Politiques sociales à destination des collectifs les plus défavorisés : le Síndic demande le respect des délais et l octroi de moyens supplémentaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politiques sociales à destination des collectifs les plus défavorisés : le Síndic demande le respect des délais et l octroi de moyens supplémentaires"

Transcription

1 Communiqué de presse 16 février 2009 Politiques sociales à destination des collectifs les plus défavorisés : le Síndic demande le respect des délais et l octroi de moyens supplémentaires Le Síndic de Greuges de Catalunya (Médiateur de la Catalogne) a demandé aux administrations de fournir un effort en matière d accueil ainsi que de moyens humains et financiers dans la mise en œuvre des politiques sociales. Lors de la remise de son Rapport annuel 2008 au Parlement, le Síndic, M. Rafael Ribó, a également demandé aux services concernés une célérité et une coordination accrues. M. Ribó a cité comme exemples les déficiences observées dans la gestion de la mise en œuvre de la Loi sur la dépendance, les retards pris dans la reconnaissance des droits et le paiement postérieur de l allocation minimale d émancipation, ainsi que les retards affectant les programmes de suppression des barrières architecturales. Mise en œuvre de la Loi sur la dépendance Au cours de l année 2008, le Síndic a reçu 528 plaintes liées à la mise en œuvre de la Loi sur la dépendance. Sur ce total, les personnes souffrant d un handicap représentent 76 % des plaintes, tandis que les personnes âgées 24%. Pour l essentiel, ces plaintes ont eu trait aux retards pris dans l élaboration du programme individuel de suivi (le PIA, 28,65 % des cas) ainsi que dans l évaluation de l état de dépendance (27,27 %), suivis par les délais excessifs en matière de versement des prestations (15,91 %). Les retards pris dans la résolution des procédures, le manque d information à l égard des intéressés et les déficits détectés en matière de critères et d instruments permettant une gestion unifiée des dossiers et le suivi au cas par cas sont quelques-uns des dysfonctionnements relevés. La plupart des plaintes présentées au cours des derniers mois portent sur les retards pris dans la validation du programme individuel de suivi (PIA) et le versement des prestations. Le Síndic insiste sur le fait qu il est nécessaire d arrêter les mesures d organisation adéquates tout en renforçant les unités ou les services qui en assument la gestion afin de remédier à ces retards. Retards dans l ouverture des droits et le paiement postérieur de l allocation minimale d émancipation L année 2008 est marquée par un nombre important de plaintes sur les lenteurs du processus administratif de reconnaissance des droits à l allocation 1

2 minimale d émancipation, ainsi que sur le paiement de cette aide, une fois les droits ouverts. Dans nombre de cas, la raison de ces lenteurs tient aux difficultés rencontrées pour corriger les erreurs relevées dans les demandes d allocation, attribuables à la gestion commune de ces aides par le Département de l Environnement et du Logement du Gouvernement catalan et le Ministère espagnol du Logement. Le Síndic a néanmoins invité les administrations à procéder avec une diligence spéciale à l instruction des demandes en souffrance, qui est bloquée depuis des mois pour des raisons techniques étrangères aux intéressés, lesquels ne parviennent pas à comprendre pourquoi le règlement des problèmes et des erreurs internes donne lieu à des délais si longs. Accessibilité des personnes souffrant de handicap Le Síndic ne peut manquer d interpeller les pouvoirs publics sur les impératifs d adaptation progressive et d exécution de mesures favorisant la mobilité. Il encourage également les administrations à inscrire dans les programmes politiques des mesures visant à améliorer l accessibilité. L échéance maximale de quinze années fixée par la loi pour l élaboration et la mise en œuvre des programmes de suppression des barrières architecturales est arrivée à expiration début décembre Malgré cela, les communes de Catalogne présentent encore des conditions globales d accessibilité nettement inférieures au seuil minimal souhaitable afin que les personnes souffrant d un handicap puissent se déplacer de manière autonome dans l espace public. Le Síndic a été saisi de plaintes liées à des difficultés d accessibilité rencontrées à l échelon local ainsi qu auprès de différents opérateurs de transports publics. En augmentation de 8,8 % par rapport à l année 2007, les affaires instruites par le Síndic ont presque quadruplé depuis l année 2004 Avec un total de dossiers, qui se répartissent entre plaintes (23,66 %), 97 actions d office (0,41 %) et demandes d information (75,93 %), le nombre d affaires traitées par le Síndic en 2008 présente une augmentation de 8,8% en l espace d un an. Par rapport aux chiffres de l année 2004, les affaires traitées ont augmenté de 259,5 % ; en d autres termes, le nombre de dossiers instruits par le Síndic a été multiplié par plus de 3,5 % entre 2004 et Si l on additionne le nombre de personnes qui ont présenté une plainte (12 397), qu elle soit collective ou individuelle, à celui des demandes d information reçues en tenant compte des demandes d information de caractère individuel, on atteint en 2008 le chiffre de personnes dont les requêtes ont été examinées par le Síndic. 2

3 Affaires traitées en 2008 Plaintes ,66 % Actions d office 97 0,41 % Consulta ,93 % Total % 24% 76% Plainte (P) : Démarche entreprise par des personnes en vue d exposer leur mécontentement du fait de l action ou du défaut d action de l Administration publique. Action d office (AO) : Enquête instruite de son propre chef par le Síndic sur une question relevant de la protection des droits de la personne. L objectif de cette enquête peut être de contrôler l activité des administrations publiques ou de veiller au respect des droits publics devant des situations sociales particulièrement sensibles. Demande d information (D) : Démarche entreprise par des personnes en vue d obtenir des renseignements ou une orientation sur une question concrète. Dans le cas où l affaire donne lieu à un dépôt de plainte, son auteur se voit renseigner sur les modalités de présentation de la réclamation ; dans le cas contraire, le demandeur est réorienté vers l interlocuteur le plus qualifié pour lui fournir les informations nécessaires ou résoudre le problème soulevé. Évolution du nombre de plaintes et de demandes d information au cours des cinq dernières années Plaintes Actions d office Demandes d information Total

4 Répartition des affaires traitées par secteur d intervention Actions d office Plaintes Demandes d information Total 1 Administration publique et droits 14 14,43 % ,25 % ,92 % ,74 % 2 Consommation 9 9,28 % 444 7,91 % ,50 % ,72 % 3 Culture et langue 0,00 % 50 0,89 % 295 1,64 % 345 1,46 % 4 Éducation 11 11,34 % 523 9,32 % 676 3,75 % ,10 % 5 Immigration 0,00 % 47 0,84 % 194 1,08 % 241 1,02 % 6 Enfance et adolescence 20 20,62 % 187 3,33 % 290 1,61 % 497 2,10 % 7 Environnement 9 9,28 % 444 7,91 % 956 5,31 % ,94 % 8 Travail et retraites 4 4,12 % 79 1,41 % 540 3,00 % 623 2,63 % 9 Santé 14 14,43 % 332 5,92 % 940 5,22 % ,42 % 10 Sécurité publique et justice 8 8,25 % ,53 % ,65 % ,57 % 11 Services sociaux 3 3,09 % ,56 % ,76 % ,06 % 12 Fiscalité 3 3,09 % 223 3,98 % 664 3,69 % 890 3,75 % 13 Urbanisme et logement 2 2,06 % ,14 % ,50 % ,33 % Affaires d ordre privé ou 14 indéterminées ,37 % ,15 % Total % % % % Comme lors des années précédentes, c est le secteur de l administration publique et des droits qui regroupe, entre autres, les affaires liées à la procédure administrative, la fonction publique ou la participation aux affaires publiques qui a occasionné le plus grand nombre de plaintes (19,25 %) et de demandes d information (19,92 %). Du fait de l application de la Loi sur la dépendance, le domaine des services sociaux est arrivé en seconde position en nombre de plaintes traitées (16,56 %), suivi par l urbanisme et le logement (12,14 %), et la sécurité publique et la justice (10,53 %). Par ailleurs, en termes de taux de satisfaction, les résolutions émises par le Síndic en 2008 ont été intégralement satisfaites pour 78,59 % d entre elles, et partiellement pour 7,95 %. 4

5 Quelques questions qui ont marqué l année 2008 Le Síndic constate que les consommateurs sont de plus en plus vigilants en matière d exercice de leurs droits, et rappelle que les nouvelles dispositions statutaires lui permettent dorénavant d intervenir sur les questions concernant les entreprises privées prestataires de services d intérêt général. Consommation Signature de conventions et collaboration avec les grandes entreprises de services Au cours de l année 2008, le Síndic a signé divers accords avec des entreprises prestataires de services d intérêt général, tant privées que publiques. À ce jour, des conventions ont déjà été signées avec l entreprise de transports publics rattachée au Gouvernement de la Catalogne, Ferrocarrils de la Generalitat de Catalunya, mais aussi avec les sociétés Gas Natural, Fecsa ENDESA et Telefónica, au cours de l exercice 2007 pour cette dernière. Ayant permis d accélérer l instruction des plaintes, la conclusion de ces accords témoigne également de la bonne volonté avec laquelle ces entreprises s en remettent à la supervision du Síndic, gage manifeste de transparence et de bonne gouvernance. Définition de la connexion Internet à large bande comme service universel Le Síndic constate que les progrès sont très lents dans la définition de l accès à Internet par connexion à large bande comme partie intégrante du service universel garanti dans le domaine des télécommunications. Le statut de service universel, basique et fondamental, permettrait à quiconque, quel que soit son lieu de résidence et de travail, d accéder à une connexion à large bande à des tarifs abordables, en même temps qu il renforcerait les garanties de chacun en termes d accès et de qualité du service. Ce statut permettrait également de mettre en place une réglementation spécifique et de mettre un terme à de nombreux abus qui affectent aujourd hui les utilisateurs de ces services, captifs des compagnies fournisseuses d accès. Le constat s impose encore de ce que les délais ne sont pas tenus en matière de fourniture d accès à la large bande pour les petites communes situées en zone rurale, dans des conditions égales à celles dont jouit le reste de la Catalogne. Signalons également que, dans certaines zones urbaines, des difficultés perdurent en matière d accès à Internet à une vitesse convenable. Éducation Déficits dans la planification de l offre éducative En raison de la saturation de l offre et de l insuffisante affectation de places scolaires, des élèves se sont vu assigner des places en dehors de leur secteur de rattachement géographique ou dans des établissements éloignés de leur domicile familial, et il a été procédé à une augmentation du nombre d élèves par classes et par groupes, ainsi qu à l agrandissement de certains établissements, une fois terminées les préinscriptions. Les plaintes transmises renvoient aux problèmes liés à la saturation de l offre et aux insuffisances dans l affectation des places scolaires. 5

6 Ces problèmes de planification s ajoutent aux retards affectant le démarrage des mises en chantier de nouveaux établissements (ou des travaux de réhabilitation et d entretien des établissements existants) destinés à remplacer l ensemble des écoles, collèges et lycées installés dans des conditions provisoires, qui se trouvent contraints de recourir à des salles de classe préfabriquées. Entraînant trop souvent une reconversion en salles de classe d espaces conçus pour un autre usage, ces retards qui caractérisent les processus de construction ne contribuent pas à garantir la qualité du système éducatif public. Cela crée des problèmes d espace, et ces locaux sont souvent très précaires et dotés de cours dépourvues d équipements sportifs ou d un nombre insuffisant de sanitaires par rapport au nombre d élèves. Ces conditions de précarité ont des effets secondaires négatifs sur l orientation de la demande dans le cadre des procédures d admission, accentuant les problèmes de ségrégation à l école, comme l a illustré le rapport extraordinaire sur cette question remis au Parlement en mai Par ailleurs, le Síndic constate que les engagements souscrits en matière de construction de nouveaux établissements ne sont pas respectés. Enfance Suroccupation dans les centres de mineurs L engorgement qui affecte de nombreux centres de mineurs a également des répercussions négatives sur l affectation de moyens à la hauteur des besoins des enfants et sur la garantie de la qualité d accueil nécessaire. La création de nouvelles places dans le courant de l année 2008 n a pas suffi à enrayer cette tendance. Sous l effet de la fermeture de plusieurs centres et de la pression induite par le nombre d enfants sous tutelle, beaucoup de centres résidentiels d action éducative (CRAE) et de centres d accueil restent dans une situation où ils ont atteint leurs capacités. Cette suroccupation s avère particulièrement alarmante dans certains centres où le nombre d enfants contraints de dormir ensemble dans une même cellule, joint au fait qu ils ne disposent pas d armoires ni de tables de nuit individuelles pour y déposer leurs affaires, nuit à leur nécessaire intimité. Les chambres ne sont pas non plus équipées de tables d étude individuelles. Dans le cas des centres d accueil, cette suroccupation est en partie imputable à l allongement du séjour des enfants, soit en raison de la non disponibilité des structures résidentielles proposées, soit parce que les mineurs y demeurent dans l attente d une adoption ou d un accueil. Justice Les personnels vacataires au sein de l administration judiciaire Les plaintes concernant des retards inconsidérés ont fait apparaître que les personnels vacataires sont très présents au sein des effectifs des organes judiciaires, ce qui implique un haut degré de mobilité. Dans certains organes judiciaires, les effectifs des personnels auxiliaires sont aujourd hui dépassés et se sont révélés, dans de nombreux cas, incapables de faire face à l augmentation de la charge de travail. Par ailleurs, les plaintes ont également permis de relever que dans certains organes judiciaires, bénéficiant pourtant d effectifs au complet, il pouvait parfois arriver qu un employé soit en congé maladie en même temps qu un autre en congé pour d autres motifs ou absent pour cause de réduction du 6

7 temps de travail. Si l on ajoute à cela les difficultés rencontrées pour pourvoir à un congé maladie de manière immédiate et la présence de personnels vacataires insuffisamment formés parmi les effectifs restants, les organes judiciaires concernés peuvent connaître des situations véritablement insoutenables. Le Département de la Justice du Gouvernement catalan devrait proposer au Ministère de réaménager les effectifs en vue de réduire le nombre de vacances des personnels auxiliaires. Pour ce qui est des fonctionnaires, il devrait être pourvu à leurs vacances immédiatement dès qu elles se produisent par le recours à des personnels vacataires dûment formés. Le Département de la Justice ne peut se retrancher derrière l excuse des contraintes budgétaires pour se décharger des compétences qui sont les siennes en matière d aménagement et de redistribution des moyens en personnels qu il administre. Registres de l état civil Le Síndic invite instamment les administrations concernées à mettre un terme à la situation de paralysie et d engorgement qui prévaut au sein des registres de l état civil. Après avoir été saisi de 53 plaintes relatives au mauvais fonctionnement des registres de l état civil, le Síndic a ouvert une action d office qui a donné lieu à toute une série de propositions et de recommandations destinées à améliorer le service offert. Parmi ces recommandations, le Síndic a suggéré d équiper les registres de standards téléphoniques dotés d au moins deux lignes d information au public, ainsi que d étendre les horaires d accueil en ouvrant deux après-midi par semaine, comme c est déjà le cas à Barcelone. Par ailleurs, l accueil du public requiert la mise en place de comptoirs d information et d accueil des usagers à même d assurer une fonction d orientation générale dans les locaux, de fournir les principales informations concernant les démarches à accomplir auprès du registre, etc. Il a également été proposé d offrir de nouveaux services dont les formalités pourront être effectuées sur Internet, comme un système de prise de rendezvous pour les déclarations de naissance, la constitution d un dossier de mariage et les formalités à remplir pour la délivrance d une fiche d état civil, d un certificat de vie ou d un certificat de nationalité. Santé Gratuité des visites dans les centres de vaccination internationale Le Síndic a recommandé au Département de la Santé du Gouvernement catalan d instaurer la gratuité des visites dans les centres de vaccination internationale, qui deviendraient ainsi une nouvelle prestation prise en charge par la santé publique. Cette suggestion se base sur l augmentation sensible du nombre de personnes effectuant des voyages à l étranger, parmi lesquelles de nombreuses personnes immigrées qui retournent dans leurs pays d origine pour y passer leurs vacances et rendre visite à leurs familles. Face à cette nouvelle situation, qui a provoqué l apparition dans notre pays de maladies importées, il devient nécessaire, d un côté, de mettre en place des mesures de prévention afin d éviter, dans la mesure du possible, que les voyageurs ne contractent des maladies lors de leurs voyages et, de l autre, de 7

8 soigner ceux qui reviendraient de voyages affectés d une quelconque pathologie. En Catalogne, les centres de vaccination sont rattachés soit à l Institut catalan de la santé (ICS), soit au Service extérieur du Ministère de la Santé, soit à d autres centres. Les visites qu on y effectue peuvent être ou non payantes, selon l affiliation de chaque centre, tandis que le tarif des visites payantes varie selon qu il s agit ou non d un centre rattaché à l ICS. Le Síndic rappelle également à ce sujet que la surveillance et le contrôle des risques sanitaires potentiels occasionnés par le trafic international de voyageurs sont des prestations inscrites dans la Loi espagnole sur la cohésion et la qualité du Système national de santé. Procédure administrative Droit de réponse Le nombre de plaintes qui pointent le manque de réponse des administrations publiques reste très élevé. Dans de tels cas, les administrations manquent à leur devoir exprès de réponse à toutes les réclamations qui leur sont adressées. La législation établissant pour les administrations l obligation de fournir une réponse satisfaisante et justifiée, le Síndic considère une telle pratique comme un indicateur de mauvaise administration. Qui plus est, l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication doit faciliter la gestion, la recherche et la localisation de l information. Ces réclamations devraient ainsi diminuer à la mesure de l augmentation des informations mises en ligne. RELATIONS MÉDIAS Ton Clapés Tel. :

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Décret n o 2015-1542 du 26 novembre 2015 portant publication de l accord entre le Gouvernement

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET CONTRAT DE SERVICE CHARGÉ DE PROJET Entente entre le centre de la petite enfance [nom du CPE] [adresse] et [Nom de la personne assumant les responsabilités

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes.

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. QMS-AUD-01 Audits internes 1 Domaine et application 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. 1.2 Domaine d application Tous les aspects du SGQ

Plus en détail

FORMATION. PERSONNEL FONCTIONNAIRES COMMUNAUX Formation 1. Sommaire

FORMATION. PERSONNEL FONCTIONNAIRES COMMUNAUX Formation 1. Sommaire PERSONNEL FONCTIONNAIRES COMMUNAUX Formation 1 FORMATION Sommaire Loi modifiée du 24 décembre 1985 fixant le statut général des fonctionnaires communaux (Extrait: Art. 42)... 3 Règlement grand-ducal du

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/128 DÉLIBÉRATION N 09/067 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DES REGISTRES

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Le contrôle de la qualité des services

Le contrôle de la qualité des services Le contrôle de la qualité est essentiel à l amélioration continue des services aux usagers. En fonction des obligations du ministère de la Santé et des Services sociaux, le Protecteur du citoyen a analysé,

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90. Vu le code de la sécurité sociale articles L.33 et suivants

CIRCULAIRE CDG90. Vu le code de la sécurité sociale articles L.33 et suivants CIRCULAIRE CDG90 18/14 CONGE DE MATERNITE : CONDITION D OCTROI ET DUREE POUR LES FONCTIONNAIRES RELEVANT DU REGIME SPECIAL DE SECURITE SOCIALE Vu le code général des collectivités territoriales Vu le code

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

ACCORD 2002-01 DE LA BRANCHE SANITAIRE, SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE A BUT NON LUCRATIF

ACCORD 2002-01 DE LA BRANCHE SANITAIRE, SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE A BUT NON LUCRATIF ACCORD 2002-01 DE LA BRANCHE SANITAIRE, SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE A BUT NON LUCRATIF Visant à mettre en place le travail de nuit Préambule Dans le cadre des dispositions du chapitre 3 «encadrement du travail

Plus en détail

ASSURANCE GRATUITE DES TRAVAILLEURS BENEVOLES

ASSURANCE GRATUITE DES TRAVAILLEURS BENEVOLES ASSURANCE GRATUITE DES TRAVAILLEURS BENEVOLES AIDE DE LA PROVINCE DE HAINAUT DANS LA PROCEDURE DE SOUSCRIPTION La Belgique compte plus d un million et demi de travailleurs bénévoles qui rendent chaque

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 07/2015 CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 1.1. Définitions 1.1.1. Le Centre de Formation à Distance, appartenant au groupe CFDF, société à responsabilité limitée de droit français dont

Plus en détail

Tableau comparatif des décrets. Centre de vacances Accueil Temps Libre Ecole de devoirs

Tableau comparatif des décrets. Centre de vacances Accueil Temps Libre Ecole de devoirs Réseau Coordination Enfance asbl Tableau comparatif des décrets Centre de vacances Accueil Temps Libre Ecole de devoirs RCE asbl Rue Philomène, 37 1030 Bruxelles 02 203 65 75 02 218 87 34 rce@skynet.be

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» SCSZ/09/042 DELIBERATION N 09/030 DU 5 MAI 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LA BANQUE

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1

PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1 SOMMAIRE PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1 LIVRE I L AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET ADULTES HANDICAPES... 3 PARTIE

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS SUR LES RÈGLES D ORGANISATION DE LA PRESTATION DES SERVICES D UNE GARDERIE

RENSEIGNEMENTS SUR LES RÈGLES D ORGANISATION DE LA PRESTATION DES SERVICES D UNE GARDERIE FICHE DE RÉFÉRENCE RENSEIGNEMENTS SUR LES RÈGLES D ORGANISATION DE LA PRESTATION DES SERVICES D UNE GARDERIE Ce document sur les règles d organisation de la prestation des services de garde est destiné

Plus en détail

TITRE I : LES TITULAIRES TROISIEME PARTIE : LES AUTORISATIONS D ABSENCE

TITRE I : LES TITULAIRES TROISIEME PARTIE : LES AUTORISATIONS D ABSENCE section temps de travail TITRE I : LES TITULAIRES TROISIEME PARTIE : LES AUTORISATIONS D ABSENCE PREMIER CHAPITRE : FACILITES HORAIRES POUR RAISONS Dernière mise à jour : Septembre 2012 TEXTES APPLICABLES

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance REF 118 01 Sauvegarde à distance de données numériques REFERENCE : PCE-118-01 30/03/2001 PCE- 118 01 Page 1 sur 17 30/03/2001 Toute reproduction

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 1er février 2013 relative à la domiciliation en établissement pénitentiaire NOR : JUSK1240044C La garde des sceaux, ministre de la justice, Le ministre de l'intérieur, Pour attribution à

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Instruction n INS05R143DFI du 19 mai 2005 Secrétariat général Direction des finances MAI 2005 TABLE DES MATIERES PREAMBULE...2 1.

Plus en détail

Contrat d abonnement Internet

Contrat d abonnement Internet Contrat d Abonnement Internet Entre la Banque de Saint-Pierre et Miquelon, S.A. au Capital de 16 288 935 EUR dont le siège social est à Saint Pierre & Miquelon, 24, rue du 11 novembre, 97500 Saint Pierre

Plus en détail

DIRECTOIRE D APPLICATION

DIRECTOIRE D APPLICATION CNE1.2010.1213 ACCORD PROFESSIONNEL SUR L ORGANISATION DE L EMPLOI DANS L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DU PREMIER DEGRE du 10 février 2006 modifié le 11 décembre 2008 et le 10 novembre 2009 DIRECTOIRE D APPLICATION

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

956.121 Ordonnance sur le personnel de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers

956.121 Ordonnance sur le personnel de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers Ordonnance sur le personnel de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Ordonnance sur le personnel FINMA) du 11 août 2008 (Etat le 1 er janvier 2009) Approuvée par le Conseil fédéral

Plus en détail

Annexe clause sociale de formation

Annexe clause sociale de formation Annexe clause sociale de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune (RAJ)... 2 2. Le régime d apprentissage construction (RAC)... 5 3. La convention d insertion socioprofessionnelle

Plus en détail

- Actions de 35h et plus - Cahier des charges de l appel à propositions Référencement de l offre 2015

- Actions de 35h et plus - Cahier des charges de l appel à propositions Référencement de l offre 2015 - Actions de 35h et plus - Cahier des charges de l appel à propositions Référencement de l offre 2015 CONSTRUCTYS M.P. APPEL A PROPOSITIONS 2013 Contenu 1. Organisme commanditaire... 3 2. Contexte... 4

Plus en détail

p tit flon Règlement

p tit flon Règlement p tit flon Règlement ART. 1 : BUT Le présent règlement définit les droits et obligations des parent, du personnel éducatif et de la Direction du p tit flon dans l intérêt bien compris des enfants accueillis.

Plus en détail

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

R.O.I. DE LA SECTION CONNAISSANCE DE GESTION DE BASE

R.O.I. DE LA SECTION CONNAISSANCE DE GESTION DE BASE COURS DE PROMOTION SOCIALE D UCCLE R.O.I. DE LA SECTION CONNAISSANCE DE GESTION DE BASE PO : Administration communale d Uccle Localisation : avenue De Fré, 62a 1180 Bruxelles Tél : 02/374 05 48 Fax : 02/375

Plus en détail

CENTRE DE PRÉPARATION À L ADMINISTRATION GÉNÉRALE de Sciences Po Bordeaux

CENTRE DE PRÉPARATION À L ADMINISTRATION GÉNÉRALE de Sciences Po Bordeaux CENTRE DE PRÉPARATION À L ADMINISTRATION GÉNÉRALE de Sciences Po Bordeaux RÉGLEMENT DES ÉTUDES Vu le Décret 89-901 du 18 décembre 1989 relatif aux Instituts d Études Politiques ; Vu le Décret 89-902 du

Plus en détail

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE *******

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* REFERENTIEL DE CERTIFICATION RENOVATION ENERGETIQUE Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* Organisme Certificateur CERTIBAT 45 rue Boissière 75116 PARIS Tel : 01 82 73 15 29 www.certibat.fr

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/001 DÉLIBÉRATION N 11/001 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Accord entre la Suisse et l Espagne sur l engagement de travailleurs espagnols en vue de leur emploi en Suisse

Accord entre la Suisse et l Espagne sur l engagement de travailleurs espagnols en vue de leur emploi en Suisse Texte original Accord entre la Suisse et l Espagne sur l engagement de travailleurs espagnols en vue de leur emploi en Suisse 0.142.113.328 Conclu le 2 mars 1961 Approuvé par l Assemblée fédérale le 28

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000.

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. N. Réf. : 10 / A / 2000 / 036 OBJET : Projet d arrêté royal autorisant la Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale et les sociétés immobilières de service

Plus en détail

Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE)

Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE) Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE) Textes de référence Lois 84-23 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, et notamment son article

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 116 questionnaires collectés / 20 questions Résultats en % des exprimés 1. Le contexte de l étude À votre écoute pour

Plus en détail

Pour l École de l égalité, Intégration des élèves handicapés

Pour l École de l égalité, Intégration des élèves handicapés novembre 2007 Secrétariat National à la Santé Pour l École de l égalité, Intégration des élèves handicapés Sommaire Introduction 3 I. Les accessibilités 4 a. Les moyens matériels 4 b. Les moyens humains

Plus en détail

Enquête de satisfaction sur l accueil en préfecture

Enquête de satisfaction sur l accueil en préfecture Enquête de satisfaction sur l accueil en préfecture Contrôle de gestion Qualité Présentation et analyse des résultats 28 octobre 2013 SOMMAIRE 1. introduction page 1 2. modalités d organisation page 1

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît...

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... Peter Verschelden Expert-comptable Lors de la constitution d une nouvelle société, on opte généralement pour une forme de société

Plus en détail

211.222.338. Ordonnance sur le placement d enfants (OPE) 1. Dispositions générales. du 19 octobre 1977 (Etat le 1 er janvier 2014)

211.222.338. Ordonnance sur le placement d enfants (OPE) 1. Dispositions générales. du 19 octobre 1977 (Etat le 1 er janvier 2014) Ordonnance sur le placement d enfants (OPE) 1 211.222.338 du 19 octobre 1977 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 316, al. 2, du code civil (CC) 2, vu l art. 30, al. 2, de la

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES Septembre 2008 1 Direction Générale Adjointe Solidarités Formations tout au long de la vie Direction des Solidarités

Plus en détail

Protection des données personnelles et refus de crédit

Protection des données personnelles et refus de crédit GUIDE PRATIQUE Protection des données personnelles et refus de crédit ÉDITION 03/2003 Sommaire PRÉSENTATION page 2 VÉRIFIER QUE VOUS N ÊTES PAS FICHÉ A LA BANQUE DE FRANCE page 3 LES EXPLICATIONS POSSIBLES

Plus en détail

DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B

DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Titre du document... 3 1.2. Objet... 3 1.3. Convention de lecture... 3 1.4.

Plus en détail

DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS

DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS 1) Le texte de référence DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS N.B. : ce texte sera toujours mentionné dans les diverses réponses des pages suivantes. UTILISATION DES VEHICULES PERSONNELS DES ENSEIGNANTS

Plus en détail

C I R C U L A I R E 2.2013 - janvier 2013 COMPOSITION DU DOSSIER INDIVIDUEL DES AGENTS PUBLICS GERE SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

C I R C U L A I R E 2.2013 - janvier 2013 COMPOSITION DU DOSSIER INDIVIDUEL DES AGENTS PUBLICS GERE SUR SUPPORT ELECTRONIQUE C I R C U L I R E 2.2013 - janvier 2013 COMPOSITION U OSSIER INIVIUEL ES GENTS PUBLICS GERE SUR SUPPORT ELECTRONIQUE Références : - loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires,

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE Le projet de loi relatif au droit des étrangers Juillet 2014 Les chiffres de l immigration 200.000 étrangers hors UE sont accueillis chaque

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur Les enfants Mai 2013 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax: +355 (4) 2380 313

Plus en détail

Les motifs de saisine de la commission de réforme

Les motifs de saisine de la commission de réforme Accueil > CDG71 > Santé au travail > Commission de réforme > Les motifs de saisine de la commission de réforme Les motifs de saisine de la commission de réforme Dernière modification le 22/07/2013 L'accident

Plus en détail

GENERALITES II. ORGANISATION ET ORGANES DE L EXAMEN III. INSCRIPTION A L EXAMEN, FRAIS ET CONDITIONS D ADMISSION IV. CONTENU ET MATIERE DE L EXAMEN

GENERALITES II. ORGANISATION ET ORGANES DE L EXAMEN III. INSCRIPTION A L EXAMEN, FRAIS ET CONDITIONS D ADMISSION IV. CONTENU ET MATIERE DE L EXAMEN Table des matières I. GENERALITES II. ORGANISATION ET ORGANES DE L EXAMEN III. INSCRIPTION A L EXAMEN, FRAIS ET CONDITIONS D ADMISSION IV. CONTENU ET MATIERE DE L EXAMEN V. DEROULEMENT DE L EXAMEN VI.

Plus en détail

III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire

III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire A. La naturalisation La qualité de Luxembourgeois s acquiert par naturalisation. La naturalisation confère à l étranger tous les droits civils

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant CRC/C/OPSC/AZE/CO/1 Distr. générale 12 mars 2012 Français Original: anglais Comité des droits de l enfant Cinquante-neuvième session 16 janvier

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

ARRETE NOR: EQUS0100026A. Version consolidée au 27 mars 2015

ARRETE NOR: EQUS0100026A. Version consolidée au 27 mars 2015 ARRETE Arrêté du 8 janvier 2001 relatif à l exploitation des établissements d enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteur et de la sécurité routière. NOR: EQUS0100026A Version

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Rue des Chanoines 2, 1700 Fribourg T +41 26 322 50 08, F +41 26 305

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 01/09/2014 Isabelle Riera Diaz Il existait jusqu ici divers statuts permettant de protéger ou représenter

Plus en détail

DIRECTOIRE D APPLICATION 2014

DIRECTOIRE D APPLICATION 2014 CNE1.2014.334 ACCORD PROFESSIONNEL SUR L ORGANISATION DE L EMPLOI DANS L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DU PREMIER DEGRE du 10 février 2006 modifié le 11 décembre 2008, le 10 novembre 2009 et du 31 janvier 2014

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC Le contentieux est la manifestation d approches opposant les intérêts de parties différentes

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE Article 1: Cadre normatif Le présent Manuel contient les dispositions appliquées

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

DISPOSITIONS STATUTAIRES

DISPOSITIONS STATUTAIRES REGLEMENT MUNICIPAL APPLICABLE AUX AGENTS TERRITORIAUX SPÉCIALISÉS DES ÉCOLES MATERNELLES PRÉAMBULE Le présent règlement a pour but de rassembler les dispositions applicables aux Agents Territoriaux Spécialisés

Plus en détail

Règlement intérieur de la Bibliothèque Municipale d Auxonne

Règlement intérieur de la Bibliothèque Municipale d Auxonne Règlement intérieur de la Bibliothèque Municipale d Auxonne Vu le Code du Patrimoine, et notamment les articles L 114-2 et L310-1 ; Vu le Code Général des Collectivités Territoriales ; et notamment les

Plus en détail

Avant de passer aux explications, voici une nouvelle qui fera plaisir à beaucoup d auditeurs.

Avant de passer aux explications, voici une nouvelle qui fera plaisir à beaucoup d auditeurs. Édition spéciale «Résidents longue durée» Le «permis de séjour de résident de longue durée CE»: la nouvelle autorisation qui substitue la carte de séjour. Cette édition, comme celle du 20 décembre, est

Plus en détail

DÉPLACEMENT HORS DE FRANCE MÉTROPOLITAINE

DÉPLACEMENT HORS DE FRANCE MÉTROPOLITAINE TITRE NEUF DÉPLACEMENT HORS DE FRANCE MÉTROPOLITAINE Article Soixante-quatre - Conditions générales Les entreprises qui exercent habituellement ou occasionnellement une activité hors de France métropolitaine

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR La Protection sociale des étrangers Ali BEN AMEUR Introduction et recommandations Présentation de la séance et de son déroulement. Le Droit de la Protection sociale est vaste, complexe et évolutif. Durant

Plus en détail