UNION DES INDUSTRIES TEXTILES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNION DES INDUSTRIES TEXTILES"

Transcription

1 UNION DES INDUSTRIES TEXTILES

2 P. 03 MESSAGE DU PRÉSIDENT P. 04 LES TEMPS FORTS P. 05 CHIFFRES CLÉS LA FRANCE EN CHIFFREs P. 07 LE TEXTILE HABILLEMENT DE l'union européenne À 27 P. 08 LE COMMERCE MONDIAL P. 09 P. 10 P. 12 P. 14 P. 16 DYNAMIQUE DES MARCHÉS NÉGOCIATIONS BILATÉRALEs - PLAN EXPORT TEXTILE 2010-RETA (Russian Europe Textile Alliance) compétitivité réforme de la Taxe Professionnelle - Contribution carbone - PROPRIéTé INTELLECTUELLE ET CONTREFAçON - états généraux de l'industrie - les industries créatives compétences LES actions du forthac - 1 ère année d application de l Accord national La formation professionnelle continue la réforme aussi - Informer sur nos métiers - Accord de branche sur les seniors Recherche & Développement une promotion active des textiles techniques - LE RéSEAU MULTIPOLAIRE DE L IFTH - TRANSFERT DE LA RECHERCHE DANS L'INDUSTRIE - THÉMATIQUES TRANSVERSALES DES PROJETS COLLECTIFS développement durable Éco-conception - Affichage Environnemental - TASK FORCE - DÉVELOPPEMENT DURABLE P. 18 revue de presse P. 19 organisation de l'uit Conception & réalisation : La Fédération de la Maille & de la Lingerie (Backien, L. Bazin) Crédits photos : André Avio (p.11), Balsan (p.11), Bel Maille (Couverture), Blanc des Vosges (Couverture, P.15), Bugis (p.11), Caroline Haverbeke (p.13), Chocmod-Dickson (p.4), Decouvelaere (p.13), Depech Textiles (p.3), Expofil (p.9, 11, 13, 16), Guy Némoz (Couverture), IFTH (p.13), Intersélection (p.16), Lan. Campore Broglia (p.8), Louis Vuitton (p.11), Maison de Mode (p.13), Pucci (p.5), Tenthorey (Couverture, p.5,11), Tissu Premier (Couverture, p.10), Shutterstock (Couverture, p.8, 12, 16).

3 MESSAGE DU PRÉSIDENT Continuer à séduire le consommateur et à répondre à ses attentes éthiques et fonctionnelles L année 2009 a été l une des pires pour le textile français qui a souffert de la baisse de la demande des ménages et de l industrie. Avec un recul de la production estimée autour de -20 % -très variable, en réalité, selon les marchés-, un repli du chiffre d affaires de -15 % et une baisse des exportations de -15 %, le textile français se situe dans la moyenne des performances de l industrie française en faisant un peu moins bien que la chimie et bien mieux que l acier ou le ciment. Dans l Union européenne à 27 en 2009, le chiffre d affaires a reculé en moyenne de -6% et les emplois de -7 %. Les mesures de relance prises par les pouvoirs publics sont-elles efficaces? Le Gouvernement français, sous l impulsion du Président de la République, a adopté l un des plans anticrise les plus précoces et les plus ambitieux de l Union européenne. Les mesures sociales : augmentation des minima sociaux, réduction d impôts pour les ménages les moins imposés, régime plus favorable de chômage partiel ont été jugées plus efficaces que les mesures économiques : mise en place de mécanismes publics d assurance crédit domestique et à l export (Cap et Cap+), médiation du crédit, renforcement des capacités d intervention d OSEO Comment la profession s est-elle mobilisée pour améliorer l environnement législatif et réglementaire? L Union des Industries Textiles s est battue sur tous les fronts : Le front fiscal pour obtenir une réforme ambitieuse de la taxe professionnelle et un taux réduit de la contribution climat-énergie pour le secteur de l ennoblissement. Le front social avec un dispositif de recours au chômage partiel jusqu à 1000 heures par an et la négociation d un accord de branche seniors. Le front de l assurance crédit avec une saisine du Médiateur du crédit, la participation au calibrage des dispositifs CAP et CAP+ et l inventaire des cas de résiliation. Le front de la politique commerciale avec un Memorandum of Understanding (MOU) signé avec l association textile-habillement coréenne, et un symposium franco-indien en présence du Ministre indien du textile. Les Etats Généraux de l Industrie ont-ils tenu leurs promesses? Oui et non. Oui car ils ont placé l industrie au cœur de l économie française et pris la mesure des défis en matière de compétitivité industrielle. Non -du moins pas encore- car les deux chantiers les plus attendus ne seront ouverts qu à l automne 2010 : l allègement des charges sociales, grâce à un financement alternatif de la protection sociale, et la simplification de la réglementation sociale et environnementale. Comment voyez-vous le futur du textile? Le futur du textile est bien sûr dépendant de la reprise mondiale : comment va évoluer la consommation des ménages en France et sur nos principaux marchés en 2010? L augmentation du prix des matières premières, notamment le coton, va-t-elle se poursuivre? A quel rythme la machine industrielle va-t-elle repartir? Je suis optimiste car notre métier a su s adapter à de très nombreux défis depuis des décennies (concurrence des pays à bas coûts salariaux, disparition des quotas, concentration de la distribution, évolution des demandes des consommateurs ). Nos entreprises sont flexibles, réactives, innovantes, tournées vers leurs marchés avec l obsession du client final! Plusieurs des évolutions sociétales en cours, accélérées par des évolutions législatives ou normatives en France et dans l Union européenne : demande accrue de transparence, mesure des impacts environnementaux, éthique sociale, fonctionnalité, légèreté, mobilité, connectivité sont autant de facteurs clés positifs pour notre secteur à la frontière de l art et de l industrie. 03

4 TEMPS FORTS Europe [15-17 Juin 2009] Congrès IW.T.O. à Francfort. [26 Juin 2009] Assemblée Générale d Eurocoton à Paris. [4 Septembre 2009] Rencontre franco-allemande à Berlin (UIT/ Gesamttextil und Mode). [19 Octobre 2009] Dîner franco-allemand à Strasbourg (UIT/ Gesamttextil und Mode + entreprises). [11 Février 2010] Rencontre franco-roumaine à Première Vision (UIT/Bucharest Fashion Alliance). [4-5 Mars 2010] Rencontre franco-allemande à Lyon (UIT/ Gesamttextil und Mode). Stratégie industrielle [9 Septembre 2009] Parution au JO de l'accord dérogatoire délais de paiement dans le textile-habillement. [4 Décembre 2009] Lancement du programme de soutien aux "Industries Créatives" en Ile-de-France (UIT /UFIH/UNAMA/UNIFA/USEHA/BOCI/GIL MÉTIERS D ART). [4 Février 2010] Audition de l UIT par M. Yves JEGO, chargé d une mission sur le label France. [3 Mars 2010] Lancement du programme "Lean Management" en Midi-Pyrénées (UIT/DGCIS). [5 Mai 2010] Comité Stratégique de la filière textilehabillement (UIT-UFIH-DGCIS). Social [15 Décembre 2008 et 4 Février 2009] Accords de branche faisant suite à la loi du 25 juin 2008 sur la modernisation du marché du travail : doublement des périodes d essai conventionnelles et indemnisation maladie / maternité. Premier accord de branche signé sur les périodes d essai suite à la loi précitée. [5 Février 2009] Signature avec M. Laurent Wauquiez d'un accord pilote formation professionnelle pour les branches du FORTHAC. [5 Octobre 2009] Accord de branche sur les salaires minima de branche. Il permet de calculer les allègements de charges sur la base du SMIC. [3 Décembre 2009] Accord sur les salariés âgés dans l Industrie Textile, qui exonère les entreprises de 50 à 299 salariés de la pénalité de 1 % de la masse salariale prévue par la loi du 17/12/2008. [Accord en cours de négociations pour 2010] Accord de branche signé avec l Etat sur l Activité Partielle de Longue Durée (APLD), sur la période 1 er mai / 31 décembre 2009, puis au 1 er janvier / 30 avril Accord en cours de négociation pour couvrir la totalité Ces accords permettent de faire du chômage partiel de longue durée avec une aide accrue de l UNEDIC. International [1 er Juin 2009] Signature MOU UIT/ KOFOTI (Fédération Coréenne de Textile-Habillement). [8-11 Juin 2009] Board du CETA (China Europe Textile Alliance) à Shanghai. [21-22 Octobre 2009] Board du RETA (Russia Europe Textile Alliance) à Moscou. [22-24 Octobre 2009] Congrès I.T.M.F. à Shanghai. [2 Février 2010] Symposium France / Inde textile-habillement en présence du Ministre Indien du Textile. 04

5 la france en chiffres Les chiffres clés de l'industrie Textile en 2009 Évolution du nombre de défaillances d'entreprises du secteur Textile & Habillement (codes APE 13 & 14) Source : Coface Services - Observatoire des entreprises Entreprises (1) * 725 Répartition des salariés textiles par région en Source : FORTHAC * Estimations (1) UIT/SESSI (entreprises de + 20 salariés) (2) FORTHAC (3) UIT Emplois (2) dont : Salariés Ouvriers 48 % Salariés ETAM 37 % Salariés Cadres 15 % Chiffre d affaires (3) * Exportations (3) Importations (3) personnes millions d millions d millions d Effectifs % Alsace % Aquitaine % Auvergne % Basse-Normandie % Bourgogne % Bretagne % Évolution des CSP de la branche textile entre Source : FORTHAC 39 % Prévision de répartition de la consommation de textiles techniques en Europe en 2010 Source : David Rigby Associates 13 % Allemagne 12 % France Centre % Champagne % Franche Comté % Haute-Normandie % Ile-de-France % Languedoc-Roussillon % Limousin % Lorraine % Midi-Pyrénées % Nord % 10 % 21 % 16 % ONQ OQ EMP TAM I&C ONQ = ouvrier non qualifié, OQ = ouvrier qualifié, EMP = employé, TAM = technicien agent de maitrise, I&C = ingénieur & cadre 14 % 57 % Autres Europe de l'ouest 9 % Italie 9 % Royaume-Uni PACA % Pays de la Loire % Picardie % Poitou % Rhône-Alpes % TOTAL % 05

6 Le marché français Les principaux fournisseurs textiles de la France en 2009 (millions d' ) - Source : UIT Les principaux clients textiles de la France en 2009 (millions d' ) - Source : UIT 502 Tunisie 555 Inde 651 Bangladesh 368 Maroc 392 Portugal 6 % 7 % Importations textiles : 12,4 Mrds d' 4 4 % % 6 % Chine 32 % 390 Royaume-Uni 218 Suisse 222 Pays-Bas 317 Maroc 8 % 6 % 5 % Exportations textiles : 7,2 Mrds d' 4 % 204 Portugal 4 % 16 % 798 Belgique 16 % 779 Italie 652 Belgique 7 % 473 Tunisie 10 % 9 % 16 % Turquie % Italie 796 Allemagne 758 Espagne 15 % 16 % 766 Allemagne Évolution de la distribution en 2009 (parts de marché en % des valeurs) - Source : IFM Structure des marchés de l'habillement en France en 2009 (millions d' ) - Source : IFM Commerce indépendant -0,5 % 16,5 % Hypers & 13 % Supermarchés -0,7 % 12,7 % GSS grande diffusion +0,6 % VAD (spécialistes catalogues) -0,3 % 7,4 % 27 % Chaînes Spécialisées +1,1 % Maison -3,2 % Enfants (2 à 14 ans) -2,9 % Consommation textile-habillement : 32,19 Mrds d' 12 % 8 % Layette (0-1 ans) = 4 % 46 % Femmes (15 ans et + ) -2,8 % Spécialistes sport -0,5 % 6,9 % 5,7 % Grands magasins = 3,6 % Marchés & Foires +0,1 % 2 % Magasins populaires = Hommes (15 ans et + ) -4,2 % 30 % 06 5,2 % Autres circuits +0,4 %

7 le textile-habillement de l'union européenne à 27 Évolutions des exportations textiles de l'ue en 2009 (millions d' ) - Source : Euratex Exportations textiles : 16 Mrds d' -15 % Géographie des zones d'approvisionnement en 2009 (en % de la valeur) - Source : IFM Balkans Occidentaux 3 % 5 % Autres Les chiffres clés de l'industrie européenne de textile et d'habillement en 2008 Sources : Euratex & Eurostat % 1 % Bassin 30 % Méditerranéen 21 % 21 % 32 % Textile Autres Asie 26 % 45 % Chine et Hong Kong entreprises emplois 5 milliards d d'investissements 168 milliards d de chiffre d affaires 21,4 % de CA / Exports ( % du total) Etats-Unis Turquie Tunisie Suisse Maroc Chine Russie H.K. Ukraine Japon Habillement Évolutions des exportations d'habillement de l'ue en 2009 (millions d' ) - Source : Euratex Exportations d'habillement : 14 Mrds d' -17 % Principaux fournisseurs de l'ue en 2009 (millions d' ) - Source : Euratex Habillement : Textile : 57 Mrds d' -4 % 18 Mrds d' -16 % Chine Turquie Bangladesh Inde Tunisie Maroc Vietnam Sri Lanka Indonésie Chine Turquie Inde Pakistan Indonésie 304 Etats-Unis 796 Suisse 742 Corée du Sud 562 Japon 411 Évolution de la consommation européenne d'habillement en valeur - Source : IFM 07/06 08/07 09/08 France +1,7 % -3,0 % -3,4 % Allemagne -0,7 % -1,0 % -0,6 % Royaume-Uni +3,9 % +1,0 % +0,8 % Italie +0,7 % -0,6 % -1,0 % Espagne +5,6 % -5,4 % -6,2 % Moyenne des 5 pays +1,7 % -1,0 % -1,5 % États-Unis +4,9 % -1,5 % -3,7 % Suisse Russie Etats-Unis Japon Norvège H.K. Turquie E.A.U. Ukraine Croatie Pakistan 890 Taiwan

8 le commerce mondial Prix de la laine d'australie en 2009 Source : FFILC Cours du Coton brut en Source : FFILC Évolution de la production mondiale de fibres chimiques, de coton et de laine (millions tonnes) Source : CIRFS ( / kilo) Qualité A 64's Qualité B 58's Qualité C 56's Janvier 4,19 3,45 2,76 Février 4,18 3,45 2,84 Mars 4,17 3,47 2,87 Avril 4,63 3,79 3,22 Mai 5,10 4,29 3,47 Juin 5,03 4,30 3,27 Juillet 5,06 4,42 3,36 Août 5,36 4,44 3,42 Septembre 5,64 4,73 3,35 Octobre 6,00 4,93 3,36 Novembre 6,08 4,81 3,34 Décembre 6,24 4,75 3,35 Moyenne 5,14 4,24 3,22 ( / kilo) Parité $ Janvier 1,07 0,74 Février 1,11 0,74 Mars 1,11 0,78 Avril 1,05 0,77 Mai 1,15 0,77 Juin 1,19 0,74 Juillet 1,16 0,72 Août 1,23 0,71 Septembre 1,19 0,71 Octobre 1,15 0,69 Novembre 1,16 0,68 Décembre 1,23 0,67 Moyenne 1,15 0, ,7 41,3 43,0 26,4 26,1 46,4 Fibres Chimiques COTON 1,2 1,2 1,2 1,2 LAINE ,3 44,6 Part des principaux exportateurs et importateurs mondiaux de textile en Source : OMC Part des principaux exportateurs mondiaux de vêtements en Source : OMC Part des principaux importateurs mondiaux de vêtements en Source : OMC exportations 33,2 % 2,3 % 53,3 % Chine 19,7 % UE à 27 10,2 % Etats-Unis 8,4 % Corée du Sud 24,8 % 22 % 8,4 % Inde importations UE à 27 34,8 % Etats-Unis 28,9 % Chine 20,3 % Japon 8,5 % Vietnam 7,5 % 08 7,7 % 3,8 % 3 % 3 % Chine UE à 27 Turquie Bangladesh Inde 6,9 % 5,7 % 2,3 % UE à 27 Etats-Unis Japon Russie Canada

9 dynamique des marchés Nombre de Services rendus par pays entre le 1/04/08 et le 9/04/10 (740 demandes) - Source : RETA Le développement à l'export : une priorité cardinale pour les entreprises françaises 13,2 % Suisse 98 20,3 % Autriche 150 ACCÈS AUX MARCHÉS La crise économique n a fait qu accentuer la mise en place par certains pays de mesures protectionnistes (Chine, Argentine, Etats-Unis, Indonésie ). Le fait que les négociations OMC ne progressent pas est un élément qui contribue à amplifier le phénomène. Les mesures ont une nouvelle dimension : moins de barrières non-tarifaires et plus de discrimination dans les achats publics, les normes et barrières liés à la santé et à la protection des consommateurs. L UIT continue de participer activement en collaboration avec Euratex au groupe de travail Textile-Habillement mis en place par la Commission européenne (DG Trade) en janvier 2009 et dédié à cette problématique. l objectif étant d éviter toute distorsion de concurrence et tout précédent, notamment en matière de règles d origine, par rapport aux futurs accords négociés par l UE. Les négociations pour un accord de libre échange sont en cours avec l Inde qui demeure un marché fermé. C est dans ce contexte que l UIT a organisé le 2 février 2010 une rencontre France Inde en présence du Ministre du textile indien afin de faire passer des messages clairs concernant les obstacles dans l accès au marché. La Commission européenne vient d entamer des négociations avec certains pays de l ASEAN comme Singapour et le Vietnam. PLAN EXPORT TEXTILE 2010 En 2009 les exportations françaises ont diminué de 15 %, alors plus que jamais, l accompagnement de nos entreprises à l international constitue une priorité de l UIT. RETA Russian Europe Textile Alliance Depuis son ouverture en avril 2008, l antenne Textile et Habillement à Moscou animée par Igor SALOMAKHIN, a apporté une réponse à 740 demandes* émanant d entreprises, dont 168 proviennent d entreprises françaises. Le principal service, sollicité par nos entreprises sur le marché russe, concerne les prises de contacts avec des acheteurs et l organisation de visites/ salons. 20,3 % Allemagne Autriche France Allemagne Suisse 23,8 % France Total 4 pays Évolution des Services rendus (2010/2009) Source : RETA NéGOCIATIONS BILATéRALES Les négociations en faveur d un accord de libre-échange entre l UE et la Corée sont en phase finale. L UIT est restée mobilisée tout au long des négociations concernant les demandes spécifiques de ce pays, Comme chaque année, l UIT publie le plan export 2010 regroupant une cinquantaine d opérations à l international. Ce plan textile annuel offre aux entreprises une visibilité sur les actions proposées (missions de prospection, salons ) par les différents partenaires tels que Première Vision, Eurovet, Tisslaine, Espace Textile, et la Fédération de la Maille & de la Lingerie, en partenariat avec UBIFRANCE. Même si la crise a touché de plein fouet les exportations françaises textiles vers la Russie (-37 % en 2009), les entreprises françaises sont restées en veille sur ce marché en sollicitant deux fois plus le RETA en 2009 qu'en * Membres des co-fondateurs du RETA : l UIT, l Association textile et habillement suisse, l Association textile habillement allemande et l Association textile autrichienne. 09

10 compétitivité L essentiel de la politique fiscale de l'uit a tourné autour de 2 dossiers majeurs : la réforme de la TP et la taxe carbone réforme de la Taxe Professionnelle L aboutissement de près de 10 ans de lutte acharnée de l UIT et du GFI Annoncée par le Président de la République en Février 2010 la "suppression de la taxe professionnelle" a fait l objet d une "large concertation" de la part du Gouvernement tant auprès des représentants des élus que de ceux des entreprises. Les principaux messages des industriels visaient notamment à renoncer à taxer deux fois le foncier, à ne pas taxer les biens équipements mobiliers (EBM) en tant qu immeuble par destination, à abaisser le plus possible le plafond VA, à supprimer la taxe CCI ou à défaut l introduire dans le plafond VA... Les obstacles rencontrés : La résistance des collectivités locales et des autres secteurs Remplacement de la TP par la Cotisation Economique Territoriale (CET), composée pour résumer : d une cotisation foncière des entreprises (CFE), et d une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) qui s applique quel que soit le niveau de la CFE. La CFE est calculée sur la base foncière de la précédente TP, minorée de 30 % pour les immobilisations industrielles évaluées selon la méthode comptable. Son taux est local. La CVAE est, quant à elle, calculée sur la valeur ajoutée (plafonnée à 80 % du chiffre d affaires pour les entreprises de moins de 7,6 M de chiffre d affaires et à 85 % de ce montant pour les autres). Son taux est national. La CET, somme de la CFE et de la CVAE, est plafonnée à 3 % de la VA de l entreprise. Contribution carbone Le Conseil Constitutionnel a annulé, fin décembre 2009, le texte prévoyant la mise en place d une contribution carbone pour le secteur diffus. Les émissions de carbone n'étaient ainsi pas comptabilisées et donc non soumises au régime des quotas, au motif que l exemption totale des secteurs, soumis au régime des quotas d émission, constituait une rupture caractérisée de l égalité devant les charges publiques. Il a été relevé que l exemption totale ne pouvait être justifiée que si des secteurs étaient mis spécifiquement à contribution par un dispositif particulier. Ayant constaté que les quotas étaient attribués gratuitement jusqu en 2013, le Conseil Constitutionnel a sanctionné le législateur. La demande de l'uit d'un taux très réduit pour l'ennoblissement avait été acceptée. Mais finalement, le 24 mars 2010, le Président de la République a annoncé le report sine die de la contribution carbone en France, renvoyant le dossier au niveau communautaire. 10 Résultat : Une solution de compromis qui reste globalement satisfaisante pour l industrie, même si sur le plan de l équité les entreprises plafonnées, qui restent aussi les plus taxées, auraient pu espérer mieux. La solution de compromis retenue après de nombreuses discussions est la suivante : Suppression des EBM dans les bases. Suppression de la cotisation minimale sur la Valeur ajoutée. Le projet de loi de finances initial 2010 prévoyait la mise en place d une contribution climat énergie sur les consommations de combustibles par les secteurs non soumis à ETS (c est-à-dire non soumis au système des quotas d émission) et sur les carburants à hauteur de 17 la tonne. Depuis l automne 2009, l UIT s est mobilisée pour obtenir un taux réduit de contribution dans le secteur de l ennoblissement. PROPRIéTé INTELLECTUELLE ET CONTREFAçON L UIT continue de défendre les intérêts du secteur textile tant au niveau national (en participant activement aux groupes de travail du CNAC, de l I.N.P.I, du MEDEF et de l UNI- FAB) qu européen (présidence du groupe de travail propriété intellectuelle d EURATEX).

11 états généraux de l'industrie les industries créatives Le vaste travail de concertation de l ensemble des parties prenantes (organisations professionnelles et syndicales, entreprises, experts ) initié en octobre 2009 au niveau national et régional s est achevé fin janvier. Un rapport du Comité National des EGI a été remis au Ministre de l Industrie M. Christian ESTROSI le 29 janvier L allocution du Chef de l Etat, le 4 mars à Marignane, a permis de dessiner les contours d une nouvelle politique industrielle à la française : Mise en place d une Conférence Nationale de l Industrie. Valorisation du label France. Création des comités stratégiques filières dont celui dédié à la mode et à la création. Simplification de la réglementation. Orientation de l épargne longue vers l industrie... L UIT, représentée dans 2 groupes et le CLIMO, chargé de la présidence du Groupe de Travail "Biens de Consommation", ont participé aux travaux en défendant quelques priorités : Mise en place d un crédit d impôt Création ambitieux. Pause législative dans le domaine social et environnemental. Mise en place d un mode alternatif de financement de la protection sociale. Implication des grands groupes de luxe et de distribution dans le portage à l international. Évaluation de la politique d achat durable mise en œuvre par l Etat Cette année a été marquée par le lancement du programme des industries créatives au Musée des Arts décoratifs, le 4 décembre L Union des Industries Textiles et 7 autres organisations professionnelles des métiers de la création (l Ameublement, les Ateliers d Art de France, le Luminaire, la Bijouterie et l Habillement), soutenues par la Drire Ile-de- France, représentant l Etat, ainsi que la Région Ile-de-France, ont bâti un plan d action pour valoriser et soutenir les industries créatives d'ile de France. Ce plan de développement économique est destiné aux PME franciliennes qui représentent plus de 9000 entreprises et plus de emplois dans 8 départements. Ce programme ambitieux et "à la carte" mêlant accompagnement individuel, et séminaires collectifs demeure très accessible aux PME de nos secteurs grâce à la mobilisation des acteurs publics qui financent 80 % du budget. Ce plan filière est financé paritairement par les institutions. Son budget s élève à 3 millions d sur 3 ans. Jean-Paul Huchon, Président de région, M. Doroszczuk, Directeur de la DRIRE IDF, Anne-Elisabeth Lemoine de Canal+ Lancement du programme des industries créatives au Musée des Arts décoratifs. I am original, I don t buy fake 11

12 compétences 2009 : une année principalement consacrée à l accompagnement des entreprises et des salariés dans un contexte de fortes turbulences Dans ce contexte de fortes difficultés auxquelles les entreprises ont du faire face en 2009, la profession, a continué à être résolument offensive dans ses actions en matière de formation pour aider au mieux les entreprises et leurs salariés. En particulier au travers du FORTHAC, la profession a mobilisé tous les moyens pour apporter cet appui nécessaire et ce, dans différents domaines : actions d anticipation, de conseil et d accompagnement de terrain, d ingénierie financière, en mobilisant pour le Textile plus de 10 M, entre les fonds de l EDEC, du FUP, du FSE et du FORTHAC. LES actions du forthac Aider à la réflexion et à la prospective grâce à l Observatoire des métiers de la branche. Développer l accompagnement des entreprises en matière de GPEC. Accompagner les démarches de sauvegarde de savoir faire par un dispositif adapté. Evaluer les acquis des salariés par une méthodologie appropriée (démarche PMQ). Valoriser ces acquis par des certifications professionnelles, en particulier des Certificats de Qualification Professionnels de la branche (CQP) ou transversaux : les CQPI. Cursus labélisé "management et accompagnement de la stratégie des dirigeants de TPE/PME". Le FORTHAC, OPCA de la branche, acteur de la mise en œuvre de la politique de la branche Le FORTHAC est composé de 7 branches dont le Textile. Il couvre près de 7000 entreprises et salariés. Il collecte et gère plus de 60 M ; à ce titre il assure la mobilisation des financements (publics, régionaux, européens) pour aider les entreprises dans le développement de leurs projets de formation. Il s appuie sur un réseau de proximité au plus près des entreprises au travers de 11 antennes territoriales. 1 ère année d application de l Accord national 2009 Un Accord national a été signé le 5 février 2009 entre Laurent Wauquiez, Secrétaire d Etat chargé de la formation, et 7 branches composant le FORTHAC. Des objectifs ambitieux salariés sur 3 ans dont 70 % d ouvriers et employés. Priorité aux PME dont 400 en accompagnement GPEC. 10 M de l État. Un "guichet unique" pour faciliter la mise en œuvre : le FORTHAC. Avec 3 axes opérationnels L anticipation en favorisant des démarches GPEC dans les PME. La formation des salariés, en particulier les plus fragilisés, et le développement de leurs compétences. L accompagnement des entreprises confrontées aux difficultés conjoncturelles. Des résultats 2009 au-delà des objectifs prévus 2000 salariés concernés dans 190 entreprises textiles, dont 75 % d ouvriers. Des formations, en moyenne, de près de 80 heures. Plus de 5 M de dépenses 85 % d aides financières. 40 % des formations ont débouché sur une certification professionnelle. Plus de 800 CQP et CQPI attribués à des salariés du Textile en

13 La formation professionnelle continue la réforme aussi Dans le prolongement de l Accord National Interprofessionnel signé début 2009, la loi sur la formation professionnelle tout au long de la vie est entrée en vigueur fin Parmi les différentes dispositions de ces textes, on retiendra pour l essentiel : La mise en place du Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP) alimenté par une contribution de 13 % de la participation des entreprises à la formation continue. La réforme des OPCA qui aura une incidente forte et directe sur le Forthac. Informer sur nos métiers Dans le cadre de la convention signée avec le ministère de l Education Nationale en 2008, un support commun aux secteurs du Textile-Habillement-Couture a été réalisé par l ONISEP à destination des élèves de 3 ème dans le cadre de la DP3 afin de leur permettre une première découverte de la diversité des métiers de notre monde professionnel. Ce document a été largement diffusé et s inscrit dans le cadre des actions d information et de sensibilisation des jeunes, développées tant au plan national que régional. Accord de branche signé par l UIT sur les seniors L accord national de branche du 3 décembre 2009 en faveur de l emploi des salariés âgés dans l Industrie Textile exonère les entreprises de 50 à 299 salariés de la pénalité de 1 % de la masse salariale, applicable en l absence d accord ou de plan d action sur les seniors. Il prévoit diverses dispositions favorables au maintien dans l emploi des salariés âgés, qui constitue une composante essentielle du capital humain des entreprises textiles. Les objectifs chiffrés sont consolidés au niveau de l ensemble de la branche professionnelle. Cet accord illustre l intérêt des accords de branche dans une industrie composée en majorité de PME qui, pour la plupart d entre elles, n ont pas les moyens de mener des négociations à leur niveau. Il montre à ce titre l intérêt d un dialogue social actif mené dans la branche, adapté à la situation des entreprises textiles, en matière d emploi et de formation. La formation textile en quelques chiffres clés Diplômés / an dans une 800 vingtaine d établissements 30 Diplômes spécifiques 400 Contrats de professionnalisation 250 Apprentis Stagiaires en formation continue, dont en période de professionnalisation % Taux moyen des dépenses 2 de formation des entreprises Manifestation du 1 er juillet 2009 où 12 branches ont valorisé leurs expériences en matière de CQPI (CQP Inter branches) 13

14 Recherche & Développement Une réalité incontournable et un puissant levier de développement 14 L'UIT contribue à l'élaboration de l'agenda de recherche et développement textile au plan français et européen grâce à sa participation au Conseil d'administration de l'ifth, à la Commission "Crédit d'impôt recherche" du Medef, et au Governing Council de la Plateforme Technologique Européenne de recherche et développement pour le textile-habillement. La profession entretient également des liens très étroits avec les responsables des trois pôles de compétitivité textiles français : UP- TEX, TECHTERA et le Pôle Fibres notamment sur des sujets de promotion des textiles techniques et de coopération internationale (Allemagne, Russie, Maroc, Tunisie...). On notera que depuis leur création, les pôles textiles ont mobilisé plus de 170 millions d Euros pour soutenir plus de 150 projets de RD dans des domaines d'application très variés : éco-conception, cosmétotextiles, non tissés, matériaux "agrosourcés"... une promotion active des textiles techniques La part relative des textiles techniques dans le chiffre d'affaires de l'industrie textile française augmente régulièrement pour s'établir en 2009 entre 25 % et 33 %. Dans le cadre d'un projet soutenu par la DGCIS, l'uit a élaboré et mis en ligne, grâce au concours de partenaires incontournables sur ces marchés (Espace Textile, pôles de compétitivité, Clubtex, Textile Intégral...), un site internet en français et en anglais dédié à ces textiles qui présentent des caractéristiques fonctionnelles à haute valeur ajoutée : Ce portail qui contient un annuaire des entreprises établies en France impliquées sur ces marchés : automobile, aéronautique, construction, agriculture, emballage... a pour vocation de présenter les acteurs français publics et privés pertinents. L'IFM a obtenu en mars 2010 un soutien financier des pouvoirs publics afin de mettre en place un "Observatoire des textiles techniques" avec 3 objectifs : assurer un suivi quantitatif mensuel de ces nouveaux marchés en croissance, identifier les niches les plus prometteuses, et comprendre les besoins des utilisateurs (consommateur final ou client industriel). LE RéSEAU MULTIPOLAIRE DE L IFTH L IFTH amène le génie textile au cœur des réseaux (multipolaire). En effet, l'ifth est au cœur de la Plateforme Technologique Européenne. 17 de ses experts sont intervenus dans les groupes de travail sur les différentes thématiques (TEG Target Expert Group) pour réaliser le SRA (Stratégique Research Agenda) qui détermine les besoins futurs en R&D du secteur Textile- Habillement. De plus, l Institut participe, en étroite collaboration avec les fédérations (UIT, UFIH ), EURATEX et TEXTRANET- AUTEX, au fonctionnement de la Plateforme Technologique Européenne pour le futur du Textile-Habillement, qui est la concrétisation de l espace européen de la recherche dans le septième programme cadre. L IFTH est également au cœur des pôles de compétitivité textiles. Il coordonne et collabore à la recherche de la plupart de leurs projets de R&D. De même, par son implantation en régions, l IFTH assure des ponts du génie textile vers les autres pôles (le second cercle). Cette politique permet au Textile-Habillement d être reconnu comme facteur d innovation pour de nombreux secteurs et ainsi de participer au développement de nouvelles applications pour le Textile et l Habillement. Finalement, des contacts avancés sont pris avec les pôles du 3 ème cercle pour de prochaines collaborations dans lesquels l IFTH apporte son expertise R&D Textile- Habillement. Pôle Enfant Sporaltec Pôle Textile Alsace I-TRANS ID4CAR Aéronautique TECHTERA Véhicule du futur Pegase EMC2 Innovations thérapeutiques Minealogic CEA Plateforme UE Génie textile IFTH TEXTRANET Materalia Pôle Cancer Bio Santé Cosmetic Valley Fibres Grand'Est Lyon Biopôle Xylofutur UP-TEX Industries & Agro-Ressources Plastipolis

15 TRANSFERT DE LA RECHERCHE DANS L'INDUSTRIE L IFTH a pour objectif de soutenir un maximum d entreprises de la filière afin qu elles conservent une place forte dans le contexte de mondialisation du secteur, grâce à l innovation. Il se présente donc comme une interface entre l industrie et la recherche et le développement pour la plus large diffusion des résultats. Pour cela, un processus continu a été mis en œuvre pour relier l amont (R&D) et l aval (l industrie). Une présence de proximité (17 Ingénieurs transfert sur le terrain) permet d être auprès de l industrie pour : Impliquer, informer, former et susciter la curiosité des entreprises vis-à-vis des travaux réalisés. Mieux diffuser les résultats de la recherche. Faire connaître et utiliser les plateformes technologiques. Faire exprimer les besoins des industriels en R&D pour les transformer en innovations. Aider à mieux définir les objectifs de la R&D pour que la réalisation technique soit exploitable industriellement. Faciliter le packaging, la définition du marché, la protection intellectuelle pour un transfert réussi. Faire la promotion de l innovation en impliquant les entreprises dans des projets de recherche collectifs. THÉMATIQUES TRANSVERSALES DES PROJETS COLLECTIFS Protection de l'humain et sa sécurité Protection de l'environnement Confort Polysensorialité Légèreté et miniaturisation Réduction des côuts et des délais Innocuité des produits utilisés et traçabilité Répartition du budget par thématique Cycle de vie des produits Confort du corps et mobilité Esthétique et performance Confort de vie et nomadisme Virtualisation des étapes de conception produit Protection de l'individu dans son activité professionnelle Économie d'énergie Confort de l'espace et de l'habitat Toucher et odeurs Vêtements intelligents Plates-formes collaboratives Sécurité et protection dans sa vie quotidienne Assistance à la personne Agro-ressources Régulation thermique Sensation globale de l'utilisateur Nouveaux matériaux Logistique sourcing global et connaissance produit/qualité Protection de l'humain et sa sécurité Textiles à fibres optiques lumineux pour effet décoratif ou informatif. Cédric Brochier Technologies Casque en composite. Pulsium L IFTH s efforce également d identifier les besoins en innovation et produits-services correspondants aux marchés porteurs et de développer des synergies entre ses différentes plateformes technologiques. Il s agit d un rouage essentiel améliorant le transfert des résultats de la recherche et des travaux de l Institut pour la valorisation de la R&D directement dans l industrie. Réduction des coûts et des délais Légèreté et miniaturisation 13 % Polysensorialité 24 % 11 % 14 % 15 % 23 % Confort Protection de l'environnement Structures métallo textiles fabriquées. Walter SAS 15

16 DéVELOPPEMENT DURABLE Une vraie opportunité de différenciation positive Le Développement Durable est une réponse aux enjeux environnementaux (changement climatique, approvisionnement énergétique, biodiversité, qualité des sols et de l'eau ) et sociaux (accès aux ressources, respect des droits fondamentaux, exclusions ). S'inscrire dans une démarche de développement durable, c'est mesurer les impacts de toutes ses décisions, de tous ses actes de gestion, sur l'environnement et sur les populations, maintenant et dans le futur. L'ensemble des acteurs est concerné : les organisations internationales, les Pouvoirs Publics, les collectivités, mais aussi les entreprises et les consommateurs. Ainsi, le Développement Durable, en tant qu'élément de différenciation, accélérateur d'innovation, et outil de lutte contre la déflation apparaît aujourd hui comme une des stratégies gagnantes du textile français. Les parcours de nombreuses entreprises, à tous les stades de la filière textilehabillement, en témoignent : engagement dans des démarches d'éco-conception, mise en place d'une bonne gestion de l'eau, de l'énergie, et des déchets, utilisation de matières moins polluantes (coton issu de l'agriculture biologique), choix de fournisseurs et sous-traitants en fonction de critères sociaux et environnementaux, politique d'achats responsables, contribution à des projets sociétaux De plus, la pression législative en France et en Europe va en s'intensifiant afin de répondre à la demande sociale en croissance et aux exigences de lutte contre le changement climatique. De même, les consommateurs sont de plus en plus désireux d'acheter des produits éthiques et respectueux de l environnement et de connaître leur mode de fabrication. C'est pourquoi la prise en compte de ces problèmes à la source, et non leur gestion a posteriori, permet une anticipation des risques et représente un potentiel d'opportunités et de business. Éco-conception L éco-conception est devenu un sujet très prisé : c'est une démarche globale qui consiste à intégrer l environnement dès la conception d un produit, depuis la production de la matière première jusqu à la fin de vie du produit. Pour mettre en place une telle démarche, il est nécessaire dans un premier temps, de connaître l'ensemble des impacts environnementaux générés à toutes les étapes du cycle de vie du produit (de sa "naissance" : production de la matière première, jusqu'à sa "mort" : fin de vie du produit, en passant par sa production, sa distribution et son utilisation) (méthodologie de l'acv Analyse de Cycle de Vie), puis dans un deuxième temps, de proposer des alternatives afin de diminuer quantitative- ment et/ou qualitativement, voire de réduire ces impacts (changement des matières premières utilisées, recyclabilité des matériaux, process moins polluant ), tout en conservant les qualités et les performances intrinsèques du produit. La profession (UIT, Fédération de la Maille & de la Lingerie ), en étroite collaboration avec l'ifth, s'est engagée dans des projets d'analyse de Cycle de vie de produit car les enjeux sont nombreux pour les industriels, en termes de gains économiques, d'image et de différenciation sur le marché. Le projet en cours sur ce sujet est le projet ECOFITH dont l'objectif est d'une part, de permettre aux industriels du pull-over de calculer les impacts environnementaux de leur produit grâce à un outil type ACV interactif, et d'autre part, d'établir une base de données des impacts environnementaux des principales fibres. L objectif de ce projet européen, dans lequel l'uit est associée, est de créer une plate-forme collaborative de conception virtuelle 3D dédiée à l habillement et aux chaussures. Des données concernant les performances techniques, environnementales et toxicologiques des différentes matières seront regroupées en un instrument d aide à la décision pour les concepteurs. 16

17 Affichage Environnemental Les engagements du Grenelle (Grenelle 1 et 2) instituent l obligation à terme, pour les consommateurs de "pouvoir disposer d'une information environnementale sincère, objective et complète", et de "se voir proposer des produits respectueux de l'environnement à des prix attractifs". Cette information devra prendre en compte, l'"équivalent carbone des produits et de leur emballage" (considéré sur l ensemble du cycle de vie des produits) et les impacts les plus significatifs (consommation d'eau, production de déchets, écotoxicité ) pour chaque catégorie de produits (habillement, linge de maison, chaussure, alimentation ). Cette information sera restituée "par voie de marquage, d'étiquetage, d'affichage ou par tout autre procédé approprié". A terme, cet "affichage environnemental" devra être généralisé à tous les produits de grande consommation fabriqués ou importés en France. Il pourra ainsi devenir un critère de choix pour le consommateur. Depuis le printemps 2008, des travaux se sont tenus à l AFNOR, sous la présidence de l ADEME, pour développer avec les professionnels concernés, les méthodologies d évaluation des impacts environnementaux. Le référentiel de bonnes pratiques (AFNOR BP X ) est désormais le document cadre qui établit les principes généraux pour que les entreprises souhaitant s engager puissent le faire sur la base d un même socle. Des groupes de travail sectoriels ont été créés afin de déterminer, pour chaque catégorie de produits, le choix des indicateurs environnementaux, en plus du CO 2, et les modes de calcul. Dans ce cadre, un groupe de travail, le GT5, dédié à l'habillement et au Linge de Maison est animé par l'ifth en collaboration avec l'uit. TASK FORCE UIT DÉVELOPPEMENT DURABLE Créée en Décembre 2008, cette Task-Force, pilotée par l'uit et composée à 100 % d'industriels représentatifs des différents métiers et des différentes régions textiles, a pour objectif de : Aider les entreprises à mettre en œuvre des démarches de Développement Durable et donner des outils pour des actions concrètes : - partager des valeurs, des principes et des bonnes pratiques de la filière textilehabillement et d'autres secteurs, - mettre à disposition une méthodologie et des outils opérationnels pour agir. Créer un centre de ressources pour les entreprises. Présenter, en régions, ces outils avec des réunions de sensibilisation aux enjeux du Développement Durable dans la filière textilehabillement. Etablir un outil d'auto-diagnostic spécifiquement adapté à la filière du textile-habillement et basé sur le SD de l'afnor. Promouvoir cet outil d'autodiagnostic et accompagner les entreprises pour les aider à structurer leur démarche. Tissu pour la vigne Vitexsol. Texinov Chapeau réalisé en tissu de fibres de banane. Effet de Tête Lac de montagne avec une membrane d'étanchéité. Fabricant du tissu : Ferrari Réalisation : Relais Textiles Techniques, Sté Grando 17

18 revue de presse DEvEaux fait La guerre aux CopiEurs DE DEssins La FranCE veut CLariFiEr sa position au sujet Du MaDE in Les tisseurs FrançaIs tentent De résister à La CrIse De L habillement Le salon première vision qui réunit les professionnels du tissu et du fil se tient jusqu'à vendredi. a partir de ce salon, les enseignes récoltent des échantillons, avant de dessiner les collections puis de lancer les ordres industriels. Les tisseurs misent sur la création pour séduire des marques de mode face à la chute des ventes. Un concept de mode «low cost», c'est ce que propose depuis la rentrée Mango : une centaine de vêtements à prix réduits, à partir de 9 euros. L'enseigne espagnole cherche ainsi des «voies alternatives»pour que ses clientes«puissent continuer à profiter de la mode». Mais ces démarches qui se multiplient ne font pas l'affaire des tisseurs français ( salariés), à la source de la chaîne de l'habillement, qui se battent déjà pour faire face à la concurrence asiatique. L'an dernier, leur production a chuté de 18 %, et le recul se poursuit pour cette filière textile dont le chiffre d'affaires s'établit à 10 milliards d'euros. «L'effet récessif est multiplié quand on remonte la filière en amont,analyse Gildas Minvielle, de l'institut français de la mode. Il y a une réorientation des achats vers les pays à bas coûts, car le prix est redevenu la priorité des consommateurs.» Les professionnels ont rendez-vous au Salon Première Vision jusqu'à vendredi. Ils y présentent leurs nouveaux tissus aux marques de mode, de H & M à Hermès, pour des collections qui seront en magasin en septembre L'occasion de mesurer l'état d'esprit des donneurs d'ordre, alors que les clignotants sont au rouge. En France, la consommation d'habillement a chuté de 8,8 % en juillet malgré les soldes, et les exportations de 7 %. Il n'est pas sûr que le Salon fasse le plein. Le précédent avait déjà vu le nombre de visiteurs chuter de 18 %. «Des sociétés comme H & M, C&A ou des marques japonaises qui envoyaient une centaine de stylistes et d'acheteurs ont revu leur nombre à la baisse, jusqu'à 40 %. Mais au final, elles sont toutes présentes», assure Philippe Pasquet, le président du Salon. séduire avec une offre originale C'est là que ces enseignes récoltent des échantillons, avant de dessiner les collections puis de lancer les ordres industriels. «Les marques sont très prudentes, car l'activité a plongé en moyenne de 20 % à 30 % depuis le début de l'année. Du coup, la plupart vont proposer des collections restreintes», reconnaît Dominique de la Tournelle, président du directoire de Bruno Saint-Hilaire, spécialiste des costumes pour hommes. Beaucoup vont ainsi réutiliser les tissus de la saison dernière. Tout l'enjeu pour les tisseurs consiste donc à les séduire avec une offre originale, insiste Pierre Schmidt, le PDG de Philea, une PME du Haut-Rhin, dont les clients s'appellent Zara, Caroll, ou Benetton. «Il y a un besoin d'image. La banalisation du marché qui a découlé des importations massives a conduit à un appauvrissement des savoir-faire. Il faut miser sur la création», reprend le patron. L'innovation est aussi la priorité chez Trouillet (Saône-et-Loire), qui a pour donneurs d'ordre Camaïeu, Lacoste ou Armor-Lux. «Toute notre stratégie, c'est de créer de nouveaux produits en termes de coloris, de dessin, relève Olivier Bochard, son dirigeant. L'habillement est un achat coup de coeur. La nouveauté fait vendre. Nous ne pouvons pas nous battre sur les prix.» Problème : ces techniques sont copiées, et parfois mal copiées, comme le fil métallique à mémoire de forme mis au point par Philea en Les versions venant d'asie ont provoqué des irritations de la peau. L'entreprise a réagi en lançant un programme de R&D pour gainer ce fil. Quant à leur coût, «ces innovations restent accessibles, assure Pierre Schmidt, avec un tarif en moyenne 6 à 7 euros le mètre carré. Il est possible de créer des tissus différents à prix minimes».seul moyen, selon ces spécialistes, de sauver le marché. DomInIque ChapuIs Conseil de Direction - Avril 2010 Journal du Textile 12/01/10 29 Economie économie Textile / Habillement Journal du Textile - 23/03/10 50 Economie Les Echos 16/09/09 Conseil de Direction - Février 2010 Conseil de Direction 14 Octobre D O 18

19 BRANCHES ET SECTIONS PROFESSIONNELLES lin Christian MEKERKE MAILLE & LINGERIE Philippe berthaux Lucien Deveaux Philippe GRODNER Patrice Kretz Stéphane ZIEGLER SOIERIE-MOULINAGE-VOILAGE Jean-Claude MONTAGNON Guy quemener textiles artificiels & synthétiques Jean guillou dentelles & broderies Bruno BAcus ennoblissement Yann BALGUERIE laine-coton Camille AMALRIC Pierre BRUN Benoit HACOT Christophe LAMBERT Jean-Christophe MEUlLE VICE-PRÉSIDENTS Etienne WIBAUX Nouvelles technologies Serge PIOLAT Affaires Européennes Jean-Claude MONTAGNON Promotion Internationale Christophe Lambert Affaires Industrielles Patrice Kretz Jean-Pierre GRILLON Droit du Travail, Protection sociale, Formation Yves DUBIEF Trésorier, Fiscalité et Finances Jean-Bernard DEVERNOIS Communication RÉGIONS PICARDIE Antoon vandeginste Yves benoit ALSACE Martine mutterer champagne-ardenne Jean-Dominique regazzoni lorraine Yves dubief midi-pyrénées Michel brunel nord-pas-de-calais André beirnaert Gérard loingeville Edith mery normandie Jean-Jacques gasly rhône-alpes Henri de france Jean-Charles potelle membres désignés Norbert BLANC Jean-Bernard DEVERNOIS Antoine de VILLOUTREYS L'uit au coeur d'un réseau de partenaires GROUPE DES FÉDÉRATIONS INDUSTRIELLES (GFI) Le GFI rassemble, au sein du MEDEF, les quinze plus importantes fédérations industrielles françaises et représente ainsi plus de 75 % de l'industrie : CCFA, FFA, FIEEC, FIEV, FIM, FIP, GIFAS, PLASTURGIE, UFIP, UIC, SFIC, UIMM,UIT, UNIFA, FIPEC. COMITÉ DE LIAISON DES INDUSTRIES DE MAIN- D'OEUVRE (CLIMO) Le CLIMO rassemble les principales fédérations représentant les industries de main-d'oeuvre : CFHM, CICF, FFC, FFIJP, FFM, UFIH, UIT, UNIFA. mouvement des entreprises de france (medef) Le Mouvement des Entreprise de France, MEDEF, a pour objectif de redonner, à l'entrepreneur et à l'entreprise, la place qu'ils méritent au coeur de la société française. EURATEX Organisation professionnelle européenne du textile et de l'habillement comprenant les représentants des associations nationales de 27 Etats membres, ainsi que des fédérations européennes de branche. Missions : Représentation auprès des institutions et des organisations internationales (OMC). Promotion d'un environnement économique, social, environnemental et d'une politique commerciale propice à l'activité de ses membres, notamment dans leur développement international. FORTHAC Organisme collecteur des contributions de la formation et de l'apprentissage de la branche. Promotion, conseil et financement de la formation des salariés et de l'insertion des jeunes. Observatoire des métiers de la mode, des textiles et du cuir. institut français de la mode (ifm) Centre de formation et d'expertise des professionnels du textile et de la mode. Enseignement supérieur, formation continue, études, conseils et statistiques. institut français du textile-habillement (ifth) Centre technique industriel avec huit délégations régionales. R&D/Innovation, formation aux nouvelles technologies et au développement durable, normalisation, certification, analyses et tests, participation aux programmes européens de R&D... 19

20 Union des Industries Textiles 37/39 rue de Neuilly, Clichy Tél. : +33(1) Fax : +33(1)

RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE

RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE Publication 2011 Chiffres 2010 CHIFFRES CLES DE LA MAROQUINERIE STRUCTURES REGIONALES IMPORTATIONS / EXPORTATIONS Fédération Française de la Maroquinerie 16 rue Martel

Plus en détail

BILAN ECONOMIQUE 19 FEVRIER 2013

BILAN ECONOMIQUE 19 FEVRIER 2013 BILAN ECONOMIQUE 19 FEVRIER 2013 Jean-Pierre MOCHO, Président de la FFPAPF François-Marie GRAU, Secrétaire Général de la FFPAPF Actualités de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin Du 26 février

Plus en détail

Un exemple de redéploiement industriel: la lingerie Chantelle

Un exemple de redéploiement industriel: la lingerie Chantelle ! Université d Automne 2003! Enseignants de Sciences Economiques et Sociales - Entreprises Jeudi 23 et vendredi 24 octobre 2003! Lycée Louis Le Grand! Paris «Les entreprises dans la mondialisation» Un

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

Assemblée Générale 2015 de l AFT :

Assemblée Générale 2015 de l AFT : Assemblée Générale 2015 de l AFT : Développer la formation professionnelle Transport-Logistique, renforcer l attractivité du secteur, accompagner les candidats jusqu à l entreprise, favoriser l intervention

Plus en détail

Vos clients à l épreuve de la réforme de la formation professionnelle, enjeux et stratégie Vendredi 5 septembre 2014

Vos clients à l épreuve de la réforme de la formation professionnelle, enjeux et stratégie Vendredi 5 septembre 2014 Vos clients à l épreuve de la réforme de la formation professionnelle, enjeux et stratégie Vendredi 5 septembre 2014 @DFCTA 09/2014 Universités d été d été de de l ordre l Ordre des des Experts-Comptables

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI L engagement du gouvernement est total en matière d amélioration de la compétitivité des entreprises et de l emploi. Le Pacte de croissance

Plus en détail

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine Les Échanges Internationaux de l Aquitaine en 2009 2009 : Tendances et faits marquants Baisse généralisée des exportations et importations Exportations Importations Aquitaine Valeur 2009 12 083 9 664 Evolution

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

13-14 PREmière vision

13-14 PREmière vision 13-14 PREmière vision NEW YORK / indigo New York et de dessins textiles Francine EMPOLI T. 04 72 60 65 00 [f.empoli@premierevision.com] 14-17 heimtextil Salon de textiles de maison Francfort - Allemagne

Plus en détail

Vos partenaires sur les marchés étrangers

Vos partenaires sur les marchés étrangers Secrétaire d Etat chargé du Commerce extérieur Direction générale du Trésor et de la Politique économique ACFCI UBIFRANCE Missions Economiques UCCIFE partenaires OSEO COFACE CNCCEF partenaires ENTREPRISES

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Activité économique. L activité globale du secteur. Les échanges commerciaux. La production d imprimés entre 2000 et 2010

Activité économique. L activité globale du secteur. Les échanges commerciaux. La production d imprimés entre 2000 et 2010 Activité économique L activité globale du secteur L activité globale pour le secteur de l Imprimerie s élève en 2010 à environ 2,5 millions de tonnes produites, pour un chiffre d affaires que l on peut

Plus en détail

Faire de la formation un levier de compétitivité des entreprises et des actifs de notre territoire! Montpellier 25 mars 2014

Faire de la formation un levier de compétitivité des entreprises et des actifs de notre territoire! Montpellier 25 mars 2014 Faire de la formation un levier de compétitivité des entreprises et des actifs de notre territoire! Montpellier 25 mars 2014 1 Enjeux et philosophie de la réforme Jean -Marc OLUSKI - Président de la CREEF

Plus en détail

Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc. Les points majeurs de la réforme de la formation professionnelle

Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc. Les points majeurs de la réforme de la formation professionnelle Présentation réforme FPC par Alain Hellard, Opcalia Martinique Explication de l ANI du 4/2/203 et ses implications Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc Les points majeurs de la réforme de

Plus en détail

Au service de votre entreprise à l international

Au service de votre entreprise à l international Un réseau mondial au service des entreprises 1.500 personnes dans 156 Missions économiques réparties dans 113 pays des experts sectoriels et géographiques en France et à l étranger une agence nationale

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille.. Petites et

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant Dossier de presse Sommaire «Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» : Un guide pratique à l issue du dispositif de soutien aux TPE/PME Conférence du 5 mars 2014 Communiqué de presse

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

Tableau de bord des pôles de compétitivité

Tableau de bord des pôles de compétitivité Tableau de bord des pôles de compétitivité dition 2012 Ensemble des pôles 1. Carte des pôles en 2011 Part des effectifs des établissements membres dans les effectifs de la zone d'emploi (en %) 7,5 et plus

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 1 REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 L OBJECTIF REVENDICATIF POUR LA CFDT : LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Objectifs de la SPP : Sécuriser les mobilités des salariés

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE 2013 PERSPECTIVES 2014 PRÊT-À-PORTER FÉMININ

BILAN ÉCONOMIQUE 2013 PERSPECTIVES 2014 PRÊT-À-PORTER FÉMININ PERSPECTIVES 2014 PRÊT-À-PORTER FÉMININ PRÉAMBULE Un bilan enrichi. Approfondir les points essentiels ou les changements survenus en 2013 : la perception des prix, l impact du Made In, la Digital Mum.

Plus en détail

Direction générale de l administration et de la fonction publique

Direction générale de l administration et de la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2014 Direction générale de l administration et de la fonction publique Présentation repères dgafp Éditorial

Plus en détail

Direction générale de l administration et de la fonction publique

Direction générale de l administration et de la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2012 Direction générale de l administration et de la fonction publique Présentation REPÈRES DGAFP Éditorial

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 Les outils et ressources Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 1 Les guides pratiques et méthodologiques L économie circulaire,

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Développement durable et PME. Introduction à la démarche

Développement durable et PME. Introduction à la démarche Développement durable et PME Introduction à la démarche 1. INTRODUCTION Les TPE, PME et PMI le savent aujourd hui : elles doivent s employer à limiter leur impact sur l environnement, mais également intégrer

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE JEUDI 12 DECEMBRE 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE Introduction La signature de ce contrat de filière n est qu une étape Les six axes du contrat

Plus en détail

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 :

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 : 6 avril 2011 Contribution des Secrétariats du Conseil central de l'economie et du Conseil national du Travail a l'attention du Premier Ministre, en vue de l'élaboration du plan national de réformes de

Plus en détail

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Qui sommes nous? Le CFA Régional des Métiers de l Environnement et du Développement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

Les chiffres clé de la région. Alsace. 1er trimestre 2013 résultats de mars. Données CAF/FAB hors matériel militaire en millions d'euros

Les chiffres clé de la région. Alsace. 1er trimestre 2013 résultats de mars. Données CAF/FAB hors matériel militaire en millions d'euros Les chiffres clé de la région http://lekiosque.finances.gouv.fr Alsace 1er trimestre 213 résultats de mars Réalisée chaque trimestre, la brochure régionale présente les données de cadrage du commerce extérieur

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets Actions de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Industries de Santé Projet de renforcement des compétences dans les Industries de Santé Action nationale Emploi/ Formation n 9.2 : Projets

Plus en détail

Étiquetage environnemental Secteur textile

Étiquetage environnemental Secteur textile Étiquetage Secteur textile Sandrine Pesnel Equipe de recherche GEMTEX (ENSAIT) du projet ACVTEX 28/04/2010 1 Le projet ACVTex Le projet : Partenaires : Débuté en 2008 projet de 4 ans Programme transfrontalier

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Préambule.. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise La formation est un levier déterminant de

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR»

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» Les bâtiments existants Ils sont très hétérogènes. Ils émettent dans leur ensemble 25% des émissions françaises de gaz

Plus en détail

LA REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : CONSEQUENCES ET PERSPECTIVES POUR LES OPCA

LA REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : CONSEQUENCES ET PERSPECTIVES POUR LES OPCA 13 mai 2011 LA REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : CONSEQUENCES ET PERSPECTIVES POUR LES OPCA Source : DGEFP SEPT 2010 Service juridique AGEFOS PME 1 PRESENTATION D AGEFOS PME PACA 2 AGEFOS PME en

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle :

Réforme de la formation professionnelle : Réforme de la formation professionnelle : Introduction par Michel DELAMAIRE, Directeur général délégué CCI Paris Ile-de-France 1 La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi

Plus en détail

Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015

Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015 Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015 Le Cluster Solaire/MCIC, un outil pour appuyer le développement industriel vert STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE Plan Solaire Marocain Plan Eolien

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

La formation professionnelle continue. -enjeu stratégique -quelques chiffres

La formation professionnelle continue. -enjeu stratégique -quelques chiffres La formation professionnelle continue -enjeu stratégique -quelques chiffres LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE EST UN ENJEU STRATÉGIQUE POUR NOTRE PAYS, NOTRE ÉCONOMIE ET NOS CONCITOYENS! Dans une économie

Plus en détail

La reprise industrielle est-elle là?

La reprise industrielle est-elle là? La reprise industrielle est-elle là? Conférence de presse du GFI au Comité des Constructeurs Français d Automobile (CCFA) Mardi 31 Mars 2015 Sommaire Le contexte économique Le contexte des secteurs industriels

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Troyes les 22 et 23 mai 2013 Les 22 et 23 mai derniers se sont tenue à l IUMP de Troyes (10), les premières Assises des filières

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

12-15 HEIMTEXTIL 17-19 INTERSEC

12-15 HEIMTEXTIL 17-19 INTERSEC 12-15 HEIMTEXTIL Salon de textiles de maison Francfort - Allemagne 17-19 INTERSEC Salon de la Protection - Partenariat CCI Dubai 19-20 PREMIÈRE VISION NEW YORK The global textile event for North American

Plus en détail

12-15 heimtextil. 17-19 intersec

12-15 heimtextil. 17-19 intersec 12-15 heimtextil Salon de textiles de maison Francfort - Allemagne 17-19 intersec Salon de la Protection - Partenariat CCI Dubai 19-20 PREmière vision NEW YORK The global textile event for North American

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Les normes de la durabilité

Les normes de la durabilité & Les normes de la durabilité Intervenants : Et la participation de : Sommaire Les enjeux/marchés Définitions Les référentiels La mise en place Les exigences réglementaires Les aides La position de l ICC

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SOUTIEN A L ASSOCIATION REGIONALE POUR L AMELIORATION

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

L ADEME FINANCE VOS PROJETS

L ADEME FINANCE VOS PROJETS L ADEME FINANCE VOS PROJETS POUR PROTÉGER L ENVIRONNEMENT ET MAÎTRISER L ÉNERGIE principaux dispositifs d aide principaux dispositifs d aide TABLEAU DE SYNTHÈSE Principaux bénéficiaires possibles Activités

Plus en détail

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Bilan à l An 1 du Rapport Gallois et du Pacte de compétitivité La plupart des

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Les mesures du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi

Les mesures du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi Mayenne Services Publics La lettre thématique Les mesures du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi Les dispositifs et instruments financiers Le crédit d impôt pour la compétitivité

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Esthétique, Parfumerie, Bien-être L accès aux diplômes et aux parcours professionnels

Esthétique, Parfumerie, Bien-être L accès aux diplômes et aux parcours professionnels Esthétique, Parfumerie, Bien-être L accès aux diplômes et aux parcours professionnels Conférence Mondial SPA et Beauté 15 Mars 2014 RÉGINE FERRERE P R É S I D E N T E D E L A C O N F É D É R A T I O N

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

Mesure des emplois, métiers et formations de l économie verte

Mesure des emplois, métiers et formations de l économie verte Mesure des emplois, métiers et formations de l économie verte Conseil d orientation pour l emploi 26 mars 2013 (màj au 12/04/2013) Pierre Greffet MEDDE/CGDD/SOeS Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE Ministère

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

Conférence régionale

Conférence régionale Réunion d information nationale Les enjeux de la réforme de la formation professionnelle Conférence régionale dans les OPH Paris Lundi 20 octobre 2014 1 Les enjeux de la réforme de la formation professionnelle

Plus en détail

Limoges, le 9 décembre 2013

Limoges, le 9 décembre 2013 Pôle Elopsys et Pôle Européen de la Céramique Signature des contrats de performance 2013-2018 Limoges, le 9 décembre 2013 Dossier de presse Contacts presse : DIRECCTE du Limousin Philippe JUBEAU : 05 55

Plus en détail

Conférence numérique franco-allemande «Accélérer la transformation numérique de nos économies» 27 octobre, Paris

Conférence numérique franco-allemande «Accélérer la transformation numérique de nos économies» 27 octobre, Paris Conférence numérique franco-allemande «Accélérer la transformation numérique de nos économies» 27 octobre, Paris Déclaration commune Les ministres allemand et français de l économie sont convenus de mettre

Plus en détail

Infodoc. n 94. Octobre 2014. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle

Infodoc. n 94. Octobre 2014. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle Infodoc Législation/Réglementation Réforme de la Formation Professionnelle Octobre 2014 n 94 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation.

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation. LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE Etat des lieux, avant changements Un domaine important dans l activité du pays Plus de 8 millions de personnes sont parties en formation en 2010, qu elles soient :

Plus en détail

Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle

Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle 08/01/2014 La négociation nationale sur la formation professionnelle engagée entre les organisations

Plus en détail