«Etude de l Intérêt de l Auto- Evaluation Dans l Enseignement par Simulation»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Etude de l Intérêt de l Auto- Evaluation Dans l Enseignement par Simulation»"

Transcription

1 Université de Rouen UFR Sciences de l Homme et de la Société Département Sciences de l Education Laboratoire CIVIIC Année Universitaire «Etude de l Intérêt de l Auto- Evaluation Dans l Enseignement par Simulation» «Exemple des Internes d Anesthésie pour l Apprentissage des Compétences Non Techniques en Situation d Urgence» En vue de l obtention du Master 2 de recherche à distance Francophone Sous la direction de François DESJARDINS, Professeur à l «Institut de Technologie de l Université de l Ontario, Oshawa» et de Georges-Louis BARON, Professeur à l «Université Paris V Sorbonne» Etudiant : Sylvain BOET-GRIBOV 1

2 BOET Sylvain Etude de l Intérêt de l Auto-Evaluation Dans l Enseignement par Simulation : Exemple des Internes d Anesthésie pour l Apprentissage des Compétences Non Techniques en Situation d Urgence. Résumé : La «gestion des ressources de crise» (Crisis Resource Management) correspond à l ensemble des compétences non techniques à mettre en œuvre en équipe lors de la prise en charge d un patient en situation critique urgente. Ces compétences sont représentées entre autres par la communication intra-équipe soignante, le leadership et le travail en équipe, et ceci dans le contexte d un patient présentant une situation d urgence absolue. L évaluation et la formation des personnels de santé à ces compétences peuvent être réalisées à l aide de simulateurs médicaux. Néanmoins, les séances de simulation nécessitent la présence d un instructeur pour débriefer les participants ce qui limitent fortement l offre de formation et d évaluation des médecins. Grâce à des simulateurs médicaux, nous explorons dans ce travail l intérêt potentiel de l auto-évaluation, sous ses deux aspects formatif et sommatif, des compétences de gestion de ressources de crise des médecins anesthésistes réanimateurs. D une part, nous étudions l effet de l apport de la vidéo dans la fiabilité de l auto-évaluation sommative des compétences de gestion des ressources de crise. D autre part, nous étudions l effet de l auto-évaluation formative, par l intermédiaire de l auto-débriefing, sur la modification de la performance des médecins. Enfin, sous l éclairage de nos résultats, nous discutons les fondements théoriques potentiels et l intégration pratique de l auto-évaluation dans le système existant. Mots-clés : Auto-évaluation ; Simulation médicale ; Compétence ; Médecine ; Gestion des ressources de crise. 2

3 REMERCIEMENTS Nous adressons ici tous nos remerciements à nos deux directeurs : Monsieur François Desjardins et Monsieur Georges-Louis Baron pour leurs conseils, leur soutien, et leur confiance. A Monsieur le Docteur Viren Naik pour m avoir accueilli et supervisé au centre de simulation à Toronto. A Madame Marianing Porot pour son animation exceptionnel du MARDIF. A Olga pour sa compréhension. 3

4 TABLE DES MATIERES :!"#$%&'()'(#*$'+(, ! /-! B! C-! G! H-! L-! /L! /-! /L! "#! $%!&'()*+,-*./.)0%####################################################################################################################################### 12! 3#! $%!)'-.'4-'()*+,-*./.)0%########################################################################################################################### 15! C-! $26:;<7= /B! "#! 6789'+"*.'(!:%!9"!('*.'(!:%!-'08;*%(-%# ########################################################################################### 1<! 3#! ="7'('0.% ####################################################################################################################################################### ><! H-! HC! "#! #################################################################################### B>! 3#! $?;/"9,"*.'(!%(!0;:%-.(%########################################################################################################################## BB! -#! C"++.D+%)!E!9?;/"9,"*.'(!:%)!-'08;*%(-%)!0;:.-"9%) #################################################################### BF! L-! HG! "#! $%!-'(-%8*!:%!).0,9"*%,+!0;:.-"9!%*!9?,)"G%!"-*,%9!:%!9"!/.:;'################################################ BH! 3#! &":+"G%!:%!9"!+%-I%+-I%J!.(*;G+"*.'(!:%)!).0,9"*%,+)!0;:.-",7!:"()!9%)!*"7'('0.%)# 2B!!!!"#$*MN(#'P(%N!W+( LL! LL! "#! K"+."39%)!.(:;8%(:"(*%)!J ######################################################################################################################### 22!.#! L)"G%!8+'8');!:,!).0,9"*%,+!0;:.-"9################################################################################################## 22!..#! L)"G%!8+'8');!:%!9?%(+%G.)*+%0%(*!/.:;'########################################################################################## 22! 3#! K"+."39%)!:;8%(:"(*%)!J############################################################################################################################# 25!.#! &"8"-.*;!:%)!.(*%+(%)!%(!"(%)*I;).%!E!9?",*'4;/"9,"*.'(!)'00"*./% ###################################### 25!..#! M%+N'+0"(-%!:%!G%)*.'(!:%)!+%))',+-%)!:%!-+.)%!).0,9;%########################################################### 2F!...#! O;3+.%N.(G!8"+!.()*+,-*%,+####################################################################################################################### 2F!./#! P,*'4:;3+.%N.(G############################################################################################################################################# 2F! C-! LB!!X"#Y('P%M( LZ! /-! LZ! "#! O%).G(################################################################################################################################################################# 2Q! 3#! R%-+,*%0%(*#################################################################################################################################################### 5S! -#! MI")%!:?T+.%(*"*.'( ###################################################################################################################################### 5S! :#! U.0,9"*.'(!E!8+'8+%0%(*!8"+9; ############################################################################################################## 51! %#! V()*+,0%(*)!:%!0%),+%!:%!9"!8%+N'+0"(-%######################################################################################## 5>! N#! U*"*.)*.A,%)######################################################################################################################################################## 5B! 2.! [[! "#! 6*,:%!)'00"*./%########################################################################################################################################### 5F! 3#! 6*,:%!N'+0"*./%############################################################################################################################################# 5H!!X"#M!R$+RR!%&R#\#N(],()!%&R L! /-! C-! ! BK! [-! BC! "#! P,*'4:;3+.%N.(G)!)%,9)!',!%(!"))'-."*.'(!"/%-!:%)!:;3+.%N.(G)!8"+!.()*+,-*%,+W ############# <>! 3#! M%,*4'(!"9'+)!),88+.0%+!9%)!%()%.G("(*)W######################################################################################### <B! 4

5 -#! &'00%(*!:;/%9'88%+!9"!+;N9%7./.*;!W #################################################################################################### <2!.-! X"#$%&$,+R!%& BB! X!"#a!a,!%ON*0P!(#('#R!'%ON*0P!( ZK! X!!"#*&&()(R ZZ! 5

6 I- CONTEXTE ACTUEL La formation des professionnels de santé est une préoccupation majeure de tout système de santé moderne dont le but ultime est de garantir la sécurité des patients. Le concept de sécurité des patients est naît aux Etats-Unis dans les années 1980 et elle est aujourd hui reconnue comme une discipline à part entière et de première importance. En s inspirant du domaine de l aviation (Crawford, 1971; Helmreich, 2000), l étude des questions d évènements indésirables survenant chez les patients a mis en évidence dès le début des années 1980 l importance de la responsabilité des facteurs humains dans la survenue d accidents médicaux (Newbower, 1981; Cooper, 1982). En effet, la majorité des complications et accidents en médecine n est pas due à la qualité d une procédure technique par un soignant mais le plus souvent à des facteurs organisationnels, humains, de communication ou encore d ordre psychologique ou cognitif. Parmi ceux-ci, la fatigue (Landrigan, 2004; Barger, 2006), le syndrome d épuisement professionnel (Fahrenkopf, 2008), la pression de productivité, un environnement professionnel inhabituel, des noms de médicaments similaires entre eux, une atmosphère de travail conflictuelle et la diminution du ratio soignant-patient (Aiken, 2002) sont impliqués dans les incidents et accidents médicaux chez les patients. Pour minimiser l impact de ces facteurs, la qualité de la formation des professionnels de santé est donc au premier plan (Neale, 2001). La diffusion de la préoccupation de la sécurité des patients au grand public s est faite à la fin des années 1990 grâce à un rapport de l Institut de Médecine aux Etats-Unis intitulé : «L erreur est humaine» (traduction personnelle de «To Err is Human») (Kohn, 2000). L annonce de à morts évitables du fait d erreurs médicales chaque années aux Etats-Unis, dont uniquement dus aux erreurs de médicaments, a fait très rapidement réagir la classe politique qui a ordonné la mise en œuvre immédiate de changements pour améliorer la sécurité des patients (Charatan, 2000). Un de ces changements a été le développement majeur de l attention portée aux simulateurs médicaux permettant de mieux former et évaluer les professionnels de santé. Le développement des notions de sécurité des patients et la prise de conscience de l implication des facteurs humains dans la survenue de complications voire décès chez un certain nombre de patients ont contribué à l amplification de l offre de formations initiales et continues, et notamment celles utilisant les simulateurs médicaux. De plus les avancées technologiques et informatiques ont permis de répondre 6

7 favorablement à ce besoin en fournissant des simulateurs de formation. L éducation des professionnels de santé est donc devenue clairement un enjeu à la fois politique, économique et sociétale. Aujourd hui, la simulation médicale a commencé et continue tous les jours de permettre de répondre à ces enjeux.!" #$%&'()*+,*+-%)./0*1-*+*1+2*304%1+,*3+$*33%5$-*3+,*+-$43*+ + Au sein de l ensemble des situations impliquant les facteurs humains en médecine, les situations où un patient présente un état d urgence absolue, dites situations de «crise», représentent un groupe de situations particulières et probablement des plus redoutées des professionnels de santé. La nécessité immédiate d un traitement vital pour le patient, de décisions rapides sans disposer de l ensemble des informations, la conscience de la part des soignant que la vie du patient dépend de leurs actions, l interaction entre les différents membres d une équipe multidisciplinaire, créent un stress majeur chez les soignants impliqués. En effet, dans ces situations de crise, l importance des facteurs humains est cruciale pour le devenir du patient. La «gestion des ressources de crise» (Crisis Resource Management) correspond à l ensemble des compétences non techniques à mettre en œuvre en équipe lors de la prise en charge d un patient en situation critique urgente (Gaba, 1994). Nous utiliserons dans ce mémoire de façon synonyme et interchangeable les termes de «compétences de gestion des ressources de crise» et «compétences non techniques en situation d urgence». La gestion des ressources de crise est une compétence transversale que partage de nombreuses spécialités telles que la cardiologie, la chirurgie, la pneumologie et bien entendu la médecine d urgence, l anesthésie et la réanimation. Le concept de gestion des ressources de crise en médecine est naît au début des années 1990 grâce au croisement des champs de l aviation et de l anesthésie (Howard, 1992). Ces compétences sont représentées par la communication intra-équipe soignante (ou au sein de l équipe soignante), le leadership, la représentation de la situation (traduction personnelle de «situation awareness») ou encore le travail en équipe, et ceci dans le contexte d un patient présentant une situation d urgence absolue (St Pierre, 2008). Les membres de l équipe doivent aussi chacun être en mesure d utiliser l ensemble des ressources disponibles, que ces soit les informations, les appareils techniques ou d autres membres de l équipe afin de sauver le patient. 7

8 Afin de clarifier au mieux ce que représente la gestion des ressources de crise, nous souhaitons proposer un exemple concret des compétences en gestion de ressources de crise à mettre en œuvre lors d un patient en arrêt cardiaque. Les mêmes compétences pourraient s appliquer à d autres urgences absolues comme par exemple une hémorragie en salle d accouchement, une crise d asthme très sévère ou un polytraumatisme. Lorsque l équipe soignante arrive auprès du patient, un leader doit se dégager du reste de l équipe. Le leader doit être capable d analyser immédiatement la situation avec très peu d informations disponibles et décider des actions à entreprendre. Son rôle est d organiser l équipe, c est à dire de distribuer les tâches à chaque membre de l équipe. Ses ordres doivent être clairs, précis et prendre en compte les compétences individuelles des membres d équipe. Au cours de la réanimation, le leader doit s assurer de la qualité du travail de chaque membre de l équipe et éventuellement corriger leurs actions ou redistribuer les rôles. Les membres de l équipes doivent, eux, effectuer efficacement les ordres du leader et rapporter à ce leader l état d avancement des actions ordonnées (par exemple : médicament injecté) et aussi les éléments cliniques pouvant aider le leader dans ses décisions. Pour effectuer tout cela, la communication doit être réalisée en boucle fermée entre le leader et le membre d équipe. Une difficulté fréquente dans ces situations est la variabilité de la composition de l équipe en terme de professions qui la composent, mais aussi des individus qui ne se connaissent pas systématiquement. Ainsi, il est important que chaque professionnel, quelque soit sa fonction (infirmière, médecin, etc ), partage le même «schéma mental» (ou vision) d action. Cela nécessite donc une formation spécifique de tous les personnels impliqués dans les situations d urgence nécessitant les compétences de gestions de ressources de crise. De plus, de nombreux facteurs cognitifs entrent en jeu dans les situations de crise et réduisent la capacité de décision et d action des soignants. Par exemple, sous l effet de l urgence et de l enjeu vital pour le patient, le stress peut provoquer une réduction du champ de vision des soignants, une modification de la clarté de leur jugement, et souvent des erreurs de fixation (St Pierre, 2008). L erreur de fixation est révélée par une attention exagérée d un individu portée sur un élément particulier au détriment de la perception de l ensemble de la situation. L erreur de fixation se définit par une tendance à chercher une confirmation des informations et en déformant les données de façon à ce qu elles s intègrent dans le schéma mental en cours. Tout comme pour les personnels d aviation, les compétences des professionnels de santé sont reconnues comme essentielles en situation d urgence vitale pour traiter au mieux le patient. La simulation médicale se définit comme l ensemble des procédés qui permettent de 8

9 reproduire de façon plus ou moins réaliste les situations rencontrées en pratique clinique par les médecins. Les simulateurs médicaux qui permettent d enseigner/de pratiquer la gestion des ressources de crise sont des simulateurs dits à «haute fidélité». Ils sont constitués d un mannequin corps entier qui intègre en son sein de nombreux systèmes électroniques et est commandé à distance par un ordinateur. L ordinateur permet à l enseignant instructeur de reproduire de nombreuses situations cliniques avec le mannequin. Le but de l usage des simulateurs médicaux est l amélioration de la qualité des soins prodigués aux patients et in fine de diminuer le taux de complications et d augmenter le taux de survie des patients. 6" #$%&'()*3+,*+7%$)804%1+9+'8+-%)./0*1-*+ Parmi les différentes disciplines médicales, l anesthésiste-réanimateur a la particularité, d une part d être confronté à des situations critiques, mais aussi d observer les résultats de ses actions quasi-immédiatement sur les patients. La nature urgente du contexte au sein duquel il/elle opère rend quasi-impossible la consultation avec un pair, et met un fort accent sur le besoin de travail en autonomie et donc de gestes et de comportements bien maîtrisés. De ce fait, le maintien parfait des compétences, y compris des compétences non techniques en gestion de ressources de crise en anesthésie réanimation, est essentiel pour le devenir du patient (Gaba; Flin, 2008),. Bien qu essentiel, le concept de gestion en ressources de crise est relativement récent et n est généralement pas abordé au cours des enseignements théoriques à l Université. Certains étudiants «sentent» naturellement l importance dans ces situations critiques de savoir communiquer efficacement, ou de savoir se positionner comme leader. D autres étudiants vont «découvrir» l existence de ces compétences en observant certains de leurs mentors au cours des stages à l hôpital, notamment dans les services tels que l anesthésie, les urgences ou la cardiologie. Du fait de la relativement faible fréquence et de l imprévisibilité des situations d urgence absolue nécessitant une mise en œuvre des compétences de gestion de ressource de crise, la formation par compagnonnage des jeunes médecins est particulièrement difficile et aléatoire. Enfin, la grande majorité des étudiants vont souvent réaliser l ensemble de leurs études médicales en ignorant tout de ces compétences clés aussi bien théoriquement que dans la pratique. Pour les médecins plus expérimentés, la sensibilité de chaque professionnel à ce type de compétence est extrêmement variable et produit ainsi de très larges variations de compétence inter-individuelle. La tendance naturelle des 9

10 professionnels de santé est bien souvent de focaliser leur attention sur l aspect technique des soins aux patients. Ainsi, après une situation d urgence absolue, les discussions des membres de l équipe soignante auront naturellement tendance à s orienter vers une perfusion difficile à insérer, une ventilation au masque difficile, etc mais rarement vers les compétences non techniques de gestion de ressources de crise comme le manque de communication en boucle fermée, un leader hésitant avec des ordres imprécis, etc Donc, il est presque totalement exclu d imaginer apprendre ces compétences de ses pairs au cours de son exercice professionnel, car comment apprendre ce dont on n a pas conscience? (Hodges, 2001; Eva, 2004) Au vu de ces éléments, il apparaît de plus en plus clairement que l enseignement par simulation trouve ici tout son intérêt. :" #$%&'()*3+,;/<8'5804%1+,*+-%)./0*1-*3+ Tout médecin qui désire rester compétent doit apprendre tout au long de sa vie professionnelle, ce qui présuppose une capacité à reconnaître ses forces et ses faiblesses (Spencer, 1999). La compétence d auto-évaluation est à la base du système de professions autorégulées. En effet, l auto-évaluation est censée permettre à chaque médecin de différencier son auto-formation, en orientant le choix de sa formation continue en fonction des résultats de l auto-évaluation. Aucun tiers n aide les médecins à définir leurs forces et faiblesses, ou ne les évalue formellement, ce qui rend le besoin en auto-évaluation encore plus aigu. Cependant, comme le montrent plusieurs méta-analyses, la compétence en autoévaluation reste une difficulté importante pour la majorité des professionnels de santé et ne permet donc pas de compenser pour le manque de l évaluation pas un tiers (Falchikov, 1989; Gordon, 1991; Ward, 2002). Il existe donc un écart entre, d un côté, l exigence d autorégulation au sein de cette profession, et de l autre, une faible capacité des professionnels de santé à s auto-évaluer. La simulation médicale peut contribuer à diminuer cet écart car elle permet d évaluer, que ce soit de façon formative ou sommative, la compétence des ressources de crise des médecins. Lorsque les médecins sont formés et/ou évalués par simulation médicale, les scénarios sont suivis d un débriefing réalisé par un instructeur expert. Or, l instructeur représente souvent un obstacle majeur au développement de la simulation comme outil de formation en médecine pour au moins trois raisons (Savoldelli, 2005). D abord, le coût et la rareté des instructeurs dont on peut garantir la compétence sont une première barrière. La 10

11 formation initiale et continue des instructeurs a un coût élevé pour les hôpitaux. De plus, les instructeurs étant aussi la plupart du temps médecins, le temps qu ils consacrent à l enseignement réduit d autant le temps clinique consacré aux soins des patients. Or, souvent, les soins constituent souvent leur seule source de rémunération. Deuxièmement, l organisation des séances de simulation médicale est soumise à l emploi du temps des instructeurs. Ainsi, étant donné leurs faibles nombres, l absence du ou des instructeurs empêche l organisation des séances de simulation médicale. Les participants sont donc soumis à une contrainte de temps par rapport à l instructeur. Enfin, le débriefing par un instructeur peut parfois être intimidant pour les participants. La remise en cause de ses pratiques par autrui n est jamais aisée et peut avoir un impact négatif sur les relations entre les participants et les instructeurs en dehors de la simulation médicale. Ceci peut éventuellement freiner certains médecins à s entraîner en utilisant cette méthode. =" #$%&'()*3+,;850%/<8'5804%1+,*+-%)./0*1-*+ Plusieurs méta-analyses ont montré l absence de fiabilité de l auto-évaluation en médecine (Falchikov, 1989; Gordon, 1991; Ward, 2002). Ce résultat peut paraître inquiétant car, comme nous venons de le préciser, la capacité d auto-évaluation est à la base du système de professions autorégulées dont la médecine fait partie. En effet, chaque professionnel décide lui-même des formations dont il a besoin pour maintenir sa compétence en fonction de ses forces et faiblesses ressenties (Spencer, 1999). Cela signifie-t-il alors qu un grand nombre de médecins n est pas compétent faute de pouvoir choisir les formations continues dont ils ont réellement besoin? Faut-il alors un créer un organisme de contrôle des compétences des médecins afin de certifier leurs compétences auprès du public? Les pilotes d avion sont soumis, eux, à ce type de régulation externe depuis déjà de nombreuses années. S ils ne réussissent pas leurs tests, ils sont contraints de participer à plus de formation ciblées jusqu à démontrer leurs compétences. La culture médicale est différente et cette question de l auto-évaluation a de quoi embarrasser aussi bien les professionnels de santé que les patients car elle remet potentiellement en cause l ensemble de la confiance patient-médecin ainsi que tout le système de régulation médicale dans le monde. Néanmoins, plusieurs éléments limites la portée de ces méta-analyses. Ward a déploré la grande variabilité méthodologique des articles portant sur l auto-évaluation en médecine 11

12 (Ward, 2002). Deux types de méthodologies sont globalement utilisés pour comparer le score d auto-évaluation et celui du gold standard: interindividuelle et intraindividuelle. Lorsque la comparaison est interindividuelle, le résultat est donné soit par un taux de corrélation, soit par un pourcentage d agrément, soit enfin par une comparaison des scores moyens au niveau d un groupe (Ward, 2002). La comparaison intraindividuelle établit une classification de ses propres savoir-faire les uns par rapport aux autres. L étalon-or avec lequel est comparé le score d auto-évaluation est variable et dépend par exemple de la compétence technique ou non technique étudiée, et de la définition ou représentation de la compétence en question par les étudiants ou experts (Ward, 2002). La fiabilité varie aussi selon l instrument de mesure et son utilisation. Par conséquent, les conclusions en apparence uniformes des méta-analyses ne sont peut être par si définitives De plus, quelques études ont trouvé une fiabilité correcte de l auto-évaluation en médecine ou en aviation sous certaines conditions (Palmer, 1985; Hays, 1990; Martin, 1998; Burdekin, 2004). Et enfin, d autres chercheurs ont récemment remis en cause le paradigme selon lequel l auto-évaluation est étudiée (Colliver, 2005; Eva, 2005; Eva, 2008). Pourquoi l auto-évaluation semble-t-elle peu ou pas fiable? Tout d abord, l autoévaluation sous-entend l attribution d une note ou au moins d une appréciation (par exemple grâce à une échelle de Likert) pour une compétence donnée. Cette appréciation se fait en appréciant l écart entre sa propre performance réalisée et la performance «idéale». Le premier facteur pouvant expliquer la mauvaise fiabilité de l auto-évaluation est la définition de la performance «idéale». La représentation, la perception, l idée que l on se fait de la performance parfaite varie selon le degré d expertise du professionnel et aussi selon la complexité de la tâche (Ward, 2002). Ainsi, un étudiant aura une représentation de la réalisation parfaite différente de celle de l expert qui sera probablement beaucoup plus exigeant car capable de percevoir plus de nuances. Donc lorsque les études comparent le score de l auto-évaluation avec le score d un expert, on peut comprendre que les appréciations soient différentes. Dans ce cadre, l instrument de mesure de la performance aura son importance car il devra permettre de proposer des définitions des performances idéales accessibles aussi bien aux experts qu aux autres professionnels (Ward, 2002). D autre part, plus la tâche à évaluer est complexe et longue, plus il sera difficile de fournir une autoévaluation fiable (Ward, 2002). En effet, dans ce cas, il est probable qu il y ait des fluctuations de performance au cours d une situation longue et complexe et que la tâche globale englobe plusieurs sous-unités de compétences. Mais l évaluation finale donne 12

13 souvent une seule note. Il est alors probable que l expert et le participant attribuent un poids différent à différents aspects de la performance. Le second facteur pouvant expliquer la mauvaise fiabilité de l auto-évaluation est le regard que l on porte sur sa propre performance. La mémoire est un outil important pour permettre de juger de sa performance. Or, la mémoire peut être affectée par plusieurs facteurs, et notamment par le stress en situation d urgence (St Pierre, 2008). Parmi les autres effets du stress sur la performance, la perception du temps est déformée, le champ de vision restreint et l appréciation d une situation inexacte (LeBlanc, 2005; St Pierre, 2008). Ceci peut certainement induire un biais de jugement altérant la capacité d auto-évaluation. Le sujet réalisant l auto-évaluation perdrait ainsi son «objectivité» quant à sa performance. De plus, des raisons psychologiques et sociales poussent chacun individu à se percevoir comme un moyennement compétent, ne serait-ce que pour préserver l estime de soi (Wood, 1989; Athanasou, 2005). Mais une autre raison majeure pourrait expliquer cette apparente contradiction entre une faible capacité des professionnels de santé à l auto-évaluation et une profession autorégulée. En effet, l auto-évaluation est presque toujours considéré dans la littérature selon son aspect sommatif : un score auto-évalué est comparé d une façon ou d une autre au score «réel». Il s agit là du paradigme sommatif. Mais, bien qu ayant récemment attiré l attention de plusieurs auteurs, l autre paradigme de l auto-évaluation, dit formatif, n a que peu été exploré (Colliver, 2005; Eva, 2005; Eva, 2008). Ce paradigme de l auto-évaluation formative relève de la réflexion sur ses pratiques, du questionnement, de la mise en perspective de ses actions, de la distanciation de soi. L étude de l auto-évaluation formative se déroule selon une méthode de type qualitatif où les mots et les idées prédominent sur les scores chiffrés. Ainsi, alors que l auto-évaluation sommative est généralement approchée par une analyse de la relation entre des scores auto-évalués et des scores considérés comme réels, l autoévaluation formative requiert plutôt un processus analysé sur le mode qualitatif dans le sens où il correspond à une auto-réflexion, sans se préoccuper du score (analysé sur le mode quantitatif). Il est tout à fait possible que les individus soient capables de l auto-évaluation formative (mode qualitatif) sans être capables de l auto-évaluation sommative (mode quantitative). En d autres termes, il est possible que, même si un individu n est capable de «deviner» avec précision son score, le processus de réflexion sur sa performance lui permette de s améliorer dans le futur. 13

14 II- CADRAGE DE L ETUDE ET HYPOTHESE GENERALE!" >.430/)%'%24*+ a. Le Constructivisme Pour le constructivisme, les connaissances et la compréhension du monde ne sont pas le reflet exact de la réalité, mais sont une construction de celle-ci à partir des éléments déjà connus, intégrés par chaque individu. Le constructivisme s'attache à étudier les mécanismes et processus permettant cette construction de la réalité. La compréhension et l appréhension de la réalité, constamment renouvelée, s élaborent à partir des représentations plus anciennes d événements passés, que le sujet a d ores et déjà «emmagasinées» dans son vécu. Le sujet reconstruit, réajuste, en interne, les informations reçues à travers ses expériences en regard de ses propres concepts. Le constructivisme met en avant l activité et la capacité inhérentes à chaque sujet, ce qui lui permet d appréhender la réalité qui l entoure. Piaget est l un des pionnier du constructivisme et toute son œuvre tend à montrer que l on construit ses connaissances par ses propres actions. Un tel mécanisme ne peut donc se réduire à la seule innéité (bien que Piaget ne nie pas totalement la présence de «facilités» de certains pour certains types de tâches), ni à une simple accumulation des connaissances. Piaget décrira le développement comme «une autorégulation, c est à dire une suite de compensations actives du sujet en réponse aux perturbations extérieures et d un réglage rétroactif (feedback) et anticipateur constituant un système permanent de telles compensations» (Piaget, 1971). Dans un courant dit cognitif du constructivisme, Bruner estime que l apprentissage est un processus actif dans lequel les apprenants fondent, sur les connaissances actuelles et passées, la construction de nouvelles idées ou nouveaux concepts (Bruner, 1974). Cette vision considère que l'apprenant s'appuie sur sa structure cognitive pour transformer l'information. Ainsi, ce courant reconnaît la construction du savoir sur des bases préexistantes appartenant au sujet, et aussi l importance de l environnement et du contexte d apprentissage. Pour sa part, Simpson considère que le constructivisme n'est pas une théorie, mais plutôt une épistémologie ou point de vue philosophique sur la nature de l'apprentissage (Simpson, 2002). Schunk confirme la thèse de Simpson en soulignant que la théorie est une explication scientifiquement valable qui permet la génération et le test d'une hypothèse 14

15 (Schunk, 2004). Le constructivisme selon Schunk ne prétend pas que les principes d'apprentissage qui peuvent être découverts et testés existent, mais affirme en revanche que l'apprentissage est créé par l'apprenant. Schunk poursuit en disant que si nous voulons considérer le constructivisme comme une théorie, alors il n'est pas une théorie unifiée, mais doit être considéré comme trois sous-théories différentes: exogène, endogène, et dialectique (Schunk, 2004). Il est difficile de proposer une définition simple, univoque et acceptée par tous du constructivisme. Von Glasserfeld réfute tout courant au sein du constructivisme et défend le constructivisme radical (von Glasersfeld, 1994). Merriam suggère la définition suivante : «le constructivisme, représentant un éventail de perspectives, postule que les apprenants construisent leur propre connaissance à partir de leurs expériences» (Merriam, 2001). Dans leur définition, le processus cognitif de la construction de connaissance est souligné à la fois comme une activité mentale individuelle et un échange interactif sociale. Cette définition semble saisir l'essence des points de vue contradictoires entourant la théorie, et les rassemble non pas tant en une théorie unifiée, mais plutôt une philosophie d'enseignement bien articulé (cf socio-constructivisme ci-après). b. Le socio-constructivisme Le socio-constructivisme enrichit le constructivisme de l aspect social de l'apprentissage. Issu essentiellement des travaux de Lev Vygotsky au début du 20e siècle, le socio-constructivisme s appuie sur les hypothèses fondamentales de la réalité, les connaissances et l'apprentissage. Dans le constructivisme social, la réalité est considérée comme une construction de l'activité humaine, et plus particulièrement grâce aux interactions sociales humaines. Selon cette hypothèse, l'individu ne peut pas découvrir seul la réalité parce que la réalité n'existe pas jusqu'à ce qu'elle soit «inventée» ou construite par la société. La connaissance est donc vue comme une construction sociale et culturelle (Kim, 2001). Si la réalité et la connaissance sont des constructions sociales, alors l'apprentissage doit également être un processus social (Kim, 2001). L'apprentissage devient alors un processus de collaboration au sein d une équipe. Même si les théories constructivistes sont clairement issues des travaux de recherche sur l apprentissage des enfants, la vision du constructivisme contemporain est étroitement 15

16 associée à l'andragogie, l'apprentissage des adultes. Ainsi, le concept de «zone de développement proximal» (aussi appelée «zone de proche développement») s applique aussi bien aux enfant qu aux adultes. L'un des concepts clés issu des recherches de Vygotsky est le phénomène que Vygotsky a appelé la zone de développement proximal (ZPD). Vygotsky décrit la ZPD comme «la distance entre le niveau de développement effectif actuel, déterminé par la capacité à résoudre seul un problème, et le niveau de développement potentiel, déterminé par la capacité à résoudre un problèmes sous la direction (l assistance) d adultes ou en collaboration avec des pairs plus capables» (Vygotski, 1978). Autrement dit, la définition de Vygotsky de la ZPD décrit l écart entre ce que les individus peuvent faire par eux-mêmes et ce qu'ils ne peuvent pas faire, même lorsque assistée par un adulte ou pair plus «compétent». Ce concept est illustré sur la figure suivante (Figure 1). Figure 1: Représentation de la zone proximale de développement. En dehors de la ZPD, sont soit des tâches que l'apprenant peut déjà réaliser (vers l intérieur de la ZPD), ou des tâches que l'apprenant ne serait pas en mesure de faire (vers l extérieur de la ZPD) même avec l'aide d un instructeur (Vergnaud, 2000). L'enseignement 16

17 doit alors se concentrer sur les tâches à l'intérieur de la ZPD (zone grise sur la figure) que l'apprenant ne peut pas faire par lui-même mais que l on peut raisonnablement s'attendre à ce qu il réalise avec l'aide d'un instructeur. Par conséquent, lorsque l'apprenant accomplit seul après apprentissage une tâche appartenant à la ZPD, cette tâche sera intégrée dans la «zone de compétence». Ainsi, si l on considère ce schéma appliqué à un groupe de compétences finies et accessibles avec l aide de pairs, la ZPD se rétrécira au profit de la «zone de compétence». Si l on considère une compétence ou un groupe de compétences infinies, la «zone de compétence» s élargira et l anneau de la ZPD se déplacera vers l extérieur repoussant alors la «zone de non compétence». Donc, d après ce modèle de ZPD, toute tentative d enseignement/apprentissage devra cibler pour des tâches/compétences situées dans la ZPD. Si les tâches sont à l extérieur, elles seront impossibles à intégrer par l apprenant, si elles sont à l intérieur, elles sont déjà maîtrisées par l individu donc sans intérêt pour l enseignement-apprentissage. 6"?%)./0*1-*+ a. Exploration de la notion de compétence. (i) Selon les disciplines en général De très nombreux auteurs ont approché la notion de «compétence» et tenté de la définir. Les définitions proposées varient en fonction de nombreux paramètres tels qu entre autre la discipline considérée, l expérience de l auteur et ses objectifs, etc... Il semble que les mots/idées/concepts revenant aujourd hui dans la plupart des définitions soient «mobilisation», «ressources cognitives», «transfert» et «action» ou «activité» (Le Boterf, 1994; Ardouin, 2005). De nombreuses approches et définitions selon les domaines et théories Le Petit Larousse définit la compétence comme «Ensemble des dispositions, capacités, aptitudes spécifiques qui permettent à tout sujet parlant une langue de la maîtriser, et qu'il met en œuvre à l'occasion de ses actes de parole effectifs dans des situations concrètes (ce qui constitue la performance)» en tant que définition principale et comme «aptitude pour 17

18 un tribunal à juger une affaire (droit)» en tant que seconde définition (Larousse, 2010). D autres dictionnaires décrivent la compétence comme une «capacité dans une matière donnée» ou encore «une connaissance approfondie». Les dictionnaires des synonymes indiquent de très nombreux termes comme par exemple : «capacité», «expertise», «qualification», «aptitude», «faculté», «habileté», «penchant», «pouvoir», «propension», «qualité», «savoir-faire», «virtuosité». La définition du concept de «compétence» varie selon les disciplines professionnelles mais aussi le milieu dans lequel il est appliqué. Ainsi, il peut être considéré tantôt comme un état, un statut, tantôt comme une capacité. Il se dégage de ce constat de variabilité une impression de «subjectivité» dans la définition de la notion de compétence. Comme l explique Ardouin (Ardouin, 2005), le terme «compétence» provient historiquement du domaine juridique et s adresse essentiellement à une notion de groupe. Il s agit alors de «la légitimité et l autorité conférée aux institutions pour traiter de problèmes donnés». Ensuite, plusieurs disciplines se sont intéressées à ce terme et l ont transféré au niveau de l individu. Pour les linguistes, la compétence se distingue clairement de la performance. La compétence correspond à un potentiel, celui de pouvoir produire une infinité de productions langagières. Quant à la performance, elle est directement liée à l action puisqu elle correspond à l utilisation effective de la langue en situations concrètes (Jonnaert, 2002). Performance et compétence sont donc à la fois distinctes et liées fonctionnellement. La performance est ainsi perçue par les linguistes comme l activation de la compétence contextualisée. La psychologie s est d abord appuyée sur les théories béhavioristes et comportementalistes pour décrire la notion de compétence. Ainsi Raynal et Gbato reprennent la définition de la compétence comme «un ensemble de comportements potentiels (affectifs, cognitifs et psychomoteurs) qui permettent à un individu d exercer efficacement une activité, une fonction, un rôle» (Raynal, 1997; Gbato, 2008). Les théories béhavioristes ont une représentation quantitative du concept de compétence, avec la fragmentation et la hiérarchisation des connaissances, contenus et des tâches, potentiellement au détriment d une vue d ensemble. Elles considèrent donc que la compétence réunis plusieurs sous-unités que sont les savoirs (connaissances), les savoir-faire, et les savoir être. Cette définition peut laisser penser que la somme des trois éléments induit automatiquement la compétence. Ainsi, 18

19 cette vision de la compétence fait le parallèle avec le système taylorien et ses tâches répétitives (Le Boterf, 2002). Puis les théories cognitivistes et constructivistes sont apparues et ont permis d approcher les notions de compétence d une façon différente. Pour l approche cognitiviste, la compétence est initialement simplement vue comme la rencontre d une situation et de connaissances à appliquer. Par la suite, elle ajoute la notion de «reconnaissance» (que cette situation spécifique appartient à une classe particulière) et évolue vers «la capacité d associer une classe de problèmes précisément identifiés avec un programme de traitement déterminé» (Meirieu, 2009). La compétence correspond alors à la capacité d associer une classe de situations à un schéma de solutions déjà intégrées pour des situations similaires. Dans le constructivisme, le sujet construit lui-même son savoir, ses schèmes, ses réalités à partir d'un existant. Le socioconstructivisme, dans lequel le sujet se forme avec et/ou contre les autres (Vygotski, 1985), permet aussi d éclairer la notion de compétence. Ces notions cognitivistes, constructivistes et socioconstructivistes sont plus en accord avec le monde moderne du travail qui exige l intégration de plusieurs types de savoirs afin de résoudre un problème et de répondre aux exigences de flexibilité des employeurs. Pour les spécialistes du travail, les compétences lient les connaissances d un travailleur et ses actions (Jonnaert, 2002). La notion de contexte est ici fortement présente puisque la tâche accomplie se produit dans une situation donnée et les situations à gérer sont censées ne pas se reproduire à l identique constamment. Pour les spécialistes du travail aussi, la situation agit comme le révélateur de la compétence à travers la performance. Plusieurs éléments caractérisent les apports du terme de compétence en éducation/formation. Les principaux sont l approche uniciste, la mise en réflexion des stratégies d apprentissages, la recherche de sens et l exploration de la notion de transfert. Les Sciences de l Education ont cherché à rendre le savoir opérationnel et à élargir de la triangle : savoirs, savoir faire, savoir être par l approche globale du «savoir agir». En effet, les Sciences de l Education et de la Formation tentent de proposer une approche globale du concept de compétence unifiant l ensemble des champs théoriques mentionnés précédemment. Sa vision se veut uniciste. Un certain consensus semble se dégager de la part de plusieurs auteurs pour définir la compétence comme «faisant référence à un ensemble d éléments que le sujet peut mobiliser pour traiter une situation avec succès» (Jonnaert, 2001). Il s agit donc d une «mise en œuvre», d une activation de ressources d ordres 19

20 multiples (affectif, cognitif, social, etc...). L individu qui possèdent l ensemble de ces ressources doit alors sélectionner, choisir et coordonner et articuler les ressources les plus adaptées pour répondre avec succès à une situation nouvelle donnée (désignée aussi par environnement). Ce modèle global propose de fait un positionnement de chacun des éléments (performance, schèmes, connaissances, capacités) selon leur caractère pratique/théorique et visible/invisible (Ardouin, 2005). La compétence correspond alors l intersection (et l association) de ces deux axes. Cette conception globale rejoint la notion de «combinatoire» de ressources de Le Boterf (Le Boterf, 2002), par opposition à la classique «addition» de savoirs. Vergnaud qualifie cela de «schème opératoire», ce qui correspond à «une façon de s y prendre» pour «agir dans un certain type de situation, pour résoudre une famille de problèmes, pour faire face à un certain type d évènements» (Le Boterf, 2002). Pour ce courant, la compétence ne doit absolument pas être morcelée, découpée en unité de ressource ou de savoirs unitaire, mais au contraire rassemblée, réunie, mise en réseau. Le Boterf donne un exemple très convaincant de cette vision : «Pour dispenser des soins curatifs, un infirmier combinera certaines connaissances techniques et scientifiques (anatomie, physiologie, pharmacologie ) avec des connaissances contextuelles sur le malade (historique, entourage ), des savoir-faire méthodologiques (raisonnement clinique ) et techniques (perfusion, pansements ), tout en mettant en œuvre des qualités d écoute» (Le Boterf, 2002). L évolution des organisations de travail et des exigences faites aux employés expliquent la modification de conception de la notion de compétence. Comme l explique Le Boterf, «plus l employé se trouve dans un contexte d organisation du travail taylorienne et de situation professionnelle à prescription stricte d application de consignes, plus la compétence qu il est censé mettre en œuvre pourra être définie en terme de «savoir-faire en situation». Il doit savoir exécuter une opération prescrite et appliquer ses instructions. Plus il se situe dans une organisation du travail faisant appel à la polyvalence, à la prise d initiative, à la prise de risques, et où la prescription est «ouverte», plus la compétence requise pourra être définie en termes de «savoir agir en situation.» (Le Boterf, 2002). Cette approche de la compétence rejoint celle des connexionnistes qui tentent d expliquer la compétence à partir du fonctionnement cognitif de l expert (Dreyfus, 1992). En effet, un expert semble être en mesure de s adapter spécifiquement à chaque situation, comme s il se détachait des programmes de familles de situations pour créer une solution particulière pour chaque situation. Andronikof reprend l hypothèse selon laquelle «l expert a développé une telle capacité d évaluation des situations, de mise en lien de celles-ci avec ses 20

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I)

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) UNIVERSITE DE FRIBOURG SUISSE dès AA 2006-2007 DEPARTEMENT DES SCIENCES DE L'EDUCATION Rue P.-A. de Faucigny 2 CH - 1700 Fribourg Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) I OBJECTIFS

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES GESTIONNAIRES PROFIL DE DÉVELOPPEMENT DU GESTIONNAIRE ET Par Gilles Vachon, M.Ed., M.A.Ps. psychologue et consultant en ressources humaines

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Comment devenir coach

Comment devenir coach Alain Cardon Comment devenir coach Fondamentaux, outils et techniques, 2008 ISBN : 978-2-212-54122-9 Introduction Depuis maintenant quinze ans, le coaching s insère dans toutes les dimensions de nos vies

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sfax Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax Mémoire de Mastère en comptabilité Sujet

Plus en détail

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 L ABSTRACTION chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 Sandrine Marois, enseignante et personne ressource ASH lycée, juillet 2014 Ce qu est l abstraction et ce qu elle n est pas L abstraction

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Objectifs du programme Ce programme vise à former des personnes aptes à exercer la fonction d infirmière ou d infirmier au Québec, et ce, dans

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Risk Management pour les entreprises

Risk Management pour les entreprises Risk Management pour les entreprises Ne laissez rien au hazard RM- Maîtrise Risk Management pour les entreprises procéder avec méthode La gestion repose sur un processus de prise de et d activités en constante

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Directives de filière du Bachelor of Science HES-SO en thérapie psychomotrice

Directives de filière du Bachelor of Science HES-SO en thérapie psychomotrice Directives de filière du Bachelor of Science HES-SO en thérapie psychomotrice Version du 1 er septembre 011 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu le règlement de la

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail