Analyse des états financiers de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse des états financiers de"

Transcription

1 Analyse des états financiers de Comptabilité de gestion MBA 8514 Présenté à : M. Ahmed Naciri Préparé par : André Bélanger Patrick Caya Lorraine Deslauriers Le 15 juin 2008

2 TABLE DES MATIÈRES 1. Une industrie en profonds changements Évaluation globale de sa situation financière Comment les liquidités actuelles de Transcontinental et sa façon de contrôler ses charges affectent-elles son rendement et a-t-elle la capacité de faire face à ses dettes à court et long terme?...4 A. Rendement sur les actifs (ROA) moins efficace que le marché... 5 B. Rendement sur les avoirs (ROE) comparable au marché... 5 C. Coefficient de fond de roulement une couverture à 70 %... 5 D. Couverture du fardeau de la dette un remboursement important en E. Rotation des actifs pas d amélioration notable en F. Ratios de la marge brute et marge nette moins efficace que ses compétiteurs?... 6 G. Coefficient de levier combiné (CLC) très risqué Conclusion et pistes d amélioration...7 Bibliographie...8 Annexe 1 : Tableau sommaire des ratios financiers Annexe 2 : Chiffrier des ratios de Transcontinental (en anglais) Page 2 sur 8

3 1. Une industrie en profonds changements Transcontinental inc. est considérée comme le plus grand imprimeur commercial au Canada et le sixième en Amérique du Nord. L entreprise occupe le deuxième rang à titre d éditeur derrière Rogers Media et occupe le premier rang comme éditeur de journaux hebdomadaires au Québec. Elle offre des services de Marketing direct, communication Internet et commerce électronique. Elle compte à son actif quelque 15,000 employés répartis aux Canada, É-U et Mexique. La mission de Transcontinental consiste à aider les annonceurs à rejoindre les consommateurs. Or, avec la popularité croissante des médias électroniques telle que l Internet, les gens lisent de moins en moins de magazines. Cette tendance, combinée à l appréciation du dollar canadien par rapport au dollar US et la crise hypothécaire aux É-U explique les difficultés financières de l industrie de l édition et de l impression pour l année Transcontinental a développé un modèle unique d impartition dans l impression de journaux. Elle emploie une stratégie de diversification et d investissement dans des immobilisations corporelles, des acquisitions d entreprises (250 millions $ en 3 ans) et des activités de Marketing direct. Les défis auxquels l entreprise doit faire face sont nombreux et c est à la lumière de ses profonds changements que notre analyse de la performance de l entreprise a été faite. 2. Évaluation globale de sa situation financière À partir de l état des résultats de l entreprise, pour la période , nous observons que les revenus de Transcontinental sont passés de 2,2 à 2,33 milliards $ soit une croissance moyenne de 2,9 %. Par contre, le bénéfice d exploitation (BAII) est passé de 231,2 à 206,4 millions $ durant la même période pour une décroissance moyenne de 5,5 %. Cette situation est attribuable à l augmentation soutenue des frais de vente, frais généraux et administratifs et autres frais fixes qui ont cru en moyenne de 5,3 % et 5,5 % respectivement pour la période. Cette première constatation nous incite à questionner l efficacité de l entreprise et sa stratégie en ce qui a trait aux acquisitions d entreprises et immobilisations corporelles. Nous notons aussi (et de façon inquiétante) une augmentation soutenue des frais financiers qui totalisaient 32,2 millions $ en 2007 par rapport à 27,9 millions $ en 2005, soit une perte moyenne de 7,4 %. La situation de l entreprise semble donc se détériorer non seulement du point de vue de l exploitation, mais aussi du point de vue financier. Il est intéressant de noter que sur les millions $ de dollars de bénéfices nets pour l année 2007, un peu moins de la moitié (57,3 millions $) ont été ajoutées au BNR dans le bilan. Depuis trois ans, Transcontinental a choisi de mettre en place un programme de rachat d action et n a cessé d augmenter la portion de dividendes versés aux actionnaires, qui ont passé de 18,7 millions $ en 2005 à 23,3 millions $ en Au premier coup d œil, l analyse du bilan de l entreprise indique une accumulation de richesse moyenne de 5,4 % pour la période L actif total est établi à 2,37 milliards $ pour l année 2007 versus 2,25 milliards $ en Cette accumulation de richesse provient Page 3 sur 8

4 exclusivement de l actif à long terme qui a cru de 6,9 % en moyenne, passant de 1,75 $ à 2,0 milliards $ pendant cette période. C est expliqué en totalité par les écarts d acquisitions. L actif à court terme a subi une chute substantielle moyenne de 14,1 % passant de 498,5 $ à 367,9 millions $. Le compte encaisse et placements temporaires a subi une chute de l ordre de 53 % par année passant de 222 $ à 48,5 millions $. À l inverse, le compte client a connu une croissance moyenne de 10 % pour la période passant de 162,8 $ à 196,9 millions $. L entreprise aurait-elle décidé d assouplir sa politique de crédit pour ses clients? Le passif total de l entreprise est demeuré relativement stable avec une croissance moyenne de 2,0 % durant la période. Il totalisait 1,19 milliard $ en 2007 soit 50,2 % du bilan total. Le passif à long terme a cru de 8,2 % en moyenne et totalisait 689,9 millions $ en Cette dernière croissance s explique par une augmentation des passifs d impôts futurs (26 % en moyenne) alors que la dette à long terme a augmenté de seulement 3,8 % en moyenne. Les comptes du passif à court terme ont décru moins rapidement que ceux de l actif à court terme, soit 4,9 % versus 14,1 % respectivement. Le faible degré de liquidité à court terme peut paraître inquiétant et nécessite certainement une analyse plus approfondie. Durant les trois dernières années, la proportion des capitaux propres est demeurée stable et représentait 49,7 % des actifs totaux en Nous remarquons aussi que les bénéfices non répartis n ont cessé de croître durant la période soit 7,1 % en moyenne alors que le capital-actions a baissé de 3,1 %. L accumulation des bénéfices non répartis laisse-t-elle présager d autres acquisitions à court terme? Finalement, nous remarquons que le nombre moyen d action en circulation est passé de 89,1 millions $ en 2005 à 84,9 millions $ en 2007, résultat de la stratégie de rachat d action. La stratégie d investissement de Transcontinental résultant d acquisitions d entreprises et d immobilisations corporelles semble donc avoir un impact important sur sa situation financière. C est pourquoi il nous apparaît essentiel de répondre aux deux questions suivantes : «En quoi la stratégie d acquisition améliore-t-elle le rendement comptable de Transcontinental et l entreprise a-t-elle la capacité de faire face à ses dettes à court et long terme?» 3. Comment les liquidités actuelles de Transcontinental et sa façon de contrôler ses charges affectent-elles son rendement et a-t-elle la capacité de faire face à ses dettes à court et long terme? En fonction de nos observations précédentes et de notre hypothèse posée, nous allons approfondir notre analyse financière en regardant les ratios de liquidité et d efficacité pour connaître comment ceux-ci affectent le rendement de Transcontinental. Page 4 sur 8

5 A. Rendement sur les actifs (ROA) moins efficace que le marché Il est intéressant de vérifier qu elle est la conséquence de leurs choix stratégiques sur le rendement. Le rendement sur les actifs indique ce que chaque dollar investi par l ensemble des investisseurs rapporte pour l entreprise. En 2007, le rendement de chaque dollar investi était de 5 %. En d autres termes, un investissement de 1 $ a permis de réaliser un bénéfice net de 0,05 $. Chez Transcontinental, ce ratio est inférieur au celui du marché (5,8 %). De plus, il est à noter que le rendement sur les actifs est en déclin depuis 3 ans 1. Cette situation s explique par des bénéfices nets en constante diminution contrairement aux actifs de l entreprise qui sont en constante augmentation. B. Rendement sur les avoirs (ROE) comparable au marché Avec le ratio du rendement sur l équité, nous souhaitons connaître le rendement de chaque dollar que peuvent obtenir les actionnaires. Le rendement sur les avoirs est de 10,2 % à la fin de la période 2007 comparativement à 10,4 % pour le secteur d activité. Comme il est possible de constater, sa situation équivaut à celle du marché. Les entreprises du secteur sont aux prises avec le même contexte économique, soit la montée en popularité des médias électroniques et de la force du dollar canadien. Cette situation s explique par le fait que les bénéfices nets sont en constante diminution depuis 2005 alors que le compte des capitaux propres augmente légèrement et de façon constante. C. Coefficient de fond de roulement une couverture à 70 % Le coefficient de fond de roulement renseigne sur la survie de Transcontinental et sur sa capacité à payer ses dettes à court qu elle doit. Présentement, le ratio indique que l entreprise dispose de 0,74 $ pour chaque dollar du passif à court terme. Il lui manque donc 0,26 $ pour chaque dollar dû. Cette situation ne semble pas s améliorer avec les années et ceci s expliquerait (en partie) par le fait que l entreprise a de moins en moins de liquidité immédiate. En comparant les ratios du fond de roulement à celui du marché 2, on se rend compte que la capacité de remboursement de Transcontinental est plus faible que la moyenne du marché qui s élève à 1,5. D. Couverture du fardeau de la dette un remboursement important en 2007 Ce ratio va nous permettre de vérifier sa capacité à supporter sa dette. Ce ratio est influencé par l efficacité dont Transcontinental contrôle ses charges d exploitations. Présentement, l entreprise dispose de 1,11 $ pour rembourser chaque montant dû. C est suffisant, mais pourrait devenir inquiétant au rythme auquel ce ratio diminue, il est passé de 5,15 en 2006 à 1,11 en Nous croyons tout de même que ce ratio en 2006 était trop élevé et que l entreprise a pris une bonne décision en remboursant une partie de sa dette. Cela leur a permis d en reconduire une nouvelle en E. Rotation des actifs pas d amélioration notable en 2007 Transcontinental a fait des acquisitions et des investissements. Nous allons mesurer leurs choix stratégiques et vérifier si elle emploie bien l argent qu elle a investi. Avec la rotation des actifs, 1 Cette information provient du cahier Investir, le cours de l action, voir la bibliographie. 2 Cette information a été obtenue par le biais d un consultant de la firme Ernst & Young Page 5 sur 8

6 on veut savoir combien lui permet de vendre chaque dollar investi. En 2007, chaque dollar investi lui rapporte 0,98 $. C est meilleur que le secteur de cette industrie (0,93 $), mais de très peu. Chaque dollar tourne moins d une fois par année puisque ça prend 372 jours pour vendre l équivalent. Le ratio de la rotation des actifs de 2007 est inférieur à celui de Ceci s expliquerait par le fait que Transcontinental utilise moins bien ses ressources pour faire ses revenus. L entreprise aurait-elle trop d investissements pour les revenus générés? Ce qui l obligerait à être doublement efficace, ce qui ne semble pas être le cas! F. Ratios de la marge brute et marge nette moins efficace que ses compétiteurs? Les acquisitions peuvent occasionner des changements et des périodes transitoires au sein d une organisation. On le voit souvent par un surplus d investissement et un manque d efficacité de ceux-ci. Cette situation entraîne parfois des augmentations au niveau des charges d exploitation. Pour vérifier le rendement de Transcontinental, on veut donc savoir si elle contrôle efficacement ou non ses charges. Le ratio de la marge brute nous indique le bénéfice laissé pour chaque dollar de vente après déduction des coûts de marchandises vendues. Ce ratio est de 26,6 % en 2007 et il a été plutôt stable au cours des 3 dernières années. On remarque qu il reste à Transcontinental beaucoup moins d argent entre ses mains que le secteur. Cet écart élevé pourrait s expliquer par notre hypothèse de départ selon lesquels les achats ne sont pas centralisés et dont ils n obtiennent pas suffisamment un plus grand pouvoir d achat. Même si les revenus augmentent d année en année, le ratio de la marge brute demeure constant puisque les coûts de marchandises vendues suivent les ventes et conservent la même proportion. Quant au ratio de la marge nette, qui est légèrement supérieur au marché, mais baisse chaque année, il donne l information concernant le bénéfice laissé pour chaque dollar de vente après toutes les charges et les impôts. Les coûts fixes totaux de Transcontinental sont continuellement en croissance depuis Ils sont passés de 371,4 millions $ à 412,3 millions $ en 2007, soit une hausse de 11 %. Ainsi, le non-contrôle de ses coûts fixes est responsable de la baisse continuelle du ratio de la marge nette. G. Coefficient de levier combiné (CLC) très risqué Avec le calcul de ce ratio, nous pouvons voir que la qualité du risque total de l entreprise était de 2,97 en 2005 et a continué d augmenter pour atteindre 3,55 en Par contre, la portion du risque liée aux activités d exploitation est de loin la plus importante par rapport au risque financier. Voici un nouvel indice comptable qui nous permet de voir que la situation ne va pas en s améliorant. Page 6 sur 8

7 4. Conclusion et pistes d amélioration Tout porte à croire que l efficacité de l entreprise baisse graduellement et que les investissements n apportent pas de revenus suffisants pour améliorer son rendement. La liquidité à court terme a diminué depuis 2005, le fardeau de la dette est plutôt stable et son efficacité est très légèrement supérieure au marché, mais a diminué depuis les trois dernières années. En regardant les résultats des ratios, nous pouvons donc conclure que pour le moment la stratégie d acquisition ne permet pas à l entreprise de générer les revenus permettant d améliorer son rendement et que sa capacité à rembourser ses dettes à court et long terme n est pas inquiétante. Dans son rapport annuel 2007, les dirigeants de Transcontinental ont identifié quatre enjeux prioritaires à savoir : le talent (recrutement, perfectionnement et rétention), la croissance des ventes (nouveaux produits, impartition et ventes croisées, l efficacité (amélioration de la qualité, amélioration du temps de cycle) et le numérique (offre de produit via l Internet) 3. À la lumière de notre brève analyse, nous croyons que l amélioration de l efficacité nous apparaît vitale à la survie de l entreprise. Cette amélioration passe par la réduction des charges de l organisation. Dans ses coûts fixes, les départs à la retraite ou les départs volontaires pourraient être une opportunité de réduction de la masse salariale ainsi que développer une stratégie est une réduction des effectifs ou une négociation très serrée des augmentations salariales à prévoir lors des prochaines négociations employés/employeur. L entreprise devra toutefois prendre en considération la difficulté croissante des entreprises à recruter et retenir du personnel compétent. Dans les frais d exploitation, la révision des processus à l interne déjà identifiés comme une priorité par l entreprise, suite aux diverses acquisitions, devrait permettre d optimiser son efficacité. Certaines d entre elles pourraient être ciblées afin d obtenir un gain à court terme. Il nous apparaît important pour l entreprise de revoir ses ententes avec ses fournisseurs afin de réduire le coût des marchandises vendues. Les rabais volumes sont une bonne incitation à la vente et le fait que l entreprise concrétise des acquisitions, il est en mesure de revoir ses ententes. De plus, il peut évaluer celles de ses acquisitions et utiliser ces informations auprès des divers fournisseurs comme effet de levier de négociation. Nous sommes portés à croire qu une partie des bénéfices non répartis pourrait être réinvestie dans de nouvelles acquisitions ou dans la recherche et développement pour revoir sa stratégie de vente dans les nouveaux produits provenant de la venue du numérique et de l Internet. 3 Voir la bibliographie pour trouver les informations dans le rapport annuel. Page 7 sur 8

8 Bibliographie Beauchamp, Dominic. Du 24 au 30 mai «Médias : de belles occasions parmi les titres déprimés». Les Affaires (Montréal), 13 mai, Cahier Investir p Naciri, Ahmed Notes de cours. Montréal : Presses de l Université du Québec, 535p. Rapport annuel vérifié pour la fin de l exercice financier au 31 octobre Internet : Rapport de recherche par un consultant de la firme Ernst & Young sur l entreprise Transcontinental inc. Recherche d informations financières sur Internet : Page 8 sur 8

9 Annexe 1 - Calcul des ratios financiers LIQUIDITÉ SIGNIFICATION MARCHÉ REMARQUES Coefficient du fond de roulement (CFR) Trésorerie immédiate = Act sans les stocks - Pct Le poids du stock Classement général de la liquidité 0,74 0,72 0,90 Devrait être égale au supérieur à 1 0,49 0,50 0,70 Il ne paie pas plus que la moitié de ces dettes à court terme 1,50 Ne possède peut-être pas de ressources suffisante à court-terme mais est inférieur à la moyenne du marché 0,80 Nette détérioration de l'encaisse 0,24 0,22 0,20 Le poids du stock augmente, l'actif de l'impôt futur augmente Insuffisante et plus faible que le marché SOLVABILITÉ SIGNIFICATION MARCHÉ REMARQUES Coefficient du fardeau de la dette = BAII / (Intérêts + (remboursement / (1-tc))) Couverture d intérêts = BAII / Intérêts Endettement total = Passif total / Total du bilan Capitalisation = Capitaux propres / Total du bilan Classement général de la solvabilité 1,11 5,15 4,92 Devrait être égale ou supérieur à 1 6,90 7,00 8,00 Acceptable si c'est plus grand que 1 0,50 0,50 0,51 Devrait être entre 30 et 60 % 0,73 0,50 0,50 0,49 0,27 Est en mesure de rembourser ses dettes, a nettement diminué (correction en fonction du marché) Diminue légèrement mais nettement trop élévé Plutôt stable, se situe dans les normes Plutôt stable, la cie accorde autant d'importance au financement qu'à ses investissements Bonne et stable EFFICACITÉ SIGNIFICATION MARCHÉ REMARQUES Rotation des actifs = Revenus / Actif total Rotation des immobilisations = Revenus / Actif long terme Rotation des stocks = CMV / Stock moyen 0,98 1,01 0,98 Plus que c'est haut, mieux que l'entreprise utilise ses 0,93 Chaque $ d'actifs génère 98 cents de ventes avec un délai de 12 mois ressources 1,16 1,22 1,25 Même signification Chaque $ d'actifs génère $1 de ventes avec un délai de 10.5 mois 18,60 18,60 18,00 Même signification 13,50 Les ventes représentent 18X les stocks avec un délais de 20 jours Classement général de l efficacité Très légèrement supérieur au marché RENDEMENT SIGNIFICATION MARCHÉ REMARQUES ROE en % = BN / Capitaux propres ROA en % = BN / Actif total Marge brute en % = (Ventes - CMV) / Ventes Marge nette en % = BN / Ventes Marge brute - marge nette BPA = BN / nb d actions Dividendes par action = Dividendes / nb d actions 10,20 11,90 12,60 10,40 Le ROE a diminue et baisse en rapport au marché 5,10 6,00 6,20 5,80 Le ROA diminue aussi et est significativement plus bas que le marché, on l'associe à la stratégie d'investissement (acquisitions) 26,60 26,10 27,40 Devrait être le plus élevé possible 5,20 6,00 6,30 C est la marge après déductions et impôts 21,40 20,10 21,10 Autres charges Les frais sont stables 48,10 La performance est inférieure au marché, ne gère pas aussi efficacement ses fournisseurs? 4,50 La marge nette diminue et les frais sont de 21% de ses ventes 1,42 1,56 1,56 Le bénéfice par action diminue 0,27 0,25 0,21 Le dividende par action augmente légèrement Classement général du rendement Le rendement diminue légèrement depuis 2005 RISQUE COMPTABLE SIGNIFICATION REMARQUES Coefficient de levier combiné (CLC) = Marge brute/bai Risque d exploitation (CLE) = Marge brute/baii Risque financier (CLF) = BAII/BAI Classement général du risque 3,55 3,44 2,97 Doit être le plus près de 1 possiible pour signifier aucun risque Risqué et monte (le + gros du risque est l'exploitation) 3,00 2,92 2,61 Même signification Peut-être causé par les acquisitions (due aux investissements) 1,18 1,18 1,14 Même signification Trop élévé et continue d augmenter

10 Ticker: TSX:TCL.A NYSE:RRD NYSE:CVO TSX:CGS TSX:TS.B Transcontinental Inc. R.R. Donnelley & Sons Company Cenveo Inc. CanWest Global ComTorstar Corp. TRANSCONTINENTAL INC. (TSX:TCL.A) Oct Aug For the Fiscal Period Ending, Profitability Return on Assets % 6,1% 6,6% 7,4% 3,8% 5,4% Return on Capital % 8,5% 9,8% 9,7% 4,9% 6,7% Return on Equity % 10,4% (1,2%) 30,4% 1,1% 11,3% Margin Analysis Gross Margin % 26,6% 26,4% 20,4% 45,4% 100,0% SG&A Margin % 11,5% 11,2% 11,2% 28,4% 1,2% EBITDA Margin % 15,0% 15,1% 11,9% 17,0% 14,6% EBITA Margin % 10,0% 11,0% 9,2% 13,7% 11,1% EBIT Margin % 9,8% 10,0% 8,7% 13,5% 11,0% Earnings from Cont. Ops Margin % 5,2% -0,4% 1,2% 0,6% 6,6% Net Income Margin % 5,2% -0,4% 2,0% 9,7% 6,6% Net Income Avail. for Common Margin % 5,2% -0,4% 1,2% 0,6% 6,6% Normalized Net Income Margin % 4,9% 5,0% 2,5% 4,5% 6,2% Asset Turnover Total Asset Turnover 1,0x 1,1x 1,4x 0,4x 0,8x Fixed Asset Turnover 3,2x 4,8x 6,0x 4,3x 4,5x Accounts Receivable Turnover 12,5x 6,1x 7,1x 6,2x 5,8x Inventory Turnover 18,6x 14,1x 12,8x 140,6x NA Short Term Liquidity Current Ratio 0,7x 1,3x 1,9x 1,1x 1,8x Quick Ratio 0,5x 0,9x 1,2x 0,8x 1,3x Cash from Ops. to Curr. Liab. 0,5x 0,4x 0,3x 0,3x 0,6x Avg. Days Sales Out. 29,3 60,2 51,1 58,8 63,0 Avg. Days Inventory Out. 19,6 25,9 28,5 2,6 NA Avg. Days Payable Out. 87,5 35,6 30,2 43,3 NA Avg. Cash Conversion Cycle (38,6) 50,5 49,4 18,1 NA Long Term Solvency Total Debt/Equity 45,6% 110,7% 1454,4% 217,4% 71,3% Total Debt/Capital 31,3% 52,5% 93,6% 67,9% 41,6% LT Debt/Equity 44,4% 92,2% 1435,6% 216,4% 70,9% LT Debt/Capital 30,5% 43,7% 92,4% 67,6% 41,4% Total Liabilities/Total Assets 50,3% 67,7% 95,0% 76,5% 53,2% EBIT / Interest Exp. 7,6x 5,1x 1,9x 1,9x 4,9x EBITDA / Interest Exp. 11,6x 7,7x 2,7x 2,4x 6,5x (EBITDA-CAPEX) / Interest Exp. 7,3x 5,6x 2,3x 1,9x 5,4x Total Debt/EBITDA 1,5x 2,5x 5,9x 7,4x 2,9x Net Debt/EBITDA 1,4x 2,3x 5,9x 7,2x 2,8x Altman Z Score 2,4x 2,0x 1,6x 0,9x 2,3x Growth Over Prior Year Total Revenue 1,9% 24,4% 35,4% 6,7% 1,2% Gross Profit 3,8% 21,3% 39,6% 6,4% 1,2% EBITDA 2,5% 23,4% 67,5% 6,0% 11,5% EBITA 2,1% 23,7% 71,0% 7,3% 15,5% EBIT 0,9% 20,6% 70,0% 8,8% 16,9% Earnings from Cont. Ops. (11,2%) NA NA NA 28,1% Net Income (11,2%) NA (64,7%) 56,3% 28,1% Normalized Net Income (1,2%) 13,7% 90,5% NA 9,5% Diluted EPS before Extra (8,7%) NA NA NA 27,6% Accounts Receivable 11,7% 33,1% 50,6% 15,1% (2,3%) Inventory (1,9%) 41,4% 78,0% (33,3%) (16,8%) Net PP&E 5,5% 27,2% 70,6% 3,3% (5,6%) Total Assets 4,7% 25,4% 100,3% 25,7% (2,0%) Tangible Book Value (21,9%) NA NA NA 14,9% Common Equity 3,5% (5,3%) 69,9% 21,4% 5,2% Cash from Ops. 12,6% 30,2% 278,5% 137,7% 22,0% Capital Expenditures 14,3% 28,8% 53,4% 31,1% (0,5%) Dividend per Share 10,0% NA NA NA NA Source: Capital IQ This model is provided "as is". Capital IQ, Inc. and its affiliates have no liability arising out of your use of this model.

11 TRANSCONTINENTAL INC. (TSX:TCL.A) For the Fiscal Period Ending, Oct Aug Compounded Annual Growth Rate Over Two Years Total Revenue 2,9% 17,2% 13,3% (2,8%) (0,3%) Gross Profit 1,3% 14,3% 23,3% (6,9%) (0,3%) EBITDA (2,9%) 16,3% 56,6% (17,6%) (5,7%) EBITA (2,7%) 17,1% 83,1% (20,9%) (7,2%) EBIT (3,4%) 15,2% 86,7% (20,2%) (6,9%) Earnings from Cont. Ops. (6,8%) NA NA 17,5% (7,6%) Net Income (6,8%) NA NA 423,2% (7,6%) Normalized Net Income (6,2%) 10,7% NA (6,0%) (8,4%) Diluted EPS before Extra (4,4%) NA NA 17,5% (7,7%) Accounts Receivable 10,0% 19,4% 18,1% 1,2% 2,0% Inventory 1,3% 21,4% 22,4% (18,9%) (5,4%) Net PP&E 2,9% 12,9% 16,1% (1,9%) (4,9%) Total Assets 2,6% 13,6% 36,2% 15,4% 12,1% Tangible Book Value (29,4%) NA NA NA 6,8% Common Equity 3,2% 2,4% NA 18,0% 4,4% Cash from Ops. (11,5%) 11,4% NA (29,2%) 4,7% Capital Expenditures (8,5%) 1,2% 1,3% 3,0% 4,0% Dividend per Share 14,4% NA NA NA NA Compounded Annual Growth Rate Over Three Years Total Revenue 4,4% 17,4% 8,6% (0,5%) 0,1% Gross Profit 1,7% 16,1% 13,7% (1,8%) 0,1% EBITDA (2,4%) 18,8% 38,1% (12,0%) (5,4%) EBITA (3,4%) 22,2% 57,4% (14,4%) (6,8%) EBIT (4,0%) 20,4% 60,7% (14,1%) (6,6%) Earnings from Cont. Ops. (2,8%) NA NA (56,0%) (3,5%) Net Income (2,2%) NA NA NA (3,5%) Normalized Net Income (5,7%) 17,2% NA (12,5%) (7,8%) Diluted EPS before Extra (1,2%) NA NA (56,0%) (3,0%) Accounts Receivable 9,2% 20,3% 10,9% 0,4% 2,1% Inventory 1,1% 18,9% 13,2% (12,8%) (3,4%) Net PP&E 3,6% 12,3% 5,3% (1,4%) (5,6%) Total Assets 5,6% 12,2% 19,5% 8,4% 9,1% Tangible Book Value (6,2%) NA NA NA 4,5% Common Equity 6,3% (0,7%) 20,1% 12,2% 5,0% Cash from Ops. (9,6%) 12,7% 32,5% (13,1%) (8,6%) Capital Expenditures 11,9% 22,0% 4,8% 18,5% (5,8%) Dividend per Share 17,4% NA NA NA 1,9% Compounded Annual Growth Rate Over Five Years Total Revenue 5,6% 22,2% 3,4% 4,7% 1,0% Gross Profit 5,7% 22,3% 4,0% 4,8% 48,8% EBITDA 2,9% 23,1% 12,9% 0,3% (3,5%) EBITA 1,8% 30,8% 17,2% (0,7%) (4,3%) EBIT 1,3% 28,3% 18,1% 0,7% (4,3%) Earnings from Cont. Ops. (0,5%) NA NA 5,0% (4,2%) Net Income (0,6%) NA NA 84,6% (4,2%) Normalized Net Income (0,1%) 27,7% 74,3% NA (5,1%) Diluted EPS before Extra (0,4%) NA NA 5,5% (4,5%) Accounts Receivable 9,0% 29,4% 9,4% 1,0% 1,0% Inventory 3,7% 43,6% 9,5% (14,8%) (6,1%) Net PP&E 2,7% 14,1% 2,4% (0,0%) (3,3%) Total Assets 6,8% 30,6% 12,6% 4,5% 5,8% Tangible Book Value NA NA NA NA 11,7% Common Equity 9,0% 33,7% 18,4% 8,1% 7,4% Cash from Ops. (0,8%) 23,5% 30,9% 11,0% (4,1%) Capital Expenditures 1,9% 15,0% 0,4% 14,3% 1,6% Dividend per Share 18,0% 1,2% NA NA 5,0% Source: Capital IQ This model is provided "as is". Capital IQ, Inc. and its affiliates have no liability arising out of your use of this model.

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Théorie Financière 3. Tableau de financement et planning financier

Théorie Financière 3. Tableau de financement et planning financier Théorie Financière 3. Tableau de financement et planning financier Objectifs de la session 1. Montrer comment les informations comptables permettent de déterminer les cash flows 2. Comprendre le concept

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Réponses aux Questions et problèmes 1. Actif Passif Actif immobilisé Capitaux propres Machines 46 000 Capital social

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS par Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A Wise, Blackman SENCRL Évaluateurs d entreprises/juricomptables Montréal

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Analyse nancière : quelques ratios

Analyse nancière : quelques ratios Analyse nancière : quelques ratios Eric Vansteenberghe 18 février 2014 Une application aux achats dans le secteur spatial Table des matières 1 Introduction 2 2 La solvabilité de l'entreprise 2 2.1 Ratio

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

Actif (Asset) Bien de valeur d une entreprise, d un ménage ou d un particulier. Ce qui appartient à une entreprise après le paiement des dettes.

Actif (Asset) Bien de valeur d une entreprise, d un ménage ou d un particulier. Ce qui appartient à une entreprise après le paiement des dettes. A Actif (Asset) Bien de valeur d une entreprise, d un ménage ou d un particulier. Ce qui appartient à une entreprise après le paiement des dettes. Actif à court terme (Current assets) Ressources précieuses

Plus en détail

Comprendre les états financiers

Comprendre les états financiers Comprendre les états financiers comprendre Comprendre les états financiers Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

(10 points) ACIIA Questions Examen Final I Mars 2006 page 1 / 11

(10 points) ACIIA Questions Examen Final I Mars 2006 page 1 / 11 Question 1: Economie (40 points) a) Depuis ces dernières années, la Chine connaît de très forts taux de croissance de son produit intérieur brut (GDP) et de ses exportations. Dans le même temps, la Chine

Plus en détail

Pilotage Financier de de l entreprise

Pilotage Financier de de l entreprise 3 ième séance GFN GFN 106 106 Pilotage Financier de de l entreprise Compte de résultat, formation du profit et SIG Enseignant : Yosra BEJAR Maître de Conférences : TELECOM & Management SudParis Chercheur

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Théorie Financière 2014-2015

Théorie Financière 2014-2015 Théorie Financière 2014-2015 1. Introduction Professeur Kim Oosterlinck E-mail: koosterl@ulb.ac.be Organisation du cours (1/4) Cours = Théorie (24h) + TPs (12h) + ouvrages de référence Cours en français

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52 Quelques ratios boursiers couramment utilisés comme données de l élaboration du benchmarking du groupe Total : Total (avant les fusions avec Fina puis Elf) comparé aux moyennes des pétroliers (européenne

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Analyse financière par les ratios

Analyse financière par les ratios Analyse financière par les ratios Introduction L outil utilisé dans les analyses financières est appelé ratio, qui est un coefficient calculé à partir d une fraction, c est-à-dire un rapport entre des

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

AOF. L analyse fondamentale. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Mai 2009

AOF. L analyse fondamentale. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Mai 2009 AOF mini-guide bourse «Comment investir en Bourse? L analyse fondamentale Mai 2009 L analyse fondamentale SOMMAIRE Les objectifs de l analyse fondamentale p. 4 Comment lire les comptes d une société cotée?

Plus en détail

Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012. Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012

Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012. Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012 Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012 Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012 Faits saillants Année 2011 : Résultats En millions $ (sauf le BPA) Exercices

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

RAPPORT DU DEUXIÈME TRIMESTRE POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 1999. Les gens avant tout

RAPPORT DU DEUXIÈME TRIMESTRE POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 1999. Les gens avant tout RAPPORT DU DEUXIÈME TRIMESTRE POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 19 Les gens avant tout MESSAGE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 19 LA OBTIENT AU DEUXIÈME TRIMESTRE UNE

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7 RÉGIME DE RETRAITE Page de 0 0 Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie

Plus en détail

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur L investissement fiscalement avantageux à son meilleur Payer des impôts, ça vous plaît? Si vous investissez à l extérieur d un régime enregistré, les distributions et les transactions pourraient créer

Plus en détail

Principes de comptabilité et de gestion financière

Principes de comptabilité et de gestion financière Commission de Développement Économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Principes de comptabilité et de gestion financière Les 25 et 26 janvier 2011 à Québec Plan de cours Présenté par :

Plus en détail

Un choix fiscalement avantageux

Un choix fiscalement avantageux LES SOLUTIONS CATÉGORIES DE SOCIÉTÉ RUSSELL Un choix fiscalement avantageux Nos solutions catégories de société offrent des occasions de placement fiscalement avantageuses pour que vous ayez plus d argent

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

1999 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS

1999 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS 1999 COOPERATIVE CREDIT S - S COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF (EN MILLIERS DE TABLE I - ASSETS LOANS TO MEMBERS (LESS S FOR LOANS IN DEFAULT) CASH TREASURY BILLS AND SHORT TERM DEPOSITS BONDS SHARES

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

2000 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS

2000 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS 2 COOPERATIVE CREDIT S - S COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF (EN MILLIERS DE TABLE I - ASSETS LOANS TO MEMBERS (LESS S FOR LOANS IN DEFAULT) CASH TREASURY BILLS AND SHORT TERM DEPOSITS BONDS SHARES

Plus en détail

webconférence mieux comprendre les données financières d Orange web conférence mardi 10 juin

webconférence mieux comprendre les données financières d Orange web conférence mardi 10 juin webconférence mieux comprendre les données financières d Orange 1 recommandations pratiques penser à bien régler le son de votre ordinateur en cas de souci technique, vous pouvez nous contacter aux numéros

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

F-201. Portant la note : (Mise à jour : Janvier 2010) «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007»

F-201. Portant la note : (Mise à jour : Janvier 2010) «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007» F-201 Portant la note : «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007» (Mise à jour : Janvier 2010) Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel

Plus en détail

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions.

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. Annexes sur l économie grecque Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. 1. L endettement des ménages 2. Le poids

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance

Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance Bruxelles, le 31 août 2012 8h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance Résultat opérationnel consolidé

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec STRATÉGIES D ÉVALUATION DE LA VALUER D UNE ENTREPRISE POUR MAXIMISER LES RETOMBÉES DE VOS TRANSACTIONS ET NÉGOCIATIONS par Richard M. Wise, FCA, FEEE,

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.23 J ai mon voyage inc. La société J'ai mon voyage inc., une agence de voyages, a été fondée le 1 er juillet 20-0 par Madame Dodo Michel. Le 20 juin 20-3, le comptable de l'entreprise

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers

Plus en détail

ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS ET ÉVALUATION D ENTREPRISES Jacques Douville, CA, MBA et Catherine Lenfant, CA, MBA

ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS ET ÉVALUATION D ENTREPRISES Jacques Douville, CA, MBA et Catherine Lenfant, CA, MBA ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS ET ÉVALUATION D ENTREPRISES Jacques Douville, CA, MBA et Catherine Lenfant, CA, MBA TABLE DES MATIÈRES I. ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS...3 A. Nature des états financiers...

Plus en détail

Financer la transmission de votre entreprise

Financer la transmission de votre entreprise Financer la transmission de votre entreprise Laurent Genest Directeur principal, Transfert d entreprises Banque Nationale Claude Lafond Directeur principal, Investissements Caisse de dépôt et placement

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI)

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Le plus important fournisseur de solutions d assurance-vie au Canada en matière de planification successorale et fiscale Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Tirer parti d une FCI pour générer

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

ANALYSE D'ÉTATS FINANCIERS PAR RATIOS POUR LE P.-D.G. DE PME

ANALYSE D'ÉTATS FINANCIERS PAR RATIOS POUR LE P.-D.G. DE PME ANALYSE D'ÉTATS FINANCIERS PAR RATIOS POUR LE P.-D.G. DE PME Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

Dictionnaire des termes financiers

Dictionnaire des termes financiers Dictionnaire des termes financiers TABLE DES MATIÈRES Achats (des matières)... 4 Actif... 4 Actif à court terme... 4 Améliorations locatives... 4 Amortissement... 4 Analyse au moyen de ratios... 4 Ancienneté

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

1997 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS

1997 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS 1997 COOPERATIVE CREDIT S - S COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN TABLE I - ASSETS LOANS TO MEMBERS (LESS PROVISIONS FOR LOANS IN DEFAULT) CASH TREASURY BILLS AND SHORT TERM DEPOSITS BONDS SHARES MORTGAGES REAL

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES»

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» 15 novembre 2012 Christine Brosseau, CPA, CA, Associée Costandino Muro, CPA, CA, Directeur principal Pourquoi incorporer mon entreprise Au Québec 3 modes d exploitation L

Plus en détail

GROUPE FLO GROUPE FLO

GROUPE FLO GROUPE FLO GROUPE FLO Le 28 juillet 2011 1 Faits marquants du 1 er semestre 2011 Poursuite de la progression de l activité Progression de + 5,3 % du total des ventes sous enseignes, à 289,6 M Progression de + 1,6

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004

L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004 COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004 Québec, le 12 mai 2004 L Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc.

Plus en détail

COMMENTAIRES MENSUELS DES MARCHÉS

COMMENTAIRES MENSUELS DES MARCHÉS COMMENTAIRES MENSUELS DES MARCHÉS 3 juin 2015 REVUE 31 mai 2015 31 décembre 2014 Changement (en %) S&P/TSX 15 014,1 14 632,4 2,6 % S&P 500 2 107,4 2 058,9 2,3 % DJIA 18 010,7 17 823,1 1,0 % NASDAQ 5 070,0

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Les fonds de structure de capitaux L importance de la fiscalité

Les fonds de structure de capitaux L importance de la fiscalité Les fonds de structure de capitaux L importance de la fiscalité - 1 - Qu est-ce que les Fonds de catégorie de société Concept éprouvé: Fonds de catégorie de société créée en 1987 42 choix de part de Fonds

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Rapport de gestion annuel Exercice terminé le 31 décembre 2014. Déclarations prospectives et utilisation d hypothèses et d estimations

Rapport de gestion annuel Exercice terminé le 31 décembre 2014. Déclarations prospectives et utilisation d hypothèses et d estimations Rapport de gestion annuel Exercice terminé le 31 décembre 2014 Le présent rapport de gestion relatif aux résultats, à la situation financière et aux flux de trésorerie de Industries Lassonde inc. se doit

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année RÉGIME DE RETRAITE À L INTENTION DU GROUPE MANOEUVRES, HOMMES DE MÉTIER ET DE SERVICES DES DISTRICTS SCOLAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK Rapport de l administrateur pour l année 2006 Décembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES SUPPORT@EZQ.CA EZQ.CA GUIDE D UTILISATEUR EZQ V4.01 2004-2014 Sg Conseils inc.- Tous droits réservés. TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 TRUCS À UTILISER LORS DE

Plus en détail

Revue financière. 2 e trimestre 2015. Le 5 août 2015

Revue financière. 2 e trimestre 2015. Le 5 août 2015 Revue financière 2 e trimestre 2015 Le 5 août 2015 AVERTISSEMENT Déclarations prospectives Certaines déclarations contenues dans cette présentation, incluant celles ayant trait aux résultats et au rendement

Plus en détail