Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre 2012"

Transcription

1 Droit de suite Filières de REP : ce que défendent réellement l AMF et son président Page 3 Déchets infos Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets N 7 26 septembre Twitter Gilly-sur-Isère : au delà du droit pénal? Le procès en appel de la pollution due à l incinérateur a vu chaque partie camper sur ses positions. L avocat des parties civiles estime que le droit pénal français est inadapté à ce type de dossier. Le procès en appel concernant l incinérateur de Gillysur-Isère (Savoie) s est tenu les 20 et 21 septembre derniers à Chambéry. En première instance, Novergie Centre-Est (NCE) avait été condamnée à euros d amende pour avoir exploité sans autorisation une installation classée pour la protection de l environnement. En fait, l incinérateur avait été autorisé en 1984, mais le tribunal d Albertville avait considéré que cette autorisation était caduque car le fonctionnement de l usine, et notamment le traitement des fumées, n étaient pas conformes aux prescriptions, et ceci dès l origine. Par ailleurs, la capacité maximale de l installation avait été dépassée à plusieurs reprises. NCE avait fait appel, estimant que c était le Simigeda (Syndicat intercommunal mixte pour la gestion des déchets du secteur d Albertville) qui était juridiquement l exploitant, titulaire de l arrêté préfectoral d autorisation d exploiter. Le rôle de NCE se limitait, selon elle, à celui d opérateur. Entrave à la justice NCE avait par ailleurs porté plainte contre le sous-préfet d Albertville pour «entrave à la justice et organisation frauduleuse d insolvabilité» car celui-ci avait autorisé l autodissolution du Simigeda quelques semaines avant le procès en première instance, ce qui avait, de facto, mis fin aux poursuites (suite p. 2) Au sommaire Urbaser : trois de chute Le constructeur subit la troisième résiliation de contrat en quelques mois. Dont deux pour faute. En Guadeloupe, il réclame 43 M d indemnités au Sictom. > p. 5 Incinération : le marché contre le principe de proximité L Allemagne et les Pays-Bas, en surcapacité, importent des déchets, parfois de très loin. Des collectivités françaises ont déjà été démarchées. > p. 6 MYT : le TMB qui passe par l eau Une entreprise publique allemande a mis au point un procédé inédit de tri mécano-biologique par voie humide. Le Symevad l a adopté pour sa future usine, construite par Tiru. > p. 8 Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 1

2 Dans l actualité contre le syndicat. Cette plainte a été classée sans suite par le Parquet d Albertville. Les 20 et 21 septembre derniers comparaissaient donc NCE, mais aussi l ex-président du Simigeda, Albert Gibello, ainsi que le préfet de Savoie de l époque, Pierre-Etienne, Bisch (tous deux absents à l audience mais représentés par leurs avocats). Ces derniers avaient été cités à comparaître par l ACALP (Association citoyenne active de lutte contre les pollutions) qui leur reproche, chacun à son niveau, de n avoir rien fait pour que l incinérateur fonctionne dans les règles. Jurisprudence NCE et son avocat, M e François Saint-Pierre, s en sont tenus à leur ligne de défense : NCE n était, selon eux, juridiquement pas l exploitant et ne peut donc être condamnée. En outre, a plaidé l avocat, l arrêté d autorisation d exploiter n était pas caduc ; il existait bel et bien. Seules des modifications très importantes de l installation telles que l adjonction d un nouveau four ou la mutliplication par 2 ou 3 de la capacité maximale auraient pu le rendre caduc, a estimé François Saint- Impacts sanitaires : ni preuves, ni preuves du contraire L instruction et les expertises ont montré qu il n y avait pas, à la date où elles ont eu lieu, d excès de cas de cancers autour de Gilly. Ce qui ne prouve pas que l incinérateur n ait eu aucun impact sanitaire. En toile de fond du procès de Gilly-sur-Isère, il y avait bien évidemment la pollution massive de la vallée d Albertville par les fumées mal filtrées de l incinérateur, ainsi que le sentiment d une partie de la population que le nombre de cancers dans la région était plus élevé qu ailleurs et que ces cancers étaient dus à l incinérateur. Mais ce volet de l affaire s est dégonflé au cours de l instruction. Une étude épidémiologique de l InVS (Institut de veille sanitaire) n avait pas constaté d excès de cas de cancers autour de l incinérateur de Gilly, pas plus pour tous les cancers que pour ceux généralement associés aux émissions des incinérateurs (sarcome des tissus mous, lymphome ). L InVS avait toutefois précisé que la taille de son échantillon ainsi que le recul temporel relativement faible (les cancers, quelles que soient leurs causes, peuvent mettre plus de 20 ans à se déclarer) ne conféraient pas à cette étude, locale, une robustesse absolue. (1) Pas de «rue des cancers» Une étude statistique menée par Biostatem avait également démontré qu il n y avait pas, comme certains l avaient cru, de «rue des cancers» (la rue Louis-Berthet, à Grignon, près de Gilly), le nombre de cas dans cette rue étant même «significativement plus faible que celui attendu», compte tenu de la structure démographique de la population (âge ). Des expertises médicales avaient par ailleurs constaté que plusieurs personnes imputant leur cancer à l incinérateur de Gilly ne présentaient pas, dans leur organisme, de taux anormaux de dioxines (un marqueur des émissions des incinérateurs). La seule personne qui avait un taux sensiblement supérieur à la moyenne était une femme atteinte d un carcinome «de très petite taille», «avec des chances de guérison supérieures à 90 %» et «qui n apparai[ssai]t pas différent de ce que l on pourrait trouver chez des patients du même âge». Ainsi, aux yeux des experts, suivis par la cour d appel (qui avait, en 2009, débouté certaines parties civiles sur cet aspect du dossier), il n était certes pas possible d exclure tout lien de causalité entre les cancers et l incinérateur, mais il n était surtout pas possible de prouver un tel lien. Or en matière pénale, le lien de causalité est primordial. 1. Au niveau national, une autre étude de l InVS avait, elle, constaté un excès de risque relatif de cancers dans les années 1990 pour les personnes vivant à proximité d un incinérateur dans les années 1970 et 1980, à une époque où les émissions de ces installations étaient plus de 500 fois supérieures à ce qu elles sont aujourd hui. Le risque relatif était, selon le type de cancer et le sexe, de 1,06 à 1,23. A titre de comparaison, pour un fumeur de tabac, le risque relatif de cancer du poumon est de l ordre de 15 à 30 selon les études. Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 2

3 Dans l actualité Pierre en invoquant la jurisprudence du Conseil d Etat. M e Thierry Billet, avocat de l ACALP, reconnaît que «c est bien le Simigeda qui était titulaire de l exploitation». Mais il considère que NCE, qui connaissait les dysfonctionnements de l usine et les infractions à la réglementation, «pouvait quitter le navire et ne pas renouveler les contrats». Surtout, pour Thierry Billet, le droit pénal français est, en l état, «inadapté à ce type de dossier». Selon lui, «il faut des textes sur la pollution» qui permettent de caractériser «une infraction pénale même s il n y a pas de preuve de maladie». Il fait le parallèle avec des affaires dans lesquelles des salariés exposés à l amiante mais n ayant pas développé de maladie en rapport avec cette exposition ont malgré tout été indemnisés au titre du «préjudice d anxiété». En attendant une éventuelle réforme de ce type vu le nombre de pollutions diverses, à commencer par celle due à l automobile, cela ferait beaucoup d anxieux à indemniser, le procureur a requis la confirmation de la peine de NCE, estimant toujours que c était elle l exploitant de fait et que l autorisation d exploiter n était plus valable. Le jugement a été mis en délibéré au 21 novembre. Filières de REP : ce que défend réellement l AMF Le président de l AMF Jacques Pélissard s est toujours prononcé pour le «partage des coûts» entre collectivités locales et producteurs. Or ce partage est contraire aux intérêts financiers des collectivités, et contraire aux objectifs de la REP en matière de prévention des déchets. Le président de l Association des maires de France (AMF), Jacques Pélissard, n a guère apprécié notre article sur les négociations entre les représentants des collectivités et EcoFolio (Déchets Infos n 6, pp. 7 et 8). Nous y faisions état du témoignage de Jean-Marie Darmian, secrétaire général adjoint de l AMF, selon lequel Jacques Pélissard avait, le 17 juillet, devant la ministre de l Ecologie Delphine Batho, «donné son accord» à la proposition de barème d Eco- Folio, alors que le bureau de l AMF avait, lui, émis un «avis plutôt réservé». Jacques Pélissard nous a donc demandé un droit de réponse. Nous le publions d autant plus volontiers (page suivante) que nous avions, avant la publication de notre article, sollicité la présidence de l AMF, via son service de presse, pour qu elle nous donne sa version des faits. En vain. L AMF nous a répondu, mais pas sur ce point, malgré nos relances. Il est donc paradoxal qu elle nous demande aujourd hui un droit de réponse après nous avoir, hier, privé de réponse «Intérêt général du pays» Par ailleurs, notre article s était borné à citer le témoignage, oral puis confirmé par SMS, de Jean-Marie Darmian. Si Jacques Pélissard le conteste, c est plutôt à lui qu il aurait dû/pu le dire ou l écrire Enfin, Jacques Pélissard, dans son droit de réponse et dans le courrier qui l accompagne, souligne qu il est et a toujours été le défenseur scrupuleux et ardent de l intérêt des collectivités locales et de «l intérêt général du pays», notamment pour ce qui est des filières de responsabilité élargie des producteurs (REP). Cela mérite quelques précisions. A sa manière Jacques Pélissard a effectivement toujours défendu les filières de REP, mais à sa manière. En particulier, hormis au tout début des années 1990, il a toujours défendu l idée d un «partage des coûts» entre les producteurs et les collectivités locales. Il expliquait en particulier en substance, il y a quelques années, que l on ne pouvait pas en demander trop aux producteurs et qu il n était pas raisonnable, ni même souhaitable, que le taux de prise en charge des coûts par les producteurs se rapproche trop de 100 %, ni trop vite. Jacques Pélissard a eu l occasion de rappeler, une nouvelle fois, son attachement au «par- Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 3

4 Dans l actualité tage des coût» en 2007, lors des discussions du Grenelle de l environnement. Alors que le président du Cercle national du recyclage (CNR), Paul Deffontaine, et celui d Amorce, Gilles Vincent, demandaient, pour la filière emballages, un objectif de couverture des coûts par les éco-organismes de 100 %, Jacques Pélissard a plaidé pour un taux de 80 %, et a obtenu gain de cause. Contraire à la théorie Opposés au «partage des coûts», des élus demandent depuis des années une prise en charge des coûts à 100 % par les éco-organismes.c est le cas en particulier des représentant du CNR et, depuis le milieu des années 2000, de ceux d Amorce. Et pour cause : le «partage des coûts» n est écrit dans aucun texte réglementaire. Mieux, il est contraire à la théorie de la REP selon laquelle plus les producteurs supportent une part élevée des coûts, plus ils sont incités à réduire les quantités et la nocivité des déchets générés par leurs produits. Les théoriciens de la REP dont l OCDE, qui n est pas exactement un rassemblement d irresponsables peu au fait Centre de tri. Le «partage des coûts» défendu par Jacques Pélissard conduit, de fait, à des frais supplémentaires pour les collectivités. des réalités économiques estiment même que compte tenu des «coûts externes» liés à la gestion des déchets (pollutions, nuisances ), il n y aurait rien d aberrant à faire payer les producteurs au-delà de 100 % des coûts de gestion directe de leurs déchets. Prévention Ainsi, en défendant l idée d un «partage des coûts» contre le principe d un coût pris en charge à 100 % par les producteurs, Jacques Pélissard va à l encontre de l intérêt financier des collectivités locales, car ce que les producteurs ne payent pas, ce sont les collectivités et leurs contribuables qui doivent le payer. Mais il va aussi et surtout à l encontre de la finalité de la REP, qui est la prévention quantitative et qualitative de la production de déchets une finalité d intérêt général. Les négociations en cours actuellement sur la filière des déchets de mobilier le confirment : selon plusieurs témoignages concordants, on y voit l AMF expliquer contre la position des représentants d Amorce et du CNR qu il n est pas possible de demander un soutien à 100 % des coûts supportés par les collectivités, et ceci même pour les déchets allant vers les filières de recyclage. Bien entendu, l AMF a la liberté d adopter cette position. Mais personne n est obligé de croire son président quand il nous dit que c est dans l intérêt des collectivités. Droit de réponse de l Association des maires de France (AMF) «Le Bureau de l AMF du 12 juillet dernier a émis un avis réservé sur la proposition de barème proposée par le ministère de l Ecologie, négociée préalablement par ses services, EcoFolio, l AMF et toutes les autres parties prenantes. Le 17 juillet, une délégation de l AMF a rencontré Madame Batho. Le président Jacques Pélissard lui a fait part des réserves et souhaits de son Bureau, en présence d André Rossinot, Jean-Marie Darmian, Denis Merville, membres du Bureau, Jacques Bucki, maire de Lambesc, et Rollon Mouchel-Blaisot, directeur général des services de l AMF. Jacques Pélissard n a donc jamais exprimé d avis favorable sur le projet en l état à la ministre. Suite à l avis du Bureau, les services de l AMF poursuivent actuellement une discussion étroite avec les services du ministère afin de faire valoir les intérêts des communes et de leurs groupements. Le projet de décret est à l arbritrage de la ministre. L AMF, reconnue d utilité publique depuis 1933, a pour mission fondamentale de défendre les communes et leurs groupements. Le président de l AMF y veille scrupuleusement. Il est d ailleurs l un des fondateurs de la création de filières à «responsabilité élargie du producteur» et ne ménage pas ses efforts pour consolider leur développement dans l intérêt général du pays.» Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 4

5 Dans l actualité Urbaser : trois de chute Le constructeur subit la troisième résiliation de contrat en quelques mois. Dont deux pour faute. Le SEEDR (Syndicat d étude et d élimination des déchets du Roannais) a résilié la délégation de service public (DSP) qui le liait à Urbaser pour la construction et l exploitation d une unité de tri mécanobiologique (TMB), méthanisation et stabilisation avant enfouissement de t par an. Cette résiliation s est faite à l amiable. Certes, Urbaser n arrivait pas à trouver les financements pour la DSP et pouvait donc être considéré comme fautif. Mais le syndicat avait aussi suspendu la DSP entre avril 2009 et juillet 2010 en raison d un recours en annulation formé par une de ses collectivités adhérentes. A l époque, le SEEDR voulait éviter que des frais trop importants ne soient engagés avant que le recours ne soit jugé, au cas où la collectivité aurait obtenu gain de cause. Transiger Du coup, aujourd hui, le syndicat craignait de se voir reprocher cette suspension. Il a donc préféré transiger, sans qu aucun dédommagement ne soit demandé de part et d autre. Pour Urbaser, c est le troisième contrat résilié en quelques mois. En 2011, le Sytrad (Syndicat de traitement des déchets Ardèche-Drôme) a résilié une DSP, estimant qu Urbaser était défaillant pour mener à bien la construction de ses unités de TMB et compostage. Et en juin dernier, le Sictom de Guadeloupe a résilié la DSP pour la construction de son usine de TMB, méthanisation, compostage et incinération de t/an. Le syndicat reprochait à Urbaser des retards importants dans l avancement du projet, le financement de ce dernier n étant toujours pas bouclé plus de 4 ans après la signature du contrat. Démenti formel Par ailleurs, selon plusieurs sources, le Sivom de l Yerres et des Senarts, à qui appartient l usine de TMB, méthanisation et compostage de Varennes- Jarcy, s est vu recommander, il y a quelques mois, par son avocat Christophe Cabanes, de résilier le contrat d exploitation qui le lie à Urbaser. Mais le président du syndicat, Guy Geoffroy, par ailleurs député, président de l association des Eco-Maires et président de Metheor (association de promotion de la méthanisation), aurait refusé. Contacté par Déchets Infos, Guy Geoffroy dément formellement que la résiliation du contrat Deux recours en Guadeloupe Urbaser n a évidemment pas apprécié de voir son marché avec le Sictom de Guadeloupe résilié. Il a donc formé un recours au tribunal administratif demandant l annulation de la résiliation et le paiement de 43 M d indemnités diverses. Plus surprenant, Urbaser a récemment fait un recours contre l attribution, par le Sictom, d un avec Urbaser ait été envisagée. De la même manière qu il soutenait mordicus, en 2009, y compris devant la ministre de l Ecologie et les caméras de télévision, que son usine produisait plus d électricité qu elle n en consommait, alors qu à l époque c était l inverse Mise en demeure On peut également rappeler qu Urbaser est passé très près de la résiliation pour son contrat de Romainville avec le Syctom de l agglomérationi parisienne (conception, construction et exploitation d une usine de TMB, méthanisation et compostage de t/an), le syndicat lui ayant adressé, fin 2011, une mise en demeure. Sur cinq contrats de construction-exploitation qu il détenait, Urbaser n en a donc pour l instant mené à son terme qu un seul (celui de Fos-sur- Mer), trois ont été résiliés et un suit son cours (celui du syndicat basque Bil Ta Garbi, pour une usine de tri-méthanisation), les travaux de construction ayant démarré cet été. marché complémentaire à Séché Eco-Services pour la création de casiers sur la décharge de la Gabarre. Arguments d Urbaser : c est nous les titulaires du marché principal, et donc nous qui aurions dû conclure le marché complémentaire. Sauf que le marché principal avec Urbaser était déjà résilié. Comprenne qui pourra Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 5

6 Analyse Incinération : le marché contre le principe de proximité Le comportement attentiste, puis opportuniste de certains investisseurs a conduit à des surcapacités d incinération en Allemagne et aux Pays-Bas. Ces pays importent donc des déchets, au nom de la valorisation énergétique mais au mépris du principe de proximité et d autosuffisance. Des collectivités françaises ont déjà été démarchées. Le CNIID (Centre national d information indépendante sur les déchets) a mis en ligne sur son site Internet, le 10 septembre dernier, un «rapport interne de Sita UK» qu il «a pu se procurer» et qui porte sur les surcapacités d incinération dans certains pays d Europe du Nord. Le CNIID en tire diverses conclusions dont celle-ci (déjà entendue) : l incinération va à l encontre des objectifs de prévention et de recyclage puisqu il faut «nourrir» les incinérateurs pendant des années. En filigrane, on comprend que puisque qu il y a des surcapacités, il ne faudrait surtout pas construire de nouveaux incinérateurs, en particulier en France. Analyse des causes Selon nos informations, le «rapport interne» est en fait le texte d une intervention publique faite par un cadre de Sita Northern Europe (et non Sita UK) au salon IFAT de 2011, en Allemagne 1. Il décrit bien les surcapacités que tout le monde ou presque connaît depuis quelques années et en analyse les causes et les conséquences. Mais il n est pas certain que cela permette d aboutir aux mêmes conclusions que celles du CNIID. Pour l auteur du rapport, Mathieu Berthoud, les surcapacités en Allemagne sont dues en particulier à l attitude de certains opérateurs vis-àvis de l interdiction de mise en décharge de déchets non traités («landfill ban» ou «Tasi»). Dans un premier temps, ils n ont pas cru (ou pas voulu croire?) que cette interdiction serait effectivement appliquée. Ils n ont donc pas investi dans des installations de traitement des déchets résiduels. Retard Puis, se rendant compte avec retard de leur méprise, ils se seraient, toujours selon l auteur, rués sur la construction d installations, sans concertation et sans régulation des pouvoirs publics. Résultat : compte tenu du temps nécessaire à la construction, il y a d abord eu, après la mise en place de la Tasi, une pénurie de capacités de traitement qui a provoqué une envolée des prix pratiqués, ce qui a aiguisé les appétits financiers des investisseurs. Ensuite, avec la ruée sur les investissements, on est arrivé à la surcapacité. C est donc, entre autres, l absence de régulation du marché par les autorités publiques allemandes qui a abouti à cette surcapacité. A contrario, l auteur de la note de Sita cite l exemple des Flandres belges où les autorités publiques ont «planifié de manière adéquate les capacités disponibles d incinération». Résultat : les incinérateurs tournent à leur pleine capacité et parallèlement, les quantités de déchets résiduels ont fortement baissé alors que celles de déchets recyclés ont fortement augmenté. Preuve, au passage, que l incinération n est pas incompatible avec le recyclage, contrairement à ce que ne cesse de répéter le CNIID Et preuve également que la régulation d un marché peut lui être favorable, alors qu un fonctionnement purement «libéral», sans régulation, peut lui nuire. Importateurs nets Aux Pays-Bas, les surcapacités sont dues notamment à des importations de déchets incinérables néerlandais par l Allemagne. Au total, les surcapacités atteindraient aujourd hui, selon nos sources, 3 Mt en Allemagne (environ 15 % des Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 6

7 Analyse capacités totales du pays) et 1 Mt aux Pays-Bas. La conséquence est que ces pays sont devenus des importateurs nets de déchets à incinérer. Pour ce faire, ils s appuient sur la directive cadre sur les déchets qui permet les transferts transfrontaliers de déchets si ces derniers sont valorisés dans le pays importateur. La même directive a fixé un critère pour dire si les incinérateurs sont des unités de valorisation ou non : le fameux «critère R1». Or en Allemagne et aux Pays- Bas, la quasi-totalité des incinérateurs respectent le R1. Principes peu respectés Le problème est que la directive cadre dit aussi (article 16) que les déchets doivent être traités «dans l une des installations appropriées les plus proches» (principe de proximité) et que les Etats membres doivent «tendre individuellement» vers l objectif consistant à «assurer [eux-mêmes] l élimination de [leurs] déchets» (principe d autosuffisance). En l occurrence, ces deux principes sont manifestement peu respectés. Selon nos informations, plusieurs collectivités françaises, jusque sur la Côte-d Azur, ont été démarchées pour faire Incinérateur du Sigidurs, à Sarcelles. incinérer leurs ordures ménagères résiduelles (OMR) en Allemagne, à des prix défiant toute concurrence (on parle de 70 /t, voire moins, transport compris). Depuis quelques années déjà, des déchets italiens (en particulier de Naples) et d Europe de l Est (par exemple de Pologne) font le voyage jusqu en Suisse (qui n est certes pas dans l UE), en Allemagne ou aux Pays-Bas. D aucuns font remarquer qu un trajet Londres-Rotterdam en bateau (cas rencontré pour des refus de tri) est moins long et probablement moins impactant qu un Pézenas (Hérault)-Clayes-Souilly (Seine-et-Marne) en camion (cas rencontré pour des OMR il y a quelques années). Et que le principe de proximité ne doit pas nécessairement tenir compte des frontières des Etats mais plutôt des distances. Ce qui n est pas faux Logique sous-jacente Il n empêche, cette affaire de surcapacités met en relief une des logiques sous-jacentes de la directive cadre sur les déchets (et du fonctionnement de l UE en général) : l importance accordée au libre marché plutôt qu à sa régulation. En Allemagne, cette logique a conduit à désorganiser sérieusement le secteur des déchets. Selon la note de Sita, des collectivités locales en contrat de longue durée avec un opérateur se retrouvent à payer l incinération de leurs OMR plus cher que des collectivités voisines qui vont dans les mêmes installations mais bénéficient de prix «spot», forcément faibles en raison de la surcapacité. Ce qui aboutit, d une manière ou d une autre, à faire payer aux collectivités prévoyantes une partie de l incinération de celles qui jouent plutôt le court terme. Selon un connaisseur du dossier, en 2016, seulement 30 % des tonnages incinérés en Allemagne le seront dans le cadre de contrats longs, le reste jouant sur le marché «spot» (au coup par coup). On peut également s interroger sur la pertinence d une telle logique de marché si une pandémie (une vraie ) venait à frapper le continent. Continuerait-on de laisser des OMR franchir les frontières et parcourir des centaines de kilomètres? Si non, comment feront alors les pays qui, eux, manquent d exutoires? Hiérarchie des déchets En France, certaines zones géographiques sont en surcapacité d incinération celleci étant renforcée par la crise économique qui réduit les quantités de déchets ménagers (DM) et industriels et commerciaux (DIC). Mais au niveau national il reste encore environ un tiers des déchets ménagers et assimilés qui sont mis en décharge, sans parler des DIC. Et on sait que des progrès importants peuvent être faits pour le recyclage. Preuve que l on a encore de la marge si l on veut appliquer, à l intérieur de nos frontières, un autre principe de la directive cadre : la hiérarchie des déchets, qui place le recyclage avant la valorisation énergétique, et cette dernière avant l enfouissement. 1. Pour télécharger la note complète : wp-content/uploads/2012/09/ Rapport-Sita.pdf Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 7

8 Reportage MYT : le TMB qui passe par l eau, adopté au Symevad Une collectivité allemande a mis au point une méthode inédite permettant de méthaniser la fraction fermentescible des OMR et de produire des CSR. Le Symevad (syndicat de traitement de la région de Douai) l a adoptée pour sa future usine, qui sera construite par Tiru. L entreprise publique allemande ZAK, chargée de traiter les déchets ménagers de la région de Kahlenberg (à environ 60 km de Strasbourg), a mis au point une méthode inédite de TMB. En particulier, elle n utilise pas de tube bioréacteur (ou «BRS») comme c est généralement le cas en France. Mais elle sépare une partie de la fraction organique par voie aqueuse dans une sorte de percolateur. Et elle permet la production de combustibles solides de récupération (CSR) de haute qualité, ce qui améliore nettement le bilan énergétique par rapport à un TMB classique. D où le nom du procédé : MYT, pour «maximum yeld technology» (technologie à rendement maximum). Le traitement se fait en cinq étapes. Les déchets réceptionnés sont déposés sur une dalle où une pelle à grappin effectue un premier tri pour extraire les gros objets indésirables (pneus, gros morceaux d inertes, «monstres» ). Tri classique Le reste est introduit dans une trémie d alimentation pour être conduit à la deuxième étape : un tri mécanique «classique» au moyen de trommels et de cribles balistiques et densimétriques (tables à rebond, etc.). A ce stade sont extraits les métaux ferreux et non ferreux, qui seront recyclés, et les inertes (morceaux de verre, pierres ), qui seront enfouis ou serviront en remblai. Ce tri est complété d un tri/contrôle manuel sur la fraction des objets solides de taille moyenne, destiné à enlever les éléments en PVC ainsi que les métaux et inertes qui auraient échappé au tri mécanique. Percolation La troisième étape est le cœur du procédé et sa principale originalité. Les déchets sont introduits dans des tunnels de percolation où ils sont humidifiés et mélangés, en présence d air. D où son nom : DAMP, pour «Definierte Aerober MischProzess» (procédé défini de mélange aérobie). Cette étape permet l homogénéisation des déchets, leur réduction granulométrique et le captage du chlore soluble. Comme dans un méthaniseur horizontal en tunnel, ce sont Hormis lors de leur réception (ci-dessus), les déchets sont invisibles pendant tout le traitement. Tous les convoyeurs, en particulier, sont strictement capotés, comme ici à droite. Résultat : une usine très propre, sans poussière. Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 8

9 Reportage les agitateurs qui font progresser les déchets de l entrée vers la sortie. Le temps de séjour dans les DAMP est de deux à trois jours. En sortie, les déchets humidifiés sont pressés par des Vu d un des tunnels de percolation où les déchets sont humidifiés et brassés pendant deux à trois jours avant d être pressés. presses à vis. La fraction liquide contient une part minoritaire de la matière organique totale. Elle est orientée vers la méthanisation, qui s effectue dans des digesteurs verticaux avec agitation mécanique, en mode mésophile. La fraction solide contient une part majoritaire de la matière organique. Elle est conduite dans des tunnels de séchage avec aération : c est la quatrième étape. Ici, la fermentation aérobie d une partie de la matière organique restante, en dégageant de la chaleur, facilite le séchage, qui s effectue sans apport extérieur d énergie. Cinquième et dernière étape, les déchets solides séchés (à 90 % de matière sèche) subissent une phase de tri mécanique (cribles, tables densimétriques ). On produit ainsi des combustibles solides de récupération qui peuvent être utilisés en cimenteries mais aussi en centrale thermoélectrique, voire en chaufferie (sous la réglementation de l incinération). Recirculation La consommation d eau du procédé est faible car une bonne partie de l eau introduite dans le DAMP pour humidifier les déchets est une eau de recirculation venant du 23 & 24 OCTOBRE 2012, Paris Filières & RECYCLAGE 2012 le colloque des professionnels sur les produits hors d usage Textiles usagés Centres de tri ménagers Déchets d ameublement DDS, DASRI, bouteilles de gaz Innovation & recyclage des plastiques Économie circulaire A4 éditions e Assises nationales du réemploi, de la réutilisation et de la réparation PROGRAMME DÉTAILLÉ ADEME - Evelyne Perréon-Delamette Tél. : Fax : Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 9

10 Reportage DAMP ou de la méthanisation. La phase de méthanisation est par ailleurs excédentaire en eau. La production de biogaz est de 45 à 50 Nm 3 par tonne d OMR entrante (1). Elle peut paraître faible par rapport au TMBméthanisation tel que pratiqué jusqu à présent en France où l on arrive généralement entre 60 et 80 Nm 3 /tonne. Cela résulte notamment du fait qu avec le MYT, une part minoritaire de la matière organique initiale est méthanisée. Mais si l on veut faire un bilan énergétique global et le comparer aux installations existant en France, il faut tenir compte de deux différences notables. D une part, le taux de méthane du biogaz produit par le MYT Chiffres clés (1) 45 à 50 Nm 3 de biogaz produit par tonne entrante 70 % de CH 4 dans le biogaz 80 kwh électriques consommés par tonne entrante 100 de coût de traitement par tonne entrante, tout compris : investissement, fonctionnement, écoulement des sous-produits (biogaz, CSR, refus) Une des presses à vis qui séparent la fraction liquide, qui sera méthanisée, de la fraction solide, qui servira à faire des CSR. est de 70 % alors qu il est, en France, autour de 55 %. D autre part, le MYT permet la valorisation de la fraction combustible en CSR, alors que les unités de TMB françaises, jusqu à présent, aboutissent à les mettre en décharge. 83 % de valorisation Au final, avec le MYT, la valorisation énergétique (par le biogaz et les CSR) est d environ 83 % du contenu énergétique total des OMR entrantes, compte non tenu de la consommation énergétique de l usine et des pertes. Alors qu avec un TMB-méthanisation tel que pratiqué actuellement en France, elle plafonne dans le meilleur des cas à 50 % (même remarque). Si l on déduit les pertes et la consommation de l usine (laquelle est de 80 kwh/tonne, soit comparable à celle des usines de TMBméthanisation en France), on arrive, avec le MYT, à une valorisation nette d environ 75 %. Une autre particularité du procédé MYT est que l usine est d une propreté stupéfiante pour qui fréquente régulièrement des installations de traitement de déchets, et en particulier de TMB. Cela est dû au fait que tous les équipements sont très strictement capotés. Ainsi, aucune poussière n est émise dans les bâtiments, de même qu aucune odeur (hormis dans le hall de réception). C en est même frustrant pour le visiteur puisqu une fois que les déchets sont dépotés puis introduits dans la trémie d alimentation, on ne les voit plus. Couvercle Le ZAK a même mis au point un procédé permettant de charger les camions en CSR sans qu aucune poussière ne soit dégagée, avec un système de grand couvercle doté d un joint en caoutchouc venant se placer sur le dessus des semi-remorques. Tout cela a un coût au stade de la construction, mais permet aussi des économies significatives lors de l exploitation : moins d air à traiter, moins de personnel mobilisé pour les nettoyages périodiques, et des conditions de travail exceptionnelles pour les employés, ce qui doit se répercuter d une manière ou d une autre sur leur productivité. Les tunnels de séchage où une partie de la matière organique fermente en chauffant, facilitant le séchage. Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 10

11 Reportage Selon le ZAK, le coût de traitement de son usine allemande est de 100 par tonne tout compris : amortissement de l investissement (comprenant aussi le développement du procédé) et fonctionnement. Ce coût intègre les recettes de valorisation (matériaux recyclables, biogaz ) et le coût d écoulement des CSR (actuellement de 10 à 15 / tonne, en cimenterie). Selon Tiru, qui a adopté ce procédé pour l usine qu il va construire et exploiter à Hénin- Beaumont pour le compte du Symevad (Syndicat mixte de valorisation des déchets de l arrondissement de Douai), c est un procédé plus coûteux à l investissement qu un TMB classique, mais moins coûteux à l exploitation. Le coût de traitement à Hénin- Beaumont devrait être, selon Tiru et le Symevad, semblable à celui de l usine allemande, tout compris. Perfectionnements Sur le plan fiscal, le procédé MYT présente en outre l intérêt en tout cas pour l instant d être très peu impacté par la TGAP (uniquement pour la très faible fraction de refus de tri qui est enfouie). Ce qui n est pas le cas des TMB classiques, qui sont généralement suivis de l enfouissement de la moitié des déchets entrants, lesquels sont soumis à la TGAP. Sur le plan technique, l usine du Symevad bénéficiera de quelques perfectionnements. Ainsi, la phase de tri/contrôle manuel en sortie de la deuxième étape de traitement sera supprimée. En revanche, un tri optique sera effectué lors de la préparation des CSR (étape 5) pour extraire les PVC, dont on sait qu ils posent problème s ils sont inclus dans les CSR. Par ailleurs, un broyeur réduira la granulométrie des CSR. Débouchés Comme pour tout TMB, un des points clés réside dans l écoulement des sous-produits. Pour le biogaz et les matériaux recyclables, on sait que ça ne présente généralement pas de difficulté. En revanche, pour les CSR, c est une question à étudier de près pour ne pas se trouver avec des tonnes sans débouché. Sur ce point, la mise en place d une procédure de sortie du statut de déchets, actuellement étudiée au niveau européen, pourra peut-être, si elle aboutit, changer la donne dans quelques années en faisant des CSR un produit, librement commercialisable, y compris à l étranger. La construction de l usine du Symevad devrait démarrer courant Elle se fera sur le site de l actuelle usine d incinération, qui fermera fin La mise en service industriel est prévue début La capacité de l usine sera de t/an ( t/an à Kahlenberg), dont t d OMR, t de refus de tri des collectes sélectives ainsi que t d encombrants. Ces derniers subiront toutes les étapes du MYT sauf le DAMP, le pressage et le séchage, qui ne présenteraient pas d intérêt car les encombrants ne contiennent presque pas de matière organique soluble. L investissement devrait être de 40 à 50 M. 1. Toutes les données chiffrées ont été communiquées par le constructeur. A voir sur Internet, le film présentant le procédé : html Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets Parution quinzomadaire (23 numéros par an) Diffusion par courriel 13, avenue du Dr Antoine Lacroix Le Kremlin-Bicêtre Directeur de la publication et rédacteur en chef : Olivier Guichardaz Olivier Guichardaz est membre du réseau Ad Missions (société de portage salarial, Siret n ). La reproduction de tout ou partie du contenu de Déchets Infos est rigoureusement interdite, sauf accord exprès de l éditeur. La liberté de la presse ne s use que si l on ne s en sert pas. Elle peut aussi, parfois, pâtir d un manque de ressource. Si les articles publiés dans Déchets Infos vous semblent pertinents, le meilleur moyen de le faire savoir est de vous abonner. C est aussi le meilleur moyen de continuer à nous lire. Si vous effectuez régulièrment des copies de numéros ou d articles de Déchets Infos (par exemple pour une revue de presse), merci d en informer le Centre français d exploitation du droit de la copie (CFC ; Abonnement (TVA : 19,6 %) : 1an, 23 numéros : 195 HT (233,22 TTC), 1 an, tarif réduit (ONG, chômeurs ; sur justificatif) : 145 HT (173,42 TTC) 3 mois, 6 numéros, non renouvelable : 45 HT (53,82 TTC). Abonnements groupés : nous consulter Vente au numéro : 15 HT (17,94 TTC) Pour s abonner : Déchets Infos Tous droits réservés ISSN : en cours Dépôt légal à parution Déchets Infos n 7 26 septembre 2012 page 11

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats porté par la communauté de communes du pays de Saint- Flour, le 6 juin

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Présentation du Centre de traitement des déchets ménagers du SIVOM de la Vallée de l Yerre et des Sénarts

Présentation du Centre de traitement des déchets ménagers du SIVOM de la Vallée de l Yerre et des Sénarts Présentation du Centre de traitement des déchets ménagers du SIVOM de la Vallée de l Yerre et des Sénarts Commission Nationale du Débat Public centre de traitement des déchets ménagers d Ivry/Paris XIII

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions Foire aux questions de la filière REP Papiers Les questions Que fait EcoFolio, l éco-organisme des papiers, pour inciter les entreprises à éco-concevoir leurs produits? Conformément au cahier des charges

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets 28.09.11 : Signature des conventions avec l ADEME Le meilleur déchet

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière?

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Dans le secteur de la téléphonie mobile, les frontières européennes ne sont pas encore

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Le thermoréseau. l énergie de votre confort par la valorisation des déchets

Le thermoréseau. l énergie de votre confort par la valorisation des déchets Le thermoréseau l énergie de votre confort par la valorisation des déchets Le chauffage à distance est fiable Pensez à long SATOM UN immense chauffage central Le chauffage à distance utilise l énergie

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE STANDARD DES LOGICIELS CERMIADATA

CONTRAT DE MAINTENANCE STANDARD DES LOGICIELS CERMIADATA 50, rue Haute B-1330 Rixensart Tél : +32/4.264.53.05 Fax : +32/4.264.14.96 Web : http://www.cermiadata.be CONTRAT DE MAINTENANCE STANDARD DES LOGICIELS CERMIADATA Entre : LE CLIENT ci-après «le client»

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU MARCHE ARTICLE 2 LIEUX D EXECUTION DU SERVICE ARTICLE 3 LES OBLIGATIONS DU TITULAIRE

Plus en détail

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier?

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? DIVERS Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? Alors que l industrie pharmaceutique connaît un mouvement important de concentration et une évolution sensible marquée par

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

«Oum Azza de l enfouissement à la valorisation»

«Oum Azza de l enfouissement à la valorisation» (CET) d Oum Azza «Oum Azza de l enfouissement à la valorisation» 24 Décembre 2013 Programme National de traitement des Déchets Ménagers (PNDM) 2012-2016 Quantités réceptionnées 2007-2012 Le PNDM, s inscrit

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Mise en place de la REP* ameublement dans les entreprises artisanales : modalités de la filière «meubles destinés aux professionnels»

Mise en place de la REP* ameublement dans les entreprises artisanales : modalités de la filière «meubles destinés aux professionnels» Mise en place de la REP* ameublement dans les entreprises artisanales : modalités de la filière «meubles destinés aux professionnels» SOURCES D INFORMATION Présentation de Valdélia (éco-organisme de la

Plus en détail

Syndicat Mixte du Point Fort. Pôle environnement : une filière durable de traitement des déchets

Syndicat Mixte du Point Fort. Pôle environnement : une filière durable de traitement des déchets Dossier de Presse Pôle environnement : une filière durable de traitement des déchets 16 décembre 2005 CONTACT PRESSE Claire Montémont tél. 02 31 29 16 96 / mobile 06 10 15 04 18 claire.montemont@wanadoo.fr

Plus en détail

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Plan de la présentation Partie I Pourquoi le TMB? Partie II Variantes techniques Partie III Conclusions pour

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P. .P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS

CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P. .P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P.P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS Commande du Maître d'ouvrage au Maître d'oeuvre Déchets de Chantiers

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Travaux d aménagement de la ligne 2

Travaux d aménagement de la ligne 2 Icône projet de la ligne N 2 du Grand Nancy - Quadri Travaux d aménagement de la ligne 2 Guide à l intention des professionnels riverains pour une indemnisation à l amiable 2 Préambule Dans le cadre de

Plus en détail

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE 30 juin 2014 Cette note présente le bilan des discussions du groupe

Plus en détail

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014 DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT Du 13 février 2014 1. Préambule Il est préliminairement exposé que la base légale de ces

Plus en détail

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Le Parlement et le Conseil de l Union européenne ont adopté le 17 juin dernier une directive relative aux déchets. La précédente directive du

Plus en détail

Présentation PROJET METAL. Synthèse du projet à destination des collectivités locales

Présentation PROJET METAL. Synthèse du projet à destination des collectivités locales Présentation PROJET METAL Synthèse du projet à destination des collectivités locales SOMMAIRE 1. Mieux recycler l aluminium, une nécessité 2. Pourquoi le projet métal? - Des taux de recyclage de l aluminium

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

Le plan régional de prévention des déchets et les déchets des activités de bureaux

Le plan régional de prévention des déchets et les déchets des activités de bureaux Le plan régional de prévention des déchets et les déchets des activités de bureaux Anne Sophie de Kerangal Responsable du Service prévention et gestion des déchets Région Ile-de-France Jeudi 7 Avril 2011

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N..

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N.. CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N.. TABLE DES MATIERES PREMIERE PARTIE CLAUSES ADMINISTRATIVES... 4 1.

Plus en détail

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL Table des matières Mot de l auteur... 2 Crédit d'impôt pour déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales... 2 Crédit d'impôt pour personnes handicapées

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 25 juin 2013 Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail

Prévention et Eco Conception des emballages : Les services et outils àdestination des adhérents du Point Vert

Prévention et Eco Conception des emballages : Les services et outils àdestination des adhérents du Point Vert Prévention et Eco Conception des emballages : Les services et outils àdestination des adhérents du Point Vert Syctom 9 décembre 2010 Jan Le Moux Directeur Prévention Eco Emballages mai 2010 ECO EMBALLAGES

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable FICHE ACTIONS Logica ACTIONS GLOBALES Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Mise en place d ambassadeurs développement durable ACTIONS ENVIRONNEMENTALES Favorise l utilisation

Plus en détail

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SOMMAIRE INFORMATIONS GENERALES 1. LES CONDITIONS INDIVIDUELLES 2. LES RATIOS PROMUS / PROMOUVABLES 3. LES CONDITIONS DE SEUIL 4. LES REGLES DE CLASSEMENT REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES

Plus en détail

ACQUISITION DE DEUX VEHICULES

ACQUISITION DE DEUX VEHICULES ACQUISITION DE DEUX VEHICULES EN REMPLACEMENT D UNE CLIO III ET D UNE 206 + (sans reprise) MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION AUDIT ENERGETIQUE

DEMANDE DE SUBVENTION AUDIT ENERGETIQUE DEMANDE DE SUBVENTION AUDIT ENERGETIQUE Preuve de son engagement dans la réduction des gaz à effet de serre, la Ville de Thionville a mis en place des mesures incitatives pour la rénovation thermique,

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Fonds de financement de la transition énergétique

Fonds de financement de la transition énergétique Fonds de financement de la transition énergétique Convention particulière de mise en œuvre de l appui financier au projet «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» Entre La ministre de l

Plus en détail

Intégrer la supply chain et la RSE dans le cycle de vie des produits le cas des DEEE 17/06/2015

Intégrer la supply chain et la RSE dans le cycle de vie des produits le cas des DEEE 17/06/2015 Intégrer la supply chain et la RSE dans le cycle de vie des produits le cas des DEEE Introduction / présentation Impact de la réglementation Influence de la technique sur la logistique Mobiliser l ensemble

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Une nouvelle ambition pour le tri et le recyclage, un nouveau tarif Point Vert en 2012.

Une nouvelle ambition pour le tri et le recyclage, un nouveau tarif Point Vert en 2012. Une nouvelle ambition pour le tri et le recyclage, un nouveau tarif Point Vert en 2012. Eco-Emballages met en œuvre à partir du 1 er janvier 2012 un nouveau tarif Point Vert. Il vise à augmenter le recyclage

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

COUR DES COMPTES ------ TROISIEME CHAMBRE ------ QUATRIEME SECTION ------ Arrêt n 58866 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARTS ET METIERS PARISTECH

COUR DES COMPTES ------ TROISIEME CHAMBRE ------ QUATRIEME SECTION ------ Arrêt n 58866 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARTS ET METIERS PARISTECH COUR DES COMPTES TROISIEME CHAMBRE QUATRIEME SECTION Arrêt n 58866 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARTS ET METIERS PARISTECH Exercice 2007 Rapport n 2010-496-0 Séance du 28 juin 2010 Lecture publique du 27

Plus en détail

MARQUAGE ROUTIER TRAVAUX DE SIGNALISATION HORIZONTALE

MARQUAGE ROUTIER TRAVAUX DE SIGNALISATION HORIZONTALE MARQUAGE ROUTIER TRAVAUX DE SIGNALISATION HORIZONTALE REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) R.C. Page 1 sur 7 Article 1 : Objet de la consultation Le présent marché porte sur les travaux à réaliser dans le cadre

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Eoljoux, point de la situation

Eoljoux, point de la situation Eoljoux, point de la situation Mardi 12 janvier 2012 Casino du Brassus Sommaire 1. Introduction, rappel 2. Le PPA Eoljoux 3. La planification cantonale 2 4. Les démarches entreprises 5. La suite 6. Conclusions

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE DES LOGICIELS CERMIADATA

CONTRAT DE MAINTENANCE DES LOGICIELS CERMIADATA CONTRAT DE MAINTENANCE DES LOGICIELS CERMIADATA Entre : xxxx ci-après «le client» Et : la société CERMIADATA SA, établie et ayant son siège social à Rue Haute, 50 à 1330 Rixensart, représentée aux fins

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS Note d information La Fondation CNP Assurances lance un nouvel appel à projets dédié aux collectivités territoriales qui s engagent pour implanter des

Plus en détail

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ;

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; CONVENTION-TYPE Entre le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; et le Titulaire «Dénomination sociale» «Forme juridique»

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO A. Historique FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO Le Fond de Développement Agaciro est le premier fond de solidarité au Rwanda, basé sur des dons volontaires. Ce fond a été initié par les Rwandais lors du Dialogue

Plus en détail

JEC WORLD 2016 Salon international de l industrie des composites

JEC WORLD 2016 Salon international de l industrie des composites 8-10 mars 2016 Parc des Expositions Paris Nord - Villepinte Dossier d inscription pour les entreprises PICARDIE COMPOSITES 1 JEC WORLD JEC WORLD est le salon de référence pour l ensemble des acteurs de

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail