MASTER II EN COMMUNICATION MARKETING

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MASTER II EN COMMUNICATION MARKETING"

Transcription

1 GROUPE BK UNIVERSITE Institut International de Management CHAMBRE ECONOMIQUE EUROPEENNE Fondation Universitaire Mercure Ouagadougou BURKINA FASO MEMOIRE DE MASTER II EN COMMUNICATION MARKETING THEME PREVENTION DU VIH PAR LE MARKETING SOCIAL DU CONDOM AU BURKINA FASO EVALUATION DU COMPORTEMENT DES JEUNES DE ANS FACE AU PRESERVATIF DANS LA VILLE DE OUAGADOUGOU Soutenu par : Noël Kibsa Palingwendé KABORE Sous la direction de : Dr Didier Romuald BAKOUAN Février 2010 Promotion bk.com

2

3 Table des matières I. CONTEXTE DE L ETUDE III. JUSTIFICATION DE L ETUDE IV. BUT ET OBJECTIFS But Objectif général Objectifs spécifiques.20 V. DEFINITION DES CONCEPTES VI. CADRE CONCEPTUEL Les variables explicatives individuelles Les facteurs socioculturels Les facteurs marketing.24 Schéma du cadre conceptuel.25 VII. PRESENTATION DU CADRE DE L ETUDE VIII. METHODOLOGIE Type d étude Population d étude Echantillonnage / taille de l échantillonnage Méthodes, outils et technique de collecte des données Déroulement de l enquête Traitement des données Limites de l étude Considérations éthiques..31 IX. CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES X. VARIABLES EXPLICATIVES INDIVIDUELLES Motivations et Freins.35

4 10.2. Attitudes 38 XI. FACTEURS SOCIOCULTURELS Influence de la famille Influence du groupe de référence Classe sociale Culture..49 XII. LES FACTEURS MARKETING Prix Produit Promotion Place...61 CONCLUSION RECOMMANDATIONS... 67

5 Dédicaces A mon cher fils Yann Gaël Télesphore KABORE et à ma tendre épouse Pour leur patience durant mes longues absences

6 A Dieu de qui provient toute intelligence. Et aux hommes : Remerciements A Dr Joseph André Tiendrebéogo, Secrétaire permanent du Conseil National de lutte contre le sida et les IST. Votre attachement à la recherche et votre rigueur pour le travail bien fait ont été pour nous une boussole dans cette initiative. A Dr. Didier Romual Bakouan, notre directeur de mémoire. Votre très grande disponibilité et votre sens élevé de la méthode nous ont permis de réaliser ce mémoire dans les délais que nous nous sommes fixés A Monsieur Guillaume Sondet Sanon, chef du Département communication et relations publiques et l ensemble du personnel du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le sida et les IST (SP/CNLS-IST). Votre soutien a été indispensable pour la réalisation du présent travail. Aux projets rattachés au SP/CNLS-IST, notamment le Programme d appui au monde associatif et communautaire (PAMAC), le Projet d appui au plan national multisectoriel de lutte contre le sida (PA/PNM) et PROMACO. Votre appui technique et financier a été d un grand apport dans la concrétisation de ce rapport. A l Institut international de management et l ensemble du corps professoral. La qualité de l encadrement a contribué à aiguiser en nous le sens de la recherche.

7 Liste des tableaux Tableau1 des quotas...29 Tableau 2. Répartition selon les caractéristiques démographiques des jeunes...33 Tableau 3. Utilisation du préservatif par les jeunes..34 Tableau 4 : Motivation des jeunes pour le préservatif «Prudence» selon le sexe..36 Tableau 5 : Connaissance sur la protection du VIH par «Prudence».39 Tableau 6 : Appréciation de «Prudence» par les jeunes...41 Tableau 7 : Prédisposition des jeunes à acheter le préservatif «Prudence».42 Tableau 8 : Echange autour du préservatif en famille...44 Tableau 9: Avis de la famille sur le préservatif..45 Tableau 10 : Influence du groupe de référence dans l achat de «Prudence» 46 Tableau 11 : Choix du préservatif en fonction du prix.. 48 Tableau 12 : Préférence des préservatifs en termes de coût.. 49 Tableau 13 : Acceptation du préservatif dans la culture...50 Tableau 14 : Appréciation du coût du préservatif Prudence Tableau 15 : Appréciation du prix par rapport à la qualité Tableau 16 : Eléments de satisfaction du préservatif Prudence Tableau 17 : Eléments d insatisfaction dans l utilisation de Prudence...54 Tableau 18 : Préférence des marques de préservatif par les jeunes.56 Tableau 19 : Préférence des marques de préservatif par les jeunes par rapport à «Prudence»..56 Tableau 20 : Source d information des jeunes sur «Prudence» Tableau 21 : Appréciation sur le volume de la promotion par les medias.58 Tableau 22 : Appréciation sur la qualité de la publicité de «Prudence» Tableau 23 : Accessibilité du condom «Prudence»

8 Liste des figures Graphique 1 : Proportion des jeunes utilisateurs de «Prudence» par rapport aux autres condoms...35 Graphique 2 : Motivation des jeunes vers le préservatif du point de vue du niveau d instruction..37 Graphique 3 : Motivation des jeunes vers le préservatif du point de vue de la religion...37 Graphique 4 : Cumule des réponses sur la connaissance de la protection du VIH par «Prudence»..40 Graphique 5 : Cumul des réponses sur l appréciation de «Prudence» par les jeunes.. 41 Graphique 6 : Echange autour du préservatif en famille.44 Graphique 7 : Avis de la famille sur le préservatif Graphique 8 : Influence du groupe de référence dans l achat de «Prudence» suivant le niveau d instruction...47 Graphique 9 : Choix du préservatif en fonction du prix suivant le niveau d instruction 48 Graphique 10 : Acceptation du préservatif dans la culture...50 Graphique 11 : Eléments de satisfaction du préservatif Prudence..54 Graphique 12 : Prudence répond-t-il au besoin des jeunes?...55 Graphique 13 : Part des sources d information des jeunes sur Prudence...58 Graphique 14 : Appréciation sur la qualité de la publicité de «Prudence» selon le niveau d instruction...60 Graphique 15 : Appréciation sur l accessibilité de «Prudence».61 Graphique 16 : Appréciation sur la convenance de lieux de vente de «Prudence»...62 Graphique 17 : Cumul des appréciations sur la convenance de lieux de vente de «Prudence».63

9 RESUME L épidémie de l infection à VIH demeure un problème majeur de santé et de développement en Afrique au sud du Sahara et notamment au Burkina Faso. Cette situation est d autant plus préoccupante parce que la jeunesse, force vive de la société, est la cible la plus exposée. L exposition de cette jeunesse au VIH pourrait se justifier en partie par ce qu elle est plus encline à des comportements à risque qui se traduit par le refus du port du préservatif. Dans la quête de l amélioration de la santé des jeunes, l Etat du Burkina Faso mis en place depuis 1991, un programme de marketing social des condoms dont l objectif est d assurer la promotion et l utilisation des préservatifs. La présente étude consiste à évaluer les relations qui existent entre les jeunes de ans de la ville de Ouagadougou et le produit du marketing social des condoms, notamment «Prudence». Les objectifs spécifiques sont les suivants : Recueillir les opinions des jeunes sur les variables explicatives de leur comportement face au préservatif (culturel, géographique et financier). Evaluer la compréhension des messages délivrés dans le cadre du marketing social du condom ; Apprécier l influence de l entourage sur l achat du préservatif «Prudence» ; Proposer des recommandations. Nous avons réalisé une étude quantitative, d évaluation du comportement des jeunes face au préservatif. Pour ce faire, avons procédé à un échantillonnage en élaborant des quotas pour une investigation à choix raisonné. Au total, 326 jeunes ont été enquêtés.

10 Les principaux résultats montrent que malgré la mise en œuvre du marketing social, parmi les jeunes de Ouagadougou qui utilisent les préservatifs en général, 28.6% n utilisent pas «Prudence». Les raisons sont diverses : 34, 35% des jeunes enquêtés qualifient de «désagréable», l odeur de «Prudence». Les autres éléments de réponses, dans une moindre mesure, sont : Prudence n est pas résistant, n a pas de goût, est épais et contient beaucoup d huile. Du côté de ceux qui utilisent «Prudence», ils se satisfont de son coût abordable et du fait que ce condom amoindrit le risque de transmission du VIH. Au regard de ces résultats, nous recommandons spécifiquement à l endroit du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le sida et les Infections sexuellement transmissibles et de Promaco que: l odeur de «Prudence» soit au centre d une réflexion profonde qui va aboutir à la rendre plus agréable. des campagnes soient intensifiées en utilisant une grande diversité des canaux de communication qui existent au Burkina Faso. Cette promotion doit tourner autour d un axe de communication : «Prudence protège efficacement du VIH». des actions d information soient entreprises afin que les utilisateurs du produit «Prudence» sachent que le prix qui leur est fixé est fortement subventionné. Cette pratique permettrait de lever le doute sur la qualité de «Prudence» qui nait souvent du fait que le produit coute moins cher.

11 IDENTIFICATION DU PROBLEME

12 CONTEXTE DE L ETUDE Le Burkina Faso, pays sahélien, situé au cœur de l Afrique de l Ouest, compte habitants selon le recensement de Avec un revenu par habitant de 360$ par an, une espérance de vie à la naissance de 51,4 ans en 2005, un taux d alphabétisation des plus de 15 ans qui se situe à 23,6% en 2005, un taux de scolarisation combiné pour l éducation primaire, secondaire et supérieure de 29,3% en , le Burkina est logé parmi les Pays les moins avancés (PMA). Dans le classement 2007 du PNUD, l indice de développement humain le place à la 176 e /177. Sur la question du VIH, la séroprévalence de l infection à VIH, quoiqu en baisse continue (de 7,17% en 1997, à 2% en 2005 et 1,6 % en 2007, au sein de la population adulte selon les données des rapports ONUSIDA sur l épidémie mondiale), place le Burkina Faso en situation d épidémie généralisée. Cette baisse sensible de la séroprévalence est le fruit de l effort du pays, soutenu par les partenaires techniques et financiers. En effet, dès la reconnaissance officielle des premiers cas de SIDA, intervenue en 1986, le gouvernement a pris des dispositions pour endiguer la progression du VIH, en collaboration avec la société civile et les partenaires au développement. Ainsi, dès 1987, on a procédé à la mise en place d un Comité technique restreint de cinq personnes ressources, placé sous la responsabilité du ministre de la Santé. La réponse nationale a connu trois principales phases couvrant respectivement les périodes , et 2001 à nos jours. 1 Ministère de l économie et des finances, Institut national de la statistique et de la démographie, Recensement général de la population et de l habitat de 2006, juillet PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008.

13 La première phase de la réponse nationale qui couvre la période , a été caractérisée essentiellement par : l installation du Comité technique, l élaboration du Programme national de lutte contre le SIDA (PNLS) et la mise en œuvre d un (1) plan à court terme ( ) et de deux (2) plans à moyen terme ( et ). Les activités de ces plans ont été essentiellement : le démarrage d étude spécifique liée à l infection à VIH sur des groupes cibles (femmes enceintes, porteurs de MST, malades de la tuberculose), le développement des activités d information, éducation et communication en direction du grand public et des principaux groupes vulnérables (élèves, migrants, forces de l ordre, prostituées), le lancement du Projet de marketing social des condoms (PROMACO) en La deuxième phase qui couvre la période , a été caractérisée par un raffermissement de l engagement politique, matériel et financier du gouvernement et des partenaires au développement. Cela a permis un renforcement de l organisation de la lutte contre le VIH/SIDA au Burkina Faso à travers entre autres actions: le lancement du Projet Population et Lutte contre le SIDA (PPLS), l organisation de la séro-surveillance de l infection à VIH et la notification des cas de SIDA, la planification stratégique qui a débouché sur l adoption d une approche multisectorielle, l accentuation des activités d IEC en direction notamment des groupes vulnérables, la mise à disposition et la promotion de l utilisation des préservatifs. La troisième phase, amorcée en 2001, est caractérisée par l adoption, le 30 mai 2001 en conseil des ministres, d un cadre stratégique de lutte contre le SIDA pour une période de cinq (5) années ( ) et la transformation du Comité national de lutte contre le sida et les IST en Conseil national de lutte contre le sida et les IST. Un deuxième Cadre stratégique de lutte contre le SIDA , a été adopté le 27 juillet 2005, avec un plan d opérationnalisation. Dans son axe 1, figure

14 le renforcement des mesures de prévention de la transmission du VIH et la promotion du conseil dépistage volontaire 3. La prévention de l infection à VIH par le marketing social du préservatif au Burkina s inscrit dans ce cadre et a pour but de contribuer à réduire la propagation de l épidémie. La prévalence du VIH chez les jeunes de ans, traduisant de façon approximative l incidence du VIH, une étude évaluative du comportement de ces jeunes permettra d apprécier l importance de la prévention par le préservatif. 3 Secrétariat permanent du CNLS IST, Cadre stratégique de lutte contre le VIH/sida et les Infections sexuellement transmissibles , juillet 2005, P. 36

15 I. ENONCE DU PROBLEME Au Burkina Faso, les jeunes de ans sont estimés à soit environ 18, 88% 4 de la population. Ils constituent de ce fait, le fer de lance du développement économique du pays. Cependant, le développement ne saurait être assuré que par une jeunesse saine, en bonne santé. Hors, cette jeunesse se trouve malheureusement confronter à la pandémie du sida qui bloque ses chances de progrès. En effet, les jeunes constituent la première cible du VIH avec un taux de prévalence de 0,9% chez les jeunes filles et de 0,5% chez les jeunes garçons de ans selon le rapport sur l épidémie mondiale de sida 2008 sur la séroprévalence de l ensemble de la population qui est de 1,6% 5. Cette situation pourrait résulter des comportements sexuels à risque des jeunes qui sont : Le multi partenariat, La prostitution particulièrement chez les jeunes filles, La précocité des rapports sexuels, Et surtout, la non utilisation systématique du préservatif. En effet, une étude 6 a démontré que seulement 39,1% des Burkinabé en population générale et 42,8% des jeunes de ans disent utiliser le préservatif lors de leurs rapports sexuels. 4 Ministère de l Economie et des finances,, Institut national de la statistique et de la démographie, Recensement Général de la population et de l habitation de 2006 : Résultats définitifs, Burkina Faso, juillet ONUSIDA, Rapport sur l épidémie au niveau mondial, Génève, decembre Conseil national de lutte contre le VIH au Burkina Faso, Surveillance comportementale du VIH au Burkina Faso : Rapport national, août 2009

16 Soucieux de promouvoir la santé de la population, l Etat burkinabè, dans sa politique de prévention, a mis en place en 1991, un Programme de marketing social des condoms (PROMACO), devenu «Programme de Marketing Social et de Communication pour la Santé» dont le but est de promouvoir, par le marketing social, l utilisation à grande échelle des préservatifs de marque Prudence. En principe, grâce à PROMACO, qui s évertue à rendre le condom largement disponible et à coût subventionné, on devrait s attendre à un fort taux d utilisation du préservatif. Au regard de cette situation, il nous est apparu nécessaire de procéder, par une étude, à une évaluation des comportements des jeunes de ans face au préservatif, notamment Prudence qui est appuyé par un programme soutenu par l Etat du Burkina Faso.

17 II. JUSTIFICATION DE L ETUDE Le Burkina Faso, dans sa politique nationale de riposte à la pandémie du VIH, accorde une place primordiale à la prévention du VIH. Cette option stratégique entre en droite ligne des exigences définies au niveau international. En effet, dans la lutte contre l infection à VIH, l ONUSIDA s est donné pour priorité absolue, l accès universel à la prévention, aux soins et au traitement du VIH d ici l an La prévention est considérée par l ONUSIDA comme le fondement de la riposte au sida. La raison principale est que, chaque jour, le monde enregistre plus de nouvelles infections à VIH 7. Au Burkina Faso, les services de santé ont notifié nouveau cas de sida en On ne peut donc pas enrayer l épidémie de sida si on n empêche pas le virus de se propager. Selon l ONUSIDA, une approche globale à la prévention du VIH pourrait éviter 29 des 45 millions de nouvelles infections cumulées, à savoir 63% de toutes les nouvelles infections projetées entre les années 2002 et Dans cette optique, toute méthode pouvant empêcher la transmission du VIH est encouragée. Au Burkina Faso, trois méthodes de prévention du VIH sont préconisées. Il s agit de l abstinence, la fidélité et le port correct du préservatif. La philosophie qui sous tend cette trilogie : Abstinence fidélité port correct du préservatif repose sur ces termes : les adolescents et les jeunes doivent rester chastes et s abstenir jusqu au mariage. Une fois marié, ils doivent être fidèles l un envers l autre. Ils doivent utiliser correctement le préservatif lors de tout rapport à risque. C est donc dire que le préservatif occupe une place importante dans la prévention du VIH. Lorsqu il est utilisé correctement lors de chaque rapport sexuel, le préservatif est un moyen éprouvé et efficace de prévention de l infection à VIH. 7 «L ONUSIDA encourage la prévention du VIH en association pour atteindre les objectifs de l accès universel, article publié sur le site web de l ONUSIDA, avril CNLS IST, Bilan général de la mise en œuvre du Plan multisectoriel de lutte contre le VIH/sida et les IST 2008, janvier 2009, P. 24.

18 Pour assurer l offre du préservatif à la population, l Etat burkinabè, avec l appui des partenaires techniques et financiers, a mis en place en 1991, le Projet de marketing social des condoms. Le projet de marketing social des condoms (PROMACO) qui a démarré ses activités en septembre 1991 sur financement USAID, intervient dans le but de contribuer à réduire l incidence de l infection à VIH au Burkina Faso. Axée sur la promotion des préservatifs, son intervention se fait dans le domaine de la prévention. Le projet est placé sous la tutelle du Conseil National de Lutte contre le SIDA et les IST (CNLS-IST). Depuis 1994 jusqu à nos jours, la République Fédérale d Allemagne, à travers la Coopération Financière, soutient le Burkina Faso dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA. Cet engagement de la Coopération Financière s est matérialisé par le financement de trois phases du Projet de Marketing Social des Condoms (PROMACO I, PROMACO II et PROMACO III). Initialement mis en œuvre par Population Services International (PSI), une ONG américaine œuvrant dans le domaine du marketing social, les parties prenantes (Coopération Financière Allemande et Gouvernement burkinabè) ont convenu de la création d une entité locale afin d assurer un transfert de technologie de sorte que des compétences nationales, à travers le marketing social, soient en mesure de contribuer efficacement au développement socio-sanitaire du pays. C est dans ce cadre que l association «Programme de Marketing Social et de Communication pour la Santé en abrégé PROMACO» a vu le jour le 21 mai 2003 et reconnu officiellement par le Ministère de l Administration Territoriale et de la Décentralisation par récépissé N 2003/287/MATD/ DGLPAP/DOASOC du 16 juin Son objectif principal est de concourir avec les autres acteurs du secteur de la santé et du développement, à la conception et à la mise en œuvre des stratégies de marketing social permettant de promouvoir le bien-être des populations burkinabè. Depuis sa création à nos jours, Promaco s est donné pour principale mission de rendre le préservatif disponible à prix subventionnés, dans les lieux de vente publiques, tout en faisant une vigoureuse promotion pour son emploi. Ainsi en 1991,

19 Promaco a pu vendre et distribuer de condoms. Ce chiffre qui va crescendo d année en année, a atteint en Au regard des chiffres, l on est tenté de dire que le programme de marketing social a fait augmenter de façon sensible, l accès aux condoms au Burkina Faso. Cependant, une étude 9 a révélé que plus de la moitié des burkinabè, y compris les jeunes, n utilisent pas le préservatif. Il nous apparait alors essentiel de nous interroger sur les raisons qui amènent les jeunes à utiliser ou à ne pas utiliser le préservatif, notamment «Prudence». Quelle est la part d utilisation de «Prudence» par les jeunes parmi la gamme des marques de condoms qui existe au Burkina Faso? Qu est-ce qui pousse les jeunes à acheter le préservatif? Qu est-ce qui les retient d utiliser «Prudence»? Autant de questions qui méritent d être posées quand on sait que «Prudence» qui est officiellement reconnue par l Etat du Burkina, évolue dans un contexte marqué par la présence de plusieurs autres marques de condoms. La bonne maitrise des éléments de réussite du marketing social s impose donc. C est pour répondre à cette préoccupation que nous avons choisi de bâtir notre étude sur la thématique du comportement des consommateurs de ans face au préservatif. 9 Conseil national de lutte contre le VIH au Burkina Faso, Surveillance comportementale du VIH au Burkina Faso : Rapport national, août 2009, page 50.

20 III. BUT ET OBJECTIFS 4.1. But Contribuer à l amélioration de la pratique du marketing social des condoms au Burkina Faso Objectif général Evaluer le comportement envers le préservatif «Prudence» chez les jeunes de ans, dans la ville de Ouagadougou Objectifs spécifiques Apprécier les variables individuelles influençant le comportement du jeune vers le préservatif ; Evaluer les aspects socioculturels qui interviennent dans le comportement des jeunes vis-à-vis du condom ; Apprécier les facteurs entrant dans le cadre du marketing social des condoms ; Proposer des recommandations.

21 APPROCHE CONCEPTUELLE

22 IV. DEFINITION DES CONCEPTS Le marketing social peut être appréhendé comme un moyen de distribution important des produits de santé indispensables aux populations à faibles revenus dans les pays en voie de développement, ainsi qu'un moyen d'incitation à l'usage de ces produits. Promaco, une Organisation nongouvernementale basée à Ouagadougou et disposant d'antennes à l intérieur du pays, est le leader du marketing social au Burkina Faso, spécialisé dans la prévention du VIH et la promotion du planning familial. Dans sa pratique du marketing social, Promaco distribue et vend des préservatifs nécessaires aux personnes à faibles revenus à travers les commerces de proximité et autres infrastructures non-gouvernementales, tout en promouvant un comportement sain. Le comportement du jeune peut être défini comme le processus par lequel le jeune élabore une réponse à un besoin. Ce processus combine des phases cognitives et des phases d action. L étude du comportement ne se limite pas à l observation des comportements mais englobe leurs explications, leur compréhension. Elle cherche à répertorier les principales variables qui expliquent les différences observées entre les comportements des jeunes. Le préservatif «Prudence» : Il s agit, dans notre contexte, d un préservatif masculin. Il est fabriqué avec du latex, une matière extraite d une plante : l Hévéa. Il se définit comme un produit ultrafin, qui procure plaisir et sécurité. Il est testé électroniquement. Distribué au Burkina Faso par le Programme de Marketing Social et de Communication pour la Santé, le préservatif «Prudence» est produit en Chine par Guilin Latex Factory en coopération avec Helm pharmaceuticals Gmbh.

23 V. CADRE CONCEPTUEL Le cadre conceptuel est un outil qui nous permet de définir toutes les variables, de prendre en compte tous les facteurs influençant le comportement des jeunes vis-àvis du préservatif. A défaut d un modèle, nous avons construit notre cadre conceptuel autour des éléments suivants : 5.1 Les variables explicatives individuelles Notre étude étant celle du comportement humain, les facteurs qui expliquent le comportement des jeunes, concernent des facteurs personnels dans lesquels interviennent les motivations, les freins et les attitudes. Les motivations et les freins La relation individuelle du jeune vis-à-vis du préservatif est le résultat d un conflit où s affrontent les motivations et les freins. Les motivations étant des «pulsions positives» incitant à l acceptation du produit et les freins des «pulsions négatives», qui se traduisent par le refus du produit. La bonne relation qui lie les jeunes au préservatif est marquée par des motivations fortes qui surmontent les freins. Les attitudes Une attitude se définit comme une tendance de l individu à appréhender un objet d une certaine manière. Dans le cadre de notre étude, l attitude des jeunes à l égard du préservatif prend ses racines dans la culture, la famille et l éducation ; elle évolue en fonction des expériences personnelles de l individu, de l image de soi et des nouvelles informations acquises sur le préservatif Prudence.

24 5.2 Les facteurs socioculturels Les facteurs socioculturels jouent également un rôle important dans le comportement des jeunes à l égard du préservatif. Ces facteurs se composent : de la culture, qui construit des systèmes d apprentissage communs ; des classes sociales : Qui déterminent la place de l individu dans la hiérarchie sociale. Il ne fait aucun doute que le jeune n a pas le même comportement devant le préservatif selon qu il est très aisé ou moins aisé. des groupes de références (camarades, amis) : Qui partagent des croyances, des valeurs et des normes identiques. Leur influence est grande dans la relation du jeune envers Prudence La famille. Selon qu elle est favorable ou défavorable au préservatif, la famille peut influencer le jeune dans son comportement envers le préservatif. 5.3 Les facteurs marketing Dans un contexte de marketing social des condoms, il apparait clairement que les facteurs marketing influence grandement le comportement des jeunes visà-vis du préservatif. Le marketing social se compose de divers éléments appelés quatre (4) P Ce sont : Produit, Prix, Promotion, Place.

25 Schéma du cadre conceptuel

26 CADRE CADRE DE L ETUDE L ETUDE ET METHODOLOGIE METHODOLOGIE

27 VI. PRESENTATION DU CADRE DE L ETUDE Ouagadougou, est la capitale du Burkina Faso et la plus grande ville du pays. C'est le centre culturel, économique et administratif du pays. Située au centre du pays, elle couvre avec sa banlieue une superficie de Km² environ, soit un rayon de 32 Km. Du point de vue démographique, sur les habitants 10 du Burkina Faso, la région du Centre renferme habitants soit 10,52% de l ensemble de la population. Le nombre de jeunes dans cette ville s élève à , ce qui représente un taux de 57%. Elle est donc une ville en pleine croissance. La conséquence directe de cette démographie galopante est que les jeunes ruraux qui se retrouvent dans la ville en quête de mieux-être sont souvent obligés de vivre dans la promiscuité, sans un minimum à savoir: l accès à l eau potable, à l éducation, à l alimentation, etc. Tous ces problèmes constituent des terreaux fertiles à certains vices comme la prostitution à grande échelle dans toutes ses formes. Ce métier de prostitution, pratiqué en majorité par les jeunes filles de ans, crée des besoins énormes en préservatifs. Par rapport à la situation sanitaire, notamment celle de l infection à VIH, les résultats de l étude de la prévalence du VIH dans les sites sentinelles en 2007 indiquent que la ville de Ouagadougou enregistre un taux de 5,1% 11. La même étude donne une prévalence nationale de 2,3% avec des disparités selon le milieu de résidence : 1,3% en milieu rural contre 3% en milieu urbain. Sur les 13 régions que compte le pays, Ouagadougou enregistre donc le taux le plus élevé. 10 Ministère de l économie et des finances,, Institut national de la statistique et de la démographie, Recensement général de la population et de l habitat de Résultat définitif, juillet 2008, PP 18 et Conseil national de lutte contre le sida et les IST, Bilan général de la mise en œuvre du Plan multisectoriel de lutte contre le VIH/sida et les IST 2008, janvier 2009,

28 Ce fort taux de prévalence dans la ville de Ouagadougou suscite réflexion quand on sait que la ville abrite le plus grand nombre de jeunes par rapport aux autres villes du pays. Sur la question de l instruction, l'université de Ouagadougou, fondée en 1974 est le premier établissement d'enseignement supérieur du pays. Elle compte plus de étudiants. A coté de cet établissement public, l offre des enseignements secondaire et supérieur s accroit depuis plus d une dizaine d années avec l ouverture de nombreux établissements dans le domaine de l enseignement général, mais aussi dans celui de l enseignement technique. Aujourd hui, la ville de Ouagadougou compte plus d une vingtaine d établissements d enseignement supérieur et plusieurs dizaines d établissements secondaires. Dans ces établissements qui accueillent majoritairement les jeunes de ans, se développent des foyers de pratique sexuelle peu recommandée. Pour des besoins de subsistance ou d envie de découverte sexuelle, des jeunes scolaires peuvent se livrent au vagabondage sexuelle, à la prostitution. L utilisation du préservatif par ces jeunes devient importante. Au plan culturel, Ouagadougou est devenue la capitale du cinéma et de l artisanat africain grâce au Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO) et au Salon international de l artisanat de Ouagadougou (SIAO) qu elle organise chaque deux ans. Ces événements qui réunissent des milliers d invités venus des quatre coins du monde, constituent des moments de grands rassemblements et de brassages culturels au cours desquels des jeunes Ouagalais pourraient se livrer au commerce du sexe.

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE ANNEE DE L UNIVERSITE L DE DSCHANG SUPERVISE PAR Pr MPOAME MBIDA COORDONNEE PAR Dr SANOU SOBZE Martin VIH EPIDEMIOLOGIE Plus de 7 nouvelles infections

Plus en détail

DETERMINANTS DE L'UTILISATION DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES CHEZ LA FEMME BENINOISE

DETERMINANTS DE L'UTILISATION DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES CHEZ LA FEMME BENINOISE CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE Kampala Uganda du 15-18 Novembre 2009 DETERMINANTS DE L'UTILISATION DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES CHEZ LA FEMME BENINOISE ALE Franck, Assistant

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

PAR Sarah Engebretsen, Gisele Kaboré BILAN PROGRAMMATION

PAR Sarah Engebretsen, Gisele Kaboré BILAN PROGRAMMATION Filles Eveillées : Programme pilote pour adolescentes migrantes employées de maison au Burkina Faso urbain PAR Sarah Engebretsen, Gisele Kaboré et Leah Jarvis BILAN PROGRAMMATION Le Population Council

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

L enquête Nationale Drive 2.0,

L enquête Nationale Drive 2.0, Dossier de presse L enquête Nationale Drive 2.0, des résultats surprenants Sommaire I- A propos de Parabellum II- Contexte : Le Drive en France III- Enquête Nationale Drive 2.0 - Méthodologie de l enquête

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs A. PAGE DE COUVERTURE RAPPORT ANNUEL 2009 NOM, ADRESSE ET CONTACT SIDA KA TAA, BP 533 BOBO- DIOULASSO 01 Téléphone : 20 97-74-75 E-mail : sidakataa@hotmail.com sidakataa@yahoo.fr TITRE DU PROJET NUMERO

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN Analyse secondaire des données des enquêtes démographiques et de santé réalisées au Bénin et à Madagascar Avril

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Les Français et les sites de rencontre

Les Français et les sites de rencontre 13 février 2012 Présentation des résultats N 110 080 Contacts : François Kraus francois.kraus@ifop.com 01 72 34 94 64 / 06 61 00 37 76 Les Français et les sites de rencontre Sondage réalisé à l occasion

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE

CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE INTRODUCTION Les informations recueillies lors du dénombrement du 3 ème RGPH-2001 permettent d analyser les caractéristiques démographiques, socioéconomiques et culturelles

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Sommaire. A Géographie et démographie de l Islam de France p. 3

Sommaire. A Géographie et démographie de l Islam de France p. 3 pour Département Opinion et Stratégies d Entreprise ANALYSE : 1989-2011 Enquête sur l implantation et l évolution de l Islam de France Contact Ifop : Jérôme Fourquet jerome.fourquet@ifop.com Juillet 2011

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Contextes et usages sociaux des enquêtes sur la sexualité. L exemple de l enquête CSF

Contextes et usages sociaux des enquêtes sur la sexualité. L exemple de l enquête CSF Contextes et usages sociaux des enquêtes sur la sexualité. L exemple de l enquête CSF Michel Bozon ENS-LSH Lyon, 21 janvier 2010 Plan de la conférence Introduction: le contexte culturel des enquêtes sur

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Chapitre trois : Etude Empirique CHAPITRE TROIS ETUDE EMPIRIQUE Section I : Méthodologie de l étude 100 Section II : Analyse des résultats de recherche.. 106 99 Chapitre trois : Etude Empirique 100 Après

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

PLAN D ACTION 2010-2013 DE MISE EN ŒUVRE DE L INIATIVE EVIPNet AU BURKINA FASO :

PLAN D ACTION 2010-2013 DE MISE EN ŒUVRE DE L INIATIVE EVIPNet AU BURKINA FASO : MINISTERE DE LA SANTE BURKINA FASO ----------------------- Unité-Progrès-Justice SECRETARIAT GENERAL ----------------------- DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION ------------------------- COMITE

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION A L INTENTION DE LA SESSION EXTRA ORDINAIRE DES NATIONS UNIES SUR LE VIH/SIDA (UNGASS)

RAPPORT DE SITUATION A L INTENTION DE LA SESSION EXTRA ORDINAIRE DES NATIONS UNIES SUR LE VIH/SIDA (UNGASS) REPUBLIQUE DU CONGO CONSEIL NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA SECRETARIAT EXECUTIF PERMANENT RAPPORT DE SITUATION A L INTENTION DE LA SESSION EXTRA ORDINAIRE DES NATIONS UNIES SUR LE VIH/SIDA (UNGASS) PERIODE

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Evaluation à mi-parcours

Evaluation à mi-parcours CENTRE DE RECHERCHE ET D INTERVENTION EN GENRE ET DEVELOPPEMENT Evaluation à mi-parcours «Projet droits sexuels et santé de la reproduction des jeunes en milieu scolaire» Rapport Ousséni Kinda Economiste

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING

INTRODUCTION AU MARKETING INTRODUCTION AU MARKETING L avènement du marketing Le marketing est une fonction dont l aboutissement est le résultat d un long processus de développement de l entreprise. Phases principales identifient

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11 L Enseignement religieux au Luxembourg Sondage TNS-ILRES Juillet 08 11 5 av. Marie Thérèse L-2132 Luxembourg tél.: 44743-501 sesopi-ci@sesopi-ci.lu www.sesopi-ci.lu 978-2-9599806-3-3 Documentation Etude

Plus en détail

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Dans ce guide, vous trouverez 4 étapes qui vous permettront de réaliser, pas à pas, votre enquête de satisfaction. Ce guide : Contient

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE Fiche d Information sur le genre Les Fiches d Information sur le genre, rédigés par le Help Desk pour l

Plus en détail

Luxembourg Gambling Survey 2010. Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises

Luxembourg Gambling Survey 2010. Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises LXGS 2010 Luxembourg Gambling Survey 2010 Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises Katia Duscherer & Carlos Paulos CePT Centre de Prévention

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

ANNEXE 3. Période 2011-2015

ANNEXE 3. Période 2011-2015 ANNEXE 3 GUIDE DE MOBILISATION DES RESSOURCES POUR LA MISE EN OEUVRE DU PLAN OPERATIONEL DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA EN MILIEU DE TRAVAIL Période 2011-2015 BUJUMBURA, 19 Mai 2011 2 Sommaire 0. Introduction.3

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

L impact économique du SIDA au Bénin : Résultats d un examen de la littérature

L impact économique du SIDA au Bénin : Résultats d un examen de la littérature L impact économique du SIDA au Bénin : Résultats d un examen de la littérature Lori Bollinger John Stover Dr Louis-Jacques Martin-Correa Sous les auspices de l USAID Bureau global de la population, de

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux

Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux secteurs d activité multiculturels. Le Customer Experience Lab -«CX Lab»- de Teleperformance ouvert en 2013 à Lisbonne, mène des recherches

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ MINISTERE DE L ACTION SOCIALE BURKINA FASO ET DE LA SOLIDARITE NATIONALE Unité progrès Justice ------------------------------ ----------------------- CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ Préambule Nous, personnes

Plus en détail