Cognition, Santé et Vie Quotidienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cognition, Santé et Vie Quotidienne"

Transcription

1 Sous la direction de Gérard Chasseigne Cognition, Santé et Vie Quotidienne Volume 3 Publibook

2 Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires PARIS France Tél. : + 33 (0) IDDN. FR R.P Cet ouvrage a fait l objet d une première publication aux Éditions Publibook en 2009

3 Retrouvez l auteur sur son site Internet :

4

5 Sommaire Ont participé à cet ouvrage...13 Avant-propos...15 Perspectives thérapeutiques dans le Trouble Anxiété de Séparation...19 Céline Clément 1. L anxiété de séparation Manifestations Origines Maintien et devenir Trouble Anxiété de Séparation Critères diagnostiques et description clinique Données épidémiologiques Anxiété de séparation vs. Trouble Anxiété de Séparation (TAS) Origine et maintien du trouble Évaluation Thérapies Comportementales et Cognitives Principes des propositions thérapeutiques Travail sur l anxiété Exposition graduelle aux stimuli anxiogènes Restructuration cognitive Importance du travail familial De l échec relatif d une intervention Caractéristiques parentales Inclusion des parents au projet thérapeutique Modalités et efficacité de l inclusion parentale Conclusion...39 Le modèle de Karasek et l épuisement professionnel : pour une approche contextualisée...45 Didier Truchot 1. Introduction Le burnout Le modèle de Karasek : bref historique et définition Les variables du modèle Les exigences La latitude décisionnnelle ou le contrôle Le soutien social

6 4. Le burnout dans la perspective du modèle de Karasek Les effets simples Effets additifs ou effets d interaction? Les critiques adressées au modèle Groupes homogènes vs. groupes hétérogènes Conclusion Annexe Questionnaire de Karasek dans la version utilisée pour l enquête SUMER La philosophie des soins palliatifs Sylvie Scaon 1. Le soin palliatif Une question : Pourquoi le soin palliatif? Soin, maladie, mort Des travaux novateurs La philosophie des soins palliatifs Objet Les implications de la philosophie des soins palliatifs : une approche humaniste ou humaine et holistique Au niveau du contexte de fin de vie Au niveau de la personne L utilisation du concept de besoin dans la prise en charge en soins palliatifs Le concept de besoin, un élément fondateur La prise en charge holistique de la souffrance de l être humain selon quatre dimensions Les besoins physiologiques Les besoins psychologiques Les besoins sociaux Les besoins spirituels Portée sociale de la philosophie des soins palliatifs Conclusion Promotion du pardon en thérapie et propension générale à pardonner Sandrine Ballester 1. La promotion du pardon en thérapie : exemples de deux modèles d interventions Le modèle de processus de pardon développé par Enright et le Groupe d Etude du développement humain Le modèle de pardon développé par le Groupe d Etude de Worthington : Le modèle pyramidal du pardon «REACH» Efficacité des modèles d intervention thérapeutique centrés sur le pardon et effets sur la santé mentale Le pardon : seule solution thérapeutique? Les facteurs circonstanciels externes de la propension générale à pardonner : facteurs situationnels, relationnels, démographiques et culturels Rôle des facteurs situationnels et relationnels Rôle des facteurs démographiques Structure factorielle de la propension générale à pardonner

7 4.4. Rôle du contexte culturel Conclusion Approche familiale dans le TDA/H : Fondements et présentation d un programme d entraînement aux habiletés parentales adapté pour la population française Stéphane Hauth-Charlier 1. Origines du TDA/H et de ses concomitances Les Programmes d Entraînement aux Habiletés Parentales (PEHP) Objectifs Hypothèse et théories sous-jacentes : le piège du renforcement Mécanisme : Installation d un cercle vertueux Principes de base PEHP pour les parents d enfants avec un TDA/H Conclusion Éthique du secret médical Myriam Guedj 1. Introduction Qu est ce que le secret médical? Les limites du secret médical Les jurisprudences internationales concernant les limites de la confidentialité Confidentialité et protection d un tiers en danger : le cas des infections sexuellement transmissibles Confidentialité et protection d un tiers en danger : le cas des violences conjugales Attitudes à l égard de la confidentialité Conditions d acceptabilité de la levée du secret médical chez le grand public et les professionnels de santé lorsqu une personne refuse de déclarer une maladie infectieuse grave à son conjoint Méthode Participants Matériel Procédure Résultats Participants du grand public Professionnels de santé Discussion Acceptabilité de la levée du secret médical dans le cas d un patient violent potentiellement dangereux pour son conjoint Méthode Participants Matériel Résultats Participants du grand public Professionnels de santé Discussion Conclusion

8 Dépendance et apprentissage de la relation entre consommations combinées d alcool et de tabac et risque de développer un cancer de l œsophage Sylvie Scaon et Gérard Chasseigne 1. Introduction Perception des risques pour la santé associés à la consommation combinée d alcool et de tabac Apprentissage de la relation entre les consommations combinées d alcool et de tabac et le risque de développer un cancer de l œsophage La présente étude Méthode Participants Matériel Procédure Résultats Discussion

9 Ont participé à cet ouvrage Sandrine Ballester (Université du Mirail, Toulouse 2) Gérard Chasseigne (Université de Reims Champagne-Ardenne) Céline Clément (Université Louis Pasteur, Strasbourg 1) Caroline Giraudeau (Université François-Rabelais, Tours) Myriam Guedj (Université du Mirail, Toulouse 2) Stéphane Haut-Charlier (Université Louis Pasteur, Strasbourg 1) Céline Musielak (Université de Reims Champagne-Ardenne) Jean-Louis Nandrino (Université Charles-de-Gaulle, Lille 3) Sylvie Scaon (Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours) Didier Truchot (Université de Franche comté) 13

10

11 Avant-propos Cognition, Santé et Vie Quotidienne est un ouvrage en série à visée scientifique qui se centre sur l étude des processus à l œuvre dans l esprit humain, leur évolution tout au long de la vie et leurs relations avec la santé mentale et physique. CSVQ étudie les liens que tout être humain noue avec son environnement social, physique ainsi qu avec son monde intérieur. Dans une telle perspective, et en toute fidélité à l égard de la politique éditoriale de la collection «Psychologie Scientifique», cette série propose au public intéressé, aux enseignants-chercheurs, aux étudiants et aux professionnels, des pistes de réflexions théoriques et d application de la psychologie scientifique moderne d orientation cognitive, des synthèses, des études empiriques et des mises au point d outils d investigation. CSVQ a vocation internationale : les contributions sont prioritairement publiées en langue française, mais elles peuvent l être également dans la langue internationale de la psychologie scientifique, la langue anglaise. Le troisième volume de CSVQ comporte sept contributions originales. La première est consacrée au Trouble Anxiété de Séparation (TAS). Pour Céline Clément, l anxiété de séparation développementale est une donnée normale du développement de l enfant qui témoigne l attachement de l enfant à ses donneurs de soin. En revanche lorsque cette anxiété est disproportionnée, au regard des circonstances, lors de la séparation d avec les donneurs de soin ou en anticipation de celle-ci, il est possible d envisager le diagnostic de Trouble Anxiété de Séparation (TAS). En particulier, il peut être considéré lorsque le retentissement fonctionnel sur la vie sociale et familiale de l enfant ou de l adolescent est important. Sa prévalence est d environ 4 % dans la population des enfants et adolescents. Les thérapies comportementales et cognitives sont un traitement de choix des troubles anxieux chez l adulte mais également chez l enfant et l adolescent. Les propositions thérapeutiques pour les troubles anxieux, dont le TAS, associent un travail sur la réponse anxieuse (relaxation et respiration), une exposition graduelle aux situations anxiogènes et une restructuration cognitive portant sur les interprétations erronées et la résolution de problèmes. Les caractéristiques parentales sont importantes pour comprendre le maintien du trouble, l intrusion est plus particulièrement spécifique à ce trouble parmi les troubles anxieux. Compte tenu du fait que les parents peuvent contribuer à la généralisation des comportements, il importe donc de les associer sous une forme ou une autre au travail thérapeutique avec l enfant. 15

12 La deuxième contribution présentée par Didier Truchot est relative à la santé au travail. Trente années après son apparition, le modèle de Karasek continue d inspirer nombre de travaux portant sur la santé au travail. Il a servi à étudier les risques cardio-vasculaires, mais également les problèmes de santé psychologiques engendrés par les exigences professionnelles. Son succès retentissant, tant auprès des chercheurs que des praticiens, ne s est jamais démenti. Toutefois, les prédictions du modèle sont loin d être toujours vérifiées. L argumentaire que présente Didier Truchot s appuie notamment sur les recherches qui portent sur l épuisement professionnel ou burnout. Parmi les critiques adressées au modèle en vue de l amender, l auteur s intéresse en particulier aux travaux qui suggèrent de prendre davantage en compte les variables contextuelles spécifiques à un emploi. Il défend l idée que ce modèle ne doit pas être considéré aujourd hui comme abouti, mais envisagé plutôt d un point de vue prospectif, en explorant notamment ses variations possibles. Cette position devrait être bénéfique du point de vue théorique, mais également du point de vue pratique, pour mieux diagnostiquer, prévenir ou réduire les facteurs de risque. La troisième contribution, présentée par Sylvie Scaon, est relative à la «philosophie» des soins palliatifs. Les progrès scientifiques de ces dernières années ont entraîné un allongement remarquable de la durée de vie. Toutefois, la fin de vie est le plus souvent prolongée de manière purement médicale. Pour l auteure, ceci nécessite de nouvelles façons d envisager les soins à prodiguer personnes en fin de vie. L émergence d une «philosophie» des soins palliatifs tente d apporter une réponse à la souffrance des personnes en fin de vie d une manière globale. Mais qu entend-on par «philosophie» des soins palliatifs? On sait que la science médicale est régie par le code moral primum non nocere «avant tout ne pas nuire». La mort intervient la plupart du temps dans ce contexte moral, ce qui est le plus souvent difficile à supporter pour les professionnels de santé. Un juste équilibre entre la pratique palliative et les souhaits des personnes en fin de vie est apparu nécessaire. Les professionnels de l approche humaniste et holistique dénommée soins palliatifs s appuient sur la notion de besoin. Pour formaliser la pratique soignante, différentes dimensions (physiologiques, psychologiques, sociales et spirituelles) ont été envisagées. Cette formalisation implique l interdisciplinarité des professionnels. Il s ensuit que l enjeu est aujourd hui de se pencher sur la portée sociale de la philosophie des soins palliatifs à l heure où l économique s immisce dans ce temps ultime. La quatrième contribution présentée par Sandrine Ballester est consacrée aux aspects thérapeutiques du pardon le pardon étant ici conçu non dans son acception philosophique ou religieuse, mais dans son acception psychologique. Hormis son intérêt en termes d harmonie sociale, bon nombre d épreuves empiriques ont montré que le pardon procure de nombreux bénéfices physiques et psychologiques. L intérêt thérapeutique du pardon est donc légitimé à plus d un titre. Bon nombre de cliniciens considèrent ce dernier comme un processus interne et central en psychothérapie. En ce sens, l émergence de certains modèles d intervention destinés à 16

13 promouvoir le pardon, applicables en thérapie, s explique aisément. Dans sa contribution, l auteure présente les premiers modèles d interventions thérapeutiques centrés sur la promotion du pardon et leurs effets révélés sur le plan de la santé mentale. Puis, elle pose la question suivante : le pardon est-il la seule solution thérapeutique pour tout sujet souffrant d avoir été offensé? Enfin, elle tente d identifier, en référence aux études existantes, les circonstances externes venant expliquer une pratique plus ou moins aisée du pardon au quotidien. La cinquième contribution présentée par Stéphane Haut-Charlier est relative au Trouble Déficitaire de l Attention/Hyperactivité (TDA/H). Le TDA/H affecte l ensemble de la dynamique familiale, et a des répercussions majeures dans la vie de l enfant touché et de ses parents. L expression du trouble, de ses concomitances, et l évolution de l enfant, peuvent être notamment influencées par les pratiques éducatives parentales. C est pourquoi, selon l auteure, il est essentiel de proposer une intervention adaptée non seulement aux besoins et difficultés rencontrées par les parents, mais également aux caractéristiques du trouble. Dans cette perspective, les Programmes d Entraînement aux Habiletés Parentales (PEHP) constituent une intervention de choix ayant déjà démontré son efficacité dans cette application. Après avoir présenté brièvement les hypothèses quant à l origine du TDA/H et les PEHP, l auteure développe les étapes composant l adaptation française d un PEHP à destination des parents d enfant avec un TDA/H à la lumière de la littérature scientifique et de son expérience clinique. La sixième contribution est relative à l éthique du secret médical. Dans ce chapitre, Myriam Guedj étudie le jugement d acceptabilité de la rupture du secret médical dans le cas de la protection d un tiers. Deux situations sont traitées. Dans l une, un patient atteint d une infection sexuellement transmissible refuse d en informer sa partenaire. Dans l autre, le patient est potentiellement violent avec sa partenaire. L acceptabilité de la rupture du secret médical est étudiée chez le grand public et chez les professionnels de santé. Au travers de différents scénarios possibles, et dans chacune des deux situations énoncées ci-dessus, il s agit de juger s il est acceptable que le médecin contacte la partenaire du patient pour la tenir informée du danger encouru. Il apparaît que les participants issus du grand public, tout comme les professionnels de santé, utilisent majoritairement les facteurs de contexte émettre leurs jugements. Cependant, une minorité de répondants se polarise autour d attitudes opposées, soit parce que ces personnes sont totalement favorables à la rupture du secret médical, soit parce qu ils y sont totalement défavorable. La septième contribution est relative à l apprentissage de la relation entre consommations combinées d alcool et de tabac et risque de développer un cancer de l œsophage par des personnes dépendantes à l alcool et au tabac. L objectif de l étude présentée par Sylvie Scaon et Gérard Chasseigne est de savoir si des patients en cure de désintoxication alcoolique (traités ou non avec des benzodiazépines) sont capables d apprendre que les risques liés à la consommation combinée d alcool et de tabac se multiplient. Cette question avait été abordée en 17

14 conclusion d une synthèse de Bonnin-Scaon et Chasseigne (2007) où les auteurs mentionnaient la difficulté de faire des hypothèses sur les capacités d apprentissage d une telle règle chez des personnes dépendantes. L objectif de l étude qu ils présentent est de contribuer à sa réponse. Les résultats montrent que les patients en cure de désintoxication alcoolique sont capables de faire cet apprentissage aussi bien que les personnes non dépendantes, qu ils soient traités ou non avec des benzodiazépines. Les implications de ces résultats sont discutées. Gérard Chasseigne Université de Reims, directeur de publication 18

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Le Défi e-no Smoking

Le Défi e-no Smoking Le Défi e-no Smoking Du même auteur «Comment arrêter de fumer en travaillant», Éditions First, 1991 «5 semaines pour une vie sans tabac», Méthode audio FirstAvantage, 1992 «30 Jours pour Apprendre à fumer»,

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet management sup gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet Le pictogramme qui figure ci-contre mérite une explication. Son objet est d alerter le lecteur sur la menace que

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

La Révision comptable

La Révision comptable Jean-Marc Bénard La Révision comptable Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Le Guide de l officine de pharmacie

Le Guide de l officine de pharmacie Cédric Charlas Le Guide de l officine de pharmacie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Principes de management de la maintenance

Principes de management de la maintenance Jean-Paul Raoul Illustrations : Hervé Baudry Principes de management de la maintenance Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Projet 8INF206 (3cr) Guide

Projet 8INF206 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Projet 8INF206 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES MATIÈRES INFORMATION GÉNÉRALE...

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION LEADERSHIP ACCOMPAGNEMENT PROFESSIONNELS STRUCTURE DU PROGRAMME Programme de formation : 15 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex 10 Programme

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Dès le 1er septembre 2014, la nouvelle réglementation concernant les risques psychosociaux sera d application. De récentes modifications ont été apportées

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

La prévention des facteurs de risques psychosociaux

La prévention des facteurs de risques psychosociaux La prévention des facteurs de risques psychosociaux ETSUP Marina Pietri, Psychologue du travail / Entrelacs Janvier 2011 La prévention des facteurs de risques psychosociaux : trois types d interventions

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Sept champs disciplinaires... 15 Un espace de médiation entre théorie et pratique... 16 Un croisement entre deux champs longtemps opposés...

Sept champs disciplinaires... 15 Un espace de médiation entre théorie et pratique... 16 Un croisement entre deux champs longtemps opposés... Table des matières SOMMAIRE... 5 PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 13 Les défis de l apprentissage chez les adultes... 13 Comment lire cet ouvrage?... 14 Les trois spécificités de l ouvrage... 15 Sept champs

Plus en détail

L analyse de la pratique, une méthode pour promouvoir et accompagner la santé des étudiants en stage

L analyse de la pratique, une méthode pour promouvoir et accompagner la santé des étudiants en stage REIMS 21 AVRIL 2015 Journée d échanges interprofessionnels L analyse de la pratique, une méthode pour promouvoir et accompagner la santé des étudiants en stage Sainte Anne Form@tion UFR des Sciences de

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme :

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Sensibilisation à l autisme Adaptation de l environnement à l individu - TEACCH Développement des compétences de l individu - ABA Gestion

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

5/23/2014. Norme de santé et sécurité psychologique et autres normes dans le marché

5/23/2014. Norme de santé et sécurité psychologique et autres normes dans le marché La norme nationale sur la santé et sécurité psychologiques au travail, la norme "Entreprise en santé" et la norme "Conciliation travail famille": Comment s'y retrouver et comment choisir? Présentée par:

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

Le travail en équipe : une formule pédagogique mais pas une formule magique!

Le travail en équipe : une formule pédagogique mais pas une formule magique! Le travail en équipe : une formule pédagogique mais pas une formule magique! Par Stéphanie Fissette Atelier du 16 avril 2015 Comité de la pédagogie universitaire 1. Le travail collaboratif est-il une stratégie

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution Accompagnement et soins des personnes âgées en institution L 'allongement de la vie génère de nouvelles pathologies, demandes et besoins en matière de gérontologie. Les professionnels confrontés à cette

Plus en détail

Olivier GAZEAU, Président, Notaire à Malemort-sur-Corrèze (19) Stéphanie BLIN, Rapporteur, Notaire à Montpon-Ménestérol (24)

Olivier GAZEAU, Président, Notaire à Malemort-sur-Corrèze (19) Stéphanie BLIN, Rapporteur, Notaire à Montpon-Ménestérol (24) COMMISSION 2 Olivier GAZEAU, Président, Notaire à Malemort-sur-Corrèze (19) Stéphanie BLIN, Rapporteur, Notaire à Montpon-Ménestérol (24) Christophe SARDOT, Rapporteur, Notaire à Lyon (69) Auditorium Mardi

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation Philippe Barret GEYSER et DialTer www.comedie.org Journée sur le SCOT Autunois-Morvan Autun 25 septembre 2013

Plus en détail

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Yoga : Le yoga est un type de médecine douce complémentaire qui, croit-on, stimule l interaction entre le corps et l esprit. Il s agit habituellement

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

Passer de l Étudiant Médecin au Médecin Responsable : Malaise et problématiques éthiques des étudiants en Médecine

Passer de l Étudiant Médecin au Médecin Responsable : Malaise et problématiques éthiques des étudiants en Médecine Passer de l Étudiant Médecin au Médecin Responsable : Malaise et problématiques éthiques des étudiants en Médecine Étude transversale sur les étudiants en DCEM 3 de Paris Descartes Matthieu PICCOLI Directeur

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes.

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes. POLITIQUE N O : DSA-RH-219-13-11 Page 1 TITRE Politique cadre relative à la santé globale et au mieux-être au travail. Cette politique réfère aux processus organisationnels du CQA : nos 8 et 9 : Titre

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D.

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. La prévention, un travail d éd équipe : Le programme PEC, une intervention multimodale auprès s d adolescents d en difficulté de comportement et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. Université du Québec

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Accompagner un changement orienté

Accompagner un changement orienté Accompagner un changement orienté Quelles compétences développer? Mai 2011 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone : 819-376-5011 poste 3644 Louise.lafortune@uqtr.ca Contenu Introduction

Plus en détail

CONTENTIEUX ADMINISTRATIF

CONTENTIEUX ADMINISTRATIF TECHNIQUES JURIDIQUES CONTENTIEUX ADMINISTRATIF Dates : 21 22 septembre 2015 Lieu : AMIENS Xavier FURON, responsable des affaires juridiques et règlementaires de l Université de Lille 1. Etre en capacité

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants?

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? Colloque UNIRèS «Education à la santé et complexité : Recherche, formation, pratiques» Atelier 3 : Pistes pour

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail