1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE"

Transcription

1 GENERALITES 1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE FORMATION OSSEUSE Elle est le fait des ostéoblastes et de la minéralisation de l ostéoide. Ce processus s accompagne d une augmentation des phosphatases alcalines plasmatiques. RESORPTION OSSEUSE Elle est due aux ostéoclastes et donne souvent des lacunes dans les os. On retrouve dans les urines des produits dérivés du collagène (dérivés N et T). METABOLISME PHOSPHOCALCIQUE L os est formé d une structure collagène où se fixe le calcium. Différentes substances, que l on peut doser, interviennent sur ce métabolisme : - PTH : elle augmente la résorption osseuse et donc la calcémie - vitamine D (à la fois une hormone et une vitamine) : elle favorise la fixation du calcium sur l os, mais en excès, elle fait l inverse, déminéralise l os. Son dosage s appelle le 25 OH D 3 et son taux physiologique est compris entre 40ezaze et 80 ng/ml - calcitonine : elle freine les ostéoclastes et donc diminue la calcémie PTH et calcitonine sont donc des antagonistes. ANOMALIES DU METABOLISME PHOSPHOCALCIQUE Signes fonctionnels : (signes dont se plaint le patient) - douleurs osseuses diffuses ou localisées - fractures pathologiques (fractures survenant sur un traumatisme minime) - déformation osseuse Examen clinique : - douleur à la pression - douleur à la mobilisation d un os - tuméfaction osseuse faisant corps avec l os (assez spécifique d une anomalie du métabolisme phosphocalcique). Cette tuméfaction n est pas mobilisable par rapport à l os Examen radiologique : - anomalie de la trame osseuse (localisée ou diffuse) : - diminution de la trame : il y a augmentation de la transparence osseuse. Ces diminutions sont visibles en radiologie à partir d une perte de 50% du calcium - construction : ou condensation. Il y a augmentation de la densité osseuse. Elle peut porter sur l ensemble de l os ou être localisée (par exemple dans le cas d un cancer de la prostate) Rhumatologie Delphine Dutheil et Dr jm Issartel 1

2 Examen biologique : - calcémie, phosphatémie, phosphatases alcalines (indice de construction osseuse, donc sous surveillance en cas de métastase) - calciurie, phosphaturie, hydroxyprolinurie (acide aminé uniquement présent dans le collagène osseux. On le dose surtout dans la maladie de Paget des os) et les dérivés N et T terminaux du collagène osseux - un bilan phosphocalcique complet est compliqué et se fait uniquement à l hôpital Déminéralisation diffuse : - Ostéoporose : diminution de la masse osseuse par diminution de la charpente de collagène osseux. Comme il y a moins de collagène, secondairement, diminution du calcium, mais il n y a pas de trouble de la minéralisation. Sa fréquence augmente avec l âge. On va pouvoir observer : - tassements vertébraux avec respect du mur postérieur - fracture du col fémoral - fracture du poignet Cette pathologie n est que soupçonnée à la radiologie et est quantifiée par ostéodensitométrie. - Ostéomalacie : pathologie beaucoup plus rare. C est un trouble de la minéralisation, la charpente collagène est normale. On a : - carence en vitamine D - «rachitisme de l adulte» - douleur osseuse - fatigabilité musculaire, dandinement, faiblesse des muscles des racines des membres - flou osseux - stries de Looser-Milkman, au niveau des branches ischio-pubiennes, des cols fémoraux, des omoplates. En radiologie, elles apparaissent comme des fractures sur 1/3 ou1/2 os. - Hyperparathyroïdie : maladie rarissime. On aura une hyper PTH soit dans le cas d un adénome de l hypophyse, soit en cas de syndrome paranéoplasique. - augmentation de la résorption avec douleur osseuse - asthénie et trouble psychique - polyurie, polydipsie - hypercalcémie - augmentation des dérivés collagènes dans les urines - déminéralisation diffuse prédominant aux extrémités et aux phalanges Déminéralisation localisée : - Ostéolyses multiples : - métastases osseuses, préférentiellement au niveau du squelette axial - myélome - hyperparathyroïdie Rhumatologie Delphine Dutheil et Dr jm Issartel 2

3 - Ostéolyse unique : - tumeur osseuse primitive, préférentiellement au niveau des membres, pouvant être bénigne ou maligne - myélome solitaire Ostéoscléroses : Hyperdensité osseuse, hypertrophie corticale - maladie génétique, rare - excès de fluor, rare - métastases, surtout de la prostate - métastases mixtes (condensation et lyse) - hémopathie maligne (par exemple maladie de Hodgkin ou les lymphomes) - maladie de Paget : maladie d excès de remodelage, rarement, elle peut se cancériser : - augmentation du remaniement osseux vers un gros os mou - augmentation de la densité globale de l os, aspect floconneux, en écheveaux II - SEMIOLOGIE ARTICULAIRE Examen bilatéral et symétrique. 1) Les arthrites : La synoviale est altérée PRIMITIVEMENT. On en trouve de 2 types : - aigues - chroniques L arthrite peut être infectieuse (dans ce cas on note la présence de microbes) ou rhumatismale. L état général est le plus souvent touché, il s agit d une maladie générale. 2) L arthrose : Arthropathies dégénératives : le cartilage est altéré PRIMITIVEMENT. Synthèse de cartilage défaillante et destruction enzymatique accrue Ensuite l os est lui aussi modifié : remaniement de l os sous chondrale et production d ostéophytes C est une maladie locale, ( et non générale). L arthrose est une affection «non inflammatoire» avec cependant parfois l existence de poussées «congestives» inflammatoires, avec rougeur, chaleur et épanchement intra articulaire. Mais l arthrose n est jamais chroniquement en poussée inflammatoire. Avec bien sur quelques exceptions d arthrose chroniquement inflammatoire : au niveau des doigts. Rhumatologie Delphine Dutheil et Dr jm Issartel 3

4 Il n y a jamais de microbes dans les cas d arthroses. 3) Les corps étrangers intra articulaire Penser aux chondromes et ostéochondromes. 4) Les arthralgies simples, certaines ne sont pas suffisamment typiques pour être classées. 5) Les rhumatismes extra articulaires : Bursites, Tendinites, ténosynovite Présentation de radiographies : - Radiographie d arthrite: interligne globalement pincé. Ce pincement est RAPIDE : l interligne disparaît en quelques mois. - Radiographie d arthrose : pincement plus souvent localisé de l interligne. L interligne va se pincer progressivement en plusieurs années ou dizaines d années. Exeptionnellement, l interligne disparaît en 18 mois, dans la forme rapide de la coxarthrose appellé CDR ( coxarthrose destrictive rapide) - Radiographie de géodes : On appelle géodes les lacunes ( zone plus noire) visibles en radiologie dans les cas d arthrose et d arthrite. Dans l arthrose les géodes sont assez grosses, ½ à 1 cm de diamètre et siègent dans les zones qui supportent un excès de poids. Dans l arthrite, il s agit de microgéodes immédiatement sous chondrales, réalisant l aspect en timbre poste. II - TABLEAU Présentation des différences entre l arthrose et l arthrite. Ce tableau est à connaître impérativement et à conserver à disposition. Rhumatologie Delphine Dutheil et Dr jm Issartel 4

5 CLINIQUE Arthrite Arthrose Douleur inflammatoire à mécanique diurne recrudescence nocturne Déverrouillage long, plus de 1/2h bref Epanchement fréquent moins fréquent Tuméfaction diffuse irrégulière Palpation synoviale épaisse lipomatose Rougeur fréquent rare Chaleur fréquent rare Fièvre 38 non AEG fréquent non Radio : Pincement interligne diffus, rapide souvent localisé Géodes micro géodes sous chondrales dans les zones d hyperpression Condensation nulle en sous chondral, dans les zones portantes Ostéophytes non oui ++ Biologie : VS augmentée normale CRP augmentée normale Alpha 2 globulines augmentée en crise aigue normale Gamma globulines augmentée en chronique normale Liquide articulaire : Viscosité fluide visqueux Leucocytes < > Protéines < 30 g/l > 30 g/l Rhumatologie Delphine Dutheil et Dr jm Issartel 5

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

DOULEURS ARTICULAIRES

DOULEURS ARTICULAIRES DOULEURS ARTICULAIRES DEFINITIONS ARTHRALGIES ARTHRITES (Atteinte de la synoviale): INFECTIEUX, INFLAMMATOIRE, METABOLIQUE ARTHROSE (atteinte du cartilage) MODALITES DE L'EXAMEN CLINIQUE - Siège - Horaire

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

QUAND LES CLICHÉS RADIOGRAPHIQUES «NOUS PARLENT»

QUAND LES CLICHÉS RADIOGRAPHIQUES «NOUS PARLENT» QUAND LES CLICHÉS RADIOGRAPHIQUES «NOUS PARLENT» D R R A L A N D I S O N S T É P H A N E L A R H U M AT O L O G I E A U Q U O T I D I E N 2 0 N O V E M B R E 2 0 1 3 INTRODUCTION Radiographie standard

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

Cas clinique N 2 M Laroche

Cas clinique N 2 M Laroche Cas clinique N 2 M Laroche Mme R., 66 ans, 1,58 m, 46 kg, consulte pour des lombalgies apparues brutalement, il y a 8 jours, alors qu elle soulevait son chat. Elle souffre de façon importante, assise,

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

306. Douleur des membres et des extrémités

306. Douleur des membres et des extrémités Sommaire 306. Douleur des membres et des extrémités principales hypothèses diagnostiques et examens complémentaires pertinents Douleur de hanche Ostéonécrose aseptique Radiographies (stades de Arlet et

Plus en détail

Déminéralisations Ostéoporose. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009

Déminéralisations Ostéoporose. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009 Déminéralisations Ostéoporose Ostéomalacie IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009 Le tissu osseux - rappels Rôle de charpente Rôle métabolique - Réserve en Ca - Régulation phospho-calcique Remaniement

Plus en détail

L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE

L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE I- Radiographies standard I.1- Généralités I.2- Anomalie de densité I.3- Calcifications I.4- Anomalies de structure Plan de cours II- Arthrographie III- Tomodensitométrie

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE OSTEO-ARTICULAIRE. Pr Sokhna BA

SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE OSTEO-ARTICULAIRE. Pr Sokhna BA SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE OSTEO-ARTICULAIRE Pr Sokhna BA OBJECTIFS Donner 3 étiologies d ostéopénie Citer 7 caractères descriptifs d une lacune osseuse Citer 4 types d apposition périostée Savoir distinguer

Plus en détail

devant une suspicion d ostéoporoseoporose (Diagnostic étiologique)

devant une suspicion d ostéoporoseoporose (Diagnostic étiologique) Examens à réaliser devant une suspicion d ostéoporoseoporose (Diagnostic étiologique) Ostéoporose : Quel bilan 1) Il faut tout d abord éliminer : Une déminéralisation diffuse d origine maligne Une déminéralisation

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Métabolisme phospho-calcique. Principaux aspects pathologiques

Métabolisme phospho-calcique. Principaux aspects pathologiques Métabolisme phospho-calcique Principaux aspects pathologiques Répartition du calcium dans le compartiment extracellulaire Ca sérique : 2,25 à 2,62 mmol/l Calcium ultrafiltrable (libre): 55% Calcium ionisé

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

SEMEIOLOGIE DE BASE DES ARTHROPATHIES

SEMEIOLOGIE DE BASE DES ARTHROPATHIES SEMEIOLOGIE DE BASE DES ARTHROPATHIES T. Kirchgesner, V. Perlepe, S. Acid, J. Malghem, F. Lecouvet, B. Vande Berg Unité d imagerie ostéo-articulaire des Cliniques universitaires Saint-Luc, Bruxelles DES

Plus en détail

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX 1. DEFINITIONS-CLASSIFICATIONS 2. RAPPELS ANATOMIQUES 3. L ARTHROSE 4. L ARTHRITE 5. L OSTEOPOROSE 6. CONCLUSION DEFINITIONS -CLASSIFICATION Articulation =

Plus en détail

La Hanche de l enfant et de l adolescent

La Hanche de l enfant et de l adolescent La Hanche de l enfant et de l adolescent Cafcim 29 Septembre 2012 Sébastien Brunot, Hervé Laumonier, Hervé Bouin Imagerie médicale, Clinique du Tondu Ostéomyélite Ostéochondrite Epiphysiolyse Rhume de

Plus en détail

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

IMAGERIE OSTEO ARTICULAIRE

IMAGERIE OSTEO ARTICULAIRE DR A. ACHEUK-YOUCEF IMAGERIE MEDICALE CHUC IMAGERIE OSTEO ARTICULAIRE I-INTRODUCTION - Malgré les progrès des techniques d imagerie et en particulier de la TDM et de l IRM, la première approche diagnostique

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS )

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) H. Mrabti fassi, N.Bnouachir,H.Enneddam, M. Ouali Idrissi, N. Cherif El guanouni,s.alj, O.Essadki, A.

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

299. Boiterie et troubles de la démarche chez l enfant

299. Boiterie et troubles de la démarche chez l enfant Sommaire 299. Boiterie et troubles de la démarche chez l enfant principales hypothèses diagnostic et examens complémentaires pertinents imagerie Clichés standards - Bassin de face, hanche de profil (Lowenstein,

Plus en détail

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires Sommaire 154. Tumeurs des os, primitives et secondaires diagnostic Imagerie Clichés standards 2 incidences (indispensables) - En faveur d une tumeurs maligne primitive : localisation «autour du genou»,

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques

Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques DIU Pathologie de l appareil locomoteur liée au sport D. Wendling ARTHROSE Résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent

Plus en détail

LES CAPSULITES RETRACTILES DE l EPAULE Dr. Derdabi Sara DEFINITION La capsulite rétractile (capsulose rétractile ou capsulite adhésive) limitation de toutes les amplitudes passives, sans s arthropathie

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2 DOSSIER N 6 ENONCE Une femme de 64 ans, 1,62 m, 46 kg, a consulté pour des lombalgies apparues brutalement, il y a six jours, alors qu'elle portait un cageot. Elle avait depuis deux ans, une lombalgie

Plus en détail

Arthrose destructrice rapide. B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz

Arthrose destructrice rapide. B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz Arthrose destructrice rapide B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz Définition Arthropathies destructrices Évolution radiologique Formes idiopathiques : apanage du sujet âgé Surtout à la hanche et

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

2) Impotence fonctionnelle : Le PM : périmètre de marche, s asseoir sur les toilettes, enfiler ses chaussettes

2) Impotence fonctionnelle : Le PM : périmètre de marche, s asseoir sur les toilettes, enfiler ses chaussettes DOULOUREUSE Remarque : les articulations les plus touchées par les rhumatismes sont l épaule, la hanche, le genou ++ et le rachis +++ : lorsque les douleurs sont disséminées au sein du squelette axial,

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Rhumatismes dégénératifs. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 8 avril 2009

Rhumatismes dégénératifs. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 8 avril 2009 Rhumatismes dégénératifs IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 8 avril 2009 Sémiologie articulaire Rhumatisme articulaire dégénératif Arthrose = affection chronique des articulations par dégénérescence du cartilage

Plus en détail

Traumatologie orthopédie Rhumatologie

Traumatologie orthopédie Rhumatologie Traumatologie orthopédie Rhumatologie RHUMATOLOGIE I. Généralités : 1. Définition : Maladie des os, des articulations, des muscles, des tendons, des ligaments des nerfs, de la synoviale et tissu graisseux.

Plus en détail

L ostéomalacie. * Fixation du calcium sur la trame protéique

L ostéomalacie. * Fixation du calcium sur la trame protéique L ostéomalacie 3 éme annèe Médecine I - Introduction Étymologie : os mou Équivalente au rachitisme chez l enfant Défaut de minéralisation de la trame protéique normale de l'os Carence en vit D ± carence

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Sémiologie radiologique de base. Appareil locomoteur

Sémiologie radiologique de base. Appareil locomoteur Sémiologie radiologique de base Appareil locomoteur L articulation : Il faut Regarder l épaisseur de l interligne articulaire : intégrité du cartilage Observer l os sous-chondral : condensation, flou Regarder

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

SEMIOLOGIE OSSEUSE. CCO imagerie Mardi 9 avril Pr Dion. SÉMIOLOGIE OSSEUSE ( pages) 1

SEMIOLOGIE OSSEUSE. CCO imagerie Mardi 9 avril Pr Dion. SÉMIOLOGIE OSSEUSE ( pages) 1 CCO imagerie Mardi 9 avril Pr Dion SEMIOLOGIE OSSEUSE Commentaires : https://docs.google.com/file/d/0b1v4ahwus3nnshjetw1mltuyee0/edit ED9 de loco La fin est baclée +++ par la prof.pour le grand III, il

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 Marqueurs biochimiques du remodelage osseux Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 PLAN 1 - Tissu osseux 2 - Régulation du remodelage osseux 3 - Marqueurs biochimiques du remodelage osseux

Plus en détail

2. L ostéodensitométrie

2. L ostéodensitométrie Hyperfixation monostotique : maladie de Paget Hyperfixation intense du crâne, puisque la maladie de Paget est une maladie avec une résorption osseuse et une ostéogenèse très exagérées. La scintigraphie

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

De l os normal à l os ostéoporotique

De l os normal à l os ostéoporotique De l os normal à l os ostéoporotique R a z a n a p a r a n y M M O, R a k o t o n i r a i n y O H, R a k o t o h a r i v e l o H, A n d r i a n j a f i s o n F, R a k o t o m a l a l a H, R a l a n d i

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Références Ayral X. Les infiltrations. Les techniques. Ed JBH santé, 001. Baron D. Les gestes en rhumatologie. Montpellier, Sauramps Médical, 00. Bardin

Plus en détail

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite.

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite. Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie. Arthrose et pathologies associées

LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie. Arthrose et pathologies associées LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie Arthrose et pathologies associées L ARTHROSE : Définition Ensemble d atteintes articulaires associant : Dégénérescence des cartilages (élément central)

Plus en détail

Arthropathies Acromio-claviculaires Les images IRM Comment les interpréter?

Arthropathies Acromio-claviculaires Les images IRM Comment les interpréter? Arthropathies Acromio-claviculaires Les images IRM Comment les interpréter? Th. Tavernier. Lyon. IRM des Sources Congrès Epaule SFR.RA. Lyon. 10 Novembre 2007 Les IRM réalisées pour douleur d épaule montrent

Plus en détail

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. DCEM1 - février 2012

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. DCEM1 - février 2012 Marqueurs biochimiques du remodelage osseux DCEM1 - février 2012 PLAN 1 - Tissu osseux 2 - Régulation du remodelage osseux 3 - Marqueurs biochimiques du remodelage osseux 4 - Quelques pathologies osseuses

Plus en détail

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux 1. Le tissu osseux Marqueurs biochimiques du remodelage osseux A. Généralités Le tissu osseux est un tissu spécialisé. Ces fonctions sont multiples : Soutien Homéostasie phosphocalcique +++ Réservoir Calcium

Plus en détail

Structure de l os. Structure de l os. Métabolisme phosphocalcique

Structure de l os. Structure de l os. Métabolisme phosphocalcique Structure de l os Structure de l os Métabolisme phosphocalcique Répartition du calcium 1000 g os 10 g cellules 1 g liquides extracellulaires Ex homme 70 kg 1200 g hydroxyapatite rapport Ca/P 1.3-2 Ca plasmatique

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio clinique Appareil locomoteur Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit Patient de 39 ans, tuméfaction de la face plantaire du pied droit apparue quelques mois plus tôt Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir sur les clichés standards Lésion expansive ostéoformatrice

Plus en détail

SEMIOLOGIE CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DE LA HANCHE DOULOUREUSE DE L ADULTEL

SEMIOLOGIE CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DE LA HANCHE DOULOUREUSE DE L ADULTEL SEMIOLOGIE CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DE LA HANCHE DOULOUREUSE DE L ADULTEL CD-ROM D ENSEIGNEMENTD S.Mezghani, M. Mezghani, W.Tagougui, S. Baklouti, M.H. Elleuch, J.Mnif OBJECTIF Création d un d outil interactif

Plus en détail

FENÊTRE II MYALGIES - NÉVRALGIES - SACRALGIES - ARTHROPATHIES - DISCOPATHIES - NÉVRITES

FENÊTRE II MYALGIES - NÉVRALGIES - SACRALGIES - ARTHROPATHIES - DISCOPATHIES - NÉVRITES FENÊTRE II MYALGIES - NÉVRALGIES - SACRALGIES - ARTHROPATHIES - DISCOPATHIES - NÉVRITES Anomalies de l'attitude et de la démarche Arthrite aiguë Arthrite goutteuse Arthrite rhumatoïde (Polyarthrite rhumatoïde)

Plus en détail

Echographie de l épaule

Echographie de l épaule Echographie de l épaule GH JL Brasseur Pitié-Salpêtrière Journées de Bichat; l épaule du sportif Paris 12 Mars 2015 But d une imagerie de l épaule Prévalence +++ des images anormales asymptomatiques rupture

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Par Catherine Gandelin

Par Catherine Gandelin MARQUEURS OSSEUX INTRODUCTION Par Catherine Gandelin L'os est soumis à un renouvellement physiologique permanent grâce aux activités des ostéoblastes et des ostéoclastes. Le remodelage osseux est ainsi

Plus en détail

Section D : Système musculosquelettique

Section D : Système musculosquelettique D D01. Ostéomyélite RX Indiqué [C] d La radiographie est indiquée pour l examen initial. 0 L est une excellente modalité d imagerie pour évaluer l ostéomyélite et les anomalies connexes des tissus mous,

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

FLORIAN 7 ans mars 2010 DES Clermont Ferrand

FLORIAN 7 ans mars 2010 DES Clermont Ferrand FLORIAN 7 ans Amené par sa maman pour : - douleur du MI droit évoluant depuis un peu plus d un mois, - perte de 800g en une semaine, - AEG MODE DE VIE : enfant scolarisée 1 sœur de 12 ans ANTECEDENTS :

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Conduite à tenir devant une épaule douloureuse (306a) Professeur Philippe GAUDIN, Docteur Laurence PITTET-BARBIER Juillet 2003 (Mise à jour juillet 2005) Pré-Requis : Anatomie fonctionnelle de l épaule

Plus en détail

LES ARTHROSES : CAUSES, SIGNES ET TRAITEMENTS

LES ARTHROSES : CAUSES, SIGNES ET TRAITEMENTS LES ARTHROSES : CAUSES, SIGNES ET TRAITEMENTS Thème de ce 29 mars 2015 présenté respectivement par le DR Adrien TINETTI et Mme Delphine ARBOGAST naturopathe. En guise de préliminaires, ce distinguo entre

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

Cause psycho-sociale? sociale?

Cause psycho-sociale? sociale? EXAMEN CLINIQUE DU RACHIS CERVICAL R. Dupuy Introduction Cervicalgie : motif fréquent de consultation Dissociation radio-clinique fréquente Organe difficile à examiner car mobile, avec vertèbres de petite

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

Hypercalcémies (319) Professeur Olivier CHABRE Février 2005

Hypercalcémies (319) Professeur Olivier CHABRE Février 2005 Hypercalcémies (319) Professeur Olivier CHABRE Février 2005 Pré-Requis : Cours de PC2 métabolisme phosphocalcique Résumé : Les deux causes principales d'hypercalcémie sont l'hyperparathyroidie primaire

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

Les hyperparathyroïdies de la personne âgée. P I Bourdel-Marchasson

Les hyperparathyroïdies de la personne âgée. P I Bourdel-Marchasson Les hyperparathyroïdies de la personne âgée P I Bourdel-Marchasson Mode d action de la PTH Les 3 principales causes d hyperparathyroïdie primaire Fréquence relative Circonstances de découverte Exceptionnellement

Plus en détail

Ostéoporose : quels sont mes risques?

Ostéoporose : quels sont mes risques? Ostéoporose : quels sont mes risques? Surtout les femmes! De quoi s agit-il? L ostéoporose est une maladie de l os qui associe une diminution de la densité de l os et des perturbations de son architecture

Plus en détail

Les tendinopathies du membre supérieur. Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz

Les tendinopathies du membre supérieur. Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz Les tendinopathies du membre supérieur Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz Définition Tendinite : atteinte du tendon Ténosynovite: gaine synoviale, et modification des trajets tendineux.

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES Dr JM BRISSEAU Service de Médecine Aigue Gériatrique Pôle de Gérontologie Clinique Médecin Consultant en Médecine Interne CHU de NANTES

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

Conduite à tenir devant un kyste poplité

Conduite à tenir devant un kyste poplité Conduite à tenir devant un kyste poplité Emmanuel Hoppé Service de rhumatologie Journée de FMC du 30.01.2014 Kyste de Baker (XIXè ) Kyste de nature synoviale liquide synovial + synoviocytes Mécanisme Hernie

Plus en détail

Les boiteries chez l enfant

Les boiteries chez l enfant Les boiteries chez l enfant Motif de consultation ++ Causes multiples, Pronostic ++ Pr B. YOUSRI Boiterie Esquive Equilibration Aigue Chronique ATCD Infection Tumeur Dystrophie Traumatisme Infection /

Plus en détail