La filière grain, du client...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La filière grain, du client..."

Transcription

1 La filière grain, du client... rapport d'activités à la semence

2

3 Axéréal, groupe coopératif agro-industriel, ancré et leader sur ses territoires, expert de la filière céréalière 1 Axéréal, coopérative céréalière, > collecte 4,5 Mt de grains auprès de ses adhérents agriculteurs, > commercialise 8 Mt de grains en France et à l International avec sa filiale négoce > et transforme 2,8 Mt de grains en malt, farine et aliments composés, via ses filiales transformation. Depuis l une des plus grandes régions céréalières européennes réunissant les bassins de Beauce et de Champagne berrichonne, Axéréal développe ses activités agricoles et agroalimentaires en France et à l International avec ses salariés. Du client à la semence, Axéréal développe un schéma permettant d assurer la pérennisation et la valorisation des productions de ses adhérents et la satisfaction de ses clients. Le Groupe 1 Pôle agriculture, commerce & logistique 11 Pôle transformation & activités spécialisées 25

4 Axéréal, référent de la filière céréalière du client à la semence 2 Jean-François Loiseau, Président et Philippe de Raynal, Directeur Général Depuis un an maintenant, Axéréal est organisée en une seule coopérative forte de 16 régions agro-économiques. Situé à Olivet, le siège regroupe tous les services supports de la coopérative et du Groupe. Etre lisible de façon à être efficace, c est la priorité fixée par le Conseil d Administration fort de ses 24 administrateurs répartis sur l ensemble du territoire Axéréal. Du client à la semence : priorité aux clients Dans un contexte fortement concurrentiel, de réglementation de plus en plus contraignante et de financiarisation des marchés, Axéréal compte à la fois sur sa capacité d écoute des marchés et sur son ancrage territorial pour relever les nombreux défis qui s imposent au secteur agricole : logistique, prix, qualité, durabilité. L enjeu est de connaître et d anticiper les besoins des clients, pour mieux accompagner les agriculteurs et leur apporter de la valeur par la recherche et l innovation. Les céréales françaises doivent être de plus en plus compétitives pour répondre aux besoins des clients en France, sur un marché devenu mature, et à l international, seul véritable relais de croissance, afin de valoriser les productions de nos adhérents. Les productions de la grande région Centre, 1 ère région céréalière française, ont vocation à être exportées, c est même une nécessité. Le défi d Axéréal c est de faire que cette économie céréalière soit compétitive sur les marchés totalement mondialisés où nos concurrents sont la Russie, l Ukraine, le Canada ou l Argentine. Le groupe Axéréal s est largement ouvert sur l international, pour fournir les grands bassins de consommation comme la Méditerranée. Nous développons nos capacités d exportation en renforçant nos partenariats et en investissant dans la logistique. Ce sont des enjeux majeurs pour nous relier à nos clients où qu ils soient. Notre savoir-faire en organisation de filières et en transformation, en malt, farine ou aliment nous ont forgé une culture de la proximité client qui se traduit par une démarche "du client à la semence". Véritable ADN de la marque Axéréal, cette démarche est exigeante. La satisfaction client ne se limite pas à une réponse qualitative et quantitative de ses besoins, mais aussi à un positionnement prix compétitif. Axéréal s en donne les moyens. Axéréal trace les routes du blé en développant des partenariats L accès aux marchés s est renforcé grâce aux alliances que le Groupe a nouées. Les partenariats se fondent sur des composantes commerciales et logistiques notamment à travers des silos portuaires et sur un partage des risques. Complémentaire de Granit, la société Durum en partenariat avec Arterris commercialise le blé dur. Elle a réalisé son premier exercice et devient une référence sur ce marché. Deux nouveaux partenariats ont vu le jour au cours de l exercice. Avec la coopérative Interface, la société GranIT CEreal, dédiée à l exportation de blé meunier de qualité à partir de Rouen, a été créée et est opérationnelle depuis le 1 er juillet. Dans le même esprit, la société Granit est entrée au capital de Sercomex, filiale de Cérévia (Bourgogne), pour développer les activités d exportation de céréales (hors blé dur), sur l Italie et la Suisse. Dans le même temps, Axéréal est devenue actionnaire de référence de la Sica Atlantique aux côtés de Charente Alliance. 3,1 Md chiffre d affaires Groupe 40 % du CA réalisé à l'international 2,1 Md chiffre d affaires Pôle agriculture, commerce & logistique 2,8 Mt de grains transformés adhérents salariés 4,5 Mt collecte métiers du grain 8 Mt de grains commercialisés

5 L innovation et la créativité pour moteur En adhérant au Pôle de compétitivité "Céréales Vallée" aux côtés de Limagrain, le groupe Axéréal collabore à la recherche et au développement de variétés de céréales (blé tendre particulièrement) afin de répondre aux attentes qualitatives et quantitatives de nos filières agroindustrielles. La recherche et le développement sont également au cœur du partenariat engagé avec Tereos afin de proposer aux clients de la division malt des solutions innovantes. L innovation peut s illustrer dans l activité meunerie : création d un nouveau produit, "l Absolue", une baguette totalement nature, montée en puissance des gammes de farines en sachet Cœur de blé et Cœur de maman. En janvier 2015, ces gammes de farines porteront la marque Ebly. Le blé Ebly et les farines Cœur de blé et Cœur de Maman sont produits à partir des blés Axéréal. Ces deux gammes de produits répondent à une même logique de filière. Investir dans les Hommes et les outils L avenir se construit chaque jour. En investissant dans la formation des hommes et des femmes, Axéréal évolue continuellement et développe ses compétences. Le budget consacré à la formation continue est largement au-delà du minimum règlementaire. Axéréal a pris l initiative de resserrer les liens avec l enseignement supérieur et d investir sur les jeunes sans lesquels il n y a pas de futur. En 2013/2014, Axéréal aura investi plus de 58 millions d euros. Sur les 3 prochaines années ce sont plus de 150 millions d euros qui permettront de développer et moderniser l outil dans toutes les branches d activité du Groupe. En semences, Axéréal a engagé un plan de développement ambitieux pour répondre aux besoins croissants de ses différents circuits de vente (interne et externe), répondre aux besoins de sous-traitance de ses partenaires et accompagner la montée en puissance des céréales à paille hybrides. Ce plan porte sur la modernisation de ses 5 sites industriels de production de semences, la spécialisation des sites, l amélioration des process et de la qualité par la mise en place progressive de trieurs optiques, le développement d une nouvelle marque en céréales à paille AXEM, tant pour le circuit court que le circuit long. Ce plan est soutenu par 12 M d investissement sur 3 ans. Axéréal a démarré son partenariat avec l Office Algérien Interprofessionnel des Céréales pour la multiplication de semences de céréales. Les premiers résultats qui ont été recueillis après la moisson sont encourageants. La collaboration entre l OAIC et le groupe Axéréal se poursuivra avec pour objectif le développement de variétés adaptées aux contextes pédoclimatiques locaux. Contribuer à l amélioration de la production algérienne renforcera les liens commerciaux entre nos deux pays. La performance au service de nos ambitions Pour son premier exercice en tant que coopérative, Axéréal termine la campagne avec un résultat net de 22 M. Au niveau consolidé, Axéréal réalise sa meilleure performance opérationnelle depuis sa création. Elle se traduit par l amélioration de l excédent brut consolidé qui passe de 103 à 112 M. Les fonds propres élargis du Groupe s élèvent à 529 M. Le nouvel exercice a démarré avec une moisson, à bien des égards, exceptionnelle. Dans ces circonstances particulières, les savoir-faire, les compétences, les outils, la cohésion du Groupe, la compétitivité sont plus que jamais les atouts d Axéréal. 3 1 Md chiffre d affaires Pôle transformation & activités spécialisées 1 M t de malt commercialisées 62 % des expéditions effectuées par train 11 % de la collecte certifiée durable t de farine produites 645 kt d'aliments et matières premières commercialisables t de déchets agricoles collectés et recyclés via adivalor ha pilotés par satellite (Farmstar)

6 Le conseil Axéréal Le Conseil Axéréal La représentation des adhérents Président : 1. Jean-François LOISEAU Vice-Président : 2. Bruno BOUVAT-MARTIN Membres du Bureau : 3. Alex BERTRAND 4. Jean-Marc DUPRE 5. Olivier GERNEZ 6. Jean-François ISAMBERT 7. Dominique JACQUET 8. Pierre MELLIN 9. Guillaume PERDEREAU 10. Patrick TETARD Administrateurs : 11. François CHOLLET 12. Yves DEBONO 13. Bernard de VERNEUIL 14. Dominique DHUY 15. Paul-Henri DOUBLIER 16. Dominique DUREL 17. Jean-Luc GITTON 18. David GONIN 19. Gilles GOUSSEAU 20. Bruce JOLLY 21. Olivier LEGRAND 22. Antoine LESTOURGIE 23. Fabien MAY 24. Vincent MICHELET Le Conseil Axéréal Le Conseil d Administration de la coopérative Axéréal est chargé de la gestion de la coopérative et de ses filiales. Il définit la stratégie. Il est l organe décisionnel pour la coopérative et le Groupe. Le bureau Constitué de 10 administrateurs élus parmi les membres du Conseil d Administration, le Bureau est en charge de la préparation des dossiers qui seront présentés en Conseil Axéréal. Le Conseil de liaison Le rôle du Conseil de liaison est d assurer une communication efficace entre les Conseils de région et le Conseil d Administration de la coop d'axéréal sur les sujets de la coopérative et du Groupe en général. Les régions Le Conseil de région est composé de membres élus en assemblée de section pour un mandat de 3 ans. Le Conseil a un rôle consultatif, il est force de proposition. Il est chargé du suivi de la vie du territoire dans ses différentes composantes. 16 régions opérationnelles prennent place dans l organisation de la coopérative Axéréal. Les commissions Les 7 commissions sont force de proposition au Conseil d Administration (céréales et collecte, agrofournitures, semences, élevage, agronomie, développement durable et jeunes agriculteurs). Les administrateurs référents Au sein du Bureau (ou du Conseil), des administrateurs «référents» suivent plus spécifiquement les enjeux stratégiques liés aux métiers de la nutrition animale, de la malterie, de la meunerie et du négoce international.

7 Le CODIR 5 Le Comité de direction Groupe (de gauche à droite) Philippe de Raynal Directeur Général François Laurin Directeur de l Organisation et des Systèmes d information Sophie Tuja Directrice Ressources Humaines Tanguy Poupart Directeur Métiers du Grain/ Directeur Axiane Jean-Philippe Everling Directeur Négoce international Thierry Renard Directeur Communication Stéphane Michel Directeur Développement et Affaires juridiques Yvan Schaepman Directeur CEO Boortmalt Sébastien Essioux Directeur Financier Damien François Directeur adjoint Métiers du grain Jean-Michel Boussit Directeur Pôle Animal L'organisation des salariés Axéréal est organisée en 6 branches Métiers et une branche Services Groupe. Le Pôle agricole, commerce et logistique regroupe les branches Métiers du grain et Négoce International. Le Pôle transformation et activités spécialisées réunit les branches Meunerie, Malterie, Nutrition Animale et Activités Spécialisées.

8 Analyse financière Forte amélioration de la performance opérationnelle Ventilation du chiffre d affaires En France 1 867,0 M 60 % A l international 1 230,4 M 40 % Le groupe Axéréal réalise une excellente performance, au global, sur l exercice Ces résultats, très positifs, sont surtout marqués dans la première transformation et plus mitigés dans les Métiers du Grain. Les activités de la période ont vu un prix des céréales en baisse par rapport à l exercice antérieur, mais qui reste à des niveaux appréciables. Au cours de l exercice 2012/2013, un "pic" de 250 /t fin 2012 avait été atteint, avant d entamer une baisse régulière, pour atteindre 200 /t en moyenne sur l exercice Ces niveaux favorables aux adhérents, ont des conséquences importantes sur les activités de transformation, notamment en meunerie où le secteur essaie de répercuter les prix des matières premières sur ceux des produits transformés. Le chiffre d affaires du Groupe s établit à 3,1 milliards d euros, en réduction de 16 % par rapport à l exercice 2012/2013, réduction en grande partie liée à un effet prix. Le résultat d exploitation est en augmentation de 9 % passant de 40,2 à 43,7 millions d euros. Le niveau de la dette financière nette est en légère baisse au 30 juin (440,9 M contre 444,4 M en 2012/13). En conséquence, le ratio Dette Financière Nette / Excédent Brut d Exploitation, principal indicateur de performance financière, s est fortement amélioré pour le deuxième exercice consécutif. Répartition du chiffre d affaires Ventilation des effectifs (3 193 salariés) Excédent brut d'exploitation Résultat d'exploitation en M en M 6 Pôle agricole, 2 081,3 M commerce et logistique Pôle transformation 1 016,1 M et activités spécialisées Métiers du grain La taille du Groupe, 80 facteur d'accès aux marchés ,5 Mt de grains 60 collectés M de chiffre d'affaires agrofournitures Pôle agricole, commerce et logistique Pôle transformation et activités spécialisées La collecte du Groupe s établit à 4,5 120Mt dont 4,23 Mt en France, en baisse de 6 % en raison d'une 30 diminution des surfaces en blé et colza, associée à une baisse 60 des rendements en orges et colza. Le chiffre d affaires de 10 l activité approvisionnement s élève à 473 M, en baisse de % par rapport à l exercice précédent, 0 0 liée à un effet prix des engrais et à une réduction des volumes en semences et aliments. Les ventes de semences sont en très légère baisse de 3 % pour atteindre quintaux. Les activités Métiers du grain en Europe centrale enregistrent une collecte de tonnes Négoce international Amélioration de la rentabilité avec le 50 nouveau 50 business 40 model ,6 Mt de grains commercialisés 3,6 Mt commercialisées 10 contre 3,9 Mt l année précédente, soit une baisse de 9 %, 0 conformément au nouveau "business model" défini, focalisé sur l exportation 0 des céréales de nos adhérents et des coopératives partenaires, dans le cadre de nos alliances de commercialisation. La réduction des flux de transport ferroviaire s explique par les problèmes quantitatifs de la récolte française (Sud notamment) compensés en partie par le développement de l activité Location de wagons. L activité de fret maritime est en baisse par rapport à N-1 (nombre de bateaux affrétés), conséquence de la baisse des volumes commercialisés. La réduction de l activité des silos portuaires est, quant à elle, principalement due aux problèmes quantitatifs de la récolte française du Sud-Ouest (essentiellement en blé dur) /12 06/13 06/14 06/12 06/13 06/ ,8 40,2 43,7

9 30 juin juin 2013 Fonds propres élargis 529 M Dettes financières nettes 441 M Investissements 58,1 M Chiffre d affaires 3 097, ,9 Résultat d exploitation 43,7 40,2 Résultat courant avant impôts 18,0 29,0 CAF 56,0 60,8 Malterie Bonnes positions commerciales, bonne rentabilité 1 Mt de malt vendues 485 M de chiffre d'affaires Les ventes de l exercice se sont élevées à près de 1Mt, en baisse de 46 kt par rapport à l année précédente. Le chiffre d affaires diminue de 11% à 485,4 M, combinant un effet volume et évolution du prix des orges. Les marges unitaires progressent, confirmant l amélioration du cycle de cette industrie (bonne utilisation des capacités). Par ailleurs, nos activités Malt bénéficient d un mix de ventes favorable grâce à notre fort positionnement distillateurs sur les îles britanniques. Enfin, les effets positifs de nos efforts permanents pour améliorer la compétitivité, énergie notamment, continuent à porter leurs fruits. Meunerie Retour à l'équilibre grâce à l'innovation 306 kt de farines vendues 175 M de chiffre d'affaires Les difficultés de ce secteur restent d actualité. Dans ce contexte difficile, les volumes sont en légère baisse 306 kt contre 313 kt au cours de l exercice 2012/2013, pour un chiffre d affaires qui baisse de 4 % à 175 M. Le choix a été fait de privilégier l amélioration des marges aux volumes et aux parts de marché. Cet exercice a ainsi été marqué par la bonne résistance des prix de vente dans les différents secteurs malgré le contexte de baisse des prix du blé, l abandon des volumes à trop faible marge et la consolidation du positionnement de la marque Cœur de Blé - Cœur de Maman. Par ailleurs, les efforts d optimisation des ressources logistiques et industrielles se poursuivent. 7 Nutrition animale La nutrition animale s'adapte aux évolutions du secteur Activités spécialisées Création de valeurs sur notre territoire 584 kt d'aliments produits 255 M de chiffre d'affaires L activité s est élevée à 584 kt d aliments produits, soit une hausse en volume de 3 % par rapport à l année précédente. La branche volaille représente 50 % de l activité. Toujours dans un contexte difficile, surtout dans la partie Nord de son territoire, la division Nutrition Animale a su maintenir ses positions et améliorer ses marges. Le chiffre d affaires de cette branche s élève à 255 M contre 259 M en 2012/2013. Sur l'exercice, le Pôle Animal a recentré son activité sur dix sites performants. Axéréal développe sur son territoire des activités complémentaires telles que la vigne, la distribution à travers un réseau de magasins Gamm vert et l analyse sensorielle et agricole.

10 Le siège unique à Olivet : une étape importante dans la vie du groupe Hommes/femmes 8 organisation Répartition des effectifs CDI par métiers au 30 juin 2013 Services Groupe 3 % Métiers du grain 48 % Négoce International 2 % Meunerie 15 % Malterie 9 % Pôle Animal 11 % Activités spécialisées 12 % 1 er septembre 2014 : les 340 collaborateurs des équipes Groupe et Métiers du grain intègrent le nouveau siège à Olivet Les équipes sont réunies et peuvent désormais travailler avec une réelle proximité et développer ensemble une meilleure réactivité et une plus grande efficacité. Cet outil de travail est un important facteur de cohésion, il incarne la dynamique et l'ambition du Groupe. Le projet aura mobilisé pendant 15 mois les équipes Organisation et Informatique, Technique, Communication et Ressources Humaines. Le calendrier et le budget ont été respectés. Les équipes ont rapidement adopté leurs nouveaux espaces de travail : bâtiment respectant les nouvelles normes, très lumineux avec une acoustique performante. Les espaces semi-ouverts favorisent les échanges et la décoration crée une ambiance de travail agréable. L'attractivité du Groupe et l'accompagnement social très significatif ont motivé une grande majorité des collaborateurs de Bourges et Châteaudun pour accompagner Axéréal dans cette nouvelle étape. La Direction des Ressources Humaines, consciente des efforts consentis par les salariés, reste mobilisée pour apporter aux salariés concernés par la mobilité une aide concrète et efficace. Une culture de Groupe portée par des valeurs partagées Fort de ses acquis, le Groupe a souhaité engager une démarche collective pour exprimer les valeurs de notre entreprise. Lancée par le CODIR du Groupe et les executive managers, c'est à dire l'ensemble des Comités de direction des branches du Groupe, elle a permis d'associer par des séminaires, entretiens et questionnaires, les salariés de l'ensemble des branches et des pays où nous sommes implantés ainsi que des administrateurs. Ce processus nous a permis de déterminer les valeurs qui nous réunissent et celles que nous souhaitons développer pour être plus fort ensemble demain. Fruit de ce travail collectif, les valeurs seront annoncées début 2015 et chaque branche mènera un travail participatif sur la façon dont elle souhaite les faire vivre. Elles nous permettront également de développer une culture managériale partagée, porteuse de cohésion et de performance. Les valeurs apporteront du sens et une nouvelle dynamique à nos politiques Ressources Humaines : un nouvel atout pour notre attractivité interne et externe! Des équipes Ressources humaines dédiées Afin d'accompagner toujours plus en proximité nos activités, depuis cette année chacune de nos branches d'activités est maintenant dotée d'une Direction des Ressources Humaines dédiée. Ainsi, adaptant la politique RH aux exigences des différentes activités, les Directions des Ressources Humaines des branches participent plus étroitement à la performance de nos entreprises. La Direction des Ressources Humaines Groupe est là pour impulser une politique RH à l'ensemble du Groupe et veiller à sa déclinaison cohérente. Elle garantit à la fois le développement de ses ressources humaines mais aussi son attractivité par le renforcement de sa marque employeur notamment. Apportant son expertise, elle contribue à la professionnalisation de la fonction RH au sein du Groupe et elle accompagne opérationnellement les branches dans les projets structurants. Au-delà d'un nouveau lieu de travail pour les équipes, ce nouveau siège est aussi pour les salariés de toutes les branches un lieu d'échanges, de réunions, de formations, et de toutes occasions de rencontres qui susciteront une meilleure communication entre tous et qui facilitera également l'émergence d'une culture Groupe.

11 La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), un engagement durable! RSE Le modèle coopératif est aujourd hui plébiscité. Notre structure est non opéable, non délocalisable et attachée à son territoire. Nous possédons un mode de gouvernance unique avec de véritables instances régionales de décisions et d expressions. Nos agriculteurs-sociétaires restent notre premier facteur de durabilité. En 2013, le premier rapport Développement Durable du groupe Axéréal a permis de dévoiler nos actions responsables à l intégralité des parties prenantes. Notre Groupe inscrit aujourd hui une dimension de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) à l ensemble de ses activités. Une démarche structurée Le groupe Axéréal s efforce au quotidien d améliorer sa stratégie de développement durable. Notre futur s inscrit dans une idée de performance responsable. Nous avons construit des indicateurs basés sur nos engagements environnementaux et sociétaux. Le Groupe élargit aujourd hui ces indicateurs à l ensemble des branches d activités. Il s agit véritablement d une appropriation de la RSE par chaque métier. Nous souhaitons l implication de tous pour un véritable partage de nos valeurs. Une démarche tournée vers les femmes et les hommes Nous souhaitons placer les femmes et les hommes au cœur de notre démarche RSE. L Homme-coopérateur, créateur de richesse au travers de l exploitation de la terre ; mais également l Homme-salarié, source de valeur de l entreprise. Le groupe Axéréal est conscient des talents qui le composent. Une démarche à l écoute des attentes sociétales Nous connaissons l importance d une écoute active de nos parties prenantes. Nous entendons les attentes des consommateurs en matière de durabilité des filières. Ce sujet est travaillé de façon unilatérale au sein des branches d activités. Nous sommes en éveil permanent pour garder une agriculture compétitive et durable. Le Club Energie, une instance de partage et de progrès Echanger sur les coûts, l innovation, la technique et le management de l énergie, c est le sens du Club Energie Il rassemble les directions techniques, industrielles et logistiques des branches d activités du Groupe. Depuis la création du club, en février 2014, les démarches de type ISO (Système de Management de l Energie) se multiplient. La malterie déploie activement ces feuilles de route tandis que le pôle animal et la meunerie les construisent. Part d'énergies (électricité + gaz) consommée par activité + 11% de collecte certifiée durable selon le schéma 2BS* 150 audits internes >Le Club Energie 10 t de déchets électroniques collectées en 2013 et valorisées à 100% par une filière sociale et solidaire 9 organisation Le siège d Olivet, modèle de notre engagement dans la RSE Chaque composant de notre siège social a été pensé dans une logique de moindre impact environnemental et de bien-être des salariés : une façade à inertie thermique, des matériaux de construction recyclables, des éclairages photosensibles, un toit-terrasse végétalisé... Au quotidien, les salariés bénéficient d une solution d impression innovante pour éviter au maximum le gaspillage. Les déchets sont également triés et valorisés par l intervention d une entreprise adaptée. Nos papiers, nos bouteilles plastiques, nos canettes en métal et même nos gobelets deviennent des matières premières secondaires. Métiers du grain 13 % Nutrition Animale 3 % Meunerie 3 % Malterie 81 % Achat de papier à 100 % issu de forêts gérées durablement, dont 25% provenant de France 1 accord en faveur de l égalité homme/ femme *2BS : Biomass Biofuels Sustainability

12 Filières Des solutions innovantes pour nos clients 10 organisation Pour Axéréal, la création de filières s apparente à la capacité à mettre en œuvre plusieurs savoirfaire (recherche, agronomie, logistique, commerce), source de différenciation sur les marchés par la satisfaction "client" et générateur de valeur ajoutée. La complémentarité des métiers d Axéréal facilite cette démarche transversale. Innovation Le Groupe Axéréal a pour ambition de développer des filières pour valoriser une partie de la production de ses adhérents. C est une voie de différenciation et d innovation répondant notamment, aux besoins des marchés de marques reconnues par les consommateurs. Les clients, brasseurs, boulangers, industriels de la meunerie ou importateurs, doivent trouver chez Axéréal, toutes les compétences pour les approvisionner tant en qualité qu en quantité, grâce au savoir-faire des adhérents et d une supply chain sécurisée. La démarche engagée avec quelques filières, dans un premier temps, est appelée à se structurer et se développer. Valeur ajoutée Anticipation La demande des clients transformateurs doit s adapter à l évolution des consommateurs et à la recherche de différenciation des distributeurs en France et en Europe. Cette évolution est également ressentie chez nos clients à l exportation. La remontée des besoins est possible grâce à un véritable travail d écoute, entre nos branches d activités et entre le Groupe et ses clients. Ces relations fortes permettent d appréhender les demandes actuelles et de percevoir les demandes futures. Elles peuvent être multiples : la qualité et l homogénéité produit le respect de la réglementation, les demandes répondant au cadre du développement durable décliné par les états. Le cycle de vie des produits de marque est de plus en plus rapide ce qui engendre des besoins d évolution et d innovation plus fréquents. Le SIAL donne un bon aperçu de cette course à l innovation. Les adhérents adhérents. A ce titre Axéréal est à même d organiser les différentes filières suivant les produits et le positionnement géographique des outils des clients internes ou externes. Les filières reconnues En blé tendre, de loin la première production de la région Centre, nous avons déjà construit deux filières : Cœur de Blé Croquise. Ces deux filières, assez différentes dans leur approche répondent à des marques créées par Axiane pour un développement de ses activités sachets de farine en grande surface et baguette haut de gamme en boulangerie artisanale. En Blé dur, Ebly, est une filière déjà historique qui correspond bien à la production de blé dur pour une marque reconnue. La segmentation des marchés de l agroalimentaire signifie la mise en place de productions clairement identifiées répondant à des cahiers des charges précis. Cela est d autant plus vrai pour faire vivre ou évoluer un produit porté par une marque. De plus en plus, les clients souhaitent bénéficier du savoir-faire d une entreprise qui a une maîtrise complète, de la production à la livraison aux normes, sur une période définie (la campagne). Axéréal a cette maîtrise, depuis la semence jusqu à la livraison de la commande en passant par la production et la logistique. Cela lui permet d anticiper les commandes et souscrire des contrats d une campagne sur l autre, voir des commandes sur plusieurs campagnes. La sécurisation de l ensemble de cette chaîne est source de valeur ajoutée qui doit bénéficier aux différents acteurs. Dans une filière, chacun des acteurs contribue à sa construction. Adhérents et clients doivent trouver des intérêts communs à la création d une filière et à son développement. Une filière doit s inscrire avant tout dans ce concept pour conserver la compétitivité de l acte de production. Le développement des filières chez Axéréal doit permettre, par les débouchés multiples, de répondre à l allongement de la rotation. La régionalisation Axéréal a l avantage de réunir différents territoires qui permettent de régionaliser les productions en prenant en compte la qualité des sols, les contextes pédoclimatiques, l expertise des producteurs et les moyens logistiques du Groupe. L organisation logistique s appuie sur le maillage de proximité des outils de collecte et l importance des capacités de stockage des L image de marque et la différenciation Le Conseil d Administration et la Direction Générale sont convaincus que la différenciation par l innovation produit, la création de marques et de production de haute qualité seront pour les prochaines années, la reconnaissance du professionnalisme des adhérents d Axéréal par les clients dans un contexte de marché mondialisé et donc de plus en plus concurrencé.

13 Produire pour des clients 11 > Pôle agriculture, commerce et logistique x Collecte & 12 Commercialisation Agrofournitures 14 Production de semences 16 Agronomie 17 Activités diversifiées 18 Activités Europe centrale 20 Négoce International 21 Logistique portuaire 22

14 Collecte & commercialisation La taille du Groupe, facteur de stabilité de la collecte et d'accès aux marchés 12 produire collecte totale en France 4,2 Mt effectif : Répartition de la collecte par produit (en %, milliers de tonnes, évolution %) 46 % Blé tendre > % 7 % Blé dur > % 19 % Orges > % 15 % Maïs > % 9 % Colza > % 2 % Tournesol > % 2 % Autres > % Récolte 2013 : des rendements moyens en cultures d'hiver Malgré de très fortes disparités de rendement entre régions (pour certaines, -40 % par rapport à l'année précédente), la collecte de cultures d'hiver 2013 est globalement dans la moyenne. Dans le détail, c'est le blé dur qui s'en sort le mieux (7,5 t/ha de moyenne pour les grosses régions productrices), proche des niveaux de rendements moyens record, tandis que le blé tendre (7,2 t/ha de moyenne), l'orge de printemps et à un degré moindre l'orge d'hiver (7 t/ha de moyenne) ont des rendements encore honorables. Le colza est par contre la culture la plus impactée par les conditions de l'année avec des rendements historiquement bas dans de nombreux secteurs au sud de la Loire (2,4 t/ha de moyenne). La diversité et la complémentarité des régions qui constituent Axéréal assurent à notre Groupe une certaine régularité des volumes collectés d'une année sur l'autre, et cela constitue un indéniable atout. Des records en maïs et tournesol Les difficultés d'emblavement à l'automne et les retournements de certaines cultures ont bénéficié au maïs et au tournesol, dont les surfaces ont explosé. Aux prévisions de volumes abondants, qui ont nécessité d'anticiper de la place dans les silos, se sont ajoutés des taux d'humidité à la récolte nettement plus élevés qu'en année normale, obligeant à sécher la majorité des tournesols et des maïs très humides (taux supérieur de 40 % à la campagne précédente). Le rythme effréné des récoltes, qui plus est par à-coups en lien avec la pluviométrie, et les températures extérieures élevées rendant la conservation délicate, sont venus encore augmenter la difficulté pour les équipes des silos, qui ont su faire face à cette situation exceptionnelle grâce à leur professionnalisme, leur disponibilité et leur organisation. Une politique commerciale collecte Axéréal 2013 innovante S appuyant sur les forces d Axéréal (proximité, service), cette politique innovante a permis de répondre aux attentes concernant la gestion de risque, via les Prix Minimum Garantis, qui représentent 24 % des ventes des adhérents, ainsi qu aux attentes relatives à la récompense de la fidélité. Ces nouvelles formules de commercialisation démontrent leur double intérêt : d une part se sécuriser en cas d une baisse des cours ; et d autre part se donner la possibilité d améliorer son prix en cas de hausse. Ainsi, plus de 60 % des engagements ont bénéficié d un gain sur la campagne Au-delà de ces nouvelles formules de commercialisation, la politique commerciale de la coopérative se singularise par la diversité des offres proposées. Elle répond ainsi à l'ensemble des besoins des agriculteurs en termes de gestion de risque, et ne les enferme pas dans un système de commercialisation unique. Perspectives : les "plus 2014" C est à partir de ce socle que la politique commerciale céréales 2014 s est encore enrichie d améliorations. Parmi les innovations 2014, citons l'engagement anticipation qui a suscité beaucoup d intérêt auprès des agriculteurs. Les nombreux avantages liés à cet engagement expliquent ce succès : Possibilité de bénéficier d'une avance anticipation sur le Compte Courant d Activité (CCA) dès le 1 er juillet pour les moissons d'été, et le 1 er septembre pour les moissons d'automne. Pas de frais de dépôt pour les livraisons moisson sur les engagements Prix minimum Optimisé, Prix minimum Trimestriel et Automat réalisés avant le 25 juin Revalorisation du stockage ferme pour les engagements en Axé Campagne, Prix Minimum Optimisé, Prix Minimum Trimestriel, Prix Minimum Garanti et Automat réalisés avant le 25 juin 2014 pour des livraisons à partir de novembre. Possibilité de bénéficier d un acompte engagement moisson (AEM) pour les tonnes livrées à la moisson ayant une mise en marché à déterminer. Mais la vraie spécificité de la coopérative est de proposer aux producteurs de les aider à définir une stratégie de commercialisation cohérente avec leurs attentes. Côté web, une nouvelle version de l'outil de commercialisation et de suivi des engagements Halle'Ograins (HOG) a été mise en service en juin Plus intuitive, elle permet une souscription en ligne de l'ensemble des propositions de la politique commerciale. Halle'Ograins se salariés sur les sites 1100 salariés sur les sites (dont 50 % de saisonniers) pendant la moisson pour répondre d un côté à un rythme de battage de plus en plus élevé, qui limite le travail de tri à la réception, et d un autre côté à la législation.

15 dotera de sa version mobile au cours de la campagne 2014/2015. Gageons que de nombreux adhérents souhaiteront découvrir ces fonctionnalités qui leurs apportent un vrai plus en termes de réactivité et d'autonomie pour la commercialisation de leurs productions à la coopérative. Le contexte des marchés Après une campagne 2012 marquée par une certaine tension, la production de céréales en 2013 a atteint des records. La récolte de maïs américain a clairement appuyé sur les cours, tandis que la Russie et l Ukraine ont repris leur place parmi les producteurs majeurs de blé. Les tensions géopolitiques entre Russie et Ukraine, associées à des inquiétudes climatiques aux USA, ont toutefois permis un rebond des cours en toute fin de campagne. De quoi engendrer une volatilité de 70 /t sur la campagne de blé. En 2013 et pour la deuxième année consécutive, la teneur moyenne en protéines de la récolte française était inférieure à 11,5 %. Face à des acheteurs internationaux plus exigeants, si la France veut maintenir sa position d exportateur, elle doit enrayer l effritement de la teneur en protéines de son blé tendre. Ainsi l interprofession céréalière française a conclu un accord qui prévoit, en plus d efforts en génétique et en agronomie, l obligation de mentionner une teneur en protéines dans les contrats d achatvente de blé tendre. L objectif est de répondre aux exigences d un marché export. La logistique internationale a également joué un rôle important, notamment sur les oléagineux. Le soja, qui restait bloqué au Brésil, s est maintenu sur des cours élevés. Et malgré une production record, le Canada peinait à exporter son canola, alors que la trituration européenne en avait besoin : une tension qui a permis de retrouver de la fermeté sur le marché à terme en fin de campagne. Ces difficultés logistiques nous rappellent que des récoltes importantes ne sont pas forcément synonymes de bonnes disponibilités. La campagne 2014, qui s annonce avec des bilans lourds à la fois en céréales et oléagineux, devra aussi composer avec des facteurs d incertitudes : évènements géopolitiques, intervention des fonds, flux d exportations inhabituels. La commercialisation La commercialisation du blé tendre et du blé dur à l'export a été plus compliquée en raison de la baisse de la teneur en protéines. Ceci s'est traduit par la modification de nos flux et organisations logistiques habituels qui ont dû être redéfinis après la récolte pour s adapter à nos différents débouchés. En orges brassicoles, la récolte 2013 a été marquée par des taux de protéines relativement bas. Nos malteries qui sont notre principal débouché, ont dû trouver des solutions techniques pour satisfaire leurs clients. Dans un contexte de production en hausse les perspectives de stocks finaux élevés en Europe, au Canada et en Argentine, ont pesé sur notre marché tout au long de la campagne. La récolte de maïs abondante, en hausse de 20 %, a pu néanmoins être commercialisée dans les délais, grâce à des relations fortes avec nos clients, évitant ainsi d alourdir notre stock de fin de campagne. En oléagineux les productions au niveau européen étaient en augmentation, tout comme au Canada (très forte hausse, mais avec quelques problèmes logistiques) ainsi qu en Ukraine. Mais en France les récoltes ont été relativement surprenantes avec des surfaces en forte diminution (plus de 20 % de baisse en colza) compte tenu des difficultés d emblavements et avec des rendements plutôt décevants (- 12 % pour le colza). De plus, la qualité des graines de colza n'a pas été exceptionnelle. Des niveaux importants d'impuretés (surtout à cause de la présence de gaillets) ont rendu les exécutions souvent difficiles. Répartition des mises en marché récolte % Automat 16 % Axé campagne 54 % Prix ferme 24 % Prix minimum objectifs produire Une politique commerciale stable, des outils d'aide à la décision pour commercialiser la production.

16 Agrofournitures Anticipation et précision des prévisions 14 produire Enjeux Les engrais représentent le premier poste d investissement en intrants de l exploitation, juschiffre d'affaires 473 M Répartition du CA Fertilisants et compléments nut 46 % Protection des cultures 29% Semences 16% Aliments 6 % Agroéquipement et prestations 3 % Produits de protection des cultures et semences Contexte Le marché "produits de protection des cultures" est en manque d innovations du fait des difficultés croissantes rencontrées lors de l homologation des produits, et ce, parallèlement à l émergence de problèmes parasitaires cruciaux pour les exploitations (désherbage, lutte contre certains insectes ). A l inverse, le progrès génétique se poursuit en céréales à paille d hiver (orge d hiver, blé tendre), colza et maïs. Les enjeux La productivité et la compétitivité des exploitations sont mises à mal par des charges et contraintes nouvelles et supplémentaires : poids croissant de la réglementation (traçabilité du conseil à mettre en place au 1 er janvier 2016, règles d utilisation, transport, stockage, gestion des déchets, obligation de re-étiquetage en fonction de l évolution rétroactive des homologations) ; réduction de l utilisation des produits de protection des cultures, objectif du plan Ecophyto 2018 ; retrait de spécialités (Cruiser, instruction en cours sur les néonicotinoïdes) ; avenir des molécules considérées comme perturbateurs endocriniens La liste n est pas exhaustive. Le maintien de solutions économiquement performantes est un enjeu majeur. Alors que l approvisionnement en flux tendu se généralise chez les fournisseurs pour limiter les stocks au minimum, que la vitesse des travaux ne cesse d augmenter dans les exploitations, et que les aléas climatiques extrêmes sont de plus en plus fréquents, avec de fortes incidences sur le parasitisme, les assolements et le potentiel de cultures, assurer la disponibilité des besoins des agriculteurs en temps voulu constitue un autre vrai challenge à relever. Nos réponses En toutes situations et à tout moment de l année, nos conseillers (ATC) et nos magasins de proximité garantissent la réactivité pour fournir les solutions nécessaires aux adhérents (adaptées, justifiées, répondant aux exigences réglementaires et les plus durables possibles), en s appuyant sur les travaux du service agronomie. Cette garantie a un prix : une gamme très large adaptée à l ensemble de nos productions et des stocks disponibles. L anticipation et la précision des prévisions permettent de répondre au mieux aux besoins des agriculteurs. Malgré des conditions exceptionnelles, Axéréal a toujours fait face, grâce à sa réactivité et à son poids sur les marchés, pour s approvisionner malgré les pénuries et proposer éventuellement des solutions alternatives performantes. Au cours de ces années compliquées (impossibilités d interventions, assolements ou pressions parasitaires imprévisibles), le "système souplesse", qui garantit la reprise des produits de protection des cultures non utilisés démontre tout son intérêt. L obtention de l Agrément distributeur par Axéréal et le Certiphyto détenu par l ensemble de nos conseillers sont la reconnaissance officielle de notre savoir-faire et de notre expertise en termes de distribution et de conseils de produits de protection des cultures. Notre Groupe s est par ailleurs donné tous les moyens (humains et matériels, via axereal.pro notamment) pour fournir en temps réel toutes les informations réglementaires et assurer une veille réglementaire. L engagement fort du Groupe dans le développement de l innovation variétale (expérimentation, production de semences, mise en marché rapide) marque sa volonté de pallier le manque d innovations phytosanitaires : renouvellement variétal, céréales hybrides, variétés tolérantes aux herbicides (VTH) à utiliser à bon escient. Nos atouts Notre approche d agriculture productive et durable s appuie sur une offre de produits/services complète et sur une somme de moyens et compétences incomparables, garants de performance et de sécurité pour l adhérent. Nos outils et notre savoir-faire en matière de multiplication et de production de semences sont de vrais atouts pour répondre aux attentes des producteurs et des filières en termes de qualité, traçabilité et productivité. Activité La campagne 2013/2014 a été marquée par un été sec avec des installations de colzas difficiles, ensuite l humidité s est installée provoquant des difficultés d'implantation et d'intervention (désherbage). L hiver fut marqué par son absence, permettant aux céréales de démarrer vite. Mars et avril secs ont pénalisé l installation des cultures de printemps qui se rattrapèrent par l humidité de retour fin avril. Malheureusement, jusqu à la moisson, ces conditions d humidité ont provoqué des attaques de rouilles spectaculaires (maladie en croissance depuis deux ans) et la nuisibilité maladie fut à son maximum. Au final, une année avec beaucoup d'événements imprévus (implantations difficiles, besoin de solutions non prévues, parasitismes spectaculaires...), et des conditions climatiques difficilement anticipables. Dans ces conditions le chiffre d affaires protection des plantes est resté stable à 139,4 M. Le chiffre d affaires Semences retrouve un niveau normal à 73,3 M après la forte progression de 16 % de l exercice précédent. Fertilisants Contexte Les engrais restent un élément essentiel de production. Les fabricants importants sur la place internationale n hésitent pas à investir en France comme Boréalis ou Eurochem et OCI. Face à une demande générale qui reste soutenue au niveau mondial, le marché des matières premières reste soumis à de fortes variations, en témoignent les écarts durant l automne 2013 sur les produits azotés majeurs qui ont été de l ordre de 20 %.

17 tifiant une maîtrise indispensable, à la fois du prix, des quantités apportées, et de l efficience des solutions proposées. Nos réponses La proposition d un Axé Campagne engrais depuis plusieurs années sur la plupart des produits assure un prix représentatif de la moyenne des cours sur la période concernée. Il permet un lissage des prix et réduit la sensibilité aux variations de prix. De plus, le taux d utilisation de Farmstar par Axéréal ( ha) pour le pilotage de la fertilisation azotée des céréales d hiver et des colzas, la poursuite du développement des outils de conseil en fertilisation et plans de fumure (Epiclès, analyses de sol, analyses de reliquats d azote et de soufre), le développement de solutions de fertilisation innovantes et performantes, comme la fertilisation foliaire, témoignent de la volonté affichée du Groupe de développer une approche qualitative de la fertilisation. Activité Les prises de positions précoces effectuées par Axéréal, jouant de sa capacité d achat et de négociation en lien avec les prévisions du réseau commercial ont permis d assurer la couverture des besoins. Dans un contexte d approvisionnement tendu au printemps, chacun a pu disposer des produits nécessaires au moment voulu. Pour garantir une bonne logistique, l anticipation reste le maître mot pour assurer le service attendu par nos adhérents. Après un retour à la consommation de phosphore depuis deux ans, les rendements étaient au rendez-vous en 2014 à la faveur d une climatologie favorable durant la campagne, même si les conditions climatiques de l été ont pu dégrader la qualité de la récolte. A la faveur de l évolution des prix pour les adhérents, l activité enregistre une baisse du chiffre d affaires de 11 % pour s établir à 218,2 M. Elevage En ruminants, le contexte reste difficile Première production bovine de notre bassin Sud et bien présente dans le Perche, l élevage allaitant doit faire face à des conditions de rentabilité encore fragiles. Les prix de marché de la viande et du maigre ont été bien orientés sur la première partie de la campagne, ce qui a apporté une bouffée d oxygène appréciable pour les trésoreries en élevage allaitant. Mais cela n a pas duré, la faiblesse de la consommation de viande a fini par peser sur les prix de la viande puis sur ceux du maigre. Le secteur laitier a connu une crise de rentabilité avant de retrouver une rémunération correcte du prix du lait. Chaque crise provoquant une vague de fermeture d ateliers. Pourtant, au final, le nombre de vaches laitières se stabilise et la modernisation des élevages qui misent sur l avenir se poursuit. Le lait de chèvre pour la production de fromages est aussi une production accompagnée par la coopérative dans les zones d appellation "Chavignol", "Valençay" et "Pouligny-Saint-Pierre". Les prix des aliments du bétail ont dans leur ensemble suivi une tendance élevée, sur toute la saison d hiver, en raison de la tension mondiale sur les disponibilités en protéines comme en céréales. Accompagner les éleveurs dans leur démarche de recherche de productivité et de rentabilité L équipe des Techniciens spécialisés en Productions Animales (TPA), en place dans le Berry- Nivernais, déploie l offre globale élevage. Ils sont en mesure d intervenir non seulement sur le rationnement des animaux et la vente de tous les produits de nutrition animale, mais encore de pratiquer un conseil en production fourragère, en aménagement de bâtiment d élevage et d assurer la vente des gammes de produits concernés (semences fourragères, tubulaires AGRITUBEL, tunnels d élevage RCY, produits d hygiène de traite, engrais prairies, petit équipement d élevage et toute la gamme films plastiques, ficelles et filets). Le Groupe a poursuivi sa collaboration avec un cabinet vétérinaire pour apporter des conseils aux éleveurs confrontés à des problèmes sanitaires. Activité Sur l exercice , en partie en raison d une météo favorable tout le printemps et également l été à la production de fourrages, de gros stocks d ensilage, d enrubannage et de foins ont été reconstitués dans les exploitations d élevage. Cela s est traduit par un net développement des ventes en ficelles, filets et films d ensilage ou d enrubannage. Ensuite, l hiver a été plutôt clément. Les prix des broutards sur l été et des laitonnes, toute l année, a encouragé à vendre plus d animaux tôt dans la campagne. Les économies induites, faites par nos adhérents sociétaires sur le poste "aliment", ont engendré une baisse des ventes en aliments granulés, tourteaux et déshydratés de 10 %. Dans ce contexte, les ventes d aliments mash à partir des ateliers de Cercy et Sancoins ont atteint un nouveau record. La complémentation en minéraux, oligo-éléments et vitamines, des animaux a été sécurisée. Ce poste est resté stable dans les ventes. Axéréal réalise un chiffre d affaires Aliments de 26,5 M. L activité "Agro- Equipement" Assimilée à l activité élevage, elle a transféré à Agralys-Distribution son département "Espace Verts". Elle a représenté cette année un chiffre d affaires total de 10 M. Après le CCF et le gros matériel d élevage, le poste principal est la ventes de citernes et cuves pour solution azotée (Hermex et RCY). Viennent ensuite les postes "Lutte Anti Nuisibles", "Equipements de protection individuel et collectif", "Gestion des effluents de pulvérisation" sur lesquels la coopérative apporte un savoir-faire, un niveau de prestations et une expertise reconnus. Cette campagne, le service élevage a animé 2 journées élevage, l une dans le Loir-et-Cher, l autre dans l Indre, courant mai 2014 chez des éleveurs supports de parcelles d essais "fourragères" (espèces pures de graminées et légumineuses, fertilisation, associations, désherbage, conduite du pâturage et de l exploitation de l herbe. Ces journées se sont faites en collaboration avec les chambres d agriculture du 41 et du 36, la FDCUMA du 36 et ARVALIS "ferme des Bordes". objectifs 2015 Assurer la disponibilité des besoins des agriculteurs en temps voulu et développer l innovation. 15 produire

18 Semences Nouvel élan pour l activité semences 16 produire Répartition des ventes par espèce en circuit court 49 % Blé tendre 7 % Blé dur 29 % Orges 0 % Maïs objectifs % Triticale 2 % Pois 2 % Avoines 1 % Autres Répartition des activités par circuit q 58 % Ventes circuit court 18 % Ventes circuit long 24 % Prestations obtenteurs Poursuivre le déploiement de notre plan d investissement. Contexte général Les semences présentent un fort potentiel de développement et Axéréal dispose de nombreux atouts lui permettant d être un des acteurs majeurs de cette activité : des zones de production à potentiel, le savoir-faire multi-espèces reconnus de nos multiplicateurs de semences, cinq usines en région Centre qui comptent parmi les plus significatives au niveau national, Axéréal bénéficie par ailleurs d une expérience éprouvée de prestataire pour de nombreux obtenteurs et développe dans ce cadre de solides partenariats avec de grands semenciers. Enfin, Axéréal a su développer une forte compétence interne tant dans les achats que dans la maîtrise de la mise en marché. Novembre 2013, Axéréal crée un "Pôle Semences" à part entière Les activités semences issues des précédentes organisations (Agralys, Epis-Sem...) sont désormais regroupées au sein du Pôle Semences. Le périmètre de ce dernier couvre les activités semences toutes espèces (production, achats et mise en marché) à destination des adhérents de la coopérative Axéréal, des clients des négoces du Groupe, de ceux du circuit long national ainsi que tous les contrats de sous-traitances pour le compte de nos partenaires obtenteurs. Pour répondre aux besoins croissants de ses différents circuits de vente (interne et externe), répondre aux besoins de sous-traitance de ses partenaires et accompagner la montée en puissance des céréales à paille hybrides, Axéréal engage un plan de développement ambitieux. Ce plan porte sur : la modernisation de ses outils, à savoir ses 5 sites industriels de production de semences (Issoudun, Lutz en Dunois, Blois, Moulinssur-Yèvre et Châteauroux), la spécialisation des sites : sous-traitance obtenteurs en maïs et céréales à paille hybrides sur Blois. Circuit long, mélanges et couverts, Bio sur Issoudun. Sous-traitance obtenteurs en fourragères sur Châteauroux. Circuit court et circuit long sur Moulins-sur-Yèvre et Lutzen-Dunois), l amélioration des process et la résolution du problème de l ergot par trieurs optiques, la mise en place d une nouvelle organisation. Ce plan, soutenu par 12 M d investissements sur 3 exercices, se traduira par : la montée en puissance des outils permettant de passer de q à q pour les semences d automne en 3 ans, l amélioration qualitative de la production l amélioration des délais de livraisons. Activités, une année charnière Les activités grandes cultures d Axéréal Semences Les équipes du Pôle Semences se sont attaquées à de nombreux dossiers. Activité multiplication/ production Le plan de production en grande culture a progressé de plus de 10% dont plus de 40% en blé hybrides et orges hybrides. Le cahier des charges des multiplicateurs ex- Epis-Sem et Agralys a été harmonisé. La décision a été prise d étendre le système Qualité Agri Confiance à tous les multiplicateurs "grandes cultures" d Axéréal. Activité industrielle Une première tranche d investissement de 3,5 M a été réalisée avec notamment le renouvellement complet des chaines de triage de Moulins-sur-Yèvre permettant le doublement de leurs capacité et l installation d un deuxième trieur optique à Blois -Villejoint. La spécialisation des outils et l optimisation de leurs plans de charges a été effectuée. Le chiffre d affaires des outils industriels atteint 48 M sur l exercice. Une nouvelle marque en céréales à paille Cet exercice a vu la création d une nouvelle marque pour les semences de céréales à paille produites par nos stations AXEM. Les activités de la SAS Fertiberry Le plan de production poursuit sa hausse (3 500 ha, +15%) en lien avec la progression de nos activités de sous-traitance. Les ventes s établissent à qx faisant de Fertiberry un des acteurs marquant du marché des fourragères avec une part de marché nationale autour de 10 à 15% en luzerne et pois fourrager, 25% en trèfle violet et 65% en lentilles vertes. Le chiffre d affaires se situe à 4,8 M. Perspectives Les conditions climatiques de récolte de l été 2014 n ont pas été sans impact sur le disponible et la qualité germinative des lots livrés par les multiplicateurs dans les usines. Les blés durs, blés hybrides et triticales ont été fortement impactés. Dans ce cadre, la nouvelle organisation opérationnelle mise en place au sein des Métiers du grain Axéréal avec notamment un ordonnancement de la "supply chain" a permis une mise à disposition des semences dans les dépôts en quantité et en qualité avec plus de 8 jours d avance par rapport aux automnes précédents. Enfin, la chute des cours des céréales n est pas sans impact, d une part sur le taux de renouvellement des semences certifiées qui hors blé dur, devrait baisser de quelques points et d autre part, sur le développement des céréales à pailles hybrides dont la croissance devrait connaitre un palier provisoire cette campagne... Le déploiement du plan d investissement se poursuit avec la mise en place d une nouvelle chaine de triage à Blois et le démarrage du réaménagement complet de l usine d Issoudun qui se fera sur 2 exercices.

19 L'agriculture de précision au service des adhérents Agronomie & innovation Au printemps 2014, Caterine Deschamps a rejoint Axéréal pour prendre la direction du Service Agronomie et Innovation, nouvellement créé au sein du Groupe. Elle est en charge d une équipe de 27 ingénieurs agronomes et techniciens pour assurer ses missions organisées autour de 4 pôles : l expérimentation, l expertise agronomique, les outils et services, la gestion de l innovation. Les principaux enjeux assurer une production régulière, de qualité et rentable dans un contexte de réduction globale des fumures azotées, garantir les teneurs en protéines exigées par les marchés d exportation notamment, en généralisant l utilisation des outils les plus performants en matière de pilotage et de précision de la fertilisation azotée, en développant parallèlement les formes azotées les plus efficientes, et en recherchant toutes les voies d amélioration de cette efficience, maîtriser les problèmes sanitaires émergents, notamment la résistance ou la moindre sensibilité des mauvaises herbes (vulpin, raygrass, ), des pathogènes ou des ravageurs (ex : charançon du bourgeon terminal du colza) aux produits de protection des plantes, adapter les itinéraires culturaux au changement climatique : adaptation variétale, évolution du parasitisme, intervenir dans les différentes instances décisionnaires qui gèrent les impacts environnementaux de la politique agricole. Pour ce faire, la direction agronomie et innovations : surveille les problèmes agronomiques émergents rencontrés par nos adhérents, afin de tenter d y remédier de préférence par anticipation, est à l écoute des attentes des filières (régularité d approvisionnement en quantité et en qualité) et au-delà, de celles de la société qui exerce un droit de regard sur nos modes de production, notamment par la voie réglementaire, référence l offre produits (variétés, engrais, produits de protection des plantes) et conseils permettant d adapter nos conduites culturales aux attentes de nos adhérents, des filières et du consommateur. Une expertise dans la gestion des données agronomiques et en agriculture de précision Le service agronomie d Axéréal dispose d une expertise spécifique en matière d analyses pluriannuelles de données agronomiques et des itinéraires culturaux des agriculteurs. Elle est à la base des conseils et des OAD personnalisés, établis selon les contextes pédoclimatiques de chacune de nos régions. Sur ces dix dernières années, Axéréal a acquis une forte expérience en agriculture de précision. Cette démarche concerne prioritairement les régions les plus hétérogènes d un point de vue agronomique, les mieux à même de rentabiliser un investissement important, notamment par le développement de pratiques intraparcellaires de la fertilisation ou des densités de semis ou de lutte parasitaire. Des progrès notables La modulation intra-parcellaire du 3 ème apport d azote sur blé à partir des cartes Farmstar, service proposé depuis 6 ans, se développe fortement notamment du fait de l évolution du parc matériel. Avec un taux de reconduction de 90 %, ce service valorise plus complètement la prestation Farmstar par la meilleure prise en compte des hétérogénéités parcellaires. Innover, pour répondre aux évolutions de l agriculture Moteur du développement, l innovation est une priorité pour Axéréal. Cela se traduit, entre autres, par la mise en œuvre de programmes de recherche. A ce titre Axéréal est partie prenante au sein du pôle de compétitivité Céréales Vallée. La recherche de solutions innovantes pour l agriculture autour du numérique est une des voies prospectées. L ATC, la force des relais Le déploiement des innovations "produits" ou "conseils" auprès des agriculteurs pour une agriculture durable passe par les technicocommerciaux. Le service agronomie forme nos ATC, véritable force du Groupe sur le terrain. objectifs 2015 Poursuivre la recherche de solutions innovantes pour l agriculture. 17 produire

20 Activités diversifiées Centre Bio, acteur majeur du Bio en France 18 produire chiffre d'affaires 20 M effectif : 14 objectifs 2015 Sécuriser la protéine de soja par le développement de la poduction locale. Le marché du Bio en France est très spécifique. Il s organise et se professionnalise. Les clients restent en nombre limité, à savoir une douzaine de fabricants d aliments, 5 meuniers importants et 5 producteurs d huile spécialisés. Les clients sont avant tout des PME très pointues et quelques groupes exigeants qui se diversifient en Bio. Leur préoccupation majeure est la régularité de la qualité et de l approvisionnement. Centre Bio, l acteur commercial Centre Bio est la société commerciale du Groupe qui met en marché l intégralité de la collecte de la Sica Axéréal Bio ainsi que des productions bio de Cavap, UCBC et Acolyance. Ainsi les origines, sont diversifiées depuis la région Centre, l Auvergne, l Ile de France, la Bourgogne, la Picardie et Champagne/Ardennes t auront été commercialisées par Centre Bio en 2012/2013 alors que la production nationale est de t. En co-produits, essentiellement des issues de meunerie et des tourteaux, plus de t ont été commercialisées. L activité semences porte sur l équivalent de ha en lignées et ha en hybrides. 46 % de l activité semences est réalisé avec la Sica. Centre Bio développe avec ses clients des relations contractuelles pluriannuelles et leur assure les garanties de qualité et de traçabilité. L origine France, voire régionale, est un atout de Centre Bio. Les relations avec Axiane en meunerie Bio et avec Thivat Nutrition Animale en aliment Bio permettent de développer des synergies au sein même du Groupe. Centre Bio approvisionne également la malterie d'issoudun qui produit un malt bio destiné à des micro brasseurs. Axéréal Bio réunit 414 adhérents Fort d une progression de 8 % du nombre de ses adhérents, Axéréal Bio confirme son rôle d acteur majeur sur tout le territoire du Groupe. Cependant, la collecte passe de t à t (-5%). La météo a été très défavorable : un automne pluvieux et des semis tardifs ; des gelées précoces, mais un hiver peu rigoureux ; puis un printemps également humide, qui a encore décalé les semis de maïs et tournesol ; et finalement une moisson tardive et perturbée, dès l été et jusqu à la récolte d automne. Au niveau de la production de semences (lignées), le cap de ha en multiplication atteint en 2012 est largement dépassé en Il atteint ha. Notre place d acteur incontournable sur la distribution bio en circuit long se confirme. Côté fertilisants, les ventes atteignent t (+60%). Cette progression spectaculaire s explique essentiellement par les produits pondéreux, amendements calciques et humiques, en cohérence avec les bases de l agriculture biologique. De nouvelles perspectives La protéine de soja doit être sécurisée. C est un axe de travail prioritaire, tant en production locale (avec l aide d un nouveau technicien), qu à l import (en lien avec les autres filiales du Groupe). Le débouché sera essentiellement la nutrition animale, mais une option reste ouverte en alimentation humaine si la qualité le permet. Des contrats en légumes de conserve ont été passés via Axéréal Bio. Cela permet de renforcer la rotation en grandes cultures et vise à promouvoir un développement concerté et cohérent de ces productions. Centre Bio réunit Axéréal, Cavap et Dijon Céréales Les coopératives céréalières Axéréal, Cavap et Dijon Céréales portent en commun le projet de développer leurs activités bio, de la production à la commercialisation. L objectif est de renforcer la présence et le positionnement commercial en Bio avec une offre significative de la production céréalière française à travers la société Centre Bio. Centre Bio commercialisera l intégralité de la collecte des 3 partenaires soit plus de tonnes de céréales bio auxquelles s ajoutent t en activité négoce. De fait, Centre Bio se positionne comme un des leaders du Bio en France.

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain «Filiale d Avril, groupe industriel et financier de plus de 8 000 collaborateurs, Sofiprotéol est devenue en 30 ans la société de financement et de développement

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Information au marché. Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés. Développements opérationnels clés

Information au marché. Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés. Développements opérationnels clés Information au marché Lille, le 7 août 2015 Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés Chiffre d'affaires de 960 millions d'euros, vs. 1 055 millions au premier

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX DECOUVRIR le marché à terme céréales et oléagineux LA SECURISATION DES PRIX est un enjeu fort. Pourquoi? La décision de produire ne peut aujourd hui être indépendante de la capacité de vendre. Les produits

Plus en détail

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Gilles Sauzet CETIOM La recherche de systèmes de production doublement performants, d un point de vue économique et environnemental, doit

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Les Rencontres de l Agriculture Positive

Les Rencontres de l Agriculture Positive Les Rencontres de l Agriculture Positive 4ème édition 11 mars 2015 9h30-17h00 AgroParisTech - Amphithéâtre Tisserand Dossier de présentation Sommaire Communiqué de presse... 3 Les organisateurs des Rencontres...

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus DOSSIER DE PRESSE prios groupe éditeur sectoriel Créée en 1990, La société PRIOS s est spécialisée dans deux activités principales : l agro-alimentaire et l équipement de la personne (gamme Estelle). Depuis

Plus en détail

Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon!

Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon! Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon! Wal.Agri, un leader agroalimentaire proche de chez vous Bienvenue dans le troisième millénaire avec Wal.Agri Ces trente

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE

BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE Points forts en Alsace BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE Une collaboration des acteurs de la bio au sein d un pôle de conversion Un engagement des opérateurs d aval sur

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Juillet 2013 Sommaire Les risques du métier en Agriculture L univers des risques les réponses

Plus en détail

La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France»

La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France» La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France» Depuis plusieurs années, le secteur laitier subit des crises de plus en plus profondes, conséquences, notamment,

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Dossier de presse Cizeron Bio 2014-2015

Dossier de presse Cizeron Bio 2014-2015 Sommaire Fiche 1 Cizeron Bio, l entreprise Fiche 2 Valeurs et historique Fiche 3 Activités Fiche 4 Recherche et développement Fiche 5 Bio Agri Fiche 6 Informations et contacts Contact Cizeron Bio Jean-Charles

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Le 9 décembre 2010 P.R.I. «Nov alim» Lycée agricole Laval (53) Visite en présence de Jacques Auxiette, Président du Conseil régional des

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

Volatilité des matières premières de l alimentation animale

Volatilité des matières premières de l alimentation animale Volatilité des matières premières de l alimentation animale Baptiste Lelyon Institut de l Elevage - Département Economie Février 2011 2007 2010 : Bis Repetita Une situation en apparence identique Une explosion

Plus en détail

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE.

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE. Prises de commandes 64 FALCON contre 58 en 2012 Livraisons 77 FALCON et 11 RAFALE contre 66 FALCON et 11 RAFALE en 2012 Chiffre d'affaires 4 593 millions d'euros, en hausse de 17% Résultat Net ajusté(*)

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

08.06.2009. Ordre du jour. Visuel d intro N 1 : DA Rapport annuel 2008. Profil. Les clés d une croissance durable. Vilmorin et ses actionnaires

08.06.2009. Ordre du jour. Visuel d intro N 1 : DA Rapport annuel 2008. Profil. Les clés d une croissance durable. Vilmorin et ses actionnaires Réunion Visuel d intro FFCI/CLIFF N 1 : - Rennes 08.06.2009 Ordre du jour Profil Les clés d une croissance durable Vilmorin et ses actionnaires Tendances et perspectives Visuel d intro N 1 : 1 Visuel d

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Réunion d information activité céréales. SCA DE MILLY 21 octobre 2014

Réunion d information activité céréales. SCA DE MILLY 21 octobre 2014 Réunion d information activité céréales SCA DE MILLY 21 octobre 2014 ORDRE DU JOUR Bilan collecte moisson 2014 Marché céréalier au 20 octobre 2014 Normes de réception des blés moisson 2014 Rémunération

Plus en détail

CEMEX : ISO 14001. Certification

CEMEX : ISO 14001. Certification CEMEX : Certification ISO 14001 CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 94 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex.fr - www.cemexbetons.fr Dossier de presse CEMEX Certification

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence Les solutions de l axe Seine HAROPA, 1er ensemble portuaire de France Le Port de Rouen, 1er Port européen d exportation de céréales, s est associé aux

Plus en détail

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 46 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche & Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d apporter

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Programme d'animation de la future convention GAB / CDA

Programme d'animation de la future convention GAB / CDA Programme d'animation de la future convention GAB / CDA Auteur : Claude TETTAMANTI 18/02/2013 Dans le cadre de la future convention GAB / CDA, nous avons bâti un programme d'animations par filière (viande,

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013 BELchanvre Journée transfrontalière Gembloux, le 19 juin 2013 La filière chanvre en Wallonie La société Coopérative : 29 agriculteurs (pers. physiques/morales) + CER Groupe intérêt d'autres producteurs

Plus en détail

I. Une agriculture puissante et productive

I. Une agriculture puissante et productive GEOGRAPHIE Thème 2, question 3, cours 2 Thème 2 : Aménager et développer le territoire français Question 3 : Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation Cours 2 : Les espaces de production

Plus en détail

L'agriculture biologique : des atouts à cultiver «

L'agriculture biologique : des atouts à cultiver « 2 Stéphane Le Foll Ministre de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt. L'agriculture biologique : des atouts à cultiver «L agriculture biologique et les produits qui en sont issus représentent

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal

Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois Mai 2013 PNA Vendômois PNA VENDOMOIS Travail réalisé dans le cadre du projet PNA «Pour une restauration SAINE

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

FLEURISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

FLEURISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 FLEURISTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU FLEURISTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU FLEURISTE... 5 L'ACTIVITÉ DU FLEURISTE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU FLEURISTE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Secteur Tertiaire 6 ème édition - 2003 Réali sé par la Chambre de Commerce et d Industrie Centre en partenariat avec le pôle ORFE du Groupement

Plus en détail

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs Intelligence RH 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 1. Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3 M (+ 64%)

COMMUNIQUE DE PRESSE 1. Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3 M (+ 64%) COMMUNIQUE DE PRESSE 1 RESULTATS 2014 : Le 20 février 2015, 16 h 30 INFORMATION REGLEMENTEE Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE

PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE A L ENTREPRISE PAIN DE BELLEDONNE 1 / IDENTITE, HISTORIQUE ET CROISSANCE 2 / LES CIRCUITS DE DISTRIBUTION DE PAIN DE BELLEDONNE 3/ LE PAIN: ORGANISATION ET PROCESS

Plus en détail

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015 Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 LE GROUPE BEL 150 ANS DE SUCCESS STORY Antoine Fiévet, Président-Directeur Général 150 ANS D AUDACE FAMILIALE ET D EXPERTISE 1865

Plus en détail

SOMMAIRE PRESENTATION...

SOMMAIRE PRESENTATION... SOMMAIRE 1 PRESENTATION... 13 1.1 Aperçu du secteur agricole et agroalimentaire en Algérie... 13 1.2 Un secteur structurellement importateur... 14 1.3 La politique agricole... 16 1.3.1 Le Plan d Actions

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

BACHELOR DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PARCOURS EXPERT

BACHELOR DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PARCOURS EXPERT BACHELOR DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PARCOURS EXPERT COMMERCE ET MARCHÉS Avec plus de 2200 étudiants, l ESCEM est une Grande Ecole de Management française. Son accréditation AACSB est une référence de qualité

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

CANADA : PERSPECTIVES DES PRINCIPALES GRANDES CULTURES Le 23 janvier 2015

CANADA : PERSPECTIVES DES PRINCIPALES GRANDES CULTURES Le 23 janvier 2015 CANADA : PERSPECTIVES DES PRINCIPALES GRANDES CULTURES Le 23 janvier 2015 Groupe de l analyse des marchés/division des céréales et oléagineux Direction du développement et de l analyse du secteur, Direction

Plus en détail

L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES?

L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES? L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES? Pierre Charlebois, chef de la section de l analyse l économique des marchés agricoles Agriculture et Agroalimentaire Canada Les perspectives 29 L ÉVOLUTION

Plus en détail