Portrait de situation d Antoine-Labelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Portrait de situation d Antoine-Labelle"

Transcription

1 Portrait de situation d Antoine-Labelle Avril 2011

2 Table des matières Introduction...3 Condition 1 Le développement et la diversification économique...5 La nécessaire diversification...5 L industrie forestière...11 L industrie agroalimentaire...18 L industrie récréotouristique...22 Le secteur du transport avancé...26 La culture entrepreneuriale...30 Les défis à retenir...32 Condition 2 Relève motivée et qualifiée...33 L offre de formation aux trois ordres d enseignement...33 Le bas niveau de scolarisation...35 La réussite éducative...37 Le besoin de relève...39 Les défis à retenir...41 Condition 3 Dynamisme de la communauté...43 Le territoire et population...43 La pauvreté et ses impacts...46 Un état de santé à améliorer...49 Le rôle essentiel des organismes communautaires...51 Les défis à retenir...58 Condition 4 Milieu de vie de qualité...59 Le logement...59 Le transport et les communications...61 L offre de sport, loisirs et culture...62 Les services de santé...64 Les défis à retenir...65 Condition 5 Mise en valeur durable de l environnement...67 Des ressources à préserver...67 La valorisation des déchets et le potentiel énergétique...71 Les défis à retenir...73 Condition 6 Leadership et participation citoyenne...75 L engagement dans les lieux de pouvoir...75 La participation à la vie démocratique...77 Les défis à retenir...79 Annexes...80 Les membres du comité de pilotage...80 Les personnes consultées...81

3 Introduction À l été 2010, les membres du comité de pilotage de la démarche collective «Voyons loin, agissons ensemble pour un développement durable» confiaient à l Institut pout le progrès socio-économique (IPSÉ) l importante mission de les accompagner dans ce projet participatif. Le but: faire émerger une vision d avenir commune et un plan d action concret et réaliste pour la réaliser, ceci en mobilisant le plus grand nombre d acteurs concernés. Pour atteindre cet objectif, il était essentiel de se doter d un portrait de situation actualisé et complet. C est sur cette base que seront élaborées par la suite, de concert avec tous les partenaires et les citoyens, des actions structurantes et concrètes pour améliorer la situation. Ainsi, au cours des derniers mois, l IPSÉ a entrepris une consultation sur le terrain afin de brosser un portrait du territoire, en faisant ressortir les forces et les faiblesses ainsi que les grands enjeux à maîtriser. Rappelons des étapes importantes de réalisation de ce portrait. Six conditions de succès essentielles Au départ, six conditions de succès ont été ciblées de concert avec le comité de pilotage : ces six conditions de succès sont essentielles pour assurer la revitalisation socioéconomique du territoire et, ce faisant, une meilleure qualité de vie aux citoyens. Ce portrait de situation présente le diagnostic de chacune de ces six conditions de succès. Ceci a permis de mettre en relief et de cibler les forces et faiblesses d Antoine-Labelle et de faire ressortir les défis les plus importants. Pour chacune des conditions, un principe fondamental est sous-jacent : le développement durable d Antoine-Labelle et on y a accordé une attention particulière, une attention qui devra se refléter d ailleurs dans le plan d action qui sera adopté à la fin de ce vaste processus de mobilisation. Dans la Loi sur le développement durable du Québec, on retrouve cette définition qui concrétise bien ce principe de durabilité : «Au Québec, le développement durable s entend donc d un 3

4 développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Le développement durable s appuie sur une vision à long terme qui prend en compte le caractère indissociable des dimensions environnementale, sociale et économique des activités de développement.» Cela signifie de repenser les rapports qu entretiennent les êtres humains entre eux et avec la nature dans une perspective globale où le partage équitable de la richesse prend tout son sens. La démarche Voyons loin, agissons ensemble pour un développement durable épouse donc ces objectifs du développement durable: Maintenir l'intégrité de l'environnement pour assurer la santé et la sécurité des communautés humaines et préserver les écosystèmes qui entretiennent la vie ; Assurer l'équité sociale pour permettre le plein épanouissement de toutes les femmes et de tous les hommes, l essor des communautés et le respect de la diversité ; Viser l'efficience économique pour créer une économie innovante et prospère, écologiquement et socialement responsable. La consultation préalable sur le terrain Dans le cadre de cette démarche, la consultation sur le terrain des intervenants et des citoyens était très importante. Cette approche a d abord permis de prendre le pouls des premiers et de mettre en relief des pistes de réflexion. Plus de 80 intervenants socioéconomiques ont participé à six tables rondes d une demi-journée, afin d approfondir l état de situation de chacune des six conditions de succès et d identifier de grands enjeux et défis pour la région. Cette consultation des intervenants a été suivie de cinq consultations citoyennes qui se sont déployées sur autant de territoire en février dernier : Rivière-Rouge (Vallée de la Rouge), Notre- Dame-de-Pontmain (pour la Lièvre Sud), Lac-des-Écorces (pour la Vallée de la Kiamika), Ferme- Neuve (pour la Lièvre Nord) et Mont-Laurier. Quelque 230 citoyens ont donné leur point de vue sur le portrait de situation et identifié plusieurs pistes d action qui pourront être discutés dans le cadre du grand Forum citoyen du 30 avril prochain. On retrouvera dans les pages qui suivent le portrait de situation qui nourrira la réflexion des participants. 4

5 Condition 1 Le développement et la diversification économique Dans la MRC d Antoine-Labelle, l objectif de la diversification reste entier dans un contexte de changement important sur le plan de l économie régionale. L industrie forestière vit une période d incertitude liée à l entrée en vigueur d un nouveau régime forestier dont on ignore encore l orientation précise sous plusieurs aspects. L arrivée en force de Forex sous contrôle américain qui détient les trois principales scieries régionales annonce également de grands chambardements sur un territoire qui a toujours fonctionné avec un réseau de petites et moyennes entreprises locales. Pendant ce temps, l industrie explore de nouvelles voies de transformation et la certification FSC ouvre des possibilités. L émergence de la notion de forêt de proximité qui s appuie sur un contrôle local et territorial progresse lentement dans l attente de précisions supplémentaires du régime forestier. Dans ce dernier cas, la MRC explore diverses voies de développement et se tient prête à toute éventualité. Par ailleurs, une stratégie d ensemble fondée sur le concept de la multifonctionnalité des ressources ne reçoit pas un appui unanime de la part des décideurs. Les deux autres piliers, l agroalimentaire et le récréotourisme sont dans des situations différentes. Le premier éprouve des difficultés et doit mettre l accent sur la transformation et la commercialisation. Le biologique offre une voie distinctive. Le deuxième se structure, mais cherche toujours le «grand projet» à travers les quatre pôles qui sont clairement déterminés. Il y a enfin une nouvelle voie qui s ouvre, celle du transport avancé qui ne reçoit pas non plus tout l appui qu il devrait. La culture d innovation et la synergie devront être renforcées. La nécessaire diversification Pour atteindre son plein potentiel de développement, la région d Antoine-Labelle doit prendre ses distances à l égard de son appellation de «région ressource» et adopter résolument une approche de diversification économique dans son sens le plus large, c est-à-dire passer par une reconversion de son tissu industriel afin d assurer le développement futur de son territoire. La reconversion ne signifie pas tourner le dos à son passé industriel pour ne prendre qu une seule nouvelle et unique voie d avenir, ni remplacer une industrie par une autre. Elle propose plutôt de rediriger les secteurs industriels existants vers des activités ou des créneaux à valeur ajoutée. La reconversion devient alors l élément actif de la diversification économique, diversification qui implique aussi d identifier des secteurs industriels entièrement nouveaux ouvrant de nouvelles perspectives d avenir. Voilà la véritable diversification économique. Une très légère amélioration de la diversification La plupart des régions ressources et des régions rurales qui dépendent fortement du secteur primaire sont confrontées à des objectifs de diversification économique, c est-à-dire qu elles doivent répartir leur population active dans plusieurs secteurs d activité industrielle ou économique. Cela leur permet d être moins vulnérables lors d une crise comme celle qui sévit depuis plusieurs années dans l industrie forestière québécoise. Une économie locale diversifiée a de meilleures chances d être stable et de prospérer. Qu en est-il exactement de l état de diversification économique dans la MRC d Antoine-Labelle? On peut l établir en utilisant l indice de concentration économique de Herfindahl, dont le nom provient de l économiste Orris C. Herfindahl, grand spécialiste des économies basées sur les ressources 5

6 naturelles. L indice est égal à la somme des carrés des parts d emploi de chaque branche d activité dans chaque collectivité. Ainsi, pour la MRC d Antoine Labelle, l indice qui était de 0,27 en 2001 est passé à 0,25 en 2006, une baisse qui signifie théoriquement que l économie régionale s est quelque peu diversifiée durant cette période. En effet, une augmentation de l indice signifie que l économie s est spécialisée ou concentrée davantage, alors qu une baisse signifie qu elle se diversifie. Le recensement de 2011 sera d ailleurs éclairant à cet égard. Il faut être prudent dans l interprétation de l évolution dans le temps de l indice, car on doit aussi prendre en considération le contexte économique et l évolution de la population active durant la même période. Le résultat des calculs est nécessairement influencé par la stagnation de l industrie forestière (tendance à la baisse) et, à l inverse, par l augmentation de la population active et du niveau de chômage. Dans le cas d Antoine-Labelle, nous pouvons conclure à une réelle amélioration de la base économique, si minime soit-elle, car l augmentation de la population active a compensé la baisse de l emploi dans le domaine des ressources. Lorsqu on utilise l indice de Herfindahl, aucune norme officielle définit avec précision une collectivité dite diversifiée ou, à l inverse, dite spécialisée, voire monoindustrielle. On convient généralement d un seuil de 0,20 pour départager les économies diversifiées et celles qui sont plus spécialisées. Il est alors intéressant de se mesurer par rapport aux autres collectivités rurales, celles qui sont non adjacentes à une région métropolitaine; l indice varie entre 0,09 pour les plus diversifiées et 0,36 pour les plus spécialisées. L objectif de la diversification reste entier Le premier objectif d Antoine-Labelle est nécessairement de se situer sous la barre du 0,20. L effort pour atteindre cet objectif n est pas le même pour toutes les municipalités qui forment la MRC. Les villes plus urbanisées doivent viser à atteindre le but plus rapidement que celles qui le sont moins ou qui sont plus éloignées de leur centre nerveux, par exemple. Les collectivités à l intérieur d une même MRC peuvent être près l une de l autre géographiquement parlant, mais elles ne partagent pas nécessairement les mêmes caractéristiques. Ainsi, dans Antoine Labelle, l indice de Ferme-Neuve (0,22) donne à penser que l emploi y est plus diversifié qu à Mont- Laurier (0,25) ou qu à Rivière-Rouge (0,27). Il faut donc reconnaître que le contexte régional ne suppose pas forcément des possibilités économiques semblables, pas plus qu il ne les limite. Ce serait plutôt l inverse. N importe laquelle des trois principales municipalités mentionnées ci-dessus pourrait agir comme levier dynamique du développement économique de la MRC. Il faut commencer par choisir le meilleur projet, celui qui aura un impact assuré en retombées économiques sur l ensemble du territoire, celui qui rejaillira sur l ensemble du territoire, quelle que soit sa provenance géographique. Il faut certes éviter l éparpillement. La communauté et les autorités locales doivent d abord identifier un projet porteur, tous secteurs confondus, celui qui offre le meilleur levier à long terme. «Un pour tous et tous pour un», pourrait-on dire. Ceci étant dit, les trois secteurs phares de l économie ne doivent surtout pas être mis de côté, bien au contraire. Si l on veut atteindre un bon seuil de diversification, il faut maintenir et accroître l emploi dans les autres secteurs d activité, sinon les efforts déployés sur un seul secteur conduiront à concentrer l économie, ce qu il faut éviter à tout prix. Les trois secteurs phares de l économie, soit la forêt, l agriculture et le récréotourisme, doivent être partie prenante des efforts de diversification ou de reconversion vers des créneaux à valeur ajoutée. 6

7 Finalement, il est sage de regarder à l horizon et de choisir un créneau innovateur, qui ne manquera pas d étonner parce que sortant des sentiers battus. Il suscitera possiblement la perplexité, voire le rejet au premier abord. Il y a là, certes, des efforts à consentir pour rallier tout le monde à cette nouvelle voie de développement. Dans le cas présent, le choix du transport avancé est fort intéressant à plusieurs égards, comme nous le verrons un peu plus loin. En somme, la diversification et la création de valeur sont intimement liées. On diversifie en créant de la valeur dans des domaines existants, et on crée de la valeur en se diversifiant vers de nouveaux secteurs. La revitalisation d une économie régionale se fonde à la fois sur la base de la reconversion et d un virage économique ou industriel. En fait, il s agit de savoir moderniser les secteurs existants, tout en explorant constamment de nouvelles avenues. Le caractère de région ressource Les données sur l emploi selon les secteurs industriels permettent de qualifier l activité économique du territoire. Les personnes en emploi habitant la MRC d Antoine-Labelle se répartissaient dans les secteurs d activité suivants : 7,8 % dans le secteur primaire, 16,2 % dans le secteur secondaire et 75,9 % dans le secteur tertiaire. (Voir le tableau à la page suivante.) À l instar des économies occidentales, le secteur tertiaire est prédominant dans la MRC. Rappelons que les données portent sur le nombre de personnes en emploi peu importe leur lieu de travail. Comme nous le verrons un peu plus loin, plusieurs personnes exercent leur emploi à l extérieur de la MRC, voire hors de la région. Certains secteurs d activité sont davantage concernés par cette réalité. Secteur primaire Le caractère de région ressource de la MRC d Antoine-Labelle s observe par le fait que personnes (7,8 %), sur un total de personnes en emploi dans la région, travaillent dans le secteur des ressources naturelles. L importance du secteur primaire est largement supérieure à ce qui prévaut dans la région des Laurentides (1,9 %) ou dans l ensemble du Québec (2,7 %). La forte présence des ressources naturelles dans la MRC d Antoine-Labelle découle non seulement de l activité forestière, mais également de l agriculture. Souvent occultée par l activité forestière, cette dernière génère à peu près le même nombre d emplois dans la région que la foresterie. En proportion, la MRC génère deux fois plus d emplois en agriculture que dans l ensemble du Québec, ce qui confère une importance réelle à ce créneau sur le territoire. Reste toutefois qu en termes relatifs, ces deux secteurs demeurent moins importants en nombre d emplois tant dans la région des Laurentides que dans l ensemble du Québec, par rapport aux emplois regroupés dans les secteurs secondaire et tertiaire. Secteur secondaire Lors du dernier recensement, personnes en emploi habitant la MRC d Antoine-Labelle (16,2%) travaillaient dans le secteur secondaire, soit plus du double du secteur primaire. Cette part était toutefois moins importante dans la MRC que dans la région des Laurentides (21,7 %) et dans l ensemble du Québec (19,5 %). Concernant la fabrication, ce sont évidemment les usines de première transformation du bois (945 emplois) qui sont prédominantes. Avec une part de 6,5 % de la main-d œuvre locale, elles se trouvent loin devant la transformation alimentaire (220 emplois), soit seulement 1,5 % du total des emplois. C est ainsi que la foresterie prend son importance : elle génère plus d emplois directs tous secteurs confondus (primaire, secondaire, tertiaire) que l agriculture. Selon une étude d ÉcoTec publiée en 2004, soit avant la crise forestière, 128 entreprises avaient été identifiées dans le domaine, générant un peu plus de emplois directs. Évidemment, ces derniers chiffres sont très certainement moindres aujourd hui, mais le secteur forestier demeure néanmoins prédominant. 7

8 Tableau 1.1 Emplois et entreprises selon le secteur industriel, 2006, MRC d Antoine-Labelle MRC d Antoine-Labelle Le Québec Emplois Entreprises Emplois Part du Nombre Part du Nombre Variation Nombre total des moyen total des d emploi d entreprises emplois d'employés emplois (n) (%) (%) (n) (n) (%) Secteur primaire ,8 37, ,0 2,7 Agriculture 475 3,3 69,6 88 5,4 1,7 Foresterie/exploitation forestière 415 2,9 13,7 69 6,0 0,3 Soutien agriculture/foresterie 140 1,0 40,0 ** ** 0,2 Extraction minière 85 0,6 13,3 5 17,0 0,4 Secteur secondaire ,2 4, ,0 19,5 Construction 895 6,2 40, ,3 5,0 Fabrication aliments et boissons 220 1,5-25, ,0 1,9 Fabrication de produits en bois 945 6,5-16, ,1 1,2 Impression et activités connexes 80 0, ,0 0,7 Transformation des métaux 75 0, ,0 1,9 Fabrication de matériel transport 35 0, ,8 1,3 Fabrication de meubles 40 0, ,3 1,0 Secteur tertiaire (services) ,9 18, ,0 77,8 Commerce de gros et de détail ,7 5, ,0 16,4 Transport et entreposage 785 5,4 17, ,7 4,6 Services financiers et immobiliers 455 3,1 19,7 63 7,2 5,5 Services professionnels, scientifiques et techniques 420 2,9 44,8 67 6,3 6,4 Gestion d'entreprises, services administratifs et autres 340 2,3 83,8 39 8,7 3,6 Services d'enseignement 935 6,4 21, ,8 7,0 Soins de santé/assistance sociale ,1 19, ,7 11,6 Information, culture et loisir 355 2,4 9, ,1 4,4 Hébergement et restauration ,6-3, ,0 6,1 Administration publique 905 6,2 57, ,3 6,3 Ensemble des secteurs ,0 16, ,7 100,0 Source : Recensement de 2006, Statistique Canada. L industrie de la construction est aussi particulièrement présente sur le territoire, accaparant 6,2 % des personnes en emploi. La région d Antoine-Labelle n enregistre pourtant qu une faible croissance démographique. La poussée immobilière dans la MRC des Laurentides, au sud, comme l émergence de la villégiature sur le territoire expliquent sûrement en partie cette donnée. Secteur tertiaire Comme dans l économie nationale, l industrie des services occupe aussi la place la plus importante dans l économie locale. Plus des trois quarts des personnes en emploi ( personnes) dans la MRC d Antoine-Labelle travaillent en fait dans l industrie des services. 8

9 Parmi les principaux employeurs, on retrouve au premier rang le secteur du commerce de détail (16,7 %), plus important en nombre d emplois (2 425) que le secteur secondaire (2 360) au grand complet. Vient ensuite le domaine de la santé et des services sociaux (15,1 %), comprenant une bonne partie de l économie sociale ainsi qu un certain nombre d activités des organismes communautaires. On trouvera d ailleurs des précisions sur l apport essentiel des organismes communautaires dans l emploi et ce faisant sur leur rôle trop souvent oublié dans le développement de l économie régionale (voir Condition 3, Dynamisme de la communauté, page 51). Les services d hébergement et de restauration (7,6 %), d enseignement (6,4 %) et de transport et d entreposage (5,4 %) sont également très présents. Le rôle de capitale régionale de Mont-Laurier fait en sorte que la fonction publique et le domaine institutionnel y sont assez présents. On trouve en effet plus de 900 emplois (6,2 %) dans l administration publique, un nombre presque aussi important que dans l enseignement. Les trois secteurs phares de l économie Depuis très longtemps, trois secteurs d activité économique sont prédominants dans l économie de la région. Ils sont liés, de près ou de loin, à la présence de richesses naturelles sur le territoire : la forêt, les terres agricoles, l eau et les paysages. Tableau 1.2 Emplois des trois industries phares (tous secteurs combinés), MRC d Antoine-Labelle Secteurs primaire et secondaire (n) (%) (n) (%) (n) (%) combinés Bois et forêt , , ,3 Agroalimentaire 375 5, , ,0 Récréotourisme (1) 480 7, , ,0 1 Le récréotourisme comprend le secteur de l hôtellerie et restauration ainsi que celui de l information, culture et loisir Source : Recensements de 1971, de 1991 et de 2006, Statistique Canada. Surtout connue pour son industrie du bois et sa foresterie, la MRC d Antoine-Labelle a toujours eu un caractère agricole important et une base récréotouristique croissante. Depuis plus de 40 ans, un équilibre relatif existe entre les trois secteurs, celui du bois et de la foresterie étant le plus sensible à la conjoncture économique. Sa part de l emploi localisé fluctue effectivement à travers les années. En 1971, ce secteur employait un peu plus d un millier de personnes, ce qui représentait alors 16,0 % des emplois. Après une légère baisse durant les années 1990, le nombre d emplois a grimpé à près de dans ce secteur en 2006, ce qui représentait 10,3 % des emplois sur le territoire. Le secteur agroalimentaire est peut-être le moins connu des secteurs phares de l économie locale. On qualifie très rarement la région d Antoine-Labelle de région agricole. Pourtant, le secteur des fermes et de la transformation des aliments emploie plus de 700 personnes, soit 5,0 % de tous les emplois sur le territoire. Et cette part est relativement constante depuis longtemps. En 1971, les 375 personnes que ce secteur employait représentaient une part similaire du total des emplois, soit 5,6 %. Le secteur récréotouristique prend quant à lui une place de plus en plus importante dans l économie régionale. De 480 emplois en 1971, il est passé à en Sa part s est accrue, passant de 7,1 % du total des emplois à 10,0 % au cours de la même période. Le secteur récréotouristique est donc presque devenu aussi important que le secteur du bois et de la foresterie dans la région au chapitre de l emploi. En termes de revenu, le secteur du bois et de la foresterie demeure toutefois plus important. La valeur ajoutée dans le secteur récréotouristique est plus limitée. 9

10 Les indices de dévitalisation s améliorent Trois municipalités d Antoine-Labelle sont parmi les plus dévitalisées du Québec (-5,0) selon les données du recensement de 2006 et sont de ce fait reconnues par les autorités du ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire (MAMROT) dans le cadre du Plan d action gouvernemental à l intention des municipalités dévitalisées. Il s agit d une nette amélioration comparativement à 2001 alors que neuf municipalités affichaient alors une forte dévitalisation. L indice de dévitalisation (ou de développement) est calculé dans le tableau ci-dessous à partir des données des trois derniers recensements. Il comprend sept variables : 1) l évolution de la population, 2) le taux de chômage, 3) le taux d emploi,4) le % de transferts gouvernementaux, 5) la prévalence de faible revenu, 6) le revenu moyen, 7) le % de la population sans diplôme secondaire. Tableau 1.3 Les indices de dévitalisation (de développement) de la MRC d Antoine-Labelle Municipalités Évolution 2001/2006 Sainte-Anne-du-Lac -7,68-4,67-9,21 Recul marqué L'Ascension -5,64-6,10-7,23 Recul léger Lac-du-Cerf -6,89-7,50-6,11 Amélioration Notre-Dame-de-Pontmain -4,30-6,73-4,92 Amélioration Notre-Dame-du-Laus -6,31-6,05-4,06 Amélioration Rivière-Rouge -2,31-2,93-3,37 Recul léger La Macaza -2,35-3,31-3,33 Sans changement Ferme-Neuve -5,01-3,44-3,25 Sans changement Mont-Saint-Michel -10,09-6,75-3,22 Amélioration Kiamika -0,60-5,57-2,18 Amélioration Chute-Saint-Philippe -8,31-5,81-1,76 Amélioration marquée Lac-des-Écorces -3,13-3,47-1,13 Amélioration Lac-Saguay -10,60-8,03-0,75 Amélioration marquée Mont-Laurier -1,6-2,39-0,29 Amélioration Lac-Saint-Paul -14,68-7,13 +0,05 Amélioration marquée Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles -2,53-2,93 +1,34 Amélioration marquée Nominingue +0,25-2,97 +1,61 Amélioration marquée Source : Direction du développement rural, MAMROT, d après les recensements 1996, 2001, 2006, Statistique Canada Onze municipalités du territoire sont classées légèrement à moyennement dévitalisées ayant un indice de développement négatif. Seulement trois municipalités montre un résultat positif de développement se retrouvant dans le groupe des faiblement vitalisées. Les pages qui suivent passent en revue les trois secteurs phares de l économie ainsi que le nouveau créneau en émergence, le transport avancé. Tous des leviers essentiels à la relance de la région. 10

11 L industrie forestière L industrie forestière dans la région d Antoine-Labelle a toujours progressé selon une logique d innovation. Elle a même créé plus d un précédent non seulement sur le plan industriel, mais aussi sur celui de l environnement. Heurtée de plein fouet par une crise structurelle, elle doit affronter de nouveaux défis qui ne seront pas nécessairement des plus faciles à relever, mais qui peuvent s avérer stimulants et rentables à moyen terme. D ailleurs, la MRC d Antoine-Labelle a une longue histoire d initiatives innovantes et originales en matière de foresterie durable. La fabrication de produits en bois et la foresterie ont presque toujours été intégrées l un à l autre. Du temps du régime des concessions, comme de celui des contrats d approvisionnement et d aménagement forestier (CAAF), les opérations de récolte et de mise en valeur de la forêt publique ont toujours été la responsabilité des usines de transformation elles-mêmes. Les activités forestières étaient accomplies directement par ces entreprises ou par leurs sous-contractants. L avantage de cette forme d intégration aura été de lier directement les activités de transformation du territoire aux ressources forestières qui s y trouvent. C est de cette façon que la région d Antoine- Labelle a réussi à se bâtir un tissu d entreprises indépendantes, de petite ou de moyenne taille, dont les activités sont liées essentiellement à la transformation du bois plutôt qu à la production des pâtes et papiers. Les usines de première transformation du bois de la région fabriquent des produits de scierie et de rabotage, des portes, châssis et autres bois travaillés, des armoires et placards de cuisine, des bâtiments préfabriqués et des charpentes de bois, des panneaux agglomérés, du bois d œuvre et autres panneaux. Elles font aussi du déroulage et de la préservation du bois. Une industrie dans la tourmente Depuis 2004, l industrie vit une crise importante. L effondrement du marché immobilier américain, la crise financière et la récession ont entraîné des fermetures d usine et des pertes d emploi importantes dans la région. Le raffermissement de la compétition internationale sur le marché du bois est aussi un facteur structurel important. Plusieurs piliers du secteur forêt ont dû se résoudre à la faillite avant d être rachetés. C est le cas de l entreprise centenaire Max Meilleur et Fils de Ferme-Neuve, acculée à la faillite en avril 2010 par le créancier principal qui a refusé la proposition de règlement soumise par le syndic de faillite. Ceci a pavé la voie au rachat de la scierie Meilleur en août 2010 par le Groupe Forex (famille Cossette) de Montréal, groupe qui appartient depuis août 2000 au géant américain Louisiana-Pacific de Nashville, une entreprise spécialisée dans les produits de construction ayant réalisé l an dernier un chiffre d affaires consolidé de 1,4 milliard $. Quelques jours plus tard, c est au tour de la scierie de résineux Henri Radermaker et Fils de subir un sort semblable. L entreprise de Rivière-Rouge, secteur Sainte-Véronique, passe elle-aussi sous le contrôle du Groupe Forex après une faillite. Même si dans la région, on continue de parler de la famille Cossette comme du nouveau propriétaire plutôt que de Forex, il faut se rendre à l évidence : les décisions qui seront prises par Forex ne seront pas fondées sur des considérations locales ou régionales. Le rendement financier devient l unique critère décisionnel. L avenir ultime des deux principales scieries de résineux d Antoine-Labelle se trouve désormais entre des mains américaines situées dans l État du Tennessee. Par ailleurs, le Groupe Forex vient de se porter acquéreur de la principale créance de Bois Nobles Ka N Enda, créance de 1,7 million $ détenue par la Caisse centrale Desjardins. Le Groupe Forex prend ainsi une option sérieuse sur le rachat éventuel de Bois Nobles Ka N Enda, supplantant par le 11

12 fait même Commonwealth Plywood, l un des plus importants transformateurs de feuillus au Québec, qui avait aussi l œil sur la scierie de Mont-Laurier. Cette dernière se spécialise dans les opérations de sciage, de déroulage et de mise en copeaux de feuillus. On se souvient qu en décembre 2007, un groupe d investisseurs privés, soutenu notamment par différentes composantes du Mouvement Desjardins ainsi que par le Fonds de solidarité de la FTQ et Investissement Québec, avait donné l espoir d une relance de la nouvelle entreprise Bois Nobles Ka N Enda employant une soixantaine de personnes. Trois ans plus tard, l entreprise doit se mettre sous la protection de la Loi sur la faillite. Aujourd hui, il semble acquis que Forex va accroître une fois de plus sa mainmise sur l industrie forestière d Antoine-Labelle. Ces prises de contrôle successives des opérations de transformation du bois dans la MRC par le puissant Groupe Forex viennent bouleverser de fond en comble la structure industrielle de la région dans le secteur du bois et de la foresterie. La page qui vient d être tournée met fin irrémédiablement à l ancienne structure de producteurs indépendants qui faisait jadis l orgueil d Antoine-Labelle. À moins d un revirement inattendu, il semble que le Groupe Forex va bel et bien se retrouver dans une situation de monopole à l égard des nombreux petits producteurs de la région, pour la plupart propriétaires de fermettes, qui travaillaient jusqu à maintenant en complémentarité avec les trois scieries indépendantes d Antoine-Labelle. Voudra-t-on maintenir cette toile d araignée? Comme tout changement en profondeur, la situation actuelle en inquiète plusieurs dans la région. Voilà une autre incertitude qui, s ajoutant à celle de l entrée en vigueur prochaine d un nouveau régime forestier, vient perturber le futur de l industrie forestière régionale. Un réseau d innovation Pour sortir de la crise et traverser cette période de grands chambardements, l industrie locale peut compter sur un réseau d innovation qui s est développé au fil des ans. Le Centre de formation professionnelle Mont-Laurier offre un ensemble de formations liées à la foresterie et à la transformation du bois. Le Réseau d innovation et d expérimentation opérationnelle Forêt (RIE-Forêt) permet aussi de structurer l innovation sylvicole et la gestion par projet des activités d aménagement et d approvisionnement forestiers sur le territoire. Les acteurs locaux jouissent également d une organisation vouée au renouvellement d une relève dans le secteur forestier : la Table Forêt Laurentides. Le réseau d innovation pourra également miser sur les résultats du projet Le Bourdon, dont les objectifs sont énoncés en détail dans la condition «Mise en valeur durable de l environnement». On trouve sur le territoire de la région administrative des Laurentides la présence d un créneau d excellence ACCORD dédié à «l utilisation et à la transformation de la forêt mixte : produit à valeur ajoutée». Comme on sait, le programme ACCORD (Action concertée de coopération régionale de développement) a été mis en place par le ministère du Développement économique, de l Innovation et de l Exportation pour identifier les forces régionales et miser sur la recherche de l excellence dans les secteurs clés du Québec. Il favorise le regroupement de gens d affaires et d entrepreneurs d une même région, qui ont une vision commune de leur secteur d activité et qui définissent une stratégie à long terme pour le mettre en valeur. Dans le cas présent, la mission du créneau ACCORD est d introduire le maximum d innovations possibles de l arbre jusqu au marché dans le but d optimiser l utilisation du bois. Il a permis la mise sur pied de Signature Bois Laurentides, dont le siège social se situe à Mont-Laurier. Cet organisme sans but lucratif rassemble 23 entreprises qui souhaitent jouer un rôle plus actif dans le développement de l industrie forestière de la région. Son objectif principal est de commercialiser une signature pour les 12

13 produits ligneux de qualité en provenance des forêts feuillues et mixtes du territoire, et qui témoigne de leur contribution au développement durable. Le marché privilégié pour les nouveaux débouchés est celui des structures de bâtiments commerciaux et institutionnels. Pour arriver à percer ce marché, il faut mettre en place un maillage efficace avec des firmes d architecture, de génie et des entrepreneurs en construction. Il faut également pouvoir compter sur un certain support politique pour amener la réglementation à changer et faciliter la construction de structures commerciales et institutionnelles en bois. Il serait également cohérent que les gouvernements locaux donnent l exemple en modifiant leurs propres règlementations et en optant pour des structures en bois dans la construction de leurs bâtiments institutionnels. La certification FSC Au cours des dernières années, l un des principaux développements de l industrie de la foresterie et de la transformation du bois sur le territoire est l obtention de la certification du Forest Stewardship Council (FSC) pour une part importante (85 %) de la forêt locale appartenant au domaine public. Cette certification permet d attester que les pratiques forestières respectent les grands principes du développement durable. Il s agit de la norme la plus exigeante de certification reconnue mondialement. La MRC d Antoine-Labelle détient actuellement la superficie de forêt publique certifiée FSC la plus importante au Québec. Le Forest Stewardship Council (FSC) est une organisation non gouvernementale (ONG) sans but lucratif qui a été créé en 1993 par un groupe représentatif de diverses organisations provenant de 25 pays. Ces organisations comprennent des groupes environnementaux, sociaux, de commerce du bois et du secteur industriel forestier. Le FSC a développé des principes et des critères de gestion forestière qui déterminent ce qui constitue une bonne gestion forestière. Les forêts dont la gestion est évaluée de façon indépendante et qui se conforment aux normes établies peuvent être certifiées comme bien gérées selon le FSC. Il s agit d un potentiel intéressant pour la reconnaissance du savoir-faire local et pour la mise en valeur du bois récolté sur le territoire. Cela ouvre également la porte à de nouvelles perspectives d affaires. Parmi les clients de l industrie du bois, on retrouve de plus en plus de joueurs majeurs, comme IKEA ou Home Depot, qui exigent qu un certain volume de bois soit certifié parmi leur inventaire. Leurs fournisseurs sont ainsi amenés à se démarquer sur le plan de la qualité de leurs pratiques d aménagement, et non plus seulement en matière de prix. Il s agit là d un changement de paradigme pour lequel les entreprises locales ont déjà un positionnement avantageux. Malheureusement, pour l instant, certaines entreprises par où le bois certifié transite tardent à entreprendre le processus de certification (chaîne de traçabilité), compte tenu des coûts et des contraintes que cela exige : on n y voit pas encore suffisamment de retombées concrètes. Pourtant, au-delà du fardeau supplémentaire occasionné, il y a une réelle opportunité de se positionner sur les marchés de consommation. Des efforts de sensibilisation devraient d ailleurs viser à mettre en lumière ces atouts. Un nouveau régime forestier À partir de 2013, la forêt située sur le territoire public de la MRC d Antoine-Labelle sera soumise à un nouveau régime forestier. Il s agit là d un changement majeur en matière de gestion de la forêt publique. Toute la gestion et la planification seront désormais dévolues à l État. Les détenteurs actuels de CAAF bénéficieront d approvisionnements garantis, mais une partie considérable des volumes devrait être vendue à l enchère (25 %). Ce pourcentage a été avancé par la ministre des Ressources naturelles et de la Faune, mais il n apparaît nulle part dans les documents officiels. 13

14 Ce 25 % soulève bien des interrogations. D aucuns se demandent tout simplement s il ne s agit pas d un leurre. En effet, l exploitation de la ressource forestière exige des connaissances particulières et une capacité financière qui n est pas donnée à tout le monde. On craint donc que ce 25 % profite davantage aux entreprises organisées qui viendront de l extérieur de la région, ou encore à des entreprises, également de l extérieur, qui ont acquis des entreprises locales. L impact sera majeur sur l industrie. Pour la première fois de l histoire, les entreprises de transformation du bois seront déconnectées de la gestion de la ressource. La foresterie fonctionnera de façon indépendante et sous la responsabilité de l État. De l avis de plusieurs intervenants forestiers d Antoine-Labelle, cette stratégie gouvernementale dans son ensemble n est pas adaptée à une forêt mixte du type de celle des Hautes-Laurentides, où le feuillu est dominant. Elle a été davantage conçue pour la forêt boréale. Plusieurs acteurs de la région craignent que le nouveau régime forestier entraîne une gestion de la forêt à partir de l extérieur de la région. Signature Bois Laurentides a déposé un mémoire dans le cadre des consultations publiques portant sur la stratégie d aménagement durable des forêts (SADF). Les «commentaires» présentés au ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) en janvier 2011 s attardent tout particulièrement aux aspects de gouvernance du nouveau régime forestier et au maintien de l expertise développée en région. Le ministère admet que «les connaissances sont essentielles à l aménagement durable des forêts» et il identifie certains domaines de recherche qui vont de l état et du fonctionnement des écosystèmes à la fabrication des produits issus de la forêt ( ). Le document de travail du MRNF identifie les organismes de recherche comme étant ceux qui génèrent les connaissances. Il limite le rôle des praticiens et des utilisateurs de la forêt à l identification des besoins. Cet aspect est d autant plus préoccupant qu il n y a pas de centre de recherche, ni d université, dans les Laurentides comme c est le cas par exemple en Abitibi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean ou en Outaouais. «Or, souligne le mémoire, la qualité des travaux menés dans la région des Laurentides et la pertinence des résultats obtenus démontrent, d une part, que les chercheurs ont intérêt à travailler en étroite collaboration avec les professionnels et les gestionnaires qui œuvrent sur le terrain et que, d autre part, il est important que les professionnels et les gestionnaires terrain puissent mener des activités d innovation et d expérimentation opérationnelle qui améliorent leurs pratiques et enrichissent les travaux menés par les chercheurs.» Les deux questions que pose alors Signature Bois Laurentides vont de soi : Quelles sont les conditions que le MRNF compte mettre en place pour que des activités d innovation et d expérimentation opérationnelle puissent continuer de s exercer sur le terrain? Comment compte-t-il s y prendre pour s assurer que les connaissances développées dans la région des Laurentides contribuent à la mise en œuvre de la SADF? Autrement dit, l engagement de tous demandé par le gouvernement doit s étendre au domaine de l acquisition et du partage des connaissances. Les réponses vont être déterminantes. La nécessité d un cadre de gestion Si le partage des connaissances est un élément crucial de la prise de décisions éclairées, la mise en place d un cadre de gestion du développement durable l est tout autant. «Or, remarque-t-on, la stratégie gouvernementale ne fait référence à aucune étude d impact économique pour les communautés locales et pour la structure industrielle régionale existante. Elle ne fait pas non plus référence à une évaluation des ressources humaines et financières qui devront être mobilisées pour sa mise en œuvre.» 14

15 La question qui se pose est cruciale pour les travailleurs œuvrant en foresterie, pour les entreprises qui s approvisionnent sur le territoire forestier public et pour les communautés locales qui sont directement concernées par ces choix. On se demande comment le ministère compte intégrer les préoccupations de maintien du niveau des activités économiques reliées à la sylviculture et celles du maintien d un approvisionnement adéquat des usines en fonction de la catégorie des produits qu elles transforment, à la planification forestière tactique et opérationnelle? Ces deux types de question reflètent un enjeu majeur pour l avenir de l industrie et, bien sûr, pour celui du régime. Il est évident qu une perte d expertise locale pourrait en résulter, à moins que le gouvernement ne remette la gestion de la forêt publique aux communautés locales par l intermédiaire des MRC, lesquelles pourront s adjoindre les experts forestiers locaux. La gouvernance demeure un enjeu majeur, car les acteurs locaux, surtout en tenant compte de l historique d Antoine-Labelle, doivent continuer de jouer un rôle actif dans la gestion de la forêt. L établissement de pratiques innovantes doit nécessairement être lié aux possibilités de transformation qui existent sur le territoire. Le nouveau régime forestier ouvre également la porte au marchandage du bois. Le lien qui existe entre les usines de transformation et la gestion des ressources étant rompu, les volumes de bois récoltés sur le territoire deviendront plus mobiles. Plutôt que d être garantis aux usines locales, ils pourront être transportés plus aisément à l extérieur de la région. Il y a donc là un risque également pour les entreprises locales de transformation. Seules les usines les plus efficaces pourront s approprier les volumes de bois supplémentaires. On craint, non sans raison, que le gouvernement aura de la difficulté à intégrer les aspects particuliers demandés par les régions dans son modèle de gestion. La stratégie d aménagement est certes un élément important, mais le futur règlement d application de la stratégie l est tout autant, sinon plus encore. Après avoir tenu une consultation publique du 12 octobre 2010 au 28 janvier 2011 sur la stratégie dans son ensemble, le gouvernement vient d entreprendre (en mars 2011) une phase de consultations régionales, cette fois sur les aspects opérationnels de la stratégie. Un premier rapport sur les résultats de la consultation publique devrait être publié au cours du printemps Reste donc à savoir, au moment de produire le présent document, vers quoi tout cela conduira précisément l industrie forestière dans Antoine-Labelle. On prévoit que la stratégie d aménagement durable des forêts entrera en vigueur en Le concept de forêt de proximité Dans ce contexte politique en pleine transformation apparaît aussi le concept de «forêt de proximité». Ce dernier est mentionné dans la stratégie d aménagement durable du gouvernement sans y être défini de façon très précise. Il ne s agit pas d un concept nouveau, car il existe déjà plusieurs expériences en ce domaine au Québec : certaines ont pris leur envol dans la foulée du mouvement coopératif, d autres ont vu le jour à partir d un concept similaire lancé au début des années 1990 : la «forêt habitée». Le concept demeure flou, car il n y a jamais eu de loi ou politique réellement établies par le gouvernement en cette matière que Solidarité rurale du Québec (SRQ) nomme la «foresterie communautaire». Mentionnons que cette coalition, formée d une vingtaine d organismes nationaux et d une centaine d organisations régionales, a pour mission la promotion de la revitalisation et du développement durable du Québec rural. SRQ a d ailleurs publié récemment le Guide sur la foresterie communautaire, un document unique et démystifiant qui recense les nombreuses expériences québécoises en la matière. 15

16 Mais où se situe la forêt de proximité? Dans son rapport soumis en 1996, le groupe de travail interministériel sur la forêt habitée a proposé ce concept pour l ensemble des territoires municipalisés ainsi que pour 10 à 15 % du territoire sous CAAF à cette époque. Le gouvernement a déjà adopté une politique permettant aux MRC, principalement, d assurer la responsabilité des lots intramunicipaux, soit des lots épars de terres publiques au sein des limites municipales non régies par les CAAF. La MRC d Antoine-Labelle a signé une telle entente en mai 2000, laquelle a été renouvelée au début de 2006 jusqu à l entrée en vigueur du nouveau régime en La responsabilité de la MRC est de «planifier, en concertation avec l ensemble des intéressés, l aménagement intégré du territoire public intramunicipal (TPI) en vue d une utilisation polyvalente et d une mise en valeur harmonieuse des potentiels et des possibilités de développement qu il présente». Dans Antoine-Labelle, la superficie totale actuelle atteint quelque hectares. L inventaire multiressource fait état d une possibilité annuelle de coupe de plus ou moins m3 de bois et un potentiel acéricole de entailles. On mentionne également plusieurs autres ressources à explorer comme les champignons, les petits fruits, les plantes médicinales, la sève de bouleau, le ginseng, etc. Les TPI recèlent également une faune variée et abondante. Même si la MRC d Antoine-Labelle se montre prudente quant au potentiel réel des TPI, elle a néanmoins pris son rôle de planification à cœur en réalisant plusieurs projets. Depuis 2001, on a récolté près de m 3 de feuillus et environ m3 de résineux, ce qui a dégagé des revenus de plus de 4 millions $. Ces revenus ont été versés dans un Fonds TPI et partiellement réinvestis dans des projets sur les TPI. Parmi les projets développés avec, dans certains cas, des tentatives de commercialisation, on trouve : une pouponnière de plantes de rive pour répondre à la problématique de la dégradation des rives; la culture intensive d arbres sur courte rotation pouvant servir notamment de murs antibruit; la fabrication de panneaux MDF en collaboration avec l usine Uniboard de Mont-Laurier; le reboisement avec des boutures de saule, dont la première récolte est prévue cette année; l exploitation acéricole (5 permis) de 164 hectares ( entailles sur les potentielles); l inventaire des produits forestiers non ligneux (plantes comestibles, huiles essentielles, noix); la mise en disponibilité de lots de villégiature avec construction de routes et électrification; une étude sur le potentiel des TPI, dont les conclusions devraient être connues prochainement. Certains de ces projets ont été abandonnés (Uniboard), se sont révélés plus longs à réaliser (boutures de saule), ont été ralentis par l instauration d un contingentement (acériculture), ou se sont avérés plus difficiles à réaliser compte tenu du manque d expertises spécifiques (agriculture). Cependant, il faut reconnaître que la MRC se tient prête à développer la forêt de proximité si jamais celle-ci devient un enjeu majeur intégré dans la mise en application du prochain régime forestier. Tant que la situation ne sera pas plus claire, on préfère se montrer prudent à l égard des potentiels réels. Même si certains tenants du modèle de foresterie traditionnelle n y croient guère, on continue malgré tout d explorer le domaine des produits forestiers alternatifs (PFA), expression qui remplace désormais l ancienne appellation «produits forestiers non ligneux» (PFNL). En agroforesterie, par exemple, soulignons la production de champignons, de plantes sauvages comestibles, de bleuets; en pharmacologie, les extraits d écorce (notamment celle du saule, dont on connaît les effets analgésiques). On trouve aussi des initiatives intéressantes dans le domaine de la forêt récréative, notamment la mise en valeur de la rivière Rouge (canot-camping) et la réalisation de sentiers pédestres. Mentionnons également l entreprise Aventure Quatre Saisons, même si son point d ancrage se trouve à Labelle, juste à l extérieur de la MRC d Antoine-Labelle. On y offre des séjours de canot-yourte 16

17 (tente mongolienne) et de kayak-yourte, ainsi que des descentes en rafting à partir de Labelle sur une distance de 27 kilomètres à travers les méandres de la rivière Rouge. L intérêt de l approche communautaire réside essentiellement dans le fait qu elle concerne la gouvernance locale des forêts, un des aspects qui préoccupe grandement Signature Bois Laurentides et plusieurs autres intervenants sur la nouvelle stratégie gouvernementale. Concrètement, l expression «foresterie communautaire» regroupe toutes «les initiatives où les collectivités locales jouent un rôle central dans la prise de décisions concernant leurs forêts locales.» Et toutes ces initiatives ont pour mandat «de rediriger» les profits de l exploitation forestière vers les collectivités locales. L innovation intersectorielle On cherche donc à ajouter de la valeur au bois en le transformant sur place plutôt qu en expédiant la matière brute à l extérieur pour fins de transformation. Un élément intéressant se dégage de toutes ces expériences : la très grande majorité de ces initiatives ne se limitent pas à l exploitation ligneuse. La forêt devient un site de développement multifonctionnel, un site où se côtoient les multiples utilisations de la forêt, dont notamment l agroforesterie et le récréotourisme, domaines qui s appuient sur les deux autres secteurs phares de la MRC qui sont développés ci-après à tour de rôle. Puisque l on s inscrit dans une perspective de développement durable, mentionnons également au chapitre des utilisations à valeur ajoutée la capture de dioxyde de carbone (peu rentable actuellement en raison du faible prix à la tonne) et la biomasse forestière (plus intéressante à court terme pour combler les besoins énergétiques), ou encore au chapitre des approches préventives payantes, les écoservices des citoyens à la communauté ou le développement de pratiques forestières alternatives. Comme on peut s en rendre compte, la multifonctionnalité de la forêt ou l intersectorialité (notamment l agroforesterie et la récréoforesterie) est un élément clé de la valeur ajoutée et, ce faisant, de la diversification économique de la MRC d Antoine-Labelle. Il faut, d un commun accord, miser davantage sur le potentiel nature du territoire. Une multitude de petits projets locaux sont souvent plus efficaces que les grands projets qui, en raison des investissements requis, peuvent prendre des décennies à se réaliser ou même jamais voir le jour. La filière bioénergétique Une voie intéressante pour la MRC d Antoine-Labelle, permettant de diversifier les activités liées à l exploitation forestière, est celle du développement d une filière bioénergétique à partir de la biomasse forestière. «Il est clair, fait remarquer l Association des produits forestiers du Canada (APFC), que l industrie forestière ne peut entreprendre seule cette transformation. Des partenariats avec les nouvelles bio-industries ainsi qu avec d autres secteurs de l économie sont cruciaux pour la réussite d une bio-industrie.» Et cela est aussi vrai à l inverse : la bio-industrie ne peut pas non plus effectuer seule ce virage. En plus de continuer à fabriquer certains de ses produits traditionnels, le secteur forestier pourrait grâce à ces alliances compter sur de plus en plus de possibilités de convertir la biomasse la fibre de bois de multiples façons, qu il s agisse d électricité, de chaleur pour les édifices ou les usines, de carburants pour les véhicules, de produits biochimiques pour des solvants ou des plastiques ou de biomatériaux de nouvelle génération. «C est un mélange d ancien et de nouveau, souligne l APFC, des activités traditionnelles renouvelées combinées à des possibilités durables dans la bio-industrie.» Cette conversion met à profit les forces de l industrie forestière, tout en permettant à cette dernière de se sortir de ses difficultés actuelles et d aller de l avant dans la nouvelle économie durable. «Les entreprises qui font 17

18 la conversion peuvent commencer à profiter du marché international en pleine croissance de l énergie propre et des produits neutres en carbone. Mais il n y a pas de temps à perdre.» Il s agit d un marché émergent qui gagne rapidement en popularité au Canada, particulièrement dans les projets liés à la foresterie communautaire ou au concept de forêt de proximité. Dans Antoine- Labelle, il y a très peu de projets en marche pour l instant, mais il y a certes un potentiel intéressant, notamment en ce qui a trait à la production de bioénergie. La hausse de la demande en énergie et la diminution des réserves mondiales en combustibles fossiles rend cette voie de diversification fort intéressante. En Finlande, par exemple, la biomasse forestière fournit déjà 20 % de l énergie consommée. La voie biotechnologique constitue non seulement un dossier commercial, mais aussi un dossier de choix politique qui permettrait l intégration harmonieuse de l industrie canadienne des produits forestiers à la nouvelle bioéconomie, tout en privilégiant une voie énergétique alternative plus «douce» à l oreille que l approche éolienne. Cette voie énergétique est abordée plus en détail dans la condition «Mise en valeur durable de l environnement». Il s agit également d une voie explorée et soutenue par Signature Bois Laurentides. Le projet Le Bourdon Avant d aborder les secteurs agricoles et récréotouristique, il y a lieu de rappeler l initiative innovatrice Le Bourdon de la MRC d Antoine-Labelle. Dix-huit partenaires en lien avec la forêt se sont regroupés afin de faire en sorte de concevoir et de mettre en œuvre un plan de développement des ressources du territoire qui respecte les principes de l'aménagement forestier durable, au profit des collectivités qui y vivent et qui en vivent. Le projet se poursuit présentement jusqu en C'est en décembre 2007 qu'un accord de contribution a été signé entre Ressources naturelles Canada et l'association des intervenants forestiers des Hautes-Laurentides dans le cadre du Programme sur les collectivités forestières. Le projet Le Bourdon vise notamment à favoriser le développement d'activités économiques basées sur les richesses du milieu naturel. Le modèle de développement qui sera élaboré devrait créer la synergie nécessaire entre les différents acteurs qui y participent. Les deux principaux objectifs visent d abord l optimisation de la capacité de production du territoire dans une perspective d'aménagement forestier durable, en respect de la biodiversité à l'échelle du paysage, et ensuite, l accroissement des retombés économiques relatives aux secteurs récréotouristique et agricole et, bien sûr, forestier. Les résultats des initiatives mettront à la disposition des partenaires du projet et des collectivités forestières de la MRC d'antoine-labelle les outils nécessaires leur permettant de réagir à l égard des enjeux et des possibilités liés aux ressources du milieu forestier. Ils pourront ainsi participer activement aux réseaux locaux, nationaux et internationaux d'échange portant sur la gestion forestière durable et le développement des collectivités. L industrie agroalimentaire Au recensement de 2006, on comptait environ 500 emplois dans l agriculture et 200 emplois dans la fabrication d aliments, ce qui représente 5 % des emplois de la région. Il faut ajouter à cela une part des emplois du commerce de détail liés à l alimentation, ainsi qu une part des emplois d hôtellerie et de restauration qui s y rattachent. Le total représente donc environ 15 % de l emploi local. 18

19 Les 258 producteurs agricoles (recensement de 2006) ont généré des revenus bruts de quelque 34 millions $, qui se répartissent ainsi : industrie laitière (48 %), production bovine (13 %), production d autres animaux (19 %), culture en serre (14 %) et autres (6 %). Le secteur agricole comptait alors 43 entreprises laitières, 72 entreprises bovines et 21 entreprises de production horticole en Une période de consolidation L industrie laitière est le chef de file de la MRC d Antoine-Labelle. Au cours des dernières années, la production laitière a connu une production en dents de scie, mais on assiste actuellement à une stabilisation. Le nombre de fermes laitières, qui avait chuté jusqu à 38, atteint aujourd hui 42. Les fermes d élevage du bovin doivent compter sur des mesures de redressement (assurance stabilisation du revenu agricole), car la performance économique des entreprises est déficiente. Rappelons que le Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) vise à garantir un revenu annuel net aux entreprises agricoles du Québec. Une compensation est versée lorsque le prix moyen de vente d'un produit est inférieur au revenu stabilisé. Les éleveurs d ovins (moutons, brebis) sont quant à eux en processus continu de consolidation : ils ont besoin de financement pour adopter une stratégie d expansion tout en consolidant leurs bases. Ils ont aussi des efforts à consacrer à la mise en marché pour mieux tirer leur épingle du jeu. Il y a lieu de souligner que la région se démarque également dans d autres productions de spécialité telles le grand gibier (le cerf, notamment) et l élevage caprin (chèvre), ainsi que l aquaculture. Le territoire pourra enfin disposer d un abattoir après plusieurs années d attente, ce qui permettra d éliminer les importants coûts de transport. Maintenant que le projet est accepté, il faut faire en sorte qu il réponde aux normes et que l on puisse faire de la découpe. La présence d un abattoir de catégorie A (bovins) avec une salle de découpe performante permettrait la vente au détail, ce qui rentabiliserait cette infrastructure essentielle. On coordonne donc les efforts en ce sens afin de se doter d un modèle gagnant. Des difficultés à surmonter Globalement, il reste des difficultés à surmonter pour prendre la voie de la croissance et les agriculteurs démontrent encore une certaine vulnérabilité. Il faut s attaquer à trouver des stratégies de maillage et, également, à résoudre l épineuse question du transfert des entreprises, une situation malheureusement généralisée au Québec. Dans la région, les prix des terres sont abordables, mais les conditions d acquisition restent difficiles pour la relève, sans compter que cette dernière n est pas attirée en grand nombre par les métiers de l agriculture. Le rythme de travail est exigeant et l agriculture souffre d un déficit d image auprès des jeunes. Les intervenants réfléchissent à la mise en place d outils financiers pour faciliter l accès aux propriétés agricoles. On imagine par exemple une participation du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ) et des municipalités aux taxes foncières, ou un prélèvement d un petit pourcentage sur les valeurs foncières agricoles, pour constituer un fonds d investissement, mais il y a encore beaucoup à faire pour concrétiser cette approche innovatrice. L entrepreneuriat collectif se présente aussi comme une approche pertinente, et il y a des modèles inspirants dans la région, que l on pense à la Coopérative forestière ou encore à la Coopérative de travailleurs actionnaire de l'artographe. La toute nouvelle Coopérative Biograin a d ailleurs emprunté cette voie. Dans chaque cas, on regroupe les principaux intéressés pour partager les risques et les fruits du développement. On se donne une approche collective pour la formation, le financement, la gestion et la production. 19

20 Des atouts pour l agriculture biologique La MRC d Antoine-Labelle a plusieurs atouts pour développer l agriculture biologique, compte tenu de la configuration géographique et des vastes espaces qui permettent d éloigner les productions biologiques des OGM et des contaminants liés aux cultures intensives. On parle d un véritable îlot biologique se déployant au milieu des montagnes. Cette situation est favorable pour des agriculteurs qui ont fait le choix de proscrire les engrais chimiques de synthèse et les pesticides. En fait, l agriculture biologique s inscrit parfaitement dans une vision du développement durable, car il s agit d un système de production agricole basé sur le respect du vivant et des cycles. Elle favorise donc l'agrosystème, mais aussi la biodiversité, les activités biologiques des sols ainsi que les cycles biologiques. Pour atteindre leurs objectifs en privilégiant un mode de culture extensive, les agriculteurs misent sur la rotation des cultures, l'engrais vert, le compostage et l'utilisation de produits naturels. Certains intervenants souhaiteraient d ailleurs obtenir une appellation régionale en prenant appui sur le caractère «naturel et authentique» qu on reconnaît à Antoine-Labelle. Le sol d Antoine-Labelle est également propice aux cultures fourragères et céréalières, notamment le soya. À cet égard, un projet de production de grains biologiques est actuellement en plein développement dans la région et une coopérative, Biograin, a été formée en janvier 2011 pour assurer la transformation du grain produit dans la région. Ce projet s inscrit dans la foulée du Laboratoire rural soutenu par le MAPAQ et orchestré par le CLD d Antoine-Labelle. L avoine, le blé, le soya, le sarrasin, le canola et l épeautre sont des pistes explorées. En fait, le bilan des essais de productions céréalières biologiques réalisés en 2009 par les sept fermes partenaires du Laboratoire aura permis de sélectionner des cultures, des taux de semis et d espacement des rangs, des techniques de désherbage et des plantes intercalaires plus propices aux conditions agronomiques de culture. On prévoit pour la prochaine année, explorer de nouvelles avenues en transformation et créer une chaîne de valeur associée à un moulin à farine de la région. Des produits innovateurs et à fort potentiel Par ailleurs, il faut souligner d autres produits de grande qualité qui ont acquis une réputation d excellence à l extérieur de la région, qu il s agisse des vins de miel de Desrochers D et des Miels d Anicet, certifiés biologique. Il y a aussi l élevage de reines d Api-Culture Hautes-Laurentides, qui a acquis un rayonnement international grâce à ses lignées d élevage nordique bien adaptées aux conditions écologiques de l Amérique du Nord, et les produits des Serres Frank Zyromski, le plus gros producteur de géraniums au Canada. De son côté, l acériculture présente un énorme potentiel malheureusement sous-exploité. On estime que les régions de l Outaouais et des Laurentides possèdent la plus grosse réserve non entaillée. Le développement acéricole est actuellement bloqué par l établissement de quotas provinciaux qui limitent la production annuelle. Un comité a été formé pour effectuer des représentations auprès de la Fédération des producteurs acéricoles et de l Union des producteurs agricoles (UPA). Par ailleurs, le service aux entreprises du Centre de formation professionnelle Mont-Laurier a été accrédité pour offrir un diplôme d études professionnelles en acériculture. Ce dernier créneau s ajoute à la dizaine d autres programmes dans le domaine de la foresterie. L agroforesterie est une d ailleurs une voie de diversification à privilégier pour tirer partie de cette richesse, une fois que l on aura bien établi les conditions de cohabitation harmonieuse et fructueuse pour les secteurs agroalimentaire et forestier. 20

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

Mémoire. présenté à. par. Le Regroupement des sociétés d aménagement forestier du Québec (RESAM)

Mémoire. présenté à. par. Le Regroupement des sociétés d aménagement forestier du Québec (RESAM) Mémoire présenté à La Commission d étude sur la maximisation des retombées économiques de l exploitation des ressources naturelles dans les régions ressources par Le Regroupement des sociétés d aménagement

Plus en détail

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Mémoire présenté par le Consortium pour le développement durable de la forêt gaspésienne lors de la consultation publique tenue le

Plus en détail

La diversification économique, une affaire de partenariat

La diversification économique, une affaire de partenariat La diversification économique, une affaire de partenariat CONCERTATION AUTOUR DE L AGENCE DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES HAUTES-LAURENTIDES Membres du conseil d administration : - Luc Rajotte, Caisse

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

CHANTIER D ÉCLAIRCIE COMMERCIALE. Rapport annuel 2012-2013

CHANTIER D ÉCLAIRCIE COMMERCIALE. Rapport annuel 2012-2013 CHANTIER D ÉCLAIRCIE COMMERCIALE Rapport annuel 2012-2013 Janvier 2014 Table des matières Introduction... 3 Plan d action 2013-2014... 5 Méthode de priorisation des sites... 5 Optimisation des méthodes

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Le Plan Nord et les «travailleurs forestiers» MARS 2012

Le Plan Nord et les «travailleurs forestiers» MARS 2012 Le Plan Nord et les «travailleurs forestiers» MARS 2012 Plan de présentation : 1) Conférence régionale des élus (CRÉ) et Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire (CRRNT)? 2)

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

DES ENTREPRENEURS ENGAGÉS

DES ENTREPRENEURS ENGAGÉS 2875, boulevard Laurier, bureau 570 Québec (Qc) G1V 2M2 T. 418.780.1360 F. 418.780.1362 DES ENTREPRENEURS ENGAGÉS POUR L AVENIR DE NOS RÉGIONS Qu est-ce que l AETSQ? L AETSQ est une association à but non

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable Le Plan Nord à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable définitif) 2 Territoire du Plan Nord Baie d Ungava Tracé de 19 27 du Conseil priv é (non Baie d Hudson Mer du Labrador

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Mai L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active pour

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

La forêt source de produits d avenir : une énergie actuelle, le bois d œuvre de demain, des produits à inventer.

La forêt source de produits d avenir : une énergie actuelle, le bois d œuvre de demain, des produits à inventer. La forêt source de produits d avenir : une énergie actuelle, le bois d œuvre de demain, des produits à inventer. Rechercher la compétitivité, s inscrire dans la modernité et l auto développement Union

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Pour relever le défi de l accessibilité et de la qualification dans toutes les régions du Québec Table des matières Une approche

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Cadre de gestion pour le fonds de développement régional (FDR) et guide à l usage des organismes admissibles pour la présentation de projets régionaux

Cadre de gestion pour le fonds de développement régional (FDR) et guide à l usage des organismes admissibles pour la présentation de projets régionaux 16 septembre 2011 guide à l usage des organismes admissibles pour la présentation de projets régionaux Le présent cadre de gestion précise les règles d attribution du FDR à l égard du financement de projets

Plus en détail

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM PAR COURRIEL : Consultation-en-cours@lautorite.qc.ca Montréal, le 12 juillet 2013 M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries Le Nord du N.-B. $16.8 millions en investissement Avril 2014 Scieries Scierie Grande Rivière (Saint Léonard) $2.5 millions en investissement Nouveau tamis et système de convoyeur pour copeaux Scierie Kedgwick

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné?

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? La démarche québécoise de développement durable Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? Visez vert des gestes durables AGPI Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement

Plus en détail

La montée en puissance des productions forestières à l est de l Europe: quels enjeux pour le territoire UE?

La montée en puissance des productions forestières à l est de l Europe: quels enjeux pour le territoire UE? La montée en puissance des productions forestières à l est de l Europe: quels enjeux pour le territoire UE? Une montée en puissance du secteur forestier dans les PECO et CEI Une augmentation des prélèvements

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Les objectifs de gestion assignés aux forêts

Les objectifs de gestion assignés aux forêts Les objectifs de gestion assignés aux forêts On distingue : les objectifs d intérêt général les objectifs du propriétaire FOGEFOR 2009/2010 Extraits du SRGS I. LES OBJECTIFS D INTERET GENERAL Pour la forêt

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Sommaire des recommandations... 2 INTRODUCTION... 3

Sommaire des recommandations... 2 INTRODUCTION... 3 La Banque de développement économique du Québec un outil de planification économique et de soutien aux entrepreneurs de la Communauté métropolitaine de Montréal Mémoire présenté dans le cadre des consultations

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Pour une culture du savoir

Pour une culture du savoir Pour une culture du savoir Mémoire présenté à la ville de Montréal sur la proposition de Politique de développement culturel pour la ville de Montréal par Science pour Tous et la Société pour la promotion

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec Consultations sur la Banque de développement économique du Québec Commission de l économie et du travail Assemblée nationale du Québec 15 mai 2013 Table des matières Recommandations de Réseau Capital 3

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail