DEXIA. Actionaria novembre Département Communication & Finance DEXIA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEXIA. Actionaria 2004. 15 novembre 2004. Département Communication & Finance DEXIA"

Transcription

1 DEXIA Actionaria novembre 2004 DEXIA Contacts TNS Sofres Communication et Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT / EW60 Département Communication & Finance

2 FICHE TECHNIQUE Étude réalisée pour DEXIA Dates de réalisation : 14 au 19 octobre 2004 Méthodologie : enquête téléphonique Échantillon de 50 actionnaires, représentatif des actionnaires individuels français (méthode des quotas : âge, PCS du chef de l individu, région, taille d agglomération) Légende : PCS ++ = artisans, commerçants, chefs d entreprise, professions libérales, cadres, + retraités de ces professions PCS + = artisans, commerçants, chefs d entreprise, professions libérales, cadres, professions intermédiaires + retraités de ces professions PCS - = agriculteurs, employés, ouvriers + retraités de ces professions 2

3 - 1 Gestion du portefeuille

4 Internet : ¼ des actionnaires utilise le Web pour gérer son portefeuille d actions Utilisez-vous Internet pour gérer votre portefeuille d actions de sociétés cotées? % de réponses «oui» (Base : ensemble) % % Homme Femme SEXE 18-4 ans 5-44 ans ans ans 65 ans et plus PCS++ PCS+ PCS- AGE PCS % Profil des utilisateurs d Internet (2004) Portefeuille Moins de à à Plus de Activité trimestrielle Actifs Détenteur de PEA PEA % significativement supérieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires % significativement inférieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires

5 pas seulement - et de moins en moins - pour consulter ses comptes ou les cours de Bourse! La majorité des actionnaires internautes passe aussi des ordres en ligne et consulte les avis et conseils Utilisez-vous plus particulièrement Internet pour (Base : utilisent Internet) DEXIA 2004 (n= 12) VALMOB* 200 Consultation de comptes-titres Consultation du cours de Bourse Ordres d achat ou de vente d actions Information sur les sociétés cotées Consultation d avis ou conseils sur les sociétés cotées 51 *Rappel «Porteurs de Valeurs Mobilières 200» Étude réalisée pour la Banque de France et EURONEXT 5

6 Diffusion des documents des sociétés : si la majorité préfère le format «papier», 40% plébiscitent Internet Pour consulter les documents édités par les sociétés cotées pour les actionnaires (lettres aux actionnaires, rapports annuels abrégés ), que préférez-vous? (Base : utilisent Internet n = 12) Les consulter sur Internet et les télécharger 40 NSP Recevoir sous format papier Profil 56 Homme Femme SEXE 18-4 ans 5-44 ans ans ans 65 ans et plus PCS++ PCS+ PCS- AGE PCS Portefeuille Moins de à à Plus de Activité trimestrielle Actifs Détenteur de PEA PEA % significativement supérieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires % significativement inférieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires

7 Renforcement de la demande d information (après le «creux» de 200), très net sur les perspectives et la stratégie De manière générale, priorité à l information économique et financière Quelles informations recherchez-vous actuellement en priorité sur les sociétés dont vous êtes actionnaire? (Base : ensemble) Réponses spontanées. Plusieurs réponses possibles Santé économique et financière de la société Rentabilité Infos chiffrées Santé financière ND 24 Endettement Informations boursières (cours de l action, cotation, pérennité par rapport à son marché) Perspectives ND 10 4 Stratégies, grandes décisions Information plus honnête, plus transparente Information sur les dirigeants Éléments de benchmark par rapport à d autres sociétés Aucune ND 2 2 ND Autres 6 ND ND En hausse par rapport à 200 7

8 Des informations particulièrement importantes pour les plus boursiers et les plus actifs sur leur portefeuille (Base : ensemble) Réponses spontanées. Plusieurs réponses possibles Santé économique et financière de la société Rentabilité Infos chiffrées Actifs PF > En gras : % significativement supérieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires (*) Bourse 65 % % Internautes 68 % Santé financière 18 Endettement Informations boursières (cours de l action, cotation, pérennité par rapport à son marché) Perspectives % 4 % 9 % Stratégies, grandes décisions Information plus honnête, plus transparente % 22 % 1 % Information sur les dirigeants Éléments de benchmark par rapport à d autres sociétés Aucune % 9 % 8 % Autres 6 En hausse par rapport à 200 (*) Exemple de lecture : les actifs en Bourse recherchent encore plus des informations sur la santé éco-fi de l entreprise (65 % vs. 5 % pour l ensemble des actionnaires) 8

9 - 2 Activité boursière en 2004

10 Bilan net depuis le début de l année 2004 : 44 % ont effectué au moins une opération (achat et/ou vente d actions) Situations variables selon les profils Arbitrages et équilibrage ou achat net pour les plus actifs ¼ est vendeur net Au total, depuis le début de l'année 2004, indépendamment de l'évolution des cours de Bourse, quel est le bilan de vos opérations sur votre portefeuille d'actions cotées? Résultats sur l ensemble des actionnaires (n=50) Actionnaires ayant effectué au moins une opération depuis le début de l année (n=224) Aucune opération depuis le début de l années 56 Montant des achats supérieur au montant des ventes 14 1 Montant des ventes supérieur au montant des achats Non réponse Montant des achats à peu près égal au montant des ventes Au moins une opération 44 % Montant des achats à peu près égal au montant des ventes 8 Non réponse Montant des achats supérieur au montant des ventes 2 27 Montant des ventes supérieur au montant des achats Solde Acheteur vendeur +5 10

11 Les acheteurs nets (2 % des actionnaires ayant réalisé au moins une opération depuis le début de l année) sont les plus actifs et les «plus gros portefeuilles» SEXE Homme Femme AGE 62 8 Portefeuille Moins de à à Plus de ans 5-44 ans ans ans 65 ans et plus Activité trimestrielle Actifs Utilisation d Internet 47 PCS Internautes 7 PCS++ PCS+ PCS Détenteur de PEA PEA 88 % significativement supérieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires % significativement inférieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires 11

12 Activité boursière trimestrielle : ralentissement sur les dernières années Nombre d opérations réalisées au cours du trimestre précédant l enquête Aucune opération 1 ou 2 à 5 opérations 6 opérations et plus Actifs opérations et plus % 10% % 1% % 12% % 16% Les différences à 100% correspondent aux non réponses 12

13 - Positions par rapport à la Bourse

14 Hit parade des placements fin 2004 : priorité à l immobilier et aux contrats d assurance vie En ème position, la Bourse attire 1/4 des actionnaires, 9% des «gros portefeuilles» Si vous aviez une importante somme d argent à placer aujourd hui, sur quoi investiriez-vous en priorité? Est-ce sur En 1er? En 2ème? (Base : ensemble) En 1er En 2ème En gras : % significativement supérieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires (*) Immobilier PF > Actifs Bourse Contrats d assurance vie % 52 % Actions de sociétés cotées % 40 % Compte ou livret d épargne PERP SICAV/FCP Obligations % 14 % Or 2 5 (*) Exemple de lecture : les actifs en Bourse investiraient encore plus dans l assurance-vie (61 % vs. 46 % pour l ensemble des actionnaires) 14

15 Actions : un placement jugé risqué, mais rentable (un peu moins qu il y a 10 ans) Rentable pour 2/ (surtout les actifs et les internautes) Peu rentable pour 1/ Rappel 1994 RENTABLE 1 = 75 % (Base : ensemble) RISQUE = 82 % Par rapport aux autres placements, les actions sont un investissement.. ement.. 58 risqué et pas très rentable 1 Non réponse 1 1 assez peu risqué et rentable à moyen ou long terme (5 à 10 ans) RENTABLE = 68 % RISQUE = 86 % 55 risqué, mais rentable à long terme 15

16 Intentions 2005 : à ce stade, statu quo pour la grande majorité 1 actionnaire sur 5 décidé à réinvestir Légère progression de la proportion de vendeurs sur les dernières années Pour 2005, quelles sont plutôt vos intentions? (Base : ensemble) Acheter des actions Vendre une partie des actions Vendre toutes vos actions Ni vendre, ni acheter Non réponse Solde Acheteur - vendeur % % % 16

17 Freins par rapport à la Bourse (spontané) : contexte géopolitique mondial et méfiance vis-à-vis de la Bourse Actionnaires les plus âgés, plus sensibles à la rentabilité Actifs en bourse et «gros portefeuilles» plus vigilants sur le contexte Actuellement, qu est-ce qui vous dissuade le plus d investir en Bourse? Réponses spontanées. Plusieurs réponses possibles (Base : ensemble) Contexte international 0 % Contexte bousier défavorable Autres éléments de contexte Contexte éco. et poli. mondial défavorable Attentats, terrorisme, guerres Contexte éco. et poli. défavorable Handicap de la Bourse Pas confiance dans Bourse / placements Préfère d autres types de placements Peu de rendement Manque d argent Manque d infos, de connaissance Rien Entreprises et perspectives Bourse / placements Aucune En gras : % significativement supérieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires (*) Actifs Bourse 61 % 44 % 17 % PF > % 20 % 11 % 7 % Internautes 55 % 8 % 1 % 16 % 6 % 75 ans et + 28 % 19 % 9 % 20 % (*) Exemple de lecture : les actifs en Bourse sont encore plus dissuadés par les autres éléments de contexte (61 % vs. 9 % pour l ensemble des actionnaires) 17

18 Freins par rapport à la Bourse (assisté) : contexte géopolitique mondial et faible rentabilité de la Bourse, mais aussi... perplexité face à la logique (?) et la technicité des marchés, aux niveaux de prélèvements et de frais Voici différentes raisons pouvant dissuader les épargnants d investir en Bourse. Vous me direz pour chacune si elle constitue pour vous actuellement un frein très, assez, peu ou pas du tout important. (Base : ensemble) Très important Assez important Peu important Pas du tout important Non réponse Total «Important» Incertitude du contexte géopolitique mondial Faible rentabilité de la Bourse actuellement Pas de rapport entre résultats et cours de Bourse Augmentation des prélèvements sociaux Niveau des frais de gestion Suppression de l avoir fiscal Niveau des frais de transaction et de courtage Technicité des marchés financiers

19 Leviers en faveur de la Bourse (spontané) : amélioration du contexte géopolitique mondial et de la rentabilité des actions Aujourd hui, qu est-ce qui vous inciterait à investir plus en Bourse? Réponses spontanées. Plusieurs réponses possibles (Base : ensemble) Contexte international 19 % Conjoncture boursière favorable Autres éléments de contexte Meilleur contexte éco. et politique Meilleur contexte éco. et poli. mondial Arrêt des attentats, des guerres Atout des placements Placements plus rentables Fiscalité intéressante / avantages fiscaux Placements plus sûrs Avoir de l argent Informations, conseils Rien Entreprises et perspectives Placements, produits financiers Plus grande transparence des stés. Autres En gras : % significativement supérieur à celui observé pour l ensemble des actionnaires (*) Actifs Bourse 27 % 0 % 19 % 6 % Moins de 5 ans 50 % 75 ans et + 9 % 14 % 29 % 5 % 14 % 40 % - (*) Exemple de lecture : les actifs en Bourse sont encore plus incités par le contexte éco. et politique mondial (27 % vs. 18 % pour l ensemble des actionnaires) 19

20 Leviers en faveur de la Bourse (assisté) : au-delà de la remontée des cours, très forte sensibilité à une politique de dividendes plus incitative, une meilleure association aux résultats Un «nouveau contrat»! Souhait également marqué d une baisse des frais de gestion Voici différents éléments qui pourraient inciter les Français à investir plus en Bourse. Vous me direz pour chacun si cela constitue pour vous actuellement un élément très, assez, peu ou pas du tout incitatif. (Base : ensemble) Très incitatif Assez incitatif Peu incitatif Pas du tout incitatif Non réponse ST Incitatif Remontée des cours de Bourse Augmentation des dividendes versés Augmentation du taux de distribution des bénéfices Paiement de dividendes majorés Réduction des frais de gestion Réduction des frais de transaction et de courtage Baisse des prélèvements sociaux Paiement de dividendes fractionnés

21 - 5 - L investissement sur les valeurs étrangères

22 Large connaissance de la possibilité «d européaniser» les PEA des détenteurs de PEA Marge de progression auprès des autres 74 % des actionnaires individuels possèdent un PEA 7 % 7 % des détenteurs de PEA (54 % des actionnaires) savent qu ils peuvent déposer des actions de sociétés européennes ou des OPCVM actions européennes sur leur PEA 22

23 Une «européanisation» significative des PEA à fin % des détenteurs de PEA (6 % des actionnaires) ont des actions de sociétés européennes et / ou des OPCVM actions européennes sur leur PEA Plus précisément : 21 % ont des actions de sociétés européennes 10 % ont des OPCVM actions européennes 17 % ont les 2 2

24 Principaux freins à «l européanisation» des PEA : manque d informations et de connaissance sur les sociétés et les offres Autres facteurs non négligeables : manque de confiance et délégation Pour quelles raisons n avez-vous pas d actions de sociétés européennes ou de SICAV ou de /FCP actions européennes sur votre PEA? (Base : n ont pas de valeurs européennes sur leur PEA n = 192) Réponses spontanées. Plusieurs réponses possibles Manque d infos, de connaissance sur 27 les offres existantes 21 les sociétés et les marchés étrangers 8 Manque de confiance, de visibilité C est la banque qui décide, mon conseiller Manque d argent Je n achète rien Pas eu l occasion, l opportunité Chauvinisme, préférence pour les actions françaises

25 Création de groupes transnationaux : les changements de fiscalité perturbent plus d 1 actionnaire sur 2 On assiste de plus en plus souvent à la fusion de sociétés de nationalités différentes pour former ce que l on appelle des groupes transnationaux. A l occasion, la fiscalité attachée aux actions de ces sociétés peut changer, le nouveau groupe pouvant alors dépendre du droit d un autre pays que celui d origine (exemple : droit belge, hollandais, luxembourgeois ). Par rapport à ces questions de fiscalité, de laquelle de ces opinions vous sentez-vous le plus proche? (Base : Ensemble) Par rapport à ces questions de fiscalité.. Non réponse 1 C est un frein à l achat d actions de ces sociétés, car c est plus compliqué 56 4 Cela ne change pas grand chose, il suffit de se renseigner 25

Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels?

Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels? Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels? Novembre 2003 DEXIA Françoise LEFEBVRE / Marie-Anne DELOEIL Contacts TNS Sofres : Département Communication

Plus en détail

Des épargnants concernés et exigeants, en quête de repères. Natixis Épargne Financière TNS Sofres

Des épargnants concernés et exigeants, en quête de repères. Natixis Épargne Financière TNS Sofres Des épargnants concernés et exigeants, en quête de repères Natixis Épargne Financière TNS Sofres Sommaire 1. Contexte : forte sensibilité au risque et vigilance dans le choix des placements 2. Des épargnants

Plus en détail

Étude des Actionnaires Individuels Actifs investissant dans les TRACKERS. Octobre 2007

Étude des Actionnaires Individuels Actifs investissant dans les TRACKERS. Octobre 2007 Étude des Actionnaires Individuels Actifs investissant dans les TRACKERS Octobre 2007 30/01/2008 1 Méthodologie Méthodologie : étude quantitative réalisée par téléphone auprès de 800 actionnaires particuliers,

Plus en détail

L épargne réglementée, grande gagnante de la crise?

L épargne réglementée, grande gagnante de la crise? L épargne réglementée, grande gagnante de la crise? Critères de choix et perception des produits d épargne 17 novembre 2009 Contacts BVA Xavier PACILLY xavier.pacilly@bva.fr 01 71 16 88 55 Juliette PETROU

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

CAAM Jeunes actifs et la retraite - 2009. 17 juin 2009

CAAM Jeunes actifs et la retraite - 2009. 17 juin 2009 CAAM Jeunes actifs et la retraite - 2009 17 juin 2009 FICHE TECHNIQUE Étude barométrique réalisée pour en 2 volets : ETUDE PRINCIPALE CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Dates de terrain : 24 au 27 avril

Plus en détail

Conférence de presse du 14 octobre 2014

Conférence de presse du 14 octobre 2014 Conférence de presse du 14 octobre 2014 Résultats de l étude quantitative Rapport du 10 octobre 2014 BJ10753 A : INFOPRO De : OpinionWay Philippe Lemagueresse/ Pascal Novais / Isabelle De Paepe OpinionWay

Plus en détail

AFIC L épargne et le financement de l économie

AFIC L épargne et le financement de l économie AFIC L épargne et le financement de l économie Résultats de l étude quantitative Rapport du 02 septembre 2013 BJ9477 A : L AFIC De : OpinionWay Charles-Henri d Auvigny / Pascal Novais OpinionWay 15 place

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, l épargne et la retraite Printemps 2016 FD/EP N 113837 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion

Plus en détail

OPCVM EN BREF EN DETAIL

OPCVM EN BREF EN DETAIL OPCVM Les OPCVM sont des Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières. C'est un terme générique qui désigne une Sicav ou un FCP. EN BREF L OPCVM est un produit financier permettant de diversifier

Plus en détail

EURONEXT.LIFFE. Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels. Principaux résultats. Département Finance EURONEXT.

EURONEXT.LIFFE. Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels. Principaux résultats. Département Finance EURONEXT. EURONEXT.LIFFE Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels Principaux résultats EURONEXT.LIFFE Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER / Véronique

Plus en détail

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts- Comptables

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts- Comptables Baromètre des et du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts- Comptables Principaux résultats Méthodologie de l enquête Méthodologie Enquête réalisée par téléphone. Échantillon Echantillon national de

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 3

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 3 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 3 N 110582 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Laure Bonneval laure.bonneval@ifop.com Octobre 2012 1 La méthodologie 1 Note

Plus en détail

Les Web Conférences Cortal Consors

Les Web Conférences Cortal Consors Les Web Conférences Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts un large choix de formations accessibles et interactives tout au long de l'année Comment diversifier ses

Plus en détail

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs L investissement boursier - Octobre 2011 - A: INFOPRO Communications De: OpinionWay Charles-Henri d Auvigny / Philippe Le Magueresse / Pascal Novais

Plus en détail

GROUPAMA BANQUE. 6 juin 2006. Département Finance. GROUPAMA Sylvie GUEDON. Contacts TNS Sofres. Département Finance

GROUPAMA BANQUE. 6 juin 2006. Département Finance. GROUPAMA Sylvie GUEDON. Contacts TNS Sofres. Département Finance GROUPAMA BANQUE 6 juin 2006 GROUPAMA Sylvie GUEDON Contacts TNS Sofres Département Finance Marie-Laurence GUENA / Frédéric CHASSAGNE Département Finance FICHE TECHNIQUE Dates de réalisation : 11 au 12

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

INDICATEUR DU LOGEMENT NEUF

INDICATEUR DU LOGEMENT NEUF INDICATEUR DU LOGEMENT NEUF Les 26 et 27 juillet 2010 Les 27 et 28 août 2010 Rapport de résultats principaux Contacts TNS Sofres : Stratégies d'opinion Fabienne SIMON / Sarah DUHAUTOIS 01 40 92 47 18 /

Plus en détail

Epargne : réalisme, maturité et nouvelles dynamiques

Epargne : réalisme, maturité et nouvelles dynamiques Better thinking. Together. Epargne : réalisme, maturité et nouvelles dynamiques 2 ème étude annuelle auprès des épargnants clients des réseaux bancaires français Août 2015 Sommaire Fiche technique 3 Prise

Plus en détail

IOGS 1A. TD Economie Les bases du marché boursier

IOGS 1A. TD Economie Les bases du marché boursier IOGS 1A TD Economie Les bases du marché boursier 1 -Une bourse est un marché où s échangent des biens et services - La bourse des valeurs est un marché où s échangent valeurs financières - Il ne s agit

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

Observatoire des Services Clients 2012

Observatoire des Services Clients 2012 Observatoire des Services Clients 2012 Septembre 2012 Contact BVA Marie Laure SOUBILS marie-laure.soubils@bva.fr 06.20.26.22.50 Contact Viséo Conseil : 01 71 19 46 30 Sommaire Méthodologie Principaux enseignements

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 ÉPARGNER ET INVESTIR VERT. lesclesdelabanque.com N 7 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT

DÉCEMBRE 2015 ÉPARGNER ET INVESTIR VERT. lesclesdelabanque.com N 7 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT DÉCEMBRE 2015 lesclesdelabanque.com ÉPARGNER ET INVESTIR VERT N 7 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT SOMMAIRE CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Introduction 2 Pourquoi investir dans l épargne verte? 4 Comment

Plus en détail

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs Organisme de placement collectif immobilier (OPCI) géré par la société de gestion Swiss Life REIM (France) Avertissement

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

BAROMETRE SOFINCO LES FRANCAIS ET LEUR BUDGET «SANTE»

BAROMETRE SOFINCO LES FRANCAIS ET LEUR BUDGET «SANTE» BAROMETRE SOFINCO LES FRANCAIS ET LEUR BUDGET «SANTE» VAGUE 5 Janvier 2016 15 place de la République 75003 Paris Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel: 01 78 94 90

Plus en détail

Les aspirations des acheteurs et les attentes des Français vis-à-vis des agents immobiliers

Les aspirations des acheteurs et les attentes des Français vis-à-vis des agents immobiliers Les aspirations des acheteurs et les attentes des Français vis-à-vis des agents immobiliers Etude annuelle IFOP Conférence de presse du 15 mars 2012 Pavillon Kléber PRÉSENTATION DU RÉSEAU PRÉSENTATION

Plus en détail

Études. Les PEA bancaires huit ans après

Études. Les PEA bancaires huit ans après Institué pour susciter, grâce à des incitations fiscales, le développement d une épargne des ménages durablement investie en actions, le plan d épargne en actions (PEA) bancaire a trouvé sa place face

Plus en détail

LA BANQUE POSTALE / LES ECHOS

LA BANQUE POSTALE / LES ECHOS LA BANQUE POSTALE / LES ECHOS Baromètre Epargne - Vague 17 8 janvier 2013 TNS 2012 Sommaire LA BANQUE POSTALE / LES ECHOS Baromètre Epargne - Vague 17 1 Les Français et l'epargne 2 Les Français et la préparation

Plus en détail

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Etude réalisée par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION 2002. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION 2002. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les Futures Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

La Banque Postale Prévoyance La Tribune

La Banque Postale Prévoyance La Tribune La Banque Postale Prévoyance La Tribune Baromètre Prévoyance Vague Santé 23 juin 2009 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Ana ALBIZU / Michaël PERGAMENT 42OH20 Département Finance

Plus en détail

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack 1 Cap sur la performance indicielle! 4 2 Que sont les trackers? 5 3 Les trackers, de nouveaux produits financiers?

Plus en détail

Ajoutons que 13 questions socio-démographiques ont été posées aux courtiers afin de dresser leur profil.

Ajoutons que 13 questions socio-démographiques ont été posées aux courtiers afin de dresser leur profil. Résultats du sondage portant sur les perspectives de croissance et les pratiques commerciales des courtiers immobiliers œuvrant au Québec Août 2013 4e édition Les objectifs du sondage Ce sondage vise à

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

PATRIMOINE MUTEX PLUS

PATRIMOINE MUTEX PLUS PATRIMOINE MUTEX PLUS Donnez du mouvement à votre épargne! Vos projets et vos priorités d aujourd hui ne seront pas forcément les mêmes demain. Voilà pourquoi votre Mutuelle vous propose Patrimoine Mutex

Plus en détail

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38 BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE 2 ème édition AVRIL 2008 Contact TNS Sofres : Pôle Actualité Stratégies d Opinion Guillaume PETIT Marie-Colombe AFOTA 01 40 92 46 90 / 45 03 Contact Presse : laboite com

Plus en détail

Conférence de presse du 14 octobre 2014 Les Français et l investissement en entreprise

Conférence de presse du 14 octobre 2014 Les Français et l investissement en entreprise Conférence de presse du 14 octobre 2014 Les Français et l investissement en entreprise Résultats de l étude quantitative A : Actionaria De : OpinionWay OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2011. Mercredi 4 mai 2011

Résultats du premier trimestre 2011. Mercredi 4 mai 2011 Résultats du premier trimestre 2011 Mercredi 4 mai 2011 1 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de Boursorama.

Plus en détail

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014 Patrick Haas 13 novembre 2014 Rappel de la méthodologie Échantillon Mode de recueil Dates de terrain 959 individus âgés de 18 ans et plus Interviews réalisées par téléphone. Le terrain s est déroulé les

Plus en détail

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité Avis de non-responsabilité Les prévisions et opinions émises dans cette présentation reflètent celles des présentateurs/auteurs seulement et ne reflètent en aucun cas celles de Bourse de Montréal Inc.

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 2-2 - Les résultats de l'étude... 5

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 2-2 - Les résultats de l'étude... 5 FM N 112057 Contacts Ifop : Frédéric Micheau - Directeur Adjoint Département Opinion et Stratégies d'entreprise frederic.micheau@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45

Plus en détail

Licence Professionnelle Chargé de Clientèle Assurances

Licence Professionnelle Chargé de Clientèle Assurances Licence Professionnelle Chargé de Clientèle Assurances Mardi 25 février 2014 Aucun document autorisé Durée 2h30 Module 2A/2C Assurance des particuliers Protection des personnes Obligation d information

Plus en détail

lcl vision 6 ans (juin 2012)

lcl vision 6 ans (juin 2012) Eligible au compte-titres et à l assurance vie Souscription du 5 juin au 12 juillet 2012 lcl vision 6 ans (juin 2012) Participez à la croissance potentielle du CAC 40 dividendes non réinvestis (1) (dans

Plus en détail

Le vin bio en France : consommation et profil des consommateurs

Le vin bio en France : consommation et profil des consommateurs Le vin bio en France : consommation et profil des consommateurs Le vin bio en France : consommation et profil des consommateurs Une étude Ipsos-CGI pour Sud de France /SudVinBio Conférence de presse 15

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Observatoire du travail

Observatoire du travail Observatoire du travail Les salariés français et la mobilité 5 novembre 2015 15 place de la République 75003 Paris Présentation des résultats La méthodologie d enquête Etude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Les créateurs d entreprise & la création d emplois

Les créateurs d entreprise & la création d emplois Les créateurs d entreprise & la création d emplois Un sondage exclusif mené par OpinionWay pour Sondage réalisé à l occasion du 18 ème Salon des Entrepreneurs de Paris - 2 & 3 février 2011 au Palais des

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

Résultats Post test signalétique Info-Tri Point Vert. OpinionWay imprime sur papier recyclé

Résultats Post test signalétique Info-Tri Point Vert. OpinionWay imprime sur papier recyclé Résultats Post test signalétique Info-Tri Point Vert OpinionWay imprime sur papier recyclé Contexte et Méthodologie Objectifs Eco-Emballages a souhaité post-tester à nouveau L Info-Tri Point Vert, dans

Plus en détail

LE CLIMAT SOCIO-ÉCONOMIQUE AU QUÉBEC

LE CLIMAT SOCIO-ÉCONOMIQUE AU QUÉBEC LE CLIMAT SOCIO-ÉCONOMIQUE AU QUÉBEC Hiver 2001-2002 Sondage réalisé pour Par la firme la firme de sondages BAROMÈTRE INC. Mars 2002 MÉTHODOLOGIE Méthodologie en bref : sondage téléphonique réalisé auprès

Plus en détail

Les femmes et l éducation des enfants à l argent. 7 mars 2006

Les femmes et l éducation des enfants à l argent. 7 mars 2006 7 mars 2006 Sommaire Introduction Résultats détaillés 1. Les mères donnent de l argent à leurs enfants, via différents moyens 2. Des enfants déjà assez connaisseurs et équipés 3. Un sujet important dans

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES BANCAIRES PARTICULIERS

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES BANCAIRES PARTICULIERS E4A TBPA SUJET ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES BANCAIRES PARTICULIERS Documents autorisés : Néant Matériel autorisé : «Le matériel autorisé comprend toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices

Plus en détail

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Sondage Ifop pour OPTIMHOME Mai 2016 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour OPTIMHOME Echantillon Méthodologie Mode de

Plus en détail

AFNIC Perception du ".fr" par les internautes français Rapport de synthèse du 18 juin 2002

AFNIC Perception du .fr par les internautes français Rapport de synthèse du 18 juin 2002 AFNIC Perception du ".fr" par les internautes français Rapport de synthèse du 18 juin 2002-1- Plan de la présentation Méthodologie Les internautes français et le.fr : signification, utilisation, importance

Plus en détail

AXA FRANCE OPPORTUNITES

AXA FRANCE OPPORTUNITES AXA FRANCE OPPORTUNITES PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A - STATUTAIRE Présentation succincte : Codes ISIN : Parts «C» de Capitalisation : FR0000447864 Parts «D» de Distribution

Plus en détail

La culture financière des Français

La culture financière des Français La culture financière des Français Présentation aux Journées de l économie - Lyon - 9 novembre 2011 Principaux résultats de l étude réalisée à la demande de l Institut pour l Education Financière du Public

Plus en détail

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Lettre trimestrielle n 49 : T3 2015 Points saillants : Baisse de 0,9% de la part C sur le trimestre à 769,70. Encours

Plus en détail

Trimestro Europe 2015

Trimestro Europe 2015 Trimestro Europe 2015 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

Primonial - Document non destiné à la clientèle ------- Octobre 2011

Primonial - Document non destiné à la clientèle ------- Octobre 2011 2 LA SOLUTION SCPI : POURQUOI? La solution SCPI est adaptée à différents profils d aversion au risque. La solution SCPI répond à de multiples objectifs patrimoniaux. Les SCPI fiscales permettent aux associés

Plus en détail

Les moins de 30 ans et l esprit d entreprise en France

Les moins de 30 ans et l esprit d entreprise en France Sondage réalisé à l occasion du Salon des Entrepreneurs 2010 Les moins de 30 ans et l esprit d entreprise en France 21 janvier 2010 - Le Meurice Méthodologie page 2 Méthodologie Étude quantitative réalisée

Plus en détail

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat?

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? A PLUS FINANCE A Plus Finance A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? 26 septembre 2006 Philippe TABOUIS :

Plus en détail

Fidelity International

Fidelity International Fidelity International Les Français et l assurance-vie 9 novembre 2006 Département Finance FICHE TECHNIQUE Méthodologie : Enquête téléphonique auprès de 2 échantillons représentatifs: Echantillon maître

Plus en détail

L investissement en nue-propriété

L investissement en nue-propriété L investissement en nue-propriété Résultats et analyses de l étude réalisée auprès de CGPI, partenaires de PERL PERL - Septembre 2009-1 Les équipes PERL vous remercient de votre confiance et de votre fidélité

Plus en détail

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Lettre trimestrielle n 50 : T4 2015 Points saillants : Hausse de 10, de la part C sur le trimestre et de 28,5% sur l

Plus en détail

Sondage Fédération des APAJH - TNS Sofres HANDICAP - Janvier 2012

Sondage Fédération des APAJH - TNS Sofres HANDICAP - Janvier 2012 Sondage Fédération des APAJH - TNS Sofres HANDICAP - Janvier 2012 Sommaire HANDICAP Janvier 2012 1. D abord, quelques précisions techniques 4 TNS Sofres Stratégies d Opinion Aurélie BOUILLOT Jérémie PIQUANDET

Plus en détail

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015 Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec Montréal, 15 janvier 2015 Méthodologie Sondage Web réalisé du 3 au 13 novembre 2014. Échantillon représentatif de 5 659 répondants adultes

Plus en détail

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP S informer sur L investissement en OPC : SICAV et FCP Autorité des marchés financiers L investissement en OPC : SICAV et FCP Sommaire Quels sont les avantages d un placement en OPC? 03 Comment choisir

Plus en détail

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS Certains produits d épargne retraite vous permettent de percevoir une rente viagère. Un certain nombre d entre-eux bénéficient d incitations

Plus en détail

Les Français et les détecteurs de fumée

Les Français et les détecteurs de fumée Les Français et les détecteurs de fumée Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 78 94 90 00 Fax : 01 78 94 90

Plus en détail

L Observatoire UFF IFOP de la clientèle patrimoniale : Perception du risque et Comportements d investissement. Présentation des résultats d études

L Observatoire UFF IFOP de la clientèle patrimoniale : Perception du risque et Comportements d investissement. Présentation des résultats d études L Observatoire UFF IFOP de la clientèle patrimoniale : Perception du risque et Comportements d investissement. Présentation des résultats d études 7 janvier 2010 6-8, rue Eugène Oudiné, 75013 Paris tél.

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

L usage exclusif du masculin dans certaines sections du présent document ne vise qu à en faciliter la lecture.

L usage exclusif du masculin dans certaines sections du présent document ne vise qu à en faciliter la lecture. 2015 L usage exclusif du masculin dans certaines sections du présent document ne vise qu à en faciliter la lecture. MÉTHODOLOGIE Sondage en ligne 1 978 Canadiens,18-70 ans Dates Du 10 au 21 avril 2015

Plus en détail

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Choisissez le placement qui s adapte à votre profil d investisseur De l audace à la prudence, quel que soit votre profil d investisseur, PRÉFÉRENCE est le placement

Plus en détail

Fonds de placement garanti BMO

Fonds de placement garanti BMO Fonds de placement garanti BMO Pour vous aider à atteindre votre objectif de placement plus rapidement. Les Fonds de placement garanti BMO... pour dormir en toute tranquillité Choix de fonds établis selon

Plus en détail

Étude des Actionnaires Individuels Actifs investissant dans les WARRANTS. Octobre 2007

Étude des Actionnaires Individuels Actifs investissant dans les WARRANTS. Octobre 2007 Étude des Actionnaires Individuels Actifs investissant dans les WARRANTS Octobre 2007 15/11/2007 1 Résultats 1. Profil des investisseurs Warrants interrogés page 5 Sexe, âge, région des investisseurs Warrants

Plus en détail

Global Ecologic Performance

Global Ecologic Performance Invest Managers «Faites de vos convictions, un choix d investissement» Présente la NOTICE SIMPLIFIEE de son nouveau FCP : Global Ecologic Performance Conforme aux normes européennes. 1 PARTIE A STATUTAIRE

Plus en détail

S informer sur. L Autorité des marchés financiers

S informer sur. L Autorité des marchés financiers S informer sur L Autorité des marchés financiers 04 Autorité des marchés financiers L AMF Sommaire L AMF informe les épargnants 03 L AMF veille au bon déroulement des opérations financières et à la transparence

Plus en détail

Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016

Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016 Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016 Document préparé par : Banque Manuvie Printemps 2016 1 Sommaire Résultats du printemps 2016 du sondage sur l endettement des propriétaires

Plus en détail

22% Jusqu à. FIP Avantage PME III. de réduction d impôts sur l investissement * Fonds d Investissement de Proximité (FIP)

22% Jusqu à. FIP Avantage PME III. de réduction d impôts sur l investissement * Fonds d Investissement de Proximité (FIP) FIP Avantage PME III Jusqu à 22% de réduction d impôts sur l investissement * Dans le cadre d un blocage des parts pendant 8 ans et jusqu à 10 ans sur décision de la société de gestion, soit jusqu au 30/06/2021

Plus en détail

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Partie 1: Convention de base Les Parties 1. Le(s) soussigné(s) du «Formulaire d ouverture de compte LYNX»; ci-après

Plus en détail

Tables rondes Les secteurs d activité privilégiés

Tables rondes Les secteurs d activité privilégiés Tables rondes Les secteurs d activité privilégiés Résultats de l étude quantitative A : INFOPRO De : OpinionWay OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière Alliage Gestion Pour réveiller votre épargne financière avec Alliage Gestion votre épargne financière est plus active Qu est-ce qu Alliage Gestion? Vous disposez d une épargne financière mais vous n avez

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur l indice CAC 40 Même dans un contexte de

Plus en détail

Les 100 premiers jours après la retraite. Septembre 2014

Les 100 premiers jours après la retraite. Septembre 2014 Les 100 premiers jours après la retraite Septembre 2014 1 Méthodologie Méthodologie Echantillon de, représentatif de la population française âgée de 18 et plus. L échantillon a été constitué selon la méthode

Plus en détail

I. Le choix d un mode de placement

I. Le choix d un mode de placement P6C05 La gestion des exce dents de tre sorerie Analyse des placements offerts aux entreprises. La comptabilisation détaillée des placements sera étudiée dans le chapitre 5. I. Le choix d un mode de placement

Plus en détail

«Malentendants et appareils auditifs»

«Malentendants et appareils auditifs» «Malentendants et appareils auditifs» Contact UNSAF : Benoît ROY 02 47 60 60 08 benoit.roy@unsaf.net Contacts TNS Healthcare : Nadia AUZANNEAU 0 40 92 45 57 nadia.auzanneau@tns-global.com Céline LEROY

Plus en détail

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse?

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse? S informer sur Comment acheter des actions en bourse? Autorité des marchés financiers Comment acheter des actions en bourse? Sommaire Sous quelle forme dois-je détenir mes actions? 03 Quels sont les frais?

Plus en détail

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive Baromètre 2013 Club de l Epargne Salariale / Harris interactive Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention suivante : "Baromètre 2013 du Club de l'epargne Salariale

Plus en détail

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable.

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Delfea Une solution patrimoniale sur mesure EN BREF Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Définissez votre stratégie d investissement

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Les expatriés français et l immobilier. Photo Syda Productions. Enquête 2016. http://www.myexpat.fr/

Les expatriés français et l immobilier. Photo Syda Productions. Enquête 2016. http://www.myexpat.fr/ Photo Syda Productions Les expatriés français et l immobilier Enquête 2016 http://www.myexpat.fr/ My expat p.3 Résumé de l étude Qui sont les Français de l étranger? Les expatriés français dans le monde.

Plus en détail

FCPR. Idinvest Private Value Europe

FCPR. Idinvest Private Value Europe FCPR Idinvest Private Value Europe Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises de taille intermédiaire non cotées, assortie d un risque de perte en capital, destinée à des investisseurs

Plus en détail

Fiscalité des actions en 2014 Loi de finances 2014

Fiscalité des actions en 2014 Loi de finances 2014 Fiscalité des actions en 2014 Loi de finances 2014 N 2013-1278 du 29 décembre 2013 Les annonces du 29 avril 2013 Annonces des Assises de l Entrepreneuriat 29 avril 2013 Simplification du régime des plus

Plus en détail

CA Oblig Immo (Sept. 2013)

CA Oblig Immo (Sept. 2013) Titre obligataire émis par Amundi Finance Emissions, véhicule d émission ad hoc de droit français Souscription du 17 septembre au 23 octobre 2013 Bénéficier d un rendement fixe et régulier et participer

Plus en détail