La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme"

Transcription

1 WHO/CDS/CPE/SMT/ La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Guide de module Organisation mondiale de la Santé Mobilisation sociale et Formation Département du Contrôle, de la Prévention et de l Eradication Groupe des Maladies Transmissibles juin 2002 Edition provisoire

2 Organisation mondiale de la Santé 2003 Tous droits réservés. Le présent produit d information sanitaire est destiné à un public restreint seulement. Il ne peut être commenté, résumé, cité, reproduit, transmis, distribué, traduit ou adapté, partiellement ou en totalité, sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit. Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y figurent n impliquent de la part de l Organisation mondiale de la Santé aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. Les lignes en pointillé sur les cartes représentent des frontières approximatives dont le tracé peut ne pas avoir fait l objet d un accord définitif. La mention de firmes ou de produits commerciaux n implique pas que ces firmes et produits commerciaux sont agréés ou recommandés par l Organisation mondiale de la Santé, de préférence à d autres. Sauf erreur ou omission, une majuscule initiale indique qu il s agit d un nom déposé. L Organisation mondiale de la Santé ne garantit pas l exhaustivité et l exactitude des informations contenues dans le présent produit d information sanitaire et ne saurait être tenue responsable de tout préjudice subi à la suite de leur utilisation.

3 Table des matières Table des matières Avant-propos... 3 Introduction... 5 Unités d apprentissage 1. La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP)... 9 I. Introduction... 9 II. La communication: définitions...10 III. La communication pour agir sur les comportements (COMBI)...11 IV. Aperçu des approches pour atteindre les objectifs comportementaux: contraintes, éducation, communication...13 V. Principes de la modification de comportements...14 VI. Le fossé entre les connaissances et les comportements...16 VII. Principes de la communication: MSCRERC...16 VIII. Les difficultés dans la communication: sélectivité dans l'attention, la perception et la mémoire...18 IX. La communication dans le processus de changement d'attitudes : MSCRERC dans le EICDARM...19 X. Les principes de marketing pour un marketing de communication intégré (IMC) ("integrated marketing communication") Les quatre "c" : Analyse de situation...19 XI. La communication pour agir sur les comportements (COMBI) et le marketing de communication intégré (IMC)...20 XII. Les outils d'analyse...21 XIII. Eléments des stratégies de communications...23 XIV. Plan COMBI...25 XV. Application de l'approche COMBI dans le cadre du FRP Communication: Comment faire des présentations

4 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme 2

5 Avant-propos Avant-propos L initiative FRP s'est fixé pour buts de diminuer de moitié le nombre global de morts par le paludisme et de s assurer qu au moins 60% des personnes exposées au risque du paludisme, notamment les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, pourraient disposer entre autres, de moustiquaires imprégnées d insecticides (MTI) d ici S orienter dans ce sens suppose une mobilisation qui fasse appel à des acteurs en provenance d un large éventail de sources publiques et privées, raison pour laquelle le FRP est en général qualifié de mouvement social plutôt que de projet ou de programme. Mobiliser les individus et les communautés de façon significative pour garantir l adoption de comportements positifs en matière de santé fait partie des éléments cruciaux pour atteindre les buts du FRP. Cette mobilisation nécessite une stratégie précise et claire pour identifier, persuader et convaincre les individus et les divers groupes que le fait de prendre les mesures appropriées contre le paludisme et/ou de chercher le bon traitement relativement tôt en vaut la peine. Ce module veut faire comprendre le processus impliqué dans l adoption de nouvelles attitudes et développe la stratégie de mobilisation/communication sociale visant des résultats spécifiques. Il s adresse au personnel sanitaire chargé de programmes sur le paludisme, personnel qui sera ainsi mieux placé pour gérer les besoins en communication dans le cadre du programme des pays respectifs. Le module présente une approche de résolutions de problèmes pour faciliter la compréhension de l impact d une Communication efficace en vue d une réaction comportementale dans le contexte du FRP. Il est conçu pour stimuler de bonnes pratiques par le moyen de l expérience, de l apprentissage et de la réflexion. Il a été élaboré en premier lieu pour des travaux de groupe qui font partie d un cours de formation de base complet dans le domaine de la paludologie et de la planification de la lutte contre le paludisme. Le module peut aussi servir pour des formations internes dans les divers niveaux des services de santé. Ce module est conçu pour une formation de 2 jours. 3

6 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme 4

7 Introduction Introduction La clé pour réussir à combattre le paludisme et mettre fin au million de morts que représente la maladie chaque année dépend de la création d un environnement social, économique et politique adapté pour soutenir l aspect technique de la gestion, la lutte contre la maladie et sa surveillance. Le plus grand défi dans la prise en charge de la maladie est l aspect humain, car contrairement aux données techniques qui sont conformes aux résultats attendus, les gens peuvent agir de différentes façons selon des critères d âge, de revenu, de sexe d environnement et d éducation. Une mobilisation sociale et une communication efficaces sont primordiales pour comprendre comment, quand et où entreprendre des actions avec des particuliers ou les communautés pour affronter avec succès le paludisme. Comprendre l essentiel des composantes utilisées dans la communication pour le développement est indispensable aux professionnels de la santé chargés du FRP. Ce module est conçu à cette fin et peut être utilisé dans le cadre d une formation interne ou comme partie d'un programme de formation à la lutte contre une maladie. Si tel est le cas, le module doit être prévu bien avant le début de la formation pour établir les aspects sociaux et politiques de prise en charge pour la maladie et son application à l'analyse de la situation. A qui s adresse ce guide? Ce guide est conçu pour des professionnels de santé chargés de la planification. Il peut aussi servir comme support pour une mobilisation sociale comportementale pour des professionnels de santé qui s occupent de maladies d'importance majeure. Objectifs A la fin de la formation, l élève doit avoir acquis une compétence et des savoir-faire nécessaires et suffisants pour : Comprendre et appliquer à sa propre situation le processus de comportement à adopter et l approche de la Communication pour Agir sur les Comportements (COMBI traduit de l anglais, Communication for Behavioural Impact). Examiner d un œil critique les différents éléments à prévoir au cours d une bonne stratégie de communication. Comprendre où et quand faire intervenir des spécialistes de la communication pour des résultats spécifiques. Présenter son propre plan de COMBI basé sur une analyse des problèmes, des obstacles et des opportunités en terme d expérience pour son pays. 5

8 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Comment se fait l apprentissage? Tuteurs et intervenants Les instructeurs sont des professionnels expérimentés qui travaillent avec le tuteur pour aider les élèves à atteindre les objectifs fixés ci-dessus. Le tuteur a une vaste expérience en matière de communication dans les secteurs publics et privés et est en mesure d aider les élèves à résoudre un large éventail de problèmes. Les instructeurs mèneront les discussions et aideront les individus et les groupes de travail réduit quand cela s avèrera nécessaire. Présentations Les présentations formelles sont utilisées habituellement sous forme de conférences interactives qui encourage la discussion de groupe et le partage d expériences personnelles. On distribuera un compte rendu durant les présentations. Groupe de travail réduit Les séances offrent de bonnes occasions aux élèves de donner leurs points de vue, développer leurs idées et apprendre les uns des autres. Le travail de groupe comprendra des exercices et des exemples. Evaluation Evaluation des progrès de l élève La principale méthode d évaluation se fera par le mini plan COMBI que chacun présentera. Le tuteur vérifiera comment les principes importants discutés et donnés ci-dessus ressortent dans la réflexion critique lors de l élaboration du plan de communication par l élève. Evaluation de la formation par l instructeur Au moyen d un questionnaire, l intervenant sondera les élèves sur ce que la formation leur aura apporté et comment cette formation pourrait être améliorée. Ce sondage aura lieu à la fin de la formation pour avoir un avis aussi complet que possible. Les réponses aux questionnaires peuvent ou non être signées, mais ce sera aux élèves de faire des suggestions pour que l intervenant se perfectionne et que le contenu du module soit amélioré. 6

9 Introduction PROGRAMME DE DEUX JOURS DE FORMATION (ORDRE DU JOUR DU MODULE). PROGRAMME (un guide sera élaboré à partir du cours au programme de l atelier). JOUR I REVUE DE L ORDRE DU JOUR DE LA FORMATION DANS L ATELIER ET SON PROCESSUS Sujet : «Le défi Atteindre des buts comportementaux en matière de santé.» Sujet : «Communications et résultats comportementaux». Sujet : «La communication en rapport avec l attitude à adopter» - Choix de résultats comportementaux et de missions de groupes pour un COMBI final. - Aperçu des approches pour atteindre les buts comportementaux : Contraintes, éducation, communication. - Principes de comportements à adopter : EICDARM (Entendre, Informer, Convaincre, Décider, Agir, Reconfirmer, Maintenir) - Principes de communication : (Gestion, Source, Canal, Récepteur, Effet, Réaction, Cadre) Nous analyserons les principes de base dans le processus de communication, en gardant à l esprit que la communication ne se limite pas à la production de matériel. - Principes de communication: MSCRERC Les thèmes choisis : Le premier point de départ pour planifier une communication ; les difficultés dans la communication : sélectivité de l attention, de la perception, de la mémoire. Nous allons étudier l importance de la communication et les différences de communication en relation avec chaque niveau de changement de comportements. Sujet : «Principes de Marketing dans le Marketing de Communication Intégrée» et dans le COMBI. - Exercice de planification marketing : Groupes de travail - Les quatre P/ les quatre C : Les résultats obtenus par le groupe de travail seront utilisés pour illustrer les concepts clés de Marketing avec les quatre P (Produits, Prix, Point de vente, Publicité) et comment ces derniers sont devenus les quatre C (besoins du Consommateur, Coût, Convenance, Communication). - 7

10 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Jour II - Suite de «Principes de Marketing.» - Suite de «Principes de Marketing» Thème choisis : Analyse de la situation du marché comprenant les méthodes d'enquête, les groupes focus, l'analyse des chanps de force, l'analyse basée sur "un jour de la vie", l'analyse de la "toute première impression", le "moment dans l'analyse du quotidien". Le but ultime sera représenté par les résultats de comportement. Thèmes choisis : Marketing de Communication Intégrée (IMC) (IMC : traduit de l anglais Integrated Marketing Communication) Relations publiques, Persuasion, Mobilisation et Participation Sociale, Médias de masse, Publicité, Vente directe, Point de vente/promotion de service, Education scolaire Interne intégrés et orientés vers l obtention de réaction comportementales. Le Triade essentielle : Relations Publiques, Publicité, Mobilisation Communautaire Sujet : «Combinaison de techniques de Marketing dans la Communication» Suite de «Techniques de Marketing en Communication» Suite de «Technique de Marketing en Communication» Sujet : «Mobilisation Communautaire» Sujet : Publicité (Radio Télévision Publications) (Avis des participants sur ce qu ils considèrent comme efficace et inefficace en matière de publicité) Sujet : Publicité - Médias - Médias grand public, Médias traditionnels et folkloriques, Action pour la Mobilisation Communautaire - Emissions de programmes radiodiffusés et télévisés Sujet : «Recherche en Marketing et évaluation.» EVALUATION Sujets choisis : Groupes focus ; Enquêtes ; suivi par Sondage ; Interprétation et utilisation des résultats ; Evaluation de l Impact 8

11 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 Unité d'apprentissage 1 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) I. Introduction Le FRP est un mouvement mondial où divers secteurs participent pour affronter le fardeau du paludisme dans le contexte du développement sanitaire et socio-économique. Cela nécessite d office une réorientation et un changement d habitudes pour les personnes qui ont travaillé pour les programmes de lutte contre le paludisme et aussi pour d autres partenaires. Ce document servira de support pour le module du COMBI pour orienter les chargées de coordonner et de gérer les composantes clés du FRP dans leurs pays respectifs. Même s il est impossible d être un spécialiste dans tous les domaines touchant le FRP, il est important et possible d avoir une compréhension des éléments clés nécessaires à un plan de mobilisation/communication sociale efficace. Selon les besoins, on pourra par la suite faire appel à une expertise et une compétence provenant de sources privées et publiques. Ce document fait ressortir les éléments clés de ce qui est exigé dans une stratégie de mobilisation /communication, en introduisant des outils et des méthodes pour atteindre les principaux objectifs comportementaux du programme FRP. La stratégie est basée sur des synergies innovatrices et établit des liens entre la recherche sur le comportement, l anthropologie, le marketing, les relations publiques, les médias grand public, les médias traditionnels, la communication interpersonnelle et l éducation des adultes, tout cela étant souvent déjà utilisé avec des résultats remarquables par le secteur privé. 9

12 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme II. La communication : définitions La communication et le développement est un processus étudié et planifié, crucial pour la transformation sociale, et opérant au moyen de trois stratégies principales : incitation à réunir des ressources et engagement politique et social pour mener à bien un objectif de développement ; mobilisation sociale pour une plus grande participation et appartenance ; communication programmatique visent des modifications de connaissances d'attitudes et de pratiques chez les participants à un programme. Quand elle est associée avec des stratégies pour l'élaboration de compétences et de savoir faire pertinents, et avec la mise en place d'un milieu qui facilite l'action, la communication joue un rôle essentiel dans l'obtention de comportements positifs, dans les modifications de comportement et dans le renforcement des individus et des groupes. La sensibilisation est un processus durable de rapprochement et d adaptation, organisant et fournissant l'information sous forme d arguments destinés à être communiqués par diverses voies interpersonnelles et médiatiques, dans le but de rassembler des fonds ou faire en sorte q'une autorité politique ou sociale s'engage pour un programme de développement, ce qui pourra conduire à l'acceptation de ce dernier par la communauté. La mobilisation sociale est un mécanisme qui rassemble, dans la mesure du possible, tous les partenaires sociaux et alliés dont les différents secteurs se rejoignent, afin de déterminer les besoins ressentis pour développer une sensibilisation à un objectif de développement spécifique et encourager la demande ainsi créée. Cela consiste à recenser de tels acteurs, y compris les institutions, les groupes, les réseaux, et les communautés et à identifier, rassembler et gérer les ressources humaines et matérielles, permettant ainsi une plus grande autonomie et la pérennisation des réussites. La communication d un programme est basée sur un processus de recherche et de consultation qui vise les attitudes et les pratiques en identifiant, en analysant et en répartissant l auditoire et les participants dans des programmes et leur fournissant des informations pertinentes et encourageantes au travers de stratégies bien identifiées, utilisant la combinaison interpersonnelle, des groupes et des canaux médiatiques ainsi que des méthodes de participation. Le Marketing Intégré dans la Communication est un processus planifié fondé sur les principes de marketing du secteur privé y compris la communication, la sensibilisation, la communication programmatique et la mobilisation sociale, pour atteindre des objectifs comportementaux spécifiques. Il place les groupes ciblés au centre des interventions en s adressant directement à leurs valeurs, à leurs perceptions et à leurs modes de vie et en apportant une solution à des besoins déjà existants au meilleur rapport coût/valeur. La combinaison intelligente des relations publiques avec la mobilisation d une communauté, avec la publicité, avec la communication interpersonnelle, avec les médias traditionnels et l éducation du public gère aussi bien les comportements individuels que l environnement social et politique. 10

13 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 III. La communication pour agir sur les comportements (COMBI) La communication dans le développement est une composante importante dans la lutte antipaludique et la prévention du paludisme. Et d ailleurs, la communication et les services rendus ont le même niveau d importance car l un ne pourrait exister sans l autre. Si vous offrez les services les plus extraordinaires MAIS si les gens pensent que ces interventions n'ont pas d'importance ou pensent qu elles ne marchent pas ou ne s en servent pas correctement ou n en savent rien, le service fourni n aura pas d intérêt. Comprendre les gens et leurs comportements et comment ils peuvent être influencés est la clé pour mettre en place des programmes réussis qui prolongent leurs effets bien après que l intervention directe aura pris fin. Il s agit de programmes qui prennent en compte le vie du bénéficiaire des communautés et des partenaires de façon objective et pertinente. La communication est un processus important pour convaincre, par la sensibilisation, le marketing et la mobilisation, un large éventail d individus et d organisations de prendre le paludisme au sérieux ; convaincre les particuliers de prendre des actions préventives contre le paludisme ; d'en détecter les symptômes au plus tôt et de rechercher les traitements adéquats ; et à une plus grande échelle de libérer auprès de la société une volonté politique ainsi que les ressources nécessaires pour affronter les effets fragilisants de la maladie. Comme on peut le voir, la prévention et la lutte contre le paludisme dépendent tout compte fait du comportement généré par un grand nombre d individus et d institutions. Cette réponse comportementale impérative domine dans le FRP puisque le succès de ce dernier repose sur la capacité à stimuler un impact comportemental auprès des donateurs, des dirigeants et responsables des pays, des communautés, des familles et des individus. "La perspective écologique, sociale actuelle identifie ces facteurs comme des niveaux d influence différents politique individuelle, interpersonnelle, institutionnelle ou organisationnelle, communautaire ou publique- et souligne l importance de l interaction et de l interdépendance entre les individus et leurs environnements. Cette perspective appuie plus spécifiquement sur le fait que nous devons considérer les comportements dans le cadre de leur environnement social puisqu ils influencent et sont influencés par leur contexte social. Dans la pratique cela signifie que le programme de communication a des chances de réussir dès lors que les problèmes seront analysés et les programmes planifiés à la lumière de différents niveaux d influence et dès lors que seront incluses des interventions à différents niveaux." Extrait de«involving People Evolving Behaviour» édité par McKee et al, cd Unicef 2000, ISBN Quand bien même plusieurs facteurs contribuent au changement des comportements, ce changement ne pourra survenir sans plan structuré et sans support de communication élaboré stratégiquement afin d obtenir des résultats comportementaux précis et spécifiques. Quelqu'un devra communiquer, la bonne information de la bonne façon, au bon moment, aux personnes concernées et avec les bons effets. 11

14 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme Exemples de réaction comportementales nécessaires pour le FRP : 1. Les gouvernements doivent se soumettre à des programmes stratégiques draconiens de grande échelle qui pourraient inclure la suppression des droits de douanes sur les importations de moustiquaires, la formation de travailleurs sanitaires, un plus grand accès aux médicaments antipaludiques dans les services sanitaires, ce qui nécessiterait davantage de ressources. 2. Les communautés doivent reconnaître que le paludisme est un problème et prendre les mesures qui s imposent pour s en protéger ainsi que leurs familles, par exemple en dormant sous des moustiquaires, en reconnaissant les signes pour pouvoir traiter les enfants, en s assurant que les enfants ne s'endorment pas à l extérieur en début de soirée, en souhaitant investir dans le traitement des moustiquaires existantes etc. 3. Les communautés (publiques et privées) devraient aider à se procurer des médicaments et des moustiquaires appropriées. 4. Les travailleurs sanitaires doivent être qualifiés et compétents dans le traitement du paludisme. 5. Les directeurs et responsables de santé doivent s assurer que les traitements sont aisément et largement disponibles. 6. Les partenaires devraient être convaincus que le paludisme est un problème qui pourrait être mieux résolu par une action conjointe. 7. Les partenaires doivent se mettre d accord pour rassembler et libérer les ressources. Qu est ce que la communication a à voir avec ces situations? Bien que certaines d entre elles fassent appel à une gestion, à des actions administratives et financières, chaque situation repose sur une communication efficace. Chacune est la conséquence comportementale d un effort de communication directe. Elles font appel à quatre groupes d acteurs principaux : dirigeants et responsables de pays, travailleurs de santé, communautés, patients, dont chacun nécessite sa propre communication dirigée. La communication doit dépasser le niveau de l apologie, en intensifiant la sensibilisation et l éducation du public. On défendra, on informera et on éduquera chemin faisant pour ce qui est des initiatives des programmes. Mais si le public est informé et éduqué, cela ne veut pas dire qu il sera forcément amené à réagir en conséquence. Une plus grande sensibilisation et éducation du public sur les attitudes en matière de santé ont manifestement été des supports d actions insuffisants bien qu elles soient les étapes indispensables vers un changement comportemental. L'évaluation de la complexité de la communication doit débuter par une perspective sur l intégration d attitudes, sachant que le but final est le changement comportemental. La sensibilisation ni même l engagement ne suffisent pas en eux-mêmes à générer l action souhaitée ni le comportement approprié. 12

15 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 IV. Aperçu des approches pour atteindre les objectifs comportementaux : contraintes, éducation, communication En gros, les approches traditionnelles ont dit qu il suffisait de donner aux gens la bonne information et de les éduquer, ce qui leur permettrait de prendre les bonnes décisions. Dans le cas par exemple où il faudrait promouvoir la santé, bien que les gens aient été conscients qu il faille manger sainement, prendre de l'exercice régulièrement et cesser de fumer pour améliorer leur bien-être et réduire les probabilités d apparition de certaines maladies, ils ont persisté dans leurs habitudes. Il s est donc avéré nécessaire d agir sur la conduite des gens dans ces domaine et de les motiver en les encourageant et en les persuadant d adopter de bonnes attitudes. Cette approche s est tournée vers les programmes d Information, d Education et de Communication (IEC) focalisés sur une plus grande sensibilisation et la production importante de matériels tels que prospectus, affiches et t-shirts. Cela n a cependant pas eu l impact attendu. Par contre ce qui a bien marché a été par exemple le port des ceintures de sécurité dans les pays occidentaux, la mise en place d une législation par le gouvernement obligeant à s y conformer, suivie d une campagne pour persuader les gens de la nécessité de cet usage. Les méthodes par la contrainte incluent aussi le contrôle aléatoire des véhicules par la police. Quel est le résultat des méthodes contraignantes soutenu par une communication massive? La conformisme! Cependant, il est possible encourager à changer leurs attitudes sans contraintes ; cela n'a jamais été plus efficace que dans le secteur privé, qui vend des produits excellents et terribles à la fois. La clé de cette réussite est dans l utilisation d outils et de techniques rigoureuses à une excellente compréhension des principes de la modification des comportements. 13

16 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme V. Principes de la modification de comportements Appliquer la perspective du comportement pour développer des programmes aide à identifier les personnes qui sont les plus disposées à changer ainsi que les facteurs qui les aideront à agir ; cela identifie aussi les interventions les plus appropriées et les meilleurs moments pour intervenir. L adoption d attitudes est illustrée par le modèle simple et très imparfait du EICDARM, (EICDARM pour Entendre, Informer, Convaincre, Décider, Agir, Reconfirmer, Maintenir) basé sur une théorie et une pratique bien connues de modification du comportement (schéma ci-après). EICDARM décrit un processus par lequel nous acceptons une nouvelle attitude. D abord nous Entendons parler de la nouvelle attitude ; puis nous en sommes Informés et Convaincus que ça vaut le coup. Au moment venu nous Décidons de ce qu il faut faire si nous sommes convaincus et nous Agissons par la suite selon un nouveau comportement. Nous cherchons ensuite une Reconfirmation sur l'efficacité de notre action et si tel est le cas nous Maintenons l attitude. Chaque niveau du EICDARM nécessite l intervention par une communication adéquate. Mais remarquez le fossé entre «C» et «D» et entre «D» et «A», entre le fait d être convaincu et la prise de décision puis entre la prise de décisions et l action. La plupart des sensibilisations et des programmes d éducation atteignent le niveau «I» (aider les gens à être informés) et en général le niveau «C» (continuer à convaincre de l utilité d une attitude) mais sont bloqués au niveau «D» (décision) et «A» (action). Dans ce modèle, il y a une double séparation entre EIC et DARM, pour illustrer le fossé habituel entre l information-conviction d une personne (EIC) et la stimulation vers l étape suivante du changement comportemental (DARM). La communication est évidemment très importante à tous les niveaux du EICDARM. Mais retenez ceci : ce qui est dit à un individu pour le sensibiliser sur les alternatives possibles (quel que soit le moyen) doit être différent de ce qui le stimulerait à prendre une décision, et même différent de ce qui entraînerait une action, sachant qu il y a une différence entre décider d agir et agir. Dans l initiative pour le FRP, le but à atteindre est le niveau M de «Maintenir» ce modèle. Et cela fait appel à une progression stratégique et modérée dans le processus du EICDARM. 14

17 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 Figure 1 EICDARM EICDARM : CHANGEMENT DE COMPORTEMENT D abord nous Puis nous en sommes Et ensuite nous sommes Entendons parler Informés Convaincus de l'utilité de cette information Au moment venu, nous Décidons ce qu il faut faire de notre conviction Puis, nous Ensuite nous attendons une Agissons selon la nouvelle attitude Reconfirmation que notre action était bonne Et si c est le cas, nous Maintenons ce comportement. Everold Hosein 15

18 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme VI. Le fossé entre connaissances et comportements Notre échec est celui d être bloqué au niveau du EIC de l EICDARM. Nous nous rendons compte très vite que nous pouvons facilement parvenir au premier but de la sensibilisation, l information, l éducation et la persuasion des individus sur ce qui doit être fait (le niveau du EIC) mais nous nous rendons compte que c est une toute autre affaire d avoir une réaction comportementale (le niveau du DARM). C est à ce niveau qu une stratégie de communication telle que IMC facilitera le processus par le moyen de la Décision, de l Action, de la Reconfirmation et du Maintien. VII. Principes de la communication : MSCRERC Le fait qu un mot puisse représenter une idée, un objet, des concepts abstraits et être compris par l autre de la même façon est un des miracles du quotidien. La communication est une réalité de chaque jour ; elle survient entre des personnes ou des groupes de façon naturelle, sans qu'il soit nécessaire de l'apprendre, et on pense que la communication est un phénomène naturel. Cependant, il s'agit d'un processus complexe qui prend en compte non seulement le contenu de la communication mais aussi comment elle est donnée. Des recherches ont prouvé que la communication non verbale joue un rôle capital dans la communication. L ensemble des modèles de théories communicatives développé durant les 50 dernières années, peut être décrit par l acronyme suivant : Message Source Canal Récepteur Effet Rétroinformation Cadre La communication est un message venant d une source par le moyen d un canal, arrivant au récepteur et ayant pour effet une rétroinformation, dans un cadre donné. Il faut analyser chacune de ces composantes scrupuleusement et rigoureusement car elles ont toutes une portée sur le comportement. 16

19 La Communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme (FRP) Unité d'apprentissage 1 Composantes Message Remarques importantes Etre sûr que le langage est clair, facilement compréhensible, qu'il n'est pas trop technique. Donner trop de messages perturbe l assistance. Soyez précis sur l essentiel du message central et résumez-le en une phrase. Source Canal Récepteur Faites appel à quelqu un de crédible pour apporter le message. Par exemple, les gens ne seraient pas réellement intéressés par ce que le vendeur du coin dirait sur le paludisme, mais le même message donné par un médecin connu serait plus crédible. Dans d autres cas, un adolescent serait capable de persuader d autres adolescents d agir, plutôt qu une personne d autorité. Identifier le canal le plus approprié est très important : utilisez soit des canaux médiatiques tels que la radio, la télévision et le journal et/ou des canaux interpersonnels tels que le porte-à-porte, des représentations théâtrales traditionnelles, des réunions de groupes etc. Il faudra utiliser le bon type de canal selon le type d audience que l on cible et le plus efficace est souvent une combinaison de divers canaux. Le récepteur trie et perçoit le monde au travers de son regard culturel. Comprendre cet environnement est crucial pour accomplir cette tâche de communication. Par conséquent, la façon dont vous expliquerez les effets et les traitements du paludisme à un paysan ne sera pas la même qu à des écoliers en milieu urbain ou à des femmes au foyer. Effets Rétro-information But final de la communication. On vise le comportement en améliorant la connaissance et les compétences qui apporteraient un changement dans le quotidien, par exemple sur les habitudes de sommeil, la recherche de secours adéquat au bon moment etc. C'est à ce point qu'il faut planifier, c est-à-dire être précis quant aux effets que vous essayez de créer. Il est important de s'assurer que les interventions de communication sont adéquates, efficaces et qu elles mobilisent le récepteur. La rétroinformation permet d'ajuster la communication et de la planifier pour obtenir un continuum qui permet un dialogue positif. Cadre Peut faciliter ou freiner la communication. S il y a trop de bruits, si le moment ne convient pas, s'il y a trop de distraction, il fait trop chaud ou trop froid etc. Le choix de spécificités religieuses, de centres sanitaires, de cafés, de marchés doit être décidé après identification du groupe à cibler, des messages et des sources. 17

20 La communication pour agir sur les comportements et faire reculer le paludisme VIII. Les difficultés dans la communication : sélectivité dans l attention, la perception et la mémoire Les trois principaux obstacles qui doivent être surmontés par la communication et qui sont déterminants pour le moyen médiatique de masse à utiliser mais qui cependant ont une conséquence sur la communication interpersonnelle, sont l attention, la perception et la mémoire. Devraient être intégrés au procédé de communication les moyens de maîtriser ces phénomènes bien analysés. Pendant la durée normale d attention notre concentration est entière et après quelques minutes l attention commence à s évader, puis se refixe sur le locuteur, puis s évade à nouveau. Si cela ne se produit pas durant les premières 7 secondes d interaction, il est en général difficile de maintenir l attention du public. S ils ne se sont pas intéressés durant ce temps crucial il est donc déjà trop tard pour les récupérer. Attentifs Attentifs Attentifs La pensée s évade La pensée s évade En d autres termes, les gens n'écouteront que ce qu ils veulent écouter. S ils prêtent attention au paludisme pour l avoir déjà attrapé ou parce qu ils connaissent quelqu un qui en souffre déjà ils pourraient être réceptifs à des programmes de radio sur le sujet, même si cela ne les implique pas, mais si vous essayez de convaincre des gens qui n'en voient pas l intérêt, le long discours à la radio est une perte de temps. Le choix de la perception est la façon dont les gens perçoivent les réalités, rassemblant les morceaux d informations pour renforcer une manière de voir déjà existante. Si une personne pense que les moustiquaires ne sont pas utiles, et si au cours d une séance d exercices on mentionne que le recours aux moustiquaires peut ne pas être efficace si les gens ne poursuivent pas le traitement à l insecticide, ces personnes vont se focaliser sur l échec et non sur les raisons de cet échec. Nous nous souvenons seulement des événements qui nous marquent et dans le choix de la mémorisation nous décidons d oublier ce que nous voulons oublier. Il peut s agir de mauvais souvenirs ou alors de points de vue qui ne correspondent pas aux nôtres ou encore l'excès d informations engendre un débordement. La principale façon de surmonter ces difficultés est de saisir le message et de trouver le bon point de vue, le prendre simplement, franchement, sans jargon ni répétitions, dans le but de mettre les choses en mouvement. 18

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

COMMUNICATION INTERNE DE LA RÉGION EURO- PÉENNE DU SCOUTISME

COMMUNICATION INTERNE DE LA RÉGION EURO- PÉENNE DU SCOUTISME <EURO.SCOUT.ORG> Région Européenne Organisation Mondiale du Mouvement Scout 2004-No 1 Communication COMMUNICATION INTERNE DE LA RÉGION EURO- PÉENNE DU SCOUTISME Introduction Le Scoutisme en Europe doit

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Marketing social. PPA Mars 2007

Marketing social. PPA Mars 2007 Marketing social PPA Mars 2007 Objectifs Survol des principes du marketing social. VOUS en tant que spécialiste du marketing social. Qu est-ce que le marketing social? Le marketing social est «l utilisation

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente FORMATIONS COMMERCIALES MANAGEMENT Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter I - Techniques de vente «Basic» - 6 modules II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Utiliser le secteur privé comme levier?

Utiliser le secteur privé comme levier? Utiliser le secteur privé comme levier? Comprendre et analyser la collaboration des organisations canadiennes de développement international avec le secteur privé par le biais du plaidoyer, du dialogue,

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe Planification de la lutte contre la pandémie : quelles sont mes obligations? Points importants pour les membres de l Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l Ontario Pamela

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management Simulation EIS Changement et Innovation. Les Défis du Management Manuel d Utilisation 1. Présentation 2. Votre Mission pendant la Simulation EIS 3. Structure de l Equipe de Management de Teleswitches 4.

Plus en détail

Guide d action PROGRAMME VILLE ÉQUITABLE

Guide d action PROGRAMME VILLE ÉQUITABLE Guide d action PROGRAMME VILLE ÉQUITABLE Table des matières 1.0 À propos du présent guide...1 1.1 Remerciements...1 1.2 Renseignements additionnels...1 2.0 Ville équitable...2 2.1 Pourquoi le commerce

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Café urbain : mode d emploi

Café urbain : mode d emploi Document du Centre Saint-Pierre, Montréal Café urbain : mode d emploi Qu est-ce qu un Café urbain? Cette appellation désigne une série de rencontres pouvant être organisées chaque année par un ou plusieurs

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage Introduction L analyse web ou Web Analytics est une discipline récente dont on commence à entendre parler au milieu des années 2000. La Web Analytics Association 1 le définit comme la mesure, la collecte,

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Chaque étape est à prendre en considération Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Vue d'ensemble Avec l avènement de la publicité en ligne vint la promesse d une nouvelle ère digitale,

Plus en détail

Atelier Campagne Marketing social

Atelier Campagne Marketing social Atelier Campagne Marketing social Vous devez mettre sur pied, au cours de ce bref atelier, une campagne de marketing social. Vous devrez aussi justifier vos activités de communication. Le nom d une organisation

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Élaboration d une campagne de communication.

Élaboration d une campagne de communication. Élaboration d une campagne de communication. 1 Vu que la communication est un élément essentiel du marketing de l'assainissement, nous voulions consacrer un module entier à l'élaboration d'une campagne

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs

Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs «Média Innovateurs" est une formation à temps partiel qui dure 6 mois en travaillant en tant que professionnel de média moderne capable d explorer de

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 ÉLABORER SA STRATÉGIE DE PRÉSENCE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX EN 10 ÉTAPES Pour une institution de médiation, définir sa présence sur les réseaux sociaux

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Benoît Tremblay Conseiller en gestion Collaborateurs : MM. Paul Bleau,

Plus en détail

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults IN FOCUS FOCUS on Young Adults Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média Depuis plus de 20 ans, les stratégies de marketing social sont très utilisées

Plus en détail