I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie"

Transcription

1 LES LEVURES

2 UE «levures» -5 avril: généralités (MN Simon) -6 avril: analyse génétique (MN Simon) -6 avril: Cycle cellulaire I: la réplication (E. bailly) -7 avril: Cycle cellulaire II: la mitose (E. Bailly) -8 avril: les analyses systématiques (MN Simon) -25 avril: Cycle cellulaire III: régulation par protéolyse (E. Bailly) -26 Avril: TD I (R Eluere) -27 avril: la transmission des signaux (MN Simon) -28 avril: TD II (R. Eluere) -29 avril: les mécanismes de contrôle (E. Bailly) -29 avril: séminaire recherche (Y. Corda) -2 mai: séminaire recherche (MN Simon) -3 mai: séminaire recherche (E. Bailly)

3 I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie Les levures vivent sur les fruits, les fleurs et autres sources contenant des sucres. Les levures survivent à un large spectre de type environementaux: Gamme de tolérance de température: de 0 à 55 C Température de prolifération: de 12 à 40 C Tolérance au ph: croissance possible de ph Tolérance presque complète vis à vis de la déssication (levures sèches) Tolérance vis à vis de la pression osmotique: les levures peuvent pousser et fermenter jusquà des concentrations en sucre de l ordre de 3M. Tolérance alcoolique: jusqu à 20% d alcool.

4 La levure Saccharomyces cerevisiae: utilisations - Saccharomyces cerevisiae est la principale levure pour la production vinicole (forte capacité de fermentation, tolérance au faible ph et aux hauts niveaux d alcool) - Saccharomyces cerevisiae est la levure de bière (fermente en présence d oxygène) - Saccharomyces cerevisiae est la levure de boulanger (production rapide de dioxide de carbone à partir de sucres) - Outil biotechnologique pour le production de protéines d intéret commercial - Outil de criblage de nouveaux médicaments - C est un des principaux modèles cellulaires eucaryotes en recherche fondamentale du fait de la performance des outils génétiques et de biologie moléculaire et cellulaire qui y ont été développés.

5 Les autres levures d intéret Schizosaccharomyces pombe: autre levure modèle en biologie moléculaire et cellulaire Kluyveromyces lactis: la levure du lait est utilisé comme modèle pour des applications biotechnologiques Candida albicans: étudiée en tant que pathogène de l homme. Saccharomyces carlsbergensis and Saccharomyces bayanus sont proches de S. cerevisiae. éspèces d intéret vinicole. Pichia stipidis, Hansenula polymorpha, Yarrovia lipolytica sont énormément utilisés pour la production de protéines hétérologues. Champignons filamenteux constituent un large groupe de modèles génétiques (Cryptococcus, Aspergillus, Neurospora...). Ce groupe inclus certains pathogènes de l homme.

6 Saccharomyces cerevisiae -S. cerevisiae se divise par bourgeonnement. taille 4-7 mm Le bourgeonnement résulte dans la formation de deux cellules de taille inégale. -Le cycle de vie n est pas indéfini. Les cellules mères vieillissent puis meurent (la durée de vie moyenne est de 30 à 40 divisions) -Les cellules ont une structure de type eucaryote avec: une paroi de glucan, mannan, protéines un espace périplasmique une membrane en bicouche lipidique un noyau avec un nucléole des vacuoles un appareil de sécrétion (RE, golgi, vésicules de sécrétion) des mitochondries...

7 Matériel génétique de S. cerevisiae Le génome de S. cerevisiae contient 16 chromosomes + de l ADN mitochondrial et un plasmide (2m). Les chromosomes contiennent des centromères et des télomères, plus simples que ceux des eucaryotes supérieurs. Le génome de S. cerevisiae a été le premier génome eucaryote séquencé dans sa totalité (1996).

8 Le génome de S. cerevisiae contient environ 6,200 genes. A peu près 1/3 des gènes ont été caracterisés par des analyses génétiques, 1/3 présentent des homologies permettant la détermination de leur fonction et 1/3 ne sont homologues à aucun gène connu.

9 II. NOMENCLATURE Le nom des gènes de levure contient 3 lettres et jusqu à 3 chiffres:gpd1, HSP12, PDC6...Ces 3 lettres ont souvent une signification, liée à la fonction du gène Le gène sauvage est écrit en majuscule et en italique: TPS1, RHO1, CDC28... Les gènes portant une mutation récessive sont écrits en minuscule et en italique: tps1, rho1, cdc28 Les allèles mutants sont réprésentés par un tiret et un nombre : tps1-1, rho1-23, cdc28-2 Le produit d un gène est écrit avec une lettre majuscule suivie de deux minuscules. sans italique. un p est souvent ajouté à la fin. Tps1p, Rho1p, Cdc28p Beaucoup de gènes ont été identifiés lors du séquençage du génome et restent sans fonction connue. Ils sont nommés YDR518C, YML016W..., avec: Y pour yeast La deuxième lettre désigne le chromosome (D=IV, M=XIII...) L ou R désigne le bras droit (Right) ou gauche (Left) du chromosome. Les trois chiffres correspondent au n de l ORF compté à partir du centromère. C or-c et W disent sur l ORF est transcrite sur le brin Crick or Watson Comme pour toute règle, il existe quelques exceptions: HO, MAT...

10 III. Cycle de vie des levures Budding Yeast Fission Yeast

11

12 IV. Le bourgeonnement Bourgeonnement axial (cellules haploïdes) Bourgeonnement bipolaire (cellules diploïdes) F M F M F M

13 Le bourgeonnement correspond à une polarisation de la croissance cellulaire et à un partage des organelles entre les deux compartiments cellulaires (la cellule mère et le bourgeon). Cette polarisation est liée à une réorganisation du cytosquelette d actine. Myo2 câbles d actine vacuole noyau CAP ASH1 mrna mitochondries Réseau de septines myo4

14 La mise en place du bourgeon est sous la dépendance d une petite G protéine de la famille des RHO: Cdc42. cdc42-1 Cdc42 fluctue entre deux formes: liée au GDP (inactif) ou liée au GTP (actif). Cdc42 est activé par un Guanosine Exchange Factor, Cdc24 et inactivé par des GTPase Activating Protein, Rga1-Bem3 et Bem2. Cdc24 Cdc42 GDP GAP: Rga1, Bem3, Bem2 Cdc42 GTP

15 Le complexe de polarisation est recruté à la membrane via l interaction entre Cdc24 et le marqueur de site Rsr1. Rsr1 est aussi un activateur de Cdc24. Le complexe de polarisation est stabilisé au site de croissance par deux mécanismes: le recrutement de la protéine Bem1 par la forme Cdc42-GTP et la stabilisation de la forme Cdc24 active par une interaction Cdc24/Bem1. Rsr1 Cdc24 Cdc24 Cdc42 GDP Bem1 GAP: Rga1, Bem3, Bem2 Cdc42 GTP Cdc42-GTP active un certain nombre d effecteurs PAK: Cla4, Ste20 Bni1 Gic1,2 exocyst organisation de l actine nucléation de l actine Stabilisation du complexe fusion des vésicules de sécrétion

16 Mise en place du site de pré-bourgeonnement et croissance du bourgeon Marqueurs spécifiques de site Marqueurs Généraux Rsr1 Cdc24 Bem1 Cdc42 Bem3 Rga1 Polarisome Cla4/Ste20 Membrane plasmique Rsr1: petite G protéine (famille des Ras) Cdc42: p21 GTPase (famille des Rho) Cdc24: Guanosine exchange factor de Cdc42 Rga1,Bem3: GTPase activating protein Ste20/Cla4: PAK ( p21 Activated protein Kinases) Polarisome: Bni1, Spa2, Bud6, Pea2 septines

17 Le même type de polarisation se met en place lors de la conjugaison shmooing bourgeonnement

18 Les cellules de type sexuel opposé peuvent conjuguer prolifération des haploïdes arrêt du cycle et «shmooing» zygote: fusion cellulaire et nucléaire bourgeonnement du zygote sporulation Les cellules présentent donc un certain niveau de spécialisation: pour la conjugaison (cellules haploïdes) ou pour la méiose et la sporulation (cellules diploïdes)

19 V. La conjugaison Les cellules haploïdes émettent des phéromones (facteurs a ou a) détectées par les cellules de type sexuel opposé grâce à des récepteurs spécifiques. Les phéromones induisent un arrêt du cycle cellulaire et des transcriptions spécifiques La fusion cellulaire et nucléaire des deux cellules haploïdes aboutit à la formation d une cellule diploïde

20 Yeast sexual cycle fusion nucléaire fusion cellulaire Attachement des cellules

21 VI. DETERMINATION DU TYPE SEXUEL Les différences entre les types cellulaires sont déterminées par le locus MAT (mating-type locus) MAT est situé au milieu du chromosome III. les cellules exprimant l allèle MATa ont un phénotype a les cellules exprimant l allèle MATa ont un phénotype a les cellules exprimant les deux allèles ont un phénotype diploïde. Les deux allèles codent pour des protéines qui régulent l expression de sets de gènes spécialisés. Les produits du locus MAT sont au sommet d une cascade qui spécifie la différenciation des cellules.

22 Le locus MAT Le locus MAT peut coder pour trois protéines régulatrices: - a1 est codée par l allèle MATa - a1 et a2 sont codées par l allèle MATa

23 Données génétiques sur les cellules haploïdes. Les mutations dans a1 empêchent l expression des gènes a spécifiques: le facteur a1 est un régulateur positif des gènes a spécifiques. Les mutations dans a2 entraînent l expression des gènes a spécifiques dans les cellules a : le facteur a2 est un régulateur négatif des gènes a spécifiques. Les mutations dans a1 sont sans effet sur les cellules haploïdes de type a: les gènes de type a sont donc exprimés du fait de l absence du régulateur négatif a2

24 cellules haploïdes de type a gènes a gènes a gènes haploïdes spécifiques Les facteurs Mata1p et Mata2p sont produits Mata1p active les gènes spécifiques du type a. Mata2p réprime les gènes spécifiques du type a. Les gènes spécifiques des cellules haploïdes sont exprimés.

25 cellules haploïdes de type a Le facteur Mata1p est produit les gènes spécifiques du type a et les gènes spécifiques des cellules haploïdes sont exprimés du fait de l absence de a2 les gènes spécifiques du type a ne sont pas induits du fait de l absence de a1

26 cellules diploïdes a/a - Les deux locus sont présents dans la cellule - le facteur a2p réprime l expression des gènes a-specific - les protéines a1 et a2 forme un nouveau facteur qui réprime l expression des gènes haploïdes-spécifiques et l expression du gène a1 - les gènes a-specific ne sont pas exprimés du fait de l absence de a1

27 Mcm1, un co-facteur important MCM1 est nécessaire au contrôle de l expression du locus MAT. MCM1 est exprimé dans tous les types cellulaires. La protéine Mcm1 se lie aux sites régulateurs des gènes a et a-spécifiques et est un régulateur positif des deux types de gènes. Mcm1 peut se lier aux séquences régulatrices a mais doit former un dimère avec a1pour se lier aux séquences régulatrices des gènes a spécifiques.

28 cellules haploïdes de type a Mcm1 induit l expression des gènes a-spécifiques et haploïdes spécifiques

29 cellules haploïdes de type a Les facteurs Mata1p et Mata2p sont produits Mata1p + Mcm1p activent les gènes a-spécifiques Mata2p + Mcm1p répriment les gènes a-spécifiques Mcm1p induit l expression des gènes haploïde-spécifiques

30 cellules diploides a/a Mata2 + Mcm1 repriment les gènes a-spécifiques Mata1 + Mata2 repriment les gènes haploide-specifiques et MATa1 Mata1 n est pas présent pour activater les gènes a- specifiques

31 VII.Changement de type sexuel Les souches de laboratoire sont stables sous forme haploïde (a ou a). Dans la nature, S. cerevisiae n existe que de façon transitoire sous forme haploïde. Une souche naturelle amenée au laboratoire peut être induite à sporuler (carence en azote). Les spores isolés vont donner naissance à une population de cellules haploïdes. Cependant, on observera rapidement l apparition spontanée de cellules diploïdes La différence entre les souches naturelles et de laboratoire tient à une mutation dans un seul gène: HO (pour homothallisme).

32 Changement de type sexuel Le changement de type sexuel est lié à un réarrangement chromosomique programmé. Au cours de ce processus, une cellule haploïde va se diviser puis la cellule mère va changer de type sexuel. Deux cellules de type sexuel opposé sont donc générées. Le cycle de division cellulaire des haploïdes donne donc naissance à deux cellules capables de conjuguer.

33

34 Changement de type sexuel Les analyses génétiques ont identifié trois zones sur le chromosome III: - Le locus MAT localisé au centre du chromosome. - Les locus HML et HMR (pour hidden MAT Right and Left ). HML (left arm) contient une copie silencieuse de MATa. HMR (right arm) contient une copie silencieuse de MATa.

35 Conversion génique au locus MAT Au cours du changement de type sexuel, l information au locus MAT est remplacée par l information des locus HMR ou HML. L échange d informations entre les locus MAT et HM n est pas réciproque. Cet échange d information correpond à une conversion gènique et est initié par une endonucléase spécifique d un site proche du locus MAT. Cette endonucléase est le produit du gène HO.

36 le type sexuel ( mating type ) est déterminé par l allèle (a or a) porté par le locus MAT. L allèle mating type specific (a or a) est introduit au locus MAT par recombinaison. Une copie silencieuse (non transcrite) de chaque allèle est stockée au niveau de HMLa et HMRa

37

38 Transcriptional silencing Comment les locus HMLa et HMRa sont ils maintenus transcriptionellement silencieux? La structure de la chromatine autour de HMLa et HMRa est condensée (heterochromatine) Les histones sont déacetylées l ensemble bloque l accès à la machinerie de transcription.

39 Silent Information Regulator (SIR) proteins Active both at HML and HMR and telomeres Origin Recognition Complex (ORC) Has several roles in initiating DNA replication and coordinating replication and transcription Origins are active on plasmids but not on the chromosome Transcription Factors Rap1p and Abf1p

40 SPÉCIFICITÉ MATERNELLE DU CHANGEMENT DE TYPE SEXUEL -L endonucléase HO n est produite que dans la cellule mère -l expression du gène HO est réprimé dans la cellule fille par le répresseur transcriptionnel Ash1 -l ARNm codant pour Ash1 est spécifiquement transporté dans le bourgeon pendant l anaphase Darzacq et al.curr.opin. Microbiol. 2003

41 L ARNm de ASH1 contient 4 «zipcodes» reconnus par une RNA-binding protein She2. She2 s associe via She3 à She1/Myo4, une protéine myosinlike qui fournit la force motrice pour le transport le long des fibres d actine.

42

43 Pourquoi les cellules diploïdes sporulent-elles? -Dans la nature, les levures prolifèrent sous forme diploïde (plus résistante), alors pourquoi le sporulation? - les spores sont une forme de résistance aux conditions extrèmes - la sporulation est un moyen de protéger le génome contre l accumulation de mutations. - la méiose est un moyen de créer de nouvelles combinaisons d allèles éventuellement avantageuses -Pourquoi le changement de type sexuel à chaque génération: - Si une seule spore de la tétrade survie, il peut y avoir conjugaison entre la cellule mère et la cellule fille après la première division.

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Le cycle cellulaire: Introduction

Le cycle cellulaire: Introduction Le cycle cellulaire: Introduction Dr Gerardo Ferbeyre Département de biochimie, E515 g.ferbeyre@umontreal.ca A étudier pour l examen L étude du cycle cellulaire est fascinante: Permet la compréhension

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

BIOLOGIE MOLECULAIRE

BIOLOGIE MOLECULAIRE BIOLOGIE MOLECULAIRE I. Eléments importants de la structure des génomes eucaryotes 1. Chromosomes et chromatines a) Caractéristiques générales d'un chromosome Les chromosomes des eucaryotes sont des grosses

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques Atelier 5/11/2013 Structure de la chromatine et marques épigénétiques La chromatine ADN ADN + Histones = Nucleosome ADN + Protéines + ARNs = Chromatine Niveau extrême de condensation = Chromosome métaphasique

Plus en détail

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE Organisé par l équipe pédagogique : Statistique bioinformatique du département IMATH Responsable de la formation : Pr. Jean-François Zagury Coordinateur des

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

Les débuts de la génétique

Les débuts de la génétique HPITRE 9 DES DÉBTS DE L ÉNÉTIQE X ENJEX TELS DES BIOTEHNOLOIES 1 Les débuts de la génétique est avec les travaux de regor Mendel vers la fin du XIX e siècle que furent posées les bases de la génétique.

Plus en détail

Présentée et soutenue publiquement par. Guénola DRILLON. le 25 février 2013. Pour obtenir le grade de DOCTEUR de l UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE

Présentée et soutenue publiquement par. Guénola DRILLON. le 25 février 2013. Pour obtenir le grade de DOCTEUR de l UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE THÈSE DE DOCTORAT DE l UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Spécialité : Informatique École Doctorale Informatique, Télécommunications et Électronique (Paris) Présentée et soutenue publiquement par Guénola

Plus en détail

Différences entre Homme et singes?

Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Apparition de l œil? Apparition du vol? Apparition des hémoglobines? Molécule d hémoglobine HEME Chaîne polypeptidique de type 2 Chaîne

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE UNIVERSITÉ DES ANTILLES-GUYANE PREMIÈRE ANNÉE COMMUNE DES ETUDES DE SANTÉ DR MARYSE ETIENNE-JULAN-OTTO Gènes VI B. LEWIN DeBoeck Université BIBLIOGRAPHIE

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS Rappels : - organisation du corps humain - La fécondation L HEREDITE ET SON SUPPORT Chaque individu possède des ressemblances et des différences même au sein d une

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

Les acides nucléiques et génomes

Les acides nucléiques et génomes Chapitre 2 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Les acides nucléiques et génomes Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps Présentation ADN Fishbase Jolien Bamps Les lois de Mendel et la transmission de l hérédité Gregor Mendel Moine et botaniste hongrois (1822-1884), en charge de maintenir le potager de son monastère Considéré

Plus en détail

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Séquence 1 Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Sommaire 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN 2. Variabilité

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Fabrice SONCIN Directeur de Recherche INSERM Institut de Biologie de

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire Produire une protéine recombinante Principes et Méthodes de Biologie Moléculaire Gabrielle Potocki-Veronese INSA-Laboratoire Biotechnologie-Bioprocédés Toulouse Equipe Ingénierie Enzymatique Moléculaire

Plus en détail

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1 SUJET 1 On réalise deux croisements expérimentaux chez la drosophile afin d étudier le devenir de deux caractères : la couleur du corps et l aspect des ailes au cours de la reproduction sexuée La longueur

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Statistique en grande dimension pour les données génomiques

Statistique en grande dimension pour les données génomiques Statistique en grande dimension pour les données génomiques Franck Picard UMR CNRS-5558, Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive franck.picard@univ-lyon1.fr January 10, 2014 F. Picard, 1/90 Outline

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

Gènes Diffusion - EPIC 2010

Gènes Diffusion - EPIC 2010 Gènes Diffusion - EPIC 2010 1. Contexte. 2. Notion de génétique animale. 3. Profil de l équipe plateforme. 4. Type et gestion des données biologiques. 5. Environnement Matériel et Logiciel. 6. Analyses

Plus en détail

Bioinformatique en génomique évolutive

Bioinformatique en génomique évolutive Bioinformatique en génomique évolutive Elsa Petit Parcours 1997-2000: Ecole d Ingénieurs des Travaux Agricoles, Bordeaux Option pathologie végétale Eté 1999: Iowa State University, Prévision de l anthracnose

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité.

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Tuteur : Jean-Sébastien Annicotte EGID CNRS UMR8199 Faculté de Médecine-Pôle Recherche, 2eme étage Bd J. Leclercq

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Plan du cours «Biologie du développement»

Plan du cours «Biologie du développement» Plan du cours «Biologie du développement» Partie I : Notions de base de la biologie du développement. Définitions, les principales étapes de l embryogenèse Les facteurs moléculaires contrôlant les processus

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

Introduction. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire 3D. L'architecture nucléaire 3D 06/11/2007

Introduction. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire 3D. L'architecture nucléaire 3D 06/11/2007 Introduction Développement en imagerie biologique Problématique biologique Production des images Traitements et analyses Résultats biologiques Deux exemples Architecture nucléaire Cycle cellulaire 2 L'architecture

Plus en détail

Univers Vivant Révision. Notions STE

Univers Vivant Révision. Notions STE Univers Vivant Révision Notions STE Chap. 13) L Écologie 1) a) Qu est-ce que l empreinte écologique? L empreinte écologique correspond à la surface terrestre et aquatique totale nécessaire à un individu,

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Les progrès de la Microbiologie : de Louis Pasteur à la «Microbiomique»

Les progrès de la Microbiologie : de Louis Pasteur à la «Microbiomique» Les progrès de la Microbiologie : de Louis Pasteur à la «Microbiomique» par le Professeur Daniel PORTETELLE 46 e Congrès pluraliste des Sciences Août 2008 1 Qu est ce que la microbiologie? Science qui

Plus en détail

Mise en place d une solution automatique de stockage et de visualisation de données de capture des interactions chromatiniennes à l échelle génomique

Mise en place d une solution automatique de stockage et de visualisation de données de capture des interactions chromatiniennes à l échelle génomique Rapport de stage de deuxième année de DUT Génie Biologique option Bioinformatique Mise en place d une solution automatique de stockage et de visualisation de données de capture des interactions chromatiniennes

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie.fr 009/2010 PCEM 1 Biologie Cellulaire P. Lemarchand IntroducKon

Plus en détail

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT activités Notions construites Mots clés Demander de décrire morphologiquement voisin/ voisine, lui demander son groupe sanguin, ses performances

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA L3 IMS ISSBA Génie Génétique Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris COLONIER Thomas, DOMEN Robin, GUERIN Nathan Filière Biotechnologie L3 IMS ISSBA La

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Focus. Novembre 2013. Notions fondamentales de génétique à l attention des underwriters en assurance-vie

Focus. Novembre 2013. Notions fondamentales de génétique à l attention des underwriters en assurance-vie Focus Novembre 2013 Notions fondamentales de génétique à l attention des underwriters en assurance-vie Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole Tous les êtres vivants hébergent h des virus Structure et réplication des virus Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie Bactéries (bactériophages) Champignons Algues Plantes Tabac Virus de la mosaïque

Plus en détail

Biologie Moléculaire

Biologie Moléculaire Université Pierre et Marie Curie Biologie Moléculaire Objectifs au cours de Biochimie PAES 2009-2010 Pr. C. Housset (Chantal.Housset@st-antoine.inserm.fr) Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Dès

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre

Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre Chaque enfant qui naît hérite de 10 à 30 nouvelles mutations ponctuelles. L essentiel des ces mutations sont heureusement des variations neutres de séquence

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Classification d ARN codants et d ARN non-codants

Classification d ARN codants et d ARN non-codants Classification d ARN codants et d ARN non-codants THÈSE présentée et soutenue publiquement le 31 mars 2009 pour l obtention du Doctorat de l Université des Sciences et Technologies de Lille (spécialité

Plus en détail

D. Locker Professeur émérite Université d Orléans

D. Locker Professeur émérite Université d Orléans Le séquençage du génome Humain : Comment a-t-il été séquencé? Que nous apprend la séquence? Et après? D. Locker Professeur émérite Université d Orléans Résumé L ADN contenu dans nos 23 paires de chromosomes

Plus en détail

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Parcours: Master 1 : Bioinformatique et biologie des Systèmes dans le Master

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

Durée i1 24 h. TD 24 h Semestre 3 Objectifs. Savoir présenter un rapport de travail en anglais et commenter le déroulement d une expérimentation.

Durée i1 24 h. TD 24 h Semestre 3 Objectifs. Savoir présenter un rapport de travail en anglais et commenter le déroulement d une expérimentation. SOM3AG23 scientifique 2 Le semestre 3 et 4 Maquette enseignements Intitulé ECTS Coeff. CM TD TP scientifique 2 3 3 24 Biostatistiques 2 3 3 12 12 Synthèse documentaire et projet stage 2 2 6 Filières professionnelles

Plus en détail

Questionnaire du 2 e tour (demi-finale)

Questionnaire du 2 e tour (demi-finale) Questionnaire du 2 e tour (demi-finale) Mercredi, le 11 février 2015 Instructions: Vous avez 100 minutes pour répondre aux 57 questions ; Aucune aide n est permise (dictionnaire, calculatrice, ) ; A chaque

Plus en détail

Gene Predictis parce que je suis unique

Gene Predictis parce que je suis unique Gene Predictis parce que je suis unique Route de Chantemerle 64 - CP 160 - CH-1763 Granges-Paccot Téléphone: +41 26 466 15 45 Fax: +41 26 466 15 46 info@genepredictis.com www.genepredictis.com Gene Predictis

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

RÉPERTOIRE RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES. 2 e édition

RÉPERTOIRE RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES. 2 e édition RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE 2 e édition Juin 2011 Réalisé par : Partenaire financier du CQVB : Objectif : Ce répertoire vise à faciliter le maillage entre les étudiants-chercheurs universitaires et

Plus en détail

Analyse des génomes. Module de Bioinformatique Appliquée. A. Les projets Génome : a) Qu est-ce qu un projet génome? Cours Analyse des génomes

Analyse des génomes. Module de Bioinformatique Appliquée. A. Les projets Génome : a) Qu est-ce qu un projet génome? Cours Analyse des génomes Module de Bioinformatique Appliquée GB3-2012 Cours Analyse des génomes 0 Analyse des génomes 1 Les objectifs des projets génomes sont : Assemblagedes cartes physiques et génétiques sur le génome de l organisme

Plus en détail