ESTIM. Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ESTIM. Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia"

Transcription

1 ESTIM Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia GOUVERNANCE DE LA CSTI FORMATION NUMÉRIQUE /ARTS SCIENCES TECHNOLOGIES

2 Face à une crise économique mondiale et aux difficultés rencontrées dans l enseignement des sciences et des techniques pour susciter le goût de la découverte et de nouvelles vocations, le gouvernement français a réaffirmé l importance d investir dans la société de la connaissance et les nouvelles technologies. À cet effet, l État a attribué dans le cadre de son programme pour l égalité des chances, une première enveloppe de 50 millions d euros pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI). Universcience et 32 partenaires du monde de la culture, de l éducation, de la recherche, de l industrie et des médias se sont mobilisés pour proposer de nouveaux modes de transmission des connaissances interdisciplinaires et expérimentales. Ensemble, ils ont bâti une initiative ambitieuse : Estim, pour l égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia. Cette initiative, retenue par le jury en septembre 2011, repose sur plusieurs constats concernant la CSTI : l impact positif avéré de l action des acteurs de la CSTI en matière de diffusion des sciences et des techniques auprès du grand public qui pâtit de l absence d un réseau de la CSTI suffisamment organisé et dynamique pour peser dans le débat public ; une production de contenus scientifiques et techniques riche et diversifiée mais insuffisamment diffusée auprès des publics ; la nécessité de remédier au cloisonnement croissant entre les disciplines scientifiques et techniques et les autres domaines de la connaissance et de la culture ; l évolution profonde des pratiques culturelles et des nouveaux usages numériques, notamment parmi les jeunes ; l existence de savoir-faire dans la médiation scientifique reconnus mais peu professionnalisés et insuffisamment liés aux autres expériences de médiation. D autre part, l initiative Estim a l ambition de répondre à plusieurs attentes dans le domaine de la médiation scientifique et technique en mettant en place : des outils et des services permettant la mise en réseau accrue des acteurs de la culture scientifique et technique et adaptés aux nouveaux usages offerts par les nouvelles technologies ; des outils d évaluation de l impact des actions des acteurs de la CSTI notamment auprès des publics ; des outils permettant de coproduire et mutualiser des ressources et des outils de médiation scientifique, particulièrement dans un contexte de restriction budgétaire ; des outils permettant de stimuler les modes de médiation fondés sur l interdisciplinarité, la créativité et la coconstruction avec les publics ; des outils incitant à la création de contenus innovants de CSTI utilisant de nouveaux modes d écritures notamment numériques ou artistiques ; des formations de médiateurs scientifiques. L initiative Estim développe ainsi des modes d apprentissage et de médiation scientifique d excellence pour favoriser l égalité d accès aux sciences et aux technologies et pour augmenter le nombre de vocations pour les métiers scientifiques et techniques. Estim s adresse à un public considérablement élargi au regard des visiteurs traditionnels des centres de science : l initiative vise l ensemble des foyers français et les acteurs de l éducation, mais cible en particulier les jeunes de 15 à 25 ans, les publics en difficultés économiques et sociales et les élèves des internats d excellence. Dans la ligne de la mission de pôle national de référence de la CSTI confiée à Universcience par ses ministères de tutelle, Estim doit permettre aux acteurs de la CSTI de structurer leurs offres, d améliorer la production et d étendre la diffusion de nouveaux outils de médiation scientifique sur l ensemble du territoire. Estim vise également à dynamiser l impact culturel, économique et social de ces acteurs au niveau local afin qu ils jouent pleinement leur rôle de catalyseurs de l innovation et de l égalité des chances dans leurs territoires. Cette initiative s inscrit résolument dans un objectif de changement d échelle et d impact accru tant au niveau national qu au niveau local. Estim s organise autour de trois grands programmes : PROGRAMME GOUVERNANCE DE LA CSTI : accompagner la mise en place d une nouvelle organisation des acteurs pour impulser au niveau national et territorial une politique commune de CSTI, augmenter sa visibilité, son impact et optimiser la gestion des ressources ; PROGRAMME FORMATION : créer une École de la médiation pour professionnaliser la transmission des savoirs scientifiques et techniques ; PROGRAMME NUMÉRIQUE/ARTS SCIENCES TECHNOLOGIES : offrir aux acteurs de la culture scientifique des services en lien avec les aspirations créatives qu offre le numérique, en agissant sur chacun des éléments de la chaîne de médiation numérique depuis la production de contenus jusqu à leur diffusion, en passant par leur stockage et leur gestion. 2 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

3 Chacun de ces programmes fédère les acteurs de référence dans les secteurs concernés. Le suivi et l évaluation des actions envisagées doivent à terme conduire à étendre les partenariats et à transférer les outils et les savoir-faire capitalisés à l ensemble des acteurs de la CSTI. Par son ambition, l initiative Estim se donne les moyens d avoir un impact mesurable pour développer la culture scientifique et technique des Français et de jouer un rôle décisif dans les politiques publiques en faveur de l égalité des chances. Le projet Estim représente un budget global de 18,6M financé à hauteur de 9M par les investissements d avenir. Unité : M Budget global Apports des investissements d avenir Taux de financement Gouvernance 4,1 2,0 48% Formation 1,4 0,6 44% Numérique/AST 13,2 6,4 49% Estim 18,6 9,0 48% 3 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

4 Projet GOUVERNANCE DE LA CSTI 1 Accompagner la mise en place d une nouvelle organisation des acteurs pour impulser au niveau national et territorial une politique commune de CSTI, augmenter sa visibilité, son impact et optimiser la gestion des ressources. LE CONTEXTE ET LES ENJEUX Répartis sur le territoire français, les acteurs de la CSTI développent depuis plus de trente ans leur plus-value éducative : non contraints par les cadres des programmes d enseignement obligatoire, ils ont le champ libre pour aborder les savoirs scientifiques et techniques sous l angle de la curiosité et du plaisir de la découverte. Ainsi les acteurs de la CSTI jouent-ils un rôle essentiel dans la démocratisation de l accès aux savoirs. Cependant, l écosystème de la CSTI est extrêmement fragmenté, comptant près de 480 acteurs d une taille moyenne inférieure à 10 ETP avec un budget moyen de fonctionnement inférieur à 250K. A ces petits acteurs s ajoutent les organismes de recherche publics (CNRS, CEA, Inria, Inserm, etc), les universités, les associations scientifiques, les muséums et les planétariums. Lors de sa création le 1 er janvier 2010, le Président de la République a confié à Universcience le rôle de pôle national de référence de la culture scientifique et technique, avec pour mission de : fédérer les acteurs au sein d une nouvelle gouvernance au niveau national, garante de la concertation et de la prise en considération des intérêts de chacun, outil de dialogue permanent sur le terrain, proposer des programmes communs visant à définir des projets pédagogiques et de médiation innovants, développer de nouveaux territoires éditoriaux, renouveler et élargir les publics, s inscrire dans la stratégie nationale de recherche et d innovation (SNRI) et dans les stratégies territoriales (Strater) élaborées par le MESR. LES OBJECTIFS Le programme Estim-Gouvernance a pour objectifs d accélérer le déploiement du pôle national de référence de la CSTI en proposant des outils permettant de mobiliser et d optimiser les ressources et de favoriser l élaboration d un nouveau modèle collaboratif à l échelle nationale. LES ACTIONS À DÉVELOPPER Le déploiement du pôle national de référence passe par la mise en place : d un conseil national de la CSTI, présidé par la présidente d Universcience, ayant pour mission d impulser une politique nationale de la CSTI avec une vision européenne et de porter son ambition sociétale pour un partage des savoirs. Il est garant d une cohérence interterritoriale, de pôles territoriaux de référence ayant pour mission l animation d un réseau structuré d acteurs de la culture scientifique situés sur un territoire défini, en articulation avec la stratégie nationale définie par le conseil national de la CSTI, de communautés thématiques qui regroupent des acteurs de la CSTI sur une thématique donnée, d un comité opérationnel rassemblant Universcience, des organismes de la CSTI et des représentants des pôles territoriaux de référence, chargé de faire l interface entre le conseil national de la CSTI et les acteurs. Dans ce cadre, le projet Estim-Gouvernance aura trois champs d action : Le pilotage de la gouvernance de la CSTI assuré par Universcience, en collaboration avec l AMCSTI. Cette action prévoit : la mise en place des instances de gouvernance : Conseil national de la CSTI, comité opérationnel, pôles territoriaux de référence et communautés thématiques, la mise en place de processus opérationnels inhérents au projet (cartographies, cahier des charges et désignation des contributeurs aux plateformes numériques, des organisateurs de forums, etc), la relance d un processus de labellisation des acteurs, l identification d objectifs, de critères, d indicateurs et d un protocole d évaluation de l impact de la CSTI. 4 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

5 L organisation de forums : ateliers de travail organisés par les acteurs du territoire, en collaboration avec l Amscti (forums territoriaux) et par Universcience (forums nationaux). Ces forums réunissent une centaine de participants au niveau territorial et plusieurs centaines au niveau national. Ils ont pour objectif de favoriser le partage des compétences et des savoir-faire, d accompagner la mise en place des organes de gouvernance (pôles territoriaux, conseil national, communautés thématiques, comité opérationnel), d en préciser le fonctionnement et la régulation, dans un souci de dialogue avec les acteurs. La mise en place de plateformes numériques territoriales : outils de travail collaboratif pour les pôles territoriaux de référence, interconnectées avec le portail numérique national de la CSTI (cf. Estim-Numérique). Ces plateformes numériques sont animées et alimentées par les pôles. Elles doivent permettre : d accroître la capacité de rayonnement et de services aux publics de chaque acteur, de faciliter les échanges et le partage d expertise et de compétences entre les acteurs, de stimuler les coproductions de produits et de services et leur circulation, d organiser une veille territoriale en lien avec l Observatoire de la CSTI mis en place par l Ocim. Le projet fera l objet d une communication structurée auprès des différentes parties prenantes, ainsi que d une évaluation indépendante. L ARTICULATION AVEC LES AUTRES PROJETS ESTIM Le projet s articulera avec les outils développés au sein d Estim : Estim-Numérique/Art-Science-Technologie : un portail de la CSTI, des outils d infrastructures (Digital Asset Management, service d indexation et moteur de recherche, service de cloud computing), des bourses de coproduction de contenus, des plateformes numériques collaboratives qui permettront aux professionnels de la CSTI d avoir accès à des services qui leurs sont dédiés. Estim-École de la Médiation : dispositifs de formations aux métiers de la médiation. LES PARTENAIRES DU PROJET 5 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

6 Projet FORMATION 2 Créer une École de la médiation pour professionnaliser la transmission des savoirs scientifiques et techniques. LE CONTEXTE ET LES ENJEUX Dans une société de la connaissance, dans laquelle l investissement dans la recherche et le développement pour l innovation constituent les moteurs de la croissance, les acteurs de la culture scientifique et technique jouent un rôle décisif dans l engouement et l émulation pour les savoirs scientifiques et technologiques. Au sein des structures diffusant la culture scientifique et technique, les médiateurs et animateurs scientifiques interviennent pour expliquer, décrypter des savoirs dont la complexité apparente peut intimider le grand public. Au-delà de la simple «vulgarisation» scientifique, ils accompagnent le public dans une démarche d appropriation des savoirs. En raison du rôle clé de médiation qu ils jouent auprès des publics, la question de leur formation et de leur professionnalisation est essentielle. Les formations disponibles pour ces médiateurs sont peu nombreuses, dispensées essentiellement dans le cadre universitaire pour la formation initiale et très peu nombreuses pour les professionnels, en formation continue. La prise de conscience des pouvoirs publics en faveur d un renouvellement de l enseignement des sciences constitue une opportunité pour structurer et développer la formation des principaux acteurs de l éducation informelle en science et de la diffusion de la culture scientifique. LES OBJECTIFS Le projet Estim-Ecole de la médiation a pour objectif de professionnaliser la transmission des savoirs scientifiques et techniques. Pour ce faire, le projet consiste à mettre en place des modules de formation et à équiper des espaces de formation professionnelle destinés prioritairement aux médiateurs, animateurs scientifiques déjà en poste dans les centres de culture scientifique et technique (CCSTI), les musées, les associations, les clubs de loisirs scientifiques et bibliothèques, et par extension aux chercheurs et autres médiateurs scientifiques. LES ACTIONS À DÉVELOPPER Ce projet s organisera autour de trois grands pôles : Pôle Conception : qui aura à charge de construire les contenus des futures formations et les lieux nécessaires à leur exploitation : conception de modules de formations : ces briques élémentaires agencées ensembles constitueront des parcours de formation. Ces modules et parcours de formation seront conçus en associant notamment les compétences métiers des acteurs de terrain de la médiation scientifique ainsi que celles des professionnels de la formation pour adultes et des experts de la didactique des sciences. Dans leur construction, ces modules s appuieront sur la connaissance des spécificités de l apprentissage chez l adulte, et des contraintes de la formation continue courte. Dans leur forme, ils privilégieront les méthodes actives et participatives, avec un juste équilibre entre apports pratiques, opérationnels et éclairages théoriques, réalisation des supports pédagogiques associés à ces modules : kit de formation comprenant des supports physiques ou en ligne utilisés lors de la session, équipement de 2 salles de formation : une à la Cité des sciences et de l industrie, et une à l Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes (ESPCI ParisTech). Pôle Formation dont les principales actions viseront à organiser la phase opérationnelle du projet : montage des formations en mode test : les modules et parcours seront testés auprès des publics visés par le projet (médiateurs et animateurs scientifiques, etc.). Ces tests permettront de finaliser les futures formations en s adaptant au plus près aux besoins de ces populations ; formation de futurs formateurs : des formations certifiantes à la formation d adultes seront suivies par les différents partenaires permettant d acquérir les compétences nécessaires en matière pédagogique. 6 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

7 Pôle Observatoire dont la fonction sera de décrire les pratiques métiers de la médiation scientifique, et d en suivre les évolutions, les innovations dans le monde, et de mener des études ainsi qu une veille sur les publications et les pratiques propres à ce domaine. Ces études viendront alimenter le pôle conception. Les travaux porteront notamment sur : une étude de définition des attentes et besoins en formation des médiateurs et animateurs en fonction des spécificités de leurs champs d intervention puis élaboration d un référentiel métier, un recensement des études et publications existantes dans le champ de la médiation scientifique, l organisation d une veille sur les bonnes pratiques en matière de formation à la médiation et les pratiques de médiation innovantes. R&D portant à la fois sur les pratiques de formation innovantes en matière de formation métier, et sur les pratiques de la médiation. En outre, à travers l évaluation, et la dissémination, le projet Estim-Ecole de la médiation s attache à mieux partager et développer les recherches sur les pratiques, les enjeux, les cadres et les impacts des actions de formation à travers la publication des études réalisées, et la diffusion des formations à travers les organismes de formation partenaires. Le projet fera également l objet d une évaluation indépendante. L ARTICULATION AVEC LES AUTRES PROJETS ESTIM Le projet s articulera avec le projet Estim-Numérique/AST qui inclut notamment un portail dédié aux professionnels de la CSTI permettant d avoir accès notamment à ces modules de formation en ligne. LES PARTENAIRES DU PROJET 7 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

8 3 Offrir Projet NUMÉRIQUE / ARTS SCIENCES TECHNOLOGIES aux acteurs de la culture scientifique des services en lien avec les aspirations créatives qu offre le numérique, en agissant sur chacun des éléments de la chaîne de médiation numérique, depuis la production de contenus jusqu à leur diffusion, en passant par leurs stockage et leur gestion LE CONTEXTE ET LES ENJEUX La diffusion de la culture scientifique et technique par les médias de masse s amenuise progressivement au profit d une programmation plus consensuelle. Ainsi, bien que les Français passent en moyenne 24h par semaine devant la télévision, on ne trouve que 4 émissions scientifiques de 30 minutes en moyenne parmi les chaînes de TV grands publics (C est pas sorcier, E=M6, Prouve-le, ADN). Par ailleurs, seulement pages sur Internet sont proposées par des acteurs référents de la CSTI, sur les millions de pages référencées par Google autours de contenus similaires. L apparition des nouvelles plateformes de diffusion (internet, mobilité, etc.) dans le paysage médiatique est une formidable occasion de pouvoir rendre accessible les contenus scientifiques en stimulant la création partagée, la diffusion conjointe, la transmission des connaissances. C est également le moyen de transformer une approche éditoriale aux abords traditionnels en un média en mouvement pour le consommer «où je veux, quand je veux, comme je veux» et répondant aux attentes des publics, et particulièrement à la génération des ans, peu présente dans les centres de science, et pour laquelle, cette tendance au développement de pratiques amateurs par le numérique est particulièrement forte. Ces nouvelles formes de diffusion sont le signe d une appétence à la créativité et à l engagement dans la démarche d appropriation des connaissances. Aussi, nombreux sont les acteurs qui souhaitent avoir accès plus largement à ces contenus, qu il s agisse du grand public, mais également des acteurs de l éducation formelle (enseignants, éditeurs scolaires, ENT) et des professionnels de la CSTI eux-mêmes désireux de pouvoir ré-exploiter ces contenus dans leur pratiques de médiation. Or, si les acteurs de la CSTI produisent des contenus numériques innovants dans leur proposition pédagogique, cette production reste le fait d un petit nombre d acteurs. En outre, aussi innovants soient-ils, ces contenus trouvent difficilement leur chemin vers le grand public. En effet, l écosystème de la CSTI est actuellement extrêmement fragmenté, comptant près de 480 acteurs d une taille moyenne inférieure à 10 ETP. Aussi, la production de contenus numériques innovants constitue un coût élevé au regard du budget annuel moyen de fonctionnement des acteurs de la CSTI. A titre d exemple, la production d un documentaire audiovisuel de 52 minutes représente 80 % du budget annuel moyen de fonctionnement d un centre de science. La contrainte budgétaire entraîne trois conséquences : La forte dispersion de la production, résultant de l extrême fragmentation des acteurs de la CSTI et leur manque de moyens. Cette dispersion a pour conséquence un manque de visibilité sur l ensemble de l offre numérique produite par les acteurs de la CSTI. Les droits sont négociés de façon restrictive, pour le temps d une exposition ou d un événement, dans certains cas, diffusable au mieux sur Internet. Les rediffusions ultérieures sur divers supports ne sont pas envisagées. L opérabilité des contenus est envisagée de façon limitée, les contenus étant prévus pour une diffusion sur une table multitouch, ou un écran vidéo dans une exposition. Le coût marginal pour une ré-exploitation multi support n est pas souvent pris en compte. LES OBJECTIFS Le projet Estim-Numérique/AST se fixe pour objectif de permettre à l ensemble des acteurs de la CSTI de changer d échelle dans la production et la diffusion de contenus et d offrir aux acteurs de la culture scientifique des espaces d innovation en lien avec les aspirations créatives qu offre le numérique. Pour développer la diffusion des contenus numériques tout en levant la contrainte budgétaire, l objectif d Estim-Numérique/AST est d amortir les coûts liés à la production, à la gestion et à la diffusion des contenus numériques en réalisant des économies d échelles et ce en accroissant considérablement leur diffusion. 8 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

9 Ainsi, le projet repose sur trois actions : accroître la diffusion en utilisant un canal de diffusion de masse : portails Internet, augmenter et mutualiser les productions de contenus et les achats de droits pour alimenter les canaux de diffusion et amortir les coûts de production, tout en garantissant une diversité créative, une qualité scientifique et pédagogique, dans les contenus produits, se doter des infrastructures nécessaires au stockage, à la gestion, et à la diffusion mutualisée des contenus. Aussi, le projet Estim Numérique/AST intervient sur chacun des éléments de la chaîne de médiation numérique depuis la production de contenus jusqu à leur diffusion, en passant par leurs stockage, et leur gestion. LES ACTIONS À DÉVELOPPER Le projet Estim Numérique/AST s organisera autour de trois grands pôles : Augmenter et mutualiser les productions de contenus et les achats de droits : la diffusion de masse requiert une abondance de contenus. Cependant, les contenus existants disponibles sont rares et couteux : les contenus de CSTI existants et de qualité ne sont pas en nombre suffisant pour alimenter le projet numérique car peu sont réalisés par des professionnels (production labélisée versus user generated content), peu sont exploitables dans leur forme actuelle pour de la diffusion de masse (écriture spécifique, interactivité, format court), peu sont disponibles de droits ; le coût marginal post production pour adapter la forme des contenus (séquençage des formats longs) ou libérer les contenus non disponibles de droits (identification des ayants droits, négociation unitaire) est très élevé. En revanche, donner une impulsion à la production de contenus de la CSTI innovants permettrait : d assurer à l avenir la production et la mise à disposition à moindre coût, de contenus innovants, libérés de droits pour une diffusion multi supports, via la syndication des acteurs autour des contenus de CSTI (coproduction et rachat groupé des droits négociés en fonction des usages), de renforcer la valeur pédagogique de ces contenus pour en permettre une utilisation dans le domaine scolaire, de développer une offre multimédia nationale aujourd hui faiblement couverte par les médias traditionnels français, principalement réalisée par des producteurs anglo-saxons et asiatiques. Ainsi, le projet Estim-Numérique/AST propose de lancer des bourses incluant de la coproduction de contenus et du rachat de droits sur des contenus existants. Se doter des infrastructures nécessair es au stockage, à la gestion, et à la diffusion mutualisée des contenus afin de : mutualiser les frais de stockage des contenus numériques (Cloud Computing), d améliorer la visibilité et l accès aux contenus numériques (référentiel commun et moteur de recherche), d optimiser la gestion et la distribution des contenus et des droits afférents (Digital Asset Management). La mise en place d un système mutualisé de production et de gestion de contenus nécessite une infrastructure qu aucun acteur de la CSTI ne peut aujourd hui financer : condition de sécurité et d interopérabilité : les infrastructures actuelles ne permettent pas de mutualiser contenus, productions et gestion de droits des acteurs (problèmes de sécurité, d interopérabilité, etc), coût fixe élevé : la mutualisation nécessite d investir dans des outils et infrastructures informatiques coûteux (moteur de recherche, stockage massif de données, DAM). Aussi, un seuil minimum de flux de contenus, en deçà duquel l investissement en infrastructure ne pourra être amorti, est nécessaire. Accroître la diffusion en utilisant des canaux de diffusion de masse : une fois recensés, indexés et enregistrés sur le DAM, la diffusion des contenus numériques de culture scientifique et technique passera par deux portails de diffusion : une plateforme nationale de ressources à destination du grand public, fédérant les contenus des acteurs de la CSTI, permettant de les répertorier, d agréger ces offres autour d un référentiel commun, et ainsi de permettre le développement de services spécifiques de recherche et d usages, adaptés aux différentes catégories de public. Ces différents contenus seront accessibles via le portail de la CSTI et renverront vers les offres des sites institutionnels des partenaires, une plateforme professionnelle offrant des services permettant de structurer les échanges entre les acteurs de la CSTI (ex : annuaire des formations et modules de formation en ligne, calendrier des expositions et des itinérances, etc), 9 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

10 Ces différents outils permettront de démultiplier les voies de diffusion des contenus et services de culture scientifique : les contenus produits par chacun des acteurs pouvant être diffusés à la fois sur leur propre site et sur le portail national de la CSTI augmentant mécaniquement le niveau d audience. En outre, le projet s accompagne d une démarche de communication et de dissémination afin de pouvoir mieux partager et mutualiser les outils de gestion et de production de contenus numériques afin de favoriser l utilisation de ces pratiques de méditations culturelles. Ainsi, les différentes étapes de la construction des portails et des outils d infrastructure feront l objet d une communication auprès des acteurs de la CSTI : sondage d évaluation des besoins et test des différentes versions auprès d un panel d acteurs de la CSTI, communication via différents supports (lettre de la CSTI, lettre de l AMCSTI, etc) sur l avancement du projet, présentation des différents outils (aux acteurs en région, au cours d un forum national, aux instances de gouvernance, etc). Les différentes actions du projet Estim-Numérique feront également l objet d une évaluation indépendante. L articulation avec les autres projets Estim Le projet Estim-Numérique/AST s articulera avec l ensemble des outils développés dans le cadre des projets Estim et les promouvra auprès des acteurs. Il s agit de : Estim-Gouvernance : des plateformes numériques collaboratives rattachées au portail national de la CSTI, permettront aux acteurs des pôles territoriaux de référence, d utiliser et d enrichir les différents outils d Estim-Numérique/AST. Estim-Formation : visibilité donnée aux modules de formation aux métiers de la médiation. LES PARTENAIRES DU PROJET 10 ESTIM (Égalité d accès aux sciences, aux technologies, à l innovation et au multimédia)

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin.

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Sommaire 1. POURQUOI? La transformation digitale des entreprises et des administrations est devenue une nécessité que nul ne peut

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs www.enseignementsup-recherche.gouv.fr @sup_recherche / #1anFUN APPEL A PROJETS CREAMOOCS : DES RESULTATS QUI TEMOIGNENT D UNE FORTE IMPLICATION DES REGROUPEMENTS

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous)

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) Entre l État, représenté par Bernard BENHAMOU, Délégué aux usages de l Internet (Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche) Et Il est convenu ce qui

Plus en détail

Le numérique : une ouverture sur la Cité

Le numérique : une ouverture sur la Cité Le numérique : une ouverture sur la Cité Le choix du numérique Les atouts de l UDS Une position politique affirmée La présence d une vice-présidence politique numérique mettant en lumière l importance

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1 www.inmediats.fr 2 VERS DES AGORAS DE L innovation Partie 1 VERS DES AGORAS DE L innovation Inmédiats est un projet imaginé et construit par six centres de culture scientifique, technique et industrielle

Plus en détail

Le développement des technologies de l information et de la communication dans l enseignement supérieur

Le développement des technologies de l information et de la communication dans l enseignement supérieur Le développement des technologies de l information et de la communication dans l enseignement supérieur Sous-direction des TICE service des technologies et des systèmes d information Secrétariat général

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

PROJET RESEAU SOCIAL INTERNE COLLABORATIF

PROJET RESEAU SOCIAL INTERNE COLLABORATIF Direction de l Innovation et de la RSE PROJET RESEAU SOCIAL INTERNE COLLABORATIF CCE du 29 avril 2015 DEFINITION D UN RESEAU SOCIAL INTERNE Qu est-ce qu un Réseau social interne? C est une plateforme collaborative

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 CHAPITRE 1 UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ AU SEIN DE LA COMUE UPE UPE : DU PRES À LA COMUE 2007 : UPEC et UPEM deviennent membres fondateurs

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Une expérimentation de cartographie littéraire numérique du territoire français LE SERVICE

Une expérimentation de cartographie littéraire numérique du territoire français LE SERVICE Une expérimentation de cartographie littéraire numérique du territoire français LE SERVICE GéoCulture La France vue par les écrivains est un service numérique, interactif et gratuit reposant sur le principe

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels.

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels. Délégation académique à la formation des personnels de l Éducation nationale [Dafpen] Cahier des charges - cadre Volet 1 : Contexte et Orientations ************* Plan académique de la formation continue

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU FORM ACTEUR

GUIDE PRATIQUE DU FORM ACTEUR GUIDE PRATIQUE DU FORM ACTEUR Parce que transmettre votre savoir et votre expérience fait partie de votre mission quotidienne édito L IFCAM, Université du Groupe Crédit Agricole, s appuie depuis son origine

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

Kilimandjaro University : Université Africaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et de l économie durable.

Kilimandjaro University : Université Africaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et de l économie durable. !!!!!!!!!!!! Kilimandjaro University : Université Africaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et de l économie durable Première session Une formation certifiante des cadres et dirigeants sur

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

#Educalab. Présentation Educalab

#Educalab. Présentation Educalab #Educalab Présentation Educalab Cap Digital, en bref Plus de 950 membres en juin 2015 : PME et Startups ETI/GE/EPIC Investisseurs en capital Ecoles et universités R&D et innovation : Depuis 2006 : 1950

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

FORMATION CONSEIL. La formation créative. L intelligence collective

FORMATION CONSEIL. La formation créative. L intelligence collective La formation créative CONSEIL FORMATION L intelligence collective formation Partenaire des Centres de formation, des Ecoles, des Universités et des Entreprises Alliance Formation propose Des solutions

Plus en détail

Class code. Former les Éducateurs À l'informatique pour notre Société Numérique. MagicMakers MagicMakers 1

Class code. Former les Éducateurs À l'informatique pour notre Société Numérique. MagicMakers MagicMakers 1 Class code Former les Éducateurs À l'informatique pour notre Société Numérique. MagicMakers MagicMakers 1 I. UNE VISION 2 En 2016 Madame la Maire de Villeneuve-les-Bois a été convaincue de l intérêt de

Plus en détail

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable La chaire de Finance et Développement Durable Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable 1 Vers des mécanismes de gestion collective du Développement Durable par une approche

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

MEDIASTIAM. Pôle de Médiation Scientifique, Technique et Industrielle Arts et Métiers C O N C E V O I R D E M A I N

MEDIASTIAM. Pôle de Médiation Scientifique, Technique et Industrielle Arts et Métiers C O N C E V O I R D E M A I N Pôle de Médiation Scientifique, Technique et Industrielle Arts et Métiers MEDIASTIAM Campus Arts et Métiers d Aix-en-Provence Février 2015 1 C O N C E V O I R D E M A I N SOMMAIRE Description du projet

Plus en détail

Université Normande du Numérique

Université Normande du Numérique Université Normande du Numérique 15 et 16 avril 2014, Caen Le Club TIC de Normandie invite ses partenaires institutionnels, associatifs, académiques et entrepreneuriaux à s associer à l organisation de

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Accélérer les projets de géoservices des PME

Accélérer les projets de géoservices des PME ign.fr En partenariat avec Accélérer les projets de géoservices des PME 1 ère ÉDITION JUILLET 2014 Nicolas Lambert (IGN) Carlos Cunha (Cap Digital) LE CONTEXTE GÉNÉRAL L INNOVATION À L IGN UNE HISTOIRE

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia Formations professionnelles De la création à la production transmedia Le savoir-faire du Transmedia Lab Le Transmedia Lab Nous avons la conviction que d ici 5 ans, 50% des productions audiovisuelles auront

Plus en détail

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 0. Préambule THESAME centre de ressources de la région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

Initiatives de valorisation des connaissances au Groupe de recherche Médias et santé

Initiatives de valorisation des connaissances au Groupe de recherche Médias et santé Journées de la Prévention INPES 3 avril 2009- Paris Initiatives de valorisation des connaissances au Groupe de recherche Médias et santé Jérôme Elissalde Agent de valorisation et de transfert des connaissances

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Usages du numérique : analyse et plan d action à l échelle de la ComUE Université Paris-Saclay

Usages du numérique : analyse et plan d action à l échelle de la ComUE Université Paris-Saclay RENCONTRES DU CFQCU 2015 Usages du numérique : analyse et plan d action à l échelle de la ComUE Université Paris-Saclay 26 mai 2015 Paris-Saclay : un territoire au cœur du grand Paris La Plaine Saint-Denis

Plus en détail

Missions retenues par la Commission Promotion de l Entreprenariat. Un projet phare : L Académie des Entrepreneurs

Missions retenues par la Commission Promotion de l Entreprenariat. Un projet phare : L Académie des Entrepreneurs MISSIONS Missions retenues par la Commission Promotion de l Entreprenariat Un projet phare : L Académie des Entrepreneurs Information Aider les entrepreneurs à accéder à des informations complètes et organisées

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTEXTE GÉNERAL L optimisation de la logistique des flux de matériaux de construction est une

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés :

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : PRESENTATION DE L ORGANISME D ACCUEIL Ressourcer le monde Clients : Collectivités/ Industriels/ Secteur Tertiaire

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail