Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT"

Transcription

1 Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES II. LISTE DES TABLEAUX III. PRESENTATION IV. METHODOLOGIE V. SOURCES DE DOCUMENTATION Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 414

2 I. LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 24. 1: Evolution des créances du système monétaire sur l économie selon la nature des bénéficiaires II. LISTE DES TABLEAUX Tableau 24. 1:Avoir extérieurs nets du système monétaire au sens large (en millions de francs cfa) Tableau 24. 2: Position nette du Gouvernement vis-à-vis du système monétaire au sens large (en millions de fcfa) Tableau 24. 3: Ressources du système bancaire (en millions de fcfa) Tableau 24. 4: Contreparties des ressources du système bancaire Tableau 24. 5:: Evolution des taux d intérêt de la beac et des conditions de banque Tableau 24. 6:: Evolution du bilan consolidé des banques Tableau 24. 7:: Statistiques de la banque à distance Tableau 24. 8::Evolution des incidents de paiement Tableau 24. 9:: Evolution des virements Tableau :: Evolution des encours de placements des sociétés d assurance Tableau : Evolution des taux directeurs des pays partenaires de la zone beac Tableau : Evolution du stock de la dette publique par type (milliards de fcfa) Tableau : Evolution des tirages par créancier (milliards de fcfa) Tableau : Evolution du service de la dette publique (en milliard de fcfa) Tableau : Piement du principal de la dette publique par type de creancier (en milliards de fcfa) Tableau : Paiement des charges d intérêts de la dette publique par type de créancier (en milliards de fcfa) Tableau : Evolution du stock de la dette extérieure du cameroun par créanciers (en milliards de fcfa) Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 415

3 III. Institut National de la Statistique Annuaire Statistique du Cameroun 2013 PRESENTATION Le présent chapitre s intéresse aux statistiques monétaires et à celles liées à la dette du Cameroun. Les principaux indicateurs pris en compte pour caractériser cet environnement sont en constante amélioration. La contrepartie des ressources du système bancaire est en nette augmentation depuis Entre 2012 et 2013, le total des contreparties a augmenté de près de 10,1 %. Malgré cette augmentation du total de contreparties, les avoirs extérieurs nets ont évolution en sens inverse entre 2011 et Les statistiques de la dette mises à jour au 31 décembre 2013 font apparaître, un stock de la dette publique du Cameroun de FCFA milliards dont milliards pour la dette extérieure et 702 milliards pour la dette intérieure. La dette publique extérieure au 31 décembre 2012 est de milliards de FCFA et représente 18.23% du Pib courant et 85,4%% des recettes budgétaires hors dons de la même année. Cet encours en nette augmentation par rapport à celui du 31 décembre 2008, a globalement diminué depuis l atteinte du point d achèvement. La composante extérieure qui est de 74% de la dette publique totale correspond à 13,4% du Pib courant et 62,5% des recettes budgétaires hors dons de l année Comparé au niveau observé après l atteinte du point d achèvement, elle est en diminution en valeur nominale. La composante intérieure quant à elle connait une tendance haussière entre 2008 et Elle est de 702 milliards au 31 décembre 2013, soit une hausse de 61%% par rapport à Cependant entre 2012 et 2013, l encours de la dette interieure est resté stable. Depuis le point d achèvement de l initiative PPTE, la dette extérieure décaissée connait une tendance haussière. Il est d environ 523,9milliards de FCFA en 2013 contre environ 70 milliards de FCFA en En 2013, les charges d intérêts de la dette intérieure se sont établies à 9,1 milliards de FCFA dont 6,9 milliards de FCFA consacrées aux titres publics et 2,2 milliards de FCFA à la dette structurée. Le coût de la dette extérieure s est élevé à 36.4 milliards de FCFA, soit près de 69%% consacrées au paiement des intérêts sur les emprunts auprès des créanciers bilatéraux. IV. METHODOLOGIE Les statistiques financières s élaborent en collaboration avec le Bureau des Statistiques du Fonds Monétaire International. Depuis 1993, une réforme a été initiée aboutissant par la suite à une nouvelle sectorisation du système financier et économique des Etats membres de la Zone BEAC et à l adoption de nouveaux tableaux monétaires. a- Sectorisation de l économie nationale Les statistiques monétaires sont établies mensuellement à partir des données comptables tirées des situations mensuelles des institutions financières. Ces établissements sont tenus de transmettre à la Banque Centrale leur situation comptable établie selon les règles du Plan Comptable Sectoriel des Banques. L agrégation des données monétaires ne peut s effectuer que si les imputations des opérations entre les différents secteurs de l économie sont bien effectuées. Ces imputations supposent que les limites entre ces différents secteurs soient bien définies. On distingue généralement deux sphères dans l économie nationale : le secteur financier et le secteur non financier. Présentation du secteur financier de la zone BEAC Dans la Zone BEAC, on distingue désormais quatre types d institutions financières : a) La Banque Centrale La Banque des Etats de l Afrique Centrale (BEAC) a pour rôle d émettre la monnaie centrale, d agir sur le crédit, de gérer les réserves internationales, d effectuer les transactions avec le FMI en tant qu agent financier des Etats membres et d assurer la surveillance générale du système monétaire. b) Les Banques Créatrices de Monnaie (BCM) Ce sont toutes les sociétés de dépôts monétaires qui acceptent des dépôts à vue transférables par chèques ou susceptibles d être utilisées à des fins de paiement. c) Les Autres Institutions Bancaires (AIB) Les Autres Institutions Bancaires sont des banques qui n acceptent pas de dépôts à vue transférables par chèques. On peut regrouper les (AIB) en deux catégories: - Les Autres Institutions Bancaires Eligibles au Refinancement de la BEAC (AIBE) ; - Les Autres Institutions Bancaires Non Eligibles au Refinancement de la BEAC (AIBNE). d) Les Institutions Financières non Bancaires (IFNB) Ce sont des Institutions qui ne reçoivent pas de dépôts du public mais qui participent au financement de l'économie en octroyant des crédits ou en effectuant des opérations financières ayant des incidences sur le secteur monétaire. Présentation du secteur non financier de la zone BEAC Selon la nouvelle méthodologie, toutes les opérations avec les entités non résidentes sont, par définition, classées dans les avoirs et les engagements extérieurs. Par conséquent, si on exclut l'extérieur, le secteur non financier se décompose de la manière qui suit: - Les administrations publiques Ce sont les institutions et services publics qui mettent en œuvre la politique générale de l'etat en fournissant essentiellement des services non marchands. L'Administration publique Centrale ou Gouvernement ; Les Organismes publics et les Collectivités locales. - Les entreprises publiques non financières (EPNF) Ce sont des sociétés d'etat, des sociétés d'économie mixte, et plus généralement toutes les entreprises où l'etat détient, directement ou indirectement, au moins 30% du capital social et qui produisent et vendent des biens et services marchands destinés au public. Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 416

4 - Le secteur privé Il comprend les ménages, les entreprises privées, les entrepreneurs individuels, les administrations privées (institutions sans but lucratif), et tous les autres agents économiques qui n'ont pu être classés ailleurs. b- Les différents types de tableaux monétaires Les différents types de tableaux monétaires établis à partir des bilans consolidés des institutions financières présentent les sources de la création monétaire ainsi que les éléments constitutifs de la masse monétaire. Les séries monétaires ont été corrigées à partir de décembre V. SOURCES DE DOCUMENTATION Ce chapitre a été réalisé grâce aux documents publiés par la BEAC «Etudes et Statistiques de la BEAC» et la CAA. Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 417

5 Graphique 24. 1: Evolution des créances du système monétaire sur l économie selon la nature des bénéficiaires Source : BEAC - INS Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 418

6 Tableau 24. 1: Avoirs extérieurs nets du système monétaire au sens large (en millions de francs cfa) Rubriques Avoirs extérieurs bruts de la BEAC 1.1 Or D.T.S Position de réserve FMI Compte d'opérations (solde créditeur) 1.5 Autres Avoirs extérieurs des banques Engagements extérieurs bruts de la BEAC Recours aux crédits du FMI Autres Engagements extérieurs des banques Dette postale Autres Avoirs extérieurs nets du système monétaire Source: BEAC, les données 2008, 2009 et 2012 ont été corrigées Tableau 24. 2: Position nette du gouvernement vis-à-vis du système monétaire au sens large (en millions de FCFA) Rubriques Position nette du Gouvernement vis à vis de la BEAC Total des créances Total des avoirs Position nette du Gouvernement visà-vis du FMI Position nette du Gouvernement vis à vis des banques (BCM & AIBE) Créances sur le Gouvernement Dépôts du Gouvernement Total des créances nettes vis à vis du système monétaire (au sens large) sur l'etat Source: BEAC * les données de 2010 et 2011 ont été corrigées Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 419

7 Tableau 24. 3: Ressources du système bancaire (en millions de FCFA) Rubriques Disponibilités monétaires et quasi-monétaires (masse monétaire) Disponibilités monétaires Monnaie Fiduciaire (hors BCM, AIBE & AIBNE) Monnaie scripturale auprès de la BEAC auprès des banques auprès des CCP auprès des AIBE auprès des AIBNE Quasi-Monnaie auprès des banques auprès des AIBE auprès des AIBNE Fonds propres Autres postes nets Total des ressources du système bancaire Source: BEAC *les données de 2009 à 2012 ont été corrigées Tableau 24. 4: Contreparties des ressources du système bancaire Rubriques Avoirs extérieurs nets Crédit intérieur Créances nettes sur l'etat Position Nette du Gouvernement Autres créances nettes Créances sur l'économie Institutions financières non monétaires (IFNB, IBL) Entreprises publiques non financières Secteur privé Total des Contreparties Source: BEAC, les données 2009 à 2012 ont été corrigées Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 420

8 Tableau 24. 5:: Evolution des taux d intérêt de la BEAC et des conditions de banque RUBRIQUES I - Opérations des Trésors (Hors Marché). Taux des avances aux Trésors 4,00 4,00 4,00 4,00 3,50. Taux de pénalité aux Trésors 10,00 10,00 10,00 10,00 10,00 - Taux d'intérêt sur Placements Publics (TISP) Le TISP a 4 composantes, à savoir :. Taux d'intérêt sur Placement Public au titre du Fonds de réserves sur les Générations Futures (TISPPo) 1,25 1,50 1,25 1,00 0,1000. Taux d'intérêt sur Placement Public au titre du Mécanisme de stabilisation des recettes budgétaires (TISPP1) 0,85 1,10 0,85 0,60 0,1625. Taux d'intérêt sur Placement Public au titre des dépôts spéciaux (TISPP2) 0,60 0,85 0,60 0,35 0,2250. Taux d'intérêt sur Placement Public lorsque l'etat concerné recourt aux avances de la BEAC II - Marché monétaire A-Injections de liquidités 1- Guichet "A". Taux des appels d'offres (TIAO) 4,00 4,00 4,00 4,00 3,50. Taux des prises en pension (TIPP) 5,75 5,75 5,75 5,75 5,25. Taux des Interventions Ponctuelles (TISIP) 5,75-10,0 5,75-10,0 5,75-10,0 5,75-10,0 5,25-10,0. Taux des Av.except.s/Cert.de Plac.(TACP)* 4,00 4,00 4,00 4,00 3,50. Taux de pénalité aux banques (TPB) 10,00 10,00 10,00 10,00 10,00 2- Guichet "B". Taux s/nouveaux crédits d'invest.productifs ** 4,25 4,00 4,00 4,00 4,00. Taux effectifs s/anciens CMT irrévocables 4,30-6,35 4,30-6,35 4,30-6,35 4,30-6,36 4,30-6,37 B-Ponctions de liquidités (Appels d'offres négatifs). Taux d'intérêt sur placement à 7 jours "TISP" 0,6000 0,6000 0,6000 0,3500 0,1000. Taux d'intérêt sur placement à 28 jours "TISP" 0,6625 0,6625 0,6625 0,4125 0,1625. Taux d'intérêt sur placement à 84 jours "TISP" 0,7250 0,7250 0,7250 0,4750 0,2250 III - conditions de banque - Libres, avec 2 bornes : 1. Taux Débiteur Maximum (TDM) 2. Taux Créditeur Minimum (TCM) 3,25 3,25 3,25 3,25 3,25 Source : BEAC Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 421

9 Tableau 24. 6:: Evolution du bilan consolidé des banques ACTIF Variation en % Variation en volume Sommes déductibles des capitaux permanents % Valeurs immobilisées % dont Immobilisations financières % Opérations avec la clientèle % Crédits à long terme % Crédits à moyen terme % Crédits à court terme % Créances nettes en souffrances % Comptes débiteurs de la clientèle % Autres sommes dues par la clientèle % Valeurs non imputées % Créances rattachées % Opérations diverses % Opérations de trésorerie et opérations interbancaires % Dont titres de placement et de transaction % Total du bilan actif % PASSIF Variation en Variation en % volume Capitaux permanents % dont fonds propres % Opérations avec la clientèle % Comptes de dépôts à régime spécial % Comptes de dépôts à terme % Comptes créditeurs à vue % Autres comptes créditeurs % Dettes rattachées % 5133 Opérations diverses % Opérations de trésorerie et opérations interbancaires % Total du bilan passif Source : COBAC % Tableau 24. 7:: Statistiques de la banque à distance Nombre de comptes de transferts d argent par téléphonie mobile créés Nombre de comptes actifs de transferts d argent par téléphonie mobile Nombre de points de services de transferts d argent par téléphonie mobile créés Nombre de points de services de transferts d argent par téléphonie mobile fonctionnels Valeur des transactions par téléphonie mobile effectuées au cours de l année Nombre des transactions par téléphonie mobile effectuées au cours de l année Encours des comptes actifs de transferts par téléphonie mobile Source : CNC, déclarations des banques Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 422

10 Tableau 24. 8::Evolution des incidents de paiement Nombre Valeur (milliards F CFA) 29,9 36,6 47,9 47,6 Variation (%) Variation nombre 12,8 21,1 18,4 8 Variation Valeur 20,6 22,4 30,9-1 Source : BEAC Tableau 24. 9:: Evolution des virements Nombre Valeur (milliards F CFA) 1 551,4 1783, , ,7 Source : BEAC Tableau :: Evolution des encours de placements des sociétés d assurance ANNEE IARDT VIE MARCHE Source : ASAC Tableau : Evolution des taux directeurs des pays partenaires de la zone BEAC Marchés Nov 2010 BCEAO. Taux d'escompte (TES) 1/ 4,75 6,42 6,25 6,25. Taux d'appel d'offres - injections de liquidités 4,22 4,31 3,25 3,50 - reprises de liquidités -. Taux des pensions 4,25 4,67 4,25 4,25 Zone Euro*. Taux d'appel d'offres 4,00 3,71 1,00 1,00. Facilité de prêt marginal 5,00 4,46 1,75 1,75. Facilité de dépôts 3,00 2,92 0,25 0,25 Royaume-Uni. Prêts maisons d'escompte 5,50 4,08 0,50 0,50 Etats-Unis. Taux d'escompte 6,25 1,63 0,50 0,50. Taux au j/j "Fed Funds" 2/ 4,50 1,38 0,25 0,25 Japon. Taux d'escompte 0,50 0,37 0,30 0,30. Objectif J/J 0,00 0,00 0,00 0,00 Source: BEAC Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 423

11 Tableau : Evolution du stock de la dette publique par type (milliards de fcfa) Années Stock dette extérieure Multilatérale Bilatérale Commerciale Dont Emprunt obligataire détenus par les non résidents Stock dette intérieure Titres publics Structurée (conventionnelle) Non structurée (non conventionnelle) Nouvelle dette (Audit fin arriérés) Stock total Dette garantie Autre passif conditionnels Stock dette publique et dette à garantie publique Source : CAA Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 424

12 Tableau : Evolution des tirages par créancier (milliards de FCFA) Années Total 70,4 92,6 92,9 126,2 118,0 155,8 213,9 523,95 Multilatéral 39,0 43,0 54,3 112,0 80,2 85,6 94,8 132,2 Union Européenne IDA 13,5 10,1 13, ,5 37,7 43,3 89,3 FAD 11 11,5 26,6 11,2 36,8 25,2 36,0 18,5 FMI 4,1 3,9 5,2 70 0,0 0,0 0,0 0 BEI 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 11,2 3,3 0 BADEA 3,5 4,3 3,6 0,3 0,2 0,0 0,4 1,5 BID 3,5 4 1,9 4,2 2,2 1,5 8,0 12 Inter Islamic 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 8,5 0,0 0 FIDA 2 2,8 0,9 2,1 0,3 1,5 0,3 3 FS OPEP 1,4 4,6 3 2,2 0,2 0,0 3,5 7,9 0 1, ,0 0,0 0,0 0 Bilatéral Club de Paris 23,3 27,2 19,5 10,4 10,9 7,5 3,8 22,35 Belgique 13,6 14,4 9,8 7,0 5,9 4,5 0,0 0 France 4,9 5,7 1,4 0,0 0,0 0,0 0,0 18,9 Allemagne 0,3 5,3 6,4 0,5 0,1 0,8 1,0 0,05 Pays Bas 4, ,0 0,0 0,0 0 Espagne 0 1,8 1,9 2,9 1,7 0,5 0,0 0 Japon 3,2 1,7 2,8 3,4 Bilatéral non Club de Paris 8,1 22,4 19,1 3,8 26,9 62,7 115,3 318,5 Chine 5 16,9 16,1 2,4 16,4 62,3 106,2 317,7 Koweit 3,1 3,8 3 0,7 0,0 0,0 0,0 0,2 Arabie Saoudite 0 1,7 0 0,7 0,0 0,0 0,0 0,1 Corée du Sud 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 9,1 0,5 Inde 0,0 0,0 0,0 0,0 10,5 0,4 0,0 0 Commerciaux 50,9 DEXIA 0,5 Deutsche bank 31,1 SG Paris 19,3 Source : CAA NB : Les prêts de EXIMBANK china sont inclus dans les prêts de la chine. Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 425

13 Tableau : Evolution du service de la dette publique (en milliard de FCFA) Années Dette publique extérieure Service effectif 112,3 96,7 86,1 90,7 113,9 93,7 2-Dette publique intérieure Dont intérêt 32,4 28,8 26,3 32,6 38,9 36,4 Service effectif 103,9 45,9 75,8 73,3 124,9 99,9 Dont intérêt 6,8 7,3 10,6 13,5 15,5 9,1 3-Dette publique total (1) + (2) Service effectif 217,2 142,6 161,9 164,0 238,8 193,6 Source : CAA Dont intérêt 39,3 36,1 36,9 46,1 53,5 45,5 Tableau : Paiement du principal de la dette publique par type de creancier (en milliards de FCFA) Rubriques Dette extérieure 67,6 79,9 67,9 59, ,9 57,2 Multilatérale 8,8 14,4 12,9 12,0 13,8 12,7 21,4 Bilatérale 55,4 57,0 54,9 47,8 49,5 40,8 30,1 Commerciale 3,4 8,5 0,0 0,0 0,0 21,4 5,7 Dette intérieure ,1 38,6 65,3 59,8 161,8 90,7 Titres publics ,8 Dette structurée 129,5 61,9 27,5 30,5 44,8 47,3 23,7 Dont bancaire 27,5 6,5 1,0 0,6 0,6 6,7 3,3 Dette non structurée 78,6 35,2 11,1 34, ,5 18,2 Dette publique totale 275,6 176,9 106,5 125,1 122,8 236,7 147,9 Source : CAA Tableau : Paiement des charges d intérêts de la dette publique par type de créancier (en milliards de fcfa) Rubriques Dette extérieure 33,0 32,4 28,8 26,3 32,7 38,9 36,4 Multilatérale 4,8 7,2 4,6 4,9 6,0 5,8 8,6 Bilatérale 28,2 25,2 24,2 21,4 24,3 28,0 25,1 Commerciale 0,0 0,0 0,0 0,0 2,4 5,1 2,7 Dette intérieure 9,9 6,8 7,3 11,8 13,5 15,5 9,1 Titres publics 0,0 0,0 0,0 0,0 8,8 8,8 6,9 Dette structurée 9,9 6,8 7,3 8,1 4,7 6,7 2,2 Dont bancaire 6,1 3,9 3,7 3,7 2,1 4,2 2,1 Dette non structurée 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 Dette publique totale 42,9 39,2 36,1 38,1 46,2 54, 4 45,5 Source : CAA Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 426

14 Tableau : Evolution du stock de la dette extérieure du Cameroun par créanciers (en milliards de FCFA) Rubriques Total 989,7 932,3 974, ,4 1471,0 Multilatéraux 242,9 282,7 376, ,1 629,7 721,4 IDA 94,8 106,4 125, ,4 264,5 327,5 BIRD 19,4 16,6 13,8 15 9,7 6,6 4,2 FMI 10,7 11,4 79, ,7 83,4 77,9 BAD 12,4 9,2 6, FAD 26,3 50,5 61, ,5 172,4 177,6 BID 17,4 20,0 21, ,3 32,7 48,4 FIDA 9,8 12,4 14, ,2 20,5 29,6 FS OPEP 7,1 10,0 10, ,6 10,2 18,2 BADEA 10,0 13,7 13, ,6 13,1 12,4 UE 35,0 32,5 30, ,7 26,3 25,6 Bdeac ,4 0,03 0,03 Bilatéraux Club de Paris 655,1 580,5 527, ,6 428,2 433,3 Belgique 5,8 5,8 9,5 5 3,9 15,0 15 France 581,1 519,5 471, ,5 360,7 359,6 Allemagne 43,2 31,6 30, ,1 26,5 35,8 Pays-Bas 9,3 8,3 7,4 6 5,4 4,4 3,4 Espagne 12,8 12,4 6,6 7 11,3 11,5 10,2 Suisse 2,9 2,8 2,7 3 2,8 2,6 2 Japon ,6 7,5 9,3 Bilatéral non Club de Paris 48,3 68,5 69, ,3 325,3 635,2 Chine 31,2 48,4 50, ,5 278,9 596,4 Koweit 12,5 16,2 16, ,1 15,5 14,3 Corée du Sud ,8 9,6 4,3 Arabie Saoudite 4,5 3,9 3,7 3 2,6 3,8 3 Inde ,3 17,5 17,2 Commerciaux (arrières) 43,5 0,6 0,6 52,6 59,4 87,8 125,1 Bank Rumbold 35,9 0,0 0, Calder Co 7,0 0,0 0, BTP Banque 0,2 0,2 0,2 0,2 0,2 0,3 0,3 Non commercial 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 Emprunt obligataire ,0 42,0 31,5 21 Belgique Dexia ,8 21,8 20,8 Espagne Deutsche Bank ,6 50,8 France/USA Société générale ,7 23,3 IFTC ,5 8,5 Source : CAA Chapitre 24 : Monnaie et crédit Page 427

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 331 II. LISTE DES TABLEAUX... 331 III. PRÉSENTATION... 332 IV. METHODOLOGIE... 332 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 333 Chapitre 24: Monaie

Plus en détail

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT 1. Présentation... 2. Methodologie... 3. Sources de documentation... 4. graphique... 5. Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur

Plus en détail

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES...387 II. LISTE DES TABLEAUX...387 III. PRESENTATION...388 IV. METHODOLOGIE...388 V. SOURCES DE DOCUMENTATION...389 Chapitre 24 : Monnaie

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

Les fonctions de la monnaie. Moyen de paiement

Les fonctions de la monnaie. Moyen de paiement Les fonctions de la monnaie Moyen de paiement La monnaie facilite les échanges. Son usage, sous forme de pièces, de billets de banque ou de dépôts bancaires, s'est développé parce qu'elle est facilement

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014. trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014. trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014 trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014 (*) Avril 2014

Plus en détail

BULLETIN TRIMESTRIEL Mars 2015 N 143

BULLETIN TRIMESTRIEL Mars 2015 N 143 BULLETIN TRIMESTRIEL Mars 2015 N 143 BULLETIN TRIMESTRIEL MARS 2015 N 143 Les études de la présente publication ne peuvent être reproduites totalement ou partiellement sans autorisation. Les renseignements

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 La méthodologie d élaboration des statistiques monétaires, ainsi que des séries statistiques mises à jour sont disponibles sur le site

Plus en détail

Grèce. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Grèce. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Grèce Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2015 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 Notes aux Etats Financiers Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 INTRODUCTION AU 31 décembre 2008, La Caisse Autonome Pour Le Renforcement

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR. Comptes d opérations monétaires

ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR. Comptes d opérations monétaires R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Comptes d opérations monétaires NOTE EXPLICATIVE La présente annexe au projet de loi de finances est prévue par le 6

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE Paris, le 10 septembre 2013 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX PAIEMENTS POUR 2012 La Banque centrale européenne (BCE) publie aujourd hui les statistiques relatives

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 30 avril 2015 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 La Banque nationale

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Luxembourg Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

L établissement de la balance des paiements et de la position extérieure

L établissement de la balance des paiements et de la position extérieure d information Décembre 2015 La balance des paiements L établissement et de la position extérieure fait partie des missions de la Banque de France. Ces états statistiques s inscrivent dans un cadre méthodologique

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 22 juin 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO - AVRIL 2015 En avril 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur

Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur 6 juin 212 N. 98 Certains pays de la zone euro (,, ) ont atteint la limite maximale acceptable pour leur dette extérieure

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2015 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE DE L ANNEE 2015 Page 1/26 SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2014 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6571 Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux M. LE MAIRE, Rapporteur : Afin d assurer le financement

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 DÉRIVÉS DISPENSÉS 3. Dispenses de l obligation d inscription

Plus en détail

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Plan Champ couvert par le TOFE Les entités du TOFE Les opérations du TOFE Mode d'enregistrement des données Classification des opérations dans

Plus en détail

NOTE AU FORMATEUR. Au 30 septembre 2013, l Etat détient des actifs financiers correspondants à une valeur totale de 8.197,6 millions d euros.

NOTE AU FORMATEUR. Au 30 septembre 2013, l Etat détient des actifs financiers correspondants à une valeur totale de 8.197,6 millions d euros. NOTE AU FORMATEUR OBJET Bilan financier et situation financière de l Etat De Georges Heinrich, Directeur du Trésor Date 28 octobre 2013 Résumé : Au 30 septembre 2013, l Etat détient des actifs financiers

Plus en détail

Intensification de l activité dans la zone euro

Intensification de l activité dans la zone euro Patrick McGuire +41 61 28 8921 patrick.mcguire@bis.org 2. Marché bancaire Les achats de titres du secteur public ont soutenu l activité au troisième trimestre 22. Les banques de la zone déclarante BRI

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 La publie ci-dessous les états réglementaires concernant l adéquation des fonds propres selon

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

Principales tendances de l activité bancaire et financière internationale 1

Principales tendances de l activité bancaire et financière internationale 1 Naohiko Baba Blaise Gadanecz Patrick McGuire naohiko.baba@bis.org blaise.gadanecz@bis.org patrick.mcguire@bis.org Principales tendances de l activité bancaire et financière internationale 1 En coopération

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE La cinquième édition du Manuel de la Balance des paiements, publiée par le Fonds monétaire international

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb Notes méthodologiques

Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb Notes méthodologiques Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb AUSTRALIE... 2 AUTRICHE... 2 BELGIQUE... 3 CANADA... 3 RÉPUBLIQUE TCHÈQUE... 4 DANEMARK... 5 FINLANDE... 5 FRANCE... 6 ALLEMAGNE... 6 HONGRIE... 7 ITALIE...

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa AFRITAC de louest l Ouest Bamako - Mali Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat Lomé, du 07 au 11 février 2011 Tableau des opérations financières de l Etat actuel (TOFE) et Plan de Trésorerie

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Les institutions financières : Première partie : La monnaie Les institutions financières : Première partie : La monnaie 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Directeur de Publication Bassambié BATIONO Directeur de la Recherche et de la Statistique Email : courrier.zdrs@bceao.int

Directeur de Publication Bassambié BATIONO Directeur de la Recherche et de la Statistique Email : courrier.zdrs@bceao.int BULLETIN MENSUEL DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE DANS L'UEMOA A FIN DECEMBRE 2013 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex :

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS المملكة المغربية Royaume du Maroc BALANCE DES PAIEMENTS 2010 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source Site

Plus en détail

La monnaie et le financement

La monnaie et le financement La monnaie et le financement Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE

NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE A usage officiel STD/NA(2000)39 Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Sep-2000 Organisation for Economic Co-operation and Development Dist. : 25-Sep-2000 Or. Ang. DIRECTION

Plus en détail

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Direction Générale des Finances Publiques Direction de la Dette Rapport de la dette publique du Burundi :

Plus en détail

Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif

Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif Le jeudi 10 mars 2016, le Conseil des Gouverneurs de la BCE à francfort/main (ALL) sous la présidence de l italien Mario Draghi a pris

Plus en détail

depuis 1872 Rapport de gestion Exercice 2011

depuis 1872 Rapport de gestion Exercice 2011 CAISSE PUBLIQUE DE PRETS SUR GAGES DE GENEVE depuis 1872 Rapport de gestion Exercice 2011 Sommaire Message du président page 3 Présentation des activités 2011... page 3 Octroi des prêts page 3 Vente aux

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

Position extérieure des banques (BIS Consolidated Banking Statistics)

Position extérieure des banques (BIS Consolidated Banking Statistics) Position extérieure des banques (BIS Consolidated Banking Statistics) Périmètre de consolidation: groupe COMMENTAIRES I. CARACTÉRISTIQUES DE L ENQUÊTE OBJET DE L ENQUÊTE Répartition par pays des postes

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ÉCHANGÉS VIA LES CIRCUITS BANCAIRES

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ÉCHANGÉS VIA LES CIRCUITS BANCAIRES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ÉCHANGÉS VIA LES CIRCUITS BANCAIRES Etat des lieux à fin 214 DIRECTION DES OPERATIONS MONETAIRES ET DES CHANGES DEPARTEMENT DES SYSTEMES ET MOYENS DE PAIEMENT INSTRUMENTS DE PAIEMENT

Plus en détail

Bulletin statistique de la dette publique

Bulletin statistique de la dette publique RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE ET DU TRESOR DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE Bulletin statistique

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

Savoir-faire applicables aux données statistiques. Donnez 3 synonymes de taux de variation...

Savoir-faire applicables aux données statistiques. Donnez 3 synonymes de taux de variation... Savoir faire exigibles Lire et comprendre les taux de variation Application Savoir-faire applicables aux données statistiques Formule pour calculer un taux de croissance à partir de 2 grandeurs G 1 et

Plus en détail

Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014

Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014 Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014 Semaine du 22 au 26 Septembre 2014 Récapitulatif : Guide d Euroclear sur la règlementation des CSD. Lancement d un nouveau portail par le CSD de la Russie. Révision

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Groupe de travail du CNIS sur les échanges internationaux de services. 13 décembre 2004 Dominique Durant

Groupe de travail du CNIS sur les échanges internationaux de services. 13 décembre 2004 Dominique Durant Groupe de travail du CNIS sur les échanges internationaux de services 13 décembre 2004 Dominique Durant 1 Plan de l intervention 1. Pourquoi les SIFIM? 2. La réglementation européenne des SIFIM a. Définition

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

Directeur des Statistiques Démographiques

Directeur des Statistiques Démographiques MAI 2015 Directeur Général, Directeur de publication Directeur Général Adjoint Directeur des Statistiques Economiques et de la Comptabilité Nationale Directeur des Statistiques Démographiques et Sociales

Plus en détail

1 ère ES. Test de Science économique

1 ère ES. Test de Science économique 1 ère ES. Test de Science économique Dans les propositions suivantes, sélectionner la réponse la plus appropriée. Chapitre 1. Les grandes questions que se posent les économistes. I. Dans un monde aux ressources

Plus en détail

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF Fiche méthodologique Les outils comptables et financiers Décembre 2012 Le bilan, le compte de Le bilan, le compte de sont trois documents comptables complémentaires utilisés dans le cadre d une comptabilité

Plus en détail

Règlement de placement de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier

Règlement de placement de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier Approuvé par le Conseil de fondation le 15 décembre 2010 Sommaire 1. Principes réglementaires et légaux... 2 2. Solution de compte... 2 3. Stratégie de placement...

Plus en détail

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 1 1) Hausse des exportations des biens en valeur de 10.3 % (5898.5 M.D contre 5349.3 M.D) 2) Progression des exportations des industries manufacturières

Plus en détail

La gestion financière. et les comptes

La gestion financière. et les comptes La gestion financière et les comptes 60 Banque de France Rapport d activité 2014 1 Le rapport sur la situation patrimoniale et les résultats Le Conseil général a arrêté les comptes de l exercice 2014 au

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée OCDE - Paris, 8 avril 2015 L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit Principaux chiffres de l aide en 2014 Synthèse détaillée En 2014,

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail