MPDS: malédiction ou bénédiction? Roberto Cianella

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MPDS: malédiction ou bénédiction? Roberto Cianella"

Transcription

1 MPDS: malédiction ou bénédiction? Roberto Cianella Concrétiser un service et mesurer la prestation délivrée devient de plus en plus une nécessité de toute «l industrie des services». Dans ce cadre on retrouve l accréditation qualité d une centrale d appel sanitaire urgent (CASU) conçue et proposée par IAS. Les temps sont en effet venus pour que l on puisse démontrer ce qu on fait et comment on le fait ; il faut pas non plus négliger l aspect économique (coût du service), surtout dans cette période de «chasse aux sorcières». Le choix de la FCTSA d adopter, il y a cinq ans, le système AMPDS (répartition médicale d urgence) pour la centrale Ticino Soccorso 144 découle d un approche très pragmatique : rechercher un produit sur le marché qui puisse à la fois «concrétiser» la prestation délivrée aux services ambulances (qui sont au Tessin les propriétaires de la CASU 144) et acquérir un système validé pour donner des instructions pré arrivage à l appelant. Un long parcours de gestion du changement, et pour le personnel de la CASU, et pour les services ambulances et pour la population nous permet aujourd hui de mieux connaître soit les aspects positifs soit les aspects négatifs d un système tel que l AMPDS. Le long de l exposé, qui se veut forcément généraliste, on cherchera de susciter l intérêt et la discussion autour de l adoption d un instrument novateur dans la gestion des appels. On vous montrera nos motivations, nos coûts, nos résultats, nos joies et nos déceptions comme seul un vendeur d automobiles d occasions peut le faire. Et ceci dans le but de renforcer une fois de plus la force du maillot CASU 144 dans la chaîne du sauvetage. Redéfinissons les standard du standard

2 Utstein 2008 Martin Brüesch Hôpital universitaire Zurich Le modèle d Utstein a été approuvé en 1991 par les grandes sociétés de réanimation et publié dans les principales revues. L objectif est de faire un relevé standardisé des réanimations, débouchant sur une évaluation uniforme et donc sur des résultats comparables. Il permet d une part de suivre les changements en matière de directives, et d'autre part de réaliser un contrôle qualité des réanimations. Le SRC évalue les données Utstein de toute la Suisse, afin de permettre une comparaison de la qualité de la réanimation en Suisse par rapport à l étranger. Pour les services de sauvetage, le recueil des données de réanimation au moyen du modèle d Utstein est obligatoire pour obtenir l agrément IAS. L envoi au SRC est en revanche facultatif. La base de données du SRC comprend 4492 réanimations, dont 1699 se rapportent à des cas annoncés par des non-professionnels, probablement dus à des arrêts cardiaques, réanimés par des professionnels, qui peuvent donc être inclus dans l évaluation. Les résultats sont maigres et les données correspondantes hélas très incomplètes. Les problèmes liés au recueil de données Utstein en Suisse relèvent de la protection, de la qualité, de la quantité et de la gestion des données en question. Malgré des restrictions dans l interprétation des données, les succès sont maigres. On observe en particulier un déficit très net par rapport à l étranger. Ce déficit pourrait par exemple être comblé par la promotion d un système dit «des premiers intervenants». Les fruits de l actuelle formation des non-professionnels ne semblent toutefois pas du tout à la hauteur de l investissement consenti.

3 MAS carrières à l étranger seulement Günther Bildstein, St. Gallen Dans cet exposé seront expliquées les principales notions, bases et conditions relatives aux filières académiques. Un parcours d études possible sera décrit par le biais d un exemple de formation master. Tout cela s appuie sur la conférence de Bologne de 1999 dans laquelle 29 ministres européens de l éducation se sont engagés, dans le cadre d une déclaration également signée par la Suisse, à édifier d ici à 2010 un espace européen de l enseignement supérieur fondé sur la reconnaissance des titres de «bachelor» et de «master». La comparabilité est assurée par un système de transfert et de cumul de crédits ECTS (European Credit Transfer and Accumulation System), une année équivalant à 60 ECTS. Le bachelor est le premier degré de formation académique et comporte 180 à 240 ETCS, tandis que le master compte, en second degré, entre 60 et 120 ETCS. Des études de master peuvent être entreprises à titre de formation ou de formation continue et être suivies sous forme d apprentissage en ligne (e-learning). La maîtrise en études avancées (MAS Master of Advanced Studies) est une formation continue académique qui remplace les études postdiplômes (EPD). Au chapitre des formations économiques se présente l Executive Master of Business Administration (EMBA). Un Master of Science (MSc) orienté «Emergency Health Services Management» est proposé sous forme de formation universitaire en cours de d emploi à la Donau-Universität Krems, en Autriche. Il dure cinq semestre (120 ETCS) et peut constituer une passerelle vers le MBA. Cette formation a pour objectif de dispenser un savoir pratique dans le domaine du sauvetage. L admission est conditionnée par un diplôme académique reconnu internationalement ou une expérience professionnelle équivalente. Les sept blocs de formation suivis sur place et le temps passé à étudier à côté permettent d'acquérir des bases du travail scientifique et des connaissances spécialisées concernant la garantie de la qualité, les conditions juridiques, la conduite des interventions, le management, l'économie d'entreprise et les systèmes de service de sauvetage, et contribuent au développement de ressources personnelles. Grâce à la dimension internationale du corps étudiant, ce cycle d études permet un échange d expériences enrichissant et l aménagement d un réseau fonctionnant au-delà des frontières. Le titre obtenu permet d accroître sa qualification professionnelle, d étendre ses connaissances personnelles et de contribuer, dans le cadre du travail de master, au développement scientifique dans des thèmes propres au sauvetage. Autres sources : Conférence de Bologne : Situation en Suisse : (Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie) (Conférence des recteurs des HES suisses) Donau-Universität Krems, Autriche Informations générales :

4 Résumé : Monitoring respiratoire en médecine d urgence Yvo Breitenmoser Dans le cadre du service de sauvetage, intubation et ventilation posent des défis particuliers et revêtent des risques potentiels. En dépit de l influence de la météo, du bruit, du stress et d'un manque fréquent de place, les mesures thérapeutiques doivent répondre aux mêmes exigences de sécurité que celles prises en milieux hospitalier. Dans ce contexte, la capnométrie (et la capnographie) joue un rôle important. Elle permet un contrôle objectif et fiable du positionnement de la sonde, contribue à éviter hypoventilation et hyperventilation et, en mains expertes, fournit des indications sur la circulation du sang, de possibles pathologies pulmonaires ou d éventuelles complications. Un entraînement régulier à la laryngoscopie directe, à l auscultation après intubation et à la mesure infrarouge du CO 2 en fin d expiration améliore la sécurité de la ventilation artificielle en médecine d urgence. Grâce à la miniaturisation et au progrès technique, les appareils actuels de capnométrie sont parfaitement adaptés à la pratique préhospitalière et doivent faire partie du monitoring standard pour les patients intubés, aussi bien dans le cadre d interventions primaires que de transferts interhospitaliers.

5 Résumé de l exposé d ITLS Switzerland Pablo Caceres Durant cet exposé, diverses questions en rapport avec les programmes de cours actuels seront abordées. Il s agira notamment de déterminer l importance d approches traumatologiques telles que PHTLS, ITLS et ATLS dans la prise en charge préhospitalière et hospitalière des patients. Nous proposons des formations relatives au traitement, à l investigation et à la prise en charge BLS versus ALS. Estce d'actualité ou devons nous repenser notre approche et notre action? Nous nous pencherons également sur les apports de Papadopoulos et al., M. Liberman et al. et Häusler et al. Enfin et surtout, nous tenterons d'analyser la prise en charge traumatologique préhospitalière en Suisse et d évaluer le taux de mortalité après un grave traumatisme.

6 La formation continue et la gestion des compétences dans les services de sauvetage via le elearning Mathias Duschl, Mollis Le elearning est un terme souvent utilisé comme allant de soi, généralement associé directement à l apprentissage via Internet. Mais qu entend-on exactement par elearning? Si l on s écarte des définitions purement scientifiques pour s intéresser de plus près aux éléments qui composent ce terme, le elearning, peut être décrit comme suit : Le elearning (electronic learning) est un type de formation accompli par ordinateur. Le mot ordinateur au sens large désigne ici tous les appareils électroniques de tous les secteurs des technologies de l information. Les ordinateurs, les Smarthphones, les ipods sont quelques exemples d appareils électroniques actuellement utilisés pour le elearning. Le elearning est-il nouveau dans les services de sauvetage? La réponse à cette question est clairement non. Depuis la fin des années nonante, le elearning connaît un essor remarquable grâce à l augmentation continuelle du taux de pénétration d Internet et l offre de formation pour les collaborateurs des services de sauvetage se développe continuellement. Selon les indications du CECBEMS, les collaborateurs des services de sauvetage aux Etats-Unis suivent chaque année quelque 2 millions d heures de formation continue par l intermédiaire du elearning. En Europe non anglophone, la formation continue via le elearning est encore relativement peu connue. Le elearning apporte de nombreux avantages aussi bien aux services de sauvetage qu à leurs collaborateurs. Citons notamment la réduction des coûts dans le domaine de la formation continue, la flexibilité accrue pour les apprenants en ce qui concerne le lieu et le moment de la formation ainsi que la création de ressources temps pour la formation pratique (simulation). Le elearning ne remplacera jamais l entraînement pratique, mais le complète judicieusement par exemple grâce à la délocalisation de la préparation théorique! Les risques ne doivent cependant pas être sous-estimés lors de l introduction du elearning dans une entreprise. Ces risques peuvent généralement être maîtrisés grâce à des concepts et des systèmes adéquats et, surtout, grâce à des partenaires technologiques compétents. En résumé, le elearning convient très bien pour transmettre et tester les connaissances et contribue aussi à simplifier grandement le travail des personnes chargées de la transmission, du contrôle périodique et de la documentation des compétences (par ex. utilisation des médicaments).

7 Résumé, Helge Junge, Chur Les techniques standard (ventilation par masque facial et intubation) ont en commun le fait qu elles exigent une formation approfondie et beaucoup d entraînement. Selon la qualification des secouristes, d autres techniques plus faciles à maîtriser peuvent être plus appropriées. Diverses directives recommandent le masque laryngé (LM), le combitube et le tube laryngé (LT) à titre de substitution. Les dispositifs d assistance respiratoire supra-laryngés réduisent le risque de ventilation gastrique en comparaison avec la ventilation classique par masque. Par rapport à l intubation trachéale, (toujours Gold Standard) ces techniques sont plus faciles à apprendre et à appliquer. Tous les dispositifs d assistance respiratoire supra-laryngés sont introduits à l aveugle, c est-à-dire sans laryngoscopie. Ils peuvent aussi être utilisés sans extension de la tête en cas lésion des vertèbres cervicales. Le combitube ne joue désormais plus qu un rôle subordonné. Les masques laryngés existent en différentes exécutions, formes et matériaux. En plus du LM classique, le LM ProSeal et le LM Fastrach se sont également établis sur le marché. Le LM ProSeal permet de vidanger l estomac par un canal séparé, alors que le Fastrach offre la possibilité de placer un tube endotrachéal spécial. Le taux de succès de l insertion est fonction du niveau de formation de l utilisateur. Une protection complète contre l aspiration n est pas possible. Par rapport au LT, le LM exige davantage d entraînement et une formation plus poussée. Le tube laryngé est disponible en deux variantes. L exécution standard est munie d un seul canal fermé à l extrémité inférieure. Le LTS permet de décomprimer l estomac par un canal séparé. Les deux canaux sont bloqués simultanément avec l insufflation d air par le raccord commun. Grâce à la bonne étanchéité du LT, le risque d aspiration est plus faible qu avec le LM. Lors d une étude sur des mannequins, des utilisateurs inexpérimentés ont jugé l utilisation du LT très simple et ont pu le mettre en place aussi rapidement que l intubation. L incidence des régurgitations (ph<4) a été comparée pour six dispositifs d assistance respiratoire supra-laryngés dans le cadre d une étude de grande envergure. Aucune différence significative n a été relevée entre les différents groupes. D autres études sur des mannequins ont montré une réduction du temps de now-flow lors de la réanimation grâce à l utilisation du LT. Pendant la réanimation, les mesures destinées à sécuriser les voies aériennes doivent être interrompues pendant 30 secondes au maximum. Dans la majorité des cas, le LT a permis de respecter cette limite. Les dislocations dues à des compressions du thorax par le LT sont rares. Conclusion : Les dispositifs d assistance respiratoire supra-laryngés constituent une bonne solution de substitution pour assurer les voies respiratoires s Les techniques sont réalisables de manière sûre par du personnel peu entraîné ; l utilisation est d autant plus sûre que l instrument (LT) est simple Ils contribuent à réduire le temps de now-flow lors de la réanimation Le LT est particulièrement recommandé pour la prise en charge préclinique

8 Transmission de données et documentation électronique Grâce aux nouvelles possibilités technologiques, il est aujourd hui possible de transmettre des données patient comme un ECG, et ce parfois en temps réel. Le fax est progressivement remplacé par des applications en ligne. Par ces applications transite en outre une grande partie de la communication. C est notamment le cas du système pilote, de la navigation ainsi que de la communication par mail entre l équipe d'intervention et l'hôpital de destination. Le principe de base de la collecte, du traitement et de la transmission des données est le même chez la plupart des fournisseurs. La transmission s effectue soit directement depuis le moniteur, soit via un ordinateur. La communication entre le moniteur et le PC passe par Bluetooth. Tous les systèmes utilisent les réseaux GSM, UMTS ou Polycom pour transmettre les données sur un serveur, d'où elles peuvent être traitées. Le serveur permet ensuite d'avoir accès aux données depuis n importe où via Internet ou d autres canaux. Il gère également dans la plupart des cas le dispositif d alerte des services concernés. Les systèmes de documentation électronique d intervention des fournisseurs sont organisés de la même manière, mais utilisent que peu les algorithmes actuellement en vigueur. Le volume de données qu il est possible de saisir par ce biais semble illimité. Les innombrables possibilités offertes par ces systèmes nécessitent toutefois un temps d adaptation, raison pour laquelle cette gestion électronique des données prend pour l'instant plus de temps que son équivalent manuel. Pour la documentation électronique d intervention, on utilise une tablette PC ou un portable. Les données vitales sont toutes transférées entre le moniteur et la documentation via Bluetooth. Pour évaluer les différents systèmes, il est important de connaître les besoins de l'utilisateur et de l'entreprise. L utilisation qui sera faite d un tel dispositif doit aussi être clairement définie. L intérêt de ce système est d aider l'ambulancier dans son travail de routine et d offrir au médecin chargé de l évaluation une base de décision plus étendue. Toutes les données nécessaires au traitement peuvent ainsi être transmises aussi vite que possible à l'hôpital de destination, afin d optimiser l organisation. Werner Eberhard Ambulancier et infirmier anesthésiste Hôpital cantonal d Olten

9 TSPT et troubles comorbides chez les ambulanciers Résumé Thème : la prévalence instantanée (nombre de cas à une date donnée) des troubles de stress posttraumatiques (TSPT) et des troubles comorbides a été étudiée chez les ambulanciers (N = 1363) de la Suisse alémanique et de la Principauté du Liechtenstein. Méthode : la prévalence instantanée des TSPT a été déterminée grâce à l échelle diagnostique posttraumatique (PDS) et les troubles comorbides via le questionnaire de santé mentale (SCL-90-R) ; 668 personnes (49 %) ont pris part à l étude par questionnaire. Résultats : TSPT : 4,3 % / syndrome TSPT partiel : 9,6 % Symptômes de TSPT chez plus d'un quart des participants : 26,4 % souffraient d intrusions, 23,4 % de comportements d évitement, 29,9 % d hyperstimulation. 34,5 % ont cité les urgences concernant des enfants comme les situations les plus traumatisantes. Troubles comorbides : le groupe TSPT présentait des taux de dépression et de somatisation significativement plus élevés que le groupe non TSPT (et même ce dernier affichait des valeurs significativement plus élevées sur les deux échelles qu'un échantillon représentatif de la population allemande). Absence de formation : risque trois fois plus élevé de se sentir mal préparé Sentiment subjectif d être mal préparé : risque huit fois plus élevé de TSPT Consultations psychologiques privées préférées aux offres de soutien sur le lieu de travail Pas de différence de sexe en ce qui concerne les TSPT et la gravité des symptômes Conclusions : dans la profession d'ambulancier, l état de stress post-traumatique est une affection fréquente dont il faut tenir davantage compte. Des mesures psychothérapeutiques préventives et précoces sont indiquées. Recommandations pour la pratique : Une bonne préparation à la gestion des expériences traumatisantes (formation et perfectionnement) est importante. Les ambulanciers devraient connaître les symptômes de TSPT, les prendre au sérieux et recourir rapidement à l aide d un professionnel. Si nécessaire, briser le tabou relatif aux consultations psychologiques sur le lieu de travail. Un débriefing psychologique ne devrait être organisé que :... à titre facultatif... à un moment choisi par les destinataires... par des professionnels... si un suivi peut être assuré Mieux : si on est en présence de TSPT un à quatre mois après l événement traumatisant, proposer une thérapie comportementale et cognitive de courte durée. Häller, P., Michael, T. et Balmer Koechlin, K., PTBS und komorbide Beschwerden bei Rettungssanitätern.

10 La simulation dans les scénarios d exercice mobiles Helge Regener Institut suisse pour la médecine de sauvetage, SIRMED, Nottwil Les causes des erreurs dans le domaine de la santé peuvent se situer à différents niveaux. Il peut aussi bien s agir d erreurs d organisation et de planification que d erreurs liées aux appareils et au matériel. A un autre niveau, on trouve également les fonctionnements d équipe, la communication, ainsi que la prise de décision et de responsabilité, aussi appelées «soft skills» ou «compétences douces». Le service de sauvetage est un système sociotechnique complexe. Bien que ce système aux fonctionnements complexes soit dominé par les aspects techniques, sa dimension humaine reste importante. Suivant la définition de «simulation», les origines de ce terme dans la médecine remontent au début des années 60. Depuis les années 80, au fil des ans, les simulateurs sont devenus plus aboutis technologiquement parlant, plus fiables et aussi plus simples à utiliser. Le simulateur constitue certes la pièce technique maîtresse de la simulation, mais il reste un simple instrument au service de la pédagogie. C est extraordinairement avantageux de pouvoir réduire par la simulation le décalage existant entre l exercice et la réalité et faciliter ainsi le transfert entre la théorie et la pratique. La simulation permet un exercice sans danger pour les patients et contribue à la gestion de l erreur et à la culture de la sécurité. Les erreurs survenues, reconnues et analysées durant l entraînement ne doivent ensuite plus se produire dans le monde réel. La simulation au sens étroit s adresse principalement à des équipes interdisciplinaires. Elle convient aussi bien à la formation qu au perfectionnement. Des objectifs didactiques adéquats plaçant les besoins des participants au centre de l exercice constituent l exigence centrale de la simulation. Une attention particulière doit être accordée à la préparation des scénarios, dans laquelle le choix de l exercice, sa complexité et les conditions de réalisation doivent correspondre aux objectifs didactiques définis. Contrairement à de nombreux scénarios cliniques, la quasi-totalité des situations d urgence qui s offrent aux services de sauvetage sont gérées dans un contexte de mobilité, puisque la tâche de ces derniers consiste à assurer la prise en charge médicale des patients et leur transport vers un établissement de soins approprié. L objectif de la simulation dans le cadre de scénarios de mobilité revient à permettre à des équipes réalistes de s'exercer sur des tâches et des procédures réalistes, avec une infrastructure réaliste et un scénario réaliste. A ces conditions, elle permet d'exercer des procédures de prise en charge à plusieurs niveau et se prête particulièrement à l'entraînement des éléments charnières. L analyse et le débriefing sont des pièces importantes de la simulation. Grâce à la définition préalable de critères, les participants améliorent leur propre travail en fonction des objectifs d apprentissage déterminés et des potentiels d optimisation identifiés. L objectif central, au final, est l amélioration de la prise en charge des patients.

11 L approche des erreurs dans le sauvetage Wolfgang Ummenhofer, Bâle Depuis la publication du rapport troublant de l Institute of Medicine («To err is human»), nous savons que les erreurs du personnel soignant comptent parmi les dix causes les plus fréquentes de décès de patients hospitalisés [1]. Le tabou ayant été brisé, ces défaillances ont pu faire leur entrée dans notre conscience et constituent désormais un sujet dont on peut parler. A dire vrai, nous en parlions déjà avant 1999, mais plus volontiers lorsqu il s agissait d erreurs commises par d autres. Nous vivons ainsi un changement de culture décisif, car la «culture de l erreur» ne peut naître que là où elle ne sert plus à stigmatiser l incompétence ou la faute individuelle, mais à analyser les circonstances et réactions fatales. Les défaillances dans la prise en charge ne sont que rarement imputables à la seule incompétence professionnelle des intervenants. La plupart du temps, elles présentent également une composante institutionnelle, l organisation concernée ayant dysfonctionné. L'attention se porte donc moins sur la survenance des erreurs (malheureusement considérée comme «normale») que sur leur identification précoce et leur gestion. L «échec de l organisation» dans le sens d un non-développement d une culture de l erreur n'est absolument pas propre au service de sauvetage, puisqu on le retrouve dans les services de soins intensifs et aux urgences, en salle d'opération, dans les services hospitaliers et dans les cabinets médicaux. Mais les problèmes de fond d ordre général que cet échec favorise caractérisent également le travail de sauvetage [2]. - Taux d erreurs (non corrigés) élevés - Forte variation dans le traitement et les résultats - Flou dans la compétence professionnelle et éthique - Conflits hiérarchiques - Composition changeante des équipes - Manque de personnel - Problèmes de communication au sein de l équipe - Problèmes de communication avec les patients ou leurs proches - Problèmes d interface (p. ex. transmission des patients) La culture de la sécurité ne peut se développer qu à condition que les erreurs soient identifiées et communiquées [3]. S agissant des services d urgences, on sait que les erreurs ne font que rarement l'objet d'un rapport [4]. C est apparemment aussi le cas des services de sauvetage : dans un vaste sondage, la moitié des ambulanciers ont affirmé n avoir commis aucune erreur (!) durant toute l année écoulée [5]. Il y a quelques années, au moment de prendre les fonctions que j occupe actuellement, une grande affiche m a fait forte impression : «Aucune erreur aujourd hui? Dommage, encore rien appris.» 1. Kohn, L., J. Corrigan, and M. Donaldson, eds. To Err is Human: Building a Safer health system. 1999, National Academy Press: Washington, DC. 2. Ummenhofer, W. and M. Zürcher, Crew Resource Management, in Notfallmedizin, J. Scholz, et al., Editors. 2008, Georg Thieme Verlag: Stuttgart - New York. p Barach, P. and S.D. Small, Reporting and preventing medical mishaps: lessons from non-medical near miss reporting systems. Bmj, (7237): p Fordyce, J., et al., Errors in a busy emergency department. Ann Emerg Med, (3): p Hobgood, C., et al., Do EMS personnel identify, report, and disclose medical errors? Prehosp Emerg Care, (1): p

12 Technicien ambulancier : vision actuelle Notfallsymposium 26 / 27 mars 2009 Jason Levet Depuis le début de la professionnalisation des ambulanciers diplômés jusqu à ces dernières années, diverses approches ont été utilisées pour trouver la composition idéale d un binôme d intervention. Qu un ambulancier diplômé se trouve dans une ambulance d urgence semble être une évidence. Mais qui devrait lui servir d équipier? Du chauffeur avec formation BLS jusqu à un deuxième ambulancier diplômé, le choix est vaste : policier, aide de transport, infirmier non spécialisé, etc. La fin des années 90 a vu apparaître le Technicien Ambulancier. Serait-il le "chaînon manquant" permettant de compléter judicieusement un équipage? Près de 10 ans ont passés depuis l apparition en Suisse romande de la profession et formation de technicien ambulancier jusqu à son officialisation nationale au travers d un brevet fédéral reconnu par l OFFT. Cette reconnaissance est acquise depuis une année et le premier examen fédéral a eu lieu en novembre 2008 en Suisse alémanique. Le Forum Formation Professionnelle du Sauvetage est le seul organe responsable de la tenue des examens professionnels et de l octroi du titre de Technicien Ambulancier. Les candidats désireux de se présenter à l examen doivent : posséder un titre du degré secondaire II être titulaires du permis de conduire une ambulance avoir suivi une formation de technicien ambulancier reconnue par le Forum FPS ou avoir acquis les compétences professionnelles propres au TA d une autre manière posséder une expérience professionnelle d au moins 2 ans, dont une année auprès d un service de sauvetage Bien que les structures de base soient posées et testées, de nombreuses tâches restent encore à effectuer. Certaines sont générales, telles que la diffusion du profil professionnel de TA ou l intégration des candidats dans des filières de formation (de manière à ce qu ils remplissent les conditions d admission à l examen professionnel). D autres sont à effectuer en prenant compte des besoins des régions linguistiques: éventuelle reconnaissance de l ancien titre délivré pour les Romands, "upgrading" des aides de transport en TA pour les Alémaniques et identification des besoins de formation complémentaire pour les bénévoles tessinois. Le technicien ambulancier est un professionnel de la santé ayant toute sa place dans les services de secours et dans la chaine de sauvetage. Il est d ailleurs bien présent dans la composition minimale des équipages telle que décrite dans les lignes directrices de l IAS. Sources utiles : Forum Formation Professionnelle du Sauvetage : Interassociation de Sauvetage :

13 Exposé extraits : Le service de sauvetage, une impasse professionnelle? (Elmar Rollwage, Comité ASA) Avons-nous besoin d'alternatives professionnelles au service de sauvetage? Il m arrive fréquemment, lors de discussions avec mes collègues, de les entendre se plaindre de leur situation professionnelle. L'exposé qui va suivre a pour objectif de se pencher sur les raisons de cette insatisfaction et de passer en revue les moyens d amélioration. L'ambulancier diplômé est considéré aujourd'hui encore comme exerçant un métier de niche. Son image varie d un métier à l autre au sein du secourisme non médical. Le cloisonnement actuel observé entre les différents métiers de la santé en est un exemple. L ambulancier diplômé est tout particulièrement spécialisé dans la médecine d'urgence préhospitalière ; il lui est de ce fait souvent difficile d intégrer d autres établissements de médecine d urgence. Par ailleurs, il arrive fréquemment que certaines qualifications lui manquent pour envisager un changement professionnel en-dehors du secourisme. Pourquoi les métiers du sauvetage ont-ils perdu de leur attractivité? Outre les évolutions générationnelles (voir à ce propos, Zemke «Generation at work» ou encore L. Lancaster, «When Generation collide»), le besoin de réalisation pousse l être humain au changement, ce que la pyramide des besoins de Maslow établit. Chez l ambulancier diplômé, ce besoin de réalisation s évalue au regard de la position sociale dans le métier même ainsi que dans la société, et génère souvent une frustration. Les perspectives de progression en interne sont toutes relatives et le passage d une profession à une autre encore mal établi. Il n est pas rare également que la règlementation portant sur les compétences médicales constitue une autre source de mécontentement. De même, les aspects financiers jouent-ils un rôle important. Il arrive dès lors que le niveau de salaire soit dénoncé au regard des besoins propres et en comparaison avec les autres professions liées au secourisme. Ai-je du plaisir à exercer mon métier? Toute personne travaillant dans le secourisme devrait se poser cette question. Le patient ne nous choisit pas, mais nous avons choisi d exercer ce métier. Dans ce cas, engageonsnous pleinement! Ai-je du plaisir à exercer mon métier? Qu est-ce qui m intéresse dans mon environnement professionnel? Dans quel domaine puis-je me développer? Il existe toujours des moyens d évoluer. Les métiers de la santé permettent facilement de prendre un congé sabbatique, p.ex. en partant à l étranger pour effectuer un stage ou pour faire un long voyage, ce qui peut contribuer à améliorer vos connaissances linguistiques. Il est aussi possible de se retirer partiellement du métier, dans la mesure où le secourisme permet aisément le temps partiel. Il est plus facile de réintégrer les services de sauvetage après des études ou une formation, par exemple, que de réintégrer un poste dans le secteur économique. A titre d exemple, citons les Etats-Unis, où le nombre d universitaires augmente régulièrement dans le service du sauvetage. Cela signifie que le nombre de diplômés postgrades augmente dans la profession. Le fait de décider de retourner sur les bancs de l école ou de reprendre des études prouve une certaine force intérieure. En Suisse, l'offre de cours postgrades se développe de façon constante. Il existe de nombreuses possibilités de suivre une formation en ligne. Ce type d offres est particulièrement adapté aux personnes souhaitant étudier sans devoir se rendre en cours. Le service de sauvetage offre, à ceux qui le souhaitent, les conditions idéales pour se lancer dans une formation postgrade. Mais attention! Celui ou celle qui s engage à suivre un programme d études en ligne doit faire preuve d une grande volonté intérieure et être prêt/-e à étudier seul/-e.

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Ordonnance sur la formation continue à l EPF de Zurich) 414.134.1 du 26 mars 2013 (Etat le 1 er octobre

Plus en détail

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Recommandations de la CSHEP et de la CRUS pour la mise en œuvre coordonnée de la déclaration de Bologne

Plus en détail

Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO Version du 9 mai 008 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 1 er mai 2009) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 1 er février 2011) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, du 26 mai 2011, vu le règlement relatif à la formation

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 4 octobre 2005) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES

CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES L Université de Fribourg ; L Université de Genève ; L Université de Lausanne ; L Université de Neuchâtel ; L Institut de hautes

Plus en détail

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées Best Practice KFH La formation continue dans les hautes écoles spécialisées à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 27 janvier 2006. Best Practice KFH: La formation continue dans les hautes

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business HFVESA Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance Une coopération entre l AFA et AKAD Business Ecole supérieure assurance (ESA) 2 Selon l Office fédéral de la formation professionnelle et

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

Berne, le 15 avril 2014. Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern

Berne, le 15 avril 2014. Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern Berne, le 15 avril 2014 Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern par: stefanie.haab@sbfi.admin.ch Prise de position de l association

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément majeur du système

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Règlement sur les soins préhospitaliers et les transports de patients. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Règlement sur les soins préhospitaliers et les transports de patients. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, CONSEIL D'ETAT Règlement sur les soins préhospitaliers et les transports de patients Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi de santé du 6 février 1995, notamment ses articles

Plus en détail

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jacques-André Haury sur la responsabilité civile des infirmières et infirmiers engagés au triage des urgences au CHUV Rappel de l'interpellation

Plus en détail

Assistant/-e d assurance AFA Formation pour titulaires d une maturité. L assurance d une carrière prometteuse!

Assistant/-e d assurance AFA Formation pour titulaires d une maturité. L assurance d une carrière prometteuse! Assistant/-e d assurance AFA Formation pour titulaires d une maturité L assurance d une carrière prometteuse! 2 De tout temps, l assurance privée s engage fortement à la formation de sa propre relève.

Plus en détail

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES Dans les articles 1 à 24 du présent règlement général, il faut entendre «section ou département directement rattaché à la Faculté» partout où il est

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. un diplôme d une haute école (titre de bachelor ou équivalent).

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. un diplôme d une haute école (titre de bachelor ou équivalent). Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du mai 011, arrête : Champ d application Article

Plus en détail

Offres de formation en médecine des assurances

Offres de formation en médecine des assurances 24 Offres de formation en médecine des assurances Dr Bruno Soltermann, spécialiste en chirurgie FMH médecin-chef de l Association Suisse d Assurances C.F. Meyer-Strasse 14 CP 4288 8022 Zurich Résumé Ces

Plus en détail

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires :

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires : Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Spitalamt Dienststelle Berufsbildung Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des hôpitaux Service de la formation

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S Direction des ressources humaines Centre de formation Formations spécialisées en soins R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S P O U

Plus en détail

Ordonnance du Conseil des EPF sur les taxes perçues dans le domaine des Ecoles polytechniques fédérales

Ordonnance du Conseil des EPF sur les taxes perçues dans le domaine des Ecoles polytechniques fédérales Ordonnance du Conseil des EPF sur les taxes perçues dans le domaine des Ecoles polytechniques fédérales (Ordonnance sur les taxes du domaine des EPF) Modification du 3 mars 2011 Le Conseil des Ecoles polytechniques

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Guide Reconnaissance par la SSO du statut de praticien généraliste Le certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Plus en détail

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Devenir ingénieur Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Notre offre de formations Devenir ingénieur Fascination pour

Plus en détail

ICT-Manager. avec diplôme fédéral

ICT-Manager. avec diplôme fédéral ICT-Manager avec diplôme fédéral Introduction L examen du diplôme fédéral d ICT-Manager fait partie de la formation professionnelle supérieure et permet d acquérir des qualifications en vue d exercer des

Plus en détail

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ *Cette formation continue s adresse également aux candidats masculins. Groupe cible

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial Masterplan «Formation aux professions des soins» Newsletter 2 2014 Impressum SEFRI, janvier 2014 Publiée au format électronique en français et en allemand. Commande: www.sbfi.admin.ch/sante Editeur Éditorial

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

le réseau des systèmes locaux de déclaration des erreurs

le réseau des systèmes locaux de déclaration des erreurs > Critical Incident Reporting & Reacting NETwork le réseau des systèmes locaux de déclaration des erreurs www.patientensicherheit.ch www.cirrnet.ch Objectifs est le réseau des systèmes locaux de déclaration

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES AKAD École Supérieure spécialisée en Banque et Finance SA École supérieure reconnue par la Confédération ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Bienvenue à l UCL, dans une

Bienvenue à l UCL, dans une Bienvenue à l UCL, dans une des 9 universités de la Communauté française des 3300 universités de l Union européenne des 4000 universités européennes (4194 aux USA) des 17000 universités dans le monde Bologne

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

DESCRIPTION DU METIER D AUXILIAIRE AMBULANCIER IFPS - BESANCON

DESCRIPTION DU METIER D AUXILIAIRE AMBULANCIER IFPS - BESANCON Institut de Formation de Professions de Santé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon Formation auxiliaire ambulancier 44 chemin du Sanatorium 25 030 BESANCON CEDEX Tél. : 03.81.41.51.37

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Octobre 2002 André Lavoie, Ph.D. Natalie LeSage, M.D., M.Sc. John S. Sampalis, Ph.D. Partenaire décideur : Dr. Pierre

Plus en détail

Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur

Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur - 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la loi fédérale sur les professions

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du mai 011, arrête : I. Dispositions générales

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce La partie informative du présent concept comprend une vue d ensemble des exigences de qualité

Plus en détail

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS Filière : APS et Bachelor en soins infirmier Nom de l institution : CHUV Nom de l

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

Offres de formation importantes pour le domaine social et les domaines apparentés

Offres de formation importantes pour le domaine social et les domaines apparentés Offres de formation importantes pour le domaine social et les domaines apparentés Contenu : 1. Domaine social... 2 2. Domaine de la santé et les domaines apparentés... 3 3. Pédagogie spécialisée / Pédagogie

Plus en détail

ww.sanitairesocial sanitairesocial-lo lorrain Ambulancier

ww.sanitairesocial sanitairesocial-lo lorrain Ambulancier www. ww.sanitairesocial sanitairesocial-lo lorrain rraine.fr Ambulancier Définition L ambulancier est un auxiliaire sanitaire pleinement intégré dans la chaîne des soins. En urgence ou sur rendez-vous

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

L art de diriger. Leadership conduire une équipe Management organiser une équipe

L art de diriger. Leadership conduire une équipe Management organiser une équipe L art de diriger Leadership conduire une équipe Management organiser une équipe hotelleriesuisse Formation continue Chemin de Boston 25 1004 Lausanne Téléphone +41 (0)21 320 03 32 Fax +41 (0)21 320 02

Plus en détail

MASTER OF SCIENCE EN SCIENCES DE L ÉDUCATION PÉDAGOGIE / PSYCHOLOGIE

MASTER OF SCIENCE EN SCIENCES DE L ÉDUCATION PÉDAGOGIE / PSYCHOLOGIE UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE 101012 FACULTÉ DES LETTRES MASTER OF SCIENCE EN SCIENCES DE L ÉDUCATION PÉDAGOGIE / PSYCHOLOGIE DESCRIPTION DU PROGRAMME Ce programme d'études vise à approfondir les concepts,

Plus en détail

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Art. E1 Objet 1. La Faculté des sciences de l Université de Genève décerne le diplôme de Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Santé au travail et entreprise

Santé au travail et entreprise Formation postgrade Institut universitaire romand de Santé au Travail Certifiée par la Société Suisse de Médecine du Travail (SSMT) Santé au travail et entreprise Octobre 2015 Novembre 2016 En partenariat

Plus en détail

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées Haute école pédagogique Comité de Direction Avenue de Cour CH 04 Lausanne www.hepl.ch Directives du Comité de direction Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_04 Prise en compte des études déjà

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

Guide du stagiaire. Le stagiaire des écoles de Genève (ECAMB) ou Bois-Cerf-CESU, viendra avec sa tenue de travail de l école.

Guide du stagiaire. Le stagiaire des écoles de Genève (ECAMB) ou Bois-Cerf-CESU, viendra avec sa tenue de travail de l école. Guide du stagiaire Horaire : Horaire : 07h00 19h00 Le premier jour, le stagiaire se présentera 15 minutes avant le début du travail. Il sera attendu par l ambulancier référent devant les garages de S.T.A.R.

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

428.21. Loi. sur la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale//fribourg (LHES-SO//FR) Le Grand Conseil du canton de Fribourg.

428.21. Loi. sur la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale//fribourg (LHES-SO//FR) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. 8. Loi du 5 mai 0 sur la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale//fribourg (LHES-SO//FR) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 6 octobre 995 sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Titres des hautes écoles spécialisées notice explicative

Titres des hautes écoles spécialisées notice explicative Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Hautes écoles Questions de fond et politique HES Titres

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

la désignation du titre de «technicien diplômé ES»

la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Etat des lieux de la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Résumé (Management Summary) Avril 2006 Impressum Herausgeber: Bundesamt für Berufsbildung und Technologie BBT Sprachen: Deutsch, Management

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion commerciale de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION INSTITUTIONNELLE

REFERENTIEL D EVALUATION INSTITUTIONNELLE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE -------------------------- AUTORITE NATIONALE D ASSURANCE QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ()

Plus en détail

Le Master FC en e-learning. Jean-Guy BERNARD, Directeur Général EM Normandie

Le Master FC en e-learning. Jean-Guy BERNARD, Directeur Général EM Normandie Master de l École de Management de Normandie par la voie de la Formation Continue en e-learning Diplôme visé Bac+5 Grade de Master Objectifs du programme Développer des compétences opérationnelles dans

Plus en détail

sur la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale//fribourg (LHES-SO//FR)

sur la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale//fribourg (LHES-SO//FR) Loi du 15 mai 2014 Entrée en vigueur :... sur la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale//fribourg (LHES-SO//FR) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 6 octobre 1995 sur les

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 14 décembre 2006 70610 Assistante en pharmacie CFC/Assistant en pharmacie CFC Pharma-Assistentin EFZ/Pharma-Assistent

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes Séminaire européen du SIDIIEF Evolution de la formation infirmière : quels défis pour les milieux cliniques? 21 novembre 2013 Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices

Plus en détail

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004 1. Objet Nombre de pages: 1/6 La présente directive fixe les modalités de la gestion administrative et financière des études cliniques conduites dans les HUG dans un souci de transparence, notamment financière.

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

BUT. Sauf indications contraires sous remarques, l admission concerne le premier semestre d études

BUT. Sauf indications contraires sous remarques, l admission concerne le premier semestre d études DISPOSITIONS D APPLICATION DU REGLEMENT D ADMISSION EN FORMATION BACHELOR DES FILIERES ECONOMIE D ENTREPRISE, TOURISME, INFORMATIQUE DE GESTION, INFORMATION DOCUMENTAIRE, DROIT ECONOMIQUE ET INTERNATIONAL

Plus en détail