INTRODUCTION. Patrick RAYOU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. Patrick RAYOU"

Transcription

1 Patrick RAYOU «J ai récité ma tablette et pris mon repas ; j ai préparé ma nouvelle tablette, j ai écrit dessus, je l ai remplie ; après ils m ont donné mon travail oral et, dans l après-midi, ils m ont donné mon travail écrit. Je suis rentré chez moi J ai lu ma tablette et mon père était content Réveille-moi tôt demain. Je ne dois pas être en retard, sinon mon maître me fouettera. Je suis arrivé avant mon maître, je l ai salué avec respect. Mon maître a dit : ton écriture n est pas bonne et il m a fouetté. Il m a dit : tu n as pas bien pratiqué l art du scribe. 1» Les écoliers ont toujours fait des devoirs, comme en atteste, entre autres, ce fragment de tablette écrite à Sumer il y a environ ans. Chaque soir, les élèves de tous niveaux scolaires ramènent à la maison du travail qu ils doivent effectuer pour l école en dehors de l école. Il semble en effet bien normal de consolider les apprentissages faits en classe, d apprendre à l occasion les règles intellectuelles, sociales et morales inhérentes au travail humain. Mais les enfants sont traités bien différemment lorsqu ils ne s acquittent pas convenablement de leur tâche et, de façon générale, les systèmes éducatifs selon leurs finalités et selon les époques, introduisent beaucoup de variations sur un thème pourtant commun. Notre propre école connaît aujourd hui une recrudescence de ces travaux en raison de la scolarisation massive de la jeunesse et de la part de plus en plus importante prise par les certifications scolaires dans l accès à l emploi. Le nombre d acteurs adultes de statuts différents qui contribuent à encadrer le travail prescrit par les enseignants, mais réalisé hors de leur présence, ne cesse lui aussi de croître. Tout cela est assez surprenant si l on considère en même temps que, comme cela sera analysé à plusieurs reprises dans cet ouvrage, le bien fondé du travail hors la classe 2, notamment dans ses modalités actuelles de prescription et de réalisation, est loin d être évident. Plus étrange encore, les appels à l interdiction du travail écrit hors la classe à l école primaire, les tentatives d en limiter, de façon générale, l importance sont rarement suivis d effet. Si une telle pratique, dont les vertus sont 1. Rapporté par Elsie Rockwell (1999, p. 115). 2. Dans cet ouvrage, nous appelons «travail hors la classe» des tâches orales ou écrites données par les enseignants à leurs élèves et effectuées hors de leur regard et de leur soutien direct, que ce soit dans l école (étude surveillée, aide aux devoirs ), ou hors de l école (dans les familles ou au sein d associations ou d organismes privés). 9

2 PATRICK RAYOU toujours a démontrer, se maintient envers et contre tout, c est vraisemblablement parce qu elle relève de croyances partagées sur l éducation qui, comme la foi dans l efficacité des redoublements, maintes fois démentie par des enquêtes nationales et internationales, à défaut de déboucher sur des pratiques satisfaisantes, ont pour principale vertu de souder des groupes d acteurs. Un accord de ce type interroge cependant à un moment où la démocratisation de l école marque le pas. Les enquêtes réalisées au moment du Débat sur l avenir de l école 3 montrent que, depuis la deuxième moitié des années 1990, la part d une classe d âge qui obtient le baccalauréat ne croît plus. Une des réponses apportées à ce phénomène préoccupant réside précisément dans le renforcement de l aide apportée aux élèves pour faire leur travail scolaire lorsqu ils ne sont plus en classe, qu il s agisse des dispositifs mis en place par l école elle-même ou par les collectivités territoriales, mais aussi par une offre privée qui ne cesse de croître. Est-elle véritablement adaptée à la situation? De ce point de vue, la recherche en éducation et la formation des enseignants nous laissent assez démunis. Nous savons, grâce aux enquêtes de l INSEE notamment, beaucoup de choses sur la place du travail hors la classe dans la vie des élèves et dans celle des familles. Les travaux de Dominique Glasman, très souvent mobilisés dans cet ouvrage, nous apportent beaucoup d éléments importants sur les types d aides aux devoirs qui, du simple soutien au coaching, se sont considérablement diversifiés et entrent dans des stratégies familiales extrêmement diverses et socialement contrastées. Des recherches sur le rapport des familles populaires à l école indiquent les difficultés de celles-ci à en comprendre les attentes et à aider leurs enfants à y faire face. Nous sommes cependant moins informés sur ce qui se passe dans les moments et les lieux de l après-classe où se déroulent les travaux des élèves. Quels liens les enseignants établissent-ils entre travail en classe et travail hors la classe? Comment leurs attentes sont-elles appréhendées par les adultes qui prennent le relais? Comment analyset-on les difficultés des élèves dans les dispositifs mis en place? Comment tente-t-on de les aider? Y a-t-il des convergences ou des tensions entre les manières de s occuper de l élève et de l enfant? Quel sens les élèves eux-mêmes donnent-ils à ces travaux? Comment s en acquittent-ils? La liste des questions sans réponses bien étayées n est pas close. Du côté de la formation des enseignants, les plans mis en œuvre en IUFM ne comportent que très peu de moments où est analysé le fait même de faire travailler des élèves hors de leurs regards. La pratique s en perpétue sans que le cortège de questions redoutables qui l accompagne soit vraiment pris en compte. Le travail de notre équipe ne prétend pas leur apporter des réponses exhaustives et définitives. Il tente seulement de construire ces questions en problème en les arrachant à la naturalité supposée des pratiques qui les font surgir, en essayant de saisir plusieurs des logiques complexes qui les tissent. Car c est vraisemblablement parce que le travail hors la classe se trouve au carrefour de nombreux phénomènes constitutifs du monde scolaire et de ses rapports avec le reste de la société qu il échappe à chaque série de critiques qui lui est adressée, qu il se maintient et prospère en étendant son empire de plus en plus loin. Les deux séries de causes que nous tentons de dégager ici et de croiser relèvent des champs de la didactique et de la sociologie. La première nous apprend ce que les enseignants et les 3. Pour la réussite de tous les élèves. Rapport de la Commission du débat national sur l avenir de l École présidée par Claude Thélot. La Documentation française,

3 élèves ont à faire ensemble, nous montre les élèves devant des exercices, ce qui est requis pour les réussir, les types de difficultés rencontrées, les présupposés d un travail autonome. Mais elle nous dit peu de ce qui se joue de spécifique dans le travail hors la classe. Pourquoi les difficultés ou les facilités des élèves à travailler seuls y prennent une importance particulière. Est-il semblable ou différent d apprendre de façon scolaire dans l école et en dehors d elle? La sociologie nous dit, elle, que les apprentissages ne sont jamais exempts de tentatives de groupes sociaux d en réguler, voire de s en approprier les finalités et les modalités. Le marché qui se développe autour du travail hors la classe habilite en particulier ce point de vue. Mais pourquoi tel ou tel type de prescription serait-il socialement plus ou moins discriminant? En quoi la division du travail intellectuel qu introduit la pratique des devoirs relève-t-elle d une nécessité interne ou de stratégies de domination? Il nous semble qu il faut articuler ensemble ces deux approches des enjeux cognitifs et sociaux des savoirs pour proposer quelques explications fondées sur ce que cette pratique si banale recèle encore de mystère. Nous faisons l hypothèse que la prescription de travail hors la classe aux élèves se fait aujourd hui sur le mode d une «externalisation» caractérisée par le fait qu ils agissent hors du regard et de l aide de leurs maîtres et par la mise en place de sous-traitances de l activité d enseignement. Nous interrogeons alors ce travail d un double point de vue : celui, cognitif, qui voit des activités d apprentissage scindées entre la classe et le hors la classe ; celui, social, qui voit dévoluer à des acteurs, qui ne sont ni les enseignants en titre ni les seuls apprenants, une partie des tâches de l apprentissage. Pour remplir un tel programme, il nous a semblé qu il fallait que collaborent des spécialistes qui, parce qu ils interviennent à un titre ou à un autre dans la formation des maîtres, soient intéressés par un travail sur un thème pour lequel les jeunes enseignants en particulier sont très démunis. Il fallait aussi qu ils apportent cette double compétence didactique et sociologique. Une équipe de chercheurs et de formateurs des IUFM d Aquitaine, de Créteil et de Versailles 4 s est ainsi constituée pour une première enquête, de 2005 à 2007, avec le soutien du service de la recherche de l IUFM de Créteil et celui de l équipe Essi- Escol de Paris 8. Une deuxième enquête, répondant à un appel du Centre Alain Savary de l INRP sur les métiers émergents dans les Réseaux Ambition Réussite, s est plus particulièrement intéressée en 2008 à un dispositif d aide aux devoirs 5. Les terrains choisis pour la recherche sont contrastés. Pour des raisons d opportunité d une part, mais aussi parce que nous voulions tester l hypothèse de différenciations importantes dans les manières de prescrire et d accompagner le travail hors la classe des élèves dans des milieux socialement différenciés. Nous n avons pas vraiment atteint cet objectif, qui supposerait une enquête plus systématique et qui, à partir des résultats présentés ici, serait plus délibérément comparatiste. On perçoit néanmoins des différences importantes, même si, et c était un peu notre présupposé, les problèmes rencontrés en ZEP diffèrent souvent plus en degrés qu en nature de ce que nous avons vu ailleurs. Nous avons donc enquêté sur des terres de ZEP, dans le Val-de-Marne et en Seine St Denis et, dans la Somme, en milieu rural. Mais 4. Cette équipe comprenait des chercheurs : Sylvie Cadolle Frédéric Charles, Martine Kherroubi, Patrick Rayou (IUFM de Créteil) Valérie Caillet (IUFM de Versailles), Nicolas Sembel (IUFM d Aquitaine), Christiane Étévé (INRP) et des formateurs et institutionnels de l IUFM de Créteil : Martin Dufour, Dominique Gélin, Janine Reichstadt, Laurence Ripoche, Michel Solonel. 5. Patrick Rayou et Janine Reichstadt. Séverine Kakpo, doctorante à Paris 8, a rejoint en cours de route la recherche. 11

4 PATRICK RAYOU aussi dans des écoles et collèges fréquentés par des enfants de la classe moyenne, voire moyenne supérieure, dans la banlieue de Bordeaux et dans le Val-de-Marne. Nous avons essayé de mettre en œuvre les méthodologies originales que requérait notre objet. Nous avons certes, sur tous les sites, interviewé tous les chefs d établissements et directeurs et de nombreux enseignants de nos terrains pour accéder à la façon dont ils construisent l objet «travail hors la classe». Mais nous avons aussi, à Bordeaux, administré un questionnaire, interviewé des élèves et croisé toutes ces données sur des points qui nous paraissent mettre en convergence ou en tension l ensemble des partenaires impliqués. Nous avons également interrogé par questionnaire des stagiaires de l IUFM de Créteil car nous souhaitions nous faire une idée de la manière dont de jeunes enseignants du secondaire s apprêtaient à aborder cet aspect de leur nouveau métier. Nous voulions aussi comprendre comment circule le travail des élèves lorsqu il sort de l école et y revient. Pour cela, nous avons donc assisté à des leçons faites à des élèves de CM2 et de 6 e d une école et d un collège du Val de Marne. Nous sommes ensuite allés les voir travailler sur les devoirs qui leur avaient été donnés en liaison avec ces cours, dans les études surveillées ou les sessions organisées par des associations ainsi qu au foyer de certains d entre eux. Dans un dernier temps, nous nous sommes centrés sur l aide aux devoirs, celle d un collège de Saint-Denis où nous avons pratiqué des observations tout au long d une année et filmé quelques-unes des interventions d adultes de manière à organiser des auto-confrontations et des confrontations croisées avec et entre leurs acteurs. Des scénarios ont également été proposés à des parents, présentant selon nous des situations typiques et requérant leurs arbitrages de manière, là encore, à faire apparaître ce qui se joue à l occasion de ce genre de collaboration entre l école, les élèves et ceux qui sont appelés à en être les partenaires. L ouvrage qui synthétise ces divers travaux est divisé en deux parties. Il nous a semblé qu il fallait, dans la première, présenter les cadres historiques, institutionnels et sociaux du travail hors la classe pour pouvoir, dans une seconde, entrer dans la boîte noire des apprentissages en jeu dans la boucle du travail que les élèves transportent d un lieu à l autre et qui requiert de nombreuses collaborations. Dans le premier chapitre, Martine Kherroubi met en perspective les modalités contemporaines de prescription, d organisation et d accompagnement de ce type de travail en le réinscrivant dans un mouvement d externalisation de longue durée qui accompagne les évolutions de la forme scolaire républicaine. Resituée dans le temps, la tendance croissante à faire travailler les élèves en dehors de la classe perd son statut d effet de mode pour apparaître comme un phénomène dont il est nécessaire de prendre en compte, si l on souhaite le comprendre voire le maîtriser, l épaisseur sociale et historique. Dans le second chapitre, Valérie Caillet et Nicolas Sembel interrogent la réalité contemporaine du travail hors la classe telle que l ensemble des protagonistes de plusieurs des sites de nos enquêtes disent la percevoir et l organiser. Les «bonnes raisons» d en donner et de s en acquitter permettent de sceller des compromis où l intérêt social l emporte sur les critiques formulées par ceux-là mêmes qui le mettent en œuvre au quotidien. Le troisième chapitre se veut, lui, prospectif. Frédéric Charles s y intéresse en effet à la manière dont une promotion de stagiaires d IUFM, futurs enseignants du second degré, perçoivent, après une année de stage en collège ou en lycée, le travail hors la classe auquel 12

5 ils seront confrontés l année suivante. Comment adhèrent-ils à cette pratique et, notamment, semblent-ils prêts à la prendre en charge plus collectivement? La deuxième partie de cet ouvrage veut, prenant acte des déclarations des acteurs de nos terrains, révélatrices des manières individuelles et collectives de catégoriser le travail hors la classe, observer leurs pratiques effectives. Elle s ouvre par un chapitre dans lequel Patrick Rayou propose de les analyser à partir de la notion de «malentendus». Celle-ci semble en effet susceptible de rendre compte des facteurs simultanément cognitifs et sociaux, qui sont responsables de problèmes d autant plus tenaces qu ils apparaissent hors du champ intentionnel de ceux qui les instaurent et les subissent tout à la fois. Le chapitre suivant est consacré à deux études empiriques qui tentent de montrer à l œuvre de tels malentendus. Dans la première, Sylvie Cadolle et Janine Reichstadt s intéressent à la façon dont des élèves de CM2 se saisissent d une leçon sur les temps du passé à travers divers lieux et moments hors la classe. Elles interrogent la continuité supposée évidente entre les activités cognitives intra et extra-école et renversent les questionnements classiques sur les devoirs en montrant qu ils sont eux-mêmes un analyseur privilégié des apprentissages en classe. Dans la seconde, Séverine Kakpo présente les résultats d une enquête en immersion au domicile de familles populaires le plus souvent issues de l immigration. Elle étudie le cas, supposé peu problématique par beaucoup d enseignants, de lectures à la maison prescrites dans le cadre du cours de français dans les premières classes du collège. Elle montre la fréquente tension entre des protocoles de lecture concurrents provenant de ce qu attendent les professeurs ou de ce que les familles préconisent. Son enquête sème ainsi un doute sur le bien-fondé des appels contemporains au partenariat avec les familles. Nous ne voudrions pas laisser voir dans l expansion du travail hors la classe une sorte de fatalité qui impose indistinctement à tous les acteurs ses effets pervers, réels, potentiels ou contenus, en matière de creusement des inégalités. C est pourquoi nous nous risquons, dans un dernier chapitre rédigé par Patrick Rayou et Janine Reichstadt, à des ébauches de typologies susceptibles d aider à s orienter dans les multiples difficultés rencontrées par les élèves et dans les modes de remédiation que leur proposent divers types de dispositifs et d intervenants. Les analyses proposées pourront parfois paraître sévères pour les acteurs qu elles prennent en compte. Elles ne se veulent cependant nullement dénonciatrices. Car elles s attachent davantage à des pratiques d enseignement qu à des pratiques d enseignants. Si malentendu il y a, il est évidemment co-construit et ne peut, de même, être levé qu avec le concours de tous ceux qui, à un titre ou un autre, ne tirent pas leur épingle du jeu. 13

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS Master Langue Française Appliquée Finalité : Professionnelle et Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Règlement des études

Règlement des études 3 Règlement des études Conformément à l article 78 du décret «Missions» du 24 juillet 1997, le règlement des études définit, en lien avec les projets éducatifs et pédagogiques, les critères qui doivent

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Résumé de Thèse Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Analyse didactique de l enseignement-apprentissage de la chimie organique jusqu à bac+2 pour envisager sa restructuration David LAFARGE (ex-

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer la formation Promouvoir la formation des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser»

Plus en détail

LE COLLEGE SAINT-ANATOILE

LE COLLEGE SAINT-ANATOILE 21 QUESTIONS POUR EXPLIQUER LE COLLEGE SAINT-ANATOILE TABLE DES MATIERES CHAPITRE 1 CE QU ON APPREND AU COLLEGE 1. Qu est-ce-que le collège? 2. Qu est-ce que l enseignement privé? 3. A quoi servent les

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Questionnaire en vue du Colloque 2009 de la CORFEM IUFM de Caen,18 et 19 juin 2009

Questionnaire en vue du Colloque 2009 de la CORFEM IUFM de Caen,18 et 19 juin 2009 Questionnaire en vue du Colloque 2009 de la CORFEM IUFM de Caen,18 et 19 juin 2009 Problématique «Que nous apprend l organisation de la formation en PLC1, PLC2,, et l articulation entre les différents

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

2002-2008 Maitre de conférences en Sciences de l éducation à l université de Lille 1. CUEEP

2002-2008 Maitre de conférences en Sciences de l éducation à l université de Lille 1. CUEEP - CURRICULUM VITAE Nom : Presse Prénom : Marie-Christine Date de naissance : 15/08/1953 Courriel : marie-christine.presse@univ-lille1.fr Établissement d affectation ou organisme d appartenance : Institut

Plus en détail

Madame Anne Bernard - Centre Régional du Libre Examen de Bruxelles. Madame Emilie Dupont - Pouvoir Organisateur de la Ville de Bruxelles

Madame Anne Bernard - Centre Régional du Libre Examen de Bruxelles. Madame Emilie Dupont - Pouvoir Organisateur de la Ville de Bruxelles Séminaire de réflexion du 28/09/2011 Comment faire face à la pénurie d enseignants? La pénurie d enseignants est un sujet récurrent en particulier dans la région bruxelloise. De nombreuses questions gravitent

Plus en détail

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION REFERENTIEL BTS COMMUNICATION PRINCIPES GENERAUX Le présent document vise à expliciter et justifier certains choix qui ont présidé à l écriture du projet. L élaboration du référentiel de certification

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

Circulaire n 84 -------

Circulaire n 84 ------- Année 2013 Circulaire n 84 ------- Destinataire : Ecoles publiques Sommaire : colloque départemental «Usages numériques et apprentissages fondamentaux» 1 - Le contexte des usages numériques à l école :

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Master de Sciences Humaines et Sociales. Spécialité : «Éducation et formation» Parcours : Formateurs d enseignants

Master de Sciences Humaines et Sociales. Spécialité : «Éducation et formation» Parcours : Formateurs d enseignants Master de Sciences Humaines et Sociales Spécialité : «Éducation et formation» Parcours : Formateurs d enseignants Organisation et descriptifs des enseignements M2 Année 2011-2012 Trois objectifs majeurs

Plus en détail

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire 129 L USAGE DE L INFORMATIQUE À L ÉCOLE MATERNELLE Premier compte-rendu d étude exploratoire Théo PRINIOTAKIS, Sandrine COURTOIS Contexte C est une recherche en didactique de l informatique en milieu préélémentaire

Plus en détail

Les évolutions politiques et institutionnelles de la formation de base des adultes : impacts sur les finalités de la formation et sur les programmes.

Les évolutions politiques et institutionnelles de la formation de base des adultes : impacts sur les finalités de la formation et sur les programmes. Les évolutions politiques et institutionnelles de la formation de base des adultes : impacts sur les finalités de la formation et sur les programmes. Véronique Leclercq, professeur émérite en Sciences

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi Thème : Cohésion sociale et territoriale Orientation : Favoriser l inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales) La part des jeunes s diplôme en 2006 par zone d'emploi Pour les jeunes sortis

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de l'éducation et de la jeunesse Secrétariat général 5e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 28 mai 2015 OBJET : MISE EN PLACE D UN CHÈQUE DE RENTRÉE À DESTINATION DE TOUS LES

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

dans le cadre de l ordonnance 2005-649

dans le cadre de l ordonnance 2005-649 APPEL A PROPOSITION 2015 dans le cadre de l ordonnance 2005-649 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics FORMATION QUALIFIANTE Assistant(e)

Plus en détail

L enseignement. Intervenants :

L enseignement. Intervenants : les Mercredis Avenir L enseignement Le mercredi 15 janvier 2014, a été accueilli dans la salle de conférence du CRDP le public venu à la rencontre des professionnels de l enseignement, pour découvrir les

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ocean indien : géographie et histoire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Pluralité linguistique et culturelle à l école

Pluralité linguistique et culturelle à l école Année universitaire 2005-2006 Cours 72247 lundi de 16h15 à 17h45 Pluralité linguistique et culturelle à l école Christiane Perregaux Carole-Anne Deschoux Valérie Hutter Christiane Perregaux, Professeure,

Plus en détail

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 Module 6 heures Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 VADE-MECUM - Découverte professionnelle - Module 6 heures 1 Rappel Le module de découverte professionnelle

Plus en détail

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Code : Connaissance De Soi TITRE : STRATEGIES POUR ORGANISER SON TEMPS Niveau : 4ème Groupe : Matériel : ½ Classe questionnaire organiser son temps Durée

Plus en détail

RÉALISATION D'UN SYSTÈME D'AIDE INFORMATIQUE POUR DES ÉTUDIANTS NON SPÉCIALISTES

RÉALISATION D'UN SYSTÈME D'AIDE INFORMATIQUE POUR DES ÉTUDIANTS NON SPÉCIALISTES 95 RÉALISATION D UN SYSTÈME D AIDE INFORMATIQUE POUR DES ÉTUDIANTS NON SPÉCIALISTES Louis-Marie BOSSARD, Jean-Luc RINAUDO L objet de cet article est de rendre compte de notre expérience dans l aide à l

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions 1) Comment se fait le partage des responsabilités en matière de

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans, et le 21 mai, et diffusé sur Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de

Plus en détail

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT INTRODUCTION L école primaire est le lieu les professeurs des écoles exercent leur métier. L école primaire comporte l école maternelle et l école élémentaire. Elle est le lieu des premiers apprentissages,

Plus en détail

Je me forme. Je monte un projet théâtre Guide pratique fév. 2006 PNR Théâtre d Angers www.crdp-nantes.fr/artsculture/theatre www.nta-angers.

Je me forme. Je monte un projet théâtre Guide pratique fév. 2006 PNR Théâtre d Angers www.crdp-nantes.fr/artsculture/theatre www.nta-angers. Jean Bauné, chargé de mission Théâtre Éducation NTA Michèle Duterte, coordonnatrice 1 er degré Maine-et-Loire Jean Lataillade, coordonnateur Vendée 40 41 Comment? La formation initiale Pourquoi? Pour permettre

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Histoire Monde Contemporain Finalité : Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés du master «Histoire

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Les aides aux devoirs en dehors de la classe

Les aides aux devoirs en dehors de la classe note d informationfévrier 6.4 www.education.gouv.fr/stateval Les élèves peuvent bénéficier d s aux devoirs scolaires de la part de leurs parents, de frères et sœurs, d amis, de proches ou bien suivre des

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N Personnels PERSONNELS ENSEIGNANTS Attribution aux personnels enseignants des premier et second degrés relevant du MEN d

Plus en détail

REPertoire n 10 CRS Valdegour/Pissevin 11

REPertoire n 10 CRS Valdegour/Pissevin 11 Un exemple de contrat de réussite scolaire Le REP Valdegour/Pissevin de Nîmes a pu présenter son contrat de réussite scolaire le 15 janvier dernier au Recteur, à l Inspecteur d Académie du Gard et aux

Plus en détail

La réforme des 2012-2014

La réforme des 2012-2014 La réforme des 2012-2014 Éditorial p 3 Une réforme au bénéfice des enfants p 4 La méthode nantaise : la concertation et le dialogue p 6 Les nouveaux rythmes de la rentrée 2013 p 8 Évaluation de la réforme

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION?

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? N 372 LAMEUL Geneviève 1 POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? Le développement croissant de l usage des technologies perturbe l école dans son organisation interne, dans son rapport à la société,

Plus en détail

Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat

Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat - Depuis 1958, date de création du concours d accès à l Ecole de la magistrature, le mode

Plus en détail

ANNEXE 2. EXPERIMENTATION RELATIVE A L UTILISATION DE MAITRES SURNUMERAIRES DANS LES ECOLES MATERNELLES ET ELEMENTAIRES (phase 2)

ANNEXE 2. EXPERIMENTATION RELATIVE A L UTILISATION DE MAITRES SURNUMERAIRES DANS LES ECOLES MATERNELLES ET ELEMENTAIRES (phase 2) ANNEXE 2 MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE Direction de la programmation et du développement Sous-Direction de l évaluation / Bureau de l évaluation des pratiques et

Plus en détail

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP note d information N 12 Février 23 LES ZONES D EDUCATION PRIORITAIRE DANS L ACADEMIE DE VERSAILLES Premier volet : Quelques repères statistiques Mise en place à partir de 1981 pour lutter contre l échec

Plus en détail

MASTER EDUCATION PARCOURS FORMER POUR INTEGRER PAR LA LANGUE - FIL

MASTER EDUCATION PARCOURS FORMER POUR INTEGRER PAR LA LANGUE - FIL MASTER EDUCATION PARCOURS FORMER POUR INTEGRER PAR LA LANGUE - FIL Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Discipline : SHS.2 Spécialité : CONSEIL, EDUCATION, MANAGEMENT, FORMATION ET RECHERCHE

Plus en détail

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS Dispositif de Formations de formateurs 1 RÉUSSIR SON PARCOURS Vous souhaitez : Devenir formateur permanent ou occasionnel Obtenir une certification de formateur Vous perfectionner dans votre métier Réaliser

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels

Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels Enquête initiée par l INS HEA dans le cadre de l ORNA Sommaire Le contexte 3 La méthodologie

Plus en détail

La marguerite des impressions ou que reste-t-il d un apprentissage?

La marguerite des impressions ou que reste-t-il d un apprentissage? La marguerite des impressions ou que reste-t-il d un apprentissage? Marc PROUCHET Centre Académique Michel Delay Outils d accompagnement Action Formation Recherche La marguerite Décembre 2008-1 Cette «marguerite

Plus en détail

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES? OBJECTIFS - ENQUÊTE NATIONALE DANS LES ENTREPRISES Mesurer le développement des compétences dans les entreprises et son impact

Plus en détail

Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire

Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire LIAISON 3 ème /2 nde BUT DE LA DEMARCHE : Constat : Fait par les CPE des lycées et confirmé par un questionnaire distribué aux élèves de seconde : ces élèves sont en

Plus en détail

Fiche de Poste pour les personnels des établissements ECLAIR Type d emploi Fonction : Professeur Certifié ANGLAIS

Fiche de Poste pour les personnels des établissements ECLAIR Type d emploi Fonction : Professeur Certifié ANGLAIS Fiche de Poste pour les personnels des établissements ECLAIR Type d emploi Fonction : Professeur Certifié ANGLAIS Le collège Aimé Césaire, situé dans la banlieue est de Lyon, à Vaulx-en-Velin, a réintégré

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Une formation d adaptation à l emploi. Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité internationale

Une formation d adaptation à l emploi. Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité internationale Centre Régional d Education Populaire et Sportive de la Réunion Etablissement Public de Formation Une formation d adaptation à l emploi Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité

Plus en détail

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation CHOUARRA NOURA (6502) UFR SCIENCES DE L EDUCATION ATER, Sociologie de l éducation EQUIPE PROFEOR UNIVERSITE LIILE 3 L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation Dans une réflexion

Plus en détail

Daylight. Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs

Daylight. Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs Daylight Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs Daylight 2004 Management des projets, facteur humain et réussite de projets interactifs 1/5 Synthèse La prise en compte

Plus en détail

Livret informatique BTS Assistant Manager

Livret informatique BTS Assistant Manager Livret informatique BTS Assistant Manager Document d accompagnement Novembre 2008 1/12 I/ Présentation du livret informatique Principes généraux Le livret informatique utilisé en BTS Assistant de Manager

Plus en détail

Projet d établissement 2009/2012 Collège Laplace 940003T

Projet d établissement 2009/2012 Collège Laplace 940003T Projet d établissement 2009/2012 Collège Laplace 940003T 1 I Introduction et premiers éléments d identité du collège Le collège Laplace situé en Zone d éducation prioritaire à Créteil est une petite structure

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Aide individualisée, aide personnalisée

Aide individualisée, aide personnalisée Aide individualisée, aide personnalisée Sujet d étude du stage international des inspecteurs en 2010 «Aide individualisée, aide personnalisée Comment les systèmes éducatifs des pays visités prennent- ils

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIE SANTE DROIT, ECONOMIE, GESTION. METIERS DE L'ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION 1 er DEGRE (MEEF 1 er DEGRE)

SCIENCES TECHNOLOGIE SANTE DROIT, ECONOMIE, GESTION. METIERS DE L'ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION 1 er DEGRE (MEEF 1 er DEGRE) Niveau : MASTER année Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Mention : Parcours : SCIENCES TECHNOLOGIE SANTE DROIT, ECONOMIE, GESTION M METIERS DE L'ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence STAPS - Education et motricité de l Université des Antilles et de la Guyane Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Formateur(trice) Professionnel(le) d'adultes Niveau III Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves Centre Alain Savary INRP / vendredi 8 avril 2011 Séminaire «questions vives du partenariat et réussite éducative» La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

PROJET NOMAD 2005-2008

PROJET NOMAD 2005-2008 PROJET NOMAD 2005-2008 1. CONTEXTE DU PROJET L apport des technologies de l information et de la communication (TIC) pour l apprentissage des adultes. En 2005, il n était plus nécessaire de justifier l

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

Points de repères pour l élaboration du diagnostic d établissement

Points de repères pour l élaboration du diagnostic d établissement DOCUMENT D AIDE Points de repères pour l élaboration du diagnostic d établissement. Collège Circulaire n 2001-263 du 27 septembre 2001 relative à l évaluation des personnels de direction (extraits) I -

Plus en détail