HEC MONTRÉAL Affilié à l Université de Montréal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HEC MONTRÉAL Affilié à l Université de Montréal"

Transcription

1 HEC MONTRÉAL Affilié à l Université de Montréal L intelligence d affaires au service d un programme de développement durable : proposition d une méthodologie de travail Par Catherine Lahaise Avec la collaboration de Marlei Pozzebon (directrice) Sciences de la gestion (Technologies de l information) Mémoire présenté en vue de l obtention du grade de maître ès sciences (M.Sc.) Mai 2009 Catherine Lahaise, 2009

2 I Sommaire Depuis quelques années, le développement durable est devenu un sujet d actualité, omniprésent dans nos vies. Avec la mondialisation, le réchauffement climatique, une population grandissante et des ressources naturelles limitées, toutes les sphères de la société sont touchées par cet impératif de changement (individus, entreprises, gouvernements, etc.). Pour les entreprises, un des grands défis de la décennie est d inclure le développement durable dans leurs pratiques d affaires, c est-à-dire, de considérer l impact de leurs décisions ainsi que de leurs opérations sur les trois dimensions du développement durable : économique, sociale et environnementale. Or, ce n est pas une tâche facile et les leçons apprises pour guider les entreprises restent à ce jour limitées. Des systèmes d information (ex. : progiciels de gestion intégrée et des systèmes d intelligence d affaires) sont mis en place pour supporter les entreprises dans la recherche d efficacité et d intégration de leurs processus principaux. Cependant, la gestion environnementale et sociale n est généralement pas intégrée dans ceux-ci. Intégrer des données environnementales et sociales peut s avérer un défi, car celles-ci sont rares ou difficilement mesurables. Cette problématique nous a amené à nous intéresser au rôle que pourrait avoir l intelligence d affaires, et plus précisément une application particulière de celle-ci, les tableaux de bord informatisés, dans le contexte du développement durable. Nous en avons alors découlé notre question de recherche qui fût : «Quel est le rôle du développement d un tableau de bord informatisé dans l élaboration d un programme de développement durable?». Il s agit de combiner deux domaines de la gestion qui encore aujourd hui ont des chemins bien distincts. D un coté, on retrouve une littérature abondante sur le développement durable dans les organisations, mais qui ne considère pas le rôle que les technologies de l information peuvent y jouer. De l autre côté, on retrouve une littérature abondante sur l intelligence d affaires et les tableaux de bord de performance dans la pratique, mais très peu s intéressent à la problématique du développement durable. Suite à ce constat, nous avons vu une

3 II opportunité de faire une contribution et avons identifié une méthodologie de travail que nous souhaitions tester. Une opportunité de participer au projet HEC Campus Durable, sur le campus de l École de gestion HEC Montréal, s est alors présentée. Nous avons décidé de saisir l occasion et de nous joindre au projet dans le cadre de ce mémoire et d y effectuer une recherche-action permettant à la chercheure de tenir un double rôle de chercheur et d acteur ainsi qu une double contribution à la pratique (au projet) et à la théorie. Le processus cyclique de la recherche-action a été suivi tout en y imbriquant notre méthodologie de travail initiale issue de la revue de la littérature, combinant le Sustainable Management System (SMS) et le cycle de l intelligence d affaires. Nous avons passé 11 mois sur le terrain à observer ainsi qu à participer en tant que membre du comité de pilotage du projet d avril 2006 à mars Plusieurs sources d'information ont été utilisées lors de la collecte de données (documents, observations participantes et entrevues semi-structurées). Parmi les contributions de notre recherche pour la théorie, nous soulignons : (1) la principale contribution de ce mémoire est la proposition d une méthodologie de travail combinant un système de gestion du développement durable et un cycle d intelligence d affaires (une telle méthodologie était absente de la littérature jusqu au moment de l écriture de ce mémoire); (2) les résultats de cette étude permettront de faire un lien entre deux domaines de recherche (l intelligence d affaires et le développement durable), qui jusqu ici, est quasi inexistant; (3) cette recherche contribuera également à enrichir la littérature de la recherche-action et des technologies de l information; (4) finalement, l approche méthodologique utilisée dans cette recherche a documenté de façon exhaustive les critères de validation d une recherche de cette nature. Concernant les apports pour la pratique, les principales contributions de ce mémoire furent : (1) la proposition d une méthodologie de travail tel que mentionné ci-haut; (2) la proposition d un tableau de synthèse des principaux instruments recensés qui pourrait être utilisé dans des cours de gestion ou dans la pratique; (3) la bonification du Chapitre du savoir du CTEDC; et (4) la proposition d une sélection d indicateurs pour l élaboration d un prototype de tableau de bord informatisé.

4 III Remerciements La réalisation de ce mémoire a été toute une aventure, pleine de rebondissements. Celle-ci n aurait pas pu se faire sans la collaboration, l enthousiasme et la patience de plusieurs individus. Je voudrais tout d abord remercier ma directrice, Marlei Pozzebon qui m a permis de me joindre à son projet «Les technologies de l information et la responsabilité sociale». Notre rencontre m a permis de connaître une personne extraordinaire, patiente et passionnée. De plus, le projet m a permis d allier deux sujets qui me sont chers, soit le développement durable et l intelligence d affaires, ce que je n aurais pas cru possible dans le cadre d un mémoire de maîtrise. Par la suite, je souhaite remercier tous les participants et collaborateurs, de près ou de loin, au projet Campus Durable (professeurs, étudiants, employés, membres de la direction) avec qui j ai pu collaborer durant ces 11 mois de participation au projet HEC Campus Durable et de collecte de données. Tous ces gens ont cru et porté le projet Campus Durable, et ce, bénévolement. Je tenais à avoir une pensée particulière pour les trois coordonnateurs qui ont pris le flambeau tour à tour et avec qui j ai eu la chance de collaborer, Cédric, Céline et Pierre, pour leur patience, temps et efforts mis dans le projet. Je souhaite également remercier les lecteurs de ce mémoire, pour avoir accepté de lire les fruits de deux années de travail, et pour avoir participé à leur manière en fournissant leurs commentaires et corrections. Je termine par remercier, à l avance, tous ceux qui vont lire ce document en espérant qu il puisse inspirer des étudiants à poursuivre la recherche, qu il puisse être utilisé comme outil dans un projet Campus Durable ou dans l élaboration d un projet de développement durable dans une organisation. Je termine par vous souhaiter une bonne lecture!

5 IV Table des matières SOMMAIRE...I REMERCIEMENTS...III TABLE DES MATIÈRES...IV LISTE DES TABLEAUX...VI LISTE DES FIGURES...VIII LISTE D ABRÉVIATIONS ET DE SIGLES...IX CHAPITRE 1 : INTRODUCTION MISE EN CONTEXTE QUESTION ET OBJECTIFS DE LA PRÉSENTE RECHERCHE Contributions STRUCTURE DU MÉMOIRE... 9 CHAPITRE 2 : REVUE DE LA LITTÉRATURE DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS LES ORGANISATIONS Les instruments Mise sur pied de processus et de systèmes de gestion Instrument spécifique aux campus universitaires L INTELLIGENCE D AFFAIRES Le cycle de l intelligence d affaires Les approches en intelligence d affaires Les types d applications IA et les tableaux de bord LE TABLEAU DE BORD POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE MÉTHODOLOGIE POUR UN PROJET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHAPITRE 3 : MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE CHOIX DE L APPROCHE MÉTHODOLOGIE : LA RECHERCHE-ACTION LE PROCESSUS CYCLIQUE DE LA RECHERCHE-ACTION CANONIQUE Étape 1 : Poser un diagnostic Étape 2 : Élaborer le plan d action Étape 3 : Exécuter le plan d action Étape 4 : Évaluation Étape 5 : Apprentissage PRINCIPES QUI GUIDENT LA RECHERCHE-ACTION SÉLECTION DU CAS ET JUSTIFICATION COLLECTE DE DONNÉES ET PARTICIPANTS Protocole de recherche ANALYSE DE DONNÉES CHAPITRE 4 : LE PROJET HEC CAMPUS DURABLE HEC MONTRÉAL LE PROJET HEC CAMPUS DURABLE LE PROJET À TRAVERS LE CYCLE DE LA RECHERCHE-ACTION Étape 1 de la recherche-action : Poser un diagnostic Étape 2 de la recherche-action : Élaborer le plan d action Étape 3 de la recherche-action : Exécuter le plan d action Étape 4 de la recherche-action : Évaluation Étape 5 de la recherche-action : Apprentissage

6 V CHAPITRE 5 : ANALYSE DES DONNÉES ET DISCUSSIONS MISE EN CONTEXTE APPROCHE DE L ANALYSE BARRIÈRES Barrières organisationnelles Barrières informationnelles Barrières technologiques OPPORTUNITÉS Opportunités directement reliées au développement d un tableau de bord Opportunités à portée plus large changement de culture LE RÔLE DU TABLEAU DE BORD LA MÉTHODOLOGIE FINALE Phase 1 : Élaborer un plan stratégique pour le développement durable Phase 2 : Établir les objectifs et cibles à atteindre (incluant le cycle de l intelligence d affaires) Phase 3 : Établir un plan d action Phase 4 : Exécuter le plan d action Phase 5 : Évaluer les résultats et réajuster CHAPITRE 6 : CONCLUSION CONTRIBUTIONS DE LA RECHERCHE Contributions pour la pratique Contributions pour la théorie VALIDATION DES PRINCIPES DE LA RECHERCHE-ACTION Principe de l entente entre la chercheure et le client Principe du processus cyclique Principe de la théorie Principe du changement à travers l action Principe de l apprentissage à travers la réflexion LIMITES DE L ÉTUDE PISTES POUR RECHERCHES FUTURES BIBLIOGRAPHIE ANNEXES

7 VI Liste des tableaux Tableau 1 : Principales normes de la famille ISO Tableau 2 : Quelques statistiques sur la certification SA8000 (2008) Tableau 3 : Quelques statistiques des rapports annuels 2007 tous pays confondus (GRI, 2008c) Tableau 4 : Quelques statistiques des rapports annuels 2007 Canada seulement (GRI, 2008c) Tableau 5 : Tableau synthèse des instruments Tableau 6 : Résumé du G3 GRI (GRI, 2008a) Tableau 7 : Résumé de l approche AA Tableau 8 : Tableau synthèse du CTEDC Tableau 9 : Tableau inspiré des approches identifiées par Petrini et Pozzebon (2009a) dans la littérature de l intelligence d affaires Tableau 10 : Les diverses formes de recherche-action par type de processus (Baskerville et Wood- Harper, 1998; Davison et al, 2004; Mathiassen et Nielsen, 2002) Tableau 11 : Résumé de la liste des rencontres avec les différents comités Tableau 12 : Liste d entrevues effectuées par la chercheure Tableau 13 : Entrevues effectuées par d autres membres du comité Campus Durable Tableau 14 : Principaux rôles des parties prenantes internes en début de projet Tableau 15 : Résumé des étapes clés dans le projet HEC Campus Durable lors de la participation de la chercheure Tableau 16 : Tableau illustrant les différentes étapes et phases utilisées dans le cadre du projet de recherche Tableau 17 : Exemples d initiatives recensées à HEC Montréal Tableau 18 : Liste des principaux systèmes HEC Montréal Tableau 19 : Résumé des deux niveaux de diagnostic Tableau 20 : Résumé des deux niveaux du plan d action Tableau 21 : Exemple d indicateur semblant vouloir écarter les entreprises de la recherche Tableau 22 : Résultats de l inventaire du CTEDC, Corporate Knights, Beyond Grey Pinstripes et Rapport d activités de la recherche Tableau 23 : Liste d indicateurs ajoutés... 95

8 VII Tableau 24 : Liste d indicateurs sélectionné par le comité indicateur et approuvé par le comité de pilotage Tableau 25 : L échantillon des dix indicateurs ainsi que les propriétaires présumés Tableau 26 : Rappel de la liste des propriétaires d information directement rencontrés par la chercheure Tableau 27 : Rappel de la liste des propriétaires d information rencontrés par d autres membres du comité Tableau 28 : Tableau synthèse des résultats de la collecte d information pour fins de calculs des indicateurs Tableau 29 : Principales phases de la méthodologie initiale vs méthodologie finale Tableau 30 : Critères du principe de l entente entre la chercheure et le client Tableau 31 : Critères du principe du processus cyclique appliqués au projet HEC Campus Durable Tableau 32 : Critères du principe de la théorie appliqués au projet HEC Campus Durable Tableau 33 : Critères du principe du changement à travers l action appliqués au projet HEC Campus Durable Tableau 34 : Critères du principe de l apprentissage à travers la réflexion appliqués au projet HEC Campus Durable

9 VIII Liste des figures Figure 1 : Les trois dimensions du développement durable Figure 2 : GRI Reporting Framework (GRI, 2008a) Figure 3 : Cadre de travail proposé par AA1000 (AccountAbility, 2008) Figure 4 : Illustration du CTEDC (Coalition Jeunesse Sierra, 2006) Figure 5 : Illustration du concept de Balanced Scorecard (BSC) de Kaplan et Norton (1996) Figure 6 : Méthodologie initiale proposée et issue de la synthèse de la revue de littérature Figure 7 : Processus cyclique de la recherche-action Figure 8 : Ligne de vie de la participation de la chercheure au projet HEC Campus Durable Figure 9 : Représentation graphique de l imbrication des cycles Figure 10 : Rappel de la méthodologie initiale Figure 11 : Proposition de structure pour le comité HEC Campus Durable Figure 12 : Illustration de la relation entre les barrières organisationnelles Figure 13 : Modèle conceptuel de l IA de Petrini et Pozzebon (2009b) Figure 14 : Illustration de la relation perçue entre les barrières informationnelles Figure 15 : Méthodologie de travail finale pour le développement durable

10 IX Liste d abréviations et de sigles Voici une liste d abréviations et de sigles utilisés dans le cadre de ce travail de recherche. Cette liste contient des expressions à la fois en français et en anglais. AA BI BSC CERES CJS CSAF CSR CTEDC DD EIS EMS EMAS ERP GRI IA ISO LEED MBA M.Sc. AccountAbility Business intelligence Balanced Scorecard Coalition for Environmentally Responsible Economies Coalition Jeunesse Sierra Campus Sustainability Assessment Framework Corporate social responsibility Cadre de Travail pour l Évaluation de la Durabilité du Campus Développement durable Executive Information Systems Environmental Management System Eco-Management and Audit Scheme Enterprise Resource Planning Global Reporting Initiative Intelligence d affaires International Organization for Standardization Leadership in Energy and Environmental Design Master of Business Administration Maîtrise ès sciences de la gestion

11 X NA Nb NGO OSBL OVAR SAI SMS SBSC TBL TI SAAS SBSC SI UNEP 3BL Non applicable Nombre Non-governmental organization Organisation sans but lucratif Objectifs et variables d'action Social Accountability International Sustainability Management System Sustainable Balanced Scorecard Triple Bottom Line Technologies de l information Social Accountability Accreditation Services Sustainable Balanced Scorecard Système d informations United Nations Environment Programme Triple bottom line

12 Chapitre 1 : Introduction 1.1 Mise en contexte Depuis quelques années, on sent la préoccupation des scientifiques par rapport aux changements climatiques (Reeves et Lenoir, 2003 ; Boyd, 2004), les médias parlent sans relâche du réchauffement de la planète, de la crise de l énergie et de l eau, de la pollution et du protocole de Kyoto pour ne nommer que ceux-ci. Les reportages et documentaires sur le sujet abondent (Guggenheim, 2006; Conners et Conners Paterson, 2007; Radio-Canada, 2006). D un autre côté, les sociologues et psychologues évoquent les problèmes reliés à la société occidentale actuelle et les conséquences de la mondialisation tels les mauvaises conditions de la main-d œuvre dans les pays sous-développés (Radin et Calkins, 2006), la conciliation familletravail, l épuisement professionnel, etc. (Brun et Lamarche, 2006). Historiquement, l économie et l appât du gain l ont souvent emporté au détriment des ressources naturelles et sociales. Cependant, depuis quelques années, un mouvement pro-développement durable se dessine et ne se limite désormais plus aux écologistes, environnementalistes ou scientifiques, mais s étend maintenant à la population dans son ensemble. Devant l évidence, l être humain se doit de passer en mode survie afin d assurer la pérennité de son espèce. Cette prise de conscience fait également ses premiers balbutiements dans certaines entreprises qui commencent à intégrer les dimensions sociales et environnementales dans leur bilan d entreprise. Très peu d entreprises peuvent cependant se targuer d être ou de se qualifier d entreprises dites durables. De plus, comme les outils et critères pour mesurer la durabilité des entreprises n en sont qu à leurs débuts, cela rend la tâche d autant plus ardue. Par développement durable, nous entendons l amélioration des conditions actuelles d existence des êtres humains tout en respectant les limites des écosystèmes et en tenant compte des générations futures. Ceci englobe trois dimensions principales : les dimensions

13 2 sociale, environnementale et économique (WCED, 1987; Clugston et Calder, 1999; Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs Québec, 2006). Comme vous l avez probablement constaté, il semble y avoir une vague d intérêt et de préoccupation grandissante envers le développement durable qui déferle actuellement à travers la planète. Cette vague touche les différentes sphères de la société (MBA, 2006; ISO, 2008). Elle touche le grand public, vous et moi qui pouvons poser des petits gestes concrets dans le quotidien comme recycler davantage, acheter localement. Elle touche les investisseurs qui recherchent de plus en plus à investir dans des fonds verts ou dans des entreprises socialement responsables. Elle touche aussi les gouvernements qui créent les législations dans le but de protéger l environnement et les gens, mais doivent également gérer les demandes des entreprises et industries dont le lobby souhaite tout sauf diminuer les profits. Les entreprises ne sont pas épargnées, celles-ci subissent des pressions à la fois de leurs clients qui font la demande de produits éthiques et biologiques ainsi que de leurs employés et du gouvernement pour devenir socialement responsables. Finalement, les institutions académiques, étant le berceau de la production et diffusion de la connaissance et formant les citoyens et les gestionnaires de demain, se doivent d intégrer le développement durable à travers leurs enseignements. Dans le cadre de cette étude, nous nous sommes intéressés au développement durable dans les organisations, avec une attention particulière aux institutions académiques. Depuis une dizaine d années, l intérêt pour le développement durable dans les entreprises ne cesse de croître pour diverses raisons : raisons d image ou de relations publiques, dans le but de devenir une entreprise citoyenne responsable, augmenter le bien-être des employés, etc. Selon Bob Willard (2005), peu importe la raison pour laquelle les entreprises s engagent dans la voie durable, le fait même d augmenter la durabilité de leur entreprise est bon en soi. Voici quelques exemples d entreprises québécoises ayant développé un programme de développement durable : Alcan (maintenant Rio Tinto), IBM, Desjardins et Hydro-Québec pour n en nommer que celles-ci. D un autre coté, on retrouve des entreprises qui depuis leurs premiers jours d existence ont le développement durable à cœur. Quelques exemples

14 3 d entreprises durables dès leurs premiers jours sont Cascades, Ben & Jerry et The Body Shop (Willard, 2005). Pour supporter les entreprises dans leur démarche, plusieurs standards, indicateurs, codes de conduite et déclarations de principes ont émergé dans le but de mettre en œuvre, soutenir et mesurer l implication des entreprises au niveau de la responsabilité sociale. ISO 14001, LEED, AA1000, Global Compact, Global Reporting Initiative en sont quelques exemples. Si ces expressions vous sont familières, vous allez alors vous retrouver facilement dans ce qui suit. Dans le cas contraire, elles seront brièvement expliquées dans les sections qui suivent. Les normes les plus connues en Amérique du Nord sont sans doute les normes ISO de l International Standardisation for Organisation et la norme Leadership in Energy and Environmental Design (LEED). On retrouve des normes équivalentes en Europe. D autres initiatives, comme le Global Reporting Initiative (GRI), invitent les entreprises à la transparence dans la divulgation de leurs résultats financiers en ajoutant des informations relatives à leur durabilité. Bien qu il existe plusieurs normes, guides et principes, un nombre restreint de ceux-ci couvre les trois dimensions principales du développement durable (sociale, économique, environnementale). En fait, selon nos recherches, nous n avons recensé qu un seul standard international soit l AA1000 (standard européen) et deux déclarations de principes soit le GRI et le Global Compact, qui couvrent les trois dimensions du développement durable. Ces outils, standards, indicateurs, codes de conduite et déclarations de principes sont utiles lorsqu une entreprise souhaite faire un bilan et améliorer sa durabilité. Cependant, afin d être en mesure de concevoir et d éventuellement implanter un programme de développement durable, les entreprises ont besoin d une méthodologie. Nous avons recensé deux types de méthodologie dans la littérature soit le Environmental Management System (EMS) qui fait partie de la famille ISO, plus particulièrement ISO (McDonach et Yaneske, 2002) ainsi que le Sustainable Management System (SMS) (McElhaney, Toffel et Hill, 2004) qui est

15 4 l extension de l EMS (qui couvre la dimension environnementale seulement) couvrant les trois dimensions du développement durable. Finalement, pour ce qui est des campus universitaires, au moment de l étude nous n avons pas été en mesure de recenser de méthodologie qui soutienne le développement d un programme de développement durable dans les campus universitaires canadiens. Cependant, nous avons identifié un outil d évaluation couvrant les trois dimensions s intitulant : «Cadre de Travail pour l Évaluation de la Durabilité sur les Campus» (CTEDC). Le CTEDC est promu par la Coalition Jeunesse Sierra et est utilisé par plusieurs campus universitaires canadiens pour l évaluation de la durabilité de leur campus (Coalition Jeunesse Sierra, 2006). Le CTEDC est présenté comme une trousse de collecte d information comprenant des indicateurs et des trucs pour la collecte d information dans le but de faire un rapport faisant état de la situation au niveau de la durabilité du campus. En fait, il encourage la divulgation des résultats de cette évaluation dans un rapport qui est généralement rendu public (Cole, 2003). À certains égards, on pourrait comparer le CTEDC au GRI. Bien que le CTEDC soit utilisé par plusieurs universités, c est un outil qui demeure un outil d évaluation et de publication de résultats, car celui-ci ne propose pas d étapes ou de méthodologie pour le développement et la mise en œuvre d initiatives de développement durable. D autre part, des systèmes d information (SI) sont mis en place pour supporter les entreprises dans la recherche d efficacité et intégration de leurs processus principaux (Bieker, Dyllick, Gminder et Hockerts, 2001). En ce sens, plusieurs types de systèmes d information, tels que des systèmes de nature transactionnels comme les progiciels de gestion intégrée ou ERP (Markus et Tanis, 2000) et les systèmes analytiques comme les systèmes d intelligence d affaires (Petrini et Pozzebon, 2009a) sont de plus en plus populaires et ont été implantés dans plusieurs entreprises contemporaines partout dans le monde. Cependant, selon Bieker et al (2001), les programmes de gestion de la qualité, de l environnement ainsi que de la gestion de la responsabilité sociale ne sont généralement pas intégrés dans les processus

16 5 d affaires principaux. Non seulement ne sont-ils pas intégrés dans les processus, ils ne semblent pas intégrés dans les systèmes. On retrouve plutôt des solutions de type «add-on» qui sont ajoutées séparément. Intégrer des données reliées à l environnement, le bien-être des employés ainsi qu à l éthique peut être un défi, car elles ne sont pas présentes ou facilement mesurables dans l entreprise. Par exemple, ceci peut sembler anodin, mais plusieurs entreprises québécoises ne sont pas en mesure de déterminer la quantité d eau qu elles utilisent en une année, car elles ne possèdent pas de compteurs d eau. À cet effet, la Ville de Montréal annonçait en novembre 2007 qu elle installerait des compteurs d eau dans les industries, commerces, ainsi que dans les institutions dans les cinq prochaines années (Ville de Montréal, 2007). Ceci n est qu un exemple. Alors, vous pouvez imaginer le travail considérable nécessaire afin de pouvoir évaluer la durabilité d une entreprise. Cette problématique nous a amenés à nous intéresser au développement d une solution d intelligence d affaires dans le cadre d un projet de développement durable. Une opportunité de participer au projet HEC Campus Durable 1, sur le campus de l École de gestion HEC Montréal, s est présentée. Ce projet a été initié vers la fin de l année 2005 par un groupe d étudiants. Ces étudiants ont identifié et ont invité des membres du corps professoral ainsi que des membres du personnel à les joindre dans cette aventure qui avait pour but de faire l évaluation de la durabilité du campus. Suite à cette évaluation, des objectifs à court et à long terme seraient mis en place pour améliorer la durabilité du campus. Finalement, lorsque nécessaires, des actions concrètes seraient posées pour corriger le tir afin d atteindre les objectifs fixés. Nous avons donc décidé de saisir l occasion et de participer au projet HEC Campus Durable dans le cadre de ce travail de recherche et d y effectuer une rechercheaction. La recherche-action a permis à la chercheure de tenir un double rôle de chercheur et d acteur. De plus, cette méthodologie permet une double contribution, 1 Dans ce mémoire, lorsque l on fait référence au projet HEC Campus Durable, nous nous référons au projet auquel la chercheure s est jointe. Par contre, lorsqu on fait référence au tableau de bord informatisé, on fait référence au projet de recherche de la chercheure. Cette nuance est importante, car certaines actions posées dans le projet ont eu incidence sur le projet de recherche.

17 6 au niveau du projet HEC Campus Durable ainsi qu une contribution au niveau de l avancement de la littérature. Bien que notre solution s applique au contexte universitaire, notre intérêt dans le cadre de cette recherche fut de proposer une solution qui puisse être utilisée par tout type d organisation. Depuis quelques années, plusieurs universités québécoises soit l Université Concordia, l Université McGill, l UQAM et l Université de Sherbrooke se sont intéressées au développement durable et ont décidé d évaluer l une ou plusieurs dimensions du développement durable. Par exemple, dans un premier temps, McGill s est concentrée sur un aspect précis de la dimension environnementale, soit le recyclage. Toutefois, une seule de ces universités a effectué l évaluation complète soit l Université Concordia (Campus Durables, 2006). Cette évaluation fut faite de façon manuelle, c'est-à-dire que les informations ont été collectées manuellement sur le campus et sont conservées sur des supports papier ou des fichiers informatiques. Ce qui signifie que lorsqu il est temps de refaire l évaluation afin pour évaluer si l on a atteint les objectifs fixés, ceci nécessite de reprendre les calculs de la dernière version et d actualiser de façon manuelle. De notre côté, pour le projet HEC Campus Durable, notre objectif initial était de mettre au point un prototype d un tableau de bord informatisé permettant de saisir les résultats de l évaluation par indicateur. Ce prototype permettrait un accès, sur demande, aux informations sur les indicateurs. Une lecture sur demande permettrait de pouvoir rapidement vérifier la progression vers l atteinte d objectifs. De plus, ceci faciliterait grandement la maintenance de l information ainsi que la comparaison entre les résultats d une année à l autre, car les informations seraient stockées dans un système informatique et accessible via un outil analytique. À ce jour, il existe une littérature abondante sur le sujet du développement durable dans les organisations ainsi que sur les divers outils, standards, déclarations de principes. Cependant, le sujet du développement durable sur les campus universitaires canadiens est en pleine évolution et il existe encore peu d articles sur le sujet. Du côté des systèmes d intelligence d affaires, il existe aussi peu de

18 7 littérature académique sur le sujet, cependant, on retrouve une littérature abondante sur les tableaux de bord de performance dans la pratique. Finalement, la littérature qui lie ces deux sujets est presque inexistante. En effet, le seul lien recensé dans la littérature concerne les tableaux de bord de performance pour le développement durable, les Sustainable Balanced Scorecard (SBSC) (Pozzebon, Arroyo et Fleury, 2009). 1.2 Question et objectifs de la présente recherche L objectif de la présente étude est de mieux comprendre le rôle du développement d une solution d intelligence d affaires, plus précisément d un tableau de bord informatisé, dans le cadre de l élaboration d un programme de développement durable sur un campus universitaire. Ceci nous amène à formuler la question de recherche suivante : «Quel est le rôle du développement d un tableau de bord informatisé dans l élaboration d un programme de développement durable?» Pour répondre à cette question, nous tenterons de : Contribuer au développement d un programme de développement durable à HEC Montréal à travers l élaboration d un prototype de tableau de bord informatisé intégrant les trois dimensions économique, environnementale et sociale. Proposer une méthodologie de travail pour développer un prototype de tableau de bord pour soutenir le développement durable dans une organisation.

19 Contributions Nous croyons que la présente étude puisse contribuer tant à la pratique qu à la recherche. Les résultats de la présente recherche peuvent s avérer importants pour la pratique pour trois raisons. En premier lieu, un prototype de tableau de bord informatisé dans le cadre d un projet Campus Durable pour un campus universitaire canadien, au moment de l étude aurait été une première. Nous n avons pas été en mesure de trouver d université ou d école de gestion canadienne ayant élaboré un tableau de bord informatisé lui permettant d avoir un aperçu global, sur demande, de la durabilité de leur campus afin de pouvoir poser un diagnostic quasi instantanément et d agir lorsque nécessaire afin de s assurer de l alignement aux cibles établies. La majorité des universités recensées effectuaient un diagnostic au mieux aux années et dans certains cas, espaçaient les évaluations tous les trois ans. Ceci est principalement dû à l ampleur de la tâche en termes de ressources matérielles et en termes de temps. L exemple de l Université Concordia est éloquent. Le premier rapport sur la durabilité du campus publié en 2003 a nécessité un an de travail, 100,000$ et l implication d environ 100 personnes (Campus Durables, 2006). Un système d information soutenant le processus d évaluation permettrait d alléger celui-ci permettant des évaluations plus rapprochées. En second lieu, la version du Cadre de Travail pour l Évaluation de la Durabilité sur les Campus (CTEDC) utilisée ne comprenait pas de méthodologie pour développer un programme de développement durable. Alors, dans le cadre de notre recherche nous avons conclu qu il y aurait une valeur ajoutée de proposer une méthodologie pour soutenir cet outil. En dernier lieu, nous avons évalué les opportunités et défis que posent l élaboration d un tableau de bord informatisé pour le développement durable qui pourra servir aux campus ou autres organisations souhaitant élaborer un programme de

20 9 développement durable. Nous espérons que notre expérience puisse servir à d autres organisations qui souhaitent s investir dans une telle aventure. En ce qui concerne la recherche, les résultats de notre étude permettront de faire le lien entre deux domaines de recherche soit l intelligence d affaires ainsi que le développement durable, qui jusqu ici, selon notre revue de la littérature est quasi inexistant ou assez mince. 1.3 Structure du mémoire Ce mémoire est composé de six chapitres. Le chapitre suivant (deuxième chapitre) fait état des connaissances théoriques à ce jour et est divisé en trois sections. La première section traite du développement durable dans les organisations, la deuxième porte sur le thème de l intelligence d affaires et finalement, la troisième fait état des connaissances qui relient les deux premiers thèmes, soit les tableaux de bords pour le développement durable. Le troisième chapitre présente et explique les choix méthodologiques utilisés dans le cadre de cette recherche. Le quatrième chapitre porte sur une description détaillée du cas à l étude : le projet HEC Campus Durable à travers le cycle de vie de la recherche-action. Le cinquième chapitre décrit en détail l analyse des données et traite des résultats obtenus. Finalement, le dernier chapitre présente les principales conclusions, contributions et limites de cette étude ainsi que les implications pour de futures recherches.

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015 On a changé de Programme de Bourse Émérite de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX Édition 2015 Ces informations sont également disponibles sur le site

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche.

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche. Le financement de la recherche communautaire Ce document contient des informations concernant le processus de demande de fonds. La première section décrit les principales étapes de ce processus et donne

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Il me fait plaisir de confirmer que la Chaire en assurance L Industrielle-Alliance de l Université Laval a répondu favorablement à l invitation

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

UNE NOUVELLE CHRONIQUE SUR LA GESTION ENVIRONNEMENTALE

UNE NOUVELLE CHRONIQUE SUR LA GESTION ENVIRONNEMENTALE Numéro 5, 1 er octobre 2004 SOMMAIRE Une nouvelle chronique sur la gestion environnementale. L innovation et le développement de produits dans les entreprises de fabrication. Recylages Transpneu adopte

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

L'EXERCICE DU LEADERSHIP

L'EXERCICE DU LEADERSHIP L'EXERCICE DU LEADERSHIP Enjeu 9 Édition Chargée de projet : Line Blackburn Rédaction : Line Blackburn et Stéphanie Bonaventure Édition : Guylaine Boucher Mise en page : Patricia Gaury Révision linguistique

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques.

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques. Cet ouvrage s inscrit dans le cadre d une problématique globale portant sur l amélioration de la qualité du logiciel pour des organismes qui ont atteint un certain niveau de maturité. Il cherche à rapprocher

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Politique de données ouvertes

Politique de données ouvertes Politique de données ouvertes 1 MOT DU MAIRE ET DU VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ EXÉCUTIF Montréal aspire à devenir un chef de file mondialement reconnu parmi les villes intelligentes et numériques. Pour atteindre

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2013-2015

Plan d action de développement durable 2013-2015 Plan d action de développement durable 2013-2015 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux Le contenu de cette publication a été rédigé et édité par l INESSS. Ce

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

GESTION DE LA PERFORMANCE

GESTION DE LA PERFORMANCE GESTION DE LA PERFORMANCE RÉDUISEZ L'ÉCART ENTRE VOTRE STRATÉGIE ET SON EXÉCUTION GESTION PERFORMANCE GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES HUMAINES gestion PerformAnce GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

Collection Ressources humaines. Guide pour la GPEC. 4 e édition. Françoise Kerlan. Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Collection Ressources humaines. Guide pour la GPEC. 4 e édition. Françoise Kerlan. Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Collection Ressources humaines Françoise Kerlan Guide pour la GPEC 4 e édition Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Collection Ressources humaines 55292_kerlan_202.indd 1 155 x 240 mm

Plus en détail

Comment devenir coach

Comment devenir coach Alain Cardon Comment devenir coach Fondamentaux, outils et techniques, 2008 ISBN : 978-2-212-54122-9 Introduction Depuis maintenant quinze ans, le coaching s insère dans toutes les dimensions de nos vies

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude Département d Économie de l École Polytechnique / Club DD AFIC Éditorial Chercheurs ayant

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail