ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS ET ÉVALUATION D ENTREPRISES Jacques Douville, CA, MBA et Catherine Lenfant, CA, MBA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS ET ÉVALUATION D ENTREPRISES Jacques Douville, CA, MBA et Catherine Lenfant, CA, MBA"

Transcription

1 ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS ET ÉVALUATION D ENTREPRISES Jacques Douville, CA, MBA et Catherine Lenfant, CA, MBA TABLE DES MATIÈRES I. ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS...3 A. Nature des états financiers... 3 B. Conventions de présentation des états financiers... 3 C. Contenu des états financiers... 4 D. Éléments à surveiller à la lecture des états financiers E. Renseignements autres à recueillir F. Interprétation des états financiers Ratios de rentabilité Ratios d activité Ratios de liquidité Ratios de solvabilité II. ÉVALUATION D ENTREPRISES A. Principaux contextes d évaluation B. Aperçu d une mission d évaluation C. Concepts de valeur D. Principes d évaluation E. Approches et méthodes d évaluation Liquidation des actifs Méthode de liquidation Avoir des actionnaires redressé Approches fondées sur le rendement Application des méthodes fondées sur le rendement Capitalisation du bénéfice net caractéristique Bénéfice caractéristique Redressements fréquemment rencontrés Choix du taux d imposition Approche traditionnelle de détermination des multiples Membres de la firme Raymond Chabot Grand Thornton.

2 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises Choix du multiple Capitalisation du flux monétaire net représentatif Autres méthodes de capitalisation Actualisation des flux monétaires futurs Approche fondée sur le marché F. Contenu d un rapport d évaluation CONCLUSION... 28

3 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 3 I. ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS A. Nature des états financiers OPÉRATIONS COMMERCIALES SAISIE DES DONNÉES CLASSIFICATION, CODIFICATION ET COMPILATION PRODUCTION D INFORMATION INFORMATION DE GESTION ÉTATS FINANCIERS B. Conventions de présentation des états financiers 1 Distinction entre la comptabilité financière (reddition des comptes) et la comptabilité administrative (information de gestion). 2 Contexte général de présentation des états financiers : Présentation du patrimoine à une date donnée ; Présentation du résultat des opérations passées ; Découpage des résultats par périodes de 12 mois maximum. 3 Principales conventions comptables : Conventions relatives à l entreprise ; Conventions relatives à l exercice ; Conventions relatives à la mesure.

4 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 4 C. Contenu des états financiers 4 Rapports : Rapport du vérificateur Rapport de mission d examen Avis au lecteur 5 États financiers Résultats Bénéfices non répartis Flux de trésorerie Bilan Notes complémentaires 6 Renseignements supplémentaires Les États Financiers Types inc. Résultats de l exercice terminé le 31 décembre Chiffre d affaires Coût des marchandises vendues Produits finis au début Coût de fabrication Produits finis à la fin Bénéfice brut Frais de vente Frais d administration Frais financiers Bénéfice avant impôts sur les bénéfices et élément extraordinaire Impôts sur les bénéfices Exigibles Futurs Bénéfice avant élément extraordinaire Élément extraordinaire Gain sur l expropriation d un terrain Bénéfice net Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.

5 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 5 Les États Financiers Types inc. Bénéfices non répartis de l exercice terminé le 31 décembre Solde au début Bénéfice net Recouvrement de l impôt remboursable au titre de dividendes Dividendes Actions de catégorie «A» Actions de catégorie «B» Impôt remboursable au titre de dividendes Solde à la fin Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers. Les États Financiers Types inc. Flux de trésorerie de l exercice terminé le 31 décembre ACTIVITÉS D EXPLOITATION Bénéfice net Élément extraordinaire gain sur l expropriation (9 000) d un terrain Éléments hors caisse Gain sur la cession d immobilisations (200) Amortissements Impôts futurs Variations d éléments du fonds de roulement (53 700) (15 000) (note 4) Flux de trésorerie liés aux activités d exploitation ACTIVITÉS D INVESTISSEMENT Avances à la société mère (21 000) (11 000) Avances aux administrateurs (10 000) Placements (7 000) Cession de placements Immobilisations (15 000) (8 500) Élément extraordinaire indemnité pour l expropriation d un terrain Cession d immobilisations Crédits d impôt à l investissement reportés Flux de trésorerie liés aux activités d investissement (41 000)

6 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 6 Les États Financiers Types inc. Flux de trésorerie de l exercice terminé le 31 décembre ACTIVITÉS DE FINANCEMENT Emprunts bancaires (20 000) Emprunts à long terme Remboursements d emprunts (16 000) (30 000) Émission d actions Dividendes (14 100) (9 400) Impôt remboursable au titre de dividendes Flux de trésorerie liés aux activités de financement (11 800) (16 200) Augmentation nette des espèces et quasiespèces Espèces et quasi-espèces au début (64 800) Espèces et quasi-espèces à la fin ESPÈCES ET QUASI-ESPÈCES Encaisse Dépôts à terme Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers. Les États Financiers Types inc. Bilan de l exercice terminé le 31 décembre ACTIF Actif à court terme Encaisse Dépôts à terme, 4 % (5 % en ) Débiteurs (note 5) Stocks (note 6) Placements, au coût (note 7) Immobilisations (note 8) Écart d acquisition

7 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 7 Les États Financiers Types inc. Bilan de l exercice terminé le 31 décembre PASSIF Passif à court terme Emprunt bancaire (note 9) Comptes fournisseurs et frais courus Impôts sur les bénéfices à payer Versements sur la dette à long terme Crédits d impôt à l investissement reportés Dette à long terme (note 10) Impôts futurs CAPITAUX PROPRES Capital-actions (note 11) Bénéfices non répartis Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers. Pour le conseil, Administrateur Administrateur

8 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 8 Les États Financiers Types inc. Notes complémentaires de l exercice terminé le 31 décembre 1. Statuts et nature des activités La société, constituée en vertu de la Partie IA de la Loi sur les compagnies (Québec), fabrique des articles ménagers. 2. Conventions comptables Espèces et quasi-espèces La politique de la société est de présenter dans les espèces et quasi-espèces l'encaisse et les placements temporaires dont le terme est égal ou inférieur à trois mois. Évaluation des stocks Les produits finis et les produits en cours sont évalués au moindre du coût et de la valeur de réalisation nette, le coût étant déterminé selon la méthode de l épuisement successif. Les matières premières sont évaluées au moindre du coût et du coût de remplacement, le coût étant déterminé selon la méthode du coût moyen. Écart d acquisition L écart d acquisition représente l excédent du prix payé sur la valeur attribuée aux éléments identifiables de l actif net obtenus lors de l acquisition d une entreprise. La société évalue l écart d acquisition annuellement pour déterminer s il y a lieu de comptabiliser une moins-value, en comparant le coût non amorti aux flux monétaires futurs non actualisés générés par les actifs en cause. Amortissements Les immobilisations sont amorties en fonction de leur durée probable d utilisation selon les méthodes et taux annuels suivants : Méthodes Taux Bâtiment linéaire 2,5 % Mobilier et agencements dégressif 20 % Matériel, outillage, automobiles et camions dégressif 30 % Améliorations locatives linéaire 20 % L écart d acquisition est amorti selon la méthode de l amortissement linéaire sur une période de 15 ans, jusqu en Les crédits d impôt à l investissement sont présentés à titre de crédits reportés et sont virés graduellement aux résultats au fur et à mesure que les immobilisations en cause sont amorties.

9 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 9 3. Informations sur les résultats Amortissement des immobilisations Amortissement de l écart d acquisition Amortissement des crédits d impôt à l investissement reportés Intérêts sur la dette à long terme Revenu de placements Informations sur les flux de trésorerie Les variations d éléments du fonds de roulement se détaillent comme suit : Comptes clients (33 500) (22 000) Stocks (25 000) (10 000) Comptes fournisseurs et frais courus (7 200) Impôts sur les bénéfices à payer (53 700) (15 000) Les flux de trésorerie se rapportant aux intérêts et aux impôts sur les bénéfices des activités d exploitation se détaillent comme suit : Intérêts encaissés Intérêts versés Impôts sur les bénéfices versés Débiteurs Comptes clients (a) Avances à la société mère, sans intérêt Avances aux administrateurs, sans intérêt Encaissements disponibles à court terme de l effet à recevoir (a) Un des clients représente 30 % (25 % en ) du total des comptes clients.

10 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises Stocks Produits finis Produits en cours Matières premières Placements Actions cotées (valeur du marché ; en ) Obligations 6 % (7 % en ), échéant en (valeur du marché ; en ) Effet à recevoir, 10 %, encaissable par mensualités de 1 000, échéant en Immobilisations Amortissement Coût non coût cumulé amorti Terrain Bâtiment Mobilier et agencements Matériel et outillage Automobiles et camions Améliorations locatives Amortissement Coût non coût cumulé amorti Terrain Bâtiment Mobilier et agencements Matériel et outillage Automobiles et camions

11 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises Emprunt bancaire Les créances et les stocks sont affectés à la garantie de l emprunt bancaire. L emprunt bancaire porte intérêt au taux préférentiel plus 1,5 % et est renégociable le 30 juin En vertu de la convention de crédit, la société doit respecter certains ratios financiers. 10. Dette à long terme Court terme Emprunt hypothécaire, garanti par le terrain et le bâtiment ainsi que par une hypothèque sur l universalité des biens, 8 %, remboursable par versements annuels de , échéant le 31 juillet (a) Effets à payer, garantis par du matériel et de l outillage dont le coût non amorti est de en, taux d intérêt variant de 9 % à 11 %, remboursables par versements mensuels, échéant à différentes dates jusqu en Emprunt à un administrateur, sans intérêt ni modalités de remboursement, subordonné au paiement complet de l emprunt hypothécaire Versements exigibles à court terme (a) En vertu de l acte d hypothèque, la société ne doit verser aucun dividende sans l accord préalable de l institution financière et est assujettie à certaines restrictions, dont la principale est le maintien d un ratio de fonds de roulement supérieur à 1,3. Les versements sur la dette à long terme au cours des cinq prochains exercices s élèvent à en 19-6, 19-7 et 19-8, et en 19-9 et Capital-actions Autorisé Nombre illimité d actions sans valeur nominale Catégorie «A», 7 % cumulatif, rachetables au gré de la société au montant du capital versé Catégorie «B», 10 % non cumulatif, rachetables au gré de la société au montant du capital versé Catégorie «C», avec droit de vote et participantes

12 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 12 Émis et payé 2000 actions de catégorie «A» actions de catégorie «C» dont 10 ont été émises en contrepartie de en espèces Juste valeur des instruments financiers Les méthodes et hypothèses suivantes ont été utilisées pour déterminer la juste valeur estimative de chaque catégorie d instruments financiers. Instruments financiers à court terme L encaisse, les dépôts à terme, les débiteurs, l emprunt bancaire et les comptes fournisseurs et frais courus sont des instruments financiers dont la juste valeur se rapproche de la valeur comptable en raison de leur échéance rapprochée. Placements La juste valeur des actions cotées et des obligations a été établie selon le dernier cours acheteur moins des frais de courtage estimatifs et celle de l effet à recevoir selon la valeur actualisée des flux monétaires futurs aux taux d intérêts du marché à la date du bilan pour des placements similaires. Dette à long terme La juste valeur de la dette à long terme, excluant l emprunt à un administrateur, a été déterminée en actualisant les flux monétaires futurs aux taux dont la société pourrait actuellement se prévaloir pour des emprunts comportant des conditions et des échéances similaires. La juste valeur de l emprunt à un administrateur n a pu être déterminée puisqu il est pratiquement impossible de trouver sur le marché un instrument financier qui présente essentiellement les mêmes caractéristiques économiques. Éventualité La juste valeur des endossements correspond aux coûts estimatifs à engager pour régler les obligations en cas de manquement des débiteurs. À la date du bilan, la juste valeur estimative des instruments financiers, à l exception des instruments financiers à court terme, se détaille comme suit : juste valeur valeur comptable valeur juste valeur comptable Placements Dette à long terme Éventualité

13 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises Engagement La société s est engagée d après un contrat de location échéant le 30 juin à verser une somme de pour un bâtiment. Les paiements minimums exigibles pour les cinq prochains exercices s élèvent à en 19-6, 19-7, 19-8 et 19-9, et en Ce contrat de location comporte une option de renouvellement pour une période additionnelle de cinq ans dont la société pourra se prévaloir en donnant un préavis de six mois. 14. Éventualité Au 31 décembre, la société assume une responsabilité éventuelle à titre d endosseur d effets à recevoir escomptés pour un montant de Les États Financiers Types inc. Renseignements supplémentaires de l exercice terminé le 31 décembre Coût de fabrication Produits en cours au début Matières premières Stock au début Achats, fret et droits de douane Stock à la fin Main-d œuvre directe Frais généraux de fabrication Main-d œuvre indirecte Charges sociales Charges locatives Taxes et permis Assurances Chauffage et énergie Entretien et réparations Amortissement du bâtiment Amortissement du matériel et de l outillage Amortissement des crédits d impôt à l investissement reportés (1 000) (1 000) Produits en cours à la fin

14 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 14 Frais de vente Salaires et commissions Charges sociales Promotion et représentation Dépenses d automobiles et de camions Amortissement des automobiles et des camions Frais d administration Salaires de la direction Salaires de bureau Charges sociales Charges locatives Taxes et permis Assurances Chauffage et énergie Fournitures de bureau et impression Télécommunications Honoraires professionnels Créances douteuses Amortissement du bâtiment Amortissement du mobilier et agencements Amortissement des améliorations locatives Amortissement de l écart d acquisition Frais financiers Intérêts sur l emprunt bancaire Intérêts sur la dette à long terme D. Éléments à surveiller à la lecture des états financiers 7 Porter une attention particulière aux éléments suivants : Avantages fiscaux Abandon d activités Frais reportés Recherche et développement Écart d acquisition Risques de change Note sur les transactions avec des sociétés apparentées Dépendance économique Instruments financiers

15 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 15 E. Renseignements autres à recueillir 8 S enquérir de l existence d éléments tels que : sociétés apparentées principaux concurrents principaux clients principaux fournisseurs nature des services et produits vendus contrats importants impacts de facteurs tels que : nouvelles contraintes environnementales changements technologiques modification d exigences réglementaires (exigences ajoutées ou supprimées) syndicalisation F. Interprétation des états financiers 1. Ratios de rentabilité 9 Ratio de la marge bénéficiaire brute (pourcentage) = Chiffre d affaires coût des marchandises vendues) ou bénéfice brut chiffre d affaires 10 Ratio de la marge bénéficiaire nette (pourcentage) = Bénéfice net chiffre d affaires 11 Rendement de l actif total (pourcentage) = Bénéfice net actif total 12 Rendement des capitaux propres (pourcentage) = Bénéfice net capitaux propres 13 % % Ratio de la marge bénéficiaire brute 35,60 29,25 Ratio de la marge bénéficiaire nette 11,50 8,00 1 Rendement de l actif total 14,08 9,03 2 Rendement des capitaux propres 36,93 30, ,13 % lorsqu on retient le bénéfice net après élément extraordinaire. 10,30 % lorsqu on retient le bénéfice net après élément extraordinaire. 35,13 % lorsqu on retient le bénéfice net après élément extraordinaire.

16 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises Ratios d activité 14 Délai de recouvrement des comptes clients (nombre de jours) = Comptes clients x 365 chiffre d affaires 15 Rotation des stocks (nombre de fois) = Coût des marchandises vendues stocks 16 Rotation de l actif immobilisé (nombre de fois) = Chiffre d affaires immobilisations 17 Variation du chiffre d affaires (pourcentage) = Chiffre d affaires (exercice courant) chiffre d affaires (exercice précédent) chiffre d affaires (exercice précédent) 18 Importance de la masse salariale (pourcentage) = Salaires + charges sociales chiffre d affaires 19 Délai de recouvrement des comptes clients (nombre de jours) % % 115,53 129,12 Rotation des stocks (nombre de fois) 8,05 11,55 Rotation de l actif immobilisé (nombre de fois) Variation du chiffre d affaires (pourcentage) Importance de la masse salariale (pourcentage) 7,49 5,71 25,00 nd 25,20 28, Ratios de liquidité Liquidité générale (nombre de fois) = Actif à court terme passif à court terme 21 Liquidité relative (Acid Test) (nombre de fois) = Espèces + quasi-espèces + montant net des débiteurs passif à court terme 22

17 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 17 % % Liquidité générale (nombre de fois) 1,62 1,25 Liquidité relative (Acid Test) (nombre de fois) 1,10 0,81 4. Ratios de solvabilité 23 Passif / capitaux propres (pourcentage) = Total du passif aide gouvernementale reportée non remboursable capitaux propres 24 Couverture des intérêts (pourcentage) = Bénéfice avant impôts + intérêts débiteurs intérêts débiteurs % % Passif / capitaux propres (pourcentage) 1,61 2,39 Couverture des intérêts (pourcentage) 13,88 7,71 II. ÉVALUATION D ENTREPRISES A. Principaux contextes d évaluation 25 Voici les principaux contextes donnant lieu à évaluation : Établissement de la valeur au jour de l évaluation (31 décembre 1971) Achat ou vente d entreprises et appel public à l épargne Fusion et regroupement d entreprises Financement par capital de risque / développement Transaction d initiés ou privatisation de sociétés ouvertes Relation entre les actionnaires (convention, différend, etc.) Transaction entre parties liées Réorganisation de capital Planification successorale et fiscale (gel, cristallisation de l exonération du gain en capital) Évaluation au décès Litige matrimonial Expropriation Faillite ou compagnie sous séquestre (évaluation de garanties)

18 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 18 B. Aperçu d une mission d évaluation 26 Déterminer les modalités de la mission (lettre de mission) Qu est-ce qu on évalue? Qui retient nos services? Quel est notre rôle? Quel est le produit final requis? 27 Déterminer les paramètres de l évaluation Quelle est la définition appropriée de «valeur» (JVM, JV, prix)? Déterminer l approche et la méthode pertinente Déterminer la date d évaluation 28 Déterminer le type de rapport ou la communication appropriée Opinion sur la valeur (rapport détaillé) Estimation de la valeur (rapport moins détaillé) Consultation (sur mesure selon la situation) Calculs et discussions 29 Lettre de déclaration du client (s il y a lieu) 30 Dossier bien documenté C. Concepts de valeur 31 Valeur aux livres (comptable) : Valeur indiquée dans les états financiers ou les registres comptables. Elle est généralement fondée sur le coût d origine. 32 Valeur subjective : Valeur qui représente un état d esprit, une attitude favorable d une personne particulière ou d un groupe de personnes à l égard de ce qui est évalué. 33 Valeur pour le propriétaire : Valeur subjective qui, en termes économiques, est susceptible d être égale ou supérieure à la juste valeur marchande du même bien. En d autres mots, il s'agit de la valeur d un bien telle qu elle est perçue par son propriétaire en fonction des avantages qu il lui procure. 34 Valeur sentimentale : Valeur d un bien pour une personne en raison de son attachement sentimental à ce bien. 35 Valeur réelle : Notion qui sous-entend qu un bien peut valoir plus ou moins que ce que son propriétaire pense qu il vaut. 36 Valeur d investissement : Valeur d un actif ou d une entreprise pour le propriétaire ou un acquéreur éventuel spécifique. Cette valeur prend donc en considération les connaissances, les aptitudes, les perceptions de risque du propriétaire (actuel ou éventuel) et le potentiel de l entreprise à générer des bénéfices sous la direction de ce dernier. 37 Valeur marchande : Prix le plus élevé que le propriétaire d un bien peut espérer obtenir à la vente de ce bien selon les conditions prévalant sur le marché à la date de la transaction.

19 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises Valeur intrinsèque : Valeur hypothétique, basée sur le taux de rendement requis par les investisseurs, en considération des conditions économiques et d affaires prévalant ou prévisibles à la date de l évaluation, mais sans tenir compte des autres avantages ou des économies d échelle pouvant être accessibles à un acquéreur éventuel. 39 Valeur de remplacement à neuf : Ce qu il en coûterait à la date d évaluation pour reconstruire un bien à neuf. 40 Valeur de remplacement dépréciée : Valeur de remplacement à neuf, amortie pour tenir compte de la désuétude physique, fonctionnelle et économique du bien. 41 Valeur en usage : Terme impliquant davantage la valeur utile d un bien que sa valeur d échange (ex.: équipement fabriqué sur mesure). 42 Valeur d exploitation (en continuité) : Valeur attribuée à une entité dans un contexte de permanence de l entreprise. 43 Valeur de liquidation : Produit net de réalisation des actifs dans l éventualité de la liquidation ou de la faillite d une entreprise. 44 Valeur en bloc : Valeur de toutes les participations en actions dans une entreprise vues comme formant un tout. 45 Valeur proportionnelle : Valeur au prorata de la juste valeur marchande d une entreprise que l on attribue à une participation en actions dans celle-ci. 46 Juste valeur : Expression utilisée par le législateur en matière d oppression des actionnaires minoritaires, non définie par lui, mais que la jurisprudence tend à rendre équivalente à la valeur au prorata de la juste valeur marchande, sans déduction d un escompte pour intérêt minoritaire. 47 Valeur de l actif corporel net : Valeur aux livres de l'avoir des actionnaires, redressée pour tenir compte de la valeur marchande ou de remplacement dépréciée des éléments d'actif et après avoir éliminé l'écart d'acquisition, les autres éléments d'actif incorporels, s'il y a lieu, ainsi que les actifs excédentaires. 48 Éléments d'actif non requis pour l'opération de l'entreprise qui pourraient être liquidés et dont la valeur de réalisation nette pourrait être versée sous forme de dividendes aux actionnaires (le levier financier est également un actif excédentaire). 49 Juste valeur marchande (JVM) : Le prix au comptant le plus élevé, exprimé en valeurs ou en termes monétaires, disponible dans un marché libre et sans contrainte, négocié entre des parties prudentes et informées transigeant à distance et non contraintes d'agir.

20 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 20 Le marché réel versus le marché conceptuel MARCHÉ RÉEL (PRIX) MARCHÉ CONCEPTUEL (JVM) A) Le prix le plus élevé Les transactions sont négociées entre des parties qui ont des forces financières et un pouvoir de négociation différents. Elles ne sont pas toujours nécessairement conclues au prix le plus élevé. On fait l hypothèse que les parties en présence sont de force égale, en ce qui concerne tant l aspect financier que le pouvoir de négociation, et que la transaction est conclue au prix le plus élevé. B) Exprimé en valeurs ou en termes monétaires La contrepartie peut prendre la forme : d une somme d argent d un échange d actions ou d autres biens d une dette d un montant payable sur un certain nombre d années ou d une combinaison de deux ou plusieurs de ces éléments C) Marché libre et sans contrainte Toute contrainte quant au transfert des actions peut être invoquée. On fait l hypothèse que la transaction se fait au comptant, c est pourquoi il faut l exprimer en valeurs ou en termes monétaires. On fait l hypothèse que le marché est sans contrainte. Cependant, la nonliquidité résultant de contraintes qui peuvent exister doit être reflétée. D) Parties prudentes et informées Des transactions peuvent résulter d une décision imprudente ou hâtive de la part d une des parties. Les parties impliquées dans la transaction ne sont pas nécessairement informées de tous les faits concernant l entreprise ou des autres facteurs pouvant influencer la transaction. E) Transigeant à distance On élimine la possibilité d une décision hâtive ou imprudente. On suppose que les parties possèdent tous les renseignements pertinents à la détermination de la valeur. Les parties peuvent sembler transiger à distance, mais en fait elles ne le font pas. On fait l hypothèse que les parties transigent à distance et qu aucune des parties n a intérêt à favoriser l autre. F) Non contraintes d agir Les parties peuvent être forcées de vendre ou d acheter. On élimine la possibilité d achats et de ventes forcés.

21 Analyse des états financiers et évaluation d entreprises 21 D. Principes d évaluation 50 Principe n o 1 : La valeur est déterminée à un point spécifique dans le temps ; elle est fonction des faits connus et raisonnablement prévisibles à ce moment. La valeur est susceptible de changer dans le temps. 51 Principe n o 2 : La valeur d'un bien est établie en fonction des perspectives d'avenir. Elle est comparable à la valeur actualisée (équivalent économique) de tous les avantages futurs que ce bien est susceptible de procurer à son propriétaire. Le passé n'est qu'un guide pour juger de la raisonnabilité du rendement susceptible d'être réalisé dans les années à venir. 52 Principe n o 3 : Puisque la valeur se définit comme étant la valeur actualisée de tous les avantages futurs qu'un bien est susceptible de procurer, lorsque cette définition est appliquée à une participation dans une entreprise privée, elle peut posséder deux composantes distinctes : 53 a) La valeur commerciale (transférable) ; 54 b) La valeur non commerciale (valeur pour le propriétaire). La portion de valeur attribuable au contrôle d'un actif a une valeur commerciale. La portion de valeur découlant d'attributs particuliers ou personnels du propriétaire n'a pas de valeur commerciale (achalandage personnel). 55 Principe n o 4 : Le marché dicte le taux de rendement requis. Les conditions générales de l'économie influencent les taux de rendement. Les taux d'emprunt influencent les niveaux d'activité dans le domaine des transactions. Le type d'acheteurs présents sur le marché, leurs motivations et leur philosophie d'investissement sont également des facteurs à considérer. Les facteurs qui accroissent ou réduisent l incertitude à l égard des résultats financiers d une entreprise influencent directement le rendement demandé par les investisseurs. Les investisseurs rationnels choisissent toujours l option qui leur est la plus favorable. 56 Principe n o 5 : La valeur est établie en fonction de la capacité d'une entreprise à générer un rendement, sauf si on obtient une valeur plus élevée en vendant ses éléments d'actif. La liquidation des éléments d'actif d'une entreprise demeure une méthode d'évaluation exceptionnelle. 57 Principe n o 6 : Une valeur d'actif corporel net plus élevée permet de justifier une valeur en continuité accrue.

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11 RAPPORT FINANCIER INTERMÉDIAIRE ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Résultats 1 Bilan 2 Déficit et surplus d apport 3 Flux de trésorerie 4 Notes afférentes aux états financiers 5-11 1 RÉSULTATS CONSOLIDÉS POUR

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec STRATÉGIES D ÉVALUATION DE LA VALUER D UNE ENTREPRISE POUR MAXIMISER LES RETOMBÉES DE VOS TRANSACTIONS ET NÉGOCIATIONS par Richard M. Wise, FCA, FEEE,

Plus en détail

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS POUR UNE PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (PME) préparé par François BROUARD, DBA, CA Eric Sprott School of Business Carleton University 1125 Colonel By Drive,

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012

LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 LA MAISON FRANCO-MANITOBAINE LTÉE États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 Matière Rapport de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

CENTRE D'AIDE AUX VICTIMES D'ACTES CRIMINELS DES LAURENTIDES RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009

CENTRE D'AIDE AUX VICTIMES D'ACTES CRIMINELS DES LAURENTIDES RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009 RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009 RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009 I N D E X Pages RAPPORT DU VÉRIFICATEUR PRODUITS ET CHARGES 1 BILAN 2 ÉTAT DE L'ÉVOLUTION DES ACTIFS NETS 3 ÉTAT DES FLUX DE

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Club de Golf de Saint-Hyacinthe Limitée. États financiers. au 31 octobre 2007

Club de Golf de Saint-Hyacinthe Limitée. États financiers. au 31 octobre 2007 États financiers au 31 octobre 2007 Rapport des vérificateurs 2 États financiers Produits et charges 3 Évolution des actifs nets et surplus d'apport 4 Flux de trésorerie 5 Bilan 6 Notes complémentaires

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Questionnaire examen intra SSH5201. Sigle du cours. Identification de l étudiant(e) Nom : Prénom : Signature : Matricule : Groupe :

Questionnaire examen intra SSH5201. Sigle du cours. Identification de l étudiant(e) Nom : Prénom : Signature : Matricule : Groupe : Questionnaire examen intra SSH5201 Sigle du cours Identification de l étudiant(e) Nom : Prénom : Signature : Matricule : Groupe : Sigle et titre du cours Groupe Trimestre SSH5201 Économique de l ingénieur

Plus en détail

Classe 1-Comptes de capitaux

Classe 1-Comptes de capitaux Classe 1-Comptes de capitaux 10 Capital et réserves 101 Capital 1 1011 Capital souscrit non versé 1012 Capital souscrit - versé 1015 Patrimoine des régies 1016 Patrimoine public 104 Primes liées au capital

Plus en détail

8 Le passif à court terme

8 Le passif à court terme 8 Le passif à court terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments composant 1 le passif à court terme Les dettes dont le montant

Plus en détail

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.23 J ai mon voyage inc. La société J'ai mon voyage inc., une agence de voyages, a été fondée le 1 er juillet 20-0 par Madame Dodo Michel. Le 20 juin 20-3, le comptable de l'entreprise

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC ÉTABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) SCHL Décembre 2014 Le Centre d administration

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Capital Desjardins inc.

RAPPORT ANNUEL. Capital Desjardins inc. RAPPORT ANNUEL Capital Desjardins inc. RAPPORT ANNUEL ANALYSE PAR LA DIRECTION Nous avons le plaisir de vous livrer le rapport financier de l'exercice terminé le 31 décembre. Capital Desjardins inc., filiale

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

TSX-V : SOI. TSX Croissance : SOI RESSOURCES SIRIOS INC. ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES POUR LA PÉRIODE DE 6 MOIS TERMINÉE LE 31 DÉCEMBRE 2007

TSX-V : SOI. TSX Croissance : SOI RESSOURCES SIRIOS INC. ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES POUR LA PÉRIODE DE 6 MOIS TERMINÉE LE 31 DÉCEMBRE 2007 TSX-V : SOI TSX Croissance : SOI RESSOURCES SIRIOS INC. ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES POUR LA PÉRIODE DE 6 MOIS TERMINÉE LE TABLE DES MATIÈRES RESSOURCES SIRIOS INC. Bilans 1. Résultats et déficit 2.

Plus en détail

9 Le passif à long terme

9 Le passif à long terme 9 Le passif à long terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments qui composent le passif à long terme 1 Les emprunts obligataires

Plus en détail

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015 Yvon Boisselle, CPA, CA Alain Girard, CPA, CA Jacques Renaud, CPA, CA Robert Brunelle, CPA, CA Robert Arbour, CPA, CA André Létourneau, CPA, CA Linda Leduc, CPA, CGA Serge Jacques, CPA, CA Félicienne Picard,

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

Présentation du cours de trésorerie

Présentation du cours de trésorerie Présentation du cours de trésorerie Chapitres étudiés : 1. Budget de trésorerie et BFR normatif 2. Environnement financier et bancaire de l entreprise 3. Gestion des liquidités en date de valeur 4. Instruments

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

ASSOCIATION DU CHEVAL ARABE 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL

ASSOCIATION DU CHEVAL ARABE 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2014 au 31/12/2014 Activité principale de l'association : ELEVAGE DE CHEVAUX ET D'AUTRES EQUIDES Nous vous présentons

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement - 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement Objectif(s) : o Capacité d'autofinancement et autofinancement. Pré-requis : o Connaissance de l'ebe et de la Valeur Ajoutée. Modalités : o Principes.

Plus en détail

CHAPITRE 5 Le passif

CHAPITRE 5 Le passif CHAPITRE 5 Le passif Problème 5.1 L existence et l estimation des éléments de passif a) Oui. La partie des articles que la boutique s est engagée à acheter crée un passif au 25 novembre 20X6, puisque ces

Plus en détail

Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers au 31 mars 2014

Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers au 31 mars 2014 Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21.

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21. CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS SIMILAIRES Valeur d'acquisition au terme de l'exercice... 8052P xxxxxxxxxxxxxxx 54.544 Acquisitions, y compris la production

Plus en détail

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE 1. OBJECTIF La politique de capitalisation et d amortissement sert à l identification et à la comptabilisation

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

L état des flux de trésorerie

L état des flux de trésorerie CHAPITRE 2 L état des flux de trésorerie 9 RECUEIL DE SOLUTIONS POUR ÉTUDIANTS CHAPITRE 2 LIBRAIRIE LACOSTE INC. chap. 2, n o 1 CHIFFRIER DE L ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE pour l exercice terminé le 31

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Contexte du présent carnet Chapitre 1 Le financement quand la propriété demeure familiale Le PDG de la PME devra un jour laisser sa

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Exercice 2.3. Conception J.A. inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.3. Conception J.A. inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.3 Conception J.A. inc Le 2 janvier 2001, Jérôme Anderson démarre sa propre entreprise Conception J.A. inc. Jérôme est un informaticien ayant accumulé plus de dix années d expérience

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Équivalents terminologiques : IASB et ICCA

Équivalents terminologiques : IASB et ICCA Équivalents terminologiques : IASB et ICCA Préparé par : Jocelyne Gosselin Sylvain Durocher Diane Bigras Danièle Pérusse Déni de responsabilité Tous les équivalents terminologiques contenus dans le présent

Plus en détail

SOCIÉTÉ SYLVICOLE D'ARTHABASKA-DRUMMOND INC.

SOCIÉTÉ SYLVICOLE D'ARTHABASKA-DRUMMOND INC. SOCIÉTÉ SYLVICOLE D'ARTHABASKA-DRUMMOND INC. ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 31 MARS 2007 Rapport des vérificateurs Aux actionnaires de SOCIÉTÉ SYLVICOLE D'ARTHABASKA-DRUMMOND INC. Nous avons vérifié le bilan

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003

ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR 1 ÉTATS FINANCIERS Résultats 2 Évolution

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels

Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels Introduction La mise en situation comprend 2 parties : I La détermination et l imposition du résultat II Les comptes de synthèse

Plus en détail

11 Les résultats et les bénéfices

11 Les résultats et les bénéfices 11 Les résultats et les bénéfices non répartis des sociétés par actions Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les résultats des sociétés par

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS par Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A Wise, Blackman SENCRL Évaluateurs d entreprises/juricomptables Montréal

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Portes et Fenêtres Design ltée 1

Portes et Fenêtres Design ltée 1 Portes et Fenêtres Design ltée 1 Le 15 janvier 2007, Robert Lemeilleur, président et chef de la direction de Portes et Fenêtres Design ltée (PFD) est sorti tout content de la réunion du conseil d administration.

Plus en détail

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'association : PROMOTION SPORTIVE ET ASSOCIATIVE Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

États financiers consolidés de. Trimestre terminé le 31 mars 2006 (non vérifié)

États financiers consolidés de. Trimestre terminé le 31 mars 2006 (non vérifié) États financiers consolidés de 1(:32573$571(56,1&20()81' Trimestre terminé le 31 mars 2006 1(:32573$571(56,1&20()81' Bilan consolidé (en milliers de dollars) 31 mars 2006 31 décembre 2005 $FWLI Actif à

Plus en détail

Les opérations courantes de l entreprise

Les opérations courantes de l entreprise Chapitre 4 Les opérations courantes de l entreprise Au terme de ce chapitre, vous saurez : 1. définir une opération courante ; 2. enregistrer comptablement un achat et une vente ; 3. définir les différentes

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2013 Rapport de l'auditeur indépendant Aux administrateurs de LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Nous avons effectué

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Le cadre théorique de la comptabilité

Le cadre théorique de la comptabilité CHAPITRE 1 Le cadre théorique de la comptabilité chap. 1, n o 1 a) Le postulat relatif à la personnalité de l entreprise et le principe du rapprochement des produits et des b) Le postulat relatif à l indépendance

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:21 PM Page 790 5. Le dividende en numéraire constitue la forme la plus courante de dividende. Il s agit d une distribution d argent aux actionnaires. Un certificat

Plus en détail

Rapport de mission d'examen 2. Résultats 3. Réserve 4. Bilan 5-6. Flux de trésorerie 7. Notes complémentaires 8-12

Rapport de mission d'examen 2. Résultats 3. Réserve 4. Bilan 5-6. Flux de trésorerie 7. Notes complémentaires 8-12 COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ DE SANTÉ DE PORTNEUF-SAINT-BASILE RAPPORT FINANCIER SOMMAIRE Rapport de mission d'examen 2 Résultats 3 Réserve 4 Bilan 5-6 Flux de trésorerie 7 Notes complémentaires 8-12 Renseignements

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

INTEMA'SOLUTIONS'INC.' ' États'financiers''' Intermédiaires''' POUR'LE'TROISIÈME'TRIMESTRE'TERMINÉ'LE'30'SEPTEMBRE'2013' (NON'AUDITÉS)''

INTEMA'SOLUTIONS'INC.' ' États'financiers''' Intermédiaires''' POUR'LE'TROISIÈME'TRIMESTRE'TERMINÉ'LE'30'SEPTEMBRE'2013' (NON'AUDITÉS)'' INTEMA'SOLUTIONS'INC.' ' États'financiers''' Intermédiaires''' POUR'LE'TROISIÈME'TRIMESTRE'TERMINÉ'LE'30'SEPTEMBRE'2013' (NON'AUDITÉS)'' 1 Avis au lecteur Les états financiers intermédiaires résumés d'intema

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Principes de comptabilité et de gestion financière

Principes de comptabilité et de gestion financière Commission de Développement Économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Principes de comptabilité et de gestion financière Les 25 et 26 janvier 2011 à Québec Plan de cours Présenté par :

Plus en détail

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014 États financiers de La Fondation du Grand Montréal Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats et de l évolution des soldes de fonds... 3 État de la situation financière... 4 État des flux

Plus en détail

Examen 2013. Matière d examen. Finances et comptabilité. Temps alloué: 120 minutes

Examen 2013. Matière d examen. Finances et comptabilité. Temps alloué: 120 minutes Berufsprüfung für Technische Kaufleute mit eidg. Fachausweis Examen professionnel pour les agents technico-commerciaux avec brevet fédéral Candidat-No... Nom: Prénom:.. Examen 2013 Matière d examen Finances

Plus en détail

- 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT. emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement.

- 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT. emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement. - 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT Objectif(s) : o Planification des investissements : Pré-requis : o Modalités : emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement. Connaissance

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011 Relatif au modèle abrégé d annexe des comptes annuels Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du

Plus en détail

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement 1. Les besoins de financement 2. Le cycle d'exploitation II Les moyens de financement A. Le financement des investissements A1. Les capitaux

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER RAPPOR T TRIMESTRIEL 30 SEPTEMBRE 1998 Message aux détenteurs de parts Au nom des Fiduciaires, des officiers et employés du Fonds de placement immobilier Cominar (le

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail