Le 14 novembre Yannick Tenne IADSDEN du Pas-de-Calais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le 14 novembre 2011. Yannick Tenne IADSDEN du Pas-de-Calais"

Transcription

1

2 Le 14 novembre 2011 J'ai réuni un groupe départemental pour élaborer un mémento consacré aux techniques de gestion de crise. Je suis heureux de vous présenter le travail qui a été réalisé. Vous trouverez dans ce document des outils spécialement conçus pour vous aider à faire face aux situations qui sortent de l'ordinaire. Bien évidemment, une action efficace suppose une juste perception des «signaux faibles» qui, s'ils ne sont pas repérés et pris en compte, constituent le terrain propice aux comportements extrêmes. De même, l'habitude de compléter, en début d'année scolaire, l'annuaire des partenaires, essentiels pour la gestion de l'urgence, permet de gagner un temps précieux. Je souhaite que cet outil vous accompagne efficacement dans l'exercice de vos responsabilités et soit également utilisé pour informer et former les personnels des écoles et établissements. J'adresse aux membres du groupe de travail, dont vous trouverez la composition en annexe, mes vifs remerciements pour la rapidité et la pertinence de leur réflexion. Yannick Tenne IADSDEN du Pas-de-Calais

3 Élargir nos nos représentations Définition, événements déclencheurs, ressources 1 Quand peut-on parler de situation de crise? Une situation de crise trouve son origine dans la réaction émotionnelle face à : la répétition d'actes qui ne sont pas d'une gravité exceptionnelle mais qui créent un climat de surtension dans lequel un énième incident provoque une déstabilisation ; un incident grave qui provoque la situation de rupture : agression physique, suicide, accident, catastrophe naturelle ou autre... Actualisé le 13. sept /1 Notes La situation de crise provoque une déstabilisation de l'ensemble ou d'une partie de la communauté éducative, pouvant aller jusqu'à la remise en cause de l'école et des valeurs fondamentales sur lesquelles elle est bâtie. Elle correspond au moment où des membres de la communauté éducative ne sont plus capables seuls ou en équipe de faire face à une situation, où leurs réactions risquent de ne plus s'inscrire dans une cohérence, où les prises de position sont souvent divergentes. Elle traduit un événement qui fragilise la communauté éducative ou ses relations avec son environnement, et crée un doute sur les repères habituels. P. Lagadec parle de «la perte de l'univers de référence». Toutefois, elle est appréhendée de manière différente d'un établissement ou d'une école à l'autre, et d'un moment à l'autre, le risque de rupture d'équilibre étant très variable en fonction du contexte, du public, de leur culture et de leur histoire. D'après le Vademecum, pour gérer les situations de crise Ministère de l'education nationale. Chaque crise, comme chaque maladie, a son histoire. «Il y a des maladies qui commencent lentement, par des malaises légers et convergents. D'autres éclatent en une soirée dans un accès de fièvre violent.» A. Maurois

4 Signaux faibles Actualisé le 14. sept /2 Pour Pour une une réflexion en en amont. Pour Pour une une relecture en en sortie de de crise I - Les signaux faibles Les signaux faibles sont un ensemble de petits signaux précurseurs ou non d évènements, souterrains, non repérés, négligés, auxquels il faut donner un sens, en les analysant dans un contexte lié à une problématique traitée (santé, sécurité, violence, ). II Être a l écoute des signaux faibles En amont la crise résulte de facteurs multiples ; en aval elle modifie certains fonctionnements et certains rapports humains. Pour détecter les signaux préalables, il faut en être à l écoute. Il convient pour cela d en arriver à un degré de paranoïa raisonnable. Or d une part il n y a pas de culture française du risque à l anglo-saxonne, ensuite les organisations sont le plus souvent verticales et privilégient les approches techniques au détriment des approches sociologiques Etre à l écoute des signaux faibles est donc le plus souvent un acte volontaire. III - Classer les signaux faibles La classification que nous proposons des situations pouvant engendrer une crise suffit à mettre en évidence la diversité et la multiplicité des signaux faibles. Les signaux faibles peuvent être internes ou externes. La veille informationnelle portera sur les signaux d ambiance (ou encore indicateurs de climat), dans l établissement, au niveau local proche (quartier, commune, ) ou même au niveau national, voire international. Le schéma proposé plus loin en donne quelques exemples. IV - Percevoir, mémoriser, utiliser des compétences a développer Il en résulte pour le pilotage la mise en œuvre de compétences qui, si elles sont acquises, limiteront les risques de passage à la crise. VEILLE (capacité à "percevoir" ces signaux). aptitude spontanée à l'observation ou/et formation visant à la développer, et organisation favorisant l observation (développement de l écoute, couverture géographique de l école ou de l établissement par les adultes, sensibilisation de tous les personnels, ) TRACABILITE (capacité à les "stocker") aptitude à la mémorisation ou/et formation visant à la développer et organisation favorisant la trace écrite (notes personnelles ; composantes du tableau de bord de l'école, de la circonscription, de l'établissement) SYNTHESE (capacité à les "croiser") aptitude à la synthèse ou/et formation visant à la développer et organisation favorisant la juxtaposition (réunions "de direction", "de pilotage", "de service", "intérieure", conseils des maîtres, ) organisées de telle sorte qu elles permettent l expression et le repérage des ressentis au-delà d un ordre du jour établi). V Gérer les signaux faibles pour éviter la crise L approche de la structure par les signaux faibles doit participer, prioritairement, à éviter la crise. Mais, si la crise survient, elle participera aussi à la distanciation indispensable à la gestion de l évènement par la connaissance préalable qu elle apportera des fonctionnements et des équilibres humains. VI - Conclusion Quand il y a crise, il y a eu un "avant" et il y aura un "après". Gérer une situation de crise, c'est donc tout autant l'éviter (l'avant), la maîtriser (le pendant) et établir une nouvelle situation de stabilité et tirer les conséquences du vécu (l'après). tirer les leçons de ce qui a été vécu C'est bien de stabilité dont il s'agit. Au-delà des organigrammes, qui modélisent un fonctionnement, chaque structure est un équilibre humain entre les forces et les fragilités de chacune de ses composantes, individuelles ou d'équipes. La crise se produit lorsque, à l occasion d un fait déclencheur, les fragilités antérieures conduisent au défaut de maîtrise des évènements et des émotions, et que, donc, l approche technique ne suffit plus. N.B. :Les passages en écriture italique sont extraits de textes de Laurence Baillif, chargée du développement et du management du pôle Risques et Crises pour diverses sociétés.

5 Signaux faibles Actualisé le 29. sept /2

6 Typologie des situations pouvant déclencher une crise auxquelles il convient d'être particulièrement vigilant Actualisé le 28. sept /1 Pour ne rien laisser au hasard Pour ne rien laisser au hasard Maladies transmissibles Toxi-infection alimentaire Exposition au sang Maladies (autres) Décès, suicides, drame familial Occupations Exercice du droit de retrait Collectifs Personnels 1. Troubles du comportement chez un élève ou un adulte 2. Santé 3. Mouvements revendicatifs 4. Maltraitance 5. Atteinte aux biens Notes Liée à l'usage des téléphones portables Liée aux nouveaux réseaux de communication Suite à la parution d'un article dans la presse Incendie Risques majeurs Autres accidents Atteintes à la sécurité Port d'armes 6. Déstabilisation 7. Atteinte aux personnes 8. Accidents 9. Intrusions Notes

7 Pour gérer la crise Pour gérer la crise Démarche-type en cas de crise Ce document liste l'ensemble des opérations et décisions auxquelles le responsable de la gestion de crise doit veiller. Dans le premier degré, le directeur d'école prend les mesures d'urgence. La cellule de crise est activée par l'ien. Dans le second degré, le chef d'établissement est responsable de la gestion de crise. Actualisé le 14. sept /1 Définition Mesures d'urgence Démarche gestion de crise Protéger Alerter (cf. Fiche ressources : Alerte des secours) Secourir Informer l'autorité académique ACTIVER LA CELLULE DE CRISE En amont, l'équipe de direction qui constitue la cellule de crise se sera réunie. (cf. Fiche ressources : Cellule de crise) Gestion immédiate Suivi à moyen et long terme 1) Évaluer : Analyser la situation, écouter, comprendre ; Identifier les besoins par rapport aux ressources existantes. 2) Organiser et définir une stratégie 3) Agir : Mettre les actions nécessaires en œuvre Avertir / informer (les parents,...) ; Communiquer ; Accompagner. Durant toute la crise Tenir la main courante Assurer le suivi de la gestion de l'événement (retour d'expérience,retour sur les signaux faibles ) ; Rédiger les comptes-rendus ; Poursuivre l'accompagnement des personnes ; Communiquer. Fiches ressources - Point de situation - Exemple de main courante Fiches ressources - Débriefing de crise - Retour d'expérience

8 Communication Actualisé le 15. sept /2 Pour une communication réussie Pour une communication réussie Distinction communication interne/ communication externe Objectif de la communication : rassurer / prévenir la rumeur et les informations non maîtrisées. Modalité de la communication : donner une information fiable, actualisée, utile et adaptée à l'interlocuteur. Communication Interne à l'education Nationale Qui? À qui? Quand? Quoi? Comment? Manifester empathie et responsabilité Pour le 1 er degré, directeur d'école ou un adjoint désigné Pour le 2 nd degré,direction : déterminer le communicant (chef d'établissement) et le ou les représentants en cas d'empêchement (adjoint, CPE, ) et ce après information donnée sans délai à l'autorité hiérarchique : IEN pour le 1 er degré Inspecteur d'académie Recteur (par téléphone,fax ou mail + un rapport écrit dans un second temps) Communauté éducative au sens large : L'ensemble des personnels, Les représentants des parents d'élèves élus au conseil école / CA Les familles (toutes les familles ou uniquement les familles de la ou des classes concernées) Les élèves Attention : Adapter son discours à l'interlocuteur S'assurer de la compréhension du message par tous. Le plus tôt possible Attention : Priorité est à donner à la protection des personnes et/ou à la sécurisation des lieux Communiquer les faits et les décisions et actions entreprises ou envisagées Aucune interprétation personnelle, ni jugement. Si nécessaire, donner les coordonnées des personnes ressources. Attention : Le silence est suspect, assimilé à une dissimulation ou à l'existence d'un dysfonctionnement. Cela ne signifie pas forcément tout dire mais jouer la transparence. Le moyen de communication est adapté à la situation, par exemple : envers les personnels un contact direct, général ou ciblé. un point de situation régulier annoncé par oral / par voie d'affichage dans un endroit déterminé (ex : salle des professeurs) ou par mail envers les familles via le carnet de correspondance de l'élève, par l'organisation d'une réunion d'information... en fonction des moyens de l'établissement et de la gravité de la situation : mise en place d'une ligne téléphonique dédiée, d'un accueil spécifique... Etre attentif aux parents non francophones (recours à un interprète?) envers les élèves une annonce officielle par directeur ou chef EPLE dans classes concernées en priorité. Relais pour autres classes envisageables (par Adjoint ou CPE...)

9 Communication Actualisé le 28. sept /2 Communication externe Qui? A qui? Quand? Quoi? Comment? Décision de l'inspecteur d'académie pour le 1er degré Contact : Cabinet Décision du Recteur pour le 2 nd degré Contact : Cellule communication du rectorat Média de masse TV, radio, presse nationales, régionales et locales En réponse aux sollicitations des médias mais prendre le temps d'élaborer son message : pas d'improvisation même lorsque les médias sont sur place sans prévenir. 1 / Vous êtes autorisé à communiquer S'en tenir aux faits connus et indiscutables sans aucune interprétation. Préciser dispositif/actions mises en place Attention: le message doit-être clair, précis et préparé à l'avance. Le silence est suspect, assimilé à une dissimulation ou à l'existence d'un dysfonctionnement. Cela ne signifie pas forcément tout dire mais jouer la transparence. 2 / Vous n'êtes pas autorisé à communiquer directement Orienter les médias vers les autorités hiérarchiques (IA ou Recteur) Manifester empathie et responsabilité Préparer un message type pour chaque type de crise. Faire valider le message par les autorités. Attention: Eviter dans la mesure du possible les interviews par téléphone Prévoir un lieu de réception pour les journalistes Pour le 1 er degré, Directeur et/ou IEN Chef d'eple Mairie systématique pour le 1 er degré si impact sur l'ordre public, pour le 2 nd degré. A déterminer selon la gravité de la situation. Exemples : dégradations locaux ou problème sanitaire pour 1 er degré, troubles à l'ordre public. téléphoner dans l'urgence confirmer par un écrit. Chef d'eple Conseil général/régional A déterminer selon la gravité de la situation. Exemples en cas de dégradations des locaux, problèmes sanitaires faits concernant directement les TOS téléphoner dans l'urgence confirmer par un écrit.

10 À constituer en début d'année scolaire et à actualiser Correspondants généraux : Annuaire de gestion de crise Date de mise à jour : / / modèle actualisé le 14. sept /1 Selon la nature de la crise, liée à : Secours Pompiers : 18 SAMU : 15 Police / Gendarmerie : 17 Référents Police / Gendarmerie :.. Institutionnels Rectorat - Cabinet : Tél : / Fax : Rectorat Urgence : Inspection académique Cabinet : Tél : Fax : IEN : Collectivités Territoriales Conseil régional :.. Urgence du Conseil Régional : Conseil Général :.. Urgence du Conseil Général :. Mairie de : Maire :.. Comportement Médecin Conseiller Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Infirmière Conseillère Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Assistante Sociale Conseillère Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Cellule information préoccupante du Conseil Général : Santé Médecin Conseiller Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Infirmière Conseillère Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Maltraitance/ Atteintes aux personnes Médecin Conseiller Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Infirmière Conseillère Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Assistante Sociale Conseillère Technique auprès de l Inspecteur d Académie : Centre de Ressource de l Inspection Académique ( CRVS ) : Procureur de la République : Tél : / Fax : Atteintes aux biens collectifs Services Techniques du Conseil Régional : Services Techniques du Conseil Général : Mairie : Accidents Incendie : Cf. Registre de sécurité incendie Risques majeurs : Cf. PPMS

11 Canevas type d'appel, quel que soit le type d'urgence Alerte des secours Date de mise à jour : / / modèle actualisé le 14. sept /1 Pour préparer l'appel des secours Pour préparer l'appel des secours Renseignements concernant l école ou l établissement (à compléter à l'avance) Notes Nom de l établissement :... Adresse : Téléphone :... Télécopie :... Services Nom et qualité de l'appelant :... Alerte de l'un des services d'urgence Heure d'appel (hh:mm) Samu >> :... Sapeurs pompiers >> :... Gendarmerie >> :... Message type Ne pas raccrocher le téléphone avant d'y être autorisé. Un complément d'information pourra vous être demandé. Ici (l'établissement X... - adresse précise)... Nature de l'accident : Nombre de blessés et nature des blessures: Point d'accueil des secours :... Accès par :... Numéro(s) de téléphone confidentiel(s) réservé aux liaisons avec les secours et les autorités, en cas d'accident majeur Tel.1 :... Tel.2 :... Tel.3 :... Mesures prises : Confinement Évacuation Premiers soins Autres : Risques éventuels de sur-accident : S'assurer de l'accueil des secours et de la liberté des accès Interdiction immédiate de pénétrer pour tout nouveau véhicule Dégager et préserver le périmètre d'intervention

12 une une ressource en en situation de de crise L'équipe mobile de sécurité (EMS) intervient, sur décision de l'inspecteur d'académie, dans les établissements scolaires confrontés à une crise. Elle apporte un appui non seulement dans la gestion de la crise elle-même mais également après sur les points développés ci-dessous. L'EMS pendant la crise L' Equipe Mobile de Sécurité Actualisé le 13. sept /1 Notes Canaliser, apaiser les tensions et les émotions: Écoute, conseil et soutien à la communauté scolaire. Écoute et conseil auprès des victimes (élèves et adultes). Orientation et possibilité d'accompagnement dans les démarches judiciaires à effectuer (dépôt de plainte). Analyser, comprendre et gérer la crise : Écoute, conseil et soutien à l'équipe de direction : regard extérieur et croisé sur l'analyse de l'événement à l'origine de la crise, aide à la prise de décisions, au choix de la stratégie à mettre en oeuvre et aide à la communication. Liaison étroite avec les partenaires en particulier les services de police et de gendarmerie. L'EMS après la crise Favoriser le retour à un climat serein Maintien d' un contact avec les partenaires. Accompagnement et aide à la reprise des cours, à la communication interne. Comprendre pour prévenir Aide à l'analyse de la crise et de sa gestion, du contexte de l'incident, du fonctionnement de l'établissement pour repérer les forces et les faiblesses afin de prévenir les situations de crise. Accompagnement dans la mise en place d'actions en sortie de crise : évaluation du climat scolaire, aide à l'élaboration ou à l'ajustement du Plan Prévention Violences, actualisation du diagnostic de sécurité, mise en place d'actions de formation ciblées auprès de la communauté scolaire, actions de prévention auprès des élèves...

13 Annexes

14 Fiches ESEN

15 CELLULE DE CRISE DEFINITION Organe de gestion, de réflexion et de propositions capable de réagir immédiatement en cas d événements graves ou de risques majeurs afin de permettre au chef d établissement de prendre les dispositions les mieux adaptées. RÔLE Conseiller et proposer au chef d établissement les actions concrètes visant à mettre en sécurité et à protéger les élèves et le corps enseignant et à limiter les effets de l évènement à l origine de la crise. Faciliter leur mise en œuvre et assurer la diffusion de l information (en interne et en externe). COMPOSITION (exemple) Structurée en plusieurs équipes sous le contrôle d une équipe de direction Equipe «direction» Equipe «encadrement» Equipe «santé» Equipe «logistique» Equipe «accueil» Le chef d établissement (le décideur) L adjoint au chef d établissement (le coordinateur) Secrétariat CPE Professeurs Assistants d éducation COPS Infirmière Gestionnaire du matériel Adjoint au gestionnaire du matériel Personnel «loge» LOCALISATION De préférence, dans des locaux de l établissement utilisés au quotidien par le corps enseignant dans le cadre de ses missions (salle de classe, salle de réunion). Ces lieux pourront être éventuellement aménagés de manière à être facilement et rapidement transformables en dispositif de crise à toute heure du jour et de la nuit. EQUIPEMENT Postes téléphoniques, télécopieurs, téléphones portables, micro-ordinateur et une imprimante, annuaires de crise (internes et externe), ensemble de ressources en papeterie (bloc, stylos ), Suite au verso

16 QUELQUES REGLES DE FONCTIONNEMENT Effectuer une première réunion rapide pilotée, par l équipe direction, lors de la mise en place de la cellule de crise avec les différents acteurs: Exposer la situation de crise Définir le rôle de chacun en s appuyant sur les fiches de poste et les fiches réflexes établies préalablement (cf. fiche «Planification de crise») Mener l action à l aide du plan de crise (cf. fiche «Planification de crise») Etablir une main courante afin d assurer le suivi de la situation (voir ci-dessous) Informer et communiquer : Fixer les règles de diffusion de l information et les règles de confidentialité Assurer l information et la communication En interne : au sein de la cellule de crise : en temps réel, lors de point de situation (cf. fiche «Point de situation») vers le reste de l établissement (information du personnel, élèves, ) En externe : à destination de la chaîne hiérarchique, des familles, des organismes associés vers les médias (cf. fiches «Communiqué de presse» et «Interview») Exemple de main courante Heure Expéditeurs Destinataires Evènements Actions Bilans

17 COMMUNIQUE DE PRESSE STRUCTURATION Date de publication, heure et organisme Un titre court, accrocheur et explicite L accroche du communiqué (3 lignes max) Le corps du communiqué Le corps du texte doit répondre aux questions suivantes Quoi? Qui? Pourquoi? Où? Quand? Comment La fin du communiqué de presse Les contacts Nom et fonction, téléphone et mail Ne pas oublier de mettre les contacts QUELQUES REGLES Toujours se demander quel est le lecteur ou le public ciblé Rendre le texte accessible au grand public Vulgariser l information Aller du général au spécifique ; Faire des phrases courtes : une phrase = une idée et simples : sujet/verbe/complément Eviter le jargon trop technique, les sigles ; Attention au vocabulaire, éviter les termes trop négatifs et anxiogènes Associer éventuellement des documents (photos, éléments factuels, éléments de langage.) QUAND LE DIFFUSER? Le premier communiqué de presse doit être publié rapidement avec des éléments factuels VERS QUI LE DIFFUSER? Si l évènement est de niveau local, le diffuser seulement aux médias concernés (L envoi d une dépêche aux agences nationales peut parfois se révéler être un facteur aggravant et accentuant le champ de la crise ainsi que ses conséquences) A contrario, si l évènement a une incidence large, le diffuser à une agence de presse (cette procédure doit être validée par la hiérarchie)

18 DEBRIEFING DE CRISE DEFINITION Analyse collective, a posteriori, d'une crise au sein de l établissement scolaire permettant, via un échange d'impressions et de points de vue, d'interpréter, de comprendre et de tirer des conclusions sur : les décisions prises les actions effectuées l organisation du dispositif l information délivrée le comportement des acteurs Le débriefing de crise est un élément constitutif du retour d expérience. MISE EN ŒUVRE A effectuer immédiatement après l évènement, «à chaud» (mémoire des acteurs) D une durée relativement brève Conduit par l équipe direction Doit permettre à chaque acteur de s exprimer et de verbaliser son ressenti Prise en compte des aspects positifs et négatifs de la gestion de crise POINTS A ABORDER (liste non exhaustive) Rappel de l évènement : exposé chronologique des grandes phases de la crise Analyse des actions et des décisions prises : Sécurisation de l établissement Sécurisation des élèves, du corps enseignant et du personnel de l établissement Demande d appuis externes : forces de l ordre, proviseur de vie scolaire, mairie, Analyse du dispositif de crise : Organisation fonctionnelle : humaine et matérielle Fonctionnement du dispositif Analyse de l information et de la communication lors de la crise : Recueil et validation des informations Cohérence de la communication En interne : au sein de la cellule de crise (ex : échanges d information insuffisants entre les cellules, ) vers le reste de l établissement (information du personnel, ) En externe : à destination de la chaîne hiérarchique, des familles, des organismes associés vers les médias

19 INTERVIEW PREPARATION 1. Pourquoi vais-je devant les journalistes? Est-ce que j ai un message d alerte à diffuser, des recommandations,. 2. A qui dois-je m adresser en priorité? Se renseigner sur la radio ou la chaîne qui propose l interview 3. Comment se mettre en scène? Choisir le bon porte-parole : sexe, âge, fonction, degré d entraînement, Choisir un lieu adapté Veiller au décor (attention à «l arrière-plan» : poster, évènement en cours, ) Veiller à ce que la caméra soit positionnée de face et non latéralement Adopter une posture et une tenue vestimentaire adaptée QUELQUES REGLES Avoir un regard «caméra» Soigner la première phrase et les transitions Préparer son contenu : la situation, les conséquences, les moyens pour y répondre,... (vous devez en savoir plus que les médias) Intégrer ou (intérioriser) ce que l on ne veut surtout pas dire Utiliser les silences pour temporiser le discours Eviter si possible de lire des notes (tolérer cependant pour donner un bilan) Avoir de l empathie pour les victimes, les familles, Terminer son allocution avec une phrase si ce n est optimiste, tout au moins positive

20 POINT DE SITUATION DEFINITION Le point de situation permet, à un moment choisi par l équipe direction, de réunir l ensemble des membres de la cellule de crise afin : de partager les informations détenues par chacun et d analyser la situation de réfléchir collectivement aux stratégies de réponse afin de proposer différentes options au décideur PARTAGER ANALYSER DECIDER AGIR QUAND? : MISE EN ŒUVRE régulièrement au cours de la crise, sans perturber le fonctionnement de la cellule de crise à une heure pouvant être fixée par le décideur (ex. : toutes les heures) avec une annonce préalable pour permettre aux acteurs de s y préparer sur décision du décideur (ex. : survenance d un évènement majeur) PAR QUI? : conduit par le chef d établissement et/ou son adjoint COMMENT? : Avec les chefs de cellule, le secrétariat et la personne chargée de la synthèse (veiller à ne pas dégarnir les cellules afin de ne pas perturber le fonctionnement de la cellule de crise : la crise continue ) Sa durée ne doit pas être, ni trop longue car la crise continue, ni trop courte car il doit permettre à chacun de s exprimer Ne pas se laisser distraire et le mener jusqu au bout A l issue du point de situation, les conclusions doivent être transmises à l ensemble des acteurs pour assurer une vision commune de l évolution de la crise POINTS A ABORDER (liste non exhaustive) Pour l ensemble des problématiques affectant l établissement au moment du point de situation : Analyser (diagnostic): Environnement, contexte Conséquence(s) Difficultés actuelles ou potentielles Proposer des stratégies de réponse en évaluant les effets et les difficultés potentielles Choisir la stratégie à mettre en œuvre Définir les actions : Aspects techniques Evaluer les moyens à mettre en œuvre Répartir les actions

21 ~ I~J INSTITUT NATIONAl m' HAUTES [l UDES!JI 1" SÈCURITl m la JUSTICE RETOUR D'EXPERIENCE e, DEFINITION Analyse méthodique et rigoureuse d'un évènement dans le but de comprendre les mécanismes ayant conduit, au moment de son traitement, à des dysfonctionnements ou des innovations afin d'en tirer tous les enseignements pour l'avenir. Le débriefing de crise, réalisé immédiatement après l'évènement, est un élément constitutif du retour d'expérience (cf. fiche «Débriefing de crise»). OBJECTIFS Le retour d'expérience est un élément de progrès indispensable à toute organisation. Sa mise en œuvre doit être systématique après un exercice ou un évènement. Il est utile pour comprendre la nature et l'amplitude des écarts entre le cadre méthodologique (contenus de plans...) et les pratiques mises en œuvre lors de la gestion de l'évènement. Au-delà de sa capacité à faire évoluer les organisations, il constitue avant tout une opportunité de partage et d'apprentissage pour l'ensemble des acteurs quel que soient leur statut et leur niveau hiérarchique. MISE EN ŒUVRE Piloté par le chef d'établissement, la conduite du retour d'expérience s'articule autour de 5 étapes dont l'aboutissement se traduit par l'élaboration d'un plan d'action et son suivi: 1 ère étape: COLLECTER LES INFORMATIONS: La collecte d'information (main courante, article de presse,... ) doit permettre de reconstituer chronologiquement le déroulement des évènements. 2 ème étape: CONDUIRE LES ENTRETIENS INDIVIDUELS: Il convient de conforter et d'enrichir la collecte d'information sur la base du témoignage des acteurs. Les entretiens doivent être conduits en deux étapes simple avec une 1ère phase d'écoute libre suivie d'une 2 ème phase d'écoute dirigée au cours de laquelle l'auditeur va s'efforcer de comprendre les facteurs qui ont motivé les prises de décisions et les actions. ~~~~ Suite au verso

22 3 ème étape : ANALYSER ET FORMALISER L'HISTOIRE COMMUNE: «L'histoire» de la gestion de l'évènement peut être découpée sous la forme de séquences centrées sur un cycle de prise de décision (diffusion de l'alerte, évacuation, regroupement des personnes, mise à l'abri,... ). Chaque séquence centrée sur la prise de décision peut donc faire apparaître: le contexte de la situation la description de la phase d'analyse (hypothèses étudiées) les décisions et actions entreprises les effets et conséquences des décisions et actions entreprises 4 ème étape: ORGANISER UNE REUNION DE SYNTHESE : Cette réunion rassemble tous les acteurs ayant participé à la gestion de l'évènement et est, avant tout, un espace de dialogue où les acteurs peuvent échanger et confronter leurs expériences. Elle s'appuie sur la présentation des différents cycles de décision et doit permettre la mise en lumière des raisons qui ont permis la prise de bonnes décisions et l'évitement de mauvaises. Sème étape: FORMALISER UN PLAN D'ACTIONS: Cette dernière étape fait l'objet de : la formalisation des objectifs correctifs retenus la désignation d'un coordonnateur pour suivre chaque action programmée la définition de l'échéancier

23 Conduites à tenir en cas d infractions en milieu scolaire Mémento

24 Avant propos La lutte contre la violence en milieu scolaire constitue un enjeu prioritaire pour l ensemble des institutions de l État car ses manifestations diverses, qui peuvent avoir un retentissement important dans la communauté éducative, mettent en péril la réussite scolaire, l égalité des chances, et plus largement les valeurs même de notre société. L Éducation nationale et ses partenaires institutionnels, ministères de la Justice et de l Intérieur, unissent leurs efforts, chacun dans le champ de ses compétences, pour prévenir la montée de la violence en milieu scolaire, en se dotant d un programme gouvernemental aux actions cohérentes et complémentaires. Celles-ci sont développées dans une circulaire interministérielle relative à La prévention et la lutte contre la violence en milieu scolaire, diffusée à la rentrée scolaire 2006, qui vise à apporter des réponses concrètes à des faits et situations d insécurité dans les établissements scolaires et à leurs abords. Cette circulaire est accompagnée d une série de documents destinés à aider les équipes éducatives dans leur mission : - la présente brochure, intitulée : Conduites à tenir en cas d infractions en milieu scolaire, Mémento, s adresse plus particulièrement aux chefs d établissement et aux équipes de direction. Elle traite de onze types d infractions qui peuvent se produire dans un établissement et précise, pour chacune d elles, les qualifications pénales ainsi que les procédures à suivre et les conduites à tenir ; - un guide pratique : Réagir face aux violences, s adresse plus particulièrement aux personnels et propose quelques conseils, d une part dans le cas où ils seraient eux-mêmes victimes de violences, d autre part, dans ceux où ils seraient témoins ou confidents de tels actes. Cette brochure aborde en outre des phénomènes récents, liés à une utilisation détournée des nouvelles technologies : les blogs et l usage du téléphone mobile à des fins contraires aux droits et à la dignité des personnes ; - enfin, un document : Faits ou situations d insécurité dans les établissements scolaires. Questions/Réponses, complété par un Glossaire des termes juridiques utiles est mis en ligne sur le site rubrique violence.

en milieu scolaire Conduites à tenir en cas d infractions Mémento

en milieu scolaire Conduites à tenir en cas d infractions Mémento Conduites à tenir en cas d infractions en milieu scolaire Mémento Avant propos La lutte contre la violence en milieu scolaire constitue un enjeu prioritaire pour l ensemble des institutions de l État car

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

E.M.A.S Montpellier réalisé par Daniel Simon. 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr

E.M.A.S Montpellier réalisé par Daniel Simon. 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr E.M.A.S Montpellier réalisé par Daniel Simon 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Une situation de crise trouve son origine dans 2 types d événements la répétition d actes, pas d une gravité exceptionnelle,

Plus en détail

GESTION DES SITUATIONS DE

GESTION DES SITUATIONS DE PROTOCOLE DE GESTION DES SITUATIONS DE CRISE EN ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES ET ÉCOLES CENTRE DE RESSOURCES DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CRISE 21A Bd Lamartine 22000 Saint-Brieuc - ( 02 96 62 18 65) Inspection

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

AU NIVEAU DES TEXTES :

AU NIVEAU DES TEXTES : Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 1/5 1 : Sur le plan général : AU NIVEAU DES TEXTES : Etat des lieux : Les fonctionnaires bénéficient, à l occasion de l exercice de leurs fonctions, d une protection

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

Réagir face. aux violences en milieu scolaire. guide pratique

Réagir face. aux violences en milieu scolaire. guide pratique Réagir face aux violences en milieu scolaire guide pratique Avant propos Les faits de violence dans les établissements scolaires dont sont victimes tant les élèves que les personnels, sont un souci majeur

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

S I T U A T I O N CONDUITE À TENIR QUALIFICATION PÉNALE

S I T U A T I O N CONDUITE À TENIR QUALIFICATION PÉNALE 1 1 GUIDE PRAT I Q U E APPROCHES PA RTENARIALES EN CAS D INFRACTIONS DANS UN ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE SOMMAIRE 1 - Intru s i o n s 2 - Dégradations 2.1 Détérioration de biens appartenant à des personnels

Plus en détail

LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE

LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE Stage Directeurs d'école du 14 au 18/12/2009 LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE Jean-Paul BURKIC I.E.N. - LE PORT Les trois grandes missions du directeur Le directeur d'école veille à la bonne marche

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes MESURE D ACCOMPAGNEMENT PROTÉGÉ DES ENFANTS

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Une crise serait un «changement brutal et

Une crise serait un «changement brutal et Une crise serait un «changement brutal et soudain entre deux états, qui provoque une rupture d'équilibre». Marle Hélène Westphallen, (1994) «La cybercriminalité recouvre toute activité illégale et irrégulière

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Principe général : toute personne qui constate un danger pouvant affecter la santé, la sécurité et les conditions de travail doit le signaler sur le registre

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

URGENCE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU SCOLAIRE

URGENCE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU SCOLAIRE URGENCE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE D INTERVENTION EN CAS D ÉVÉNEMENT GRAVE A l usage des directeurs d écoles Mise à jour 8 Novembre 2011 Document rédigé par le Dr Viviane MOULIS Médecin

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS DE GESTION DE CRISE

MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS DE GESTION DE CRISE Direction Enseignement Catholique 5 rue des Capucins - CS 30222 22002 SAINT BRIEUC Cedex 01 Tél : 02.96.68.32.68 SERVICE DE PSYCHOLOGIE Tél : 02.96.68.21.25 MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS

Plus en détail

CAP AGENT DE SÉCURITÉ

CAP AGENT DE SÉCURITÉ Rectorat Inspection de l Éducation Nationale Enseignement Technique Circulaire d organisation CAP AGENT DE SÉCURITÉ SESSION JUIN 2014 CCF 1 CAP AGENT DE SECURITE CCF SESSION 2014 Épreuve EP 1 : Prévention

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Protection de l enfance

Protection de l enfance Protection de l enfance En situation de danger ou en risque de l être De quoi parle-t-on? Extraits du «Petit Guide de procédures, Enfance en danger» réalisé par le conseil général de l'yonne Les situations

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

I. La définition du harcèlement moral au travail

I. La définition du harcèlement moral au travail 1 Protection du fonctionnaire Harcèlement moral au travail NOR : MENH0700398C RLR : 610-7 e CIRCULAIRE n 2007-047 DU 27-2-2007 MEN DGRH B Lien : bulletin officiel n 10 du 8 mars 2007 Texte adressé aux

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel Modèle commenté de document d information LIVRET D ACCUEIL DU PERSONNEL DES ÉTABLISSEMENTS ET S E R V I C E S S O C I A U X O U M É D I C O - S O C I A U X (voir bon de commande à la fin du document) ÉDITIONS

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

FICHE D EVALUATION 2011-2012

FICHE D EVALUATION 2011-2012 COUR DE CASSATION FICHE D EVALUATION 2011-2012 Nom : Nom d usage : Prénom Situation de famille : Fonctions exercées : Juridiction : DESCRIPTION DE L ACTIVITE DU MAGISTRAT (à remplir par l évaluateur dans

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET Qu est-ce qu un accident du travail? Quelles sont les caractéristiques de l accident du travail et comment reconnaître son caractère professionnel? Définir l'accident

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Evènement grave : La cellule d écoute et d accompagnement

Evènement grave : La cellule d écoute et d accompagnement mise à jour de mars 2011 Evènement grave : La cellule d écoute et d accompagnement Conduite à tenir INSPECTION ACADEMIQUE DE L INDRE 110, rue grande Châteauroux 02 54 60 57 00 Télécopie : 02 54 60 57 48

Plus en détail

EXERCICE DE GESTION DE CRISE AU PROFIT DE L ÉDUCATION NATIONALE

EXERCICE DE GESTION DE CRISE AU PROFIT DE L ÉDUCATION NATIONALE EXERCICE DE GESTION DE CRISE AU PROFIT DE L ÉDUCATION NATIONALE QUEL AUDITOIRE? Les personnels concernés par cette formation sont les responsables des 184 établissements publics locaux d enseignement (EPLE)

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères

Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères DFAE 00-6-0 Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères du septembre 0 vu la Loi du mars 000 sur le personnel de

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1 PARTIE VII Responsabilités et assurances 7. 1 A. ASSURANCE EN RESPONSABILITE CIVILE Le code de l action sociale et des familles (art R 227-27 à R 227-30) institue l obligation d assurance en responsabilité

Plus en détail

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES Conformément au B.O. n 1 du 6 janvier 2000, ce texte définit l organisation des soins et des urgences au sein de l établissement. LORSQUE L INFIRMIERE EST PRESENTE :

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche Express LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche express L'info pratique en droit du travail. AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au besoin

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R4 Prises en charge post aigües, pathologies chroniques

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Repérer les situations à risques liées au site : La sécurité doit être intégrée dès la conception des locaux. Il faut repérer et évaluer les vulnérabilités du

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2015-0153 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 mars 2015 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des numéros

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Assurances et services des collectivités locales

Assurances et services des collectivités locales LES PROGRAMMES DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET DE RETOUR À L EMPLOI Centre de gestion du Jura 25 septembre 2014 Assurances et services des collectivités locales Outils de réinsertion professionnelle Souffrance

Plus en détail

Annexe 3. Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche

Annexe 3. Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche 1 Annexe 3 Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche Le plan décrit au sein de chacun de ses 12 domaines : - les objectifs de sécurité

Plus en détail

Actualités de la législation relative aux chiens dangereux

Actualités de la législation relative aux chiens dangereux Actualités de la législation relative aux chiens dangereux Jean-Michel MICHAUX Thibaut LANCHAIS Actualités de la législation relative aux chiens dangereux Modification de la législation relative aux chiens

Plus en détail