DÉCHETS ACTUALITÉS ÉCLAIRAGE. Par Armelle SANDRIN- DEFORGE Avocat à la Cour Shearman & Sterling LLP

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉCHETS ACTUALITÉS ÉCLAIRAGE. Par Armelle SANDRIN- DEFORGE Avocat à la Cour Shearman & Sterling LLP"

Transcription

1 DÉCHETS Par Armelle SANDRIN- DEFORGE Avocat à la Cour Shearman & Sterling LLP BDEI 771 Quand les emballages deviennent des déchets La réglementation en matière de déchets d emballages impose des objectifs de plus en plus importants de valorisation ou de réemploi, de manière à éviter la mise en décharge de ces déchets. Les emballages sont en effet une source importante de déchets, aussi bien auprès des ménages que dans les entreprises. La responsabilité de la collecte, de la valorisation ou de l élimination des déchets d emballages varie suivant si les détenteurs finaux des emballages sont des ménages ou pas. L a réglementation applicable en matière de composition et de fabrication des emballages, futurs déchets a été présentée dans un premier volet (cf. Sandrin-Deforge A., Composition et fabrication des emballages, futurs déchets, BDEI n 18/2008, n 731). Celle-ci a pour objectif principal de contrôler la composition des emballages, et les quantités d emballages produits, de manière à réduire leur impact sur l environnement lorsque ceux-ci deviennent des déchets. Il s agit maintenant de présenter la réglementation applicable aux emballages en fin de vie, le régime de responsabilité et les efforts en matière d élimination ou de valorisation des déchets. Il convient tout d abord de noter qu un effort important est fait pour réduire la quantité de déchets d emballages qui partent en décharge pour y être enfouis ou brûlés sans valorisation. La réglementation et les bonnes pratiques tendent au réemploi des emballages, au recyclage ou à l incinération dans une installation destinée à récupérer l énergie produite. La directive CE n 2004/12 du 11 février 2004, modifiant la directive CE n 94/62 du 20 décembre 1994 relative aux emballages et aux déchets d emballages a fixé de nouveaux objectifs de recyclage (1) des déchets d emballages, qui devaient être atteint au plus tard au 31 décembre Ces objectifs sont les suivants : - 60 % au minimum en poids des déchets d emballages doivent être valorisés ou incinérés dans des installations d incinération des déchets avec valorisation énergétique ; - entre 55 % au minimum et 80 % au maximum en poids des déchets d emballages doivent être recyclés ; - par matériaux, les objectifs minimaux de recyclage suivants doivent être atteints pour les matériaux contenus dans les déchets d emballages : * 60 % en poids pour le verre, * 60 % en poids pour le papier et le carton, * 50 % en poids pour les métaux, * 22,5 % en poids pour les plastiques, en comptant exclusivement les matériaux qui sont recyclés sous forme de plastiques, * 15 % en poids pour le bois. On notera également que le projet de loi dit «Grenelle I», adopté en première lecture par l assemblée nationale le 21 octobre 2008 et actuellement en cours d étude par le Sénat, prévoit également des objectifs ambitieux en matière de recyclage : 75 % dès 2012 pour les déchets d emballages ménagers. La mise en œuvre de ces objectifs est assurée par les systèmes de collecte et de valorisation des déchets, notamment au niveau des communes ou groupements intercommunaux. Comme indiqué plus haut, la responsabilité de la collecte, de la valorisation ou de l élimination des déchets d emballages varie suivant si les détenteurs finaux des emballages sont des ménages ou pas. L article R du Code de l environnement définit le «détenteur final» d un déchet d emballages comme «quiconque le sépare du produit qu il accompagnait afin d utiliser ou de consommer ledit produit». C est le moment où l emballage cesse d être utile pour le produit qu il entourait, et devient un déchet. (1) La directive CE n 94/62 définit le recyclage comme suit : «le retraitement dans un processus de production des déchets aux fins de leur fonction initiale ou à d autres fins, y compris le recyclage organique, mais à l exclusion de la valorisation énergétique». N 0 19 JANVIER 2009 BDEI 15

2 QUAND LES EMBALLAGES DEVIENNENT DES DÉCHETS I. LE RÉGIME DE RESPONSABILITÉ DES DÉCHETS D EMBALLAGES A. Les déchets d emballages dont les détenteurs finaux sont les ménages En ce qui concerne les déchets d emballages dont les détenteurs finaux sont les ménages, l article R du Code de l environnement (issu du D. n , 1 er avr. 1992) attribue la responsabilité de pourvoir ou de contribuer à l élimination des déchets au producteur, à l importateur, ou à la personne responsable de la première mise sur le marché de ces produits si les deux premiers ne peuvent pas être identifiés. On notera que cette disposition réglementaire est basée sur un principe posé par la loi, selon les termes de l article L du Code de l environnement (issu de L. n 75/633, 15 juill relative aux déchets) : «Il peut être fait obligation aux producteurs, importateurs et distributeurs de ces produits ou des éléments et matériaux entrant dans leur fabrication de pourvoir ou de contribuer à l élimination des déchets qui en proviennent». Les responsables de l élimination des déchets d emballages des ménages peuvent choisir entre deux solutions pour s acquitter de leurs obligations. Ils peuvent faire prendre en charge les déchets par un organisme ou une entreprise titulaire de l agrément défini à l article R du Code de l environnement. Actuellement, deux organismes sont titulaires de cet agrément : il s agit d Eco-emballages et de la société Adelphe. L agrément a été délivré à chacune de ces sociétés par arrêté du 30 décembre 2004 (Arr. 30 déc. 2004, NOR : DEVP A) pour 6 ans, soit jusqu au 31 décembre En réalité, les déchets d emballages ne sont pas directement pris en charge par l organisme agréé, mais essentiellement éliminés au travers du service de collecte des déchets mis en place par les communes. Le mécanisme de participation des organismes agréés à ces services locaux sera étudié plus loin. D après l ADEME, les déchets d emballages représentaient environ 25 % en poids des déchets ménagers en Les producteurs des emballages peuvent également choisir de pourvoir eux-mêmes à l élimination des déchets, soit en mettant en place un système de consignation, soit en organisant un lieu de dépôt pour le retour des déchets d emballages (C. env., art. R ). Le système doit être approuvé par arrêté ministériel. De toute évidence, cette deuxième solution n est possible que dans des cas précis et pour un type bien défini de déchets d emballages, pour des raisons tant logistiques que financières. Le groupe E. Leclerc a mis en Les responsables de l élimination des déchets d emballages des ménages peuvent choisir entre deux solutions pour s acquitter de leurs obligations. place un tel système pour la récupération des sacs de caisse remis dans les supermarchés qu il exploite (2), le magasin étant alors considéré comme le producteur ou le responsable de la mise sur le marché des sacs en plastique. La problématique des sacs de caisse jetables en plastique, qui génèrent un volume important de déchets non valorisables, est un exemple souvent utilisé pour attirer l attention des consommateurs sur les problèmes générés par les déchets d emballages. Plusieurs alternatives aux sacs de caisse jetables sont actuellement développées pour proposer d autres types de sacs recyclables ou biodégradables, ou tout simplement changer les habitudes des consommateurs en cessant de leur remettre des sacs jetables en caisse, l objectif étant toujours de réduire la quantité de déchets générés. Quel que soit le mode d élimination choisi par le producteur ou le responsable de la mise sur le marché des emballages, il ne demeure pas moins que le premier geste revient aux ménages. Non responsables aux termes de la loi pour l organisation des systèmes de collecte et d élimination, c est à eux que revient la responsabilité physique et citoyenne d un premier tri des déchets pour identifier et séparer les déchets d emballages du tout venant et les mettre dans le circuit de collecte spécialement organisé pour ce type de déchets. C est ainsi que les communes organisent des opérations de sensibilisation au tri sélectif, et mettent à la disposition des ménages des réceptacles destinés à recevoir les déchets d emballages, ou de manière générale les déchets recyclables : poubelles à couvercle jaune, sac à déchets à bordure jaune, bacs spéciaux pour le verre B. Les déchets d emballages dont les détenteurs finaux ne sont pas les ménages Les déchets d emballages dont les consommateurs finaux ne sont pas des ménages font l objet d une réglementation différente. C est le détenteur (et non plus le producteur, l importateur ou le responsable de la mise sur le marché) qui est responsable de la fin de vie des déchets, autrement dit, l entreprise ou le commerce chez qui des produits sont déballés, laissant des déchets d emballages qu il convient de traiter. Le coût de la collecte et de l élimination des déchets d emballages leur revient donc, bien que le circuit d élimination puisse être différent suivant le volume de déchets généré. L article R du Code de l environnement (issu du D. n , 13 juill. 1994) prévoit que les détenteurs dont le volume de déchets d emballages est inférieur à litres (2) Le système de consignation de sac de caisses réutilisables mis en place par le groupement E. Leclerc a fait l objet d une approbation par arrêté du 17 janvier 2000 pour 3 ans, renouvelé par arrêté du 11 février 2003 à nouveau pour 3 ans. Il semble que l approbation n ait pas été renouvelée depuis BDEI JANVIER 2009 N 0 19

3 par semaine peuvent remettre leurs déchets d emballages au service de collecte et de traitement organisé par la commune. Les principaux bénéficiaires sont les petits commerçants, mais aussi toutes les entreprises dont l activité n est principalement pas liée à l arrivée de produits emballés comme les activités de bureaux, mais que la réglementation rend responsable des déchets d emballages (palettes de papier, emballages de capsules pour la machine à café ) puisqu ils ne sont pas des ménages. Toute entreprise dont le volume de déchets d emballages dépasse litres par semaine, ou éventuellement les «petits» producteurs qui choisissent de ne pas avoir recours aux services de collecte de la commune, sont tenus de pourvoir à la valorisation de leurs déchets. L article R du Code de l environnement précise que les seuls modes d élimination autorisés sont le réemploi, le recyclage, ou toute autre opération de recyclage-matière ou de production d énergie. Il n est donc pas possible de considérer ces déchets d emballages comme des déchets ultimes et de les envoyer directement en décharge. On notera quand dans le cas des «petits» producteurs de déchets (en dessous de litres par semaine), cet objectif de valorisation à 100 % n est pas applicable puisque les déchets d emballages peuvent être remis dans le système de collecte de la commune qui est rarement en mesure d assurer une valorisation totale des déchets d emballages. Les producteurs de plus de litres de déchets d emballages par semaine doivent veiller à ce que ces déchets ne soient pas mélangés avec d autres types de déchets, pour garantir leur valorisation. Les déchets doivent être valorisés dans une installation classée pour la protection de l environnement, soit directement exploitée par le producteur des déchets, soit exploitée par un tiers à qui le producteur confie des déchets par contrat (C. env., art. R ). Les déchets peuvent également être remis à un intermédiaire assurant une activité de transport par route, de négoce ou de courtage de déchets. Comme pour les ménages, le tri des déchets d emballages est une étape importante pour leur valorisation. Certains emballages doivent faire l objet d une élimination particulière, par exemple lorsqu ils ont contenus des produits dangereux, ce qui fait de ces déchets souillés des déchets dangereux à leur tour, aux termes du décret n du 18 avril 2002 relatif à la classification des déchets. Ainsi, la loi n du 27 décembre 2008 de finances pour 2009 a ainsi introduit dans le Code de l environnement un article L qui sera applicable à partir du 1 er janvier 2010 et qui Les producteurs de plus de litres de déchets d emballages par semaine doivent veiller à ce que ces déchets ne soient pas mélangés avec d autres types de déchets, pour garantir leur valorisation. crée un dispositif particulier visant à assurer la récupération notamment des emballages souillés par certains produits dangereux : «toute personne physique ou morale qui fabrique, importe ou introduit sur le marché national des peintures, vernis, solvants, détergents, huiles minérales, pesticides, herbicides, fongicides et autres produits chimiques pouvant représenter un risque significatif pour la santé et l environnement est tenue de prendre en charge techniquement et financièrement la collecte et l élimination des déchets ménagers desdits produits (contenants et contenus). Ces produits doivent faire l objet d une signalétique point rouge afin d éviter aux usagers de les faire collecter en mélange avec les déchets municipaux résiduels ( ).» II. L ORGANISATION DE LA COLLECTE ET DE L ÉLIMINATION A. La question du financement DÉCHETS Les communes ou, le cas échéant, les établissements publics de coopération intercommunale ou syndicats mixtes à qui les compétences en matière de gestion des déchets ont été déléguées, sont responsables des circuits de collecte et d élimination des déchets dans lesquels sont mis les déchets d emballages en provenance des ménages. Les organismes agréés, en l occurrence Eco-emballages et Adelphe, recueillent auprès de leurs adhérents producteurs, importateurs et autres responsables une contribution financière en fonction des emballages que ceux-ci mettent sur le marché. Cette contribution comporte une part fixe par unité d emballage mis sur le marché, et une part proportionnelle, au poids (3). En ce sens, les organismes agréés ont une mission d organisme financier, ce qui peut expliquer en partie certains déboires récents dus à la crise bancaire. D après Eco-emballages, en 2007, 441 millions d euros ont été recueillis auprès des entreprises, soit environ 0,6 centimes d euro par emballage. 92,3 % des recettes des organismes agréés a été reversé aux collectivités locales. Les producteurs d emballages qui adhèrent à un organisme agréé peuvent apposer sur leurs produits un logo dit «Point vert» qui atteste du versement de la contribution pour la valorisation de cet emballage. Ce logo, non contrôlé par les autorités, ne signifie pas que l emballage est issu du recyclage, mais qu il pourra potentiellement être recyclé ou valorisé grâce à la contribution versée. Cette contribution financière par les producteurs d emballages aux organismes agréés est obligatoire, à moins de mettre en (3) Eco-emballages propose également une adhésion avec contribution forfaitaire pour entreprises faisant un chiffre d affaires de moins de euros HT avec des produits emballés à destination de la consommation à domicile par les ménages. N 0 19 JANVIER 2008 BDEI 17

4 QUAND LES EMBALLAGES DEVIENNENT DES DÉCHETS place un dispositif propre de collecte et de valorisation des déchets produits. La Cour de cassation, dans un arrêt du 21 octobre 2003 (Cass. crim., 21 oct. 2003, n ), a eu l occasion de rappeler que refuser de pourvoir à l élimination des déchets résultant de l emballage servant à commercialiser des produits, par un défaut d adhésion à un organisme agréé, constitue une infraction pénalement sanctionnée par l article L du Code de l environnement. Les sanctions encourues sont deux ans d emprisonnement et euros pour les personnes physiques, euros pour les personnes morales, ainsi que certaines peines complémentaires comme la remise en état des lieux endommagés par les déchets qui n ont pas été traités dans les conditions conformes à la loi. Plusieurs peines ont déjà été prononcées pour non mise en place d un système de récupération des déchets d emballages et non adhésion à un organisme Refuser de pourvoir à l élimination des déchets résultant de l emballage servant à commercialiser des produits, constitue une infraction pénalement sanctionnée par l article L du Code de l environnement. agréé (cf. T. corr. Paris, 31 ème ch., 13 mars 2007, n ; T. corr. Paris, 31 ème ch., 19 sept. 2007, n ). Il est en effet important de s assurer que l ensemble des responsables de déchets d emballages contribuent tous au régime de reprise des déchets, notamment afin d éviter les distorsions de concurrence entre les entreprises ayant de bonnes pratiques et les fraudeurs. Comme indiqué plus haut, toutes les entreprises ou institutions qui ne sont pas des ménages et qui produisent des déchets d emballages sont tenues de participer au système. Il est parfois difficile d expliquer à de petits commerces ou artisans que cette obligation ne souffre pas d exception, alors qu ils remettent leurs déchets d emballages dans le système de collecte communal auquel ils ont l impression d avoir déjà contribué par le versement des impôts locaux et la taxe pour l enlèvement des ordures ménagères. Le projet de loi «Grenelle I» prévoit d étendre le financement par les producteurs d emballages aux emballages ménagers consommés hors foyer. En effet, le financement est actuellement basé sur les seuls emballages consommés au sein des ménages. Il s agirait donc de l étendre aux emballages de produits consommés par les ménages hors de chez eux, comme les emballages de nourriture à emporter, les produits disponibles dans les gares ou sur les autoroutes Par ailleurs, le «Grenelle I» prévoit que la couverture des coûts de collecte, de tri et de traitement sera portée à 80 % des coûts nets optimisés (actuellement environ 56 %). Le reversement des contributions perçues par les organismes agréés se fait par le biais d un contrat signé par les collectivités locales. Un barème dit «Barème D» est appliqué depuis 2005, en remplacement du «Barème C» précédemment utilisé. Dans les cas où les sommes versées au titre du barème D s avèrent moins importantes que celles perçues par la collectivité avec le barème C, une compensation à 100 % est prévue par le contrat. En 2009, la compensation entre les deux barèmes sera de 50 % et passera à 25 % en Toutefois, certaines associations s inquiètent de cette diminution des versements aux collectivités locales (4). B. Les efforts en matière de valorisation Le rôle des organismes agréés n est pas seulement de redistribuer une contribution financière aux collectivités locales. Le barème D évoqué plus haut comprend des soutiens à la valorisation des déchets, à la communication par les collectivités sur le système de tri et de récupération des déchets ainsi que des soutiens à l optimisation des circuits. Parmi les initiatives destinées à améliorer les performances en matière de gestion des déchets, depuis 2007, l ADEME et Eco-Emballages ont mis en place deux labels «QualiTri» et «QualiPlus» pour améliorer la qualité globale des services de collecte des déchets, y compris les déchets d emballages, mis en place par les collectivités locales. En 2008, 43 collectivités ont reçu l un ou l autre de ces labels, valables 3 ans. La valorisation des déchets d emballages doit être effectuée dans des installations classées pour la protection de l environnement. Outre le régime d autorisation ou de déclaration applicable selon la nomenclature des ICPE, ces installations doivent faire l objet d un agrément spécifique au titre de l élimination des déchets en application des articles R et R du Code de l environnement (issus du D. n , 21 sept. 1977). La valorisation peut également être effectuée dans une installation localisée dans un autre pays de l Union européenne ou de l Espace Economique Européen, bénéficiant d une autorisation d une déclaration effectuée en application de la directive CEE n 75/442 du 15 juillet 1975 relative aux déchets. En ce qui concerne les déchets d emballages dont les détenteurs finaux ne sont pas les ménages, des filières ont été créées par des professionnels, souvent par type de matériaux constituant l emballage. Il existe ainsi des filières spécialisées pour le plastique, les métaux, le papier-carton, le bois et le verre. Les possibilités de réemploi après nettoyage ou de recyclage pour produire un nouvel emballage varient beaucoup en fonction des types d emballages. Ainsi, d après l ADEME, les palettes en bois peuvent être réutilisées pendant 8 ou 10 ans à raison de 3 ou 4 rotations par an. En revanche, les emballages en papier ou carton doivent être recyclés ou faire l objet d une valorisation organique (compost) ou énergétique. (4) Voir la lettre adressée au ministère de l Ecologie par le Cercle National du Recyclage le 3 décembre 2008 disponible sur leur site Internet : 18 BDEI JANVIER 2009 N 0 19

5 CONCLUSION DÉCHETS D après l ADEME, les objectifs de recyclage posés par la directive CE n 2004/12 pour le 31 décembre 2008 ont été atteints pour les emballages en métaux, le papier-carton, le bois, et la valorisation tout matériaux. Il reste à faire des efforts pour le recyclage des emballages en verre et en plastique. Ces efforts peuvent être menés sur plusieurs fronts : développement de nouvelles filières, création d installations de valorisation supplémentaires. Cependant, certains gestes importants sont difficiles à réglementer. Il s agit notamment du tri opéré par les ménages, dont il faut faire évoluer les habitudes par des opérations de sensibilisation et la mise à disposition des outils pratiques de tri sélectif, mais qu il est difficile de sanctionner. La réduction à la source est également essentielle. C est un sujet qui préoccupe les citoyens et leurs parlementaires pas moins de 11 questions parlementaires ont été posées au gouvernement sur ce sujet lors de la 13 ème législature. Si des initiatives volontaires ou contractuelles ont été prises récemment, comme la convention d engagements sur la réduction des emballages, le recyclage et l information signée le 23 octobre 2008, il semble difficile ou délicat de légiférer sur la question des suremballages. Reproductions effectuées par Shearman & Sterling LLP avec l autorisation de Wolters Kluwer France. Le document reproduit est une oeuvre protégée et ne peut à nouveau être reproduit sans l autorisation préalable de Wolters Kluwer France. This article is reprinted by Shearman & Sterling LLP with permission of Wolters Kluwer France. Further duplication without permission is prohibited. N 0 19 JANVIER 2009 BDEI 19

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons S ( implifiezletri vous GUIDE DU TRI Ville de Bondy Quelle poubelle choisir? Les autres déchets Vos équipements Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons Journaux, magazines

Plus en détail

déchets ménagers Collecte en apport aux colonnes Tél. 02 43 94 86 50 www.syndicatvaldeloir.fr

déchets ménagers Collecte en apport aux colonnes Tél. 02 43 94 86 50 www.syndicatvaldeloir.fr info service + Organisation de la collecte Demandez l autocollant «Stop pub»! Si vous ne souhaitez pas recevoir de publicités dans votre boîte à lettres, une seule solution : l autocollant «Stop pub»!

Plus en détail

Tél : 03 90 64 25 50 Site : www.cc-basse-zorn.fr

Tél : 03 90 64 25 50 Site : www.cc-basse-zorn.fr Communauté de Communes de la Basse-Zorn 34, rue de La Wantzenau - 67720 Hoerdt Tél : 03 90 64 25 50 Site : www.cc-basse-zorn.fr NOUVEAU SYSTEME DE COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS Weitbruch Gries Kurtzenhouse

Plus en détail

LE DEVENIR DES EMBALLAGES TRIÉS

LE DEVENIR DES EMBALLAGES TRIÉS UN DOUTE? UNE QUESTION? LE DEVENIR DES EMBALLAGES TRIÉS LA COLLECTE DES SACS ET DES BACS JAUNES : Les agents de collecte ramassent une fois par semaine les sacs et bacs jaunes. Seuls les emballages et

Plus en détail

Tri et réduction des déchets

Tri et réduction des déchets Tri et réduction des déchets dans les locaux sociaux de son établissement # 1 - Organiser le tri dans les locaux sociaux # 2 - Valoriser les déchets en organisant la collecte des poubelles # 3 - Communiquer

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES Vous trouverez dans cette note, les informations suivantes : 1. DEFINITION D UN EMBALLAGE MENAGER 2. QUELLES SONT LES ENTREPRISES CONCERNEES? 3.

Plus en détail

La mise en place de la redevance incitative

La mise en place de la redevance incitative SICTOM DE LA ZONE SOUS VOSGIENNE novembre 2010-n 4 La mise en place de la redevance incitative Dans ce numéro : La redevance incitative: qu est-ce que c est? La redevance incitative Astuces pour réduire

Plus en détail

SIEEOM GRISOLLES & VERDUN Président : M. Denis ROGER. Règlement d attribution et d utilisation des contenants pour la collecte en porte-à-porte

SIEEOM GRISOLLES & VERDUN Président : M. Denis ROGER. Règlement d attribution et d utilisation des contenants pour la collecte en porte-à-porte SIEEOM GRISOLLES & VERDUN Président : M. Denis ROGER siège social : Mairie de Verdun-sur-Garonne services : Quai de Transfert Place de la Mairie 350, chemin de la Fraysse 82 600 Verdun-sur-Garonne 82 170

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

Une facturation incitative doit «aider» à obtenir des résultats probants.

Une facturation incitative doit «aider» à obtenir des résultats probants. MISE EN PLACE DE LA REDEVANCE INCITATIVE LES QUESTIONS QUI SE POSENT NOUS SOMMES EN PHASE TEST DURANT UN AN! Il ne sert à rien de tricher, de jeter vos déchets chez le voisin, dans la nature, dans les

Plus en détail

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 L entreprise Professionnel dans la collecte, le traitement et la valorisation de déchets industriels depuis plus de 80 ans

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

Guide 2015. Ordures ménagères

Guide 2015. Ordures ménagères Guide 2015 Ordures ménagères CDC de Podensac 12 rue du M al Leclerc-de-Hauteclocque Tel 05 56 76 38 00 environnement@cc-podensac.fr www.cc-podensac.fr EDITO Bernard Mateille Président de la CDC Maire de

Plus en détail

ARTICLE 1 - Réglementation et rôle de la Collectivité

ARTICLE 1 - Réglementation et rôle de la Collectivité CCPG - 135 Rue de Genève BP 441 01174 GEX Cedex Tel : 04 50 42 26 41 / Fax : 04 50 42 65 01 - dechets@ccpg.fr CONTRAT DE COLLECTE DES DÉCHETS ASSIMILÉS «DIB-DAC» ARTICLES L.2224-14 ET L.2333-78 DU CGCT

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES LA GESTION RESPONSABLE D ÉVÉNEMENTS Le Bureau de normalisation du Québec a rendu publique, en juin 2010, une norme en gestion responsable d événements. La norme vient du besoin

Plus en détail

2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2

2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2 Renens Epalinges Gland Froideville Crissier 11 janvier 17 janvier 18 janvier 19 janvier 19 janvier 2011 / rev. 01 JDL / 30.12.2 tourisme des déchets Lausanne Région (29 communes, ~275 000 habitants) GEDREL

Plus en détail

Les verres, bocaux et bouteilles en verre

Les verres, bocaux et bouteilles en verre Guide pratique du tri Les poubelles R pour protéger l et vos éc Trier ses déchets, ce n est pas seulement un geste citoyen bénéfique à l environnement, c est aussi un moyen de faire des économies en réduisant

Plus en détail

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr DÉCHETS MÉNAGERS Mode d emploi Point info 01 46 12 75 20 www.ville-montrouge.fr C ollecte sélective en porte à porte, ramassage des encombrants, déchetterie, etc., la Ville de Montrouge propose une palette

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons?

Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons? LYCEE FENELON : démarche Qualycée en cours Quels sont les efforts réalisés à Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons? 16/03/2015 tri sélectif à Fénelon

Plus en détail

2 exemples de Reverse Logistics chez Nespresso France SITL 2011 30 MARS 2011

2 exemples de Reverse Logistics chez Nespresso France SITL 2011 30 MARS 2011 2 exemples de Reverse Logistics chez Nespresso France SITL 2011 30 MARS 2011 Nespresso en quelques mots Un succès qui repose sur une trilogie: La Meilleure qualité de café en tasse Des Machines ingénieuses

Plus en détail

Déchets professionnels

Déchets professionnels 2015 info service+ Des questions? Des informations complémentaires? Des problèmes d équipements? Un changement de situation? Le professionnel est invité à contacter directement le Syndicat du Val de Loir

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

SOMMAIRE. Préambule p 3

SOMMAIRE. Préambule p 3 1 SOMMAIRE Préambule p 3 A/ Les collectes en Porte à Porte. A/ Chapitre 1. La collecte des déchets recyclables secs. p 6 (articles 1 à 6) II Les engagements de La Communauté d Agglomération de Montpellier.

Plus en détail

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas.

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Édito Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Depuis janvier 2011, le Syndicat Emeraude s est engagé résolument dans un programme local de prévention. Ne nous limitons pas à l objectif

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Les associations. Qui récupère quoi?

Les associations. Qui récupère quoi? Qui récupère quoi? Certains objets peuvent avoir une seconde vie. Plutôt que de les jeter en déchèteries, pensez aux associations qui se chargent de les revaloriser et les remettre dans le circuit. Emmaüs,

Plus en détail

pratique Votre guide Nouveau systeme de collecte des dechets menagers www.cc-haguenau.fr Objectifs Jeter moins, trier mieux!

pratique Votre guide Nouveau systeme de collecte des dechets menagers www.cc-haguenau.fr Objectifs Jeter moins, trier mieux! Nouveau Objectifs Jeter moins, trier mieux! systeme de collecte des dechets menagers Votre guide pratique www.cc-haguenau.fr Batzendorf - Berstheim - Dauendorf / Neubourg Haguenau / Harthouse / Marienthal

Plus en détail

Edito. La redevance incitative. Sommaire. La Redevance Incitative se profile à l horizon. dans le Pilat Rhodanien. N 2 - Octobre 2012

Edito. La redevance incitative. Sommaire. La Redevance Incitative se profile à l horizon. dans le Pilat Rhodanien. N 2 - Octobre 2012 La redevance incitative dans le Pilat Rhodanien N 2 - Octobre 2012 Edito La Redevance Incitative se profile à l horizon C omme nous vous l avions annoncé dans le précédent numéro spécial de la redevance

Plus en détail

PLUS BELLE MA VILLE!

PLUS BELLE MA VILLE! Conception graphique - Illustrations Communication GPSO - C.Favreau - 2013 ISS Y-LES-M O U L INE A U X PLUS BELLE MA VILLE! GUIDE DES COLLEC TES www.agglo-gpso.fr grand paris seine ouest collecte vos objets

Plus en détail

LE GRAND LARGE S ENGAGE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE

LE GRAND LARGE S ENGAGE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE LE GRAND LARGE S ENGAGE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE Contact : LE GRAND LARGE 02.99.20.60.20 contact@legrandlarge-congres.com SOMMAIRE LE DEVELOPPEMENT DURABLE AU GRAND LARGE Pages 1 à 7 ENVIRONNEMENT

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

SIEEOM Grisolles-Verdun

SIEEOM Grisolles-Verdun SIEEOM Grisolles-Verdun Actions visant la réduction des déchets Intervenante : Elodie Botti Présentation du SIEEOM Grisolles-Verdun Le syndicat regroupe 16 communes soit 20 968 habitants (population INSEE

Plus en détail

OUTILS DE SENSIBILISATION : L INFO-TRI POINT VERT

OUTILS DE SENSIBILISATION : L INFO-TRI POINT VERT OUTILS DE SENSIBILISATION : L INFO-TRI POINT VERT Juillet 2014 1 Suivi des mises à jour du Guide MAI 2012 : JUIN 2012 : Précision concernant la consigne à donner pour les opercules. - Précisions concernant

Plus en détail

Le guide du tri. J habite Châtillon, je trie

Le guide du tri. J habite Châtillon, je trie Le guide du tri J habite Châtillon, je trie EDITO La collecte et le traitement des déchets ménagers jouent un rôle primordial dans la qualité de notre environnement. Ce guide du tri regroupe l ensemble

Plus en détail

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS Délibération n 3 MISSIONS SPECIALES DU PRESIDENT ET DES VICE PRESIDENTS Vu le code général des collectivités territoriales et en particulier ses articles L2123-17 à L2123-24-1, Monsieur, Président, Messieurs

Plus en détail

Education au Développement Durable Les déchets, je mène l enquête.

Education au Développement Durable Les déchets, je mène l enquête. 1 Education au Développement Durable Les déchets, je mène l enquête. Un programme d animation pour une sensibilisation efficace sur le tri, le recyclage et le compostage des déchets. Contact : SYVEDAC

Plus en détail

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Actualités Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Avril 2012 - Fiche n 1 Rédigée par Margot Liatard CCIR Champagne-Ardenne Qu est ce qu un déchet dangereux? Les déchets dangereux sont des déchets

Plus en détail

Crédit : June et Sylvain Hitau

Crédit : June et Sylvain Hitau Crédit : June et Sylvain Hitau Géraldine Poivert Crédit : Zabou Carrière Jean-Charles Caudron Filières Responsabilité élargie du producteur Crédit : Antoine Doyen Édito Comme de nombreux produits, les

Plus en détail

HOTEL D ENTREPRISES 14 avenue de l industrie Charleville-Mézières

HOTEL D ENTREPRISES 14 avenue de l industrie Charleville-Mézières HOTEL D ENTREPRISES 14 avenue de l industrie Charleville-Mézières PRESENTATION L hôtel d entreprises est une structure d accueil temporaire destiné aux entreprises en création ou en phase de croissance,

Plus en détail

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Collecte et valorisation des déchets dans le pays de Gex Permis de construire Édition 2013 Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Prévoir la voirie, les équipements et les zones

Plus en détail

PACK ÉCO-CONCEPTION. Responsable : Catherine GIRAUD-MAINAND Co-titulaire à l École Centrale de Lyon de la Chaire Éco-Emballages

PACK ÉCO-CONCEPTION. Responsable : Catherine GIRAUD-MAINAND Co-titulaire à l École Centrale de Lyon de la Chaire Éco-Emballages PACK ÉCO-CONCEPTION Participants : Directeurs, responsables ou chef de projets marketing Service achat, qualité Responsable : Catherine GIRAUD-MAINAND Co-titulaire à l de Lyon de la Chaire Éco-Emballages

Plus en détail

Que faire de nos déchets?

Que faire de nos déchets? Collège Que faire de nos déchets? Problématique L utilisation dans la vie quotidienne d une très grande variété d objets fabriqués dans des matériaux divers entraîne une production importante de déchets

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS 19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 255 19.1 LES ORDURES MENAGERES ET EMBALLAGES MENAGERS RECYCLABLES La prestation de collecte des

Plus en détail

Calendrier2014 de collectes

Calendrier2014 de collectes Calendrier01 de collectes Férié : 1 pas de collecte 1 Report collecte Ordures Ménagères du 1 er Janvier 1 1 0 Pôle déchets du Pays de Sarrebourg Terrasse Normandie - ZAC des Terrasses de la Sarre - 0 SARREBOURG

Plus en détail

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS L exemple de l agence 13/84 Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 Présentation Rappel de l engagement ISO 14001 de l ONF Quelques généralités sur la gestion

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

Environnement. Dracénie l avenir s offre à nous. www.dracenie.com

Environnement. Dracénie l avenir s offre à nous. www.dracenie.com Environnement www.dracenie.com Dracénie l avenir s offre à nous. Ampus Bargemon Callas Châteaudouble Claviers Draguignan Figanières Flayosc La Motte Le Muy les arcs-sur-argens Lorgues Montferrat Saint-Antonin-du-vAr

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE SUJET DE CONCOURS COMMUN AUX CENTRES DE GESTION : CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ENVIRONNEMENT, HYGIENE» Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014

Plus en détail

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition?

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? 2 Saviez-vous que notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? L avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. Au printemps 2015, le Ministère du Développement

Plus en détail

INCITATIVE REDEVANCE. guide de la. à la réduction, au tri et à une meilleure gestion des déchets

INCITATIVE REDEVANCE. guide de la. à la réduction, au tri et à une meilleure gestion des déchets guide de la REDEVANCE INCITATIVE à la réduction, au tri et à une meilleure gestion des déchets COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU VAL DE MORTEAU MORTEAU // VILLERS-LE-LAC // LES FINS // MONTLEBON GRAND COMBE-CHÂTELEU

Plus en détail

Les devoirs du Détenteur d équipements

Les devoirs du Détenteur d équipements P o u r u n e u t i l i s a t i o n r e s p o n s a b l e d e s f l u i d e s f r i g o r i g è n e s AFCE - Association loi 1901, créée en 1995 : Groupement des industriels et utilisateurs du Froid et

Plus en détail

Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, SITA présente "LA FABULEUSE AVENTURE DES DECHETS"

Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, SITA présente LA FABULEUSE AVENTURE DES DECHETS Dossier de presse Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, SITA présente "LA FABULEUSE AVENTURE DES DECHETS" Un programme ludo-pédagogique pour tous, de 7 à 77 ans du 29 mai au 4 juin 2006

Plus en détail

9, Rue de la Ville 14600 Honfleur Tél : 02 31 14 29 30 Fax : 02 31 14 29 39

9, Rue de la Ville 14600 Honfleur Tél : 02 31 14 29 30 Fax : 02 31 14 29 39 9, Rue de la Ville 14600 Honfleur Tél : 02 31 14 29 30 Fax : 02 31 14 29 39 Collectivités membres : Ablon, Barneville-la-Bertran, Cricqueboeuf, Equemauville, Fourneville, Genneville, Gonneville-sur-Honfleur,

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

USTOM Document de présentation

USTOM Document de présentation USTOM Document de présentation TABLE DES MATIÈRES LE SYNDICAT USTOM 2 LA FORME JURIDIQUE 2 LES DIRIGEANTS 2 LES SALARIES 3 LA COMPOSTION DE L USTOM ET SON TERRITOIRE 4 LES DEPARTEMENTS ET LES COMMUNES

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés

Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés Page 1 sur 9 Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés ARTICLE 1 : OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1 : Objet Le présent règlement fixe, à l intérieur du périmètre de ramassage des déchets

Plus en détail

La collecte des papiers de bureau

La collecte des papiers de bureau Développement durable La collecte des papiers de bureau 1 LE SIVOM DU BAS-BUGEY Compétences La collecte des ordures ménagères La collecte sélective 3 déchetteries : Belley, Culoz et Virieu le Grand Quai

Plus en détail

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution?

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? Responsabilité élargie du producteur de meubles fabricants de meubles Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? 2015 Depuis le décret du 6 janvier 2012, les metteurs sur le marché d

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

GUIDE POUR L ORGANISATION ET LA RÉALISATION D UNE CORVÉE DE NETTOYAGE COMMUNAUTAIRE

GUIDE POUR L ORGANISATION ET LA RÉALISATION D UNE CORVÉE DE NETTOYAGE COMMUNAUTAIRE GUIDE POUR L ORGANISATION ET LA RÉALISATION D UNE CORVÉE DE NETTOYAGE COMMUNAUTAIRE L ARRIVÉE DU PRINTEMPS ET DE L AUTOMNE EST SOUVENT SYNONYME DE «GRAND MÉNAGE» OU DE «NETTOYAGE DES BERGES». LA FONTE

Plus en détail

CONCEPT. Une nouvelle approche L idée est de combiner un procédé naturel de nettoyage avec un espace innovant pour ce type d activité.

CONCEPT. Une nouvelle approche L idée est de combiner un procédé naturel de nettoyage avec un espace innovant pour ce type d activité. DOSSIER DE PRESSE Une nouvelle approche L idée est de combiner un procédé naturel de nettoyage avec un espace innovant pour ce type d activité. CONCEPT H20 est une redéfinition du pressing traditionnel

Plus en détail

Le recyclage du PET en Suisse. 2008 Verein PRS PET-Recycling Schweiz

Le recyclage du PET en Suisse. 2008 Verein PRS PET-Recycling Schweiz Le recyclage du PET en Suisse 2008 Verein PRS PET-Recycling Schweiz 1 Partenaires LPE / OEB PET-Recycling Schweiz Récupérateur Producteur Consommateur Commerce PET-Recycling Schweiz» Organisation PRS fondée

Plus en détail

Droits de reproduction phonographique

Droits de reproduction phonographique Droits de reproduction phonographique PRINCIPES GENERAUX L Auteur d une œuvre littéraire ou artistique a seul le droit de la REPRODUIRE ou d en AUTORISER la reproduction, de quelque manière et sous quelque

Plus en détail

Ce projet est soutenu par le Jour de la Terre Québec, les éco-quartiers de Ville-Marie et l arrondissement de Ville-Marie.

Ce projet est soutenu par le Jour de la Terre Québec, les éco-quartiers de Ville-Marie et l arrondissement de Ville-Marie. ÉDITION 2014 Collecte de matières dangereuses et de matériel informatique et électronique destinée aux ICI, OBNL et édifices de neuf logements et plus de l arrondissement Ville-Marie. Ce projet est soutenu

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

À recycler ou pas? Guide pratique du tri

À recycler ou pas? Guide pratique du tri À recycler ou pas? Guide pratique du tri Pour trier, quels sont vos équipements? Pour les bouteilles et flacons en plastique, les emballages métalliques, les cartonnettes et les briques alimentaires Pour

Plus en détail

Fiche 22 Emballage et aliment

Fiche 22 Emballage et aliment Fiche 22 Emballage et aliment Aujourd hui, quasiment tous les produits que nous achetons sont emballés, très peu sont vendus en vrac. Pourtant, un emballage n est pas neutre : c est un objet publicitaire

Plus en détail

Tonnages mis sur le marché (kt)

Tonnages mis sur le marché (kt) Synthèse des résultats 2006 Les résultats du recyclage sont présentés ci-dessous. Type d emballages 1 Systèmes Tonnages mis sur le marché (kt) Tonnages de déchets retournés / recyclés (kt) Taux de recyclage

Plus en détail

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable «Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod «La terre n appartient pas à l homme, c est l homme qui appartient à la terre» Sitting Bull L habitat est le premier

Plus en détail

acheter et consommer mieux

acheter et consommer mieux G u i d e P r a t i q u e Devenir éco-consommateur, acheter et consommer mieux L E S A C T E S D A C H AT Éco-consommateur tous les jours Pour repeindre le salon, je peux choisir une peinture avec l écolabel

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

EN TOUTES CIRCONSTANCES. Code. de la Rue. Petit manuel de savoir-vivre à l usage des habitants, piétons et automobilistes

EN TOUTES CIRCONSTANCES. Code. de la Rue. Petit manuel de savoir-vivre à l usage des habitants, piétons et automobilistes 10 conseils POUR GARDER SA commune PROPRE, EN TOUTES CIRCONSTANCES Le Code de la Rue Petit manuel de savoir-vivre à l usage des habitants, piétons et automobilistes Règle n 1 Je ne jette pas mon mégot

Plus en détail

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Préambule : La lecture et l acceptation des présentes conditions d utilisation, ci-après les «Conditions d Utilisation», sont requises avant toute

Plus en détail

ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS

ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS GUIDE DE CHOIX FACTEURS DE RÉUSSITE GUIDE MATIÈRES AUTO ÉVALUATION DD-GUID-012 indice 1 GUIDES POUR UNE COMMUNICATION RESPONSABLE Charte Petzl pour une communication responsable

Plus en détail

Règlement de la collecte des ordures ménagères. ou autres déchets des ménages sur. le territoire d Angers Loire Métropole

Règlement de la collecte des ordures ménagères. ou autres déchets des ménages sur. le territoire d Angers Loire Métropole Règlement de la collecte des ordures ménagères ou autres déchets des ménages sur le territoire d Angers Loire Métropole Page 1 sur 16 SOMMAIRE Préambule Collecte des ordures ménagères Définition des ordures

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale. Direction générale de la prévention des risques

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale. Direction générale de la prévention des risques SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la prévention des risques

Plus en détail

COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION.DIJONNAISE REGLEMENT DU SERVICE DE COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET DES DECHETS ASSIMILES

COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION.DIJONNAISE REGLEMENT DU SERVICE DE COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET DES DECHETS ASSIMILES COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION.DIJONNAISE REGLEMENT DU SERVICE DE COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET DES DECHETS ASSIMILES ARTICLE 1 -DEFINITION DES DECHETS COLLECTES Sont compris dans la dénomination de

Plus en détail

Le code à barres EAN 13 mes premiers pas...

Le code à barres EAN 13 mes premiers pas... Le code à barres EAN 13 mes premiers pas... k étape 1 Vous venez d adhérer à GS1 France, Vous souhaitez connaître les démarches à suivre pour mettre en place un code à barres sur vos emballages. Ce guide

Plus en détail

Volume 50 Juillet 2015. Prochaine assemblée municipale

Volume 50 Juillet 2015. Prochaine assemblée municipale LE BULLETIN MUNICIPAL Volume 50 Juillet 2015 Prochaine assemblée municipale L assemblée du conseil municipal aura lieu mardi le 11 août 2015 à 19h00, au 568, rue Principale, à la salle Narcisse Tremblay.

Plus en détail

MARQUE DE FABRIQUE, DE COMMERCE OU DE SERVICE DEMANDE D'ENREGISTREMENT

MARQUE DE FABRIQUE, DE COMMERCE OU DE SERVICE DEMANDE D'ENREGISTREMENT M N 50572 01 MARQUE DE FABRIQUE, DE COMMERCE OU DE SERVICE DEMANDE D'ENREGISTREMENT QUE DOIT CONTENIR UN DÉPOT? Votre dossier de dépôt comprend : 1 - la demande d enregistrement en cinq exemplaires (formulaire

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 3 : Règlement sur la responsabilisation environnementale PRÉSENTATION Présenté par Monsieur Maxime Maheu-Moisan, membre du comité exécutif,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL PARC D ENTREPRISES LA RADIO DREUX

LIVRET D ACCUEIL PARC D ENTREPRISES LA RADIO DREUX LIVRET D ACCUEIL PARC D ENTREPRISES LA RADIO DREUX Livret d accueil du Parc d entreprises La Radio Ce livret d accueil a pour but de vous présenter l organisation du Parc d entreprises La Radio. Notre

Plus en détail

Le dossier de demande d agrément déposé sur la base de ce cahier des charges est pleinement opposable au titulaire du présent agrément.

Le dossier de demande d agrément déposé sur la base de ce cahier des charges est pleinement opposable au titulaire du présent agrément. CAHIER DES CHARGES annexé à l arrêté du XX/XX/XX relatif à la procédure d agrément et portant cahier des charges des éco-organismes de la filière des déchets d équipements électriques et électroniques

Plus en détail

Lettre info environnement

Lettre info environnement S O M M A I R E : 1-Edito du Président 2-Equipement des Professionnels et Particuliers en containers ordures ménagères 3-Les Permanences en Mairie et au bâtiment technique 4 Les Modalités de distribution

Plus en détail

ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES

ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES Préambule La Poste est propriétaire de fichiers informatiques de données géographiques. Lesdits fichiers permettent de

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

CÔTÉ PUBLIC. Spécialiste des espaces marchands : Marchés de Noël intérieurs et extérieurs (avec chalets en bois)

CÔTÉ PUBLIC. Spécialiste des espaces marchands : Marchés de Noël intérieurs et extérieurs (avec chalets en bois) 1 CÔTÉ PUBLIC Spécialiste des espaces marchands : Marchés de Noël intérieurs et extérieurs (avec chalets en bois) Villages thématiques (Gourmet, Fête des Mères, Habitat, Création Artisanale, ) Road show

Plus en détail

Mode d emploi. Moins de déchets, 10 gestes pour transformer nos habitudes

Mode d emploi. Moins de déchets, 10 gestes pour transformer nos habitudes Mode d emploi Moins de déchets, 10 gestes pour transformer nos habitudes 10 «petits» gestes pour réduire nos déchets Réduire ses déchets c est avant tout mieux consommer Le meilleur déchet est celui qui

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

FICHE ACTION n 31. Fleur des Mauges. ACTIONS GLOBALES Pacte «nature et stratégie», Transparence et stratégie de la gouvernance, communication

FICHE ACTION n 31. Fleur des Mauges. ACTIONS GLOBALES Pacte «nature et stratégie», Transparence et stratégie de la gouvernance, communication FICHE ACTION n 31 Fleur des Mauges ACTIONS GLOBALES Pacte «nature et stratégie», Transparence et stratégie de la gouvernance, communication ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation et formation du

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Prévention des risques MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 15 juin 2012 relatif à la procédure d agrément et portant cahier des charges des écoorganismes de la filière

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main 2 Le développement durable au cœur de la stratégie d ASSA ABLOY de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail