1. PRODUCTION TARDIVE DE L ETAT NOMINATIF ANNUEL DES SALAIRES. 1.1 Modalités de calcul des pénalités de retard

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. PRODUCTION TARDIVE DE L ETAT NOMINATIF ANNUEL DES SALAIRES. 1.1 Modalités de calcul des pénalités de retard"

Transcription

1 CIRCULAIRE COMMUNE DRE Paris, le 22/07/2004 Objet : Evolution des règles de recouvrement Monsieur le directeur, Un premier bilan d application de la réforme des procédures de recouvrement mise en place à compter du 1 er janvier 2001 (circulaire Agirc SJ du 29 janvier 2001 et LC Arrco du 2 février 2001) et complétée en 2003 (circulaire commune Agirc-Arrco du 24 juillet 2003) a été effectué, à la suite des résultats de l audit transversal processus recouvrement et du séminaire «actualisation contentieux» des 5 et 6 février Ce bilan, qui a permis de synthétiser les principales difficultés rencontrées par les institutions dans l application des nouvelles règles, a conduit les fédérations à constituer avec les institutions un groupe de travail chargé de dégager des pistes d ajustement du dispositif actuel. A la suite de cette réflexion, les Conseils d administration de l Arrco, de l Agirc et de l Agff ont validé, lors de leurs réunions respectives des 23, 24 et 29 juin 2004, les modifications réglementaires dont vous trouverez ci-après le détail. 1. PRODUCTION TARDIVE DE L ETAT NOMINATIF ANNUEL DES SALAIRES 1.1 Modalités de calcul des pénalités de retard Les difficultés rencontrées par les institutions, liées à la complexité du mode de calcul actuel et au montant des pénalités obtenu, ont conduit à revoir la règle actuelle, tant pour la simplifier que pour alléger les montants encourus. Il a notamment été décidé de revenir à un taux unique de 1 % par mois de retard, quelle que soit la date de réception de la déclaration. Désormais, la nouvelle règle est la suivante : l entreprise qui ne fournit pas l état nominatif annuel des salaires (ENA) dans les délais impartis sera redevable par mois de retard à compter de la date limite de production de l ENA d une pénalité de retard égale à 1 % des cotisations de la dernière année civile connue, revalorisée sur le taux d évolution du salaire moyen Agirc-Arrco. Toutefois, le montant des pénalités de retard ne pourra pas excéder 5 % des cotisations du dernier exercice connu et ce, dans la limite d un montant de Les dispositions relatives au minimum de 25 demeurent inchangées , rue Jules César PARIS Tél. :

2 - 2 - Exemple 1 : La société A transmet son ENA 2003 avec 7 mois de retard (août 2004). Les cotisations actualisées du dernier exercice connu (2002) s élèvent à Calcul des pénalités de retard : X 1% X 7 = ,36 de pénalités. Application d un seuil maximal fixé à 5 % des cotisations du dernier exercice dans la limite de : X 5 % = ,40. Les pénalités demeurent limitées à Exemple 2 : La société B transmet son ENA 2003 avec 7 mois de retard (août 2004). Les cotisations actualisées du dernier exercice connu (2002) s élèvent à Calcul des pénalités de retard : X 1% X 7 = 1638,70 de pénalités. Application d un seuil maximal fixé à 5 % des cotisations du dernier exercice dans la limite de : X 5 % = 1170,50. En conséquence, les pénalités seront limitées à 1170,50 (1638,70 supérieur à 5 %). Les pénalités ne procédant pas de la même nature juridique que les majorations de retard, n ont pas à être recalculées, après réception de l ENA, sur la base des cotisations de l exercice déclaré au titre de l ENA. Toutefois, si l institution constate, après la réception de l ENA, une variation importante, à la baisse, des effectifs de l entreprise, par rapport à l exercice retenu pour déterminer l assiette des pénalités, elle aura la possibilité, notamment en cas de contestation de l entreprise, de se référer aux cotisations de l exercice concerné par l ENA, pour fixer l assiette des pénalités de retard et ainsi procéder à un nouveau calcul. Par ailleurs, dans l hypothèse où les cotisations d un dernier exercice civil demeurent inconnues, la déclaration annuelle des salaires n ayant jamais été fournie, les institutions devront utiliser, pour déterminer l assiette des pénalités de retard, le mode de fixation provisionnelle des cotisations prévu à cet effet par la réglementation (cf. Point 1.1 circulaire commune Agirc-Arrco du 24 juillet 2004). Dans ce dernier cas, par exception au principe exposé précédemment, les institutions devront, après réception de l ENA, procéder à un nouveau calcul des pénalités sur la base des cotisations de l exercice concerné par l ENA.

3 Remise des pénalités de retard Les modalités de remise ont été assouplies, afin de laisser aux institutions une marge de manœuvre plus importante et de leur permettre d adapter le dispositif aux difficultés particulières rencontrées par leurs adhérents. La remise totale des pénalités de retard pourra être accordée par l institution en cas de 1 ère infraction, quelle que soit la durée du retard constaté. Les institutions pourront également prendre en compte certaines situations pour accorder une remise totale ou partielle des pénalités, même aux entreprises qui ont déjà, par le passé, fourni tardivement la déclaration annuelle des salaires : - circonstances exceptionnelles assimilables à des cas de force majeure (catastrophes naturelles telles que des inondations, des tempêtes, séismes, etc.), - difficultés particulières liées à l entreprise (difficultés ou changement du système d information, restructuration économique, changement de direction administrative ). Compte tenu de l assouplissement des conditions de remise, le différé d appel des pénalités de retard au 1 er mai instauré en 2001 et prorogé jusqu à cette année, sera supprimé à compter du 1 er janvier Procédure de relance pour la fourniture de l état nominatif annuel des salaires En cas de défaut de fourniture de l ENA de l exercice N avant la date limite (31 janvier ou 28 février de l année N+1 selon le support), les institutions devront relancer l entreprise par lettre simple, au plus tard avant le 15 avril de l année N+1. Ce courrier de rappel devra en tout état de cause faire état des pénalités de retard encourues. 2. MAJORATIONS DE RETARD SUR SOLDE REGULARISATEUR Aux termes du dispositif réglementaire actuel, seul le paiement tardif du solde régularisateur, postérieur au 30 juin de l année N + 1 et intervenant plus d un mois après la notification du solde régularisateur, est sanctionné de majorations de retard, à condition que le montant du solde soit supérieur à 10 % des cotisations de l exercice concerné par la régularisation et à Les sommes isolées ne sont pas prises en considération pour l appréciation du seuil d application des majorations de retard. Le point de départ du calcul des majorations de retard est fixé au 1 er janvier de l exercice d appel du solde régularisateur.

4 - 4 - Une responsabilité des institutions en cas d appel tardif du solde régularisateur est prévue : lorsque l entreprise a envoyé régulièrement dans les délais l ENA, complet et exact, l appel tardif du solde régularisateur doit avoir pour conséquence la prise en charge totale ou partielle des majorations de retard par l institution, selon la date de paiement. Les difficultés rencontrées par les institutions dans la mise en application de ce dispositif ont conduit aux modifications suivantes. 2.1 Appréciation du dépassement du seuil d application des majorations La règle d exclusion des sommes isolées pour l appréciation du dépassement du seuil d application des majorations de retard contraint actuellement les institutions au calcul de deux dettes annuelles : une dette réelle à comptabiliser et à facturer, une dette sans sommes isolées pour déclencher le calcul de majorations de retard. Pour éviter ce double calcul, il est désormais prévu d inclure les sommes isolées pour l appréciation du dépassement du seuil d application des majorations de retard, ce qui permettra de supprimer la complexité engendrée par la règle actuelle (calcul de deux dettes annuelles). Toutefois, lorsqu il sera constaté que le dépassement du seuil est dû au versement d une somme isolée, une remise de la majoration pourra être accordée. 2.2 Responsabilité des institutions en cas d appel tardif du solde régularisateur Il est décidé de supprimer la règle du partage de responsabilité en matière de majorations de retard sur solde régularisateur, mesure qui engendre une lourde charge de gestion pour les institutions. Les majorations seront donc exclusivement supportées par les entreprises, sachant que la mesure exposée ci-après permettra de limiter cette prise en charge à leur seule responsabilité effective dans le retard. 2.3 Point de départ du calcul des majorations de retard sur solde régularisateur Pour simplifier les règles applicables en matière de calcul de majorations de retard sur solde régularisateur et pour permettre de traiter notamment d une manière équitable l hypothèse de l appel tardif du solde consécutif à un envoi dans les délais de l ENA, le point de départ du calcul des majorations de retard sur solde régularisateur est désormais fixé au 1er jour du mois qui suit la notification du solde. Cette solution découle du fait que c est bien la notification qui fait courir le délai de paiement d un mois.

5 - 5 - Il convient de souligner que, dans l hypothèse où l entreprise, outre un règlement tardif, a également concouru au retard de paiement par une transmission tardive de l ENA, elle est déjà pénalisée à ce sujet par l application de pénalités de retard. Exemple 1 : L entreprise A envoie l ENA 2003 le 29 janvier 2004 et l institution notifie tardivement le solde le 15 juillet 2004 (soit une date de limite de paiement au 31 août pour l entreprise). L entreprise paye le 28 octobre Les majorations de retard sont dues par l entreprise sur la base de 3 mois, à compter du 1 er août 2004, 1 er jour du mois suivant la notification. Exemple 2 : L entreprise B envoie l ENA 2003 le 10 juin 2004 et l institution notifie tardivement le solde le 20 octobre 2004 (soit une date de limite de paiement au 30 novembre pour l entreprise). L entreprise paye le 10 février Les majorations de retard sont dues par l entreprise sur la base de 4 mois, à compter du 1 er novembre 2004, 1 er jour du mois suivant la notification. L entreprise sera par ailleurs redevable de pénalités de retard pour production tardive d ENA sur la base de 5 mois. Il est par ailleurs rappelé que les règles de relance pré-contentieuses (lettre de rappel, mise en demeure) prévues pour le recouvrement des cotisations trimestrielles, sont également applicables au recouvrement du solde régularisateur. 3. INSCRIPTION DU PRIVILEGE 3.1 Seuils et délai d inscription Afin de permettre une amélioration du taux de recouvrement avant contentieux, le retour à un seuil unique beaucoup plus bas que les seuils actuels avait été proposé, tout en conservant un régime de faveur pour les entreprises ponctuelles. Les Conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont finalement maintenu les seuils réglementaires actuels (12000, 4000 et 1000 suivant la situation de l entreprise), estimant préférable de réexaminer cette question lorsque sera connue la suite réservée aux démarches en cours auprès des Pouvoirs publics, en vue de l octroi de la procédure de contrainte à nos régimes.

6 - 6 - Les institutions conservent, bien entendu, toute latitude pour prendre une inscription de privilège en deçà de ces seuils, si elles l estiment nécessaire pour l efficacité de leur recouvrement. Il est par ailleurs rappelé que, depuis le 1 er janvier 2004, les institutions disposent, pour prendre une inscription de privilège, conformément à l article L du code la sécurité sociale modifié par l article 70-IV de la loi n du 18 décembre 2003, d un délai de 6 mois suivant la date limite de paiement pour toute créance globale de cotisations, majorations et pénalités de retard égale ou supérieure aux seuils définis par les Conseils d administration de l Agirc et de l Arrco. Exemple : Pour des cotisations du 4 ème trimestre 2004 supérieures aux seuils réglementaires (1000, 4000 ou 12000, selon la situation de l entreprise), la date limite de paiement étant le 31 janvier 2005, l institution aura jusqu au 31 juillet 2005 pour prendre une inscription de privilège. 3.2 Inscription du privilège sur solde régularisateur Afin d harmoniser définitivement les règles en vigueur au sein des deux régimes en matière d inscription de privilège, les institutions Agirc, qui en étaient dispensées jusqu à présent, devront désormais, à l instar des institutions Arrco, prendre une inscription de privilège pour les créances de solde régularisateur, selon les modalités prévues pour les créances trimestrielles. Le point de départ du délai d inscription sera la date limite de paiement déterminée par la date de la notification du solde régularisateur. Exemple : L entreprise A, qui déjà eu plusieurs incidents de paiement, envoie l ENA 2004 le 29 janvier 2005 et l institution notifie un solde supérieur à 1000 le 22 mai 2005 (soit une date de limite de paiement au 30 juin pour l entreprise). Le point de départ pour prendre l inscription de privilège est le 1 er juillet 2005 et la date limite d inscription du privilège est le 31 décembre GESTION DES SOLDES MINIMES Le solde minime correspond au solde définitif (cotisations, majorations et pénalités de retard) après ajustement de l état nominatif annuel des salaires. Il a été constaté, lors de l audit du processus recouvrement, l existence d une diversité de modes de gestion de ces soldes minimes, en l absence de réglementation en la matière.

7 - 7 - Il est donc apparu nécessaire d harmoniser ces pratiques en définissant des règles qui prennent en compte : - le contexte des migrations informatiques pour les débits et crédits antérieurs à 2004, - les mesures de simplification à mettre en place pour l avenir dans le cadre du plan Apurement des soldes minimes antérieurs à 2004 Les institutions doivent, en deçà d un seuil de 30, solder distinctement, sur les fonds techniques, les débits et les crédits. Ces opérations d apurement devront être effectuées dans les meilleurs délais et avant migration informatique. 4.2 Gestion des soldes minimes postérieurs à 2003 Conformément aux recommandations du plan , il est décidé de mettre en place un seuil d ajustement annuel en dessous duquel le compte client sera considéré comme soldé au titre de l exercice concerné ; les crédits et les débits, inférieurs ou égaux à ce seuil, seront reportés en comptabilité sur l exercice suivant. Cette situation devra être notifiée par l institution à l adhérent. Dans le contexte de mise en place des contrats d objectifs et dans la mesure où cette proposition est financièrement neutre pour les comptes des régimes, le seuil de 200, coût minimal estimé d une procédure, a été retenu. En conséquence, les institutions seront dispensées d engager les démarches pré-contentieuses (lettre de rappel et mise en demeure) pour les soldes annuels débiteurs de cotisations, majorations et pénalités de retard inférieurs ou égaux à 200. Ces soldes reportés, qu ils soient créditeurs ou débiteurs, devront, bien entendu, en cas de nouvelles cotisations impayées lors de l exercice suivant, être pris en compte pour l appréciation des seuils d inscription de privilège et d engagement des poursuites judiciaires. 5. RECOUVREMENT DE L AGFF Des règles particulières de recouvrement ont été définies lorsque l impayé concerne la seule cotisation AGFF (cf. Note commune Agirc-Arrco SJ du 4 février 2002) Dans cette hypothèse, étaient prévus des seuils spécifiques d engagement des poursuites (200 ), d application de la redevance minimale forfaitaire (25 ) et des règles particulières de remise des majorations de retard et d octroi de délais de paiement différentes de celles relatives aux cotisations retraite..../

8 - 8 - Compte tenu du coût de gestion représenté par la mise en place de ces mesures spécifiques au regard du caractère marginal des situations visées, il a été jugé préférable de supprimer ces règles particulières et de soumettre d une manière générale les cotisations AGFF aux règles de recouvrement prévues pour les cotisations retraite. En conséquence, il est désormais prévu de faire masse des cotisations de retraite complémentaire et AGFF pour l appréciation des seuils et forfaits relatifs à l inscription du privilège, à l engagement d une action contentieuse, à la redevance minimale forfaitaire et à la présentation des admissions en non-valeur, tout en maintenant, bien entendu, le principe d une comptabilisation séparée. Toutefois, si les institutions constatent que cette modification réglementaire est utilisée par certaines entreprises pour ne plus régler la seule cotisation AGFF, elles devront engager les diligences pré-contentieuses et les poursuites judiciaires pour le recouvrement de cette cotisation, malgré l absence de dépassement des seuils, et nous informer de cette situation. Nous rappelons à cet égard que conformément aux dispositions de la circulaire commune Agirc-Arrco DRE du 4 août 2003, les institutions doivent transmettre aux fédérations la liste des entreprises réticentes au paiement de la seule cotisation AGFF avec les créances correspondantes. 6. MISE EN ŒUVRE DES NOUVELLES DISPOSITIONS Les nouvelles dispositions, dont notamment celles relatives aux pénalités de retard, peuvent être appliquées dès à présent par les institutions qui le souhaitent. Elles seront en tout état de cause applicables aux opérations de recouvrement pratiquées à compter du 1 er janvier Veuillez agréer, Monsieur le directeur, l'expression de notre considération distinguée. Le directeur général de l'agirc Le directeur général de l'arrco

Les conditions de ces remises de dettes ont été fixées par deux décrets :

Les conditions de ces remises de dettes ont été fixées par deux décrets : CIRCULAIRE COMMUNE 2008-1 -DRE Paris, le 07/02/2008 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Participation aux décisions de la CCSF Madame, Monsieur le Directeur, Par circulaire Agirc-Arrco

Plus en détail

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise :

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise : Le 18/09/2015 CIRCULAIRE Sujet : Domaine Entreprise Versement des cotisations à compter du 1 er janvier 2016 Déclaration des rémunérations Madame, Monsieur le Directeur, Deux réformes transforment les

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-022

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-022 PARIS, le 21/01/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-022 OBJET : Réforme du régime social des contributions des employeurs au financement de

Plus en détail

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES ***

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** DEFINITION D UNE POLITIQUE DE RECOUVREMENT 1 Entre la Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

Assiette Taux Taux employeur Taux salarié TB 2,20 % 1,30 % 0,90 % TC 2,20 % 1,30 % 0,90 %

Assiette Taux Taux employeur Taux salarié TB 2,20 % 1,30 % 0,90 % TC 2,20 % 1,30 % 0,90 % Le 14/12/2015 CIRCULAIRE 2015-04-DRJ Sujet : Accord du 30 octobre 2015 Extension de la cotisation AGFF à la tranche C des salaires et modalités de liquidation des droits sur la tranche C à compter du 1

Plus en détail

La retraite des personnels de l enseignement privé

La retraite des personnels de l enseignement privé Version juin 2012 1 La retraite des personnels de l enseignement privé Le SPELC, premier syndicat de l enseignement privé en région Centre 2 Avant de commencer La réforme des retraites, tant redoutée,

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2007-9 -DRE Paris, le 28/06/2007. Objet : La clause de respiration. Madame, Monsieur

CIRCULAIRE COMMUNE 2007-9 -DRE Paris, le 28/06/2007. Objet : La clause de respiration. Madame, Monsieur CIRCULAIRE COMMUNE 2007-9 -DRE Paris, le 28/06/2007 Objet : La clause de respiration Madame, Monsieur La réglementation de l Agirc et de l Arrco, applicable depuis le 1 er juillet 2002, autorise des changements

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. Le 18/12/2014 CIRCULAIRE 2014-16-DRJ Objet : Paramètres 2015 Madame, Monsieur le directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver en annexe l'ensemble des paramètres utiles à compter du 1 er janvier 2015

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

CHARTE PARTENARIALE POUR LA QUALITE DU RECOUVREMENT DES RECETTES ENTRE BORDEAUX METROPOLE LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES

CHARTE PARTENARIALE POUR LA QUALITE DU RECOUVREMENT DES RECETTES ENTRE BORDEAUX METROPOLE LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Bordeaux Métropole (à venir) CHARTE PARTENARIALE POUR LA QUALITE DU RECOUVREMENT DES RECETTES ENTRE BORDEAUX METROPOLE ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES 1 Entre BORDEAUX METROPOLE, Représentée

Plus en détail

SOMMAIRE. Qui cotise? Pourquoi cotiser? Quelles cotisations? Combien de points? Comment obtenir des points? Mes droits sont-ils préservés?

SOMMAIRE. Qui cotise? Pourquoi cotiser? Quelles cotisations? Combien de points? Comment obtenir des points? Mes droits sont-ils préservés? SOMMAIRE Qui cotise? Pourquoi cotiser? Quelles cotisations? Combien de points? Comment obtenir des points? Mes droits sont-ils préservés? QUI COTISE? Au régime Arrco Tous les salariés du secteur privé

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU CONSEIL GENERAL AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU CONSEIL GENERAL AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU CONSEIL GENERAL AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION Vu la loi n 2008-1249 du 1 er décembre 2008 généralisant le revenu de solidarité active et réformant

Plus en détail

RETRAITES COMPLÉMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 10 FEVRIER 2001

RETRAITES COMPLÉMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 10 FEVRIER 2001 RETRAITES COMPLÉMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 10 FEVRIER 2001 Considérant le rôle et la mission d intérêt général des régimes de retraite complémentaire dans le cadre de la protection sociale en France

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 009 Le groupement d emplloyeurs AVANT PROPOS Le code du travail offre la possibilité aux petites et moyennes entreprises de constituer

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225 Paris, le 7 janvier 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-080

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-080 PARIS, le 07/06/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-080 OBJET : Arbitres et juges - Obligations et modalités déclaratives. TEXTE A ANNOTER

Plus en détail

Sommaire L accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi Comment optimiser le chômage partiel et l APLD? L externalisation de

Plus en détail

LE FORFAIT DE SALAIRE

LE FORFAIT DE SALAIRE Juillet 2013 LE FORFAIT DE SALAIRE Le préambule de la constitution de 1946 et la déclaration universelle des droits de l homme proclament que «quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002

NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002 NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002 I. Charges sur salaires au 01/01/2002. A. Sécurité sociale 1) Taux et plafond Mis à part les cotisations d accidents du travail, dont le taux est révisé annuellement,

Plus en détail

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE INDUSTRIE TEXTILE GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE SALARIÉS NON CADRES CONDITIONS GÉNÉRALES N 3760 Incapacité temporaire de travail SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU CONTRAT 3 ARTICLE 2 SOUSCRIPTION DU CONTRAT 3

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION BULLETIN D INFORMATION 2002-4 Le 14 mai 2002 Sujet : Assouplissement de certaines mesures concernant l administration des lois fiscales et le recouvrement Le présent bulletin d information expose les modifications

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 3 janvier 2013 relative à la présentation du décret n 2012-1515 du 28 décembre 2012 portant diverses dispositions relatives à la procédure civile et à l organisation judiciaire NOR : JUSC1243674C

Plus en détail

LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP)

LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP) Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP) Textes réglementaires de référence Directive 2000/35/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 juin 2000 concernant

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris

YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL d ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 30 JUIN

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE AUX EMPLOYEURS DE SALARIÉS EN EMPLOIS D AVENIR

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE AUX EMPLOYEURS DE SALARIÉS EN EMPLOIS D AVENIR Page 1/5 CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE AUX EMPLOYEURS DE SALARIÉS EN EMPLOIS D AVENIR ENTRE ET le Département de Seine-et-Marne, représenté par le Président du Conseil

Plus en détail

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ARRCO AGFF

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ARRCO AGFF RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ARRCO AGFF Accord du 18 mars 2011 Considérant le rôle et la mission d intérêt général des régimes de retraite complémentaire dans la protection sociale en France, Considérant

Plus en détail

N 2015 / 006 03/03/2015

N 2015 / 006 03/03/2015 N 2015 / 006 03/03/2015 Origine : Direction du Recouvrement Contact : Sous-Direction du Recouvrement Réseau Pôle juridique et réglementaire Annexes : 1- Tableau de concordance textes / articles du CSS

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU CONSEIL GENERAL AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU CONSEIL GENERAL AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU CONSEIL GENERAL AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION Vu la loi n 2008-1249 du 1 er décembre 2008 généralisant le revenu de solidarité active et réformant

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES N 123 SOCIAL n 47 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le ISSN 1769-4000 HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES L essentiel La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

mode d emploi Le temps de travail

mode d emploi Le temps de travail mode d emploi Le temps de travail Dans son volet consacré au temps de travail, LA LOI DU 20 AOUT 2008 poursuit 4 objectifs principaux : p élargir l espace de la négociation collective, plus particulièrement

Plus en détail

EVOLUTION DES ACCORDS D EPARGNE SALARIALE DE BRANCHE

EVOLUTION DES ACCORDS D EPARGNE SALARIALE DE BRANCHE N 88 - SOCIAL n 33 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 juin 2010 ISSN 1769-4000 EVOLUTION DES ACCORDS D EPARGNE SALARIALE DE BRANCHE L essentiel La loi du 3 décembre 2008 n 2008-1258, et

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE 09/09/09 LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE fiches pratiques SOMMAIRE introduction le cumul emploi-retraite dans le régime général de la sécurité sociale 1. Conditions d ouverture du droit au cumul

Plus en détail

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE 1- LE BULLETIN DE PAIE Document 1 : les mentions obligatoires du bulletin de paie Un bulletin de paie doit comporter les mentions obligatoires suivantes : - nom et adresse

Plus en détail

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Version consolidée 1/13 Préambule La création du Compte Epargne-Temps avait été prévue par l article 23 de l accord

Plus en détail

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent REMUNERATION DES ASSISTANTES MATERNELLES Montant Brut Net SMIC horaire 9 (au 01/01/11) Montant minimum du salaire de base pour une journée d accueil de 8 heures: SMIC x 2,25 h (fixé par la loi de 1992)

Plus en détail

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 décembre 2009 SEC(2009) 1720 final COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS Simplification du processus de recouvrement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Direction de la sécurité sociale Sous-direction

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

MODÈLE: ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS

MODÈLE: ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS MODÈLE: ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS ENTRE L Association. dont le siège social est situé.., représentée par M.. en sa qualité de.., ET L organisation syndicale représentée par M.., en sa qualité

Plus en détail

Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité

Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la

Plus en détail

ANNEXE 1 : DISPOSITIFS AFR 2014-2020 ET METHODE D ELABORATION DU ZONAGE

ANNEXE 1 : DISPOSITIFS AFR 2014-2020 ET METHODE D ELABORATION DU ZONAGE ANNEXE 1 : DISPOSITIFS AFR 2014-2020 ET METHODE D ELABORATION DU ZONAGE Les lignes directrices AFR 2014-2020, adoptées par la Commission européenne le 19 juin 2013, prévoient certes une augmentation de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective régionale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective régionale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3234 Convention collective régionale IDCC : 1391. MANUTENTION ET NETTOYAGE SUR LES AÉROPORTS (Région

Plus en détail

RÉMUNÉRATIONS DES DIRIGEANTS MANDATAIRES SOCIAUX. Exercice 2016

RÉMUNÉRATIONS DES DIRIGEANTS MANDATAIRES SOCIAUX. Exercice 2016 RÉMUNÉRATIONS DES DIRIGEANTS MANDATAIRES SOCIAUX Exercice 2016 ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 146 674,64 TOUR OPUS 12 77 ESPLANADE DU GÉNÉRAL DE GAULLE 92081 PARIS LA DÉFENSE 775 667 538 RCS NANTERRE

Plus en détail

5 - REPOS COMPENSATEUR OBLIGATOIRE (RCO) ET CONTINGENT ANNUEL D HEURES SUPPLEMENTAIRES (voir diagramme en annexe à l'article 5)

5 - REPOS COMPENSATEUR OBLIGATOIRE (RCO) ET CONTINGENT ANNUEL D HEURES SUPPLEMENTAIRES (voir diagramme en annexe à l'article 5) BRH 2001 RH 9 du 29.01.2001 5 - REPOS COMPENSATEUR OBLIGATOIRE (RCO) ET CONTINGENT ANNUEL D HEURES SUPPLEMENTAIRES (voir diagramme en annexe à l'article 5) Les heures supplémentaires déterminées au 42

Plus en détail

ARRÊTÉ du 27 octobre 2015 pris pour l application du 4 de l article L. 312-16 du code monétaire et financier NOR : FCPT1524366A

ARRÊTÉ du 27 octobre 2015 pris pour l application du 4 de l article L. 312-16 du code monétaire et financier NOR : FCPT1524366A RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des finances et des comptes publics ARRÊTÉ du 27 octobre 2015 pris pour l application du 4 de l article L. 312-16 du code monétaire et financier NOR : FCPT1524366A Publics

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA

Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA Section 1 : Les règles générales communes à toutes les entreprises I) Les déclarations Le type de déclaration à déposer, ainsi que la périodicité dépendent

Plus en détail

AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988

AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988 AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988 RELATIF AUX MINIMA CONVENTIONNELS, A LA MISE EN PLACE D UNE

Plus en détail

Les régimes de retraite de l enseignement privé

Les régimes de retraite de l enseignement privé 1 Les régimes de retraite de l enseignement privé TOURS le 6 novembre 2013 2 Préparer sa retraite, c est se poser deux questions A quel âge partir? Quel sera le montant de ma pension? 3 L âge légal de

Plus en détail

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Août 2008 (Rédigé le 29 août 2008) Bonjour à toutes et à tous. La loi 2002-2 a prévu que tous les établissements sociaux

Plus en détail

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ATTENTION Cette fiche est du niveau BEP : - elle ne traite que des cas de salariés mensualisés; - elle ne traite pas les problèmes de réductions de cotisations de la loi

Plus en détail

CENTRE DE RECOUVREMENT D'ANNECY GESTION DES FICHIERS ALLOCATAIRES ET EMPLOYEURS.

CENTRE DE RECOUVREMENT D'ANNECY GESTION DES FICHIERS ALLOCATAIRES ET EMPLOYEURS. Titre Objet CENTRE DE RECOUVREMENT D'ANNECY GESTION DES FICHIERS ALLOCATAIRES ET EMPLOYEURS. Origine Direction des Affaires Juridiques INSC0262 RESUME : - Règles de gestion relatives à l'enregistrement

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA Conditions Générales de Vente Les conditions générales de vente régissant les rapports entre les agences de voyages et leur clientèle, ont été fixées par le décret

Plus en détail

LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ILE DE FRANCE A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT :

LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ILE DE FRANCE A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT : S3/2120859/MC 1/10 Maison de retraite intercommunale La Seigneurie à Pantin (093.020.997) (1ère Section) N G/96/2012 0189 R Jugement n 2012-0037 J Audience du 10 octobre 2012 Lecture du 13 novembre 2012

Plus en détail

REGLEMENT DE LA COMMISSION NATIO NALE DE SUIVI ET DE CONTROLE DE GESTION DE LA FEDERATION FRANÇAISE

REGLEMENT DE LA COMMISSION NATIO NALE DE SUIVI ET DE CONTROLE DE GESTION DE LA FEDERATION FRANÇAISE Version 2011-2012 Les modifications apportées au règlement ont été surlignées en BLEU Version 2012-2013 REGLEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DE SUIVI ET DE CONTROLE DE GESTION DE LA FEDERATION FRANÇAISEDE

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

Objet de la consultation

Objet de la consultation CAHIER des CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics Objet de la consultation VERIFICATION ET MAINTENANCE

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica.

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica. N 13 - NOVEMBRE 2013 L INDICE social DOSSIERS Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012 www.reunica.com édito Bonjour à tous, Pour ce numéro, nous vous

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 13/02/2009 N : 08.09 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 La loi de finances rectificative pour 2008 (n 2008-1443) a été adoptée le

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU («BOUCLIER FISCAL»). ABROGATION DU DROIT A RESTITUTION.

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

PERSPECTIVES ENTREPRISES

PERSPECTIVES ENTREPRISES PERSPECTIVES ENTREPRISES Lettre d information trimestrielle N 9 Décembre 2015 Sommaire Arrêt de travail... 1 Taux de cotisations 2016...Rabat Service Mensualisation des cotisations... 2 La DSN avec le

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 6 février 2013 portant décision relative à l approbation de contrats conclus entre GRTgaz et l entreprise verticalement intégrée

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. incapacité-invalidité-décès applicable au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. incapacité-invalidité-décès applicable au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 01/01/2009 Régime de garanties

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES : CONSEIL ET REPRESENTATION EN JUSTICE Article 1 - Objet du contrat 1-1 Présentation Le

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE N 96 RELATIF A LA REMUNERATION DES CADRES

ACCORD D'ENTREPRISE N 96 RELATIF A LA REMUNERATION DES CADRES ACCORD D'ENTREPRISE N 96 RELATIF A LA REMUNERATION DES CADRES PREAMBULE : Le présent accord a pour objectif de moderniser la politique de rémunération du personnel cadre, en mettant en valeur des principes

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel BANQUE POPULAIRE ACCORD DU 28 SEPTEMBRE 2012 RELATIF AU FONCTIONNEMENT

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT SOCIAL Formation professionnelle, emploi et démocratie sociale Loi du 5 mars 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT SOCIAL Formation professionnelle, emploi et démocratie sociale Loi du 5 mars 2014 n 6 > 21 mars 2014 info Sommaire Loi du 5 mars 2014, mesures relatives : > à la formation professionnelle > à l emploi > aux institutions représentatives du personnel Calendrier fiscal et social d avril

Plus en détail

Les conditions d ouverture des droits à retraite et d obtention du taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les conditions d ouverture des droits à retraite et d obtention du taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 3 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Le rattachement des charges

Le rattachement des charges LE RATTACHEMENT DES CHARGES ET DES PRODUITS Le rattachement des charges Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect du principe d indépendance des exercices. Il permet d intégrer

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION

CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONVENTION DE GESTION DE L'AIDE DU DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE AUX EMPLOYEURS DE SALARIES EN CONTRAT UNIQUE D INSERTION Vu la loi n 2004-801 du 6 août 2004 relative à la pro tection des personnes physiques

Plus en détail

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480. ALTAREA Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.877 RCS PARIS RAPPORT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AGRS1501735D Intitulé du texte : Décret relatif à la dématérialisation des déclarations de revenus professionnels et du paiement des cotisations et contributions

Plus en détail

COMMISSION FEDERALE D APPEL AUDIENCES DU 16 JUILLET 2015

COMMISSION FEDERALE D APPEL AUDIENCES DU 16 JUILLET 2015 COMMISSION FEDERALE D APPEL AUDIENCES DU 16 JUILLET 2015 DOSSIER CLUB DES REMPARTS DE TOURS Monsieur Thomas LHOMME, Président du CLUB DES REMPARTS DE TOURS, le 10 juillet dernier après une décision de

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT L avenant n 2014-01 du 4 février 2014 contient des dispositions ayant pour objet de restaurer à l identique les dispositions conventionnelles dénoncées ultérieurement

Plus en détail

Seule doit être traitée en somme isolée la partie de la somme qui n a pas donné lieu à versement de cotisations auprès de la sécurité sociale.

Seule doit être traitée en somme isolée la partie de la somme qui n a pas donné lieu à versement de cotisations auprès de la sécurité sociale. SOMMES ISOLEES S44.G40.05 : Sommes isolées Agric-Arrco Qu'entend-t-on par "sommes isolées"? Les sommes isolées sont des sommes versées en dehors de la rémunération annuelle normale, à l occasion de la

Plus en détail

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES CONSEQUENCES DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE (EPCI) A FISCALITE PROPRE SUR LES PERSONNELS EMPLOYES PAR CES ETABLISSEMENTS L article

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006 MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel GARANTIES COLLECTIVES ET OBLIGATOIRES POUR L ENSEMBLE DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE (20 décembre

Plus en détail

Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 2011. SRER, 14 mars 2011

Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 2011. SRER, 14 mars 2011 Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 20. SRER, 4 mars 20 Contexte Malgré les baisses successives des tarifs d achat de janvier et septembre 200, le rythme de

Plus en détail

CHAPITRE 3 DISPOSITIONS RELATIVES AU CONTRÔLE DE LA GESTION FINANCIERE DES CLUBS

CHAPITRE 3 DISPOSITIONS RELATIVES AU CONTRÔLE DE LA GESTION FINANCIERE DES CLUBS CHAPITRE 3 DISPOSITIONS RELATIVES AU CONTRÔLE DE LA GESTION FINANCIERE DES CLUBS 48 CHAPITRE 3 : DISPOSITIONS RELATIVES AU CONTRÔLE DE LA GESTION FINANCIÈRE DES CLUBS Article 50 a) L éthique sportive et

Plus en détail

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur,

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Nous vous informons que depuis le 1 er novembre 2009, le dispositif législatif français résultant de la transposition de la Directive 2007/64/CE (dite Directive

Plus en détail

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8723. TRAVAUX D AMÉNAGEMENT ET D ENTRETIEN FORESTIERS (Gironde, Landes et Lot-et-Garonne)

Plus en détail

Le règlement général des subventions départementales

Le règlement général des subventions départementales Le règlement général des subventions départementales Les règles d ordre général Article 39. Le cadre général des subventions 39-1 - Définitions Une subvention se définit de la façon suivante : - Un concours

Plus en détail

Pour la CGT, la bataille continue pour obtenir des négociations permettant d assurer une retraite solidaire par répartition, décente.

Pour la CGT, la bataille continue pour obtenir des négociations permettant d assurer une retraite solidaire par répartition, décente. Attaque du droit des femmes La réforme des retraites supprime définitivement, et de façon brutale, le départ anticipé «parent de 3 enfants et 15 ans de services» pour les fonctionnaires. Page 1 : EDITO

Plus en détail