La prairie : un atout majeur pour l élevage.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prairie : un atout majeur pour l élevage."

Transcription

1 La prairie : un atout majeur pour l élevage. Un article de Raymond Paquay FUNDP Namur En Belgique, les prairies représentent près de la moitié des surfaces agricoles utiles. Chez les éleveurs de moutons, cette proportion est même nettement plus élevée. C'est dire l'importance qu'ont une bonne gestion et une bonne utilisation des prairies pour l'économie de notre élevage. Une évaluation économique a permis d'estimer que les charges de la surface fourragère ne représentent que 15 à 20 % des charges totales d'alimentation, alors que les prairies permettent de couvrir jusqu'à 70 % des besoins des animaux (sous forme d'herbe, de foin, d'ensilage). Les concentrés au contraire comptent parfois pour 2/3 des charges, alors qu'ils couvrent à peine 25 % des besoins des animaux. Dans ce premier article consacré aux prairies, je décrirai les capacités de production de cellesci et la manière dont elles sont valorisées par les éleveurs de mouton. Je donnerai aussi quelques indications relatives à l'utilisation des prairies pendant le début de la période d'herbage. Le deuxième article sera consacré à la valorisation des prairies par les brebis (races de bergerie et races d'herbage), par les agneaux d'herbage et par les agnelles conservées pour l'élevage. Il paraîtra dans un prochain numéro de Filière Ovine et Caprine. 1. Capacité de production des prairies Capacité globale Un des gros problèmes que pose la valorisation correcte des prairies est l'évolution très variable de leur capacité de production et de la valeur de cette production au cours des saisons. Les figures 1 et 2 le montrent clairement. Fig.1 : Evolution de la production de matière sèche (rdt) et de la valeur énergétique de cette matière pour une prairie d'ardennes, à partir du 15 avril (semaine 0). 1

2 Fig.2 : Evolution des teneurs en matières azotées (MAT) et en énergie (UFL) de l'herbe selon la production de matière sèche (rendement). Au début de la pousse printanière, la quantité d'herbe produite par une prairie augmente lentement, mais un mois plus tard la croissance est fortement activée, puis se ralentit. Après environ 8 semaines de croissance, la production totale est de l'ordre de 8 tonnes de matière sèche à l'hectare. Mais cette augmentation rapide de la quantité d'herbe s'accompagne d'une diminution aussi rapide de sa qualité (concentration en protéines, valeur énergétique). La croissance de l'herbe varie aussi en cours d'année (fig.3). Elle atteint sa plus grande vitesse en mai puis diminue en été pour se redresser plus ou moins fortement en arrière-saison, selon l'évolution des conditions climatiques. Fig.3 : Evolution de la croissance de l'herbe dans les prairies d'ardennes en cours d'année. Facteurs de variation La production et la valeur de l'herbe dépendent de multiples facteurs. La région où se trouve la prairie est un premier élément. Si le schéma de la figure 1 avait été établi en Hesbaye ou dans le Tournaisis plutôt qu'en Ardennes, la courbe de rendement aurait démarré nettement plus tôt. De même, pour la figure 3, la diminution de la production d'herbe en été aurait été plus forte et la reprise de fin d'été, plus accentuée. Le climat est évidemment un autre facteur prépondérant. C'est principalement le cas pour le démarrage au printemps qui peut être décalé de quelques semaines selon les années et pour la diminution de production en été qui dépend fortement du niveau de pluviosité. La fumure des prairies influence évidemment de manière prépondérante la pousse de l'herbe : utilisation plus ou moins abondante de fumier, de compost ou d'engrais du commerce. Ce sujet demanderait un article à lui tout seul. La figure 4 montre que le rendement d'une prairie dépend fortement du nombre de coupes, que ce soit pour la récolte des fourrages ou que ce soit par pâturage. Je reviendrai un peu plus loin sur le sujet. 2

3 Fig.4 : Evolution du rendement des prairies en fonction du nombre de coupes par an. L'entretien des prairies est un autre élément de variabilité de la production. Une bonne préparation de la prairie avant la pousse de l'herbe (notamment le hersage et la destruction des taupinières) et, lorsque les surfaces le justifient, le recours à une faucheuse de refus pour éliminer les plantes laissées par les animaux (le lecteur trouvera à ce sujet, dans le prochain numéro de la "Filière ovine et caprine" un article consacré au comportement alimentaire du mouton) sont notamment des techniques courantes. Le type de prairies doit aussi être cité. Les rendements sont nettement meilleurs en prairies temporaires (retournées toutes les quelques années) qu'en prairies permanentes. Mais le recours à la prairie temporaire ne se justifie pas en élevage du mouton, sauf peut-être pour la production de grandes quantités de fourrage de bonne qualité. 2. Utilisation générale des prairies De manière générale, on peut estimer que la valorisation des prairies pour l'élevage du mouton est médiocre tant en Belgique que dans des pays voisins comme la France ou la Grande-Bretagne. Le rendement en matière sèche par hectare de prairies peut, dans certains cas, atteindre 10 à 12 tonnes par année, mais, bien souvent, les animaux n'utilisent que la moitié. Causes d'une valorisation médiocre Diverses raisons peuvent être avancées pour expliquer une valorisation insuffisante des prairies. La première est incontestablement le caractère hautement variable de la croissance de l'herbe dû, ainsi qu'il a été dit, aux variations saisonnières de la croissance, aux conditions climatiques, à la fumure ou encore au niveau d'entretien des prairies. La date de mise à l'herbe des brebis est un autre facteur. Une mise trop précoce, surtout si le temps est froid, conduit au surpâturage et à une mauvaise croissance de l'herbe. Une introduction tardive des brebis a, au contraire, pour effet de rendre difficile la maîtrise de la croissance printanière, surtout si une période de temps chaud suit une période de pluie. Un sous-pâturage avec gaspillage et détérioration de la flore est alors difficile à éviter. 3

4 Un mauvais choix de la charge de brebis à l'hectare ou encore une mauvaise estimation du nombre de parcelles à retirer du pâturage pour la fauche sont d'autres éléments qui peuvent empêcher une bonne utilisation des prairies. Enfin, l'utilisation de l'herbe est conditionnée par la nécessité de respecter un bon équilibre entre les performances des prairies et celles des animaux. Une utilisation maximale des prairies réduit les performances des animaux, surtout des brebis suitées, la recherche du gain en poids le plus élevé pour les brebis ou les agneaux conduit à un sous-pâturage et à un gaspillage d'herbe. Cet aspect du problème est envisagé ci-après. Améliorations Diverses techniques peuvent être utilisées pour favoriser l'amélioration de l'utilisation des prairies. Une végétation faite de graminées et de légumineuses est idéale pour le mouton qui a une préférence marquée pour les légumineuses et notamment pour le trèfle. Une bonne conduite des pâturages favorise un juste équilibre entre les deux types de plantes. Une fumure phosphopotassique avec un apport limité d'azote, l'absence de surpâturage, l'élimination des résidus laissés par les moutons et notamment les tiges de graminées qui risquent de disséminer leurs semences, le pâturage rotatif ou un sursemis estival de légumineuses sont autant de techniques susceptibles d'améliorer cet équilibre. La charge de brebis à l'hectare est évidemment un élément majeur de valorisation des prairies. Il est difficile de donner des chiffres, tant il y a de facteurs qui influencent la charge optimale. Le recours à un technicien spécialisé qui se rend sur place et l'expérience doivent permettre d'affiner le choix. Le type de production (races de bergerie ou d'herbage), la région, les conditions climatiques, la production de fourrages, l'entretien des prairies, le type d'exploitation des prairies (rotatif ou continu), le début de la supplémentation des brebis ou des agneaux sont autant de facteurs dont il faut tenir compte. Un retrait adéquat des parcelles pour faire du fourrage est une autre technique élémentaire de valorisation des prairies. Ce retrait doit être réalisé en fonction des conditions climatiques de printemps et d'été. Un retrait successif, pour faire de l'ensilage précoce ou tardif, ensuite pour récolter du foin ou du regain, d'une part favorise la répartition du travail, mais en plus, permet d'étaler dans le temps la production de regain de qualité pour l'engraissement des agneaux ou pour la préparation des brebis à la lutte. Un pâturage rotatif et un parcellement des pâtures sont d'autres techniques préconisées pour améliorer l'utilisation des pairies. Le lecteur de "Pâtre" trouvera à ce sujet un intéressant reportage intitulé : "une technique de pâture où rien ne se perd" dans le numéro 507 d'octobre 2003 (p. 30). La répartition des agnelages pendant l'année, soit par le recours simultané à des races de bergerie et d'herbage, soit par l'utilisation de races à forte capacité de désaisonnement, soit encore par le recours aux techniques de reproduction accélérée ou décalée facilite une bonne utilisation des prairies. Cela permet de réserver la meilleure herbe aux brebis suitées ou pour la préparation à la lutte et de faire suivre sur la même parcelle les brebis à faibles besoins (période de repos sexuel ou 2ème et 3ème mois de gestation) que l'on peut alors obliger à mieux nettoyer les parcelles. 4

5 Le pâturage mixte consiste à faire pâturer les mêmes parcelles, soit simultanément, soit alternativement par deux espèces animales. Les exemples les plus courants sont bovins moutons et chevaux moutons. Cette technique n'est que peu utilisée en Belgique alors qu'elle présente de nombreux avantages sur le plan de la valorisation des prairies. Le mouton préfère les légumineuses alors que, par exemple, le bovin choisit de préférence les graminées. Chaque espèce consomme les zones refusées par l'autre parce que contaminées par les déjections, notamment les zones de repos. Enfin, le pâturage mixte diminue nettement l'incidence du parasitisme. Le volume des larves de parasites est diminué de 50% lorsque bovins et ovins sont associés. Le bénéfice est d'autant plus grand pour une espèce que la proportion de cette espèce est faible. Additionner quelques brebis par hectare à des bovins permet de rentabiliser ces moutons au maximum, surtout si la charge des bovins à l'hectare n'est pas élevée. 3. Conseils de printemps Pour compléter ce premier article consacré aux prairies, je souhaite apporter quelques indications et conseils concernant la première partie de la période de pâturage. La préparation des prairies est évidemment un gage de bonne valorisation ultérieure. Un hersage efficace est essentiel sur ce point, si les conditions climatiques le permettent avant le début de la pousse effective de l'herbe. Si ce n'est pas possible, le hersage peut être reporté après le premier passage des brebis. Il est particulièrement nécessaire si des déjections ou du fumier sont encore présents et si les taupes envahissent la prairie, ce qui est souvent le cas pour les prairies à moutons. Le hersage permet aussi d'aérer le sol. Il est évidemment presque toujours nécessaire si la parcelle est retirée pour la fauche. En fonction des nombreux facteurs de variation que j'ai évoqués, la date de la mise à l'herbe n'est pas facile à déterminer à l'avance car des conditions climatiques fluctuantes peuvent conduire soit à un surpâturage avec diminution des performances des animaux ou, au contraire, à un important gaspillage d'herbage dû à une croissance trop rapide. Il est conseillé, dans toute la mesure du possible, de mettre les animaux à l'herbe lorsque celle-ci atteint 8 à 12 cm de hauteur ce qui correspond à peu près à 700 kg de matière sèche par hectare. La mise à l'herbe doit être progressive. Il faut absolument éviter tout changement brusque de régime alimentaire, source de troubles digestifs. Il faut donc s'efforcer de répartir la mise à l'herbe sur plusieurs journées. Il convient de sortir les animaux le matin après le repas habituel de bergerie et de les rentrer le soir pendant quelques jours. La rotation des parcelles doit, au printemps, être organisée de manière telle que la hauteur de l'herbe ne dépasse pas 15 cm, ce qui évite des gaspillages. Les parcelles supplémentaires seront réservées à la fauche. Un étalement des fumures, notamment azotées, de manière à favoriser la croissance plus rapide des meilleures prairies et à ralentir les autres est aussi une technique qui permet de différencier la croissance de l'herbe selon les parcelles et donc, d'éviter qu'une bonne hauteur soit présente en même temps dans toutes les parcelles. L'étalement des fumures en vue de favoriser celle des fauches est une autre technique à préconiser. Elle permet de répartir, la croissance des regains dans le temps et donc d'en disposer en temps voulu et en suffisance pour les animaux à besoins élevés (agneaux et agnelles en croissance, brebis en période de reproduction). L'étalement des fauches est aussi 5

6 permis par la production, d'abord d'ensilages (dès le mois de mai dans beaucoup de régions de Wallonie), ensuite de foins puis de regains. Si l'élevage comprend, au printemps, des brebis à besoins élevés (accompagnées d'agneaux ou en préparation pour une lutte désaisonnée) et des brebis à faibles besoins (déjà taries et destinées à être mises à la lutte en été), une rotation rapide des parcelles doit être conseillée. Elle consiste au passage sur les parcelles, d'abord des brebis à besoins élevés pendant quelques jours (ce qui favorise la production laitière ou la préparation à la lutte mais aussi une consommation plus rapide et accrue d'herbe par les agneaux) puis des brebis à faibles besoins qui peuvent être laissées sur une herbe beaucoup moins abondante et de moindre qualité. Cela permet de bien valoriser les prairies et de réduire fortement le coût d'alimentation des brebis et des agneaux. 6

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Fiche technique : Culture de canne fourragère

Fiche technique : Culture de canne fourragère Fiche technique : Culture de canne fourragère Sujet : Cette fiche technique vous donne les éléments clés permettant de mettre en place une surface de canne fourragère. Les différentes cannes fourragères

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin MATHIEU

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

FORMATIONS en production caprine 2013-2014

FORMATIONS en production caprine 2013-2014 FORMATIONS en production caprine 2013- Titre du cours Durée Lieu Alimentation des petits ruminants : moutons et chèvres Élevage de chevreaux de boucherie Gérer la traite et la qualité du lait en production

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

VALORISER LES PRAIRIES

VALORISER LES PRAIRIES RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA VALORISER LES PRAIRIES Autonomie alimentaire et valorisation des prairies dans les élevages ovins de l Ouest LA PLUPART DES SYSTÈMES

Plus en détail

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Organisons, organisons... CHIEN DE CONDUITE DU TROUPEAU conduite et... PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Les exploitations ovines ne peuvent plus aujourd hui se passer des nombreux services rendus

Plus en détail

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries.

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Victor Moreau ITOVIC (La ventilation thermique des bergeries et chèvreries Bergerie moderne, réfléchir avant d agir) Présentation

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Au cours d'un cycle de production, les semaines qui entourent la mise-bas sont capitales : elles conditionnent

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Analyse de certains paramètres pouvant influencer les résultats d insémination artificielle chez la brebis.

Analyse de certains paramètres pouvant influencer les résultats d insémination artificielle chez la brebis. Analyse de certains paramètres pouvant influencer les résultats d insémination artificielle chez la brebis. Un article de Jean-Loup Bister, Marianne Raes, Centre d Insémination et de Sélection Ovines Depuis

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Le ray-grass anglais

Le ray-grass anglais Le ray-grass anglais Préface Le ray-grass anglais, pur ou associé à du trèfle blanc, est une des graminées fourragères les plus utilisées en France. C est la plante de pâturage par excellence des régions

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

ÉVALUATION DANS LES CASERNES

ÉVALUATION DANS LES CASERNES ÉVALUATION DANS LES CASERNES ANALYSE DE L'EXPÉRIMENTATION DU LOGICIEL ELMO DANS TROIS CORPS DE TROUPE : ROUEN, LILLE, VALENCE Martine RÉMOND 1. BUTS DE L'EXPÉRIMENTATION Le GPLI (Groupe Permanent de Lutte

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

SÉCHAGE SOLAIRE DU FOURRAGE EN GRANGE

SÉCHAGE SOLAIRE DU FOURRAGE EN GRANGE SÉCHAGE SOLAIRE DU FOURRAGE EN GRANGE LA DÉMARCHE Le projet de séchoir solaire est un rêve né il y a 40 ans qui s'est concrétisé sous l'impulsion de Yannick, le fils de Pierre et Danielle. Une réflexion

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres Mise en oeuvre Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l utilisez correctement, vous verrez qu il s agit d un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses

Plus en détail

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Fiche n 1 L élevage des chevrettes constitue une phase importante. Ces jeunes animaux, choisis selon des critères précis, vont faire l objet de soins et d attention

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

2 Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_N836_HE9»

2 Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_N836_HE9» Direction Départementale des Territoires de l Ariège NOTICE SPECIFIQUE DE LA MESURE MP_N836_HE9 MP_N836_HE9 : SOCLEH01 + HERBE_01 + HERBE_02 + HERBE_06 Gestion extensive de la prairie par la fauche (et

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

SOMMAIRE. 1.1 Standard et localisation.page 2. 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3

SOMMAIRE. 1.1 Standard et localisation.page 2. 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3 0 LES RACES LACAUNE SOMMAIRE 1. LES RACES LACAUNE : GENERALITES 1.1 Standard et localisation.page 2 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3 2. LA RACE LACAUNE LAIT 2.1 Le système d élevage dans

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Les (sucres lents) sont essentiels à la résistance de l organisme pour un effort d endurance. Si vous manquez de réserves, vous vivrez le «mur du

Plus en détail

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008 SÉANCES PLÉNIÈRES 10 Avril 2008 119 120 LA QUALITE : DU SOL AU LAIT Ekaitz Mazuste 1, Maité Goienetxe 1, Anne Haegelin 2 1 Association B.L.E., 32 rue de la Bidouze 64120 Saint-Palais 2 Pôle Scientifique

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Visite de la ferme pédagogique du Bessy. Valérie et Christian LALEUF

Visite de la ferme pédagogique du Bessy. Valérie et Christian LALEUF Visite de la ferme pédagogique du Bessy Valérie et Christian LALEUF L'exploitation agricole est principalement laitière, avec 50 vaches de race Prim'Holstein, 40 génisses et des veaux de boucherie. La

Plus en détail

SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08

SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08 SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF 1/15 LIQUIDE ES VITAMINE RENFORTS Liquide es vitamine pour la résistance, les fonctions musculaires et nerveuses. Améliore la résistance des animaux en période difficile.

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2011 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA 1 Economiser le carburant. Réduire les émissions. Augmenter la disponibilité. Baisse des consommations de carburant, réduire la complexité,

Plus en détail

Michel Meuret 1 & Pedro Gonzalez-Pech 2

Michel Meuret 1 & Pedro Gonzalez-Pech 2 Michel Meuret 1 & Pedro Gonzalez-Pech 2 1 INRA, UMR 0868 Systèmes d'élevages méditerranéens et tropicaux, F-34398 Montpellier - meuret@supagro.inra.fr 2 INRA, UR 0767 Écodéveloppement, F-84914 Avignon

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP www.staehler.ch Pourquoi est-ce que les rumex sont des plantes à problèmes? Les rumex forment jusqu à 80'000 graines

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

MINCE POUR TOUJOURS MAIGRIR, SORTIR DU REGIME, STABILISER. Par le Docteur P-G BRUNEL UNE FOIS POUR TOUTES

MINCE POUR TOUJOURS MAIGRIR, SORTIR DU REGIME, STABILISER. Par le Docteur P-G BRUNEL UNE FOIS POUR TOUTES MINCE POUR TOUJOURS MAIGRIR, SORTIR DU REGIME, STABILISER UNE FOIS POUR TOUTES DES SEMAINES DE MENU-TYPES ACCOMPAGNENT VOTRE REGIME Par le Docteur P-G BRUNEL TABLE DES MATIERES 1. PREAMBULE : 4 2. INTRODUCTION

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Hygiène bucco-dentaire Les 5 règles d'or. Prévention. Le partenaire santé qui vous change la vie

Hygiène bucco-dentaire Les 5 règles d'or. Prévention. Le partenaire santé qui vous change la vie Hygiène bucco-dentaire Les 5 règles d'or Document non contractuel / MOD.3321/12.2010 / Imprimerie B.F.I - 03.28.52.69.42 Le partenaire santé qui vous change la vie Prévention Histoire «dent» parler simplement!

Plus en détail

L herbe, pierre angulaire de votre revenu.

L herbe, pierre angulaire de votre revenu. L herbe, pierre angulaire de votre revenu. Produit de qualité: réussite assurée! Graminées et légumineuses pour prairies! Verla-Seeds est active dans le monde des semences et plus particulièrement à vocation

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Centre financier aux entreprises. du Bas Saint Laurent. Dynaco Agriscar St Pamphile St Alexandre. La Matapédienne Purdel St Fabien Baie des Chaleurs

Centre financier aux entreprises. du Bas Saint Laurent. Dynaco Agriscar St Pamphile St Alexandre. La Matapédienne Purdel St Fabien Baie des Chaleurs Partenaires La Matapédienne Purdel St Fabien Baie des Chaleurs Dynaco Agriscar St Pamphile St Alexandre Collaborateurs Supporteurs Centre financier aux entreprises de la Côte du Sud du Bas Saint Laurent

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

David, agriculteur en Dordogne

David, agriculteur en Dordogne David, agriculteur en Dordogne David, âgé de 32 ans, s est associé avec ses parents sur une exploitation où il élève 160 vaches. Il a, depuis ces 5 dernières années, changé ses habitudes de travail : il

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Quel lien entre alimentation sur parcours et performances? Proposition d un dispositif de suivis pour les jeunes chevaux Endurance.

Quel lien entre alimentation sur parcours et performances? Proposition d un dispositif de suivis pour les jeunes chevaux Endurance. Quel lien entre alimentation sur parcours et performances? Proposition d un dispositif de suivis pour les jeunes chevaux Endurance. Magali JOUVEN (Montpellier SupAgro) Camille LEMOINE (étudiante SupAgro)

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

Les agneaux pâturent la luzerne ou le trèfle violet

Les agneaux pâturent la luzerne ou le trèfle violet Les agneaux pâturent la luzerne ou le trèfle violet Une transition obligatoire Afin de diminuer les risques de météorisation liée aux légumineuses, il est fortement conseillé de : respecter au moins 6

Plus en détail

Le séchage en grange des fourrages en vrac : Une technique performante, économe et respectueuse de l'environnement

Le séchage en grange des fourrages en vrac : Une technique performante, économe et respectueuse de l'environnement Le séchage en grange des fourrages en vrac : Une technique performante, économe et respectueuse de l'environnement Yann CHARRIER - SGF Conseil Pré Grand - Rte D ALAYRAC 12 500 ESPALION. Tél. : 05-65-51-49-34

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

COMMENT METTRE AU REPOS VOTRE COLONNE VERTÉBRALE AVEC L ORTHÈSE LOMBAIRE OCTOPUSSY GUIDE PRATIQUE

COMMENT METTRE AU REPOS VOTRE COLONNE VERTÉBRALE AVEC L ORTHÈSE LOMBAIRE OCTOPUSSY GUIDE PRATIQUE COMMENT METTRE AU REPOS VOTRE COLONNE VERTÉBRALE AVEC L ORTHÈSE LOMBAIRE OCTOPUSSY GUIDE PRATIQUE METTRE AU R E P O S DE QUELLE FACON? L élongation vertébrale est la première fonction de l orthèse lombaire

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

Le cheval à l herbe 10 bonnes pratiques

Le cheval à l herbe 10 bonnes pratiques Le cheval à l herbe 10 bonnes pratiques Suivi état corporel, calcul de ration, conduite des pâtures,, analyse de fourrages, de sol Mieux valoriser l'herbe et les fourrages en réduisant la complémentation

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

Nouveau protocole de emande d' ide gronvironnementale

Nouveau protocole de emande d' ide gronvironnementale 3 Nouveau protocole de emande d' ide gronvironnementale er novembre au plus tard de l année qui précède l engagement, engagement qui porte sur cinq périodes annuelles comprises entre le 1 er janvier et

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions, rendements...

LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions, rendements... LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2 1. Utilisation... 2 2. Évolution des surfaces, productions, rendements... 2 3. Répartition de la production sur le territoire... 5 B. BOTANIQUE

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage»

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage» Direction départementale territoires de la «Nièvre» Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien pelouses sèches par le pâturage» du territoire

Plus en détail