Centre LGBT de Nantes. Rapport moral Rapport d activités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre LGBT de Nantes. Rapport moral Rapport d activités"

Transcription

1 Centre LGBT de Nantes Rapport moral Rapport d activités Sept Août 2011

2 Sommaire Rapport moral Le contexte et les objectifs 1. Soutien aux personnes et mobilisation 2. Sensibilisation et lutte contre l homophobie 3. Santé sexuelle 4. Militantisme Rapport d activité Dossier de presse Pièces Jointes - Appel à signatures «Halte aux discriminations et aux actes homophobes, lesbophobes et transphobes à Nantes!» - Questionnaire adressé aux partis politiques - Plateforme de revendications

3 Rapport moral Cette année exceptionnellement, deux assemblées générales ont eu lieu pour le Centre Lesbien, Gay, Bi et Trans de Nantes. Dorénavant, les assemblées générales se dérouleront dans la période de la rentrée afin que la nouvelle équipe qui se constitue puisse travailler le plus tôt possible sur l organisation, notamment des gros événements du mois de mai (CinéPride, Pride, etc.) Lors de cette assemblée générale, nous reviendrons sur les valeurs de notre association, sur les actions proposées au public, et sur la trésorerie depuis septembre Le Centre LGBT de Nantes, fondé il y a 14 ans, avait pour but de proposer un lieu d accueil qui puisse répondre aux besoins de dialogue, d informations, de prévention médicale et de vie culturelle de la communauté homosexuelle nantaise. Aujourd hui, ces besoins sont toujours d actualité. Nous pouvons même constater que les demandes sont de plus en plus variées en terme de questionnement, d orientation sexuelle ou d identité sexuelle. Ainsi, le Centre LGBT de Nantes accueille, bien sûr, les homosexuel-les de Nantes mais aussi les bi et les trans, de Loire Atlantique et de certains départements limitrophes. Les informations concernant les droits de cette population s élargissent avec, par exemple : le droit au mariage et à l adoption pour tous, l accompagnement médical des trans et d autres encore. Le Centre LGBT de Nantes propose des réponses sur ces questions sous forme d une plateforme de revendications (PJ3). Cette plateforme, nous n hésitons pas à l améliorer à mesure que nos réflexions avancent. Nous nous en servons également pour porter nos revendications auprès d élus de la Mairie, du Conseil Général de Loire-Atlantique et la Région. L intérêt d un Centre LGBT est de pouvoir offrir ses services par le biais d une approche communautaire. Ainsi ce n est pas une équipe médicale qui accompagne les personnes qui viennent chercher des informations concernant la santé mais une équipe de bénévoles formés qui sont concernés par ces mêmes questions. La prise en charge par les pairs permet à de très nombreuses personnes d avoir une meilleure écoute et un accès privilégié à des informations que nous pouvons plus facilement cibler en fonction des demandes et des besoins. La force d un Centre LGBT passe également par ses partenariats avec de nombreuses autres associations. Aides, Contacts et SOS Homophobie sont des exemples de la diversité et de la richesse du tissu associatif qui s articule autour des lesbiennes, des gays, des bis et des trans. Le Centre LGBT accueille et relaye les informations d une quinzaine de ces associations. Certaines oeuvrent dans la santé sexuelle ou morale, la défense des victimes d agressions homophobes ou transphobes, d autres militent pour que les droits soient les mêmes pour tous. Le partenariat passe aussi par les institutions. Ainsi, nous entretenons un dialogue privilégié avec les élus de la municipalité. Nous sommes en lien également avec le conseil général et la région. Ces institutions se montrent de plus en plus réceptives en matière d égalité des droits pour tous, et nous apportent une aide indispensable au fonctionnement du Centre et de ses actions.

4 Cette année encore, les actions étaient variées et riches. Les accueils conviviaux hebdomadaires, le groupe d entraide, les actions de sensibilisations et de préventions aux risques des IST, les actions militantes, les interventions en milieu scolaire ou l organisation des événements Pride sont une partie des compétences du Centre LGBT de Nantes. Ces actions sont rendues possible grâce aux bénévoles qui sont de plus en plus nombreux. Il est important de rappeler que c est leur mobilisation qui permet à la fois de pérenniser les actions pertinentes mais aussi d en créer de nouvelles. Ainsi, avec les compétences apportées par de nouveaux bénévoles, un programme de suivi des personnes victimes d agressions homophobes vient de voir le jour. Le symbole du bon fonctionnement et du développement de notre association. Outre ces actions régulières, d autres actions ponctuelles sont réalisées tout au long de l année. Notamment en matière de lutte contre les discriminations avec la campagne de la journée mondiale contre l homophobie le 17 mai, le mémorial de la déportation homosexuelle ou la journée mondiale de commémoration des victimes de transphobie (TDOR). Il est à noter qu une masse de travail conséquente est également réalisée au niveau administratif. Un grand merci est donc adressé à ceux qui se mobilisent au quotidien. Pour terminer, il reste à parler du changement de local puisque le Centre LGBT va bientôt déménager. Situé depuis quatorze ans au 49/51 rue du Maréchal Joffre, notre local devenu trop exigu, va être transféré à quelques dizaines de mètres rue Dugast-Matifeux. Dès le début 2012, nous occuperons donc un espace adapté au développement de nos nouvelles actions.

5 Le contexte et les objectifs 1. Soutien aux personnes et mobilisation CONTEXTE Alors que la visibilité et l acceptation de l homosexualité dans notre société est plus importante qu auparavant, l accroissement de situations de "souffrance psychique" au sein de la population homosexuelle est très important et ce, particulièrement chez les jeunes. Sur la Ligne Azur 1, 1/4 des appelants expriment un manque d'estime de soi, un sentiment de solitude, un état dépressif ou encore à un sentiment de culpabilité. Les chiffres des appelants de la ligne de Sida Info Service 2 montrent également une expression plus importante du sentiment de pression psyschologique chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes que chez les hétérosexuels ainsi qu un phénomène d auto-exclusion et d auto-homophobie. L Enquête Presse gay, questionnaire autoadministré et anonyme d une centaine de questions proposées régulièrement depuis vingt ans dans les magazines et sites Internet identitaires - souligne également un grave problème d estime de soi des répondants et un sentiment de mal-être supérieur à la population générale pouvant aller jusqu au suicide. Dès la fin des années 1970, des études nord-américaines ont mis en évidence un risque suicidaire jusqu à 13 fois plus élevé parmi les homosexuels par rapport aux hétérosexuels. En France, alors que le suicide est reconnu comme un problème de santé majeur, les recherches abordant à la fois l orientation sexuelle et les comportements suicidaires sont rares. Parmi les questions de l Enquête Presse Gay, certaines abordent les tentatives de suicide, les idées suicidaires et les dépressions. En 2004, 19 % indiquaient avoir fait au moins une tentative de suicide au cours de leur vie, 7 % ont attenté à leur vie à plusieurs reprises soit 5 fois plus qu en population générale et en augmentation depuis Aux facteurs communs à la population générale, s ajoutent certains spécifiques à la population homosexuelle tel que le fait d être victime de rejet parental et sociétal dû à l orientation sexuelle. Enfin, les études mettent en lumière l hésitation des personnes à révéler ou non leur homosexualité 3 et leurs difficultés à trouver un interlocuteur pour parler de leur situation 4. OBJECTIFS Dans ce contexte, l objectif principal est donc d offrir un soutien aux personnes face à leurs souffrances psychologiques et leurs difficultés de vécu et favoriser leur bien-être. Cet objectif est constitué de 3 objectifs secondaires : Continuer le soutien individuel et collectif par les actions d accueil, d écoute, d entraide et d orientation des personnes. Continuer et développer les actions favorisant la sortie de la solitude et le bien-être des personnes. Favoriser la mobilisation des personnes et faciliter leur place d acteur. 1 Bilan d activités de la Ligne Azur 2009 : 2 Les aspects psychologiques sont d avantage présents dans les entretiens avec un HSH (24,3 %) par rapport à la moyenne des appels sur SIS (19,6 %). (Synthèse sur les appels d hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes - SIS 2009) 3 Sida Info Service Ligne Azur 2009

6 ACTIONS Les actions découlant de ces objectifs : - Accueils (Centre LGBT, associations, les autres genres) - Permanences - Ecoutes - Accompagnement des victimes - Soirée d information droits - Atelier Théâtre - Bibliothèque / Vidéothèque - Dimanches culturels - Village Pride /Soirée Pride - Mobilisation / formation Pour : Renforcer les actions d accompagnement des victimes de discriminations et d agressions.

7 2. Sensibilisation et lutte contre l homophobie CONTEXTE Outre un cadre législatif, encore insuffisant certes mais existant, il n existe toujours pas de définition légale de l homophobie. Les actes homophobes sont néanmoins sanctionnés par le droit lorsqu ils sont générateurs de violence ou de discrimination par : - la loi de modernisation sociale votée début 2002 qui interdit officiellement toute discrimination à l'embauche ou dans le monde du travail (déroulement de carrière, harcèlement...) basée sur le rejet des homosexuel(le)s. - deux amendements à des lois anti-discriminations existantes, adoptés le 31 décembre 2004, réprimant les propos homophobes tenus publiquement (au même titre que les propos xénophobes, racistes, sexistes, «handiphobes», etc.) 1. L'homophobie se manifeste sous différentes formes ; il est donc important de savoir ou de pouvoir la caractériser. Elle est tantôt consciente, tantôt inconsciente, voire intériorisée. Parmi les formes d homophobie, il y a : - L'homophobie d'attitude, qui pourrait être le sentiment ou l opinion voulant que les personnes homosexuelles soient anormales ou malades. - L'homophobie hétérosexiste, qui serait la croyance voulant que tout le monde soit hétérosexuel ou que l'hétérosexualité soit la seule voie valable. Cette croyance repose sur la notion de norme de la majorité. - L homophobie du langage où il s agirait du langage comportant un vocabulaire et des expressions allant de la plaisanterie à l'injure. - L homophobie interpersonnelle qui est la manifestation d'inconfort, d'insécurité ou de peur au contact des personnes homosexuelles. - L homophobie institutionnelle ou systémique qui est la pratique institutionnelle érigée en système où les personnes homosexuelles sont défavorisées. - L homophobie d intérêt qui est l attitude des personnes qui s'intéressent à l'orientation homosexuelle à des fins pécuniaires ou personnelles et qui refusent toute association à l'homosexualité. - L homophobie intériorisée qui est une forme d'homophobie, souvent inconsciente, résultant de l'éducation et des valeurs transmises par la société. Les personnes homosexuelles ne sont pas à l'abri de cette forme d'homophobie, ayant reçu la même éducation que tous et ayant été influencées par les mêmes valeurs de la société. - L homophobie passive ou par omission qui est l attitude passive qui consiste à ne rien dire ou à ne rien faire devant un comportement homophobe, alors que la situation voudrait que l'on intervienne pour y mettre fin. - L homophobie violente qui est la manifestation extrême de l'homophobie qui conduit à la violence, allant de l'agression verbale jusqu'au crime haineux. - La «lesbophobie» : ce terme n'apparaît nulle part dans les dictionnaires pourtant il se fait bel et bien l écho d une réalité concrète, d'une réalité qui se détache - tout en la prolongeant - de l'homophobie. Elle révèle un certain comportement, une certaine forme d'agression à l'égard des lesbiennes et uniquement des lesbiennes. Dans une enquête sur la lesbophobie réalisée par SOS homophobie de novembre 2003 à janvier 2004, au cours de laquelle près de 1800 femmes se sont exprimées, 57% des lesbiennes interrogées ont indiqué avoir été victimes de lesbophobie - La «transphobie» : de même que la lesbophobie, ce terme n est pas officialisé alors que de nombreux trans sont victimes à de multiples égards de discriminations.

8 CONSEQUENCES L homophobie peut avoir des conséquences psychologiques, physiques et sociales dramatiques pour les personnes qui en sont victimes. D un point de vue psychologique, les conséquences vont de la tristesse et du repli sur soi à l inquiétude, l angoisse, la dépression, voire à la tentative de suicide. Elles peuvent s accompagner de différentes conduites à risque (alcool, drogues, rapports sexuels non protégés ). Pour d autres homosexuel-le-s, l homophobie va au contraire susciter un sursaut de combativité qui les portera à affirmer leur orientation sexuelle et leur mode de vie. D un point de vue physique, les agressions peuvent engendrer de lourdes séquelles. Parfois même, les victimes n y survivent pas. D un point de vue social, l homophobie peut aussi avoir des conséquences importantes et difficiles à gérer pour les personnes qui en sont l objet, et ce dans différents domaines : - dans le monde du travail, l homophobie se manifeste par le refus de promotion, la mise au placard, et parfois même le licenciement ; - dans la vie quotidienne, déménager ou changer d établissement scolaire sont parfois les seules solutions permettant de fuir un quotidien insupportable ; - plus généralement dans la vie sociale, l homophobie prend la forme du rejet, de l incompréhension, de l homosexuel-le ou trans 2. SENSIBILISATION En marge des manifestations et campagnes de sensibilisation organisées par les associations de lutte contre l homophobie (SOS homophobie, Centres LGBT, LGP, IDAHO (17 mai), etc.), d autres actions voient le jour - Dans l éducation nationale : > Septembre 2011, première ES et L aborderont un nouveau point de programme : la question du genre et de l'orientation sexuelle, dans un chapitre intitulé "Devenir homme ou femme" où il est expliqué que si l'on naît homme ou femme, l'orientation sexuelle des individus peut varier au cours de la vie, et que si la majorité des personnes sont hétérosexuelles, une partie de la population est homosexuelle ou bi. La question de l'orientation sexuelle appartenant à la "sphère privée" 3. - Dans le milieu sportif : > Campagne de lutte contre les violences sexuelles dans le sport 4 > Dans le foot ; clips, chartes mairies-clubs 5, campagne Carton Rouge dans le foot 6 OBJECTIFS Dans ce contexte, il est important de continuer à lutter contre toute forme de discriminations liées à l orientation sexuelle les mœurs, le sexe, l'identité de genre, l état de santé, continuer à sensibiliser un public aussi large que possible et continuer et développer la sensibilisation des plus jeunes ACTIONS Les actions découlant de ces objectifs : - Interventions en Milieu Scolaire - 17 mai, Journée Internationale contre l Homophobie - Semaine d Education contre le Racisme et les Discriminations - Plaquette relai - Village Pride - Sexion d Assaut - Porte parolat

9 (1) (2) (3)http://blog.miscellanees.net/post/2011/08/23/L-orientation-sexuelle-dans-les-manuels-scolaires-%C3%A0-larentr%C3%A9e (4) (5) (6)

10 Santé sexuelle CONTEXTE Au niveau national, le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2008 est estimé à et lors du bilan épidémiologique de décembre 2009, les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) étaient encore la population la plus touchées et parmi laquelle le nombre de contaminations ne diminuait pas 6. Ainsi, le taux d incidence des nouvelles contaminations au VIH chez les HSH est 200 fois supérieur à celui observé chez les personnes françaises contaminées par rapports hétérosexuels 7. De plus, l enquête Prévagay, qui visait à la fois l estimation de la prévalence du l infection par le VIH chez les HSH fréquentant des établissements de convivialité gay parisiens et de l incidence du VIH dans cette population, a révélé que parmi les HSH diagnostiqués séropositifs pour le VIH, 20% l ignoraient 8. De même, environ 2500 HSH ont été diagnostiqués en 2008 alors que l estimation est de 3300 HSH nouvellement contaminés pour cette même année. Concernant les Infections Sexuellement Transmissibles, la majorité des diagnostics sont fait chez des HSH : 82% des cas de syphilis entre 2000 et 2008, 65% des gonococcies entre 2004 et 2007 et presque la totalité des diagnostics de lymphogranulomatose vénérienne rectale 9. Dans les Pays de la Loire, la situation épidémiologique concernant le VIH en confirmait que la proportion des sérologies positives par rapport aux tests réalisés est l une des plus fortes de France métropolitaine hors Ile-de- France et concernent environ 190 personnes chaque année. Chez les hommes, qui sont les plus nombreux parmi les nouvelles séropositivités déclarées sur la période (69%), le mode de contamination a été majoritairement par rapport homosexuel (66%). Les données statistiques comme les enquêtes de terrains ont amenés le Pr Gilles PIALOUX (dans son rapport sur la «Prévention et la réduction des risques dans les groupes à haut risque vis-à-vis du VIH et des IST» 11 commandé par le ministère de la santé) ainsi que la Haute Autorité de Santé 12 à recommander les actions ciblées et adaptées pour les HSH, la diversification et l innovation dans l offre de dépistage, et, un rapprochement entre les professionnels médicaux de santé, les associations communautaires et associations de lutte contre le sida. OBJECTIF Dans ce contexte, les acteurs du Centre LGBT ont décidé trois objectifs principaux pour les actions de santé : > Continuer et développer les actions de promotion de la prévention et de réductions des risques face au Sida et aux IST auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes. > Promouvoir, accompagner une démarche de dépistage au VIH et aux hépatites et favoriser l innovation et la diversification de l offre. > Continuer le soutien des personnes concernées et sensibiliser à la lutte contre les discriminations liées à la maladie

11 ACTIONS - Permanences Hospitalières - Lieux de Rencontre Extérieurs - Groupe d Entraide «hommes mariés» - Lieux de convivialité - 1er décembre, journée mondiale contre le sida - Sorties mensuelles dans les lieux de convivialité et plages - Dépistages - COREVIH / Groupe HSH

12 3. Militantisme CONTEXTE Le militantisme homosexuel désigne l'ensemble des mouvements et actions individuelles qui cherchent ou ont cherché par le passé à faire évoluer la perception sociale de l'homosexualité dans le sens de son acceptation contre stigmatisation, discrimination et exclusion sociale. Le militantisme actuel Pour les droits et la dignité des personnes LGBT, la Déclaration de Montréal sur les droits humains des LGBT est adoptée en juillet Par la suite, les Principes de Jogjakarta 13 sont adoptés par la Commission internationale des juristes. Comment agir pour la promotion des droits dans un pays où l homosexualité est source d inégalités, de moqueries, de rejets, de violences? > Recenser et analyser Chaque année le Rapport sur l'homophobie compile l'ensemble des témoignages reçus par SOS Homophobie qui analyse l'actualité LGBT des douze mois écoulés et son traitement par la presse. La publication qui en résulte offre sans complaisance une vision détaillée de l'homophobie en France et demeure un des rares outils pour en mesurer l'évolution 14. > Manifester, être visible > Lutter contre l homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie OBJECTIFS Dans ce contexte, il est important de continuer à lutter contre les inégalités sociales et les inégalités de lois. > Développer des actions de plaidoyer à partir des témoignages reçus > Interpeller les politiques pour un engagement fort et visible dans lutte contre l homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie > Faire évoluer les lois vers une égalité de droits pour tous. ACTIONS - Politique Pride - Marche des Fiertés LGBT de Nantes (Lesbian & Gay Pride) - Mémorial de la Déportation Homosexuelle - Plateforme de revendications - Transgender Day of Remembrance (TDoR) - Manifestation/kiss in, appel à signature

13 Rapport d activités ACCUEILS CONVIVIAUX Un moment d écoute, de dialogue et de partage qui permet l intégration dans la vie de l association. Chaque accueil est animé par une équipe de deux ou trois bénévoles. Ils favorisent le lien entre les personnes, informent sur l'association et gèrent le bar associatif passages ont été enregistrés entre septembre 2010 et août 2011 (soit une fréquentation accrue de 6%) sur les 75 accueils du Centre ou des associations membres (7 accueils de plus qu en 2010). 13% sont des personnes qui découvrent le Centre. ACCUEILS DU MERCREDI 45 accueils conviviaux sur l année, maintenu même au moins d août. Des accueils à thèmes sont réalisés régulièrement notamment pour Halloween, le 1 er décembre ou pendant la Pride. En moyenne 24 personnes passent par accueil (1120 passages au total dont 1/3 de femmes), soit environ 200 personnes différentes sur l année. Bénévoles : Ségolène, Victor-Manuel, Vincent, Martine, Pascal, Emmanuelle, Emmanuel, Evelyne, Agnès, Aurélien, Ludovic, Valérie, Nathalie, Bastien, Cindy, David, Simon. ACCUEILS DES AUTRES GENRES (REFERENTE : MARTINE) Il y a eu moins d accueils consacrés aux trans cette année par rapport à 2010, cette baisse répondant à l objectif fixé en 2010 d intégrer ces accueils aux accueils du mercredi, favorisant ainsi la mixité. Ces accueils sont suivis de repas conviviaux dans des restaurants. Les demandes d écoutes individuelles et d accompagnement particuliers pour les parcours médicaux restent stables. Bénévoles : Martine, Michelle

14 PERMANENCES (RAPHAËL) Le salarié assure une permanence physique et téléphonique du mardi au samedi de 13h à 18h. Des bénévoles peuvent être amenés à assurer le remplacement du salarié visites/appels/mails/courriers ont été réalisés de septembre 2010 à août % sont des personnes qui passent pour la première fois au Centre, 77% sont des usagers (administrateurs, adhérents, bénévoles, sympathisants, partenaires). Toujours une majorité d hommes (58% d hommes pour 42% de femmes). Population : les gays et lesbiennes représentent 83% des personnes qui fréquentent le Centre. Près de 10% des usagers sont hétérosexuels, et 3% sont bisexuels. La fréquentation des personnes hétérosexuelles, bi et trans augmente significativement depuis L orientation sexuelle n est pas demandée aux usagers mais déduite en fonction du témoignage de chacun, d où les 4% indéfinis. La majorité du public vient de Nantes, son agglomération et du département de Loire Atlantique (environ 90%). Les 10% restant sont des personnes venant de Vendée et Bretagne (30%), de la région parisienne (21%) et du reste de la France (34%) et 15% de l étranger (Mexique, Burundi, Royaume Uni, USA, Irlande, Espagne, Tunisie et Allemagne). Thématiques des entretiens Questions sur le droit ou témoignage d homophobie : 23% (+ 8% par rapport à 2010) Questions sur le genre ou la transidentité : 21% (+10%) Question de santé / IST / matériel de prévention : 7% Questions ou témoignages de personnes mariées : 16% (+9%) Questions sur l homoparentalité : 15% (+6%) Autres : 20% (en recherche d un médecin ou d un psy, difficultés sociales, droit de séjour, union, handicap) Services du Centre : la bibliothèque, vidéothèque, le poste web et les petites annonces sont utilisés régulièrement. Bénévoles : Vincent, Maéla, Simon, Emmanuelle, Emmanuel, Yann.

15 GROUPE D ENTRAIDE «HOMMES MARIES» (REFERENT : REMY) Ce groupe propose aux hommes dont la situation familiale pose de nombreux questionnements, une écoute et un soutien communautaire dans un cadre garantissant l'anonymat et la confidentialité. Entre l urgence d une écoute individuelle et le moment où la personne sollicite le groupe de parole, il peut se passer un temps plus ou moins long. L intérêt d une telle structure est de s inscrire dans la durée et de permettre à la personne qui a besoin d écoute de faire son chemin sachant que la structure est là, prête à l accueillir quand il sera prêt. Le groupe s est reformé avec de nouveaux participants en janvier 2011 où des thèmes récurrents sont évoqués, tels que le mal-être, la culpabilité, le suicide, le coming-out, la parentalité, le divorce, l orientation sexuelle, les difficultés psychologiques et sociales. Le groupe continuera de proposer un rendez-vous mensuel à partir de septembre 2011, et un groupe d entraide semblable pour les femmes est également en projet. Bénévoles : Rémy, Emmanuel + Raf LIEUX DE CONVIVIALITE (REFERENTE : MAELA) Un à deux binômes passent dans les bars et lieux de convivialité LGBT chaque mois et proposent aux clients d'échanger autour de leur santé et leur santé sexuelle plus spécifiquement. L'objectif est de susciter une réflexion chez les personnes autour des liens existants entre leur contexte social et psychologique, leur plaisir et leurs prises de risques, et, de les aider à identifier les freins et facilitants dans la mise en place de stratégies de santé. Cette action a été créée en partenariat avec Aides et le SNEG et bénéficie du soutien logistique du comité 1er décembre. 223 personnes rencontrées dont les ¾ ont bénéficié d un entretien sur la santé sexuelle. Les thématiques abordées sont le VIH, les IST, les hépatites, les pratiques sexuelles, le traitement d'urgence, la PrEP, les produits psychoactifs, la dicibilité, les difficultés psychologiques et/ou sociales, les discriminations, l'accès aux soins, etc. Près de 1000 kits prévention (préservatifs+gel+invitation au dépistage) ont été distribués dans les commerces LGBT et friendly autour du 1 er décembre et lors des sorties menuselles et 300 préservatifs et gel individuels ont été distribués. Bénévoles : Maéla, Karlo, Sébastien, Aurélien, Marie, Michelle, Emeline, David, Jean-Paul, Jérôme, Vincent, Manu, Simon, Alain, Emmanuelle, Julien, Raphaël, Eli, Guillaume, Christophe PERMANENCES HOSPITALIERES (REFERENT : RAPHAËL) Depuis 2 ans, 4 associations interviennent une fois par semaine dans le cadre du service d'infectiologie du CHU (Aides, Actif Santé, Amitié Santé, CLGBT). Autour d'une boisson chaude, ce temps permet de recréer du lien entre les personnes elles-mêmes, de libérer la parole autour du vécu de la maladie (VIH et/ou hépatites) dans une approche non-médicale et d'orienter vers les lieux de ressources potentiels. En moyenne 10 personnes en consultation pendant la permanence, quelques unes avec qui un échange est possible, majoritairement hétérosexuelles. Les thématiques récurrentes abordées sont les difficultés de dicibilité de sa séropositivité, les difficultés sociales et psychologiques, la vie de couple, les traitements, la discrimination (au travail notamment). 12 permanences ont été tenues au CISIH. Nous avons réduits la fréquence de nos permanences à une par mois (au lieu de deux) pour être sûr de pouvoir les assurer. Bénévoles : Raf, Ségolène

16 GROUPE DE TRAVAIL HSH Un groupe de réflexion et d'échanges sur les actions auprès des Hommes ayant des relations Sexuelles avec des Hommes existe depuis plus d'un an maintenant et réunit notamment le CDAG-CIDDIST, le REVIHEP, le SNEG, SIS, AIDES, Actif Santé et le CLGBT. Dans le cadre de ce groupe, un questionnaire sur le dépistage a été créé et diffusé par Aides et le CLGBT. Les réponses ont permis l'écriture de proposition de 3 actions différentes d'actions innovantes de dépistage qui seront prochainement présentées au CDAG. Le groupe a également sollicité le Centre LGBT pour la réalisation d une série d affiches qui sera diffusée courant 2011, après la campagne nationale du SNEG et de la Fédération LGBT. Bénévoles : Maéla + Raf PLAGE (REFERENTE : MAELA) Toujours en partenariat avec Aides, dans le même esprit que les interventions dans les lieux de convivialité, les bénévoles ont proposé aux vacanciers d'échanger autour des questions de santé et de santé sexuelle ainsi que de réaliser un dépistage (TROD) sur place. Ce dépistage a la spécificité de comprendre une partie de counseling associatif et un test à lecture rapide. 2 sorties plages les 28 juillet et 26 août à la plage des Jaunais, St Marc / Mer avec AIDES, une vingtaine d'entretiens et une dizaine de dépistages réalisés. Bénévoles : Vincent, Maéla + Raf HEPATITES (REFERENTE : MAELA) Depuis trois ans, le CLGBT participe à la journée mondiale de lutte contre les hépatites en partenariat avec Aides, le SNEG et le CDAG. Une campagne d affichage dans les lieux de convivialité LGBT (affiche informative sur les hépatites) et un flyer d'invitation au dépistage Hépatites lors de la journée des hépatites (jeudi 19 mai, place du Change) ont été créés et distribués. Bénévole : Maéla MAILING MEDECINS (RÉFÉRENT : RAPHAËL) Une grande campagne d'information sur l'association a été mise en place auprès de l'ensemble des médecins généralistes, gynécologues, dermatologues, gastro-entérologues, psychiatres et proctologues du 44. Cette campagne représente 1570 envois de courriers de présentation de l'association, d'affiches et de flyers du Centre LGBT. Plusieurs médecins et thérapeutes nous ont déjà contacté pour renouveler leur stock de flyers et faire le lien avec l'association. Bénévoles : Maéla, Michelle, Emeline, Lou + Raf JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA 1 ER DECEMBRE Comité 1er décembre: participation aux réunions de travail et aux plénières, aide «graphique» sur la réalisation des outils de communication (badges, banderoles). Conviviale spéciale 1 er décembre organisée par les bénévoles des accueils conviviaux et ceux de la santé dans les lieux de convivialité: jeux et messages de prévention, affichage des messages déposés par les passants lors de la cabane de Noël du Comité. Tournée dans les lieux de convivialité: entretiens sur la santé sexuelle dans les lieux de convivialité avec une mobilisation des commerçants «Les commerçants s engagent dans la lutte contre le Sida» Bénévoles : Jacques, Jérôme, Sandra, Emeline, Guillaume, Pascal, Valérie, Agnès, Maéla, Emeline, Karlo, Aurélien + Raf

17 ECOUTES (REFERENT : RAPHAËL) Une centaine d entretiens d écoute sont tenus dans l année (en augmentation depuis 2010, une vingtaine de minutes environ par entretien). Les personnes appellent ou passent spontanément ou sur rendez-vous. Les thématiques abordées sont les questions et difficultés à accepter son orientation sexuelle, le mal être et les idées suicidaires, des hommes et des femmes mariés, la bisexualité, les difficultés à rencontrer des amis, la rupture affective, les difficultés d accès au droit, les maltraitances conjugales, l isolement, etc. Le salarié mène le premier accueil et propose un second rendez-vous avec un bénévole du Centre si besoin. Bénévoles : Vincent, Martine, Rémy, Michelle, Nathalie, Emmanuelle, Francisco + Raf PREVENTION PRIDE (REFERENTE: MAELA) Renouvellement de la campagne d invitation au dépistage au bus du CDAG/CIDDIST sur le village Pride avec Aides. Distribution de préservatifs et gels sur la Marche, le Village et la Soirée Bénévoles : Maéla ENQUETE PRESSE GAY ET LESBIENNE La population des hommes ou des femmes ayant des relations sexuelles avec des personnes de même sexe ou se définissant homo-bisexuel-le-s est difficile à appréhender. Les grandes enquêtes représentatives de la population ne permettent pas de recruter un nombre suffisamment important de ces hommes et ces femmes et de poser des questions comportementales précises. Dans un contexte épidémiologique où les hommes homo-bisexuels furent très durement touchés par le sida, il était crucial de mettre en œuvre des enquêtes ciblées permettant de mesurer et de comprendre les changements de comportements et leur impact sur la diffusion de l infection au VIH. De nombreux pays ont développé différentes approches méthodologiques comme la constitution d échantillon d enquête basée sur une participation volontaire. Outre la version masculine du questionnaire, cette édition met à la disposition des femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes, pour la première fois, un questionnaire spécifique afin d avoir une connaissance plus détaillée de leur sexualité et de leur santé. Cette enquête n est pas représentative de la population gaie et lesbienne mais elle permettra de disposer de données comportementales fines dans l optique de mettre en œuvre des programmes de prévention au plus proche des habitudes de vie des gays et lesbiennes. Celle-ci a recueilli les données de plus de participants. Pendant 3 mois, le Centre LGBT a servi de relai pour cette campagne au local et via le site internet (190 clics sur les bannières).

18 COORDINATION : MAELA Samedi 21 mai 2011 VILLAGE (REFERENT: JOËL) En plein cœur de Nantes, place Royale, le village a continué cette année encore sur un air champêtre, associatif et militant. 10 associations étaient présentes sur des stands thématiques («droits» avec une avocate et l association SOS Homophobie, «Santé» avec les associations Sida Info Service, Aides et le bus de dépistage du CDAG-CIDDIST, «Militantisme» avec les associations professionnelles LGBT, les syndicats, «Culture» avec une sélection d ouvrages de la librairie Vent d Ouest, «Loisirs», etc.). La municipalité nous a permis d investir la place Royale après une longue hésitation et une nouvelle fois une demande de changement de date, ne facilitant pas l organisation de la manifestation. Bénévoles: Vincent, Amandine, Blandine, Maéla, Joël, Christophe, Victor-Manuel, Camille, Cyrille, Edith, Emilie, Evelyne, Georges, Guillaume, Guillaume T., Val, Xavier, Louise, Michelle, Martine, Murielle, Pascal, Rémy, Stéphane, Swell, Valentin, Maéla, Julie, Frédéric + Raf MARCHE (REFERENTE: MAELA) Parcours dans environ la moitié du centre ville participants (+1000 par rapport à 2010, 3800 selon la police (+300 par rapport à 2010)). 20 associations, 7 syndicats et partis politiques et 9 commerces étaient représentés. Une minute de cri a eu lieu dans la descente de la rue du Calvaire. Un vrai travail de partenariat entre l équipe sécurité et les forces de police a été mis en place du fait de la présence à plusieurs endroits de groupuscules intégristes catholiques du «renouveau français». Pas d incidents en lien avec la marche. Cette année encore, une équipe 1ers secours de bénévoles formés était coordonnée par un pompier bénévole. Quelques d interventions ont été effectuées. Bénévoles: Amandine, Vincent, Alexandre, Anne-Cécile, Antonio, Arnaud, Aurélien, Axel, Blanche, Victor-Manuel, Céline, Claude, Charlotte, Corinne, David, Diego, Estelle, Guillaume, Guillaume T., Roberta, Romain, Rozenne, Sandrine, Xavier, Yann, Yannick, Yohann, Valentin, Guilhem, Maxine, Mathieu, Nicolas, Lou, Loïc, Iris, Sandra, Jean- Paul, William, Patrick et son équipe (20 bénévoles), Maéla + Raf CINEPRIDE (REFERENTS: LAURENT ET SYLVAIN) Le 8e Festival de films «LGBT» organisé par le Centre Lesbien, Gay, Bi & Trans de Nantes s est tenu au cinéma Katorza du 11 au 17 mai Augmentation de la fréquentation malgré une réduction des séances. 17 longs-métrages et quelques courts-métrages, d horizons très divers (Argentine, Etats-Unis, France, Italie, Espagne, Allemagne, Paraguay ) et aux problématiques toujours très riches. Nos invités/es ont accompagné presque tous des documentaires. Des associations ou collectifs locaux nous ont également rejoint (Contact, Les DurEs à queer et les Autres Genres). Le dernier jour du Festival étant la Journée Internationale contre l Homophobie (17 mai 2011), Cinépride a fini en beauté et militantisme avec Beyond gay, film documentaire haletant sur la situation des homos et de leur visibilité aux quatre coins du monde Bénévoles: Sylvain, Laurent, Muriel, Emilie, Gildas, Blandine, Béatrice, Kathy, Géraldine et l équipe du Katorza

19 SOIREE (REFERENT: THIERRY) Le LC Club discothèque phare du complexe nocturne développé par la ville de Nantes, nous a recontacté et fait une proposition intéressante qui a été retenue. L ambiance a été appréciée et un nombre important de LGBT se sont déplacés (plus de 1000 entrées). Des progrès ont été fait sur la visibilité du Centre LGBT par rapport à L accueil de la part des vigiles et barmen reste mitigé. Bénévoles : Thierry, Vincent, Aymeric, Frédéric, Evelyne

20 COORDINATION : XAVIER CAMPAGNE LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LE SPORT (REFERENT : RAPHAËL) Dans le cadre de la convention départementale de prévention et de lutte contre les violences sexuelles dans le sport, le Centre LGBT a été invité à paraître dans les contacts ressources des associations d aides aux victimes. Participation à 3 réunions de préparation et participation à la conférence de presse du lancement de la campagne à la Préfecture de Loire Atlantique (lundi 15 novembre 2010) Bénévoles : Martine, Maéla, Teddy + Raf SEXION D ASSAUT (REFERENT : CHRISTOPHE) Suite aux multiples dérapages homophobes et haineux du groupe de rap français Sexion d'assaut qui était programmé à Saint-Herblain le 15 octobre à la salle de la Carrière, le Centre LGBT et de nombreuses associations ont réagit et appelé à la responsabilité des organisateurs de ce concert. Le concert a été annulé ainsi que dans la grande majorité des villes de leur tournée. Bénévoles : Christophe, Pierre-Yves, Ségo, Maéla, Vincent + Raf KISS IN Suite aux actes de vandalisme homophobe dont a été victime le Centre LGBT de Nantes, un kiss-in contre l'homophobie pour dénoncer ces actes intolérables a été organisé place Royale qui a rassemblé près de 200 personnes, le 22 janvier 2011 et était accompagné d un appel à signature, appuyé de plus de 500 signataires + une centaine d organisations (appel à signatures en PJ1). TRANSGENDER DAY OF REMEMBRANCE (REFERENTE : MARTINE) A l'occasion de la journée mondiale de commémoration des victimes de transphobie, le CLGBT et les Dures à Queer ont organisé un projection/débat le vendredi 19 novembre à l Espace Simone de Beauvoir autour du film/documentaire Boy I Am. Fréquentation accrue (30 personnes) par rapport à Débats intéressants en présence d un public pas directement concerné. Bénévoles : Martine, Simon FEDERATION LGBT Participation aux deux rencontres annuelles de la Fédération LGBT et aux débats sur les questions d'actualité et les projets à venir. Accueil des membres du CA de la Fédération en décembre à Nantes et organisation d'une rencontre avec les adhérents. Bénévoles : Victor-Manuel, Martine, Maéla PLATEFORME DE REVENDICATIONS Un groupe de travail a élaboré une proposition de revendications concernant les droits des LGBT en France et à l'étranger, qui a été votée et validée fin décembre par le CA. Bénévoles : Christophe, Pierre-Yves, Vincent, Ludovic, Martine, Simon, Maéla MEMORIAL DE LA DEPORTATION HOMOSEXUELLE (REFERENT : VINCENT) Dimanche 24 avril, Journée du Souvenir des déportés, dépôt d une gerbe en mémoire des déportés homosexuels au Cimetière de la Chauvinière. Bénévoles : Vincent D, Vincent E, Christophe, Pierre-Yves

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Agir pour les LGBT dans la ville

Agir pour les LGBT dans la ville Agir pour les LGBT dans la ville 67 idées d actions locales éditorial Avec le vote du mariage pour tous et l ouverture de l adoption aux couples de même sexe, l égalité de tous a progressé. Cependant,

Plus en détail

Prévention sur les Lieux de Rencontre Extérieurs Synthèse des actions menées en 2013 sur Nantes

Prévention sur les Lieux de Rencontre Extérieurs Synthèse des actions menées en 2013 sur Nantes Prévention sur les Lieux de Rencontre Extérieurs Synthèse des actions menées en 2013 sur Nantes Note de lecture : les lieux de rencontre extérieurs (LRE) étant destinés aux hommes ayant des rapports sexuels

Plus en détail

RDR 2.0 PROMOUVOIR LA SANTE SEXUELLE ET LE DEPISTAGE COMMUNAUTAIRE VIA INTERNET, LES APPLICATIONS GEOLOCALISEES DE RENCONTRES ET LES RESEAUX SOCIAUX

RDR 2.0 PROMOUVOIR LA SANTE SEXUELLE ET LE DEPISTAGE COMMUNAUTAIRE VIA INTERNET, LES APPLICATIONS GEOLOCALISEES DE RENCONTRES ET LES RESEAUX SOCIAUX RDR 2.0 PROMOUVOIR LA SANTE SEXUELLE ET LE DEPISTAGE COMMUNAUTAIRE VIA INTERNET, LES APPLICATIONS GEOLOCALISEES DE RENCONTRES ET LES RESEAUX SOCIAUX - SFLS 2015 NANTES - Vincent Coquelin Association AIDES

Plus en détail

contre les DIscrIMInAtIons

contre les DIscrIMInAtIons contre les DISCRIMINATIONS PRésentation 3 Mesdames, Messieurs, Chers acteurs de la vie normande, Cette initiative est soutenue par Nombre d établissements, de structures et de professionnels réservent

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Les enquêtes auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Annie Velter Pascale Bernillon Département des maladies

Plus en détail

Profil des répondants

Profil des répondants 1/7 Profil des répondants La discrimination des collaborateurs-trices et agent-e-s LGBT* : le monde du travail pas très gai. Cette étude a été réalisée dans le cadre de recherches effectuées pour une thèse

Plus en détail

La Gazette. Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice

La Gazette. Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice La Gazette Newsletter du Planning familial de la Réunion. Septembre/ Octobre 2013 Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice A l occasion du colloque VIH organisé

Plus en détail

Madame, Monsieur, Vous trouverez ci-après la réponse de Gérard COLLOMB au questionnaire de votre association. Vous le savez, Gérard COLLOMB et ses

Madame, Monsieur, Vous trouverez ci-après la réponse de Gérard COLLOMB au questionnaire de votre association. Vous le savez, Gérard COLLOMB et ses Madame, Monsieur, Vous trouverez ci-après la réponse de Gérard COLLOMB au questionnaire de votre association. Vous le savez, Gérard COLLOMB et ses équipes mènent depuis 2001 une politique volontaire pour

Plus en détail

Course de la Saint-Valentin

Course de la Saint-Valentin DOSSIER DE PRESSE Course de la Saint-Valentin 16ème Edition / Samedi 14 février 2015 / Parc de la Villette, Paris 19ème Contact presse : Nelly 07 64 07 85 39 presse@frontrunnersparis.org Toutes les informations

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations

Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Annie Velter - Alice Bouyssou - Pascale

Plus en détail

FORMATION CONTINUE. Contact. Evelyne SANS - Responsable du Pôle Formation - 05 62 87 43 49 contact@loisireduc.org - www.loisireduc.

FORMATION CONTINUE. Contact. Evelyne SANS - Responsable du Pôle Formation - 05 62 87 43 49 contact@loisireduc.org - www.loisireduc. FORMATION CONTINUE PROGRAMME Octobre 2010 - juin 2011 Contact Evelyne SANS - Responsable du Pôle Formation - 05 62 87 43 49 contact@loisireduc.org - www.loisireduc.org FORMATION CONTINUE Programme 2010-2011

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2013"

L accès aux soins des étudiants en 2013 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR

STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR Préambule L'association CENTRE LGBT CÔTE D AZUR proclame son attachement à la Déclaration des Droits de l'homme et du Citoyen de 1789, complétée par le préambule de la

Plus en détail

QUESTION 1 Légaliserez-vous le droit au mariage dans sa forme actuelle pour les couples de même sexe?

QUESTION 1 Légaliserez-vous le droit au mariage dans sa forme actuelle pour les couples de même sexe? AVANT-PROPOS Chaque jour, SOS homophobie reçoit quatre témoignages de personnes victimes de lesbophobie, gayphobie, biphobie ou transphobie. En 2012, les discriminations et les attaques envers les personnes

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2013"

L accès aux soins des étudiants en 2013 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants LA SÉCURITÉ LA SÉCURITÉ SOCIALE SOCIALE

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est?

LES RÉSEAUX SOCIAUX. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est? Facebook, Twitter, MySpace, Netlog... ces noms te sont sans doute très familiers. Il s agit en effet des réseaux sociaux les plus populaires. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est? C est

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I BONNES PRATIQUES : PREVENIR L HOMOPHOBIE AU TRAVAIL ET CREER UN CLIMAT INCLUSIF POUR LES SALARIES ET AGENTS LGBT

I Le Défenseur des droits I BONNES PRATIQUES : PREVENIR L HOMOPHOBIE AU TRAVAIL ET CREER UN CLIMAT INCLUSIF POUR LES SALARIES ET AGENTS LGBT BONNES PRATIQUES : PREVENIR L HOMOPHOBIE AU TRAVAIL ET CREER UN CLIMAT INCLUSIF POUR LES SALARIES ET AGENTS LGBT Première étape : le positionnement de l employeur Deuxième étape : des actions concrètes

Plus en détail

Délégation APF de Loire-Atlantique Vos Groupes et Ateliers

Délégation APF de Loire-Atlantique Vos Groupes et Ateliers 2015-2016 Délégation APF de Loire-Atlantique Vos Groupes et Ateliers SOMMAIRE Pour une société inclusive Le Service Accessibilité Groupe Jardin solidaire, accessible à tous Groupe Jeunes Groupe Sensi (sensibilisation

Plus en détail

Association. Les lesbiennes, gays, bi et trans du groupe SNCF STATUTS. (Statuts modifiés par l Assemblée Générale ordinaire du 09 Octobre 2010)

Association. Les lesbiennes, gays, bi et trans du groupe SNCF STATUTS. (Statuts modifiés par l Assemblée Générale ordinaire du 09 Octobre 2010) Association Les lesbiennes, gays, bi et trans du groupe SNCF STATUTS (Statuts modifiés par l Assemblée Générale ordinaire du 09 Octobre 2010) GENERALITES ARTICLE 1 : Définition Il est formé entre les soussignés,

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

Document de réflexion

Document de réflexion Document de réflexion RESPECT DE L INTIMITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET ACCOMPAGNEMENT DANS LEUR VIE AFFECTIVE ET SEXUELLE. Préambule Depuis 50 ans, l APAJH, par son action militante, œuvre

Plus en détail

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr www.ville-stains.fr SOMMAIRE page 4 INFORMATION ET ORIENTATION page 6 ACCES AU DROIT page 8 AIDE AUX VICTIMES page 10 MEDIATION page 12 ECRIVAIN PUBLIC page 14 LEXIQUE + NOS PARTENAIRES EDITO Pour la Municipalité,

Plus en détail

SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE?

SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE? SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE? Séminaire de formation SFLS novembre 2014 Montpellier «Actualités sur les Infections VIH, Hépatites, IST» Du dépistage à la prévention. Dr Vincent

Plus en détail

Retour sur la rencontre francilienne de la jeunesse du Samedi 5 avril 2014

Retour sur la rencontre francilienne de la jeunesse du Samedi 5 avril 2014 NEWSLETTER SPÉCIALE pour un ÉVÉNEMENT SPÉCIAL d Retour sur la rencontre francilienne de la jeunesse du Samedi 5 avril 2014 Préambule Le projet Afin de ne pas rester cloisonné, le CRJ a souhaité réunir

Plus en détail

Prévention et thérapie à distance Lundi 2 décembre 2013 Prévention et aide à distance en santé Améliorer la qualité du service rendu aux usagers

Prévention et thérapie à distance Lundi 2 décembre 2013 Prévention et aide à distance en santé Améliorer la qualité du service rendu aux usagers Prévention et thérapie à distance Lundi 2 décembre 2013 Prévention et aide à distance en santé Améliorer la qualité du service rendu aux usagers Laetitia Chareyre Direction de l information et de la communication

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

STATUTS. Titre 1 GENERALITES

STATUTS. Titre 1 GENERALITES STATUTS Titre 1 GENERALITES Article 1 : Constitution Dénomination 1.1. Constitution : Il est fondé entre les Adhérents aux présents Statuts, une Association régie par la loi du 1 er Juillet 1901 et le

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Compte rendu de la réunion de la commission jeunesse du 17 avril 2012

Compte rendu de la réunion de la commission jeunesse du 17 avril 2012 Compte rendu de la réunion de la commission jeunesse du 17 avril 2012 Présents : Membres de la commission : Etienne CHAUSSON, Elodie MARTIN, François RING, Christelle LADRAT, Enzo NOUCHI, Aurélien LEFRANCOIS,

Plus en détail

ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011

ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 Annie Velter, Alice Bouyssou, Leïla Saboni, Pascale Bernillon, Cécile Sommen, Nicolas Methy, Caroline Semaille Département des maladies infectieuses 20 novembre 2012

Plus en détail

La souffrance au travail. Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE

La souffrance au travail. Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE EMPLOYEURS La souffrance au travail Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE SOMMAIRE - avant-propos page 3 - Textes législatifs page 4 - démarche globale page 5 - j agis en prévention page

Plus en détail

RAPPORT MORAL - Exercice 2009/2010 -

RAPPORT MORAL - Exercice 2009/2010 - RAPPORT MORAL - Exercice 2009/2010 - «Nous vous invitons à découvrir le rapport moral de la Présidence de Mobilisnoo Bien des choses ont eu lieu depuis la dernière Assemblée Générale et nous essayons de

Plus en détail

Déterminants sociaux et comportements sexuels à risque

Déterminants sociaux et comportements sexuels à risque Déterminants sociaux et comportements sexuels à risque ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 Annie Velter, Leïla Saboni, Alice Bouyssou,Caroline Semaille Département des maladies infectieuses 26 avril

Plus en détail

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité IRESA Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008 Mardi 8 avril 2008 Rapport d Activité Depuis son Assemblée Générale du 23 janvier 2007, l IRESA a beaucoup travaillé, s est enrichie de nouveaux

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE

CONFERENCE DE PRESSE CONFERENCE DE PRESSE Strasbourg le 25 novembre 2014 Journée Mondiale de Lutte contre le VIH/SIDA «Changeons notre regard.» Lundi 1 er décembre 2014 à 12h00 Salle de réunion du Nouvel Hôpital Civil, (derrière

Plus en détail

Sommaire. Présentation des actions d accompagnement à la scolarité sur Échirolles Ouest

Sommaire. Présentation des actions d accompagnement à la scolarité sur Échirolles Ouest 1 Sommaire Organisation 2010 2011 Présentation des actions d accompagnement à la scolarité sur Échirolles Ouest Bilan 2010 2011 Accompagnement à la scolarité sur Échirolles Ouest Modalités d implication

Plus en détail

Prévention sur les Lieux de Rencontre Extérieurs Analyse des actions menées en 2014 par la délégation de Pays de la Loire

Prévention sur les Lieux de Rencontre Extérieurs Analyse des actions menées en 2014 par la délégation de Pays de la Loire Prévention sur les Lieux de Rencontre Extérieurs Analyse des actions menées en 2014 par la délégation de Pays de la Loire Note de lecture : le public cible des missions de SIS Animation Pays de la Loire

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2013"

L accès aux soins des étudiants en 2013 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

La violence dans les couples homosexuels -1 ère partie-

La violence dans les couples homosexuels -1 ère partie- La violence dans les couples homosexuels -1 ère partie- 2010 Editrice responsable : Dominique Plasman place St Jean, 1 1000 Bruxelles 1 Sandrine Cesaretti 2010 Secrétariat général FPS sandrine.cesaretti@mutsoc.be

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Politique. d utilisation de Facebook

Politique. d utilisation de Facebook Politique d utilisation de Facebook Adoptée par le Conseil d administration, le 20 septembre 2012 Table des matières Préambule 3 Ce qui amène la TROCL sur Facebook 4 Qui est sur Facebook actuellement?

Plus en détail

I LES PRINCIPES FONDATEURS

I LES PRINCIPES FONDATEURS CONSEIL CITOYENS Allonnes Charte Préambule Le conseil citoyen dans le cadre de la mise en action de la démocratie participative doit tendre à un réel pouvoir d'intervention directe des citoyens de notre

Plus en détail

CONCOURS DE FLYERS POUR LE PRINTEMPS DES ASSOCES 2014 BRIEF CREATIF

CONCOURS DE FLYERS POUR LE PRINTEMPS DES ASSOCES 2014 BRIEF CREATIF CONCOURS DE FLYERS POUR LE PRINTEMPS DES ASSOCES 2014 BRIEF CREATIF LE CONTEXTE -LGBT), créée sous le nom de Lesbian & Gay Pride Ile-de-France en 1999, pose sur la place publique, les questions de -LGBT

Plus en détail

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants.

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants. Communiqué de presse Paris, le 13 février 2012 Enquête santé / Sexualité / Contraception / Chiffres Clés Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

La Maison de l Enfant et de la Famille

La Maison de l Enfant et de la Famille Maison de l Enfant et de la Famille Rue Robert Fabre La Pergola 34080 Montpellier (bus N 6 arrêt Pergola et bus N 15 arrêt Petit Bard) Tél. 04 67 16 39 30 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

La vie associative LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

La vie associative LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE La vie associative LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire La vie associative Ville-associations en dialogue continu page 4 La participation des associations à la vie locale page

Plus en détail

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Intervention de Brigitte Grésy, Secrétaire générale du CSEP Commission pour l égalité entre les femmes et les hommes (GEC),

Plus en détail

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS 1 er décembre 2008 SIMPPS Toulouse Service Interuniversitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé Directeur : Pr Jean-Marc

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

Prix «Non au harcèlement» - règlement 3 ème édition 2015-2016

Prix «Non au harcèlement» - règlement 3 ème édition 2015-2016 Prix «Non au harcèlement» - règlement 3 ème édition 2015-2016 1 Préambule Dans le cadre de la politique conduite pour diminuer le harcèlement en milieu scolaire, le ministère de l Education nationale,

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT

SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT GUIDE PRATIQUE À DESTINATION DES INTERVENANTS AUPRÈS DES RETRAITÉS Valoriser et sensibiliser au bénévolat Les personnes concernées Les outils à votre disposition

Plus en détail

Guide santé jeunes. Ma santé 2013-2014

Guide santé jeunes. Ma santé 2013-2014 Guide santé jeunes Ma santé et moi 2013-2014 Sommaire Page 4 Ma santé : comment choisir un médecin traitant, me faire rembourser mes soins? Page 5 Ma santé : comment me faire soigner? Page 6 En cas d urgences

Plus en détail

Prendre conscience de la violence conjugale

Prendre conscience de la violence conjugale Prendre conscience de la violence conjugale Une aide que nous souhaitons vous apporter Au Japon, il existe des lois qui vous protègent (lois relatives à la prévention contre les violences conjugales et

Plus en détail

Charte de la vie associative

Charte de la vie associative COMMUNE DE ROQUES SUR GARONNE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE Charte de la vie associative Engagements réciproques entre la MUNICIPALITE et les ASSOCIATIONS Roquoises Sommaire : Page - Préambule 2 - Engagements

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Maison des Associations de Tourcoing

Maison des Associations de Tourcoing - Validées, à l unanimité, par le Conseil d Administration du 19 juin 2013 Maison des Associations de Tourcoing 100, rue de Lille 59200 TOURCOING tel. 03 20 26 72 38 fax 03 20 11 15 04 contact@mda-tourcoing.fr

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX RÉDIGÉ PAR LA DIVISION DES COMMUNICATIONS DE LA VILLE DE THETFORD MINES La présente politique de communication s adresse à toute personne qui désire utiliser ou

Plus en détail

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Le présent appel à projets s adresse

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

DÉCEMBRE. G. Page. Agenda de quartier Nantes Sud

DÉCEMBRE. G. Page. Agenda de quartier Nantes Sud 3 DÉCEMBRE 2015 G. Page Agenda de quartier Nantes Sud PAROLES D ICI : JEUNES JOURNALISTES Mina (animatrice du secteur jeunes de l ACCOORD Clos-Toreau) nous explique : «Depuis septembre 2015, un groupe

Plus en détail

dans le Lot Equilibrer son alimentation et son budget! l Information Jeunesse d o s s i e r p.9 à 12 n 28 2 éme semestre 2014

dans le Lot Equilibrer son alimentation et son budget! l Information Jeunesse d o s s i e r p.9 à 12 n 28 2 éme semestre 2014 46 n 28 2 éme semestre 2014 Journal de l Information jeunesse en Midi-Pyrénées Equilibrer son alimentation et son budget! d o s s i e r p.9 à 12 l Information Jeunesse dans le Lot www.crij.org r dossier

Plus en détail

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Programme de la journée 10h30 10h50 11h30 12h00 12h30 Etat des lieux 2008 des centres de ressources en éducation

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

«En parler tôt pour en parler à temps»

«En parler tôt pour en parler à temps» «En parler tôt pour en parler à temps» du 17 au 23 mars 2008 MALADIES PSYCHIQUES ET ISOLEMENT DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse SISM 2008 février 2008 2 MALADIES PSYCHIQUES ET ISOLEMENT Chaque année,

Plus en détail

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible.

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible. QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser cette image. ASSOCIATION EUROPÉENNE DES ENSEIGNANTS SECTION FRANçAISE - RÉGIONALE DES PAYS DE LA LOIRE Enquête sur la pratique professionnelle

Plus en détail

Bilan de la 7ème édition

Bilan de la 7ème édition Bilan de la 7ème édition Mois de l économie sociale et solidaire en Bretagne Novembre 2014 Janvier 2015 187 rue de Chatillon 35200 Rennes / www.ess-bretagne.org Note méthodologique Ce bilan est établit

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Aide à distance sur internet avec Fil Santé Jeunes

Aide à distance sur internet avec Fil Santé Jeunes Santé sexuelle Aide à distance sur internet avec Fil Santé Jeunes Mirentxu BACQUERIE Directrice Générale EPE-IDF Un dispositif généraliste Ecoute, information et orientation des jeunes (12 à 25 ans) dans

Plus en détail

Ma ville contre le sida

Ma ville contre le sida Ma ville contre le sida Des pistes pour agir localement Lutter avec vous Vous êtes Maire, Adjoint délégué à la santé, aux affaires sociales, à la solidarité ou encore à la jeunesse ou Conseiller municipal

Plus en détail

dossier de presse, juin 2010

dossier de presse, juin 2010 Reactup : Un site web d information et d empowerment des gays sur la prévention le site à fréquenter avant de baiser p. 2 Un site web d empowerment des gays sur la prévention 3 La prévention gay est en

Plus en détail

Dossier de. Claude MACENO communication@ @ac-martinique.fr. Dossier de presse. 1 sur 7

Dossier de. Claude MACENO communication@ @ac-martinique.fr. Dossier de presse. 1 sur 7 Jeudi 5 novembre 2015 Mobilisation contre le harcèlement à l école Dossier de presse Dossier de presse académique complémentaire au dossier de presse national Contacts réservés à la presse : Nathalie CHAMPLONG

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

La réforme des 2012-2014

La réforme des 2012-2014 La réforme des 2012-2014 Éditorial p 3 Une réforme au bénéfice des enfants p 4 La méthode nantaise : la concertation et le dialogue p 6 Les nouveaux rythmes de la rentrée 2013 p 8 Évaluation de la réforme

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

La Puisaye, atout Cœur...

La Puisaye, atout Cœur... La Puisaye, atout Cœur... GUIDE DU PARTENARIAT Pourquoi et comment? Développer Promouvoir Valoriser Accompagner 12015 2 Siège Social 6, rue Jacques Coeur 89170 SAINT-FARGEAU 09 77 06 90 53 president@tourisme-coeurdepuisaye.fr

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Point d étape n 12.04 Présenté par le groupe de travail «Parrainage Citoyen» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 23 JUIN 2012 1- Introduction

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes 25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes «La violence faite aux femmes désigne tout acte de violence fondé sur l appartenance au sexe féminin, causant

Plus en détail

LA PLANIFICATION FAMILIALE

LA PLANIFICATION FAMILIALE LA PLANIFICATION FAMILIALE Conseil général des Yvelines La mission Planification, une des missions de la PMI Les Centres de Planification et d' Éducation Familiale (CPEF) dépendent du Conseil Général 27

Plus en détail

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 Région Franche-Comté Département Doubs La maison des adolescents: Date d ouverture : 13 Mars 2006 Nom : Maison de l Adolescent de Besançon Nom du responsable

Plus en détail

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau.

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau. Numéros utiles Transport Pratique Information Jeunesse Ile-de-France PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70 www.ville-palaiseau.fr Urgences Pompiers > 18 Samu > 15 Appel d urgence européen > 112 Police

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4 Newsletter du Pôle Le Pôle, petit rappel page 2 Les formations du dernier trimestre page 4 Un accompagnement méthodologique page 6 Les activités du dernier trimestre Les activités documentaires page 7

Plus en détail

Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive

Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive GUIDE DE MONTAGE CLUB DU 22/10/2005 ANNEXE E FICHE DU DOSSIER UNAFAM SUR LES STRUCTURES Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive Les personnes handicapées psychiques sont en situation d'extrême fragilité

Plus en détail

PARRAINAGE CITOYEN : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES D AVENIR

PARRAINAGE CITOYEN : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES D AVENIR DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE PARRAINAGE CITOYEN : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES D AVENIR PROJET D AVIS N 11.05 Présenté par la Commission «Emploi, Insertion professionnelle et Carrières» du

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail