La médiation scientifique et culturelle de musée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La médiation scientifique et culturelle de musée"

Transcription

1 La médiation scientifique et culturelle de musée 1. Introduction Anne Fauche Dégagée de toute institution 1 1. Dans les expositions des musées de sciences et des centres de culture scientifique et technique, on propose aujourd hui des prestations visant à faciliter l accès des visiteurs aux contenus exposés, et à aiguiser le plaisir qu ils y trouvent. On peut citer comme exemples la présence d un animateur, d un guide conférencier, ou d un démonstrateur ; la mise à disposition d écran interactif, de feuille d aide à la visite ou, pour les classes, de dossiers pédagogiques ; l organisation d évènements spectaculaires liés aux thématiques traitées. Ces propositions sont conçues et mises en œuvre le plus souvent- par les professionnels de la médiation scientifique et culturelle de musée Le terme de «médiation» est ambigu, mais il a l avantage de privilégier l idée de «négociation» entre d un côté, les savoirs scientifiques et techniques, et de l autre un large public très divers : enfant, famille, touriste, curieux, spécialiste, Ce qui distingue la «médiation scientifique» de l enseignement scientifique est avant tout le contexte : alors que ce dernier se déroule dans un cadre scolaire, celle-là s exerce dans un cadre d éducation non formelle comme le musée de sciences ou le centre scientifique et technique. Ce cadre va nécessairement orienter ses missions et ses spécificités Quant à la «médiation culturelle», elle «négocie» dans les musées auprès du grand public les savoirs liés à leurs expositions, à savoir l art contemporain, les arts appliqués, l histoire de l art, l histoire des hommes et des idées, autant de domaines d où la science est peu présente. Cependant l épistémologie et l histoire des sciences entrent dans ce champ, tout comme d ailleurs dans celui de la médiation scientifique Le terme de «médiation scientifique et culturelle de musée» s applique aux musées de sciences contenant des collections historiques, tels que les musées d histoire des sciences et les muséums d histoire naturelle. Le rôle du médiateur culturel de musée s y exerce en complémentarité avec celui du scientifique, du conservateur spécialiste des collections ou du commissaire d exposition. Le médiateur culturel œuvrant dans un musée d histoire des sciences ou d histoire naturelle est également médiateur scientifique puisque les collections historiques sont porteuses de savoirs scientifiques (et en partie conservées à ce titre). 2. Histoire 2 1. La diffusion autour des premières collections privées L humaniste du 16 e siècle conservant des objets rares et le possesseur éclairé d un cabinet de curiosité du 18 e siècle ont un point commun : ce sont des hommes de savoir, qui montrent, enrichissent et commentent leur collection en échangeant avec leurs pairs, membres comme eux de l élite savante de leur époque Le souci d éduquer le peuple A partir du 19 e siècle, le grand souci de vulgarisation qui naît dès la fin du 18 e siècle s empare de la société ; il «invente» les musées, lieux universels de référence culturelle et patrimoniale et aussi de diffusion et d enseignement, en même temps qu il

2 institutionnalise l école pour tous. Le «cœur» des collections est le plus souvent constitué des cabinets de curiosité des siècles précédents. Des «conservateurs» sont désignés pour assurer leur conservation et leur étude dans les domaines des beaux-arts, de l histoire, de l histoire naturelle et des arts appliqués. C est dans cette dernière section qu on conserve les instruments scientifiques et techniques les plus prestigieux (horloges, globes astronomiques ou planétaires par exemple), les autres étant perdus ou oubliés dans les greniers des instituts universitaires. Les conservateurs sont aussi chargés de diffuser les savoirs liés aux collections dont ils ont la charge en organisant des expositions et en publiant des catalogues qui intéressent surtout les chercheurs dans le domaine, ou un public très averti Les premiers centres de démonstrations scientifiques et techniques. Des espaces ne présentant pas de collections mais des expositions sur des thèmes de science et de technique sont ouverts au public en Europe dès la fin du 19 e siècle, comme l Urania à Berlin en Ils s imposent avec la création du Palais de la Découverte à Paris en Pionniers dans le domaine de la vulgarisation à destination des publics néophytes, des démonstrateurs y présentent la science au grand public de manière spectaculaire, quoique rigoureuse, à l aide de matériel scientifique moderne inspirés de celui utilisé dans l enseignement. Si ces démonstrations se situent dans la ligne de la «science amusante» pratiquée dans les salons aristocratiques européens du 18 e siècle, le ton utilisé devant ce nouveau «grand» public est fidèle à la tradition scientiste et universitaire du 19 e siècle : la science y est présentée sans beaucoup de distance critique par rapport à sa construction historique ou à ses outils propres. Ouvert en 1969, l Exploratorium de San Francisco continue dans cette ligne tout en inaugurant l ère du «libre service» avec ses modules d exposition «hands-on» proposés aux visiteurs sans intervention humaine. Inaugurée en 1986, la Cité des sciences de Paris est d abord conçue selon ce principe avant d évoluer au fil du temps en fonction des enquêtes menées par son «observatoire des publics», et en intégrant peu à peu des guides et des animateurs au cœur de ses expositions Le constat d échec dans les musées d art Dans les années 1960 en Europe, après les pays anglo-saxons pionniers en la matière, et alors qu un effort de vulgarisation dans le domaine scientifique ait déjà été initié, on prend conscience du fait que les musées d art sont réservés à des publics élitaires, comme le résume la célèbre citation de Pierre Bourdieu et Alain Darbel : «s il est incontestable que notre société offre à tous la possibilité pure de profiter des œuvres exposées dans les musées, il reste que seuls quelques uns (en) ont la possibilité réelle. ( ) L œuvre d art considérée en tant que bien symbolique n existe comme telle que pour celui qui possède les moyens de se l approprier, c est-à-dire de la déchiffrer.» Pierre Bourdieu et Alain Darbel, L Amour de l art, Les musées d art européens et leurs publics, Éditions de Minuit, De nouvelles ambitions, un nouveau métier Dès les années les musées (beaux-arts, histoire, arts appliqués, sciences et techniques, histoire naturelle) revisitent leurs missions fondamentales. A côté des tâches dévolues aux conservateurs, de nouvelles fonctions émergent pour répondre à une demande politique et aux nouvelles exigences d un public toujours plus large. Et c est ce «grand public» qui devient l une des trois grandes préoccupations des musées, outre la conservation et de l étude des collections. Dans ce but, diverses activités annexes se diversifient et se professionnalisent, et en particulier celle de guideconférencier. La traditionnelle conférence du spécialiste, conservateur ou commissaire d exposition, évolue en une rencontre «d égal à égal» entre le public et les objets exposés, dans une situation de libre communication et de dialogue, grâce à de nouveaux outils d interprétation. Ces premiers médiateurs de musée ne se considèrent plus

3 3. Missions comme des «transmetteurs» de savoirs, mais interagissant de manière dynamique «entre» savoir et public (souvent notés «publics» pour affirmer leur diversité). C est dans l air du temps puisqu au même moment les théories constructivistes de l apprentissage triomphent dans les nouvelles facultés de Sciences de l éducation. En Suisse, plus particulièrement, le débat sur cette profession émergente porte alors sur la distinction entre enseignant et pédagogue de musée. Jusque là, on ne parlait que de la mission éducative des musées et ce n est que progressivement que se sont dégagées les notions d éducation formelle (à l école) et informelle (dans la cité et d autres lieux comme les musées). En 1989, les deux comités de l Assemblée des Musées suisses (AMS/VMS) et de l International Council of Museums (ICOM) Suisse travaillent à la définition des professions de musée. Le terme de «chargé de médiation culturelle» est finalement adopté par les Romands, le mot médiation ayant été choisi par défaut car on n en a pas trouvé d autre. Les Alémaniques, pourtant pionniers en la matière, s en tiendront encore quelques temps encore au terme plus scolaire de pédagogue (Museum Pädagoge) En Europe, au fil des années 1990-début des années 2000 Dans les musées d art, de sciences naturelles, et dans les premiers musées d histoire des sciences qui se sont entre-temps démarqués des musées d art appliqués, on voit progressivement apparaître des services «culturels» qui remplacent les services dits «pédagogiques» ou «éducatifs». On commence aussi à parler de «programmation culturelle» et de «formation en ingénierie culturelle». Accompagnant cette nouvelle terminologie, la logique économique entre en force au musée, basée sur l événementiel, l étude de marché, le rendement. L ancien pédagogue de musée devint alors souvent animateur et vise à attirer de nouveaux publics par des propositions originales, tandis que le versant purement éducatif est souvent repris par des enseignants détachés par l école. En France, on affine un répertoire de compétences pour définir un métier : celui de «médiateur culturel» pour les centres culturels et pour les musées de collections patrimoniales dont les musées d histoire des sciences, et celui de «médiateur scientifique» pour les Centres de culture scientifiques, techniques et industriels (CCSTI), et aussi pour les Muséums d histoire naturelle qui valorisent encore peu auprès du public la dimension historique de leurs collections. Une obligation légale d existence de ces postes est imposée dans les institutions. - Dans ce qui suit, on se limitera à brosser à grands traits la médiation scientifique et culturelle dans un musée d histoire des sciences. Cependant tout médiateur scientifique oeuvrant dans un centre de culture scientifique et technique devrait s y reconnaître puisqu on abordera, sans entrer dans le détail des situations, les grandes lignes communes au métier de médiateur culturel et/ou scientifique Les missions du musée Les missions de la médiation scientifique et culturelle de musée sont avant tout liées à l institution «musée» dont l actuelle définition, selon les statuts de l ICOM (International Council of Museums) art. 2 1, est la suivante : «Le musée est une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public et qui fait des recherches concernant les témoins matériels et immatériels de l homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserve, les communique et notamment les expose à des fins d étude, d éducation et de délectation». Cette définition date de 2004 mais a été affinée ultérieurement avec l ajout du terme «immatériel» qui permet d élargir le champ autour de l objet matériel conservé au musée ; elle est en réévaluation permanente. Sous sa forme actuelle, on peut noter que le terme de

4 «patrimoine» n y figure pas, alors qu est apparu celui de «témoins». Ce terme, associé à l expression «au service de la société et de son développement», cerne au plus près la mission nouvellement définie qui incombe au musée, celle de faire parler les témoins qu il conserve auprès du public, et à laquelle participe largement le médiateur culturel Des orientations diverses, des missions unifiées La variété des termes utilisés pour les métiers de la médiation scientifique et culturelle (démonstrateur, guide, etc.) correspond à la diversité de ses orientations. De plus, sa désignation est parfois uniquement descriptive quant à son niveau de responsabilité : chef de projet, attaché de projet, responsable de médiation, chargé de médiation, etc. On peut aussi noter que l institution muséale française propose les services de guide-conférencier ou d animateur, et celle des pays anglo-saxons ceux d interprétateur, voire de «questionneur» de musée. Quant au nom «Accueil des publics» choisi par certains services de médiation culturelle, il marque au mieux la volonté de placer le public (désigné par «les publics» pour mieux affirmer sa prise en compte dans toute sa diversité) comme un pôle essentiel du projet culturel ou éducatif de ces services. En effet, qu il soit concepteur d un projet ou exécutant de sa mise en oeuvre, présent auprès des visiteurs ou se consacrant à eux par l écrit ou le multimédia, le médiateur a une spécificité essentielle, celle d être spécialiste de tous les types de publics : sa mission première est d anticiper leurs envies, de les mettre en confiance, de leur faire sentir qu on s adresse réellement à eux, et de les amener d une manière qui leur soit agréable à s intéresser aux contenus des expositions Trois axes principaux pour s adresser au public L institution, via ses médiateurs, vise à privilégier le plaisir (cf. plus haut le terme de «délectation» présent dans la définition du musée) que prendra le public à découvrir les savoirs liés au lieu, à lui donner envie d y revenir et d en savoir plus en en sortant. Les professionnels de la médiation culturelle sont ainsi amenés aussi bien à concevoir une programmation régulière de visites, d animations ou de démonstrations, que des évènements plus complexes faisant intervenir un ou plusieurs partenaires extérieurs (scientifiques, artistes, comédiens). Tous les publics sont visés, mais plus particulièrement le public familial pendant les jours de haute fréquentation des musées (vacances scolaires, samedis et dimanches) Pour satisfaire les demandes du public exclusivement scolaire, l institution peut déléguer la partie éducative à un ou plusieurs enseignants détachés, en coordonnant et supervisant leur action (comme c est le cas au Musée des Arts et Métiers à Paris), ou la gérer en interne selon des propositions conçues par les médiateurs et adaptées à ce type de public. La gamme est large entre l accueil direct avec prise en charge sur plusieurs jours (stages du type «classes musées» comme à la Cité des sciences) ou une ½ heure à une heure (démonstration, visite), et la proposition de documents écrits (dossiers pédagogiques, fiches pédagogiques, questionnaires) en complément d une formation d enseignants (d une ½ à 1 journée). L institution muséale, via ses médiateurs parfois nommés ici animateurs pédagogiques, vise ici à assurer sa mission éducative et utilise des outils familiers au système scolaire. Cependant, il s agit surtout pour lui de tirer le meilleur parti du lieu : créer la surprise et l émotion lié au cadre non scolaire. Médiateurs et enseignants constatent que le plaisir immédiat pris par les élèves au musée facilite à long terme l ancrage des nouveaux savoirs qui pourront être plus aisément travaillés ensuite à l école L institution muséale vise enfin, via ses médiateurs, à être un lieu de débats (du genre «agora») et participer ainsi à l éducation citoyenne de son public. Il s agit là d un type d éducation visant plutôt les adultes, ceux qu on regroupe sous l appellation de «grand public». L objectif est d éveiller chez les visiteurs un certain

5 sens critique par rapport aux savoirs scientifiques et techniques, et de leur proposer des éléments (en invitant divers spécialistes par exemple) leur permettant de jauger et de juger les problèmes qui se posent dans nos sociétés du fait de l utilisation toujours plus importantes des sciences et des techniques. L apport de l histoire des sciences est immense dans ce domaine, le passé offrant des outils utiles pour décrypter le présent. 4. Spécificités et compétences Elles se déclinent selon plusieurs modalités La médiation directe Incontournable dans la plupart des missions définies plus haut, elle implique la présence physique du médiateur. On parle aussi de médiation orale, ou encore de médiation humaine ou de médiation «présence». Pour le médiateur, ce qui s y joue se situe à la fois sur le plan des savoirs, et sur le plan de leur relation au public. Quant à la relation qui se noue entre savoirs et public : il s agit d abord pour le médiateur d accueillir l autre tel qu il se donne, à la fois en tant qu individu et en tant que membre d un groupe qui a sa dynamique propre. Il lui faut donc être au moins aussi observateur (des regards, des comportements, des attitudes) qu acteur, et en même temps capable d une seconde à l autre de changer de ton ou de faire un lien inattendu en usant du questionnement et de l interaction verbale, ce qui est parfois pris pour de l improvisation spontanée alors c est le fruit d un travail antérieur qui a été actualisé sur le vif. Le préalable à toute prestation réussie de médiation «présence» est que le public se sente respecté, reconnu dans ses attentes et sa curiosité, assez mis en confiance et rassuré sur ses possibilités pour être prêt à aborder de plain pied des savoirs qui lui sont a priori étrangers, à envisager avec plaisir de les apprivoiser. Quant aux savoirs : le médiateur a dû engranger les contenus culturels et scientifiques liés aux objets qu il présente. Cependant ces contenus ne doivent plus avoir de valeur «en eux-mêmes» mais en tant que «savoirs à réinvestir» auprès du public. Ce point de vue du médiateur est fondamentalement différent de celui du scientifique ou du conservateur spécialistes des mêmes savoirs. En effet, l exhaustivité et la précision recherchées à juste titre par ceux-ci, et dont s est nourri le médiateur, seraient un handicap pour lui s il cherchait à les conserver telles quelles dans sa prestation. Son travail est de les laisser mûrir, de les envisager selon d autres perspectives, de les retravailler, de les peser, de les élaguer, de les restructurer en fonction du public qu il cible. Il est indispensable pour le médiateur de connaître les spécificités de ce public en fonction de son âge, du contexte de sa venue (classe, famille, etc.), de ce qu il attend de la description préalable faite par le musée, et bien sûr de ses conceptions de base, de ses caractéristiques et de ses intérêts supposés et qui seront affinés sur le vif. Par exemple, pour construire une visite commentée dans une exposition, le médiateur doit acquérir l ensemble des contenus qu il juge nécessaires (et s arrêter quand il s y perd lui-même!), prendre assez de distance pour en discerner les lignes de force dont il pressent qu elles seront pertinentes pour le public puis, sans rien lâcher sur l essentiel, trouver les mots, les métaphores ou les images qui les rendront accessibles au public. Ce n est qu à ce prix que ce dernier, sur le très court laps de temps qu il passe au musée, pourra entrer dans la problématique générale proposée dans l exposition. Si quelques visiteurs ont envie d en savoir plus, le médiateur pourra leur indiquer certaines des ressources scientifiques auxquelles il a pu lui-même avoir recours, et les orienter ainsi vers un espace de «savoir-plus» qui n a pas été présenté durant la visite proprement dite qui a été maintenue volontairement à des niveaux de formulation et d approche simples, généraux, sans jargon, abordables par tous. Ce travail de ré-élaboration fait partie de l art de la médiation : il est subjectif, géré différemment de cas en cas et ne peut être formalisé comme un livre de recettes car le

6 savoir-faire et le savoir être se mettent difficilement en boîte formatée. On retrouve cependant des constantes, comme par exemple le décalage entre le synopsis de travail soigneusement préparé par le médiateur et la présentation qu il fait réellement devant son public du jour. Si grand que soit ce décalage, il n en ressent aucun sentiment d échec : ce que le public a entendu, il l a vraiment entendu, avec plaisir, contrairement à ce qui peut se passer pour l enseignant qui se sent contraint de suivre son programme (et les savoirs qu il doit «faire passer»). Au musée, une indication de satisfaction du public est sa présence durable, car dans les lieux d éducation informelle, sa caractéristique est d être «non captif», contrairement au milieu scolaire où les élèves doivent rester physiquement en classe quelque soit leur intérêt pour le cours qui s y déroule. Le médiateur garde cependant une attitude critique par rapport à ses prestations et est réceptif à l évaluation de ses pairs ou de tout observateur extérieur pour viser toujours plus finement une «balance» optimale entre le plaisir du public et la qualité des savoirs mis en jeu : le musée n est pas non plus un champ de foire et sa mission d éducation et de sensibilisation culturelle reste essentielle La médiation indirecte On la nomme aussi médiation «support». Elle consiste à élaborer divers documents, soit écrits (fiches d aide à la visite, dossier pédagogique), soit destinés à un autre support (audio ou vidéo) et proposés aux visiteurs réels ou potentiels du musée. En effet, si le public averti se satisfait avec bonheur du catalogue savant et quasi exhaustif élaboré par le conservateur ou le commissaire de l exposition, et de divers films ou multimédia scientifiques, d autres visiteurs dont le jeune public, le public familial, et le public scolaire, attendent des propositions qui leur soient adaptées, et dont se chargera le médiateur. Comme dans le cas de la médiation directe, ce qui s y joue se situe à la fois sur le plan des savoirs et sur le plan de leur relation au public, mais dans une perspective très différente. La difficulté tient au fait que le médiateur s adresse à un public invisible qui devra utiliser les productions réalisées sous forme écrite, audio ou vidéo, sans autre accompagnement et de manière autonome. Le piège permanent qui guette le médiateur, à savoir celui de n envisager les savoirs que «pour eux-mêmes», ressurgit comme dans le cas de la médiation directe, sans que cette fois puisse intervenir le moindre signal d alarme tel que le regard perplexe d un visiteur, le départ d un autre pour cause de désintérêt, ou une trace, même ténue, de dissipation dans le groupe. On constate d ailleurs, expérience faite, que toute production de médiation indirecte a un meilleur impact auprès du public visé si le sujet a déjà été testé lors de prestations de médiation directe qui ont permis de connaître, même sur un plan qualitatif et informel, les réactions les plus fréquentes par rapport aux savoirs en jeu et d en repérer les meilleures accroches. Il est bien sûr souhaitable d évaluer la qualité d une production de médiation indirecte en la testant préalablement auprès d un échantillon significatif du public auquel elle s adresse La gestion de projet, la formation Tout en restant sur le terrain de la médiation directe et indirecte, le médiateur qui bénéficie d un certain niveau de responsabilité est amené à définir des projets et des évènements, en lien avec des expositions temporaires par exemple, puis à les monter et à les gérer. Il fait alors intervenir des partenaires extérieurs comme des associations, des spécialistes des sciences et des techniques, des artistes. Son réseau de compétences est essentiel pour élargir et améliorer l offre culturelle de l institution. Le médiateur conçoit et anime par ailleurs des formations d enseignants pour permettent à ces derniers une plus grande autonomie avec leurs classes dans les expositions. Il s adapte au mieux à ce public particulier qui n envisage parfois le musée que comme une annexe de l école, ce qu il est en effet, mais pas seulement : il

7 ouvre aussi à beaucoup plus de possibilités, comme le montrent les collaborations tissées régulièrement entre enseignants et médiateurs sur toute une année scolaire. Enfin, c est le médiateur responsable qui prépare et suit ses collaborateurs dans leurs interventions auprès du public, que ceux-ci suivent scrupuleusement la ligne qu il propose, ou innovent avec bonheur selon leurs propres charismes. Et c est aussi lui qui accompagne le plus diplomatiquement possible les intervenants extérieurs pour les orienter dans leur manière de s adresser à un public qu ils connaissent parfois mal, qui n est ni spécialiste, ni universitaire, et qui a toujours la liberté de partir s il ne se sent pas concerné : au médiateur incombe la responsabilité de tout faire pour éviter cette situation. 5- Contraintes et place dans la conception de l exposition 5 1. Les contraintes liées au métier. Le médiateur rencontre nécessairement des difficultés pour s approprier les contenus liés au lieu (c est-à-dire aux collections ou aux contenus des expositions) souvent non abordés dans son cursus scolaire secondaire et supérieur : vu le niveau universitaire qui lui est demandé pour assurer sa fonction, il devrait en principe mener cette tâche à bien. Dans un musée d histoire des sciences par exemple, il aura un gros travail à faire du côté de l histoire des sciences s il est scientifique, et du coté des sciences s il est historien, sans compter l apprentissage du contenu de la collection, toujours particulière et souvent locale. Parallèlement, bien sûr, il devra faire face aux exigences du public, d autant plus justifiées dans le cas où il œuvre en institution publique. Cependant, la vraie contrainte est inhérente à la mission fondamentale du médiateur, pris en tension entre ses deux pôles : savoirs et public. D un côté il doit pouvoir décliner sur le thème traité des connaissances généralistes sur lesquelles le scientifique spécialiste du sujet ne puisse rien trouver à redire, mais aussi accepter parfois de «ne pas savoir» sur des sujets très spécialisés. D un autre côté il doit les proposer de manière séduisante au public très varié auquel il s adresse, qui peut aller de l ingénieur retraité au visiteur totalement néophyte, en passant par le groupe familial à la synergie propre et représentant tous les âges. Il s agit alors de s adresser non pas à tous à la fois mais tantôt à l un, tantôt à l autre, avec la même souplesse, dans un discours fluide et cohérent, pour que chacun se sente concerné. L exercice, très contraignant si on le souhaite de bon niveau, fait partie du métier Les contraintes liées à la place du métier dans l institution. Bien qu on les néglige trop souvent, elles sont importantes et peut-être significatives d un métier en devenir, comme on le verra plus loin. La médiation scientifique et culturelle de musée est l un des derniers-nés des métiers de musée. Or les secteurs traditionnels (recherche et conservation, administration, décoration, restauration, sécurité, etc.) définis depuis des lustres, mettent du temps à «absorber» cette nouvelle activité dont ils ne comprennent pas toujours le fonctionnement, et souvent vue exclusivement comme la prise en charge des enfants au musée : on voit ici les dégâts du terme «pédagogique». Ainsi, bien des conservateurs et des scientifiques commissaires d exposition négligent d informer (et encore moins de consulter) les médiateurs dès la conception de leur exposition. Souhaitant néanmoins un succès public et non pas seulement de prestige, ils se soucient d animer leur exposition, d y accueillir des classes, d y organiser des évènements, bref d y attirer et d y accompagner le plus grand nombre de visiteurs. Tardivement contactés, les médiateurs sont alors contraints d organiser en un temps record des visites, animations, démonstrations, d élaborer des documents pédagogiques, d organiser des partenariats avec l école et la cité, autant de prestations supposées être d autant plus faciles à concevoir et à réaliser que le «message» est réduit, vu le public non érudit : ainsi le voient naïvement les services extérieurs à la médiation. Pour faire bref, nous dirons ici que l une des plus grandes contraintes que rencontrent souvent les médiateurs est que leurs missions, compétences, la manière dont ils travaillent, le temps

8 qui leur est nécessaire pour préparer des prestations de qualité, etc. au sein même de leur institution, sont très mal connues. 6 - Son avenir Étant données les contraintes institutionnelles souvent récurrentes comme on l a vu plus haut, on pourrait aussi imaginer que les spécificités de la médiation fécondent l institution elle-même, et s y fondent pour faire émerger un musée adapté à notre temps. C est déjà le cas dans de nombreux musées et centres scientifiques dirigés par de jeunes équipes, sur un mode qui rompt radicalement avec le fonctionnement traditionnel du musée. L exposition est déjà en elle-même «médiation», faite pour s adresser réellement à un grand public, parfois déclinée selon plusieurs approches, car elle a été conçue, pensée et réalisée en collaboration étroite avec divers professionnels non seulement des savoirs, mais aussi de l espace muséal, et des publics. Les médiateurs ont été intégrés dans ces équipes, et leur présence «en amont» de l exposition les dispense d une présence «en aval». Dans un avenir proche, on peut imaginer que ces modèles qui existent déjà dans un certain nombre de centres de sciences et de techniques, se généraliseront dans les musées. La médiation scientifique et culturelle se limiterait alors à proposer quelques prestations de médiation directe pour des publics particuliers (handicapés, classes d accueil, très jeune public des crèches), à prendre en charge la gestion de certains types d évènements ponctuels, et à coordonner les dossiers pédagogiques permettant l autonomie des classes. L émergence du métier n aurait alors été qu une manière de transformer de l intérieur le musée et ses missions : l hypothèse est plausible. Aux actuels et futurs médiateurs culturels et scientifiques de la vérifier ou d en assurer l évolution! Pour en savoir plus Indications bibliographiques ; colloques ; sites Web (avec remarques recentrant sur la médiation quand le titre n est pas explicite) Publication de référence ICOM/mediamus (Suisse) «Charte du médiateur culturel de musée» Publication de référence Association Médiation Culturelle (France) PDF/MCAVersUneCHARTEMEDIATION.pdf - Colloque «Vers une éthique de la médiation culturelle», Paris, organisation Médiation Culturelle association Article «La médiation culturelle, au service d un avenir culturel partagé», Cécilia de Varine, présidente de l association Médiation Culturelle, réf. publication? - Article «La médiation présencielle dans un musée de sciences», Florence Belaën, Marion Blet, La lettre de l OCIM, n Article «Expositions permanentes : grands récits ou fragments de discours?», Dominique Botbol, La lettre de l OCIM, n 112 (sur la base des enquêtes de l Observatoire des Publics de la Cité des sciences de Paris) Article «Mediamus, état des lieux de la médiation culturelle en Suisse», David Vuillaume, Nicole Zellweger, in museums.ch, n 1

9 - Article «Pour un musée au service de la société et de son développement», Isabelle Burkhalter, Anne Fauche, Jeanne Pont, Françoise Vallet, La Lettre de l OCIM, n Colloque «2èmes Rencontres Ethnologiques, la médiation humaine dans les musées de société et les territoires», organisation et lieu : MEG de Genève et Ecomusée Paysalp de Viuz-en-Sallaz - Rencontre et AG mediamus, Zürich, «L innovation dans le domaine de la médiation culturelle de musée», - Article «Le non-objet de la muséologie», Ninian Hubert van Blyenburgh, ref. publication, (L objet de la muséologie est le visiteur) - Article «Muséums d Histoire Naturelle : Lieux pour lire, lieux à lire?», Cora Cohen-Azria, ref. publication, (sur les questionnaires des enseignants ne portant que sur les cartels et non pas sur les objets) Article, actes de colloque «Au-delà d un travail d acculturation, réflexions sur la médiation scientifique humaine à la Cité des sciences», Florence Belaën, JIES XXV, organisation A. Giordan, J.-L. Martinand et D.Raichvarg - Rencontre organisée par le ministère français de la Recherche et l AMCSTI «Journées de réflexion sur les métiers de la médiation scientifique», Paris Article, actes de colloque «Les Moments-Musées de l Accueil des publics des Musées d art et d histoire de la Ville de Genève», Anne Fauche, Isabelle Burkhalter, Jeanne Pont, Sciences au musée, sciences nomades, organisation Musée d histoire des sciences, Ville de Genève - Article «La médiation-présence au Musée d histoire des sciences de Genève, enjeux, objectifs, pratiques, réflexions», Anne Fauche, La lettre de l OCIM n Ouvrage «Quand l enfant devient visiteur. Une nouvelle approche du partenariat école/musée», Cora Cohen, L Harmattan Ouvrage, actes de colloque «Des expositions scientifiques à l'action culturelle, des collections pour quoi faire?», coordination Yves Girault, synthèse par Michel Van Praët, organisation et édition Muséum d'histoire naturelle, Paris - Ouvrage, actes de colloque «La muséologie des sciences et ses publics, Regards croisés sur la Grande Galerie de l'évolution du Muséum National d'histoire Naturelle», sous la direction de Jacqueline Eidelman et Michel Van Praët, Presses Universitaires de France Ouvrage «L exposition à l œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique», Jean Davallon, L Harmattan, Article «L'espace muséal scientifique et ses publics», Jacqueline Eidelmann, la Lettre de l'ocim, n 55 (numéro entièrement consacré aux visiteurs des musées de science) - Article «Les publics au centre», propos de Bernard Gérard recueillis par Jacqueline Eidelmann, la Lettre de l'ocim, n 55 - Ouvrage «Apprendre!», André Giordan, Belin Débats (pour la prise en compte des savoirs préalables de l élève ou du visiteur par l enseignant ou le médiateur) - Article «Repenser le musée à partir de comprendre et d apprendre», André Giordan, in La révolution de la muséologie des sciences : vers les musées du XXIe siècle?, Presses universitaires de Lyon

10 - Article, actes de colloque «Le médiateur culturel au musée : quelle spécificité, quelle formation?», Anne Fauche, JIES XX, organisation A. Giordan, J.-L. Martinand et D.Raichvarg Ouvrage, actes de colloque «Musées et médias, pour une culture scientifique et technique des citoyens, Rencontres culturelles de Genève 1996», sous la direction d André Giordan, organisation et édition Ville de Genève, Département des affaires culturelles. - Article, actes de colloque «La médiation culturelle au musée : sa spécificité quand son champ d action porte sur un réseau de collections artistiques, historiques et scientifiques», Anne Fauche, JIES XIX, organisation A. Giordan, J.-L. Martinand et D.Raichvarg Ouvrage «A l approche du musée, la médiation culturelle», Elisabeth Caillet, avec la collaboration d Evelyne Lahalle, Presses Universitaires de Lyon Article «L'ambiguïté de la médiation culturelle: entre savoir et présence», Elisabeth Caillet, Publics et Musées, n 6, in Professions en mutation, Presses Universitaires de Lyon Ouvrage «Évaluer pour innover, Musées, médias et écoles», André Giordan, Christian Souchon, Maryline Cantor, Z éditions - Article «La médiation culturelle, histoire d un véritable métier», Yvan Mathevet, in Les métiers des musées et la filière culturelle territoriale Article «L évolution des musées d histoire naturelle : de l accumulation des objets à la responsabilisation des publics», Michel Van Praët, in La Galerie de l Evolution, concepts et évaluation, Muséum National d Histoire Naturelle Article «Réflexions sur l action culturelle et pédagogique dans le musée», Michel Van Praët, Museological News, n 12 - Article «Une étude du décalage entre les connaissances du public et le savoir scientifique en biologie humaine : évaluations des conceptions, analyses des obstacles et réalisation d aides didactiques», Ninian Hubert van Blyenburgh, Université de Genève (application de cette thèse dans la conception d expositions) Ouvrage «L amour de l art : les musées et leur public», Pierre Bourdieu et Alain Darbel, Editions de Minuit Documents sur sites Web , Formations pour licences professionnelles, conceptions et mises en œuvres de projets culturels (par exemple) , Propos de Marie-Clarté O'Neill, recueillis par Michèle Protoyerides, consultante en médiation culturelle, , IRES, La lettre (sur le rapport des musées aux publics, les enjeux qui se posent aux conservateurs, l équilibrage apporté par les nouveaux services d accueil des publics, etc.), , Musées et expositions : métiers et formations en 2001 (introduction) Elisabeth Caillet et Michel Van Praët, Chroniques de l'afaa n 30,

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Présentation

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Certificat d'établissement - Construction d'une opération de culture scientifique et technique -CC94

Certificat d'établissement - Construction d'une opération de culture scientifique et technique -CC94 Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 03/01/2016. Fiche formation Certificat d'établissement - Construction d'une opération de culture scientifique et technique - CC94 - N

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Charte des musées muséomixés

Charte des musées muséomixés Charte des musées muséomixés Les fondamentaux de Museomix Museomix propose d imaginer le musée et de se l approprier : ouvrir de nouvelles perspectives, construire d autres représentations du musée et

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Mai 2014 Introduction Contexte L auto-évaluation d Unicom entre en résonance avec deux autres projets: Le concept de communication qui fixe la stratégie

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

PLAN DE FORMATION BPJEPS

PLAN DE FORMATION BPJEPS PLAN DE FORMATION BPJEPS Technique de l Information et de la Communication LE METIER L animateur réalise des prestations d animation, d initiation, d accompagnement ou de médiation. Pour cela, il s appuie

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée Votre formation en enseignement spécialisé La HEP Vaud vous prépare au Master of Arts et Diplôme dans le domaine de la pédagogie

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE 6 MODULES DE FORMATION MARKETING COMMUNICATION EXPERTS COMPTABLES 1 DÉFINISSEZ L IDENTITÉ & LE POSITIONNEMENT DE VOTRE CABINET 4 INITIEZ UNE COMMUNICATION ON-LINE PERFORMANTE (SITE WEB, E- NEWSLETTER )

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Journalisme et medias régionaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2)

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) BTS COMMUNICATION Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) Fonction Le titulaire du BTS Communication conçoit et met en œuvre des opérations de communication, qui peuvent revêtir une forme publicitaire, événementielle,

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective»

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» Formation «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 PREAMBULE AYOA conçoit et réalise des formations sur mesure en développement personnel, communication

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Proposition de poste en bénévolat

Proposition de poste en bénévolat Responsable financier [Membre du bureau - Trésorier] Il/elle a pour mission, avec les membres du Bureau, de tenir la comptabilité de l'association et de ses différents projets. Il/elle a à cœur d'accompagner

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Novembre 2010 La création d un profil de compétences en organisation communautaire en CSSS 1 s est imposée comme un des moyens pour

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Séminaire de formation Démarches FOS et FOU pour un apprentissage ciblé du français. Caroline Mraz

Séminaire de formation Démarches FOS et FOU pour un apprentissage ciblé du français. Caroline Mraz Séminaire de formation Démarches FOS et FOU pour un apprentissage ciblé du français Caroline Mraz Qu est-ce que le FOU? Le concept de Français sur objectif universitaire (FOU) a émergé en tant que nouvelle

Plus en détail

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat En perspective de la Conférence Mondiale des Nations Unies sur le Climat qui se tiendra à Paris en décembre

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

Besoins en formation professionnelle?

Besoins en formation professionnelle? Besoins en formation professionnelle? La formation professionnelle continue, c est : La formation est toujours un différentiel : Des compétences mobilisables aujourd hui Formation(s) Des compétences à

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

Plan Stratégique 2015-2019

Plan Stratégique 2015-2019 Plan Stratégique 2015-2019 En 2015, le Schéma local de développement touristique évolue en Plan stratégique touristique pour la période 2015-2017. Ce document vient répondre aux enjeux de la Marque Qualité

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Les managers au cœur de l entreprise

Les managers au cœur de l entreprise APERCU Les managers au cœur de l entreprise Mind Material Un manager performant ne délègue pas talent Circle Devenir manager de proximité Business Room Comment favoriser le développement de vos managers?

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les directions juridiques pour développer de nouvelles compétences professionnelles

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe Poitiers, 17/9/07 CARACTÉRISTIQUES DE LA RECHERCHE Mieux connaître la manière dont les 12-18 s approprient les médias électroniques et identifier les axes

Plus en détail

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur,

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur, Lyon, le 1er juillet 2010 Nos réf. : bb/6124/22062010 Madame, Monsieur, Suite au succès du Programme Leonardo Mobilité organisé en Belgique, Espagne et Danemark entre 2007 et 2009 et auquel ont participé

Plus en détail