Sommaire. INFOSESSION 2013 (année de référence 2012) 1. Le cadre légal. 2. La solution VAL-I-PAC. 3. Les incitants financiers. 4. Les concepts utiles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. INFOSESSION 2013 (année de référence 2012) 1. Le cadre légal. 2. La solution VAL-I-PAC. 3. Les incitants financiers. 4. Les concepts utiles"

Transcription

1 INFOSESSION 2013 (année de référence 2012) Sommaire 1. Le cadre légal 2. La solution VAL-I-PAC 3. Les incitants financiers 4. Les concepts utiles 5. Déterminer les quantités d emballages à déclarer 6. Les canaux de déclaration Mars 2012, VAL-I-PAC 1

2 1. LE CADRE LEGAL Emballage ou non-emballage? 4 Mars 2012, VAL-I-PAC 2

3 Emballages industriels 5 Accord de Coopération Depuis 1998 les entreprises ont des obligations légales en matière d emballages et de déchets d emballages. 1. Législation Basée sur des directives européennes (94/62/CE et 2004/12/CE) D application pour les 3 régions Nouvelle version depuis le 1er janvier 2009 La Commission Interrégionale de l Emballage veille au respect de l Accord de Coopération ( 2. Objectifs Moins de déchets d emballages Des emballages non polluants et/ou réutilisables Stimulation du recyclage des emballages 3. Dispositions Qui est responsable d emballages? Trois obligations 6 Mars 2012, VAL-I-PAC 3

4 Responsable d emballages type A C Toute entreprise qui a fait emballer des produits en Belgique ou les a emballés elle-même en vue de ou lors de leur mise sur le marché belge. Responsable d emballages type B Dans le cas où les produits mis sur le marché belge n'auraient pas été emballés en Belgique, toute entreprise qui a fait importer les produits emballés ou qui les a importés elle-même et qui ne déballe ni ne consomme ces biens elle-même. C Mars 2012, VAL-I-PAC 4

5 Responsable d emballages type C En ce qui concerne les déchets d'emballages d'origine industrielle provenant de produits qui ne sont pas visés au A, ni au B, toute personne qui déballe ou consomme sur le territoire belge les produits emballés et qui, de ce fait, est jugée responsable des déchets d'emballages qui sont générés. C Responsable d emballages type D 1. Uniquement pour les emballages de service. 2. Définition d emballages de service : Emballages remplis sur le lieu où le produit est distribué au client. 3. Emballages ménagers (pas à déclarer à VAL-I-PAC) 4. Fabricant ou importateur des emballages mis sur le marché belge C Mars 2012, VAL-I-PAC 5

6 Les obligations légales Trois obligations Développement d un plan de prévention Obligation de reprise Obligation d information Les obligations légales 1. Plan de prévention: Introduire tous les 3 ans un plan de prévention, reprenant des propositions concrètes en vue de diminuer les déchets d emballages. Responsables d emballages type A + B + C pour au moins 300 tonnes* Responsables d emballages type A pour au moins 100 tonnes* (* uniquement des emballages perdus) Périodes: juin 2010 => juin 2013, et ensuite juin 2013 juin 2016 Besoin d infos?: Pas une obligation légale mais un outil: PREVENTION : Un diagnostic GRATUIT de vos emballages Mars 2012, VAL-I-PAC 6

7 Les obligations légales 2. Obligation de reprise: Atteindre des objectifs déterminés Uniquement pour des emballages perdus Pas en cas de moins de 300 kg* d emballages (* industriels + ménagers) Emballages industriels => => Valorisation totale (recyclage + incinération avec récupération de l énergie) 80% 80 % 85 % Recyclage 50% 75 % 80 % Recyclage par matériel 80% 15% 15 % Papier/carton, verre, carton pour boisson Métal Plastique Bois 50% 15% 60 % 50 % 30 % 15 % Les obligations légales Que signifie l obligation de reprise pour les responsables d emballages? 1. Quantifier les emballages dont on est responsable. 2. Contacter les clients et vérifier de quelle manière les emballages des produits ont été traités par le client. Eventuellement reprendre les emballages et les faire recycler ou valoriser. 3. Comparer les chiffres et vérifier si les taux fixés ont été atteints. 4. Répéter ce procès à chaque année. Mars 2012, VAL-I-PAC 7

8 Les obligations légales 3. Obligation d information: Déclaration annuelle aux autorités: > Emballages perdus: communiquer les taux de recyclage et de valorisation obtenus > Emballages réutilisables: communiquer les quantités > Entreprises responsables pour moins de 300 kg* : - Envoyer une notification aux autorités (* industriels + ménagers) Conclusion Ces obligations sont difficiles à remplir de manière individuelle. Solution: VAL-I-PAC est une asbl créée il y a 15 ans à l initiative d une 50ne d entreprises et de fédérations professionnelles Missions : Exécution de l obligation de reprise Exécution de l obligation d information Stimuler le recyclage par des primes Mars 2012, VAL-I-PAC 8

9 2. LA SOLUTION VAL-I-PAC Comment fonctionne le système VAL-I-PAC? Rapport annuel Responsable d emballages Info A Info B opérateurs Opérateurs opérateurs forfaits Produits emballés Déchets d emballages Déballeurs Quantité de déchets d emballages valorisés Quantité d emballages mis sur le marché Info B Info A 85% Mars 2012, VAL-I-PAC 9

10 Emballages industriels : % Recyclage et Valorisation ,0 82,0 84,9 83,6 83,6 84,9 84,3 86,7 89,3 86,9 87,8 90,0 91, ,8 74,3 77,9 75,4 77,7 74,6 75,9 78,1 78,3 80,0 83,3 79,6 79,4 81,6 81, Recyclage Valorisation 19 Résultats Papier/Carton Bois Plastique Métal Total 20 Mars 2012, VAL-I-PAC 10

11 3. LES INCITANTS FINANCIERS Des primes: Pourquoi? VAL-I-PAC récompense le tri sélectif : Mieux vous triez, plus facile et plus important sera le recyclage VAL-I-PAC tient à stimuler les entreprises qui trient efficacement. Ces primes ne sont pas des subsides Ces montants sont financés par l ensemble des contributions que tous les adhérents paient à VAL-I-PAC et qui retournent donc en grande partie aux entreprises. Mars 2012, VAL-I-PAC 11

12 Quand avez-vous droit à une prime? 1. Triés sélectivement par le déballeur et effectivement recyclés par un opérateur agréé de VAL-I-PAC. 2. Déchets d emballages industriels générés sur territoire belge et effectivement mis sur le marché belge. 3. Si le déballeur est également responsable d emballages : être en ordre avec l Accord de Coopération. 4. Systèmes de collecte internes : pas de forfait. 5. Pas pour des matériaux pour lesquels le responsable d emballages satisfait individuellement à son obligation de reprise 6. Minimum de déchets d emballages industriels. Conteneurs pivotants: > 70% Conteneurs fixes: > 90% 7. Si le déballeur n est pas responsable d emballages: Pas besoin d adhésion à VAL-I-PAC. Types de forfaits 1. Le forfait de recyclage Bois Plastique 2. Le forfait de conteneur Conteneurs pour le tri sélectif des déchets d emballages industriels. Forfait sacs. > le tri sélectif des déchets d emballages industriels en plastique et PSE 3. Prime de démarrage Déballeur qui place pour la première fois un conteneur sélectif papier/carton: forfait unique: 100 Mars 2012, VAL-I-PAC 12

13 Forfaits recyclage 2011 Pour le plastique : 35 par tonne de plastique recyclé provenant de déchets d emballages industriels. Pour le bois : 10 par tonne de bois recyclé provenant de déchets d emballages industriels destinés au recyclage matière (destinés à être broyé et utilisés comme matière première dans l industrie du panneau aggloméré, pour le compostage ou les terrains de jeux). Forfaits conteneur 2011 Conteneur fixe: > 8 m³ 110 / an Conteneur pivotant : 1000 litres à 8 m³ 100 / an 660 à 999 litres 60 / an Mars 2012, VAL-I-PAC 13

14 Forfaits conteneur 2011 Sacs: films plastiques ( 200 litres) PSE ( 500 liter) 0,50 / sac Bacs en plastique: 500 à 680 litres 20 / an Systèmes de collecte pour déchets dangereux: 680 à 800 litres 60 / an Conteneurs grillagés: / an Recevoir une prime en 5 étapes 1. Le déballeur prend contact avec un collecteur de déchets afin de trier correctement ses déchets. 2. L opérateur/collecteur s occupe du suivi administratif pour l obtention d une prime. 3. L opérateur envoie le certificat de VAL-I-PAC pour l année écoulée au déballeur. 4. Le déballeur contrôle les données, signe le certificat et le renvoie à VAL-I-PAC. 5. VAL-I-PAC exécute le paiement après vérification. Mars 2012, VAL-I-PAC 14

15 Nombre de certificats octroyés Plusieurs primes (conteneurs + recyclages) cumulables par certificat 29 Juni LES CONCEPTS UTILES Mars 2012, VAL-I-PAC 15

16 Les concepts utiles 1. Emballages primaires, secondaires et tertiaires 2. Emballages ménagers et industriels 3. Emballages perdus et réutilisables 4. Emballages non-recyclables Types d emballages 1. Emballage primaire 2. Multipack 3. Emballage secondaire 4. Emballage tertiaire 5. Emballage d expédition 6. Emballage de Service Un produit et son emballage sont soit ménagers, soit industriels. Ils ne peuvent jamais être les deux. Mars 2012, VAL-I-PAC 16

17 Emballages Primaires Emballage primaire ou emballage de vente : soit ménager soit industriel. Pour faire la distinction entre les deux, vous devez vous baser sur l arbre de décision suivant: Autres types d emballages Emballage secondaire ou emballage de groupage : industriel. Sauf les Multipacks ménagers : Ces emballages Multipacks sont destinés aux ménages et conçus de manière à constituer une unité de vente. Emballage tertiaire ou emballage de transport : industriel. Sauf les emballages d expédition ménagers. Les emballages d expédition sont les emballages de produits envoyés par porteur ou suite à un achat par correspondance ou dans le cadre d une vente par Internet. Le caractère ménager ou industriel de ces emballages est déterminé par le produit que contiennent ces emballages d expédition. Emballage de service: ménager. Pour la définition: voir slide précédent sur les Responsables d emballages de type D Mars 2012, VAL-I-PAC 17

18 Emballages réutilisables Définition générale Les emballages réutilisables sont des emballages qui sont conçus pour être réutilisés un certain nombre de fois pour un usage identique. Conditions à remplir Afin de pouvoir être considéré comme réutilisable, un emballage doit satisfaire cumulativement aux conditions suivantes : Arbre décisionnel pour les emballages réutilisables Mars 2012, VAL-I-PAC 18

19 Matériaux d emballages non-recyclables Il y a deux facteurs majeurs qui empêchent le recyclage d un emballage : Le matériau dans lequel l emballage est conçu, ce sont des limitations techniques (par exemple les thermodurcissables ne sont pas recyclables). Le produit qu il contient (les emballages primaires de produits phytopharmaceutiques ne peuvent pas entrer en recyclage) DÉTERMINER LES QUANTITÉS D EMBALLAGES À DÉCLARER Mars 2012, VAL-I-PAC 19

20 Méthodes de calculs Pour comptabiliser vos données, vous pouvez utiliser les méthodes suivantes (ou une combinaison de celles-ci): méthode sur base de fiches produits méthode sur base des matériaux d emballages méthode sur base des déchets d emballages méthode standardisée pour certains secteurs Méthodes de calculs Méthode 1 : sur base de fiches produits Basée sur les données par type de produits mis sur le marché Belge. Pour tout les types de responsabilités. Les données suivantes sont nécessaires: 1. Description du type d emballage (poids et matériaux) utilisé pour emballer les produits. 2. Quantité de produits mis sur le marché. Mars 2012, VAL-I-PAC 20

21 Méthodes de calculs Méthodes de calculs Méthode 2 : Méthode sur base des matériaux d emballage Basée sur le nombre d emballages utilisés et seulement applicable pour les entreprises responsables de type A. Les données suivantes sont nécessaires: 1. Description des matériaux d emballages utilisés 2. Détermination du nombre d emballages industriels utilisés Mars 2012, VAL-I-PAC 21

22 Méthodes de calculs Méthodes de calculs Méthode 3 : Méthode sur base des déchets d emballage Basée sur la quantité de déchets d emballages présents dans les conteneurs sélectifs et seulement applicable pour les entreprises responsables de type C. Les données suivantes sont nécessaires: 1. Le tonnage des déchets d'emballages industriels collectés via les conteneurs ou autres moyens de collectes sélectives. 2. Le rapport entre le nombre de déchets d emballages industriels provenant des produits achetés à l étranger et en Belgique. Mars 2012, VAL-I-PAC 22

23 Méthodes de calculs Méthodes de calculs (éventuellement une approche combinée) Mars 2012, VAL-I-PAC 23

24 6. LES CANAUX DE DÉCLARATION Les canaux de déclaration 1. Documents papier (formulaires) 2. Déclaration online 3. epack Mars 2012, VAL-I-PAC 24

25 Exemple de formulaires de déclaration VAL-I-PAC en chiffres en Adhérents +/- 220 Gestionnaires de déchets (opérateurs) Tonnes d emballages perdus Tonnes d emballages réutilisables 81,8 % Pourcentage de recyclage atteint pour % Pourcentage de valorisation atteint pour Collaborateurs Certificats contenant des primes envoyés 50 Mars 2012, VAL-I-PAC 25

26 Liens intéressants Le Site Internet de VAL-I-PAC Le Site Internet de la Commission Interrégionale de l Emballage (surtout l onglet: Téléchargements) Le Site Internet pour les membres de Fost Plus Le Site Internet de Preventpack: Optimaliser la prévention des emballages Diagnostics des emballages Février Prévention en matière d emballages 2. Principes de base Couple emballage produit Tout le système d emballages : primaire, secondaire, tertiaire 3. Focus sur des améliorations simples et rapides 4. En tenant compte des mesures déjà réalisées 5. Offert gratuitement par VAL-I-PAC et Fost Plus 6. Sans obligation de mise en place ni de feedback pour l entreprise 7. Exécuté par un partenaire indépendant 8. Méthode de travail 1 demi-jour de discussion et de visite physique de l entreprise Livraison d un rapport avec des propositions d améliorations Sur base d une Checklist de prévention des emballages 52 Mars 2012, VAL-I-PAC 26

27 Contact Avenue Reine Astrid 59 bte Wemmel Tél. : 02/ Fax : 02/ Mars 2012, VAL-I-PAC 27

Emballages industriels

Emballages industriels Emballages industriels La législation : comment être en ordre? Des primes : pour qui et comment? Karel Gemmeke UN PAQUET DE SOUCIS EN MOINS Sommaire 1. Le cadre légal 2. La solution VAL-I-PAC 3. Les incitants

Plus en détail

DES PRIMES POUR VOS DÉCHETS D EMBALLAGES, ÇA VOUS INTÉRESSE?

DES PRIMES POUR VOS DÉCHETS D EMBALLAGES, ÇA VOUS INTÉRESSE? DES PRIMES POUR VOS DÉCHETS D EMBALLAGES, ÇA VOUS INTÉRESSE? SAVEZ-VOUS QUE VOS DÉCHETS D EMBALLAGES PEUVENT RAPPORTER DE L ARGENT? TROP BEAU POUR ÊTRE VRAI? LISEZ CE QUI SUIT! Les déchets sont, dans de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE À LA DÉCLARATION

NOTE EXPLICATIVE À LA DÉCLARATION NOTE EXPLICATIVE À LA DÉCLARATION Les informations reprises dans ce document fournissent des précisions utiles pour votre adhésion, la préparation et rédaction de vos déclarations. Chaque document ou information

Plus en détail

epack Importation fiches d emballage via Excel

epack Importation fiches d emballage via Excel epack Importation fiches d emballage via Excel 1 Table des matières epack Importation fiches d emballage via Excel 1. Général... 3 2. A quoi faire attention lorsque vous importez des fiches?... 3 3. Importation

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

et d économies d énergies

et d économies d énergies Réduire l empreinte déchet et réaliser des économies et d économies d énergies La mise en place d un management environnemental La gestion des déchets est l une des composantes majeures des enjeux environnementaux.

Plus en détail

Les déchets d entreprises: cadre législatif et gestion durable Nivelles Industrie - 15 avril 2008

Les déchets d entreprises: cadre législatif et gestion durable Nivelles Industrie - 15 avril 2008 Les déchets d entreprises: cadre législatif et gestion durable Nivelles Industrie - 15 avril 2008 Olivier CAPPELLIN Cellule des Conseillers en Environnement Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Guide Responsable. d Emballages

Guide Responsable. d Emballages Guide Responsable du d Emballages Guide du Responsable d Emballages 1.Généralités 1.1. La Directive européenne La Directive européenne 94/62/CE relative aux emballages et aux déchets d emballages fixe

Plus en détail

Pourquoi faire moins de déchets?

Pourquoi faire moins de déchets? ANNEXE 1 a Pourquoi faire moins de déchets? 1. Parce qu il y en a trop! En Wallonie, la production annuelle de déchets ménagers a atteint un peu moins de 2 millions de tonnes (1 819 452T) en 2008 + ratio

Plus en détail

La vente de prestations touristiques

La vente de prestations touristiques Fiche pratique n 34 La vente de prestations touristiques Page 1/7 Sommaire Introduction 3 La réglementation applicable 3 Régime transitoire 4 Conditions d aptitude professionnelle des opérateurs de voyages

Plus en détail

Caractérisation des matières résiduelles éliminées provenant du secteur résidentiel de la MRC de Memphrémagog

Caractérisation des matières résiduelles éliminées provenant du secteur résidentiel de la MRC de Memphrémagog Caractérisation des matières résiduelles éliminées provenant du secteur résidentiel de la MRC de Memphrémagog Monique Clément, B.Sc. DGE, Recycologue Document synthèse réalisé par la MRC de Memphrémagog

Plus en détail

L EMBALLAGE levier de durabilité

L EMBALLAGE levier de durabilité L EMBALLAGE levier de durabilité En Belgique, le volume d emballages ménagers et industriels se stabilise. Leurs taux de recyclage et de réutilisation augmentent. Ménages et industrie multiplient les efforts

Plus en détail

Manuel pour les intermédiaires et les revendeurs finaux

Manuel pour les intermédiaires et les revendeurs finaux Manuel pour les intermédiaires et les revendeurs finaux Version 1.2 Page 1 sur 12 Table des matières 1. Cadre légal 1.1. Obligation de collecte 1.2. Quels sont les appareils qui relèvent de l obligation

Plus en détail

Liste des douze établissements pilotes... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître... 3 Quelques chiffres... 4

Liste des douze établissements pilotes... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître... 3 Quelques chiffres... 4 Gestion éco-responsable des déchets dans les collèges des Bouches-du-Rhône Annexes Liste des douze établissements pilotes............................... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître..........................

Plus en détail

I. Pourquoi le Randonneur doit-il lier sa pratique sportive au développement durable?

I. Pourquoi le Randonneur doit-il lier sa pratique sportive au développement durable? La Randonnée est une activité en accord avec la nature et non polluante. C est un moyen d apprendre à connaître son environnement et de découvrir la région et son patrimoine. Mais, lors de manifestation,

Plus en détail

La déclaration des emballages de service

La déclaration des emballages de service La déclaration des emballages de service Cette fiche d information est un complément à la brochure Pourquoi adhérer à Fost Plus? et contient des informations spécifiques à propos des emballages de service.

Plus en détail

Guide. de permis de restauration et de vente au détail

Guide. de permis de restauration et de vente au détail Guide Demande de permis de restauration et de vente au détail Liste des éléments à joindre à votre envoi afin d obtenir votre permis Avant d envoyer votre demande au ministère de l Agriculture, des Pêcheries

Plus en détail

CONTRAT TYPE ENTRE RECUPEL ASBL ET DISTRIBUTEUR

CONTRAT TYPE ENTRE RECUPEL ASBL ET DISTRIBUTEUR CONTRAT TYPE ENTRE RECUPEL ASBL ET DISTRIBUTEUR ENTRE LES SOUSSIGNES D UNE PART L'association de droit belge, RECUPEL asbl (organe exécutif), association sans but lucratif, dont le siège social est situé

Plus en détail

Tonnages mis sur le marché (kt)

Tonnages mis sur le marché (kt) Synthèse des résultats 2006 Résultats du recyclage : Type d emballages Tous emballages Systèmes Collecte sélective (pas de REP) Tonnages mis sur le marché (kt) Tonnages d emballages retournés (kt) Tonnages

Plus en détail

Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise

Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise Mons, le 15 septembre 2015 Marjorie BOUGELET Conseillère environnement CCE marjorie.bougelet@uwe.be 010/47.19.43 15 septembre

Plus en détail

des activités du tertiaire

des activités du tertiaire GUIDE de gestion des déchets des activités du tertiaire PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS : une stratégie triplement rentable Tout déchet a un coût direct (manutention, enlèvement ) et indirect (production,

Plus en détail

L EMBALLAGE levier de durabilité

L EMBALLAGE levier de durabilité L EMBALLAGE levier de durabilité En Belgique, le volume d emballages ménagers et industriels se stabilise. Leurs taux de recyclage et de réutilisation augmentent. Ménages et industrie multiplient les efforts

Plus en détail

La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages

La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages Qu est ce qu INTERSEROH? INTERSEROH organise et garantit aux producteurs allemands et étrangers de différentes branches (bâtiment,

Plus en détail

Rapport de caractérisation des matières résiduelles

Rapport de caractérisation des matières résiduelles 1 CSSS Cléophas-Claveau CLSC du Fjord (La Baie) des matières résiduelles Chargée de projets : Carine Blenny 397, rue Racine Est, C.P. 816, Chicoutimi (Qc) G7H 5E8 Téléphone: 418.545.9245 Télécopieur: 418.545.6767

Plus en détail

Programme de reconnaissance ICI ON RECYCLE!

Programme de reconnaissance ICI ON RECYCLE! Programme de reconnaissance ICI ON RECYCLE! Marie-Ève Chaume Responsable du dossier des Matières résiduelles Conseil régional de l environnement de Montréal mechaume@cremtl.qc.ca 514-842-2890 poste 224

Plus en détail

RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS POUR LES EMBALLAGES MÉNAGERS

RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS POUR LES EMBALLAGES MÉNAGERS VOTRE RESPONSABILITÉ ET VOTRE OBLIGATION LÉGALE RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS POUR LES EMBALLAGES MÉNAGERS Eco-Emballages vous accompagne VOS EMBALLAGES IMPLIQUENT VOTRE RESPONSABILITÉ ET ENGENDRENT

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

DÉCHETS SITUÉS SUR LE SITE DE L ENTREPRISE

DÉCHETS SITUÉS SUR LE SITE DE L ENTREPRISE 2 DÉCHETS SITUÉS SUR LE SITE DE L ENTREPRISE Toute activité, quel que soit le secteur professionnel auquel elle appartient, engendre la production de déchets. Ceux-ci représentent non seulement une nuisance

Plus en détail

Avenant au dossier de candidature du Parc des Expositions de Bruxelles de juin 2010

Avenant au dossier de candidature du Parc des Expositions de Bruxelles de juin 2010 Brussels Waste Network Appel à projet 2010 Avenant au dossier de candidature du Parc des Expositions de Bruxelles de juin 2010 1 Objet du projet Le Parc d expositions de Bruxelles (PEB) met à disposition

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CTCS/WP.7/2015/15 Conseil économique et social Distr. générale 14 septembre 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité directeur des capacités et des

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

1997 : création d ELISE. 320.000 corbeilles de tri ELISE installées

1997 : création d ELISE. 320.000 corbeilles de tri ELISE installées 1997 : création d ELISE 25 sites en France 7 100 clients 320.000 corbeilles de tri ELISE installées 14 000 tonnes de papier recyclé /an 11 déchets différents collectés et valorisés 250 emplois créés pour

Plus en détail

Statut des intermédiaires de crédit

Statut des intermédiaires de crédit Statut des intermédiaires de crédit 1. Qui doit s inscrire en qualité d intermédiaire de crédit à la FSMA? 2. Quelles sont les catégories d intermédiaires de crédit? 3. Quand faut-il introduire sa demande

Plus en détail

Le contrat à conclure aura une durée déterminée et prendra fin de plein droit le 30 juin 2018.

Le contrat à conclure aura une durée déterminée et prendra fin de plein droit le 30 juin 2018. Appel à candidatures relatif à la collecte quadrillée et au transbordement de lampes et de détecteurs de fumée électriques et électroniques, à partir du 1 juillet 2015. Recupel asbl organise et coordonne

Plus en détail

responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement

responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement Vos emballages impliquent votre Responsabilité et engendrent des

Plus en détail

La Commune de Pont-à-Celles a recours aux poubelles à puce depuis le mois de janvier 2014.

La Commune de Pont-à-Celles a recours aux poubelles à puce depuis le mois de janvier 2014. Ensemble, gérons mieux nos déchets : La Commune de Pont-à-Celles a recours aux poubelles à puce depuis le mois de janvier 2014. Pourquoi? Savez-vous qu en moyenne chaque citoyen de la zone ICDI produit

Plus en détail

PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur

PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur Introduction et champ d application La FNDPL (Fédération Nationale des Détaillants en Produits Laitiers)

Plus en détail

BENCHMARKING 2012. Comparez vos performances environnementales par rapport à celles de votre secteur

BENCHMARKING 2012. Comparez vos performances environnementales par rapport à celles de votre secteur Label "Entreprise écodynamique" BENCHMARKING 2012 Comparez vos performances environnementales par rapport à celles de votre secteur Secteurs horéca, hôpitaux / homes, écoles / crèches, commerces Version

Plus en détail

Réseau de fournisseurs de soins dentaires à tarif avantageux pour étudiants

Réseau de fournisseurs de soins dentaires à tarif avantageux pour étudiants Réseau de fournisseurs de soins dentaires à tarif avantageux pour étudiants Le Réseau de fournisseurs de soins dentaires à tarif avantageux pour étudiants est un service offert par Green Shield Canada

Plus en détail

BILAN 2014 GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES

BILAN 2014 GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES BILAN GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES LE BILAN EN BREF BILAN GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 1 Ramener POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES OBJECTIFS À ATTEINDRE D ICI LA FIN DE 2015

Plus en détail

Situation en RBC BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION. Journée 1.2 FORMATION. Koen Berghmans Lionel Billiet Rotor asbl

Situation en RBC BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION. Journée 1.2 FORMATION. Koen Berghmans Lionel Billiet Rotor asbl FORMATION BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Journée 1.2 Situation en RBC Koen Berghmans Lionel Billiet Rotor asbl berghmanskoen@gmail.com, billiet.lionel@gmail.com www.rotordb.org 3 TABLE DES

Plus en détail

L'EMBALLAGE. 1/ L'emballage protège ce qu'il vend. 2/ L'emballage regroupe les produits

L'EMBALLAGE. 1/ L'emballage protège ce qu'il vend. 2/ L'emballage regroupe les produits L'EMBALLAGE Nous allons poursuivre l'étude du thermomètre électronique, en nous intéressant à son emballage. Dans un premier temps, nous allons nous intéresser aux emballages en général, pour pouvoir ensuite

Plus en détail

Le SIRTOM de la Région de Brive. page 3. Les ordures ménagères... page 7. Modes de collecte...page 7. La collecte sélective...

Le SIRTOM de la Région de Brive. page 3. Les ordures ménagères... page 7. Modes de collecte...page 7. La collecte sélective... RAPPORT ANNUEL 2014 SOMMAIRE Le SIRTOM de la Région de Brive. page 3 Territoire, missions...page 3 Les collectivités membres...page 4 Bilan financier global...page 5 Coût moyen par habitant...page 5 Bilan

Plus en détail

Simplifiez et suivez la gestion de vos déchets LE PACK CLE EN MAIN. www.greenwishes.fr - 01.83.62.05.53 - contact@greenwishes.fr

Simplifiez et suivez la gestion de vos déchets LE PACK CLE EN MAIN. www.greenwishes.fr - 01.83.62.05.53 - contact@greenwishes.fr Simplifiez et suivez la gestion de vos déchets LE PACK CLE EN MAIN www.greenwishes.fr - 01.83.62.05.53 - contact@greenwishes.fr Greenwishes collecte et recycle les déchets de bureau Qui sommes-nous? Start

Plus en détail

Le recyclage. rentable

Le recyclage. rentable Le recyclage rentable Sommaire La solution 3WAYSTE : l avenir d une industrie du tri efficace et rentable! 2... La solution 3WAYSTE : l avenir d une industrie du tri efficace et rentable! 3... Le tri industriel

Plus en détail

Formulaire d Inscription pour ELENA

Formulaire d Inscription pour ELENA Formulaire d Inscription pour ELENA La BEI accepte les propositions soumises en français ou en anglais. Afin de soumettre une proposition dans le cadre de la facilité ELENA, veuillez utiliser les formulaires

Plus en détail

Guide éco-événements. Le sirtom vous accompagne pour une meilleure gestion des déchets sur vos manifestations. www.sirtom-region-brive.

Guide éco-événements. Le sirtom vous accompagne pour une meilleure gestion des déchets sur vos manifestations. www.sirtom-region-brive. Guide éco-événements Le sirtom vous accompagne pour une meilleure gestion des déchets sur vos manifestations SIRTOM DE LA REGION DE BRIVE Tél. 05 55 17 65 10 Fax 05 55 17 65 19 sirtom@ sirtom-brive.fr

Plus en détail

Sur le rapport du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie,

Sur le rapport du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, J.O. Numéro 170 du 25 Juillet 1998 page 11394 Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie Décret n 98-638 du 20 juillet 1998 relatif à la prise en compte des exigences liées à l'environnement

Plus en détail

ASSISTANT SOCIAL (M/F)

ASSISTANT SOCIAL (M/F) ASSISTANT SOCIAL (M/F) DIRECTION GENERALE OFFICE DES ETRANGERS : CENTRES FERMES LIEGE SPF INTERIEUR AFG07829 Contexte de la fonction L Office des Etrangers fait partie du SPF Intérieur et est chargé d

Plus en détail

Dispositif d affichage et d interprétation des consommations pour un logement chauffé à l électricité

Dispositif d affichage et d interprétation des consommations pour un logement chauffé à l électricité Certificats d économies d énergie Opération n BAR-EQ-113 Dispositif d affichage et d interprétation des consommations pour un logement chauffé à l électricité 1. Secteur d application Bâtiments résidentiels

Plus en détail

eservice Le moyen le plus simple pour gérer vos produits Ricoh Guide utilisateur RICOH eservice

eservice Le moyen le plus simple pour gérer vos produits Ricoh Guide utilisateur RICOH eservice eservice Le moyen le plus simple pour gérer vos produits Ricoh Guide utilisateur RICOH eservice D une convivialité sans pareil, le portail eservice permet, en quelques clics, d échanger des informations

Plus en détail

Fiche Info. esa INSCRIPTION EN ESA ET PROCEDURE EN CAS DE REFUS INSCRIPTION EN ESA ET PROCEDURE EN CAS DE REFUS AIDES JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE

Fiche Info. esa INSCRIPTION EN ESA ET PROCEDURE EN CAS DE REFUS INSCRIPTION EN ESA ET PROCEDURE EN CAS DE REFUS AIDES JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE INSCRIPTION EN ESA ET PROCEDURE EN CAS DE REFUS AIDE JURIDIQUE esa Fiche Info AIDES JURIDIQUE INSCRIPTION EN ESA ET PROCEDURE EN CAS DE REFUS Fédération des Étudiants Francophones ASBL - 20 rue de la Sablonnière,1000

Plus en détail

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Pr DERRJI S S. Derraji 18/01/2011 1 Plan Introduction Historique Décret 2-09-139 - CHAPITRE 1 : Objectifs,

Plus en détail

LA RENTABILITE DES ENERGIES RENOUVELABLES (ER 03)

LA RENTABILITE DES ENERGIES RENOUVELABLES (ER 03) LA RENTABILITE DES ENERGIES RENOUVELABLES (ER 03) 1 COMMENT JUGER DE LA RENTABILITE DE L INVESTISSEMENT? Est-il rentable d investir dans un système exploitant les énergies renouvelables dans votre logement?

Plus en détail

Organisme de gestion de l obligation de reprise des huiles usagées

Organisme de gestion de l obligation de reprise des huiles usagées Organisme de gestion de l obligation de reprise des huiles usagées Table des matières 1. Contexte juridique 2. Fonctionnement de VALORLUB 3. Objectifs de VALORLUB 4. Participants 5. Opérateurs 6. Contacts

Plus en détail

REGLEMENT DE LA REDEVANCE INCITATIVE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

REGLEMENT DE LA REDEVANCE INCITATIVE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES REGLEMENT DE LA REDEVANCE INCITATIVE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES Article 1 er Dispositions générales Par arrêté préfectoral du 7 octobre 2013, les compétences de la Communauté de communes de la

Plus en détail

Communauté d Agglomération Hénin-Carvin. Trions facile, jetons utile! Guide Pratique. Collecte des Déchets. DocumenT à conserver

Communauté d Agglomération Hénin-Carvin. Trions facile, jetons utile! Guide Pratique. Collecte des Déchets. DocumenT à conserver Communauté d Agglomération Hénin-Carvin Trions facile, jetons utile! Guide Pratique Collecte des Déchets DocumenT à conserver «Le déchet le moins polluant et le moins cher à traiter est celui que l on

Plus en détail

Les matières plastiques

Les matières plastiques Les matières plastiques Analyse et synthèse de documents : La vie des plastiques Mots-clefs : Vieillissement, recyclage, élimination Contexte du sujet : Recherchés pour leurs propriétés remarquables (légèreté,

Plus en détail

Projets innovants ou nouvelles initiatives en matière de prévention au surendettement

Projets innovants ou nouvelles initiatives en matière de prévention au surendettement Appel à projets Adressé au secteur des services de médiation de dettes Projets innovants ou nouvelles initiatives en matière de prévention au surendettement Date limite d introduction des projets : le

Plus en détail

Location de conteneur de récupération de matières recyclables à chargement AVANT

Location de conteneur de récupération de matières recyclables à chargement AVANT LES SERVICES EN BREF Collecte sélective par bac roulant Sur tout le territoire des municipalités membres de la Régie, les industries, commerces et institutions (ICI) peuvent se procurer des bacs de format

Plus en détail

1. Conditions préalables. 2. Créer un compte Web. 3. Se connecter

1. Conditions préalables. 2. Créer un compte Web. 3. Se connecter F Introduction COMMENT ACCÉDER AU PORTAIL PARTENAIRES DE SERVICE TOLL COLLECT Sommaire 1. Conditions préalables 2. Créer un compte Web 3. Se connecter 4. Utiliser le portail Partenaires de service 5. Sous-comptes

Plus en détail

Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique

Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique DOSSIER DE PRESSE Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique Contact presse Corine BUSSON BENHAMMOU Responsable des relations presse Ville d Angers/Angers

Plus en détail

Guide utilisateur myworkandme. Se connecter avec l adresse e-mail et le mot de passe

Guide utilisateur myworkandme. Se connecter avec l adresse e-mail et le mot de passe Guide utilisateur myworkandme Se connecter avec l adresse e-mail et le mot de passe 22 juillet 2013 Table des matières 1. Nouvel utilisateur? Activer votre profil... 3 1.1 Cliquez sur le lien dans le mail

Plus en détail

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE Direction générale des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale de l Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine Décret du 11 mars 1999

Plus en détail

Ensemble, gérons mieux nos déchets : La Commune de Pont-à-Celles aura recours aux poubelles à puce à partir du 7 janvier 2014.

Ensemble, gérons mieux nos déchets : La Commune de Pont-à-Celles aura recours aux poubelles à puce à partir du 7 janvier 2014. Ensemble, gérons mieux nos déchets : La Commune de Pont-à-Celles aura recours aux poubelles à puce à partir du 7 janvier 2014. Pourquoi? Savez-vous qu en moyenne chaque citoyen de la zone ICDI produit

Plus en détail

Missions temporaires en Belgique Nouvelles règles

Missions temporaires en Belgique Nouvelles règles Missions temporaires en Belgique Nouvelles règles T R A V A I L L E R E N B E L G I Q U E LIMOSA Déclaration obligatoire pour travailleurs, indépendants et stagiaires étrangers en Belgique Table des matières

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour recycler vos anciens appareils électro.

Tout ce qu il faut savoir pour recycler vos anciens appareils électro. Tout ce qu il faut savoir pour recycler vos anciens appareils électro. 2 VOUS TRIEZ VOS EMBALLAGES EN PAPIER, VERRE ET PMC? TRÈS BIEN! MAIS QUE FAITES-VOUS DE VOS DÉCHETS ÉLECTRO? Cette brochure vous explique

Plus en détail

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie Guide Guide pratique pratique des pour aides à la les propriété études de intellectuelle faisabilité en Wallonie SOMMAIRE 1. L innovation technologique... 2 2. Le cadre légal des aides... 2 2.1. Recherche

Plus en détail

Aide à la promotion de l'emploi (APE) Promotion de l'emploi marchand - jeunes (PME) Demande de subside

Aide à la promotion de l'emploi (APE) Promotion de l'emploi marchand - jeunes (PME) Demande de subside Aide à la promotion de l'emploi (APE) Veuillez renvoyer ce formulaire complété, signé et accompagné de ses annexes en 1 exemplaire à l'adresse suivante : En cas de difficultés, vous pouvez consulter le

Plus en détail

Guide. unequestion. Vous avez. sur la collecte et le traitement des déchets ménagers? la Communauté de Communes du Pays d'erstein

Guide. unequestion. Vous avez. sur la collecte et le traitement des déchets ménagers? la Communauté de Communes du Pays d'erstein N hésitez pas à contacter Vous avez unequestion sur la collecte et le traitement des déchets ménagers? la Communauté de Communes du Pays d'erstein par téléphone au 03 88 64 66 58 de 8h à 12h et de 14h

Plus en détail

Manuel administratif Assurance groupe. Manuel administratif Assurance groupe

Manuel administratif Assurance groupe. Manuel administratif Assurance groupe Sommaire 1 Quels documents recevez-vous lors de l entrée en vigueur de l assurance groupe?... 3 2 Quelles sont les possibilités offertes par KBC-Online?... 4 2.1 Possibilités dont dispose l employeur...

Plus en détail

Guide du tri. Que mettre dans le sac bleu? Collecte sélective des déchets d emballages ménagers

Guide du tri. Que mettre dans le sac bleu? Collecte sélective des déchets d emballages ménagers Collecte sélective des déchets d emballages ménagers Que mettre dans le sac bleu? Papier recyclé 10/11 plan K Éditeur responsable : Ernest Boever - VALORLUX asbl - BP 26 - L-3205 Leudelange - Ligne infos

Plus en détail

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation)

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) document d information Version 3.1 01.10.2014 C3 RCC EXTRAITS DE VOS DROITS

Plus en détail

Tableau GRI Rapport sur la durabilité 2005 2007

Tableau GRI Rapport sur la durabilité 2005 2007 Holcim (Suisse) SA Hagenholzstrasse 83 Case postale 8050 Zurich Téléphone +41 58 850 68 68 Téléfax +41 58 850 68 69 Tableau GRI Rapport sur la durabilité 2005 2007 Sommaire Ce document est partie intégrante

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Veuillez prendre note que ce document est à titre de référence. Votre convention collective prévaut sur toutes les informations fournies dans ce document. Si vous

Plus en détail

La gestion des d chets de lõexploitation foresti re

La gestion des d chets de lõexploitation foresti re La gestion des d chets de lõexploitation foresti re Avril 2011 I Fiche technique n 3 L exploitation forestière comme toute activité génère des déchets. Selon leur type et leur quantité, ils présentent

Plus en détail

LA RENTABILITE DES ENERGIES RENOUVELABLES

LA RENTABILITE DES ENERGIES RENOUVELABLES LA RENTABILITE DES ENERGIES RENOUVELABLES 1 COMMENT JUGER DE LA RENTABILITE DE L INVESTISSEMENT? Est-il rentable d investir dans un système exploitant les énergies renouvelables dans son logement? L argent

Plus en détail

Le tri : tous acteurs!

Le tri : tous acteurs! Le tri : tous acteurs! GUID D TRI Avec : Le héros : vous Le méchant : l erreur de tri Réalisation : SICOVAD P R V N T I O N A l achat - Préférer des grands conditionnements. - Privilégier les éco-recharges

Plus en détail

Guide pratique de la Redevance Incitative

Guide pratique de la Redevance Incitative Guide pratique de la Redevance Incitative Ernest NAVARRE, Président. Michel HÉRIEAU, Vice-Président en charge de la commission Collecte et traitement des Déchets. La loi relative à la mise en œuvre du

Plus en détail

Fost+ fait ses comptes, IEW aussi!

Fost+ fait ses comptes, IEW aussi! Fost+ fait ses comptes, IEW aussi! Juillet 2006 Avis d IEW quand aux déclarations de FOST+ (Rapport annuel 2005) Table des matières 0. Introduction... 1 1. Cadre légal... 2 2. Qui est FOST+?... 3 3. Objectifs

Plus en détail

Audit de l inscription automatique à la pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1B

Audit de l inscription automatique à la pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1B Direction générale des services de vérification interne Audit de l inscription automatique à la pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1B Mai 2014 Non classifié Vous pouvez télécharger cette publication

Plus en détail

Plan de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord

Plan de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord Plan de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord 2 Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord SOMMAIRE Le contexte et les objectifs La Communauté métropolitaine

Plus en détail

R-nano. Système de déclaration des substances à l état nanoparticulaire. Les questions/réponses techniques les plus fréquentes liées à :

R-nano. Système de déclaration des substances à l état nanoparticulaire. Les questions/réponses techniques les plus fréquentes liées à : R-nano Système de déclaration des substances à l état nanoparticulaire Les questions/réponses techniques les plus fréquentes liées à : l inscription, l activation du compte, la connexion, la gestion du

Plus en détail

(Règl. g.-d. du 22 février2006)

(Règl. g.-d. du 22 février2006) Règlement grand-ducal du 31 octobre 1998 portant application de la directive 94/62/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 décembre 1994 relative aux emballages et aux déchets d'emballages, (Mém.

Plus en détail

DECLARATION NECESSAIRE A L ETABLISSEMENT DU PRIX D ASSAINISSEMENT PUBLIC DES EAUX USEES INDUSTRIELLES

DECLARATION NECESSAIRE A L ETABLISSEMENT DU PRIX D ASSAINISSEMENT PUBLIC DES EAUX USEES INDUSTRIELLES U kan een Nederlandstalig formulier aanvragen op het telefoonnummer 02/775 75 76 DECLARATION NECESSAIRE A L ETABLISSEMENT DU PRIX D ASSAINISSEMENT PUBLIC DES EAUX USEES INDUSTRIELLES Cadre juridique :

Plus en détail

Guide de la redevance

Guide de la redevance Communauté de Communes du Kochersberg et de l Ackerland Guide de la redevance Gestion des déchets ménagers Furdenheim Handschuheim Hurtigheim Quatzenheim Définition La redevance incitative au tri des déchets

Plus en détail

4. ASTUCES PRATIQUES À CONNAÎTRE POUR UTILISER EFFICACEMENT GOOGLE ANALYTICS

4. ASTUCES PRATIQUES À CONNAÎTRE POUR UTILISER EFFICACEMENT GOOGLE ANALYTICS Formations > Nouveau - Analysez votre trafic efficacement avec Google Analytics 4. ASTUCES PRATIQUES À CONNAÎTRE POUR UTILISER EFFICACEMENT GOOGLE ANALYTICS Maintenant que vous vous êtes familiarisé avec

Plus en détail

EFFECTIF. Emmanuel Beaurepaire Directeur gérant Corina Orphanou Responsable Logistique Frédéric Sanchez Développement Commercial CHIFFRE D AFFAIRES

EFFECTIF. Emmanuel Beaurepaire Directeur gérant Corina Orphanou Responsable Logistique Frédéric Sanchez Développement Commercial CHIFFRE D AFFAIRES Recy stem Pro est une entreprise privée spécialisée dans la mise en place de systèmes individuels ou d approches mutualisées par secteur d'activité, pour permettre à des producteurs (fabricants nationaux,

Plus en détail

Profil Environnemental Produit

Profil Environnemental Produit pp Ce document s appuie sur la norme ISO 14020 relative aux principes généraux des déclarations environnementales et sur le rapport technique ISO TR/14025 relatif aux déclarations environnementales de

Plus en détail

PÉDAGOGIQUE. Rouletaboule. Ça composte chez nous. Produits dangereux. programme

PÉDAGOGIQUE. Rouletaboule. Ça composte chez nous. Produits dangereux. programme programme PÉDAGOGIQUE année scolaire 2015 / 2016 Rouletaboule Ça composte chez nous Produits dangereux SICTOM Nord Allier - RD 779 «Prends-y garde - 03230 Chézy - Tél : 04 70 46 77 19 - www.sictomnordallier.fr

Plus en détail

Aides Solaires Thermiques Associations - 2016

Aides Solaires Thermiques Associations - 2016 Dans le cadre de sa politique de lutte contre les changements climatiques, la Région Nord Pas de Calais Picardie encourage l investissement encourage l installation d équipements solaires par les associations

Plus en détail

LA FRANCHISE INDUSTRIELLE

LA FRANCHISE INDUSTRIELLE LA FRANCHISE INDUSTRIELLE Première franchise YPREMA CBM au Teil Réceptionner des déchets, les transformer en produits et vendre ces produits est aujourd hui un vrai schéma économique. Pour atteindre en

Plus en détail

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance.

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance. DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Épreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2010 Ce fichier nu m é r i q u e ne peut être repr o d u i t, représe

Plus en détail

Le Mot de la Municipalité

Le Mot de la Municipalité Le Mot de la Municipalité La récupération, le tri et l'élimination de nos déchets revêtent un caractère important pour chacune de nos communes. En effet, mis à part le bénéfice écologique et la lutte contre

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

votre partenaire dans

votre partenaire dans Le comptable-fiscaliste IPCF : votre partenaire dans un projet gagnant! Une brochure de l Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés Qu est-ce qu un comptable-fiscaliste IPCF? Qui sont

Plus en détail