Le Renforcement des systèmes de santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Renforcement des systèmes de santé"

Transcription

1 BTC CTB BELGIAN DEVELOPMENT AGENCY National University of Rwanda School of Public Health 1 er Atelier régional Santé Burundi, RDC, Rwanda : Le Renforcement des systèmes de santé Quelques points clés La Coopération Belge au Développement et le réseau Because-Health en collaboration avec l Ecole de Santé Publique de l Université Nationale du Rwanda ont organisé cet atelier régional du 12 au 15 septembre 2011, à Rubavu, Rwanda. Environ 80 participants provenant des Ministères de la santé du Rwanda, Burundi et République Démocratique du Congo, de la CTB-Santé et de la DGD de Bruxelles et des trois pays, du monde universitaire, de Because-Health et d ONG ont répondus présent. Six thèmes autour du renforcement des systèmes de santé ont été développés. Les fructueux échanges et contacts entre les acteurs ont permis de nourrir les réflexions. La publication des actes complets de l atelier, des points clés et des recommandations pour la coopération Belge est prévue début Nous vous présentons ci-après les points clés issus de cette semaine de travail. OBJECTIFS de l ATELIER 1. Arriver à une compréhension commune des concepts-clé 2. Echanger des expériences régionales pour la promotion d un système de santé local performant 3. Aboutir à des propositions opérationnelles pour améliorer la qualité des programmes en cours et les formulations futures 4. Promouvoir une dynamique de capitalisation et de réflexion continue dans le secteur de la santé dans chacun des pays et auprès des acteurs belges 5. Réfléchir aux contraintes et obstacles au renforcement des systèmes de santé. CONTEXTE, PROBLÉMATIQUE Les politiques de santé assurant un appui au système de santé dans son ensemble garantissent de façon durable une offre de soins toujours meilleure. Le regain d intérêt pour les soins de santé primaire a remis d actualité l importance du développement et du renforcement des systèmes locaux de santé. Le «district sanitaire» en est l illustration, et son rôle pivot du système de santé doit garantir des soins fondamentaux de qualité à la population. Malgré les actions engagées dans ce sens sur le terrain, notre pratique au niveau des pays en développement nous met cependant face à certains défis, qui, non pris en considération ou non résolus, peuvent constituer des freins au développement des systèmes de santé : approches verticales et compartimentées, «vision dynamique» du système de santé faiblement considérée, présence de plusieurs bailleurs avec souvent des objectifs et agendas différents voire contradictoires avec ceux du partenaire La Coopération Belge tente depuis quelques années de mettre en place une approche sectorielle dont la particularité est un double ancrage entre un appui aux structures de santé de la périphérie et le niveau central. Cette approche ne peut être mise en œuvre sans se heurter aux limites et contradictions rapportées. Ces constats mettent en évidence la nécessité de (i) revisiter et partager entre les différents acteurs, les concepts sur lesquels s appuient le développement et le renforcement des systèmes locaux de santé en particulier des districts sanitaires ; (ii) rediscuter du rôle de la coopération internationale au développement dans le secteur de la santé et d ouvrir une concertation, au niveau de la coopération belge, sur la formulation et l exécution des programmes dans ce secteur.

2 Thème 1: Les Soins de Santé Primaire et les politiques nationales de santé Les soins de santé primaires (SSP) En 2008, dans son rapport «Les SSP, maintenant plus que jamais», l OMS proposait 4 grands groupes de réformes afin de relever les défis d aujourd hui : la couverture universelle, les prestations de services, les politiques publiques et le leadership. L approche par les niveaux opérationnels permet de rendre plus efficiente l utilisation de la pyramide des soins à la fois en termes d accès universel mais aussi de rationalisation des services. En ce sens, le premier échelon des systèmes de santé, le district de santé, est le lieu privilégié de synthèse des actions de SSP. La recherche de complémentarité entre les programmes spécifiques et l approche systémique ainsi que la coordination des intervenants doivent rester une préoccupation constante pour une approche globale de la santé. D autre part, l intégration de la dimension santé dans tous les secteurs contribue au décloisonnement des interventions et des acteurs, renforçant ainsi une vision systémique. Les interventions centrées sur le patient et les acteurs garantissent le renforcement global des systèmes de santé. Pour ce qui est de la coopération internationale en santé, le passage d une approche projet à l appui sectoriel renforce cette vision systémique de la santé et représente une étape importante dans le changement des paradigmes de l aide. La capitalisation des expériences et la planification ascendante permettent une coopération plus efficiente et de meilleure qualité. La démarche des SSP doit s accompagner de dialogue, de concertation et de participation effective pour tous les acteurs, y compris les patients et les communautés. La mise en œuvre des SSP et la vision systémique qui la sous-tend restent un défi dans la mesure où l on considère les systèmes de santé dans leurs complexités. L utilisation de modèles peut aider à appréhender cette réalité complexe mais ne reste qu un outil subjectif, simplifié et contextuel. Au Nord comme au Sud, les Soins de Santé Primaire sont, depuis 30 ans (Alma Ata), la stratégie prioritaire pour le renforcement des systèmes de santé. Les politiques nationales Au Rwanda, malgré un contexte difficile suite au génocide, de bons résultats ont été obtenus par la mise en œuvre des SSP. Les leviers clés du progrès dans ce pays sont, entre autre, l assurance maladie communautaire, le financement basé sur la performance, la décentralisation et la coordination de l aide au développement. En RDC, les périodes de crises politiques, la faible gouvernance, l insuffisance de ressources et l installation d aides humanitaires basées essentiellement sur des approches sélectives ont contribué à la désintégration du système de santé. Cette déstructuration a eu des impacts majeurs sur la santé des populations. Depuis 2006, une stratégie nationale de Renforcement du Système de Santé a été lancée en prenant appui sur le développement des districts de santé. Cependant les réformes à soutenir sont encore nombreuses alors que les dynamismes des bailleurs s épuisent face aux difficultés et aux faibles résultats. Au Burundi, la mise en œuvre des SSP se fait à travers la Politique Nationale de Santé ( ) et se traduit par le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) ( ).Cependant de nombreux défis sont à relever en termes d accessibilité, de capacité et de qualité des soins ainsi que de pilotage. L engagement des partenaires à la mise en place d un panier commun dans le cadre d une approche sectorielle (SWAp) constitue une opportunité pour la mise en œuvre du PNDS. Figure 1: Espérance de vie, tiré du site "Worldmapper" -

3 Thème 2 : La coopération bilatérale, les ONGs et les appuis spécifiques : cas de la santé mentale, du SIDA, et des épidémies de rougeole La coopération belge La note politique Belge sur «Le droit à la santé et aux soins de santé», adoptée en 2008 par la DGD et rédigée en collaboration avec le Groupe de travail santé et Be-cause health, affirme la conviction de la Belgique que le développement d un système de santé efficace et durable garantissant des soins de santé de qualité à chaque individu est le meilleur moyen de répondre au droit universel à la santé. La Belgique possède un certain nombre d atouts dans le secteur santé : outre une longue expérience dans l appui à ce secteur et une tradition de travail et de réflexion systémique, une «école belge» en santé publique et un réseau d experts belges sont reconnus internationalement. Pour ce qui est de la Coopération bilatérale belge, l approche programme, dont la définition prête encore à confusion auprès des acteurs, regroupe différentes interventions dans un ensemble cohérent caractérisé par des synergies explicites et l objectif commun de renforcer un secteur. Le programme d appui sectoriel pour le renforcement du système de santé réalisé au Burundi s inscrit dans la politique nationale de santé et soutient le plan de développement sanitaire Ce programme, décliné en trois volets, repose sur l appui à la gouvernance centrale, à la gouvernance périphérique et aux ressources humaines par la formation paramédicale. Les synergies entre ces volets ont été clairement explicitées et contribuent à rendre efficiente cette approche. Pour ce qui est de l aide indirecte, les ONGs belges ont aussi une longue expérience de coopération dans la sous-région. En particulier, leurs soutiens au niveau intermédiaire fournissent un accompagnement de proximité, qui peut s inscrire dans une réflexion plus globale et systémique. Les leçons tirées de ces expériences peuvent contribuer à l avancement des connaissances et à nourrir les politiques, par exemple sur les interventions contribuant au renforcement des systèmes de santé. La santé mentale Les appuis spécifiques Les maladies mentales représentent une charge importante de morbidité au niveau mondial. Dans le contexte de violences autour des grands lacs, la réalité clinique de la santé mentale est complexe et doit être considérée à tous les niveaux. La prise en charge de la santé mentale dans les soins est une gageure qu il ne faut pas sous-estimer. En effet, outre l assistance psychologique aux populations victimes de traumatismes, il faut anticiper la survenue des patients psychiatriques lourds, problématique jusqu ici cachée. Les financements pour intégrer la santé mentale aux SSP sont encore rares, car elle n apparait pas comme une priorité pour les autorités - compte tenu des autres impératifs. Ce sont donc souvent des ONGs qui sont à l initiative des interventions et les efforts restent limités dans le temps et l espace. La sensibilisation des acteurs et des communautés aux problèmes de santé mentale restent une étape importante de la prise en charge. Des initiatives locales peuvent servir de modèles à condition de capitaliser ces expériences. Au Rwanda, la santé mentale est considérée comme une intervention prioritaire. Les services de santé mentale sont intégrés dans toutes les structures de santé du système national. Le Plan National de Santé Mentale, adopté dès 1995 et révisé en 2011, favorise la coordination des acteurs et la décentralisation. Le développement de partenariats avec la communauté vise à garantir l orientation, l insertion sociale et la lutte contre la stigmatisation de ces patients. Une collaboration avec le département ministériel chargé du développement communautaire devrait permettre l intégration des aspects liés à la santé mentale. En RDC, la stratégie nationale sur la santé mentale de 2008 reste très globale et peu actualisée. La budgétisation de ces activités fait encore défaut. Au Burundi, l élaboration d une stratégie nationale spécifique à la santé mentale a été tardive : elle n a été approuvée par le gouvernement qu en La lutte contre des pathologies spécifiques La lutte contre des pathologies spécifiques, comme la rougeole ou le VIH/SIDA, peuvent contribuer au renforcement du système de santé ; par exemple en améliorant les capacités d éléments critiques (comme la vaccination), en éclairant sur les faiblesses du système, en améliorant les infrastructures et en renforçant la société civile. Dans les pays avec un manque extrême de moyens, les flux financiers provenant de ces approches verticales peuvent aussi contribuer à réduire les inégalités financières et améliorer l équité en santé. Certaines opportunités de renforcement des systèmes de santé doivent être saisies afin de rendre complémentaire les luttes spécifiques et l approche systémique : par exemple utiliser et renforcer les systèmes d informations sanitaires nationaux, mettre en place des systèmes d approvisionnement conjoints, former de nouvelles Ressources Humaines en Santé, proposer des services curatifs et préventifs simultanés, favoriser les collaborations entre la société civile et le privé.

4 Thème 3 : La motivation du personnel La crise des Ressources Humaines en Santé (RHS) est considérée comme la contrainte principale à l accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le Développement et est à la fois quantitative (pénurie aigüe contemporaine de pléthores spécifiques, disparités régionales ) et qualitative (performance et productivité du personnel). Cette situation est à mettre en lien avec une distribution inégale et des besoins croissants en RHS, ainsi qu avec les capacités de formation et de gestion du personnel soignant (financement limité, déséquilibre entre les compétences et les tâches, détournement du temps d activité médicale et du personnel, migrations). Plusieurs initiatives globales et organisations internationales tentent de résoudre ces problèmes prioritaires avec des stratégies adaptées aux différentes phases d un parcours professionnel (entrée, période d activité et sortie du système). Les déclarations de bonnes intentions des organisations internationales et des gouvernements doivent être dépassées et les plans stratégiques nationaux de renforcement des systèmes de santé doivent inclure un financement des RHS. Le code international de pratiques en recrutement du personnel de santé (OMS, 2010) recherche l équilibre entre les droits des personnes (à immigrer par exemple) et le droit à la santé. Sa signature est volontaire et non contraignante ce qui limite son impact. La plateforme belge de santé internationale Be- Cause Health abrite plusieurs groupes de travail, dont un sur les RHS. Ce pool de réflexion et de partage d expériences offre un appui général à la politique de coopération belge et assure le suivi de la mise en œuvre du Code international par les acteurs belge du développement. Les ressources humaines en santé sont un pilier majeur du système de santé Au Rwanda, le PBF (Financement Basé sur la Performance) a été adopté depuis 2006 comme stratégie de motivation du personnel pour augmenter le volume et la qualité des activités. Cependant cet outil, pour ne pas engendrer d effets pervers (détournement, falsification, perte d intérêt pour les aspects non primés ), doit être accompagné par certaines mesures : supervision sous forme d accompagnement et non de sanction, autonomie des structures, équité verticale avec des indicateurs adaptés aux formations sanitaires et aux contextes, conditions générales de travail satisfaisantes En RDC, l enquête sur les RHS menée par Be-Cause Health relève une situation disparate. Les ressources disponibles sont tributaires des moyens des acteurs ou des ONGs, et non des besoins de la population. Le Ministère de la Santé Publique demande un engagement des intervenants sur le moyen et le long terme axé sur les stratégies nationales. La conscientisation des problèmes est croissante et les mécanismes de concertation débutent, mais ils restent un exercice délicat pour tous les acteurs. Diverses initiatives de rétention du personnel (par le logement, appui financier de la CTB aux RHS du niveau intermédiaire, rationalisation des services ) montrent des impacts positifs et peuvent être reproduites dans d autres provinces de la RDC ou adaptées pour d autres pays. Pour cela, il est important de promouvoir la capitalisation et la diffusion de ces expériences. Au Burundi, l appui au secteur santé par la CTB intègre un volet développement des RHS. Ce volet intervient entre autres au niveau des écoles paramédicales et de la réforme des formations en appui au Ministère de la santé. Figure 2: Nurses Working - tiré du site WorldMapper, Figure 3: Often Preventable Deaths, - tiré du site WorldMapper,

5 Thème 4 : Renforcement du système de santé à travers l accessibilité financière Les modes de financement ont une grande influence sur l utilisation, le fonctionnement et la qualité des services de santé. Ainsi, le choix d une, ou de plusieurs, modalité(s) doit se faire dans une analyse systémique de leur conséquences. Les réformes de financement doivent respecter des étapes importantes avant d aboutir. Par exemple, la tarification forfaitaire n établit pas l équité pour toute la population, car la solidarité n est assurée qu entre malades. Cependant elle permet une régulation préalable de la tarification - et de l utilisation- des services, sans laquelle une mutuelle de santé n a aucune chance de survie. Les principes de base des mutuelles de santé (solidarité, prévoyance, responsabilité et démocratie) permettent un financement endogène, solidaire et qui renforce les capacités de la société civile. La généralisation et la pérennisation de ce système dépendent particulièrement de facteurs nécessitant un soutien multidimensionnel (compréhension par les acteurs, compétences techniques, encadrement des politiques de financement parallèles, sécurité tarifaire, qualité et volume des services...). Le système mutualiste a depuis longtemps fait ses preuves, en particulier en Belgique, et les expériences locales de mise en place de mutuelles représentent une occasion intéressante de scaling-up. En outre, les investissements nécessaires pour généraliser les mutuelles restent encore modestes comparés à d autres réformes. Au Rwanda, les mutuelles, qui ont démarré dans les années 2000 et fait l objet d une politique nationale en 2005, s articulent autour des organes de district. Une partie des groupes vulnérables, dont les indigents identifiés par la communauté, sont pris en charge par l Etat et ses partenaires. Le taux d adhésion national atteignait 91% en Cependant une révision de la politique des mutuelles a été nécessaire en 2010, car leur viabilité financière n était pas assuré par les cotisations, qui, en outre, restaient inéquitables (même tarif pour tous). Aujourd hui la nouvelle tarification catégorise la population selon 3 niveaux de revenus. Ces nouveaux barèmes, qui multiplient de 2 à 7 fois le prix initial de cotisation, ne semblent pas avoir menacés les adhésions : en novembre 2011, la moyenne nationale d adhésion était de 74,2% (60.3% %). De plus cette réforme permet aux mutualistes de se faire soigner dans n importe quelle structure de santé du même niveau et vise à augmenter le paquet de soins offerts en incluant la prise en charge des maladies chroniques. En RDC, l accès financier des populations aux SSP se dégrade de plus en plus. Le paiement à l acte des services est largement répandu (plus de 60% des coûts totaux de la santé sont portés directement par les malades), le pouvoir d achat de la population est très faible et la participation de l Etat au fonctionnement du système de santé est minime (seulement 5% du budget national). Les différentes initiatives pour améliorer cet accès des populations aux soins (tarification forfaitaire, mutuelles ) restent locales ou régionales et sont essentiellement portées par des ONGs ou des agences de coopération internationale. Thème 5 : Les acteurs et leurs interactions L approche systémique considère la complexité et les interactions entre les éléments organisés de grands systèmes. Ces derniers, en continuelle transformation, sont affectés par chacun de leurs éléments constitutifs, euxmêmes modifiés par chaque changement du système. Différents types d interactions entre les acteurs d un système coexistent : relations hiérarchiques, de marché et/ou de network (réseautage). Selon la typologie de ces interactions, différents aspects seront mis en avant ou au contraire négligés (qualité, relation, types de valeur...) L intersection entre santé mentale et somatique est importante : des preuves existent sur les liens entre santé mentale et toute une série de pathologies (maladies cardio-vasculaire, diabète, VIH/SIDA, cancers, maladies autoimmunes ou inflammatoires ), leurs complications, ainsi que les comportements de santé (recours aux soins, adhérence, régime alimentaire ) Tout prestataire de soins est confronté aux problèmes de santé mentale dans sa pratique clinique et, compte tenu des liens étroits avec la santé somatique, ne peut faire l épargne de considérer ces aspects. La dimension empathique de la relation patientprestataire est fondamentale pour développer les compétences individuelles des patients, mais elle bénéficie aussi à chacun des protagonistes de cette relation au niveau des processus inter et intra personnels.

6 Investir dans la qualité de la relation patientprestataire et sur les facteurs de protection psycho-sociaux (soutien familial et communautaire, éducation ) peut permettre de s affranchir de facteurs de risques. L estime de soi se réfère à la valeur que l on se donne soi-même dans les différentes sphères de la vie. Elle est une composante essentielle de l identité et du développement personnel et social. La spirale de l estime de soi évolue en cercle vertueux, ou vicieux, tant au niveau individuel qu interpersonnel. Au niveau des patients, l estime de soi est à la fois un indicateur de santé mentale et un déterminant de santé mentale et somatique. Une bonne estime de soi permet une attitude plus résiliente (comportements de santé, compliance ), favorise les liens sociaux (attachement parental, réseau social, confiance...), et limite l impact de facteurs de risques psychologiques (stress, dépression, anxiété, burn-out ). Au niveau des prestataires, une bonne estime de soi améliore la relation avec le patient (empathie, confiance ) ainsi qu avec les autres acteurs du système de santé et favorise les prises d initiatives et l adaptabilité. Elle contribue donc à une augmentation de la qualité des soins. Les valeurs à renforcer pour améliorer l estime de soi des acteurs (respect, reconnaissance, autonomie, compétences ) sont valables à tous les niveaux du système de santé. Les interventions à privilégier, depuis les patients et leurs communautés jusqu au niveau international, devraient prendre en considération cette stratégie. Thème 6 : Comment des réseaux de santé internationale en Belgique peuvent appuyer le renforcement des systèmes de santé Be-Cause Health est une jeune initiative de mise en réseau regroupant beaucoup d acteurs Belges. En reliant le monde public, citoyen, scientifique et opérationnel, elle offre l occasion de développer une réflexion commune, d apporter une contribution aux politiques internationales en santé et d élargir les collaborations et les complémentarités sur le terrain. La concertation des acteurs belges et de leurs partenaires de la coopération en santé est au cœur de cette démarche et apporte une valeur ajoutée, directe et indirecte, pour les partenaires du Sud. Entre autres activités de la plateforme, des groupes de travail spécifiques contribuent à l enrichissement des savoirs qui sont diffusés à l occasion de séminaires ou de rapports. A l heure actuelle 8 groupes de travail sont actifs au sein de la plateforme : Accès à des médicaments de qualité ; Santé et droits sexuels et reproductifs ; Protection sociale ; Afrique Centrale ; Ressources Humaines pour la santé ; People Centred care ; Déterminants sociaux de la Santé ; VIH/SIDA. Le GRAP-PA santé est un groupe de recherche interuniversitaire et multidisciplinaire en appui aux politiques qui étudie la mise en œuvre de l agenda pour l efficacité de l aide (Paris-Accra). Son objectif global est d avoir une meilleure compréhension des politiques internationales de coopération ainsi que des modalités qui visent à améliorer leur efficacité. Son objectif spécifique est de capitaliser les expériences sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris et du Programme d Action d Accra dans le secteur de la santé. Ceci afin d appuyer la politique de coopération belge et ses pays partenaires en matière de mise en pratique de l agenda pour l efficacité de l aide. Le GRAP-PA Santé poursuit trois missions particulières : la recherche à travers de multiples études de cas dans quatre pays : Bénin, Mali, RDC et Rwanda-, l appui scientifique à la politique, et la formation et information. Le Grap-pa santé a participé à la conception et l organisation de l atelier puis a contribué à la rédaction et la diffusion des actes. Personnes de contact : Pour les actes : Anne Fromont et Bruno Dujardin Comité scientifique de l atelier régional : Remo Meloni (CTB), Ina Kalisa (ESP Kigali), Karel Gyselinck (cellule santé CTB/Bxl Be-Cause Health), Alain Iyeti (Point focal CTB en RDC) et Bruno Dujardin (ULB-appui scientifique). Intervenants de l atelier: Bewa E., Bossyns P., Cartier P., Constant E., Dujardin B., Dusoulier L., Gyselinck K., Jansen W., Kahindo J.B., Kakoma J.B., Kalisa I., Kayiteshonga Y., Lambert V., Iyeti A., Martini J., Meloni R., Miyé H., Munyandamutsa N., Musole T., Ngirigi L., Noterman J.P., Phasi N., Simbi A., Stasse S., Tihon V., Van Bastelaere S., Van der Roost D., Verhoeven F., et Zinnen V.

National University of Rwanda. School of Public Health. Atelier régional santé: Renforcement des Systèmes de santé Rubavu, Rwanda septembre 2011

National University of Rwanda. School of Public Health. Atelier régional santé: Renforcement des Systèmes de santé Rubavu, Rwanda septembre 2011 BTC CTB BELGIAN National University of Rwanda School of Public Health DEVELOPMENT AGENCY Atelier régional santé: Renforcement des Systèmes de santé Rubavu, Rwanda septembre 2011 GRAP-PA Santé: Groupe de

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

La Coopération belge dans le secteur médical en République Démocratique du Congo (RDC) 1

La Coopération belge dans le secteur médical en République Démocratique du Congo (RDC) 1 La Coopération belge dans le secteur médical en République Démocratique du Congo (RDC) 1 Francis Monet 2 Mots clés Système de soins de santé, efficacité de l aide, droit à la santé et aux soins de santé,

Plus en détail

MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis

MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis JUIN 2012 2 SOMMAIRE PREAMBULE L ONG ASMADE œuvre pour promouvoir l accès aux services sociaux de base (Education, Santé, Alimentation)

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA . TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES ECHANGES COMMERCIAUX INTRACOMMUNAUTAIRES POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Responsable Ressources Humaines, Finances et Logistique

Responsable Ressources Humaines, Finances et Logistique Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

BRUXELLES 29 NOVEMBRE - 7 DECEMBRE 2012

BRUXELLES 29 NOVEMBRE - 7 DECEMBRE 2012 1 RES JOURNEES SECTORIELLES DE LA SANTE BRUXELLES 29 NOVEMBRE - 7 DECEMBRE 2012 PROGRAMME Lieu : Espace Jacquemotte, BTC-CTB, Hoogstraat / Rue Haute 147, 1000 Bruxelles JOUR 1 : 29 NOVEMBRE 2012 IMT ANVERS

Plus en détail

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie Hailu Zelelew 28 avril 2015 Port-au-Prince Abt Associates Inc. In collaboration with: Broad

Plus en détail

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 L Europe n est pas un lointain concept. Cela se passe ici et maintenant. Et son impact ne cesse de croître. Si l Europe n a

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 MARCHÉ DE SERVICES POUR LE PROGRAMME DES BOURSES HORS PROJET CRÉATION ET MISE EN ŒUVRE DE DEUX MODULES D UNE FORMATION POUR

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Rapport de Synthèse de l évaluation Extrait de la version finale du 24

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES CHAINES DE VALEURS DES PRODUITS/SECTEURS A FORT POTENTIEL D ECHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES, POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME

Plus en détail

EVALUATION A MIS PARCOURS DE MISE EN ŒUVRE Termes de Référence

EVALUATION A MIS PARCOURS DE MISE EN ŒUVRE Termes de Référence page 1/6 Action de renforcement du système sanitaire par un financement basé sur la performance dans 7 pays (le Rwanda, la Zambie, le Burundi, la Tanzanie, la République Démocratique du Congo, le Cameroun

Plus en détail

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Mémorandum de la Fédération des maisons médicales Octobre 2013 et la Fédération des maisons médicales Le mouvement des maisons médicales et

Plus en détail

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Capitalisation des expériences du Programme de Renforcement de la Santé Publique de la

Plus en détail

ATELIER APPRECIATION

ATELIER APPRECIATION ATELIER APPRECIATION COMPTE-RENDU DE LA SESSION DU 22/03/2012: «SECTEUR SANTE» RAPPORTEUR : Dr. René PARE CTB, Agence belge de développement 1/7 POINTS DEBATTUS Les points suivants ont été débattus lors

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ POURQUOI UNE RÉFORME? Améliorer l État de santé de la population Plus d Équité, Une meilleure couverture, Et La maîtrise des coûts! THÈMES PRIORITAIRES

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

Guide pour un processus de qualité en éducation au développement

Guide pour un processus de qualité en éducation au développement Guide pour un processus de qualité en éducation au développement www.acodev.be Introduction Ce guide est un outil au service des organisations impliquées dans le champ de l éducation au développement (ED)

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION Original: anglais 8 novembre 2004 QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION LA SANTÉ DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE UN BÉNÉFICE PARTAGÉ PAR TOUTES LES PARTIES Page 1 LA SANTÉ DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE UN BÉNÉFICE PARTAGÉ

Plus en détail

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM.

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM. Une mutuelle nationale de santé peut-elle devenir une stratégie globale de financement du système de santé, intégrant d autres stratégies comme le FBP??? Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février

Plus en détail

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 Vendredi 15 mars 2013 Dossier de presse CONTACTS presse Grand Nancy : Élise FRISONI - 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00- elise.frisoni@grand-nancy.org

Plus en détail

PBF et Mutuelles de Santé

PBF et Mutuelles de Santé PBF et Mutuelles de Santé Par Dr NIMPAGARITSE Manassé MD,MPH HNTPO Introduction De nombreux pays Africains sont en train d adopter le FBP pour redynamiser leurs secteurs de santé Au Burundi, cette stratégie

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE M i n i s t è r e d e l a S a n t é CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE *-*-*-* Cotonou, Hotel du Lac le 11 novembre 2014 Discours

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

traitement et de prise en charge des toxicomanes

traitement et de prise en charge des toxicomanes UNODC-OMS: Programme commun de traitement et de prise en charge des toxicomanes Le projet Un traitement efficace et respectueux de la dignité humaine pour toutes les personnes souffrant de troubles liés

Plus en détail

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S.

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S. REGION DES HAUTS-BASSINS BURKINA FASO ----------------------- ---------------- DIRECTION REGIONALE DE LA SANTE Unité - Progrès - Justice ----------------------- Cellule de Santé Bucco-dentaire INTEGRATION

Plus en détail

(Texte non paru au Journal officiel)

(Texte non paru au Journal officiel) Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de la prévention des risques RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Plus en détail

«Le partenariat Nord/Sud pour le changement social dans les démarches éducatives, le lobbying politique et la mise en réseau»

«Le partenariat Nord/Sud pour le changement social dans les démarches éducatives, le lobbying politique et la mise en réseau» Séminaire ACODEV-COPROGRAM du 11.05.2010 : «Le partenariat Nord/Sud pour le changement social dans les démarches éducatives, le lobbying politique et la mise en réseau» - Synthèse - Introduction Le partenariat

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE 1. CONTEXTE Le bilan de l Éducation Pour Tous révèle que les pays d Afrique subsaharienne ont accompli

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 Version courte du guide pour le l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 APC présente une version courte de notre plan d'action stratégique destiné à nos membres,

Plus en détail

Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé. Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10?

Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé. Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10? Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10? Document de travail Cette note a été préparée par l OMS

Plus en détail

ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle

ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle Projet d Appui Institutionnel

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ;

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Séminaire régional L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Partage des expériences de République Démocratique du Congo, du Burundi,

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

Stratégie programme bi-pluriannuel 2008-2010/2011-2016 Province du Sud-Kivu - Province de Hainaut programme de coopération décentralisée

Stratégie programme bi-pluriannuel 2008-2010/2011-2016 Province du Sud-Kivu - Province de Hainaut programme de coopération décentralisée Stratégie programme bi-pluriannuel 2008-2010/2011-2016 Province du Sud-Kivu - Province de Hainaut programme de coopération décentralisée Programme de renforcement des pouvoirs publics et acteurs de santé

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 1 Travail réalisé par : 1. Dr Innocent GAKWAYA : RAMA 2. Dr Charles RUDAKUBANA

Plus en détail

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF La situation dans le monde Chaque année 1 on évalue à quelque 290.000 le nombre de femmes

Plus en détail

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION Énoncé de position PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION POSITION DE L AIIC La profession infirmière 1 joue un rôle essentiel dans tous les aspects de la gestion des urgences,

Plus en détail

Est-il utile d élaborer un pacte/accord de partenariat? 1

Est-il utile d élaborer un pacte/accord de partenariat? 1 Est-il utile d élaborer un pacte/accord de partenariat? 1 Introduction Les pactes nationaux et accords de partenariat du même type 2 (mémorandum d accord, code de bonne conduite, etc.) visent à définir

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Afrique Nourricière re NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Secrétariat Exécutif ROPPA Atelier Collège des Femmes

Plus en détail

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO.

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. PHASE II. PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES ENFANTS CHEFS DES MENAGES, DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. Juillet 2003- Juin 2004 Financement : Croix-Rouge Britannique. Karamagapenabir03 Révision

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Conférence CID. La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie

Conférence CID. La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie Conférence CID La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie Objectif de la conférence Constat : le grand public a souvent une vision partielle des interventions des NU en Mauritanie.

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : ÉMISE PAR : APPROUVÉE PAR : Le personnel Les médecins, dentistes et pharmaciens Les résidents, stagiaires et étudiants Les chercheurs Les bénévoles Les contractuels Les usagers et visiteurs

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE DE MUTUELLE DE SANTE & AMELIORATION DE LA QUALITE DES SOINS DANS LA ZONE SANITAIRE DE MAKISO KISANGANI (Octobre 2013)

PROJET DE MISE EN PLACE DE MUTUELLE DE SANTE & AMELIORATION DE LA QUALITE DES SOINS DANS LA ZONE SANITAIRE DE MAKISO KISANGANI (Octobre 2013) PROJET DE MISE EN PLACE DE MUTUELLE DE SANTE & AMELIORATION DE LA QUALITE DES SOINS DANS LA ZONE SANITAIRE DE MAKISO KISANGANI (Octobre 2013) Dr Aimé- EYANE KENGETOLOMBO, MD, MPH,SP-QSGSS Médecin Chef

Plus en détail

La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé

La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé LABORATOIRE DE RECHERCHE SUR LES TRANSFORMATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES (LARTES) La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé Abdou Salam FALL (PH D.) Sociologue fallabdousalam@gmail.com

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail