Evolution de la prise en compte des Ressources Humaines nationales par le Siège de Médecins du Monde-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evolution de la prise en compte des Ressources Humaines nationales par le Siège de Médecins du Monde-France"

Transcription

1 Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Master Coopération internationale, action humanitaire et politique de développement (CIAHPD) Année Universitaire Evolution de la prise en compte des Ressources Humaines nationales par le Siège de Médecins du Monde-France Mémoire de Stage sous la Direction de Philippe RYFMAN Aurélie MONZIES 1

2 Remerciements : A Philippe Ryfman pour avoir accepté de diriger mon mémoire de stage ; Aux salariés de Médecins du Monde qui ont accepté de répondre à mes questions ; A Frédérique Benzoni pour la grande qualité de son encadrement ; A toute l équipe des Ressources Humaines de Médecins du Monde pour leur accueil si chaleureux. 2

3 Avertissement : L université Paris 1 n entend donner aucune approbation aux opinions émises dans les mémoires. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs. 3

4 Résumé : L action humanitaire des ONG médicales d urgence est portée par des hommes et des femmes, volontaires, salariés ou bénévoles. Parmi les employés présents sur le terrain, outre les expatriés (salariés ou volontaires), travaillent les personnes recrutées localement et qui représentent l essentiel des ressources humaines d une ONG. Ce sont les ressources humaines nationales. Ces dernières, en raison notamment des fondements de l action humanitaire et de son fonctionnement, ont pendant longtemps d une part été reléguées à des fonctions exécutives, et d autre part, n ont fait l objet d aucune attention de la part des Sièges. Or cette situation a changé ces dix dernières années. Cette étude évoque le processus de prise en compte des ressources humaines nationales des missions internationales de Médecins du Monde-France par le Siège de l ONG française. Ce changement amorcé à partir des années 2000 puise son origine à la fois dans des raisons extérieures à l Organisation (évolution des contextes d intervention, des rapports Nord/Sud), et dans des justifications internes à l ONG (son mandat). En 2007, une véritable politique des Ressources Humaines nationales est mise en place. Il s agit de reconnaître leur existence afin d en faire à long terme des ressources humaines à part entière, dépouillées de leur spécificité «nationale». Si un rapprochement en termes de conditions d emploi entre les différents types de personnel est constaté, cet objectif ne sera sans doute jamais atteint, les ressources humaines nationales ne pouvant accéder aux mêmes parcours professionnels. Mots clefs : Ressources Humaines nationales ; Action humanitaire ; ONG. 4

5 Abstract: The humanitarian activities of medical emergency NGOs is carried out by men and women, volunteers and employees. In addition to the expatriates who work on the field there are also local employees who represent the essential part of an NGO s human resources. These latter employees may be called the national human resources. These employees, mainly because of the foundations of humanitarian action and its operation, have for a long time been relegated to provide purely executive functions. On the other hand, they have not been taken into account by NGO Headquarters. Over the past decade this situation has changed. This study is about the taking into account of the national human resources of the international missions of Médecins du Monde-France by the Headquarters of this French NGO. This process of change started in the year 2000 and has its roots in both reasons external to the Organization (evolution of intervention contexts, North/South relations) and justifications internal to the NGO (the mandate). Seven years later, a real national Human Resources policy had been developed with a long term objective to introduce the term Human Resources without the specificity national. Even if reconciliation in terms of working conditions between the different types of staff has been done, this objective will have never be reached; as the national Human Resources will never be able to access the same professional opportunities. Key words: National Human Resources; Humanitarian Action; NGO. 5

6 SOMMAIRE Avant-Propos. p.7 Introduction...p.8 Première Partie - Une gestion culturelle des ressources humaines...p.13 Section 1 : Historique de l association.p.13 A. Les caractéristiques de Médecins du Monde-France p.13 B. Professionnalisation de l association.p.16 Section 2 : Une gestion a minima des ressources humaines nationales. p.19 A. Différenciation des tâches au regard de la nationalité.p.19 B. Une gestion partielle et partiale des ressources humaines nationales.. p.22 Deuxième partie La mise en place d une dynamique de changement...p.24 Section 1 : Evolution vers une gestion «normale» des ressources humaines nationales...p.24 A. Prise ne compte de l évolution de l environnement international...p.24 B. Volonté politique...p.28 C. Création du poste de Chargé des Ressources Humaines nationales...p.31 Section 2 : Principe du recrutement : priorité aux compétences locales...p.36 A. Principe....p.36 B. Exception pour le poste de coordinateur général.....p.36 Section 3 : Accompagner le changement......p.38 A. Variation de vocabulaire......p.38 B. Sensibiliser à un nouvel état d esprit.....p.39 Troisième partie Un processus partiellement achevé.. p.41 Section 1 : Une politique de gestion toujours en construction.. p.41 A. Les derniers outils à mettre en place...p.41 B. Limite et paradoxe à l intégration du personnel national...p.44 Section 2 : Indifférenciation des problématiques entre nationaux et internationaux p.48 A. Mutation des rapports de force au sein des ressources humaines de l association..p.48 B. Evolution de l organigramme de la Direction des Ressources Humaines.. p.51 Conclusion p.54 Bibliographie...p.56 Annexes....p.57 6

7 Avant-propos Nous avons effectué notre stage de fin d étude au Siège de l association Médecins du Monde- France à Paris. Nous avions comme mission principale durant ce stage d établir le chiffrage de la politique médicale et sociale pour les salariés nationaux, l association souhaitant mettre en place prochainement cette politique médicale sur ses missions internationales. Cette politique médicale nous est apparue, et nous a d ailleurs été présentée comme étant la dernière étape d un long processus conduisant à la reconnaissance des salariés nationaux de l association comme étant de véritables acteurs de celle-ci. Dans un premier temps, nous avions décidé de nous intéresser aux changements de perceptions du Siège sur ses ressources nationales. Cependant, les changements de perception nous ont semblés revêtir un caractère très subtil qui ne se retrouvait pas forcément dans les discours. Nous avons noté un basculement à un moment donné qui fait que l on change de regard. Mais finalement ce qui est intéressant à étudier, une fois le regard changé, c est ce qui est fait de ce nouveau regard. Comment cela se traduit-il en pratique? Comment cela se transforme-il en une nouvelle politique de Ressources Humaines? Nous nous sommes donc intéressés à l évolution de la prise en compte des ressources humaines nationales par le Siège de Médecins du Monde-France. Comme très peu d écrits existent sur notre sujet nous avons décidé de mener des entretiens afin de nourrir notre réflexion. Le mémoire de stage qui en résulte n a cependant aucune prétention à donner la vérité sur la façon dont s est opérée l évolution de la prise en compte des nationaux Médecins du Monde-France. Nous avons interrogé sept personnes, ce qui à notre sens ne suffit pas pour établir une mutation avec exactitude. Les données recueillies permettent davantage d obtenir des informations sur les procédés et de refléter la manière dont s est déroulé le processus. Il convient par conséquent d appréhender cet écrit comme quelque chose qui aurait pu être sensiblement différent si nous avions rencontré d autres personnes. Il n est pas non plus question d un travail sur la sociologie du personnel national de Médecins du Monde-France, ce qui aurait pu être un travail très intéressant mais qui aurait nécessité soit qu un grand nombre de personnel national vienne au Siège ou que nous envisagions des déplacements sur différents terrains. De plus, comme nous avons effectué notre stage au Siège de l association il nous apparaissait plus pertinent pour un mémoire de stage de s intéresser au lieu de notre stage. Cependant, afin de confronter les points de vue, nous avons rencontré deux nationaux de passage à Paris pour assister à une formation. Ce mémoire de stage présente ainsi un aperçu du processus de transformation qu ont connu les Ressources Humaines nationales des missions internationales de Médecins du Monde-France. 7

8 Introduction Aborder le thème des ressources humaines au sein des organisations de solidarité internationales conduit la plupart du temps à évoquer la professionnalisation du secteur, les métiers de l humanitaire, les exigences de recrutement. Cela invite aussi à convoquer les expatriés qu ils soient volontaires ou salariés, à s interroger sur leurs motivations et passages à l acte, à questionner leur engagement, leurs parcours, leurs carrières. Conduire ainsi la réflexion entraîne de ce fait à oublier tout un pan, et non des moindres, des ressources humaines agissant au sein des associations de solidarités internationales, à savoir les ressources humaines nationales. En effet, le personnel national constitue l essentiel des effectifs d une Organisation Non Gouvernementale (ONG) humanitaire quelle qu elle soit. Cependant, ce personnel n a fait l objet d aucune étude. On a pu déceler plusieurs raisons à un tel déficit. D une part, en forçant volontairement le trait avec une vision polémique, on peut évoquer l image d Epinal longtemps véhiculée par le monde humanitaire du «médecin blanc soignant le pauvre malade noir», pérennisant l idée que la personne recevant des soins humanitaires ne peut être détachée de sa condition de malade, et, par extension, accordant ces propriétés de malade à l ensemble de la population des zones concernées par les interventions. Ce schème n encourage ainsi pas à distancier l individu national de son statut de dépendant en demande de soins, et à envisager que ces populations puissent également à leur tour se trouver dans la position du «donneur de soins». D autre part, les modes opératoires utilisés par les ONG jusqu au début des années quatre-vingt-dix laissent peu de place à l emploi de personnel local autre que pour des fonctions exécutives. Ainsi, les ONG du Nord préfèrent envoyer sur le terrain une batterie de volontaires pour occuper les postes de manager, de chef de projet, les postes à responsabilité, et employer du personnel local pour les fonctions nécessitant peu de qualification. Depuis les années deux-mille cependant, on observe un changement dans les fonctions occupées par ce personnel. Les ONG sont implantées dans certains pays depuis plusieurs années, les équipes de terrain connaissent bien les équipes locales ; celles-ci accèdent ainsi à des postes à responsabilités. Le personnel national a donc évolué, de fonctions exécutives, vers des fonctions de responsabilité voire de management. Définitions des termes du sujet James Henry 1 définit les ressources humaines nationales, comme le personnel recruté dans le pays d intervention. Cette définition suppose donc que le personnel national peut tout à fait présenter une nationalité différente de celle du pays d intervention. Il peut s agir ainsi des ressortissants du pays d intervention, des expatriés recrutés sur place ou à l échelle régionale. 1 People in Aid, James HENRY, «Rehausser la qualité de la gestion des ressources humaines dans le secteur humanitaire»,

9 Les ressources humaines nationales sont un élément fondamental dans la mise en œuvre du travail élaboré par les ONG de solidarité internationales. Ce plus particulièrement pour les ONG qui présentent un certain nombre de programmes long terme comme Médecins du Monde-France (MDM-F) 2 par exemple. Cette dernière, s est d ailleurs donnée entre autre comme mandat le renforcement des capacités locales 3. Ce renforcement passe en premier lieu par la mise en place de partenariats et par l emploi d un grand nombre de personnel national de santé. Les ressources humaines nationales ont donc une grande importance chez MDM-F et ce depuis la création de l association. Cependant malgré cette importance quantitative du recours au personnel national, l association ne s est intéressée que depuis peu aux ressources humaines employées sur ses terrains d intervention. Pendant plus de vingt ans, MDM-F n avait aucune connaissance de ses ressources humaines recrutées sur terrain. Elle n est pas la seule ONG française dans cette situation. On observe le même phénomène chez Médecins Sans Frontières ou Action contre la Faim par exemple. La gestion des ressources humaines nationales est opérée directement par les terrains. Celle-ci est ainsi laissée à la bonne volonté des coordinateurs qui veulent bien s intéresser à cette thématique. Il n existe de ce fait aucune politique de ressources humaines à proprement parler. Nous entendons par politique de ressources humaines «la manière dont va être assurée, de façon constante, l adéquation entre les besoins d une structure et ses ressources et ce, en accord avec ses valeurs ou son éthique» 4. Il s agit de définir les moyens humains dont l association aura besoin, la façon dont ceux-ci seront gérés au regard des buts que s est fixée l organisation. La question du recrutement demeure ainsi latente, car le rôle d une bonne gestion des ressources humaines consiste également en la bonne définition du recrutement, la manière dont celui-ci s effectue, pour quels postes, sous quels statuts. La politique salariale et la gestion des parcours représentent également des exigences auxquelles les ressources humaines doivent répondre. Tous ces éléments ont pendant une vingtaine d années été absents des missions internationales de l organisation ou abordés de façon très partielle par des expatriés sensibles au sujet. Il n y avait donc aucune recherche de rationalité, aucune cohérence, aucune harmonisation entre les terrains, aucune politique des ressources humaines à l égard des salariés nationaux. 2 Nous n évoquerons pas ici le réseau Médecins du Monde dans son ensemble. 3 MDM-F est une ONG médicale créée en 1980, présentant à la fois des programmes d urgence et de long terme dans une soixantaine de pays. Ses interventions recouvrent l accès aux soins, l appui aux systèmes de santé nationaux, et des programmes d urgence. L ONG a aussi développé tout un volet plaidoyer s attachant à dénoncer les atteintes à la liberté humaine et aux Droits de l Homme. Elle a aussi développé depuis 1986 des programmes d accès aux soins en France. 4 Coordination Sud, Guide Synergie Qualité, «La gestion des ressources humaines», p.58. 9

10 Historique des Ressources Humaines chez MDM-F Autour des années 2000, MDM-F commence à s intéresser au sujet. Suite à une demande formulée par le Conseil d Administration, l association sollicite une consultante extérieure afin de réaliser une étude sur «les conditions matérielles pour le personnel national» 5. Des guidelines sont mis en place sur les procédures de recrutement, les profils de postes, les contrats, conditions d engagements et règlements intérieurs. Cependant ces outils n ont que très peu de conséquences opérationnelles puisqu ils ne sont pas imposés aux terrains. C est en 2007 qu est crée un poste de Chargée de Ressources Humaines Nationales. C est à ce moment là que le Siège met véritablement en place une politique de gestion des ressources humaines nationales. L institution d une telle politique s insère dans une dynamique plus globale d harmonisation des statuts entre les différents types de personnels rencontrés au sein de l association. Jusqu à la fin des années quatre-vingt-dix, les ressources humaines sont divisées entre un pôle «salariés Sièges et missions France», et un deuxième pôle pour les «volontaires» ; il n y avait pas encore de salariés pour les missions internationales. Les deux pôles étaient même séparés physiquement : l un prenait place au quatrième étage, l autre au cinquième. Au début des années deux-mille, un rapprochement est effectué entre les salariés et les volontaires afin de «mettre en cohérence» 6 les différents acteurs de l ONG. Aujourd hui, les ressources humaines sont donc gérées de façon thématique et non pas géographique. Nous retrouvons un pôle «Administration du Personnel» concernant l ensemble du personnel de l organisation quel que soit son statut. Le deuxième pôle, «Recrutement parcours» est en charge du suivi du parcours de l ensemble du personnel de MDM-F depuis son recrutement. Il y a six Chargées de recrutement réparties par zone géographique, entre les missions France, les salariés Siège et les internationaux quel que soit leur statut (volontaires ou salariés). Un quatrième pôle concerne la Formation. Les bénévoles sont directement gérés par les Missions France 7. Lors de sa création le poste de Chargée de Ressources Humaines Nationales n est intégré à aucun des quatre pôles de la Direction des ressources Humaines et rapporte directement au Directeur des Ressources Humaines. Outre la volonté d établir une cohérence entre les différents acteurs de MDM-F, l instauration d une politique des ressources humaines nationales relève aussi à notre sens d une dynamique externe conduisant les acteurs du Siège de l association à s intéresser plus avant au personnel local. En effet, les années quatre-vingt-dix marquent un tournant dans la manière dont est pensée l action humanitaire dite sans frontière. Celle-ci ne se veut plus être uniquement urgentiste et assimilée à 5 Extrait de l entretien avec la Responsable des Ressources Humaines, Annexe n 7 p Ibid., p Il n y a pas de bénévoles pour les missions internationales de l association, uniquement pour les missions France. 10

11 l apport de soins immédiats en temps de crise, mais met aussi en place des programmes moyen et long terme 8 qui sur le terrain s expriment par la construction de partenariats sur le terrain et l emploi significatif de mains d œuvre locale. De plus, l immunité longtemps conférée aux acteurs humanitaires tend à s amenuiser et ceux-ci font régulièrement l objet de nombreuses attaques et kidnapping. Il faut ainsi sans «renoncer» 9 à l action, «adapter» 10 sa façon d être sur le terrain, sa manière d agir et de penser l action humanitaire d urgence. Un programme humanitaire ne peut s entreprendre sans consultation des autorités locales et doit s insérer dans une dynamique globale de développement du pays. Il ne s agit plus simplement d apporter les premiers secours lors d une crise mais de mettre en place des solutions pérennes dans une perspective plus générale. Dans cette perspective, la mise en place de partenariats sur le terrain semble indispensable, le partenaire sur place menant à bien le projet après le départ de l ONG. Ceci va en partie passer par la mise à contribution de personnels nationaux au sein des projets afin que la population à aider puisse s approprier le projet et le pérenniser une fois l ONG est partie. Pour MDM-F, cette nécessité de changement va s opérer d autant plus facilement que le mandat même de l organisation qui est d appuyer les systèmes de santé locaux, ne peut se faire sans consultation et mise en place de partenariat sur le terrain. L évolution de la prise en compte du personnel national au sein de l association Médecins du Monde-France n est-elle pas inévitable étant donné le mandat que s est donnée l association et l évolution que connaissent les contextes d intervention? Afin de répondre à cette problématique, différentes hypothèses de travail ont été formulées. Une première hypothèse de travail est de dire que l action humanitaire a évolué au cours de ces vingt dernières années. La façon de faire de l humanitaire à évolué. On n est pas sur le terrain aujourd hui de la même manière qu il y a vingt ans. Une deuxième hypothèse prend en compte les changements des contextes d intervention. Une troisième hypothèse s attache aux évolutions des personnes employées localement. Enfin, une quatrième hypothèse consiste à estimer qu une association de solidarité internationale se doit de présenter une cohérence entre ses discours et ses actes. 8 En Afghanistan, afin de limiter les épidémies de Sida et d Hépatites virales, MDM-F a lancé en 2006 un programme de Réduction des Risques avec un premier volet comprenant la prévention et l accès aux soins de santé primaires et aux traitements. Le second volet consiste dans la création d un centre de ressources et de formation pour les acteurs locaux impliqués dans la lutte contre le VIH/Sida. En Colombie, l association a mis en place trois programmes long terme d accès aux soins des populations rurales et indigènes victimes du conflit armé. 9 Librement inspirer de l ouvrage de Pierre MICHELETTI, «Humanitaire s adapter ou renoncer», Paris, Hachette, Ibid. 11

12 Méthodologie de travail Afin de vérifier ces suppositions, dans la mesure où il n existe que très peu d écrits scientifiques en la matière, nous avons procédé à des entretiens semi directifs suivant une méthodologie qualitative classique. Nous avons effectué sept entretiens avec : - la Chargée de ressources humaines nationales travaillant chez MDM-F depuis10 ans ; - la Responsable des ressources humaines travaillant chez Médecins du Monde depuis 13 ans; - une des adjointes à la direction des Opérations Internationales travaillant chez MDM- F depuis 11 ans; - un entretien avec un Responsable de Mission proche de MDM-F depuis 13 ans; - un entretien avec un personnel national Coordinateur Site, futur expatrié en tant que Coordinateur Général travaillant chez MDM-F depuis trois ans; - un entretien avec un personnel national de base au Burkina Faso travaillant chez MDM-F depuis un an ; - un entretien avec un ancien Président de MDM-F, travaillant chez MDM-F depuis 20 ans aujourd hui Délégué de la Région Rhône Alpes. L étude de ces entretiens et de différents documents de travail interne à l association, il apparait que malgré l existence de programmes nécessitant l emploi considérable de ressources humaines nationales ces dernières n ont fait l objet d aucune prise en compte de la part du Siège de MDM-F. (Première Partie). Il a fallu attendre 2007 pour qu une politique des ressources humaines nationales soit créée. (Deuxième Partie). Cette politique aujourd hui non finalisée montre déjà ses limites mais cependant conduit à un rapprochement des conditions d emploi entre les différents types de personnels employés par l association. (Troisième Parie). 12

13 Première partie : Une gestion culturelle des ressources humaines La gestion des ressources humaines est le fruit de l histoire de l organisation qui la porte. Il nous semble utile d entreprendre un retour sur l histoire de MDM-F (I) pour ensuite aborder l histoire de la place des ressources humaines nationales de l association (II). Section 1 : Historique de l association MDM-F est une ONG singulière dans le paysage associatif français à plusieurs titres. Il convient d en présenter les caractéristiques (A) avant de revenir sur son mandat (B). A. Les caractéristiques de Médecins du Monde-France 1. Modèle de gouvernance associative MDM-F est issue du mouvement sans-frontiériste 11 des années 1970 symbolisant un engagement humanitaire bénévole, militant, construit en opposition à la neutralité de la Croix-Rouge. Née d une scission avec Médecins sans Frontière en 1979, MDM-F s est toujours attachée à «Soigner et Témoigner». Cela signifie plusieurs choses. D une part MDM-F intervient en temps de crise et apporte les premiers soins aux populations vulnérables. Elle s est aussi donnée comme principe d intervenir longtemps après que l attention du public soit retombée en menant à bien des programmes long terme 12. De plus, l association s engage à dénoncer les situations qu elle juge inacceptables 13 en termes d accès aux soins. L organisation tente ainsi d alerter les pouvoirs publics, d influencer la décision des décideurs politiques en matière de respect des droits de l Homme 14. Nous avons donc affaire à une ONG qui se veut très militante, et les quelques mois que nous avons passé au Siège celle-ci nous ont conforté dans cette idée. En effet, nous avons trouvé chez MDM-F 11 Le «sans frontiérisme» signifie pour Philippe Ryfman, «à la fois la volonté d agir où le besoin s en faisait sentir, le refus d être contraint par l absolutisation de la souveraineté étatique ( ) et enfin la rupture avec la pensée alors dominante d extrême gauche distinguant dans les guerres entre les «bons» et les «mauvais» morts.» in Philippe RYFMANN, Une histoire de l humanitaire, Paris, La Découverte, 2008, p Cf. la devise de MDM «Nous soignons ce que le monde oublie peu à peu». 13 Voir par exemple la récente manifestation pour sensibiliser les chefs d Etat à l accès aux soins pour les plus démunis lors du G20 survenu à Paris fin septembre Ou encore l interpellation des pouvoirs publics le 13 octobre 2011 concernant la santé de la population Rrom. 14 C est aussi une manière d attirer l attention des médias et de rallier l opinion publique à sa cause dans le but de collecter des fonds. 13

14 un fort engagement ; les salariés du Siège nous ont paru adhérer au message porté par l association. Il nous a semblé que quelles que soient les fonctions occupées chacun montrait une volonté et une détermination à œuvrer pour une mise en œuvre optimale et efficace des projets menés par l organisation. Ce militantisme du discours caractéristique de MDM-F se retrouve dans l organisation même de la structure qui présente un mode de fonctionnement fortement associatif garant de l état d esprit originel. Outre, la présence d un Conseil d Administration en charge de l exécutif, la mise en œuvre des projets (qu ils soient en France ou à l international), reposent sur un triptyque formé par l équipe terrain, le Siège et des bénévoles. Sur le terrain on retrouve une équipe de coordination avec un coordinateur général, et avec pour les missions les plus importantes un coordinateur administratif, un coordinateur logistique, un coordinateur médical. Sous chaque coordinateur se place soit une équipe d administrateurs, soit une équipe de logistique soit encore une équipe médicale. Pour l ensemble des missions internationales, le coordinateur général est expatrié. Le reste de l équipe de coordination peut-être national ou international en fonction des besoins et des compétences requises pour le poste. Le reste de la mission est la plupart du temps occupés par des nationaux. Les effectifs d une mission vont de quelques dizaines à plusieurs centaines de personnes. Au Siège on retrouve la Direction Générale à l Action Humanitaire et la Direction Générale Gestion 15. En plus de ces organes du Siège qui interviennent sur les projets de façon permanente par le biais de salariés présents au Siège à l année, on retrouve ce que MDM-F appelle des Responsables Mission (RM). Ce sont des cadres associatifs bénévoles qui interviennent soit sur une zone géographie précise, soit sur une thématique précise 16. Ce sont en généralement des médecins disposant d une expertise qui leur confère le pouvoir décisionnel sur une mission donnée. Ils sont en quelque sorte (hormis le Conseil d Administration) les derniers représentants de la structure associative. Cependant, comme ils sont pour la plupart engagés dans des activités extérieures, ils sont assistés d un desk (au sein de la Direction à l action Humanitaire) qui assure «la responsabilité administrative et gestionnaire de la mission» 17, ainsi que le suivi quotidien de celleci. Etant donné la faible disponibilité du RM, le pouvoir décisionnel se partage entre ce dernier et le Desk qui finalement concentre le pouvoir effectif dans la prise de décision. Le bénévole Responsable Mission représente l association, il est garant de l esprit de l organisation, de ses principes, de ses valeurs. 15 Cf. Organigramme du Siège de Médecins du Monde-France Annexe n??? p.???? 16 L association comprend cinq groupes continentaux, huit groupes thématiques, et un groupe France. 17 Johanna SIMEANT, «Urgence et développement, professionnalisation et militantisme dans l humanitaire», Mots, n 65, 2001, pp.28-50, p

15 On constate ainsi la présence de trois pôles intervenants sur les projets : le pôle terrain représenté par le Coordinateur Général ; le pôle Siège représenté par le Responsable de Desk ; le pôle associatif représenté par le RM, sa présence permettant de conserver l idéal associatif. 2. Construction de partenariat et renforcement des capacités locales Le mode opératoire de MDM-F lors de ses missions internationales est la construction de partenariats et le renforcement des capacités locales. Dans ce but de renforcement des capacités locales l association agit souvent en appui des structures de santé des pays dans lesquels elle intervient. Pour ce faire elle emploie sur place un certain nombre de personnels de santé travaillant dans des structures publiques à qui elle verse des incentives. En 2010, personnes sont employées sous incentives pour nationaux 19. De plus, toujours dans ce souci de renforcement de ses capacités, MDM-F tente de mettre en place des programmes pérennes devant perdurer bien après le départ de l ONG du pays. Pour cela l association s associe à des organisations locales et/ou agit en partenariat avec les Ministères de la Santé des pays dans lesquels elle intervient. Dans ce but, l ONG étudiée a comme «principe» de former un certains nombres de personnels soignants afin d une part de pallier à la pénurie des ressources humaines en santé des pays où elle mène son action et d autre part d assurer une appropriation des projets par la population en vue de la pérennité de ces derniers. Par exemple, en Haïti en 2010, l association emploie 370 nationaux sur le «programme urgence», l un des plus gros programmes en termes de ressources humaines employées localement ; une partie d entre eux se voyant former à la prise en charge des épidémies de choléra 20. Nous observons ainsi que le personnel national occupe une grande place dans le mandat que s est donné l association. Il fait partie intégrante des buts et principes de celle-ci. Il est significatif de constater que cet élément s avère très présent dans les discours, et qu il est porté à l extérieur. L association en matière de communication joue beaucoup sur le fait qu elle met en place des programmes s appuyant particulièrement sur les ressources locales dans un but d accompagnement à la reconstruction, de renforcement des ressources locales. Insister autant sur cette présence «nationale» sert à montrer que les programmes de MDM-F ne sont pas uniquement portés par des internationaux et qu ils ne cherchent pas à se substituer à ce qui est fait sur place. Ce discours est le résultat de l évolution que connaît la manière dont les acteurs humanitaires peuvent exercer leurs fonctions. Ils doivent en effet désormais se soumettre à un ensemble de contraintes objectives, soumises par les bailleurs de fonds par exemple, et subjectives, comme le changement 18 Chiffre issu de documents internes à la Direction des Ressources Humaines de MDM-F. 19 Médecins du Monde, Rapport moral 2010, p Ibid., p

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Rapport de stage au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse

Rapport de stage au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse 12 rue du Lac, 1211 Genève 3 septembre-30 novembre 2001 Anne de Rivaz Haute école de gestion Département HES en Information et documentation

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

CONFéRENCE-DéBAT «RECRUTER POUR DURER»

CONFéRENCE-DéBAT «RECRUTER POUR DURER» CONFéRENCE-DéBAT «RECRUTER POUR DURER» Mardi 18 mars 2008, Thème : Le recrutement et la fidélisation des professionnels pendant et après une mission de Solidarité Internationale. + Avant-propos Chaque

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Ces règles s appliquent pour les formations complémentaires débutant à compter du 1 er juillet 2015

Ces règles s appliquent pour les formations complémentaires débutant à compter du 1 er juillet 2015 Règles portant sur la formation complémentaire aux programmes de résidence en médecine spécialisée en lien avec le recrutement en établissement universitaire et non universitaire Ces règles s appliquent

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail