serre la main d une personne malade ).

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "serre la main d une personne malade )."

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE 24 AVRIL 2006 LANCEMENT DE LA CAMPAGNE D IINFORMATIION ET DE FORMATIION SUR LA GRIIPPE AVIIAIIRE «ADOPTONS LES GESTES QUII NOUS PROTEGENT»

2 SOMMAIRE Introduction P.3 L hygiène et la santé : un lien démontré Une grande variété de virus infectieux dont certains sont loin d être anodins Les nouveaux risques liés à l apparition de la grippe aviaire Des gestes simples pour se protéger des infections virales respiratoires... P.5 1. Le lavage des mains... P.5 2. L utilisation du mouchoir jetable à usage unique... P.6 3. Le port du masque... P.6 4. Précautions complémentaires applicables au quotidien... P.6 La campagne de prévention des virus respiratoires 2006 : «Adoptons les gestes qui nous protègent»... P.8 1. Le concept, les objectifs et les cibles prioritaires... P.8 1er volet Des gestes simples pour limiter les risques d infection... P.9 2e volet Des gestes simples pour limiter les risques de contamination... P Une campagne concertée pour être relayée par les professionnels de santé et portée par un plan de diffusion national d envergure... P.12 Informer et former les professionnels de santé... P Un dispositif spécifique élaboré en concertation... P Des outils informatifs et opérationnels conçus sur mesure pour les praticiens... P Des sessions de formation organisées au niveau national et régional... P.14 Annexes... P.15

3 Inttrroductti I ion L hygiène et la santé : un lien épidémiologique démontré L histoire des deux derniers siècles a montré que l évolution de l hygiène allait de pair avec l amélioration de la santé. Les progrès sanitaires relatifs à l habitat, l environnement, la qualité de l eau, l alimentation, les progrès médicaux ont permis une nette augmentation de l espérance de vie, corrélée avec une forte chute des taux de mortalité infantile. Cette réduction de la mortalité a pu faire perdre de vue certaines mesures élémentaires d hygiène, comme le lavage des mains, l utilisation d un mouchoir jetable ou le fait d éviter les contacts rapprochés avec une personne enrhumée (embrasser, serrer la main ). Aujourd hui encore, l hygiène reste donc un véritable enjeu de santé publique. L évolution des modes de vie (forte croissance de la vie en collectivité, parfois en air confiné) favorise la dissémination des maladies infectieuses respiratoires. Des tendances de fond telles que les échanges migratoires (de personnes, d animaux, de denrées alimentaires et de bien matériel) et l urbanisation favorisent considérablement la transmission des virus respiratoires. L hygiène est donc plus que jamais une priorité dans les pays industrialisés car nombre de maladies infectieuses se propagent par les mains. Cette priorité a d ailleurs été rappelée dans d autres pays : l agence de santé publique au Canada et le "department of health and human services" aux Etats-Unis ont d ores et déjà mis en place des programmes qui visent à réduire la transmission des microbes par l adoption de gestes d hygiène simple, le lavage des mains et l utilisation du mouchoir jetable à usage unique. Une grande variété de virus infectieux respiratoires dont certains sont loin d être anodins Le rôle de l hygiène en matière de santé publique est d autant plus important que nous vivons en collectivité. Certains de ces virus peuvent être responsables de complications graves voire de décès (bronchiolite, grippe ). Ainsi, chaque année, la grippe touche entre 1 et 7 millions de personnes en France, avec plusieurs milliers de décès. Si les complications liées à la grippe, assez fréquentes chez les personnes âgées de plus de 65 ans et les malades atteints de certaines affections de longue durée (ALD), ont pu être réduites c est grâce notamment aux campagnes de vaccination. La bronchiolite, maladie particulièrement répandue chez le nourrisson, touche chaque année près de nourrissons. Le nombre d enfants atteints augmente régulièrement depuis le début des années 90, du fait notamment de l urbanisation et des modes de vie citadins. Outre ces maladies infectieuses, d autres maladies plus courantes telles la rhinopharyngite, le rhume, et la bronchite sont tout aussi contagieuses et donnent lieu à des épidémies. En fait, les modes de transmission des maladies virales respiratoires favorisent la circulation rapide des virus. Deux modes de transmission principaux sont identifiés : la voie aérienne, c est-à-dire la dissémination ou la pulvérisation dans l air de virus par l intermédiaire de la toux, de l éternuement ou des postillons, qui projettent des sécrétions respiratoires contaminées. la contamination peut également se faire par le biais d une personne porteuse d un virus respiratoire : o contact des mains souillées par les gouttelettes ou sécrétions respiratoires infectées, o contact physique avec une personne infectée par un virus respiratoire (lorsque l on embrasse ou serre la main d une personne malade ). 3

4 Les nouveaux risques liés à l apparition de la grippe aviaire La grippe aviaire ou influenza aviaire ou A(H5N1) est une maladie animale virale susceptible d entraîner une mortalité très élevée chez les oiseaux, notamment les volailles, les dindes, poules et poulets. Ce virus est présent aujourd hui dans de nombreux pays du monde et s est transformé dans la plupart d entre eux, en foyer d infection aviaire ou en épizootie, notamment en raison du contact entre les volailles domestiques et les oiseaux sauvages migrateurs. Depuis 2003, il y a eu, dans le monde, 196 cas de transmission de cette maladie à l homme, dont 110 ont entraîné la mort 1. Il n y a eu aucun cas de transmission inter humaine à ce jour dans le monde. A chaque fois, c est une très grande promiscuité avec les volailles qui est à l origine de la transmission de la maladie à l homme. Conformément aux recommandations de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et dans un souci de précaution, la France a, dès 2004, élaboré un Plan Gouvernemental de Lutte contre une Pandémie Grippale qui a été réactualisé en janvier Il est consultable sur le site mis à disposition par les autorités françaises : ou sur le site Si le virus venait à muter et qu il donnait lieu à une pandémie, ses manifestations cliniques pourraient être similaires à celle d une infection respiratoire virale de type grippal. Il est donc d autant plus nécessaire, face aux risques liés à la grippe aviaire, d anticiper et de promouvoir les gestes d hygiène qui nous permettraient de limiter la propagation du virus, s il venait à se transmettre d homme à homme. Il apparaît donc clairement que le respect de mesures d hygiène élémentaires constitue une règle indispensable pour limiter les risques de transmission et de contamination aussi bien des infections virales respiratoires que d un éventuel virus aviaire transmissible à l homme. Pour en savoir plus Info grippe aviaire Au 19 avril 2006, source Organisation Mondiale de la Santé 4

5 Des gesttes simples pourr se prrottégerr des inffectti i ions virral les rrespi irrattoi irres 1. Le lavage des mains Un geste qui contribue à enrayer la propagation des germes Le lavage des mains joue un rôle clé dans l hygiène puisque c est par les mains que se propage la majeure partie des maladies infectieuses. C est pourquoi il est important de se laver les mains régulièrement. Quand se laver les mains? A chaque fois qu on y pense. A certains moments considérés comme «essentiels». - Avant : de préparer les repas, de manger ou de nourrir les enfants. - Après : s être mouché, après avoir toussé ou éternué, lors de chaque sortie et en rentrant au domicile, avoir visité une personne malade ou avoir eu un contact proche avec le matériel qu il utilise ou ses effets personnels, avoir cuisiné. Dans tous les cas : après être allé aux toilettes, après avoir changé une couche ou aidé un enfant à aller aux toilettes, après avoir touché un animal ou ramassé ses excréments, à chaque fois que les mains sont sales. Comment bien se laver les mains? La méthode employée est tout aussi importante que le geste car si un lavage des mains sans savon est dénué d intérêt, le savon en tant que tel ne suffit pas à éliminer les germes. C est la combinaison du savonnage, du frottage, du rinçage et du séchage qui permet de s en débarrasser : 1 Se mouiller les mains sous l eau chaude courante. 2 Se savonner les mains, si cela est possible avec du savon liquide. 3 Se frotter les mains pendant 30 secondes pour produire de la mousse. Ne pas oublier de frotter le dos de la main, entre les doigts et sous les ongles. On peut proposer aux enfants de chanter une chanson (par exemple Joyeux Anniversaire) pour évaluer le temps de frottage nécessaire (30 secondes). 4 Bien se rincer les mains sous l eau courante. 5 Se sécher les mains avec une serviette propre ou les laisser sécher à l air libre. Comment optimiser l efficacité du lavage des mains? Un savon liquide : il est préférable d utiliser un savon liquide. En effet, les savons en pain ne sont pas aussi hygiéniques car ils restent humides et attirent les virus. Si toutefois la personne ne dispose que du savon en pain, elle peut le placer dans un porte-savon à grille afin de permettre à l eau de s écouler. Des ongles propres : il est important que les ongles soient coupés, de préférence courts et régulièrement brossés avec une brosse nettoyée et rincée. 5

6 Une peau saine : pour avoir une peau saine il est recommandé d utiliser une lotion hydratante. En effet des mains abîmées peuvent se révéler de véritables nids à virus. 2. L utilisation du mouchoir jetable à usage unique Toujours en vue de limiter efficacement la contamination de l entourage et de l environnement, certains réflexes s imposent : Eternuer ou tousser dans un mouchoir jetable ou, à défaut, mettre la main devant la bouche. Utiliser un mouchoir jetable à usage unique au moment de cracher ou de se moucher. Jeter le mouchoir usagé dans une poubelle. Se laver les mains ensuite. Il est important d apprendre ces gestes aux enfants. 3. Le port du masque Lorsqu une personne infectée par un virus respiratoire tousse, elle émet des millions de particules infectieuses. Or une partie infime suffit à contaminer l air de toute une pièce non aérée pour plusieurs heures. Ces deux exemples suffisent à démontrer l importance de la transmission par gouttelettes respiratoires et justifie l intérêt que représente le port du masque dit «chirurgical» quand il s agit d éviter la propagation de la maladie. Le masque chirurgical permet en effet de limiter à la fois la contamination de l entourage et de l environnement du malade. Pour une réelle efficacité, il doit être porté par le malade en présence de tierces personnes. Il doit être attaché derrière la tête, moulé sur la racine du nez et abaissé sous le menton. Le masque doit être changé environ toutes les 4 heures ou quand il est mouillé. Il faut alors le jeter dans une poubelle couverte. Ces mesures seraient indispensables en cas de pandémie, mais sont essentielles par rapport aux virus respiratoires. Lors de la crise du SRAS, l utilité du masque a été largement démontrée. Les masques dits «chirurgicaux» sont notamment en vente dans les pharmacies. 4. Précautions complémentaires applicables au quotidien Dans l idéal, d autres gestes de prévention permettent de limiter la diffusion des virus respiratoires : dans la mesure du possible, éviter de rendre visite à des personnes malades. en cas de contact avec une personne malade, penser : o à rester à une distance de un mètre de cette personne. o à éviter certains gestes : serrer les mains ou embrasser pour dire bonjour. toucher directement les yeux, la bouche et le nez, sans s être d abord lavé les mains o porter un masque de protection. o aérer la pièce après le départ de cette personne. 6

7 Quand on a un enfant en bas âge : Penser à : se laver systématiquement les mains avec du savon avant de s occuper de l enfant, et particulièrement si c est un bébé, aérer sa chambre tous les jours, porter un masque en présence de l enfant, si l on est malade. Eviter : d échanger dans la famille les biberons, sucettes, couverts non nettoyés, d emmener un nourrisson dans les lieux publics où il pourra entrer en contact avec des personnes infectées (transports en commun, centres commerciaux, hôpitaux ). Et surtout lui apprendre : à se laver les mains plusieurs fois par jour pendant 30 secondes, à se couvrir la bouche et le nez quand il tousse ou quand il éternue, à utiliser un mouchoir jetable et le jeter après usage. 7

8 La campagne de prréventti ion des virrus rrespi irrattoi irres 2006 :: «Adopttons les l gesttes quii nous prrottègentt» 1. Concept, objectifs et cibles prioritaires Cette campagne destinée au grand public, et dont les professionnels de santé sont les relais, se décline aujourd hui en deux volets qui répondent, à travers des outils très concrets adaptés aux adultes et aux enfants, à deux objectifs majeurs : 1 er volet : limiter les risques d infection liés aux virus respiratoires (grippe, bronchiolite, bronchite ). 2 ème volet : limiter les risques de contamination en cas d épizootie aviaire. Cette campagne a une vocation avant tout pédagogique. C est pourquoi elle met en avant des gestes simples mais essentiels. Il est en effet fondamental de permettre à chacun de s approprier de manière progressive ces gestes, souvent oubliés, mais qui doivent faire partie de la vie quotidienne car ils jouent un rôle clé en matière de santé publique. Un registre de communication simple et concret permet à chacun de comprendre et d effectuer les gestes nécessaires, au bon moment. «Adoptons les gestes qui nous protègent» : est un encouragement à agir de manière simple, concrète, efficace et solidaire. Se protéger des virus, c est aussi protéger les autres. Cette signature fera le lien entre les deux volets de la campagne, facilement identifiables par un code couleur progressif : le vert pour le 1 er volet concernant les virus respiratoires et l orange pour le 2 ème volet qui sera éventuellement déclenché au moment de l épizootie aviaire. Parce qu en matière de santé publique, l anticipation reste une règle essentielle, un troisième volet de la campagne «faire adopter les gestes et comportements essentiels pour limiter les risques de contagion», serait développé uniquement en cas de pandémie grippale, c est-à-dire de transmission interhumaine et de propagation rapide de la maladie chez l homme. Ce volet comprendrait une campagne télévisée et une campagne radio, ainsi qu un dépliant à destination du grand public ; et pour les professionnels de santé, une affichette destinée aux adultes, une signalétique pour les lieux de soins et des informations clés disponibles dans un «Repères pour votre pratique». Un logotype présent sur l ensemble des outils et représentant un groupe de personnes protégées par une barrière symbolique traduit concrètement la protection et la solidarité. Il est décliné selon les couleurs répondant aux trois phases. Ce dispositif d information du public est prévu pour répondre à toute évolution du contexte sanitaire. Le Ministère de la Santé et des Solidarités a également mis en place un programme national d information et de formation des professionnels de santé (cf. page 13 Informer et former les professionnels de santé). 8

9 1 er volet - Des gestes simples pour limiter les risques d infection Diffusion : Mai 2006 avec rappel en septembre La campagne «virus respiratoires : grippe, bronchite, rhume, bronchiolite» Son objectif est de promouvoir trois gestes d hygiène essentiels à la prévention des virus respiratoires, en montrant pourquoi et comment les effectuer correctement pour qu ils soient véritablement efficaces. le lavage des mains, l utilisation des mouchoirs à usage unique que l on jette après utilisation dans une poubelle si possible couverte, le port du masque dit «chirurgical». Cette campagne s adresse au grand public, adultes et enfants ; elle est relayée par les professionnels de santé qui sont véritablement au cœur du dispositif. Ainsi, les médecins généralistes et spécialistes, les pharmaciens pourront diffuser, dès le mois de mai, en amont de la recrudescence des virus respiratoires, une série de supports d information présentant les 3 gestes clés dans des scènes très simples de la vie quotidienne. Parce que les enfants sont particulièrement sensibles aux infections respiratoires et que l hygiène fait partie de l éducation, les centres de PMI, écoles, collèges et lycées relaieront également, dès la rentrée du mois de septembre, le dispositif d information au travers de supports d information dédiés aux plus jeunes. Les outils d information A partir de la mi mai dans les cabinets médicaux et les officines : Trois affichettes pour informer les adultes : elles présentent trois scènes de la vie quotidienne, chez soi, à l extérieur ou au travail, qui valorisent 3 gestes d hygiène essentiels avec les messages suivants : - «Lavez-vous les mains, au savon, plusieurs fois par jour, pendant 30 secondes». - «Jetez vos mouchoirs dans une poubelle» puis lavez-vous les mains. - «Si vous êtes malade, portez un masque 2 pour protéger vos proches». Une affichette récapitulative des 3 gestes : elle permet avec des pictogrammes très simples d avoir les bons réflexes. - «Lavez-vous les mains le plus souvent possible avec du savon pendant 30 secondes». - «Jetez vos mouchoirs dans une poubelle» puis lavez-vous les mains. - «Si vous êtes malade, portez un masque» en présence d une autre personne. Dès le mois de septembre, trois affichettes et deux autocollants destinés aux enfants diffusés dans le milieu scolaire - «Lave-toi les mains au savon, plusieurs fois par jour, en comptant jusqu à 30». - «Mets ta main devant ta bouche quand tu tousses ou quand tu éternues» et lave toi les mains après. - «Jette toujours ton mouchoir dans une poubelle» et lave toi les mains après. Deux autocollants à placer à proximité des toilettes et sur les portes des classes de l école : - «As-tu pensé à te laver les mains?», - «As-tu pensé à jeter ton mouchoir?». 2 Masque chirurgical en vente en pharmacie 9

10 Un dépliant grand public disponible en pharmacie dès le mois de mai Il informe sur les modes de transmission de virus respiratoires (postillons, éternuements, toux, mains) ainsi que sur la manière d effectuer efficacement les trois gestes essentiels pour limiter les risques d infection (le lavage des mains, l utilisation du mouchoir à usage unique, le port du masque). Une fiche conseil à destination des médecins Ce document récapitule les bonnes pratiques et les indications à donner au patient en matière d hygiène dans deux cas de figure : lorsque le patient est malade et lorsqu il se trouve en présence d un malade. Un focus est fait sur les conseils à donner pour protéger les enfants. 10

11 2 ème volet - Des gestes simples pour limiter les risques de contamination (Diffusée en cas de foyers de volailles infectées par le virus aviaire) La campagne en cas d épizootie aviaire Si la France était touchée par l épizootie aviaire (nombreux foyers de volailles domestiques atteintes par le virus A(H5N1), le comportement de chacun face aux risques serait déterminant et certains gestes indispensables auraient une importance encore plus forte. Rappelons qu aujourd hui, il n y a pas de cas connu de transmission de personne à personne. L objectif de cette communication est de promouvoir les gestes «barrières» limitant les risques de contamination de l homme par un oiseau porteur du A(H5N1). Elle s adresse également au grand public, adultes et enfants, les outils étant une nouvelle fois relayés par les professionnels de santé qui sont des interlocuteurs quotidiens de la population et qui jouent un rôle pédagogique clé. Les outils d information disponibles Une affichette à destination des adultes : elle précise les gestes barrières qui sont symbolisés par des pictogrammes simples, accompagnés des messages suivants : - «Ne touchez aucun oiseau. Si vous trouvez un oiseau mort, prévenez votre mairie». - «N attirez pas les oiseaux avec de la nourriture». - «Si vous avez été en contact avec un oiseau : Lavez-vous les mains avec du savon pendant 30 secondes. Et si dans les 10 jours vous ressentez les symptômes de la grippe 3, appelez votre médecin traitant». Une affichette destinée aux enfants : elle permet de faire comprendre aux plus jeunes avec des symboles facilement identifiables, ce qu il ne faut pas faire : - «Ne t approche pas des oiseaux». - «Ne ramasse pas leurs plumes». - «Ne touche pas leurs œufs, leurs nids ou leurs crottes». Les autres relais d information prévus Une campagne média à destination du grand public a été également conçue. Elle repose sur une campagne radio avec des messages régionaux et nationaux (envoi des spots radio épizootie aux radios locales pour anticiper la survenue d une épizootie et les doter des outils nécessaires en amont) ainsi qu une campagne presse nationale et régionale d envergure. Son plan de diffusion sera fonction de l évolution du contexte sanitaire. Les messages seront également axés sur les gestes à adopter pour limiter les risques de contamination. Tous les supports d information renvoient à la plate forme téléphonique «Info grippe aviaire» (15 centimes d euros la minute). 3 Fièvre, courbatures, difficultés respiratoires 11

12 2. Une campagne concertée pour être relayée par les professionnels de santé et portée par un plan de diffusion national d envergure Les professionnels de santé sont au cœur du dispositif de cette campagne ; leur rôle clé auprès des patients notamment en matière de pédagogie et de conseil, en font des partenaires indispensables à même de véhiculer efficacement messages et outils. Les instances représentatives des médecins libéraux et hospitaliers, les Conseils Ordinaux des médecins et des pharmaciens, les experts du réseau Groupes Régionaux d Observation de la Grippe (GROG), les Unions Régionales de la Médecine Libérale, tous ces acteurs majeurs de la santé ont donc été longuement et largement consultés, au sein d une concertation de plusieurs mois, avant d élaborer ces outils de communication, afin de s assurer de leur pertinence et de leur utilité. Le Ministère de la Santé et des Solidarités et l INPES ont choisi de relayer le dispositif d information à destination du grand public grâce à l appui des professionnels de santé, et de leur expertise : l ensemble des documents d information (affichettes, dépliants ) seront disponibles et visibles dans les cabinets médicaux, salles d attente, accueil des hôpitaux, officines dès le mois de Mai Au sein du plan de diffusion, la campagne de communication sera diffusée et relayée par : les médecins du travail, médecins scolaires, médecins généralistes, pédiatres libéraux, médecins pompiers, services médicaux des aéroports, SAMU, pneumologues, SOS Médecins, les établissements de santé publics et privés (services d urgence, maladies infectieuses, médecine interne, réanimation, pédiatrie), les dispensaires, centres d hébergement provisoire, les agences sanitaires et services publics de santé, les ORL libéraux, syndicats et fédérations médicaux et paramédicaux (dentistes, psychiatres, kinésithérapeutes, laboratoires ), les pharmacies. Un second envoi permettra de couvrir l ensemble des personnels de santé paramédicaux libéraux et exerçant en établissements de santé. Concernant les outils d information destinés aux enfants, figurent parmi les relais d information : les PMI, les écoles maternelles, primaires, les collèges et les lycées. les établissements d enseignement supérieur (publics et privés). Au total, ce sont plus de 4 millions d outils qui seront diffusés en France Métropolitaine et dans les DOM-TOM. 12

13 Infforrmerr I ett fforrmerr les l prroffessi ionnels de santté Le prrogrramme mis en place à comptterr du 6 avrri ill 2006 pourr antti iciperr une éventtuel lle pandémie grri ippale Les professionnels de santé sont en première ligne dans la prévention d'une pandémie grippale. Le plan gouvernemental de lutte est avant tout axé sur la prévention de la diffusion du virus. A cet égard, les professionnels de santé jouent un rôle primordial. Organisé à l initiative du Ministère de la Santé et des Solidarités, un dispositif spécifique dont l objectif est d anticiper une éventuelle pandémie grippale va faire l objet de différentes sessions de formation, se déroulant du mois de mai au mois de décembre Un dispositif spécifique - Elaboré à l'initiative du ministère de la Santé et des Solidarités, un dispositif spécifique est prévu pour leur information et leur formation. Il comprend des sessions de formation, au niveau national et régional, ainsi que l'envoi d'un outil de formation, information et communication : "kit à l'usage des professionnels de santé" qui servira de base commune à la formation. Il s organise autour de trois axes : - répondre aux questions que vous vous posez et que l'on vous pose, - savoir se protéger, - protéger les patients. Ces outils s'adressent notamment aux médecins, pharmaciens, kinésithérapeutes, infirmières, dentistes. Elaboré en concertation Comme la campagne de communication, le kit et le contenu de la formation ont été élaborés, en concertation, par des groupes d'experts pilotés par la Direction générale de la santé. Ces groupes comprenaient notamment les GROG, Groupes régionaux d'observation de la grippe, qui sont depuis 20 ans le réseau d'alerte et de surveillance de la grippe et apportent une expertise adaptée aux pratiques de terrain ainsi que l'ordre des médecins et des pharmaciens, les URML (Unions régionales des médecins libéraux), les instances représentatives, et les sociétés savantes d'infectiologie et de pneumologie. 2. Des outils informatifs et opérationnels - un cédérom interactif organisé autour de trois rubriques majeures : 1. Savoir et se former : Les fondamentaux en matière de connaissance de la grippe aviaire y sont présentés ainsi que les grands principes d organisation des soins en situation de pandémie grippale. Des paroles d experts apportent un éclairage scientifique complémentaire sur la problématique. 2. Se préparer pour faire face aux risques : cette partie propose une présentation générale du plan, la stratégie et organisation intergouvernementale, le plan gouvernemental de prévention et de lutte «pandémie grippale», les fiches techniques du plan gouvernemental et enfin deux vidéos présentant les exercices de gestion de crise (Lyon pour le volet humain, et Bretagne pour le volet animal). Ces informations s accompagnent d une interview de Didier Houssin, Délégué Interministériel à la Lutte contre la grippe aviaire. 3. S informer et informer ses patients : cette rubrique permet aux professions de santé de se repérer au sein de l ensemble des informations disponibles sur la grippe aviaire, et présente aussi tous les outils de la campagne «Adoptons les gestes qui nous protègent». 13

14 Les connaissances étant amenées à évoluer, des mises à jour fréquentes du CD Rom seront disponibles sur le site Internet du ministère de la santé ( - un échantillon de deux masques, un masque filtrant type FFP2 préconisé pour les personnes à risque majeur d'exposition tels que les professionnels de santé et un masque anti-projection chirurgical préconisé pour les patients en vue de prévenir la contamination de leur entourage et de leur environnement. Ces masques sont fournis afin de permettre aux professionnels de santé de se familiariser avec leur manipulation. - Treize fiches mémo synthétiques et pratiques, en format papier, à l'usage du professionnel. Conçus sur mesure pour aider les praticiens au quotidien En concevant cette campagne de formation et d'information des professionnels, le Ministère de la Santé et des Solidarités a souhaité leur fournir l'essentiel des documents disponibles et les informations pratiques indispensables afin qu'ils puissent agir tant au niveau médical qu'opérationnel et faire face à une éventuelle pandémie grippale. Outils et formation sont conçus pour leur permettre d'être mieux informés, de mieux informer leurs patients, et de bénéficier de protocoles validés sur des sujets tels que le diagnostic des cas suspects, le circuit d'alerte, l'emploi du matériel de protection, l'organisation des soins, les conduites à tenir et la prise en charge des malades. 3. Des sessions de formation organisées au niveau national et régional Le schéma national de formation a été présenté le 6 avril aux professionnels de santé libéraux. Le 21 avril a eu lieu la session de formation d une centaine de formateurs régionaux qui vont ensuite prochainement former les formateurs au niveau local. Deux types de formation seront mises en œuvre, l'une destinée aux professionnels de santé libéraux exerçant en ville, la seconde pour les professionnels exerçant en établissements de santé. Concernant les professionnels de santé exerçant en ambulatoire, l architecture retenue est celle d une organisation en cascade. Dès le mois de mai 2006, au plan régional, les Directions Régionales des affaires sanitaires et sociale (DRASS), avec les Unions Régionales de la Médecine Libérale (URML), lanceront un appel d offres sur la base d un cahier des charges national. Elles identifieront les organismes de formation, effectueront un suivi et veilleront au respect du calendrier. Les formations des professionnels de santé libéraux se dérouleront de juin à décembre La formation des professionnels exerçant en établissement de santé s appuiera sur le réseau de formation aux risques NRBC. Chaque DRASS de zone de défense organisera la formation de formateurs, qui l assureront à leur tour au sein de chaque établissement. Le coordonnateur de zone veillera à la mise en œuvre effective des formations dans les établissements de santé ainsi qu à la remontée, auprès de la Direction de l Hospitalisation et de l Organisation Sanitaire (DHOS), du suivi de ces formations. Une journée nationale de lancement sera organisée en mai, à laquelle succèderont les formations zonales des formateurs en juin -juillet et la formation dans les établissements de santé de septembre à fin décembre

15 ANNEXES 15

DOSSIER DE PRESSE 20 Novembre 2006

DOSSIER DE PRESSE 20 Novembre 2006 DOSSIER DE PRESSE 20 Novembre 2006 Campagne Auttomne Hiiverr 2006 conttrre lles malladiies viirralles rrespiirrattoiirres «Conttrre lles grriippes,, lles rrhumes ett lles brronchiittes,, iill y a des gesttes

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES.

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. Y France 2006-642 016 778 RCS Nanterre - Réf. 313-06280-A SI VOUS ÊTES MALADE, PORTEZ UN MASQUE* POUR PROTÉGER VOS PROCHES.

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général I/ Grippes saisonnières 1/ Cadre général La grippe saisonnière est une infection virale contagieuse due à des virus de type Myxovirus influenzae. De nombreux virus grippaux circulent dans le monde, notamment

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

CATALOGUE DES SUPPORTS DE DIFFUSION GRATUITS HYGIENE DE VIE

CATALOGUE DES SUPPORTS DE DIFFUSION GRATUITS HYGIENE DE VIE CATALOGUE DES SUPPORTS DE DIFFUSION GRATUITS HYGIENE DE VIE Public : Parents HYGIENE DE VIE Les poux Dépliant - A base de dessins accompagnés de légendes simples, ce document destiné aux parents répond

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER. Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?»

La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER. Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?» La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER Fiche 1 «Les symptômes de la grippe A H1N1» Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?» Fiche 3 «Comment lutter contre la propagation de la grippe A H1N1 et donc

Plus en détail

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène Combattre les virus 7 Conseils d hygiène Afin de vous protéger contre le rhume, la grippe et la gastroentérite, les 7 conseils d hygiène suivants peuvent vous aider à réduire le risque d infection. DG

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DU SECTEUR DE L ALIMENTATION

GUIDE PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DU SECTEUR DE L ALIMENTATION PANDÉMIE GRIPPALE GUIDE PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DU SECTEUR DE L ALIMENTATION p.2 INFLUENZA AVIAIRE ET PANDÉMIE GRIPPALE p.2 POURQUOI FAUT-IL SE PRÉPARER? p.3 RISQUE DE CONTAGION p.4 MESURES DE

Plus en détail

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Grippe pandémique Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Quel est l objet de cette brochure? Cette brochure vise à vous informer sur la grippe pandémique. Vous y trouverez les réponses

Plus en détail

NETT DEC/JAN12 COVER TO DO & PLACE

NETT DEC/JAN12 COVER TO DO & PLACE NETT DEC/JAN12 COVER TO DO & PLACE PRÉVENTION DES INFECTIONS 14 Le Nettoyage professionnel - DÉCEMBRE / JANVIER 2012 C Par Chaque année, la grippe a des répercussions non seulement sur notre santé, mais

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Actualisation des questions / réponses 31 août 2009

Grippe A(H1N1) Actualisation des questions / réponses 31 août 2009 Grippe A(H1N1) Actualisation des questions / réponses 31 août 2009 Dans ce document sont présentées sous la forme de questions / réponses les principales informations concernant la grippe A(H1N1) : éléments

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

1/ Grippe saisonnière et grippe H1N1 2009 : Un guide à l intention des parents. 2/ Renseignements sur la grippe

1/ Grippe saisonnière et grippe H1N1 2009 : Un guide à l intention des parents. 2/ Renseignements sur la grippe 1/ Grippe saisonnière et grippe H1N1 2009 : Un guide à l intention des parents 2/ Renseignements sur la grippe Qu est-ce que la grippe? La grippe (influenza) est une infection du nez, de la gorge et des

Plus en détail

Respectez les règles d hygiène :

Respectez les règles d hygiène : Les modes de transmission de la maladie sont les postillons, la toux, l éternuement ainsi que par l intermédiaire des mains. C est pourquoi il faut suivre scrupuleusement les consignes d hygiène. Respectez

Plus en détail

MATÉRIEL DE PROTECTION DES CLIENTS INFORMATION DES CLIENTS PRODUITS D USAGE COURANT TRANSPORTS / ENTREPÔTS / PLATEFORMES

MATÉRIEL DE PROTECTION DES CLIENTS INFORMATION DES CLIENTS PRODUITS D USAGE COURANT TRANSPORTS / ENTREPÔTS / PLATEFORMES p.2 INTRODUCTION p.3 MESURE ORGANISATIONNELLE p.3 PERSONNEL DISPOSITIONS JURIDIQUES SOCIALES ET COMMERCIALES INFORMATION DU PERSONNEL MATÉRIEL DE PROTECTION ET HYGIÈNE DU PERSONNEL ORGANISATION GÉNÉRALE

Plus en détail

La bronchiolite pas de panique!

La bronchiolite pas de panique! La bronchiolite pas de panique! Guide à l usage des familles Sommaire P. 2 C est quoi la bronchiolite? Comment se présente la bronchiolite? Que faire? P. 3 A quoi sert la kinésithérapie respiratoire? P.

Plus en détail

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 < retour à la liste Ce que doivent savoir les parents, les professionnels de l éducation et les élèves en fonction de l évolution de la grippe : les sites de référence

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

LIMITONS LES RISQUES D INFECTION

LIMITONS LES RISQUES D INFECTION VIRUS RESPIRATOIRES GRIPPES, BRONCHITE, RHUME, BRONCHIOLITE... LES MODES DE TRANSMISSION DES VIRUS RESPIRATOIRES GRIPPES, BRONCHITE, RHUME, BRONCHIOLITE... LES VIRUS RESPIRATOIRES SE TRANSMETTENT PAR :

Plus en détail

PANDEMIE GRIPPALE DE TYPE A QUE FAIRE EN ENTREPRISE?

PANDEMIE GRIPPALE DE TYPE A QUE FAIRE EN ENTREPRISE? N 111 - SOCIAL n 55 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 21juillet 2009 ISSN 1769-4000 L essentiel PANDEMIE GRIPPALE DE TYPE A QUE FAIRE EN ENTREPRISE? Une circulaire DGT 2009/ 16 du 3 juillet

Plus en détail

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité.

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité. PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE...3 1.1 LA SITUATION ACTUELLE...3 1.2 NOTRE MISE EN PLACE DU PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE...3 1.3 NOS CONTACTS...3 2. NOS SERVICES EXPOSES AU RISQUE...4

Plus en détail

Cette section est destinée à enseigner aux élèves comment des gestes d hygiène simples peuvent limiter la transmission des microbes et des infections.

Cette section est destinée à enseigner aux élèves comment des gestes d hygiène simples peuvent limiter la transmission des microbes et des infections. Cycle des approfondissements : Le corps humain et l Education à la Santé : conséquences, à court et long termes, de notre hygiène ; actions bénéfiques ou nocives de nos comportements. Durée estimée d enseignement

Plus en détail

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 2/ DÉPARTEMENT DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES ÉTATS-UNIS Centre pour

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES

INFORMATIONS GENERALES POLE SANTE NATIONAL 17 novembre 2009 DEFINITIONS LA CONTAGION est la TRANSMISSION D UNE MALADIE par contact avec un sujet malade. Toutes les maladies ne sont pas contagieuses (par exemple le diabète n

Plus en détail

La vérité sur MSSanté

La vérité sur MSSanté La vérité sur MSSanté Suite aux nombreuses informations erronées diffusées dans les médias depuis vendredi soir, l ASIP Santé souhaite rappeler les principes et la vocation de l espace de confiance MSSanté.

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE 1 / - Le rôle du maire La communication est un paramètre déterminant dans la gestion des crises, y compris au niveau de sa préparation (l efficacité

Plus en détail

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles 3 Ce guide a pour objectif de vous aider à comprendre le risque que représente la survenue d'une pandémie de grippe dans notre pays ou canton.

Plus en détail

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org l association qui lutte contre la leucémie COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE KIT BÉNÉVOLES soutenir mobiliser aider la recherche médicale sur les leucémies et les maladies du sang autour des Dons

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

PROPAGATION DES INFECTIONS. S essuyer le nez avec un mouchoir

PROPAGATION DES INFECTIONS. S essuyer le nez avec un mouchoir COMMENT PRÉVENIR LA PROPAGATION DES INFECTIONS Se faire vacciner S essuyer le nez avec un mouchoir Rapprocher le coude de la bouche pour tousser ou éterneur Se laver les mains avant de manger Se laver

Plus en détail

PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE TYPE (PCA)

PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE TYPE (PCA) PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE TYPE (PCA) Chers adhérents, En vue de préparer le pays à la menace d une pandémie grippale, les Pouvoirs Publics Français ont adopté un plan national de prévention et de lutte.

Plus en détail

Paris le 6 avril 2006. Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche

Paris le 6 avril 2006. Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche Paris le 6 avril 2006 Direction des personnels, de la modernisation et de l administration Le directeur DA/DS/n 06-131 Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1 Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 NATURE DU RISQUE GRIPPAL La grippe est une infection respiratoire aigue -Très contagieuse -Due à un virus influenzae

Plus en détail

ACTIVITÉS PREMIÈRE ANNÉE

ACTIVITÉS PREMIÈRE ANNÉE ACTIVITÉS PREMIÈRE ANNÉE Première année, février 2010 ACTIVITÉS PREMIÈRE ANNÉE ACTIVITÉ NOMBRE DE PAGES Image de Bugsy --------------------------------------------------------- 1 Lavage des mains avec

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Pandémie grippale et entreprises

Pandémie grippale et entreprises 1 sur 16 20/07/2009 18:55 Pandémie grippale et entreprises La pandémie actuelle due au nouveau virus A/H1N1 concerne toutes les entreprises et leurs salariés. Le plan national français «Pandémie grippale»

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD

Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD Dossier de presse Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD L école : un terrain de prévention incontournable Sommaire : Les progrès des politiques

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L herpès est une m En France, on estime qu'environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l'herpès à des

Plus en détail

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Point d information 1 er décembre 2011 Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Faciliter les relations avec les professionnels

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE LA GRIPPE SAISONNIERE

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE LA GRIPPE SAISONNIERE 1. OBJECTIF Prévenir une épidémie de grippe saisonnière. 2. DOMAINE D APPLICATION Médecin traitant, Médecin coordonnateur, Cadre de Santé, Directeur, Infirmière Coordinatrice, kinésithérapeutes et tout

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Chers Néo-Écossais, chères Néo-Écossaises,

Chers Néo-Écossais, chères Néo-Écossaises, Chers Néo-Écossais, chères Néo-Écossaises, J aimerais vous fournir une mise à jour concernant les efforts accomplis par la province dans la lutte contre le virus de la grippe H1N1 (virus dit de la «grippe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

FORMATION DEVENIR «WEDDING PLANNER»

FORMATION DEVENIR «WEDDING PLANNER» FORMATION DEVENIR «WEDDING PLANNER» By Comment devenir Wedding Planner? Tout ce que vous avez besoin de savoir avant de vous lancer dans cette carrière Non obligatoire mais fortement recommandée, une formation

Plus en détail

Rencontres des métiers de la santé

Rencontres des métiers de la santé Rencontres des métiers de la santé Strasbourg le 25 mai décembre 2010 La gestion des risques sanitaires d origine infectieuse Exemple pandémie grippale AH1N1 R.Noto Société francaise de médecine de catastrophe

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

NOTES DOCUMENTAIRES POUR LES ORGANISATIONS

NOTES DOCUMENTAIRES POUR LES ORGANISATIONS POUR LES ORGANISATIONS Nécessité d établir des plans d urgence en vue de la prochaine pandémie de grippe Introduction D après les experts en santé publique, ce n est qu une question de temps avant qu une

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Politique de prévention des maladies

Politique de prévention des maladies Politique de prévention des maladies Garderie Tout-en-Jeux Les garderies constituent un milieu où la transmission des micro-organismes est particulièrement facile. Il est donc indispensable d appliquer

Plus en détail

DEVENEZ PARTENAIRE DES 60 ANS DE L AJD ASSOCIEZ VOTRE LOGO AU LOGO DE L AJD SUR NOS DIFFÉRENTS OUTILS DE COMMUNICATION

DEVENEZ PARTENAIRE DES 60 ANS DE L AJD ASSOCIEZ VOTRE LOGO AU LOGO DE L AJD SUR NOS DIFFÉRENTS OUTILS DE COMMUNICATION 60 ANS D EXPÉRIENCES ET D EXPERTISE Depuis sa création, l AJD s inscrit dans un projet associatif fort : améliorer le quotidien des jeunes ayant un diabète et de leur famille en leur proposant des solutions

Plus en détail

Bilan des activités. 2008 : Une année bien remplie pour l ÉQCMA!

Bilan des activités. 2008 : Une année bien remplie pour l ÉQCMA! Bilan des activités 2008 : Une année bien remplie pour l ÉQCMA! Au cours de l année 2008, l Équipe québécoise de contrôle des maladies avicoles (ÉQCMA) et ses partenaires 1 ont complété 8 projets financés

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1)

Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1) Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1) Octobre 2009 Aide-mémoire à l intention des commissions

Plus en détail

Évaluation du dispositif d information et de formation sur la «grippe aviaire»

Évaluation du dispositif d information et de formation sur la «grippe aviaire» Philippe Guilbert Économètre, directeur adjoint des affaires scientifiques, Institut national de prévention et d éducation pour la santé (INPES), France Christine Jestin Médecin de santé publique, direction

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative CONFÉRENCE de PRESSE «Présentation du nouveau site grippe aviaire» -Jeudi 16 octobre

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

L ACCUEIL. DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL NUMÉROS IMPORTANTS NUMÉROS D URGENCE

L ACCUEIL. DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL NUMÉROS IMPORTANTS NUMÉROS D URGENCE L ACCUEIL DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL Dès sa naissance, l enfant réagit à son environnement. Pour se développer harmonieusement, il a besoin d une relation

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Une résidence-mission sur le territoire

Une résidence-mission sur le territoire La Direction Régionale des Affaires Culturelles du Nord Pas-de-Calais, Le Pôle de Recherche et d Enseignement Supérieur Université Lille Nord de France (PRES ULNF), en partenariat avec L Université du

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

QUESTIONS ET REPONSES CONCERNANT LA GRIPPE AVIAIRE

QUESTIONS ET REPONSES CONCERNANT LA GRIPPE AVIAIRE Grippe aviaire H5N8 : la Belgique en période de risque accru F.A.Q. version 16 QUESTIONS ET REPONSES CONCERNANT LA GRIPPE AVIAIRE A. QUESTIONS GENERALES 1. Quels oiseaux le terme «volaille» désigne-t-il?

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le Conseil de l'ordre des médecins de la Creuse DOSSIER DE PRESSE Permanence des soins ambulatoire A partir du 1 er octobre 2012, partout en Creuse NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN Composez

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Être jeune parent à la MSA

Être jeune parent à la MSA vous guider Être jeune parent à la MSA n Prestations, accueil et prévention santé du jeune enfant www.msa.fr Avec l arrivée d un enfant, vient le moment de revoir l organisation de son quotidien afin de

Plus en détail

Quelles sont les vaccins et les médicaments disponibles?

Quelles sont les vaccins et les médicaments disponibles? 1 Qu est-ce que le H1N1? Le H1N1, est une grippe qui a commencé au Mexique en Avril 200. C est pour cela qu on l appelle grippe mexicaine, elle a plusieurs symptômes peu dangereux: comme la température

Plus en détail

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Chaudière-Appalaches Établissement : Centre de santé et de services sociaux

Plus en détail

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire»

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire» Appel à projets Réseau Rural Régional Midi Pyrénées «Territoire et gouvernance alimentaire» Cet appel à projets est co financé par la Région Midi Pyrénées, la DRAAF de Midi Pyrénées et l Union Européenne

Plus en détail

Éléments de langage et messages clés

Éléments de langage et messages clés Éléments de langage et messages clés 14 Comment orchestrer le discours?......................................................................... 16 Les outils pour communiquer.................................................................................

Plus en détail

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage 0800/99.777 Commissariat Interministériel Influenza Eurostation II Place Victor Horta 40 Bte 10 1060 Bruxelles Pour plus d information : www.influenza.be info@influenza.be 0800/99.777 en semaine de 8 heures

Plus en détail

Conseils de puériculture

Conseils de puériculture Conseils de puériculture Service de gynécologie obstétrique, médecine fœtale et de la reproduction Hôpital mère-enfant - CHU de Nantes 3 e étage - 38 bd Jean Monnet - 44093 Nantes cedex 1 Ce livret a été

Plus en détail

Introduction à la 2 e édition

Introduction à la 2 e édition Introduction à la 2 e édition Parue en 2003, l expertise opérationnelle «Santé des enfants et des adolescents, propositions pour la préserver» présente un état des lieux des connaissances sur plusieurs

Plus en détail

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE Pour que le brossage des dents devienne une habitude de santé buccodentaire durable, il est important de créer un climat agréable et d encourager les efforts des enfants. Le brossage des dents au moins

Plus en détail

«La France face à la pandémie»

«La France face à la pandémie» «La France face à la pandémie» Colonel B. BEAUCHESNE 25 février f 2008 Service du Haut fonctionnaire de défense et de sécurité Ministère de la santé à Paris Docteur B. LACROIX Direction régionale des affaires

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail