THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET"

Transcription

1 Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET

2 SOMMAIRE > I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET > II DILIGENCES ATTENDUES DES PRINCIPAUX ACTEURS 2

3 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (1/7) > Adoption par le Conseil des Ministres de l'union, lors de sa session tenue le 28 juin 2013 à Dakar, du projet de Loi uniforme portant réglementation des BIC dans lesdits Etats. Sur la base des informations disponibles à ce jour, le Sénégal et la Côte d'ivoire ont adopté la loi. Au Bénin et au Togo, le projet de loi a été examiné par le Conseil des Ministres de ces pays ; > Signature, en septembre 2013, d'un protocole d'accord de coopération entre la BCEAO et la Société Financière Internationale (SFI) pour la conduite du projet ; > Fixation, par le Conseil des Ministres, à 500 millions de FCFA du montant du capital social minimum des BIC, lors de sa session du 26 septembre 2013 ; 3

4 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (2/7) > Mise en place, en octobre 2013, de Groupes de travail dans chaque pays membre de l'union et d'équipes dédiées dans les établissements assujettis. Les Groupes de travail «pays» ont examiné notamment les questions relatives notamment aux termes de référence des missions assignées aux structures impliquées dans la mise en œuvre du projet, aux esquisses des formats d'échange des données et au recueil du consentement de l'emprunteur. 4

5 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (2/7) > Mise en place, en octobre 2013, de Groupes de travail dans chaque pays membre de l'union et d'équipes dédiées dans les établissements assujettis. Les Groupes de travail «pays» ont examiné notamment les questions relatives notamment aux termes de référence des missions assignées aux structures impliquées dans la mise en œuvre du projet, aux esquisses des formats d'échange des données et au recueil du consentement de l'emprunteur. 5

6 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (3/7) > Réalisation de trois études sur : L'évaluation des écarts éventuels entre, d'une part, l infrastructure technique de la BCEAO et des établissements assujettis et, d'autre part, un dispositif standard de référence (Gap Analysis) : l'étude a conclu que la plateforme actuelle de centralisation des risques bancaires de l'umoa devrait être revisitée pour permettre à la BCEAO d'assurer le rôle d'interface entre les établissements déclarants et les BIC ; L'évaluation du potentiel du marché de l'union en matière de mise en place de crédits : l'étude prévoit que le nombre total de requêtes potentielles de crédits devrait passer de 3,6 millions en 2012 à environ 4,3 millions en 2017 ; 6

7 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (4/7) > Réalisation de trois études sur : les conditions de mise en œuvre d'un dispositif biométrique pour l'identification des clients des établissements de crédit. > Publication, le 29 avril 2014, de l'appel à manifestation d'intérêt pour la sélection de sociétés à agréer en qualité de BIC à vocation régionale dans l'umoa. La réception des candidatures sera clôturée le 30 juin

8 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (5/7) > Objectif de l'appel à manifestation d'intérêt : Sélection d'un investisseur technique et stratégique pour développer et adapter à l'environnement de l'umoa, un système de credit reporting privé régional de calibre mondial pour les huit Etats membres de l'umoa, basé sur un réseau en étoile (Hub & Spokes), situé dans l'un de ces Etats et servant, au moyen de la même plateforme, les industries du crédit de tous les Etats membres. 8

9 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (6/7) Chronogramme de mise en œuvre du projet de promotion des BIC dans les Etats membres de l'umoa : > Juin 2014 novembre 2014 : organisation de séances d'information et de sensibilisation des principaux acteurs sur les opportunités des BIC dans les Etats membres de l'umoa ; > Juillet 2014 août 2014 : dépouillement et publication des résultats issus de la présélection des candidats ; > Juillet 2014 octobre 2014 : développement d'une plateforme d'échange d'informations entre les établissements assujettis, la BCEAO et les BIC et son déploiement sur la même infrastructure technique que l'application de la Centrale des Incidents de Paiement ; > 9

10 I PRINCIPALES EVOLUTIONS ENREGISTREES DANS LA CONDUITE DU PROJET (7/7) Chronogramme actualisé de mise en œuvre du projet de promotion des BIC dans les Etats membres de l'umoa : > Août 2014 septembre 2014 : organisation de visites sur les sites des candidats pressentis ; > Fin septembre 2014 : sélection de la (les) société (s) à agréer en qualité de BIC ; > Octobre 2014 : constitution de la (les) société (s) à agréer en qualité de BIC ; > Novembre juin 2015 : mise en place du système d'échange d'informations du BIC ; > Janvier 2015 : agrément des BIC qui vont opérer dans l'union ; > Janvier juin 2015 : sensibilisation du public. 10

11 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (1/12) Conditions préalables de succès du projet de promotion des BIC dans l'umoa : > Mise en place du cadre légal régissant l'activité des BIC dans tous les Etats membres de l'union ; > Adhésion et implication active des principaux acteurs du projet, en particulier les établissements de crédit et les SFD, qui seront les principaux fournisseurs de données au système d'échange d'informations sur le crédit mis en place ; > Adhésion des autres acteurs, en particulier du public, par la prise en compte de l'environnement socioculturel, au moyen de campagnes de sensibilisation, pour lever les réticences éventuelles du grand public sur le partage d'informations relatives au profil d'emprunteur ; 11

12 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (2/12) Conditions préalables de succès du projet de promotion des BIC dans l'umoa : > Prévision de dotations dans les budgets 2014 et 2015 des établissements assujettis pour la mise à niveau des systèmes d'information en vue de la participation au système d'échange d'information avec les BIC. 12

13 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (3/12) II.1 Etats (cf. Décision n CM/UMOA/006/06/2013 du 28/06/13) > Adoption de la Loi uniforme portant réglementation des BIC dans les Etats membres de l'umoa ; > Mise en place, en temps utile, d'un dispositif d'éducation financière des consommateurs (sensibilisation) ; > Maintien de la dynamique de concertation entre les acteurs impliqués, y compris les grands facturiers et leurs autorités de tutelle, en particulier, celles des sociétés de téléphonie mobile ; > Sensibilisation des structures gérant les données publiques au niveau des Etats membres, en vue de leur adhésion au projet ; 13

14 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (4/12) II.1 Etats (cf. Décision n CM/UMOA/006/06/2013 du 28/06/13) > Appui effectif des Administrations publiques compétentes à la BCEAO et aux BIC, à toutes les phases de mise en œuvre du projet (célérité dans le processus d'adoption de la loi uniforme, accompagnement dans l'effort de sensibilisation en vue de la levée des réticences du grand public, etc.) ; 14

15 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (5/12) II.2 BCEAO > Conduite des diligences prévues dans le chronogramme actualisé de mise en œuvre du projet de promotion des BIC dans les Etats membres de l'umoa (cf. Slides 7 et 8) ; > Elaboration de tous les textes d'application du projet de Loi uniforme portant réglementation des BIC dans l'umoa ; > Assistance aux établissements assujettis dans la compréhension et la mise en œuvre du projet ; > Mise en place de l'infrastructure technique de base qui servira à la réalisation du système d'échange d'informations ; > Mise en place du dispositif de supervision du système. 15

16 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (6/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Groupe de travail dans chaque Etat membre > entreprendre toutes les démarches idoines visant à faciliter la levée des contraintes inhérentes aux spécificités de chaque secteur, susceptibles d'entraver le bon déroulement du projet ; > organiser des réunions périodiques, en relation avec la Direction Nationale et les dirigeants des établissements de crédit de la place et les SFD de grande taille (article 44), spécialement dédiées à la sensibilisation desdits dirigeants et à l'état d'avancement du projet, en vue d'assurer une bonne appropriation du projet ; 16

17 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (7/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Groupe de travail dans chaque Etat membre > examiner et valider la pertinence de toutes les recommandations formulées par les équipes-projet des établissements assujettis (établissements de crédit et SFDarticle 44) lors du processus d'implémentation du système d'échange d'information entre lesdits établissements et les BIC ; > examiner les résultats des tests de recette du système d'échange d'information qui seront effectués par les Services techniques de la BCEAO et le BIC, en relation avec les équipes-projet des établissements assujettis. 17

18 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (8/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > assurer le rôle de correspondant direct des Services techniques de la BCEAO et des membres du Groupe de travail au sein de chaque établissement de crédit et chaque SFD ; > formuler des propositions sur les modalités de recueil du consentement des bénéficiaires de crédits, à soumettre au Groupe de travail au niveau national ; > vérifier la capacité du système d'information de l'établissement de crédit ou du SFD concerné à fournir toutes les informations requises par les BIC dans le cadre des échanges de données sur le crédit et formuler des propositions pour corriger les insuffisances éventuelles ; 18

19 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (8/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > assurer le rôle de correspondant direct des Services techniques de la BCEAO et des membres du Groupe de travail au sein de chaque établissement de crédit et chaque SFD ; > formuler des propositions sur les modalités de recueil du consentement des bénéficiaires de crédits, à soumettre au Groupe de travail au niveau national ; > vérifier la capacité du système d'information de l'établissement de crédit ou du SFD concerné à fournir toutes les informations requises par les BIC dans le cadre des échanges de données sur le crédit et formuler des propositions pour corriger les insuffisances éventuelles ; 19

20 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (9/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > conduire ou faire conduire en interne tous les travaux de mise en conformité des systèmes d'information des établissements de crédit et des SFD avec les systèmes d'échanges d'information des BIC ; > conduire les tests de déclaration des informations sur le crédit aux BIC via la plate-forme d'échange d'informations, à développer par la Banque Centrale, et valider lesdits tests ; > conduire les tests de connexion à la base de données des BIC ainsi que les tests de consultation directe des rapports de solvabilité délivrés par les BIC ; 20

21 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (10/12) II.3 Structures de mises en œuvre du projet Equipe-projet au niveau des établissements assujettis > conduire ou faire conduire en interne tout type de travaux demandés par les Services techniques de la BCEAO et les membres du Groupe de travail, dans le cadre de la mise en œuvre du projet. 21

22 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (11/12) II.3 Etablissements assujettis (établissements de crédit et SFD) > Participation active des APBEF/APSFD aux activités des groupes de travail ; > Mise en place au sein des APBEF/APSFD d'une structure ou d'un comité ad hoc dédié au suivi de la mise en œuvre du projet au niveau des établissements de crédit ; > Participation des établissements assujettis au processus de sensibilisation de leur clientèle ; > Paramétrage, dans les délais requis, des informations contenues dans les formats d'échange de données sur le crédit qui leurs seront soumis ; 22

23 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET (12/12) II.3 Etablissements assujettis (établissements de crédit et SFD) > Génération des données historiques concernant les «profils emprunteurs» de leurs clients, à partir de leurs systèmes d'information ; > Prise de dispositions techniques et opérationnelles adéquates pour le recueil du consentement du client en vue du partage de ses données. A cet égard, une organisation idoine devra être mise en place pour le recueil du consentement des anciens clients. 23

24 MERCI DE VOTRE ATTENTION 24

25

Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa

Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa Présenté par M. Moussa SANOGO, Adjoint au Directeur des Statistiques (BCEAO) I. INTRODUCTION

Plus en détail

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 1 : GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION

Plus en détail

Questions fréquemment posées sur les Bureaux d'information sur le Crédit (BIC)

Questions fréquemment posées sur les Bureaux d'information sur le Crédit (BIC) Direction Générale de l'economie et de la Monnaie Direction des Statistiques Service des Centrales d'information Dakar, le 23 février 2015 Questions fréquemment posées sur les Bureaux d'information sur

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

Adoption des nouveaux textes par le Conseil des Ministres de l'union. Elaboration des projets d'instructions

Adoption des nouveaux textes par le Conseil des Ministres de l'union. Elaboration des projets d'instructions ANNEXE 1 Tableau 3 : ETAT DE MISE EN OEUVRE DES ACTIVITES DU PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Activités I. Aménagement de l'environnement juridique du secteur 1. Aménagement du cadre

Plus en détail

RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA)

RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA) Direction Générale des Opérations Direction des Systèmes et Moyens de Paiement RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA) ANNEE 2012 Direction

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

,(' ECONOMIQUE (GPE) \:.- ' ] UFR-SEG / CIRES. Rapport de fin de stage (décembre 1999-Février 2000)

,(' ECONOMIQUE (GPE) \:.- ' ] UFR-SEG / CIRES. Rapport de fin de stage (décembre 1999-Février 2000) REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L.ENS~MENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIEN11FIQUE 1 UNIVERSITE DE COCODY Abidjan. le. ~ ~.,,) PROGRAMME DE FORMATION \'..:;C'i EN

Plus en détail

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER 1 - EVOLUTION DU SYSTEME BANCAIRE 1.1 - Textes réglementaires Le projet de loi-cadre sur la conception d un cadre légal et réglementaire favorable à l émergence d entreprises

Plus en détail

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA Présenté par Mame Marie Sow SAKHO SEMINAIRE CONSUMAF 4,5 et 6 décembre 2006 1 SOMMAIRE CONTEXTE MARCHE DES TITRES PUBLICS : OBJECTIFS VISES LES DIFFERENTS TITRES

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest,

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest, INSTRUCTION N 001-01-2015 ETABLISSANT LA LISTE DES DOCUMENTS ET INFORMATIONS CONSTITUTIFS DU DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT EN QUALITE DE BUREAU D INFORMATION SUR LE CREDIT Le Gouverneur de la Banque Centrale

Plus en détail

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Etat de la banque à distance dans l'uemoa Avec environ 20 initiatives enregistrées auprès de la banque centrale (BCEAO) à la

Plus en détail

VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA)

VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA) VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA) Dans le cadre de la mise en oeuvre de la réforme des Directives Générales de la Monnaie et du Crédit, adoptée en septembre

Plus en détail

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES DOSSIER D'APPEL D'OFFRES POUR LA FOURNITURE DE PAPIER DE REPROGRAPHIE AU SIEGE DE LA BCEAO MARS 2014 Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.int

Plus en détail

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA -> Existence préalable de textes régissant les coopératives et mutuelles de façon générale, incluant celles faisant des opérations

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE D APPUI A LA GESTION DE L OFFRE ET AU RENFORCEMENT DU POSITIONNEMENT CONCURRENTIEL SUR LE MARCHE COOPEC SIFA TOGO

Plus en détail

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest Par : Union Monétaire Ouest Africaine Publication : Octobre 1989 17 pages Depuis le 1er juillet 1975,

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Règlement N 06/2001/CM/UEMOA PORTANT SUR LES BONS ET OBLIGATIONS DU TRÉSOR EMIS PAR VOIE D'ADJUDICATION PAR LES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE Bénin Mali Burkina Faso Côte-d'Ivoire PLACE DE LA GESTION DE LATRESORERIE DANS LE NOUVEAU CADRE HARMONISE DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA Niger Sénégal

Plus en détail

Bureautique 2012 Axe: Bureautique validée par le B2I adultes (Brevet Informatique et Internet)

Bureautique 2012 Axe: Bureautique validée par le B2I adultes (Brevet Informatique et Internet) PAGE 1/9 Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Bureautique 2012 Axe: Bureautique validée par le B2I adultes (Brevet Informatique et Internet) Action collective au profit des PME

Plus en détail

FORUM AFRICAIN DE LEADERSHIP SUR LA TARIFICATION TRANSPARENTE EN MICROFINANCE TRANSPARENCE DANS LA TARIFICATION ET LE CALCUL DU TEG : CAS DE L'UEMOA

FORUM AFRICAIN DE LEADERSHIP SUR LA TARIFICATION TRANSPARENTE EN MICROFINANCE TRANSPARENCE DANS LA TARIFICATION ET LE CALCUL DU TEG : CAS DE L'UEMOA FORUM AFRICAIN DE LEADERSHIP SUR LA TARIFICATION TRANSPARENTE EN MICROFINANCE TRANSPARENCE DANS LA TARIFICATION ET LE CALCUL DU TEG : CAS DE L'UEMOA Nairobi, du 05 au 07 octobre 2011 PLAN DE L'EXPOSE INTRODUCTION

Plus en détail

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau Sommaire Le Credit Bureau I-Contexte et Objectifs 5 II-Cadre Légal et

Plus en détail

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Revision du 03/06/2008 Règles de certification des système de management d entreprise ISO 14001-ISO 9001 1/12 Révision

Plus en détail

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION http://senat.fr/rap/np07_04ami/np07_04ami_mono.html Vous êtes ici : Projets/Propositions de loi > Commission des finances > Notes de présentation Compte de concours financiers "Accords monétaires internationaux"

Plus en détail

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances '. 1 IŒPI lbuqoe DO SENEGAL U1l Peuple I III but U1lC Foi Ministère de l'economie et des Finances LOI UNIFORME RELATIVE AU TRAITEMENT DES COMPTES DORMANTS DANS LES LIVRES DES ORGANISMES FINANCIERS DES

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Termes de référence (TDR)

Termes de référence (TDR) Termes de référence (TDR) POUR LA SELECTION D'UN TRADUCTEUR REVISEUR (FRANCAIS - PORTUGAIS / PORTUGAIS FRANCAIS) MARS 2015 Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal Tel.(221) 33 839 05 00 / Fax.

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT. Contrôleur de gestion de l Institut Pasteur de Dakar

AVIS DE RECRUTEMENT. Contrôleur de gestion de l Institut Pasteur de Dakar AVIS DE RECRUTEMENT Contrôleur de gestion de l Institut Pasteur de Dakar INTITULE ET REFERENCE Poste : Contrôleur de gestion Implantation : Institut Pasteur de Dakar Nature : CDD ou CDI A pourvoir : au

Plus en détail

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES Direction Générale de l'administration et du Patrimoine Direction du Budget et des Approvisionnements DOSSIER D'APPEL D'OFFRES N AO/Z00/DBA/029/2015 POUR LA SELECTION DE SOCIETES DE DEMENAGEMENT POUR LE

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION PLAN DE PRESENTATION INTODUCTION Partie I : 1. QUELQUES FAITS HISTORIQUES Partie II : PROGRAMME NATIONAL D'ASSAINISSEMENT ET DE RESTRUCTURATION

Plus en détail

SERVICES D EXPERTS-CONSEILS POUR LE SUIVI ET ÉVALUATION (S&E) DU PROJET CEA

SERVICES D EXPERTS-CONSEILS POUR LE SUIVI ET ÉVALUATION (S&E) DU PROJET CEA ASSOCIATION OF AFRICAN UNIVERSITIES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES SERVICES D EXPERTS-CONSEILS POUR LE SUIVI ET ÉVALUATION (S&E) DU PROJET CEA CONTEXTE La Banque mondiale a octroyé un financement

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

A V I S A-2617/14-15. sur

A V I S A-2617/14-15. sur A-2617/14-15 A V I S sur le projet de loi prévoyant la procédure applicable à l'échange de renseignements sur demande en matière fiscale et modifiant la loi du 31 mars 2010 portant approbation des conventions

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

CONSULTATION POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN OUTIL DE GESTION DE PROJETS

CONSULTATION POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN OUTIL DE GESTION DE PROJETS TERMES DE REFERENCE CONSULTATION POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN OUTIL DE GESTION DE PROJETS Mise en œuvre d un outil Page : 1/8 1. PRESENTATION DU GIM-UEMOA Le Groupement Interbancaire Monétique de l Union

Plus en détail

département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité

département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité de la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à

Plus en détail

Le Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------- Le Conseil des Ministres UEMOA DIRECTIVE N 0 2 / 07 /CM/UEMOA PORTANT CREATION D'UN ORDRE NATIONA DES EXPERTS-COMPTABLE ET DES COMPTABLES AGREES

Plus en détail

Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau

Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau M 3 Circulaire DHOS/M 3 n 2001-610 du 12 décembre 2001

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES TITRES PUBLICS DANS L'UEMOA : BILAN, PERSPECTIVES ET REFORMES EN VUE

DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES TITRES PUBLICS DANS L'UEMOA : BILAN, PERSPECTIVES ET REFORMES EN VUE DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES TITRES PUBLICS DANS L'UEMOA : BILAN, PERSPECTIVES ET REFORMES EN VUE SOMMAIRE > INTRODUCTION > BILAN > CONCLUSION ET PERSPECTIVES > AGENCE UMOA-TITRES 2 INTRODUCTION Le marché

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES CABINET DU MINISTRE ARRETE ANNEE2013w336 IMESFT~StDI%A

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE ------------------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------------------------

Plus en détail

Règlement intérieur. Sommaire

Règlement intérieur. Sommaire Règlement intérieur Sommaire Règlement intérieur... 1 TITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 2 1. Objet du règlement intérieur... 2 2. Procédure de modification du règlement intérieur de l association...

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

CONVENTION AERAS CONTEXTE. IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8

CONVENTION AERAS CONTEXTE. IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8 IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8 CONVENTION AERAS Mise en place en janvier 2007 et révisée en 2011, la Convention AERAS vise à élargir l accès à l assurance et au crédit des

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE MAI 2012

TERMES DE REFERENCE MAI 2012 TERMES DE REFERENCE FOURNITURE D'UNE SOLUTION INFORMATIQUE CENTRALISEE DE SUIVI DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE MAI 2012 Avenue Abdoulaye FADIGA

Plus en détail

Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA

Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de l axe n 2 du projet

Plus en détail

RESERVES DE CHANGE ET FINANCEMENT DES ECONOMIES

RESERVES DE CHANGE ET FINANCEMENT DES ECONOMIES RESERVES DE CHANGE ET FINANCEMENT DES ECONOMIES 23/07/2009 L utilisation des réserves de la BCEAO La décision prise par le Conseil des ministres de l UEMOA, en décembre 2008, de consacrer une partie des

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT. DEUX (02) INGENIEURS IMPLEMENTATION - Chef de Projet Monétique

AVIS DE RECRUTEMENT. DEUX (02) INGENIEURS IMPLEMENTATION - Chef de Projet Monétique Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (+221) 33 869 95 95 Fax : (+221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT DEUX

Plus en détail

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes

Plus en détail

VÉRIFICATION DE LA TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION Réponses (Plan d'action) de la gestion Février 2005 N O PRIORITÉ DESCRIPTION RÉPONSE DE LA GESTION

VÉRIFICATION DE LA TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION Réponses (Plan d'action) de la gestion Février 2005 N O PRIORITÉ DESCRIPTION RÉPONSE DE LA GESTION VÉRIFICATION DE LA TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION Réponses (Plan d'action) de la gestion Février 2005 N O PRIORITÉ DESCRIPTION RÉPONSE DE LA GESTION Réf. : Chapitre 3.1 CADRE DE GESTION Comité directeur

Plus en détail

Financement des TPE-PME

Financement des TPE-PME Financement des TPE-PME Présentation d initiatives françaises Atelier 2 Introduction Les banques sont soumises à des contraintes internes liées à la marge et au risque crédit et des contraintes externes

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER

AVIS DE RECRUTEMENT DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER Formations - Recrutements - Développement de Ressources Humaines -Conseils en Management - Gestion de Projets. AVIS DE RECRUTEMENT Le Centre International de Formation et de Management (CIFOM) souhaite

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

En collaboration avec :

En collaboration avec : 2 ème Edition des Journées Comment Entreprendre au Cameroun? Organisée par : & Strategie de financement des PME par le Capital Investissement Aurore Bahounoui Vice president - ECP Bureau de Douala En collaboration

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective dans le secteur du courtage en assurances Action collective au profit des entreprises rattachées

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION DE LA COMMISSION BANCAIRE DE L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

CONVENTION PORTANT CREATION DE LA COMMISSION BANCAIRE DE L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE CONVENTION PORTANT CREATION DE LA COMMISSION BANCAIRE DE L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE Le Gouvernement de la République du Bénin, Le Gouvernement du Burkina Faso, Le Gouvernement de la République de

Plus en détail

Guide méthodologique pour le montage d un projet et pour la préparation d une demande de financement

Guide méthodologique pour le montage d un projet et pour la préparation d une demande de financement PROGRAMME FRANCO-COMORIEN DE CODEVELOPPEMENT Cellule de Coordination Guide méthodologique pour le montage d un projet et pour la préparation d une demande de financement Composante 2 : MOBILISATION DE

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN(E)

Plus en détail

AGENCE DE COORDINATION ET DE PLANIFICATION DU NEPAD

AGENCE DE COORDINATION ET DE PLANIFICATION DU NEPAD AGENCE DE COORDINATION ET DE PLANIFICATION DU NEPAD Termes de référence pour le recrutement d'un expert spécialiste des infrastructures de transport 1. TITRE DU POSTE: Expert en infrastructures de transport

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Formation Technicien Unix/Linux

Formation Technicien Unix/Linux Objet Présentation Globale de la Session de Formation 2014 De : CAPENSIS Agence Ouest Date : 10 janvier 2014 Formation Technicien Unix/Linux Présentation globale de la formation Session 2014 Agence Ouest

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

Appel à projets 2015 Famille et Handicap Commune de Schaerbeek

Appel à projets 2015 Famille et Handicap Commune de Schaerbeek Appel à projets 2015 Famille et Handicap Commune de Schaerbeek En 2015, pour la première fois, la Commune de Schaerbeek s est dotée d une enveloppe budgétaire destinée à soutenir les associations œuvrant

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Depuis la campagne 2012-2013, l Etat de Côte d Ivoire a engagé une réforme de la filière café-cacao

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Le Royaume du Maroc et Le Royaume d'espagne

Le Royaume du Maroc et Le Royaume d'espagne ET LE ROYAUME D'ESPAGNE RELATIF A LA LIAISON FIXE EUROPE-AFRIQUE A TRAVERS LE DETROIT DE GIBRLATAR Le Royaume du Maroc et Le Royaume d'espagne - Considérant le grand intérêt que Leurs Majestés Le Roi du

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

CONFERENCE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE DE SUISSE ROMANDE

CONFERENCE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE DE SUISSE ROMANDE CONFERENCE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE DE SUISSE ROMANDE Convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Article premier. Le concordat du 18 octobre 1996 sur

Plus en détail

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique S i d l S i i OBSERVATIONS SUR LES RECOMMANDATIONS DU GROUPE D'EXPERTS DES COMPTES NATIONAUX (GECN) DANS

Plus en détail

Article publié pour la première fois en 1998 aux Cahiers Juridiques et Fiscaux de l Exportation (CJFE) n 5/98 p. 1161

Article publié pour la première fois en 1998 aux Cahiers Juridiques et Fiscaux de l Exportation (CJFE) n 5/98 p. 1161 La nouvelle loi sur l'usure dans l'umoa Article publié pour la première fois en 1998 aux Cahiers Juridiques et Fiscaux de l Exportation (CJFE) n 5/98 p. 1161 LA NOUVELLE LOI SUR L'USURE DANS L'UMOA...

Plus en détail

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Tel: +229 21 30 39 51 +229 21 30 64 97 Email: benin.co@plan-international.org www.plan-international.org

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de la surveillance

Plus en détail

STATUTS DU FONDS DE GARANTIE DES DEPOTS DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA) Mars 2014. Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar Sénégal

STATUTS DU FONDS DE GARANTIE DES DEPOTS DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA) Mars 2014. Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar Sénégal STATUTS DU FONDS DE GARANTIE DES DEPOTS DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA) Mars 2014 Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar Sénégal Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.int

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 28/11/2014 09:57 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé TP : Titre professionnel Technicien(ne) supérieur(e) de support

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 97 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 1 DÉVELOPPER DES APPLICATIONS EN VUE DE CONTRIBUER à UNE MEILLEURE QUALITÉ DE SERVICE PRENANT EN COMPTE LA MAITRISE DES DÉLAIS, DES COÛTS ET DE LA RÉDUCTION DE LA CHARGE DE TRAVAIL

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 181 27 août 2012. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 181 27 août 2012. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2685 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 181 27 août 2012 S o m m a i r e EXAMINATEURS CHARGÉS DE LA RÉCEPTION

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Assistant(e) Ressources Humaines Niveau III Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

Conférence Régionale BEAC - FMI

Conférence Régionale BEAC - FMI Conférence Régionale BEAC - FMI Finance pour tous : Promouvoir l Inclusion Financière en Afrique Centrale Brazzaville, 23 mars 2015 1 Session 3 : Le rôle des Etablissements de Micro- Finance (EMF) et autres

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC Numérisation des salles de cinéma Les instruments de financement du CNC Version du 30 octobre 2009 Le fonds de mutualisation Quel est son rôle? Le fonds de mutualisation a pour objet de collecter les contributions

Plus en détail

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN Présenté par Paulin DAKO PLAN 1. Introduction 2. Problèmes constatés par la Direction des Assurances 3. Solutions à envisager 4. Que retenir? 1 INTRODUCTION

Plus en détail

N 2014/DP/AM/003 MAI 2014. Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal. Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.

N 2014/DP/AM/003 MAI 2014. Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal. Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao. CAHIER DES CHARGES POUR LA SÉLECTION D'UN CABINET CHARGÉ DE LA CONCEPTION ET DU DÉPLOIEMENT DE LA CENTRALE DES RISQUES DES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS (SFD) DE L'UNION MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE : EXPERT SPÉCIALISTE DES INFRASTRUCTURES NO.VA/NPCA/15/05

AVIS DE VACANCE DE POSTE : EXPERT SPÉCIALISTE DES INFRASTRUCTURES NO.VA/NPCA/15/05 AVIS DE VACANCE DE POSTE : EXPERT SPÉCIALISTE DES INFRASTRUCTURES NO.VA/NPCA/15/05 La Commission de l'union Africaine a conclu un accord de financement avec la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

INTRODUCTION. - la Commission Bancaire de l'umoa, organe chargé de veiller à l'organisation et au contrôle des banques et établissements financiers.

INTRODUCTION. - la Commission Bancaire de l'umoa, organe chargé de veiller à l'organisation et au contrôle des banques et établissements financiers. INTRODUCTION Les banques et établissements financiers assurent une mission essentielle dans la vie économique, en rapport avec leur pouvoir de création monétaire, leur rôle primordial dans la mobilisation

Plus en détail