ESTIM. Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ESTIM. Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia"

Transcription

1 ESTIM Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia GOUVERNANCE DE LA CSTI FORMATION NUMÉRIQUE /ARTS SCIENCES TECHNOLOGIES

2 Face à une crise économique mondiale et aux difficultés rencontrées dans l enseignement des sciences et des techniques pour susciter le goût de la découverte et de nouvelles vocations, le gouvernement français a réaffirmé l importance d investir dans la société de la connaissance et les nouvelles technologies. À cet effet, l État a attribué dans le cadre de son programme pour l égalité des chances, une première enveloppe de 50 millions d euros pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI). Universcience et 32 partenaires du monde de la culture, de l éducation, de la recherche, de l industrie et des médias se sont mobilisés pour proposer de nouveaux modes de transmission des connaissances interdisciplinaires et expérimentales. Ensemble, ils ont bâti une initiative ambitieuse : Estim, pour l égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia. Cette initiative, retenue par le jury en septembre 2011, repose sur plusieurs constats concernant la CSTI : l impact positif avéré de l action des acteurs de la CSTI en matière de diffusion des sciences et des techniques auprès du grand public qui pâtit de l absence d un réseau de la CSTI suffisamment organisé et dynamique pour peser dans le débat public ; une production de contenus scientifiques et techniques riche et diversifiée mais insuffisamment diffusée auprès des publics ; la nécessité de remédier au cloisonnement croissant entre les disciplines scientifiques et techniques et les autres domaines de la connaissance et de la culture ; l évolution profonde des pratiques culturelles et des nouveaux usages numériques, notamment parmi les jeunes ; l existence de savoir-faire dans la médiation scientifique reconnus mais peu professionnalisés et insuffisamment liés aux autres expériences de médiation. D autre part, l initiative Estim a l ambition de répondre à plusieurs attentes dans le domaine de la médiation scientifique et technique en mettant en place : des outils et des services permettant la mise en réseau accrue des acteurs de la culture scientifique et technique et adaptés aux nouveaux usages offerts par les nouvelles technologies ; des outils d évaluation de l impact des actions des acteurs de la CSTI notamment auprès des publics ; des outils permettant de coproduire et mutualiser des ressources et des outils de médiation scientifique, particulièrement dans un contexte de restriction budgétaire ; des outils permettant de stimuler les modes de médiation fondés sur l interdisciplinarité, la créativité et la coconstruction avec les publics ; des outils incitant à la création de contenus innovants de CSTI utilisant de nouveaux modes d écritures notamment numériques ou artistiques ; des formations de médiateurs scientifiques. L initiative Estim développe ainsi des modes d apprentissage et de médiation scientifique d excellence pour favoriser l égalité d accès aux sciences et aux technologies et pour augmenter le nombre de vocations pour les métiers scientifiques et techniques. Estim s adresse à un public considérablement élargi au regard des visiteurs traditionnels des centres de science : l initiative vise l ensemble des foyers français et les acteurs de l éducation, mais cible en particulier les jeunes de 15 à 25 ans, les publics en difficultés économiques et sociales et les élèves des internats d excellence. Dans la ligne de la mission de pôle national de référence de la CSTI confiée à Universcience par ses ministères de tutelle, Estim doit permettre aux acteurs de la CSTI de structurer leurs offres, d améliorer la production et d étendre la diffusion de nouveaux outils de médiation scientifique sur l ensemble du territoire. Estim vise également à dynamiser l impact culturel, économique et social de ces acteurs au niveau local afin qu ils jouent pleinement leur rôle de catalyseurs de l innovation et de l égalité des chances dans leurs territoires. Cette initiative s inscrit résolument dans un objectif de changement d échelle et d impact accru tant au niveau national qu au niveau local. Estim s organise autour de trois grands programmes : PROGRAMME GOUVERNANCE DE LA CSTI : accompagner la mise en place d une nouvelle organisation des acteurs pour impulser au niveau national et territorial une politique commune de CSTI, augmenter sa visibilité, son impact et optimiser la gestion des ressources ; PROGRAMME FORMATION : créer une École de la médiation pour professionnaliser la transmission des savoirs scientifiques et techniques ; PROGRAMME NUMÉRIQUE/ARTS SCIENCES TECHNOLOGIES : offrir aux acteurs de la culture scientifique des services en lien avec les aspirations créatives qu offre le numérique, en agissant sur chacun des éléments de la chaîne de médiation numérique depuis la production de contenus jusqu à leur diffusion, en passant par leur stockage et leur gestion. 2 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

3 Chacun de ces programmes fédère les acteurs de référence dans les secteurs concernés. Le suivi et l évaluation des actions envisagées doivent à terme conduire à étendre les partenariats et à transférer les outils et les savoir-faire capitalisés à l ensemble des acteurs de la CSTI. Par son ambition, l initiative Estim se donne les moyens d avoir un impact mesurable pour développer la culture scientifique et technique des Français et de jouer un rôle décisif dans les politiques publiques en faveur de l égalité des chances. Le projet Estim représente un budget global de 18,6M financé à hauteur de 9M par les investissements d avenir. Unité : M Budget global Apports des investissements d avenir Taux de financement Gouvernance 4,1 2,0 48% Formation 1,4 0,6 44% Numérique/AST 13,2 6,4 49% Estim 18,6 9,0 48% 3 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

4 Projet GOUVERNANCE DE LA CSTI 1 Accompagner la mise en place d une nouvelle organisation des acteurs pour impulser au niveau national et territorial une politique commune de CSTI, augmenter sa visibilité, son impact et optimiser la gestion des ressources. LE CONTEXTE ET LES ENJEUX Répartis sur le territoire français, les acteurs de la CSTI développent depuis plus de trente ans leur plus-value éducative : non contraints par les cadres des programmes d enseignement obligatoire, ils ont le champ libre pour aborder les savoirs scientifiques et techniques sous l angle de la curiosité et du plaisir de la découverte. Ainsi les acteurs de la CSTI jouent-ils un rôle essentiel dans la démocratisation de l accès aux savoirs. Cependant, l écosystème de la CSTI est extrêmement fragmenté, comptant près de 480 acteurs d une taille moyenne inférieure à 10 ETP avec un budget moyen de fonctionnement inférieur à 250K. A ces petits acteurs s ajoutent les organismes de recherche publics (CNRS, CEA, Inria, Inserm, etc), les universités, les associations scientifiques, les muséums et les planétariums. Lors de sa création le 1 er janvier 2010, le Président de la République a confié à Universcience le rôle de pôle national de référence de la culture scientifique et technique, avec pour mission de : fédérer les acteurs au sein d une nouvelle gouvernance au niveau national, garante de la concertation et de la prise en considération des intérêts de chacun, outil de dialogue permanent sur le terrain, proposer des programmes communs visant à définir des projets pédagogiques et de médiation innovants, développer de nouveaux territoires éditoriaux, renouveler et élargir les publics, s inscrire dans la stratégie nationale de recherche et d innovation (SNRI) et dans les stratégies territoriales (Strater) élaborées par le MESR. LES OBJECTIFS Le programme Estim-Gouvernance a pour objectifs d accélérer le déploiement du pôle national de référence de la CSTI en proposant des outils permettant de mobiliser et d optimiser les ressources et de favoriser l élaboration d un nouveau modèle collaboratif à l échelle nationale. LES ACTIONS À DÉVELOPPER Le déploiement du pôle national de référence passe par la mise en place : d un conseil national de la CSTI, présidé par la présidente d Universcience, ayant pour mission d impulser une politique nationale de la CSTI avec une vision européenne et de porter son ambition sociétale pour un partage des savoirs. Il est garant d une cohérence interterritoriale, de pôles territoriaux de référence ayant pour mission l animation d un réseau structuré d acteurs de la culture scientifique situés sur un territoire défini, en articulation avec la stratégie nationale définie par le conseil national de la CSTI, de communautés thématiques qui regroupent des acteurs de la CSTI sur une thématique donnée, d un comité opérationnel rassemblant Universcience, des organismes de la CSTI et des représentants des pôles territoriaux de référence, chargé de faire l interface entre le conseil national de la CSTI et les acteurs. Dans ce cadre, le projet Estim-Gouvernance aura trois champs d action : Le pilotage de la gouvernance de la CSTI assuré par Universcience, en collaboration avec l AMCSTI. Cette action prévoit : la mise en place des instances de gouvernance : Conseil national de la CSTI, comité opérationnel, pôles territoriaux de référence et communautés thématiques, la mise en place de processus opérationnels inhérents au projet (cartographies, cahier des charges et désignation des contributeurs aux plateformes numériques, des organisateurs de forums, etc), la relance d un processus de labellisation des acteurs, l identification d objectifs, de critères, d indicateurs et d un protocole d évaluation de l impact de la CSTI. 4 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

5 L organisation de forums : ateliers de travail organisés par les acteurs du territoire, en collaboration avec l Amscti (forums territoriaux) et par Universcience (forums nationaux). Ces forums réunissent une centaine de participants au niveau territorial et plusieurs centaines au niveau national. Ils ont pour objectif de favoriser le partage des compétences et des savoir-faire, d accompagner la mise en place des organes de gouvernance (pôles territoriaux, conseil national, communautés thématiques, comité opérationnel), d en préciser le fonctionnement et la régulation, dans un souci de dialogue avec les acteurs. La mise en place de plateformes numériques territoriales : outils de travail collaboratif pour les pôles territoriaux de référence, interconnectées avec le portail numérique national de la CSTI (cf. Estim-Numérique). Ces plateformes numériques sont animées et alimentées par les pôles. Elles doivent permettre : d accroître la capacité de rayonnement et de services aux publics de chaque acteur, de faciliter les échanges et le partage d expertise et de compétences entre les acteurs, de stimuler les coproductions de produits et de services et leur circulation, d organiser une veille territoriale en lien avec l Observatoire de la CSTI mis en place par l Ocim. Le projet fera l objet d une communication structurée auprès des différentes parties prenantes, ainsi que d une évaluation indépendante. L ARTICULATION AVEC LES AUTRES PROJETS ESTIM Le projet s articulera avec les outils développés au sein d Estim : Estim-Numérique/Art-Science-Technologie : un portail de la CSTI, des outils d infrastructures (Digital Asset Management, service d indexation et moteur de recherche, service de cloud computing), des bourses de coproduction de contenus, des plateformes numériques collaboratives qui permettront aux professionnels de la CSTI d avoir accès à des services qui leurs sont dédiés. Estim-École de la Médiation : dispositifs de formations aux métiers de la médiation. LES PARTENAIRES DU PROJET 5 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

6 Projet FORMATION 2 Créer une École de la médiation pour professionnaliser la transmission des savoirs scientifiques et techniques. LE CONTEXTE ET LES ENJEUX Dans une société de la connaissance, dans laquelle l investissement dans la recherche et le développement pour l innovation constituent les moteurs de la croissance, les acteurs de la culture scientifique et technique jouent un rôle décisif dans l engouement et l émulation pour les savoirs scientifiques et technologiques. Au sein des structures diffusant la culture scientifique et technique, les médiateurs et animateurs scientifiques interviennent pour expliquer, décrypter des savoirs dont la complexité apparente peut intimider le grand public. Au-delà de la simple «vulgarisation» scientifique, ils accompagnent le public dans une démarche d appropriation des savoirs. En raison du rôle clé de médiation qu ils jouent auprès des publics, la question de leur formation et de leur professionnalisation est essentielle. Les formations disponibles pour ces médiateurs sont peu nombreuses, dispensées essentiellement dans le cadre universitaire pour la formation initiale et très peu nombreuses pour les professionnels, en formation continue. La prise de conscience des pouvoirs publics en faveur d un renouvellement de l enseignement des sciences constitue une opportunité pour structurer et développer la formation des principaux acteurs de l éducation informelle en science et de la diffusion de la culture scientifique. LES OBJECTIFS Le projet Estim-Ecole de la médiation a pour objectif de professionnaliser la transmission des savoirs scientifiques et techniques. Pour ce faire, le projet consiste à mettre en place des modules de formation et à équiper des espaces de formation professionnelle destinés prioritairement aux médiateurs, animateurs scientifiques déjà en poste dans les centres de culture scientifique et technique (CCSTI), les musées, les associations, les clubs de loisirs scientifiques et bibliothèques, et par extension aux chercheurs et autres médiateurs scientifiques. LES ACTIONS À DÉVELOPPER Ce projet s organisera autour de trois grands pôles : Pôle Conception : qui aura à charge de construire les contenus des futures formations et les lieux nécessaires à leur exploitation : conception de modules de formations : ces briques élémentaires agencées ensembles constitueront des parcours de formation. Ces modules et parcours de formation seront conçus en associant notamment les compétences métiers des acteurs de terrain de la médiation scientifique ainsi que celles des professionnels de la formation pour adultes et des experts de la didactique des sciences. Dans leur construction, ces modules s appuieront sur la connaissance des spécificités de l apprentissage chez l adulte, et des contraintes de la formation continue courte. Dans leur forme, ils privilégieront les méthodes actives et participatives, avec un juste équilibre entre apports pratiques, opérationnels et éclairages théoriques, réalisation des supports pédagogiques associés à ces modules : kit de formation comprenant des supports physiques ou en ligne utilisés lors de la session, équipement de 2 salles de formation : une à la Cité des sciences et de l industrie, et une à l Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes (ESPCI ParisTech). Pôle Formation dont les principales actions viseront à organiser la phase opérationnelle du projet : montage des formations en mode test : les modules et parcours seront testés auprès des publics visés par le projet (médiateurs et animateurs scientifiques, etc.). Ces tests permettront de finaliser les futures formations en s adaptant au plus près aux besoins de ces populations ; formation de futurs formateurs : des formations certifiantes à la formation d adultes seront suivies par les différents partenaires permettant d acquérir les compétences nécessaires en matière pédagogique. 6 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

7 Pôle Observatoire dont la fonction sera de décrire les pratiques métiers de la médiation scientifique, et d en suivre les évolutions, les innovations dans le monde, et de mener des études ainsi qu une veille sur les publications et les pratiques propres à ce domaine. Ces études viendront alimenter le pôle conception. Les travaux porteront notamment sur : une étude de définition des attentes et besoins en formation des médiateurs et animateurs en fonction des spécificités de leurs champs d intervention puis élaboration d un référentiel métier, un recensement des études et publications existantes dans le champ de la médiation scientifique, l organisation d une veille sur les bonnes pratiques en matière de formation à la médiation et les pratiques de médiation innovantes. R&D portant à la fois sur les pratiques de formation innovantes en matière de formation métier, et sur les pratiques de la médiation. En outre, à travers l évaluation, et la dissémination, le projet Estim-Ecole de la médiation s attache à mieux partager et développer les recherches sur les pratiques, les enjeux, les cadres et les impacts des actions de formation à travers la publication des études réalisées, et la diffusion des formations à travers les organismes de formation partenaires. Le projet fera également l objet d une évaluation indépendante. L ARTICULATION AVEC LES AUTRES PROJETS ESTIM Le projet s articulera avec le projet Estim-Numérique/AST qui inclut notamment un portail dédié aux professionnels de la CSTI permettant d avoir accès notamment à ces modules de formation en ligne. LES PARTENAIRES DU PROJET 7 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

8 3 Offrir Projet NUMÉRIQUE / ARTS SCIENCES TECHNOLOGIES aux acteurs de la culture scientifique des services en lien avec les aspirations créatives qu offre le numérique, en agissant sur chacun des éléments de la chaîne de médiation numérique, depuis la production de contenus jusqu à leur diffusion, en passant par leurs stockage et leur gestion LE CONTEXTE ET LES ENJEUX La diffusion de la culture scientifique et technique par les médias de masse s amenuise progressivement au profit d une programmation plus consensuelle. Ainsi, bien que les Français passent en moyenne 24h par semaine devant la télévision, on ne trouve que 4 émissions scientifiques de 30 minutes en moyenne parmi les chaînes de TV grands publics (C est pas sorcier, E=M6, Prouve-le, ADN). Par ailleurs, seulement pages sur Internet sont proposées par des acteurs référents de la CSTI, sur les millions de pages référencées par Google autours de contenus similaires. L apparition des nouvelles plateformes de diffusion (internet, mobilité, etc.) dans le paysage médiatique est une formidable occasion de pouvoir rendre accessible les contenus scientifiques en stimulant la création partagée, la diffusion conjointe, la transmission des connaissances. C est également le moyen de transformer une approche éditoriale aux abords traditionnels en un média en mouvement pour le consommer «où je veux, quand je veux, comme je veux» et répondant aux attentes des publics, et particulièrement à la génération des ans, peu présente dans les centres de science, et pour laquelle, cette tendance au développement de pratiques amateurs par le numérique est particulièrement forte. Ces nouvelles formes de diffusion sont le signe d une appétence à la créativité et à l engagement dans la démarche d appropriation des connaissances. Aussi, nombreux sont les acteurs qui souhaitent avoir accès plus largement à ces contenus, qu il s agisse du grand public, mais également des acteurs de l éducation formelle (enseignants, éditeurs scolaires, ENT) et des professionnels de la CSTI eux-mêmes désireux de pouvoir ré-exploiter ces contenus dans leur pratiques de médiation. Or, si les acteurs de la CSTI produisent des contenus numériques innovants dans leur proposition pédagogique, cette production reste le fait d un petit nombre d acteurs. En outre, aussi innovants soient-ils, ces contenus trouvent difficilement leur chemin vers le grand public. En effet, l écosystème de la CSTI est actuellement extrêmement fragmenté, comptant près de 480 acteurs d une taille moyenne inférieure à 10 ETP. Aussi, la production de contenus numériques innovants constitue un coût élevé au regard du budget annuel moyen de fonctionnement des acteurs de la CSTI. A titre d exemple, la production d un documentaire audiovisuel de 52 minutes représente 80 % du budget annuel moyen de fonctionnement d un centre de science. La contrainte budgétaire entraîne trois conséquences : La forte dispersion de la production, résultant de l extrême fragmentation des acteurs de la CSTI et leur manque de moyens. Cette dispersion a pour conséquence un manque de visibilité sur l ensemble de l offre numérique produite par les acteurs de la CSTI. Les droits sont négociés de façon restrictive, pour le temps d une exposition ou d un événement, dans certains cas, diffusable au mieux sur Internet. Les rediffusions ultérieures sur divers supports ne sont pas envisagées. L opérabilité des contenus est envisagée de façon limitée, les contenus étant prévus pour une diffusion sur une table multitouch, ou un écran vidéo dans une exposition. Le coût marginal pour une ré-exploitation multi support n est pas souvent pris en compte. LES OBJECTIFS Le projet Estim-Numérique/AST se fixe pour objectif de permettre à l ensemble des acteurs de la CSTI de changer d échelle dans la production et la diffusion de contenus et d offrir aux acteurs de la culture scientifique des espaces d innovation en lien avec les aspirations créatives qu offre le numérique. Pour développer la diffusion des contenus numériques tout en levant la contrainte budgétaire, l objectif d Estim-Numérique/AST est d amortir les coûts liés à la production, à la gestion et à la diffusion des contenus numériques en réalisant des économies d échelles et ce en accroissant considérablement leur diffusion. 8 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

9 Ainsi, le projet repose sur trois actions : accroître la diffusion en utilisant un canal de diffusion de masse : portails Internet, augmenter et mutualiser les productions de contenus et les achats de droits pour alimenter les canaux de diffusion et amortir les coûts de production, tout en garantissant une diversité créative, une qualité scientifique et pédagogique, dans les contenus produits, se doter des infrastructures nécessaires au stockage, à la gestion, et à la diffusion mutualisée des contenus. Aussi, le projet Estim Numérique/AST intervient sur chacun des éléments de la chaîne de médiation numérique depuis la production de contenus jusqu à leur diffusion, en passant par leurs stockage, et leur gestion. LES ACTIONS À DÉVELOPPER Le projet Estim Numérique/AST s organisera autour de trois grands pôles : Augmenter et mutualiser les productions de contenus et les achats de droits : la diffusion de masse requiert une abondance de contenus. Cependant, les contenus existants disponibles sont rares et couteux : les contenus de CSTI existants et de qualité ne sont pas en nombre suffisant pour alimenter le projet numérique car peu sont réalisés par des professionnels (production labélisée versus user generated content), peu sont exploitables dans leur forme actuelle pour de la diffusion de masse (écriture spécifique, interactivité, format court), peu sont disponibles de droits ; le coût marginal post production pour adapter la forme des contenus (séquençage des formats longs) ou libérer les contenus non disponibles de droits (identification des ayants droits, négociation unitaire) est très élevé. En revanche, donner une impulsion à la production de contenus de la CSTI innovants permettrait : d assurer à l avenir la production et la mise à disposition à moindre coût, de contenus innovants, libérés de droits pour une diffusion multi supports, via la syndication des acteurs autour des contenus de CSTI (coproduction et rachat groupé des droits négociés en fonction des usages), de renforcer la valeur pédagogique de ces contenus pour en permettre une utilisation dans le domaine scolaire, de développer une offre multimédia nationale aujourd hui faiblement couverte par les médias traditionnels français, principalement réalisée par des producteurs anglo-saxons et asiatiques. Ainsi, le projet Estim-Numérique/AST propose de lancer des bourses incluant de la coproduction de contenus et du rachat de droits sur des contenus existants. Se doter des infrastructures nécessair es au stockage, à la gestion, et à la diffusion mutualisée des contenus afin de : mutualiser les frais de stockage des contenus numériques (Cloud Computing), d améliorer la visibilité et l accès aux contenus numériques (référentiel commun et moteur de recherche), d optimiser la gestion et la distribution des contenus et des droits afférents (Digital Asset Management). La mise en place d un système mutualisé de production et de gestion de contenus nécessite une infrastructure qu aucun acteur de la CSTI ne peut aujourd hui financer : condition de sécurité et d interopérabilité : les infrastructures actuelles ne permettent pas de mutualiser contenus, productions et gestion de droits des acteurs (problèmes de sécurité, d interopérabilité, etc), coût fixe élevé : la mutualisation nécessite d investir dans des outils et infrastructures informatiques coûteux (moteur de recherche, stockage massif de données, DAM). Aussi, un seuil minimum de flux de contenus, en deçà duquel l investissement en infrastructure ne pourra être amorti, est nécessaire. Accroître la diffusion en utilisant des canaux de diffusion de masse : une fois recensés, indexés et enregistrés sur le DAM, la diffusion des contenus numériques de culture scientifique et technique passera par deux portails de diffusion : une plateforme nationale de ressources à destination du grand public, fédérant les contenus des acteurs de la CSTI, permettant de les répertorier, d agréger ces offres autour d un référentiel commun, et ainsi de permettre le développement de services spécifiques de recherche et d usages, adaptés aux différentes catégories de public. Ces différents contenus seront accessibles via le portail de la CSTI et renverront vers les offres des sites institutionnels des partenaires, une plateforme professionnelle offrant des services permettant de structurer les échanges entre les acteurs de la CSTI (ex : annuaire des formations et modules de formation en ligne, calendrier des expositions et des itinérances, etc), 9 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

10 Ces différents outils permettront de démultiplier les voies de diffusion des contenus et services de culture scientifique : les contenus produits par chacun des acteurs pouvant être diffusés à la fois sur leur propre site et sur le portail national de la CSTI augmentant mécaniquement le niveau d audience. En outre, le projet s accompagne d une démarche de communication et de dissémination afin de pouvoir mieux partager et mutualiser les outils de gestion et de production de contenus numériques afin de favoriser l utilisation de ces pratiques de méditations culturelles. Ainsi, les différentes étapes de la construction des portails et des outils d infrastructure feront l objet d une communication auprès des acteurs de la CSTI : sondage d évaluation des besoins et test des différentes versions auprès d un panel d acteurs de la CSTI, communication via différents supports (lettre de la CSTI, lettre de l AMCSTI, etc) sur l avancement du projet, présentation des différents outils (aux acteurs en région, au cours d un forum national, aux instances de gouvernance, etc). Les différentes actions du projet Estim-Numérique feront également l objet d une évaluation indépendante. L articulation avec les autres projets Estim Le projet Estim-Numérique/AST s articulera avec l ensemble des outils développés dans le cadre des projets Estim et les promouvra auprès des acteurs. Il s agit de : Estim-Gouvernance : des plateformes numériques collaboratives rattachées au portail national de la CSTI, permettront aux acteurs des pôles territoriaux de référence, d utiliser et d enrichir les différents outils d Estim-Numérique/AST. Estim-Formation : visibilité donnée aux modules de formation aux métiers de la médiation. LES PARTENAIRES DU PROJET 10 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs www.enseignementsup-recherche.gouv.fr @sup_recherche / #1anFUN APPEL A PROJETS CREAMOOCS : DES RESULTATS QUI TEMOIGNENT D UNE FORTE IMPLICATION DES REGROUPEMENTS

Plus en détail

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Le tourisme français point d'appui de l'image et du rayonnement de la France De l ordre de 80 millions de visiteurs étrangers se

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire Direction du Développement numérique du Territoire Cahier des charges «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement Numérique du Territoire Maître d Ouvrage : REGION BASSE-NORMANDIE

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Paris, le 11 juin 2014 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Appel à

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Programme national de numérisation. Ministère de la Culture et de la Communication. Appel à projets 2012. Services numériques culturels innovants

Programme national de numérisation. Ministère de la Culture et de la Communication. Appel à projets 2012. Services numériques culturels innovants Paris, le 28 novembre 20 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Programme

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA TACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges 1 Contexte Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges L émergence de nouvelles formes d innovation, de médiation et d accès à la culture via l usage croissant des technologies de l information

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

L univers des ENT dans les différents établissements. de formation en Région Centre. Au 18/01/2010

L univers des ENT dans les différents établissements. de formation en Région Centre. Au 18/01/2010 L univers des ENT dans les différents établissements de formation en Région Centre Au 18/01/2010 ENT de quoi parle-t-on? (in wikipedia) ENT, une définition de l'éducation nationale : L ENT est le service

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) et reconfiguration des sites universitaires, IGAENR 1, mars 2010.

Pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) et reconfiguration des sites universitaires, IGAENR 1, mars 2010. Pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) et reconfiguration des sites universitaires, IGAENR 1, mars 2010. Les premiers PRES ont été créés en 2007, leur principale ambition était de développer

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche D1 Réorienter le système d enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes

Plus en détail

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus 2 Le groupe Divalto, Solutions de gestion Catalyseur de performance Créé en 1982, le groupe Divalto propose des solutions de gestion

Plus en détail

www.premier-ministre.gouv.fr

www.premier-ministre.gouv.fr Portail du Gouvernement Site du Premier ministre Les Chantiers EN PERSPECTIVE Projets pour la France Tableau de bord du Gouvernement LES THÈMES Garantir la sécurité routière Les derniers titres Les dossiers

Plus en détail

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011 Collège d autorisation et de contrôle Avis n 02/2011 Première évaluation de la Recommandation du 24 juin 2010 relative à la mise en valeur des œuvres européennes et de la Communauté française dans les

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Corporate Blogging, site média La solution de blog professionnel pour les entreprises

Corporate Blogging, site média La solution de blog professionnel pour les entreprises Moon Seven - agence conseil en solutions Internet www.moonseven.fr 19 rue Emile Augier 93310 LE PRE SAINT GERVAIS - 06 84 19 89 52 Corporate Blogging, site média La solution de blog professionnel pour

Plus en détail

CAMPUS NUMERIQUE La contribution du CNED àla formation àla pédagogie 2.0

CAMPUS NUMERIQUE La contribution du CNED àla formation àla pédagogie 2.0 Ministère de l'éducation nationale Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Séminaire «Formation au et par le numérique dans les masters MEEF» CAMPUS NUMERIQUE La contribution du CNED àla

Plus en détail

Les Ateliers NPA. S appuyant sur cette expertise, Les Ateliers NPA

Les Ateliers NPA. S appuyant sur cette expertise, Les Ateliers NPA Formations Les Ateliers NPA R Référence en matière d étude et de conseil dans le secteur des médias et des services numériques, NPA Conseil met à disposition son expertise au service de son département

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/JF/FG/DCPSL/N 14-04 Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNEES ET SITE

Plus en détail

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD...

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Journée d étude Mercredi 26 novembre 2014 Les Learning Centres, un modèle de bibliothèque à interroger : du terrain à la recherche

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Contacts. Calendrier de l appel à projets

Contacts. Calendrier de l appel à projets CAHIER DES CHARGES Contacts Département de la Seine-Saint-Denis Direction de la Culture, du Patrimoine, du Sport et des Loisirs Mission «La Culture et l Art au Collège» micaco@cg93.fr / 01 43 93 83 37

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

Programme national «très haut débit»

Programme national «très haut débit» Liberté. Égalité. Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Programme national «très haut débit» - 1 - Sommaire I. ENJEU 3 II. DESCRIPTION GENERALE 4 III. PILOTAGE DU PROGRAMME 4 IV. PHASE DE LANCEMENT DU PROGRAMME

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche 14 e Journées des pôles associés et de la coopération Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche MESR - Mission de l'information scientifique et technique

Plus en détail

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour :

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : Préambule La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : capitaliser sur l image de marque véhiculée créer une plus grande synergie

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

Plateforme IST Agropolis

Plateforme IST Agropolis Plateforme IST Agropolis Etude préalable à la mise en œuvre d un projet collectif Présentation au Bureau d Agropolis 4 mai 2005 D. Fournier, L. Grasset et M.A. Mannucci Historique du projet Février 2004

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr Programme Avenir Lyon Saint-Etienne palse.universite-lyon.fr Qu est-ce que le PALSE? Le Programme Avenir Lyon Saint-Etienne (PALSE) est un programme porté par l Université de Lyon dans le cadre du programme

Plus en détail

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE Fonction de service émergente NUEL PROFESSIONNEL (dont la mutualisation entre CPIE ou structures locales pourrait être pertinente) COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE P R É A L A B L E À L A M I S

Plus en détail

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Contribution des TICE à l évolution du système éducatif Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Vision d acteur / Vision de chercheur Expérience durable Variété des fonctions Diversité des niveaux et des disciplines

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL «PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» Juin 2013 Introduction : Les parents sont parmi les principaux bénéficiaires de Paris classe numérique. Grâce à ce nouvel outil, la communication

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

communication digitale

communication digitale munication digitale Les fondamentaux de l'e-merce 12 Les réseaux sociaux au service du développement mercial 13 & 14 TECHNIQUES D OPTIMISATION DU RéFéRENCEMENT SUR LE WEB 15 & 16 Formations GOLF 2015 formation@ffgolf.org

Plus en détail

Règlement intérieur de la Cité

Règlement intérieur de la Cité Règlement intérieur de la Cité 19 mai 2015 p.1 PREAMBULE Objectifs La Cité est un équipement municipal de soutien à la vie associative. C est un lieu d accueil, de promotion, d information, de formation

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Réunion Information Investissements d Avenir

Réunion Information Investissements d Avenir Réunion Information Investissements d Avenir Logiciel Embarqué et Objets Connectés Sophia, 16 Juillet 2013 Investissements Avenir : Réorientation Réorientation de 2,2 Mds$ du budget non engagé des IA Soutien

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

Dossier. Mécénat 2013. Ensemble, construisons un monde solidaire et responsable!

Dossier. Mécénat 2013. Ensemble, construisons un monde solidaire et responsable! Dossier Mécénat 2013 Ensemble, construisons un monde solidaire et responsable! 1 Table des matières Prquoi devenir mécène? 3 Carte d identité : 4 Origines 4 Qui sommes ns? 4 Nos valeurs 5 Une reconnaissance

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Haute Ecole Galilée Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS, MM. Mihai COMAN, Bruno

Plus en détail

ACTIVITÉS DU RÉSEAU ALPIN DES ESPACES PROTÉGÉS

ACTIVITÉS DU RÉSEAU ALPIN DES ESPACES PROTÉGÉS Tagung der Alpenkonferenz Réunion de la Conférence alpine Sessione della Conferenza delle Alpi Zasedanje Alpske konference XI TOP / POJ / ODG / TDR A2 FR OL: DE ACTIVITÉS DU RÉSEAU ALPIN DES ESPACES PROTÉGÉS

Plus en détail

Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics

Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics Téléphone, internet, réseaux sociaux : quelle efficacité en prévention pour la santé? Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics David Heard Chef du dpt des campagnes,

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F)

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Paris Sciences et Lettres FICHE DE POSTE Intitulé du poste Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Positionnement dans la structure Le gestionnaire des données du Portail des savoirs est

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Février 2013 Les infrastructures de réseaux très haut débit

Plus en détail

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4 Newsletter du Pôle Le Pôle, petit rappel page 2 Les formations du dernier trimestre page 4 Un accompagnement méthodologique page 6 Les activités du dernier trimestre Les activités documentaires page 7

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche

Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche Compte-rendu et relevé de conclusions de la séance du 19 novembre 2009. Sous la co-présidence de M. Eric Piozin,

Plus en détail

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE La simulation numérique subit une double évolution, à laquelle notre discipline doit s adapter : elle se professionnalise et elle se dissémine : - Dissémination

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets CPIE Corte Centre Corse A Rinascita Coordination régionale de la Fête de la Science Guide Appel à projets PREAMBULE LA FETE DE LA SCIENCE 2014 EN CORSE Depuis 3 ans le CPIE Corte Centre Corse, Pôle Territorial

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail