voisinage Quand bruit devient un inconvénient anormal Panorama de jurisprudences civiles Dossier Chronique juridique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "voisinage Quand bruit devient un inconvénient anormal Panorama de jurisprudences civiles Dossier Chronique juridique"

Transcription

1 Echo Bruit le maazine de l environnement sonore ÇNul ˆautruiuntrouble devoisinaeè. ne doit causer Quand bruit devient un inconvénient anormal voisinae Par Jean-Marc JACOB, Avocat à la Cour Panorama de jurisprudences civiles D epuis plusieurs décennies, ce principe prétorien sert de fondement aux applications jurisprudentielles des lities portant sur le bruit, du moins lorsque la perception du bruit est évoquée comme une nuisance sonore constitutive d inconvénient anormal de voisinae. Il ne sera pas question ici de l application de la rélementation pénale, constituée notamment par les contraventions de tapae nocturne (article R du Code Pénal), de bruit de voisinae selon le décret du 18 avril 1995 (codifié aux articles et suivants du Code de la Santé Publique) et d absence d étude d impact selon le décret «lieux musicaux» de décembre Il sera uniquement traité de l application de la théorie des inconvénients anormaux de voisinae devant le Jue Civil. Pour le voisinae, il sera distinué du voisinae dans un immeuble collectif d habitation, qu il soit locatif ou en copropriété, en traitant des bruits dans l habitation (I), et du voisinae extérieur provenant d immeubles ou pavillons voisins, ou d activités tels que commerces, usines (II). L inconvénient anormal de voisinae est une notion qui part du principe que notre Société doit tolérer un minimum de bruit, et que c est donc, en quelque sorte, l excès de bruit qui doit être sanctionné au titre d un inconvénient anormal de voisinae. Lontemps la jurisprudence s est appuyée sur : - L article 544 du Code Civil consacrant le droit de propriété en stipulant : «la propriété et le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu on en fasse pas un usae prohibé par les lois ou par les rèlements». - L article 1382 du Code Civil selon lequel «tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommae, oblie celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». 12

2 le maazine de l environnement sonore Echo Bruit Ce sont ces notions d abus de droit et de faute qui permettaient de sanctionner l excès de bruit. Ensuite, la théorie des inconvénients anormaux de voisinae a proressé en prenant de l autonomie au point de fonder la responsabilité de l auteur du bruit, non plus sur la faute, mais sur la seule constatation de l existence de l inconvénient anormal de voisinae, c est-à-dire de l excès de bruit. I - Les bruits dans l habitation Lorsque les bruits en cause sont émis dans un immeuble en copropriété, le Rèlement de Copropriété rappelle toujours l article 9 de la loi du 10 juillet 1965 selon lequel chaque copropriétaire «use et jouit librement des parties privatives et des parties communes sous la condition de ne porter atteinte ni aux droits des autres copropriétaires ni à la destination de l immeuble». Plus spécifiquement en matière de bruit, les Rèlements de Copropriété prévoient toujours l obliation pour chaque copropriétaire de ne causer aucun trouble notamment par le bruit. 1) Les troubles causés par le bruit entre voisins, qu ils soient copropriétaires ou locataires, seront le plus souvent des bruits de comportement dont des cris, des excès qui font que le Jue Civil à savoir le Tribunal d Instance et/ou de Grande Instance aura à qualifi er ces bruits comme «excédant les inconvénients normaux du voisinae» : - Arrêt de la Cour d Appel de Bordeaux Chambre 1 B du 4 juin 1992 (Juris Data ) : Ici la Cour confirmait un juement du Tribunal d Instance de Bordeaux du 9 janvier 1990 qui avait caractérisé par des cris et excès l inconvénient anormal de voisinae, bien que l environnement énéral bruyant du quartier était alléué, les victimes s étant vues allouer Francs de dommaes et intérêts en réparation de leur préjudice de jouissance. 2) Dans les difficultés entre voisins liées au bruit, l instrument de musique est souvent problématique : son usae n en est pas interdit par le Rèlement de Copropriété mais peut enendrer des perceptions mal ressenties par le voisinae, selon son intensité sa répétition, sa durée Le piano est un exemple récurrent du fait, sans doute, de la richesse de son spectre sonore, si bien qu une isolation acoustique moyenne entre loements ne sera pas assez protectrice. Le plus souvent, le Jue Civil, pour apprécier si la perception des bruits de piano est excessive, s appuiera sur les constatations d un expert acousticien désiné à cet effet. Généralement, les experts acousticiens considèrent que le bruit de piano va constituer un trouble anormal de voisinae lorsque l émerence de bruit, c est-à-dire la différence entre le bruit de piano, et le bruit résiduel sans piano, dépasse 5 db(a) le jour : - Juement du Tribunal d Instance du 3 ème arrondissement de Paris du 11 décembre 1997 AFF. Roux C/Mathé : les émerences atteinaient 10 décibels, le Tribunal considéra le pianiste «responsable des nuisances sonores anormales» et indemnisait le préjudice à hauteur de Francs. En sens contraire : - Juement du Tribunal d Instance du 15 ème arrondissement de Paris du 3 décembre 1992, n 2102/92, AFF. Cane : ici l Expert judiciaire ne se référa pas à l émerence de bruit provoqué par le piano mais au niveau de bruit enendré par ce piano dans le domicile des plainants, les époux Cane, qui était de l ordre de 36 et 37 db(a), en le comparant aux niveaux de bruit qui pouvaient être parfois perçus par d autres sources, tels ici des rires, qui atteinaient 40 db(a) ; Comme l Expert en avait déduit que le piano en conséquence ne créait pas de trouble particulier, le Tribunal avait suivi en considérant «que l utilisation du piano entraîne une élévation du niveau sonore inférieure aux rires, et inférieur à 40 db(a). Attendu que ce niveau sonore ne peut, à lui seul, constituer un trouble de voisinae pour des citadins habitant en HLM, et donc particulièrement exposés à toutes sortes de bruits» ; le Tribunal attribuait en fait les troubles des époux Cane non pas à une faute de la pianiste mais à un défaut d isolation sonore des appartements. Cette décision peut paraître critiquable car le Tribunal en évoquant les insuffi sances de l isolation acoustique de 13

3 Echo Bruit le maazine de l environnement sonore l immeuble aurait pu, selon une jurisprudence dominante, considérer qu il appartient à chaque occupant d adapter son comportement à la sonorité de l immeuble et donc limiter son activité pianistique, tant dans son intensité que dans sa durée, en retenant l existence d un inconvénient anormal de voisinae. 3) La responsabilité d un propriétaire d immeuble locatif n est pas toujours écartée par les Tribunaux : - Juement du Tribunal d Instance du 12 ème arrondissement de Paris du 27 avril 2000 AFF. Ortiz: La Société Anonyme d H.L.M. La Sablière louait son rezde-chaussée pour une activité de Boulanerie-Traiteur, et l appartement du 1 er étae situé au-dessus pour de l habitation. L Expert judiciaire concluait «que l exploitation de la Boulanerie causait une êne sonore incontestable qui dépassait les inconvénients normaux du voisinae», et le Tribunal fit application de l article 1719 du Code Civil en considérant que le bailleur, la SA d H.L.M. La Sablière devait arantir à son locataire, les époux Ortiz, une jouissance paisible des lieux, se voyant condamnée à réparer le préjudice de ses locataires à hauteur de Francs. 4) C est justement, pour éviter que sa responsabilité ne soit recherchée qu un propriétaire d immeuble locatif décide parfois d air directement contre son locataire bruyant, aux fins d obtenir la résiliation anticipée du bail et l expulsion : - Arrêt de la Cour d Appel de Paris 6 ème chambre Section B du 28 janvier 1999 (Juris Data ) AFF. Vasiljkovic C/L O.P.A.C. de l Yonne : la Cour confirmait un juement du Tribunal d Instance de Joiny du 11 juin 1997 qui avait prononcé la résiliation du bail et ordonné l expulsion du locataire, Monsieur Vasiljkovic, en raison de l écoute d une chaîne HI-FI à un niveau sonore anormalement élevé ; le Tribunal ne s est pas fondé sur des mesures acoustiques et des appréciations d expert, mais sur un autre élément de preuve usuel en la matière, à savoir celui résultant d attestations ; le Tribunal puis la Cour ont considéré que preuve était rapportée, notamment, que les voisins ne pouvaient ouvrir leurs portes et fenêtres ni même écouter la télévision de jour comme de nuit en raison de l importance de l écoute de la chaîne HI-FI et qu en conséquence, Monsieur Vasiljokvic n avait pas usé paisiblement et en bon père de famille des lieux loués. C était une autre manière d apprécier que l écoute de cette chaîne HI-FI constituait un inconvénient anormal de voisinae. 5) Un copropriétaire peut aussi voir sa responsabilité enaée du seul fait d émission de bruits excessifs par son locataire sous l approche de l insuffisance de l isolation acoustique : - Juement de la 3 ème Chambre du TGI de Versailles du 11 décembre 2001, et arrêt confirmatif de la 1ère Chambre 1 ère Section de la Cour d Appel de Versailles du 27 mai 2003 : AFF. Camuset C/Gommier : le Tribunal et la Cour ont considéré que les consorts Gommier, en louant en l état leur appartement, ont créé des inconvénients anormaux de voisinae dont ils doivent répondre sur le fondement de l article 1382 du Code Civil, au détriment des époux Camuset, copropriétaires, à l étae inférieur ; il s aissait d une transmission excessive de bruits aériens et d impacts ; le Tribunal et la Cour se sont appuyés sur les valeurs de l isolation acoustique, tant aux bruits aériens que d impacts, mesurés par un expert acousticien et les considéraient comme insuffi santes pour offrir un confort minimum ; en outre de nombreux témoinaes confi rmaient les troubles subis par les époux Camuset dans la vie quotidienne, l impossibilité de se reposer de jour comme de nuit et de recevoir dans des conditions normales leurs amis, si bien que les copropriétaires de l étae supérieur ont été condamnés à leur verser Francs de dommaes et intérêts, outre des indemnités pour les frais de l article 700. Cette décision retient l attention car l inconvénient anormal de voisinae dont le copropriétaire est rendu responsable se fonde sur des références d insuffi sances de l isolation acoustique pourtant courantes en habitat ancien. 14

4 le maazine de l environnement sonore Echo Bruit Enfin, il est à noter que le Tribunal de Versailles avait fondé la responsabilité des copropriétaires, les consorts Gommier, sur le fondement de l article 1382 du Code Civil c est-à-dire sur la faute; la Cour rectifia en «considérant que la responsabilité encourue par le propriétaire est étranère à la notion de faute, de telle sorte que les époux Camuset n ont pas à prouver la faute des consorts Gommier» ; la Cour se fonda uniquement sur la théorie des inconvénients anormaux de voisinae en «considérant que la réalité des troubles est établie par le rapport de l expert judiciaire ainsi que leur caractère anormal justifiant l action enaée par les époux Camuset». Mais c est principalement en habitat plus récent que les insuffisances de l isolation acoustique vont énérer un contentieux, particulièrement en cas de modification de revêtements de sols : 6) A partir des années 1970, les constructions neuves d immeubles d habitation allaient se composer d appartements livrés avec des moquettes dans les pièces principales, permettant ainsi aux constructeurs d assurer une isolation acoustique aux bruits d impact conforme aux normes qui venaient d être créées le 14 juin 1969, mais même au-delà, assurant ainsi une isolation acoustique de qualité ; au fi l des années, la moquette devint moins à la mode, pour des raisons souvent invoquées d hyiène, de présence d acariens. De plus en plus de copropriétaires ou occupants modifièrent alors leurs revêtements de sols en enlevant leur moquette au profit de ces revêtements de sols durs :parquet, carrelae, marbre une clause spécifique n autorisant à modifier les revêtements de sols des appartements qu à la condition que le nouveau matériau employé assure une isolation acoustique au moins éale à celle d oriine. Dans les Rèlements Intérieurs plus anciens, cette clause n y fiure pas. En ce cas, les Tribunaux évoquent les clauses plus classiques des Rèlements de Copropriété sur l abus de droit pour appliquer la théorie des inconvénients anormaux de voisinae : - Juement du TGI de Nanterre 1 ère Chambre du 5 juin 1998, AFF. Consorts de Laiue C/Bernard-Bruls : ici la moquette avait été remplacée par du parquet ; le Tribunal s est assuré par une expertise acoustique de l importance de la diminution de l isolation acoustique qui en est résultée, 20 db(a), et qu il y avait bien à l oriine de la moquette, selon les notices descriptives sommaires d usae ; le Tribunal en considérera en conséquence rapportée la preuve d un trouble anormal de voisinae au motif qu il «ressort suffisamment dans le cas d espèce de la différence importante de 20 db(a) relevée entre les appartements ici en cause par rapport aux autres appartements de l immeuble» ; le copropriétaire qui avait modifié son revêtement se voyait donc déclaré «responsable des préjudices et des inconvénients anormaux de voisinae subis par les époux Ortoli», et condamné à faire poser de la moquette, ainsi qu à des dommaes et intérêts à hauteur de Francs. Un rand nombre de décisions semblables ont été rendues ces 20 dernières années. Toutefois, une tendance minoritaire est apparue ou, contrairement à cette espèce, lorsqu il veut qualifier la réalité de l inconvénient anormal de voisinae, le Tribunal ne se satisfait pas uniquement de la diminution de l isolation acoustique, souhaitant des éléments complémentaires sur l occupation réelle des lieux et la perception réelle des bruits d impacts. La jurisprudence est plus stable lorsque le Rèlement de Copropriété stipule la clause spécifique précitée : Quelles que soient les précautions techniques prises lors de la pose, il en résulte le plus souvent une diminution sensible de l isolement acoustique initial apporté par la moquette, et donc une perception des bruits de chocs aravée pour les proches voisins, particulièrement ceux de l étae inférieur. Pour tenter de prévenir les méfaits de la voue des parquets, marbres, les Rèlements de Copropriété intèrent souvent - Juement du TGI de Nanterre 5 ème Chambre du 3 juin 2003 AFF. Brunissen C/Mahier. Toujours après avoir vérifié de la réalité de la présence d une moquette d oriine râce à la notice descriptive sommaire, et la diminution de l isolation acoustique acquise par les mesures de l Expert judiciaire, le Tribunal a recours à la clause du Rèlement de Copropriété pour rendre le copropriétaire responsable des inconvénients anormaux de voisinae en résultant : 15

5 Echo Bruit le maazine de l environnement sonore «Il s ensuit, et il n est d ailleurs pas contesté, que Monsieur Mahier a, en contravention aux stipulations du Rèlement de Copropriété, procédé, hormis dans deux chambres, au remplacement du revêtement existant par un revêtement présentant des qualités d isolation phonique inférieure, enendrant une déradation de l isolement acoustique aux bruits d impacts, et rendant ce copropriétaire responsable des inconvénients anormaux de voisinae en résultant». Le copropriétaire se voyait en conséquence condamner à poser de la moquette et à réparer le préjudice à hauteur de Euros. Dans de nombreuses décisions similaires l infraction à une clause du Rèlement de Copropriété fonde l existence des inconvénients anormaux de voisinae. 7) Un autre contentieux important : les nuisances sonores enendrées par les bars, restaurants : Ici les bruits de musique enendraient une émerence de 8 db(a), l insuffi sance de la structure du bâtiment avait été observée et la Cour n avait pas été influencée par le fait que le Bar Café Restaurant se trouvait dans une rue de la ville de Rennes qui comportait de nombreux autres bars en ces termes : «L exploitant ne saurait se prévaloir du fait que la rue dans laquelle est situé l immeuble, comporte de nombreux bars. L exploitant doit donc être condamné à effectuer les travaux destinés à limiter la propaation du bruit, par le renforcement du plafond et des murs et le traitement des ouvertures et de la ventilation». Les inconvénients anormaux de voisinae proviennent aussi souvent de l extérieur, que ce soit de pavillons mitoyens, voisins, ou de commerces : II - Les bruits extérieurs En dehors des bruits enendrés dans les locaux d un même immeuble, le voisinae extérieur produit aussi des bruits constitutifs d inconvénients anormaux de voisinae émanant de pavillons mitoyens ou non, d immeubles et cours voisins, de commerces, d usines 1) Les pavillons mitoyens La construction et/ou la transformation, avec surélévation, d un pavillon mitoyen peut donner lieu à une perception nouvelle de bruit pour le pavillon antérieurement implanté. - Arrêt de la Cour d Appel de Paris 23 ème Chambre Section B du 15 janvier 1993 AFF. SARL Self La Motte Picquet C/Badery (Juris Data ). Les lots commerciaux d immeubles en copropriété sont parfois exploités par des restaurants. C est ici les bruits diurnes et nocturnes d un compresseur, considéré comme dépassant le seuil de tolérance, qui a été sanctionné pour une durée reconnue de 16 ans par l allocation de Francs de dommaes et intérêts au motif que «l exploitant d un restaurant est responsable des troubles excessifs dépassant les inconvénients normaux de voisinae émanant de son commerce». Comme souvent la conjonction dommaeable d insuffisance de l isolation acoustique et de comportement peu précautionneux de l occupant favorise la perception Le plus souvent, en matière de nuisances, ce sont des travaux de renforcement de l isolation acoustique qui sont obtenus par les victimes : - Arrêt de la Cour d Appel de Rennes 1 ère Chambre du 27 janvier 1999 AFF. SCI Siort C/Syndicat d immeuble 19 Rue Saint Michel à Rennes (Juris Data ). 16

6 le maazine de l environnement sonore Echo Bruit excessive de bruit qui sera considérée comme constitutive d inconvénient anormal de voisinae : - Juement du TGI de Nanterre du 30 juin 1993 confirmé par un arrêt de la Cour d Appel de Versailles 1 ère Chambre du 24 avril 1995 AFF. Forlini C/Vincenti. Par leurs travaux modifi catifs et de surélévation de leur pavillon, les époux Vincenti ont donné lieu à une perception excessive de bruit pour le pavillon mitoyen voisin des époux Forlini. L expertise judiciaire avait révélé que ces travaux avaient déradé l isolement acoustique initial, notamment par des dispositions malheureuses ; fort de ces constatations, le Tribunal puis la Cour considérèrent d autant plus rapportée la preuve d un trouble anormal de voisinae du fait que les époux Forlini percevaient des bruits de voix, d aspirateur, de télévision, de chocs, de meubles traînés, de billes et de bricolae ; en conséquence, les époux Vincenti se voyaient condamnés à effectuer des travaux de pose de moquette et de doublement de parois séparatives, ainsi qu à des dommaes et intérêts à hauteur de Francs. faire considérer que cet aboiement excède les inconvénients normaux de tout voisinae en zone pavillonnaire. Parfois seules, les attestations de quelques proches et/ou voisins de la victime devront suffire à convaincre de la réalité de l inconvénient anormal de voisinae. La Cour de Cassation a admis de lonue date la force probante des témoinaes en cette matière : - Arrêt Cassation 2 ème Chambre Civile 21 mars 1984 : «Mais Attendu que le juement relève qu un témoin certifie avoir été très fortement êné par les aboiements des chiens, qu un autre témoin déclare qu ayant été incommodé par le bruit causé par ces chiens, il avait dû écourter son séjour chez des voisins de Monsieur Tostain ; que de ces constatations il résulte que le Tribunal a estimé que les troubles alléués avaient dépassé les inconvénients normaux de voisinae». Ceci étant le Jue doit être convaincu de l importance des aboiements pour considérer qu il en résulte un inconvénient anormal de voisinae, par exemple en les qualifiant de violents et renouvelés : - Arrêt de la Cour d Appel de Paris 7 ème Chambre B du 11 juin 1992 AFF. Markarian C/Epoux N Guyen, et allouait Francs à titre de dommaes et intérêts en réparation du préjudice. Nécessairement la part subjective inhérente à toute appréciation de la frontière entre l inconvénient normal ou anormal de voisinae est plus importante ici que pour d autres sources de bruit. Un exemple de cette diverence d appréciation dans l affaire Pinateau C/Biard : - Le juement du Tribunal d Instance de Saint-Germainen-Laye du 28 mars 1996 déboute les époux Pinateau de leur demande de dommaes et intérêts en réparation du préjudice causé par les aboiements de chien, malré la présence d importants éléments de preuve constitués par de nombreuses attestations et plusieurs constats d huissier de justice, au motif d un comportement fautif des époux Pinateau qui exciteraient le chien aux fins de le faire aboyer pour les besoins de constitution de ces éléments de preuve. 2) Les aboiements de chien Enendré et perçu, le plus souvent, en zone pavillonnaire, l aboiement de chien est d autant plus mal supporté qu il dépend de la bonne volonté du propriétaire de l animal à prendre des précautions ou des mesures appropriées pour faire cesser l aboiement. En outre il peut s avérer difficile de - Par son arrêt du 12 juin 1998, la 1ère Chambre 2 ème Section de la Cour d Appel de Versailles rectifia cette interprétation critiquable du fait de l importance des éléments de preuve rapportés quant à ces aboiements et considérant qu il s aissait bien d un trouble anormal de voisinae en allouant aux victimes Francs de dommaes et intérêts. 17

7 Echo Bruit le maazine de l environnement sonore 3) Les cours et jardins d immeubles peuvent aussi enendrer des bruits dépassant les inconvénients normaux d un tel voisinae. Un immeuble locatif avait transformé ses jardins de terre par la pose de bitume, ce qui avait favorisé un chanement de destination du fait que cette cour, ainsi bitumée, était devenue une véritable aire de jeux spontanée, notamment de ballon, par les enfants des résidents locataires de cet immeuble ; il en était résulté des résonances de bruit importantes pour l immeuble situé en face, appartenant à la Société Civile Immobilière Baudin Wilson, éalement donné en location : - Juement du Tribunal d Instance de Levallois-Perret du 2 juillet 1998 : SCI Baudin Wilson C/SA Sonacotra. Sur la base des constatations d un expert judiciaire, et de nombreuses attestations, le Tribunal considéra que cet espace de jeux n était pas conforme à sa destination initiale et considéra que la Sonacotra faisait de ce fait subir à la SCI propriétaire de l immeuble et sa érante occupante Madame Gilbert des troubles anormaux du voisinae du fait de ces nuisances sonores. 4) Les commerces Les commerces exploités dans un proche voisinae, tout comme ceux installés dans les immeubles locatifs ou en copropriété, peuvent enendrer des nuisances sonores. Ainsi, un atelier de serrurerie : - Juement du TGI de Versailles du 5 février 1996 et arrêt de la Cour d Appel de Versailles 1 ère Chambre A du 8 octobre 1998 AFF. Carpentier C/Doimont. Les activités d ébarbae et de tronçonnae de l atelier de serrurerie exploité par Monsieur Carpentier en face du pavillon avec jardin des époux Doimont, énéraient des émerences de 5 à 14 db(a) ; l expert, pour mieux qualifier la êne ajouta à cette notion d émerence le fait que ces bruits étaient «à tonalité très marquée, à fréquences élevées, ce qui les rend désaréables dans ce quartier relativement calme»; il s aissait d une perception de bruits dans le jardin et le pavillon des époux Doimont mais fenêtres ouvertes seulement ; le Tribunal considéra néanmoins que cette êne était «née du bruit occasionné par une partie des activités de l atelier de serrurerie, dépassant les inconvénients normaux du voisinae», et allouait Francs d indemnisation, sans ordonner de travaux car il était établi que préalablement Monsieur Carpentier avait effectué les travaux préconisés par l expert judiciaire dont la pose d une porte-écran mise en place à l entrée de l atelier de serrurerie. Mais il faut observer que l atelier de serrurerie avait réduit quasiment à néant l efficacité de ces travaux car, par la suite, il travailla souvent en ne fermant pas la porte-écran laissant donc échapper les bruits d exploitation des activités de meulae ; il en était de même de l appentis dont la porte n était pas fermée, laissant passer les bruits de l activité de tronçonnae ; Dans le cadre de l appel les époux Doimont purent obtenir que ces deux portes restent fermées, sous peine d astreinte de Francs par infraction constatée. Cette décision illustre les diffi cultés, parfois d obtenir en justice des travaux à la fois efficaces et pérennes. Lorsqu en cours d expertise judiciaire les parties ne proposent pas de devis descriptif sur les travaux sommairement préconisés par l expert judiciaire pour remédier aux nuisances sonores, c est ce dernier qui doit alors préciser la nature des travaux à entreprendre. Le Tribunal peut ensuite reprendre les préconisations de l expert, permettant ainsi de vaincre la résistance de l auteur des bruits, redevable de l exécution de ces travaux. Ce fut le cas dans l affaire suivante : - Juement du TGI de Fontainebleau du 24 janvier 2001 confi rmé par un arrêt de la Cour d Appel de Paris 2 ème Chambre, section B du 14 novembre 2002 AFF. Gueanton C/Société Haras des Grands Champs. Un haras avec sonorisation, à l occasion de manifestations hippiques ou autres, un bar-salon, un restaurant avec terrasse énéraient des nuisances importantes par les bruits de voix, de sonorisation, de va-et-vient de la clientèle en voiture jusqu à des heures tardives, auxquels s ajoutaient, le jour, les bruits de fonctionnement d un tracteur pour l entretien du 18

8 le maazine de l environnement sonore Echo Bruit haras. Après expertise, les sociétés exploitant le haras, le bar et le restaurant furent déclarées responsables du fait des troubles anormaux de voisinae, après que le Tribunal ait rappelé tout à la fois l article 1382 du Code Civil et le fait que nul ne doit causer à autrui un trouble de voisinae ; plus remarquable est que le Tribunal ordonna des travaux détaillés en reprenant les préconisations de l expert pour le traitement du haras, de la salle de bar restaurant, de la terrasse du restaurant qui devait réaliser une toiture, des parkins à réaménaer ; ces travaux étaient assortis d une astreinte de 250 Francs par jour de retard à compter du 120 ème jour de la date à partir de laquelle le juement devenait définitif mais par précaution, le Tribunal, dans l attente de la réalisation de ces travaux, interdisait l exploitation du bar et du restaurant après 22 heures, sous peine d astreinte de Francs par infraction constatée ; interdiction était éalement faite d utiliser le tracteur litiieux sous peine d une astreinte, éalement de Francs, par infraction constatée ; la Cour confirmait ces travaux mais en ordonnant une nouvelle astreinte, et confirmait aussi l indemnisation à hauteur de Francs de dommaes et intérêts. 5) Les usines et les installations classées Les usines, les rosses entreprises commerciales ou aricoles, peuvent énérer des nuisances importantes, sonores, mais parfois aussi d odeur et de poussière, et ce malré les prescriptions d exploitation qui leur sont imposées lorsque ce sont des installations classées, conformément à la loi de 1976, qu elles soient soumises à autorisation ou à simple déclaration à la Préfecture. Le ou les riverains de ces installations classées ont, comme pour les autres sources de bruit citées ci-dessus, à exciper et démontrer qu ils subissent des inconvénients anormaux de voisinae du fait de ces nuisances, mais ils doivent en outre faire face à l arument de l antériorité invoquée souvent par ces entreprises énéralement implantées de lonue date. Par application de l article L du Code de la Construction et de l Habitation, l installation classée va plaider son exonération de responsabilité dans les troubles de voisinae du fait de cette antériorité de son implantation par rapport à celle du plainant. Toutefois, encore faut-il que l entreprise ou l installation classée puisse démontrer, conformément à cette loi, que son activité respecte les rélementations en viueur et s exerce dans des conditions identiques à celles qui existaient lors de l implantation des plainants : - Juement du 16 février 1996 de la 2 ème Chambre du TGI de Versailles, et arrêt de la Cour d Appel de Versailles 4 ème Chambre du 17 novembre 1998 AFF. Groues et autres C/ Iton-Seine. Monsieur Groues et les autres riverains de la Fonderie proche de leur pavillon, exploitée par la Société Iton-Seine firent constater leurs nuisances de bruit, d odeur et autres par deux experts judiciaires ; la Société Iton-Seine alléua son implantation depuis des décennies, qu elle respectait les rélementations en viueur en bénéfi ciant de toutes les autorisations requises, et qu elle n avait pas modifié ses conditions d exploitation. 19

9 Echo Bruit le maazine de l environnement sonore Le Tribunal de Grande Instance de Versailles adopta l arumentation d Iton-Seine qui avait insisté sur la prise de risque des plainants lorsqu ils s étaient installés à côté d une Fonderie et les débouta de leurs demandes d indemnisation et de travaux. Sur appel des riverains, la Cour considéra, comme le soutenaient les appelants, et à l appui des constatations d expertise, que les niveaux de bruits émis par la Fonderie dépassaient de façon importante et réitérée les niveaux prévus par l Arrêté Interministériel du 20 août 1985 applicable aux installations classées ; en conséquence la Cour considéra que la Société Iton-Seine ne respectait pas la rélementation en viueur et que les demandes en réparation des riverains devaient être examinées du fait de ces nuisances sonores en ordonnant une expertise complémentaire et en leur allouant à chacun une provision de Francs. Les silos à rains sont des installations classées souvent énératrices de bruits et d odeurs constitutives d inconvénients anormaux de voisinae. C est l aumentation de l activité, c est-à-dire les modifications des conditions d exploitation du silo qui ont permis de faire échec à la notion d antériorité dans l affaire suivante : - Cour d Appel de Boures arrêt du 30 janvier 2001 AFF. SA établissements Renaud C/Madame Lacote. «Attendu qu en tout état de cause, les constatations des experts relatives aux nuisances sonores dues au passae incessant de camions ainsi qu aux nuisances dues aux poussières et odeurs enendrées par les charements d enrais sont suffisamment édifiantes pour faire admettre l existence de troubles anormaux de voisinae dont l intensité s est incontestablement accrue depuis 1991 avec l essor des activités de la SA Renaud». Généralement, comme en l espèce, la réparation du préjudice consiste à obtenir le transfert de l activité, afi n de supprimer les causes de bruits et d odeurs, ainsi que l indemnisation du préjudice, ici par Francs de dommaes et intérêts. En conclusion Ces nombreux exemples, tirés de la jurisprudence civile, retiennent tous la constatation d un trouble anormal de voisinae comme fondement des condamnations prononcées à l encontre des bruiteurs. La Cour d Appel de Reims le 9 février 1987 n avait pas accueilli la demande de réparation des nuisances enendrées par une menuiserie au motif qu aucune faute du propriétaire du local qui abritait la menuiserie ne pouvait être établie. Comme la Cour d Appel relevait par ailleurs que le préjudice subi n était pas contesté du fait du caractère anormal des nuisances, la Cour de Cassation a considéré que la Cour d Appel n avait pas fait les bonnes déductions sur les conséquences de ses propres constatations à savoir celles concernant la réalité du trouble anormal de voisinae. Il en ressort explicitement que le fondement du traitement des nuisances sonores est bien celui de la théorie des inconvénients anormaux de voisinae et non pas celui de la faute. Il en résulte que la réparation d un préjudice causé par le bruit, que ce soit en dommaes et intérêts, en exécution de travaux ne pourra être obtenue qu à condition de démontrer la réalité de l inconvénient anormal de voisinae par des éléments de preuve susceptibles de retenir favorablement l appréciation du Jue Civil selon les divers paramètres qui ont été évoqués dans les décisions de justice précitées, à savoir essentiellement : - L intensité, soit par une appréciation objective selon des mesures acoustiques révélant des niveaux de bruits excessifs ou des émerences de bruits sinificatives, c est-à-dire lorsqu elles dépassent 5 décibels de jour et 3 décibels la nuit. Cette même intensité pourra être appréciée plus subjectivement, notamment en cas d absence de mesures acoustiques, selon les témoinaes recueillis, des circonstances de fait, de lieu - La durée : des bruits trop épisodiques, surtout le jour, pourront donner lieu à une appréciation subjective selon laquelle ces bruits ne dépasseraient pas en conséquence les inconvénients normaux du voisinae. Les mesures acoustiques, les attestations, les correspondances, les constats d huissier, les circonstances de fait et de lieu sont donc les éléments d appréciation du Jue qui lui permettent de déterminer si en définitive le bruit qu on lui demande de sanctionner dépasse l inconvénient que chacun doit supporter dans toute vie en Société pour devenir un inconvénient anormal de voisinae. Renseinements : La Cour de Cassation contrôle réulièrement l application de ce fondement : - Cour de Cassation Chambre Civile 2 du 24 avril 1989 arrêt n

FICHE N 12 ERREUR SUR LE PRIX DE LA LOCATION

FICHE N 12 ERREUR SUR LE PRIX DE LA LOCATION FICHE N 12 ERREUR SUR LE PRIX DE LA LOCATION Une agence propose à la location un de ses appartements en commettant une erreur en sa défaveur sur le prix (le catalogue comportant également la même erreur).

Plus en détail

Introduction : un contentieux aux trois visages différents

Introduction : un contentieux aux trois visages différents 7 ème assises nationales de la qualité de l environnement sonore Mercredi 15 octobre 2014, 14 h 30-16 h 00 Atelier 16 / SALLE 4 Bruit de voisinage et incivilités sonores : la prévention, la médiation,

Plus en détail

Meublé de Tourisme 5 étoiles

Meublé de Tourisme 5 étoiles Villard-DessOus F 74230 MANIGOD 45 51 37.00 N / 6 21 10.90 E Meublé de Tourisme 5 étoiles Arrêté Préfectoral 201202-T-694 du 29/02/2012 CONTRAT de LOCATION SAISONNIERE Le présent contrat de location saisonnière

Plus en détail

Conditions Générales. Télécharger. Site Internet : http://caping-arclusaz.fr. Mail : campingarclusuaz@orange.fr. Article 1 : Durée du séjour

Conditions Générales. Télécharger. Site Internet : http://caping-arclusaz.fr. Mail : campingarclusuaz@orange.fr. Article 1 : Durée du séjour Conditions Générales Télécharger Site Internet : http://caping-arclusaz.fr Mail : campingarclusuaz@orange.fr Article 1 : Durée du séjour Le locataire signataire du présent contrat conclu pour une durée

Plus en détail

Locataire et abus de jouissance

Locataire et abus de jouissance Locataire et abus de jouissance Article juridique publié le 16/02/2013, vu 4613 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Le bail locatif met à la charge des parties (bailleur et preneur) un certain nombre d obligations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 09/02/2012 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY02171 Inédit au recueil Lebon 6ème chambre - formation à 3 Mme SERRE, président Mme Geneviève VERLEY-CHEYNEL, rapporteur Mme MARGINEAN-FAURE, rapporteur

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Votre droit au français

Votre droit au français Votre droit au français République française dans le monde du travail > Vous êtes salarié d une entreprise : vous avez un droit imprescriptible à vous exprimer et à recevoir une information en français.

Plus en détail

Le bruit des livraisons à travers la jurisprudence civile : troubles de voisinage et engagement de responsabilité

Le bruit des livraisons à travers la jurisprudence civile : troubles de voisinage et engagement de responsabilité Le bruit des livraisons à travers la jurisprudence civile : troubles de voisinage et engagement de responsabilité Maître Christophe SANSON, Avocat au Barreau des Hauts- de- Seine Indispensables aux activités

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/09/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 14 février 2012 N de pourvoi: 10-30872 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Didier et Pinet, SCP

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 262046 Inédit au Recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies Mlle Sibyle Petitjean, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Stirn, Président

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS LA COPROPRIÉTÉ Quatrième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2006 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002, 2006 ISBN

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le quatorze août

L an deux mil quatorze Et le quatorze août KF/AN REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE - COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE ---------------- RG N 2127/ 2014 MONSIEUR ANTHONY ELIJAH C/ MONSIEUR KAMAGATE IBRAHIM ------

Plus en détail

CONVENTION DE LOCATION

CONVENTION DE LOCATION CONVENTION DE LOCATION ANNEXE PROJET ENTRE LES SOUSSIGNES : HABITAT SUD DEUX SEVRES» dont le siège est à NIORT, 8 Rue François Viète, représenté par son Directeur Général, Monsieur Philippe VARENNE, Et,

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS : annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ CAS DE FIGURE Le propriétaire des locaux frappés d un arrêté de police tenu à l obligation

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1 Présentation 3 PARTIE 1 Les professionnels de l immobilier Chapitre 1 Les métiers de l immobilier 21 1 Les principaux métiers de l immobilier 21 Le promoteur immobilier 21 L agent immobilier 21 Le négociateur

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.)

Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.) Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.) Données sur le partie contractantes Bailleur Nom/prénom... Adresse... NPA/localité... Portable.

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 juillet 2012 N de pourvoi: 11-24804 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Ciculaire du 11 mars 2011 relative à la présentation des dispositions relatives à la contravention de dissimulation du visage dans l espace public Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT

CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT Les présentes conditions générales de réservation et d hébergement s appliquent à toutes les réservations d hébergement de biens situés au Château les

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/07/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mai 2014 N de pourvoi: 13-17041 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00494 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP

Plus en détail

La loi ALUR : une opportunité commerciale

La loi ALUR : une opportunité commerciale La loi ALUR : une opportunité commerciale Equipe Offres Septembre 2014 1 Sommaire 1 La loi ALUR et la copropriété 05 2 La loi ALUR et les rapports locatifs 12 3 La loi ALUR et les agents immobiliers 19

Plus en détail

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon)

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) 1 TC Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) Rapp. Y. Maunand Séance du 7 juillet 2014 La question de compétence qui vous a été renvoyée par

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. N 1 / 11. du 6.1.2011. Numéro 2807 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION Octobre 2010 Les Guides pratiques OHADA pour les entreprises résultent d une collaboration entre le Secrétatriat

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 24/01/2013 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 13 novembre 2012 N de pourvoi: 11-19943 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Spinosi, SCP Fabiani et

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

Le loyer pour l intégralité du séjour est du à l arrivée dans l appartement.

Le loyer pour l intégralité du séjour est du à l arrivée dans l appartement. Nos Conditions Générales 1. Usage de l appartement L appartement est loué à usage exclusif d habitation et ce à titre provisoire. Le locataire, préalablement à sa réservation, déclare que la réservation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE APPARTEMENT MEUBLE LOUE POUR DE COURTES DUREES A PARIS PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE DROIT IMMOBILIER 37.000.000 de nuitées en hôtellerie à Paris pour l année 2011 le chiffre d affaire généré rend envieux

Plus en détail

Garantie locative et abus des propriétaires

Garantie locative et abus des propriétaires Recht/Droit Garantie locative et abus des propriétaires La garantie locative, encore communément appelée «caution», est destinée en principe à protéger le propriétaire vis-à-vis d un locataire qui ne respecterait

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR Les parties privatives et les parties communes Vous êtes propriétaire de votre appartement dans un immeuble en copropriété.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr www.avdl.fr

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier QUE FAUT-IL FAIRE AVANT LA MISE EN LOCATION LE CONTRAT DE LOCATION Le contrat de location

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores

Les Français et les nuisances sonores Les Français et les nuisances sonores Sondage Ifop pour le Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Contact Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : GUIDE DE L HÉBERGEMENT ET DU LOGEMENT L occupant hébergé Ci-après désigné par les mots «L occupant hébergé» IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONDITIONS PARTICULIERES Article 1 - Objet de la convention La

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES AUDIENCE DU 17 juin 2008 En cause de : Monsieur A et Madame B, domiciliés à xxx, Demandeurs absents à l audience, mais dûment

Plus en détail

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes)

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) Table des matières (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) SOMMAIRE... 1390 INTRODUCTION... 1392 TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) SECTION 1 : LES CHARGES LOCATIVES

Plus en détail

ACTION DE GROUPE IMMOBILIERE 3F

ACTION DE GROUPE IMMOBILIERE 3F ACTION DE GROUPE DE LA CONFÉDÉRATION NATIONALE DU LOGEMENT CONTRE IMMOBILIERE 3F Confédération Nationale du Logement Association nationale agréée de consommateurs 8 rue Mériel - BP119-93104 Montreuil cedex

Plus en détail

Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics

Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics Directive du 10 mars 1999 (modification du 30 mars 2007) 1. PREAMBULE La loi fédérale sur la protection

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne Quand utiliser ce modèle? Pour la location saisonnière d un logement situé à la montagne (un appartement, un chalet, ). Le logement

Plus en détail

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Convention Spéciale Référence : CDA05022013P0521 LEXIQUE Tous les termes portant un

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS LA MILESSE

CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS LA MILESSE CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS DE LA MILESSE Règlement intérieur, relatif à l utilisation des salles CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS - RUE DES JONQUILLES LA MILESSE - TEL / 02 43 25 59.56 Ce règlement

Plus en détail

Quel est le cadre juridique applicable à la location meublée?

Quel est le cadre juridique applicable à la location meublée? La location meublée à Paris : Mythes et réalité La multiplication des opinions divergentes sur la location meublée à Paris, pourrait laisser penser qu elle est soit interdite, soit soumise à autorisation

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars KF/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE du 18 mars 2014 RG N 402/14 --------------- La Société Immobilière de Gestion et de Management

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-23521 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

page 1 sur 5 mise à jour le 09/12/2010 BON SEJOUR EN FRANCE CONDITIONS de RESERVATION

page 1 sur 5 mise à jour le 09/12/2010 BON SEJOUR EN FRANCE CONDITIONS de RESERVATION page 1 sur 5 mise à jour le 09/12/2010 BON SEJOUR EN FRANCE CONDITIONS de RESERVATION SARL BON SEJOUR EN FRANCE ci-après dénommée BSEF, 14, rue de l Abbaye, 17740 Sainte-Marie de Ré immatriculée au RCS

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

3 A noter que dans le cadre d une location meublée, les

3 A noter que dans le cadre d une location meublée, les LE POINT SUR Quels recours face au non respect par le bailleur de son obligation de délivrer un logement décent ou de son obligation d entretien et de garantie des vices? Juillet 2007 Rappel Depuis la

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire.

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire. CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY DISPOSITIONS GENERALES Le locataire ne pourra en aucune circonstance se prévaloir d un quelconque droit au maintien dans les lieux à l expiration

Plus en détail

Société PACIFICA / SociétéNationale des Chemins de fer Français. Conclusions du Commissaire du Gouvernement.

Société PACIFICA / SociétéNationale des Chemins de fer Français. Conclusions du Commissaire du Gouvernement. N 3945 - Conflit négatif Société PACIFICA / SociétéNationale des Chemins de fer Français Séance du 10 mars 2014. Conclusions du Commissaire du Gouvernement. Le 16 juin 2008 M. Joël L. était mortellement

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

LA MOTIVATION DE LA LETTRE DE LICENCIEMENT

LA MOTIVATION DE LA LETTRE DE LICENCIEMENT LA MOTIVATION DE LA LETTRE DE LICENCIEMENT INTRODUCTION La rédaction de la lettre de licenciement est une étape essentielle, durant laquelle l éventualité d un contentieux portant sur le licenciement doit

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes -

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel

Plus en détail

GE Energy Page 1 of 15

GE Energy Page 1 of 15 GE Enery Pae 1 of 15 CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. ACCEPTATION DE LA COMMANDE La Commande est réputée passée au Vendeur au jour de la réception par l Acheteur de l acceptation sans réserve du Vendeur.

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

BAIL A LOYER (DROIT COMMUN)

BAIL A LOYER (DROIT COMMUN) BAIL A LOYER (DROIT COMMUN) LE PRESENT CONTRAT DE BAIL A LOYER EST ETABLI ENTRE : SARL GREEN HILL Représenté par Jean-Philippe COURTEL 34, bd de Grand Case 97150 SAINT MARTIN Cell :0690.22.21.20 jpcourtel@hotmail.com

Plus en détail