouis ou serviront en remblai. Ce tri est complété d un tri/contrôle manuel sur la fraction des objets solides de taille moyenne, destiné à enlever les éléments en PVC ainsi que les métaux et inertes qui auraient échappé au tri mécanique. Percolation La troisième étape est le cœur du procédé et sa principale originalité. Les déchets sont introduits dans des tunnels de percolation où ils sont humidifiés et mélangés, en présence d air. D où son nom : DAMP, pour «Definierte Aerober MischProzess» (procédé défini de mélange aérobie). Cette étape permet l homogénéisation des déchets, leur réduction granulométrique et le captage du chlore soluble. Comme dans un méthaniseur horizontal en tunnel, ce sont Hormis lors de leur réception (ci-dessus), les déchets sont invisibles pendant tout le traitement. Tous les convoyeurs, en particulier, sont strictement capotés, comme ici à droite. Résultat : une usine très propre, sans poussière. Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 8

9 Reportage les agitateurs qui font progresser les déchets de l entrée vers la sortie. Le temps de séjour dans les DAMP est de deux à trois jours. En sortie, les déchets humidifiés sont pressés par des Vu d un des tunnels de percolation où les déchets sont humidifiés et brassés pendant deux à trois jours avant d être pressés. presses à vis. La fraction liquide contient une part minoritaire de la matière organique totale. Elle est orientée vers la méthanisation, qui s effectue dans des digesteurs verticaux avec agitation mécanique, en mode mésophile. La fraction solide contient une part majoritaire de la matière organique. Elle est conduite dans des tunnels de séchage avec aération : c est la quatrième étape. Ici, la fermentation aérobie d une partie de la matière organique restante, en dégageant de la chaleur, facilite le séchage, qui s effectue sans apport extérieur d énergie. Cinquième et dernière étape, les déchets solides séchés (à 90 % de matière sèche) subissent une phase de tri mécanique (cribles, tables densimétriques ). On produit ainsi des combustibles solides de récupération qui peuvent être utilisés en cimenteries mais aussi en centrale thermoélectrique, voire en chaufferie (sous la réglementation de l incinération). Recirculation La consommation d eau du procédé est faible car une bonne partie de l eau introduite dans le DAMP pour humidifier les déchets est une eau de recirculation venant du 23 & 24 OCTOBRE 2012, Paris Filières & RECYCLAGE 2012 le colloque des professionnels sur les produits hors d usage Textiles usagés Centres de tri ménagers Déchets d ameublement DDS, DASRI, bouteilles de gaz Innovation & recyclage des plastiques Économie circulaire A4 éditions e Assises nationales du réemploi, de la réutilisation et de la réparation PROGRAMME DÉTAILLÉ ADEME - Evelyne Perréon-Delamette Tél. : Fax : Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 9

10 Reportage DAMP ou de la méthanisation. La phase de méthanisation est par ailleurs excédentaire en eau. La production de biogaz est de 45 à 50 Nm 3 par tonne d OMR entrante (1). Elle peut paraître faible par rapport au TMBméthanisation tel que pratiqué jusqu à présent en France où l on arrive généralement entre 60 et 80 Nm 3 /tonne. Cela résulte notamment du fait qu avec le MYT, une part minoritaire de la matière organique initiale est méthanisée. Mais si l on veut faire un bilan énergétique global et le comparer aux installations existant en France, il faut tenir compte de deux différences notables. D une part, le taux de méthane du biogaz produit par le MYT Chiffres clés (1) 45 à 50 Nm 3 de biogaz produit par tonne entrante 70 % de CH 4 dans le biogaz 80 kwh électriques consommés par tonne entrante 100 de coût de traitement par tonne entrante, tout compris : investissement, fonctionnement, écoulement des sous-produits (biogaz, CSR, refus) Une des presses à vis qui séparent la fraction liquide, qui sera méthanisée, de la fraction solide, qui servira à faire des CSR. est de 70 % alors qu il est, en France, autour de 55 %. D autre part, le MYT permet la valorisation de la fraction combustible en CSR, alors que les unités de TMB françaises, jusqu à présent, aboutissent à les mettre en décharge. 83 % de valorisation Au final, avec le MYT, la valorisation énergétique (par le biogaz et les CSR) est d environ 83 % du contenu énergétique total des OMR entrantes, compte non tenu de la consommation énergétique de l usine et des pertes. Alors qu avec un TMB-méthanisation tel que pratiqué actuellement en France, elle plafonne dans le meilleur des cas à 50 % (même remarque). Si l on déduit les pertes et la consommation de l usine (laquelle est de 80 kwh/tonne, soit comparable à celle des usines de TMBméthanisation en France), on arrive, avec le MYT, à une valorisation nette d environ 75 %. Une autre particularité du procédé MYT est que l usine est d une propreté stupéfiante pour qui fréquente régulièrement des installations de traitement de déchets, et en particulier de TMB. Cela est dû au fait que tous les équipements sont très strictement capotés. Ainsi, aucune poussière n est émise dans les bâtiments, de même qu aucune odeur (hormis dans le hall de réception). C en est même frustrant pour le visiteur puisqu une fois que les déchets sont dépotés puis introduits dans la trémie d alimentation, on ne les voit plus. Couvercle Le ZAK a même mis au point un procédé permettant de charger les camions en CSR sans qu aucune poussière ne soit dégagée, avec un système de grand couvercle doté d un joint en caoutchouc venant se placer sur le dessus des semi-remorques. Tout cela a un coût au stade de la construction, mais permet aussi des économies significatives lors de l exploitation : moins d air à traiter, moins de personnel mobilisé pour les nettoyages périodiques, et des conditions de travail exceptionnelles pour les employés, ce qui doit se répercuter d une manière ou d une autre sur leur productivité. Les tunnels de séchage où une partie de la matière organique fermente en chauffant, facilitant le séchage. Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 10

11 Reportage Selon le ZAK, le coût de traitement de son usine allemande est de 100 par tonne tout compris : amortissement de l investissement (comprenant aussi le développement du procédé) et fonctionnement. Ce coût intègre les recettes de valorisation (matériaux recyclables, biogaz ) et le coût d écoulement des CSR (actuellement de 10 à 15 / tonne, en cimenterie). Selon Tiru, qui a adopté ce procédé pour l usine qu il va construire et exploiter à Hénin- Beaumont pour le compte du Symevad (Syndicat mixte de valorisation des déchets de l arrondissement de Douai), c est un procédé plus coûteux à l investissement qu un TMB classique, mais moins coûteux à l exploitation. Le coût de traitement à Hénin- Beaumont devrait être, selon Tiru et le Symevad, semblable à celui de l usine allemande, tout compris. Perfectionnements Sur le plan fiscal, le procédé MYT présente en outre l intérêt en tout cas pour l instant d être très peu impacté par la TGAP (uniquement pour la très faible fraction de refus de tri qui est enfouie). Ce qui n est pas le cas des TMB classiques, qui sont généralement suivis de l enfouissement de la moitié des déchets entrants, lesquels sont soumis à la TGAP. Sur le plan technique, l usine du Symevad bénéficiera de quelques perfectionnements. Ainsi, la phase de tri/contrôle manuel en sortie de la deuxième étape de traitement sera supprimée. En revanche, un tri optique sera effectué lors de la préparation des CSR (étape 5) pour extraire les PVC, dont on sait qu ils posent problème s ils sont inclus dans les CSR. Par ailleurs, un broyeur réduira la granulométrie des CSR. Débouchés Comme pour tout TMB, un des points clés réside dans l écoulement des sous-produits. Pour le biogaz et les matériaux recyclables, on sait que ça ne présente généralement pas de difficulté. En revanche, pour les CSR, c est une question à étudier de près pour ne pas se trouver avec des tonnes sans débouché. Sur ce point, la mise en place d une procédure de sortie du statut de déchets, actuellement étudiée au niveau européen, pourra peut-être, si elle aboutit, changer la donne dans quelques années en faisant des CSR un produit, librement commercialisable, y compris à l étranger. La construction de l usine du Symevad devrait démarrer courant Elle se fera sur le site de l actuelle usine d incinération, qui fermera fin La mise en service industriel est prévue début La capacité de l usine sera de t/an ( t/an à Kahlenberg), dont t d OMR, t de refus de tri des collectes sélectives ainsi que t d encombrants. Ces derniers subiront toutes les étapes du MYT sauf le DAMP, le pressage et le séchage, qui ne présenteraient pas d intérêt car les encombrants ne contiennent presque pas de matière organique soluble. L investissement devrait être de 40 à 50 M. 1. Toutes les données chiffrées ont été communiquées par le constructeur. A voir sur Internet, le film présentant le procédé : html Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets Parution quinzomadaire (23 numéros par an) Diffusion par courriel 13, avenue du Dr Antoine Lacroix Le Kremlin-Bicêtre Directeur de la publication et rédacteur en chef : Olivier Guichardaz Olivier Guichardaz est membre du réseau Ad Missions (société de portage salarial, Siret n ). La reproduction de tout ou partie du contenu de Déchets Infos est rigoureusement interdite, sauf accord exprès de l éditeur. La liberté de la presse ne s use que si l on ne s en sert pas. Elle peut aussi, parfois, pâtir d un manque de ressource. Si les articles publiés dans Déchets Infos vous semblent pertinents, le meilleur moyen de le faire savoir est de vous abonner. C est aussi le meilleur moyen de continuer à nous lire. Si vous effectuez régulièrment des copies de numéros ou d articles de Déchets Infos (par exemple pour une revue de presse), merci d en informer le Centre français d exploitation du droit de la copie (CFC ; Abonnement (TVA : 19,6 %) : 1an, 23 numéros : 195 HT (233,22 TTC), 1 an, tarif réduit (ONG, chômeurs ; sur justificatif) : 145 HT (173,42 TTC) 3 mois, 6 numéros, non renouvelable : 45 HT (53,82 TTC). Abonnements groupés : nous consulter Vente au numéro : 15 HT (17,94 TTC) Pour s abonner : Déchets Infos Tous droits réservés ISSN : en cours Dépôt légal à parution Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 11

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal MYT Business Unit Zweckverband Abfallbehandlung Kahlenberg (ZAK) Bergwerkstraße 1 D-77975 Ringsheim Téléphone : +49 (0)7822 8946-0 Télécopie : +49 (0)7822 8946-46 E-mail : info@zak-ringsheim.de www.zak-ringsheim.de

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 2 19 juin 2012

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 2 19 juin 2012 Exclusif Guadeloupe Enquête sur l attribution d un marché Le bobard des pouvoirs publics sur une amende Pages 7 et 8 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 2 19 juin

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 12 5 décembre 2012

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 12 5 décembre 2012 Gilly-sur-Isère : 17 ans de tergiversations, 11 ans d errance judiciaire Page 6 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 12 5 décembre 2012 www.dechets-infos.com Twitter

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Les sous-produits haut PCI : recherche d une valorisation en combustible Le 14 novembre 2013 SYTRAD Zone Industrielle La Motte - 7 rue

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Plan de la présentation Partie I Pourquoi le TMB? Partie II Variantes techniques Partie III Conclusions pour

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS 19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 255 19.1 LES ORDURES MENAGERES ET EMBALLAGES MENAGERS RECYCLABLES La prestation de collecte des

Plus en détail

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS Délibération n 3 MISSIONS SPECIALES DU PRESIDENT ET DES VICE PRESIDENTS Vu le code général des collectivités territoriales et en particulier ses articles L2123-17 à L2123-24-1, Monsieur, Président, Messieurs

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Zero Waste France a organisé à la fin du mois dernier un voyage d étude en Alsace et Franche- Comté. Ce fut l occasion de visiter des collectivités

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Eco Emballages (1992) et Adelphe (1993) sont des sociétés agréées en charge de la gestion de la fin de vie des emballages ménagers pour le

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 9 23 octobre 2012

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 9 23 octobre 2012 Dossier Papiers de bureau : à la recherche du gisement diffus Page 7 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 9 23 octobre 2012 www.dechets-infos.com Twitter : @Dechets_Infos

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE POUR INDEPENDANTS ET ENTREPRISES DÉFEND VOS DROITS

PROTECTION JURIDIQUE POUR INDEPENDANTS ET ENTREPRISES DÉFEND VOS DROITS PROTECTION JURIDIQUE POUR INDEPENDANTS ET ENTREPRISES DÉFEND VOS DROITS Pour indépendants ou entreprises: la Protection juridique de la DAS Les entrepreneurs et responsables d entreprise manquent souvent

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Table des matières Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Chapitre 1 La police de la circulation routière, les infractions et les procès-verbaux 9 Section 1 Introduction 9 Section 2

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

Dossier de candidature Opérateurs en Diagnostic Immobilier

Dossier de candidature Opérateurs en Diagnostic Immobilier Page 1 sur 8 Dossier de candidature Opérateurs en Diagnostic Immobilier à retourner à CESI Certification 30 Rue Cambronne 75015 Paris Nom :.. Prénom :.... Domaines de certification demandés : Certificats

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

LES REPONSES DES CANDIDATS

LES REPONSES DES CANDIDATS Lyon - 22 mars 2007 DECHETS ET ENERGIE LES REPONSES DES CANDIDATS AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES AMORCE, association nationale des collectivités et des professionnels pour la gestion des déchets et de

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 16 6 février 2013

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 16 6 février 2013 Analyse Capacités d incinération : comment des ONG manipulent les statistiques Page 6 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 16 6 février 2013 www.dechets-infos.com

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

SOLUTION POUR LA GESTION ET L OPTIMISATION DE LA COLLECTE DES DECHETS

SOLUTION POUR LA GESTION ET L OPTIMISATION DE LA COLLECTE DES DECHETS SOLUTION POUR LA GESTION ET L OPTIMISATION DE LA COLLECTE DES DECHETS Pourquoi l optimisation des collectes? Depuis que le service rendu par les collectivités pour la collecte des déchets existe, la question

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES AUDIENCE DU 17 juin 2008 En cause de : Monsieur A et Madame B, domiciliés à xxx, Demandeurs absents à l audience, mais dûment

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Décision du 28 janvier 2009

Décision du 28 janvier 2009 Recours 08/35 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2ème Section) Décision du 28 janvier 2009 Dans la présente affaire, enregistrée sous le numéro 08/35, ayant pour objet un recours introduit le 4

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2

2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2 Renens Epalinges Gland Froideville Crissier 11 janvier 17 janvier 18 janvier 19 janvier 19 janvier 2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2 tourisme des déchets Lausanne Région (29 communes, ~275 000 habitants) GEDREL

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Boulangerie AURANT REST Coiffeur

Boulangerie AURANT REST Coiffeur Boula ngeri e ANT R TAU RES Coiffe ur Remerciements Étude réalisée par In Numeri : Laurence HAEUSLER, Anne-Gaelle MORO-GOUBELY, Guillaume BERTHOIN Coordination technique : Christian MATHERY et Pierre GALIO,

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 10 août 2007, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Mick McGuire (Angleterre), membre Michele

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Modifications de l ordre du jour : suite à de récentes informations, des délibérations doivent être inscrites à l ordre du jour, concernant :

Modifications de l ordre du jour : suite à de récentes informations, des délibérations doivent être inscrites à l ordre du jour, concernant : COMPTE-RENDU DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU LUNDI 04 FEVRIERA 18 HEURES 30 Salle Gabrielle d Estrée, à Coucy le Château M. DE FAY est élu secrétaire de séance Modifications de l ordre du jour : suite à de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences

La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences Les bases de données sont protégées juridiquement et sauf exception, l extraction de contenus, même librement accessibles,

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution?

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? Responsabilité élargie du producteur de meubles fabricants de meubles Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? 2015 Depuis le décret du 6 janvier 2012, les metteurs sur le marché d

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement L habitat COMPRENDRE Gérer un litige lié à des travaux dans un logement Les bons réflexes à adopter en cas de différend avec un professionnel Édition : avril 2015 Des informations juridiques à connaître

Plus en détail

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE.

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. AVIS SUR HONORAIRES Extrait du procès-verbal de la séance du conseil

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

LE MAGAZINE DU POKER EN EUROPE MEDIA KIT

LE MAGAZINE DU POKER EN EUROPE MEDIA KIT LE MAGAZINE DU POKER EN EUROPE MEDIA KIT UN MAGAZINE SPÉCIALISÉ, HAUT DE GAMME ET GRATUIT - Un mensuel gratuit consacré au poker en France et en Europe, 84 pages A4 dos carré, 90g/m². - Une maquette raffinée

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 07/09/2012 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-16422 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Lesourd, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE

COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 20 mars 2012 Principales décisions du Président et du Bureau Décisions prises dans le cadre des délégations attribuées par le Conseil de communauté. Conventions

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France

Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France Cette étude a été réalisée par le Syndicat des énergies renouvelables et sa branche éolienne France Energie Eolienne Juin 2010

Plus en détail

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 11 21 novembre 2012

Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 11 21 novembre 2012 Facturation incitative : regards croisés et retours d expérience Page 5 Hall 3, E257 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 11 21 novembre 2012 www.dechets-infos.com

Plus en détail

La bonne élimination des déchets

La bonne élimination des déchets Tokyo et Paris : l expérience de deux métropoles pour la gestion des déchets A l aube du XXI e siècle, la gestion des déchets à Tokyo et Paris présente de grandes similitudes. Menée dans un large cadre

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012

RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012 RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par Awiplan SARL Contrat n 1379C0033 Coordination technique : Aude ANDRUP Service

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus»

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus» CONDITIONs GéNéRALEs Protection juridique «PLUS» Protection Juridique «Plus» Table des matières Article 1 : Dispositions préliminaires 5 Article 2 : Définitions 5 Article 3 : étendue territoriale de l'assurance

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY00138 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Camille VINET, rapporteur Mme GONDOUIN, commissaire du gouvernement SCP

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année.

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAMPING-CAR PARK Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. PRÉAMBULE

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail