Infiltration CHAPITRE 8.1 INTRODUCTION 8.2 INFILTRATION ET DÉFINITIONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infiltration CHAPITRE 8.1 INTRODUCTION 8.2 INFILTRATION ET DÉFINITIONS"

Transcription

1 CHAPITRE 8 Infiltration 8.1 INTRODUCTION L infiltrationestlephénomènedepassagedel eaudelasurfacedusolàl intérieurdecelui-ci. L infiltration revêt une grande importance car c est elle qui contrôle plusieurs processus en hydrologie comme le ruissellement, l humidification des sols et la percolation profonde. Les principales références sont: Référence:MusyetSoutter,1991. pp Référence: Gray, pp INFILTRATION ET DÉFINITIONS Il est important de définir les principaux termes utilisés: Taux d infiltration (f) : quantité d eau qui s infiltre dans le sol par unité de temps (mm/h). Masse infiltrée - Infiltration(F): quantité totale d eau infiltrée dans le sol pour une période de temps donnée(mm). F = t 0 fdt [8.1] Capacitéd infiltration(f max ):tauxmaximumd infiltrationquepermetunsoldonné (mm/h). Letauxd infiltrationestenréalitélefluxd eauentrantàlasurfacedusol.

2 128 INFILTRATION 8.3 PROCESSUS D INFILTRATION Le processus d infiltration peut être décrit par les figures 8.1. Lors d une précipitation, la pluie s infiltre dans le sol tant que l intensité de précipitation est inférieure à la capacité d infiltration. Lorsque l intensité de précipitation dépasse la capacité d infiltration, le surplus s accumule dans les micro-dépressions du sol. Lorsque ces dernières sont pleines, elles débordent pourcréerunelamed eauquicommenceàs écouleràlasurfacedusol,cequiestleruissellement. Le ruissellement est en réalité contrôlé par le processus d infiltration. a) Processus impliqués PRÉCIPITATION RUISSELLEMENT INFILTRATION b) Organigramme de cheminement ACCUMULATION OUI Pte t <f max NON f =Pte t S =0 OUI Microdépressions pleines NON R =0 f =f max R =Pte f max t S =0 f =f max R =0 S = S i +Pte f max t f=tauxd infiltration f max =capacitéd infiltration R=Ruissellement Pte = Précipitation S = Variation de stockage t = Pas de temps Figure 8.1 Processus d infiltration. Le processus d infiltration est contrôlé par: 1. les phénomènes contrôlant l entrée de l eau à la surface du sols(battance, présence de végétation, etc.), 2. l écoulementdel eauverslebasautraversduprofildusol(écoulementselonla loi de Darcy), écoulement aussi appelé percolation, 3. l écoulement par les fissures du sol ou écoulement préférentiel. La gravité et la capillarité sont les deux principales forces qui influencent le processus d infiltration. La gravité agit principalement sur l eau libre qui se retrouve principalement dans les macropores et qui agit vers le bas. La capillarité ou les forces de tension agissent principalement au niveau de l eau capillaire contenue principalement dans les micropores. Ces dernières forces agissent dans toutes les directions.

3 PROFIL D HUMIDITÉ ET INFILTRATION PROFIL D HUMIDITÉ ET INFILTRATION La figure 8.2 montre un profil d humidité typique lors du processus d infiltration. Il se forme à lasurfacedusolunezonedetrèsfaibleépaisseurquasisaturéeappeléezonedesaturation.au delàdecettezone,ils établitunezonedetransmissionoùlateneureneauestsupérieureàla capacité au champ mais inférieure à la saturation. Dans cette zone, l eau circule principalement par les macropores interconnectés ensembles. Cette zone de transmission se termine par lazonedemouillage,zonedetrèsfaibleépaisseurquiestentraindes humidifieretoùles gradients de potentiels sont très prononcés. Le front mouillant est la limite de la zone de mouillageséparantlesolhumidedusolsecetilestvisibleàl oeilnulorsquel onobserveleprocessus d infiltration dans un sol sec. Teneur en eau CC Sat Zone de saturation Zone de transmission Profondeur Front mouillant Zone de mouillage Figure 8.2 Description du profil d humidité lors de l infiltration. La figures 8.3 présente les trois principales étapes se produisant lors de la progression du front mouillant lors de l infiltration. Le front mouillant progresse en profondeur (figure 8.3 a) jusqu àcequecedernierrejoignelafrangecapillaireau-dessusdelanappe.c estl étapede l humidification du profil. Si l infiltration se poursuit, l eau qui migre par la zone de transmissionrejointlanappeetcelle-ciremontegraduellementverslasurfacedusol(figure8.3c). C est l étape de la remontée de la nappe. Lorsque l infiltration cesse à la fin de la précipitation oudel irrigation,leprofildusolseressuie(figures8.3betd)àuneteneureneauappelée capacité au champ(cc) et l excédent d eau alimente le profil inférieur en alimentant le front mouillant si celui-ci n a pas atteint la frange capillaire (figures 8.3 b) ou la nappe dans le second cas(figures 8.3 d). C est l étape du ressuyage. Ilfautretenirque,suiteàuneprécipitation,lesols humidifieduhautverslebasetquelanappe qui n est alimentée que lorsque le sol est complètement humidifié remonte du bas vers la surfacedusol.lesoldoits humidifieravantquelanappenepuisseêtrealimentée. Le modèle hydrique décrit ici est un modèle statique qui fait intervenir les humidités caractéristiques(saturation et capacité au champ). Ce modèle est un modèle simplifié par rapport au modèle dynamique de l écoulement en milieu non saturé présenté au Chapitre 6. Ce modèle

4 130 INFILTRATION considère la masse de sol comme homogène et ne considère pas l infiltration par les fissures et les craques du sol qui accélèrent la migration de l eau vers les profondeurs. Teneur en eau CC Sat Teneur en eau CC Sat Profondeur a) Profil en phase d humidification Teneur en eau CC Sat Teneur en eau CC Sat Profondeur Profondeur Profondeur b) Profil en phase de ressuyage c) Profil en phase de réalimentation de la nappe d)profilenphasederessuyagelorsde la réalimentation de la nappe Figure 8.3 Évolution du profil d humidité lors de l infiltration.

5 CAPACITÉ D INFILTRATION CAPACITÉ D INFILTRATION La capacité d infiltration est contrôlée par: 1. le phénomène de transmission de l eau, 2. les phénomènes contrôlant l entrée de l eau à la surface du sol, 3. letemps Entréedel eauàlasurfacedusol L entréedel eauàlasurfacedusolestcontrôléeparl intensitéetlanaturedesprécipitationset les conditions de surface. La principale caractéristique des précipitations influençant la capacité d infiltration est l énergiedelapluiequiestfonctiondelagrosseurdesgouttesdepluieetdel intensitédesprécipitations. La grosseur des gouttes de pluie est fortement corrélée à l intensité de la précipitation. Lerôledel énergiedelapluiedansl infiltrationsejouelorsdel impactdesgouttesdepluie aveclesol.l énergiedel impactpulvériselesmottesdesolpourcréerunecouchedesurface composée de particules de sol très fines et peu perméable. Ce phénomène est appelée battance et il se manifeste surtout dans les sols limoneux. Les conditions de surface du sol réagissent à l énergie de la pluie. La principale condition de surface est la couverture végétale qui absorbe l énergie de la pluie. Plus la végétation est dense, plus les feuilles intercepteront les gouttes de pluie et absorberont l énergie des gouttes. La surface du sol sera préservée. De plus, la présence de végétation favorise une plus grande porosité à la surface du sol, ce qui favorise l infiltration. Enconditiondesolnu,cesontlescaractéristiquesdusolquiinfluencentlaréactiondusolface l impact des gouttes de pluie. La matière organique favorisera la stabilité structurale et la résistancedusolfaceàl impactdesgouttesdepluie.latexturedusoljoueaussiunrôle,lessols limoneux étant plus sensibles La transmission de l eau Latransmissiondel eaudanslescouchesdesolestcontrôléeparlaloidedarcy. L épaisseur des couches et leur conductivité hydraulique ont un impact majeur sur la capacité d infiltration. La capacité d infiltration est contrôlée à long terme par la conductivité hydraulique de l horizon le moins perméable. La structure du sol, sa stabilité structurale et la porosité favorisent de meilleures conductivités hydrauliques et une meilleure capacité d infiltration. Toutes les interventions qui favorisent la stabilité structurale et la porosité ont un impact positif sur la capacité d infiltration. Comme l eau circule principalement par les macropores et que la compaction des sols affecte pricipalement les macropores, la compaction des sols réduit rapidement la macroporosité et la capaité d infiltration. L accroissement de la teneur en eau du sol a tendance à faire décroître la capacité d infiltration dusol.lorsquelateneureneauaugmente,latensiondusoldiminueetlegradientdepotentiel au front mouillant diminue, ce qui entraîne une diminution du flux d eau.

6 132 INFILTRATION La température a aussi un impact par l intermédiaire de la viscosité. Une augmentation de la températuredel eauentraîneunediminutiondelaviscositédel eauetparlefaitmêmeune augmentation de la conductivité hydraulique et de la capacité d infiltration. Lespropriétéschimiqueontunimpactimportant.Laprésencedesodiumquiestunagentde dispersion entraînera une dégradation de la structure du sol et une diminution importante de la conductivité hydraulique et de la capacité d infiltration. Il faut noter que la transmission de l eau et la capacité d infiltration sont surtout influencées par les phénomènes qui modifient la macroporosité du sol Le temps La capacité d infiltration en fonction du temps est principalement décrite par la figure 8.4. Avecletemps,lasurfacedusolsedétériorecequientraîneuneplusfaibleporositéetunediminution de la capacité d infiltration. Au niveau de la percolation, le front mouillant s éloigne de plus en plus augmentant la distance de parcourt pour une même différence de potentiel; le gradient hydraulique diminue. Figure 8.4 Capacité d infiltration en fonction du temps. Il est démontré que le gradient hydraulique devient unitaire lorsque le front mouillant s éloignedelasurfacedusol(cequiestlecaslorsdeprécipitationsprolongées -figure6.3)etquela capacité d infiltration qui correspond au flux de Darcy tend alors vers la valeur de la conductivité hydraulique en autant que la surface du sol n offre pas de contraintes à l infiltration.

7 MESURE DE LA CAPACITÉ D INFILTRATION Valeurs typiques de la capacité d infiltration. Le tableau 8.1 présente quelques valeurs typiques de la capacité d infiltration lorsqu elle tend àsestabiliseravecletemps.ilestànoterquelacapacitéd infiltrationaugmentedefaçonsignificative avec le couvert végétal. L annexe de ce chapitre présente les capacités d infiltration de différentes séries de sols du Québec; les données sont extraites de Côté et al., Tableau 8.1 Capacité d infiltration(mm/h) de quelques catégories de sols(gray, 1972). Catégorie Sol nu Culture Pâturage Céréales Pâturage Forêt desol en rang pauvre de qualité I 7, II 2,5 5 7, II 1,2 1,8 2,5 3,8 5 6 IV 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 Catégorie I: Sols de texture grossière Catégorie II: Sols de texture moyenne CatégorieIII: Solsdetexturefine Catégorie IV: Sols minces 8.6 MESURE DE LA CAPACITÉ D INFILTRATION La mesure de la capacité d infiltration se fait au moyen d un infiltromètre. Il existe deux types d infiltromètre: à submersion et à aspersion Submersion Les deux systèmes de mesure de l infiltration à submersion sont le système à simple anneau et à double anneau. La figure 8.5 présente le système à double anneau. Q Surface du sol Figure 8.5 Infiltromètre à double anneau. La capacité d infiltration est déterminée: f max = Q A Q = débit d infiltration A = surface d infiltration [8.2]

8 134 INFILTRATION Aspersion Pour reproduire les précipitations, des simulateurs de pluie peuvent être utilisé. Ils sont constituésdebusesquiessaientdereproduirelamêmeénergiequelapluie.l intensitédelapluieest simulée en faisant varier le nombre de buses en opération et leur temps d action. La capacité d infiltration est déterminée lorsque le ruissellement débute pour une intensité donnée Analyse des hydrogrammes L analyse des hydrogrammes des bassins versants de très petite taille ou des parcelles permet d estimer la capacité d infiltration. La capacité d infiltration correspond à la différence entre la précipitation et le ruissellement. Pour les bassins de grande taille, seule la capacité moyenne d infiltration peut être estimée. 8.7 ÉQUATIONS Cette section présente les principales équations utilisées pour décrire la capacité d infiltration d un sol Équations basées sur la masse infiltrée Ce premier groupe décrit la capacité d infiltration en fonction de la masse infiltrée. Holtan(1961) Référence: Gray, pp. 5.5 Holtan(1961) a proposé une expression de la capacité d infiltration en fonction de l épuisement de l emmagasinement de l humidité dans le sol: f max =a(s F) n +f c [8.3] S = volume potentiel(possible) d emmagasinement ou différence volumétrique entre la saturation et le point de flétrissement dans la zone située au-dessus de la couche de contrôle(qui limite l infiltration) (θ SAT -θ PF )dc dc = profondeur de contrôle F=massed eauinfiltréeoudéjàemmagasinéedanslesol f c =tauxd infiltrationfinalconstantdel horizondecontrôle conductivité hydraulique de l horizon de contrôle a,n =constantesdépendantdusol,n 0,5 Green- Ampt(1911) Référence: Musy et Soutter, pp L équation de Green-Ampt a été développée à l origine pour un sol profond et homogène. Elle utilise les hypothèses suivantes: lefrontmouillantestbiendéfinietséparelazonehumidedelazonesèche, leprofilestsaturéau-dessusdufrontmouillant, l infiltrationestcontrôléeparlavitessedetransmissiondedarcy.

9 ÉQUATIONS 135 Enseréférantàlafigure8.6etenutilisantlaloideDarcy,lacapacitéd infiltrationquicorrespondaufluxd eauentrantàlasurfacedusolpeuts écrire: f max =q= K s H 2 H 1 L f K s =conductivitéhydrauliquesaturée H 1 =potentielàlasurfacedusol H 2 =potentielaufrontmouillant [8.4] H 1 d Réf. θi θsat θ L f H 2 Front mouillant Figure 8.6 Schéma du processus d infiltration utilisé par Green-Ampt. Leniveauderéférenceétantàlasurfacedusol,lespotentielspeuventêtredéfinisetlacapacité d infiltration s écrit: H 1 =d=épaisseurdelalamed eauàlasurfacedusol H 2 =h f -L f h f =pressionaufrontmouillant hf L f d f max = K s L f [8.5] Sih f =pression= -S f = -succion,lacapacitéd infiltrationpeuts écrire: f max =K s Sf +L f +d L f [8.6] À n importe quel moment, la masse infiltrée F : F = θ sat θ i L f = θ L f [8.7] [8.8]

10 136 INFILTRATION Ce qui entraîne, L f = F θ [8.9] Sil épaisseurdelalamed eauesttrèspetited<<s f +L f,ddevientnégligeable: f max =K s +K s S f θ F [8.10] En réalité, lateneureneauau-dessusdufrontmouillantn estpassaturéemaispresquesaturée, l écoulementestpresquesaturék<k s, lateneureneauinitialen estpasuniformesurleprofil, lateneureneauinitialeestdifférented unessaiàl autre. la forme générale devient alors: f max =B+ A F [8.11] SiG=1/F, A,B=constantesdépendantesdesconditionsinitialesetdutypedesol A ->K s S f θ B ->K s ouf c f max =AG+B [8.12] Équations basées sur le temps Cette section regroupe les équations qui expriment la diminution de la capacité d infiltration en fonction du temps. Gardner + Widstoe(1921), Horton(1940) Référence: Gray, pp.5.8; Llamas, pp Gardner et Windstoe(1921) et Horton(1940) utilisent l hypothèse suivante: la réduction du taux d infiltration correspond à un processus d épuisement, ce signifie que le taux de travail est proportionnel à la quantité de travail qui reste à faire. Dans le cas du processus d infiltration,letravailquiresteàaccompliràuncertainmoment t estceluiquiestnécessairepour modifier le taux d infiltration de sa valeur actuelle f à sa valeur finale f c (f max -> f c ). Comme la vitesse de travail est associée à la dérivée de la capacité d infiltration en fonction du temps et comme la capacité d infiltration diminue avec le temps, la dérivée est négative et s exprime: f max t = k(f max f c ) [8.13] k = constante de proportionnalité

11 ÉQUATIONS 137 L intégration de l équation précédente réarrangée donne: f max (f max f c ) = k t [8.14] ln(f max f c ) = kt+c 1 Àt=0,f max =f o,cequipermetd écrire: C 1 =ln(f o f c ) f max =f c + f0 f c e kt [8.15] [8.16] [8.17] f max f c f 0 f c =e kt [8.18] La masse infiltrée peut être dérivée de la capacité d infiltration: F = f max dt = fc + f0 f c e kt dt [8.19] F =f c t 1 k f 0 f c e kt +C 2 [8.20] Avect=0,F=0etC 2 [8.21] C 2 = + 1 k f 0 f c F =f c t+ 1 k f 0 f c 1 e kt [8.22] Cette dernière équation est parfois représentée sous cette forme suivante, forme qui n est pas équivalente: F =f c t+de kt Kirkham + Feng(1949) Référence: Gray, pp.5.9 [8.23] L équation de Kirkham et Feng(1949) décrit la masse d eau absorbée dans une colonne horizontale de sol sec. La force prédominante est la capillarité. F =C t +a [8.24] f max = df dt =1 2 C t [8.25] a, C = constantes déterminées expérimentalement

12 138 INFILTRATION Philip(1957) Référence: Gray, pp.5.9 L équation de Philip(1957) décrit la masse d eau absorbée dans une colonne de sol préalablementséchéeetoùlesforcescapillairesetdegravitéagissent: F =S t +At f max = 1 2 S t +A [8.26] [8.27] S, A = constantes déterminées expérimentalement LaconstanteAcorrespondàf c deséquationsprécédentes. Kostiakov(1932), Lewis(1937) Référence: Gray, pp.5.8 L équation de Kostiakov(1932) et Lewis(1937) a été développée de façon expérimentale: F =at n [8.28] f max =ant n 1 [8.29] a, n = constantes déterminées expérimentalement Avec les équations 8.25 et 8.29, la capacité d infiltration tend vers une valeur nulle lorsque le tend devient très grand. Les modèles de Kostiakov(1932) et Lewis(1937) sont utilisés dans les études d irrigation où les applications d eau ne sont généralement pas faites sur de longues périodes. BIBLIOGRAPHIE ASAE, Advances in infiltration. Proceeding ofnthe National Conference on Advances in Infiltration, Chicago, Illinois. American Society of Agricultural Engineers. St-Joseph, Michigan. ASAE Publication Chow, Ven Te, Handbook of applied hydrology. McGraw-Hill, New York. Côté,D.,M.O.Gasser,etD.Poulin.2008.Guidedeconceptiondesamasdefumierauchamp II. Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Québec. 48 p. et annexes. Gray, Manuel des principes d hydrologie. Comité canadien de la décennie hydrologique internationale, Ottawa, Canada. Musy A. et M. Soutter Physique des sols. Presses Polytechniques et Universitaires Romandes. Llamas, J Hydrologie générale: principes et applications. 2e édition. Gaétan Morin. Boucherville.

13 PROBLÈMES 139 PROBLÈMES 8.1 PourlesdeuxconditionsdesolprésentéesauxschémasAetBdelafigure8.7. a) déterminezleprofild humiditéetlahauteurdelanappeaprèsunepluiede40mm, b) déterminezleprofild humiditéetlahauteurdelanappeaprèsunepluiede80mm, c) déterminez la précipitation nécessaire pour faire remonter la nappe à un mètre de la surface, d) déterminez la précipitation nécessaire pour faire remonter la nappe à 0,5 mètre de la surface, A) Teneur en eau CCSat B) 0 Teneur en eau CCSat Profondeur (cm) Profondeur (cm) Frange Capillaire 160 Frange Capillaire Sat=50% CC=42% PF=22% 200 Figure 8.7 Profils d humidité.

14 140 INFILTRATION 8.2 Voici les mesures d un imfiltromètre par aspersion effectuées sur un loam sableux. Le taux d application était de 50 mm/h maximum. Temps (min) Masse infiltrée (mm) 0 0,0 3* 2,5 5 4,0 10 6, , , , , , , , ,0 *apparitiond unelamed eauàlasurfacedusol a) Déterminez le taux moyen d infiltration pour chaque interval de temps considéré, b) Déterminez le taux d infiltration instantané pour chaque mesure, c) Calez les requations théoriques suivantes sur les mesures pour obtenir les coefficients appropriés: - Green-Ampt -Horton -Philip d) Pour chacune des équations et les coefficients que vous avez déterminés en c), déterminez le taux d infiltration et la masse infitrée pour chacun des temps d observation. Comparez ces valeurs avec celles observées.

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Migration des substances

Migration des substances CHAPITRE 14 Migration des substances 14.1 INTRODUCTION L application d engrais minéraux ou organiques apportent des quantités d azote qui se transforment en nitrates. Ces nitrates sont prélevés par les

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

État de l'eau dans le sol

État de l'eau dans le sol État de l'eau dans le sol Expressions du statut hydrique du sol A) Teneur en eau volumique θ r < θ = Vol eau / Vol tot < θ s Vol tot espace poral θ r Vol eau M eau θ s espace solide M solide sec humide

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Physique du sol. Prof. Xanthoulis Dimitri. Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX

Physique du sol. Prof. Xanthoulis Dimitri. Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX Physique du sol Prof. Xanthoulis Dimitri Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX Physique du sol Ref: Prof. MERMOUD (EPFL) Ref: Prof. MUZY (EPFL) Ref: Prof. DAUTREBANDE (FUSAGX) Physique du sol

Plus en détail

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens Correction des séances d'exercice Damien Janssens TABLE DES MATIÈRES 1 Analyse Volumétrique des sols 2 1.1 Exercice 1................................................. 2 1.2 Exercice 2.................................................

Plus en détail

Liste des symboles. Liste des variables

Liste des symboles. Liste des variables Liste des symboles Liste des variables a Coefficient d ajustement (loi de rétention paillis) - a LAI Propension de la culture à l interception de l eau de pluie m a s Albédo du sol - a p Albédo du paillis

Plus en détail

Notionsdebaseenphysiquedessols

Notionsdebaseenphysiquedessols CHAPITRE 1 Notionsdebaseenphysiquedessols 1.1 INTRODUCTION Les principaux objectifs de la physique des sols consistent à établir les lois générales décrivant de manière quantitative le comportement à court

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale.

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale. La portance 195 La portance : quelques notions générales La portance peut être définie comme la capacité d un sol à supporter la pression qu exercent sur ce dernier des pneus, des chenilles, les pieds

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

Caractérisation des sites pour infiltration

Caractérisation des sites pour infiltration Caractérisation des sites pour infiltration annexe B Un des aspects les plus importants à considérer pour le dimensionnement d un ouvrage fonctionnant par infiltration est de bien caractériser le site

Plus en détail

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D.

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Présenté à St-Rémi le 4 Décembre 2014 Volets de la présentation Retour

Plus en détail

Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau

Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau 1 Venons en maintenant à ce qui se passe, d un point de vue hydrique, à l échelle de la parcelle avant d aborder l échelle du bassin versant. L eau de pluie (complétée éventuellement par l eau d irrigation)

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

- LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES -

- LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES - - LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES - Cours Master 1 C. Legout Laboratoire d étude des Transferts en Hydrologie et en Environnement Université Joseph Fourier Cedric.Legout@hmg.inpg.fr Plan 1- L eau dans les

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Institute for Thermal Processing Specialists NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Différents symboles ont été employés pour représenter les variables mesurées et dérivées qui sont utilisées

Plus en détail

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs Chapitre3 Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs 1 - Les concepts 2 - Les atouts des chaussées à structures réservoirs en béton 37 Chapitre 3 Les concepts et atouts des revêtements

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique V. Guinot Université Montpellier 2 Maison des Sciences de l Eau 34095 Montpellier Cedex 5 guinot@msem.univ-montp2.fr 1. L hydrologie et l hydraulique

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Éric FAURE / Sébastien CLAVÉ Chambre d Agriculture de Vendée Le réseau de sondes implanté

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015 AIDE À LA MISE EN ŒUVRE Ce document est une aide à la mise en place des stations. Il détaille la composition des filières, leurs implantations et donne des conseils de pose à travers des exemples de chantier.

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Propriétés physiques des sols

Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Liées à 2 notions fondamentales : la texture et la structure Comportements de l air et de l eau du sol en dépendent 1) Texture 2 définitions

Plus en détail

Capteur Humidité du Sol PS-2163

Capteur Humidité du Sol PS-2163 Capteur Humidité du Sol PS-2163 1 2 PS-2153 Sonde Potentiel Hydrique Equipement inclus Référence 1. Capteur PASPORT humidité du sol PS-2163 2. Sonde Humidité du Sol 514-10696 Accessoires Sonde potentiel

Plus en détail

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT Eléments de réflexion sur les outils de calcul utilisés en hydrologie urbaine et leur variables d entrées Rémi WAGNER Page 2/X CONTEXTE Recours recommandé à l utilisation des modèles COMMENT EVITER? Rémi

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995)

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Omar ESSEKELLI Chef de Service Chaussées et Développement Division Technique - DRCR Les entrants du dimensionnement Quatre familles

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

Impact des citernes sur l écrêtement des crues. Dimitri. XANTHOULIS (ULG AgroBioTech)

Impact des citernes sur l écrêtement des crues. Dimitri. XANTHOULIS (ULG AgroBioTech) Impact des citernes sur l écrêtement des crues Dimitri. XANTHOULIS (ULG AgroBioTech) Recensement 2001 en région r wallonne - 30% des logements wallons sont équipés de citerne d eau de pluie - L eau de

Plus en détail

Pédologie. l'ensemble du matériau. Leurs associations atteignent 3 mm et délimitent les éléments structuraux macroscopiques.

Pédologie. l'ensemble du matériau. Leurs associations atteignent 3 mm et délimitent les éléments structuraux macroscopiques. MODALTÉ DE L'NFLTRATON DE L'EAU DANS UN SOL STRUCTURE ZRlS J.M., FRTSCH E,, JANEAU J.L. Pédologie NTRODUCT ON La dynamique de l'eau dans les sols est analysée classiquement par l'intermédiaire des paramètres

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

ANNEXE C-3.4. Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v.

ANNEXE C-3.4. Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v. ANNEXE C-3.4 Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v. Outils présentés : Palier 1 (ESR-N) : Valeurs par défaut Données d infiltration

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

Chapitre 4 Statique des fluides

Chapitre 4 Statique des fluides Chapitre 4 Statique des fluides Un fluide est corps liquide (état compact et désordonné) ou gazeux (état dispersé et désordonné). On ne s intéresse ici qu à une partie de la statique des fluides : la notion

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1 GEFDYN - Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé 6 juin 26 Fernando Lopez-Caballero & Arezou Modaressi Version de Gefdyn : Dyn7229-PC Tests

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

UV UB 08_2015 Correction du TD N 6 : Modélisation pluie-débit

UV UB 08_2015 Correction du TD N 6 : Modélisation pluie-débit UV UB 08_2015 Correction du TD N 6 : Modélisation pluie-débit Objectif : L objectif de ce TD est de caler un modèle pluie-débit évènementiel. C'est-à-dire, un modèle ou seulement quelques évènements bien

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

I) Présentation du modèle de bilan hydrique «BILHYNA»

I) Présentation du modèle de bilan hydrique «BILHYNA» En introduction, nous avons montré notre objectif d intégrer les processus de captation et d infiltration / ruissellement au modèle de bilan hydrique BILHYNA. Nous présentons ici les caractéristiques essentielles

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU Franck WANERT Expert Judicaire docteur en géologie Un sol se sature en passant d un état tri-phasique à un état bi-phasique C est-à-dire qu

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ex1: Variation de la tension de surface et mouvements Film1: On chauffe la surface

Plus en détail

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux Plan détaillé Introduction : le sol (p. 3-5) Partie 1 : l érosion hydrique des sols, facteurs et processus L érosion du sol : définition et

Plus en détail

Caractéristiques hydrodynamiques et termes du bilan hydrique d'un sol sableux de basse-cote d'ivoire

Caractéristiques hydrodynamiques et termes du bilan hydrique d'un sol sableux de basse-cote d'ivoire Soii Water Balance in the SudanoSahelian Tate (Proceedings of the Niamey Workshop, February 1991). IAHS Publ. no. 199,1991. Caractéristiques hydrodynamiques et termes du bilan hydrique d'un sol sableux

Plus en détail

Méthodologies et Glossaire

Méthodologies et Glossaire Caractéristiques Précisions Calculs de performance 1.Performance 2.Performance relative 1.Volatilité 2.Tracking error 3.Ratio d'information 4.Bêta 5.Alpha 6.Ratio de Sharpe 7.Sensibilité Indicateurs de

Plus en détail

La recherche hydrologique de p4ges 26 th March 2015

La recherche hydrologique de p4ges 26 th March 2015 La recherche hydrologique de p4ges 26 th March 2015 L importance de l eau dans la vie humaine Utilisation de l'eau des ménages et de la santé la pêche hydroélectricité irrigation 2 Les dangers de l eau

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail