L actualité décryptée sous toutes ses formes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L actualité décryptée sous toutes ses formes"

Transcription

1 20 Le magazine de la Junior Entreprise HEC de Lausanne L actualité décryptée sous toutes ses formes Finance / Échanges / Start-ups / Technologie / Société / HEC Lausanne

2 Formations linguistiques pour cadres & professionnels Immersion linguistique totale Formations ultra intensives pour un maximum de progrès en un minimum de temps Cours spécialisés (RH, finance, droit, business, etc.) Développement de son réseau de contacts Environnement multiculturel Découvrez également nos autres programmes: Séjours linguistiques pour étudiants, adultes et professionnels, dès 16 ans Plus de 20 langues, 50 pays et 250 destinations Large choix de formules de cours pour tous niveaux Préparation aux examens officiels, reconnus internationalement Programmes de cours PLUS (sports, culture, aventure) Gap Year: Programmes long terme Trimestre, semestre, année académique Année multilingue Cours + stage en entreprise Cours + volontariat Cours + job rémunéré (job club) ESL - Montreux Grand-Rue Montreux t e ESL - Genève Rue du Marché Genève t e ESL - Lausanne Escaliers du Grand Pont 7 (Place de l Europe) 1003 Lausanne t e

3 introduction Editorial Chères lectrices, chers lecteurs, C est avec grande joie que l équipe de l EM vous présente sa 20ème édition du magazine annuel de la Junior Entreprise HEC. Pierre Berthaud, Coline Chabloz et Maxime Weill, équipe EM, année 2013 / 2014 La mise sur pied de cette publication est un challenge considérable, qui nous tient en haleine pendant toute une année. Les défis nous attendent au moindre virage : de la recherche de thèmes d actualités, jusqu au bouclement du budget, en passant par la recherche d auteurs Fort heureusement, la grande cohésion qui existe au sein de notre groupe, et une expérience accumulée depuis bientôt 30 ans, vous offrent aujourd hui l opportunité d explorer cette nouvelle édition. Au menu : des étudiants, des professeurs, des entrepreneurs et des spécialistes. Ils vous donneront un aperçu de leur vision sur l actualité, de leurs pratiques et du monde dans lequel ils opèrent, pour certains depuis près de 30 ans. L équipe de la Junior Entreprise profite de ces quelques lignes pour remercier tous nos sponsors, nos auteurs, ainsi que tous les acteurs qui ont permis la création de ce numéro de l EM. Ce fut un plaisir de collaborer dans le but de fournir, aux étudiants et aux professionnels, un ouvrage qui informe, apprend, et donne envie d explorer. La découverte, c est l aventure dans laquelle vous vous engagez, en tournant ces pages. Alors laissez-vous emporter et surprendre le temps d une lecture! Nous vous souhaitons bien du plaisir. EM N /

4 EM, un magazine édité par la Junior Entreprise HEC de Lausanne Éditeur Junior Entreprise HEC Lausanne, Responsables de la publication Coline Chabloz, Maxime Weill et Pierre Berthaud Design, concept, mise en page Pigment Design & Communication, Crédits images Corbis, Keystone, istockphoto, DR Couverture Cameron Davidson/Corbis Impression, reliure Atar Roto Presse SA, Satigny Distribution Universités suisses, EPFL et milieux professionnels de Suisse Romande Copyright 2014 Junior Entreprise HEC Lausanne 2 EM N / 2015

5 EM N /

6 24 Pour une mobilité étudiante Cronodeal Le jour où la finance a tué l économie 14 Sommaire Introduction 1 Éditorial 4 Sommaire 6 Mot du Président 7 Préface du Doyen 8 Faits marquants ans de l EM! Finance 14 Le jour où la finance a tué l économie Échanges 21 3ème année HEC, un nouveau départ 22 Interviews d'étudiants 24 Pour une mobilité étudiante... Start-ups 30 BSFWire Sàrl 31 Cronodeal 32 It's Adil 33 Palmyra 34 QuestionMe 4 EM N / 2015

7 Quel avenir pour les Smart Watches? Facebook et la stratégie Pacman 51 Un monde en Parallaxe Technologie 38 Le Cloud Computing en Les Smart Watches auraient-elles déjà leur avenir derrière elles? 51 Un monde en Parallaxe. Qu est-ce que le Parallaxe dans le WebDesign? Société 58 Le nouveau match de Tinder 64 Facebook et la stratégie Pacman HEC Lausanne 72 Les nouveaux acteurs du corps professoral Junior Entreprise HEC 76 Présentation 78 Business Game 79 HEC Challenge Golf Cup 84 Membres 2013/2014 EM N /

8 introduction Mot du Président Assidus lecteurs, vous tenez enfin entre vos mains ce nouvel EchosMoney. Nicolas Claret, Président de la Junior Entreprise HEC Lausanne, année 2013 / 2014 Revu et corrigé pour son 20ème anniversaire, c est donc le «re-baptisé» EM, ayant atteint sa pleine maturité, que vous vous apprêtez à feuilleter. Cette parution est une nouvelle preuve du travail de qualité que fournissent les équipes de la Junior Entreprise année après année. Et bien que cet évènement puisse vous paraître ponctuel, c est grâce à une équipe aussi brillante que soudée ainsi qu à des rédacteurs de génie, en la personne de Coline Chabloz, Pierre Berthaud et Maxime Weill, que vous pouvez faire glisser le papier de ce magazine sous vos doigts. Par ailleurs, cette 20ème de «l EM» démontre également toute la capacité d adaptation de la Junior Entreprise dans ces temps de grands changements, pour toujours être à la page, aussi bien dans la réalisation de nos mandats pour nos clients que pour nos activités annexes, dont ce magazine est un des piliers. Et bien que le format papier ne soit plus aussi choyé qu il y a quelques années, et sans passer pour autant pour des puristes, nous avons décidé après mure réflexion de garder celui-ci qui symbolise, selon moi, un des esprits des 30 ans d expérience de la Junior Entreprise. Il ne me reste dorénavant plus qu à remercier nos incroyables sponsors, nouveaux ou plus anciens, avec lesquels nous travaillons main dans la main pour tenter de trouver la meilleure alternative, aussi bien pour eux que pour nous ; avant de laisser la place à des articles riches en surprises et divertissement qu ont rassemblé cette année la dévouée équipe de la 20ème édition. 6 EM N / 2015

9 introduction Préface du Doyen Chers lecteurs, Le magazine EM que vous venez d ouvrir célèbre son 20e anniversaire. Lancé en 1995, il n a eu de cesse de changer au fil des années. L équipe de la Junior Entreprise, association d HEC Lausanne, apporte un soin particulier aux contenus du magazine. Son défi : réunir à la fois les dernières actualités de la faculté et de sa vie associative ainsi qu aborder l économie internationale et l innovation. Thomas von Ungern-Sternberg Doyen de la faculté HEC de Lausanne Cette diversité de thèmes se retrouve au sommaire de la présente édition, que ce soit le dossier sur la finance, les articles sur les nouveaux professeurs, les échanges internationaux ou les start-up lancées par des étudiants. Autant de contenus qui reflètent l excellence de l enseignement et de la recherche de la faculté de même que le professionnalisme et l esprit entrepreneurial de nos étudiants. A HEC Lausanne, nous offrons un cadre favorisant la réussite dans les études, dans la recherche ou dans les affaires au travers de différents services (mobilité, Centre de carrière ) et de nos nombreux échanges internationaux (partenariats, swissnex ). Et ce magazine est finalement à l image de la faculté : une institution vivante, dynamique et ouverte vers l extérieur. Je vous souhaite une très bonne lecture de l EM et de belles découvertes! EM N /

10 introduction Faits marquants Cette date fera peut être bientôt partie des livres d histoire de nos chers gymnasiens, personnifiant ainsi un rebondissement majeur dans la relation entre la Russie et les Etats-Unis. Viktor Ianoukovytch, le président Ukrainien nouvellement déchu, fuit son pays laissant son peuple avec un dilemme cornélien : choisir entre son passé soviétique ou son envie de renouveau en se tournant vers l Ouest. C est alors que nous avons pu assister à un climat de quasi-guerre froide, pourtant impensable jusqu alors depuis l éclatement du bloc ; malgré quelques frasques notables telles que l annexion de la Géorgie en 2008 par des séparatistes formés par le Kremlin ou la crise du bouclier antimissile en mer Baltique. Cependant, 2014 fut une année à marquer du sceau russe et commença par des Jeux Olympiques organisés à Sotchi d une main de fer par le président Poutine ainsi que la continuelle opposition de ce dernier à une intervention armée de l ONU dans le conflit syrien ; sans oublier cette mobilisation russe suite à la crise sociale en Ukraine dérivant par scission du pays entre les indépendantistes pro-russes et le reste de la population. Au final, serait-il possible que la Russie soit encore le seul pays pouvant tenir tête à la politique dictée par les Etats-Unis plus de 20 ans après la chute de l URSS? Vous avez surement pensé à cet évènement avant le décollage de l avion vous menant à votre destination paradisiaque estivale et cela sans même connaître précisément cette date. Au début du mois de mars de cette année nous avons appris la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines reliant Kuala Lumpur à Pékin avec plus de 230 personnes à son bord. Ce n est pas la première catastrophe aérienne que nous avons vécu, pourtant cela marqua particulièrement les esprits : personne ne peut encore dire ce qu il s est passé ce 8 mars à 1h38. De plus, près de 6 mois après cette triste disparition, le gouvernement malaisien n a toujours pas reconnu le potentiel décès des voyageurs laissant donc les familles sans aucune réponse. Bien que cette catastrophe fut suivie par un nouveau crash dans la même compagnie la menant vers une faillite quasi-assurée et relança une énième fois le débat public sur la sécurité aérienne ; n oubliez pas que l avion reste de loin le transport le plus sûr avec 0,035 décès par 100 millions de passagers-kilomètres. Texte : Julia Salomon 1 Texte : Nicolas Claret 8 EM N / 2015

11 L USS (Union Syndicale Suisse) propose en Avril 2014 une initiative pour fixer le salaire minimum à CHF Les médias du monde s emparent du sujet, et le bruit semble se faire plus fort dans les pays voisins qu en Suisse elle-même. Comme souvent, c est en France qu on en entend le plus parler mais, cette fois-ci, cela fait sourire. En effet, avec un salaire minimum à environ Euros 1 700, c est avec un rictus que les français répondent à cette annonce. Et si nous amenions la réflexion plus loin...? Qu en disent les Indiens avec, en moyenne, $128 par mois? Vous me direz que c est incomparable, et je vous donnerais raison, mais la réflexion, ici, ne se contente que du nécessaire. Le nécessaire pour vire heureux et en bonne santé est, à mon sens, le plus important. Certes, il est juste de vitupérer bruyamment pour avoir plus de justice, mais à quoi bon se plaindre quand d autres languissent en silence...? Bref, le 18 mai le vote se fera, et nous saurons si le peu de salariés touchant moins de 4 «briques» pourra se goinfrer un peu plus de big M ou de bacon cheese... Critique facile, mais rationnelle, d un de ces gars qui se goinfrent irrationnellement L élimination humiliante du Brésil par l Allemagne (7-1) en demi-finale du Mondial est un nouveau désastre national pour le «pays du futebol» où la Seleçao est un puissant vecteur de l identité brésilienne. Larmes, abattement, résignation, un silence d enterrement s est abattu sur le Brésil et ses 200 millions de supporteurs, dès la première mi-temps écrasé par les Allemands à Belo Horizonte (5-0). La pire défaite de l histoire du Brésil en Coupe du monde, rappelle forcément le drame du «Maracanazo», la déroute de 1950 face à l Uruguay (2-1) au stade Maracana de Rio de Janeiro, qui avait brisé le rêve des Brésiliens de remporter leur première coupe du monde. Le 16 juillet 1950, il y a 64 ans, les 200 milles supporteurs du Maracana et tout un peuple avaient sombré, pour des années, dans le désespoir de cette défaite qui les renvoyait à leur historique de citoyens du monde de seconde zone. La peine et l humiliation sont d autant plus douloureuses cette fois-ci car le match a eu lieu à domicile, lors d un Mondial réputé être le plus cher de l Histoire, et l un des plus terriblement contesté par les mouvements sociaux brésiliens. Texte : Pierre Berthaud 3 Texte : Adrien Born EM N /

12 Un avion de ligne de la Malaysia Airlines est abattu en vol par un missile alors qu il survolait l Est de l Ukraine. 298 personnes se trouvaient à bord du vol MH17 qui assurait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lampur. Tous sont morts. Ce fut d une part un drame de l aviation civile, mais également une explosion de la crise diplomatique que connaissait cette zone de frontière depuis déjà plusieurs mois. L armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes, qui s affrontaient déjà violemment dans la région du crash se sont accusés mutuellement d avoir abattu l avion. Immédiatement, une multitude de versions différentes se sont contredites et les accusations ont fusé. Suite aux réclamations de plusieurs dirigeants occidentaux ainsi que du Conseil Général de l ONU, une enquête internationale a été ouverte, sous l égide de l ONU, pour déterminer les causes du crash et tenter d établir la vérité. Si aujourd hui, plusieurs mois après la catastrophe, les indices s accumulent contre les séparatistes, nous ne sommes toujours pas en mesure d établir de manière fiable qui sont les responsables. En revanche, c est suite à cet événement que l Union Européenne a décidé de renforcer sa pression sur Moscou. Texte : Margaux Girard-Soppet Voilà cent ans que celle que l on appelle La Grande Guerre, marqua un tournant dans l Histoire du continent européen. De ce constat, d une réflexion humaine des plus primaires et futiles, l Union européenne naquis, avec pour perspective, une réconciliation qui aspirait à garantir la pérennité de la paix. Une telle vocation supposait indubitablement un travail de déconstruction des raisons qui avaient conduit l homme dans ses retranchements les plus haineux. Il apparaissait alors nécessaire d élaborer un sens commun, dans le respect d aspirations nationales bien souvent divergentes. Or et cela est plus que dramatiquement regrettable l absence d une union européenne de la commémoration de la Première Guerre mondiale est une triste illustration, d un échec fort redouté. Au-delà d un système économique réprimé dans sa croissance là n est pas le sujet, mais un tel désastre devait incontestablement être souligné! - l Union européenne a pitoyablement échoué dans l élaboration de l essence même de sa conception. J irais même à dire, que l Union européenne a détourné son but idéal, pour faire de son revers de médaille, une nouvelle déconcertante! - réalité. Dit en des termes familiers, la diplomatie européenne a comblé un trou, en en creusant un autre. 6 Texte : Marine Loriol 10 EM N / 2015

13 30 07 C est dans la chaleur de l été et dans le sang, que le 8 juillet 2014, l armée israélienne entame une nouvelle offensive sur la bande de Gaza. Suite à de nombreux actes criminels perpétrés de part et d autre de la frontière par les 2 ennemis de toujours, le premier ministre Netanyahou lance une opération militaire visant à stopper les tirs de roquettes et détruire les tunnels de contrebande qui approvisionnent l arsenal du Hamas A 17 ans, Malala Yousafzai, étudiante en Grande-Bretagne, devient la plus jeune lauréate du Prix Nobel de la Paix et un véritable exemple pour tous. La jeune Pakistanaise qui a tenu tête aux Talibans dirigeant la région dans laquelle elle vivait avec sa famille, au péril de sa vie, obtient la récompense ultime pour son combat en faveur de l'éducation des filles dans le monde et plus généralement pour les droits des enfants. Un accomplissement qui ne fait que la motiver davantage à poursuivre ses efforts pour un monde plus juste. Cela démontre que les enfants peuvent jouer un rôle majeur dans la défense de leurs propres droits, et place la jeune héroïne au même rang que Martin Luther King ou Nelson Mandela. C est également la 3ème fois que les droits de l enfant ont été distingués par le Prix Nobel de la Paix. A l heure où j écris 14 ces mots, il y a déjà des milliers de civils innocents qui sont morts sous les bombes, dans un conflit qui les prend en otage. L avenir nous dira ce qu il en adviendra, en espérant que cela cesse au plus vite,... 3 semaines déjà! 8 Texte : Maxime Weill 7 Texte : François Ortelli EM N /

14 introduction 20 ans de l'em! C est en septembre 1995 que fût imprimé le premier Echos Money. Au départ, l idée de créer un magazine qui aurait pour objectif principal de refléter les valeurs fondamentales de la Junior Entreprise : Rapprocher l étudiant du monde professionnel. Ainsi, le challenge était de taille. Mais c est avec une persévérance et un enthousiasme à toutes épreuves que les différentes équipes responsables du magazine se sont montrées à la hauteur de ce projet ambitieux, se passant le flambeau depuis maintenant 20 ans. Finalement, afin de revenir sur ces 20 années de publications, nous avons pu recueillir les impressions et souvenirs d une ancienne membre de la Junior Entreprise HEC, Mélanie Malhamé, qui elle aussi fut en charge d un exemplaire anniversaire, la dixième édition du magazine. Un grand merci à l'ensemble de nos partenaires présents depuis la première édition du magazine en EY, PWC, KPMG, Altran, Switel, Citco Bank, BCV, Crédit Suisse, Deloitte, HEC Lausanne, Jaguar, UBS, Théorème SA, Charles Georges, Newtone Associates, Charles Chouéri, SroKundig, ESL, Career Days, Hermès, Moderna, Virgile formation, Ikea Business, et BNP. 12 EM N / 2015

15 Quelle expérience professionnelle as-tu tirée de cette année éditoriale? La relation avec les intervenants, le démarchage des sponsors, la négociation de contrats de sponsoring, la réalisation graphique et l impression du magazine toutes ces choses qui sont une expérience hors pair équivalente à beaucoup d expériences professionnelles en entreprise. Quel a été ton meilleur souvenir de cette expérience? Définitivement le moment où nous avons reçu l exemplaire imprimé du magazine. Sinon, une virée au salon de l auto avec l équipe en quête d un intervenant sur l industrie automobile a aussi été un moment mémorable! Quel a été ton plus gros défi pour cette dixième édition? La retranscription des interviews! Pas facile quand on n y est pas habitué. En dehors de cela, gérer un magazine tel que l Echos Money est un réel défi en soi! Un gros projet où tout est à faire : de la définition des thèmes, à la réalisation et l envoi des magazines. Qu est-ce qui t'as motivé à postuler au poste de l EchosMoney pour votre entrée à la Junior Entreprise? Je trouvais très intéressant le double challenge de l Echos Money : définir un contenu qui soit toujours d actualité à la sortie du magazine et trouver des sponsors afin d en financer l édition. Quels étaient les objectifs du magazine? Notre objectif principal était de trouver des sujets et thèmes susceptibles de capter l attention de jeunes étudiants mais également de professionnels et spécialistes des domaines parcourus. Lis-tu toujours l EchosMoney? Oui! Dès que je l ai entre les mains. Que penses-tu avoir apporté au magazine? Cette année nous avons financièrement pu nous permettre de changer de designer et avons réalisé un magazine beaucoup plus moderne que les éditions précédentes. EM N /

16 finance Le jour où la finance a tué l économie La crise financière de a marqué le début d un ralentissement économique dont les effets se font encore ressentir. Serait-il devenu permanent? La question n est pas illégitime. Texte : Eva Zaki Conseillère en investissement, Parfinance SA 14 EM N / 2015

17 Il y a des raisons de penser que l absence de croissance fera durablement partie de notre paysage économique. Pour une raison très simple : la croissance reflète l état de santé de l économie réelle, non de l économie financière. Il est donc difficile de tricher. Le surendettement des ménages, destiné à créer une croissance «achetée à crédit», connaît toujours une fin brutale. Ce que les gouvernements et les banques centrales ont réussi à faire pendant la crise, c est à stabiliser la solvabilité des banques et des Etats. Ils s en sont largement félicités. Mais la réalité est moins flatteuse pour l économie réelle. Celle-ci continue à souffrir de 5 troubles «chroniques» : 1. Déficit de crédit aux PMEs. 2. Consommation essoufflée. 3. Incapacité des politiques monétaires à générer le niveau d inflation souhaitable. 4. Création d emplois éloignée des niveaux requis pour absorber la force de travail. Photo : Antonin Kratochvil/VII/Corbis A quoi l on peut ajouter : 5. Le «décrochage» observé en 2013 entre les marchés actions, très haussiers, et la faiblesse de l économie réelle sur la même période. EM N /

18 Photo : Jay Lazarin/iStockphoto «L économie est en crise, et en cas de faillite, ce n est pas nous qui serons sauvés». La hausse spectaculaire des marchés financiers en 2013 a été qualifiée par certains économistes de «bulle d actifs». Ils la trouvaient très semblable à celle qui a éclaté il y a 7 ans. En effet, le prix des actions est gonflé par les «injections monétaires» des quatre grandes banques centrales (Réserve Fédérale américaine, Banque d Angleterre, Banque du Japon et Banque Centrale Européenne). On dit qu elles pratiquent des politiques monétaires «non conventionnelles», mais celles-ci sont en réalité devenues permanentes. Elles consistent à soutenir (par l achat de dette) les marchés financiers et immobiliers et à maintenir les taux d intérêt au plancher. Ceci est censé inciter les entreprises à emprunter et investir. Mais les entreprises petites et moyennes ne s y trompent pas : «l économie est en crise, et en cas de faillite, ce n est pas nous qui serons sauvés». Donc : réduire la voilure. Leurs grandes sœurs multinationales délocalisent et restructurent. Bien loin de l image de «croissance» projetée par les marchés financiers, l économie réelle subit l impact de la dette et des déficits publics. Et la consommation n était pas vraiment vigoureuse avant la crise : elle n était due qu à un fort endettement des ménages. Enfin, les réponses à la crise n ont pas été génératrices de croissance. Au lieu d investir dans les projets qui augmentent la richesse d un pays et créent des emplois, les gouvernements se sont contentés de sauver le secteur financier. 16 EM N / 2015

19 Or celui-ci n a d autre obligation que d enrichir ses actionnaires. Aujourd hui, nous faisons face à une «panne» économique. L aboutissement de 40 ans de dérèglementation à la fois dans le commerce et dans la finance. La politique néolibérale, en ôtant toute barrière au commerce des services financiers, a de même ôté les barrières aux abus, aux conflits d intérêts, à la manipulation de données comptables et au crime financier. Une fois les abus commis, il a été difficile pour les régulateurs de punir des institutions dont la capitalisation boursière égale (et dépasse) le Produit Intérieur Brut des Etats. A présent, il nous est impossible d assurer la sécurité économique du plus grand nombre. Chaque ménage peut être victime d une crise financière globale provoquée par l éclatement d une bulle spéculative sur un marché de dérivés financiers de l autre côté de la planète, ou sur son territoire national. Photo : Antonin Kratochvil/VII/Corbis Le moment précis d un tel accident est impossible à définir, car nul ne connaît le détail qui provoquera l affolement, puis les faillites en cascade. Aujourd hui, la vigilance n est pas un vain mot, alors que le secteur financier atteint des degrés de complexité historiques, qu il brasse des montants astronomiques (notamment en produits dérivés), qu il dispose d outils peu règlementés tels le trading algorithmique (le fameux «trading haute fréquence») capables de déstabiliser le système financier dans son ensemble. Tout cela est assorti d un passe-droit légal extraordinaire pour les patrons de l industrie. Et, pour certains, l immunité juridique et l assurance du soutien public en cas de faillite. Nous disposons donc d éléments qui engagent à la prudence. Les déséquilibres structurels qui caractérisent l économie actuellement (faible demande, chômage élevé, risque de déflation, croissance anémique et fardeau dette publique / déficit budgétaire) mettent en lumière derrière le calme apparent une grande vulnérabilité. Chaque ménage peut être victime d une crise financière globale provoquée par l éclatement d une bulle spéculative. Derrière les discours rassurants, un simple grain de sable dans les rouages du système peut suffire à exposer l état réel de l économie «à marée basse», une fois que l excédent de liquidités se sera retiré des marchés qu il avait inondés EM N /

20 Échanges Partir sans se retourner, découvrir de nouvelles cultures et faire de nouvelles rencontres, tel est l ambitieux projet d étudiants de 3ème année HEC de l université de Lausanne. Ceux-ci partent réaliser un à deux semestre dans une université à l étranger. 21 3ème année HEC, un nouveau départ 22 Interviews d'étudiants 24 Pour une mobilité étudiante... Photo : Keith Dannemiller/Corbis 18 EM N / 2015

21 EM N /

22 UNLEASH YOUR POTENTIAL. Start fulfilling your ambitions with Start fulfilling your ambitions with EY. We are a global organization EY. We are global organization that can take you wherever you that can take you wherever you want to go in your career and in want to go in your career and in your life. Make the most of your your life. Make the most of your talents and help us build a better talents and help us build better working world. working world. Find out more at: Find out more at: #betterworkingworld #betterworkingworld EY refers to Ernst & Young Ltd, Basel, a member firm of Ernst & Young Global Limited, London, a UK company limited by guarantee. ED None. EY refers to Ernst & Young Ltd, Basel, a member firm of Ernst & Young Global Limited, London, a UK company limited by guarantee. ED None.

23 échanges 3ème année HEC, un nouveau départ Photo : furtaev/istockphoto Partir en échange sur une année ou sur un semestre : une occasion unique de vivre une expérience internationale des plus enrichissantes dans le cadre de ses études! Texte : Myriam Bango Assistante Communication, HEC Lausanne Cette possibilité est offerte aux étudiants HEC durant leur troisième année de Bachelor grâce à plus de 100 partenariats internationaux*. Outre l acquisition d une langue étrangère et l adaptation à un nouvel environnement, effectuer un échange représente surtout un avantage sérieux sur un CV. Les cours suivis durant l échange seront, de plus, validés par la Faculté et le diplôme reçu sera celui de HEC. Les plus-values d un échange universitaire sur son CV Tout d abord, la découverte d une nouvelle culture et l apprentissage ou l approfondissement d une langue étrangère représentent des avantages indéniables dans un marché du travail en constante évolution où il est crucial de se différencier. L échange universitaire démontre que l étudiant(e) a fait preuve de flexibilité et prise d initiative. De plus, avoir passé un ou deux semestres dans une autre université permet à l étudiant(e) de mettre en avant ses capacités d adaptation et d organisation, ce qui est de plus en plus apprécié des recruteurs. La mobilité universitaire permet aussi d acquérir des compétences que l étudiant(e) n aurait pas trouvées dans son université d attache. Par exemple, dans les pays anglo-saxons, où la communication et les présentations de rapports prennent beaucoup plus de place qu à HEC Lausanne. Sans oublier les nombreux avantages du réseau créé sur place. Ce dernier permet d avoir un pied dans le pays pour trouver plus facilement un stage ou 1er emploi. * Afin de bénéficier d un échange dans le cadre des accords SEMP (Ex-Erasmus), accords généraux Unil ou accords facultaires HEC, les étudiants de niveau Bachelor doivent déposer leur candidature durant la deuxième année HEC. EM N /

24 Interviews Lucie bailloux et ferdinand heckel Lucie 21 ans, Ferdinand 23 ans Propos recueillis par Coline Chabloz Dans quel pays es-tu partie? Lucie : A Milan, en Italie Ferdinand : A Lausanne Combien de temps a duré ton échange à l étranger? L : Deux semestres F : Deux semestres Dans le cas où tu avais postulé à plusieurs écoles / universités, s agissait-il de ton premier choix de destination? L : Oui F : Non Quelles sont les motivations qui t ont poussé à passer un ou deux semestres à l étranger? L : La langue, la renommée de l université Bocconi... Mais j ai surtout choisi l Italie pour sa culture et la dolce vita! F : Je voulais améliorer mon français. Il est beaucoup plus facile d apprendre une langue pendant les études qu après, lorsqu on travaille déjà. Raconte-nous un souvenir marquant! L : Les soirées dehors aux Colonne di san Lorenzo où tous les étudiants se retrouvent. Surtout lorsqu on réalise qu on est en mars et que la Suisse est encore sous la neige! F : Une fois, un ami dans ma résidence d origine tunisienne a préparé un repas de son pays : de la salade grillée. Je n avais jamais mangé de la salade grillée avant! 22 EM N / 2015

25 Lors de ton inscription, astu rencontré des difficultés quant au choix des enseignements? L : J ai choisi la filière économie politique et c est vrai que ça a été assez compliqué de trouver des cours qui correspondaient à mes préférences, les exigences d HEC et l emploi du temps. Mais avec pas mal de recherches et beaucoup d s, on y arrive! F : Alors que le premier semestre avait débuté, un cours a été annulé! Lors de mon deuxième semestre, j ai assisté à un enseignement dans lequel le professeur a fait des choses complètement différentes que dans la description du cours sur Internet. Quand les étudiants lui demandaient s il allait couvrir telle ou telle partie du cours, il répondait : «Oui, plus tard», mais en réalité, cela n a jamais été fait. En fait, ces difficultés m ont aidé à mieux m organiser. Qu as-tu pensé du niveau exigé par l école/université sur place? L : Plus ou moins dans la continuité de ce que j avais fais ici à Lausanne avant. F : J étais assez surpris de la quantité de matière fournie en cours, je m attendais à plus. Toutefois, du fait que les questions posées aux examens étaient très compliquées, cela m a obligé à m imposer un bon rythme de travail. As-tu subi un choc culturel? Si oui, explique-nous. L : Non, l Italie n est pas si différente de la Suisse et je connaissais déjà bien le pays! F : Dans mon ancienne Université, la bibliothèque ouvrait chaque samedi à 9h du matin. A 8h40, les étudiants attendaient devant la porte et à 9h pile, ils se ruaient pour réserver des places assises. Ensuite, tout le monde ressortait boire un café. Ici, beaucoup d étudiants rentrent chez eux les weekends, et ne restent pas à l Université le samedi. J étais un peu déçu jusqu à la fin de mon séjour où j ai découvert qu il y avait beaucoup d autres opportunités de rencontrer des personnes. Quelles sont les raisons qui te pousseraient à retourner dans ce même pays? Au contraire, si tu n as pas été satisfait, explique-nous. L : Le coût de la vie qui permet de vraiment en profiter, on peut bien manger pour le prix d une boisson sur Lausanne. La façon qu ont les italiens d oublier le travail dès qu ils en sortent pour profiter du reste... Même si l expérience m a beaucoup plue pour des études, je ne pense pas que ce soit un pays dans lequel je retournerais pour travailler. Même après avoir étudié dans les meilleures universités beaucoup de jeunes ont du mal a trouver du travail et sont obligés de s expatrier. F : Je remercie toutes les personnes qui m ont parlé français. En arrivant à Lausanne, je pensais que tout le monde allait insister pour me parler anglais ou allemand. De plus, je m attendais à un choc culturel beaucoup plus important, ce qui m a réconforté. Par conséquent, j ai développé un fort intérêt pour la culture suisse lors de mon séjour lausannois. Si tu devais donner un conseil aux étudiants qui souhaitent partir en échange, lequel serait-il? L : La troisième année est faite pour ça alors autant en profiter! Les professeurs savent bien que les étudiants en échange ne veulent pas qu étudier et il me semble qu ils en tiennent compte! F : Soyez le plus ouvert possible, et commencez à vous organiser le plus tôt possible! EM N /

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Parmi les nombreuses expériences qui transforment

Parmi les nombreuses expériences qui transforment DES ÉTUDES À L ÉTRANGER Parmi les nombreuses expériences qui transforment votre curriculum vitae de petit franchouillard en celui de véritable citoyen du monde, le passage par un séjour d études est une

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

Questionnaire ERASMUS

Questionnaire ERASMUS Questionnaire ERASMUS Généralités Université, Pays, Ville Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Suisse, Lausanne Type d'échange Erasmus Année d'échange 2013-2014 Période d'échange 1 an Année

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA

SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA Adrian LAMBLIN SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA Bonjour à tous, Je m appelle Adrian et je reviens de Malaisie où j ai effectué un semestre d étude à Monash University Malaysia qui fut

Plus en détail

L innovation numérique

L innovation numérique ç ç 2ème Colloque ISD «Information Systems Dynamics» Programme International de Recherche L innovation numérique au service de la transformation des entreprises Chapitre 5 Colloque jeudi 23 septembre 2010

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Compte rendu : Bourse Explora Sup

Compte rendu : Bourse Explora Sup Compte rendu : Bourse Explora Sup J ai effectué un stage d un mois et demi passionnant au sein de l école de langue anglaise LTC à Brighton. J ai eu par la suite la chance d être embauchée durant un mois

Plus en détail

Grow your own way. Tes possibilités de carrière. www.pwc.ch/careers. The opportunity of a lifetime:

Grow your own way. Tes possibilités de carrière. www.pwc.ch/careers. The opportunity of a lifetime: www.pwc.ch/careers Grow your own way Tes possibilités de carrière The opportunity of a lifetime: Audit Conseil juridique et fiscal Conseil économique Services internes Une mine d expériences: éditorial

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans Bachelor in Business programme post-bac en 3 ans Bienvenue à l ISC Paris Andrés Atenza Directeur Général de l ISC Paris Formation généraliste, le Bachelor in Business de l ISC Paris vous donne toutes les

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA ASTIER Marine Université Jean Monnet Saint -Etienne Rapport de fin de séjour Explo RA Sup Ecole polytechnique de Montréal CANADA 2010-2011 L opportunité m a été offerte de pouvoir effectuer mon stage de

Plus en détail

A/ Vie pratique : Logement :

A/ Vie pratique : Logement : A/ Vie pratique : Logement : Au cours de mon année universitaire à Wrexham, j ai logé en résidence universitaire. Wrexham village est l une des deux résidences universitaires situées au sein même du campus

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Jeux et enjeux des cours de récréation du monde

Jeux et enjeux des cours de récréation du monde Table des matières 1. Introduction... 3 2. Qui sommes-nous?... 4 1. Lamy, 24 ans Passionnée de voyages... 4 2. Romain Hénot, 26 ans Aventurier... 4 3. Le projet... 5 1. L échéancier... 7 2. L itinéraire...

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R

R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R FOUSSHI Horia Echange: ISARA-Lyon Cornell University (NY) R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R V I E P R A T I Q U E Logement (type, accès, prix, caution ) L université de Cornell se situe à Ithaca

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

1 er guide PDF. Comment démarrer?

1 er guide PDF. Comment démarrer? 1 er guide PDF Comment démarrer? Bonjour, vous avez décidé de faire carrière dans les Relations Humaines. Et vous avez choisi Kapler Magazine. Bravo, c est le meilleur choix. Voyons maintenant comment

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday. (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth)

Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday. (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth) Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth) Le comité du fonds de la bourse commémorative Ronald P. Smyth et Centraide de la région du

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu daycare 2012 PwC / CARE Sous le patronage de Un jour pour notre avenir Madame Mady Delvaux-Stehres, Ministre de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle Monsieur Nicolas Schmit, Ministre

Plus en détail

Rapport d expérience. heidi.aro@unifr.ch. Type de mobilité. SP2014, 6 mois Anglais : langue et littérature. de bases. Informations

Rapport d expérience. heidi.aro@unifr.ch. Type de mobilité. SP2014, 6 mois Anglais : langue et littérature. de bases. Informations Avant le séjour Informations de bases Rapport d expérience Auteur Type de mobilité Quand Voie d études Niveau pendant le séjour Université choisie Inscription Préparation Visa, autres formalités heidi.aro@unifr.ch

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management 2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management Double-diplôme INSEEC BACHELOR/FACulté DE PHARMACIE Bachelor en Management Un double-diplôme inseec bachelor / faculté de pharmacie CAleNDRieR

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo ra Sup : Echange Erasmus University of Dundee, ECOSSE

Rapport de fin de séjour Explo ra Sup : Echange Erasmus University of Dundee, ECOSSE Rapport de fin de séjour Explo ra Sup : Echange Erasmus University of Dundee, ECOSSE 1. Vie pratique Logement Lors de mon séjour à Dundee j ai choisi de résider dans les résidences universitaires de Dundee.

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour INTRODUCTION Je remercie la région Rhône-Alpes pour m avoir permis d effectuer ce stage dans de bonnes conditions, grâce au soutien non négligeable qu a représenté la bourse Explor

Plus en détail

Signaux mitigés en provenance de la Fed?

Signaux mitigés en provenance de la Fed? Signaux mitigés en provenance de la Fed? La semaine dernière fut particulièrement intense sur les marchés, avec plusieurs thèmes centraux pour les opérateurs boursiers. Une fois ces thématiques relativement

Plus en détail

B I E N V E N U E D A N S

B I E N V E N U E D A N S BIENVENUE DANS Depuis 2012, nous avons entrepris une transformation profonde de Bouygues Telecom pour adapter l entreprise à un marché des télécoms profondément bouleversé. Aujourd hui, il nous apparaît

Plus en détail

Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration

Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration Formation destinée aux cadres des secteurs public et parapublic - L ESSENTIEL EN BREF

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche)

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Vie pratique Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Logement L université dans laquelle j ai effectué mon séjour d étude nous proposait au préalable un site sur les logements en résidence étudiante.

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

Dossier de presse Holimeet

Dossier de presse Holimeet Dossier de presse Holimeet Mardi 9 juin 2015 holimeet@gmail.com holimeet.fr Table des matières Communiqué Présentation de Holimeet 3 4-5 Le concept Holimeet, dans la mouvance du tribalisme planétaire La

Plus en détail

JUIN 2015. Nestlé Suisse SA opte pour Kireego, la start-up vaudoise qui connecte commerçants et entreprises!

JUIN 2015. Nestlé Suisse SA opte pour Kireego, la start-up vaudoise qui connecte commerçants et entreprises! JUIN 2015 Nestlé Suisse SA opte pour Kireego, la start-up vaudoise qui connecte commerçants et entreprises! Grâce à la plateforme Kireego, Nestlé Suisse SA permet à ses milliers de colla - borateurs de

Plus en détail

www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19

www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19 www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19 SOMMAIRE Editorial du président de l ANLE La gouvernance nationale : ANLE Le dispositif d apprentissage innovant Notre ambition

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Sommaire. Présentation de l étude. Recommandation de venir en France Les étudiants étrangers en France

Plus en détail

Brand content : les écarts entre l offre et la demande

Brand content : les écarts entre l offre et la demande 2014 Edition Spéciale 4 Intelligence Applied Les consommateurs sont de plus en plus nombreux, dans le monde, à se montrer très friands de brand content, et la plupart des marques sont prêtes à satisfaire

Plus en détail

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT CYCLE BACHELOR PROFESSIONNEL Accès à Bac, Bac+1, Bac+2/Prépa CYCLE MASTÈRE PROFESSIONNEL ** Accès à Bac+3, Bac+4 Titre certifié par l État niveau II Bac+3

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

BACHELOR. HES-SO Valais-Wallis rte de la Plaine 2 3960 Sierre +41 27 606 89 11 info@hevs.ch www.hevs.ch

BACHELOR. HES-SO Valais-Wallis rte de la Plaine 2 3960 Sierre +41 27 606 89 11 info@hevs.ch www.hevs.ch BACHELOR HES-SO Valais-Wallis rte de la Plaine 2 3960 Sierre +41 27 606 89 11 info@hevs.ch www.hevs.ch «PERSPECTIVES PROFESSIONNELLES» TÉMOIGNAGES Gilles DIND Suisse Tourisme, directeur des marchés d Europe

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail