TS DM2 : anomalie de méiose et diversification du vivant CORRECTION. Le syndrome «triplo X», un exemple de diversité du vivant

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TS DM2 : anomalie de méiose et diversification du vivant CORRECTION. Le syndrome «triplo X», un exemple de diversité du vivant"

Transcription

1 TS DM2 : anomalie de méiose et diversification du vivant CORRECTION Le syndrome «triplo», un exemple de diversité du vivant Louise est une fillette de trois ans qui se distingue de ses camarades de classe par sa grande taille et un léger retard dans l acquisition du langage. Lorsque ses parents consultent le médecin traitant, celui-ci leur propose de déterminer le caryotype de Louise. Cet examen génétique révèle que la fillette possède une particularité chromosomique, le syndrome «triplo». Document : caryotype de Louise 3 chromosomes Dàprès Docteur Hélène Zattara, Unité de Génétique Chromosomique, Département de Génétique Médicale, Hôpital dènfants de la Timone En tant que généticien, expliquer aux parents de Louise comment méiose et fécondation maintiennent normalement la stabilité du caryotype (partie ). Préciser ensuite comment une perturbation au cours de la méiose d un des parents peut aboutir à la présence de trois chromosomes dans le caryotype de leur fille.(partie 2) ProblémeS Votre exposé comportera une introduction, un développement structuré et une conclusion. Il sera illustré de schémas dans lesquels on ne représentera, pour chaque cellule, que les chromosomes sexuels et une autre paire de chromosomes. Consignes

2 Introduction Définitions mots clés Madame, Monsieur, Tous les humains sont caractérisés par leur nombre de chromosome sois 46 : 23 paires Au fil des générations successives, cette caractéristique de l espèce se maintient. Comme vous le savez peut-être, un caryotype est le tri par ordre de taille et leur classement par paires des images de chromosomes d une cellule en cours d une mitose bloquée en métaphase. Pour la majorité des humains ce caryotype est constitué de 22 paires d autosomes et d une paire de chromosomes sexuels. Cette formule se retrouve avec une grande stabilité de génération en génération grâce à 2 mécanismes fondamentaux : - la méiose, une division particulière qui permet la fabrication des gamètes (spermatozoïde et ovules) ; - la fécondation qui assure la fusion des gamètes. Cependant, il arrive que des individus naissent avec un caryotype différent, comme Louise. Le caryotype de Louise, comme vous pouvez le voir, présente un chromosome surnuméraire dans la paire de chromosomes sexuels qui pour une fille sont.! Ce caryotype résulte de l union de gamètes dont l un possède un caryotype anormal Problématique Plan Alors, comment méiose et fécondation assurent-elles le maintien du caryotype de génération en génération et comment expliquer la présence ici de 3 chromosomes dans le caryotype de Louise? Dans un premier temps je vais vous expliquer le déroulement habituel des processus qui assurent cette stabilité du caryotype chez l Homme.! Nous étudierons dans une deuxième partie les mécanismes responsables de la production de gamètes anormaux qui ont été responsables de l anomalie chromosomique observée chez louise I Le maintien de la stabilité du caryotype Pour illustrer les processus assurant la stabilité du caryotype, nous n allons considérer que 2 paires de chromosomes : paire de chromosomes sexuels et une paire d autosomes. A l exception des cellules de la lignée germinale (reproductrices), les cellules de notre organisme sont diploïdes (2n chromosomes); elles sont issues des mitoses, divisions conservant la totalité de l information génétique, de la cellule-œuf. Cette cellule-œuf provient de la fusion de deux gamètes (fécondation), d une cellule d origine maternelle, l ovule et d une cellule d origine paternelle, le spermatozoïde. Pour que la cellule-œuf soit diploïde, il faut que les gamètes disposent chacun d un lot de n chromosomes. Les gamètes sont donc haploïdes. ) La méiose et la production de cellules à n chromosomes : les gamètes La méiose est une succession de 2 divisions, précédée d une seule duplication. Chaque division est constituée de 4 phases et abouti à la production de 4 cellules haploïdes c est à dire contenant un chromosome de chaque paire : les gamètes Ci-dessous : Schéma simplifié de méiose d une cellule où ne sont représentés qu une paire d autosomes (n ) et une paire de chromosomes sexuels (), pour chacun : origine maternelle, origine paternelle

3 Une paire d autosomes Par exemple n Paire Télophase Télophase 2 Interphase Métaphase Méiose : une séparation des chromosomes homologues de chaque paire Au cours de la prophase, les chromosomes homologues condensés, formés de deux chromatides issues de la réplication en interphase, s apparient ; A la métaphase, ces paires de chromosomes se placent sur l équateur de la cellule. A l anaphase, pour chaque paire, un chromosome (toujours formé de deux chromatides) va vers un pôle et l autre vers l autre pôle. A la télophase, la cellule se coupe en 2 : Chaque cellule fille n hérite donc que de deux chromosomes et, plus précisément, d un seul exemplaire de chacune des paires présentes dans la cellule initiale : Chaque cellule fille est donc à n chromosomes mais chaque chromosome est dédoublé en deux chromatides. Méiose 2 : une séparation des chromatides de chaque chromosome A la prophase, dans chaque cellule, les lots de n chromosomes à 2 chromatides se recondensent (après une légère décondensation) A la métaphase, les chromosomes se placent à l équateur, une chromatide de part et d autre du plan équatorial A l anaphase, les chromatides se séparent et migrent aux pôles opposés de la cellule A la télophase, la cellule se coupe en 2 Chaque cellule hérite ainsi de deux chromosomes simples on obtient 4 cellules haploïdes à n chromosomes à chromatide. : 4 gamètes NB si on avait représenté la paire Y chez le père, on aurait obtenu 2 spermatozoïdes avec le chromosome x et 2 avec le chromosome Y Ainsi à l issue de la méiose les gamètes ne possèdent que la moitié du patrimoine chromosomique des parents 2) La fécondation et le rétablissement de la diploïdie La fécondation consiste en l union de deux gamètes qui sont des cellules haploïdes et conduit à la mise en commun, au sein du même noyau, des n chromosomes apportés par chacune de ces cellules. Il y a reconstitution des deux paires de chromosomes homologues, identiques morphologiquement aux deux paires des cellules diploïdes initiales à l origine des gamètes.

4 La mise en commun des n chromosomes de chacun des deux gamètes conduit par la fécondation au rétablissement dans la cellule œuf obtenue du caryotype, et donc du génome, de l espèce. Selon le spermatozoïde impliqué dans la fécondation ( ou Y) on obtiendra un caryotype 44 + ou 44 + Y (Spermatozoïde ) Paire n Paire Ainsi, le caryotype de l espèce est maintenu de génération en génération. Mais comme dans le cas de Louise, des anomalies peuvent subvenir en cours de méiose et entraîner la formation de caryotypes anormaux II Des accidents de méiose peuvent produire des caryotypes anormaux Une mauvaise répartition des chromosomes lors de la méiose peut conduire à des anomalies du caryotype. Des erreurs au cours du brassage interchromosomique peuvent entraîner la formation de gamètes anormaux. Ces anomalies peuvent intervenir en méiose ou en méiose 2 ) Une non disjonction des chromosomes homologues en anaphase Schéma ci-dessous : chez la mère : problème de séparation de chromosomes sexuels lors de l anaphase

5 Après fécondation avec un spermatozoïde normal contenant et, on obtient : Chez la mère, 0 MONOSOMIE, 0, TRISOMIE, Lors de la fécondation avec un spermatozoïde normal portant le chromosome, on pourra obtenir des cellules œufs trisomiques (3 chromosomes ) comme dans le cas de Louise. Après fécondation avec un spermatozoïde normal contenant et, on obtient : 2) une non disjonction des chromatides en anaphase 2, Chez la mère NORMALE, MONOSOMIE, 0 TRISOMIE, Schéma ci-dessus : chez la mère : problème de séparation des chromatides d un chromosome sexuels lors de l anaphase 2

6 Lors de la fécondation avec un spermatozoïde normal portant le chromosome, on pourra obtenir une cellule œuf trisomique (3 chromosomes ) comme dans le cas de Louise. Mis dans ce cas nous devons aussi considérer qu il y a une possibilité que cette anomalie se soit déroulée pendant la formation des spermatozoïdes, chez le père Chez le père, porteur du couple de chromosomes Y dans la paire de chromosomes sexuels, le seul cas possible, pour produire un spermatozoïde porteur de est la séparation défectueuse des chromatides lors de la méiose 2 Après fécondation avec un ovule norma contenant et, on obtient :, Y NORMALE Y, Y Paire Y MONOSOMIE, 0 TRISOMIE, Ainsi, grâce à l alternance de la méiose et de la fécondation au cours du cycle de développement de l homme, le caryotype caractéristique de notre espèce est maintenu constant au fil des générations. Cependant au cours de la méiose, des erreurs peuvent se produire et entraîner la formation de gamètes anormaux. - erreur de répartition des chromosomes homologues en méiose - erreur de répartition de chromatides en méiose 2 Dans le cas de Louise c est la rencontre d un de ces gamètes porteur de 2 chromosomes avec un gamète normal également porteur d un chromosome lors de la fécondation qui a entraîné la formation d une cellule oeuf Triplo Ces erreurs ont pu se dérouler en méiose ou 2 chez la maman de Louise ou en méiose 2 chez son papa Méiose et fécondation permettent ainsi généralement la stabilité du caryotype humain sans pour autant entraîner une uniformité des individus. Les variants existants nous rappellent que ce caryotype s inscrit dans une histoire évolutive complexe des chromosomes.

7 Au cours du temps, des anomalies de méiose sont parfois à l origine d innovations génétiques qui sont sélectionnées par l environnement, conservées et donc sources de diversification du vivant : Des erreurs étendues de méiose peuvent être à l origine de polyploïdisation, doublement du nombre de chromosomes dans le caryotype, événement relativement fréquent chez les végétaux par exemple, à l origine de nouvelles espèces. Des erreurs plus localisées au cours du brassage intrachromosomique, comme des crossing over anormaux sont à l origine de duplications et de créations de nouveaux gènes. On peut se demander comment ces innovations sont sélectionnés, ou pas, par l environnement et comment elles évoluent dans les populations.

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Partie 1, Chapitre 4 INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Constat : à l'exception des jumeaux, chaque individu est unique. Ses caractères héréditaires dependent des info génétiques (allèles) portées

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Séquence 1 Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Sommaire 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN 2. Variabilité

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée

Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée 1 1 Reproduction sexuée et stabilitéde l espèce 2 2 L évolution du nombre de chromosones au cours de la reproduction sexuelle Le cycle

Plus en détail

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou Fausses couches spontanées J Lansac CHU Tours Définition Avortement : expulsion produit de conception avant 22SA ou enfant

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

Coordinateur Roland Calderon

Coordinateur Roland Calderon SVT-3 e -/Sciences de la Vie et de la Terre-/ erre-/-programme 2008 LIVRE DU PROFESSEUR Coordinateur Roland Calderon Les auteurs Vincent Béranger Professeur à Paris Louis-Marie Couteleau Professeur à Paris

Plus en détail

Dépistage drépanocytose. Édition 2009

Dépistage drépanocytose. Édition 2009 Dépistage drépanocytose Édition 2009 ÊTre hétérozygote et alors Madame, Monsieur, Comme tous les nouveau-nés, votre bébé a eu un prélèvement de sang au talon. Ce prélèvement a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

PARTIE I Compte pour 75 %

PARTIE I Compte pour 75 % PARTIE I Compte pour 75 % Instructions : Noircissez la lettre correspondant à la bonne réponse sur la feuille de réponse fournie. 1. Dans le diagramme, quelles structures font partie du système nerveux

Plus en détail

Introduction au Monde VégétalV. Les Champignons. Les Algues. Introduction au Monde Animal. Les Invertébr. (Les Lichens)

Introduction au Monde VégétalV. Les Champignons. Les Algues. Introduction au Monde Animal. Les Invertébr. (Les Lichens) Enseignement de Biologie des Organismes 11 ère ère année de de Licence DEUG STS STPIBGS Introduction au Monde VégétalV Les Champignons Les Algues Introduction au Monde Animal Les Invertébr brés (Les Lichens)

Plus en détail

Les débuts de la génétique

Les débuts de la génétique HPITRE 9 DES DÉBTS DE L ÉNÉTIQE X ENJEX TELS DES BIOTEHNOLOIES 1 Les débuts de la génétique est avec les travaux de regor Mendel vers la fin du XIX e siècle que furent posées les bases de la génétique.

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

Préface. Les étudiants de l Association des Médecins et Pharmaciens du Coeur (AMPC)

Préface. Les étudiants de l Association des Médecins et Pharmaciens du Coeur (AMPC) Préface Notre association regroupe les énergies bénévoles d étudiants en médecine et en pharmacie, avec pour objectif d aider et accompagner enfants, adolescents et jeunes adultes confrontés à la maladie.

Plus en détail

RAPPORT SUR LE CONCOURS D ADMISSION AUX ÉCOLES NATIONALES VÉTÉRINAIRES CONCOURS B ENV

RAPPORT SUR LE CONCOURS D ADMISSION AUX ÉCOLES NATIONALES VÉTÉRINAIRES CONCOURS B ENV Ministère de l'agriculture et de la pêche Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires RAPPORT SUR LE CONCOURS D ADMISSION AUX ÉCOLES NATIONALES VÉTÉRINAIRES CONCOURS B ENV Session 2005 Ministère

Plus en détail

Qu est-ce qu un test génétique?

Qu est-ce qu un test génétique? 8 Vous pouvez rechercher les laboratoires de diagnostic dans votre pays par nom de maladie ou de gène à l'adresse suivante: Qu est-ce qu un test génétique? http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/clinicallabs.php?lng=fr

Plus en détail

Exercices de génétique classique partie II

Exercices de génétique classique partie II Exercices de génétique classique partie II 1. L idiotie phénylpyruvique est une maladie héréditaire dont sont atteints plusieurs membres d une famille, dont voici l arbre généalogique : 3 4 5 6 7 8 9 10

Plus en détail

SITUATION PROFESSIONNELLE

SITUATION PROFESSIONNELLE PÔLE Biologie et microbiologie appliquées Ergonomie-soins Sciences médico-sociales Animation et éducation à la santé Nutrition-alimentation Services à l usager SITUATION N 1 COMPETENCES C.2.2.1. Présenter

Plus en détail

P.S.E. 1 ère situation d évaluation

P.S.E. 1 ère situation d évaluation Lycée X Ville Session 201 P.S.E. 1 ère situation d évaluation Première Bac Professionnel Spécialité du diplôme Académie de Nancy-Metz Durée : 55 minutes NOM :. Prénom :. NOTE : / 18 NOTE : / 09 FOLIO :

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Le risque familial de cancer du sein et/ou de l ovaire

Le risque familial de cancer du sein et/ou de l ovaire Couv ImpoLIVRET GENETIQ 10/09/02 18:13 Page 2 Le risque familial de cancer du sein et/ou de l ovaire Livret d'information et de dialogue HAPPY DOC - 382 932 470 RCS Nanterre - Imprimé en France à l usage

Plus en détail

LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES

LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES HÉRÉDITAIRES BIO-5065-2 GUIDE D APPRENTISSAGE BIOLOGIE Janvier 2005 Version révisée (avril 2005) 2 Ce document, produit par la Commission scolaire Marie-Victorin, reprend

Plus en détail

AVIS N 75. Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi

AVIS N 75. Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 75 Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi Le CCNE a été saisi par Claire Brisset, Défenseure

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

Hervé de BOHAN QUE SONT DEVENUES LES LOIS DE MENDEL? Directeur de Thèse : Professeur F. PICARD

Hervé de BOHAN QUE SONT DEVENUES LES LOIS DE MENDEL? Directeur de Thèse : Professeur F. PICARD 1 Hervé de BOHAN QUE SONT DEVENUES LES LOIS DE MENDEL? Thèse Médecine - RENNES - 1999 Directeur de Thèse : Professeur F. PICARD 2 3 "Méfions-nous de ces mythes qui nous abusent" attribué à François RABELAIS

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie LES LEVURES UE «levures» -5 avril: généralités (MN Simon) -6 avril: analyse génétique (MN Simon) -6 avril: Cycle cellulaire I: la réplication (E. bailly) -7 avril: Cycle cellulaire II: la mitose (E. Bailly)

Plus en détail

La maladie de Stargardt

La maladie de Stargardt La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Stargardt.

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Centre de stérilité masculine et Centre d Études et de Conservation des Œufs et du Sperme humain CECOS Midi-Pyrénées Hôpital Paule de Viguier 330 avenue de Grande-Bretagne CHU de Toulouse 2005 Brochure

Plus en détail

Nouvelles techniques moléculaires de dépistage prénatal de l aneuploïdie chromosomique

Nouvelles techniques moléculaires de dépistage prénatal de l aneuploïdie chromosomique MISE À JOUR TECHNIQUE DE LA SOGC MISE À JOUR TECHNIQUE DE LA SOGC N 210, juillet 2008 Nouvelles techniques moléculaires de dépistage prénatal de l aneuploïdie chromosomique La présente mise à jour technique

Plus en détail

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée EXAMENS D'ADMISSION Admission RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES MATIÈRES Préparation en 3 ou 4 semestres Formation visée Préparation complète en 1 an 2 ème partiel (semestriel) Niveau Durée de l examen

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

Le logiciel : un outil de gestion des données, une aide pour le choix des techniques et un outil de communication pour le personnel de terrain

Le logiciel : un outil de gestion des données, une aide pour le choix des techniques et un outil de communication pour le personnel de terrain Le logiciel : un outil de gestion des données, une aide pour le choix des techniques et un outil de communication pour le personnel de terrain La WALLONIE comprend 262 communes Communes de 1 à 5.000 habitants

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés Les vers marins A partir des vers marins, les animaux se complexifient dans l organisation de leur tissus. Nous avons vu qu avec les coraux, les organismes possédaient deux feuillets séparés d une gelée.

Plus en détail

Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures. Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht

Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures. Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht Alimentation et démographie mondiale Augmentation annuelle de 80 millions Croissance surtout dans

Plus en détail

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 112 Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l

Plus en détail

La rétinite pigmentaire Rod-cone dystrophie Retinitis pigmentosa

La rétinite pigmentaire Rod-cone dystrophie Retinitis pigmentosa Rod-cone dystrophie Retinitis pigmentosa La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée

Plus en détail

Epreuve de biologie... 2 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 9

Epreuve de biologie... 2 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 9 Epreuve de biologie... 2 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 9 Travaux pratiques de biologie... 17 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 26 Travaux d initiative personnelle encadrés

Plus en détail

R41 REGLE DE PRESCRIPTION. Télésécurité. Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000)

R41 REGLE DE PRESCRIPTION. Télésécurité. Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000) R41 REGLE DE PRESCRIPTION Télésécurité Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000) Fédération Française des Sociétés d'assurances Cette règle a été élaborée au sein des instances de

Plus en détail

Gènes Diffusion - EPIC 2010

Gènes Diffusion - EPIC 2010 Gènes Diffusion - EPIC 2010 1. Contexte. 2. Notion de génétique animale. 3. Profil de l équipe plateforme. 4. Type et gestion des données biologiques. 5. Environnement Matériel et Logiciel. 6. Analyses

Plus en détail

Univers Vivant Révision. Notions STE

Univers Vivant Révision. Notions STE Univers Vivant Révision Notions STE Chap. 13) L Écologie 1) a) Qu est-ce que l empreinte écologique? L empreinte écologique correspond à la surface terrestre et aquatique totale nécessaire à un individu,

Plus en détail

ALGORITHME GENETIQUE ET MODELE DE SIMULATION POUR L'ORDONNANCEMENT D'UN ATELIER DISCONTINU DE CHIMIE

ALGORITHME GENETIQUE ET MODELE DE SIMULATION POUR L'ORDONNANCEMENT D'UN ATELIER DISCONTINU DE CHIMIE ALGORITHME GENETIQUE ET MODELE DE SIMULATION POUR L'ORDONNANCEMENT D'UN ATELIER DISCONTINU DE CHIMIE P. Baudet, C. Azzaro-Pantel, S. Domenech et L. Pibouleau Laboratoire de Génie Chimique - URA 192 du

Plus en détail

LOCATAIRE, OUVRE-MOI!

LOCATAIRE, OUVRE-MOI! LOCATAIRE, OUVRE-MOI! LOCATAIRE, OUVRE-MOI! Les relations entre un propriétaire et un locataire ne sont pas toujours faciles. C est pourquoi il existe des lois et des règlements. Ce petit document tente

Plus en détail

Le nouvel eugénisme : trier l humanité dans l œuf

Le nouvel eugénisme : trier l humanité dans l œuf Le nouvel eugénisme : trier l humanité dans l œuf In: Les Usages du vivant, dir. G Le Dref, Ed Neotheque, Strasbourg, 2011 Il faudrait d'abord tenter de s'entendre sur le mot «eugénisme» : pour de nombreuses

Plus en détail

G uide M éthodologique

G uide M éthodologique MESURES DE PROTECTION DES MINEURS Suivez le guide!!! AVRIL 2015 G uide M éthodologique Document actualisé le 07 avril 2015 par Le Service en charge des Mesures de Protection des Mineurs de l UDAF de la

Plus en détail

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique TRAIT FALCIFORME Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique Une analyse sanguine a été effectuée chez votre enfant, soit à la naissance, soit à la demande de votre médecin. Cette analyse a démontré

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer NIVEAU DISCIPLINE CAPACITÉ COMPÉTENCE MOTS CLÉS ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer 1. TITRE : TRIER

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

E-MANUEL SVT. http://lewebpedagogique.com/arnaud/ Auteur : Liliane Arnaud Soubie

E-MANUEL SVT. http://lewebpedagogique.com/arnaud/ Auteur : Liliane Arnaud Soubie E-MANUEL SVT CLASSE DE TROISIEME http://lewebpedagogique.com/arnaud/ Auteur : Liliane Arnaud Soubie Edité le 15/10/2009, actualisé le11/03//2010 SOMMAIRE : A / UNITE ET DIVERSITE DES ETRES HUMAINS -A1/

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Protection individuelle

Protection individuelle Protection individuelle Franchise annuelle Ce plan n'est plus offert 200 $ 900 $ depuis le 1er mars 2015 1 006 $ / / 18-24 87,88 $ 71,71 $ - 39,35 $ 37,08 $ 63,91 $ 25-29 91,38 $ 74,47 $ - 41,04 $ 38,86

Plus en détail

Depuis des milliers de générations, le ver à soie est l objet d une sélection

Depuis des milliers de générations, le ver à soie est l objet d une sélection Production de soie et caractéristiques des glandes séricigènes de 13 races de ver à soie (Bombyx mori) J. M. FAYARD Laboratoire de biométvie, Dépavtement de biologie générale et appliquée Université Claude

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA RESTAURATION SCOLAIRE ( ET PERISCOLAIRE EN ANNEXE)

REGLEMENT INTERIEUR DE LA RESTAURATION SCOLAIRE ( ET PERISCOLAIRE EN ANNEXE) REGLEMENT INTERIEUR DE LA RESTAURATION SCOLAIRE ( ET PERISCOLAIRE EN ANNEXE) Il appartient à la Ville de Meudon d organiser le temps de restauration scolaire (de 11h30 à 13h20) dans les écoles maternelles

Plus en détail

Fécondation in vitro avec don d ovocytes

Fécondation in vitro avec don d ovocytes Fécondation in vitro avec don d ovocytes Ref. 155 / abril 2009 Service de Médecine de la Reproduction Gran Vía Carlos III 71-75 08028 Barcelona Tel. (+34) 93 227 47 00 Fax. (+34) 93 491 24 94 international@dexeus.com

Plus en détail

Les lois de bioéthique : cinq ans après

Les lois de bioéthique : cinq ans après Les lois de bioéthique : cinq ans après Sommaire Introduction... 4 Première partie Le clonage, la recherche sur l embryon et l assistance médicale à la procréation... 7 Faut-il interdire explicitement

Plus en détail

Manuel Bioéthique. des Jeunes NOUVELLE ÉDITION ACTUALISÉE ET AUGMENTÉE

Manuel Bioéthique. des Jeunes NOUVELLE ÉDITION ACTUALISÉE ET AUGMENTÉE Manuel Bioéthique des Jeunes NOUVELLE ÉDITION ACTUALISÉE ET AUGMENTÉE Manuel Bioéthique des Jeunes Quoi de plus intime à la vie que la vie elle-même, l'histoire de nos premiers et de nos derniers instants?

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Marie Curie Actions Marie Curie Career Integration Grant (CIG) Call: FP7-People-2012-CIG

Marie Curie Actions Marie Curie Career Integration Grant (CIG) Call: FP7-People-2012-CIG Marie Curie Actions Marie Curie Career Integration Grant (CIG) Call: FP7-People-2012-CIG Genomerge : role of genome merger and redundancy in plant evolution and adaptation Mathieu ROUSSEAU- GUEUTIN UMR-

Plus en détail

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE 1 TABLE DES MATIERES 1. Un petit mot d introduction 2. En quoi consiste le don d ovocyte? 3. A qui s adresse le don d'ovocyte? 4. Les différents types de don d ovocyte A. Le don anonyme B. Le don dirigé

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA GESTATION POUR AUTRUI n LC 182 Janvier 2008 - 3 - LA GESTATION POUR AUTRUI Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

LE RÉSEAU SOCIAL COURS PSY 1951B RELATIONS INTERPERSONNELLES (2004-05) LE RÉSEAU SOCIAL

LE RÉSEAU SOCIAL COURS PSY 1951B RELATIONS INTERPERSONNELLES (2004-05) LE RÉSEAU SOCIAL LE RÉSEAU SOCIAL COURS PSY 1951B RELATIONS INTERPERSONNELLES (2004-05) LE RÉSEAU SOCIAL Menu 1. Définitions 2 La mesure du réseau social a) la «cartographie» du réseau social b) les indices 3. L approche

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 214 à 9 h 3 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées

Plus en détail

LA SCLEROSE EN PLAQUES

LA SCLEROSE EN PLAQUES RICHARD GONSETTE LA SCLEROSE EN PLAQUES Maladie, espoirs et réalités FONDATION CHARCOT Editeur 1 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 7 UN PEU D'HISTOIRE 9 COMMENT CONNAÎTRE UNE MALADIE : L'EPIDEMIOLOGIE 15

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

La planification familiale pour les femmes et couples après une réparation de la fistule

La planification familiale pour les femmes et couples après une réparation de la fistule La planification familiale pour les femmes et couples après une réparation de la fistule Fistula Care à EngenderHealth 440 Ninth Avenue, 13th Floor New York, NY, USA 10001 Tel: 212-561-8000 E-mail: fistulacare@engenderhealth.org

Plus en détail

IV. La ressemblance entre apparentés

IV. La ressemblance entre apparentés IV. La ressemblance entre apparentés La ressemblance entre apparentés est un phénomène de constatation courante chez l homme. Cependant, les proverbes «tel père, tel fils» et «à père avare, fils prodigue»

Plus en détail

LES MALADIES GÉNÉTIQUES RARES :

LES MALADIES GÉNÉTIQUES RARES : O P É R A T I O N P I È C E S J A U N E S 2 0 1 4 cahier pédagogique LES MALADIES GÉNÉTIQUES RARES : DES DIFFÉRENCES QUI NOUS RASSEMBLENT ÉDITORIAL En janvier 2014, nous allons célébrer le 25 e anniversaire

Plus en détail

«Laissez-moi jouer en sécurité»

«Laissez-moi jouer en sécurité» 12 MISE EN PLACE DU CODE DU FAIR-PLAY Publicité pour le Code Tous les parents, les joueurs, les éducateurs et les arbitres doivent se familiariser avec les Règles du jeu et le Code du Fair-play avant le

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Le divorce est à ce jour le seul moyen permettant d instruire la fin juridique des relations entre deux individus mariés. Ces dernières années, la banalisation

Plus en détail

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Rappel : Distributivité simple Soient les nombres, et. On a : Factoriser, c est transformer une somme ou une différence de termes en

Plus en détail

Le compte financier 2009

Le compte financier 2009 Le compte financier 2009 Référence : - Message Rconseil n 2009-436 - La lettre aux recteurs DAFA3/08-104 du 18 novembre 2008 Un certain nombre de contrôle bloquant ont été introduit dans GFC 2009 confer

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Que faire lorsqu on considère plusieurs variables en même temps?

Que faire lorsqu on considère plusieurs variables en même temps? Chapitre 3 Que faire lorsqu on considère plusieurs variables en même temps? On va la plupart du temps se limiter à l étude de couple de variables aléatoires, on peut bien sûr étendre les notions introduites

Plus en détail

Fourniture, mise en service et maintenance d un copieur au groupe scolaire du bourg

Fourniture, mise en service et maintenance d un copieur au groupe scolaire du bourg Marchés publics de fournitures courantes et de services Ville de CLOHARS-CARNOET Fourniture, mise en service et maintenance d un copieur au groupe scolaire du bourg Cahier des clauses techniques particulières

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Banque Agro-Veto Session 2014 Rapport sur les concours A filière BCPST

Banque Agro-Veto Session 2014 Rapport sur les concours A filière BCPST 1 Épreuve de biologie Épreuve non prise en compte au concours PC BIO Concours Nb cand. Moyenne Ecart type Note la plus basse Note la plus haute A BIO 2158 11,94 4,10 1 20 A ENV 883 13,54 3,69 1,5 20 Ce

Plus en détail

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN LA CONTRACEPTION 1 SATISFACTION DES PATENTES SUR L INFORMATION REÇUE EN POST PARTUM INTRODUCTION Contexte : 2 Élargissement des compétences de SF (contraception & gynécologie de prévention) (1) Rôle dans

Plus en détail

LA DÉFICIENCE EN FACTEUR XII

LA DÉFICIENCE EN FACTEUR XII LA DÉFICIENCE EN FACTEUR XII UNE MALADIE HÉRÉDITAIRE DE LA COAGULATION DU SANG BROCHURE D INFORMATION Remerciement La présente brochure d information sur la déficience en Facteur XII a été préparée par

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service facultatif rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Focus. Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés.

Focus. Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés Focus Juillet 2007 Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes Conception et réalisation

Plus en détail

Chapitre 11 Gestion d une affaire

Chapitre 11 Gestion d une affaire Chapitre 11 Gestion d une affaire GENERALITES SUR LA GESTION D UNE AFFAIRE p. 2 1-PREPARATION DE L AFFAIRE A : Le cahier des charges p.2 Exercice 1 B : Le devis estimatif p.6 Exercice 2 C : Conception

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

Patient Diagnostics Tests Rapides Désir d Enfant

Patient Diagnostics Tests Rapides Désir d Enfant Enceinte ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides Désir d Enfant Les tests uniques en leur genre d aide à la planification familiale à utiliser chez soi Test d ovulation Test de grossesse précoce Test

Plus en détail