La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme"

Transcription

1 WHO/CDS/CPE/SMT/ La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Guide de module Organisation mondiale de la Santé Mobilisation sociale et Formation Département du Contrôle, de la Prévention et de l Eradication Groupe des Maladies Transmissibles juin 2002 Edition provisoire

2 Organisation mondiale de la Santé 2003 Tous droits réservés. Le présent produit d information sanitaire est destiné à un public restreint seulement. Il ne peut être commenté, résumé, cité, reproduit, transmis, distribué, traduit ou adapté, partiellement ou en totalité, sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit. Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y figurent n impliquent de la part de l Organisation mondiale de la Santé aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. Les lignes en pointillé sur les cartes représentent des frontières approximatives dont le tracé peut ne pas avoir fait l objet d un accord définitif. La mention de firmes ou de produits commerciaux n implique pas que ces firmes et produits commerciaux sont agréés ou recommandés par l Organisation mondiale de la Santé, de préférence à d autres. Sauf erreur ou omission, une majuscule initiale indique qu il s agit d un nom déposé. L Organisation mondiale de la Santé ne garantit pas l exhaustivité et l exactitude des informations contenues dans le présent produit d information sanitaire et ne saurait être tenue responsable de tout préjudice subi à la suite de leur utilisation.

3 Table des matières Table des matières Avant-propos... 3 Introduction... 5 Unités d apprentissage 1. La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP)... 9 I. Introduction... 9 II. La communication: définitions...10 III. La communication pour agir sur les comportements (COMBI)...11 IV. Aperçu des approches pour atteindre les objectifs comportementaux: contraintes, éducation, communication...13 V. Principes de la modification de comportements...14 VI. Le fossé entre les connaissances et les comportements...16 VII. Principes de la communication: MSCRERC...16 VIII. Les difficultés dans la communication: sélectivité dans l'attention, la perception et la mémoire...18 IX. La communication dans le processus de changement d'attitudes : MSCRERC dans le EICDARM...19 X. Les principes de marketing pour un marketing de communication intégré (IMC) ("integrated marketing communication") Les quatre "c" : Analyse de situation...19 XI. La communication pour agir sur les comportements (COMBI) et le marketing de communication intégré (IMC)...20 XII. Les outils d'analyse...21 XIII. Eléments des stratégies de communications...23 XIV. Plan COMBI...25 XV. Application de l'approche COMBI dans le cadre du FRP Communication: Comment faire des présentations

4 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme 2

5 Avant-propos Avant-propos L initiative FRP s'est fixé pour buts de diminuer de moitié le nombre global de morts par le paludisme et de s assurer qu au moins 60% des personnes exposées au risque du paludisme, notamment les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, pourraient disposer entre autres, de moustiquaires imprégnées d insecticides (MTI) d ici S orienter dans ce sens suppose une mobilisation qui fasse appel à des acteurs en provenance d un large éventail de sources publiques et privées, raison pour laquelle le FRP est en général qualifié de mouvement social plutôt que de projet ou de programme. Mobiliser les individus et les communautés de façon significative pour garantir l adoption de comportements positifs en matière de santé fait partie des éléments cruciaux pour atteindre les buts du FRP. Cette mobilisation nécessite une stratégie précise et claire pour identifier, persuader et convaincre les individus et les divers groupes que le fait de prendre les mesures appropriées contre le paludisme et/ou de chercher le bon traitement relativement tôt en vaut la peine. Ce module veut faire comprendre le processus impliqué dans l adoption de nouvelles attitudes et développe la stratégie de mobilisation/communication sociale visant des résultats spécifiques. Il s adresse au personnel sanitaire chargé de programmes sur le paludisme, personnel qui sera ainsi mieux placé pour gérer les besoins en communication dans le cadre du programme des pays respectifs. Le module présente une approche de résolutions de problèmes pour faciliter la compréhension de l impact d une Communication efficace en vue d une réaction comportementale dans le contexte du FRP. Il est conçu pour stimuler de bonnes pratiques par le moyen de l expérience, de l apprentissage et de la réflexion. Il a été élaboré en premier lieu pour des travaux de groupe qui font partie d un cours de formation de base complet dans le domaine de la paludologie et de la planification de la lutte contre le paludisme. Le module peut aussi servir pour des formations internes dans les divers niveaux des services de santé. Ce module est conçu pour une formation de 2 jours. 3

6 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme 4

7 Introduction Introduction La clé pour réussir à combattre le paludisme et mettre fin au million de morts que représente la maladie chaque année dépend de la création d un environnement social, économique et politique adapté pour soutenir l aspect technique de la gestion, la lutte contre la maladie et sa surveillance. Le plus grand défi dans la prise en charge de la maladie est l aspect humain, car contrairement aux données techniques qui sont conformes aux résultats attendus, les gens peuvent agir de différentes façons selon des critères d âge, de revenu, de sexe d environnement et d éducation. Une mobilisation sociale et une communication efficaces sont primordiales pour comprendre comment, quand et où entreprendre des actions avec des particuliers ou les communautés pour affronter avec succès le paludisme. Comprendre l essentiel des composantes utilisées dans la communication pour le développement est indispensable aux professionnels de la santé chargés du FRP. Ce module est conçu à cette fin et peut être utilisé dans le cadre d une formation interne ou comme partie d'un programme de formation à la lutte contre une maladie. Si tel est le cas, le module doit être prévu bien avant le début de la formation pour établir les aspects sociaux et politiques de prise en charge pour la maladie et son application à l'analyse de la situation. A qui s adresse ce guide? Ce guide est conçu pour des professionnels de santé chargés de la planification. Il peut aussi servir comme support pour une mobilisation sociale comportementale pour des professionnels de santé qui s occupent de maladies d'importance majeure. Objectifs A la fin de la formation, l élève doit avoir acquis une compétence et des savoir-faire nécessaires et suffisants pour : Comprendre et appliquer à sa propre situation le processus de comportement à adopter et l approche de la Communication pour Agir sur les Comportements (COMBI traduit de l anglais, Communication for Behavioural Impact). Examiner d un œil critique les différents éléments à prévoir au cours d une bonne stratégie de communication. Comprendre où et quand faire intervenir des spécialistes de la communication pour des résultats spécifiques. Présenter son propre plan de COMBI basé sur une analyse des problèmes, des obstacles et des opportunités en terme d expérience pour son pays. 5

8 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Comment se fait l apprentissage? Tuteurs et intervenants Les instructeurs sont des professionnels expérimentés qui travaillent avec le tuteur pour aider les élèves à atteindre les objectifs fixés ci-dessus. Le tuteur a une vaste expérience en matière de communication dans les secteurs publics et privés et est en mesure d aider les élèves à résoudre un large éventail de problèmes. Les instructeurs mèneront les discussions et aideront les individus et les groupes de travail réduit quand cela s avèrera nécessaire. Présentations Les présentations formelles sont utilisées habituellement sous forme de conférences interactives qui encourage la discussion de groupe et le partage d expériences personnelles. On distribuera un compte rendu durant les présentations. Groupe de travail réduit Les séances offrent de bonnes occasions aux élèves de donner leurs points de vue, développer leurs idées et apprendre les uns des autres. Le travail de groupe comprendra des exercices et des exemples. Evaluation Evaluation des progrès de l élève La principale méthode d évaluation se fera par le mini plan COMBI que chacun présentera. Le tuteur vérifiera comment les principes importants discutés et donnés ci-dessus ressortent dans la réflexion critique lors de l élaboration du plan de communication par l élève. Evaluation de la formation par l instructeur Au moyen d un questionnaire, l intervenant sondera les élèves sur ce que la formation leur aura apporté et comment cette formation pourrait être améliorée. Ce sondage aura lieu à la fin de la formation pour avoir un avis aussi complet que possible. Les réponses aux questionnaires peuvent ou non être signées, mais ce sera aux élèves de faire des suggestions pour que l intervenant se perfectionne et que le contenu du module soit amélioré. 6

9 Introduction PROGRAMME DE DEUX JOURS DE FORMATION (ORDRE DU JOUR DU MODULE). PROGRAMME (un guide sera élaboré à partir du cours au programme de l atelier). JOUR I REVUE DE L ORDRE DU JOUR DE LA FORMATION DANS L ATELIER ET SON PROCESSUS Sujet : «Le défi Atteindre des buts comportementaux en matière de santé.» Sujet : «Communications et résultats comportementaux». Sujet : «La communication en rapport avec l attitude à adopter» - Choix de résultats comportementaux et de missions de groupes pour un COMBI final. - Aperçu des approches pour atteindre les buts comportementaux : Contraintes, éducation, communication. - Principes de comportements à adopter : EICDARM (Entendre, Informer, Convaincre, Décider, Agir, Reconfirmer, Maintenir) - Principes de communication : (Gestion, Source, Canal, Récepteur, Effet, Réaction, Cadre) Nous analyserons les principes de base dans le processus de communication, en gardant à l esprit que la communication ne se limite pas à la production de matériel. - Principes de communication: MSCRERC Les thèmes choisis : Le premier point de départ pour planifier une communication ; les difficultés dans la communication : sélectivité de l attention, de la perception, de la mémoire. Nous allons étudier l importance de la communication et les différences de communication en relation avec chaque niveau de changement de comportements. Sujet : «Principes de Marketing dans le Marketing de Communication Intégrée» et dans le COMBI. - Exercice de planification marketing : Groupes de travail - Les quatre P/ les quatre C : Les résultats obtenus par le groupe de travail seront utilisés pour illustrer les concepts clés de Marketing avec les quatre P (Produits, Prix, Point de vente, Publicité) et comment ces derniers sont devenus les quatre C (besoins du Consommateur, Coût, Convenance, Communication). - 7

10 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Jour II - Suite de «Principes de Marketing.» - Suite de «Principes de Marketing» Thème choisis : Analyse de la situation du marché comprenant les méthodes d'enquête, les groupes focus, l'analyse des chanps de force, l'analyse basée sur "un jour de la vie", l'analyse de la "toute première impression", le "moment dans l'analyse du quotidien". Le but ultime sera représenté par les résultats de comportement. Thèmes choisis : Marketing de Communication Intégrée (IMC) (IMC : traduit de l anglais Integrated Marketing Communication) Relations publiques, Persuasion, Mobilisation et Participation Sociale, Médias de masse, Publicité, Vente directe, Point de vente/promotion de service, Education scolaire Interne intégrés et orientés vers l obtention de réaction comportementales. Le Triade essentielle : Relations Publiques, Publicité, Mobilisation Communautaire Sujet : «Combinaison de techniques de Marketing dans la Communication» Suite de «Techniques de Marketing en Communication» Suite de «Technique de Marketing en Communication» Sujet : «Mobilisation Communautaire» Sujet : Publicité (Radio Télévision Publications) (Avis des participants sur ce qu ils considèrent comme efficace et inefficace en matière de publicité) Sujet : Publicité - Médias - Médias grand public, Médias traditionnels et folkloriques, Action pour la Mobilisation Communautaire - Emissions de programmes radiodiffusés et télévisés Sujet : «Recherche en Marketing et évaluation.» EVALUATION Sujets choisis : Groupes focus ; Enquêtes ; suivi par Sondage ; Interprétation et utilisation des résultats ; Evaluation de l Impact 8

11 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 Unité d'apprentissage 1 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) I. Introduction Le FRP est un mouvement mondial où divers secteurs participent pour affronter le fardeau du paludisme dans le contexte du développement sanitaire et socio-économique. Cela nécessite d office une réorientation et un changement d habitudes pour les personnes qui ont travaillé pour les programmes de lutte contre le paludisme et aussi pour d autres partenaires. Ce document servira de support pour le module du COMBI pour orienter les chargées de coordonner et de gérer les composantes clés du FRP dans leurs pays respectifs. Même s il est impossible d être un spécialiste dans tous les domaines touchant le FRP, il est important et possible d avoir une compréhension des éléments clés nécessaires à un plan de mobilisation/communication sociale efficace. Selon les besoins, on pourra par la suite faire appel à une expertise et une compétence provenant de sources privées et publiques. Ce document fait ressortir les éléments clés de ce qui est exigé dans une stratégie de mobilisation /communication, en introduisant des outils et des méthodes pour atteindre les principaux objectifs comportementaux du programme FRP. La stratégie est basée sur des synergies innovatrices et établit des liens entre la recherche sur le comportement, l anthropologie, le marketing, les relations publiques, les médias grand public, les médias traditionnels, la communication interpersonnelle et l éducation des adultes, tout cela étant souvent déjà utilisé avec des résultats remarquables par le secteur privé. 9

12 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme II. La communication : définitions La communication et le développement est un processus étudié et planifié, crucial pour la transformation sociale, et opérant au moyen de trois stratégies principales : incitation à réunir des ressources et engagement politique et social pour mener à bien un objectif de développement ; mobilisation sociale pour une plus grande participation et appartenance ; communication programmatique visent des modifications de connaissances d'attitudes et de pratiques chez les participants à un programme. Quand elle est associée avec des stratégies pour l'élaboration de compétences et de savoir faire pertinents, et avec la mise en place d'un milieu qui facilite l'action, la communication joue un rôle essentiel dans l'obtention de comportements positifs, dans les modifications de comportement et dans le renforcement des individus et des groupes. La sensibilisation est un processus durable de rapprochement et d adaptation, organisant et fournissant l'information sous forme d arguments destinés à être communiqués par diverses voies interpersonnelles et médiatiques, dans le but de rassembler des fonds ou faire en sorte q'une autorité politique ou sociale s'engage pour un programme de développement, ce qui pourra conduire à l'acceptation de ce dernier par la communauté. La mobilisation sociale est un mécanisme qui rassemble, dans la mesure du possible, tous les partenaires sociaux et alliés dont les différents secteurs se rejoignent, afin de déterminer les besoins ressentis pour développer une sensibilisation à un objectif de développement spécifique et encourager la demande ainsi créée. Cela consiste à recenser de tels acteurs, y compris les institutions, les groupes, les réseaux, et les communautés et à identifier, rassembler et gérer les ressources humaines et matérielles, permettant ainsi une plus grande autonomie et la pérennisation des réussites. La communication d un programme est basée sur un processus de recherche et de consultation qui vise les attitudes et les pratiques en identifiant, en analysant et en répartissant l auditoire et les participants dans des programmes et leur fournissant des informations pertinentes et encourageantes au travers de stratégies bien identifiées, utilisant la combinaison interpersonnelle, des groupes et des canaux médiatiques ainsi que des méthodes de participation. Le Marketing Intégré dans la Communication est un processus planifié fondé sur les principes de marketing du secteur privé y compris la communication, la sensibilisation, la communication programmatique et la mobilisation sociale, pour atteindre des objectifs comportementaux spécifiques. Il place les groupes ciblés au centre des interventions en s adressant directement à leurs valeurs, à leurs perceptions et à leurs modes de vie et en apportant une solution à des besoins déjà existants au meilleur rapport coût/valeur. La combinaison intelligente des relations publiques avec la mobilisation d une communauté, avec la publicité, avec la communication interpersonnelle, avec les médias traditionnels et l éducation du public gère aussi bien les comportements individuels que l environnement social et politique. 10

13 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 III. La communication pour agir sur les comportements (COMBI) La communication dans le développement est une composante importante dans la lutte antipaludique et la prévention du paludisme. Et d ailleurs, la communication et les services rendus ont le même niveau d importance car l un ne pourrait exister sans l autre. Si vous offrez les services les plus extraordinaires MAIS si les gens pensent que ces interventions n'ont pas d'importance ou pensent qu elles ne marchent pas ou ne s en servent pas correctement ou n en savent rien, le service fourni n aura pas d intérêt. Comprendre les gens et leurs comportements et comment ils peuvent être influencés est la clé pour mettre en place des programmes réussis qui prolongent leurs effets bien après que l intervention directe aura pris fin. Il s agit de programmes qui prennent en compte le vie du bénéficiaire des communautés et des partenaires de façon objective et pertinente. La communication est un processus important pour convaincre, par la sensibilisation, le marketing et la mobilisation, un large éventail d individus et d organisations de prendre le paludisme au sérieux ; convaincre les particuliers de prendre des actions préventives contre le paludisme ; d'en détecter les symptômes au plus tôt et de rechercher les traitements adéquats ; et à une plus grande échelle de libérer auprès de la société une volonté politique ainsi que les ressources nécessaires pour affronter les effets fragilisants de la maladie. Comme on peut le voir, la prévention et la lutte contre le paludisme dépendent tout compte fait du comportement généré par un grand nombre d individus et d institutions. Cette réponse comportementale impérative domine dans le FRP puisque le succès de ce dernier repose sur la capacité à stimuler un impact comportemental auprès des donateurs, des dirigeants et responsables des pays, des communautés, des familles et des individus. "La perspective écologique, sociale actuelle identifie ces facteurs comme des niveaux d influence différents politique individuelle, interpersonnelle, institutionnelle ou organisationnelle, communautaire ou publique- et souligne l importance de l interaction et de l interdépendance entre les individus et leurs environnements. Cette perspective appuie plus spécifiquement sur le fait que nous devons considérer les comportements dans le cadre de leur environnement social puisqu ils influencent et sont influencés par leur contexte social. Dans la pratique cela signifie que le programme de communication a des chances de réussir dès lors que les problèmes seront analysés et les programmes planifiés à la lumière de différents niveaux d influence et dès lors que seront incluses des interventions à différents niveaux." Extrait de«involving People Evolving Behaviour» édité par McKee et al, cd Unicef 2000, ISBN Quand bien même plusieurs facteurs contribuent au changement des comportements, ce changement ne pourra survenir sans plan structuré et sans support de communication élaboré stratégiquement afin d obtenir des résultats comportementaux précis et spécifiques. Quelqu'un devra communiquer, la bonne information de la bonne façon, au bon moment, aux personnes concernées et avec les bons effets. 11

14 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Exemples de réaction comportementales nécessaires pour le FRP : 1. Les gouvernements doivent se soumettre à des programmes stratégiques draconiens de grande échelle qui pourraient inclure la suppression des droits de douanes sur les importations de moustiquaires, la formation de travailleurs sanitaires, un plus grand accès aux médicaments antipaludiques dans les services sanitaires, ce qui nécessiterait davantage de ressources. 2. Les communautés doivent reconnaître que le paludisme est un problème et prendre les mesures qui s imposent pour s en protéger ainsi que leurs familles, par exemple en dormant sous des moustiquaires, en reconnaissant les signes pour pouvoir traiter les enfants, en s assurant que les enfants ne s'endorment pas à l extérieur en début de soirée, en souhaitant investir dans le traitement des moustiquaires existantes etc. 3. Les communautés (publiques et privées) devraient aider à se procurer des médicaments et des moustiquaires appropriées. 4. Les travailleurs sanitaires doivent être qualifiés et compétents dans le traitement du paludisme. 5. Les directeurs et responsables de santé doivent s assurer que les traitements sont aisément et largement disponibles. 6. Les partenaires devraient être convaincus que le paludisme est un problème qui pourrait être mieux résolu par une action conjointe. 7. Les partenaires doivent se mettre d accord pour rassembler et libérer les ressources. Qu est ce que la communication a à voir avec ces situations? Bien que certaines d entre elles fassent appel à une gestion, à des actions administratives et financières, chaque situation repose sur une communication efficace. Chacune est la conséquence comportementale d un effort de communication directe. Elles font appel à quatre groupes d acteurs principaux : dirigeants et responsables de pays, travailleurs de santé, communautés, patients, dont chacun nécessite sa propre communication dirigée. La communication doit dépasser le niveau de l apologie, en intensifiant la sensibilisation et l éducation du public. On défendra, on informera et on éduquera chemin faisant pour ce qui est des initiatives des programmes. Mais si le public est informé et éduqué, cela ne veut pas dire qu il sera forcément amené à réagir en conséquence. Une plus grande sensibilisation et éducation du public sur les attitudes en matière de santé ont manifestement été des supports d actions insuffisants bien qu elles soient les étapes indispensables vers un changement comportemental. L'évaluation de la complexité de la communication doit débuter par une perspective sur l intégration d attitudes, sachant que le but final est le changement comportemental. La sensibilisation ni même l engagement ne suffisent pas en eux-mêmes à générer l action souhaitée ni le comportement approprié. 12

15 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 IV. Aperçu des approches pour atteindre les objectifs comportementaux : contraintes, éducation, communication En gros, les approches traditionnelles ont dit qu il suffisait de donner aux gens la bonne information et de les éduquer, ce qui leur permettrait de prendre les bonnes décisions. Dans le cas par exemple où il faudrait promouvoir la santé, bien que les gens aient été conscients qu il faille manger sainement, prendre de l'exercice régulièrement et cesser de fumer pour améliorer leur bien-être et réduire les probabilités d apparition de certaines maladies, ils ont persisté dans leurs habitudes. Il s est donc avéré nécessaire d agir sur la conduite des gens dans ces domaine et de les motiver en les encourageant et en les persuadant d adopter de bonnes attitudes. Cette approche s est tournée vers les programmes d Information, d Education et de Communication (IEC) focalisés sur une plus grande sensibilisation et la production importante de matériels tels que prospectus, affiches et t-shirts. Cela n a cependant pas eu l impact attendu. Par contre ce qui a bien marché a été par exemple le port des ceintures de sécurité dans les pays occidentaux, la mise en place d une législation par le gouvernement obligeant à s y conformer, suivie d une campagne pour persuader les gens de la nécessité de cet usage. Les méthodes par la contrainte incluent aussi le contrôle aléatoire des véhicules par la police. Quel est le résultat des méthodes contraignantes soutenu par une communication massive? La conformisme! Cependant, il est possible encourager à changer leurs attitudes sans contraintes ; cela n'a jamais été plus efficace que dans le secteur privé, qui vend des produits excellents et terribles à la fois. La clé de cette réussite est dans l utilisation d outils et de techniques rigoureuses à une excellente compréhension des principes de la modification des comportements. 13

16 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme V. Principes de la modification de comportements Appliquer la perspective du comportement pour développer des programmes aide à identifier les personnes qui sont les plus disposées à changer ainsi que les facteurs qui les aideront à agir ; cela identifie aussi les interventions les plus appropriées et les meilleurs moments pour intervenir. L adoption d attitudes est illustrée par le modèle simple et très imparfait du EICDARM, (EICDARM pour Entendre, Informer, Convaincre, Décider, Agir, Reconfirmer, Maintenir) basé sur une théorie et une pratique bien connues de modification du comportement (schéma ci-après). EICDARM décrit un processus par lequel nous acceptons une nouvelle attitude. D abord nous Entendons parler de la nouvelle attitude ; puis nous en sommes Informés et Convaincus que ça vaut le coup. Au moment venu nous Décidons de ce qu il faut faire si nous sommes convaincus et nous Agissons par la suite selon un nouveau comportement. Nous cherchons ensuite une Reconfirmation sur l'efficacité de notre action et si tel est le cas nous Maintenons l attitude. Chaque niveau du EICDARM nécessite l intervention par une communication adéquate. Mais remarquez le fossé entre «C» et «D» et entre «D» et «A», entre le fait d être convaincu et la prise de décision puis entre la prise de décisions et l action. La plupart des sensibilisations et des programmes d éducation atteignent le niveau «I» (aider les gens à être informés) et en général le niveau «C» (continuer à convaincre de l utilité d une attitude) mais sont bloqués au niveau «D» (décision) et «A» (action). Dans ce modèle, il y a une double séparation entre EIC et DARM, pour illustrer le fossé habituel entre l information-conviction d une personne (EIC) et la stimulation vers l étape suivante du changement comportemental (DARM). La communication est évidemment très importante à tous les niveaux du EICDARM. Mais retenez ceci : ce qui est dit à un individu pour le sensibiliser sur les alternatives possibles (quel que soit le moyen) doit être différent de ce qui le stimulerait à prendre une décision, et même différent de ce qui entraînerait une action, sachant qu il y a une différence entre décider d agir et agir. Dans l initiative pour le FRP, le but à atteindre est le niveau M de «Maintenir» ce modèle. Et cela fait appel à une progression stratégique et modérée dans le processus du EICDARM. 14

17 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 Figure 1 EICDARM EICDARM : CHANGEMENT DE COMPORTEMENT D abord nous Puis nous en sommes Et ensuite nous sommes Entendons parler Informés Convaincus de l'utilité de cette information Au moment venu, nous Décidons ce qu il faut faire de notre conviction Puis, nous Ensuite nous attendons une Agissons selon la nouvelle attitude Reconfirmation que notre action était bonne Et si c est le cas, nous Maintenons ce comportement. Everold Hosein 15

18 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme VI. Le fossé entre connaissances et comportements Notre échec est celui d être bloqué au niveau du EIC de l EICDARM. Nous nous rendons compte très vite que nous pouvons facilement parvenir au premier but de la sensibilisation, l information, l éducation et la persuasion des individus sur ce qui doit être fait (le niveau du EIC) mais nous nous rendons compte que c est une toute autre affaire d avoir une réaction comportementale (le niveau du DARM). C est à ce niveau qu une stratégie de communication telle que IMC facilitera le processus par le moyen de la Décision, de l Action, de la Reconfirmation et du Maintien. VII. Principes de la communication : MSCRERC Le fait qu un mot puisse représenter une idée, un objet, des concepts abstraits et être compris par l autre de la même façon est un des miracles du quotidien. La communication est une réalité de chaque jour ; elle survient entre des personnes ou des groupes de façon naturelle, sans qu'il soit nécessaire de l'apprendre, et on pense que la communication est un phénomène naturel. Cependant, il s'agit d'un processus complexe qui prend en compte non seulement le contenu de la communication mais aussi comment elle est donnée. Des recherches ont prouvé que la communication non verbale joue un rôle capital dans la communication. L ensemble des modèles de théories communicatives développé durant les 50 dernières années, peut être décrit par l acronyme suivant : Message Source Canal Récepteur Effet Rétroinformation Cadre La communication est un message venant d une source par le moyen d un canal, arrivant au récepteur et ayant pour effet une rétroinformation, dans un cadre donné. Il faut analyser chacune de ces composantes scrupuleusement et rigoureusement car elles ont toutes une portée sur le comportement. 16

19 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 Composantes Message Remarques importantes Etre sûr que le langage est clair, facilement compréhensible, qu'il n'est pas trop technique. Donner trop de messages perturbe l assistance. Soyez précis sur l essentiel du message central et résumez-le en une phrase. Source Canal Récepteur Faites appel à quelqu un de crédible pour apporter le message. Par exemple, les gens ne seraient pas réellement intéressés par ce que le vendeur du coin dirait sur le paludisme, mais le même message donné par un médecin connu serait plus crédible. Dans d autres cas, un adolescent serait capable de persuader d autres adolescents d agir, plutôt qu une personne d autorité. Identifier le canal le plus approprié est très important : utilisez soit des canaux médiatiques tels que la radio, la télévision et le journal et/ou des canaux interpersonnels tels que le porte-à-porte, des représentations théâtrales traditionnelles, des réunions de groupes etc. Il faudra utiliser le bon type de canal selon le type d audience que l on cible et le plus efficace est souvent une combinaison de divers canaux. Le récepteur trie et perçoit le monde au travers de son regard culturel. Comprendre cet environnement est crucial pour accomplir cette tâche de communication. Par conséquent, la façon dont vous expliquerez les effets et les traitements du paludisme à un paysan ne sera pas la même qu à des écoliers en milieu urbain ou à des femmes au foyer. Effets Rétro-information But final de la communication. On vise le comportement en améliorant la connaissance et les compétences qui apporteraient un changement dans le quotidien, par exemple sur les habitudes de sommeil, la recherche de secours adéquat au bon moment etc. C'est à ce point qu'il faut planifier, c est-à-dire être précis quant aux effets que vous essayez de créer. Il est important de s'assurer que les interventions de communication sont adéquates, efficaces et qu elles mobilisent le récepteur. La rétroinformation permet d'ajuster la communication et de la planifier pour obtenir un continuum qui permet un dialogue positif. Cadre Peut faciliter ou freiner la communication. S il y a trop de bruits, si le moment ne convient pas, s'il y a trop de distraction, il fait trop chaud ou trop froid etc. Le choix de spécificités religieuses, de centres sanitaires, de cafés, de marchés doit être décidé après identification du groupe à cibler, des messages et des sources. 17

20 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme VIII. Les difficultés dans la communication : sélectivité dans l attention, la perception et la mémoire Les trois principaux obstacles qui doivent être surmontés par la communication et qui sont déterminants pour le moyen médiatique de masse à utiliser mais qui cependant ont une conséquence sur la communication interpersonnelle, sont l attention, la perception et la mémoire. Devraient être intégrés au procédé de communication les moyens de maîtriser ces phénomènes bien analysés. Pendant la durée normale d attention notre concentration est entière et après quelques minutes l attention commence à s évader, puis se refixe sur le locuteur, puis s évade à nouveau. Si cela ne se produit pas durant les premières 7 secondes d interaction, il est en général difficile de maintenir l attention du public. S ils ne se sont pas intéressés durant ce temps crucial il est donc déjà trop tard pour les récupérer. Attentifs Attentifs Attentifs La pensée s évade La pensée s évade En d autres termes, les gens n'écouteront que ce qu ils veulent écouter. S ils prêtent attention au paludisme pour l avoir déjà attrapé ou parce qu ils connaissent quelqu un qui en souffre déjà ils pourraient être réceptifs à des programmes de radio sur le sujet, même si cela ne les implique pas, mais si vous essayez de convaincre des gens qui n'en voient pas l intérêt, le long discours à la radio est une perte de temps. Le choix de la perception est la façon dont les gens perçoivent les réalités, rassemblant les morceaux d informations pour renforcer une manière de voir déjà existante. Si une personne pense que les moustiquaires ne sont pas utiles, et si au cours d une séance d exercices on mentionne que le recours aux moustiquaires peut ne pas être efficace si les gens ne poursuivent pas le traitement à l insecticide, ces personnes vont se focaliser sur l échec et non sur les raisons de cet échec. Nous nous souvenons seulement des événements qui nous marquent et dans le choix de la mémorisation nous décidons d oublier ce que nous voulons oublier. Il peut s agir de mauvais souvenirs ou alors de points de vue qui ne correspondent pas aux nôtres ou encore l'excès d informations engendre un débordement. La principale façon de surmonter ces difficultés est de saisir le message et de trouver le bon point de vue, le prendre simplement, franchement, sans jargon ni répétitions, dans le but de mettre les choses en mouvement. 18

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Marketing Mix: Promotion

Marketing Mix: Promotion Marketing Mix: Promotion 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

INTER-ENTREPRISES 2014

INTER-ENTREPRISES 2014 Votre prochaine formation MANAGEMENT COMMUNICATION ORALE EFFICACITÉ RELATIONNELLE COMMERCIAL RELATION CLIENT TÉLÉMARKETING... AGENDA FORMATION INTER-ENTREPRISES paris - Lyon MANAGEMENT A travailler, même

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Choisir ensemble Notre projet collectif

Choisir ensemble Notre projet collectif 5 module Choisir ensemble Notre projet collectif p. 01 Pendant les pauses, on ne parle plus de tout et de rien, on parle de notre projet! C est bien de faire un projet ensemble, pour voir les capacités

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail

Élaboration d une campagne de communication.

Élaboration d une campagne de communication. Élaboration d une campagne de communication. 1 Vu que la communication est un élément essentiel du marketing de l'assainissement, nous voulions consacrer un module entier à l'élaboration d'une campagne

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC 2-6 mai 2011 Haïti COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT SOCIAL ET DU COMPORTEMENT Les caractéristiques qui la définissent : La CCSC est

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs

Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs «Média Innovateurs" est une formation à temps partiel qui dure 6 mois en travaillant en tant que professionnel de média moderne capable d explorer de

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

Un allié déterminant pour un service gagnant

Un allié déterminant pour un service gagnant Un allié déterminant pour un service gagnant Un allié déterminant pour un service gagnant impact client, la meilleure façon de favoriser le développement de votre service à la clientèle. Depuis plus de

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION DE L APLNB/ABPNB

PLAN DE COMMUNICATION DE L APLNB/ABPNB Général L élaboration d un plan de communication pour l Association a été reconnue comme une action essentielle pour la réalisation du Plan stratégique de l ABPNB 2009-2012. Un groupe de travail de quatre

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Participation Réussie À

Participation Réussie À Votre Guide Pour Une Participation Réussie À Foreignerslife Tout ce dont vous avez besoin Votre to-do list pour avant, pendant et après le salon Foreignerslife TABLE OF CONTENTS I. Avant Le Salon : Préparez

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership?

Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership? SEMINAIRE DE FORMATION Pour Qui? Ce séminaire est destiné aux PCA PDG, DG, DGA,... et Directeurs Opérationnels. Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership? 1 DANS SON ENVIRONNEMENT

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux

Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux Partie 1: Trouver les bonnes personnes Julie Geller, Vice-président, Marketing @juliegeller, La curation de contenu qui consiste en la recherche,

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47 47. Nous sommes conscients de l importance de la communication, par les entreprises, d informations sur l impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s agissant des entreprises

Plus en détail

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des Session L élaboration de la vision, de la mission et du plan d action Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

MentorPlace au Collège de Kerbellec

MentorPlace au Collège de Kerbellec MentorPlace au Collège de Kerbellec I LES ACTEURS a) du Collège Kerbellec Monsieur NEDELLEC directeur adjoint Monsieur GUILLERME professeur principal classe de 4 ème Monsieur SOURRICE surveillant du collège

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail