Définition générale. La publicité du médicament en France. Définition. d inciter le public à acheter un produit,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Définition générale. La publicité du médicament en France. Définition. d inciter le public à acheter un produit,"

Transcription

1 La publicité du médicament en France Définition générale! Publicité : " Activité ayant pour objet de faire connaître une marque, d inciter le public à acheter un produit, à utiliser un service ". Petit Larousse illustré 1998 Emmanuelle Bondon-Guitton Définition! Publicité pour les médicaments à usage humain : «toute forme d'information, y compris le démarchage, de prospection ou d'incitation qui vise à promouvoir la prescription, la délivrance, la vente ou la consommation de ces médicaments, à l'exception de l'information dispensée, dans le cadre de leurs fonctions, par les pharmaciens gérant une pharmacie à usage intérieur.» Publicité TV pour ACTIVIR : aciclovir N inclut pas : la correspondance, l information sur les médicaments ou les maladies 1

2 Les fondements de la publicité Schéma du fondement psychologique de la publicité Historique de la publicité du médicament! 25/10/1728 : La publicité doit être conforme aux indications thérapeutiques! Jusqu à 1789 : publicité surtout orale! Fin XVIIIème : la publicité a pour but de «faire vendre» Historique de la publicité du médicament! XIXème siècle : publicité réservée aux médicaments fabriqués à l officine Historique de la publicité du médicament! Début du XXème siècle : Affiche lithographiée de

3 Historique de la publicité du médicament Historique de la publicité du médicament! XXème siècle 1911 : Louis Vidal créé le premier réseau de visiteurs médicaux 1914 : Naissance du «Dictionnaire des spécialités pharmaceutiques» Affiche de Leonetto capiello en 1903! XXème siècle Loi du 11/09/1941 : Législation pour la publicité grand public disparition 1961 : Naissance du «Dictionnaire Vidal» Décret du 14/03/1963 : Législation pour la publicité auprès des professionnels de santé (visa a priori) Le Siècle Médical du 15/09/1929 Historique de la publicité du médicament! Loi du 24/08/1976 : Renseignements scientifiques dans la publicité auprès des professionnels de santé! 1987 : - Suppression du contrôle a priori de la publicité destinée au corps médical, - Réapparition de la publicité Grand public Réglementation française! Code de la santé publique, 5ème partie «produits de santé» Livre I : Produits pharmaceutiques Livre IV : Dispositions pénales Titre II : Médicaments à usage humain Chapitre II : Publicité Pourquoi une réglementation de la publicité? 3

4 AFSSAPS Direction de l Evaluation de la publicité, des produits cosmétique et biocides Rapport annuel d activité en ligne Département publicité et Bon usage des Produits de Santé = SECRETARIAT Unité publicité grand public et qualification des produits de santé Unité de contrôle de la publicité professionnelle Département de l'évaluation des produits cosmétiques, biocides et de tatouage Cellule vigilance et réglementation Mission études statistiques et indicateurs de qualité Groupes de Travail Commission chargée du contrôle de la publicité et de la diffusion de recommandations sur le bon usage des médicaments Relevés d avis en ligne! Composition de la Commission de la Publicité : Huit membres de droit : le directeur général de la santé, le directeur général de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, le directeur général des stratégies industrielles, le chef du service juridique et technique de l information, le président du Conseil national de l ordre des pharmaciens, le président du Conseil national de l ordre des médecins, Trois personnalités, médecins ou pharmaciens choisis par le ministre chargé de la santé Le président de la Commission d AMM Le président de la Commission de la Transparence Dix-huit membres choisis par le ministre de la santé Réglementation française Publicité auprès du public Publicité auprès des professionnels de santé Médicament avec AMM ou enregistrement! Médicaments hors prescription médicale et hors remboursement et pas de restriction dans l AMM! 2 exceptions! Contrôle a priori : Demande de visa de publicité auprès de l AFSSAPS! Paiement d une taxe de 510! Visa de 2 ans Exemple : DOLIPRANE, PROPECIA! Respect des recommandations de la Commission de publicité! Contrôle a posteriori! Paiement d une taxe de 510! Visa perpétuel Mentions obligatoires Publicité auprès du public Publicité auprès des professionnels de santé Médicament avec AMM ou enregistrement! Message identifiant qu il s agit d un «médicament», l indication! Renvoi à la notice, au médecin, au pharmacien ou Message de prudence! Nom du médicament (fantaisie + DCI)! Limite d âge! N de visa GP! Dénomination commune! Le nom et l adresse de l entreprise exploitant le médicament! Mentions légales obligatoires +/- 4

5 Supports publicitaires Auprès du public Auprès des professionnels! Médias (presse, radio, télévision, Internet)! Affiches! Présentoirs! Vitrines! Visiteurs médicaux! Échantillons gratuits! Plaquettes! CD-Rom, cassettes vidéo! Objets publicitaires (stylos, boîte à mouchoirs )! Bandes-annonce dans logiciels médicaux! Revue professionnelle Réglementation française! La publicité du médicament doit : Être objective Favoriser le bon usage du produit Respecter les dispositions de l AMM! La publicité du médicament ne doit pas : Être trompeuse Porter atteinte à la protection de la santé publique Pub Professionnelle PUBLICITE GENERIQUES «La publicité des spécialités définies à l article L doit mentionner l appartenance à la catégorie des spécialités génériques» Pub Professionnelle PUBLICITE GENERIQUES «...quand un médicament figure en qualité de spécialité générique au répertoire...et si dénomination de fantaisie, elle doit être suivie du suffixe : Gé...» dans Notice et Etiquetage, dans R.C.P., dans toutes les publicités. Art. L CSP et L CSS Art. R

6 OBLIGATION POUR LES ENTREPRISES Pub Professionnelle! Service chargé de la Publicité! Archivage des documents (3 ans)! 2 campagnes par an en moyenne! Proposition du Chef de produit et du Médecin produit aux Affaires Réglementaires! Elaboration et validation de la pub en interne! Diffusion de la publicité aux réseaux de VM DEPOT PAR LE LABORATOIRE D ELEMENTS PUBLICITAIRES DANS LES 8 JOURS AUPRES DE L A.F.S.S.A.P.S. Document non critiquable= aucune réponse Pub Professionnelle Contrôle par les pharmaciens de l Unité Publicité de l AFSSAPS 2 possibilités Avertissement * Sous réserve de l avis final du Directeur de l AFSSAPS MED Dossier pose problème Discussion interne MED* Passage en commission Interdiction* Pub professionnelle SANCTIONS! Sanctions administratives : informations non validées par l AMM! Sanctions économiques radiation de la liste des spécialités remboursées par le sécurité sociale baisse du prix ou reversement du chiffre d affaires du produit en cas d interdiction de publicité! Sanctions pénales :

7 CIBACENE bénazépril DEPOT PAR LE LABORATOIRE D ELEMENTS PUBLICITAIRES DANS LES 8 JOURS AUPRES DE L A.F.S.S.A.P.S. Pub Grand Public DEPOT PAR LE LABORATOIRE D ELEMENTS PUBLICITAIRES AVANT DIFFUSION AUPRES DE L A.F.S.S.A.P.S. Contrôle par les pharmaciens de l Unité Publicité de l AFSSAPS Contrôle par les pharmaciens de l Unité Publicité de l AFSSAPS Dossier pose problème 2 possibilités Dossier pose problème Proposition d interdiction 06/03/2007 Défense de la firme 03/04/2007 * Sous réserve de l avis final du Directeur de l AFSSAPS Décision d interdiction* 12/06/2007 Publication au JO 17/07/2007 Document non critiquable= Octroi de visa Octroi de visa Discussion interne Refus Octroi de visa Passage en commission Refus Mentions obligatoires! Visa GP (Mentionné sur toutes les publicités GP) : G: 01 : K : 1 : 0058 G 01 K 1 03 N d ordre à l Agence du Médicament Lettre clé personnelle à l Agence Année de délivrance Lettre clé personnelle à l Agence Trimestre d expiration Réglementation française A l heure du déremboursement! Les argumentaires publicitaires du type "prescrit depuis..." ou toute autre expression similaire pour des spécialités antérieurement remboursées par la sécurité sociale, ne sont pas acceptables en communication Grand Public.! En revanche, il est possible de faire référence à la durée de commercialisation du médicament. 03 : Année d expiration 7

8 Publicités interdites EXEMPLES! Non respect de l AMM +++ Indication non conforme à celle de l AMM Présentation erronée des données d efficacité Efficacité non prouvée Extension abusive des indications Effets indésirables minimisés Interdiction de Publicité aux professionnels de santé «NIASPAN LP, le HDL-C prend de la hauteur» Pas d intérêt clinique validé Comparaison avec d autres hypolipémiants non acceptable Indication non conforme à celle de l AMM Bénéfice chez les patients diabétiques non évalué Les publicités, sous quelque forme que ce soit, pour la spécialité pharmaceutique NIASPAN, reprenant les allégations mentionnées ci-dessus sont interdites 8

9 Publicité destinée aux professionnels de santé légale mais dangereuse Interdiction de Publicité Grand Public! MOUSTICLICK Action sur l inflammation Action sur les piqûres de taons, méduses, aoûtats Inhibition de l histaminolibération Publicité grand public légale mais dangereuse Dépenses promotionnelles Prévenir et guérir! 10,6% du chiffre d affaires Visite médicale : 9,2% Publicité : 1,7% Congrès : 1,1% Distributions d échantillon : 0,3% 9

10 Impacts sur la prescription de médicaments récents! Investissement promotionnel des firmes! Publicité dans les journaux professionnels (Thèse de Médecine d O. Charbit) Objectif : confronter l évolution de la prescription des anti-hypertenseurs et l évolution de leur publicité dans la presse médicale nationale entre 1991 et 2001 Méthode : Mesure des données de vente des fabricants aux officines des différentes classes d anti-hypertenseurs Calcul du nombre de pages annuel par classe d antihypertenseur A l étranger! USA, Nouvelle Zélande : publicité grand public autorisée! Canada : publicité grand public restreinte Copyright 2002 Pfizer Inc. All rights reserved. ZT Publicité complète américaine Press Privacy Statement About This Site Zoloft.com Depression is a serious medical condition, which can lead to suicidal thoughts and behavior. A combined analysis of 9 antidepressants showed an increased risk from 2% to 4% in people under 18. This risk must be balanced with the medical need. Those starting medication should be watched closely for suicidal thoughts, worsening of depression, or unusual changes in behavior. In children and teens, Zoloft is only approved for use in those with obsessivecompulsive disorder. Zoloft is not for everyone. People taking MAOIs or pimozide shouldn't take Zoloft. Side effects may include dry mouth, insomnia, sexual side effects, diarrhea, nausea and sleepiness. In studies, few people were bothered enough by side effects to stop taking Zoloft. Zoloft is not habit forming and is not associated with weight gain. So talk to your doctor about how Zoloft might help you. Zoloft comes in 25mg, 50mg, and 100mg tablets. You and your doctor can discuss the right dose for you. 10

11 Publicité de rappel au Canada Fr_LettreInfoConseilMinistres_ pdf Autres moyens publicitaires! Hotline sur des pathologies! Plaquettes informatives! Plaquettes de présentation de recherches biomédicales! Programme d aide à l observance! Information sur les maladies 11

12 Autres moyens publicitaires Information Grand Public! L invention de nouvelles maladies Troubles de la lubrification chez la femme Trouble d anxiété sociale dysphorique prémenstruel Alopécie Trouble Publicité détournée pour SIMVASTATINE SANDOZ 20 mg 12

13 Autres moyens publicitaires! Publicité indirecte Publicité sur Internet Charte pour la communication sur Internet des entreprises pharmaceutiques 13

14 Site web! Partie information institutionnelle! Partie promotionnelle! Mêmes règles que pour la publicité «papier»! La publicité auprès des professionnels de santé doit être sécurisée (code d accès + vérification du n d inscription à l Ordre) 14

15 Autres moyens publicitaires! La visite médicale : La remise d échantillon Les cadeaux Charte de la Visite Médicale LA REMISE D ÉCHANTILLONS MEDICAUX 15

16 ECHANTILLONS MEDICAUX! Destinataires! Lieu! Conditionnement! Interdit pour les psychotropes ou stupéfiants ECHANTILLONS MEDICAUX Circuit de remise des échantillons médicaux (charte Médicale) Article L CSP Article R CSP ECHANTILLONS MEDICAUX ECHANTILLONS MEDICAUX Pas de remise d échantillon d une spécialité avant sa commercialisation effective La distribution au public d échantillons médicaux gratuits est interdite 16

17 Loi anti-cadeau LES CADEAUX Loi DMOS du 27 janvier 1993 complétée par! la loi n du 18 janvier 1994! la loi n du 4 mars 2002! Décret n du 26 février 2007 Loi anti-cadeau! Co-responsabilité pénale médecin/ laboratoire pharmaceutique! LOI PENALE POURSUITES DEVANT LE JUGE PENAL Les avantages interdits! En nature ou en espèce! Perçus de manière directe ou indirecte Toute libéralité ou cadeau bénéficiant personnellement au praticien 17

18 Les avantages autorisés (Loi de 1994)! Les rémunérations d étude à caractère scientifique! L hospitalité lors de réunions professionnelles! Relations normales de travail Les rémunérations d étude à caractère scientifique! Activité de recherche biomédicale, enquête de pharmacovigilance ou d épidémiologie! Autres prestations : Formation de Visiteurs Médicaux Etudes de marché Interventions lors de réunions scientifiques Conseil scientifique! Les repas! L hébergement! Le transport! Les frais d inscription Contextes : L hospitalité Etre offerte directement par l entreprise à l occasion de manifestations qu elle organise elle-même Résulter de la prise en charge de frais à l occasion de manifestations organisées par des tiers (congrès...) Conditions d autorisation! Prévus par une convention écrite (lettre d invitation, contrat )! Soumis pour avis préalable à l Ordre compétent! Avantage raisonnable, accessoire Art. L CSP 18

19 Les professionnels concernés Les professionnels concernés! Médecins! Chirurgiens-dentistes! Sages-femmes! Pharmaciens (Loi de 2002)! Infirmiers! Kinésithérapeutes! Pédicure-podologues! Orthophonistes! Orthoptistes! Membres des commissions ou des conseils placés auprès des ministres chargés de la santé ou de la SS! Agents contractuels de l AFSSAPS et membres des commissions des conseils siégeant auprès de l Agence et aux personnes collaborant même occasionnellement aux travaux de ces commissions! Collaborateurs de l AFSSA et de l HAS Art. L , L , L , L CSP Les entreprises concernées! Entreprises produisant ou commercialisant au moins un produit pris en charge par les régimes obligatoires de sécurité sociale! Entreprises assurant des prestations prises en charge par les régimes obligatoires de sécurité sociale! Entreprises agissant pour le compte d entreprises elles-mêmes concernées par son application (prestataire de service) Cas particulier : Relations normales de travail Ne donnent pas lieu à l établissement de conventions Situations particulières : ni programmées ni répétitives restent dans le domaine de l accessoire et du raisonnable (ex : invitation à déjeuner par concours de circonstance) 19

20 Contrôles! Entreprises et Professionnels de Santé : LES SANCTIONS Personnes physiques DGCCRF : Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes DG des douanes DG des impôts AFSSAPS Médecins inspecteurs de la Santé Publique! euros + emprisonnement de 2 ans! En cas de condamnation : interdiction temporaire d exercer la profession (dix ans au plus) LES SANCTIONS Personnes morales (caractère intentionnel)! Amende de 5 x pers. physiques ( euros)! Interdiction définitive ou 5 ans au max d exercer directement ou indirectement une ou plusieurs activité(s) professionnelle(s) ou sociale(s)! Surveillance judiciaire 5 ans au max! Fermeture définitive ou 5 ans au max établissements! Exclusion définitive ou 5 ans max marchés publics! Affichage décision Portées à la connaissance du CEPS Exemples de jurisprudence! Crim. 7 dec : Prise en charge du billet d avion de l épouse d un intervenant à un congrès. En l espèce, le médecin prétendait que cette prise en charge était la contrepartie de sa renonciation au bénéfice de la première classe.! TGI Nanterre 9 fev : Poursuite du Laboratoire Takeda au motif que, lors d un EPU, la VM avait offert des parcours de golf aux médecins présents (= avantage illicite) 20

21 Objectifs de la visite médicale CHARTE DE LA VISITE MEDICALE Accord conclu entre le Leem et le CEPS le 22 décembre Assurer la promotion des médicaments auprès du corps médical! Contribuer au développement des entreprises du médicament! Favoriser la qualité du traitement médical dans le souci d éviter le mésusage du médicament! Ne pas occasionner de dépenses inutiles! Participer à l information des médecins Contenu 1. Les missions du délégué médical 2. La qualité de l information délivrée 3. Déontologie du délégué médical 4. Le contrôle de l activité du délégué médical 5. Suivi paritaire 1-Missions du délégué médical! Présentation des spécialités pharmaceutiques (promotion)! Informer le médecin! Suivi d analyses pharmaco-économiques, d'études cliniques ou observationnelles 21

22 2-Qualité de l information délivrée! Mise en forme de l information par l entreprise (constitution, actualisation, études post-amm)! Formation du délégué médical (formation initiale, préparation à la présentation orale) 2-Qualité de l information délivrée! Les documents utilisés RCP Le classement du médicament en matière de prescription et de délivrance mentionné dans l AMM Le (ou les) avis rendu(s) par la Commission de la transparence Le taux de remboursement Le prix limite de vente au public Les documents jugés nécessaires par la Haute Autorité de Santé, l Afssaps, ou l'institut National du Cancer Fiche d Information Thérapeutique (FIT), recommandations de bonne pratique, conférences de consensus, ou autres référentiels émis ou validés par la HAS, l Afssaps, ou l'institut National du Cancer. L utilisation de supports audio, vidéo ou interactifs est obligatoirement accompagnée d un document remis au médecin. 3-Déontologie du Délégué Médical! Vis-à-vis des patients Secret professionnel Discrétion! Vis-à-vis du médecin Organisation et fréquence des visites Identités Recueil d informations Relations professionnelles, congrès, cadeaux, échantillons 3-Déontologie du Délégué Médical! Vis-à-vis des entreprises concurrentes! Vis-à-vis de son entreprise! Vis-à-vis de l assurance maladie 22

23 4-Contrôle de l activité du Délégué Médical! Responsabilité du pharmacien responsable Contenu Formation Procédures! Procédures Traçabilité des documents Remontée d informations Suivi des contacts! Comité de suivi 5-Suivi paritaire! Entre entreprises et Médecins! Certificats et audits Avenant de la Charte de la Visite Médicale! 21 juillet 2005 : Souhait du CEPS d une réduction de la VM pour certaines classes thérapeutiques : Statines, Antagonistes des récepteurs de l Angiotensine II, IPP, Triptans, Médicaments de l asthme (corticoïdes inhalés + β2 stimulants). Cas Pratiques. Produits «à grosse pression» de la VM selon le CEPS! 24 juillet 2008 : Extension de la charte au secteur hospitalier 23

24 ! Jean-Pierre Lesbrouffe, Visiteur Médical du Laboratoire Sanpoz vient à votre cabinet. - Vous avez affiché dans votre salle d attente que vous ne receviez les VM que sur RDV. Peu importe, JP Lesbrouffe est là, il veut absolument vous voir, il va proposer à votre secrétaire de vous offrir une bouteille de vin si vous acceptez de le recevoir. - Comme il vous offre une bouteille de grand cru classé, vous acceptez finalement de le recevoir. Il vous présente tous les bénéfices de la nouvelle spécialité STOLNIX (psychotrope) indiqué dans le traitement de l insomnie. Quand vous lui demandez quels sont les effets indésirables de ce médicament, il vous répond simplement qu il n y en a pas. - Après 5min d entretien, il s en va en vous laissant quelques échantillons de STOLNIX (médicament remboursé à 35%) pour que vous puissiez vous «familiariser» avec le produit et une boîte de mouchoir très design frappée du nom du produit. Martine Piedepoule, VM du laboratoire Lelli, vient vous voir à votre cabinet après avoir pris rendezvous. - Elle souhaite vous parler du médicament Propacné (Isotrétinoine : générique de Roaccutane). Après vous avoir présenté les effets thérapeutiques de ce médicament, elle souhaite aborder avec vous les nombreux problèmes d effets indésirables de ce médicament et notamment attirer votre attention sur le suivi particulier qu impose la prescription de l isotrétinoine chez la femme en âge de procréer. - Elle vous donne alors la Fiche technique du produit ainsi que l avis de la Commission de la Transparence. - Il est midi. Martine vous propose de vous inviter à déjeuner au bistrot du coin. Jacques Bidulle, VM du Laboratoire AspraBéneca vient vous voir. Vous êtes Cardiologue. - Vous le recevez. Il vous présente le protocole d une étude de phase III que son laboratoire souhaite mettre en place et vous propose de devenir investigateur pour cette étude. Il vous précise que, si cela vous convient, vous serez rémunéré 1500 par observation exploitable. Il vous laisse un exemplaire de contrat et son n de téléphone. Vous demandez à réfléchir un peu et vous promettez de l appeler rapidement pour lui dire si vous acceptez d y participer. - Il vous présente ensuite son médicament à base d Oméga 3, Alphaméga (indiqué en post IDM, médicament remboursé à 35%). Il vous laisse ensuite un paquet de brochure présentant Alphaméga à remettre à vos patients. - Vous profitez de sa présence pour lui demander si son laboratoire pourrait vous prendre en charge vos frais de déplacements et d hébergement à l occasion du prochain congrès de Cardiologie qui aura lieu à Venise dans 2 mois. - Vous demandez également à ce que votre conjoint qui adorerait découvrir Venise avec vous soit également pris en charge. Stéphanie Pierrafeu VM chez Apsa va visiter le Dr Bidulle, dermatologue à Puylaurens. Après lui avoir fait sa présentation, celui-ci lui fait certaines demandes: Il a vu un congrès dont le sujet l intéresse tout particulièrement à Miami et lui demande de : 1- Lui prendre en charge ses frais d inscription 2- Lui prendre en charge ses frais d hébergement. 3-Prendre en charge le billet d avion de sa femme, Martine qui a toujours rêvé d aller aux États-Unis. Il vous précise qu il a vérifié sur Internet : si vous prenez en charge son billet + celui de sa femme en 2ème classe, cela revient moins cher que de lui prendre un billet en classe affaire. Il vous montre ainsi que le laboratoire réalise ainsi une économie importante. Face à toutes ces demandes, Stéphanie lui propose de l inviter à déjeuner au restaurant «Le cri de la fourchette» situé non loin du cabinet afin d en discuter. 24

25 Conclusion! Publicité grand public : limitée aux produits conseils! Publicité aux professionnels de santé : tous médicaments! Impact sur la prescription de nouveaux médicaments! Impact sur la santé??? Mentions obligatoires Publicité auprès du public Publicité auprès des professionnels de santé Médicament avec AMM ou enregistrement! Message identifiant qu il s agit d un «médicament», l indication! Renvoi à la notice, au médecin, au pharmacien ou Message de prudence! Nom du médicament (fantaisie + DCI)! Limite d âge! Dénomination commune! Le nom et l adresse de l entreprise exploitant le médicament! Mentions légales obligatoires +/-! N de visa GP 25

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Le 15 octobre 2014 Circulaire n 14-0312 DIRECTION DES AFFAIRES GENERALES, Index de la table des matières INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Destinataires prioritaires

Plus en détail

Les Assises du Médicament MAI 2011

Les Assises du Médicament MAI 2011 Propositions Pour Les Assises du Médicament MAI 2011 1 OBJECTIFS Être force de proposition pour la consolidation du statut de Visiteur Médical (VM) Informer le grand public des missions du VM. 2 Visite

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

GESTION DES CONFLITS D INTERETS

GESTION DES CONFLITS D INTERETS GESTION DES CONFLITS D INTERETS Pr Patrice JAILLON Service de Pharmacologie, Faculté de Médecine P. et M. Curie, Université Paris 6 Hôpital St-Antoine AP-HP, Paris Président du Centre National de Gestion

Plus en détail

Publication des liens

Publication des liens Le Leem vous informe Publication des liens entre professionnels de santé et entreprises du médicament Vous êtes médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, professionnel paramédical ou tout autre

Plus en détail

Publicitéet information. Assises du médicamentm Groupe 4 Séance du 1 er avril 2011 des Pharmaciens

Publicitéet information. Assises du médicamentm Groupe 4 Séance du 1 er avril 2011 des Pharmaciens Publicitéet information Assises du médicamentm Groupe 4 Séance du 1 er avril 2011 Conseil de l Ordre l des Pharmaciens Le cadre réglementaire r existant Articles 86 à 100 du code communautaire Art L.5122-1

Plus en détail

CHARTE DE L INFORMATION PAR DEMARCHAGE OU PROSPECTION VISANT A LA PROMOTION DES MEDICAMENTS

CHARTE DE L INFORMATION PAR DEMARCHAGE OU PROSPECTION VISANT A LA PROMOTION DES MEDICAMENTS COMITE ECONOMIQUE DES PRODUITS DE SANTE CHARTE DE L INFORMATION PAR DEMARCHAGE OU PROSPECTION VISANT A LA PROMOTION DES MEDICAMENTS La présente charte a pour objet de fixer, en tout lieu, les conditions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques DIRECTION DE L EVALUATION DE LA PUBLICITE, DES PRODUITS COSMETIQUES ET DES BIOCIDES Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Préambule Mise à jour 2010 Au plan mondial,

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale de l offre de soins Guide pratique de facturation des prestations pour exigence particulière du patient à destination des établissements de santé MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 14-A-15 du 9 octobre 2014 relatif à un projet de décret concernant l obligation de certification des logiciels d aide à la prescription médicale et des logiciels d aide à la

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Au plan mondial, le réseau INTERNET occupe une place croissante dans les activités des entreprises et joue un rôle de plus en plus

Plus en détail

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS MISSION «EVALUATION REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES PRATIQUES D INVESTIGATION CLINIQUE» FINANCEE PAR LE FONDS D ACTIONS CIBLEES 2011 GIP CENGEPS FICHES PRATIQUES : LOT 5 CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

Plus en détail

Fiche Information des professionnels de santé et du public Etat des lieux de la législation et de la réglementation en vigueur

Fiche Information des professionnels de santé et du public Etat des lieux de la législation et de la réglementation en vigueur Fiche Information des professionnels de santé et du public Etat des lieux de la législation et de la réglementation en vigueur 1. Le médicament à usage humain Les documents produits par l Afssaps L Afssaps,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Les défis techniques de l E-Santé

Les défis techniques de l E-Santé Les défis techniques de l E-Santé Travail de recherche, I2 ARNALIS STEF NOVEMBRE 2015 COMMENT TRAITER LE SUJET? Typiquement on ne voulait pas marquer «sommaire»..! " # $ % La e-santé : de quoi parle t-on?

Plus en détail

PROGRAMME S15-2 : LEGISLATION PHARMACEUTIQUE

PROGRAMME S15-2 : LEGISLATION PHARMACEUTIQUE PROGRAMME S15-2 : LEGISLATION PHARMACEUTIQUE Les références des textes législatifs et réglementaires devront être actualisées 1- LA PHARMACIE - Le livre V du code de la santé publique - Article L.568,L.595-1,

Plus en détail

CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES

CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES 1 PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Rhône-Alpes (GIP ONCORA),

Plus en détail

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE LES REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE Constitue une publicité toute forme de message télévisé diffusé contre rémunération ou autre contrepartie

Plus en détail

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS Charte Régionale PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le Dossier Pharmaceutique aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Les objectifs du DP Acteur

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Point presse Suppression de la vignette pharmaceutique au 1 er juillet 2014 Mardi 20 mai DOSSIER DE PRESSE -----------------------------------------------

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

Charte des partenariats industriels

Charte des partenariats industriels Charte des partenariats industriels L Assistance Publique Hôpitaux de Paris, acteur majeur de la recherche biomédicale en France, est un partenaire privilégié et naturel des acteurs industriels qui lui

Plus en détail

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) HISTORIQUE, ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers CN FMCH SOMMAIRE Le lien entre formation médicale initiale

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE 21/06/2007 PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE I PRINCIPES GENERAUX L article L 4113-6 du CSP pose le principe d une interdiction pour

Plus en détail

: informer, représenter, défendre 17e Congrès National centré sur l interne

: informer, représenter, défendre 17e Congrès National centré sur l interne Devenir Partenaire L ISNAR-IMG fédère 24 structures régionales, soit plus de 6 200 internes de médecine générale. Ses 3 missions : informer, représenter, défendre. Ce 17 e Congrès National des Internes

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche Express LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche express L'info pratique en droit du travail. AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au besoin

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE I - OBJET La vidéosurveillance est un outil au service de la sécurité et de la prévention du Centre hospitalier du Mans. Ses objectifs sont de prévenir l atteinte aux personnes et aux biens et d augmenter

Plus en détail

Contraintes liées aux aspects économiques, impact de la T2A : le point de vue de l industriel

Contraintes liées aux aspects économiques, impact de la T2A : le point de vue de l industriel Contraintes liées aux aspects économiques, impact de la T2A : le point de vue de l industriel Jean-Michel Hotton Directeur des relations institutionnelles Laboratoire Pfizer 10 ème Journées Nationales

Plus en détail

DESCRIPTION DE LA REGULATION DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE EN FRANCE

DESCRIPTION DE LA REGULATION DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE EN FRANCE DESCRIPTION DE LA REGULATION DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE EN FRANCE JANVIER 2013 En France, la promotion des produits de santé fait l objet d une législation récemment renforcée. Ce document résume

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee. Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance

PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee. Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance Journée d'information et d'échanges avec les associations de patients 22 janvier

Plus en détail

1.des missions et des compétences élargies

1.des missions et des compétences élargies 1.des missions et des compétences élargies 2. une gouvernance modernisée 3.une évolution de l organisation 4. des moyens renforcés et priorisés Mise en perspective Une Agence de sécurité sanitaire Des

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

Modèle de contrat de collaboration libérale

Modèle de contrat de collaboration libérale variante 1 Modèle de contrat de collaboration libérale ENTRE Inscrit(e) au tableau de l Ordre des architectes de Sous le numéro Adresse Architecte Téléphone Télécopie e-mail Ou Société d architecture Inscrite

Plus en détail

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU)

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) pour un cahier des charges des bases de données des produits de santé exigeant Rappelons pour mémoire que le législateur

Plus en détail

Contrat de promotion locale

Contrat de promotion locale Entre les soussignés Raison sociale de l entreprise : Adresse du siège social : Téléphone : Numéro de Siret : Numéro de licence d entrepreneur du spectacle : Représentée par, en sa qualité de Ci-après

Plus en détail

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER Page 1 sur 6 PRÉAMBULE... 3 ARTICLE 1 : ORGANISATION COMPTABLE... 3 L Assemblée Générale... 3 Le Comité directeur... 3 Le bureau... 3 Le Président... 3

Plus en détail

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier Didier CHARLES Votre intervenant Didier CHARLES Juriste de la aux sinistres Hauts Enjeux

Plus en détail

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales 1. Le principe : Le code de la santé publique permet à un établissement public de santé d associer un

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU CABINET 1.1 Description du cabinet 1.2 Description du réseau 2. GESTION DES RISQUES DU CABINET 2.1 Indépendance 2.2 Contrôle qualité 3. CLIENTS

Plus en détail

Les Prescriptions Hors AMM

Les Prescriptions Hors AMM Les Prescriptions Hors AMM Dr Bruce Imbert Service Hospitalo-Universitaire d addictologie CHU Sainte Marguerite - Marseille 27.03.2012 L AMM Le respect de l AMM devrait être une règle de base La prescription

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-6 du 4 janvier 2006 relatif à l hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant

Plus en détail

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES

CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES CHARTE INTERNET RELATIVE A LA CREATION DE SITES INTERNET PAR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES Après avis de la commission nationale de déontologie relatif à la conformité au code de la santé publique (intégrant

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS)

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) ENTRE : Monsieur HERIAUD, Directeur Général du CENTRE

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Quelle protection pour le consommateur? Communication à l Académie nationale de pharmacie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie La

Plus en détail

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale Prescription, Dispensation et indications hors AMM François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale AMM Autorisation, nationale ou communautaire par laquelle l autoritécompétente donne son aval pour l

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

LETTRE-RESEAU de la DCCRF* du 26/03/2007

LETTRE-RESEAU de la DCCRF* du 26/03/2007 LETTRE-RESEAU de la DCCRF* du 26/03/2007 (* Direction du Contrôle-Contentieux et de la Répression des Fraudes) Decret d'application de l'article L.315-1 du CSS et charte d'engagements de l'assurance Maladie

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

L encadrement juridique d un site de commerce électronique

L encadrement juridique d un site de commerce électronique L encadrement juridique d un site de commerce électronique Avant s intéresser précisément au cadre juridique de la vente en ligne, nous devons nous interroger sur la capacité juridique des OT et CDT à

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014 URPS Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales Caen, le 15 mai 2014 Animé par Jean-Yves DUPUY Expert comptable Associé SOMMAIRE 1. Quels sont les différents modes de collaboration

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/114 DELIBERATION N 08/029 DU 3 JUIN 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DU RÉPERTOIRE

Plus en détail

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours. L anonymisation en matière de recherche biomédicale Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.fr Plan I- Définitions : 1-Les avantages 2- Les problématiques

Plus en détail

Substances vénéneuses à usage pharmaceutique

Substances vénéneuses à usage pharmaceutique Substances vénéneuses à usage pharmaceutique Introduction SV = substances naturelles ou chimiques susceptibles d entrainer des effets dangereux pour la sante Réglementation très stricte qui dépend de leur

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments FD/GM N 113338 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

Règles de prescription des Antidépresseurs

Règles de prescription des Antidépresseurs Dr GERAUD - Groupe Angevin d'etudes en Psychopharmacologie et en Psychiatrie Biologique - Février 2007 Prévalence des troubles psychiatriques dans la population générale française et dans cinq pays européens

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau de la synthèse organisationnelle

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010

CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010 CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010 L'information en ligne peut améliorer le service médical rendu aux patients. Toutefois, ce moyen doit respecter les principes

Plus en détail

Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux

Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux Centre de Préparation à L École Nationale d Administration de Sciences Po Bordeaux RÉGLEMENT DES ÉTUDES Vu le décret n 2002-50 du 10 janvier 2002 relatif aux conditions d accès et aux régimes de formation

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail