1. PRODUCTION TARDIVE DE L ETAT NOMINATIF ANNUEL DES SALAIRES. 1.1 Modalités de calcul des pénalités de retard

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. PRODUCTION TARDIVE DE L ETAT NOMINATIF ANNUEL DES SALAIRES. 1.1 Modalités de calcul des pénalités de retard"

Transcription

1 CIRCULAIRE COMMUNE DRE Paris, le 22/07/2004 Objet : Evolution des règles de recouvrement Monsieur le directeur, Un premier bilan d application de la réforme des procédures de recouvrement mise en place à compter du 1 er janvier 2001 (circulaire Agirc SJ du 29 janvier 2001 et LC Arrco du 2 février 2001) et complétée en 2003 (circulaire commune Agirc-Arrco du 24 juillet 2003) a été effectué, à la suite des résultats de l audit transversal processus recouvrement et du séminaire «actualisation contentieux» des 5 et 6 février Ce bilan, qui a permis de synthétiser les principales difficultés rencontrées par les institutions dans l application des nouvelles règles, a conduit les fédérations à constituer avec les institutions un groupe de travail chargé de dégager des pistes d ajustement du dispositif actuel. A la suite de cette réflexion, les Conseils d administration de l Arrco, de l Agirc et de l Agff ont validé, lors de leurs réunions respectives des 23, 24 et 29 juin 2004, les modifications réglementaires dont vous trouverez ci-après le détail. 1. PRODUCTION TARDIVE DE L ETAT NOMINATIF ANNUEL DES SALAIRES 1.1 Modalités de calcul des pénalités de retard Les difficultés rencontrées par les institutions, liées à la complexité du mode de calcul actuel et au montant des pénalités obtenu, ont conduit à revoir la règle actuelle, tant pour la simplifier que pour alléger les montants encourus. Il a notamment été décidé de revenir à un taux unique de 1 % par mois de retard, quelle que soit la date de réception de la déclaration. Désormais, la nouvelle règle est la suivante : l entreprise qui ne fournit pas l état nominatif annuel des salaires (ENA) dans les délais impartis sera redevable par mois de retard à compter de la date limite de production de l ENA d une pénalité de retard égale à 1 % des cotisations de la dernière année civile connue, revalorisée sur le taux d évolution du salaire moyen Agirc-Arrco. Toutefois, le montant des pénalités de retard ne pourra pas excéder 5 % des cotisations du dernier exercice connu et ce, dans la limite d un montant de Les dispositions relatives au minimum de 25 demeurent inchangées , rue Jules César PARIS Tél. :

2 - 2 - Exemple 1 : La société A transmet son ENA 2003 avec 7 mois de retard (août 2004). Les cotisations actualisées du dernier exercice connu (2002) s élèvent à Calcul des pénalités de retard : X 1% X 7 = ,36 de pénalités. Application d un seuil maximal fixé à 5 % des cotisations du dernier exercice dans la limite de : X 5 % = ,40. Les pénalités demeurent limitées à Exemple 2 : La société B transmet son ENA 2003 avec 7 mois de retard (août 2004). Les cotisations actualisées du dernier exercice connu (2002) s élèvent à Calcul des pénalités de retard : X 1% X 7 = 1638,70 de pénalités. Application d un seuil maximal fixé à 5 % des cotisations du dernier exercice dans la limite de : X 5 % = 1170,50. En conséquence, les pénalités seront limitées à 1170,50 (1638,70 supérieur à 5 %). Les pénalités ne procédant pas de la même nature juridique que les majorations de retard, n ont pas à être recalculées, après réception de l ENA, sur la base des cotisations de l exercice déclaré au titre de l ENA. Toutefois, si l institution constate, après la réception de l ENA, une variation importante, à la baisse, des effectifs de l entreprise, par rapport à l exercice retenu pour déterminer l assiette des pénalités, elle aura la possibilité, notamment en cas de contestation de l entreprise, de se référer aux cotisations de l exercice concerné par l ENA, pour fixer l assiette des pénalités de retard et ainsi procéder à un nouveau calcul. Par ailleurs, dans l hypothèse où les cotisations d un dernier exercice civil demeurent inconnues, la déclaration annuelle des salaires n ayant jamais été fournie, les institutions devront utiliser, pour déterminer l assiette des pénalités de retard, le mode de fixation provisionnelle des cotisations prévu à cet effet par la réglementation (cf. Point 1.1 circulaire commune Agirc-Arrco du 24 juillet 2004). Dans ce dernier cas, par exception au principe exposé précédemment, les institutions devront, après réception de l ENA, procéder à un nouveau calcul des pénalités sur la base des cotisations de l exercice concerné par l ENA.

3 Remise des pénalités de retard Les modalités de remise ont été assouplies, afin de laisser aux institutions une marge de manœuvre plus importante et de leur permettre d adapter le dispositif aux difficultés particulières rencontrées par leurs adhérents. La remise totale des pénalités de retard pourra être accordée par l institution en cas de 1 ère infraction, quelle que soit la durée du retard constaté. Les institutions pourront également prendre en compte certaines situations pour accorder une remise totale ou partielle des pénalités, même aux entreprises qui ont déjà, par le passé, fourni tardivement la déclaration annuelle des salaires : - circonstances exceptionnelles assimilables à des cas de force majeure (catastrophes naturelles telles que des inondations, des tempêtes, séismes, etc.), - difficultés particulières liées à l entreprise (difficultés ou changement du système d information, restructuration économique, changement de direction administrative ). Compte tenu de l assouplissement des conditions de remise, le différé d appel des pénalités de retard au 1 er mai instauré en 2001 et prorogé jusqu à cette année, sera supprimé à compter du 1 er janvier Procédure de relance pour la fourniture de l état nominatif annuel des salaires En cas de défaut de fourniture de l ENA de l exercice N avant la date limite (31 janvier ou 28 février de l année N+1 selon le support), les institutions devront relancer l entreprise par lettre simple, au plus tard avant le 15 avril de l année N+1. Ce courrier de rappel devra en tout état de cause faire état des pénalités de retard encourues. 2. MAJORATIONS DE RETARD SUR SOLDE REGULARISATEUR Aux termes du dispositif réglementaire actuel, seul le paiement tardif du solde régularisateur, postérieur au 30 juin de l année N + 1 et intervenant plus d un mois après la notification du solde régularisateur, est sanctionné de majorations de retard, à condition que le montant du solde soit supérieur à 10 % des cotisations de l exercice concerné par la régularisation et à Les sommes isolées ne sont pas prises en considération pour l appréciation du seuil d application des majorations de retard. Le point de départ du calcul des majorations de retard est fixé au 1 er janvier de l exercice d appel du solde régularisateur.

4 - 4 - Une responsabilité des institutions en cas d appel tardif du solde régularisateur est prévue : lorsque l entreprise a envoyé régulièrement dans les délais l ENA, complet et exact, l appel tardif du solde régularisateur doit avoir pour conséquence la prise en charge totale ou partielle des majorations de retard par l institution, selon la date de paiement. Les difficultés rencontrées par les institutions dans la mise en application de ce dispositif ont conduit aux modifications suivantes. 2.1 Appréciation du dépassement du seuil d application des majorations La règle d exclusion des sommes isolées pour l appréciation du dépassement du seuil d application des majorations de retard contraint actuellement les institutions au calcul de deux dettes annuelles : une dette réelle à comptabiliser et à facturer, une dette sans sommes isolées pour déclencher le calcul de majorations de retard. Pour éviter ce double calcul, il est désormais prévu d inclure les sommes isolées pour l appréciation du dépassement du seuil d application des majorations de retard, ce qui permettra de supprimer la complexité engendrée par la règle actuelle (calcul de deux dettes annuelles). Toutefois, lorsqu il sera constaté que le dépassement du seuil est dû au versement d une somme isolée, une remise de la majoration pourra être accordée. 2.2 Responsabilité des institutions en cas d appel tardif du solde régularisateur Il est décidé de supprimer la règle du partage de responsabilité en matière de majorations de retard sur solde régularisateur, mesure qui engendre une lourde charge de gestion pour les institutions. Les majorations seront donc exclusivement supportées par les entreprises, sachant que la mesure exposée ci-après permettra de limiter cette prise en charge à leur seule responsabilité effective dans le retard. 2.3 Point de départ du calcul des majorations de retard sur solde régularisateur Pour simplifier les règles applicables en matière de calcul de majorations de retard sur solde régularisateur et pour permettre de traiter notamment d une manière équitable l hypothèse de l appel tardif du solde consécutif à un envoi dans les délais de l ENA, le point de départ du calcul des majorations de retard sur solde régularisateur est désormais fixé au 1er jour du mois qui suit la notification du solde. Cette solution découle du fait que c est bien la notification qui fait courir le délai de paiement d un mois.

5 - 5 - Il convient de souligner que, dans l hypothèse où l entreprise, outre un règlement tardif, a également concouru au retard de paiement par une transmission tardive de l ENA, elle est déjà pénalisée à ce sujet par l application de pénalités de retard. Exemple 1 : L entreprise A envoie l ENA 2003 le 29 janvier 2004 et l institution notifie tardivement le solde le 15 juillet 2004 (soit une date de limite de paiement au 31 août pour l entreprise). L entreprise paye le 28 octobre Les majorations de retard sont dues par l entreprise sur la base de 3 mois, à compter du 1 er août 2004, 1 er jour du mois suivant la notification. Exemple 2 : L entreprise B envoie l ENA 2003 le 10 juin 2004 et l institution notifie tardivement le solde le 20 octobre 2004 (soit une date de limite de paiement au 30 novembre pour l entreprise). L entreprise paye le 10 février Les majorations de retard sont dues par l entreprise sur la base de 4 mois, à compter du 1 er novembre 2004, 1 er jour du mois suivant la notification. L entreprise sera par ailleurs redevable de pénalités de retard pour production tardive d ENA sur la base de 5 mois. Il est par ailleurs rappelé que les règles de relance pré-contentieuses (lettre de rappel, mise en demeure) prévues pour le recouvrement des cotisations trimestrielles, sont également applicables au recouvrement du solde régularisateur. 3. INSCRIPTION DU PRIVILEGE 3.1 Seuils et délai d inscription Afin de permettre une amélioration du taux de recouvrement avant contentieux, le retour à un seuil unique beaucoup plus bas que les seuils actuels avait été proposé, tout en conservant un régime de faveur pour les entreprises ponctuelles. Les Conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont finalement maintenu les seuils réglementaires actuels (12000, 4000 et 1000 suivant la situation de l entreprise), estimant préférable de réexaminer cette question lorsque sera connue la suite réservée aux démarches en cours auprès des Pouvoirs publics, en vue de l octroi de la procédure de contrainte à nos régimes.

6 - 6 - Les institutions conservent, bien entendu, toute latitude pour prendre une inscription de privilège en deçà de ces seuils, si elles l estiment nécessaire pour l efficacité de leur recouvrement. Il est par ailleurs rappelé que, depuis le 1 er janvier 2004, les institutions disposent, pour prendre une inscription de privilège, conformément à l article L du code la sécurité sociale modifié par l article 70-IV de la loi n du 18 décembre 2003, d un délai de 6 mois suivant la date limite de paiement pour toute créance globale de cotisations, majorations et pénalités de retard égale ou supérieure aux seuils définis par les Conseils d administration de l Agirc et de l Arrco. Exemple : Pour des cotisations du 4 ème trimestre 2004 supérieures aux seuils réglementaires (1000, 4000 ou 12000, selon la situation de l entreprise), la date limite de paiement étant le 31 janvier 2005, l institution aura jusqu au 31 juillet 2005 pour prendre une inscription de privilège. 3.2 Inscription du privilège sur solde régularisateur Afin d harmoniser définitivement les règles en vigueur au sein des deux régimes en matière d inscription de privilège, les institutions Agirc, qui en étaient dispensées jusqu à présent, devront désormais, à l instar des institutions Arrco, prendre une inscription de privilège pour les créances de solde régularisateur, selon les modalités prévues pour les créances trimestrielles. Le point de départ du délai d inscription sera la date limite de paiement déterminée par la date de la notification du solde régularisateur. Exemple : L entreprise A, qui déjà eu plusieurs incidents de paiement, envoie l ENA 2004 le 29 janvier 2005 et l institution notifie un solde supérieur à 1000 le 22 mai 2005 (soit une date de limite de paiement au 30 juin pour l entreprise). Le point de départ pour prendre l inscription de privilège est le 1 er juillet 2005 et la date limite d inscription du privilège est le 31 décembre GESTION DES SOLDES MINIMES Le solde minime correspond au solde définitif (cotisations, majorations et pénalités de retard) après ajustement de l état nominatif annuel des salaires. Il a été constaté, lors de l audit du processus recouvrement, l existence d une diversité de modes de gestion de ces soldes minimes, en l absence de réglementation en la matière.

7 - 7 - Il est donc apparu nécessaire d harmoniser ces pratiques en définissant des règles qui prennent en compte : - le contexte des migrations informatiques pour les débits et crédits antérieurs à 2004, - les mesures de simplification à mettre en place pour l avenir dans le cadre du plan Apurement des soldes minimes antérieurs à 2004 Les institutions doivent, en deçà d un seuil de 30, solder distinctement, sur les fonds techniques, les débits et les crédits. Ces opérations d apurement devront être effectuées dans les meilleurs délais et avant migration informatique. 4.2 Gestion des soldes minimes postérieurs à 2003 Conformément aux recommandations du plan , il est décidé de mettre en place un seuil d ajustement annuel en dessous duquel le compte client sera considéré comme soldé au titre de l exercice concerné ; les crédits et les débits, inférieurs ou égaux à ce seuil, seront reportés en comptabilité sur l exercice suivant. Cette situation devra être notifiée par l institution à l adhérent. Dans le contexte de mise en place des contrats d objectifs et dans la mesure où cette proposition est financièrement neutre pour les comptes des régimes, le seuil de 200, coût minimal estimé d une procédure, a été retenu. En conséquence, les institutions seront dispensées d engager les démarches pré-contentieuses (lettre de rappel et mise en demeure) pour les soldes annuels débiteurs de cotisations, majorations et pénalités de retard inférieurs ou égaux à 200. Ces soldes reportés, qu ils soient créditeurs ou débiteurs, devront, bien entendu, en cas de nouvelles cotisations impayées lors de l exercice suivant, être pris en compte pour l appréciation des seuils d inscription de privilège et d engagement des poursuites judiciaires. 5. RECOUVREMENT DE L AGFF Des règles particulières de recouvrement ont été définies lorsque l impayé concerne la seule cotisation AGFF (cf. Note commune Agirc-Arrco SJ du 4 février 2002) Dans cette hypothèse, étaient prévus des seuils spécifiques d engagement des poursuites (200 ), d application de la redevance minimale forfaitaire (25 ) et des règles particulières de remise des majorations de retard et d octroi de délais de paiement différentes de celles relatives aux cotisations retraite..../

8 - 8 - Compte tenu du coût de gestion représenté par la mise en place de ces mesures spécifiques au regard du caractère marginal des situations visées, il a été jugé préférable de supprimer ces règles particulières et de soumettre d une manière générale les cotisations AGFF aux règles de recouvrement prévues pour les cotisations retraite. En conséquence, il est désormais prévu de faire masse des cotisations de retraite complémentaire et AGFF pour l appréciation des seuils et forfaits relatifs à l inscription du privilège, à l engagement d une action contentieuse, à la redevance minimale forfaitaire et à la présentation des admissions en non-valeur, tout en maintenant, bien entendu, le principe d une comptabilisation séparée. Toutefois, si les institutions constatent que cette modification réglementaire est utilisée par certaines entreprises pour ne plus régler la seule cotisation AGFF, elles devront engager les diligences pré-contentieuses et les poursuites judiciaires pour le recouvrement de cette cotisation, malgré l absence de dépassement des seuils, et nous informer de cette situation. Nous rappelons à cet égard que conformément aux dispositions de la circulaire commune Agirc-Arrco DRE du 4 août 2003, les institutions doivent transmettre aux fédérations la liste des entreprises réticentes au paiement de la seule cotisation AGFF avec les créances correspondantes. 6. MISE EN ŒUVRE DES NOUVELLES DISPOSITIONS Les nouvelles dispositions, dont notamment celles relatives aux pénalités de retard, peuvent être appliquées dès à présent par les institutions qui le souhaitent. Elles seront en tout état de cause applicables aux opérations de recouvrement pratiquées à compter du 1 er janvier Veuillez agréer, Monsieur le directeur, l'expression de notre considération distinguée. Le directeur général de l'agirc Le directeur général de l'arrco

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise :

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise : Le 18/09/2015 CIRCULAIRE Sujet : Domaine Entreprise Versement des cotisations à compter du 1 er janvier 2016 Déclaration des rémunérations Madame, Monsieur le Directeur, Deux réformes transforment les

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. Le 18/12/2014 CIRCULAIRE 2014-16-DRJ Objet : Paramètres 2015 Madame, Monsieur le directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver en annexe l'ensemble des paramètres utiles à compter du 1 er janvier 2015

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le Directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le Directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2009-5 -DRE Paris, le 16/01/2009 Objet : Transferts d adhésion Madame, Monsieur le Directeur, Je vous transmets, sous ce pli, une copie de la lettre adressée aux Présidents et Vice-Présidents

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2007-9 -DRE Paris, le 28/06/2007. Objet : La clause de respiration. Madame, Monsieur

CIRCULAIRE COMMUNE 2007-9 -DRE Paris, le 28/06/2007. Objet : La clause de respiration. Madame, Monsieur CIRCULAIRE COMMUNE 2007-9 -DRE Paris, le 28/06/2007 Objet : La clause de respiration Madame, Monsieur La réglementation de l Agirc et de l Arrco, applicable depuis le 1 er juillet 2002, autorise des changements

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2005-18 -DRE Paris, le 14/11/2005 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

Objet : Institutions Agirc et Arrco compétentes pour la liquidation et le paiement des retraites

Objet : Institutions Agirc et Arrco compétentes pour la liquidation et le paiement des retraites CIRCULAIRE COMMUNE 2006-8 -DRE Paris, le 07/07/2006 Objet : Institutions Agirc et Arrco compétentes pour la liquidation et le paiement des retraites Madame, Monsieur le directeur, L annexe 1 à l accord

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Déclarations sociales et cotisations de retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Déclarations sociales et cotisations de retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS n o 3 Guide entreprises Déclarations sociales et cotisations de retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-097

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-097 PARIS, le 09/07/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-097 OBJET : Interlocuteur Social Unique. Décret n 2007-703 du 3 mai 2007 relatif

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

Les paramètres appliqués pour le calcul de la retraite sont ceux en vigueur au 60 ème anniversaire de l assuré.

Les paramètres appliqués pour le calcul de la retraite sont ceux en vigueur au 60 ème anniversaire de l assuré. CIRCULAIRE COMMUNE 2008-7 -DRE Paris, le 20/10/2008 Objet : Évolution de la durée d'assurance à compter du 1 er janvier 2009 Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2003-775 du 21 août 2003 a prévu, en

Plus en détail

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Avertissement : nous sommes dans l attente de plusieurs textes réglementaires

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 3. Déclarations sociales et cotisations de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 3. Déclarations sociales et cotisations de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 3 Guide entreprises Déclarations sociales et cotisations de retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes Paramètres 2015 Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés Audiens Retraite Arrco Audiens Retraite Agirc Audiens prévoyance Congés Spectacles Sommaire... Les plafonds des

Plus en détail

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2)

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2) Mars 2015 COTISATIONS TRAVAILLEURS NON SALARIES 2015 MONTANT ANNUEL DES COTISATIONS POUR LES T.N.S. PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1er JANVIER 2015 : 38040 par an (PASS) et 3170 par mois (PASS mensuel)

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA?

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Des ressortissants de l Union Européenne Qui sont âgés de 22 ans révolus Qui présentent

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

P2C06 La re alisation de la paye

P2C06 La re alisation de la paye I. L organisation de la paye P2C06 La re alisation de la paye La paye s effectue chaque mois selon un calendrier strict à définir. Si la paye doit être versée le dernier jour du mois, toutes les opérations

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 4. Sommes isolées et cotisations de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 4. Sommes isolées et cotisations de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 4 Guide entreprises avril 2014 Sommes isolées et cotisations de retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise Dossier spécial Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Février 2014 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de

Plus en détail

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2013 à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060 : les projections régime par régime» Document N

Plus en détail

Le Conseil d administration de l ARRCO lors de sa réunion du 14 décembre 2000 a adopté de telles règles décrites dans la Circulaire 12 G ci-jointe.

Le Conseil d administration de l ARRCO lors de sa réunion du 14 décembre 2000 a adopté de telles règles décrites dans la Circulaire 12 G ci-jointe. PARIS, le 2 février 2001 LC 2001-9 Objet : CIRCULAIRE 12 G (annule et remplace les Circulaires 12 D et 12 E) REGLES DE RECOUVREMENT DU REGIME UNIQUE ARRCO Monsieur le Directeur Général, L instauration

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2004/11

NOTE D INFORMATION 2004/11 NOTE D INFORMATION 2004/11 La paie des cadres : les grandes spécificités. La première difficulté consiste à définir ce qu est un cadre. Or, la définition change selon les problématiques juridiques à trancher

Plus en détail

SOMMAIRE. Qui est concerné? Comment préparer sa retraite? Comment obtenir sa retraite? A quel âge? Et si je pars plus tôt? Quel montant?

SOMMAIRE. Qui est concerné? Comment préparer sa retraite? Comment obtenir sa retraite? A quel âge? Et si je pars plus tôt? Quel montant? SOMMAIRE Qui est concerné? Comment préparer sa retraite? Comment obtenir sa retraite? A quel âge? Et si je pars plus tôt? Quel montant? Quelles démarches? A quelle date d'effet? QUI EST CONCERNÉ? Vous

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/152 DÉLIBÉRATION N 15/011 DU 3 MARS 2015, MODIFIÉE LE 1 ER SEPTEMBRE 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

Recueil des textes de base 1

Recueil des textes de base 1 Instruction conjointe n 01/02 DG-CNPS/DI du 11 septembre 2002 précisant les modalités pratiques d application de l arrêté conjoint n 035/METPS/MINEFI du 12 juillet 2002 La loi n 2001-017 du 18 décembre

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

Historique des «cotisations CAVIMAC» 1

Historique des «cotisations CAVIMAC» 1 Historique des «cotisations CAVIMAC» 1 des cotisations de juillet 2008 à juin 2009 Libellé Base assuré assuré collectivi té collectivité Cotisation maladie CAVIMAC 1 321.00 0.75 9.91 13.10 173.05 et contribution

Plus en détail

Les Apprentis doivent-ils être déclarés pour les régimes de retraite complémentaire?

Les Apprentis doivent-ils être déclarés pour les régimes de retraite complémentaire? APPRENTIS Les Apprentis doivent-ils être déclarés pour les régimes de retraite complémentaire? Les apprentis acquièrent des droits à la retraite complémentaire, et doivent être déclarés même s'ils ne cotisent

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008.

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008. CIRCULAIRE 2008-15 -DRE Paris, le 15/12/2008 Objet : Loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile Madame, Monsieur le Directeur, La loi n 2008-561 du 17 juin 2008

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 56 DU 4 JUIN 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-3-09 INSTRUCTION DU 2 JUIN 2009 PLAFONNEMENT DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU. AUTOLIQUIDATION

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée?

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? SOMMAIRE Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? Que dois-je déclarer aux impôts? Est-il possible de reprendre une activité?

Plus en détail

Charte du cotisant. contrôlé

Charte du cotisant. contrôlé Charte du cotisant contrôlé Le mot du directeur Vous avez été informé de la visite de l un de nos inspecteurs dans le cadre d un contrôle. La CRPCEN s engage, par la présente charte, à vous informer sur

Plus en détail

Le régime de l auto entrepreneur. Propositions des CCI de France

Le régime de l auto entrepreneur. Propositions des CCI de France Le régime de l auto entrepreneur Propositions des CCI de France Décembre 2012 1 Les Chambres de Commerce et d Industrie soutiennent le régime de l auto entrepreneur, écoutent et accompagnent les auto entrepreneurs

Plus en détail

SECURITE SOCIALE. ( Arrêt du 6 Janvier 2006 - n/ 2 - Répertoire général n/ 05/00598 )

SECURITE SOCIALE. ( Arrêt du 6 Janvier 2006 - n/ 2 - Répertoire général n/ 05/00598 ) SECURITE SOCIALE Sécurité sociale - Absence de prise en charge des soins dispensés hors de France par la C.P.A.M - Articles L 332-3 et article R 332-2 du Code de la sécurité sociale En vertu de l article

Plus en détail

Pour Information à : A l'attention de : Les Chefs d Etablissements transmettront une photocopie de cette note aux différents intéressés

Pour Information à : A l'attention de : Les Chefs d Etablissements transmettront une photocopie de cette note aux différents intéressés Arradon, le 20 janvier 2012 N 088 / UDOGEC Pour Information à : A l'attention de : Mr le Directeur Diocésain Mmes et Mrs les Présidents d'ogec Mmes et Mrs Les Membres du C.A S/C de leur Chef d'etablissement

Plus en détail

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) pour 2015 : 38.040 / Taux

Plus en détail

A) Questions de culture générale (réponses à compléter, à classer, à cocher, ) 2 points

A) Questions de culture générale (réponses à compléter, à classer, à cocher, ) 2 points CONCOURS EXTERNES IT 2011 ÉPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 1 h 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 332 Corps : Techniciens de la recherche BAP : J Emploi type : gestionnaire comptable Délégation organisatrice

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1.2.3. AU SOMMAIRE Les missions de l URSSAF La répartition des cotisations Les acteurs Les dispositifs Les cas particuliers Les remboursements de frais Les avantages en nature

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 25/05//11 N Affaires sociales : 23.11 ANNUALISATION DE LA REDUCTION DES COTISATIONS PATRONALES DE

Plus en détail

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ATTENTION Cette fiche est du niveau BEP : - elle ne traite que des cas de salariés mensualisés; - elle ne traite pas les problèmes de réductions de cotisations de la loi

Plus en détail

Le créateur d entreprise

Le créateur d entreprise Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 1 Guide entreprises avril 2014 Le créateur d entreprise Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES ARTICLE 1 er : AFFILIATION DES EMPLOYEURS - IMMATRICULATION DES SALARIÉS - OBLIGATIONS RESPECTIVES

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006 Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire Madame, Monsieur le directeur, L article 113 de la loi

Plus en détail

CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale

CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale DCG3 Partie 1 :Les sources du droit du travail et le contrôle des règles CH4 L URSSAF: L application des règles de la protection sociale I. Une mission historique : la collecte des ressources A. Les cotisants

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 4.1.2. Accidents du travail. 4.1. Élaboration de la réglementation. 4.1.1. Financement alternatif de la sécurité sociale

RÉGLEMENTATION. 4.1.2. Accidents du travail. 4.1. Élaboration de la réglementation. 4.1.1. Financement alternatif de la sécurité sociale O4 RÉGLEMENTATION Notre SPF élabore la réglementation de toutes les branches de la sécurité sociale, à l exception de la branche chômage, pour laquelle le SPF Emploi est compétent. Ceci implique l élaboration

Plus en détail

La réforme des retraites

La réforme des retraites Corporation des Métiers du Métal Etablissement public de droit local 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 La Wantzenau, juin 2011 Domaine : SOCIAL Secteur

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité Table des matières Chapitre 1 : Administration et comptabilité Modes de financement des entreprises............................. 2 Règles de crédit aux entreprises... 4 Garanties demandées par les banques...

Plus en détail

1 CHAMP D APPLICATION

1 CHAMP D APPLICATION INVESTISSEMENTS D AVENIR REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES AIDES AU TITRE DES APPELS «Valorisation Instituts Carnot» 1 CHAMP D APPLICATION Le présent règlement concerne les aides accordées

Plus en détail

Impact d une restructuration sur l adhésion aux institutions de retraite complémentaire

Impact d une restructuration sur l adhésion aux institutions de retraite complémentaire Mois AAAA Mois AAAA sur l adhésion aux institutions En bref Mise à jour décembre 2008 Cette fiche a un caractère informatif et permettra de mieux cerner les conséquences qu une restructuration peut engendrer

Plus en détail

La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012

La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012 La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012 A/ Préambule La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012 modifie le mode de calcul de la réduction

Plus en détail

Campagne 2012 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants

Campagne 2012 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants Campagne 2012 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants A partir du 9 octobre, les assurés du RSI reçoivent leur notification de régularisation des cotisations

Plus en détail

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Août 2010 Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Madame, Monsieur, Le projet de réforme des retraites a été adopté par le Gouvernement le 13 juillet, puis

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

A - ASSURANCE VIEILLESSE RÉGIME GÉNERAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE (CNAV) Organisation de la branche vieillesse

A - ASSURANCE VIEILLESSE RÉGIME GÉNERAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE (CNAV) Organisation de la branche vieillesse I MAJ.09-2015 SOMMAIRE A - ASSURANCE VIEILLESSE RÉGIME GÉNERAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE (CNAV) Organisation de la branche vieillesse A10 A10 FINANCEMENT DE L ASSURANCE

Plus en détail

Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants

Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants A partir de la deuxième semaine d octobre, les assurés du RSI reçoivent leur notification de

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

Régime social des allocations de chômage pour 2015

Régime social des allocations de chômage pour 2015 DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH AJDS / Réglementation Charges Sociales Destinataires Tous services Contact C. NGUYEN Tél : 01.58.35.37.18 Fax : E-mail : Date de validité A partir du 01/01/2015 Annulation

Plus en détail

Newsletter Sociale Octobre 2015

Newsletter Sociale Octobre 2015 Newsletter Sociale Octobre 2015 AGIRC/ARRCO : une circulaire fait le point sur la mensualisation du paiement des cotisations à compter du 1er janvier 2016 Conformément à l accord AGIRC-ARRCO du 13 mars

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières COMMUNE DE LODEVE LOT UNIQUE DROITS STATUTAIRES

Cahier des Clauses Administratives Particulières COMMUNE DE LODEVE LOT UNIQUE DROITS STATUTAIRES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Cahier des Clauses Administratives Particulières Personne publique : COMMUNE DE LODEVE Objet du marché : PRESTATION DE SERVICE D'ASSURANCE LOT UNIQUE

Plus en détail

- la possibilité d une coordination du circuit de la demande de l entreprise, dans le souci de

- la possibilité d une coordination du circuit de la demande de l entreprise, dans le souci de CIRCULAIRE 2009-11 -DRE Paris, le 07/05/2009 Objet : Crise économique : accompagnement des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le Directeur, Dans le contexte actuel, les Pouvoirs publics ont souhaité

Plus en détail

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME SOCIAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES... 2 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME DE FORFAIT SOCIAL... 5 LES HEURES SUPPLEMENTAIRES ET COMPLEMENTAIRES

Plus en détail

Réintégration sociale des retraites et prévoyances

Réintégration sociale des retraites et prévoyances Pégase 3 Réintégration sociale des retraites et prévoyances Dernière révision le 18/06/2012 http://www.adpmicromegas.fr 1 / 27 Sommaire 1 Principe... 4 1.1 La réintégration en résumé... 5 1.2 Le régime

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : Décret en Conseil d Etat: FCPS1426151D Décret simple : FCPS1426156D Arrêté : FCPS1426158A Intitulé du texte : Décret en Conseil d Etat relatif au recouvrement

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE

I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE I.1 OBJECTIFS Les conventions FNE de préretraite-licenciement s adressent à des salariés ayant au moins 57 ans (56 ans dans certains cas), qui sont menacés de licenciement économique et ne peuvent être

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel NOR : AFSH1303344C

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel NOR : AFSH1303344C SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources

Plus en détail

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt E4 La retraite IRCANTEC A. La retraite complémentaire IRCANTEC I. Acquisition des droits II. Montant de la retraite IRCANTEC III. En cas de décès IV.

Plus en détail

N 2013 / 017 5/07/2013

N 2013 / 017 5/07/2013 N 2013 / 017 5/07/2013 Origine : Direction de la Réglementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Réglementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr A : Mmes et

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée?

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? SOMMAIRE Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? Que dois-je déclarer aux impôts? Est-il possible de reprendre une activité?

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes Mémento des chirurgiens-dentistes Début d activité p. 2 En cours d activité p. 5 Dispenses et réductions de cotisations [non rachetables] p. 10 Dispenses [rachetables] p. 11 Exonération de cotisations

Plus en détail

Le travailleur indépendant

Le travailleur indépendant Le travailleur indépendant Lorsqu une association n a pas la capacité en interne de réaliser une prestation, elle peut décider de conclure une convention avec un travailleur indépendant. Toutefois cette

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment fonctionne le système de retraite des salariés? Pourquoi cotiser? Qui est concerné par la retraite complémentaire?

SOMMAIRE. Comment fonctionne le système de retraite des salariés? Pourquoi cotiser? Qui est concerné par la retraite complémentaire? SOMMAIRE Comment fonctionne le système de retraite des salariés? Pourquoi cotiser? Qui est concerné par la retraite complémentaire? Comment se construit ma retraite complémentaire? Et si ma situation change?

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071 PARIS, le 20/04/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071 OBJET : Contribution au financement de la protection complémentaire santé. Crédit d

Plus en détail

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Analyse sur le statut social des travailleurs indépendants

Analyse sur le statut social des travailleurs indépendants Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse sur le statut social des travailleurs indépendants Octobre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

À conserver Réforme des cotisations sociales à partir de 2015

À conserver Réforme des cotisations sociales à partir de 2015 À conserver Réforme des cotisations sociales à partir de 2015 Quel en sera l impact pour vous? 2 Table des matières En résumé 3 Sur quels revenus payez-vous des cotisations provisoires? 4 Quels choix s

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF DU 1 ER OCTOBRE 2001 INSTITUANT BTP-PREVOYANCE AVENANT N 20 DU 14 OCTOBRE 2014

ACCORD COLLECTIF DU 1 ER OCTOBRE 2001 INSTITUANT BTP-PREVOYANCE AVENANT N 20 DU 14 OCTOBRE 2014 ACCORD COLLECTIF DU 1 ER OCTOBRE 2001 INSTITUANT BTP-PREVOYANCE AVENANT N 20 DU 14 OCTOBRE 2014 ENTRE : - Les Fédérations d employeurs soussignées D une part ET - Les Organisations syndicales soussignées

Plus en détail

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Conseil - Experts Pack n N 52 Infodoc Régions LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Document réalisé par le service de consultation téléphonique du Conseil supérieur de l Ordre

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

Profession libérale>vos salariés>vos salariés - Vos cotisations>infos pratiques

Profession libérale>vos salariés>vos salariés - Vos cotisations>infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

Moyens de déclaration

Moyens de déclaration Moyens de déclaration Obligation de déclaration et de paiement par voie dématérialisée L obligation de payer exclusivement par virement bancaire : Les entreprises ou établissements d'une même entreprise,

Plus en détail