EDITORIAL «VOUS ÊTES FORMIDABLES» Jean. Pour le bureau de l ASPS chaque voyage est l occasion de multiples interrogations :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EDITORIAL «VOUS ÊTES FORMIDABLES» Jean. Pour le bureau de l ASPS chaque voyage est l occasion de multiples interrogations :"

Transcription

1

2 EDITORIAL «VOUS ÊTES FORMIDABLES» Pour le bureau de l ASPS chaque voyage est l occasion de multiples interrogations : A - t on pensé à tout? La destination va-t-elle séduire les participants? Le réceptif sera-t-il à la hauteur, et puis la météo, les courses, les conférences et les animaux? Au retour que dire? Tout simplement vous êtes formidables car au-delà des courses des safaris, des conférences, des transferts cerise sur le gâteau trente huit d entre nous se sont attaqués à l ascension du Kilimandjaro, tous on atteint 4700 m. et trente trois sont allés sur le toit de l Afrique sommet de 5895m. Chapeau! Notre association qui nous réunit autour du sport permet sans soute une dynamique de groupe qui permet aux gens de se dépasser tout en restant prudent. L éventail des âges au sommet va de quatorze à soixante dix ans, notre association permet aussi à des gens de tous horizons géographiques et financiers de se rencontrer de s apprécier et de se congratuler à l arrivée. La paire de jogging et le short réalisent ce miracle. Courir en Afrique, dans deux pays, le défi n était pas simple et comme à l accoutumée Jean Pierre Baille l a relevé avec succès. Il en est ainsi depuis dix ans que contrastes voyages nous accompagne. N oublions pas également les sociétés qui nous ont aidés. La Boutique Marathon pour les tee-shirts, sacs et sacoches, Optic2000 Saint Germain en Laye pour les casquettes, Marly Auto pour le chronomètre, Oligo santé pour les barres énergétiques. Enfin un mot sur notre aide à Madagascar, un container avec près de six tonnes de matériel et de médicaments est arrivé à Tamatave le 18 novembre 2011 à destination de l hôpital de Ranohira. Concernant Imady, nous finissons de payer cette année les études de laborantine de sœureglantine. Elle devrait pouvoir travailler au dispensaire de sœur Maria dans quelques mois. Bonne fin d année et Meilleurs Vœux pour Jean

3 Sommaire BULLETIN n 52 Editorial 25ès Rencontres Médicales Kenya/Tanzanie 2011 Les oiseaux de ce voyage docteur Jean-François Lepreux Questions réponses en diététique Solange Besson (1ère partie) La bière docteur Christian Penalba Les masaïs Jamal Zaïd (prochain numéro) Vieillissement maculaire et DMLA docteur Corinne Malavialle Défibrilateurs dans la rue pour qui? pourquoi? Comment? Docteur Patrice Raymond, docteur Dominique Sarazin L œil rouge docteur Géraldine Chabaille (prochain numéro) Le Sida en Afrique docteur Christian Penalba (prochain numéro) Run and Trail Anne-Marie et Eric Altwegg. Les classements : Individuel - Par équipe Emmanuel Croc

4 25 èmes Rencontres Médicales De l ASPS Président Docteur Christian Penalba 24 octobre Amboseli 30 octobre Tarangire Les oiseaux de ce voyage Docteur Jean-François Lepreux Vieillissement maculaire et DMLA Docteur Corinne Malavialle Questions réponses en diététique Solange Besson 25 octobre amboseli La bière docteur Christian Penalba Les masaïs Jamal Zaïd Défibrillateurs dans la rue pour qui? pourquoi? Comment? docteur Patrice Raymond, Docteur Dominique Sarazin L œil rouge docteur Géraldine Chabaille Le Sida en Afrique Docteur Christian Penalba

5

6 Jean-François LEPREUX

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32 JEUNES AUTRUCHES S ENTRAINANT POUR LE PROCHAIN ASPS Jean-François LEPREUX

33

34 Principe du régime Dukan Solange Besson 25 es Rencontres de l ASPS Le principe du régime Dukan est de favoriser les protéines au détriment des glucides et des lipides. C'est donc un régime hyperprotéiné élargi et hypocalorique par la réduction des lipides. Le D r Dukan remplace les sachets par de vrais aliments. Ce régime s'apparente à une rééducation nutritionnelle des patients qui sont conditionnés vers une discipline alimentaire relativement stricte. La forte réduction de l'absorption de glucides et de lipides oblige le corps à puiser dans ses réserves de graisse (les adipocytes) pour faire fonctionner les muscles. Le corps va fabriquer des corps énergétiques (acides cétoniques) qui devront être filtrés par les reins. Les réserves de graisse vont fondre et libérer des acides gras dans le sang, ce qui fera davantage travailler le foie et les reins. Ce régime nécessite donc de boire plus que d'habitude. Par ailleurs, les protéines sont moins caloriques que les lipides (4 kilocalories par gramme pour les glucides et les protéines, contre 9 kcal pour les lipides). Ce régime ne prévoit pas de restrictions quantitatives, mais uniquement des restrictions qualitatives: il n'y pas donc pas de sensation de faim. La perte de poids peut être souvent très rapide sur la première phase (environ 5kg). Ce genre de régime hyper-protéiné peut provoquer dans certains une hyperuricémie (trop grande concentration d'acide urique dans le sang) et déclencher de graves effets secondaires (par formation de cristaux d'urate, notamment dans les pieds et les mains, zones

35 25 es Rencontres de l ASPS plus froides). Ces effets indésirables allant de la "simple" douleur articulaire à la crise d'arthrite aiguë (appelée la goutte). Durant la phase de cétose, le corps manque de glucides et les muscles se vident de glycogène. Le corps fabrique des corps cétoniques, énergétiques et acides. Les reins travaillent plus, les muscles se fatiguent vite. La bouche est parfois sèche et pâteuse. 5. Il peut avoir facilement des crampes, surtout s'il boit peu habituellement. Comme les muscles se fatiguent plus vite, le sujet peut être irritable. Les glucides aidant à trouver le sommeil, leur absence peut induire de légères crises d'insomnie. déjà sujettes à la constipation ou aux troubles digestifs, ainsi qu'aux diabétiques (à cause des risques d'hypoglycémie). Il a été plus largement déconseillé par l'agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail 6,7. Ironie du sort, sincère intérêt pour le corps des femmes ou cynisme absolu? Il y a quelques années, le docteur Dukan avait écrit un livre intitulé «Les hommes préfèrent les rondes». Il vient d être réédité. Ce régime est donc contre-indiqué aux insuffisants rénaux, aux adolescents en croissance, aux femmes enceintes, aux personnes

36 25 es Rencontres de l ASPS La bière et le sport Solange Besson La bière bénéficie d une bonne réputation largement répandue auprès de certains sportifs. Selon eux, la bière permettrait une meilleure récupération après un effort! Qu en est-il vraiment? Un coureur de fond mythique, Emil Zátopek, buvait, parait-il, de la bière pendant ses courses, une rumeur de plus, à confirmer! Tout d'abord, il faut savoir qu'en période de récupération l'organisme a besoin d eau, de minéraux (sodium, magnésium.), de glucides et de protides, mais aussi de sommeil. La bière n est pas adaptée à la récupération pour plusieurs raisons : - La bière ne contient pas suffisamment de minéraux (notamment de sodium) pour permettre une bonne hydratation du sportif après un effort. - La bière est diurétique (ça fait uriner!). Utiliser un diurétique juste après un effort n est pas judicieux car cela majore le phénomène de déshydratation du sportif. - L alcool contenu dans la bière perturbe le contrôle de la glycémie (et donc la restauration des stocks énergétiques), déshydrate. - Les bulles ça va plutôt «mettre en vrac» l estomac et le colon qui ont déjà été bien sollicités pendant l effort ; sans parler du foie qui a besoin de «faire la pause» après l effort ; enfin l alcool fournit des calories sous forme de chaleur alors qu après l effort il faut diminuer la température corporelle (n en déduisez pas qu il faut mettre 5

37 LA BIERE : spécialité du Nord et des Ardennes La petite histoire - Christian Penalba L activité de brasserie dans les Ardennes est très ancienne puisque l on retrouve une corporation des brasseurs de Charleville en 1527, des brasseurs de Sedan en C est le fameux «pain liquide» de nos ancêtres, on en sert même à l hôpital de Charleville jusque dans les années A l époque, on retrouve plusieurs abbayes : Laval Dieu et Mont Dieu qui, depuis la révolution, ont disparu. C est une bière noire ou rouge (ou foncée) du nord de la France, de la Belgique, du Luxembourg, on en retrouve aussi un peu sur Paris et Lyon, le reste de la France consomme des bières blanches (ou pâles). Il s agit de bières de fermentation haute. Cette bière se livrait dans des tonneaux à température ambiante. Arthur Rimbaud consommait de la bière noire, c était sa préférée, il l aimait particulièrement avec du jambon rose et blanc parfumé d une gousse d ail. L âge d or des brasseries dans les Ardennes se situe au début du XXème siècle, c est l un des premiers départements brassicoles de France avec une production de hl. C est le troisième département derrière le Nord, le Pas-de-Calais. Il représente 8 % des brasseries françaises à l époque. La majorité des brasseurs est regroupée dans un syndicat des brasseurs ardennais. Ce sont des petites structures ne produisant que des bières de fermentation haute, pourtant la première école de brasserie de France s est installée dans les Ardennes de Balan en Dans les Ardennes, au début du XIXème siècle, on a 322 brasseries, en , en , en 1918, à l issue de la guerre 14-18, il n existe plus une seule brasserie en état de produire, elles ont été démontées par l occupant. L âge d or des brasseries dans les Ardennes est terminé En 1946, on retrouve 21 brasseries, 10 en 1956, 5 en 1961, 1 en 1979, la Grande Brasserie Ardennaise qui ferme ses portes. Le renouveau de la brasserie dans les Ardennes est récent, dans les années 2000, avec 3 brasseries en La consommation de bière est importante. En 1899 dans le Nord on consomme 256 litres/habitant/an, dans les Ardennes 154, mais à Revin, petite localité ouvrière, 986/habitant/an. Ce sont des bières très peu alcoolisées, 2 degrés, rien à voir avec les bières d abbayes belges actuelles. A la fin du XXème siècle, on note encore une consommation dans les Ardennes qui représente 2 à 3 fois la moyenne nationale, avec 80 l/habitant/an.

38 Les bières sont aussi créées pour des événements. De 1990 à 2007, on peut retrouver toute une série de produits qui ont duré quelques mois, que ce soit la bière Terre Ardennaise, la Lupulline, la Marotte, la Hallowen, la Carolo, la Passe Stout, la Tchafete, la Saint-Remi, la Toque Noire, la Gonzague, la Islay au malt fumé à la tourbe, l Armoise aromatisée à l absinthe ou la Drukel du festival de marionnettes Dans les Ardennes, la bière se boit au café, c est une bière un peu chaude tirée au caque, puis au milieu du XXème siècle, la pression fraîche refroidie avec de la glace, puis avec un groupe réfrigérant, viendra améliorer le produit. On peut aussi consommer au bar-tabac, au café-épicerie, au café-coiffeur, la boulangerie ou chez le boucher. La bière est consommée toute la journée, dès la mise en route du matin, l apéritif à 11 H, après le travail et surtout le dimanche après-midi, lors de pratique du jeu de quilles, de la belotte Autour des années 50, c est devenu la boisson de la kermesse et de la buvette du stade. La bière est une boisson fermentée avec 4 composants : du malt, des levures, du houblon et de l eau. A l époque où le retour du travail se faisait à pied ou à vélo, les arrêts buvettes étaient fréquents. On distingue 3 bières typiquement ardennaises : les bières de fermentation haute, des pâles à ambrées, non filtrées, houblonnées, moyennement alcoolisées ; la bière noire de Rimbaud ; la bière blonde de Sedan, de la Grande Brasserie Ardennaise. La fabrication de la bière : Visite de la Petite Brasserie Ardennaise avec Thierry, Dans la mesure où l orge fermente très mal, le grain est chauffé, germé puis étalé et séché au soleil ou sur des fours plats chauffés à haute température. On peut le sécher plus ou moins, voire le faire cuire, et l on obtient du malt qui peut être mouliné, donnant une sorte de farine. Pendant la germination, l amidon est cassé et les sucres fermentent, permettant ensuite aux levures d agir. Les malts peuvent être de différentes couleurs, dans les malts les plus bruns, il n y a plus de sucre. On peut aussi utiliser du blé à la place de l orge, ce malt de blé donne des bières blanches. La levure : il s agit de saccharomyces cervisiae, élément essentiel de la fabrication de la bière. C est Pasteur qui a isolé cet organisme vivant. La levure va utiliser le sucre du moût et produit de l alcool et du CO2, puis la multiplication s arrête quand la solution contient trop d alcool. brasseur depuis Chaque brasseur a ses levures, ses mélanges qui conditionnent les caractéristiques de la bière. L action de la

39 levure peut être difficile à contrôler, devenir anarchique et abîmé le brassin. Le houblon ou humulus lupulus est un cannabinacé, antiseptique naturel de la bière, très amer, désaltérant. On va donc utiliser les fleurs femelles ou cône du brasseur. Tiges de 5 à 6 mètres, des fleurs vont survenir en été, puis les cônes en automne. La récolte se fait sur des échasses. Depuis le XII siècle, le houblon est utilisé en Europe Centrale, c est Hildegarde de Bingen qui découvrit ses vertus aseptisantes et conservatrices. Avant l utilisation du houblon, on utilisait des herbes et des épices, et la boisson s appelait la Cervoise. A partir de l Europe Centrale au XIIème siècle, l usage du Houblon s est étendu à l Europe, XIVème siècle aux Pays-Bas, puis XVème siècle en Angleterre. L eau : pour fabriquer de la bière, il faut aussi de l eau, composant essentiel, la composition en sels minéraux de celle-ci conditionne saveur et parfois couleur de la bière : bicarbonate, sodium, chlorure, calcium, magnésium, sulfate. Le brasseur peut utiliser une eau de source, une eau souterraine, une eau de pluie, une eau du canal, une eau traitée du réseau urbain. Pour faire un litre de bière, 5 litres d eau seront nécessaires. Mais on peut aussi rajouter d autres ingrédients à la bière : du sucre en bloc, en sirop, en candy, en caramel ; des pétales de maïs, du riz, du froment torréfié, de l orge grillé, du miel, du piment, du gingembre, des herbes, mais aussi des fruits : oranges, pommes, framboises, citrons, cerises, bananes. Les brasseurs indélicats peuvent rajouter du sel, de l eau, de la mélasse. La fabrication de la bière de la PBA : ambrée ou oubliette : il faut donc 70 kgs de malt mélangé que l on met dans la cuve matière. L eau de la chaudière est portée à 63, soit 300 litres d eau, c est la température optimale pour les sucres du malt passent dans l eau sans être détériorée. La fusion va durer 1H30. Le jus du grain va passer dans un filtre dans le fond de la cuve puis aller dans un autre récipient. Sur le gâteau de grains qui reste, on fait un deuxième passage d eau, 20 litres à 80 pour récupérer les derniers sucres. Avec 70 kilos de malt, on fera une bière à 5,3, la quantité d alcool correspondant à la quantité de malt utilisée. Cette quantité d alcool reste fixe. Le jus sucré va être porté à ébullition pour stérilisation puis on va ajouter 1 kg à 1,5 kg de fleurs de houblon pendant 3 à 4 mn et on laisse infuser. Ensuite le brassin va refroidir, le plus vite possible pour éviter la contamination, en passant sur un refroidisseur, l appareil de Baudelot. Dernière étape : la cuve de fermentation, où l on va mettre le jus de grain avec les levures en cuve ouverte, 40 H l été, 42 H l hiver, pour faire une fermentation haute entre 18 et 25. On peut faire une seconde fermentation en cuve de garde pendant 3 semaines, avec une carbonation, les levures fabriquant du CO2. Enfin, lors de la mise en bouteille, on peut rajouter une petite quantité de levures pour une 3 ème fermentation et on obtient un produit séduisant : l oubliette. La bière existe depuis 8000 ans, elle a été mise au point au Proche-Orient. Trois innovations importantes en arrivant en Gaule : fabrication à une température basse, la cuisson, le stockage en cave dans des tonneaux au froid permettant une garde de 80 jours. On obtient donc une fermentation d un moût sucré obtenu par brassage et houblonné pendant une ébullition. Durant deux milles ans, on aura la même technique de fabrication avec une qualité très variable. Un des grands problèmes est le refroidissement du moût après ébullition, avant la mise en fermentation. Le brassin peut s infecter, peut fermenter et il est perdu. A l époque, un brassin sur cinq était impropre à la consommation. Des essais ont été faits à de multiples reprises pour refroidir le moût. A partir de 1880, Jean- Baptiste CELLIER propose un refroidisseur puis la même année, DEBUSSEAUX un matériel pour empêcher la bière de tourner. D autres solutions ont été proposées : en 1856,

40 l invention qui va révolutionner la fabrication de la bière, le réfrigérant «Baudelot».C est la base de la brasserie moderne. Jean-Louis BAUDELOT est né en 1797 à Vendresse dans les Ardennes, son père est maître de forges à Haraucourt. Il étudie en Belgique et devient ingénieur. Dès 1816, il va mettre au point de multiples inventions. En 1855, alors qu il rend visite à son cousin brasseur à Vendresse, il assiste au refroissement du moût, à cette époque, celui-ci est mis dans un grand bac peu profond, installé au grenier. Toute la nuit, le brasseur le remue à l aide de grandes perches pour l aérer, le refroidir et l oxygéner. On doit passer de plus de 1000 C et 150 C, température pour la fermentation. C est une manœuvre particulièrement délicate ; Le lendemain matin, il propose à son cousin son invention, le réfrigérant tubulaire : le moût chaud est stocké dans un bar refroidisseur puis il s écoule en couche très fine à la surface de tuyaux de cuivre, dans lequel de l eau de source coule du bas vers le haut. Au contact de cette masse froide, le moût passe de 750 C à 150 C en 1H30. Cela permet une oxygénation suffisante et un risque d infection réduit. En 1856, il dépose son brevet puis la Maison Vaucher de Sedan va assurer la fabrication avec une vente aux Etats- Unis et en Grande-Bretagne. Il ne cessera pas d améliorer sa technique et de proposer d autre matériel pour la brasserie (matériel pour recueillir les mousses de fermentation, machine à laver les tonneaux, faux-fonds de cuve-matière pour filtrer le moût, mobiles et en fonte, réfrigérant elliptiques). Ce réfrigérant «Baudelot» va être utilisé par Pasteur pour la fabrication de la bière à l abri de l air. Il sera utilisé en fermentation haute ou basse, mais aussi pour refroidir d autres liquides : le vin, le lait, le vinaigre. Celui d aujourd hui est en inox mais il est issu directement de l invention de notre ardennais J.L. BAUDELOT. A côté de ces bières de haute fermentation, vont apparaître des bières de basse fermentation à partir de Danois et Tchèques constatent les démarrages de fermentation très rapides à l automne et ils isolent des levures qui travaillent à 4. Elles ont été cultivées et utilisées pour faire des fermentations à froid. La Pils née en 1840 à Pilsen en Tchécoslovaquie, puis le procédé va s étendre très rapidement en Europe, Bavière, Autriche, Alsace de 1847 à Ce type de procédé va envahir toute l Europe sauf la Belgique et l Angleterre. En France, en 1919, les brasseries lorraines s installent dans les Ardennes, en 1921, hl vendus, en En 2005, dans le monde, hl sont vendus. Il s agit de bières légères, de couleur claire, 3 mois de garde, avec comme chef de file, les bières Pilsen, Carlsberg de fabrication industrielle. Dans les Ardennes, on préfère la bière de nos brasseurs, ARDWEEN, SEDANE, OUBLIETTE, à déguster bien sûr avec modération.

41 25 es Rencontres de l ASPS Vieillissement maculaire et DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l Age) Docteur Corinne CORBIC-MALAVIALLE Rappel anatomique : la macula est une légère fossette, située au centre de la rétine dans l axe de la pupille. C est à cet endroit que l acuité visuelle est maximale, la rétine étant constituée presque exclusivement de cônes : photorécepteurs responsables de la vision colorée et de la vision fine des détails. L intégrité de cette zone est donc indispensable à une bonne vision. La nutrition et l oxygénation des cellules visuelles de la macula sont assurées uniquement par une membrane vasculaire (la choroïde) séparée de ces dernières par l épithélium pigmentaire et une fine membrane feuilletée. En effet les vaisseaux rétiniens issus de l artère ophtalmique ne sont pas présents au niveau de la macula. VIEILLISSEMENT MACULAIRE. Le vieillissement maculaire est inéluctable avec diminution du pigment maculaire jaune, riche en lutéine et

42 25 es Rencontres de l ASPS zéaxanthine (protégeant cette partie si importante de la rétine) et vieillissement des cellules visuelles, de l épithélium pigmentaire et de la choroïde. Ce vieillissement est mis en évidence à l examen du fond d œil (FO) par : 1) apparition de drüsen : petites tâches blanches maculaires correspondant à l accumulation rétinienne de déchets que l organisme ne peut plus évacuer. Ces dépôts avec le temps vont se multiplier et devenir confluents. 3) apparition de zones d atrophie maculaires. A ce stade, on parle de maculopathie liée à l âge (MLA) qui n entraine pas ou peu de modifications de la vision et peut rester muette très longtemps. Par contre la mise en évidence de cet aspect à l examen du FO doit conduire à une prise en charge médicale pour éviter si possible de basculer dans la DMLA et à une auto-surveillance permettant de dépister un passage récent vers cette pathologie. 2) apparition d altération de l épithélium pigmentaire. Prise en charge médicale. Il existe des facteurs génétiques et environnementaux qui influent sur le vieillissement maculaire et sur lesquels le patient ne peut agir. Par contre certains facteurs peuvent aggraver une MLA et peuvent être pris en charge. Il faut insister sur l arrêt du tabagisme actif ou même passif. l équilibration du poids. l équilibration de la tension artérielle.

43 25 es Rencontres de l ASPS le respect de l équilibre lipidique. la protection contre les UV (port de lunettes solaires, visière de casquette, bord de chapeau). L exposition constante de l œil à la lumière entraine l apparition de radicaux libres qui avec l âge ne sont plus éliminés par l œil et participent au vieillissement de l œil. Il est donc fortement conseillé à ce stade d obéir à des conseils diététiques permettant d augmenter les apports en antioxydants (piégeurs de radicaux libres). Voir le tableau ci-après vous indiquant les aliments à privilégier. La lutéine et la zéaxanthine, pigments maculaires importants dans la protection de la macula, ne sont pas synthétisées dans l organisme et ne proviennent donc que de l alimentation.

44 25 es Rencontres de l ASPS Clinique Auto-surveillance C est un test simple, rapide, à pratiquer régulièrement en cas de MLA et qui permet de mettre en évidence les premiers signes d une DMLA lorsque l atteinte est encore minime. Il se pratique œil par œil, avec port de la correction de près et consiste à fixer le centre de la grille d Amsler (voir ci-dessous). Toute apparition d ondulations des lignes ou de déformations signe une atteinte maculaire et doit déboucher sur une consultation ophtalmologique en urgence. L ophtalmologiste va tester l acuité visuelle, prendre la tension oculaire, examiner le FO pour écarter une autre étiologie ayant la même symptomatologie et faire pratiquer des rétino- photographies (éléments de surveillance et de comparaison), un examen en OCT et des angiographies si nécessaire. L examen en OCT Sigle pour Optical Cohérent Tomography (= tomographie à cohérence optique) : examen analysant la réflexion de la lumière sur les différentes couches de la rétine. Il permet donc de mettre en évidence des anomalies de l épithélium pigmentaire et de la choroïde (entre autre des signes indirects de néovascularisation signant une DMLA). Cet examen nécessitant une dilatation pupillaire est rapide, indolore, et de plus en plus facile à faire pratiquer de nombreux cabinets libéraux étant équipés.

45 25 es Rencontres de l ASPS C est un examen indispensable pour le suivi de l atteinte maculaire. L angiographie est par contre un examen - invasif DMLA Les troubles détectés lors du test d auto-surveillance peuvent être les premiers signes du passage de la MLA vers la DMLA. (Injection du colorant au pli du coude), - non dénué de risque (une fiche pour acceptation, est remise au patient mentionnant tous les éventuels effets secondaires répertoriés). Ce qui explique que ses indications aient diminué depuis l avènement de l OCT et qu elle soit devenue un examen de seconde intention, réservé au cas où existe à l OCT une exsudation faisant craindre l apparition de néovaisseaux maculaires. - qui nécessite une dilatation et dure une dizaine de minutes. Il existe deux colorants : la fluorescéine et le vert d infracyanine. Ce dernier est utilisé en cas de suspicion de néovaisseaux non mis en évidence par la fluorescéine (appelés néovaisseaux occultes). il existe deux types de DMLA totalement différents et pouvant parfois coexister chez le même patient et même parfois sur le même œil. Ce qui explique n il ne faut jamais relâcher l auto-surveillance. -La forme sèche ou atrophique avec disparition lente des cônes et de l épithélium pigmentaire remplacés par des plages blanches. Généralement les 2 yeux sont atteints mais de façon asymétrique et décalée dans le temps. Cette forme peut rester longtemps presque asymptomatique mais parfois l atrophie va progresser et entraîner une baisse d acuité visuelle progressive et une perte de la vision qui pourra être compensée un certain temps, en vision de près par des aides visuelles.

46 On ne peut proposer à ces patients que de régler ses facteurs de risque, de suivre les conseils diététiques et lui prescrire des compléments alimentaires. Il est important d insister sur le fait qu il ne sera jamais aveugle et pourra toujours se déplacer puisque seule sa vision centrale sera atteinte. 25 es Rencontres de l ASPS du diagnostic le plus précoce possible. Avec l aide de l OCT et des angiographies le néovaisseau va être localisé avec précision. -La forme humide ou exsudative ou néovasculaire est plus rare et peut être découverte à l occasion d un examen systématique, d une déformation ou ondulation des lignes, d une tache noire centrale ou lors de l autosurveillance. Du fait du vieillissement apparaissent des néovaisseaux au niveau de la choroïde qui vont entrainer une perméabilité anormale avec exsudation infiltrant la couche des cellules visuelles. Puis ces vaisseaux vont proliférer et infiltrer la rétine. Cette évolution peut être rapide et le pronostic visuel dépend du stade évolutif au moment de la prise en charge thérapeutique : d où l importance Traitement de la forme néovasculaire. Le traitement de première intention est l injection en intra-vitréen de produit bloquant la prolifération des vaisseaux (anti VEGF) faite en ambulatoire, après consentement écrit, avec toutes les précautions d aseptie requises. Un contrôle est fait au bout d un mois pour juger de l évolution. En général une série de trois Injections à un mois d intervalle est programmée. Ensuite la fréquence des injections est guidée par les résultats des examens. (surtout de l OCT qui est l examen incontournable de la surveillance). Ce traitement ne dispense pas de continuer l auto-surveillance.

47 Le laser et la photothérapie dynamique sont les autres traitements proposés suivant la localisation des néovaisseaux et peuvent être associés. La chirurgie (translocation maculaire..) qui n a plus sa place depuis l avènement des injections intra-vitréennes. Il faut noter que la prise en charge d un patient par injection anti-vegf est lourde à supporter moralement et représente un coût non négligeable pour la société. Malheureusement, en dépit d une prise en charge adéquate, il peut y avoir perte de la vision des deux yeux. L important est donc de conserver une certaine autonomie à ces patients dans la vie courante et de leur proposer une rééducation basse vision. Cette prise en charge est assurée par une équipe comprenant un ophtalmologiste une orthoptiste et un opticien. Elle permet d orienter vers les aides visuelles ou les appareillages les mieux adaptés. L orthoptiste fait travailler sur la mise en 25 es Rencontres de l ASPS place d un nouveau point de fixation et sur la synchronisation main-œil. Conclusion Actuellement en France un million de personnes souffrent de problèmes visuels dus à une DMLA et 3000 nouveaux cas de cécité (acuité visuelle < 1/20) apparaissent chaque année. La DMLA est la première cause de malvoyance dans les pays industrialisés. La recherche est donc active - rhéophérèse pour la forme atrophique) - greffe d épithélium pigmentaire - aides optiques (lunettes intelligentes ) Il est donc important d insister sur la prévention et la prise en charge rapide de cette pathologie.

48 25 es Rencontres de l ASPS DEFIBRILLATEURS EXTERNES : Pour Qui, Pourquoi? Comment? Dr P. RAYMOND - Dr D.GOURGON SARAZIN -L incidence de la mort subite cardiaque est évaluée à /an avec une mortalité qui atteint 95%. En dehors d un pic dans la petite enfance (mort subite du nourrisson), l incidence augmente avec l âge et surtout après 75 ans. Depuis 2007 la législation a élargi l utilisation des défibrillateurs à tout citoyen. -7/10 morts subites surviennent devant témoin, seuls 20% savent faire les premiers gestes de réanimation -4/5 des patients qui survivent ont bénéficié des gestes simples pratiqués par les témoins. La survie est 4 à 5 fois plus importante dans les pays où les lieux publics sont équipés en défibrillateurs externes LA DEFINITION DE LA MORT SUBITE On distingue > la mort subite établie : décès inattendu, sans cause extra cardiaque évidente, survenant suite à un collapsus établi devant témoin, dans l heure qui a suivi le début des symptômes. ->la mort subite cardiaque probable : décès inattendu sans cause extra- cardiaque évidente dans les dernières 24 heures (on exclu les fins de vie sur K et les bronchopathies obstructives). ->l arrêt cardiaque soudain : mort subite au décours de laquelle on dispose des enregistrements spécifiques des manœuvres de réanimation ou lorsque la personne a survécu à l événement.

49 25 es Rencontres de l ASPS Délai entre arrêt cardiaque et la première défibrillation (n=2748) à 2 5 à 6 9 à 1013 à 1417 à Minutes Arrêts cardiaques: Survie en fonction du délai de la première défibrillation (D après HOLMBERG MS et al) LES CAUSES DE LA MORT SUBITE Elle est dominée par la maladie coronarienne -ATCD d infarctus -Fraction éjection basse -ATCD de tachycardie ventriculaire Elle atteint 30% dans cette population à risque, alors que dans la population générale elle ne dépasse pas 1%. AUTRES CAUSES CARDIAQUES: Myocardiopathies 10 à15% Plus rarement 5 à 10%: Syndrome de BRUGADA Syndrome du QT long FV idiopathique- Cardiopathies congénitales

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

A partir de 50 ans La macula & la DMLA

A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans, il est primordial d effectuer régulièrement un dépistage de la macula auprès d un médecin spécialiste des yeux. En effet, en Belgique, 30 000

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique Juin 2012 QUELS SIGNES FONCTIONNELS DOIVENT FAIRE ÉVOQUER UNE DMLA? La baisse d acuité

Plus en détail

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne Chapitre 2 LES FORMES DE DMLA La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne présente pas de dégénérescence proprement dite de la macula. On parle alors de DMLA précoce ou

Plus en détail

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Association Regards et Contrastes Conférence du 15 décembre 2006 à l Athénée Municipale de Bordeaux Présentation proposée par le Docteur Arnaud Bernard Ophtalmologue Rétinologue LA DMLA Mise au point sur

Plus en détail

L alimentation du jeune sportif

L alimentation du jeune sportif L alimentation du jeune sportif L entraînement commence à table Damien PAUQUET Diététicien nutritionniste du sport info@nutripauquet.be Plan de l exposé : Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport,

Plus en détail

Fibrillation & défibrillation cardiaques

Fibrillation & défibrillation cardiaques Fibrillation & défibrillation cardiaques Le coeur, un circuit électrique Le cœur est un muscle qui se contracte selon un rythme régulier, d environ 60 à 100 battements par minute. Chaque battement est

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge LUC-09-02/10-6087 - 1 - Dégénérescence maculaire liée à l âge Sommaire 1. Introduction 2. Qu est-ce que la dégénérescence maculaire liée à l âge? 3. Forme sèche et

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Safari au Kenya et en Tanzanie Octobre 2015. Itinéraire

Safari au Kenya et en Tanzanie Octobre 2015. Itinéraire Safari au Kenya et en Tanzanie Octobre 2015 Itinéraire 11 octobre NAIROBI (KENYA) Arrivée à Nairobi. Accueil et transfert à votre hôtel. 12 octobre NAIROBI/LAC NAIVASHA Départ vers la vallée du Rift. Dîner

Plus en détail

IL Y A URGENCE! En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d un arrêt cardiaque.

IL Y A URGENCE! En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d un arrêt cardiaque. ARRÊT CARDIAQUE : IL Y A URGENCE! En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d un arrêt cardiaque. Le taux de survie à un arrêt cardiaque en France est de 2à 3% ; il est 4 à 5 fois

Plus en détail

L alimentation du sportif

L alimentation du sportif L alimentation du sportif Dr F. GANE TROPLENT 04/2013 Faculté de Médecine HyacintheBASTARAUD Activités physiques : Recommandations d activité physique pour la population Pratique d une activité physique

Plus en détail

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Glaucome ENVI-2012-10-311 - HCP Groupe ʻʻ je fais contrôler ma vue ʻʻ pratiq santé 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Je m informe : le glaucome, une

Plus en détail

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Les sports et les loisirs apportent de nombreux avantages aux enfants et peuvent être une manière amusante et agréable de faire de l activité physique. Cependant,

Plus en détail

Tanzanie 9 Jours / 8 Nuits. Accueil à l arrivée du vol international à Kilimandjaro Airport et transfert pour votre hôtel.

Tanzanie 9 Jours / 8 Nuits. Accueil à l arrivée du vol international à Kilimandjaro Airport et transfert pour votre hôtel. B-4000 LIEGE PLACE XAVIER NEUJEAN 39 www.ornella.be TEL.: 04/223.74.10 - FAX : 04/223.75.61 info@ornella.be TANZANIE -LE SAFARI Tanzanie 9 Jours / 8 Nuits JOUR 1 : KILIMANDJARO Accueil à l arrivée du vol

Plus en détail

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Les (sucres lents) sont essentiels à la résistance de l organisme pour un effort d endurance. Si vous manquez de réserves, vous vivrez le «mur du

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

Safari privé en Tanzanie de 8 jours en français

Safari privé en Tanzanie de 8 jours en français Safari privé en Tanzanie de 8 jours en français 1 2459, Notre-Dame Ouest, Montréal, Québec, Canada H3J 1N6 Votre programme Jour 1 Arrivée à l aéroport de Kilimandjaro. Accueil et transfert par votre équipe

Plus en détail

JMV. Affections cécitantes curables

JMV. Affections cécitantes curables JMV Affections cécitantes curables AMBLYOPIE L Amblyopie C est une insuffisance de la vision, parfois congénitale ou acquise dans les premiers mois de la vie. La forme la plus courante unilatérale - résulte

Plus en détail

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11.

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11. Nutrition et Sport L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Qui est considéré comme sportif? Valérie Ducommun Diététicienne dipl. ES Diplôme universitaire Nutrition du Sportif A.F. Creff

Plus en détail

UNE EXPÉRIENCE EN VTT

UNE EXPÉRIENCE EN VTT GUIDE DE NUTRITION AVANCÉ POUR UNE EXPÉRIENCE EN VTT Guide gratuit! 2015/2016 PLUS INTENSE For beginner to pro Guides pour autres sports : www.highfive.co.uk POURQUOI UTILISER LA NUTRITION SPORTIVE? La

Plus en détail

Kenya, Tanzanie et Zanzibar

Kenya, Tanzanie et Zanzibar Kenya, Tanzanie et Zanzibar Voyage safari en groupe international Combiné Amboseli, Tanzanie et Zanzibar Nairobi - Amboseli - Ngorongoro Karatu - Serengeti - Tarangire - Zanzibar 15 jours/12 nuits VOYAGE

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques DIABETE ET SPORT Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques I- Physiopathologie Principes généraux de l exercice physique Pour améliorer

Plus en détail

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique :

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique : La préparation d un match passe aussi par l alimentation. Pour être performant lors d un match, il est essentiel de bien s alimenter avant! AVANT VOTRE MATCH Pour aborder votre match dans les meilleures

Plus en détail

L'OEIL DU GUIDE : 7 NUITS

L'OEIL DU GUIDE : 7 NUITS Parc Kruger C O U L E U R S 2 0 1 6 L'OEIL DU GUIDE : Un magnifique safari qui vous conduit à travers la Tanzanie au cœur d un décor naturel semblant inchangé depuis la nuit des temps à la découverte d

Plus en détail

LE KENYA. Un beau pays d Afrique. Des animaux sauvages (ici: les Big Five) De grandes plages blanches

LE KENYA. Un beau pays d Afrique. Des animaux sauvages (ici: les Big Five) De grandes plages blanches LE KENYA Un beau pays d Afrique Des animaux sauvages (ici: les Big Five) De grandes plages blanches Situons le KENYA.. C est un pays d Afrique de l Est bordé par l océan Indien. C est dans cette région

Plus en détail

Comment se préparer à des épreuves d endurance

Comment se préparer à des épreuves d endurance Comment se préparer à des épreuves d endurance Ce guide est destiné à des athlètes participant à des épreuves d endurance telles que marathons, triathlons, cyclisme, VTT, crosscountry et ski de fond. Quel

Plus en détail

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète (French) Programmes de dépistage Maladies oculaires liées au diabète Suivi plus régulier et traitement de la rétinopathie diabétique Closer monitoring and treatment for diabetic retinopathy Informations

Plus en détail

LE KENYA. Circuit «Safari Masaï Mara» 10 jours - 8 nuits

LE KENYA. Circuit «Safari Masaï Mara» 10 jours - 8 nuits LE KENYA Circuit «Safari Masaï Mara» 10 jours - 8 nuits Le Kenya, véritable paradis sauvage Splendeurs du Masaï Mara Lac Naïvasha : véritable éden pour les amateurs d'oiseaux Amboseli au pied des neiges

Plus en détail

SAFARI KENYA NOEL EN FAMILLE ATLANTIDE VOYAGES. Découverte de la Faune et de la population MASAI Avec notre équipe locale

SAFARI KENYA NOEL EN FAMILLE ATLANTIDE VOYAGES. Découverte de la Faune et de la population MASAI Avec notre équipe locale NOEL EN FAMILLE SAFARI KENYA Découverte de la Faune et de la population MASAI Avec notre équipe locale JOUR 1 DEPAR DE CHEZ VOUS/NAIROBI NUIT A NAIROBI Arrivée de votre vol international. Formalités d

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN Par le Dr Mourad BRAHIMI, médecin du travail au CMB Je vais vous parler aujourd hui de ce que nous devons manger tous les jours et en quelle quantité pour

Plus en détail

Raid Kenya - Tanzanie Raid 4X4 / Moto 8 22 Février 2014

Raid Kenya - Tanzanie Raid 4X4 / Moto 8 22 Février 2014 Raid Kenya - Tanzanie Raid 4X4 / Moto 8 22 Février 2014 Raids AMONZEVO / MOTRIX Sarl Espace DMCI - 41, quai Fulchiron - 69005 LYON Tél. 04 72 41 73 86 - Fax 04 72 41 70 09 www AMONZEVO.COM (lic n 069.03.0007)

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)?

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? La veille au soir Les buts de l alimentation sont de maintenir les réserves en glycogène (réserve de sucre pour l effort) tant au niveau du

Plus en détail

Jus de pomme. 1 portion d HC. 51 kcal / 215 kj. 115 ml ± 1 verre à moitié rempli IG = 44

Jus de pomme. 1 portion d HC. 51 kcal / 215 kj. 115 ml ± 1 verre à moitié rempli IG = 44 Boissons Boissons Il est indispensable de boire suffisamment pour maintenir un bon état de santé général. Si nous examinons attentivement la pyramide alimentaire, force est de constater que les boissons

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

DIETETIQUE et SPORT. de la théorie à la pratique. Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble

DIETETIQUE et SPORT. de la théorie à la pratique. Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble DIETETIQUE et SPORT de la théorie à la pratique Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble Pour être en forme et le rester hygiène de vie : - sommeil suffisant

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION Août 2007 article BOXE Pendant un effort physique les muscles se contractent, un dégagement de chaleur

Plus en détail

Safari en Tanzanie et Zanzibar

Safari en Tanzanie et Zanzibar 01/03/12 : COTE SOLEIL 1 COTE SOLEIL Safari en Tanzanie et Zanzibar 11 nuits/ 12 jours sur place Itinéraire résumé : Jour 1 : Aéroport de Kilimanjaro / Arusha Jour 2: Arusha /Tarangire Jour 3 : Tarangire

Plus en détail

FACILITER LA NUTRITION ET LA SANTE DU SPORTIF TOUT AU LONG DE L EFFORT! Dossier de presse 2014

FACILITER LA NUTRITION ET LA SANTE DU SPORTIF TOUT AU LONG DE L EFFORT! Dossier de presse 2014 FACILITER LA NUTRITION ET LA SANTE DU SPORTIF TOUT AU LONG DE L EFFORT! Dossier de presse 2014 Parce que le corps est le premier équipement des sportifs, APTONIA, marque multi-sports d Oxylane, aide les

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin.

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin. La mort subite est la conséquence d un arrêt cardiaque et respiratoire. Elle survient soudainement chez un individu qui se livre à ses occupations habituelles : au travail, en faisant ses courses, mais

Plus en détail

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien Docteur PAULE MORARD IBM ECULLY SPORT ET DIETETIQUE BESOINS GLUCIDES : 1g= 4kcal 55% de l apport energétique quotidien Glucides à indice glycémique élevé ( IG) : Pain, purée, riz blanc, corn flakes Glucides

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

Tout travail effectué en condition de chaleur excessive constitue un risque pour la santé, quelle que soit la brièveté de l activité considérée.

Tout travail effectué en condition de chaleur excessive constitue un risque pour la santé, quelle que soit la brièveté de l activité considérée. Lucerne, le 1.6.2006 Factsheet Chaleur 1. Introduction Toute activité impliquant une exposition à la chaleur combinée avec des efforts intenses et le port de vêtements inappropriés provoque un échauffement

Plus en détail

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla.

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla. CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DMLA DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE LIVRET D INFORMATION www.association-dmla.com SIÈGE SOCIAL : Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

Plus en détail

Kenya, Tanzanie et Zanzibar Voyage safari en groupe international

Kenya, Tanzanie et Zanzibar Voyage safari en groupe international Kenya, Tanzanie et Zanzibar Voyage safari en groupe international Découverte du Kenya et de la Tanzanie, extension balnéaire sur l île de Zanzibar Nairobi Masai Mara - Lake Elementaita Amboseli Ngorongoro

Plus en détail

SPORT-ÉTUDES FOOTBALL

SPORT-ÉTUDES FOOTBALL SPORT-ÉTUDES FOOTBALL Depuis 1983, l équipe d enseignants d Energy Academy transmet sa pasdernes. Si votre enfant est passionné par le football et qu il souhaite le pratiquer quotidiennement pour son simple

Plus en détail

Faire de la santé oculaire une priorité. Guide de l intervenant

Faire de la santé oculaire une priorité. Guide de l intervenant Faire de la santé oculaire une priorité Guide de l intervenant DIAPO 1 Présentation de l intervenant. Le but de cette présentation est de fournir des informations concernant les modifications de la vue

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 le diabète je peux l éviter! ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 Qu est-ce que le diabète? C est une maladie grave et silencieuse qui,

Plus en détail

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments»

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» 1 «Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» Magali Marchand, Chef de service Diététique RHMS Diététicienne agréée ABD 12.01.2012 - Maison du

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com Eléments de nutrition Consommation énergétique Eléments de nutrition F. Nicot 2 Métabolisme de repos MRT = (35 à 40) x 24 x S (Kcal / j) Surface

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène)

OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène) OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène) Garantir le parfait état de la masse musculaire Eviter tout problème digestif Prévenir les déficits en minéraux et vitamines

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

La Tanzanie. Du 24 Octobre au 11 Novembre 2012

La Tanzanie. Du 24 Octobre au 11 Novembre 2012 La Tanzanie Du 24 Octobre au 11 Novembre 2012 Carte de la Tanzanie Notre Voyage 19 jours 18 nuits dont 2 nuits en avion Partie Safari: Jour 1 à Jour 10 Parcs du Nord Ouest Partie Plage : Jour 11 à Jour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME 1/LE GLAUCOME EN CHIFFRES X Epidémiologie Première cause de cécité absolue en France + 1 Million de

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau du robinet sur le territoire du SEDIF est une eau d excellente qualité L eau potable est l un des produits alimentaires les plus contrôlés. Elle est un vecteur potentiel de nombreuses maladies et

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle.

Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle. Qu est-ce que le glaucome? Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle. Le glaucome est attribuable à un mauvais écoulement du liquide intraoculaire (liquide

Plus en détail

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Louis.hoffart@mail.ap-hm.fr Macula

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

Safari Simba au Kenya

Safari Simba au Kenya Safari Simba au Kenya NAIROBI PARC NATIONAL D AMBOSELI PARC NATIONAL DE TSAVO OUEST DIANI BEACH Circuit accompagné de 13 jours JOUR 1 : MONTRÉAL Rendez-vous avec l accompagnateur à l aéroport international

Plus en détail

CERTIFICAT D EXCELLENCE EN APTITUDE PHYSIQUE DES FC

CERTIFICAT D EXCELLENCE EN APTITUDE PHYSIQUE DES FC Référence : A. Certificat d excellence en aptitude physique des FC. Politique de décembre 2006, PDF BUT Le Certificat d excellence en aptitude physique des FC a été créé dans le but de souligner les efforts

Plus en détail

Circuit «A la poursuite des Gnous»

Circuit «A la poursuite des Gnous» DESTINATION TANZANIE Circuit «A la poursuite des Gnous» Année 2014-2015 10 jours / 08 nuits Mana Voyages, votre tour opérateur Franc-Comtois JOUR 1 : LYON NAIROBI Rendez-vous à l aéroport de Lyon St Exupéry.

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

L ALIMENTATION DU SPORTIF Version 3 06.05.2013

L ALIMENTATION DU SPORTIF Version 3 06.05.2013 L ALIMENTATION DU SPORTIF Version 3 06.05.2013 L alimentation du sportif se diffère de l alimentation générale par l apport calorique nécessaire à l activité physique et par le timing des ces apports.

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

FORMULA1 SPORT remplace idéalement un repas ou un encas à toute heure de la journée. AVANTAGES PRODUIT

FORMULA1 SPORT remplace idéalement un repas ou un encas à toute heure de la journée. AVANTAGES PRODUIT LE REPAS DES ATHLETES Gagnez en confiance. Optimisez votre alimentation pré-entrainement., équilibrée en glucides, protéines, vitamines et minéraux, vous apporte une base solide de nutriments essentiels

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

COMMENT COMBATTRE LA CHALEUR

COMMENT COMBATTRE LA CHALEUR Centro Nazionale per la Prevenzione e il Controllo delle Malattie SÉCURITÉ POUR L ÉTÉ COMMENT COMBATTRE LA CHALEUR Manuel pour l aide à domicile des personnes âgées SÉCURITÉ POUR L ÉTÉ COMMENT COMBATTRE

Plus en détail

Aster voyage 2015-2016 TANZANIE

Aster voyage 2015-2016 TANZANIE TANZANIE Du 9/02 au 19/02 2015 1 Jour 1/ Arusha Accueil à l arrivée du vol international à Kilimandjaro ou Nairobi airport et transfert pour votre hôtel à Arusha. Installation à l hôtel le Moivaro lodge

Plus en détail

Safari Simba au Kenya "De Kali à Diani "

Safari Simba au Kenya De Kali à Diani Safari Simba au Kenya "De Kali à Diani " Découverte magique du Kenya, de la nature et des populations locales. Une aventure unique incluant un séjour balnéaire. Le prix comprend: NAIROBI, AMBOSELI, TSAVO

Plus en détail

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre?

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? LA DIETETIQUE DU DIABETE EN 24 QUESTIONS 1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? 2) Les légumes sont-ils pauvres

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

La femme et le sport

La femme et le sport Généralités : Filles: Restent à la maison Faibles, frêles Garçons: Athlétiques et forts Doit faire du sport pour son développement La femme et le sport Les filles avaient une éducation sportive différente

Plus en détail

Michel MARTINO Diététicien-Nutritionniste Diplôme Universitaire de Nutrition du Sportif Groupe d Experts en Nutrition du Sport de l Association

Michel MARTINO Diététicien-Nutritionniste Diplôme Universitaire de Nutrition du Sportif Groupe d Experts en Nutrition du Sport de l Association Michel MARTINO Diététicien-Nutritionniste Diplôme Universitaire de Nutrition du Sportif Groupe d Experts en Nutrition du Sport de l Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN) Membre

Plus en détail

Comment? Définir la méthode de prise en charge. Evaluer les sports à risques. Evaluer les sportifs à risques. Définir le cadre de la prise en charge

Comment? Définir la méthode de prise en charge. Evaluer les sports à risques. Evaluer les sportifs à risques. Définir le cadre de la prise en charge Comment? Evaluer les sports à risques. Evaluer les sportifs à risques Définir la méthode de prise en charge Définir le cadre de la prise en charge Evaluer les sports à risque Sports à catégories de poids

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

Le diabète et les situations spéciales

Le diabète et les situations spéciales Le diabète et les situations spéciales MALADIES, VOYAGES ET VACANCES Diabete e situazioni particolari Lilly Que se passe-t-il si je tombe malade? Lorsque vous êtes malade, vous devez faire attention à

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Voyage de Noces en Tanzanie

Voyage de Noces en Tanzanie Voyage de Noces en Tanzanie 12 jours / 10 nuits Jours 1 et 2 : GENEVE / ARUSHA Rendez-vous à l aéroport de Genève et envol à destination de Kilimandjaro, via Nairobi. Arrivée à Kilimandjaro, accueil, assistance

Plus en détail

Recettes. avec de. l acide citrique

Recettes. avec de. l acide citrique Recettes avec de l acide citrique Recettes avec de l acide citrique Avec l arrivée du printemps, on a envie de délices faits maison. Nous vous invitons chaleureusement à transformer vos baies fraîches

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail