AUX SOWS DE MTE : LA COllQTRIBUTION DES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUX SOWS DE MTE : LA COllQTRIBUTION DES"

Transcription

1 MBAYE SENE L'ACCESSIBILITE DE8 POPXJLATIO~S PAUVRES AUX SOWS DE MTE : LA COllQTRIBUTION DES MUTUELLES AU sbiego~~ Memoire présente à la faculté des Études Supérieures de l'université Laval pour l'obtention du grade de Maitre en Service Social (M. Serv. Soc.) École de Service social FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES UNIVERSITÉ LAVAL Décembre 2000 O Mbaye Séne, 2000

2 National Library 191 of canada Acquisitions and Bibliographie Services Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 WeUington Street 395. rue Wellington OttawaON K1AON4 OttawaON KlAûN4 Cariada Canada The author has granted a nonexchsive licence allowing the Naîional Library of Canada to reproduce, loan, distn'bute or sell copies of this thesis in microform, paper or electronic fomats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantid extracts fiom it may be p ~ted or othemise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant a la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distribuer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/film, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3

4 Louanges à ALLAH, le TOUT PUïS&A1iIQT, à son prophète MOELAYAD (PSL), à Serigne Touba CHEIKH AHMADOU RAMBA -ck& notre guide spirituel. Nous ne saurions assez exprimer notre reconnaissance à toutes les personnes ou institutions qui ont, dkne manière ou d'une autre, permis par leurs contributions diverses, la réalisation de cette recherche. Nous remercions particulièrement : Le mère de la 8 d du Sénégal qui a financé notre formation dans le cadre du Programme de Développement Intégré du Secteur de la Santé (PDIS); Le Roftlueiir Andsi Beaudoin, notre Directeur de thèse pour sa constante disponibilité, sa compétence et sa rigueur dans l'encadrement ; Monsieiu Hector Ouellet, pour son assistance combien importante dans l'utilisation du logiciel SPSS ; Madame Elahe Cuep-Bélanger et Momdem GR^ Bilodeau qui n'ont rien ménagé pour rendre notre séjour au Québec agréable ; Tous les Professeurs et Toutes les Professeures de YÉcole de Service Social de L'Université LAVAL, pour la qualité de leurs enseignements ; Madame MariCrne Sec Mbemgue et Moniiaiu Muuoru Se&, Directeurs de l'action Sociale du Sénégal, pour leur appui dans l'évolution de notre carrière de travailleur social ; Monsieur Malick Cissé, Docteurs Fodé Diouf, Mame Cor Ndour et Pape Amadotl Diack, pour leur participation effective à ce travail ; Memsieur iüamrdoa Wade de la Cellule d'appui aux Mutuelles et Comités de Santé (CAMUCS), qui a guidé nos premiers pas dans cette recherche ; Les enquêteurs et les membres du comité de coordination de cette recherche ; ks Admidstrateurs, les membres de la mutuelle Sant Yalla de Dakar et de 1'APSCG de Tambacounda, les respomsablu des structures sanitaires partenaires qui ont accepté de répondre à toutes nos questions malgré leurs multiples occupations.

5 Sans vos conseils ct votre participation, je n'aurais pas aujourd'hui la possibilité de dédier cette œuvre à tous mes parents et amis, surtout : A mon père feu DiGganc &ME qui, malgré les nombreux sacrifices consentis pour l'éducation de ses enfants, n'a pu récolté les fniits de leur réussite. Que la te= te sois légère, que Dieu t'accueille a son Paradis! A ma mère Moussou MARORTE qui a tenu avec beaucoup de sacrifices et de privations à parachever l'œuvre entamée par Papa ; A mon épouse Muie Senghor pour sa compréhension et sa patience pendant tout le temps qu'a duré cette formation ; A mon &ère Mamadou mon compagnon et complice de tous les temps. Ce travail est une fois de plus, le bit de tes conseils et encouragements ; A mes sœurs Téning et Fatou SÉIPLE, pour leur soutien moral et affectif ; A tous mes enfants, neoeux et niker ; A mon beau-frère Capitaine Gara FALL, qui a bien voulu veiller sur ma petite famille pendant toute mon absence ; A mes jeunes frères ïbrahima sé~, SiZmang =NO, Chasmane NDOUR ; Ndiana et A mon intime ami et partenaire de tous les jours Djiby SARR ainsi qu'à toute sa famille ; A mon ami et collègue Doudou GAVE, pour son appui et ses encouragements A toutes les familles Mbino-abbaye, Thiofbe et 80.K ; A tous les tradeurs sociaux du Sénégal particulièrement ceux de la promotion 1988 ; A tous les mutualistes du Sénégal. Puisse ce travail dont nous ne dissimulons pas les limites, contribuer à la recherche de solutions à l'un des problèmes les plus préoccupants de tous les temps : a la santé poux tous et pu top. B

6 TABLES DE8 MAT*- INTRODUCTION CHAPITRE I : CONTEXTE, BUT ET PERTiNENCE DE L'&UDE La question de l'accessibilité aux soins de santé Ampleur de la pauvreté au Sénégal Caractéristiques du système d'assurance-maladie au Sénégal La prise en charge sanitaire des populations pauvres But et pertinence de la recherche La pertinence scientifique Lu pertinence politique La pertinence sociale CHAPITRE II : WAT DES CO~AXSS~CES SUR LES SYST&MES DE PROTECTION SOCIALE EN MATI&RE DE ~AWT& 2-1 Les orientations idéologiques sous-jacentes aux systèmes de protection sociale en matière de santé La situation en Afkique et au Sénégal Les conséquences des politiques économiques sur les systèmes de santé Les réfonnes infroduites pour améliorer l'accessibilité aux soins de sartté Les systèmes complémentaires développés par les populations Les associations villageoises de développement Les caisses d'épargne et de crédit , Les mutuelles de santé , ,

7 3.1. Objectifsd'étude Cadre concep tue Le mode de fdonnement des mtuelles La disponibiet~ des services et les modak'tés de dispen- sation L'accle~s~~bilité...,, Type de recherche Population à l'étude Choix des mutuelles à l'étude Les mtégones de dpondants Instruments de collecte des données L'exploitation des documents et dossiers L 'entrevues Le questionnaire La collecte des données Le plan d'analyse Préoccupations éthiques et déontologiques Les limites de l'étude CHAPITRE V : CONTEXTE G&O-SPATIAL ET IHSTITUTIOiKlüEL DE L'&'~UDE 5-1. Aperçu général du Sénégal Présentation des deux mutuelles à l'étude La mutuelle de santé Sant-Yalla de Diacksao- Diamaguène L'association de pmmotion de la santé wmmunautaite de Ielatmbac (A.P.S.C.G) CHAPITRE VI : DESCRIPTIOM DES R&PoMDANTS 6-1. Caractéristiques socio-démographiques des répondants Situation familiale des répondants Caractéristiques socio-économiques des répondants

8 CHAPITRE VI1 : ANAL-E DE LA PARTICIPATION DES ADH&RERTS A LEUR MUTUELLE.. Le niveau d'adhesion La durée d'adhésion...,., L'extension de la ciouverture Les misons d'adhésion Dimcultés liées à Z'cuihésion L'implication des répondants au fonctionnement de la mutuelle Le taux de participation aux réunions Le niveau de participation à fa prise de décision La capacité de participation financière des répondants La capacité de payer des &pondan& Le taux de recouvrement des cotisations CHAPITRE WU : UTILISATION ET SATISFACTION FACE AUX SERVICE8 COUVERTS 8-1. Le niveau de connaissance des services couverts L'utilisation des services couverts Le niveau de satisfaction de la demande de soins CHAPITRE IX : LES DIMENSIONS DE L'ACCESSIBILIT* 9-1. La dimension économique La dimension géographique Impact des mutuelles sur le niveau d'accessibilité générale des adhérents aux soins de santé CONCLUSIORT BIBLIOGRAPHIE ~oommmm*ommoommoooomo*oomom.momo.mmmo.. m*oommmommomomoomommmmmmmmmmoamommomommmommmo*mmmmo 173

9

10 Tableau 7.5 : Niveau de participation des membres à la prise de dé-.. cision Tableau 7.6 : Situation des cotisations Tableau 7.7 : Taux de recouvrement des cotisations Tableau 8.1 : Niveau de connaissance des services couverts Tableau 8.2 : L'utilisation des se~ces couverts Tableau 8.3 : Nombre de services reçus Tableau 8.4 : Types de semces reçus Tableau 8.5 : Incidence du revenu sur l'utilisation des senrices Tableau 8.6 : Incidence de l'étendue de la famille sur l'utilisation des services Tableau 8.7 : Niveau de désaffection des services couverts Tableau 8.8 : Niveau d'insatisfaction des besoins de soins Tableau 8.9 : Appréciation des répondants sur la qualité des senices offerts Tableau 9.1 : La distance physique des points de services Tableau 9.2 : Les déplacements ont nécessité des dépenses indirectes Tableau 9.3 : Montant annuel des coûts économiques indirects Tableau 9.4 : Comparaison des taux de fréquentation du Poste de santé de Diamaguène entre mutualistes et non mutualistes Tableau 9.5 : Comparaison des taux de Wquentation de la Maison médicale de Sinthian entre mutualistes et non mutualistes Tableau 9.6 : Impact des mutuelles sur l'accessibilité générale de Ieurs membres aux soins de santé..., Tableau 9.7 : Incidence de la distance des points de services sur I'utilisation des services couverts Histogramme 6.1 : Répartition des répondants selon l'étendue de la famille Carte no 1 : Découpage administratif du Sénégal Carte No 2 : La commune d'arrondissement de Tivaoune-Diacksao Carte No 3 : Zone d'intervention de 1'APSCG

11 APSCG : BIT-ACOPAM : CFA : CICED : DAS : EDS : ENDA-hopop : ESP : FMI. : G.1.E : PM : IPRES : ISED : MEFP/DP : MSPAS : OF'ADEC : OMS : ONG : PAS : PDDS : PIB : PLDI : PNB : PNDS : PRDS : SENELEC : SIDA : SIPOA : SOCOCIM : SODEFITEX : SPSS : UNICEF : Association de Promotion de la Santé Communautaire de Gouloibou Bureau International du Travail-Appui Associatif et Coopératif aux Initiatives de Développement à la Base Cornrnunauté Financière açicaine Cabinet International de Consultation et d'études pour le Développement Direction de l'action Sociale Enquête Démographique et de Santé Environnement-Développement-Action-économie populaire Enquête Sur les Priorités Fonds Monétaire International Groupement d'intérêt Économique Institution de Prévoyance Maladie Institut de Prévoyance Sociale Institut Santé et Développement Ministère de l'économie des Fùiances et du Plan/ Direction de la Planification Ministère de la Santé Publique et de l'action Sociale Office Africain pour le Développement et la Coopération Organisation Mondiale de la Santé Organisation Non-Gouvernementale Programme d'ajustement Structurel Plan Départemental de Développement Sanitaire Produit Intérieur Brut Plan Local de Développement Intégré Produit National Brut Plan National de Développement Sanitaire Plan Régional de Développement Sanitaire Société Nationale d'électricité Syndrome d'immune-déficience acquise Société Industrielie Pharmaceutique Ouest Africaine Société Ouest Africaine du Ciment Société de Développement des Fibres Texoles Statistical Package for the Social Sciences Fonds des Nations-Unies pour l'enfance

12 Les années 80 ont été marquées dans la plupart des pays du Tiers- Monde et plus particulièrement dans les pays africains, par la mise en œu- vre de Programmes d'ajustement Structurel (PAS), avec l'appui financier du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale. Ces programmes ont entraîné une réduction drastique des dépenses publiques con- sacrées aux secteurs sociaux, Cette situation a connu une certaine exacerbation suite à la dévaluation du fkanc CFA qui s'est traduite par un renchérissement des coûts des se~cesociaux de base, réduisant de façon considérable aussi bien les possibilités des États que ceiies des populations. C'est à ce niveau qu'il faut situer l'émergence actuelle de nouvelles mo- dalités de financement des soins de santé, faisant davantage appel à la soli- darité entre les membres de la communauté. La création des mutueues de santé s'inscrit dans ce cadre. Ce sont des organisations de type coopératif basées sur la solidarité entre riches et pauvres, entre malades et bien- portants, entre jeunes et personnes âgées. Elles visent à faciliter l'accès aux soins à toutes les populations qui ne disposent d'aucune protection socio- sanitaire, particuiièrement celles a faibles revenus évoluant dans le secteur informel urbain et en milieu rural (BIT-ACOPAM, 1996). Au Sénégal, l'avènement de la mutualité dans le domaine de la santé, tout au moins dans sa formule communautaire actuelle, est relativement

13 récent. Le recensement effectué en 1995, a dénombré seulement un peu pius d'une dizaine de mutuelies en fonctionnement et quelques autres en cours de constitution (Faure et Sakho, 1996). Depuis 1996, le Ministère de la Santé met en œuvre un programme d'appui au développement de le. mutualité dont l'objectif premier est d'augmenter le nombre de mutuelles, mais aussi d'élargir leur base d'adhésion, relativement restreinte à l'heure actuelle (Faure et Sakho, 1996). La finalité de ce programme est donc de favoriser l'accès du plus grand nombre de populations, particulièrement celles à faibles revenus, à des soins de qualité, au moyen des mutueiles de santé. L a présente recherche consiste a évaluer si les mutuelles de santé au Sénégal, faciiitent l'accessibilité aux soins pour les populations surtout pau- vres. Pour traiter de cette question, cette étude est divisée en neuf (9) chapitres. Le premier chapitre situe l'étude dans son contexte et présente son but et sa pertinence. Le deuxième chapitre porte sur la recension des écrits. ii fait le point de l'état des connaissances sur les systèmes de protection sociale en matière de santé, à travers trois (3) sections : Les orientations idéologiques sous-jacentes aux systèmes de protection sociale en matière de santé, la situation en Afkique et au Sénégal, les conséquences des politiques économiques sur les systèmes de santé et les systèmes complémentaires développés par les populations pour améliorer leur accessibilité aux soins de santé. Le chapitre trois présente les objectifs de l'étude et le cadre conceptuel qui a permis de définir les variables-clés de cette étude. L'approche méthodologique utilisée est décrite au chapitre quatre tandis que le chapitre cinq donne un aperçu général du Sénégal et présente les deux mutuelles à l'étude. La description des caractéristiques socio-àémographico-

14 econoiniques des répondants est faite au chapitre six. Dans les chapitres sept, huit et neuf, nous avons présenté et comparé les résultats sur les variables cibles de l'évaluation entre les deux mutuelles a l'étude. Ces chapitres portent respectivement sur l'analyse de la participation des adhérents a leur mutuelle, Yutilisation et la satisfaction face aux services couverts et les dimensions de l'accessibilité. Les résultats de l'étude sont discutés dans la conclu sion.

15 CONTEXTE, BUT ET PERTINENCE DE L'&TUDE Cette recherche porte sur la problématique de l'accessibilité des popu- lations pauvres aux soins de santé, au moyen des mutuelles de santé. 1.1 LA QUESTION DE L~ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANT~ La dégradation des conditions économiques des années 80, s'est accompagnée dans les pays en développement, d'une détérioration de l'état de sante de la population, notamment les couches les plus pauvres. La réduction des dépenses publiques dans le secteur de la santé du fait de l'application des politiques d'ajustement structurel, a eu des conséquences négatives importantes sur la disponibilité et la qualité des soins offerts à la population (Kamdoun, 1994 ; Hugon, 1989). En effet, l'exigence pour ces pays de réaliser des équilibres macro-économiques et macro-fmanciers, suite à un recours excessif aux capitaux extérieurs, a entraîne nécessajrement des coûts sociaux très élevés. Ces coûts sociaux qui sont intervenus principalement a court terme, c'est-à-dire au début de la mise en œuvre de ces politiques, n'ont pu être compensés à moyen et long terme par les effets fuianciers générés par ce processus, tel que nous le verrons plus loin. Dans cette perspective, l'étude réalisée par l'unicef en 1992, dans dix pays sous ajustement, a révélé que la protection de l'enfance s'est dégradée depuis Le niveau nutritionnel des populations s'est détérioré dans la quasitotalité des pays étudiés, le taux de mortalité infanto-juvénile s'est accru.

16 La situation est plus préoccupante en Anique subsaharienne où les pays sont très en retard sur les autres pays en développement en matière d'amélioration de la santé des populations : la mortalité infantile y est plus élevée de 55% et l'espérance de vie est plus courte de 11 ans que dans les autres pays en développement a faibles revenus. La mortalité maternelle est pratiquement deux fois plus forte que dans les autres pays en développement a revenus intermédiaires, et plus de quarante fois supérieure a la mortalité maternelle dans les pays industrialisés. Chaque année, des dizai- nes de milliers d'africains souffrent de paludisme et quelques 170 millions sont atteints par la tuberculose. L'épidémie du SIDA constitue une grave menace pour plusieurs pays du continent (Banque Mondiale, 1994). Pourtant, depuis sa création en 1948, l'organisation Mondiale de la santé (OMS) a déployé une série de politiques et de stratégies sanitaires dont le but est de fournir aux populations rurales et urbaines du Tiers- Monde, à travers leurs Gouvernements respectifs, des senrices de santé de première ligne. Ces se~ceseraient aussi bien adaptés a leurs Mérents niveaux socio-économiques que pertinents à la résolution de leurs besoins de base en santé. Dans cette perspective, des initiatives se sont succédées. Eiles furent couronnées d'une part, par l'organisation de la Conférence Internationale sur les soins de santé primaires à Alma-Ata (URSS), en 1978 et d'autre part, par le lancement de 1'Initiative de Bamako (Mali) en La déclaration d'alma-ata insistait sur l'importance que revêt la prestation de soins de santé primaires à tous les habitants du monde en développement et la nécessité d'une forte participation communautaire aux fins de la réalisation de cet objectif. La conférence des ministres de la santé des pays africains en 1987, a été marquée par le lancement de l'initiative de Bamako dont le but est d'assurer à l'ensemble de la population, l'accès aux semices de soins de santé primaires et de restaurer la confiance des usagers dans les semces de

17 santé publics * (Bamako, 1987). Pour atteindre ce but, de nouvelles orientations ont été définies visant une augmentation de l'efficacité des services, une Iimitation de leurs coûts et leur disponibilité permanente. L'Initiative de Bamako met l'accent sur la participation des communautés tant dans la gestion que dans le financement des structures de santé. La plupart des pays d'mque, d'asie et d'amérique iaüne ont marqué leur adhésion de principe aux résolutions fondamentales issues de ces sommets internationaux. Au Sénégal, l'application de ces résolutions s'est traduite par l'adoption en 1989, d'une Politique Nationale de Santé basée sur la stratégie des soins de santé primaires. Cette stratégie vise notamment, le renforcement des services de première ligne, en vue de l'amélioration de l'accès de toutes les couches de la population aux soins de santé, particulièrement en zone rurale et péri-urbaine, le développement d'actions préventives et éducatives et la maîtrise de la variable démographique (Sénégal, MEFP, 1997). Pour le fiancernent de cette politique, le Gouvernement du Sénégal a entrepris de nombreuses réformes visant une meilleure utilisation des ressources publiques et une plus grande implication des communautés a l'effort de santé, conformément aux principes de llnitiative de Bamako (Abrial et Touré, 1996). C'est dans ce cadre qu'une expérience fut d'abord tentée à Pikine, dans la région de Dakar, pour ensuite être étendue sur l'ensemble du temtoire national. Il s'agissait notamment de dégager par la participation des populations, à travers les comités de santé implantés au niveau des différentes structures sanitaires (postes de santé, centres de santé et hôpitaux), des moyens financiers supplémentaires nécessaires au bon fonctionnement de ces structures (loi du 5 janvier 1992). Ces comités ont pour objectif de promouvoir la santé et le bien-être des individus, des familles et des communautés. Ils ont à cet effet mobilisé des ressources fuiancières importantes dans la recherche de financement alternatif du secteur de la santé.

18 Cependant, leur mode de fonctionnement et de gestion a mis en évidence de nombreuses difficultés dont les plus importantes sont : l'absence de démocratie interne, les détournements de fonds favorisés par le manque de transparence dans la gestion, l'insuffisance de la prise en charge des populations t% faibles revenus (Cabinet CICED, 1992 ; ISED/ISAD, 1998). S'agissant de la prise en charge des personnes à faibles revenus, le principe de la gratuité des soins hérité de la période coloniale, constitue un obstacle majeur a toute politique de participation des populations l'effort de santé, du fait de I'ampleur actuelle de la pauvreté au Sénégal. 1.2 AMPLEUR DE LA PAUVRET* AU &-AL L'Enquête Sur les Priorités (ESP) effectuée en 1992, au Sénégal, indi- que que 30% des ménages sénégalais vivent en dessous du seuil de Pau- vreté. Celui-ci est défini comme un état dans lequel les moyens consacrés à l'entretien vital sont inférieurs à un niveau jugé minimum (MEFP/DP, 1997). Ces moyens ne concernent pas seulement ceux affectés à l'aiimentation mais incluent également ceux relatifs à la santé, à l'éducation de base, à l'habitat, etc. (Ndao, 1992). Suivant cet indicateur, 78% des mé- nages pauvres sont localisés en milieu rural et 22% en zones urbaines (MEFP, 1997). La pauvreté en zone rurale est synonyme de faibles revenus monétaires, de faible niveau de l'autoconsommation et de l'insuffisance de la couverture des besoins en senrices sociaux de base (MEFP, 1997). En milieu urbain, la pauvreté affecte surtout les ménages de taüle supérieure à sept (7) personnes, dont le chef a un bas niveau d'instniction, exerce une activité peu ou pas mécanisée qui génère des revenus insuffisants et incertains. Les dépenses dkn ménage pauvre sont dominées par l'achat de produits ali-

19 mentaires (70%), contre 17% pour la santé et seulement 2% pour l'éducation. En définitive, la pauvreté touche particulièrement les ménages dont le chef est au chômage, les acteurs du secteur informel et du secteur rural, les femmes et les jeunes en quête d'emploi. D'une manière générale le concept recouvre l'ensemble des privations qui affectent un être humain. Les facteurs clés mis en exergue tournent autour de la faiblesse du revenu et des difncultés d'accès aux services nécessaires pour le bien-être (MEFP/DP. 1997). A ce niveau, les difncultés d'accès aux soins de santé, condition essentielle du bien-être des individus, frappent plus lourdement les populations qui ne bénéficient d'aucune formule d'assurance maladie. Le système d'assurance maladie se caractérise au Sénégal par une très grande hétérogénéité dans la couverture. n'existe pas de couverture maladie généralisée à l'ensemble de la population, mais une couverture limitée a certaines catégories socioprofessionnelles. Les travailleurs permanents du secteur privé ont une protection assurée dans le cadre des institutions de prévoyance maladie (PM.). L'objectif des PM est d'assurer la couverture parüelîe des frais médicaux, phannaceutiques et d'hospitalisation engagés par les employés du secteur privé et leur famille. Cette protection de type contributif est organisée en liaison directe avec les entreprises qui emploient les salariés. Eile cesse a la retraite de ceux-ci. Le taux maximum de la contribution globale aux IPM, également répartie entre le travailleur et l'employeur, est fixé à 6% du salaire brut. Le recours aux soins se fait souvent auprès de praticiens. d'officines et

20 d'établissements agréés par IIPM. Les taux de prise en charge se situent entre 50 et 80% des actes médicaux (Letoumy, 1996). Les fonctionnaires et agents contractuels de l'gtat, ainsi que les salariés de quelques entreprises publiques, bénéficient d'un régime différent. Cette protection consiste pour ces employés et leur famille, en un accès gratuit aux structures de soins créées ou agréées à cet effet et en une prise en charge partieue (80%) par lstat, des semices de soins médicaux prescrits (consultation et hospitalisation). Les médicaments et autres biens médicaux sont payés à 100% par les malades. Les fonctionnaires retraités bénéficient du même régime de protection maladie (Letoumy, 1996 ). Pendant leur période de retraite, les agents contractuels de l'état ainsi que les salariés du secteur privé sont pris en charge par llnstitution de Pré- voyance Sociale (IPRES) qui gère leur pension. Le régime de ces retraites est de type contributif. il est alimenté par une subvention du Fonds social de IlPRES et une cotisation égaie à 2% de la pension du retraité. Les retraités et leur famiue ont un accès gratuit aux centres médicaux de IIPRES. En cas de besoins, des consultations spécialisées ou des hospitalisations sont prises en charge à 80% par le régime maladie des retraités (Lalisse et Atlan, 1996). Parallèlement à ces régimes, les assurances privées commerciales développent depuis plusieurs années, des produits d'assurance maladie, sous forme d'assurance individuelle ou de groupe. Le montant des primes demandées, réserve cependant ce type de protection maladie aux cadres d'entreprises ou aux professions libérales (Lalisse et Atlan, 1996). Dans tous les cas, une faible proportion de la population sénégalaise est couverte par ces différents régimes de protection sanitaire. En tout, près de trois cent mille ( ) personnes doivent bénéficier directement de ce tspe de protection maladie, ce qui représente avec leurs ayants-droit, envi-

21 ron personnes couvertes, sur une population esümée à huit mil- lions (Letourmy, 1996); soit a peu prés 15% de I'ensemble de la population. 1.4 LA PRISE IE# CHARGE isaipitaire DE8 POPULATIOWS PAUYRE8 En ce qui concerne le reste de la population, particuiiere!ment les personnes à faibles revenus qui ne sont pas couvertes par les dinérents régimes de protection maladie qui sont décrits plus haut, leur prise en charge en général, l'amélioration de leurs conditions d'accès aux soins de santé en particulier, ont toujours préoccupé les pouvoirs publics sénégalais. Il y a eu d'abord l'instauration du certificat d'indigence : sa délivrance permettait aux personnes démunies d'accéder gratuitement aux structures pubiiques de santé. Il a été supprimé de fait avec l'introduction du système de recouvrement des coûts consécutive à l'application de l'initiative de Bamako. Il revenait dès lors aux comités de santé, en co11aboration avec le responsable de la structure, et aux travailleurs sociaux dans les établissements Sanitaires de deuxième et troisième degré, d'identifier les catégories de personnes à exempter de tout ou partie des tarifs applicables. L'application de cette mesure a buté sur des dinicultés entre acteurs pour identifier les personnes qui sont pauvres et celles qui ne le sont pas. Aussi, dans la situation actuelle, la part des recettes des comités de santé résemée à la prise en charge des populations pauvres se situerait entre 1% et 5% suivant les structures ; ce qui est très peu par rapport aux nombreux cas sociaux identiflés au niveau des formations sanitaires, notamment hospitalières. Enfin, les recettes générées dans les structures sanitaires par le sys- tème du recouvrement des coûts couvrent d'autres dépenses non moins im-

22 portantes comme le renouveiiement du stock de médicaments, la maintenance des infrastructures et des équipements, et la rémunération du personnel communautaire. La gratuité des soins au profit des populations pauvres peut-elle constituer une prionté sur ces dépenses, au moment où l'état sénégalais se désengage de ces secteurs? A l'évidence, dans tout le système, peu d'attention est accordée à la prise en charge des populations à faibles revenus, ce qui est lourd de consé- quences pour les soins secondaires et tertiaires (cabinet CICED, 1997). Au- jourd'hui, dinérentes études sur les incidences sociales des politiques d'ajustement structurel ont révélé, en ce qui concerne le secteur de la santé, que les frais médicaux dépassent de loin le pouvoir d'achat des populations (Hugon, 1989 ; Dumoulin et Kaâdar, 1995). Les établissements sanitaires, en dépit de la mission de se~ce public dont ils sont investis, ne sont plus accessibles aux démunis. Cette exclusion touche principalement les per- sonnes vivant en milieu rural et dans le secteur informel urbain qui sont pourtant les plus exposées aux risques de maladie. D'après le rapport 2000 sur la santé dans le monde publié par l'organisation Mondiale de la Santé (OMS), a ce sont les pauvres qui pâtissent le plus des insuffisances des sys- tèmes de santé et en l'absence de protection financière contre la maladie, ils s'appauvrissent davantage B. Dans la plupart des pays &caifls en général, très peu d'initiatives publiques sont prises en faveur du financement des soins de santé pour cette catégorie sociale. C'est à ce titre que le développement des mutuelles de santé et de l'as- surance maladie obligatoire constitue des priorités dans le Plan National de Développement Sanitaire et Social (PNDS) élaboré par le Gouvernement du Sénégal, pour la période En Afrique de l'ouest et du Centre, les mutuelles de santé sont encore peu nombreuses et de création récente. Selon les contextes, elles proposent

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINEE. COLLOQUE SUR LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE EN AFRIQUE FRANCOPHONE Paris 26 30 avril 2004

REPUBLIQUE DE GUINEE. COLLOQUE SUR LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE EN AFRIQUE FRANCOPHONE Paris 26 30 avril 2004 REPUBLIQUE DE GUINEE MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE WBI - IMA COLLOQUE SUR LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE EN AFRIQUE FRANCOPHONE Paris 26 30 avril 2004 EQUIPE GUINEE Dr Boubacar SALL Dr Sah Dimio SANDOUNO

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME

PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION DIRECTION DE LA SANTE DIVISION DE LA LUTTE CONTRE LA MALADIE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME ~I:I)E HEHOIIlE REVUE DU PROGRAMME PALUDISME JUIN

Plus en détail

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants WSM SOLIDARITE MONDIALE WORLD SOLIDARITY PROGRAMME ~

Plus en détail

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Organisme sollicitant la demande Association Pour le Développement de Diabal - Sénégal 10 rue de vannes 29 200 Brest

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL

RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes pratiques ont été approuvées par le Conseil de

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION PUMA NOTE DE SYNTHÈSE GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION L'intérêt accordé aux résultats est un élément central des réformes récemment engagées dans le secteur public des pays de

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant l'élaboration des statistiques de la sécurité sociale, adoptée par la neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail (avril-mai 1957) La neuvième Conférence internationale

Plus en détail

LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE

LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE Août 2014 LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE Dans le débat sur la réforme du financement de l aide juridique apparaît, aux côtés des propositions de taxation des actes juridiques

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux Paulo Eduardo de Andrade Baltar Jusqu ici, le XXI e siècle a été favorable à un grand nombre de Brésiliens. L emploi formel

Plus en détail

CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI. Panel 3 :

CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI. Panel 3 : REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix-Travail-Patrie --------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace-Work-Fatherland --------- CONSTRUIRE UN SOCLE SOCIAL DE PROTECTION SOCIALE AVEC LE PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI Panel 3 :

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 MARCHÉ DE SERVICES POUR LE PROGRAMME DES BOURSES HORS PROJET CRÉATION ET MISE EN ŒUVRE DE DEUX MODULES D UNE FORMATION POUR

Plus en détail

Aperçu comparatif du financement de l assurance maladie obligatoire dans plusieurs pays européens.

Aperçu comparatif du financement de l assurance maladie obligatoire dans plusieurs pays européens. www.inami.be www.coopami.org Aperçu comparatif du financement de l assurance maladie obligatoire dans plusieurs pays européens. Nouakchott 31 janvier 2011 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI PLAN

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

CONVENTION SUR LA RECONDUCTION D'UNE CONSULTATION DE MEDECINE GENERALE LIBERALE A L'HOPITAL NORD II A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

CONVENTION SUR LA RECONDUCTION D'UNE CONSULTATION DE MEDECINE GENERALE LIBERALE A L'HOPITAL NORD II A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONVENTION SUR LA RECONDUCTION D'UNE CONSULTATION DE MEDECINE GENERALE LIBERALE A L'HOPITAL NORD ENTRE : L'ETAT, représenté par le Préfet des Bouches du Rhône Le Département des Bouches du Rhône représenté

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

MANUEL DU PARTICIPANT A LA FORMATION DES MEMBRES DES COMITES D INITIATIVES (CI)

MANUEL DU PARTICIPANT A LA FORMATION DES MEMBRES DES COMITES D INITIATIVES (CI) LUTTE INTEGREE POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS L ATAKORA (LISA- PHASE II) MANUEL DU PARTICIPANT A LA FORMATION DES MEMBRES DES COMITES D INITIATIVES (CI) Page 1 sur 18 Module 1 Titre : Etat des lieux

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX Nom du projet: PROJET FILETS SOCIAUX Secteur: Rural Autorité de Tutelle: Cabinet du Premier Ministre PRINCIPES DE BASE DE LA PROTECTION SOCIALE : Définitions et concepts

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

Les dernières évolutions du droit social en Chine

Les dernières évolutions du droit social en Chine Commission OUVERTE paris pekin / CHINE Responsable : jacques sagot Mercredi 24 avril 2013 Les dernières évolutions du droit social en Chine Intervenant : Jin Banggui Professeur de l'université Aix-Marseille

Plus en détail

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre SAMPOL_octobre_2015.indd 27 8.10.2015 8:28:34 UNE PROTECTION SOCIALE POUR TOUT LE MONDE rend malade et la maladie rend pauvre Thomas Rousseau Cher responsable politique d'un pays d'afrique subsaharienne,

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Caritas Europa Shadow Report 2013 Country Summary for Luxembourg. Tendances en matière de pauvreté au Luxembourg (% de la population) :

Caritas Europa Shadow Report 2013 Country Summary for Luxembourg. Tendances en matière de pauvreté au Luxembourg (% de la population) : 1. PAUVRETÉ 1.1. Tendances récentes Développements de la pauvreté et de l'exclusion sociale au Luxembourg sur base des données d'eurostat : Tous les indicateurs de pauvreté ont augmenté depuis le début

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Table des matières. Art. 2. Pour l'application du présent décret, il faut entendre par :

Table des matières. Art. 2. Pour l'application du présent décret, il faut entendre par : 27 AVRIL 1995. Décret relatif à l'agrément de certains organismes d'insertion socioprofessionnelle et au subventionnement de leurs activités de formation professionnelle en vue d'accroître les chances

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Proposition de motion pour un financement équitable du prix de séjour en EMS

Proposition de motion pour un financement équitable du prix de séjour en EMS Secrétariat du Grand Conseil M 1867 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Frédéric Hohl, Gabriel Barrillier, Michel Ducret, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Patricia Läser,

Plus en détail

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple Un but Une foi ----------- Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles SOMMAIRE I- PRESENTATION DES IPM 1. LE

Plus en détail

REGLE^^ENT INTERIEUR

REGLE^^ENT INTERIEUR REPUBLIQUE DU BENIN n MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Q DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL n MUTUELLE DE SECURITE SOCIALE DU BENIN REGLE^^ENT INTERIEUR ^-^ ^ - T ^ r^rr^^^^^^r^^^^^r^ ^ -idresm':

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 Thème: Accessibilité et financement des services de santé en Afrique Subsaharienne: le cas de la Côte d Ivoire Proposé par FOFANA MEMON, Doctorant en

Plus en détail

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX LE LOGICIEL CHOIX DANS LES CENTRES P.M.S. DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Informations Pédagogiques n 42 - Septembre 1998 2 Parmi les dispositions que le décret «Missions» consacre à la transition

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI De quoi parle-t-on? La protection sociale est l'ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent de faire face financièrement aux aléas de la vie.

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins?

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? CAISSE MALADIE PUBLIQUE Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? L argumentaire en bref Les coûts administratifs sont passés de 854 millions en 1999 à 1,13

Plus en détail

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit :

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit : Loi relative au régime juridique particulier des associations de LOI n 2000-043 du 26 juillet 2000 relative au régime juridique particulier des associations de. In JO 30 Octobre 2000 N 985 L'Assemblée

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX. classe.

DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX. classe. DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX (NOR : INTB9200397D) (J.O. du 30 août 1992) Modifié par : - Décret n 93-986 du 4 août 1993 (J.O.

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Assurance, banque, finance» Spécialité :

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

MASTER. Economie de la santé et développement international. Mention : Analyse économique et développement international

MASTER. Economie de la santé et développement international. Mention : Analyse économique et développement international MASTER Economie de la santé et développement international Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Analyse économique et développement international Organisation : Ecole d'economie Lieu de formation

Plus en détail

Document de Contribution

Document de Contribution Association pour le développement de l éducation en Afrique (ADEA) Ministère de l Education Nationale du Mali Conférence sur les Enseignants Non-Fonctionnaires 21 au 23 novembre 2004, Bamako, Mali co-organisée

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Clos en juin 2013, le 20 ème cycle de perfectionnement en gestion des organismes sociaux

Clos en juin 2013, le 20 ème cycle de perfectionnement en gestion des organismes sociaux La protection sociale des enfants en Afrique en 4 exemples : des avancées prometteuses? Raynal Le May, Directeur de la CAF de l Essonne Clos en juin 2013, le 20 ème cycle de perfectionnement en gestion

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

STRUCTURES INTERCOMMUNALES ET SERVICES DE PROXIMITES POUR LES PERSONNES AGEES / ADAPTATION DE SERVICES AU MILIEU RURAL

STRUCTURES INTERCOMMUNALES ET SERVICES DE PROXIMITES POUR LES PERSONNES AGEES / ADAPTATION DE SERVICES AU MILIEU RURAL STRUCTURES INTERCOMMUNALES ET SERVICES DE PROXIMITES POUR LES PERSONNES AGEES / ADAPTATION DE SERVICES AU MILIEU RURAL Localisation de l'opération Région : Pays de Loire Département : Maine et Loire Territoire

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Organisation mondiale de la Santé

Organisation mondiale de la Santé Organisation mondiale de la Santé Enquête mondiale sur la cybersanté 2005 1 Enquête mondiale sur la cybersanté, 2005 Le présent glossaire sur la cybersanté et les termes qui s'y rapportent a été préparé

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 08/08/88 Origine : PAT MM les Directeurs des Caisses Régionales d'assurance Maladie MM les Directeurs

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire n 23/2012 Cl. C 451 / C 456 Colmar, le 05 juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

S.A.E.I.F - Bureau d Études

S.A.E.I.F - Bureau d Études La société Africaine d Études & d Ingénierie Financière est un bureau d Études multidisciplinaire qui travaille depuis 1997 dans le domaine de l appui au développement en Afrique. La SAEIF Bureau d Études

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Recommandations de la Conférence

Recommandations de la Conférence REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT MINISTERE DES FINANCES COMMISSARIAT GENERAL A LA PLANIFICATION ET A LA PROSPECTIVE OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES

Plus en détail

Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale

Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale University of Newcastle Department of Marine Sciences and Coastal Management mars 1999 Contrat No: ERDF 98.00.27.060

Plus en détail

Le système français de retraite et ses contraintes

Le système français de retraite et ses contraintes Le système français de retraite et ses contraintes Depuis quelques années la question des retraites se trouve exposée aux feux de l'actualité. L'opinion publique est alertée sur l'impasse financière à

Plus en détail

LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN : EN ROUTE DU MARCHE INTERNE A UNE EUROPE POUR LES CITOYENS?

LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN : EN ROUTE DU MARCHE INTERNE A UNE EUROPE POUR LES CITOYENS? LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN : EN ROUTE DU MARCHE INTERNE A UNE EUROPE POUR LES CITOYENS? Déclaration de l UETDC a l occasion du 50 ième anniversaire du traité de Rome Bruxelles, 25-03-2007 A l occasion du

Plus en détail

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE ATKÈS DÉCLARATION D' URGENCE relatif à la généralisation

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Accessibilité financière et géographique aux soins : l expérience de nos partenaires étrangers

Accessibilité financière et géographique aux soins : l expérience de nos partenaires étrangers Page1 Accessibilité financière et géographique aux soins : l expérience de nos partenaires étrangers Ref : 2013-101 Ministère des affaires sociales et de la santé, DAEI, Paris, 28 juin 2013 Cyril Cosme,

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE Le vieillissement de la population place les autorités publiques devant un immense défi. Celui-ci consiste, dans le cadre

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail