2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL"

Transcription

1 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction: SQL? SQL = Structured english as a Query Language. C est aujourd hui le langage standard des SGBDs (Systèmes de Gestion de Bases de Données) relationnels. Une requête SQL est un paraphrasage d une expression de l algèbre relationnelle en anglais. Concepts additionnels pour : - Etendre les fonctionnalités de manipulation - Décrire les règles d évolution des données Le langage SQL comprend 4 parties : - Le langage de définition de schéma (tables, vues, droits) - Le langage de manipulation (interrogations et mises à jour) - La spécification de modules appelables (procédures) - L intégration aux langages de programmation (curseurs) I. Le langage de manipulation des données 1) Requêtes d interrogation Composée de 3 éléments SELECT, FROM, WHERE SELECT définit la liste des attributs résultats FROM introduit les noms des relations référencées dans le résultat et/ou dans la condition de sélection. WHERE spécifie les conditions de sélection que doivent vérifier les tuples qui seront rendus comme résultats. Page 1 sur 17

2 A. SELECT : Forme Générale SELECT <liste de projection> FROM <liste de tables> [WHERE <critère de jointure> AND <critère de sélection>] [GROUP BY <attributs de partitionnement>] [HAVING <critère de sélection portant sur les groupes>] Opérateurs de restriction - Arithmétique (=,<,>,,, ) - Textuelle (LIKE) - Sur intervalle (BETWEEN) - Sur liste (IN) Possibilité de blocs imbriqués par : IN, EXISTS, NOT EXISTS, ALL, etc Note [Optionnel] B. Base de données compagnie aérienne Pilote (numpl : integer, nompl : string, adresse : string, salaire : real) Avion (numav : string, typav : string, capacité : integer) Vol (numvol : string, numpl : integer, numav : string, VD_D : string, V_A : string, H_D : string, H_A : string) C. Opérateurs relationnels EXPRESSION DE LA PROJECTION SELECT <liste d attributs> FROM <nom de relation> <variable d alias> Exemple : donner les noms et adresses des pilotes SELECT P.nompl, P.adresse FROM pilote P ; Remarque : dans cette requête, les tuples en double ne sont pas éliminés du résultat. Pour supprimer les doubles, il faut utiliser explicitement la clause distinct. Page 2 sur 17

3 SELECT DISTINCT P.nompl, P.adresse FROM pilote P ; EXPRESSION DE LA SELECTION Une sélection est exprimée par : SELECT * FROM <relation> WHERE <condition> L effet de cette requête est de sélectionner tous les tuples de la relation spécifiée dans la clause FROM et vérifiant la condition de la clause WHERE. COMBINAISON D UNE PROJECTION ET D UNE SELECTION La combinaison d une projection avec une sélection se fait en remplaçant * par la liste d attributs désirés. Exemple : (Sélection - Projection ) : Quels sont les noms des pilotes habitant Nice? SELECT P.nompl FROM pilote P WHERE P.adresse = Nice ; LE PRODUIT CARTESIEN - Le produit cartésien peut être exprimé en indiquant les relations opérandes dans la clause FROM sans aucune indication. SELECT <liste d attributs> FROM <relation1, relation2> ; Exemple : le produit cartésien de relation pilote et vol s exprime en SQL par : SELECT * FROM pilote, vol ; Page 3 sur 17

4 LA JOINTURE La forme linéaire (toutes les conditions de jointure sont déclarées «en vrac» dans la clause WHERE) est : SELECT * FROM <relation1> <alias>, <relation2> <alias> WHERE <condition de jointure> Exemple : SELECT * FROM pilote P, vol V WHERE P ;numpl = V.numpl ; Jointure combinée avec une projection Exemple : Noms des pilotes qui assurent au moins un vol SELECT P.nompl FROM pilote P. vol V WHERE P.numpl = V.numpl ; Autre exemple: Noms des pilotes qui assurent au moins un vol et qui habitent à Nice SELECT P.nompl FROM pilote P. vol V WHERE P.numpl = V.numpl ; AND P.adresse = Nice FORME IMBRIQUEE DE LA JOINTURE La deuxième manière d exprimer une jointure est plus procédurale : en utilisant des SELECT imbriqués reliés par un opérateur de comparaison. Page 4 sur 17

5 SELECT * FROM <relation1> WHERE <attribut> IN SELECT <attribut> FROM <relation2> ; Exemple : SELECT * FROM pilote WHERE numpl IN SELECT numpl FROM vol ; L AUTO-JOINTURE SELECT * FROM relation V1 V2 WHERE V1.A = V2.B ; Où V1 et V2 sont des variables tuples ou alias sur la même relation. Exemple : Quels sont les pilotes qui conduisent à la fois les avions A101 et A102? SELECT FROM WHERE nompl Pilote numpl IN SELECT numpl FROM Vol V1 V2 WHERE V1.numav= A101 AND V2.numav = A102 AND V1.numpl = V2.numpl ; Page 5 sur 17

6 D. Opérateurs ensemblistes Les opérateurs sur les ensembles sont aussi disponibles dans SQL: INTERSECT, UNION, MINUS. Ils peuvent être utilisés pour combiner les résultats de deux SELECT. Exemple: Quels sont les avions (numéros) qui ne sont pas en service. (SELECT numav FROM avions) MINUS (SELECT numav FROM vol); E. Autres possibilités d interrogation Il y a aussi la possibilité d effectuer un tri, d utiliser des fonctions et faire des partitionnements. RESULTATS TRIES SQL permet aussi d utiliser des opérateurs de tri : ORDER BY <nom de l'attribut [ordre] > < nom de l'attribut [ordre]> Où ordre est ASC pour un tri ascendant et DESC pour un tri descendant. Remarque : les colonnes utilisées dans la clause ORDER BY doivent faire partie de la clause SELECT. Exemple : trier les noms des pilotes habitant Paris par ordre alphabétique croissant et leur âge par ordre décroissant SELECT P.nompl, P.âge FROM pilote P WHERE P.adresse = ' Paris ' ORDER BY P.nompl ACS, P.âge DESC; Page 6 sur 17

7 FONCTION ET PARTITIONNEMENT a) Les fonctions SQL offre des possibilités de fonctions de calcul ayant comme paramètre un attribut : COUNT = calcule le nombre de valeur d'un attribut SUM = calcule la somme de valeur d'un attribut AVG = calcule la moyenne des valeurs d'un attribut MAX = calcule la valeur maximum d'une liste de valeurs MIN = calcule la valeur minimum d'une liste de valeurs Exemple : quelle est la moyenne des salaires chez les pilotes? SELECT AVG (P.salaire) FROM pilote b) Partitionnement Une relation peut être partitionnée selon les valeurs d'un attribut en utilisant la clause GROUP BY <attribut(s) de partitionnement>. Les tuples ayant la même valeur de(s) l'attribut(s) de partitionnement sont placés dans le même groupe. Exemple : afficher les numéros de pilote et le nombre de vols effectué par chacun d'eux SELECT numpl, COUNT (numvol) FROM vol GROUP BY numpl ; Remarque: La clause GROUP BY peut s appliquer sur plusieurs colonnes. Page 7 sur 17

8 Autre exemple : Vins Crus Mill Degré Quantité CHABLIS ,9 100 CHABLIS ,9 250 VOLNAY ,8 400 VOLNAY ,2 300 MEDOC ,2 250 SELECT V.Crus, SUM (V.Quantité) FROM Vins V GROUP BY V.Crus ; SUM Crus Quantité CHABLIS 350 VOLNAY 700 MEDOC 250 c) Sélection sur des partitions Un ou plusieurs prédicats peuvent être appliqués à un partitionnement pour choisir certains groupes et en éliminer d'autres. Ces prédicats sont placés dans la clause HAVING. Exemple : Afficher les numéros de pilotes qui conduisent plus de quatre avions SELECT numpl FROM vol GROUP BY numpl HAVING COUNT (distinct numav)>4 : EXPRESSION DE LA DIVISION L opérateur de la division de l algèbre relationnelle n existe pas dans le langage SQL. Il peut néanmoins être simulé de façon suivante : Soit R(A 1,A 2,,A n ) la relation à diviser. Page 8 sur 17

9 Soit S(A p+1,a p+2,,a n ) la relation diviseur. Faire un partitionnement de la relation R sur les attributs A 1,A 2,A p avec une sélection de groupe (HAVING COUNT) sur le nombre de valeurs prises par les attributs A p+1,a p+2,,a n. Ce nombre doit être égal au nombre de tuples de S(A p+1,a p+2,,a n ). Exemple 1 : Quels sont les pilotes (avec leurs numéros) qui pilotent TOUS les avions de type Airbus. Algorithme : 1. On calcule le nombre total d avions de type Airbus. Soit N ce nombre. 2. On calcule pour chaque pilote le nombre total d avions de type Airbus réalisés qu il pilote. 3. On sélectionne les pilotes dont le nombre est égal à N SELECT V.numpl FROM vol V, avion A WHERE A.typav LIKE 'Airbus' AND V.numpl = A.numpl GROUP BY numpl HAVING COUNT ( DISTINCT V.numav ) = ( SELECT COUNT (A.numav) FROM avion A WHERE A.typav LIKE 'Airbus' ); Exemple 2: R5: Quels sont les acteurs qui ont joué dans tous les films réalisés par Hitchcock? Algorithme : 4. On calcule le nombre total de films réalisés par Hitchcock. Soit N ce nombre. 5. On calcule pour chaque acteur le nombre total de films réalisés par Hitchcock. 6. On sélectionne les acteurs dont le nombre est égal à N Soit le schéma de la base de données suivant : Film(numf,acteur,titre) Technique(numf,producteur,réalisateur) Salle(noms,horaire,numf) Page 9 sur 17

10 SELECT F.acteur FROM Film F, Technique T WHERE T.réalisateur = 'Hitchcock' AND F.numf = T.numf GROUP BY F.acteur HAVING COUNT (F.numf ) = //Tous les films réalisés ( SELECT COUNT (DISTINCT T.numf) par Hitchcock FROM Technique T WHERE T.réalisateur = 'Hitchcock'); 2) Requêtes d écriture A. Insertion de tuples dans une relation La forme générale de la requête d insertion est : INSERT INTO < relation > VALUES (< liste de valeurs d'attributs >) ; Il est important de respecter l ordre des attributs. Exemple : L ajout d un nouveau pilote ayant pour numéro 130, de nom Dupont, d'adresse = Lyon et de salaire = se fait par la requête suivante INSERT INTO pilote VALUES (130, 'Dupont', 'Lyon', 6 000) ; Ajout d une ou plusieurs lignes sélectionnées à partir de tables existantes. INSERT INTO < relation ><requête> ; B. Suppression de tuples Le principe consiste à désigner les tuples à supprimer dans la clause WHERE : DELETE FROM WHERE <relation> <condition>; Page 10 sur 17

11 Exemple : supprimer les vols de 8 h 30, au départ de Paris pour Rio DELETE FROM WHERE vol V_D = 'Paris' and H_D = 8h30 and V_A = Rio C. Modification de données La modification se fait attribut par attribut UPDATE SET WHERE relation attribut = nouvelle valeur condition Exemple : remplacer par Nouméa la ville d'arrivée du vol assuré par le pilote Dupont. UPDATE SET WHERE vol ville d'arrivée = 'Nouméa' numpl IN (SELECT numpl FROM pilote WHERE nompl = 'Dupont'); Page 11 sur 17

12 II. Le langage de définition des données Le langage de définition de données permet de déclarer tous les objets décrivant la structure (c'est à dire le schéma) de la base : relations, attributs, index, Il est composé de 3 types d'opérations : création, modification, suppression. 1) Création de relations vides Définir une relation, c'est déclarer son nom et ses attributs. La définition de chaque attribut consiste à donner son nom, son type, sa taille et éventuellement dire s'il peut prendre ou non une valeur NULL. CREATE TABLE relation (définition de l'attribut, ) [TABLESPACE < nomtablespace], Où la définition d'attributs est composée de nom d'attribut TYPE d'attribut [ ( taille ) ] [ NULL / NOT NULL ] Notation [ ] : optionnel. Ex: CREATE TABLE pilote ( numpl NUMBER (6) CONSTRAINT cp_numpl PRIMARY KEY, nompl VARCHAR2 (20), salaire NUMBER (8), adresse VARCHAR2 (80) ); 2) Création de relations non vides Cette forme permet de créer une relation à partir d autres relations existant déjà dans la base CREATE TABLE relation [ ( attribut ) [ NOT NULL ] ] AS requête; o Où relation est le nom de la relation à créer. Il n est pas nécessaire de spécifier les attributs. La requête définie dans la clause AS détermine les tuples et éventuellement les attributs de la relation créée. Page 12 sur 17

13 o o Le type et la taille des attributs seront hérités des attributs cités dans la requête. Le nombre d attributs spécifiés explicitement doit être égal au nombre d attributs cités dans la requête CREATE TABLE pilote province AS SELECT numpl, nompl FROM pilote WHERE adresse <> ' Paris ' Ou!= = différent 3) Définition des contraintes d intégrité A. Déclaration de la clé primaire d une relation La déclaration de la clé d'une relation doit être faite o dans une clause de contrainte lors de la création de la relation o ou à posteriori par une commande ALTER TABLE. Si la clé est composée d'un seul attribut, la clause contrainte peut être faite à la suite de la déclaration du type de l'attribut clé. Syntaxe : CONSTRAINT nom de la contrainte PRIMARY KEY. Exemple : CREATE TABLE étudiant ( numet NUMBER CONSTRAINT cp_numet PRIMARY KEY nom VARCHAR2 (12) prénom VARCHAR2 (12 )) ; Clé primaire composée o Lorsque la clé est composée de plusieurs attributs, la clause de contrainte doit être déclarée par CONSTRAINT nom de la contrainte PRIMARY KEY (liste des attributs composant la clé) Remarque : les attributs composant la clé doivent être préalablement déclarés. B. Déclaration d une contrainte d intégrité de référence Il faut d abord déclarer tous les attributs (y compris les clés étrangères) puis indiquer la clé étrangère et les tables référencées dans la clause CONSTRAINT. Page 13 sur 17

14 CONSTRAINT nom de la contrainte FOREIGN KEY (attribut clé étrangère) REFERENCES nom de la table référencée (attribut clé primaire dans la table référencée) Exemple: CREATE TABLE vol ( numvol NUMBER CONSTRAINT cp_numvol PRIMARY KEY, numpl NUMBER, numav NUMBER, destination VARCHAR2 (12), CONSTRAINT cp_ref1 FOREIGN KEY (numpl ) REFERENCES pilote ( numpl ) CONSTRAINT cp_ref2 FOREIGN KEY (numav) REFERENCES avion ( numav ) ); 4) Modification de schéma de relation Modifier un schéma de relation revient à : - ajouter un ou plusieurs attributs - modifier le type d'un attribut - supprimer un attribut Remarque : Les SGBD n offrent pas de commande de suppression. A. Ajout de nouveaux attributs dans une relation Pour ajouter, il suffit de le nommer et de donner son type et éventuellement sa taille et de spécifier NOT NULL. ALTER TABLE relation ADD (définition d'attribut, ) Où définition d'attribut est de la même forme que dans la commande CREATE TABLE Exemple : ajout de l'attribut type-licence dans la relation pilotes se fait par ALTER TABLE pilote ADD (type licence CHAR (40)); B. Les vues Page 14 sur 17

15 La notion de vue permet de personnaliser le schéma d une base de données en fonction des besoins de l utilisateur. Une vue dans les systèmes relationnels est une table dérivée d une ou plusieurs relations. CREATE VIEW [<propriétaire>] <nom de la vue> [liste <colonne>] AS <requête> Exemple : On peut définir une vue qui regroupe les informations concernant les pilotes qui pilotent des Concordes. CREATE VIEW Pilote_Concorde AS SELECT V.numpl,P.nompl, P.salaire, P.adresse FROM vol V, avion A, pilote P WHERE A.typav = Concorde AND V.numav = A.numav AND V.numpl = P.numpl C. Les index Les index ou accélérateurs d accès aux données sont définis par: CREATE [UNIQUE] INDEX <index> ON [<propriétaire>.] <table> (liste<colonne> [ASC/DESC]) Remarque : l option UNIQUE spécifie que l ensemble des attributs de l index est un identifiant de la table. D. Suppression de relation C'est une opération rare et qui est à manipuler avec prudence surtout lorsqu'il existe des vues définies sur cette relation. Cette commande est utile pour supprimer des relations de travail DROP TABLE relation Elle a pour effet de supprimer la relation spécifiée et tous les index, synonymes correspondants. E. Renommer une relation Page 15 sur 17

16 On peut changer le nom d'une relation en la renommant mais il faut prendre soin de répercuter cette modification au niveau des applications et des vues définies sur cette relation. RENAME ancien-nom TO nouveau-nom La possibilité de définir des synonymes permet de palier aux problèmes posés par le renommage d'une relation. En effet, une relation peut être référencée soit par son nom initial, soit par le synonyme. CREATE SYNONYM <nom synonyme> FOR <relation> La commande de suppression d'un synonyme est DROP SYNONYM <synonyme> III. Administration d une Base de données 1) Création d un compte utilisateur Il existe 3 groupes d utilisateurs : CONNECT, RESOURCE, DBA Seul l'administrateur de la base (DBA) peut utiliser la commande GRANT. GRANT [CONNECT,] [RESOURCE,] [DBA,] TO <user> [INDENFIED BY <mdp>]; Un usager peut donner un certain nombre de droits sur les tables, dont il est le créateur et le propriétaire à un ou plusieurs autres utilisateurs. GRANT liste < privilèges > ON < objet > TO < nom user > Les privilège sont ALTER, DELETE, INSERT, SELECT, UPDATE, ALL 2) Suppression d un compte utilisateur REVOKE [CONNECT,] [RESSOURCE,] [DBA,] FROM <nom user> 3) Suppression de droits REVOKE <privilèges> ON <objet> FROM <nom user> Page 16 sur 17

17 Les privilèges sont ALTER, DELETE, INSERT, SELECT, UPDATE, ALL IV. Divers (HORS PROGRAMME) 1) Procédure stockée Procédure écrite en L3G/SQL ou L4G/SQL définie au niveau du schéma de la base et stockée avec elle. Avantages : partitionner les traitements entre client et serveur Limiter le trafic sur le réseau, partager des procédures 2) Déclencheur (TRIGGER) Action base de donnée déclenchée suite à l apparition d un événement particulier. Forme : {BEFORE AFTER} <evenement> THEN <action> Un événement peut être Une opération sur une table (début ou fin) Un événement externe (heure, appel, etc.) Une action peut être Une requête (mise à jour) Un abort de transaction L appel à une procédure cataloguée Page 17 sur 17

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr Langage de Requêtes talel@infres.enst.fr Supports de cours : (1) Database Management Systems, R. Ramakrishnan and J. Gehrke, ed. McGrawHill, 2000. (2) Bases de Données, G. Gardarin, ed. Eyrolles, 2001.

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL Bases de données L2 sciences et technologies, mention informatique SQL ou : le côté obscure de la jolie théorie films titre réalisateur année starwars lucas 1977 nikita besson 1990 locataires ki-duk 2005

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Bases de données et Systèmes transactionnels

Bases de données et Systèmes transactionnels Bases de données et Systèmes transactionnels Dominique Laurent dominique.laurent@u-cergy.fr Tao-Yan Jen jen@u-cergy.fr Plan du cours Introduction Modèle Entité/Association Langage SQL - ORACLE Architectures

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE SQL

INITIATION AU LANGAGE SQL ECOLE NATIONALE DES INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE BORDEAUX DEPARTEMENT ENTREPRISE ET SYSTEMES UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE ET GENIE DES EQUIPEMENTS ~o~o~o~ INITIATION AU LANGAGE SQL Notes de cours

Plus en détail

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction Introduction à SQL IUT Lumière, DUT QLIO 2006-2007 Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El-Kadiri SQL: Introduction I. Le Language SQL Pour interroger une Base de Données (BD), il faut dialoguer avec

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage SQL

Chapitre 7 Le Langage SQL 7-1- Introduction Chapitre 7 Le Langage SQL SQL (Structured Query Language, traduit Langage de requêtes structuré ou langage d interrogation structuré) est un langage de quatrième génération (L4G), non

Plus en détail

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique)

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique) 2,3 Algèbre (langage algébrique) BDD : Notations : R(X), S(Y) deux relations X et Y deux listes d'attributs t et s deux tuples de R et de S. RS relation résultat projection : -Syntaxe :

Plus en détail

Chapitre 4 : Le langage SQL

Chapitre 4 : Le langage SQL Chapitre 4 : Le langage SQL Table des matières I) Introduction...2 II) Rappel...2 III) Gestion de la base de données...2 1) Création de la base de données...2 2) Modification de la base de données...2

Plus en détail

Cours 2 : SQL Structured Query Language

Cours 2 : SQL Structured Query Language Cours 2 : SQL Structured Query Language SQL Langage permettant de définir, manipuler et contrôler les données d une BD relationnelle Objet d une norme de l Institut National Américain de Normalisation

Plus en détail

Le language SQL (2/2)

Le language SQL (2/2) Les commandes de base sous Unix SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

Kit de survie sur les bases de données

Kit de survie sur les bases de données Kit de survie sur les bases de données Pour gérer un grand nombre de données un seul tableau peut s avérer insuffisant. On représente donc les informations sur différentes tables liées les unes aux autres

Plus en détail

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du Proyecto FAO COPEMED Universidad de Alicante Ramón y Cajal, 4 03001 - Alicante, España GCP/REM/057/SPA Web : www.fao.org/fi/copemed Tel : +34 96 514 59 79 Fax : +34 96 514 59 78 Email : copemed@ua.es Formation

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres,

SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres, SQL 1/66 SQL: historique SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres, Il existe trois normes : SQL1 (1986) version minimale SQL1 (1989) + intégrité

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel Bases de données Licence Pro QSSI patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel contexte nous avons vu comment exprimer des requêtes simples nous avons vu des requêtes que nous ne

Plus en détail

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC*

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC* Bases de données Architecture clients-serveur Architecture trois tiers Vocabulaire des BDD Algèbre relationnelle Création/modification d une table Commandes SQL de manipulation de tables Définition formelle

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail

TP5 MySQL requêtes avancées

TP5 MySQL requêtes avancées Master 1 BBSG TP5 MySQL requêtes avancées Bases de Données Exercice 1 : Par l'intermédiaire de PHPMyAdmin ou du client mysql, connectez-vous sur votre base de données. mysql -h dbs-perso.luminy.univmed.fr

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1 3 - Administration de BD SQL Chapitre III Administration des BD SQL 3.1 Création de BD 3.2 Gestion des utilisateurs 3.3 Administration des transactions 3.4 Accès à une BD distante 3.5 Conclusions Composants

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL Cours 4 : Le langage MySQL ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 Introduction 2 Identificateurs Types

Plus en détail

Cours 3 Le langage SQL

Cours 3 Le langage SQL DUT SRC IUT de Marne-la-Vallée 05/02/2014 M2203 Bases de données Cours 3 Le langage SQL Philippe Gambette Sources Cours de Tony Grandame à l'iut de Marne-la-Vallée en 2010-2011 Cours de Mathieu Mangeot,

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à effectuer des opérations sur des bases de

Plus en détail

1 Introduction et installation

1 Introduction et installation TP d introduction aux bases de données 1 TP d introduction aux bases de données Le but de ce TP est d apprendre à manipuler des bases de données. Dans le cadre du programme d informatique pour tous, on

Plus en détail

Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L

Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un

Plus en détail

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Chapitre IV. Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation. Relation : ensemble ou multi-ensemble?

Chapitre IV. Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation. Relation : ensemble ou multi-ensemble? Chapitre IV Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation Relation : ensemble ou multi-ensemble? Un multi-ensemble (multiset) est une collection d éléments pour laquelle on

Plus en détail

V. LE LANGAGE SQL. 1. Introduction. a) Généralités

V. LE LANGAGE SQL. 1. Introduction. a) Généralités V. LE LANGAGE SQL 1. Introduction a) Généralités SQL = Structured Query Language Issu de SEQUEL (Structured English as a Query Language). Standard ANSI en Octobre 1986 (proposition X3H2). SQL permet la

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL 1. Définitions Clause : mot-clé Requête : interrogation ou action structurée sur la BD Requête d interrogation composée de l ensemble des clauses :

Plus en détail

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Exercice 1 : requêtes simples Pour traiter de la vente par correspondance on considère la modélisation

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 Loïc Maisonnasse 1 Objectif Ce TD a pour objectif de vous familiariser avec le langage de requêtes SQL. Et de vous apprendre à écrire des requêtes SQL pour

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Memo : Fonctions SQL

Memo : Fonctions SQL Bases de Données Avancées Module A IUT Lumière, License CE-STAT 2006-2007 Pierre Parrend Memo : Fonctions SQL I. Sélectionner des données Sélectionner toutes les colonnes de la table Séléctionner seulement

Plus en détail

Systèmes de Gestion de Bases de Données

Systèmes de Gestion de Bases de Données Systèmes de Gestion de Bases de Données Luiz Angelo STEFFENEL DUT Informatique 2ème année IUT Nancy Charlemagne Vues Vue : une table virtuelle de la base de données dont le contenu est défini par une requête

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations SQL Requêtes simples BD4 AD, SB Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2013 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/19 Février 2013 1 / 19 Outline 1 2 Requêtes mono-relation

Plus en détail

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les commandes de base sous Unix Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Sommaire 1. Introduction 2. Bases de données 3. Systèmes de gestion de bases de données 4. Grammaire SQL 5. Python et les bases de données : le module «SQLite»

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD Cette partie est à réaliser sur papier uniquement. Il s agit de réaliser un modèle conceptuel de données (MCD) suivi du modèle

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

TP1 - Corrigé. Manipulations de données

TP1 - Corrigé. Manipulations de données TP1 - Corrigé Manipulations de données 1. Démarrez mysql comme suit : bash$ mysql -h 127.0.0.1 -u user4 -D db_4 p Remarque: le mot de passe est le nom de user. Ici user4 2. Afficher la liste des bases

Plus en détail

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 NFA 008 Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 1 NoSQL, c'est à dire? Les bases de données NoSQL restent des bases de données mais on met l'accent sur L'aspect NON-relationnel L'architecture distribuée

Plus en détail

Bases de données cours 2 Éléments d algèbre relationnelle. Catalin Dima

Bases de données cours 2 Éléments d algèbre relationnelle. Catalin Dima Bases de données cours 2 Éléments d algèbre relationnelle Catalin Dima Qu est-ce qu une algèbre? Algèbre : ensemble de domaines et d opérations. Exemple : les nombres (naturels, réels, complexes). Leurs

Plus en détail

TD2 SQL. 1. À partir des données présentées dans le tableau suivant, proposez les définitions de la table MAINTENANCE

TD2 SQL. 1. À partir des données présentées dans le tableau suivant, proposez les définitions de la table MAINTENANCE Exercice 1 Syntaxe des noms Les noms d objets SQL suivants sont-ils corrects? a. DEPART b. ARRIVÉE c. DATE d. _WIDE_ e. "CREATE" f. #CLIENT g. IBM_db2 h. 5e_avenue TD2 SQL Sont incorrects : b. Le caractère

Plus en détail

Récapitulatif Walter RUDAMETKIN

Récapitulatif Walter RUDAMETKIN Récapitulatif Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Notre dernier cours Moi :) Vous :( 2 Récapitulatif Les SGBD Relationnelles Objectifs et histoire Conception d'une base de

Plus en détail

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle Chapitre 4 : IV. Qu est-ce que l algèbre relationnelle? Une collections d opérations, chacune agissant sur une ou deux relations et produisant une relation en résultat. Un langage pour combiner ces opérations.

Plus en détail

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS Activité 15 Requêtes S.Q.L. Objectif Interroger une base de données avec des requêtes SQL. Fiche de savoir associée Ressource à utiliser Csi1Projets.pdf (Dossier 4) B.1.1.b. 1 En cliquant sur l'objet "Requêtes"

Plus en détail

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS : personne pe eleve enseigne personne pp prof num_p num_p num_classe pe.prenom = pp.prenom num_pro f = pp.num_p pe.nom pe.prenom Objectifs A la fin de la séquence d enseignement l élève doit pouvoir :

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

SQL. Requête la plus simple. Projection. Requête la plus simple. Différents modes d interrogation. Requêtes mécanismes d interrogation des données

SQL. Requête la plus simple. Projection. Requête la plus simple. Différents modes d interrogation. Requêtes mécanismes d interrogation des données Requêtes mécanismes d interrogation des données SQL! En entrée : une ou plusieurs tables! En sortie : une table réponse sandra.bringay@univ-montp3.fr roland.mahiques@univ-montp3.fr alexandre.pinlou@univ-montp3.fr

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

Formation DEV4 : SQL - Conception & Mise en Oeuvre

Formation DEV4 : SQL - Conception & Mise en Oeuvre Synopsis Formation DEV4 : SQL - Conception & Mise en Oeuvre Le SQL (Structured Query Language) est le langage standard de manipulation de données. À ce titre, il est le pilier fondamental de la base PostgreSQL,

Plus en détail