Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003"

Transcription

1 Diarrhée à Rotavirus 1

2 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale, eau/aliments ( et respiratoire?? ) Per-annuel (PED); hivernal (Europe, US) Virus stable dans l environnement Excrété en grande Q dans selles de sujets infectés Touche également animaux (veaux) Immunité de souche : espoirs de vaccin? 2

3 Épidémiologie (suite) Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant cause décès de enfants / an dans monde (surtout les PED) 5% des décès toutes causes des nfants < 5 ans 30-65% des diarrhées hospitalisés, pic fréquene = 4 24 mois Nbreux types de rotav distribués dans la nature notamment animaux 3

4 4

5 Rotavirus : Clinique Tabl. non spécifique : D à RV non distinguable de D d autres causes Incubation courte 1-3j ; Début brutal Vomissements sont souvent le 1er symptôme (précèdent la D) Diarrhée aiguë aqueuse (selles à odeur laiteuse? ) Intensité très variable, modérée à moyenne Importante et grave sur terrain de malnutrition 5

6 Rotavirus : Clinique Tabl. non spécifique : en plus de la diarrhée Fièvre modérée Douleurs abdominales Pertes liquides importantes possibles Importance des vomissements imposent parfois la voie IV Déshydratation est la conséquence, avec tr. ioniques + acidose Durée moy. 6 j (extr. 2 23j ) 6

7 Rotavirus : Physiopathologie Physiopath : Dose infectante faible : virus Cellule cible = entérocyte jéjuno-iléon (ni estomac ni colon) Lésion fonctionnelle de l entérocyte : perturbation de la digestion des sucres mort de l entérocyte Excrétion fécale R: forte (10 10 /ml) et durable ( >1mois AP guérison) 7

8 Rotavirus : Immunité Immunité limitée au sérotype infectant : IgG, IgM, IgA Plusieurs types d AC sécrétés pas tous protecteurs Infections répétées: sévérité va en ; adultes finalement immunisés Rôle de l Immunité cellulaire mal connu Nouveau-nés protégés par AC maternels et AC du lait De ces données découlent recherche de vaccin 8

9 Rotavirus : le virus 1973 identifié en microscopie électron.sur biopsie jéjunale Fam reoviridae; virus à RNA; double capside ronde (rota) diamètre nm Différents sous groupes et sérotypes, groupe A le plus fréquent chez l humain Pas de traitt antiviral spécifique 9

10 Rotavirus dans entérocytes, inf expérimentale de la souris, color. PAS/bleu alcian rotavirus/pathology.htm. 10

11 Rotavirus - Diagnostic Sérologie peu utile (sous types trop nombreux ) Détection d AG (ELISA, Latex) : sens/spécif (S/S) 90/95%, inconvénient = coût Électrophorèse (gel de polyacrylamide) S/S %, + facile, moins cher, accessible à PED Diagnostic / microscopie électronique non réalisable sur le terrain PCR très utile dans pays riches 11

12 Vaccin anti-rotavirus 1. Vaccin US «Rotashield» autorisé 1998 par FDA 3 injections à 2, 4 et 6 mois ; près de 1 M d enfants vaccinés Efficacité : 50-60% s/ Diarrhée ; 70-90% s/d sévères effet II aire : invagination intestinale (incid 1/ vaccinés) retrait aux USA 1999 arrêt des programmes dans PED (Bengladesh, Inde, Ghana) effet désastreux sur la mortalité infantile reprise de la commercialisation USA après ré-analyse données 12

13 13

14 2005 : nouveaux vaccins nouvel espoir 2 vaccins vivants atténués, per os, intégration possible à EPI 1. Rotatrix (GSK) : monovalent de RotaV d origine humaine fonctionne comme polio oral : réplication virale dans l intestin 2. Rotateq (Merck) : pentavalent, virus bovin Efficacité / sécurité : tests sur > enfants US, Finland forme sévère de D à rotav 85% (1) à 98% (2) hospitalisation 1-12 mois de 63% Invagination intestinale = idem à placebo Problème : prix : accessible pour PED?? 14

15 Rotavirus en Asie Réseau de surveillance : 36 hôpitaux dans 9 pays Chine, HKong, Corée, Taiwan, Vietnam, Myanmar, Thailand, Malaysia, Indonesia Diarrhées chez enfants < 5 ans nécessitant hospitalisation 45% sont dues à RotaV RotaV isolés dans tous les sites tout au long de l année 15

16 Rotavirus au Vietnam: Surveillance Nguyen Van Man, Nguyen Van Trang et al. Nat Institute Hygiene Epidemiol Hanoi Vn. > enfants < 5 ans admis à l hôpital pour D Étude multicentrique (Hanoi, Haiphong, HCMC, Khanh Hoa) Recherche systématique de RotaV Résultat : 55% positifs (range 40 63%) = taux très élevé! Peu de variation quant aux souches testées (génotypage) Épidémiologie générale similaire à celle des pays développés Pic de fréquence = mois: rare AV 6 mo et AP 24 mo Peu d infections mixtes (Rota + autre germe) (fréquentes dans autres PED) 16

17 Rotavirus au Vietnam: Surveillance Nguyen Van Man, Nguyen Van Trang et al. Nat Institute Hygiene Epidemiol Hanoi Vn. Place du RotaV dans les diarrhées infantiles au Vietnam ( estimations ) 1 épisode diarrhéique / 2 chez l enfant < 5 ans est du à RotaV. N recours au soins ( pharmacie, clin. privée, hôpital ) = /an N hospitalisations = / an Décès : / an 17

Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques. XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015

Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques. XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015 Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015 ROTAVIRUS 450.000-700.000 décès/an surtout très jeunes enfants Type Rotarix (GSK) RV1 monovalent

Plus en détail

Infections par les Rotavirus

Infections par les Rotavirus CBP Infections par les Rotavirus 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières Objectifs

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre les rotavirus des nourrissons de moins de 6 mois 28 mai 2010 En décembre 2006, le Conseil supérieur d hygiène publique de France (CSHPF) a recommandé, au regard de

Plus en détail

Rotarix 15/12/2014. Désignation de la spécialité pharmaceutique (nom commercial/ dosage/ forme/ présentation)

Rotarix 15/12/2014. Désignation de la spécialité pharmaceutique (nom commercial/ dosage/ forme/ présentation) Désignation de la spécialité pharmaceutique (nom commercial/ dosage/ forme/ présentation) Rotarix / Rotavirus humain, souche RIX4414 (vivante, atténuée) 10 Suspension buvable / B/1 dose 6.0 DICC 50 / Dénomination(s)

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche!

Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche! Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche! Faculté de médecine vétérinaire Karine Sonzogni-Desautels, DMV, MSc Étudiante au PhD en parasitologie Laboratoire

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Gestion d épidémies Norovirus et Influenza

Gestion d épidémies Norovirus et Influenza Gestion d épidémies Norovirus et Influenza Ch. Laurent CHR Sambre et Meuse-Site Meuse Mesures en cas d épidémie Identification rapide d un possible phénomène épidémique Equipe soignante (Microbiologie,

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE. (séances du 22 septembre et du 05 décembre 2006)

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE. (séances du 22 septembre et du 05 décembre 2006) MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES Relatif à la vaccination anti-rotavirus chez

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Email : cpav@wanadoo.fr/cpav@medical78.com Web: www.nat78.com

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT ROTARIX. Vaccin oral à rotavirus humain vivant, atténué. Suspension orale. Agent d immunisation active

MONOGRAPHIE DE PRODUIT ROTARIX. Vaccin oral à rotavirus humain vivant, atténué. Suspension orale. Agent d immunisation active MONOGRAPHIE DE PRODUIT ROTARIX Vaccin oral à rotavirus humain vivant, atténué Suspension orale Agent d immunisation active GlaxoSmithKline Inc. 7333 Mississauga Road Mississauga (Ontario) L5N 6L4 Date

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

DIARRHEES: définition

DIARRHEES: définition DIARRHEES: définition CARACTERISTIQUES Poids Fréquence Consistance Durée > 200 g/j > 3x/j (n: 3x/sem-3x/j) liquides Aiguë: < 7-14 j Chronique: > 2-3 sem DIARRHEES: origines Infection (bactérie, virus,

Plus en détail

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose congénitale Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose Protozoose cosmopolite très fréquente (45% population en France) Gravité variable selon le terrain Contamination

Plus en détail

Rota : vaccin contre le rotavirus

Rota : vaccin contre le rotavirus 10.1.5 : vaccin contre le rotavirus Composition Deux vaccins oraux à virus vivant atténué contre les gastroentérites causées par le rotavirus sont distribués au Canada : rix (GlaxoSmithKline) et Teq (Merck).

Plus en détail

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Section 10.2.2 Var 10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Composition Deux vaccins contre la varicelle sont distribués au Canada : Varilrix (GlaxoSmithKline) et Varivax III (Merck). Il s agit de vaccins

Plus en détail

MALADIES VIRALES DES BOVINS MALADIES VIRALES DIGESTIVES DES BOVINS. Pathologie des maladies virales, Chapitre 4 (suite)

MALADIES VIRALES DES BOVINS MALADIES VIRALES DIGESTIVES DES BOVINS. Pathologie des maladies virales, Chapitre 4 (suite) MALADIES VIRALES DES BOVINS Chapitre 4 (suite) 1 MALADIES VIRALES DIGESTIVES DES BOVINS Chapitre 4.2. 2 1 DIARRHEE NEONATALE A ROTAVIRUS BOVIN Chapitre 4.2.1. 5 Etiologie Rotavirus : RNA bicaténaire (11

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 1 Contexte - EMS Mission gériatrique 51 lits Sur 2 niveaux 2

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Les diarrhées du jeune veau

Les diarrhées du jeune veau Les diarrhées du jeune veau Chaque année naissent en France environ 10 millions de veaux. 20% d entre eux seront atteints de diarrhées. Environ 500 000 vont en mourir. Il s agit donc d une pathologie importante

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD Nouveautés en vaccination Gaston De Serres, MD Objectifs pédagogiques Suite à cette présentation, le participant sera en mesure de: Décrire la morbidité due au zona chez les personnes âgées et les données

Plus en détail

La vaccination contre le rotavirus un luxe ou une nécessité? A Hannouz- C Kaddache- R Boukari

La vaccination contre le rotavirus un luxe ou une nécessité? A Hannouz- C Kaddache- R Boukari La vaccination contre le rotavirus un luxe ou une nécessité? A Hannouz- C Kaddache- R Boukari Plan Problématique, Epidémiologie Caractéristiques structurales et antigéniques Diagnostic Vaccination Plan

Plus en détail

LES DIARRHEES AIGUES DE L'ENFANT

LES DIARRHEES AIGUES DE L'ENFANT LES DIARRHEES AIGUES DE L'ENFANT I/ Introduction- Généralités très fréquent, courant 1 des causes de mortalité infantile la plus fréquente 1 des premières causes de mortalité infantile dans le tiers- monde

Plus en détail

L enfant avant tout. Diarrhée et vomissements

L enfant avant tout. Diarrhée et vomissements 27 L enfant avant tout Diarrhée et vomissements Les vomissements et la diarrhée sont deux des principales raisons pour lesquelles les parents amènent leurs enfants à l urgence d un hôpital. À L Hôpital

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

Les virus de la grippe

Les virus de la grippe Données actuelles sur les Virus de la Grippe Classique et Aviaire Laurent Andréoletti (MCU-PH) Laboratoire de Virologie Médicale, EA-3798 CHU et Faculté de Médecine de Reims Les virus de la grippe Famille

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

DIARRHEES AIGUES INFECTIEUSES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT

DIARRHEES AIGUES INFECTIEUSES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DIARRHEES AIGUES INFECTIEUSES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT Diarrhée apparition brutale de selles anormalement fréquentes et liquides. Déséquilibre entre l absorption et la sécrétion intestinale d eau et

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 Gastroentérites virales Infections à Norovirus Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 1 Gastro-entérites Les agents responsables des gastro-entérites peuvent

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Varicelle et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens LA GRIPPE A H1N1v Ce que doivent savoir les obstétriciens EPIDÉMIOLOGIE LA PANDÉMIE EN FRANCE La dynamique de l épidémie n est pas prévisible Les épidémiologistes et virologues estiment qu il y aurait

Plus en détail

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005)

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Objectifs : Objectifs pédagogiques terminaux : diagnostiquer une diarrhée aiguë devant une diarrhée

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS VAL DE MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** ANNEE 2005 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT

UNIVERSITE PARIS VAL DE MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** ANNEE 2005 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT UNIVERSITE PARIS VAL DE MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** ANNEE 2005 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Pédiatrie. ------------ Présentée et soutenue

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

La grippe aviaire: utopie ou réalité?

La grippe aviaire: utopie ou réalité? Le virus La grippe aviaire Épidémies et s La grippe aviaire: utopie ou réalité? «Adaptabilité» du virus grippal Orthomyxoviridae-ARN Le virus La grippe aviaire Épidémies et s Neuraminidase (N1-9) Hémagglutinine

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

d identification et de typage des orbivirus (action A1)

d identification et de typage des orbivirus (action A1) Développement d outils d d identification d et de typage des orbivirus (action A1) Stéphan ZIENTARA, Corinne SAILLEAU, Emmanuel BREARD, Cyril VIAROUGE, Kamilla GORNA, Anthony RELMY, Alexandra DESPRAT UMR

Plus en détail

Parasites opportunistes?

Parasites opportunistes? Parasites opportunistes? Marie-Lise Tritten-Arber ARL 3 octobre 2008 Dientamoeba fragilis Blastocystis hominis Dientamoeba fragilis Microorganisme amiboïde Sa pathogénicité divise encore le cercle des

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe Ce guide a été conçu afin de mieux cerner les interventions à réaliser lorsqu un enfant est malade. Il nous permet d avoir un cadre à suivre précis qui soit le même pour tous les enfants, tout en favorisant

Plus en détail

XELODA (capécitabine) Journal de bord

XELODA (capécitabine) Journal de bord Notes XELODA (capécitabine) Journal de bord avec plan d'action intégré Montréal Association canadienne du cancer colorectal 5, place Ville Marie, Bureau 1230 Montréal (Québec) Canada H3B 2G2 Téléphone

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite E

Vaccination contre l hépatite E XXIèmes Actualités du Pharo Vaccinations dans les pays en développement Marseille, 7-9 octobre 2015 Vaccination contre l hépatite E Yves Buisson L hépatite E dans le monde 1 ère cause d hépatite virale

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Virus des gastro-entérites

Virus des gastro-entérites Virus des gastro-entérites Pierre POTHIER Centre National des virus entériques CHU de DIJON, FRANCE Journée Interrégionale du CCLIN Est Le 8 octobre 2009 Mortalité liée aux gastroentérites virales 1000

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

L Herpesvirose canine

L Herpesvirose canine L Herpesvirose canine par Alain FONTBONNE Dr Vétérinaire, PhD, Diplo. ECAR Chef du service de Reproduction Animale à l Ecole Nationale Vétérinaire d Alfort L herpesvirose canine (CVH pour Canine Herpes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 MENINGITEC suspension injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué (adsorbé) B/1 seringue munie d un bouchon

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail