DTZ Research. Property Times France Hôtellerie 2012 Les cessions de portefeuilles dopent le marché. 29 Janvier Sommaire. Auteur.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DTZ Research. Property Times France Hôtellerie 2012 Les cessions de portefeuilles dopent le marché. 29 Janvier 2013. Sommaire. Auteur."

Transcription

1 Property Times France Hôtellerie 2012 Les cessions de portefeuilles dopent le marché 29 Janvier 2013 Sommaire Contexte économique 2 hh Le marché du tourisme en France 4 Les évolutions réglementaires 9 Analyse stratégique des principaux groupes hôteliers en France 10 Le marché français de l investissement hôtelier 12 Perspectives Définitions 15 Auteur Henry-Aurélien Natter Chargé d études + 33 (0) Contacts Delphine Mahé Responsable des Etudes France +33 (0) Magali Marton Head of CEMEA Research +33 (1) Malgré le ralentissement traversé par l économie mondiale, le nombre total d arrivées de touristes internationaux a dépassé, pour la première fois en 2012, la barre du milliard. Si les grands indicateurs économiques du secteur hôtelier se sont améliorés en 2011 en termes de fréquentation touristique et de performances économiques, ils semblent marquer le pas en Les principaux groupes hôteliers ont connu une croissance de leur chiffre d affaires et ont poursuivi le développement de leur parc. Les groupes hôteliers internationaux privilégient l externalisation de leurs actifs pour limiter leurs risques et injecter de nouvelles liquidités dans leurs politiques de développement. De nouvelles opérations de sale & lease back sont à anticiper pour Le marché français de l investissement hôtelier a réalisé une performance historique avec près de 2,2 milliards d euros investis en Toutefois, trois portefeuilles ont représenté, à eux seuls, les ¾ de cette performance. Cette année exceptionnelle permet à la France de poursuivre son ancrage parmi les marchés les plus porteurs en Europe en termes d investissements hôteliers. L année 2013 devrait voir les investisseurs se focaliser sur les biens sécurisés ; Paris et la Côte d Azur devraient ainsi tenir le rôle de valeurs refuge au détriment des autres régions et des actifs économiques. En 2013, le marché français de l investissement hôtelier devrait atteindre une performance comprise entre 1 et 2 milliards d euros. DTZ Research

2 Contexte économique Malgré la confirmation du ralentissement économique, le nombre total d arrivées de touristes internationaux a dépassé pour la première fois la barre du milliard en Le ralentissement économique mondial s est confirmé en 2012 avec des différences notables entre les pays et les régions pourvoyeurs de touristes internationaux (graphiques 1). Toutefois, malgré ce ralentissement, le nombre total d arrivées de touristes internationaux a dépassé, pour la première fois en 2012, la barre du milliard, dont plus de la moitié en Europe (graphiques 2 et 3). La crise européenne demeure la menace la plus importante de la croissance économique mondiale. Les Etats-Unis devront écarter la menace de leur «mur budgétaire» pour ne pas hypothéquer les perspectives de la croissance mondiale en Le taux de chômage devrait demeurer supérieur à 6% en En Chine, malgré un léger ralentissement dû à la crise de la zone euro, la croissance est restée solide en Les perspectives à l horizon 2015 sont également bien orientées. Après un net recul en 2011 en raison des catastrophes naturelles et nucléaire, le Japon a renoué avec la croissance en Toutefois, une décélération est à anticiper en L Union Européenne est dans une phase de turbulence qui perdura en 2013 en raison de budgets d austérité qui limitent de facto les perspectives de croissance. En effet, le rééquilibrage des finances publiques et la réanimation de la croissance demeurent le casse-tête de la zone euro. Selon la commission européenne, le retour de la confiance chez les investisseurs passe par une croissance stimulée, une réduction de l endettement, la construction d une union bancaire, l émission d euro-obligations et la recapitalisation des banques en difficulté. Le rachat de façon illimitée des obligations d Etats en difficulté par la Banque centrale européenne marque un «tournant» vers «la sortie de l économie mondiale de cette grande dépression» selon les propos de Christine Lagarde, Directrice générale du FMI. La croissance de l économie française devrait être quasi nulle et impacter les créations d emplois en Toutefois, la région parisienne devrait tirer son épingle du jeu. Le taux d inflation devrait rester relativement stable à l horizon 2015, maintenant ainsi l intérêt des investisseurs pour l hôtellerie. Graphique 1 PIB en France, en zone euro, aux Etats-Unis, en Chine et au Japon, croissance annuelle 15% 10% 5% 0% -5% -10% Source: Oxford Economics Graphique 2 Arrivées de touristes internationaux des économies émergentes versus économies développées Source: OMT Graphique 3 France Zone Euro Etats-Unis Chine Japon Economies développées Répartition des arrivées des touristes internationaux en 2012 Moyen- Orient 4% Amériques 17% Asie et Pacifique 22% Afrique 3% Autre 1% Economies émergentes Europe 53% Source: OMT Property Times 2

3 La France conserve sa première place au tableau des arrivées de touristes internationaux. A l horizon 2030, les prévisions sont très encourageantes. En 2011, les arrivées de touristes internationaux ont représenté 983 millions de personnes (soit +4,6% par rapport à 2010). L Europe a totalisé 51% des arrivées, l Asie 22%, l Amérique 16% et l Afrique/Moyen-Orient 11%. La France demeure la première destination touristique au monde avec près de 79,5 millions d arrivée en 2011, soit 8% du tourisme mondial. A l horizon 2030, la clientèle en provenance des pays émergents, dont le taux croissance annuel moyen devrait être de 5% contre 3,3% tous pays confondus, constituera l un des principaux leviers de croissance du secteur hôtelier (graphique 4). La France demeure parmi les pays aux recettes touristiques les plus élevées. En 2011, les recettes du tourisme mondial sont estimées à milliards de dollars, soit 740 milliards d euros. La France (54 milliards de dollars en 2011) est uniquement devancée par les États-Unis (116 milliards de dollars) et l Espagne (60 milliards de dollars). Ces trois pays concentrent, à eux seuls, plus de 22 % des recettes mondiales. Depuis 2009, les recettes mondiales du tourisme ont connu une croissance continue (+4,7% de croissance annuelle moyenne). Le taux de croissance des recettes de Hong Kong (Chine) est l un des plus élevés (près de 30% par an en moyenne sur la période ) (tableau 1). L euro faible devrait permettre à la France de renforcer son attractivité auprès des touristes internationaux. Depuis 2008, l euro s est tendanciellement déprécié par rapport au yen et au dollar en raison d un report des d'investisseurs vers ces deux zones jugées plus sûres que la zone Euro. Pour sa part, la livre sterling est demeurée stable vis-à-vis de l euro (graphique 5). L assouplissement des politiques monétaires dans les pays émergents et développés devrait venir soutenir l activité et l inflation à moyen terme. Ainsi, les taux d intérêt devraient demeurer faibles et la croissance du crédit élevée. Pour l heure, les banques centrales ont choisi de maintenir cette politique inchangée, permettant au statu quo actuel de perdurer. Graphique 4 Taux de croissance des arrivées de touristes internationaux selon les principales destinations 30% 20% 10% 0% -10% Source: OMT Tableau 1 Les principales recettes du tourisme international Source: OMT Graphique 5 Europe Amériques Asie et Pacifique Afrique Moyen- Orient Pays En milliards de dollars TCAM Taux de change Cours de l euro par rapport au dollar, à la livre sterling (axe de gauche) et au yen (axe de droite) 1,5 $ 1,0 $ /2011 Etats-Unis 94,1 103,5 116,3 +11,2% Espagne 53,1 52,5 59,9 +6,2% France 49,5 46,6 53,8 +4,3% Chine 39,7 45,8 48,4 +10,4% Italie ,9 +3,6% Recettes totales ,7% 1,3 $ 0,9 170,0 150,0 130,0 110,0 La faiblesse de l euro par rapport au dollar et au yen devrait se maintenir à l horizon 2015 permettant ainsi à l Europe de conserver un certain avantage et de séduire les touristes internationaux. 0,5 $ Source : BCE 104,1 EUR/USD EUR/GBP EUR/JPY 90,0 Property Times 3

4 Le marché du tourisme en France Le segment haut de gamme poursuit sa progression La France comptait, fin 2011, hôtels et chambres. L analyse de l évolution du parc au cours des cinq dernières années (-5% d hôtels entre 2006 et 2011) fait apparaître des évolutions contrastées. L hôtellerie de chaîne a progressé de 4%, alors que les indépendants ont été durement touchés avec un recul de 7%. Le parc de l hôtellerie économique (0*-1*) enregistre une baisse de 19% depuis Les hôtels 2*, bien que toujours majoritaires, ont, quant à eux, reculé de 11% avec un recul encore plus marqué pour les hôtels indépendants et familiaux. A l inverse, l offre de catégorie 4* et plus, dominée par les opérateurs indépendants, a connu une forte croissance (+51%) sur la même période. Le nombre de chambres progresse, quant à lui, légèrement sur la même période (+0,4%), signe d une recomposition du secteur hôtelier français au profit des hôtels de chaînes (tableau 2). Forte concurrence en zone urbaine sur les hôtels de moyenne gamme. Les hôtels implantés en zones urbaines dominent le marché français (39%) avec une forte représentation des établissements milieu/haut de gamme et luxe. La France est devenue la 1 ère destination mondiale du ski lors de l hiver avec 55 millions de journéesskieurs vendues. Une reconfiguration de l offre hôtelière pourrait par conséquent voir le jour au profit de la montagne qui ne représente aujourd hui que 15% du parc hôtelier français (tableau 3). Si les grands indicateurs économiques du secteur hôtelier se sont améliorés en 2011, ils ont marqué le pas au 1 er semestre Une consolidation du secteur au profit des chaînes hôtelières est à prévoir. Après un pic avoisinant 70% en 2007, le taux d occupation de l hôtellerie de chaîne en France a dévissé de 6 points pour tomber à 63% en 2009 en pleine crise économique. Depuis, les grands indicateurs ont renoué avec une meilleure orientation sans pour autant revenir à leur niveau antérieur. Le scenario pour 2012 semble pour l heure plus compliqué. Une dichotomie entre les marchés de province et Paris apparaît. De même, si le prix moyen des chambres progresse, le RevPar et le taux d occupation affichent un recul sur les 6 premiers mois de l année (graphique 6). Tableau 2 Parc hôtelier français par catégorie en 2011 (en nombre) Catégories Hôtels de chaînes Hôtels indépendants Total Evolution (en %) 0* - 1* % 2* % 3* % 4* - 4*L - 5* % Total % Evolution (en %) Sources : Insee, DGCIS et partenaires régionaux Tableau 3 +4% -7% -5% Répartition des hôtels selon l espace touristique en France et par catégorie en 2011 Localisation des hôtels 0* - 1* 2* 3* 4* - 4*L - 5* Total (en %) Total (en nombre) Littoral 13% 49% 29% 9% 19% Montagne 16% 60% 20% 4% 15% Rural 18% 56% 21% 5% 27% Urbain 20% 43% 28% 9% 39% Total (en %) 17% 50% 25% 7% 100% Sources : Insee, DGCIS et partenaires régionaux Graphique 6 Les grands indicateurs de l activité d hôtellerie de chaînes en France (2) 70% 60% 50% 40% (1) De janvier à juin (2) Prix moyens et RevPAR sont des montants hors taxes Source: MKG Hospitality 91,7 63,9% (1) Prix moyen (en EUR) Revenu par chambre disponible (RevPar) (en EUR) Taux d'occupation (en %) , Property Times 4

5 Sur la période , le RevPAR a enregistré une progression annuelle moyenne continue pour l ensemble des catégories. Les hôtels 3* enregistrent la meilleure performance sur la période (+4,2%). La hausse la plus nette du prix moyen a été enregistrée par les hôtels 0*-1* (+3,3%) (tableau 4). En 2011, la clientèle hexagonale a dominé le marché français de l hôtellerie, enregistrant la plus forte croissance. Le segment loisir domine. Après le point bas enregistré en 2009, la fréquentation hôtelière en France a connu en 2010 un redémarrage (+2%) pour atteindre 192 millions de nuitées. Cette croissance s est poursuivie en 2011 avec 198 millions de nuitées (+3%). Pour autant, la fréquentation record de 2007 n a pas été égalée (199 millions de nuitées) (graphique 7). La croissance de l hôtellerie française a été soutenue par la progression de la clientèle hexagonale (+4% des nuitées totales) qui domine très nettement le marché (67%). L année 2011 a également été marquée par la confirmation du retour de la clientèle étrangère, avec une progression de 3% en un an. En raison d une faible croissance des clientèles européennes et américaines, les niveaux de fréquentation de ces clientèles traditionnelles restent en deçà de leur niveau de L afflux de la clientèle en provenance des pays émergents n a pas permis de compenser ce différentiel : + 25% en un an pour les nuitées des touristes chinois, +20% pour celles des Russes, +14% pour celles des Sudaméricains et +23% pour celles des clients Moyenorientaux. La fréquentation touristique des clients européens est, quant à elle, plus hétérogène : si les touristes grecs, italiens, portugais, irlandais ou encore espagnols ont été moins nombreux en France, les touristes d Europe du Nord et de l Est ont, en revanche, fortement plébiscité l hexagone en La bonne performance du nombre de nuitées en 2011 a été soutenue par le dynamisme du tourisme d affaires (+3,4%). Toutefois, le secteur hôtelier reste dominé par le tourisme de loisir, avec 56% des nuitées en 2011 (graphique 8). Tableau 4 Recette Moyenne par Chambre (RMC) et Revenu moyen par chambre disponible (RevPAR) par catégorie (1) en 2011 et évolution moyenne entre 2006 et 2011 Catégories 0* - 1* 2* 3* 4* - 4* L - 5* RMC (en ) 42,5 70,5 101,2 191,4 TCAM 06/11 +3,3% +3,2% +3,0% +0,3% RevPAR (en ) 29,1 45,8 65,0 134,5 TCAM 06/11 +3,3% +3,0% +4,2% +2,5% (1) Les montants RMC et RevPAR sont des montants hors taxes Source: MKG Hospitality Graphique 7 Répartition de la clientèle en France (en millions de nuitées) Sources: Insee, DGCIS et partenaires régionaux Graphique 8 68,8 72,4 71,1 63,2 64,9 66,5 123,1 126,5 126,6 124,8 127,3 131,9 Part des nuitées d affaires et de loisir 100% 80% 60% 40% 20% Français Étrangers 57,2 58,4 56,4 57,0 56,1 56,0 42,8 41,6 43,6 43,0 43,9 44,0 0% Affaires Loisir Sources: Insee, DGCIS et partenaires régionaux Property Times 5

6 Le marché parisien de l hôtellerie affiche de bonnes performances. Fortement plébiscitée par les touristes étrangers, l hôtellerie haut-de-gamme/luxe tire son épingle du jeu. L évolution du parc parisien au cours des cinq dernières années est en accord avec la tendance nationale avec un recul des hôtels économiques (-16%) et une progression des établissements haut de gamme/luxe (+29%). Avec ses (1) établissements, le marché parisien propose une offre hôtelière particulièrement diversifiée (tableau 5). Avec 182 hôtels, soit près de 11% du parc hôtelier parisien, le 9 ème arrondissement de Paris est le plus fourni. A l inverse, le 20 ème arrondissement ne totalise que 20 établissements. Le RevPar a progressé de 7% en 2011 pour s établir à 126,6 euros. Cette croissance s explique par la progression combinée du prix moyen (+4%) et du taux d occupation (+3%). Pour 2012, Paris devrait faire figure d exception avec un RevPar et un prix moyen en augmentation. Le taux d occupation moyen montre des signes de fléchissement mais reste très nettement supérieur à la moyenne nationale de 64% (graphique 9). Le prix moyen et le RevPar les plus élevés ont été enregistrés dans zone Champs-Elysées/Louvre, avec respectivement 321 euros et 258 euros. Les meilleurs taux d occupation ont, quant à eux, été enregistrés par les hôtels 3* (81,2%), et sur la zone Bercy/Tolbiac/Bois de Vincennes (86,9%) (carte 1). Tableau 5 Parc hôtelier à Paris par catégorie, fin 2011 Evolution Total Total hôtels hôtels chambres Catégories (en nombre) 2011 (en nombre) (1) (en %) (1) Evolution chambres (en %) 0* - 1* % % 2* 459-6% % 3* % % 4* - 4*L - 5* % % Total ,1% % (1) Hors hôtels non homologués par la préfecture de Paris ou en attente de classement Sources : Insee, DGCIS et partenaires régionaux Graphique 9 Les grands indicateurs de l activité d hôtellerie de chaînes à Paris (2) 100% 80% 60% 40% 20% 0% Source : MKG Hospitality (1) De janvier à juin (2) Prix moyens et RevPAR sont des montants hors taxes ,2% , , (1) Prix moyen (en EUR) Revenu par chambre disponible (RevPar) (en EUR) Taux d'occupation (en %) Carte 1 Taux d occupation (TO en %), Prix Moyen (PM en ) et Revenu moyen par chambre disponible (RevPAR en ) par zone à Paris en 2011 Source : DTZ Research d après MKG Hospitality Property Times 6

7 Le marché parisien enregistre la meilleure fréquentation de son histoire grâce à la croissance combinée des clientèles françaises et étrangères. Après une performance historique en 2007, le nombre de nuitées à Paris a chuté de 2% en 2008 et de 4% en La fréquentation hôtelière se redresse depuis de façon continue : +6% en 2010 pour atteindre 36 millions de nuitées et +3% en 2011 avec 37 millions de nuités, un niveau record (graphique 10). Le secteur de l hôtellerie parisien fait figure d exception en France. En effet, les touristes étrangers totalisent 63% des nuitées totales contre 34% à l échelle nationale. L année 2011 a été marquée par une stagnation des clientèles européennes et par une progression des clientèles étrangères dites «lointaines» comme celles d Asie (hors Japon), d Amérique Latine ou encore du Proche et Moyen- Orient. La clientèle américaine a totalisé 15% des nuitées hôtelières étrangères à Paris en 2011, ce qui fait d elle la première clientèle de la capitale. Bien qu encore marginale (2% des nuitées hôtelières étrangères en 2011), la clientèle chinoise a enregistré la plus forte croissance avec +21% de nuitées en un an. De fortes baisses ont été constatées auprès des touristes italiens (-6,2%) et espagnols (-8,2%) dont le pouvoir d achat est aujourd hui amoindri. De même, la clientèle japonaise affiche un recul de -6,5% ; elle représente cependant encore près de 6% des nuitées étrangères à Paris (graphique 11). Le secteur hôtelier parisien reste dominé par le tourisme de loisir, avec 20,6 millions de nuitées en 2011 (+ 6% par rapport à 2010). Le tourisme d affaires (45% des nuitées hôtelières parisiennes) est demeuré quasi stable d une année sur l autre (16,3 millions de nuitées). Le panier moyen des dépenses des touristes étrangers en France augmente en Les économies émergentes dominent. Les ¾ des achats détaxés en France ont été réalisés à Paris. Les pays émergents, notamment d Asie, dominent le classement. Le panier moyen ressort à 984 euros en 2011, en hausse de 5% par rapport à Le panier moyen le plus élevé est réalisé par les touristes hongkongais avec euros. Le secteur du luxe profite le plus des dépenses des touristes étrangers. Les dépenses moyennes des japonais, traditionnels grands consommateurs lors de leurs séjours dans l hexagone, ont baissé de 8% en 2011 pour se positionner à 860 euros (tableau 6). Graphique 10 Répartition de la clientèle à Paris (en millions de nuitées) Sources : Insee, DGCIS et partenaires régionaux Graphique 11 Répartition des nuitées hôtelières étrangères à Paris en 2011 Sources : Préfecture de Paris et OTCP Tableau 6 Principales dépenses moyennes à Paris par nationalité Panier moyen Variation Nationalité en 2011 (en 2010/2011 euro) Hong-Kong Chine ,1% Russie Japon 860-8,2% Inde Brésil BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine) ,2% (1) Asie (hors Chine et Japon) ,0% Panier moyen toutes nationalités ,0% (1) TCAM Source : Global Blue 21,7 23,4 22,7 21,6 22,5 23,3 12,2 12,3 12,4 12,2 13,2 13, Français Étrangers Japon 6% Allemagne 6% Espagne 7% Autres pays d'asie 7% Chine 2% Proche/Moyen -Orient/Afrique 7% Italie 8% Royaume-Uni 10% Autres pays d'europe 22% Etats-Unis 15% Autres pays d'amérique 11% Property Times 7

8 La réduction du parc hôtelier se poursuit en région. Le parc hôtelier français en région totalisait hôtels en 2011, soit plus de chambres, en recul de 6% en moyenne sur la période entre 2006 et Bien que toujours majoritaire, l hôtellerie indépendante a été la principale victime de l érosion du parc hôtelier. A l inverse, l hôtellerie de chaîne a progressé de 1,7% en moyenne annuelle sur la même période pour atteindre fin 2011 plus de établissements pour plus de chambres. Carte 2 Parc hôtelier en région en 2011 Dominante, l hôtellerie économique et de milieu de gamme (0*-1* et 2*) a été la plus touchée par les fermetures d établissements avec respectivement -20% et -11% entre 2006 et A l inverse, l hôtellerie de luxe affiche des taux de croissance élevés (46%) sur la même période. On comptait ainsi 869 hôtels de luxe en Le parc hôtelier se caractérise par des spécificités locales selon les publics visés - tourisme d affaires/loisir ou français/étrangers - et les capacités financières des régions. La Provence Alpes Côte d Azur est la seule région à disposer d un parc comportant plus de 10% d hôtels 4* et 5*. Cette tendance s explique par l attrait de la clientèle fortunée pour la Côte d Azur (carte 2). Les performances économiques marquent le pas pour 2012, après de bons résultats en La crise économique a durement touché l hôtellerie en région. Ainsi, le taux d occupation est tombé à 50% en 2008 pour se redresser depuis lors. En 2011, le taux d occupation a atteint 62%, en retrait de 4 points par rapport à son niveau historique de 2007 (66%). Les premières données pour 2012 indiquent à nouveau un repli avec un taux d occupation en deçà des 60%. En 2011, le RevPar de l hôtellerie de chaîne en région a atteint 46,6 euros, contre 33,9 euros en 2008 (graphique 12). Cette tendance positive devrait s inverser en 2012 avec un RevPar en recul de 5% sur les 6 premiers mois de l année. Après une baisse à 67,6 euros en 2008, le prix moyen en région s est redressé pour atteindre 74,9 euros en 2011, soit la meilleure performance de ces 6 dernières années. Le prix moyen devrait continuer de progresser mais de manière insuffisante pour permettre à l ensemble des opérateurs d enrayer une baisse de leur chiffre d affaires. Plus de 130 millions de nuitées ont été enregistrées en régions en 2011, soit une progression de 3% par rapport à Le secteur de l hôtellerie en région reste dominé par les nuitées de la clientèle hexagonale (76%) et le tourisme de loisir (57%). Sources : Insee, DGCIS et partenaires régionaux Graphique 12 Les grands indicateurs de l activité d hôtellerie de chaînes en région (hors Ile-de-France) (2) 80% 60% 40% 20% 0% Source : MKG Hospitality (1) De janvier à juin (1) Prix moyen (en EUR) Revenu par chambre disponible (RevPar) (en EUR) Taux d'occupation (en %) (2) Prix moyens et RevPAR sont des montants hors taxes ,8% , , Property Times 8

9 Les évolutions réglementaires Bilan de la nouvelle segmentation hôtelière en France. Par la loi du 22 juillet 2009, le législateur français a réformé le classement des hôtels en France. Les règles d obtention du nouveau classement sont identiques à l ensemble des hôtels selon des critères organisés via trois chapitres : l équipement (surface, état de propreté, etc.) ; les services clients (langues parlées, accès internet, etc.) ; l accessibilité et le développement durable. Les nouvelles normes de classement fixent cinq catégories de 1 à 5 étoiles. L ancienne catégorie 0 étoile fusionne avec la catégorie 1 étoile, désormais comptabilisée dans une seule nouvelle catégorie 1 étoile. D autre part, l ancienne catégorie 4 étoiles et 4 étoiles luxe est divisée au profit de trois catégories : 4 étoiles, 5 étoiles et «Palace». L ancien classement est devenu caduc depuis le 23 juillet Lors du bilan réalisé mi-2012, 45% des hôtels français et 60% des chambres avaient adopté le nouveau classement (tableau 7). Le Sénat a voté un amendement prévoyant la création d une nouvelle taxe sur l hôtellerie haut de gamme. Le Sénat a voté un amendement prévoyant une nouvelle taxe sur les nuits d hôtels haut de gamme. Le taux est fixé à : 2 % pour les nuitées de 200 à 400 ; 4 % pour les nuitées de 400 à 600 ; 6 % pour les nuitées dont la valeur est supérieure à 600. Cet amendement ne devrait pas entrer en vigueur, sauf s il est repris lors du vote du projet de budget 2013 à l Assemblée Nationale. D autre part, après être passé de 5,5% à 7% début janvier 2012, le taux de TVA du secteur hôtelier passera à 10% au 1 er janvier Toutefois, cette évolution s inscrit dans un contexte européen plus général d augmentation de TVA pour le secteur hôtelier : l Espagne prévoit une augmentation du taux de TVA de 8% à 10%, et l Islande souhaite une augmentation de 7% à 25,5%. Au Royaume Uni, le taux de TVA pour le secteur hôtelier est passé début 2012 de 17,5% à 20%. Tableau 7 Bilan de la mise en place des nouvelles normes par catégorie d hôtel Part des hôtels Part des chambres français classées Nouvelles Caractéristiques classés selon selon les catégories les nouvelles nouvelles normes à mi-2012 normes à mi * Hôtels les moins chers du marché avec un confort élémentaire et des services 14% 27% limités 2* Hôtels offrant un confort satisfaisant et quelques 28% 33% services 3* Hôtels confortables avec des aménagements de qualité et offrant des services et des équipements, mais avec 81% 70% moins de commodités que les hôtels haut de gamme 4* 5* Hôtels de confort supérieur avec des services (au moins bilingue) et des équipements diversifiés Hôtels moins luxueux que le haut de gamme supérieur puisque certaines installations peuvent manquer comme une conciergerie Hôtels de confort exceptionnel, avec de très bons aménagements, de multiples services (multilingues/personnalisés) et de nombreux équipements (spa, piscine, massage, etc.) Chambres et salles de bains spacieuses Situés dans des emplacements numéro 1 (centre-ville, stations balnéaires, etc.) 98% - Palace En plus des critères des hôtels 5*, les Palaces disposent d une situation particulière (géographique, intérêt historique, esthétique et/ou patrimonial particulier) Hôtels proposant un service sur mesure Boutiques intégrées au Palace Total - 45% 60% Sources : Atout France et INSEE Property Times 9

10 Analyse stratégique des principaux groupes hôteliers en France Des revenus globalement bien orientés. Différentes stratégies ont été adoptées par les acteurs du secteur hôtelier pour assurer la croissance de leurs revenus. Certains groupes/groupements comme BEST WESTERN et LOGIS ont privilégié la croissance interne alors que d autres acteurs à l image d ACCOR, MARRIOTT INTERNATIONAL, LOUVRE HOTELS GROUP, ont opté pour une stratégie de croissance externe pour se développer (tableau 8). Dans leur ensemble, les performances des acteurs de l hôtellerie ont été satisfaisantes en La progression des taux d occupation et des prix moyens, combinée à la croissance des clientèles des pays émergents, ont contribué à ces bons résultats. Dans un contexte de reprise du marché de l hôtellerie depuis 2010, les marges des acteurs se sont améliorées en raison notamment d un effet de base favorable et d une politique volontariste en matière d opérations de sale & lease back. Dans leur majorité, les groupes hôteliers ont poursuivi le développement de leur parc Les parcs hôteliers des principaux groupes ont crû ou sont restés stables en 2011 (tableau 9). Le groupe ACCOR a connu la plus forte progression avec 65 nouvelles ouvertures, dont le centième Ibis Styles, poursuivant ainsi le développement de son réseau en franchise. Le groupe possédait également le plus grand nombre de chambres en Le groupement LOGIS, qui rassemble le plus grand nombre d hôtels en France, a en revanche du procéder à la fermeture de 133 hôtels en LOGIS poursuit en effet sa stratégie de repositionnement avec une restructuration de son réseau hôtelier. Tableau 8 Classement et évolution du chiffre d affaires des principaux groupes et groupements hôteliers Groupes MARRIOTT INTERNATIONAL Chiffre d affaires total en 2011 M TCAM Variation Part de la France dans le chiffre d affaires total (1) -0,6% (4) +5,4% (4) 1% (e) ACCOR ,0% +2,6% 34% HILTON HOTELS CORPORATION INTER- CONTINENTAL (IHG) LOUVRE HOTELS GROUP (1) (3) -2,8% (4) (1) +14,1% (4) < à 10% en Europe +8,6% (4) < à 6% (2) 25,7% - 70% (e) BEST WESTERN 987 (1) 2,6% (4) +13,4% (4) 5% B&B HOTELS 215 (2) 24,5% - 80% LOGIS (groupement) Source : DTZ Research d après informations groupes et presse (1) 1 EUR = 1,2853 USD en 2011 (2) 2010 (3) 2007 (4) Calcul en monnaie locale (5) Volume d affaires total d environ 1,5 milliard en 2009 (e) Estimation Tableau ,8% +7,0% 95% (e) Parc des principaux groupes et groupements hôteliers Groupes LOGIS (total groupement) Nombre d hôtels en 2011 Evolution Nombre de chambres en ACCOR LOUVRE HOTEL GROUP Plus de INTERCONTINENTAL (IHG) 612 (2) BEST WESTERN 313 (1) (1) B&B HOTELS Europe 197 (1) (1) MARRIOTT INTERNATIONAL HILTON HOTELS CORPORATION 17 (1) (1) Source : DTZ Research d après informations groupes et presse (1) 2010 (2) Europe Property Times 10

11 Les groupes hôteliers internationaux délaissent l hôtellerie économique en France, les acteurs nationaux se positionnent sur l ensemble des catégories. Les groupes internationaux qui s implantent sur le marché français optent majoritairement pour l hôtellerie milieu/haut de gamme et luxe (MARRIOTT INTERNATIONAL, HILTON HOTELS CORPORATION, BEST WESTERN). A l inverse, les acteurs nationaux (ACCOR, LOGIS) ont opté pour une stratégie de diversification sur l ensemble des catégories d hôtels. Seule la chaîne B&B a opté pour un modèle totalement économique (tableau 10). Les groupes hôteliers privilégient l externalisation de leurs actifs pour limiter leur risque et injecter les liquidités générées dans de nouvelles politiques de développement. Les principaux groupes hôteliers privilégient l externalisation de leurs actifs immobiliers. A titre d exemple, le plan stratégique du groupe ACCOR sur la période 2011/2015 porte actuellement sur la cession de 400 hôtels dans le monde représentant plus de 2 milliards d euros. Certains hôtels économiques sont privilégiés, car peu gourmands en cash. A l inverse, les cessions d hôtels haut et milieu de gamme, plus gourmands en capital, sont privilégiées. L externalisation permet aux groupes hôteliers d avoir un plus grand maillage de leur réseau et de partager le risque avec leurs franchisés de façon plus ou moins forte selon la situation des actifs. Ainsi, sur les 6 groupes/groupements étudiés, 2 ont opté pour une externalisation totale (BEST WESTERN, LOGIS). Les 4 autres groupes détiennent moins de 20% de leur parc en propre (IHG, HILTON HOTELS CORPORATION, MARRIOTT, ACCOR) (graphique 13 et schéma 1). Tableau 10 Répartition du parc par catégorie d hôtel des principaux groupes et groupements hôteliers en France en 2011 Groupes Economique Luxe, haut de gamme et milieu de gamme MARRIOTT INTERNATIONAL - 100% ACCOR 68% 32% HILTON HOTELS CORPORATION - 100% LOUVRE HOTELS GROUP (e) 80% 20% BEST WESTERN - 100% B&B HOTELS 100% - LOGIS (groupement) (1) 76% 24% (1) D après classement LOGIS (e) Estimation Source : DTZ Research d après informations groupes et presse Graphique 13 La répartition du parc hôtelier des principaux groupes et groupements hôteliers en 2011 (en %) MARRIOTT INTERNATIONAL HILTON HOTELS CORPORATION INTERCONTINENTAL (IHG) (1) Hôtel intégré LOGIS BEST WESTERN ACCOR (1) En Europe Source : DTZ Research d après informations groupes 0% 20% 40% 60% 80% 100% Franchise, location varable/fixe et management Schéma 1 Les stratégies financière et de marque du groupe Accor Luxe Cash pour les actionnaires Générer de forts Cashflows Quelle utilisation du cash généré? Acquisition/ Restructuration (amélioration du modèle économique existant) Investissement dans le parc existant (exemple de la refonte de l architecture de la méga-marque ibis) Economique Nouveau cycle d investissement du capital Source : Groupe ACCOR Property Times 11

12 Le marché français de l investissement hôtelier Le marché français de l investissement hôtelier ne connaît pas la crise. Avec un volume de près de 2,2 milliards d euros, la performance de 2012 apparaît comme la meilleure depuis Après les années fastes de 2006 et 2007, où plus d 1,5 milliard d euros avaient été investis, le secteur a été durement touché par la crise dès Le marché a connu son point le plus bas en 2009 avec seulement 663 millions d euros investis en immobilier hôtelier. Depuis, la performance du marché français de l investissement a connu une progression continue pour atteindre près d 2,2 milliards d euros en 2012, soit une hausse de 35% par rapport à Cette performance est liée, en majeure partie, à la vente de 3 portefeuilles (2 portefeuilles d actifs haut de gamme et un portefeuille d actifs de classe économique) qui ont totalisé à eux seuls ¾ des investissements (graphique 14). Dynamisé par les investisseurs étrangers en 2006, le marché a été très nettement dominé par les investisseurs domestiques jusqu en Depuis, le marché s est à nouveau ouvert aux investisseurs étrangers. Ainsi, en 2012, la 2 ème place est détenue par les investisseurs du Moyen- Orient avec une part de marché de 35%. Ce chiffre est lié à la cession pour un montant supérieur à 750 millions d euros par le GROUPE DU LOUVRE d un portefeuille d hôtels haut de gamme à KATARA HOSPITALITY. Absents de ce marché depuis 2009, les investisseurs américains ont aussi fait un retour marqué en 2012 avec l acquisition par HOST HOTELS & RESORTS d un portefeuille européen appartenant à WHITEHALL pour 440 millions d euros, dont environ 350 millions pour les actifs localisés en France (graphique 15). En 2012, les sociétés d investissement et les OPCI, avec respectivement plus de 895 millions d euros et près de 530 millions d euros investis, ont été les acteurs les plus présents sur le marché hôtelier (graphique 16). En termes d investissement net, les investisseurs américains ont enregistré, en 2012, le plus important solde négatif d investissement avec un peu plus de 420 millions d euros. Graphique 14 Montant des investissements hôteliers en France, en millions d euros Source : DTZ Research Graphique 15 Répartition des investissements hôteliers en France par nationalité d acquéreur 100% 80% 60% 40% 20% 0% Source : DTZ Research Graphique T1 T2 T3 T France Allemagne Pays-Bas Fonds paneuropéens Moyen-Orient Etats-Unis Royaume-Uni Espagne Autres pays européens Autres Répartition des investissements hôteliers en France par type d investisseur 100% 80% 60% 40% 20% 0% Institutions SIIC Autres foncières OPCI / SCPI / OEGF Autres fonds d'investissement Soc. d'invstt immobilier Investisseurs privés Source : DTZ Research Property Times 12

13 Les actifs localisés à Paris dominent le marché de l investissement hôtelier en L Ile-de-France, et surtout Paris, domine le marché français de l investissement hôtelier avec plus de la moitié des investissements en 2012 (graphique 17). Quatre transactions supérieures à 100 millions d euros ont contribué à cette bonne performance : les cessions des hôtels Concorde Lafayette et Hôtel du Louvre pour plus de 350 millions d euros inclus dans le portefeuille acquis par KATARA HOSPITALITY et la cession du portefeuille incluant les hôtels Mariott Rive Gauche, Renaissance de Paris La Défense, Renaissance Paris Vendôme et Courtyard Paris la Défense Ouest par HOST HOTELS & RESORTS pour près de 340 millions d euros. Les portefeuilles nationaux ont concentré une part importante des investissements avec près d 1/4 des sommes investies en La transaction la plus emblématique aura été celle réalisée par l OPCI formé par FONCIERE DES MURS, CREDIT AGRICOLE ASSURANCES et ASSURANCES DU CREDIT MUTUEL pour l acquisition du portefeuille d hôtels B&B cédé par ANF pour près de 540 millions d euros (165 hôtels et plus de chambres). En 2012, le poids des investissements en régions, en recul sur la période , a poursuivi sa hausse entamée en 2011, représentant 24% des engagements contre seulement 5% en Ce retour des investisseurs en province a notamment été marqué par l achat d un actif prime et rare, le Martinez à Cannes, estimé à plus de 300 millions d euros, par KATARA HOSPITALITY. Cette cession s inscrit dans la vente d un portefeuille incluant 3 actifs, les deux autres étant localisés à Paris. Les opérations d envergure ont largement contribué à la bonne performance du marché français de l investissement hôtelier en Ainsi, 3 acquisitions d un montant supérieur à 300 millions d euros ont été réalisées. Au total, ces opérations représentent environ 1,6 milliard d euros, soit plus des ¾ des investissements en Les transactions d un montant supérieur à 100 millions d euros ont donc constitué le cœur du marché (graphique 18). Au 4 ème trimestre 2012, le taux de rendement hôtelier prime à Paris intra-muros était compris entre 4,5% et 5%. En province, le taux de rendement hôtelier prime était compris entre 5,5% pour les hôtels localisés en centre-ville et 6,5% pour les actifs en périphérie (graphique 19). Graphique 17 Localisation des investissements hôteliers en France 100% 80% 60% 40% 20% 0% Source : DTZ Research Graphique 18 Répartition de la valeur de l investissement hôtelier en France par tranche de montant Source : DTZ Research Graphique 19 Taux de rendement prime au T (1) 8% 6% 4% 2% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Source : DTZ Research Ile-de-France Province Portefeuilles nationaux Moins de 10 millions De 10 à 20 millions De 20 à 50 millions De 50 à 100 millions De 100 à 200 millions Plus de 200 millions Hôtels Paris intra-muros Hôtels province en centre-ville Hôtels économiques en périphérie (1) Taux de rendement hôtelier prime 12 ans fermes à la valeur locative avec une enseigne nationale portant sur la valorisation des murs uniquement. Property Times 13

14 Perspectives 2013 La morosité de l économie européenne en 2013 pourrait peser sur les performances du marché de l investissement hôtelier. Avec un niveau d investissement en hausse de 38% par rapport à 2011, la reprise du marché de l investissement hôtelier français s est confirmée en Toutefois, la morosité de l économie européenne anticipée pour 2013 pourrait impacter les performances du marché de l investissement hôtelier. Les opérations de sale & lease back devraient se poursuivre en raison d un rééquilibrage du risque entre opérateur et propriétaire/investisseur. Les biens sécurisés seront comme toujours très recherchés par les investisseurs. Ainsi, Paris et la Côte d Azur devraient tenir le rôle de valeurs refuges au détriment des autres régions et des actifs économiques. Dans ce contexte, trois scénarii d évolution du marché pour l année 2013 peuvent être envisagés : Graphique 20 Volume des investissements hôteliers en France, en millions d euros Source : DTZ Research Réalisé Forecast Forecast l hypothèse basse préfigure une décélération du marché en 2013, en raison de la remise en question des fondamentaux économiques, entraînant un report des transactions pour l année Dans cette situation, l année 2013 pourrait ne pas dépasser la barre du milliard d euros d investissement ; le scenario intermédiaire fait l hypothèse d une performance a mi-chemin entre celle de 2012 et celle de La morosité de l économie européenne pourrait peser sur le besoin de sécurité des investisseurs qui pourraient reporter les investissements les moins sécurisés à Des opérations de sale & lease back créeront des opportunités pour les investisseurs disposant de liquidités. Dans cette situation, le volume investi en 2013 se situera dans une fourchette comprise entre 1 et 2 milliards d euros ; l hypothèse haute correspond à un marché aux performances au moins identiques à celles de Cette situation pourrait se réaliser dans le cas de nombreuses opérations de sale & lease back, d un délestage d un important portefeuille hôtelier de la part d un investisseur, de la mise en vente d actifs d exception en raison d un engouement des fonds souverains des pays émergents pour ce type de produits. Dans cette situation, l année 2013 pourrait dépasser les 2 milliards d euros. Pour l heure, le marché français de l investissement hôtelier en 2013 devrait se situer dans une fourchette comprise entre 1 et 2 milliards d euros en 2013, sous réserve de réalisation d événements exceptionnels (graphique 20). Property Times 14

15 Définitions Actif core Arrivées Durée moyenne de séjour Euribor (Euro Interbank Offered Rate) Loyer prime Nuitées OAT 10 ans Opération en blanc RevPAR RMC Taux de rendement prime (exprimé en %) Taux d'occupation Taux EONIA (Euro OverNight Index Average) TMCA VEFA Actif bénéficiant d'une localisation géographique attrayante et assurant des rendements locatifs sûrs en raison de la qualité des locataires, de la durée des baux, du faible taux de vacance et de peu de rotations. Nombre de personnes arrivées dans les hôtels sur une période donnée. Rapport entre le nombre de nuitées et le nombre d arrivées. Taux du marché monétaire européen. Il est égal à la moyenne des taux offerts sur le marché bancaire européen pour une échéance déterminée. Il correspond à la cotation fournie quotidiennement par un échantillon de 57 établissements bancaires européens. Le loyer prime correspond à la moyenne des valeurs de transaction les plus élevées observées sur des immeubles neufs ou restructurés, très bien localisés et loués avec une durée d engagement ferme longue. Nombre de nuitées réalisées dans les hôtels. (Obligations Assimilables du Trésor) : Fonds constituant le support de l'endettement à long terme de l'etat dont la maturité est de 10 ans. Projet de construction commencé avant d avoir trouvé des acquéreurs où des locataires pour un actif immobilier. Le RevPAR est une abréviation du revenu par chambre disponible. Il correspond au chiffre d affaires hébergement HT d un établissement divisé par le nombre total de chambre. Le RevPAR correspond également au Taux d occupation multiplié par le RMC. Recette Moyenne par Chambre (hors petit-déjeuner divisé par le nombre de chambres occupées). Ratio entre les loyers hors charges et le prix d'acquisition AEM de l'actif. Rentabilité la plus basse observée au cours d'une période donnée, après élimination des valeurs aberrantes (occurrences inférieures à deux). Rapport entre le nombre de chambres occupées et le nombre de chambres offertes par les hôtels et ouverts. Taux de rémunération des dépôts interbancaires au jour le jour du marché monétaire européen. Taux Moyen de Croissance Annuel. Vente en Etat Futur d Achèvement. Property Times 15

16 Les publications de DTZ Research L ensemble de nos études sont téléchargeables sur Vous y trouverez: Occupier Perspective Dernières informations sur le marché à destination des entreprises avec commentaires, analyses, graphiques et données. Global Occupancy Costs Offices 2012 Global Occupancy Costs Logistics 2011 Obligations of Occupation Americas 2012 Obligations of Occupation Asia Pacific 2012 Obligations of Occupation EMEA 2012 Property Times Mises à jour périodiques à destination des investisseurs du marché des utilisateurs, avec commentaires, analyses, graphiques, données et prévisions. Nos publications couvrent : Asie Pacifique, Bangkok, Barcelone, Berlin, Brisbane, Bristol, Bruxelles, Budapest, Chengdu, Chongqing, Dalian, Edinbourg, l Europe, Francfort, Glasgow, Guangzhou, Hangzhou, Ho Chi Minh City, Hong Kong, Inde, Jakarta, Japon, Kuala Lumpur, Londres, Luxembourg, Madrid, Manchester, Melbourne, Milan, Nanjing, Newcastle, Paris, Pékin, Pologne, Prague, Qingdao, Rome, Séoul, Shanghai, Shenyang, Shenzhen, Singapour, Stockholm, Sydney, Taipei, Tianjin, Ukraine, Varsovie, Wuhan et Xian. Investment market update Mises à jour périodiques du marché de l investissement avec commentaires, principales transactions, graphiques, données et prévisions. Nos publications couvrent : Allemagne, Angleterre, Asie Pacifique, Asie du Sud-Est, Australie, Belgique, Chine Continentale, Espagne, Europe, France, Italie, Japon, République Tchèque et Suède. Money into Property Depuis 35 ans, cette étude phare analyse la valorisation du parc immobilier et les flux de capitaux en immobilier à travers le monde. Elle mesure la structure et les changements dans la valorisation du parc immobilier dans le Monde. Disponible pour Monde, Asie Pacifique, Europe et Angleterre. Foresight Analyse trimestrielle basée sur nos prévisions des grands indicateurs immobiliers incluant DTZ Fair Value Index. Disponible pour Monde, Asie Pacifique, Europe et Angleterre. Une étude annuelle sur nos prévisions est également disponible. Insight Etude thématique sur une problématique particulière liée aux marchés immobiliers. India Special Economic Zones-December 2012 Singapore Executive Condominiums -December 2012 European Retail Guide- Shopping Centres-December 2012 UK Secondary market pricing-december 2012 Singapore office demand-november 2012 Ecommerce & Logistics -November 2012 Net Debt Funding Gap-November 2012 German Open Ended Funds-October 2012 London office to residential conversions-october 2012 Great Wall of Money-October 2012 DTZ Research Data services Pour plus d informations, vous pouvez contacter Graham Bruty Property Market Indicators Séries historiques d indicateurs des marchés en Asie Pacifique et en Europe. Forecasts immobiliers, incluant DTZ Fair Value Index TM Prévisions à 5 ans sur les principaux indicateurs de marché en Asie Pacifique, aux Etats-Unis et en Europe. Investment Transaction Database Données agrégées sur le marché de l investissement en Asie Pacifique et en Europe. Money into Property Données sur la valorisation du parc immobilier (taille, structure, propriété), les flux de capitaux et les résultats de nos enquêtes sur les intentions des investisseurs et des prêteurs. Property Times 16

17 Property Times 17

18 DTZ Research Contacts DTZ France Gérard Margiocchi Président Directeur Général Phone: + 33(0) Investissement Matthieu Garreaud Directeur du pôle investissement Phone: + 33(0) DTZ Asset Management François Brisset Directeur Général Phone: + 33(0) Conseil Jean-Philippe Carmarans Directeur Général DTZ Eurexi Phone: + 33(0) Agence Laurence Escleine-Dumas Directrice Générale Déléguée Phone: + 33(0) DTZ Corporate Solutions Thierry Laborderie Directeur Phone: + 33(0) DTZ Solutions Claudia Mansard Directrice Corporate Project Management Phone: + 33(0) Marc-Henri Bladier Directeur Général Phone: + 33(0) Investissement thieu Garreaud Directeur Phone: + 33(0) Patrice Genre Directeur Général Phone: + 33(0) Asset Management Conseil Philippe Méjean Directeur Général DTZ Consulting Phone: + 33(0) Agence Geoffroy Doudrich Directeur Grands Comptes / Grandes Offres Phone : +33(0) DTZ Corporate Solutions Céline Buchart Directrice Corporate Representation Phone: + 33(0) DTZ Corporate Solutions Isabelle Caron Directrice Corporate Property Management Phone: + 33(0) DTZ Asset Management DISCLAIMER Il ne saurait être initié de transaction, basée sur le présent document, sans l appui d un avis professionnel spécifique et de qualité. Bien que les données aient été vérifiées de façon rigoureuse, la responsabilité de DTZ ne saurait être engagée en aucune manière en cas d erreur ou inexactitude figurant dans le présent document. Toute référence, reproduction ou diffusion, totale ou partielle, du présent document et des informations qui y figurent, est interdite sans accord préalable exprès de DTZ. En tout état de cause, toute référence, reproduction ou diffusion devra en mentionner la source. DTZ Janvier Property Times 18

DTZ Research. DTZ Insight France : Coût des bureaux - 2012 Attractivité des marchés régionaux. 18 Décembre 2012. Sommaire. Auteur.

DTZ Research. DTZ Insight France : Coût des bureaux - 2012 Attractivité des marchés régionaux. 18 Décembre 2012. Sommaire. Auteur. DTZ Insight France : Coût des bureaux - 2012 Attractivité des marchés régionaux 18 Décembre 2012 Sommaire Coûts d occupation globaux 2 Coûts au poste de travail 3 Loyers de bureaux 4 Charges des immeubles

Plus en détail

DTZ Research. Property Times La Défense T4 2013 Triste record pour l offre. 9 Janvier 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

DTZ Research. Property Times La Défense T4 2013 Triste record pour l offre. 9 Janvier 2014. Sommaire. Auteur. Contacts Property Times La Défense T4 2013 Triste record pour l offre immédiate 9 Janvier 2014 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Nora Jacintho Chargée

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Ventes de bureaux en Ile-de-France 2013 Les acquisitions se recentrent sur la capitale Hh. 30 Janvier 2014.

DTZ Research. Property Times Ventes de bureaux en Ile-de-France 2013 Les acquisitions se recentrent sur la capitale Hh. 30 Janvier 2014. Property Times Ventes de bureaux en Ile-de-France 213 Les acquisitions se recentrent sur la capitale Hh 3 Janvier 214 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs à l acquisition 5 Offre et

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Toulouse Bureaux T2 2014 Un clé en main d envergure dope le marché. 4 Septembre 2014. Sommaire. Auteur.

DTZ Research. Property Times Toulouse Bureaux T2 2014 Un clé en main d envergure dope le marché. 4 Septembre 2014. Sommaire. Auteur. Property Times Toulouse Bureaux T2 2014 Un clé en main d envergure dope le marché 4 Septembre 2014 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions

Plus en détail

DTZ Research. Investment Market Update France T1 2013 Un début d année encourageant Hh. 17 Avril 2013. Sommaire. Auteurs. Contacts

DTZ Research. Investment Market Update France T1 2013 Un début d année encourageant Hh. 17 Avril 2013. Sommaire. Auteurs. Contacts Investment Market Update France T1 213 Un début d année encourageant Hh 17 Avril 213 Sommaire Contexte économique 2 Le marché en France 4 Le marché en Ile-de-France 6 Le marché en régions 8 Perspectives

Plus en détail

DTZ Research. Investment Market Update France T3 2014 Le marché garde le cap malgré un été calme. 21 Octobre 2014. Sommaire. Auteur.

DTZ Research. Investment Market Update France T3 2014 Le marché garde le cap malgré un été calme. 21 Octobre 2014. Sommaire. Auteur. Investment Market Update France T3 Le marché garde le cap malgré un été calme 21 Octobre Sommaire Contexte économique 2 Le marché en France 3 Les investisseurs 6 Transactions significatives 8 Définitions

Plus en détail

DTZ Research. Investment Market Update France T4 2013 Les régions et le commerce dynamisent le marché Hh. 27 Janvier 2014. Sommaire. Auteur.

DTZ Research. Investment Market Update France T4 2013 Les régions et le commerce dynamisent le marché Hh. 27 Janvier 2014. Sommaire. Auteur. Investment Market Update France T4 213 Les régions et le commerce dynamisent le marché Hh 27 Janvier 214 Sommaire Contexte économique 2 Le marché en France 3 Les investisseurs 7 Transactions significatives

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Ile-de-France Croissant Ouest T4 2013 L exception dans un marché dépressif. 15 janvier 2014. Sommaire. Auteur.

DTZ Research. Property Times Ile-de-France Croissant Ouest T4 2013 L exception dans un marché dépressif. 15 janvier 2014. Sommaire. Auteur. Property Times Ile-de-France Croissant Ouest T4 213 L exception dans un marché dépressif 15 janvier 214 Sommaire Contexte économique 2 Croissant Ouest 3 Boucle Sud 5 Boucle Nord 7 Neuilly-Levallois 9 Péri

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE Démarrage en trombe France T1 27 Avril Sommaire Le marché de l investissement démarre l année en trombe, avec près de 5,6 milliards d euros enregistrés au cours du

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Ile-de-France Croissant Ouest T3 2013 Le Croissant Ouest s en sort bien. 15 octobre 2013. Sommaire. Auteur.

DTZ Research. Property Times Ile-de-France Croissant Ouest T3 2013 Le Croissant Ouest s en sort bien. 15 octobre 2013. Sommaire. Auteur. Property Times Ile-de-France Croissant Ouest T3 213 Le Croissant Ouest s en sort bien 15 octobre 213 Sommaire Contexte économique 2 Croissant Ouest 3 Boucle Sud 5 Boucle Nord 7 Neuilly-Levallois 9 Péri

Plus en détail

DTZ Research. DTZ Research. Property Times La Défense T3 2014 Trimestre difficile, le marché garde le cap. 8 Octobre 2014. Sommaire. Auteur.

DTZ Research. DTZ Research. Property Times La Défense T3 2014 Trimestre difficile, le marché garde le cap. 8 Octobre 2014. Sommaire. Auteur. Property Times La Défense T3 2014 Trimestre difficile, le marché garde le cap 8 Octobre 2014 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Nora Jacintho

Plus en détail

ANNEXES DU OSSIER DE PRESSE

ANNEXES DU OSSIER DE PRESSE ANNEXES DU OSSIER DE PRESSE Marseille : une porte d'entrée euroméditerranéenne! Les bureaux à Aix/Marseille Focus sur les bureaux à Marseille Données BNP Paribas Real Estate Property Times : Marseille

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Première Couronne T2 2014 Un bilan mitigé. 15 Juillet 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

DTZ Research. Property Times Première Couronne T2 2014 Un bilan mitigé. 15 Juillet 2014. Sommaire. Auteur. Contacts Property Times Première Couronne T2 214 Un bilan mitigé 15 Juillet 214 Sommaire Contexte économique 2 Première Couronne 3 Première Couronne Est 5 Première Couronne Nord 7 Première Couronne Sud 9 Définitions

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8%

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8% Communiqué de presse Paris, le 16 avril 2015 Progression soutenue du chiffre d affaires au Croissance de 5,6 à données comparables * * * HotelServices : +7,6 - HotelInvest : +4,8 L activité au 1 er trimestre

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

ÉCLAIRAGE SUR LA VILLE LUMIÈRE

ÉCLAIRAGE SUR LA VILLE LUMIÈRE JUNE 2011 LE MARCHÉ HÔTELIER PARISIEN ÉCLAIRAGE SUR LA VILLE LUMIÈRE Sophie Perret Directrice Associée www.hvs.com HVS London 7 10 Chandos Street, W1G 9DQ London, UK Introduction Cet article présente un

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail

PRÉSENTATION D EXTENDAM

PRÉSENTATION D EXTENDAM MANDAT DE GESTION ISF 2015 PRÉSENTATION D EXTENDAM Un métier : l investissement pour compte de tiers Extendam est une société de gestion indépendante qui réalise des investissements pour le compte de clients,

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine SCPI Laffitte Pierre Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine CONJONCTURE Immobilier d entreprise* Avec près de 12 milliards d euros investis, le marché de l investissement

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée.

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. COMMUNIQUE DE PRESSE 6 décembre 2013 Résultats annuels 2013 2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. Volume d activité Villages stable à taux

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012 Analyse du marché de l investissement des commerces en France commerces 3 ème trimestre 2012 L essentiel du marché 1 Ce qu il faut retenir Après un début d année relativement calme, le marché de l investissement

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente Insight + Process = Results Des fondamentaux solides Un potentiel de diversification Dans un environnement

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

CANNES TOURISME 2014 OPERATION CONQUETE

CANNES TOURISME 2014 OPERATION CONQUETE CANNES TOURISME 2014 OPERATION CONQUETE SITUATION TOURISME 2013 Situation du tourisme en Europe Visiteurs internationaux : + 5%(essentiellement en provenance, d Europe, Asie-Pacifique et Moyen-Orient)

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY I) Le contexte II) Le programme I) Le contexte II) Le contexte La destination France 1 ère destination mondiale en nombre de touristes avec 84,7 millions de visiteurs étrangers (en 2013). 1 touriste sur

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Résultats Semestriels 2011

Résultats Semestriels 2011 Résultats Semestriels 2011 9 Juin 2011 Sandpiper Bay Floride Faits marquants du 1 er semestre 2011 Forte progression de l activité Croissance à deux chiffres du Volume d Activité Villages Croissance sur

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. La Banque du Canada... 27 Objectifs de la politique monétaire... 27

TABLE DES MATIÈRES. La Banque du Canada... 27 Objectifs de la politique monétaire... 27 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS INTRODUCTION Fonctionnement de la politique monétaire... 15 Le marché de la monnaie et son influence sur l économie... 15 L influence des banques centrales sur l offre de

Plus en détail

FIP PATRIMOINE & HÔTEL N 5. Investir dans des PME du SECTEUR HÔTELIER

FIP PATRIMOINE & HÔTEL N 5. Investir dans des PME du SECTEUR HÔTELIER FIP PATRIMOINE & HÔTEL N 5 Investir dans des PME du SECTEUR HÔTELIER Jean-Marc Palhon Président d Extendam Pourquoi investir dans des PME du secteur hôtelier?

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Le logement en Europe

Le logement en Europe Le logement en Europe DONNÉES 2014, TENDANCES 2015 Contact presse Galivel & Associés 01 41 05 02 02 galivel@galivel.com Leader de l immobilier en Europe, ERA publie sa nouvelle étude sur les marchés du

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Région Lyonnaise T2 2014 Les très grands mouvements manquent à l appel. 28 Juillet 2014. Sommaire. Auteurs.

DTZ Research. Property Times Région Lyonnaise T2 2014 Les très grands mouvements manquent à l appel. 28 Juillet 2014. Sommaire. Auteurs. Property Times Région Lyonnaise T2 214 Les très grands mouvements manquent à l appel 28 Juillet 214 Sommaire Contexte économique 2 Bureaux 3 Locaux d activité 7 Logistique 1 Investissement 1 Définitions

Plus en détail

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Heures Noires IDF Croissant Ouest T1 215 1 Avril 215 Sommaire Contexte économique 2 Croissant Ouest 3 Boucle Sud 5 Boucle Nord 7 Neuilly-Levallois 9 Péri Défense 11 Définitions

Plus en détail

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer.

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Communiqué de presse Croix, le 31 août 2015 Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Hausse du chiffre d affaires HT consolidé : 26,9 milliards d euros, +3,4

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail