Compagnon du Devoir. ue nos jeunes, de plus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compagnon du Devoir. ue nos jeunes, de plus"

Transcription

1 Compagnon du Devoir Journal de l Association ouvrière des Compagnons du Devoir du Tour de France Éditorial Dauphiné la Clef des Cœurs C est la rentrée Et voilà, les vacances tant attendues et bien méritées font déjà partie du passé. Elles ont pourtant apaisé bien des maux accumulés depuis une année, permis de se retrouver en famille ou entre amis, de manière plus calme et détendue, ou d effectuer toutes ces petites choses que nous laissons de côté, parce que trop affairés dans un monde où avancer coûte que coûte et intensément est devenu le mode de vie imposé. Mais ces vacances nous ont permis de nous préparer à une nouvelle année, à une nouvelle rentrée. Eh! oui, comme chaque année, le changement de ville de nos itinérants vient à cette période bouleverser nos habitudes. Nos Maisons se remplissent à nouveau et nous, Sédentaires, Mères, Dames-hôtesses, Maîtresses de maison, personnel de restauration et d hébergement, allons découvrir et apprendre à connaître de nouveaux jeunes. Il en sera de même pour nos employeurs et le personnel d encadrement dans les entreprises ainsi que pour tous ceux qui s impliquent et donnent de leur temps à notre jeunesse. D un point de vue plus administratif, changement de ville signifie nouveau contrat pour chaque jeune, ce qui contraint chaque service de notre Association à être toujours plus performant, dans des temps de plus en plus restreints. Le Collège des Métiers est en ébullition en cette période de rentrée, les problèmes rencontrés ça et là en matière de formation doivent être analysés et réglés avec célérité. Le placement de certains jeunes dans quelques métiers reste toujours très délicat, aussi la solidarité entre régions et entre métiers se doit-elle de fonctionner largement, afin que chaque itinérant puisse trouver travail et accueil. Si la rentrée apporte bouleversements, inquiétudes et une certaine agitation, elle est en revanche un temps de mise au point sur l année écoulée et de réflexion sur l avenir. Effectivement, ce moment privilégié est aussi la période de rencontres entre les membres du Conseil et les métiers, et entre les membres du Conseil et les Provinces. Ceci afin de préparer les actions que chacun veut mettre en œuvre pour répondre au mieux aux besoins de notre jeunesse et en mesurer les incidences budgétaires. Ces échanges sont des temps forts de partage où tous les sujets sont abordés. Ils permettent d ajuster les décisions d Assises avec les besoins ou les actions spécifiques à telle Province ou à tel métier, en ayant la vision concrète et réelle de la vie du Tour de France à ce moment. Ces échanges sont aussi des moments de grande convivialité, chaleureux d où chacun ressort renforcé dans son engagement de servir Suite page 2 Octobre Numéro 147 Une consécration méritée D es élèves ingénieurs, de jeunes itinérants et des sponsors dynamiques, un ensemble de qualités qui ne pouvait que déboucher sur une réussite, celle de Colzer, un véhicule prototype de très haut niveau. Une jeunesse reconnue Q ue nos jeunes, de plus en plus attirés par l étranger, franchissent nos frontières ne peut que réjouir le Compagnonnage mais qu à travers les lignes de notre Journal, un itinérant au Canada lance un appel à d autres itinérants pour son remplacement, voilà qui est prometteur. Dans ce numéro... À découvrir page 7 À lire page 14 C est la rentrée, par Dauphiné la Clef des Cœurs...1 Que du bonheur, par Ile-de-France la Franchise du Devoir...2 Au plaisir de lire...4 Un week-end unique, par Les Aspirants Couvreurs...5 Mosaïque Du gris anthracite au gris perle, par Henri le Provençal...6 Colzer, un véhicule prototype pour le Challenge SIA, par Bourguignon l Ami du Trait...7 L ardoise de Corrèze, par Lyonnais Cœur Joyeux...9 Le Spectre des Jardins L art au jardin/le jardin comme art, par Pascale Grémont Gervaise...11 Carnet du Tour de France Une année au Canada, l une des étapes de mon Tour de France, par Flamand La réalisation d un maison contemporaine en Drôme provençale, par l Humilité de Bollène Les Maoris : à la découverte du peuple originaire de la Nouvelle-Zélande, en 10 paragraphes par Loïc le Provençal... 18

2 Editorial (suite) et de faire vivre notre Compagnonnage plus d actualité que jamais, pour aider nos jeunes à réussir dans cette société déstabilisante car en pleine mutation. Pour mettre en place toutes ces actions, il faut évidemment une gestion rigoureuse et des moyens conséquents. Notre souci majeur, actuellement, concerne notre taxe d apprentissage pour l année Il est pour nous difficile de maintenir notre niveau de taxe mobilisable pour le financement de nos C.F.A, d autant que les dernières évolutions réglementaires et applicables en 2006 nous sont, à notre niveau de connaissance, aujourd hui défavorables. compagnonnage et devenir du métier Que du bonheur Ces perspectives nous obligent à freiner l accroissement de notre action de formation par l apprentissage. Or, rappelons-nous que cette formation constitue notre pépinière de recrutement pour le Tour de France et que c est grâce à elle que nous pouvons former les hommes de métiers qui seront, dans quelques années, les forces vives de nos entreprises. C est d autant plus dommage que nous formons des jeunes pour des filières qui connaissent déjà une forte pénurie de main-d œuvre. Paradoxe étonnant dans notre pays, comme le souligne notre Premier Conseiller en parlant «de métiers sans jeunes et de jeunes sans métier». La taxe d apprentissage est pour nous un enjeu essentiel puisqu elle représente environ 80 % du financement de notre action d apprentissage. Si nous voulons conserver notre spécificité de formation, nous devons garder ce niveau de financement obtenu grâce à la confiance de nombreuses entreprises qui croient en la formation chez les Compagnons du Devoir. Nous ne pouvons que les en remercier en les assurant de notre motivation à continuer de répondre au mieux à leurs besoins de formation. L a p r o c h a i n e c a m p a g n e d e t a x e d apprentissage est là, toute proche. Aussi, je remercie chacun de prendre en compte l importance de verser ou de faire verser sa taxe d apprentissage à l Association ouvrière des Compagnons du Devoir. Les sollicitations diverses sont nombreuses, parfois très orientées, voire mal orientées. Or, la loi laisse libre chaque entreprise de verser sa taxe d apprentissage à l organisme qui lui paraît le plus adapté à répondre à ses interrogations et à ses besoins présents et à venir en terme de formation de ses salariés actuels et futurs. Chaque rentrée est une période intense qui nous oblige à nous remettre en question si nous voulons offrir à nos jeunes itinérants une expérience nouvelle, riche et pleine de découvertes dans nos Maisons et nos entreprises, mais aussi à l extérieur par la diversité historique et géographique de la ville ou de la région qui les accueillera. Cette expérience nouvelle va leur permettre de vivre et de s enrichir, le temps d un passage, au contact d hommes et de femmes qui eux savent déjà, de par leur vécu, qu une vie se construit par la somme de ses expériences. Aussi bon courage à tous, Sédentaires, employeurs, amis et personnel de notre Association, qui de près ou de loin participez à ce que chaque nouvelle rentrée apporte et continue d apporter à notre jeunesse un attrait générateur de voyages. Il serait fort dommage que, faute d avoir aujourd hui su montrer l intérêt de former des jeunes au travers du voyage, beaucoup plus ne puissent en profiter. Luc Allemand Dauphiné la Clef des Cœurs Conseiller à la Trésorerie T ant pis pour l introduction mais nous ne pouvons faire autrement que de commencer par le point commun à toutes ces impressions de stage, l immense remerciement de tous pour l accueil et la générosité du Compagnon Loïc Entwistle, Beauceron la Générosité, sédentaire en Allemagne depuis de nombreuses années, et de son épouse Moni. «Une semaine de vrai pacha, mieux serait indécent», «un grand merci à Loïc et à sa famille sans qui, je pense, rien n aurait été possible». Chacun y va de sa formule de remerciement, toutes sincères et émouvantes. Quelle folie en vérité que de vouloir organiser des stages pour des maréchauxferrants, jeunes et Anciens, dispersés aux quatre coins de l Europe! Et pourtant, c est possible. Voici quelques réflexions jetées sur le papier par les participants. «Cette année, nous avons eu plutôt de la chance car nous nous sommes retrouvés deux fois une semaine, tous ensemble ou presque : la première en Lituanie et la seconde en Allemagne. Cela fait toujours autant de bien, ça revitalise, ça ravigote, c est un réel bonheur que d être ensemble. Ce dernier stage portait sur l anatomie, la biomécanique, les aplombs, les résines et les silicones. Pour cela, nous avions un intervenant de choix, Hans Castelijns, un grand professionnel mais, surtout, un humain qui aime la vie et la simplicité, ce qui ajoute à la valeur du bonhomme. Avec lui, nous apprenons quelque chose de nouveau toutes les deux minutes environ et, à la fin de la journée, nous sommes en possession d informations précieuses et multiples. A la fin du stage, on en redemande! Un outil podéquinométrique n est pas un schmilblick mais le thème de la deuxième partie de notre stage. Cet outil, qui nous fut présenté par son inventeur Éric Alliot, sert à mesurer les vibrations et les fréquences subies par les pieds du cheval pendant sa locomotion. Son utilisation permet de rééquilibrer plus précisément les charges et les pressions exercées sur les membres. Comme nous étions quasiment tous là, nous en avons profité pour faire un mini congrès. Au programme : Explication de l Adoption avec les Compagnons et Aspirants, Anciens et itinérants (à mon point de vue, le moment le plus fort de cette semaine) ; Débat sur le devenir du métier ; Et, un point sur le parcours de chacun. Ile-de-France la Franchise du Devoir L appareillage de la podéquinométrie Nous avons également profité de la présence de tous pour corriger le travail d Adoption du Pays André. Son travail portait sur l emploi des nouvelles résines en maréchalerie, et la démonstration qu il en fit sur un cheval aux pieds abîmés fut des plus intéressantes. C est professionnellement et moralement enrichissant de prendre des leçons d un stagiaire Bref, une semaine pleine de Compagnonnage, de formation, d échange, d évolution, de fraternité. Une semaine qui donne la pêche. Une semaine qui fait rêver aux prochaines rencontres.» (Picard Cœur Sincère, Correspondant des Compagnons Maréchaux-Ferrants du Devoir) «Ce fut pour moi un vrai plaisir de rencontrer tous les maréchaux présents (Compagnons et Aspirants). Les Anciens nous ont raconté leurs voyages et leurs différentes expériences et je regrette de n avoir pu profiter davantage de leur savoir. Notre formateur nous a fait part de ses connaissances qui me paraissent n avoir pas de limites et, durant ces trois jours avec lui, j ai appris et vu des choses fascinantes. Nous avons aussi discuté du devenir du métier et j ai appris pas mal de choses sur la considération du maréchal-ferrant dans notre société. Enfin, j ai passé de magnifiques moments de détente avec tout le monde.» (Richard, stagiaire à Muizon) «En plus de pouvoir bénéficier d un stage organisé à l étranger, nous avons eu un intervenant vraiment à la hauteur de nos attentes. Nous avons abordé plusieurs sujets de base auxquels nous sommes quotidiennement confrontés et qui, pour un Aspirant comme pour un Compagnon, doivent sans cesse être revus puisque nous travaillons sur un être vivant et que rien ne peut être définitivement établi. Cette semaine de stage a rassemblé une petite famille et a permis de faire plus ample connaissance entre stagiaires, Aspirants et Compagnons. Ce fut

3 un grand moment d échange et de joie pour notre corporation.» (Forézien, itinérant en Allemagne) «Je tire un bilan plus que positif de ce stage, grâce notamment à la participation de Hans Castelijns, maréchal-ferrant et vétérinaire mondialement réputé. Ce fut pour nous l occasion d apprendre des techniques et des tours de main très intéressants. Mais mon meilleur souvenir restera le bien fou que cela fait de revoir tout le monde et ce moment de «magie» qui s exerce dès la première seconde entre des itinérants et/ou des Anciens qui ne se sont pas vus depuis plusieurs années parfois, et qui se retrouvent comme s ils s étaient quittés la veille. Un sentiment de plaisir que je ne peux faire transpirer, hélas, par le biais de la plume...» (Toulousain Cœur Joyeux, actuellement en Irlande) «Compte tenu de notre effectif, il nous est relativement facile de nous retrouver tous. Ces retrouvailles sont pour chacun de nous l occasion de partager fraternellement beaucoup de choses. C est ce qui fait notre force, notre union. Nous sommes comme des frères et nous pouvons, en cas de difficultés, nous serrer les coudes. Un soir, après le dîner dans le jardin, Loïc a eu l idée de sortir l enclume et la forge, histoire de forger à deux marteaux, des moments inoubliables entre joyeux lurons, à l image de cette discussion entre stagiaires et Aspirants sur nos voyages passés et à venir, ou encore de cette matinée consacrée à l explication de l Adoption, très bénéfique pour tout le monde. La vie est ainsi faite de moments forts, enrichissants et nous nous sommes tous promis de renouveler ces temps de partage.» (Manceau, itinérant à Grenoble) «Compagnon : celui qui partage son pain. Une définition du Compagnon qui n est pas toujours une évidence et qui, pourtant, en fut une lors de ce stage en Allemagne où tous les maréchaux présents, jeunes ou moins jeunes, Compagnons ou non, ont su se retrouver simplement et partager ce moment. Tout cela afin de suivre l évolution du métier et autant que possible en influencer le devenir. Les moments compagnonniques y furent également riches, rappelant notre appartenance à cette famille qu est le Compagnonnage, nous qui sommes le plus souvent isolés, que nous soyons itinérants ou sédentaires. J aurais particulièrement voulu remercier Hans pour ses compétences et son enthousiasme, Loïc et son épouse pour leur générosité, ainsi que tous ceux qui ont su partager leur pain, et sans lesquels ce beau moment n aurait pu être.» (Périgord la Fidélité, sédentaire à Bergerac) «Dans la semaine du 18 au 22 avril, toute la corporation des maréchaux-ferrants s est retrouvée pour un stage en Allemagne, près de Mainz. Des maréchaux de différents pays européens se sont rencontrés à cette occasion pour donner le meilleur stage possible : Hans Castelijns d Italie, Joseph Lubeck d Allemagne et le Compagnon Loïc. Cette semaine se termina en beauté le samedi où nous nous sommes rappelés les bons moments passés lors de ce stage.» (Écrit directement en français par Mecklenburg, itinérant allemand à Saint-Lô) Nous avons également profité de la présence de tous pour corriger le travail d Adoption du Pays André. Son travail portait sur l emploi des nouvelles résines en maréchalerie, et la démonstration qu il en fit sur un cheval aux pieds abîmés fut des plus intéressantes. C est professionnellement et moralement enrichissant de prendre des leçons d un stagiaire «Cela faisait quelque temps que nous n avions eu un tel élan pour un stage d itinérants! En tant que jeune sédentaire, cela m a permis de participer au stage annuel, de rencontrer les jeunes itinérants que je n avais pas croisés depuis leur arrivée sur le Tour en septembre dernier et de retrouver les Aspirants chez qui j ai apprécié une véritable envie L art du trait en maréchalerie! d avancer. Un des points forts de cette semaine (et je n en choisis qu un tant ils ont été nombreux...) fut pour moi l explication de l Adoption, tous ensemble, Aspirants et Compagnons. Je pense que cela nous a tous fait du bien de nous remémorer certains points importants et utiles dans notre vie quotidienne, un bon moment de réflexion... Que dire de plus quand tout s est si bien passé!» ( Briard le Désir de Bien Faire, jeune sédentaire à Pau) «Les repas étaient très bons et nous avons passé ensemble des moments très agréables, comme ces soirées où nous avons fait la fête et où nous avons beaucoup ri. Nous avons même forgé de nuit, chose que je n avais jamais faite auparavant! Les compétences de Hans m ont beaucoup apporté, ses cours et ses connaissances étaient très intéressants. Ce stage s est merveilleusement bien passé et j en garde un très bon souvenir.» (Picard, itinérant en Allemagne et tout nouvellement Adopté) «Très intéressant et très ouvert, Hans m a fait comprendre pas mal de choses concerna nt l exa men des aplombs du cheval, car j avais certaines idées qui se sont révélées totalement fausses! Ses explications ont été très faciles à comprendre (malgré des termes que je n arrive pas toujours à distinguer les uns des autres) et, si l on n avait pas compris, il n hésitait pas à recommencer! Et puis les discussions que j ai eues avec Ile-de-France et Vosgien m ont fait comprendre bien des choses sur les méthodes de travail et les différences entre les régions, mais aussi sur le Compagnonnage et je les en remercie. À bientôt, j espère.» (Antoine, stagiaire belge) «Découvrir de nouvelles techniques et de nouveaux frères va de pair. Avec des objectifs de stage et des impératifs décidés en commun en début de semaine, nous avons tous passé des moments forts et merveilleux. Pour ma part et une fois de plus, ce moment d échange sur les chevaux entre tous ces maréchaux m a beaucoup plu. Et il y en eut bien d autres. Avec ce programme, les intervenants présents, l accueil, le cadre, vraiment tout y était pour passer une super semaine. C est dans cette ambiance de chantier communautaire que l on apprécie et que l on se rend compte de l importance des valeurs humaines. Sans celles-ci, rien ne se serait déroulé de la même manière. C était génial.» (Vosgien Cœur Loyal, de retour de Turquie) Examen du cheval par Hans Castelijns «Ce stage en Allemagne fut très intéressant et très instructif, l accueil chaleureux et l organisation parfaite. Nous avons fait la connaissance de Hans, un homme formidable qui nous a transmis une petite partie de son savoir. Des semaines comme celles-ci sont très enrichissantes à tous niveaux. Ce sont des occasions qui nous permettent aussi de nous retrouver tous pour partager de grands moments.

4 Compte tenu de notre effectif, il nous est relativement facile de nous retrouver tous. Ces retrouvailles sont pour chacun de nous l occasion de partager fraternellement beaucoup de choses. C est ce qui fait notre force, notre union. financer complètement ce stage en payant la prestation et le déplacement du formateur (il venait d Italie ), l hébergement et la restauration de toute l équipe, soit une quinzaine de personnes! Comment? Avec les bénéfices de plusieurs stages de formation continue qu il a organisés à cette intention avec des maréchauxferrants allemands. C est simple, non? Il suffisait d y penser et de s y atteler. Chapeau bas!» (Flamand la Constance, jeune sédentaire à Nantes) La pause-café Cela a vraiment été une semaine extraordinaire, je vous remercie tous du fond du cœur.» (Franc-Comtois, itinérant à Pont-l Évêque) «Nous avions au programme une brochette de sujets très pimentés, avec des intervenants passionnants. Le plus difficile fut incontestablement " l interro " que Hans nous faisait tous les matins, histoire de nous remettre la tête à l endroit après la courte nuit passée. Eh! oui, nous sommes dispersés aux quatre coins de l Europe, aussi, après une bonne journée d étude, nos cœurs avaient besoin de se retrouver pour chanter nos souvenirs et nos projets d avenir... Parmi ces bons moments, il y eut la correction d un travail d Adoption. L accueil de ces jeunes qui, un jour, prendront la relève est toujours un grand moment. Ce stage nous a permis de découvrir mieux encore toute la force du Compagnonnage mais aussi de mieux nous connaître les uns et les autres et de réfléchir ensemble sur le devenir de notre métier.» (Ile-de-France la Générosité, maître de stage en Lituanie) «La semaine que l on a effectuée en Allemagne m a permis de découvrir des produits nouveaux (silicone et résine Luwex) ainsi que leurs utilisations. Il y avait un maréchal-ferrant/vétérinaire hollandais, installé en Italie, qui nous a donné des cours théoriques et pratiques où j ai beaucoup appris. Le déroulement de la semaine fut très agréable bien que le rythme en fut soutenu, mais avec des pauses-café régulières. J ai rencontré deux sédentaires maréchaux Périgord et Loïc (je ne sais plus son nom de Province). J attends avec impatience la prochaine semaine de stage car ce sont des moments Contrôle de la locomotion où l on peut apprendre dans un cadre professionnel à la fois décontracté et convivial.» (Nantais, itinérant à Alençon) «Réussir à rassembler presque tous les itinérants et Anciens dispersés à travers l Europe était plus qu un pari un peu fou : c était un beau challenge. Mais vous savez bien que dès qu il s agit de nous retrouver et de passer un bon moment ensemble, les frontières n existent plus pour notre petite équipe. La plus grande leçon de ce stage a été pour moi la générosité et l accueil dont nous ont fait profiter Loïc et sa femme Mony. Loïc a même été jusqu à «Comment obtenir un stage des plus excellents? Dans un autre pays d Europe (pour lui ajouter du corps), prenez un cadre à la fois joli et accueillant. Donnez-lui des installations adaptées et complètes. Peuplez-le d hôtes sympathiques et de participants motivés autant que bons vivants. Placez au milieu d eux un formateur des plus compétents avec une ouverture d esprit et un caractère proches de ceux de l équipe. Intégrez des objectifs de formation à la fois précis et flexibles, adaptés au quotidien (comme l utilisation des nouveaux matériaux). Agrémentez le tout de soirées et de bons moments aussi riches que spontanés. Et vous obtiendrez le stage chez Loïc» (Dauphiné, itinérant à Pont-l Évêque) Qu ajouter de plus? Sinon qu en écrivant seulement une dizaine de lignes, chacun a participé à la rédaction d un article qui, généralement, repose sur un seul, souvent le même d ailleurs! Que cette expérience en Allemagne se décline en une multitude d autres expériences, dont celle de l écriture qui fait si peur. Voilà un stage de haut vol, comme en rêvent bien des maréchaux. Un stage qui permet de prendre la pleine mesure des besoins de demain et qui nous conforte, une fois de plus, dans le choix de nos objectifs de formation : devenir compétent, bilingue et disponible. Que du bonheur Jean Mopin Ile-de-France la Franchise du Devoir Compagnon Maréchal-Ferrant du Devoir Responsable de l Institut de la Maréchalerie Prix Régional d Action de promotion du Fleurissement 2006 Champagne Au plaisir de lire Prix Régional d Action de promotion du Fleurissement 2006 Champagne Ardenne Les saveurs de Saint-Gall, un jardin potager médiéval Production Maison de l Outil et de la Pensée ouvrière Profitant de son exposition estivale consacrée au jardin médiéval, La Maison de l Outil et de la Pensée ouvrière nous offre, par Les saveurs de Saint-Gall, un jardin potager médiéval, un petit ouvrage de 104 pages tout à fait intéressant. Evoquant l influence et l importance de la botanique sur la vie en général et l individu en particulier, ce livret, outre quelques recettes médiévales, rappelle au fil des pages les propriétés médicinales des plantes dites potagères. Se référant au plan idéal du jardin de l abbaye de Saint-Gall, ce catalogue richement illustré entraîne le lecteur dans l univers si particulier du jardin monastique du Moyen Âge considéré à l époque comme lieu de salut pour le corps et l esprit. Enfin, une présentation du dernier taillandier de France, Bernard Solon, fabricant d outils de jardinage à la main, donne à ce catalogue toutes ses lettres de noblesse, l invitant à rejoindre les rayonnages de la bibliothèque familiale. Cet ouvrage est disponible à la Librairie du Compagnonnage, 2 rue de Brosse, Paris.

5 compagnonsdécouverte d un métier Un week-end unique Treize itinérants couvreurs motivés, un Ancien passionné, tels furent les ingrédients d un week-end réussi et plein d enseignements. Ainsi, début avril, arrivaient à Bourges, venus de Dijon, Cepoy et Nantes, quelques Coteries curieux d apprendre les bases de la réalisation d une couverture en chaume. Voici un aperçu de ce qui leur fut enseigné. D ifférentes exigences entrent dans la réalisation d une toiture en chaume, dont la technique de pose est vraiment à part dans notre métier. Il faut avant tout savoir que peuvent être utilisés pour celle-ci le roseau, la paille de blé ou la paille de seigle, cette dernière étant souvent préférée pour sa souplesse et sa facilité d emploi. Mais il faut aussi que la pente minimum du toit soit de 45, sachant que les combles plus pentus offrent une plus grande longévité au chaume. Le poids de la couverture doit être de l ordre de quarante kilogrammes au mètre carré pour les roseaux, pour une épaisseur de vingt-cinq centimètres, le poids diminuant avec les années. Les Aspirants Couvreurs Les bottes reposeront sur des liteaux généralement en bois mais qui peuvent aussi être métalliques. Ces liteaux seront espacés au maximum de trente-cinq centimètres, le premier intervalle et le dernier étant divisés par un liteau supplémentaire. Une chanlatte délimite la périphérie du versant. Selon la méthode de pose, les attaches seront constituées de barres de fer galvanisé de cinq millimètres de diamètre et de liens de fil de fer galvanisé d une section courante de 13/10 e. Ces derniers peuvent être remplacés par des fils de cuivre de 10/10 e ou d inox de 6/10 e de millimètre. Il existe deux mises en œuvre possibles du chaume : la technique de pose horizontale et la technique de pose verticale. Mise en œuvre Il existe deux mises en œuvre possibles du chaume : la technique de pose horizontale et la technique de pose verticale. 1. La technique de pose horizontale consiste à procéder par progression horizontale, du bas vers le haut. En premier lieu, le chaumier sélectionne les bottes selon leur longueur, puis la première botte est attachée provisoirement au premier liteau, une deuxième est posée, de façon identique, à côté de la première, et attachée au même liteau. La progression se fait sur une première bande horizontale. Une tige, d acier galvanisé ou comparable, vient ensuite se placer horizontalement et servira à presser définitivement le roseau par des attaches fixées au liteau. La première rangée de bottes posée forme le talon. La deuxième rangée sera fixée de la même manière sur le deuxième liteau. L avancement du chaumier, à genoux sur l ouvrage, se fera en progressant sur le rang précédent. La progression se fait ainsi par travée horizontale jusqu à la ligne de faîtage. 2. La technique de pose verticale consiste, comme son nom l indique, à procéder par progression verticale, du bas vers le haut. Le démarrage se fait par alignement de trois ou quatre bottes, les pieds disposés de façon à former l égout. Chaque botte est fixée. Puis trois ou quatre bottes sont superposées sur les premières en les inclinant de manière à former le début de la pente du toit. L avancement se fait par travée verticale de quarante-cinq à soixante centimètres de large. Critère de fixation Chaque couche de roseau est reliée au liteau par des attaches qui ne sont jamais apparentes sur le toit. Elles se trouvent recouvertes par le pied de la couche suivante. Un minimum de quinze attaches sera nécessaire au mètre carré, trois attaches sur une hauteur de un mètre et cinq sur une largeur de un mètre. La longévité de la couverture dépendra du serrage, du nombre, de la disposition des attaches mais également de leur recouvrement. Ce dernier doit représenter une fourchette de quarante-cinq à cinquante-cinq pour cent de l épaisseur totale de la couverture. Dans tous les cas, il ne peut être inférieur à trente pour cent de l épaisseur totale de la couverture qui doit être, une fois terminée, de vingt-sept centimètres minimum à l égout et de vingt-trois centimètres au faîtage. Ouvrage particulier L égout sera réalisé avec des bottes courtes et serrées les unes contre les autres, sans les étaler, ce qui donnera approximativement l épaisseur de départ. Le faîtage, pour un souci d étanchéité, sera réalisé soit à l aide d une bande de plomb, d un profil en métal façonné, d une tuile faîtière ou bien encore d un feutre bitumé ou similaire. L arêtier sera réalisé à l aide des roseaux les plus droits pour un meilleur résultat esthétique. La noue sera composée des plus longs roseaux et son épaisseur sera supérieure à trente-cinq centimètres. La rive nécessitera un doublage des attaches. a Ce week-end fut vraiment une expérience enrichissante qui motiva les Coteries présents à la découverte, pour presque tous, de cette infime partie de notre métier, méconnue mais très intéressante. Nous garderons tous un excellent souvenir de ce bref passage à Bourges où nous avons bénéficié, en plus d une météo favorable, d un accueil princier. Tous ces facteurs nous invitent à retourner dans cette ville et à vous faire part des possibilités qui s offrent à vous dans la région berrichonne. Les Aspirants itinérants Couvreurs du Devoir Paul-Emmanuel Dupasquier, Savoyard, Jean- Stéphane Huot, Champagne, Mathieu Jérôme, Champagne, Benjamin Martin, Angevin, Aurélien Peltier, Angevin, Benjamin de Saint-Riquier, Artésien.

6 compagnonnage et réflexion Mosaïque Du gris anthracite au gris perle Henri le Provençal L es inondations, plus fréquentes ces dernières années en Europe, nous ont sensibilisés à la couleur du ciel, même dans nos régions ensoleillées du Midi. Nous attachons désormais plus d importance aux prévisions de la météorologie, autant qu à l épaisseur des nuages couleur de plomb, même si leur venue est précédée par ces rouleaux argentés qui illuminent nos villes et nos villages avant de les assombrir. Lorsque la grisaille s installe en Provence, nous savons que c est de la pluie pour nos voisins des Hautes-Alpes ou du Massif Central. Ce gris perle velouté n est pour nous qu un message à leur intention. Pour nous, Méridionaux, qui souvent espérons la pluie pour rafraîchir nos campagnes et sécuriser nos pinèdes contre les incendies, un ciel moutonné est plutôt rassurant surtout lorsque la sécheresse se précise avec la chaleur de l été. Cependant, un ciel d orage nous inquiète d autant plus qu il est chargé de grosses masses sombres avançant avec un roulement de tonnerre dont l amplitude progressive s accorde avec l obscurité. Ces variations climatiques brutales ressemblent à nos itinéraires humains vécus au fil des ans depuis l enfance, l adolescence, de la jeunesse à l âge adulte et même tout au long de la vieillesse. Les Anciens, étant plus habitués à ces tracasseries, restent sous l emprise de ces variations non plus climatiques mais vécues dans nos rapports humains, sans doute parce que plus sensibles aux événements locaux, nationaux ou mondiaux, autre forme de bulletins météorologiques que les informations se chargent d annoncer pour colorer nos journées de joie ou d inquiétude. Nous découvrons alors autour de nous ces grises mines sans soleil et sans sourire parce que les conflits sociaux ou politiques, les épidémies ou les drames vécus au niveau planétaire les préoccupent. A chaque âge, ces ressentiments nous façonnent suivant le caractère de chacun. Je revois cet enfant au regard inquiet depuis que son papa est au chômage et sa maman hospitalisée, cet adolescent muré dans le silence parce que le couple parental se disloque et qu il doit protéger ses deux frère et sœur, plus petits, ce contremaître sur le chantier qui semble changer de caractère, devient plus soucieux et parfois agressif, ne supportant plus ses hommes ni son supérieur parce qu il vient de découvrir l inconduite de son fils aîné qui se drogue et l inconséquence de sa fille plus jeune qui, au collège, décroche et, de plus, fume un paquet de cigarettes par jour. D autres ont des problèmes de santé, d avenir ou d éducation. Personne n est à l abri du gros temps, suite à un accident ou aux «infos» de vingt heures. J ai beaucoup appris des jeunes en difficulté, des loubards ou des handicapés qui ont vu leur ciel changer, noircir leur cœur et assombrir leur visage, incapables d exprimer leur douleur autrement que par des conduites à risques, voire suicidaires. Sans être psychologue, cela se voit aussi parfois chez nous, à table surtout, où le pain partagé peut être joie profonde ou simplement vécu sans aucun message d amitié véritable. Certains portent en eux subitement de lourdes peines qu ils ne peuvent gommer de leur vie quotidienne. Ambiance d atelier ou de corporation où chacun a sa part de responsabilité, de soucis plus ou moins communicables. Il en est ainsi de nos communautés qui peuvent alléger ou alourdir l itinéraire intérieur de chacun. Ainsi dira-t-on qu il y a une bonne ambiance ou un mauvais climat, une lourde atmosphère. C est dire l importance de la couleur du temps! «Quel temps fait-il chez vous?», «Comment va la santé?», «Êtes-vous bien compris, êtes-vous accepté?», «Mais, vous, qu avez-vous fait pour vous rendre agréable? Êtes-vous ce Mistral qui chasse les nuages ou votre regard sombre pèse-t-il sur tous les autres qui pensent en vous voyant : Faudra pas l énerver si l on veut éviter que l orage n éclate, comme c est déjà arrivé... faudra le ménager.» Puissiez-vous redonner à tous courage et bonne humeur. Un sourire en partage, un peu comme un soleil au-delà des nuages, cela change tout et apporte du bonheur en balayant le ciel de toutes nos grisailles. Henri Lorenzi Henri le Provençal Compagnon Menuisier du Devoir Photo : - Alger sous l orage, JB Croc, janvier 2006

7 compagnonspartenariat Colzer, un véhicule prototype pour le Challenge SIA Bourguignon l Ami du Trait L e Challenge SIA est organisé par la Société des Ingénieurs de l Automobile depuis C est une rencontre qui a pour objectif «de sensibiliser les jeunes à la compétition automobile au travers de la réalisation d une barquette deux places». Cette compétition s adresse aux élèves ingénieurs, étudiants, techniciens et futurs professionnels de l automobile qui vont participer à une course de trophée étudiants sur le circuit Jean Bugatti (circuit des vingt-quatre heures du Mans), récompensée par les prix suivants : Prix de la sécurité Prix des énergies nouvelles Prix de la communication Prix de l esthétique En 2006, aidée de sponsors dynamiques, l Ecole Centrale de Lyon en partenariat avec les Compagnons du Devoir gagnait le 1er prix du Challenge SIA L objectif étant de promouvoir l ingénierie dans le domaine du sport automobile, le projet de faire participer les jeunes Itinérants me tenait à cœur car, d une part, il me permettait de leur démontrer que l artisanat est toujours très présent dans le domaine du sport auto et, d autre part, il allait montrer à nos Anciens que nous sommes encore capables de travailler avec d autres écoles. Les élèves ingénieurs de l Ecole Centrale d Ecully (Lyon) et les itinérants de la Maison des Compagnons du Devoir de Lyon-Vaise allaient de concert s atteler à la réalisation d un véhicule prototype, baptisé «Colzer». J en profite d ailleurs pour remercier les maîtres de métier des corps de métiers concernés par cette réalisation (plâtriers, carrossiers, chaudronniers), notamment pour leur coopération lors de la mise en route de la fabrication des organes principaux du véhicule au sein de nos ateliers de l avenue Sidoine Apollinaire. Colzer est un véhicule de type sport proto à motorisation, de petite cylindrée, écologique, devant rouler le plus rapidement, le plus loin, le plus légèrement, le plus régulièrement et le plus silencieusement possible, avec 10 litres de carburant, lequel est en fait de l huile estérifiée de colza, un biocarburant avec comme additif du méthanol qui est réchauffé et injecté dans un moteur standard H.D.I. Le châssis de Colzer est étonnement triangulé, ce qui ne nous a pas facilité la tâche, les piquages des tubes étant complexes et la remise en ligne difficile. Notre Béninois a donc dû prendre patiemment les choses en main. Le cintrage des tubes d arceau devant se faire à froid car les caractéristiques mécaniques de l acier 25 CD 4 ne permettent aucune affection thermique, le métal d apport avait été préconisé par les sociétés de soudage. Colzer est un véhicule de type sport proto à motorisation, de petite cylindrée, écologique, devant rouler le plus rapidement, le plus loin, le plus légèrement, le plus régulièrement et le plus silencieusement possible, avec 10 litres de carburant. Lancement de la fabrication L AOCDTF s engageait à assurer l étude et la réalisation de la carrosserie ainsi que la réalisation du châssis, de même qu à appliquer la peinture métallisée nacrée vernie avec impression des logos des sponsors par aérographe.

8 En novembre 2005, avait lieu le lancement de la fabrication de la carrosserie. Le processus de fabrication venant d être achevé, les motivations étaient à bloc. Voici le découpage des tâches : Montage de la plate-forme de travail Montage des repères tridimensionnels en tôle d acier Découpe des sections Encollage de celles-ci Enduit total en plâtre par le corps de métier des plâtriers Finition en apprêt polyester Application des agents démoulant Moulage des différents modules du moule et de la carrosserie Finition peinture L EPSA (association d étudiants au sein de l Ecole Centrale) est organisée comme une écurie de sport auto, avec un objectif précis : la fabrication chaque année d un véhicule, avec une augmentation de 30 % des performances ISO Budget. Son rôle allait consister en l étude du châssis et l intégration mécanique. Durée Cette réalisation allait s étaler en temps réel pour l AOCDTF sur douze mois dont cinq d étude numérique et sept de fabrication et pour l EPSA (Ecole Centrale) sur dix-huit mois dont onze d étude numérique, de prospection, de recherche de sponsors et de mise en place de l organisation de l Ecurie et sept de fabrication (intégration moteur et liaison au sol). Budget Le coût total de cette opération s élève à euros, prix du moteur exclu. Ce projet fut totalement financé par l EPSA, via le sponsoring et les aides allouées à l Ecole Centrale d Écully, ainsi que par la Région Rhône-Alpes. Historique Depuis la création du Challenge SIA il y a cinq ans, cinq véhicules réalisés par l Ecole Centrale aidée des Compagnons du Devoir furent présents au concours. Voici l implication des Compagnons dans ces cinq véhicules : Winttim. Véhicule réalisé en seulement trois mois ; premiers contacts avec le Compagnon Péronneau (maître de stage chaudronnier de l époque) qui réalisa une soudure pour le branchement de l échappement. Ce véhicule à dimensions imposantes ne fut pas testé avant la course, il n avait en guise de carrosserie qu un «cache-sexe» à l avant du châssis Twistee. Deuxième opus, cette réalisation marqua un tournant sur l ampleur du partenariat des Compagnons du Devoir : cintrage des arceaux grâce aux plombiers de la Maison de Saint-Étienne et fabrication de la carrosserie avec le Compagnon Richardier (maître de stage carrossier de l époque). Ce véhicule fut fabriqué en six mois et récompensé pour le travail d ergonomie dont il fut l objet Razza. J avoue qu il faut remercier les itinérants carrossiers de l époque pour la réalisation de sa carrosserie ainsi que le corps de métier des Compagnons Plâtriers du Devoir et le Compagnon Doucin (maître de stage de l époque) pour la fabrication du châssis treillis. Ce véhicule était motorisé par un 900 cm3 provenant d une moto et les pneumatiques étaient en 13 pouces Prazeo. Fabrication du châssis par le Compagnon Doucin (maître de stage chaudronnier de l époque). La conception du châssis fut améliorée L AOCDTF s engageait à assurer l étude et la réalisation de la carrosserie ainsi que la réalisation du châssis, de même qu à appliquer la peinture métallisée nacrée vernie avec impression des logos des sponsors par aérographe. mais le surdimensionnement des sections des tubes créait une surcharge pondérale de celui-ci. Ce véhicule ne fut malheureusement jamais terminé Colzer. Fabrication du châssis par le Compagnon Antindéhou (maître de stage chaudronnier actuel). étude et fabrication de la carrosserie par votre serviteur avec le concours du corps de métier des Compagnons Plâtriers et de certains apprentis et itinérants carrossiers. En définitive, l avenir de ces projets semble prometteur, ils sont issus du travail de la jeunesse, sans laquelle aucun d eux n aurait abouti. Pour terminer, je tiens à remercier le corps de métier des Compagnons Plâtriers du Devoir, mes chers apprentis carrossiers 1ère et 2ème années, les Pays et Coteries de notre ville de Lyon ainsi que les Centraliens pour leur courage et leur détermination. Cédric Kohler Bourguignon l Ami du Trait Compagnon Carrossier du Devoir Caractéristiques du véhicule Moteur : 1,4 l H.D.I. P.S.A. en position centrale arrière, alimenté en bio carburant Freins : 4 freins à disque (ventilés à l avant) Transmission : roues arrières motrices Pneumatiques : Dunlop Racing R15 Empattement voie : Longueur Largeur Hauteur : (à l arceau) Châssis : Treillis tubulaire en 25 CD 4 Carrosserie : polyester stratifié (capot moteur amovible) Performances : N.C.

9 compagnonsétude de matériau L ardoise de Corrèze Lyonnais Cœur Joyeux G rande première pour notre bonne ville de Périgueux, un stage consacré à l ardoise de Corrèze va commencer. Nous sommes six : quatre itinérants, le maître de stage et un Ancien qui connaît bien le sujet. Un peu de théorie, histoire de nous mettre en jambes, puis nous passons à la pratique. percées d un trou, en leur milieu, situé à 2 ou 3 cm de la tête de l ardoise. Les plus grandes comportent 2 trous ou parfois 2 encoches sur les côtés. Les clous utilisés sont en acier clair, galvanisé, inoxydable ou en cuivre, et d une longueur de 40 à 70 mm selon l épaisseur des ardoises. Les ardoises de Corrèze ayant par définition des dimensions très différentes, à la fois dans leur longueur et dans leur largeur, la première chose à faire est d effectuer un tri afin de les rassembler par taille, de la plus courte à la plus longue. Les ardoises de Corrèze ayant par définition des dimensions très différentes, à la fois dans leur longueur et dans leur largeur, la première chose à faire est d effectuer un tri afin de les rassembler par taille, de la plus courte à la plus longue, sachant que les longueurs grimpent de 2 cm en 2 cm. Elles portent d ailleurs des numéros, en fonction de leur longueur, qui servent à mieux les repérer. Ce tri est très important et doit être fait avec soin dès le début du chantier, car il permet de déterminer le nombre de rangs qui pourra être réalisé avec les ardoises portant le même numéro. Bien sûr, pendant ce stage, nous travaillons sur des maquettes. Nous nous sommes rassemblés par groupes de deux afin de faire un travail d équipe. Dès le tri effectué, chaque groupe pose une première ardoise sur sa maquette. La bonne entente règne sur le chantier ainsi qu une bonne coordination. La pose de cette ardoise se calcule par rapport à ce que l on appelle le «trou du clou». Il faut également savoir que le recouvrement minimum de l ardoise sera fonction de la pente du toit. Ainsi, pour une pente inférieure à 50, il faut un minimum de 4 cm de recouvrement en dessous du trou alors que pour une pente supérieure à 50 un recouvrement de 3 cm par rapport au trou est suffisant. La pose proprement dite des ardoises s effectue par rangs horizontaux. Chaque rang sera préalablement tracé à l aide d un cordeau ocré. Il faut signaler que l ardoise de Corrèze est un matériau difficile à tailler du fait de sa dureté. Ayant bien avancé dans la réalisation de nos maquettes, nous partons visiter en milieu de semaine un chantier de couverture en ardoises de Corrèze ainsi que les carrières de Travassac. Cela nous permet d acquérir une meilleure compréhension des racines de notre métier. Arrivés aux carrières, un employé se met à notre disposition et nous explique la création d une ardoise de Corrèze. Nous sommes subjugués par son côté à la fois simple et compliqué. Je m explique, les différentes étapes de sa création semblent simples, en apparence accessibles à tous, mais dès que l on entre un peu plus dans le détail, tout se complique. N o u s a p p r e n o n s également que, du fait de leurs longueurs dif férentes, les p u r e a u x v o n t décroissants, de l égout au faîtage. et que la pose est dite «à liaison brouillée», en raison des largeurs inégales des ardoises. Le travail est maintenant c o m m e n c é e t n o u s veillons à conserver un recouvrement latéral m i n i ma l de 2 à 3 cm. Les ardoises sont fixées par 1 ou 2 clous, la plupart d e n t r e e l l e s s o n t

10 Tout commence par le forage et le percement des sols afin d y introduire un explosif. On obtient ainsi des blocs qui seront traités dans les ateliers. Ils seront débités en «repartons» (plaques d ardoise) à l aide d un burin et d un marteau. Il faut alors à l ouvrier beaucoup de sensibilité sonore pour fendre ce matériau. Puis les repartons seront refendus jusqu à ce que des plaques, plus ou moins grandes mais de l épaisseur d une ardoise, se détachent. Cette partie du travail s appelle le clivage. Ces plaques seront ensuite retaillées, sous la forme d un carré ou sous celle des tuiles d Auvergne (c est-à-dire en ogive). Elles seront enfin percées en leur milieu dans leur hauteur ou entaillées sur les côtés de manière à pouvoir être fixées. Vous imaginez bien que toutes ces étapes prennent du temps et demandent de la patience et de la dextérité à celui qui fabrique ces ardoises. Mais la récompense sera de les voir continuer leur vie sur un beau toit de la région de Corrèze, après qu elles aient été stockées sur des palettes. De retour, nous retrouvons nos maquettes et les terminons sous l œil vigilant de l Ancien puis nous faisons un bilan du stage. Positif dans l ensemble, il nous apparaît que nous en sortons grandis, avec une forte envie de travailler de nouveau l ardoise de Corrèze mais aussi toutes ces autres ardoises, hors du commun, que sont celles de Bretagne ou des Pyrénées, et sans doute y en a-t-il bien d autres Alors, Coteries, vite à vos changements de ville. Demandez Périgueux, vous ferez ainsi ce même stage et en serez ravis. Il est d une rare intensité et permet de travailler manuellement, en «s éclatant». David Gauthier Lyonnais Cœur Joyeux Compagnon Couvreur du Devoir à propos de. Extraite de carrières de schiste gris bleuté, l ardoise de Corrèze provient principalement d Allassac et de Travassac, en Corrèze, mais aussi de Villac, en Dordogne. Active il y a quelques décennies encore, son exploitation s est quelque peu tarie, la menaçant à terme de disparition (comme la lauze). Conscients du problème et soucieux de préserver le patrimoine couverture de toute une région, les pouvoirs publics, aidés de chefs d entreprises, essaient de relancer quelques ardoisières en Corrèze. 10

11 compagnonsexposition Le Spectre des Jardins L art au jardin / le jardin comme art Exposition dans le parc et le château de Coubertin d un groupe d artistes contemporains 13 septembre 12 novembre 2006 «O rganiser en quelque sorte la rencontre de l esprit et de la main» est l un des objectifs inscrits dans les statuts de la Fondation de Coubertin par Yvonne de Coubertin et Jean Bernard, ses deux fondateurs. L exposition, très originale, que Coubertin accueille cet automne va tout à fait dans ce sens. Depuis 1986, la Fondation de Coubertin s ouvre chaque automne au public, à l occasion d une exposition de sculpture. Le Spectre des Jardins est donc la vingtième exposition. Mais cette année, c est le domaine de Coubertin qui devient lieu d inspiration pour les artistes. La Fondation est heureuse d accueillir ainsi dix-huit artistes français et étrangers, auxquels Ars & Locus Institut a fait appel pour Le Spectre des Jardins. Les premiers contacts furent pris dès 2004 par les organisateurs auprès de Jean-Paul Jusselme, directeur général de la Fondation de Coubertin, qui se montra tout de suite intéressé. En 2005, il fut convenu que cette exposition serait notre exposition annuelle 2006 et pourrait bénéficier, à ce titre, du soutien de la Direction régionale des Affaires Culturelles d Ilede-France ainsi que de celui du Conseil Général des Yvelines. Sculpture de Marta Pan «Organiser en quelque sorte la rencontre de l esprit et de la main» est l un des objectifs inscrits dans les statuts de la Fondation de Coubertin. Les artistes invités sont venus à Coubertin et ont préparé leurs inter ventions en fonction du lieu, sauf deux coréens qui ont travaillé d après des photographies de Jungwook Park. Leurs travaux seront des installations éphémères à travers le domaine, accompagnées de documents graphiques, de photographies, de peintures qui seront présentés dans la galerie, dans l orangerie ainsi que dans deu x s a l les du château. Un hommage particulier sera rendu à un artiste anglais disparu cette année, Ian Hamilton Finlay. Yves Abrioux, le commissaire du Spectre des Jardins, explique que sur le principe fédérateur du jardin, les artistes invités ont eu toute liberté d inspiration et de présentation de leur œuvre. Il précisait ainsi leur démarche : «Présence concrète ou virtuelle, la nature, familière et diffuse, représente pour l artiste une source d inspiration et une présence permanente comme celle d un spectre. L exposition cherche également à présenter l analyse spectrale de la poésie des jardins. Chaque artiste en délivre un élément, le visiteur la recompose à sa guise». C est à ce parcours de découverte que nous vous convions cet autome, à Coubertin. Ars & Locus Institut, groupe d étude constitué sous le patronage de l école des hautes études en sciences sociales, à l initiative de Jacques Leenhardt, a chargé Yves Abrioux du commissariat de l exposition. Jungwook Park, directeur d Ars & Locus, prenait quant à lui les contacts nécessaires pour assurer la participation de deux artistes coréens. Avec lui, ce seront donc trois coréens qui seront présents alors que l on célèbre cette année le cent-vingtième anniversaire des relations diplomatiques entre la Corée et la France. Le thème d exposition retenu cette année (l art et le jardin) est un renouvellement, sous une forme très contemporaine, d une tradition enracinée à la Fondation de Coubertin presque depuis ses origines. Jean Bernard a très vite souhaité que la sculpture y soit mise en valeur en plein air. Il confia en 1979 à l architecte Robert Auzelle la conception et la réalisation d un «Jardin des bronzes». Ce lieu aménagé en contrebas du château est un espace de verdure, d eau et de rochers qui s organise autour d un axe liquide, un petit canal qui descend, tel un escalier d eau, vers la galerie d exposition. Des bronzes de Bernard, Bourdelle, Fenosa, Gargallo, Hajdu en sont, depuis 1982, les hôtes privilégiés. Des sculptures ont aussi été installées le long de la grande allée d accès et sur la pelouse derrière le château. On y voit ainsi, entre autres, des œuvres de Marta Pan, Karel, Jean Cardot Pascale Grémont Gervaise Conservateur des Collections de la Fondation de Coubertin Informations pratiques Lieu : Domaine de Coubertin, Saint-Rémy-lès-Chevreuse Jours et heures d ouverture : Du mercredi au dimanche inclus, de 14 à 18 heures L exposition sera ouverte les 1 er et 11 novembre et se terminera le dimanche 12 novembre à 18 heures. Contact : Pascale Grémont Gervaise - Tél Fax : Mail : Coubertin en automne Photos : Eric Emo, Jacques de Givry 11

12 compagnonscarnet Carnet du Tour de France ADOPTIONS Compagnon du Devoir se fait un plaisir de présenter au Tour de France les Aspirants adoptés à : Paris, le 2 juillet 2005 Julie Miossec, dite Bretonne, Cordonnier. Bordeaux, le 25 février 2006 Florian Berje, Toulousain, Plombier, Adrien Bresolin, Montauban, Plombier, Brice Mauduit, dit Tourangeau, Menuisier, Guilhem Robin, Languedoc, Charpentier. Budapest, le 11 mars 2006 Virgile Gros, dit Vosgien, Mécanicien-Outilleur. Epône, le 20 mai 2006 Pauline André, Bretonne, Peintre, Xavier Bregeot, dit Alsacien, Serrurier. Paris, le 20 mai 2006 Benjamin Habryka, dit Lorrain, Tailleur de Pierre, Linda Meyer, dite Bourguignonne, Menuisier. Tours Littré, le 20 mai 2006 Michel Etienne Bertin, dit Périgord, Tailleur de Pierre, Baptiste Brigot, Beauceron, Charpentier, Arnaud Giuliani, dit Solognot, Mécanicien, Christophe Marchand, dit Toulousain, Chaudronnier, Jérémie Vivier, dit Poitevin, Menuisier. Nantes, le 10 juin 2006 Hyacinthe Barbier, dit Nantais, Ebéniste, Sylvain Bidault, dit Angevin, Serrurier Métallier, Jan Ludwig, Rheinlander, Plâtrier, Jérémie Marchand, dit Vendôme, Boulanger, Szilard Nagy, dit Nogradi, Maçon, David Quenard, dit Dauphiné, Boulanger, Adrien Sanna, dit Provençal, Serrurier Métallier, Gaël Verbeke, dit Flamand, Mécanicien Outilleur. Lamothe Landerron, le 17 juin 2006 Julien Bordessalles, Landais, Charpentier, Richard Colotte, dit Lorrain, Maçon, Arthur David, dit Normand, Pâtissier, Charles Pitre, Nantais, Charpentier, Anthony Roux, Landais, Charpentier. Lille, le 17 juin 2006 David Mathieu, dit Lorrain, Menuisier, Yoan Robin, dit Avignonnais, Electricien. Muizon, le 17 juin 2006 Alexis Fettu, dit Ile-de-France, Electricien, Daniel Mancier, dit Picard, Serrurier Métalllier. Toulouse, le 17 juin 2006 Thomas Duchesne, Quercy, Plombier, Thibault Houneau, dit Poitevin, Menuisier, François Lachmann, dit Provençal, Serrurier Métallier, Valentin Loison, dit Angoumois, Menuisier, Sylvain Perasso, dit Provençal, Serrurier Métallier. Pau, le 23 juin 2006 Kévin Plevin, dit Angevin, Serrurier Métallier. Cagnes-sur-Mer, le 30 juin 2006 Vivian Parent, dit Flamand, Ebéniste. Lyon, le 1 er juillet 2006 Hugues Mestreaud, dit Saintonge, Boulanger, Julien Michel, dit Alsacien, Menuisier, Alexandre Ruch, Ile-de-France, Peintre. Epône, le 21 juillet 2006 Morgan Carpentier, Ile-de-France, Plâtrier. L Argentière-la-Bessée, le 21 juillet 2006 Loïc Pichetti, Franc-Comtois, Charpentier. Poitiers, le 21 juillet 2006 Yohan Bilski, dit Albigeois, Menuisier. Rennes, le 21 juillet 2006 Mickaël Tottereau, Breton, Plombier. Sainte-Croix Grand Tonne, le 21 juillet 2006 Etienne Delepine, dit Normand, Menuisier. Tours Littré, le 21 juillet 2006 Martial Gil, Niçois, Charpentier, Antoine Tanguy, Breton, Couvreur. Baillargues, le 22 juillet 2006 Romain Bridon, dit Berry, Menuisier, Charles Cottin, Forézien, Charpentier, Yoann Meyronneinc, dit Forézien, Ebéniste. La Rochelle, le 22 juillet 2006 Michel Matchabeli, dit Georgien, Pâtissier. Paris, le 22 juillet 2006 Adrien Charpentier, Ile-de-France, Charpentier, Thibault Chevrier, Parisien, Charpentier, Romain Griggio, dit Périgord, Menuisier. Saint-Etienne, le 22 juillet 2006 Yvan Karman, dit Lorrain, Menuisier, Jonathan Stritt, dit Alsacien, Ebéniste. RÉCEPTIONS Le corps de métier des Compagnons Serruriers Métalliers du Devoir fait part au Tour de France de la Réception à : -..Reims, le 10 décembre 2005, pour la fête de Noël, des Compagnons Julien Charles, Julien le Languedoc, Clément Hudellé, Clément l Artésien et Pierre Pages, Pierre le Bourguignon ; -..Angers, le 8 juillet 2006, pour la fête de la Saint- Pierre, du Compagnon Sylvain Botquelen, Sylvain le Quimper. Le corps de métier des Compagnons Forgerons, Maréchaux-Ferrants et Mécaniciens du Devoir est heureux de faire part au Tour de France de la Réception à : -..Albi, le 6 mai 2006, des Compagnons Electriciens du Devoir Ludovic Bailly, Poitevin Cœur Joyeux et Sébastien Lefevre, Artésien la Sérénité ; -..Rennes, le 17 juin 2006, du Compagnon Mécanicien du Devoir Pierre Labarre, Briard Va de Bon Cœur ; -..Lyon, le 10 juin 2006, des Compagnons Mécaniciens Outilleurs du Devoir Damien Fonteny, Poitevin Cœur Sincère et Arnaud Pujol, Toulousain Cœur Fidèle,. à l occasion de la Saint-Eloi d été. Le corps de métier des Compagnons Menuisiers Ebénistes du Devoir est heureux de faire part au. Tour de France de la Réception à : -...La Rochelle, le 20 mai 2006, des Compagnons Menuisiers du Devoir Damien Chauvin, Damien le Manceau, Régis Vacher, Régis le Berry et Arnaud Van Gaver, Arnaud le Provençal, à l occasion de la fête de Pâques ; -..Nantes, le 17 juin 2006, du Compagnon Menuisier du Devoir Emilien Crechet, Emilien le Berry ; -..Reims, le 17 juin 2006, des Compagnons Menuisiers du Devoir Jean-Philippe Pessin, Jean-Philippe le Franc-Comtois et Ludovic Robert, Ludovic le Poitevin, à l occasion de la fête de Sainte-Anne ; -..Tours, le 17 juin 2006, des Compagnons Menuisiers du Devoir Alexandre Chéné, Alexandre l Angevin et Romain De Groote, Romain le Flamand, à l occasion de la fête de Sainte-Anne ; - La Rochelle, le 8 juillet 2006, des Compagnons Menuisiers du Devoir Guillaume Bouvet, Guillaume le Manceau, Cyril Cottrel, Cyril le Normand et Jérémy Lancaster, Jérémy l Angevin, à l occasion de la Sainte- Anne ; -..Lyon, le 8 juillet 2006, du Compagnon Menuisier du Devoir Clément Goudet, Clément le Dauphiné et du Compagnon Ebéniste du Devoir Nicolas Goubioud, Nicolas le Poitevin, à l occasion de la Sainte-Anne ; -..Rennes, le 22 juillet 2006, des Compagnons Menuisiers du Devoir Marc Furlan, Marc le Bigourdan, Sylvère Perrin, Sylvère le Tourangeau, et Alexandre Roubin, Alexandre le Rochelais, à l occasion de la Sainte-Anne. La fête de la Saint-Honoré fut l occasion pour le corps de métier des Compagnons Boulangers Pâtissiers de recevoir à : -..Paris, le 21 mai 2006, les Compagnons Pâtissiers du Devoir Frédéric Ferris, Toulousain la Franche Gaité, Ludovic Loyen, Namurois Cœur Décidé et Joseph Samson, Mexicain la Sérénité ; -..Nantes, le 28 mai 2006, le Compagnon Pâtissier du Devoir Cyril Bernard, Savoyard le Bienveillant et le Compagnon Boulanger du Devoir Kévin Neveu, Savoyard la Persévérance. La fête de l Ascension fut l occasion pour le corps de métier des Compagnons passants Couvreurs du Devoir de recevoir à Toulouse, le 10 juin 2006, les Compagnons Charles Bauge, Tourangeau la Franchise et Thibault Cambier Doyhemboure, Bourguignon Cœur Joyeux. La fête de la Saint-Jean fut l occasion pour le corps de métier des Compagnons Chaudronniers du Devoir de recevoir à : -..Nantes, le 3 juin 2006, les Compagnons Chaudronniers du Devoir Arnaud Barlet, Champagne Va de Bon Cœur, Benjamin Brunel, Parisien la Générosité, Julien Collet, Champagne la Clef des Cœurs et Damien Espagnat, Quercy la Générosité ; -..La Rochelle, le 18 juin 2006, les Compagnons Chaudronniers du Devoir Nicolas Bidault, Tourangeau la Bonne Humeur, Robin Jacquet, Savoyard le Bien Décidé, Guillaume Oliver, Provençal la Constance. MARIAGE Le Compagnon Menuisier du Devoir François Jourdan, François le Normand, est heureux de faire part au Tour de France de son mariage avec Nathalie Merlet,. le 17 août 2006, à Breuville (Manche). 12

13 compagnonscarnet NAISSANCES Ludivine Bertrand et Alban Rossin, Bourguignon le Réfléchi, Compagnon Chaudronnier du Devoir, sont heureux de faire part au Tour de France de la naissance de leur fille Aélia, le 25 janvier 2006, à Nantes. Carole et Pascal Goux, Angevin la Sérénité, Compagnon Pâtissier du Devoir, sont heureux d annoncer la naissance de leur fils Antoine, le 13 mai Xavier Agar, La Constance de Santiago, Compagnon passant Maçon du Devoir, et Aude, sa compagne, sont heureux de vous annoncer la naissance d Antoine, le 18 mai Nadège Blanchard et David Petit, La Sagesse de Chamery, Compagnon passant Maçon du Devoir, ainsi que leur fille Camille sont très heureux de faire part au Tour de France de la naissance de Clara, le 9 juin Angela et Franck Labart, Franck l Ile-de-France, Compagnon Menuisier du Devoir, sont heureux de faire part au Tour de France de la naissance de leur fils Loan, à Greenfeeld Park (Québec), le 22 août Loan et sa maman se portent à merveille. F ranc-comtois DÉCÈS la Persévérance nous a quittés le 3 juillet 2006 des suites d une longue maladie. Nous lui rendons aujourd hui hommage et tenons à rappeler que Franc-Comtois la Persévérance s est rendu disponible pendant sept années à la demande du Compagnon Delibes, alors Premier Conseiller, pour participer aux travaux du Conseil et, ce, pendant deux ans en tant que Conseiller au Tour de France et cinq ans en tant que Conseiller au Collège des Métiers. Sous son impulsion, lui qui était tant attaché aux actions de l Association ouvrière des Compagnons du Devoir, de nombreux travaux innovants ont été menés par l ensemble des métiers. Son attachement à la Bourgogne l a conduit à initier puis à accompagner le projet d implantation à Dijon. Sa passion pour son métier de charpentier, ses capacités d innovation et d ouverture, sa volonté à franchir les difficultés au point d être pionner dans le voyage hors frontières ont fait de Franc-Comtois ce Compagnon dont on prend plaisir à se souvenir. Nous avons souhaité que le Compagnon Henriot, Franc-Comtois la Fraternité, Compagnon passant Charpentier du Devoir et Provincial de Dijon s exprime lors des obsèques et dans notre Journal. à la famille de Franc-Comtois, nous exprimons notre reconnaissance et formulons l expression de nos condoléances. Michel Guisembert Normand la Clef des Cœurs Premier Conseiller Le Compagnon Gainet Jacques est né le 30 octobre 1939, à Dôle, dans le Jura. Il est le cadet d une famille de trois enfants. Après son certificat d études, il entre en apprentissage chez le Compagnon Revy qui lui enseigne le métier de charpentier qu il pratiquera toute sa vie avec amour et gloire. Il part sur le Tour de France à Lyon où il est Adopté et continue par Bordeaux, Marseille. Il effectue son service militaire dans le Génie et revient sur le Tour à Strasbourg. Homme d avant-garde, il est le premier Aspirant Charpentier à partir hors frontières, en Angleterre, pour un an. A son retour, il taille la Réception et est reçu Compagnon passant Charpentier du Devoir à Paris, à la Saint-Joseph Jeune Compagnon itinérant, il part à Toulouse où, dès son arrivée, il est sollicité pour tenir la gâche de Prévôt pour un an. Il rejoint ensuite Paris où, toujours avant-gardiste, il suit des cours de métrés et embauche chez Martin Puteau comme commis de ville. Parallèlement, il fait partie de l équipe du Collège des Métiers et met au point les premiers cours de résistance des matériaux. Invité au mariage du Compagnon Portail, il rencontre Huguette qu il épouse en Deux filles, Isabelle et Catherine, viendront égayer leur foyer et leur donneront six petits-enfants. En 1967, suite à une proposition d une importante entreprise de menuiserie qui souhaite créer une section charpente, il rejoint Dijon pour ce poste. Dès son arrivée à Dijon, il recense les quelques Compagnons sédentaires de la région Bourgogne Franche-Comté et, avec eux, décide de faire venir des itinérants pour relancer le Compagnonnage du Devoir dans cette région. En 1968, les premiers bois debout arrivent à Dijon. Ils sont logés dans un appartement prêté par un employeur. Artisan de ce renouveau, il sollicite les Compagnons Couvreurs et Menuisiers pour créer une Prévôté avec une quinzaine d itinérants. Franc-Comtois, avec clairvoyance, ténacité et une grande confiance en la jeunesse, entreprend les démarches auprès des autorités afin de donner vie à cette communauté. En 1972, le résultat est là. La rue Jannin nous appartient et devient le siège de l Association ouvrière des Compagnons du Devoir pour la Province de Dijon, où nous pouvons accueillir une cinquantaine d itinérants. Cette même année, sous son impulsion, une Cayenne est créée, celle des Compagnons passants Charpentiers du Devoir. En 1978, l entreprise, dans laquelle il est gâcheur, est rachetée par un grand groupe. Il décide de créer sa propre entreprise «Les charpentiers de Bourgogne» et va dès lors rayonner en faisant partie d un syndicat professionnel, en étant conseiller d enseignement technologique auprès de l Académie pour le CAP, en s investissant aussi auprès d une association pour aider les enfants en grande difficulté. Franc-Comtois sut toujours s entourer de personnes compétentes pour réaliser tous ses projets et au besoin prendre la suite, ce qui lui permit de prendre des responsabilités au sein de l Association ouvrière. Il fut tour à tour Conseiller au Tour de France de 1982 à 1984 et Conseiller au Collège des Métiers de 1984 à Pour accomplir ces deux mandats, il sut écouter et comprendre les Compagnons mais, une fois les décisions prises, il les exécutait avec efficacité et fermeté, comme on dit chez les Compagnons, toujours «carrément». En 1992, il prend sa retraite et rejoint la Sologne, pays natal de son épouse. Huguette, les Compagnons te remercient car, sans toi, Franc-Comtois aurait-il pu mener à bien tous ces chantiers? Les Compagnons te présentent ainsi qu à ta famille leurs sincères condoléances. Franc-Comtois, nous te disons Adieu, Adieu, Adieu. Pierre Henriot Franc-Comtois la Fraternité Provincial de Dijon L e Remerciements Compagnon Lucien Hibert, Parisien la Bonne Volonté, Compagnon Charron- Carrossier du Devoir, nous a quittés le mardi 12 septembre De nombreux Compagnons et amis étaient présents, le jeudi 14 septembre 2006, lors de ses obsèques. Un hommage lui sera rendu dans le Journal du mois de novembre 2006, cependant sa famille a tenu dès maintenant à remercier toutes celles et tous ceux qui se sont joints à elle lors de la cérémonie religieuse, par la présence ou la pensée, en ces termes : «Madame Arlette Hibert, son épouse, Thérèse, François, Bordelais Va de Bon Cœur, Compagnon passant Charpentier du Devoir, Bernard, Bernard le Bordelais, Compagnon Menuisier du Devoir, Geneviève, Odile, Elisabeth et Catherine, ses enfants, et toute leur famille expriment leurs très sincères remerciements aux Mères, Dames-Hôtesses et Compagnons qui ont été auprès d eux ou qui ont pris part à leur peine lors du décès du Compagnon Lucien Hibert, Parisien la Bonne Volonté, Compagnon Charron- Carrossier du Devoir. «Les nombreux témoignages de soutien, de réconfort, de partage de leur peine les empêchent de répondre individuellement. Que chacune et chacun trouve ici le témoignage de leur gratitude.» 13

14 compagnons et étranger Une année au Canada L une des étapes de mon Tour de France Flamand L orsque l on est sur le Tour de France, il arrive un moment où des habitudes se créent et où l impression de se trouver dans un cocon se fait de plus en plus ressentir. A cela, un seul remède, rompre avec le quotidien en sollicitant une étape à l étranger. C est ce que je fis en demandant à mon corps de métier de me permettre de passer une année au Canada. La vie sur le Tour de France est en effet très organisée. L itinérant arrive dans la ville qui lui a été désignée, où un logement lui a été trouvé, avec une embauche généralement déjà programmée, et le jeune n a presque aucune démarche à effectuer si ce n est de rencontrer son futur employeur. Je ne critique pas ce système, il est nécessaire, mais je voulais juste me donner un peu de recul face à cela et prendre plus de responsabilités (plaider ma cause auprès de mon métier, effectuer moi-même les démarches administratives, obtenir un visa, rechercher un logement, une embauche ), bref m assumer. C était aussi un désir de rencontrer des personnes différentes, avec d autres mentalités, d autres habitudes, d autres coutumes. En somme, un autre mode de vie. Le Tour de France est une merveilleuse expérience humaine et professionnelle, et cette année passée à l étranger en fait partie, bien sûr. Elle restera gravée en moi. La vie que l on mène dans les Maisons de Compagnons est différente d une maison à l autre. L ambiance y est fonction du nombre d itinérants qui s y retrouvent. J ai ainsi vécu une année à Tours, dans une maison qui accueillait une trentaine d itinérants, avant de continuer mon chemin et me retrouver au Luxembourg où nous n étions que cinq. Aussi, comme vous l avez compris, si j ai pris la décision de partir à l étranger, c est bien sûr pour découvrir un autre univers mais aussi pour me retrouver seul. Ce n est pas un moyen de fuir la vie des Maisons, bien au contraire c est un moyen propice à la réflexion sur son parcours, sur soi-même et sur son avenir. Pourquoi le Canada? Cette destination n est pas due au hasard. Je voulais «vivre l étranger», mais en marquant les distances car j ai déjà «vécu l étranger» au Luxembourg, un pays vous en conviendrez très proche de la France. Mon goût pour les grands espaces, la nature, le froid (eh! oui) et, bien sûr, l accueil des Québécois (réputé) ont influencé mon choix. De plus, la faune et la flore de ce pays m impressionnent particulièrement, avec notamment la migration des oies blanches, les caribous, les ours, les baleines. Les forêts à perte de vue, l été indien et l hiver rigoureux me semblaient également indispensables à connaître. Bien sûr, je n étais pas au fait de leurs méthodes de travail mais j avais connaissance du lien qui existe entre la France et le Québec. C est pour toutes ces raisons que j ai souhaité franchir les frontières et découvrir ce pays. Je n aborderai pas dans cet article l histoire ou la géographie de ce lieu car beaucoup les connaissent et, de plus, ce n est pas le but. Il suffit de se rappeler que, dans la seconde partie du XXe siècle, le gouvernement de la province francophone du Québec a réclamé la souveraineté, mais que les deux référendums organisés à cet effet, en 1980 et 1995, ont échoué avec des taux de rejet respectifs de 59,56 % et 50,6 %. Le Canada est une monarchie constitutionnelle dont le chef d État est le monarque du Royaume- Uni, actuellement la reine Élisabeth II, représenté par un gouverneur général qui signe les lois et accomplit d autres fonctions officielles. La Reine et son représentant sont plutôt des figures d apparat et le peu de pouvoir que la souveraine détient est réservé aux moments de crise ou aux amendements constitutionnels. Le gouverneur général est nommé par le monarque, après consultation du premier ministre du Canada, le chef du parti occupant le plus grand nombre de sièges à la Chambre des communes. Le premier ministre détient un pouvoir considérable. Le pouvoir législatif du gouvernement est confié au Parlement, divisé en trois branches : les représentants de la La vie sur le Tour de France est en effet très organisée. L itinérant arrive dans la ville qui lui a été désignée, où un logement lui a été trouvé, avec une embauche généralement déjà programmée, et le jeune n a presque aucune démarche à effectuer si ce n est de rencontrer son futur employeur. monarchie nommés par le monarque en accord avec le gouvernement canadien, la Chambre des communes où siègent les représentants élus de la population de chaque province ou territoire, et le Sénat élu repré sent a nt l unité canadienne. En 1964, le Canada avait choisi comme emblème officiel le castor mais le 25 avril 1996 devait tout changer et le castor céder sa place à l érable. Deux langues officielles sont parlées au Canada : le français et l anglais. Le français est majoritairement parlé au Québec (80 %) et en est l unique langue officielle au niveau politique provincial. On retrouve 14

15 beaucoup de francophones dans l Est et le Nord de l Ontario (10 % de la population) ainsi que dans le Sud du Manitoba. Globalement, le français est parlé, comme langue maternelle, par le quart des Canadiens. Le nombre de Canadiens bilingues (français-anglais) est d environ 4,8 millions, soit 17 % de la population. Il faut encore savoir que le Canada dispose d une économie riche. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la nation est passée d une économie principalement rurale à une économie surtout industrielle et urbaine, de haute technologie. Le Canada fait partie de l Asia Pacific Economic Cooperation (APEC), de l Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et de l Orga nisat ion mondiale du commerce (OMC). Enfin, au niveau démographique, il faut noter comme dans presque tous les pays occidentau x un taux de natalité très bas que le Canada essaie de compenser en ayant recours à une «immigration contrôlée». Côté touristique Deux villes m ont particulièrement marqué, Québec et Montréal. Québec est une ville pleine de charme, seule ville fortifiée d Amérique du Nord! En empruntant ses ruelles sinueuses, à pied ou en calèche, vous pourrez percevoir son âme romantique. Les quartiers les plus anciens de la capitale, dont le Petit Champlain, la Place Royale et le Vieux Port, offrent un décor chargé d histoire et nombre d activités les animent : carnaval d hiver et festival d été d envergure, pièces de théâtre et expositions L hébergement et la gastronomie y sont au top! Les environs de Québec sont tout simplement enchanteurs. En quelques minutes, vous vous retrouvez dans une campagne fleurie ou au cœur de grands parcs naturels. La chute Montmorency, haute de 83 mètres, vaut le détour. Le Parc national Jacques Cartier fascine par ses paysages de vallées aux versants abrupts. Quant aux marais de la Réserve nationale de la faune du Cap-Tourmente, ils vous permettent d observer près de 300 espèces d oiseaux, dont, au printemps et à l automne, des dizaines de milliers d oies des neiges. Golfs spectaculaires et majestueuses pentes de ski, dont celles de Mont Sainte-Anne et de Stoneham, font la joie des sportifs. Cette région abrite plusieurs villages ancestraux parmi lesquels Wendake qui permet de découvrir les traditions du peuple huron-wendat au Site Onhoüa Chetek8e. La basilique Sainte-Annede-Beaupré est aussi un lieu à ne pas manquer, son pèlerinage attire plus d un million et demi de personnes chaque année. Si vous aimez le vélo, choisissez l un des circuits de la Route verte, dont le chemin du Roy et les corridors des Cheminots et du Littoral vous proposent un circuit près du fleuve Saint-Laurent en direction de Beauport et du parc de la Chute-Montmorency. Mais, si vous recherchez un plus grand dépaysement, faites une expérience hivernale inoubliable et réservez une chambre à l hôtel de glace, érigé chaque année près du lac Saint-Joseph! Montréal, à la différence de Québec et de son parfum «vieille Europe», se veut moderne et rustique en même temps. C est la ville ouverte, où vous trouvez de tout, du vieux et du neuf, mais aussi toutes les races et toutes les religions. Il n y a aucun ghetto, ici tout le monde cohabite avec harmonie. La ville moderne et la vieille ville fusionnent, on trouve ainsi des gratte-ciel construits tout à côté de vieilles cathédrales. Ce qui frappe le plus à Montréal, c est la variété de ses restaurants, toutes les cuisines y sont représentées et cela dans la même rue. Beaucoup de choses à visiter à Montréal : tout d abord, le jardin botanique, le deuxième parmi les plus beaux au monde, venant juste après celui de Londres ; le diodôme, situé au Parc olympique, la tour du stade la plus inclinée au monde ; mais aussi le vieux port et la basilique Notre-Dame qui montre un superbe décor de bois polychrome finement sculpté et orné de feuilles d or, complété de sculptures de Louis Hébert et d une voûte étoilée, de couleur bleue. S y trouve également l oratoire Saint- Joseph, saint auquel on attribue plusieurs miracles. Le parc du Mont Royal, la ville souterraine où l on trouve près de 40 kilomètres de tunnel, vaut également le détour. L on peut aussi se rendre au Nord de l île qui offre à la vue de magnifiques villages, dont celui de Saint-Jérôme. Montréal, ville du Canada appartenant à la province du Québec, est une ville cosmopolite, peuplée majoritairement par des francophones. Elle est classée au deuxième rang mondial des villes de langue française. Bâtie sur l île du même nom, elle s étend sur une vaste prairie et sur de rares collines, dont le Mont Royal culminant à 233 mètres au cœur de la ville. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la nation est passée d une économie principalement rurale à une économie surtout industrielle et urbaine, de haute technologie. Le Canada fait partie de l Asia Pacific Economic Cooperation (APEC), de l Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et de l Organisation mondiale du commerce (OMC). 15

16 Les grands espaces du Québec sont à vous couper le souffle! Un million de lacs et de rivières, un fjord spectaculaire, un magnifique f leuve «le Saint- Laurent» où fraient les baleines, deux chaînes de montagnes Qui dit mieux? Le Québec est reconnu pour ses vastes espaces naturels. Destination plein air par excellence, les vacanciers se réjouiront de l impressionnante diversité de ses panoramas et des activités proposées. Quoi de plus magnifique qu une randonnée en pleine nature? Des sentiers exceptionnels attendent les randonneurs. La Route verte met à la disposition des cyclistes plus de kilomètres de pistes balisées tandis que le sentier international des Appalaches, le sentier des Caps ou encore la traversée de Charlevoix ne peuvent que réjouir l adepte de randonnées pédestres. Enfin, les amoureux du quad et de la motoneige trouveront des circuits de qualité. Vingt-sept parcs nationaux, recensés dans Parcs Québec (Sépaq) et Parcs Canada, permettent d incroyables expériences : admirer du haut d un sommet des forêts à perte de vue, faire une longue randonnée avec une nuit en refuge, pagayer sur l un des innombrables lacs et dormir sous la tente. Ces parcs très différents, certains montagneux, d autres marins ou forestiers, offrent une évasion sans pareille. Avez-vous déjà vu une baleine, c est impressionnant et encore plus lorsqu elle se trouve dans le Saint- Laurent. Rien que pour cela, prenez un billet d avion pour le Canada, vous en profiterez pour assister aux rendez-vous printaniers ou automnaux des oies blanches et des bernaches, vous observerez dans les passes migratoires les saumons qui remontent une rivière, vous observerez les oiseaux marins et les phoques du Saint-Laurent et vous apercevrez, au détour d une balade, un cerf de Virginie, un orignal ou tout autre animal de la forêt boréale! Je terminerai ce descriptif touristique du Canada en vous parlant de l eau. C est l une des plus grandes richesses du Québec. En parcourant le territoire, vous apercevrez des lacs, des lacs et encore des lacs! Baignade, canotage et pêche sont à votre portée. convenait plus, il voulait embaucher pour une durée indéterminée. Je ne pouvais pas le satisfaire en lui mentant car je lui avais expliqué ce qu est le Compagnonnage et la formation par le voyage donnée par les Compagnons, à savoir un changement de ville tous les ans De toutes façons, il a vite écourté la conversation et a raccroché. Je dois dire qu après cela, j étais pas mal déçu. Je me suis présenté un samedi matin muni de mon curriculum vitae, d une lettre de motivation et de photos des travaux que j avais réalisés avant de venir au Canada. Seules mes photos les ont intéressés et j étais embauché dès le lundi. Côté professionnel Il est plus intéressant au Canada de travailler pour une entreprise qui fabrique des produits d intérieur que des produits d extérieur car, dans ce pays, ces derniers sont souvent négligés. Mon premier contact avec une entreprise québécoise (plutôt italienne en vérité mais installée à Montréal) fut avec «Fer ornemental spanish», vers le mois de mars J avais trouvé son annonce sur le site «emploiquebec». Cette entreprise recherchait un «forgeron» (ici le terme de serrurier-métallier n existe pas vraiment, ou plutôt existe sous une autre forme). J ai contacté cette entreprise par téléphone en précisant que j étais libre à partir de la fin août et que je recherchais une embauche d une durée d un an. A la suite de cet appel, j ai envoyé mon curriculum vitae, une lettre de motivation et de nombreuses photos des travaux que j avais réalisés, le tout via Internet. J ai attendu quelques jours puis j ai repris contact par téléphone. Nous nous sommes mis d accord. Dans les premiers jours de mon arrivée à Montréal, je me suis présenté à cette entreprise, j ai discuté longuement avec le patron qui m a fait visiter son atelier (bois et fer). Tout encore une fois était positif, il m a seulement demandé de le rappeler le lendemain car il devait parler de mon arrivée avec son associé. Le lendemain, confiant, j ai donc pris le téléphone mais là, surprise, la durée de travail (une année) ne lui Ne pouvant rester sans travailler, j ai recherché une nouvelle embauche, mais ayant déjà mon appartement et sans voiture, le secteur de recherche était assez restreint. En fait, ce ne fut pas un problème car j ai tout de suite trouvé un autre emploi chez son principal concurrent! Cette entreprise, également italienne et située dans le quartier italien de Montréal, réalise aussi des rampes d escaliers en fer forgé. Je me suis présenté un samedi matin muni de mon curriculum vitae, d une lettre de motivation et de photos des travaux que j avais réalisés avant de venir au Canada. Seules mes photos les ont intéressés et j étais embauché dès le lundi. Comme je vous l ai indiqué, cette entreprise réalise des rampes en fer forgé (assez imposantes d ailleurs) destinées la plupart du temps à des constructions neuves. Elle dispose également d un atelier de menuiserie bois qui réalise les escaliers et les mains courantes (en bois sur toutes les rampes réalisées). Pour ce qui est de la qualité, c est relativement bien fini, mais il ne faut pas chercher de techniques intéressantes comme le rivetage ou autre. Le départ des volutes est un simple amincissement de la matière. J y ai tout de même découvert une technique qui consiste à débillarder une seule lisse sur le chantier, puis à prendre les angles à chaque nez de marche : le reste se fait en atelier, ce qui évite de faire la structure de la rampe sur le chantier dans des maisons qui sont presque terminées. Durant mon année, l entreprise a été vendue car mes deux patrons étaient arrivés à l âge de la retraite. C est un jeune Québécois qui a repris l activité, il n est ni forgeron, ni menuisier, mais est déjà associé dans une autre entreprise et doit avoir de bonnes compétences en gestion. Le seul forgeron de l entreprise a soixante-neuf ans, c est un Français. Il souhaite lui aussi prendre sa retraite mais il n y a personne pour le remplacer. Il n y a au Québec aucune formation concernant ce métier et donc très peu de personnes qualifiées dans ce domaine. Je dois dire que le nouveau patron a beaucoup insisté pour que je succède à l Ancien mais, hélas pour lui, mes objectifs sont ailleurs. Aujourd hui, l entreprise cherche à me remplacer. Aussi, je lance un appel aux itinérants souhaitant venir au Québec. Sachez, si vous êtes serruriermétallier, que l entreprise serait ravie de vous accueillir. Que vous soyez itinérant, sédentaire, et même deux à souhaiter faire le voyage, l entreprise vous est ouverte*. Mais, un conseil, avant de vous envoler pour le Canada soyez conscient, si vous souhaitez n y résider que pour une durée limitée, qu il vous faudra de la volonté pour revenir en France car les patrons insisteront beaucoup pour vous garder, n hésitant pas à vous faire des propositions telles que vous aurez envie de passer votre vie entière au Québec. Rémi Debril dit Flamand Aspirant Serrurier-Métallier du Devoir *Ceux qui seraient intéressés peuvent demander mes coordonnées au service voyage du siège de l AOCDTF. 16

17 compagnonsmétier La réalisation d une maison contemporaine en Drôme provençale U ne partie des membres de ma famille habite dans la Drôme, au sud de Montélimar, dans un petit village rural de 174 habitants, portant le nom de «La Touche». Ce village est situé dans la plaine de la Valdaine, entourée de collines, où le paysan existe encore. Mon beau-frère, retraité, est aussi écrivain sur l histoire locale. L humilité de Bollène A Bollène, dans le Vaucluse, j avais entrepris la restauration d une maison de village, mitoyenne de celle de ma mère, où j avais souvent la visite de ma sœur et de mon beau-frère. Petit à petit, le goût de l ancien les a séduits, jusqu à faire mûrir dans leurs têtes le projet d une nouvelle maison car, au fil du temps, la leur ne leur convenait plus. Cette nouvelle maison est fermée sur l extérieur et s ouvre sur un patio, avec, au milieu de celui-ci, un potager et des plantes aromatiques, très utiles à la bonne cuisine! La pièce principale, à vivre, est une grande salle à manger agrémentée d une imposante cheminée. Elle fait également fonction de cuisine. Pour l architecte Claude Perron, le projet a nécessité une étude approfondie du mode de vie et des attentes des propriétaires, lesquels ont suivi les conseils du radiesthésiste local pour l orientation de la maison. Le maçon a effectué le gros œuvre : enduit, carrelage et toutes les finitions, dans la tradition du Midi. Le gros œuvre ne comporte que des murs porteurs, assez épais, comme on le faisait avant. Les proportions sont harmonieuses et respectent la tradition locale, l ensemble devant se fondre dans le paysage. Le choix des matériaux pour ces murs épais s est tourné vers la brique Monomur, de 37,5 centimètres, bâtie au mortier de chaux à plein, privilégiant les effets de compacité et de respiration de la chaux. La pierre a été utilisée pour l enveloppe extérieure, mur composite brique isolante de de pierre bâtie au mortier de chaux. Les fondations sont en béton armé (50 x 60), les aciers étant mis à la terre ainsi que le chaînage au-dessus de la fondation remplaçant la dalle en béton armé. Un hérissonnage en cailloux a été utilisé, drains et dallage en béton, argile expansée sur treillis soudé. La toiture comporte une charpente en bois de pays, avec voligeage et tuiles canal de récupération en couvert et neuves en courant, rives, faîtages. Les plafonds sont en briques creuses, voûtes plâtre et bois, tout bois, bois et parefeuilles. Les enduits des murs intérieurs sont en plâtre et mortier de chaux. La peinture est un badigeon à la chaux, fresques et patines. Les menuiseries bois, traditionnelles, sont recouvertes d une peinture végétale (bleu de Lectoure). Le sol est en terre cuite, dalles de pierre, parquet et carreaux de ciment, le tout en matériaux de récupération. Les façades sont en pierre et enduit. L ensemble des artisans s est conformé aux exigences du chantier, tout en sachant qu il est toujours nécessaire de s adapter, en fonction de la logique et du bon sens, pour trouver des solutions appropriées mais en gardant à l esprit la réussite du projet et les objectifs fixés à l avance bien que sans cesse modifiés. Cette maison est sortie de terre en mars 2004, dans le pré de l église Saint-Jean-Baptiste. La partie habitation a été investie par ses occupants en mars Un bel exemple d intégration de maison contemporaine en milieu rural car les villageois et leur maire, appelés Toscadins, s accordent tous pour dire que cette maison semble avoir été toujours là. J ai découvert, dans la phase finale des finitions, la multitude d avantages que nous offrait cette construction : un sentiment de vie intérieure, à l abri des regards des autres ; une recherche de simplicité et d harmonie orchestrée par le jaillissement de la lumière, tantôt forte mais fraîche, douce et changeante tout au long de la journée mais toujours présente ; une maison qui capte la lumière et qui en joue ; une maison qui sera pleine de vie car pouvant accueillir enfants et petits-enfants Un bel exemple d intégration de maison contemporaine en milieu rural car les villageois et leur maire, appelés Toscadins, s accordent tous pour dire que cette maison semble avoir été toujours là. des propriétaires ; des hôtes préparant des repas de famille se prêtant bien au lieu. Cela promet, je l espère, de bons et beaux moments. Certains travaux, dont la préparation, l approvisionnement, ont été réalisés par les membres de la famille, du plus grand au plus petit, chacun suivant son rythme. Pour tous, ces moments resteront gravés dans les mémoires et seront sûrement racontés, en souvenir du temps jadis. Travailler à côté des hommes de métier induit une autre approche des compétences et de la valeur du travail accompli, qui donne un sens à notre vie. Que ce travail soit porteur d avenir car il privilégie une architecture de qualité, un savoir-faire et des productions dites artisanales. Il contribue à l épanouissement des individus et des métiers en milieu rural. Jean-Marc Barreau L humilité de Bollène Compagnon Maçon du Devoir 17

18 compagnonsculture Les Maoris à la découverte du peuple originaire de Nouvelle-Zélande, en 10 paragraphes Loïc le Provençal E n 1642, le marin hollandais Abel Tasman, à la recherche d e nou ve l le s t e r re s, découvre les côtes de la Nouvelle- Zélande mais l accueil sanglant des habitants de ce morceau de terre isolé le fait fuir 1 - L arrivée des Maoris Partis de Tahiti sur des pirogues chargées de vivres, les Maoris découvrirent Aotearoa (la terre du long nuage blanc) vers Ils installèrent leurs colonies le long des côtes, principalement dans l île du Nord où le climat est le plus doux. Leur vie, jusqu alors rythmée par la pêche et la chasse, mais aussi par la guerre entre villages, allait être totalement perturbée au XIXe siècle par l arrivée massive des Européens. Ces Pakehas, comme les nommaient les Maoris, allaient apporter maladies, armes à feu mais aussi céréales et bétail. Les clivages entre les Maoris et les nouveaux arrivants s intensifiant et les guerres entre clans faisant de nombreux morts, les Anglais dépêchèrent le capitaine William Hobson afin d établir un traité avec les Maoris. Le 6 février 1840, au terme de longues négociations, le traité de Waitangi était signé. Ce traité proclamait «colonie anglaise» la Nouvelle-Zélande, Maoris et Anglais devenant un seul peuple. Dès lors, le mode de vie des Maoris s européanisait, ils abandonnaient peu à peu leur langue et leurs traditions, les revendications s affaiblissaient, chacun se sentant Néo-Zélandais. Aujourd hui la culture maorie s affiche dans les lieux touristiques comme Rotorua, où les Maoris tiennent à la partager. 2 - Powhiri, la cérémonie d accueil La cérémonie du powhiri servait à éloigner les mauvais esprits et à créer un univers de paix et d amitié entre le visiteur et son hôte, le mot powhiri étant formé de po que l on peut traduire par inconnu ou nouvelle expérience, et de whiri qui signifie échange de savoir, d informations. La cérémonie débute par une démonstration de force : un guerrier de la tribu-hôtesse vient défier ses invités avec sa lance puis dépose aux pieds du chef de la tribu-visiteuse une offrande (bien souvent une feuille de fougère). Le visiteur doit alors la ramasser pour montrer que lui et ses compatriotes sont venus animés d un sentiment de paix. Dès lors, quelques femmes de la tribu-hôtesse commencent à chanter. Les visiteurs peuvent avancer. 3 - La salutation maorie (hongi) Contrairement à la croyance populaire, le hongi n implique pas de frottement (friction) de nez, mais un contact. Ce n est pas non plus un rituel superficiel : certaines personnes resteraient dans cette position pendant au moins une demiheure, durant laquelle ils sanglotent et hurlent de la manière la plus triste. Le hongi reste aujourd hui une salutation chargée d émotion et, lors d occasions particulières, d une rare intensité. 4 - La langue maorie La promotion de la culture maorie ne s arrête pas aux spectacles «pour touristes», une chaîne de télévision (Maori television) diffuse en permanence des programmes dans la langue des premiers habitants d Aotearoa (une langue assez proche de celles parlées dans les autres îles polynésiennes). A leur arrivée, les colons ont imposé la langue anglaise. Dès lors, nombreux furent ceux qui ont grandi sans pouvoir prononcer un mot dans leur langue maternelle. Conscient de cette lacune, le 20 juillet 1987, le parlement néo-zélandais faisait de la langue maorie une de ses langues officielles. Cette reconnaissance Le 20 juillet 1987, le parlement néo-zélandais faisait de la langue maorie une de ses langues officielles. (tardive) a notamment permis à l enseignement du maori de se développer. Pour certains, cet apprentissage ne sert à rien, d autres en revanche sont fiers de parler la langue de leurs ancêtres. Quelques mots en maori Spectacle maori à Rotorua Kia Ora : Bonne santé, bonne chance Haere mai : Bienvenue Haere ra : Au revoir Ka pai : Merci, bon Kao : S il vous plait Ae : Oui Kahore : Non Ko wai tou ingoa? : Quel est ton nom? Ata marie : Bonjour Po marie : Bonne nuit Ra whanau koa : Bon anniversaire! Kia harite tau hou : Bonne Année! Kei te aroha au ia koe : Je t aime! 18

19 5 - Les tatouages maoris Le tatouage, dans la culture maorie, était une manière de transmettre l histoire. En effet, chaque tatouage renferme un message, il s agit le plus souvent de l histoire de la famille. La tête était considérée comme la partie la plus sacrée du corps. Autrefois réservé aux Maoris de haut rang, le tatouage sur le crâne, fait de lignes et de spirales, décrivait les batailles. Cependant, le tatouage pouvait se faire sur d autres parties du corps : les jeunes filles étaient tatouées sur le menton à la puberté afin de marquer leur passage à la vie de femme, cela signifiait qu elles avaient acquis le droit de s exprimer au sein de la tribu ; les tatouages sur les jambes et les fesses étaient souvent liés au voyage, au transport, avec notamment la représentation de canoës ; sur les bras, le tatouage représentait l activité de son porteur, son travail. Les tatouages maoris actuels n ont plus la même signification, ils tiennent compte de l évolution du style de vie. En ce qui concerne la technique utilisée, elle reste ancestrale. On fait une entaille profonde dans la peau ; pour cela, on utilise un ciseau en os avec un bord en dents de scie ou un bord droit et très tranchant puis on plonge le ciseau dans un pigment, tel que la résine brûlée de kauri (arbre que l on trouve particulièrement en Nouvelle- Zélande) et, pour terminer, le pigment est martelé dans la peau. Cela est très long et par-dessus tout très douloureux, c est pourquoi certains tatouages utilisés pour les représentations ne sont pas authentiques. 6 - La sculpture maorie à Te Whakarewarewa, une vallée thermale naturelle, se trouve l Institut de sculpture et d art maori. Le guide, maori, porte un nom anglais (cela est dû au fort taux de métissage). Très passionné, il débute la visite par l atelier de sculpture et nous explique qu il est possible d y faire un stage mais il faut pour cela avoir au minimum 1% de sang maori. Les sculptures, très riches, sont un livre ouvert sur l histoire des Maoris, un album de photos. Il ne s agit pas de représentations religieuses, mais plutôt de mettre à l honneur les courageux ancêtres. Toutefois, il arrive que l on trouve un couple enlacé (signe de fertilité) représentant Rangi (le ciel) et Papa (la terre), les parents primitifs. Les Maoris utilisaient le bois fourni par les nombreuses forêts de Nouvelle-Zélande, notamment le kauri, qui est l un des arbres les plus imposants du monde. Hormis le bois, certains sculptent le jade, pounamu en maori. La pierre transformée devient alors un porte-bonheur. Là encore, les sculptures ont une signification particulière : l hameçon (hei matau) représente la force, la détermination, il apporte Le tatouage, dans la culture maorie, était une paix, prospérité, et bonne santé. manière de transmettre l histoire. En effet, le croisement est un gage d amitié, chaque tatouage renferme un message, il s agit deux vies qui deviennent une pour le plus souvent de l histoire de la famille. l éternité. la spirale (koru) figure un nouveau commencement, la croissance et l harmonie. manaia (la tête d un oiseau, le corps d un homme et la forme d un hameçon) représente l équilibre entre la mer, le ciel et la terre, c est aussi une protection contre le mauvais sort. 7 - Les chants et danses maoris : l exemple du haka Le mot haka est généralement appliqué à la danse de guerre maorie, pleine d entrain, mais s étend aussi à toutes les formes de danse rythmique. La légende veut que la danse vienne du mariage de Hine-raumati (la demoiselle d été) avec Ra (le Soleil) et leur enfant, Tanerore, dont la naissance un jour chaud d été se manifesta par une atmosphère tremblante. C est ce frémissement qui se répand dans toutes les formes de danse maorie, du peruperu (la danse de guerre) à la danse de poi (une danse exécutée seulement par des femmes). Le peruperu était exécuté par des guerriers tenant des taiaha (sorte de longs clubs) dans la main. Le leader, muni d un mere (petite lance de greenstone), commence à crier ; les guerriers répondent en chœur, tapant du pied à l unisson et déplaçant leurs mains tremblantes par une série de gestes, roulant leurs yeux et tordant leurs visages. L Institut de sculpture Spectacle maori au village MiTai 19

20 Le haka est associé à la légende de Te Rauparaha. L homme poursuivi réussit à atteindre un village d un clan allié. Il se réfugie auprès de Te Wharerangi, un homme connu pour être particulièrement hirsute, et lui demande de l aide. Ce dernier l autorise à se cacher dans une sorte de puits, utilisé pour stocker les kumara (patates douces). Jeune fille maorie au village de Te Whakarewarewa Sa femme, Te Rangikoaea, se poste devant cette cachette, en raison de son pouvoir neutralisant vis-à-vis des hommes qui poursuivent Te Rauparaha et du pouvoir protecteur accordé aux organes génitaux féminins par les Maoris. Alors que les ennemis approchent de la cachette, Te Rauparaha murmure du fond de son puits : Ka mate! Ka mate! (je meurs, je meurs). Te Rangikoaea affirme aux poursuivants que Te Rauparaha est parti, et ils partent à leur tour. Ce dernier murmure alors : Ka ora, Ka ora (je vis, je vis). Les guerriers se laissent convaincre et partent. Te Raupahara est sauvé. Il remonte peu à peu les marches de l échelle pour sortir du puits et aperçoit de nouveau le soleil. Maison maorie du village de Rewa Il interprète alors ce haka devant Te Wharerangi et sa femme : Ka mate! Ka mate! (C est la mort! C est la mort!) Ka ora! Ka ora! (C est la vie! C est la vie!) Tenei te tangata puhuruhuru (Voici l homme chevelu) Nana nei i tiki meii whakawhiti re ra! (C est lui qui m a sauvé et a fait briller le soleil à nouveau pour moi) Upane! Upane! (Un pas après l autre) Upane! Kaupane! (Un pas après l autre) Whiti te ra! (Le soleil brille!) Le peruperu a été adopté par un certain nombre d écoles et quelques groupes sportifs, notamment l équipe nationale de rugby, les All Blacks. 8 - La propriété La communauté maorie était une forme primitive de communisme, il n y avait pas de propriété individuelle. Toutefois, chacun possédait ses propres outils, ornements, pièges à oiseaux et vêtements. La nourriture était mise en commun dans des gardemanger, le chef de la tribu se réservant les plus belles pièces. Les Maoris, descendant de Papa (la terre), ne pouvaient acquérir une nouvelle terre que par la conquête, mais pour se proclamer propriétaire il fallait qu ils établissent un lien avec le lieu. Aujourd hui, c est le ministère des Affaires maories qui gère les problèmes liés aux terres maories. 9 - Le hangi (repas traditionnel maori) Cuite dans la terre, à l aide de pierres chaudes, la nourriture est placée à l intérieur de paniers en fer que l on recouvre de couvertures humides. Il faut cependant être patient car la cuisson dure environ 4 heures. Hangi au spectacle maori de MiTai Si aujourd hui sa composition est quelque peu différente, la base du plat reste les kumara (patates douces), auxquelles on ajoute de la viande de poulet, de mouton et de porc et d autres légumes Le déroulement des obsèques (tangi) Le tangi ou le tangihanga est le rite funèbre accordé à une personne avant que son corps ne soit enterré. La croyance maorie veut que le tupapaku (corps de la personne décédée) ne soit pas laissé seul après la mort. Ainsi, l on emportait le tupapaku au marae où il était placé jusqu à son enterrement. La famille et les amis pouvaient dès lors aller et venir comme ils le souhaitaient. Toutes les personnes, y compris les parents venant pour un tangi, passaient par le karanga habituel (l appel de la bienvenue) et les procédures de mihi (salutations). Le cercueil était laissé ouvert et chacun pouvait toucher le tupapaku. Des discours étaient faits directement au tupapaku, la croyance voulant que l esprit reste à proximité du corps jusqu à son enterrement. Certains resteront au tangi pendant quelques heures, d autres durant toute la nuit ou pendant deux ou trois jours. Le marae, employé pour divers événements, comme les mariages, a appris à faire face au nombre affluant de personnes, mais la cérémonie du tangi y prime sur toutes les autres célébrations. Toutefois, il n est pas impossible qu un mariage ait lieu tandis qu un tupapaku se trouve dans le marae. Bien que ceci puisse paraître impensable à un non Maori, il n y a rien d illogique à célébrer des cérémonies liées l une à la vie et l autre à la mort dans le même endroit. C est un bon exemple de wairua maori, la croyance que la vie et la mort sont intimement entrelacées. La plupart des défunts sont enterrés dans l urupa (cimetière), généralement situé près du marae. Cet endroit est dit tapu (sacré). Chaque famille y a un endroit réservé, ceux qui étaient unis dans la vie devant le rester dans la mort. Lorsque le chef décédait, un deuil de sept jours était observé, son corps était exhibé sur la place du village, puis les hommes partaient le cacher dans une grotte pour que ses ennemis ne le trouvent pas. Une année plus tard, ils revenaient afin de le décapiter, le crâne de l ancêtre était ainsi conservé. De nos jours, les Maoris utilisent les photographies. Loïc Bonnenfant Loïc le Provençal Compagnon Menuisier du Devoir Bibliographie Liens en français : Liens en anglais : Crédit Photos Hongi : newzealand.com Compagnon du Devoir Journal mensuel de l Association ouvrière. des Compagnons du Devoir du Tour de France Reconnue d utilité publique N ISSN : , rue de l Hôtel-de-Ville Paris cedex 04. Téléphone : Télécopie : Michel Guisembert Directeur de la publication François Bastien Directeur de la rédaction Copyright photos. Les Compagnons du Devoir Prix unitaire : 5 Abonnement annuel 2005 Simple : 48,50. Soutien : 100. Étranger : 65. (chèque à l ordre de Compagnon du Devoir) Merci de penser à nous signaler. tout changement d adresse. Impression :. Graphi Imprimeur La Primaube 20

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Journal de fabrication de la plus haute tour

Journal de fabrication de la plus haute tour Journal de fabrication de la plus haute tour Classe de CE2-CM1 et classe annexée de l INJS Ecole du Château Cognin Nos essais à la carte Tour des ponts On n arrive pas à la faire tenir, car ça penche d

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT

LE SECTEUR DU BATIMENT LE SECTEUR DU BATIMENT INTERVENANTS 1 - CAPEB 2 Compagnons du Devoir 3 BTP CFA de l Aude Les métiers du bâtiment et les perspectives d évolution professionnelles L Artisanat du bâtiment dans l économie

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

INSCRIPTION STAGE ATE 2015

INSCRIPTION STAGE ATE 2015 ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES Techniques de bureautique 412.AA : «Coordination du travail de bureau» INSCRIPTION STAGE ATE 2015 C est le temps d y penser! 1 Témoignage de Michelle Éthier Enseignante en Techniques

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission...

Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission... Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission... Permettre à tous de rencontrer des photographes expérimentés, d apprendre et de vivre des expériences nouvelles en photographie à

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Compte-rendu CO Stage CMO 2014 Un Week-end de stage, de plaisir, d anecdotes, de convivialité, d azimuts,

Compte-rendu CO Stage CMO 2014 Un Week-end de stage, de plaisir, d anecdotes, de convivialité, d azimuts, Compte-rendu CO Stage CMO 2014 Un Week-end de stage, de plaisir, d anecdotes, de convivialité, d azimuts, de kms Premier week-end de Mars, on y est enfin à ce stage que j avais déjà fait l an passé. Cette

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Entamé fin mai, le mouvement contre le décret de mai 2012

Entamé fin mai, le mouvement contre le décret de mai 2012 L INFORMATION DE L OFFICE PUBLIC AUX LOCATAIRES LaLettreJ U I L L E T 2 0 1 5 DES LOCATAIRES LA PAROLE À MOBILISATION «NE TOUCHEZ PAS À NOS GARDIENS» GAGNANTE! Entamé fin mai, le mouvement contre le décret

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de ce

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Envie de Chine...? Voyage Club de lecture Conférences Expositions

Envie de Chine...? Voyage Club de lecture Conférences Expositions Bulletin périodique de l association N 10 septembre 2015 Découvrir la peinture Apprendre le mandarin S initier à la calligraphie Envie de Chine...? Voyage Club de lecture Conférences Expositions PORTES

Plus en détail

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche)

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Vie pratique Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Logement L université dans laquelle j ai effectué mon séjour d étude nous proposait au préalable un site sur les logements en résidence étudiante.

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

Agence Nationale de l Artisanat (ANA), Congo. Mission de compagnonnage artisanal vannerie. Sommaire

Agence Nationale de l Artisanat (ANA), Congo. Mission de compagnonnage artisanal vannerie. Sommaire ASSEMBLÉE PERMANENTE DES CHAMBRES DE MÉTIERS - GUILDE EUROPÉENNE DU RAID - PROGRAMME COSAME Agence Nationale de l Artisanat (ANA), Congo Mission de compagnonnage artisanal vannerie «Il faut continuer le

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 Je suis vraiment contente d avoir réalisé mon premier stage en agence car cela m a permis de découvrir un métier vraiment très diversifié au

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Culturelab 2012. Compte rendu de mon séjour au Festival d Avignon. par Eline Wittevrongel

Culturelab 2012. Compte rendu de mon séjour au Festival d Avignon. par Eline Wittevrongel Culturelab 2012 Compte rendu de mon séjour au Festival d Avignon par Eline Wittevrongel 18/08/2012-28/08/2012 Grâce au concours «Olyfran», j ai eu la chance de visiter la belle ville d Avignon dans le

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Pierre et Samuel, collégiens de St-Maurice ayant effectué un échange linguistique avec l école suisse de Bangkok.

Pierre et Samuel, collégiens de St-Maurice ayant effectué un échange linguistique avec l école suisse de Bangkok. Pierre et Samuel, collégiens de St-Maurice ayant effectué un échange linguistique avec l école suisse de Bangkok. Pierre et Samuel, deux étudiants en 3e année au Lycée-Collège de l Abbaye St-Maurice, ont

Plus en détail

Lettre d info n 11 page 2

Lettre d info n 11 page 2 FEDERATION DEPARTEMENTALE FAMILLES RURALES CHARENTE MARITIME LETTRE D INFOS De Septembre à Décembre 2011 Editorial: Edition N 11 Chers amis 2011 s est éteinte dans la nuit du 31 décembre, 2012 lui succède

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène Dossier n 7 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» PEINTRE EN BATIMENT Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement)

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

Accueil dans l université

Accueil dans l université L université dans laquelle j ai effectuée mon échange universitaire en S5 est Kyung Hee University dans la ville de Séoul en Corée du Sud. J ai choisi cette université pour en premier lieu le pays qui

Plus en détail

Entretien avec Guy-André Lagesse

Entretien avec Guy-André Lagesse Entretien avec Guy-André Lagesse Propos recueillis et mis en forme par Sébastien Gazeau d après l entretien du 16 octobre 2014. L aspect général des ZAC a-t-il changé au fil des années? La Zone d anniversaire

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 25 février au 04 mars 2012 Le CRT Lorraine a été invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Cours d une heure. Quel Mode utiliser

Cours d une heure. Quel Mode utiliser Cours d une heure Quel Mode utiliser Quel Mode utiliser Sur quels paramètres il faut agir et pourquoi Cours d une heure Quel Mode utiliser Sur quels paramètres il faut agir et pourquoi Cours d une heure

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE

METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE «Qualifier, motiver, s ouvrir des portes Toi aussi, saisis ta chance, un apprentissage chez TRIMET facilite le début de ta carrière». FAIS TON APPRENTISSAGE

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction

Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction Version abrégée Selon mandat confié par la Société Suisse des Entrepreneurs (SSE) et la Fédération Infra Avril 2014

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à Bruxelles

Rapport de fin de séjour à Bruxelles Rapport de fin de séjour à Bruxelles Introduction Durant l année de mon master 2 Histoire-Histoire de l art à l Université Pierre Mendes France de Grenoble je devais réaliser un stage de 2 mois minimum.

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE Accueil de loisirs de Nozay Croc Loisirs de Vay Responsables Nozay : Denis Bretécher (enfancenozay.lamano@orange.fr) N port: 06.79.67.32.92. Vay: Nolwen Hébert-Bertho

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite Sommaire Tchip, un concept unique p 04 4 forfaits, un succès! Gaieté et visibilité Ambiance actuelle Des produits professionnels n 1 Une communication nationale et locale pour une identité forte Le Groupe

Plus en détail

Kim Thúy de passage à Sherbrooke

Kim Thúy de passage à Sherbrooke Bulletin spécial Mai 2014 Kim Thúy de passage à Sherbrooke Pour célébrer avec nous le Mois du patrimoine asiatique La très talentueuse et sympathique écrivaine Kim Thúy a tout de suite répondu par l affirmative

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

JE CHOISIS. Abris de jardin

JE CHOISIS. Abris de jardin JE CHOISIS Abris de jardin JE CHOISIS Un abri de jardin L abri de jardin est l endroit idéal pour ranger vos outils et stocker votre mobilier de jardin pendant l hiver. Selon sa taille, il peut aussi accueillir

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 :

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 : Executive Summary Vue d'ensemble de la campagne : Margouillaprod est une société de production de films institutionnels et publicitaires, elle propose des prestations de film pour des évènements tels que

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux!

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! Avec la participation de la ville de Vernouillet (2 ème Ville Amie des enfants du département) Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! 19/20 Novembre

Plus en détail

JE CHOISIS. Abri de jardin

JE CHOISIS. Abri de jardin Abri de jardin Abri de jardin L abri de jardin est une des valeurs sûres de l aménagement extérieur. En bois, PVC ou métal, c est l endroit idéal pour ranger vos outils et stocker votre mobilier de jardin

Plus en détail

Stages professionnels en Europe. Témoignages de jeunes apprentis de Bourgogne

Stages professionnels en Europe. Témoignages de jeunes apprentis de Bourgogne Stages professionnels en Europe Témoignages de jeunes apprentis de Bourgogne Le dispositif en quelques mots Leonardo MODABE «Mobilité des Apprentis de Bourgogne en Europe» La Région Bourgogne et l Union

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours)

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours) Coller ici une photo d identité récente. CANDIDATURE MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours) Prénom et NOM :... Groupe :... Né(e) le :... Sexe : M F Nationalité:... Adresse

Plus en détail

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5 Une interview avec la photographe et directrice artistique de la Chancelière allemande, Julia Fassbender Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer Le Grand méchant loup s est rendu

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

Indications pédagogiques

Indications pédagogiques à la Communication Indications pédagogiques D2 / 32 Objectif général D : REALISER UN MESSAGE A L'ECRIT Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 3 Rédiger un message Objectif opérationnel 2 Rédiger

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5 «STAJ PRATIC BAFA» KIT PEDAGOGIQUE «STAJ PRATIC BAFA» MEMENTO ANIMATEUR Sommaire : Mon mémento Page 3 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Plus en détail

Première Business School online de France

Première Business School online de France Première Business School online de France Avril 2011 Contact presse RP carrées Vanessa Vazzaz Tel : 03.28.52.07.42 vanessa.vazzaz@rp-carrees.com La première école de commerce en mode XXI ème siècle ENACO,

Plus en détail

Léa Broucaret ÉCOLE ESTIENNE RAPPORT DE STAGE

Léa Broucaret ÉCOLE ESTIENNE RAPPORT DE STAGE Léa Broucaret RAPPORT DE STAGE ÉCOLE ESTIENNE L ÉTUDIANTE École Estienne 18 boulevard Auguste Blanqui 75013 PARIS 01 55 43 47 47 ecole@ecole-estienne.fr Léa Broucaret L ATELIER Atelier MONOBLOQUE Marchlewskistraße

Plus en détail

par Santé Historique et croquis

par Santé Historique et croquis Historique et croquis Un système permettant le réglage en hauteur et le changement de fraise par le haut de la table était une de mes préoccupations depuis longtemps sans toutefois en trouver la solution.

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Manque de sommeil chez les jeunes

Manque de sommeil chez les jeunes Nicolas Kurek 1 Février 2016 Manque de sommeil chez les jeunes Dangers, conséquences et prévention Nicolas Kurek 2 Février 2016 Table des matières: P.3 Introduction, Idée P.4 But P.6 Planning P.7 Moyens

Plus en détail

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE 68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE Pêcheurs arabes dans leur petit voilier 378 La France allait être libérée ; je venais de me marier, à la date prévue depuis longtemps, et qui se trouva

Plus en détail

Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013

Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013 Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013 Service de Gynécologie-Obstétrique Haukeland universitetssjukehus DFGSM3, Université de ROUEN Année 2012-2013 Accueil d une étudiante Croate

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Nouveau site Nouvelles offres... s étend sur l Hexagone! Contact presse : Jean-Marc FERNANDEZ Tel : 04 72 40 09 09 E-Mail : jean-marc@privateimmo.com

Plus en détail

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA Christophe Pinna est l un des karatékas les plus réputés au monde et l un des sportifs français les plus titrés. Son palmarès est impressionnant, avec notamment 6

Plus en détail