THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET"

Transcription

1 Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET

2 SOMMAIRE > I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET > II DILIGENCES ATTENDUES DES PRINCIPAUX ACTEURS 2

3 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (1/7) > Adoption par le Conseil des Ministres de l'union, lors de sa session tenue le 28 juin 2013 à Dakar, du projet de Loi uniforme portant réglementation des BIC dans lesdits Etats. Sur la base des informations disponibles à ce jour, le Sénégal et la Côte d'ivoire ont adopté la loi. Au Bénin et au Togo, le projet de loi a été examiné par le Conseil des Ministres de ces pays ; > Signature, en septembre 2013, d'un protocole d'accord de coopération entre la BCEAO et la Société Financière Internationale (SFI) pour la conduite du projet ; > Fixation, par le Conseil des Ministres, à 500 millions de FCFA du montant du capital social minimum des BIC, lors de sa session du 26 septembre 2013 ; 3

4 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (2/7) > Mise en place, en octobre 2013, de Groupes de travail dans chaque pays membre de l'union et d'équipes dédiées dans les établissements assujettis. Les Groupes de travail «pays» ont examiné notamment les questions relatives notamment aux termes de référence des missions assignées aux structures impliquées dans la mise en œuvre du projet, aux esquisses des formats d'échange des données et au recueil du consentement de l'emprunteur. 4

5 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (2/7) > Mise en place, en octobre 2013, de Groupes de travail dans chaque pays membre de l'union et d'équipes dédiées dans les établissements assujettis. Les Groupes de travail «pays» ont examiné notamment les questions relatives notamment aux termes de référence des missions assignées aux structures impliquées dans la mise en œuvre du projet, aux esquisses des formats d'échange des données et au recueil du consentement de l'emprunteur. 5

6 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (3/7) > Réalisation de trois études sur : L'évaluation des écarts éventuels entre, d'une part, l infrastructure technique de la BCEAO et des établissements assujettis et, d'autre part, un dispositif standard de référence (Gap Analysis) : l'étude a conclu que la plateforme actuelle de centralisation des risques bancaires de l'umoa devrait être revisitée pour permettre à la BCEAO d'assurer le rôle d'interface entre les établissements déclarants et les BIC ; L'évaluation du potentiel du marché de l'union en matière de mise en place de crédits : l'étude prévoit que le nombre total de requêtes potentielles de crédits devrait passer de 3,6 millions en 2012 à environ 4,3 millions en 2017 ; 6

7 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (4/7) > Réalisation de trois études sur : les conditions de mise en œuvre d'un dispositif biométrique pour l'identification des clients des établissements de crédit. > Publication, le 29 avril 2014, de l'appel à manifestation d'intérêt pour la sélection de sociétés à agréer en qualité de BIC à vocation régionale dans l'umoa. La réception des candidatures sera clôturée le 30 juin

8 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (5/7) > Objectif de l'appel à manifestation d'intérêt : Sélection d'un investisseur technique et stratégique pour développer et adapter à l'environnement de l'umoa, un système de credit reporting privé régional de calibre mondial pour les huit Etats membres de l'umoa, basé sur un réseau en étoile (Hub & Spokes), situé dans l'un de ces Etats et servant, au moyen de la même plateforme, les industries du crédit de tous les Etats membres. 8

9 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (6/7) Chronogramme de mise en œuvre du projet de promotion des BIC dans les Etats membres de l'umoa : > Juin 2014 novembre 2014 : organisation de séances d'information et de sensibilisation des principaux acteurs sur les opportunités des BIC dans les Etats membres de l'umoa ; > Juillet 2014 août 2014 : dépouillement et publication des résultats issus de la présélection des candidats ; > Juillet 2014 octobre 2014 : développement d'une plateforme d'échange d'informations entre les établissements assujettis, la BCEAO et les BIC et son déploiement sur la même infrastructure technique que l'application de la Centrale des Incidents de Paiement ; > 9

10 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (7/7) Chronogramme actualisé de mise en œuvre du projet de promotion des BIC dans les Etats membres de l'umoa : > Août 2014 septembre 2014 : organisation de visites sur les sites des candidats pressentis ; > Fin septembre 2014 : sélection de la (les) société (s) à agréer en qualité de BIC ; > Octobre 2014 : constitution de la (les) société (s) à agréer en qualité de BIC ; > Novembre juin 2015 : mise en place du système d'échange d'informations du BIC ; > Janvier 2015 : agrément des BIC qui vont opérer dans l'union ; > Janvier juin 2015 : sensibilisation du public. 10

11 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (1/12) Conditions préalables de succès du projet de promotion des BIC dans l'umoa : > Mise en place du cadre légal régissant l'activité des BIC dans tous les Etats membres de l'union ; > Adhésion et implication active des principaux acteurs du projet, en particulier les établissements de crédit et les SFD, qui seront les principaux fournisseurs de données au système d'échange d'informations sur le crédit mis en place ; > Adhésion des autres acteurs, en particulier du public, par la prise en compte de l'environnement socioculturel, au moyen de campagnes de sensibilisation, pour lever les réticences éventuelles du grand public sur le partage d'informations relatives au profil d'emprunteur ; 11

12 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (2/12) Conditions préalables de succès du projet de promotion des BIC dans l'umoa : > Prévision de dotations dans les budgets 2014 et 2015 des établissements assujettis pour la mise à niveau des systèmes d'information en vue de la participation au système d'échange d'information avec les BIC. 12

13 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (3/12) II.1 Etats (cf. Décision n CM/UMOA/006/06/2013 du 28/06/13) > Adoption de la Loi uniforme portant réglementation des BIC dans les Etats membres de l'umoa ; > Mise en place, en temps utile, d'un dispositif d'éducation financière des consommateurs (sensibilisation) ; > Maintien de la dynamique de concertation entre les acteurs impliqués, y compris les grands facturiers et leurs autorités de tutelle, en particulier, celles des sociétés de téléphonie mobile ; > Sensibilisation des structures gérant les données publiques au niveau des Etats membres, en vue de leur adhésion au projet ; 13

14 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (4/12) II.1 Etats (cf. Décision n CM/UMOA/006/06/2013 du 28/06/13) > Appui effectif des Administrations publiques compétentes à la BCEAO et aux BIC, à toutes les phases de mise en œuvre du projet (célérité dans le processus d'adoption de la loi uniforme, accompagnement dans l'effort de sensibilisation en vue de la levée des réticences du grand public, etc.) ; 14

15 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (5/12) II.2 BCEAO > Conduite des diligences prévues dans le chronogramme actualisé de mise en œuvre du projet de promotion des BIC dans les Etats membres de l'umoa (cf. Slides 7 et 8) ; > Elaboration de tous les textes d'application du projet de Loi uniforme portant réglementation des BIC dans l'umoa ; > Assistance aux établissements assujettis dans la compréhension et la mise en œuvre du projet ; > Mise en place de l'infrastructure technique de base qui servira à la réalisation du système d'échange d'informations ; > Mise en place du dispositif de supervision du système. 15

16 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (6/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Groupe de travail dans chaque Etat membre > entreprendre toutes les démarches idoines visant à faciliter la levée des contraintes inhérentes aux spécificités de chaque secteur, susceptibles d'entraver le bon déroulement du projet ; > organiser des réunions périodiques, en relation avec la Direction Nationale et les dirigeants des établissements de crédit de la place et les SFD de grande taille (article 44), spécialement dédiées à la sensibilisation desdits dirigeants et à l'état d'avancement du projet, en vue d'assurer une bonne appropriation du projet ; 16

17 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (7/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Groupe de travail dans chaque Etat membre > examiner et valider la pertinence de toutes les recommandations formulées par les équipes-projet des établissements assujettis (établissements de crédit et SFDarticle 44) lors du processus d'implémentation du système d'échange d'information entre lesdits établissements et les BIC ; > examiner les résultats des tests de recette du système d'échange d'information qui seront effectués par les Services techniques de la BCEAO et le BIC, en relation avec les équipes-projet des établissements assujettis. 17

18 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (8/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > assurer le rôle de correspondant direct des Services techniques de la BCEAO et des membres du Groupe de travail au sein de chaque établissement de crédit et chaque SFD ; > formuler des propositions sur les modalités de recueil du consentement des bénéficiaires de crédits, à soumettre au Groupe de travail au niveau national ; > vérifier la capacité du système d'information de l'établissement de crédit ou du SFD concerné à fournir toutes les informations requises par les BIC dans le cadre des échanges de données sur le crédit et formuler des propositions pour corriger les insuffisances éventuelles ; 18

19 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (8/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > assurer le rôle de correspondant direct des Services techniques de la BCEAO et des membres du Groupe de travail au sein de chaque établissement de crédit et chaque SFD ; > formuler des propositions sur les modalités de recueil du consentement des bénéficiaires de crédits, à soumettre au Groupe de travail au niveau national ; > vérifier la capacité du système d'information de l'établissement de crédit ou du SFD concerné à fournir toutes les informations requises par les BIC dans le cadre des échanges de données sur le crédit et formuler des propositions pour corriger les insuffisances éventuelles ; 19

20 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (9/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > conduire ou faire conduire en interne tous les travaux de mise en conformité des systèmes d'information des établissements de crédit et des SFD avec les systèmes d'échanges d'information des BIC ; > conduire les tests de déclaration des informations sur le crédit aux BIC via la plate-forme d'échange d'informations, à développer par la Banque Centrale, et valider lesdits tests ; > conduire les tests de connexion à la base de données des BIC ainsi que les tests de consultation directe des rapports de solvabilité délivrés par les BIC ; 20

21 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (10/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > conduire ou faire conduire en interne tout type de travaux demandés par les Services techniques de la BCEAO et les membres du Groupe de travail, dans le cadre de la mise en œuvre du projet. 21

22 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (11/12) II.3 Etablissements assujettis (établissements de crédit et SFD) > Participation active des APBEF/APSFD aux activités des groupes de travail ; > Mise en place au sein des APBEF/APSFD d'une structure ou d'un comité ad hoc dédié au suivi de la mise en œuvre du projet au niveau des établissements de crédit ; > Participation des établissements assujettis au processus de sensibilisation de leur clientèle ; > Paramétrage, dans les délais requis, des informations contenues dans les formats d'échange de données sur le crédit qui leurs seront soumis ; 22

23 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (12/12) II.3 Etablissements assujettis (établissements de crédit et SFD) > Génération des données historiques concernant les «profils emprunteurs» de leurs clients, à partir de leurs systèmes d'information ; > Prise de dispositions techniques et opérationnelles adéquates pour le recueil du consentement du client en vue du partage de ses données. A cet égard, une organisation idoine devra être mise en place pour le recueil du consentement des anciens clients. 23

24 MERCI DE VOTRE ATTENTION 24

25

Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa

Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa Présenté par M. Moussa SANOGO, Adjoint au Directeur des Statistiques (BCEAO) I. INTRODUCTION

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 1 : GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION

Plus en détail

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Etat de la banque à distance dans l'uemoa Avec environ 20 initiatives enregistrées auprès de la banque centrale (BCEAO) à la

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE Bénin Mali Burkina Faso Côte-d'Ivoire PLACE DE LA GESTION DE LATRESORERIE DANS LE NOUVEAU CADRE HARMONISE DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA Niger Sénégal

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

DEPARTEMENT DES AFFAIRES JURIDIQUES Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles

DEPARTEMENT DES AFFAIRES JURIDIQUES Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles DEPARTEMENT DES AFFAIRES JURIDIQUES Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles Synthèse du Rapport d activité de la protection des personnes physiques à l égard du traitement des

Plus en détail

Adoption des nouveaux textes par le Conseil des Ministres de l'union. Elaboration des projets d'instructions

Adoption des nouveaux textes par le Conseil des Ministres de l'union. Elaboration des projets d'instructions ANNEXE 1 Tableau 3 : ETAT DE MISE EN OEUVRE DES ACTIVITES DU PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Activités I. Aménagement de l'environnement juridique du secteur 1. Aménagement du cadre

Plus en détail

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA Présenté par Mame Marie Sow SAKHO SEMINAIRE CONSUMAF 4,5 et 6 décembre 2006 1 SOMMAIRE CONTEXTE MARCHE DES TITRES PUBLICS : OBJECTIFS VISES LES DIFFERENTS TITRES

Plus en détail

Questions fréquemment posées sur les Bureaux d'information sur le Crédit (BIC)

Questions fréquemment posées sur les Bureaux d'information sur le Crédit (BIC) Direction Générale de l'economie et de la Monnaie Direction des Statistiques Service des Centrales d'information Dakar, le 23 février 2015 Questions fréquemment posées sur les Bureaux d'information sur

Plus en détail

REGLEMENT DU PRIX ABDOULAYE FADIGA POUR LA PROMOTION DE LA RECHERCHE ECONOMIQUE

REGLEMENT DU PRIX ABDOULAYE FADIGA POUR LA PROMOTION DE LA RECHERCHE ECONOMIQUE REGLEMENT DU PRIX ABDOULAYE FADIGA POUR LA PROMOTION DE LA RECHERCHE ECONOMIQUE Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.int 2 Préambule

Plus en détail

NORME ISO ET GESTION DE PATRIMOINE

NORME ISO ET GESTION DE PATRIMOINE FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. NORME ISO ET GESTION DE PATRIMOINE Bureaux

Plus en détail

I. CONSULTANT EN COMMUNICATION

I. CONSULTANT EN COMMUNICATION AVIS DE RECRUTEMENT Le Conseil Régional de l'epargne Publique et des Marchés Financiers «CREPMF» est un organe de l'union Monétaire Ouest Africaine, créé le 3 juillet 1996 par décision du Conseil des Ministres

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DU CONSEIL DU CAFE CACAO TERMES DE REFERENCE DECEMBRE 2015

PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DU CONSEIL DU CAFE CACAO TERMES DE REFERENCE DECEMBRE 2015 DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DES OPERATIONS COMMERCIALES ------------- DIRECTION DES EXPORTATIONS ------------- PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DIRECTION DES EXPORTATIONS DU

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DES CAPACITE DES RESSOURCES HUMAINES MEC FADEC

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DES CAPACITE DES RESSOURCES HUMAINES MEC FADEC SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DES CAPACITE DES RESSOURCES HUMAINES MEC FADEC SENEGAL AVRIL 2015 Avec l appui financier de DDP N :

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

«EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE COLLECTE, DE NORMALISATION ET DE FIABILISATION DES DONNEES DES ENTREPRISES DE LA CENTRALE DES BILANS»

«EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE COLLECTE, DE NORMALISATION ET DE FIABILISATION DES DONNEES DES ENTREPRISES DE LA CENTRALE DES BILANS» «DONNEES DES ENTREPRISES NON FINANCIERES : EXPERIENCES INTERNATIONALES CROISEES» (Rabat, le 30 mars 2012) «EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE COLLECTE, DE NORMALISATION ET DE FIABILISATION DES DONNEES

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA -> Existence préalable de textes régissant les coopératives et mutuelles de façon générale, incluant celles faisant des opérations

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

La base de données Accueil Emploi, un système d information pour l emploi et la migration de main-d œuvre

La base de données Accueil Emploi, un système d information pour l emploi et la migration de main-d œuvre La base de données Accueil Emploi, un système d information pour l emploi et la migration de main-d œuvre Le Bureau international du Travail est la seule agence des Nations unies ayant un mandat clair

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Département des Opérations Direction des Etablissements de Crédit et de Microfinance ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Dakar, le 12 mai 2010 Dans le cadre des

Plus en détail

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) -------------

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) ------------- UNIVERSITE DE SOUSSE TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Capacité de Gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse Dans le domaine de la Gestion Financière des Établissements Publics

Plus en détail

Financement des TPE-PME

Financement des TPE-PME Financement des TPE-PME Présentation d initiatives françaises Atelier 2 Introduction Les banques sont soumises à des contraintes internes liées à la marge et au risque crédit et des contraintes externes

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction Gestion de votre candidature - version 1 du 15 septembre 2004 Page 1 sur 8 SOMMAIRE Gestion de votre candidature et de son instruction

Plus en détail

Gestion des risques de crédit. Termes de référence (TDR)

Gestion des risques de crédit. Termes de référence (TDR) Séminaire de formation Gestion des risques de crédit organisé par la Banque centrale des Comores (BCC) à l attention des cadres des banques de la place de Moroni Termes de référence (TDR) 1. Contexte La

Plus en détail

VU le décret n 2012-1038/PRES du 31 décembre 2012 portant nomination du Premier Ministre ;

VU le décret n 2012-1038/PRES du 31 décembre 2012 portant nomination du Premier Ministre ; Décret 2014-582 PRES/PM/MEF du 10 juillet 2014 portant création, attributions, organisation, composition et fonctionnement du dispositif institutionnel de préparation du Projet pôle de croissance du Sahel.

Plus en détail

FORUM AFRICAIN DE LEADERSHIP SUR LA TARIFICATION TRANSPARENTE EN MICROFINANCE TRANSPARENCE DANS LA TARIFICATION ET LE CALCUL DU TEG : CAS DE L'UEMOA

FORUM AFRICAIN DE LEADERSHIP SUR LA TARIFICATION TRANSPARENTE EN MICROFINANCE TRANSPARENCE DANS LA TARIFICATION ET LE CALCUL DU TEG : CAS DE L'UEMOA FORUM AFRICAIN DE LEADERSHIP SUR LA TARIFICATION TRANSPARENTE EN MICROFINANCE TRANSPARENCE DANS LA TARIFICATION ET LE CALCUL DU TEG : CAS DE L'UEMOA Nairobi, du 05 au 07 octobre 2011 PLAN DE L'EXPOSE INTRODUCTION

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

I. Introduction et renseignements concernant la Banque.

I. Introduction et renseignements concernant la Banque. Banque de la République du Burundi LA DIRECTION TERMES DE REFERENCE POUR L EVALUATION DES BESOINS DES CELLULES DU SERVICE SUPERVISION BANCAIRE ET MICROFINANCE CHARGEES DE SUPERVISER LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

BANQUE DE CANDIDATURES

BANQUE DE CANDIDATURES BANQUE DE CANDIDATURES POSTES À LA DIRECTION D ÉTABLISSEMENT (liste d admissibilité) 2010-2011-C-01 (Secteur jeune) ou 2010-2011-C-02 (Secteur adulte) La Commission scolaire De La Jonquière étudiera, au

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) AVIS DE RECRUTEMENT N 008/2013/DSAF/DRH La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ayant son siège à Ouagadougou, Burkina

Plus en détail

EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE MISE EN PLACE D'UN BUREAU D'INFORMATION SUR LE CREDIT DE DIMENSION REGIONALE

EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE MISE EN PLACE D'UN BUREAU D'INFORMATION SUR LE CREDIT DE DIMENSION REGIONALE CONFERENCE SUR LE SYSTEME DE PARTAGE DE DONNEES SUR LE CREDIT DANS L'UMOA POUR L'AMELIORATION DE L'INCLUSION FINANCIERE EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE MISE EN PLACE D'UN BUREAU D'INFORMATION SUR

Plus en détail

Termes de références de L Action PAQ-CG 01/2014

Termes de références de L Action PAQ-CG 01/2014 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ****** UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR Programme d'appui à la Qualité - Capacité

Plus en détail

SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE TERMES DE REFERENCE. Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH

SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE TERMES DE REFERENCE. Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE Centre de formation TERMES DE REFERENCE Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH Projet DIP-ECHO 9 Croix-Rouge Haïtienne /

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective dans le secteur de la comptabilité - paie Métier ciblé : gestionnaire de paie Action collective

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction 11 rue Francis de Pressensé - 93751 La Plaine Saint-Denis Cedex - France -T. +33 (0)1 41 62 80 11 - F : +33 (0)1

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Lean Management

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Lean Management Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Lean Management Action collective au profit des entreprises adhérentes de plus de 10 salariés du département du Rhône Date de lancement de l

Plus en détail

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES CABINET DU MINISTRE ARRETE ANNEE2013w336 IMESFT~StDI%A

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION GESTION DES RISQUES ET RENFORCEMENT CONTROLE INTERNE MEC FADEC NJAMBUR

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION GESTION DES RISQUES ET RENFORCEMENT CONTROLE INTERNE MEC FADEC NJAMBUR SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION GESTION DES RISQUES ET RENFORCEMENT CONTROLE INTERNE MEC FADEC NJAMBUR AOUT 2014 Avec l appui financier

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques soumises à l Ordonnance du 23 juillet

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

I. Conditions à la candidature :

I. Conditions à la candidature : Direction des Ressources Humaines Tél. : 021 83 60 71 Fax : 021 83 65 66 DIVISION DEVELOPPEMENT RH Alger le APPEL A CANDIDATURES POSTES SUPERIEURS SENIORS N 31-2012 GRTE-CSS/I A l attention des Cadres

Plus en détail

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 SEMMARIS Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 Consultation pour le cadrage du projet de Marketplace du Marché International

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances Cette contribution porte sur la situation du secteur bancaire et sur les autres

Plus en détail

Appel à manifestations d intérêt

Appel à manifestations d intérêt Appel à manifestations d intérêt pour des projets d organisation à l international de manifestations de promotion de l écosystème de start-up français. Programme d investissements d avenir Action French

Plus en détail

Les travaux de dégroupage des Activités de Sénélec

Les travaux de dégroupage des Activités de Sénélec Les travaux de dégroupage des Activités de Sénélec Xavier GALLET Executive Manager WAPIC Dakar, le 8 décembre 2010 1 Sommaire - Présentation de RTE - Le contexte et les objectifs du dégroupage des activités

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière. entre. l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers.

Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière. entre. l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière entre l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers et la Banque Nationale Suisse 1. Préambule 1 Le présent Memorandum

Plus en détail

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS.

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS. Programme MOUSSANADA Axe : Système d information Action d assistance à la maîtrise d ouvrage pour l intégration d une solution informatique intégrée métier TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS...

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR:

TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR: TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR: - L ELABORATION ET REALISATION D UN MODULE DE FORMATION DE GESTION ECONOMIQUE POUR LE SECTEUR PRODUCTIF, TRARZA, MAURITANIE Projet:

Plus en détail

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON UNION EUROPEENNE EUROPEAN UNION COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE CAMEROON EUROPEAN UNION COOPERATION Programme d Appui à la Société Civile Civil Society

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES TOUT AU LONG DU PROJET : SOUTIEN DES ACTEURS DE L ENTREPRISE, PRÉPARATION ET SOUTIEN DES ÉLÈVES 42 Pour mettre en application des programmes d études

Plus en détail

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Il n y a rien dans le monde qui n ait son moment décisif, et le chef-d oeuvre de la bonne conduite est de connaître

Plus en détail

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau Sommaire Le Credit Bureau I-Contexte et Objectifs 5 II-Cadre Légal et

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du :

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : Motif d actualisation : Internalisation ressources 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

En collaboration avec :

En collaboration avec : 2 ème Edition des Journées Comment Entreprendre au Cameroun? Organisée par : & Strategie de financement des PME par le Capital Investissement Aurore Bahounoui Vice president - ECP Bureau de Douala En collaboration

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5 AUDIT 1 1.1 Evaluation et appréciation du contrôle Auditeurs internes, contrôleurs de gestion Responsables administratifs et financiers ; Durée : 03 jours Maitriser la démarche d évaluation interne Mettre

Plus en détail

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE RÉPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTÈRE AUPRES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHARGE DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE UNION EUROPÉENNE FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT PROJET

Plus en détail

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE COOPEC SIFA TOGO

Plus en détail